AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal
Page 3 sur 11
Cours 8 ~> Patronus détraqués !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant
Gilraen Felagund
Gryffondor
Gryffondor

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Gilraen Felagund, Mar 13 Oct - 20:07


Lorsqu'elle s'adressa à lui, son cousin eut l'air surprit. Il faut dire que les deux jeunes gens s'étaient revu il y a peu de temps, ne sachant pas que l'autre était également à Poudlard, et la vérité avait éclaté suite à un ... accident. Il était donc plutôt logique que le garçon soit encore surprit de sa présence. Il faut dire que la jeune fille n'était pas non plus tout à fait habituée. Jusque là, le monde magique et son monde "familiale" étaient deux ensembles séparés. Intégrer une partie de son passé dans son présent était loin de lui déplaire, mais cela rendait les choses étranges.

Alors que son cousin allait lui répondre, sa voisine s'adressa à Gilraen d'un ton amical :

- Salut ! Comment tu t'appelles ? Moi c'est Amy, de Serdaigle. Tu es une amie de Leo ?

La lionne réalisa alors qu'elle n'avait même pas salué Amy alors que celle-ci était clairement entrain de parler avec Léo. Ce n'était pas son genre d'être impolie, mais les circonstances étant ce qu'elles étaient, elle avait occulté ce détail. Souhaitant se racheter, la jeune fille esquissa un sourire et s’appéta à répondre quand son cousin la devança :

- Excuse-moi Amy, je n'ai pas pensé à t'en parler, Je te présente Gilraen, ma cousine.

Trouvant la Serdaigle sympathique, et n'étant de toute façon pas de nature timide, Gilraen poursuivi sur la lancée et se présenta :

- Salut ! Je suis désolée de ne pas t'avoir dit bonjour plus tôt, je suis encore surprise de croiser Léo ici ... Il y a encore quelques jours, je pensais qu'il était dans une école moldue ...

Elle se rendit alors compte qu'elle reprenait sa mauvaise manie de raconter un peu trop sa vie. Elle se reprit alors et conclu :

- Bref, je suis enchantée Amy !

Elle posa ensuite sa question concernant le sujet du cours et Léo lui répondit :

- J'imagine que l'on va étudier les Patronus, il s'agit d'un sort de protection, qui permet non seulement de repousser les détraqueurs, d'où le jeu de mot je suppose, mais aussi de délivrer des messages...

Les quelques conversations qu'elle avait entendu en arrivant lui revinrent en mémoire. Alors c'était ça, les détraqueurs étaient les fameux gardiens maléfiques de la prison des sorciers. Ce que les autres élèves disaient d'eux faisait froid dans le dos et la jeune fille espéra qu'aucune de ces créatures ne seraient présentes pour le cours. L'idée de délivrer des messages était, d'après elle, beaucoup plus alléchant. Mais on était en cours de défense contre les forces du mal ... Et les détraqueurs étaient le mal incarné.

- Vous ne pensez quand-même pas qu'ils vont faire entrer des détraqueurs dans l'école ? On peut s'entrainer sans cible pour ce sortilège ?
Revenir en haut Aller en bas
Hayleah Moonrose
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Hayleah Moonrose, Mar 13 Oct - 22:33


Aujourd'hui était un jour particulier. Enfin, oui, enfin ! Hayleah allait assister au premier cours de Défense Contre les Forces du Mal de cette nouvelle année scolaire ! C'était sans nul doute sa matière préférée, et elle était plus qu'impatiente de s'y rendre. Exceptionnellement, le cours ne se déroulerait pas dans la salle de DCFM habituelle mais dans une autre salle, beaucoup plus grande, située au quatrième étage. Ce n'était rien par rapport à la salle de Divination, située au sommet de la Tour Nord mais tout de même, ce n'était pas une promenade de santé.
En sifflotant, la sixième année enfila son uniforme et sa robe de sorcière, puis, armée de sa baguette en acacia et pétale d'iris, se dirigea vers la salle de classe. Il était rare qu'elle soit de bonne humeur de si bon matin, mais vraiment, elle avait hâte de commencer. Alors qu'elle montait les marches d'escaliers qui semblaient n'en plus finir, elle s'imagina quel genre de sujet allait être abordé cette fois-ci. Les loups garous ? Les trolls ? Ou bien …les détraqueurs ? Hayleah espérait vraiment qu'ils s'entraineraient à produire des patronus. Elle avait déjà essayé plusieurs fois, mais elle n'avait jamais réussi à faire sortir de sa baguette plus qu'une fine brume blanche. C'était frustrant. Très frustrant. Et elle n'aimait pas être frustrée.
Lorsque la jeune fille arriva devant la porte de la salle de classe, elle put distinguer différentes voix. Beaucoup de différentes voix. Craignant subitement, d'être en retard, elle ouvrit la porte à la volée et s'exclama :

- Excusez-moi d'être en retard professeur ! Euh, bonjour !

Il fallait toujours qu'elle se paye la honte lorsqu'elle était stressée. Avec un sourire maladroit, la sorcière balaya la salle du regard. Les murs étaient tapissés de miroirs, ce qui donnait l'impression que la salle s'étendait à l'infini. Au fond de la salle, le titre du cours étaient inscrits en lettre de feu : Patronus Détraqués. Hayleah ne put réprimer sa joie et laissa échapper un "Yes !"

Puis, elle reconnut un visage, non loin de là où elle se trouvait. Elle s'approcha. Oui, c'était bien Gilraen ! Elles s'étaient rencontrées quelque temps auparavant à la table des Gryffondors, et Hayleah lui avait prêté un exemplaire du dernier livre de sa mère. Elle était en train de discuter avec un autre Gryffondor qu'elle connaissait de vue, Leo, et une Serdaigle qu'elle ne connaissait pas.
Elle s'approcha du petit groupe d'un pas enjoué, pile au moment où Gilraen demandait :

- Vous ne pensez quand-même pas qu'ils vont faire entrer des détraqueurs dans l'école ? On peut s'entrainer sans cible pour ce sortilège ?

- Salut tout le monde ~
, lança-t-elle en agita la main pour faire coucou. Je suis surprise de te voir ici Gilraen !

Hayleah était arrivée comme un cheveux sur la soupe. Bien joué...Elle lança un sourire gêné à ses trois camarades, puis, comme si de rien n'était, répondu à la question de la première année :

- Oui, je crois qu'on peut s'entrainer sans cible et je ne pense pas qu'ils feraient entrer de vrais détraqueurs…Enfin j'espère. Puis, désignant l'armoire au fond de la salle, elle ajouta : Je pencherais plutôt pour un épouvantard ! 

Elle se souvenait bien de la sa première rencontre avec un épouvantard. Ça avait été horrible. Les épouvantards pouvaient prendre n'importe quelle forme et était connus pour se cacher dans des endroits sombres et étroits, comme des armoires ou des tiroirs. C'était donc tout à fait plausible. Hayleah se tourna alors vers Leo et la Serdaigle et leur demanda confirmation.

- Qu'est-ce que vous en pensez ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Invité, Mar 13 Oct - 23:34


- Je vous présente Siobhan c'est aussi une Serdaigle. Je pense qu'elle a répondu à une partie des questions du coup. Et pour te répondre Harmony, les détraqueurs sont les anciens gardiens de la prison des sorciers un truc comme ça. C'est Siobhan qui m'en a parlé avant ton arriver. C'est vrai que c'est bizarre d'être accepté dans un cours pareil en vue de notre âge...
Vous m'avez l'air bien tendu tous les deux, il s'est passé quelque chose ?


Mince, c'est vrai qu'elle ne s'était pas présentée. Elle se sentait bête, c'est ce qui arrivait souvent lorsque elle devait interagir avec des représentants de son espèce, le social n'était pas vraiment sa tasse de Guinness. Elle acquiesça doucement aux propos de sa jeune camarade, presque imperceptiblement et se para d'un léger sourire.

- Enchantée Siobhan ! Les détraqueurs sont d'anciens gardiens de prison ? Comme celle d'Azkaban ? Mais pourquoi le professeur nous ferais affronter ça ? Harmony regarda un instant ses pieds, gênée, et, jetant rapidement un œil à crinière-d'or-blanc dit doucement Eh bien... On s'est rencontré au Lac un week-end et Lïnwe s'est disputé avec ma sœur... Un longue histoire...

- Enchantée aussi ! Fit-elle en souriant. L'Irlandaise remarqua que l'expression de sa camarade Serdaigle avait changée, et bien plus encore lorsque elle se mit à parler de la dispute. En même temps, il fallait être un sacré débile pour ne pas voir ce qui était juste là sous leurs yeux. Voulant un peu détendre l'atmosphère elle murmura à l'attention d'Harmony, mais assez haut pour que ses camarade proche puissent l'entendre, elle avait de la peine pour ces jeunes gens et bien qu'elle soit d'un naturel insouciant -ou plutôt elle ne se souciait que de ce qui méritait qu'on s'en soucie- elle commençait à angoisser à l'idée de ce qu'il pouvait y avoir au final à l'intérieur de cette mystérieuse armoire. THE mystérieuse armoire. Entre autre oui. J'ai lu des choses là dessus, mais je n'en ai jamais vu. Peut-être qu'ils ont tout bonnement disparus ou qu'ils vivent -ou persistent... ?- tous à un endroit caché des yeux de tous. Peu de chance que ça en soit un de toute manière. On peut s'entraîner au sortilège du Patronus sans, logiquement...

Après ces mots, le jeune homme timide de précédemment vint les accoster et cela étonna l'adolescente à la chevelure de jais. Cependant, l'émotion qui ne tarda pas à l'envahir et à la dominer, c'était la désolation. A peine avait-il ouvert la bouche qu'il réduisait ses minces efforts pour détendre la conversation à néant. Elle le regarda, perplexe, tandis qu'il parlait.

- Enchanté, moi c'est Nel Queen. J'ai aussi entendu dire que les détraqueurs sont des créatures qui peuvent happer votre pouvoir et vous rendre vulnérable, mais je doute un peu qu'on ai le droit d'utiliser ce genre de monstres, non ? Et concernant les patronus, est-ce qu'on peut hériter des même que ses parents. Je n'ai eu que l'occasion d'apercevoir celui de mon père lorsqu'il a voulu me faire peur pour mon anniversaire le soir d'Halloween. Un lion terrifiant !

Harmony perdit alors trois teinte, comme si toute la mélanine de sa peau s'était fait la malle sans demander son reste. Elle répondit au jeune homme d'une voix frisant l'horreur avant que Siobhan ne puisse rattraper la bourde. La pauvre... Ils peuvent... happer notre pouvoir ? Nous faire redevenir moldu ? Ils sont...terrifiants ! On ne peut pas les faire venir ici !

- Non ! Enfin, si... Enfin... Mais il n'y aura sans doute pas de détraqueur ! ...Bien joué Siobhan. Quelle as, rassurer les gens... Ce n'était pas à sa portée ! Pas avec une cohorte d'adolescent autours en tout cas. Elle allait ouvrir la bouche lorsque elle se fit couper par la professeur qui, elle ne savait pas du tout comment, les avaient entendus.

- Siobhan, Nel, je suis déçue ! Vous avez l'âge d'en savoir un peu plus. Vous êtes censés avoir tous les deux acquis la différence entre les légendes et la réalité. A tous, je vous conseille maintenant de parler d'autre chose avant le début du cours : vous verrez que les informations que vous cherchez  y seront données de manière parfaitement véridiques.

Elle resta c*nne sur le moment, cilla, et se demanda si elle avait bien entendu ce qu'elle avait entendu. En savoir plus, d'accord, elle n'avait pas fait étalage de ses connaissances et avait peut-être enjolivé les faits concernant les anciens gardiens d'Azkaban... Mais "la légende" ? De quoi pouvait-elle bien parler ? Siobhan n'en avait aucune idée mais se reprit rapidement et rétorqua avec toute l'assurance qui la caractérisait et d'une voix sympathique, mélodieuse. Navrée Madame Boccini, j'étais pourtant convaincue que les livres que l'on trouve à la bibliothèque n'étaient pas des romans fantaisiste du même acabit que les articles du Chicaneur, je resterais sur mes gardes la prochaine fois, et dans le doute, viendrais prendre conseil auprès d'une personne qualifiée. Merci, et désolée, ça ne se reproduira plus. Se tournant alors vers ses nouveaux camarades elle rajouta à leurs attention, sur le même ton que précédemment, très sérieuse J'ai cinq kilos de papier toilette à vendre au fait, top qualité, protégé par une épaisseur de cuir. Ca intéresse quelqu'un ? La jeune fille se surprit elle même, jamais elle n'avait eu à être aussi insolente tout en restant aussi respectueuse, tout comme elle n'avait jamais été aussi bonne comédienne de sa vie. Elle se tourna alors vers Nel et inclina légèrement la tête. Oh, au cas où tu n'ai pas entendu, je m'appelle Siobhan, enchantée. Nel, c'est un prénom d'origine Allemande non ?
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Reeves
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Jacob Reeves, Mer 14 Oct - 11:46


Les trois mots que Jacob retiendrait pendant cette journée - malheureusement - inoubliable?

Hibou, Tête, et Retard.

Trois fois, la sonnerie de son réveil-hibou avait retenti. Trois fois, Jacob avait choisi de l'ignorer, dans sa transe de mi-sommeil, ne trouvant ni la force, ni la volonté de s'arracher à l'agréable chaleur qu'avaient capturé les draps et les couvertures. Le Gryffondor savait pertinemment qu'il avait cours: seulement, il comptait sur un " pardon-je-le-referai-plus-promis " machinal pour se tirer d'affaire. Jusqu'ici, tout allait bien pour Jacob Reeves.

Connaissez-vous les réveils-hiboux? Le son de cette merveille augmente au fur et à mesure que le réveil sonne. Si on ne l'arrête pas très vite, ce réveil peut causer des troubles auditifs ( en général, c'était ce qui motivait les plus paresseux à se tirer du lit ). Le hibou passe d'un hululement sonore à la première sonnerie, un cri plus fort à la seconde, et à la troisième....

HUYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYYY!!!!!!!!

Jacob sursauta si brusquement que son crâne rencontra la rambarde de son lit. Un bruit de collision étouffé se fit entendre. Les jurons du jeune Gryffondor, eux, furent bien plus distincts. Il continuait à déverser des flopées d'injures, en dansant de douleur à travers le dortoir, jusqu'à ce que la douleur finisse par s'éclipser. Il se laissa tomber finalement sur son matelas, la . Rien de tel pour commencer la journée qu'une bosse sur le crâne. Jacob passa la main dans ses cheveux ébouriffés, et sentit en effet une protubérance à l'endroit de l'impact. Il poussa un soupir, puis tourna la tête vers le réveil-hibou, avant de l'envoyer valser d'un revers de main rageur. Il ramassa sa chemise qui traînait sur le sol depuis deux jours ( le week-end, Jacob avait l'étrange habitude de ne plus donner quelconque intérêt à ses affaires ), l'enfila, la boutonna, puis attacha sa cravate, et enfin revêtit sa robe de sorcier aux bords rouges.

Il devait se dépêcher: il était VRAIMENT en retard, compte tenu de la position de la salle commune par rapport à celle de la salle de DCFM. Il traversa son dortoir au pas de course, attrapant sa sacoche au passage, et descendit quatre à quatre les escaliers qui conduisaient à la salle commune des Gryffons. Vide, évidemment. La pièce avait le pouvoir de conserver une atmosphère chaleureuse même vide, sans feu, en hiver, à six heures et demie du matin. C'était en songeant à ce genre de choses que Jacob était heureux de s'être retrouvé à Gryffondor.( merci Choixpeau )

Mais il n'avait pas le temps de penser à ce genre de choses: il franchit la salle en trois secondes.

Il descendit les grands escaliers le plus rapidement qu'il put - la direction qu'ils prenaient ne dépendait pas de lui - il maudit à voix haute ces foutus étages et l'imbécile qui les avait enchantés. En se concentrant bien, et prenant les bons escaliers ( un exercice beaucoup plus difficile qu'il n'y paraissait )  il parvint à accéder au quatrième étage. Jacob gravit les escaliers quatre à quatre, s'aidant de la rampe pour gagner un peu de vitesse: il allait se faire terrasser par Boccini.

Il finit par atteindre la porte de la salle, essoufflé ; il frappa a la porte avant d'entrer. Il récita ses "excuses" sans réfléchir, et à sa grande surprise, Miss Boccini l'autorisa à accéder au cours sans problèmes. Tant mieux pour Jacob. Il esquissa un " merci, Miss " et, se réjouissant à l'avance du confort d'une bonne vieille chaise en bois ou poser ses fesses, le Lion constata avec surprise que les chaises et les bureaux de la salle avaient disparu. Il haussa un sourcil. Il fallait s'attendre à tout, lors des travaux pratiques de la Défense contre les Forces du Mal. Même à l'absence d'un tableau, et le titre du cours écrit en LETTRES DE FLAMMES. Boccini n'avait pas fait dans la finesse, cette fois. Néanmoins, Jacob se questionnait sur le thème du cours....Epouvantards, peut-être? Le lion avait hâte d'en savoir plus.

Il examina les élèves présents : aucune tête ne lui revenait. Il allait passer un cours seul? Bon, peut-être qu'il rencontrerait des gens cette fois. Il fallait dire qu'il n'avait pas des masses d'amis.

Il constata avec amusement que le cours ne composait que d'un seul Pouffy. Un sourire discret se dessina sur son visage lorsqu'il vit le pauvre Poufsouffle, un peu à l'écart, l'air vaguement gêné.



Revenir en haut Aller en bas
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Shela Diggle, Mer 14 Oct - 17:44


Pas le genre de gens à ne pas tenir parole, certes. Mais celle-là, j'pensais pas y arriver. J'pensais pas y arriver autant. N'exagérons rien. Je suis loin du compte. Surprise, alors ? Peut être. Je suis dans la demi-mesure. Entre-deux. Perdue sur une corde tendue au-dessus de l'inconnu. Désespérant. Mais toutefois pas désespérée. Même d'humeur aimable. Un peu à côté de la plaque, peut être. Là mais pas tout à fait. Certainement pas dans ou sur la lune, expression stupide, mais pas non plus dans cette enveloppe qu'est le corps. Entre les deux. Je crois. Aucune idée. La seule chose qui aurait pu m'arracher une grimace aurait été devoir remercier une certaine personne. Pas que j'n'en ai pas envie. C'est seulement... Et puis zut, pas comme si j'devais des explications. Comme si j'n'étais pas au courant, tiens, il n'y a qu'à moi que je rabâche sans cesse les mêmes histoires. Mes histoires. Celles que je vis, et celles que j'invente.

Je lâchais un cordial salut à Boccini en entrant dans la salle, vaste pièce tapissée de miroirs. Intéressant. J'avais pas d'autre mot, parce qu'en vérité c'n'était pas une idée que j'estimais plus que ça; des miroirs partout, nos reflets partout, impossible de dissimuler quoi que ce soit, en somme. Mais j'n'avais pas envie de changer aussi vite d'état d'esprit pour une si petite chose. On allait faire avec. J'ai pas mauvaise mine, y'a pas de problème, et l'thème du cours sympathique. Patronus, vous dites ? Fait longtemps que je n'en ai pas eu usage, en y réfléchissant. Quant au mot détraqué, j'avais du mal à l'allier à la boule d'énergie positive que représentait ce sortilège. Oh wait. Etre d'humeur tranquille suffisait pas à en créer un, si ? Il allait falloir forcer, apparemment. Pas génial, mais chut, tant pis, on fera avec. Pas besoin de tout foutre en l'air en chuchotant l'incantation permettant à ce petit monstre de grimper sur mes épaules. Assez vue, cette bête. Mieux vaut la garder loin de soi. J'avais d'ailleurs remarqué qu'elle avait tendance à réapparaitre plus souvent depuis que je tentais de la tenir, cette foutue parole.

Des gamins. Pas seulement, mais beaucoup de trolls sous l'âge légal avec lequel on pouvait se permettre d'aller un peu plus loin. Et Arcturus, aussi. Un chic type. Contrairement à Roch. Sincèrement, le jeune homme n'était pas un mauvais bougre, la dernière fois qu'on s'était adressé la parole, c'était avec des trucs consommables qu'il avait acheté pour d'autres que lui. Ah, tiens, la petite là-bas, cheveux noirs, l'air pas trop asociale et n'entrant pourtant dans aucune des vives discussions qui emplissaient la salle - et le champ auditif. Mmh, pourquoi pas ? Après tout, je n'vois pas d'inconvénients à se montrer chouette préfète à un membre de sa maison, me rappelle vaguement de sa bouille de nouvelle de cette année. (Thia)

- Salut. Déjà entrainée au maniement de la baguette ? Rooh, allez quoi, vu son âge, elle ne pourrait saisir un sens figuré à cette phrase. Un simple bonjour, j'vous jure.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 14 Oct - 23:21


Harmony se faufila derrière Elena et Lïnwe. A priori, elle venait d'entendre leur conversation puisqu'elle salua rapidement les deux élèves avant de répliquer:

- Bonjour Elena ! Coucou Lïnwe ! J'ai hâte aussi de voir ce qu'on va bien pouvoir faire ! Un détraqueur... Un détraqueur... Qu'est ce que c'est déjà ?

Aaah... si elle savait, elle ne les questionnerait pas dessus, c'était certain. Les détraqueurs. C'était sans doute l'une des pires créatures qui existent en ce monde, sans contesté. Elles aspiraient progressivement l'âme d'un être humain et prenaient tous leurs souvenirs heureux. Seule conséquence possible: la folie. Rien qu'en y pensant, le Gryffondor frissonna de la tête au pied. Il n'eut pas besoin de répondre à la jeune Serdaigle, les autres autour d'eux l'avaient aussi entendus et n'hésitèrent pas une seule seconde à lui répondre, prenant sûrement plaisir à raconter ce genre de choses:

- Bonjour ! Waouw, décidément je n'ai pas fini d'être surprise aujourd'hui... Vous semblez plutôt jeune pour participer à un cours portant sur les détraqueurs et sans doute les Moremplis, et tout ce qui y touche... Enfin, ne le prenez pas mal... Mais en général on n'apprend ces choses là que bien plus tard... J'espère pour vous que vous avez l'estomac bien accroché ! répondit l'un des élèves, une Serdaigle bien plus âgée qu'eux trois.

*Jeune ? Il n'y a pas d'âge pour apprendre ce genre de choses... nan mais oh, faut pas nous prendre pour des blaireaux non plus* s'énerva intérieurement le garçon. Certes, ça allait être plus dur pour eux que les septièmes années par exemple, mais ça ne servait à rien de les réduire en poussière avant même que le cours ne commence.

- Je vous présente Siobhan c'est aussi une Serdaigle. Je pense qu'elle a répondu à une partie des questions du coup. Et pour te répondre Harmony, les détraqueurs sont les anciens gardiens de la prison des sorciers un truc comme ça. C'est Siobhan qui m'en a parlé avant ton arriver. C'est vrai que c'est bizarre d'être accepté dans un cours pareil en vue de notre âge... expliqua Elena.

Lïnwe se contentait d'écouter les Serdaigles avant de dire quoi que se soit, il préservait surtout l'attention.

- J'ai aussi entendu dire que les détraqueurs sont des créatures qui peuvent happer votre pouvoir et vous rendre vulnérable, mais je doute un peu qu'on ai le droit d'utiliser ce genre de monstres, non ? Et concernant les patronus, est-ce qu'on peut hériter des même que ses parents. Je n'ai eu que l'occasion d'apercevoir celui de mon père lorsqu'il a voulu me faire peur pour mon anniversaire le soir d'Halloween. Un lion terrifiant ! intervint un jeune homme de Poufsouffle, légèrement plus vieux que le lionceau.

Visiblement, celui-ci n'était pas très à l'aise. Soit avec les gens, soit avec les détraqueurs ou soit avec la Défense Contre les Forces du Mal, à voir.

- Siobhan, Nel, je suis déçue ! Vous avez l'âge d'en savoir un peu plus. Vous êtes censés avoir tous les deux acquis la différence entre les légendes et la réalité. A tous, je vous conseille maintenant de parler d'autre chose avant le début du cours : vous verrez que les informations que vous cherchez  y seront données de manière parfaitement véridiques, s'exclama la prof.

*Wah, elle a du caractère* ne put s'empêcher d'analyser Lïnwe. Toutefois, il se demandait qu'est-ce qui n'était pas vrai là-dedans.
Pensif, c'est ainsi qu'il resta quelques minutes pendant que la dite Siobhan se répandait en excuses trop exagérées. Soudain, il se rappela une phrase du seul Poufsouffle présent dans la salle: « Et concernant les patronus, est-ce qu'on peut hériter des même que ses parents ? »

- Euh... Nel ? risqua-t-il. Je crois que l'on ne t'a pas répondu à propos du patronus. Il me semble que c'est possible dans ton cas, d'avoir un lion comme ton père. C'est surtout émotionnel comme truc, mais ça peut changer au cours de ta vie.

Le cours allait bientôt commencer, les derniers élèves arrivaient au pas de course, quelque peu essoufflés. Il y avait toujours des retardataires mais Lïnwe ne pouvait leur en vouloir, pour être lui aussi passé par là plus d'une fois.
Revenir en haut Aller en bas
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Nel Queen, Jeu 15 Oct - 15:22


- Merci pour cette réponse Lïnwe. Et non, c'est typiquement anglais.

Bien sûr, les légendes servent à impressionner ses camarades et influer leur imagination. Je sais bien qu'un détraqueur est une créature des ténèbres. Masse noire de forme humaine, vêtu d'une cape et se nourrir de la joie des personnes et on ressent comme un grand vide, un désespoir... Ai-je raison ? Je ne le sais pas et je ne m'affirme pas devant la classe. Je laisse planer le doute.

Le cours va bientôt débuter et mon cœur bat une mesure que je ne contrôle pas. Sourire gêné vers Siobhan, ça commence bien avec nous deux. La prof nous réprimande légèrement, mais je n'en tiens pas rigueur. Je continue discrètement à manger mes friandises d'un air innocent. La gourmandise, c'est connu chez les Pouffycâlineurs.

Peu à peu, je me rapprochais du groupe des serdaigles en délaissant les serpentards que je n'apprécie pas du tout. Et sur le ton de l'humour, je leur lance une petite pique.

- Hé ! Mais vous êtes les derniers sur le sablier, c'est pour ça que vous venez aussi nombreux à ce cours ? Je parie deux gallions que j'aurais plus de points que vous.

Regard innocent, sourire aux commissures...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Invité, Jeu 15 Oct - 18:27


Alors qu'elle regardait le Pouffy, Harmony prit la parole. Elena remarqua rapidement qu'elle était pas très à l'aise après ce qu'avait dit Sio. Elle l'écouta parler sans détourner le regard.

- Enchantée Siobhan ! Les détraqueurs sont d'anciens gardiens de prison ? Comme celle d'Azkaban ? Mais pourquoi le professeur nous ferais affronter ça ? 

Puis elle répondit à la question au sujet de Lïnwe.

- Eh bien... On s'est rencontré au Lac un week-end et Lïnwe s'est disputé avec ma sœur... Un longue histoire... 

La jeune aigle n'ajouta pas de commentaire, elle s'en voulait déjà d'avoir parlé du sujet et avait bien compris qu'Harmony regrettait la situation. Appréciant son amie autant que le Gryffondor, elle espéra que ça s'arrange rapidement et que la conversation entre eux-deux soit aussi fluide que ça l'était pour elle.
Siobhan entreprit de répondre à ses questions tout en essayant apparemment de détendre l'atmosphère.

- Entre autre oui. J'ai lu des choses là dessus, mais je n'en ai jamais vu. Peut-être qu'ils ont tout bonnement disparus ou qu'ils vivent -ou persistent... ?- tous à un endroit caché des yeux de tous. Peu de chance que ça en soit un de toute manière. On peut s'entraîner au sortilège du Patronus sans, logiquement...

Elena n'eut pas eu à dire mot pour que le Poufsouffle ce joigne à eux. Il avait du comprendre qu'aucun d'entre eux n'allait le manger et qu'il pouvait donc rejoindre la conversation plutôt que rester seul.

- Enchanté, moi c'est Nel Queen. J'ai aussi entendu dire que les détraqueurs sont des créatures qui peuvent happer votre pouvoir et vous rendre vulnérable, mais je doute un peu qu'on ai le droit d'utiliser ce genre de monstres, non ? Et concernant les patronus, est-ce qu'on peut hériter des même que ses parents. Je n'ai eu que l'occasion d'apercevoir celui de mon père lorsqu'il a voulu me faire peur pour mon anniversaire le soir d'Halloween. Un lion terrifiant ! 

Il n'en fallut pas plus pour qu'Harmony ressemble à un fantôme. Aussi pâle qu'un cachet d'aspirine.

- Ils peuvent... happer notre pouvoir ? Nous faire redevenir moldu ? Ils sont...terrifiants ! On ne peut pas les faire venir ici !

La grande aigle essaya de nouveau de rassurer sans grande conviction.

Non ! Enfin, si... Enfin... Mais il n'y aura sans doute pas de détraqueur ! 

Puis la gros choque. La prof qui repend Sio et Nel d'un coup.

Siobhan, Nel, je suis déçue ! Vous avez l'âge d'en savoir un peu plus. Vous êtes censés avoir tous les deux acquis la différence entre les légendes et la réalité. A tous, je vous conseille maintenant de parler d'autre chose avant le début du cours : vous verrez que les informations que vous cherchez  y seront données de manière parfaitement véridiques. 

Elena fût tellement choquer qu'elle n’aperçut pas que d'autres élèves entrer ou parler. Elle ne savait pas si elle devait rire ou se retenir. Les paroles de Sio la sortirent de ses pensées. Elle esquissa même un énorme sourire en entendant :

- J'ai cinq kilos de papier toilette à vendre au fait, top qualité, protégé par une épaisseur de cuir. Ça intéresse quelqu'un ? 

Avant même qu'elle eut le temps de proposer à la grande Serdaigle d'y emprunter ses livres plutôt que de s'en service de papier toilette, Lïnwe prit la parole pour répondre à une des questions qu'avait posé le pouffy.

- Euh... Nel ? Je crois que l'on ne t'a pas répondu à propos du patronus. Il me semble que c'est possible dans ton cas, d'avoir un lion comme ton père. C'est surtout émotionnel comme truc, mais ça peut changer au cours de ta vie.

Alors que le Poufsouffle remerciait le Gryffondor, Elena le regarda se rapprocher, mangeant continuellement des friandises. Et la le deuxième choque de la matinée. Elle qui avait eu la gentillesse de faire en sorte qu'il vient parler avec eux se permettait de se moquer ouvertement.

- Hé ! Mais vous êtes les derniers sur le sablier, c'est pour ça que vous venez aussi nombreux à ce cours ? Je parie deux gallions que j'aurais plus de points que vous. 

Il n'en fallait pas plus pour la jeune fille, elle n'était pas du genre vulgaire pour se défendre ou à taper en premier, elle avait appris à utiliser les mots comme d'une arme. Elle ne se donna pas la peine de se rapprocher de lui, levant ses yeux, elle les plissa légèrement et tout en forçant un sourire lui répondit :

- Nous venons étudier, ce qu'apparemment tes camarades ne font pas. Ils sont où déjà ? Elle fit mine de chercher des Poufsouffle dans la salle. Mais oui bien sûr je comprends tu es tellement apprécié qu'aucun n'a voulu être avec toi. Tu crois quoi ? Que c'est en essayant de nous rabaisser que ça te fera gagner des points dans leurs estimes?
Retourne donc dans ton coin faire l'enfant avec tes bonbons. Le Choixpeau à dû très certainement faire une erreur de maison.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Invité, Jeu 15 Oct - 18:27


- Euh... Nel ? répondit le jeune blondinet. Je crois que l'on ne t'a pas répondu à propos du patronus. Il me semble que c'est possible dans ton cas, d'avoir un lion comme ton père. C'est surtout émotionnel comme truc, mais ça peut changer au cours de ta vie.

Siobhan venait à peine de le rencontrer mais elle ne l'appréciait déjà pas, par chance chez elle la première impression ne faisait que la moitié de son jugement final. Une chose était certaine, elle allait se méfier du lionceau. Enfin bref. La remarque de la prof' l'avait déjà mise en rogne, elle était déjà pas mal irritable cette semaine mais là c'était le ponpon, elle espérait que tout allait se passer pour le mieux par la suite et qu'elle n'aurait pas à sortir de ses gonds pour de bon, sa maison était dernière, et sa causticité n'allait rien arranger si elle ouvrait la bouche et déversait sa colère. Elle prit une grande inspiration et conserva son sourire pour se donner l'air calme, elle excellait dans ce domaine.

- Merci pour cette réponse Lïnwe. Et non, c'est typiquement anglais. leurs répondit le Poufsouffle avant d'ajouter à l'attention des trois Serdaigles tout en se rapprochant d'elles, Hé ! Mais vous êtes les derniers sur le sablier, c'est pour ça que vous venez aussi nombreux à ce cours ? Je parie deux gallions que j'aurais plus de points que vous.

Siobhan écarquilla les yeux et son sang ne fit qu'un tour. *Non... Il... Il n'a pas osé... ?!* elle le foudroya littéralement du regard, et son expression glaciale aurait fait passer les vents d'Islande pour un sirocco ardent. Elle serra les dents et une flopée d'insultes classe et amère lui vinrent à l'esprit. *Pour qui il se prend celui là ?*

Elle leva sa baguette et d'un geste sec la pointa vers lui lorsque un bref éclair lumineux en jaillit, le jeune homme se retrouva propulsé en arrière et vint faire la bise au miroir derrière lui ! C'était un comble d'embrasser son reflet, lui qui semblait si imbus de lui même !... Puis la sorcière revint à elle et regretta déjà que ce ne soit que de simples pensée agréable. M*rde. Elle allait ouvrir la bouche mais Elena la devança, pour son plus grand plaisir.

- Nous venons étudier, ce qu'apparemment tes camarades ne font pas. Ils sont où déjà ? Elle fit mine de chercher des Poufsouffle dans la salle. Mais oui bien sûr je comprends tu es tellement apprécié qu'aucun n'a voulu être avec toi. Tu crois quoi ? Que c'est en essayant de nous rabaisser que ça te fera gagner des points dans leurs estimes?
Retourne donc dans ton coin faire l'enfant avec tes bonbons. Le Choixpeau à dû très certainement faire une erreur de maison.


Siobhan exulta intérieurement et fut épatée de la réaction de sa jeune camarade, si bien qu'un large sourire incontrôlé vint illuminer son visage. Elle réprima un rire et mua son expression faciale en un sourire en apparence plus doux mais qui pour les moins abrutis laissait voir une "pointe" méprisante. Elle rajouta alors sans qu'il n'ai le temps de répondre: Tes sucreries ne te suffisent pas à couvrir toute l'amertume que tu accumule en toi même ? Tu m'en vois navrée... Tu en es si pleins que tu te sens obliger de déverser ton venin sur ceux qui t'entourent, pas étonnant que tu sois seul. Tu drapes la vile nudité de ta scélératesse sous une apparence de gosse propre sur lui mais tu ne peux retenir tes propre conneries. Je suis certains qu'il y a de très bons spécialiste qui pourraient t'aider, tu devrais y songer avec de te retrouver haletant et amoché dans un coin. Je te dis ça en toute amitié. Tu nous as fais un compliment alors laisse-moi te donner un conseil en tout humilité... Évite de te comporter en abruti et tu verras qu'on t'apprécieras sans do-... Elle l'avisa rapidement de la tête au pied et resta figée sur son sourire agaçant, puis grimaça et se reprit. Ouais, non... Oublie ce que j'ai dis...
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Célya L. Shake, Jeu 15 Oct - 19:06


Massant ses joues délicatement avec une crème hydratante, Célya observait ses yeux fatigués. Il était encore tôt pour la jeune fille, qui n'avait pas passé la meilleure des nuits. L'insomnie l'avait gagnée dès lors qu'elle s'était installée dans son lit et elle n'avait eu que des petits moments de sommeil qui n'avaient pas réussi à la requinquer. En plus, une des filles du dortoir ronflait, ce qui perturbait le calme de son insomnie. La blondinette bâilla et mit de l'anti-cernes, avant de se maquiller légèrement les yeux et de passer un coup de gloss sur ses lèvres. Elle termina de se préparer en attachant ses cheveux en une demi-queue et enfila son uniforme. En se regardant dans le miroir, Célya trouva qu'elle avait une bonne mine mais ses yeux trahissaient sa fatigue.

Fin prête pour attaquer une longue journée de cours, la bleu et bronze se rendit dans la Grande Salle où son petit déjeuner l'attendait. Des œufs sur le plat, des tartines grillés, de la confiture de fraise, du jus de citrouille et de l'eau. Ce fut un bon repas, qui remplit bien l'estomac de Célya, jusqu'à la rendre presque lourde et ensommeillée. Bâillant pour au moins la trentième fois depuis qu'elle était levée, la blondinette monta jusqu'au quatrième étage où le cours de Défense contre les Forces du Mal était donné. Le Professeur Boccini leur réservait encore une surprise, puisque son cours n'aurait pas lieu dans la salle de classe habituelle. Célya était curieuse de connaître le thème qu'elle avait choisi.

En entrant dans la fameuse salle, la blondinette fut complètement abasourdie. Il n'y avait pas de murs, ou du moins ceux-ci étaient entièrement recouverts de grands miroirs. Il y avait déjà quelques élèves présents, en petits groupes éparpillés dans l'espace disponible. Avec les reflets, on aurait dit que la salle était bondée. Il n'y avait aucune chaise, aucun banc, juste une grande armoire intrigante. Célya s'avança doucement, observant ses nombreux reflets. Elle n'aimait pas trop ça, mais bon...

« Bonjour Professeur ! » s'exclama-t-elle en passant devant la beauté fatale blonde.

Il y avait là une petite bande de Serdaigle, mais pas que. Célya s'en rapprocha, sentant qu'une certaine tension régnait dans l'atmosphère. Elle connaissait au moins tous les visages présents, vu qu'elle avait été Préfète jusqu'à récemment, mais elle ne parvenait pas à remettre les noms.

« Salut par ici ! Alors, on fait des pronostics sur le contenu de l'armoire ? » fit-elle sur un ton enjoué.

Il fallait dire que sa curiosité était piquée à vif. Une armoire, seule trônant au milieu d'une pièce remplie de miroirs... En laissant traîner son regard, Célya vit que des lettres de flammes indiquaient le thème du cours. Les patronus ? Les Détraqueurs ? Ha bah... elle n'avait pas vu plus tôt l'inscription, et pourtant, elle était quand même voyante. Cela promettait d'être intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Ted Rosebury
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Ted Rosebury, Jeu 15 Oct - 20:26


Comme prévu, le serpentard était arrivé au cours en avance, et il attendait donc patiemment que le cours commence. Contre l'ennui, il avait toujours ses petits « jeux », qui consistaient à observer un peu en détails les autres, ce qui l'amusait la plupart du temps. Mais cette fois-ci, il avait vite perdu patience. Rien de pire que de devoir subir les piaillement de ces petits idiots hystériques et ne sachant pas se tenir. Dans tous les sens les conversations fusaient : « Oh mon dieu, que crois-tu qu'il y ait dans cette armoire ? -Oh selon le titre du cours il se peut que ça soit un détraqueur ? - Mais c'est bien trop dangereux ! - Ah oui je ne sais pas. Tu crois qu'on va faire des patronus ? - Oulalah, c'ets bien trop compliqué pour moi, je n'y arriverai jamais ! - E si ce n'est pas un détraqueur, qu'est-ce que ça peut-être ? - Mais c'est trop dangereux ! » Rajoutez la voix d'adolescente excitée et impatiente et vous aurez l'immonde tableau sonore que devait supporter le serpentard. Et lui, muré dans son mutisme, attendait. Il aurait aimé crier : mais bon sang, arrêtez de vous poser des questions stupides et attendez donc le début du cours ! Vous saurez enfin ! Pas besoin de passer une heure dessus. Mais malheureusement pour lui il ne disait rien, histoire de pas se faire remarquer dès le début, et le blabla incessant continuait.

  Ah c'était fou, il y avait là des adolescents bien plus grands que lui, et il avait l’impression qu'ils n'étaient que des gamins excités devant leur premier cours de magie. Bon, il y avait bien un petit poufsouffle qui paraissait bien jeune, et ses questions stupides pouvaient être excusées par son jeune âge, même s'il était en faite plus vieux que Ted. Mais les autres s'en posaient des tout aussi stupides. Heureusement que le professeur fit elle-même une petite réflexion, et dès ce moment Ted sut qu'il passerait finalement un bon cours. Enfin, il priait tout de même pour que ce dernier commence rapidement, histoire de fermer le clapet de ces aigles aux piaillements de poules effarouchées. Mais la situation changea quelque peu quand le jeune poufsouffle s'essaya à un trait d'humour :

- Hé ! Mais vous êtes les derniers sur le sablier, c'est pour ça que vous venez aussi nombreux à ce cours ? Je parie deux gallions que j'aurais plus de points que vous. 
 
  Hop ! Ni une ni deux, les aigles montaient sur leurs grands rochers, et ne se lacèrent point d'attaquer ce pauvre jeune homme, bec et serres. Ah c'était ça vouloir faire une pique avec des imébciles.

- Nous venons étudier, ce qu'apparemment tes camarades ne font pas. Ils sont où déjà ? lança une première bleu et bronze. Mais oui bien sûr je comprends tu es tellement apprécié qu'aucun n'a voulu être avec toi. Tu crois quoi ? Que c'est en essayant de nous rabaisser que ça te fera gagner des points dans leurs estimes?
Retourne donc dans ton coin faire l'enfant avec tes bonbons. Le Choixpeau à dû très certainement faire une erreur de maison.


  Et une autre nuée de coup arriva :

  -Tes sucreries ne te suffisent pas à couvrir toute l'amertume que tu accumule en toi même ? Commença à renchérir un seconde serdaigle. Tu m'en vois navrée... Tu en es si pleins que tu te sens obliger de déverser ton venin sur ceux qui t'entourent, pas étonnant que tu sois seul. Tu drapes la vile nudité de ta scélératesse sous une apparence de gosse propre sur lui mais tu ne peux retenir tes propre conneries. Je suis certains qu'il y a de très bons spécialiste qui pourraient t'aider, tu devrais y songer avec de te retrouver haletant et amoché dans un coin. Je te dis ça en toute amitié. Tu nous as fais un compliment alors laisse-moi te donner un conseil en tout humilité... Évite de te comporter en abruti et tu verras qu'on t'apprécieras sans do-... Elle l'avisa rapidement de la tête au pied et resta figée sur son sourire agaçant, puis grimaça et se reprit. Ouais, non... Oublie ce que j'ai dis...

  C'en était trop. Il était temps que quelqu'un de censé s'en mêle. Oh le jeune homme ne venait pas défendre le poufsouffle, loin de là cette idée grotesque. Non, il voulait juste fermer le clapet de ces aigles un poil trop désagréables. Et puis pour remédier à l'ennui, et moins attendre le début du cours, rien de mieux que se mêler un peu de la vie des autres, souvent guère passionnante :

  -Et bien, je crois que c'est vous que le Choixpeau a mal réparties, commença-t-il. Les serdaigles ne sont-ils pas censés être intelligents ? Alors pourquoi être vous trop stupides pour reconnaître de l'humour ? Oh c’est facile de monter sur ses grands chevaux et s'en prendre verbalement à un élève en deux contre un. Alors s'il vous plaît, rangez votre rhétorique, et allez chercher les définitions de « ton léger », « humour » et « blague » dans un dictionnaire. Enfin j'espère que vous savez quand même vous en servir. Et puis aux dernières nouvelle, si j'ai bien vu les sabliers ce matin, vous êtes bien derniers. Alors si vous n'assumez pas votre maison, c'est votre problème, mais pas besoin de vous en prendre à la première personne qui vous dira une chose réelle, sur le ton de la plaisanterie qui plus est.  Et toi (en se tournant vers le poufsouffle), je veux bien parier comme toi. Elles ont l'air si stupides que cela m'étonnerait qu'elles aient une bonne note.

  Et pendant qu'il avait parlé il avait bien fixé les deux intéressés d'un regard foudroyant soit Siobhan et Elena, dont il ignorait pour l'instant le nom. Cela faisait longtemps qu'il en s'était pas ainsi fâché. Maintenant il ne restait plus que le cours commence, et il passerait une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Invité, Jeu 15 Oct - 21:50


- Et bien, je crois que c'est vous que le Choixpeau a mal réparties, commença-t-il. Les serdaigles ne sont-ils pas censés être intelligents ? Alors pourquoi être vous trop stupides pour reconnaître de l'humour ? Oh c’est facile de monter sur ses grands chevaux et s'en prendre verbalement à un élève en deux contre un. Alors s'il vous plaît, rangez votre rhétorique, et allez chercher les définitions de « ton léger », « humour » et « blague » dans un dictionnaire. Enfin j'espère que vous savez quand même vous en servir. Et puis aux dernières nouvelle, si j'ai bien vu les sabliers ce matin, vous êtes bien derniers. Alors si vous n'assumez pas votre maison, c'est votre problème, mais pas besoin de vous en prendre à la première personne qui vous dira une chose réelle, sur le ton de la plaisanterie qui plus est. Et toi (en se tournant vers le poufsouffle), je veux bien parier comme toi. Elles ont l'air si stupides que cela m'étonnerait qu'elles aient une bonne note.

Siobhan resta perplexe sur le coup et avisa rapidement le jeune homme qui venait d'intervenir héroïquement, quelle classe, quelle prestance, elle en aurait presque eu des chatouillis au bas ventre... Ou pas. Elle inspira calmement et le laissa s'exprimer librement sans sourciller, la mine paisible et plus détendue que précédemment. *Un adversaire à ma mesure ?* Peut-être que l'attente allait finalement être un brin divertissante. Ébauche de sourire, malice dans l'oeil, la belle Irlandaise répondit sur un ton léger, volubile comme à son habitude.

- Quelle surprise, je vais finir par croire que le Choixpeau est à côté de la plaque depuis un sacré bout d'temps, et ici, la seule chose mal répartie, c'est la tienne. Un Serpentard prenant la défense d'un pauvre opprimé ? Je dois me faire des idées, sans doute fais-tu cela uniquement dans le but de te sentir important ou bien ta bouche est-t'elle si pleine de conneries que tu doivent en débiter un flot continu pour ne pas t'étouffer dans ton propre venin ? Si ça peut te rassurer tu fais honneur à ta maison. Encore un sot qui se laisse berner par un ton et des mots et qui fait abstraction du langage corporels. Peu importe après tout, inutile de faire étalage de ces connaissances qui de toute évidence t'échappent, autant jouer aux échecs avec une poule: elle chiera sur le damier et au final se pavanera comme si elle avait gagné. En parlant de dictionnaire, tu iras chercher, avec l'aide de tes camarades si le besoin s'en fait sentir, le sens du mot "ironie" et peut-être que par la suite tu réfléchiras à deux fois avant d'intervenir et d'avoir l'air idiot. Je salue tout de même l'essai. Néanmoins permet-moi de te faire part d'un proverbe qui pourra te servir, dit-elle en se rapprochant légèrement pour parler à voix basse, mieux vaut se taire et passer pour un c*n que de l'ouvrir et n'en laisser aucun doute.

Elle n'attendait pas de riposte, ou plutôt elle s'en fichait carrément et se détourna de lui sans lui accorder un regar. Ca n'aurait pas été le premier gus à lui chercher des noises, ni le premier à user de mots pour tenter de l'abattre. Peu importe. Bien qu'elle trouvait son intervention inutile et vaine, elle avait néanmoins au fond d'elle une certaine admiration pour le jeune homme, jouter avec le langage ne s'invente pas et aussi médiocre était-il, il avait le mérite d'avoir essayé. Siobhan inspira finalement à pleins poumons et gonfla sa poitrine, l'attention que lui avait demandé le sympathique échange lui avait fait oublier ses angoisses et l'avait galvanisée.
Revenir en haut Aller en bas
Jacob Reeves
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Jacob Reeves, Jeu 15 Oct - 21:59


Jacob, toujours seul dans son coin, à esquisser dans sa tête des théories sur le sujet du cours, entendit des voix monter sur sa droite. Il tourna la tête et vit la grappe d'élèves qu'il avait vus en entrant ( respectivement Nel, Siobhan, Elena ) échanger un débat pour le moins animé. Deux Serdaigles aux yeux bleus à l'air froid avaient l'air de s'acharner sur le pauvre Poufsouffle qui n'avait apparemment aucun élève de sa maison sur lequel s'appuyer. Il était tout à fait vulnérable.

Le Gryffondor se rapprocha afin de mieux entendre la nature de la dispute.
-... Nous venons étudier, ce qu'apparemment tes camarades ne font pas. Ils sont où déjà ? fit l'une des Serdaigles. Mais oui bien sûr je comprends tu es tellement apprécié qu'aucun n'a voulu être avec toi. Tu crois quoi ? Que c'est en essayant de nous rabaisser que ça te fera gagner des points dans leurs estimes?
Retourne donc dans ton coin faire l'enfant avec tes bonbons. Le Choixpeau à dû très certainement faire une erreur de maison.


L'autre bleu et bronze enchaîna aussi sec:

 -Tes sucreries ne te suffisent pas à couvrir toute l'amertume que tu accumule en toi même ?. Tu m'en vois navrée... Tu en es si pleins que tu te sens obliger de déverser ton venin sur ceux qui t'entourent, pas étonnant que tu sois seul. Tu drapes la vile nudité de ta scélératesse sous une apparence de gosse propre sur lui mais tu ne peux retenir tes propre conneries. Je suis certains qu'il y a de très bons spécialiste qui pourraient t'aider, tu devrais y songer avec de te retrouver haletant et amoché dans un coin. Je te dis ça en toute amitié. Tu nous as fais un compliment alors laisse-moi te donner un conseil en tout humilité... Évite de te comporter en abruti et tu verras qu'on t'apprécieras sans do-...  Ouais, non... Oublie ce que j'ai dis...


Wow, wow, wow! Ca partait carrément en clash! Jacob, intéressé, s'approcha, afin d'avoir l'na en même temps qu'un Serpentard élancé se joignait, lui aussi, la conversation. Une autre Serdaigle, qui succomba à son tour à la curiosité ( Celya )

Le Serpentard prit la parole:

 -Et bien, je crois que c'est vous que le Choixpeau a mal réparties, commença-t-il. Les serdaigles ne sont-ils pas censés être intelligents ? Alors pourquoi être vous trop stupides pour reconnaître de l'humour ? Oh c’est facile de monter sur ses grands chevaux et s'en prendre verbalement à un élève en deux contre un. Alors s'il vous plaît, rangez votre rhétorique, et allez chercher les définitions de « ton léger », « humour » et « blague » dans un dictionnaire. Enfin j'espère que vous savez quand même vous en servir. Et puis aux dernières nouvelle, si j'ai bien vu les sabliers ce matin, vous êtes bien derniers. Alors si vous n'assumez pas votre maison, c'est votre problème, mais pas besoin de vous en prendre à la première personne qui vous dira une chose réelle, sur le ton de la plaisanterie qui plus est.  Et toi (en se tournant vers le poufsouffle), je veux bien parier comme toi. Elles ont l'air si stupides que cela m'étonnerait qu'elles aient une bonne note.

Jacob éclata de rire. C'était le genre de tribune qu'il se délectait de regarder. Il craignait cependant les représailles des Aigles. Elles n'avaient clairement pas l'air de plaisanter.
Revenir en haut Aller en bas
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Nel Queen, Jeu 15 Oct - 22:56


Comme dit la bonne vieille devise de Poudlard ! Il ne faut pas chatouiller un dragon qui dort. Et encore moins un Pouffys à l'attaque éclair aussi impressionnante que la foudre qui s'abat sur terre en plein milieu d'une bruine qui vous perle la joue comme des larmes. Oui, comme des larmes causé par l'ironie et l'esprit acéré de Siobhan et Elena.

Les friandises tombent de ma main, une poigne ferme qui se resserre et tremblote à peine. La colère, un sentiment que j'ai très peu ressenti et d'une pure énergie qui grandit en moi.

La lumière s'éveille, pas besoin d'images. Mon âme se donne, mon esprit s'accorde dans un torrent violent. Découvert, tu t'exposes face à moi. Désireux que je vienne pour me dévorer de tes paroles acerbes. Je sens la folie naître. Dans ce prélude des êtres, le combat fait rage. Je me morfonds, les éclats vibrent dans la fureur. Symbole de notre ivresse, rien ne t'appartient de me suivre. Je sens ton esprit vide et dévêtu. Affranchi de tout grabuge, j'entre-aperçois le refuge, resurgit tes passades frivoles de non-sens. Sensation d'un grand désordre. Je m'évade dans l'inconnu, je lève ma baguette.

# Electrocorpus !

La misère de mes jours resurgit pendant un cours instant. Le doute s'efface, le démon s'échappe. Plus de chambre, plus de maison, un simple sort dévastateur qui vise Siobhan et cette fois, ce n'est pas qu'une pensée. Je passe à l'acte ! Mon être vagabonde dans les mystérieux recoins de ma tête. A l'affût d'un souvenir réconfortant. Je me saisis d'un instant qui pourrait effrayer les plus sensibles.

Voilà donc l'attaque éclair d'un Pika ! A l'affût certain d'une réplique... Bien évidemment, mon attaque n'est pas bien efficace pour blesser quelqu'un...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Invité, Jeu 15 Oct - 23:29


Alors qu'elle venait tout juste de finir de parler, Sio' enchaîna à la suite. Elle avait encore moins apprécié apparemment.

- Tes sucreries ne te suffisent pas à couvrir toute l'amertume que tu accumule en toi même ? Tu m'en vois navrée... Tu en es si pleins que tu te sens obliger de déverser ton venin sur ceux qui t'entourent, pas étonnant que tu sois seul. Tu drapes la vile nudité de ta scélératesse sous une apparence de gosse propre sur lui mais tu ne peux retenir tes propre conneries. Je suis certains qu'il y a de très bons spécialiste qui pourraient t'aider, tu devrais y songer avec de te retrouver haletant et amoché dans un coin. Je te dis ça en toute amitié. Tu nous as fais un compliment alors laisse-moi te donner un conseil en tout humilité... Évite de te comporter en abruti et tu verras qu'on t'apprécieras sans do-... Elle l'avisa rapidement de la tête au pied et resta figée sur son sourire agaçant, puis grimaça et se reprit. Ouais, non... Oublie ce que j'ai dis...

Alors qu'elle pensait que tout s'arrêterait là, à sa bonne surprise un Serpentard défendit Nel.

- Et bien, je crois que c'est vous que le Choixpeau a mal réparties, commença-t-il. Les serdaigles ne sont-ils pas censés être intelligents ? Alors pourquoi être vous trop stupides pour reconnaître de l'humour ? Oh c’est facile de monter sur ses grands chevaux et s'en prendre verbalement à un élève en deux contre un. Alors s'il vous plaît, rangez votre rhétorique, et allez chercher les définitions de « ton léger », « humour » et « blague » dans un dictionnaire. Enfin j'espère que vous savez quand même vous en servir. Et puis aux dernières nouvelle, si j'ai bien vu les sabliers ce matin, vous êtes bien derniers. Alors si vous n'assumez pas votre maison, c'est votre problème, mais pas besoin de vous en prendre à la première personne qui vous dira une chose réelle, sur le ton de la plaisanterie qui plus est.  Et toi (en se tournant vers le poufsouffle), je veux bien parier comme toi. Elles ont l'air si stupides que cela m'étonnerait qu'elles aient une bonne note. 

Souhaitant prendre la parole, elle ce fit devancer par son amie qui ne ce laissa pas faire. Elena assista la scène comme spectatrice.

- Quelle surprise, je vais finir par croire que le Choixpeau est à côté de la plaque depuis un sacré bout d'temps, et ici, la seule chose mal répartie, c'est la tienne. Un Serpentard prenant la défense d'un pauvre opprimé ? Je dois me faire des idées, sans doute fais-tu cela uniquement dans le but de te sentir important ou bien ta bouche est-t'elle si pleine de conneries que tu doivent en débiter un flot continu pour ne pas t'étouffer dans ton propre venin ? Si ça peut te rassurer tu fais honneur à ta maison. Encore un sot qui se laisse berner par un ton et des mots et qui fait abstraction du langage corporels. Peu importe après tout, inutile de faire étalage de ces connaissances qui de toute évidence t'échappent, autant jouer aux échecs avec une poule: elle chiera sur le damier et au final se pavanera comme si elle avait gagné. En parlant de dictionnaire, tu iras chercher, avec l'aide de tes camarades si le besoin s'en fait sentir, le sens du mot "ironie" et peut-être que par la suite tu réfléchiras à deux fois avant d'intervenir et d'avoir l'air idiot. Je salue tout de même l'essai. Néanmoins permet-moi de te faire part d'un proverbe qui pourra te servir, dit-elle en se rapprochant légèrement pour parler à voix basse, mieux vaut se taire et passer pour un c*n que de l'ouvrir et n'en laisser aucun doute.

Alors que Siobhan tournait le dos, la jeune aigle entendit le Poufsouffle riposter mais, surement pas de la façon dont elle aurait pensé. Au moment ou elle le vit lever sa baguette, Elena pris la sienne et riposta.

# Electrocorpus !

# Protego !

Elle n'était pas vraiment choquer mais, ahuri de voir jusqu'ou avait dégénéré la situation. Prenant sur elle, la jeune sorcière répondit en premier lieu au Serpentard qui avait protégé Nel.

- Écoute, c'était certes une plaisanterie pour vous, mais ça reste provoquant et dénigrant pour nous en quelques sortes. Et en quoi le fait de riposter fait que, nous n'assumons pas notre maison ? Je suis fière d'être chez Serdaigle, sinon je ne serai pas ici à vouloir apprendre. Puis elle se tourna vers le Poufsouffle. Quant à toi, si tu as autant la gâchette facile évite de te moquer des autres sans penser aux conséquences. Tu es peut-être plus grand que moi mais, ce n'est pas pour autant que je me laisserai faire. Le ton était peut-être sur la plaisanterie mais, le sujet rester délicat et n'importe qui aurait pu s'en rendre compte. Nous sommes derniers en points oui c'est vrai, mais ce n'est sûrement pas pour ça que nous venons assister au cours. Nous venons pour étudier comme toutes les personnes présentes.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 15 Oct - 23:57


- Hé ! Mais vous êtes les derniers sur le sablier, c'est pour ça que vous venez aussi nombreux à ce cours ? Je parie deux gallions que j'aurais plus de points que vous, railla soudain le seul Poufsouffle dans la pièce.

Le lionceau arqua un sourcil. *WTF ? Eh beh... il en avait du culot pour dire cela, seul contre une petite bande de rapaces* Toutefois, qu'est-ce qu'espérait l'étudiant jaune et noir ? Un rire général ? Attirer l'attention sur lui ? Se faire remarquer par la prof ? Ou encore, se faire peut être séquestrer par les Serdaigles ? Bien étrange façon de montrer ses valeurs en manquant aussi peu de respect envers ses camarades de classe.
Et il ne fallut pas longtemps pour que les bleus répliquent d'une manière cinglante, le prenant... très mal. En même temps, ça pouvait se comprendre mais ce qu'avait dit le garçon n'était pas forcément faux. C'était un vrai match à la manière de ce sport moldu qui se joue avec une raquette et une petite balle jaune et blanche. Lïnwe tournait légèrement la tête de droite à gauche pour observer les différentes réactions qui fusaient de toute part.

- Nous venons étudier, ce qu'apparemment tes camarades ne font pas. Ils sont où déjà ? Mais oui bien sûr je comprends tu es tellement apprécié qu'aucun n'a voulu être avec toi. Tu crois quoi ? Que c'est en essayant de nous rabaisser que ça te fera gagner des points dans leurs estimes?
Retourne donc dans ton coin faire l'enfant avec tes bonbons. Le Choixpeau à dû très certainement faire une erreur de maison
, lança Elena telle un aigle serrant contre lui sa proie.

Le Gryffondor arqua son sourcil encore plus haut, entre la surprise, le dégoût et l'irritation. Il ne connaissait pas ce côté peu sympathique d'Elena, apparemment il ne fallait pas la chercher bien longtemps.*Les Serdaigles sont vraiment susceptibles...* Puis ce fut au tour de la septième année, qui ne paraissait guère sympathique à Lïnwe:

Tes sucreries ne te suffisent pas à couvrir toute l'amertume que tu accumule en toi même ? Tu m'en vois navrée... Tu en es si pleins que tu te sens obliger de déverser ton venin sur ceux qui t'entourent, pas étonnant que tu sois seul. Tu drapes la vile nudité de ta scélératesse sous une apparence de gosse propre sur lui mais tu ne peux retenir tes propre conneries. Je suis certains qu'il y a de très bons spécialiste qui pourraient t'aider, tu devrais y songer avec de te retrouver haletant et amoché dans un coin. Je te dis ça en toute amitié. Tu nous as fais un compliment alors laisse-moi te donner un conseil en tout humilité... Évite de te comporter en abruti et tu verras qu'on t'apprécieras sans do-...

Ah oui ? Vraiment ?... *Elle se sent vraiment plus celle-là...* se dit intérieurement le garçon. De premier abord, il ne l'avait pas tellement appréciée, elle était fausse. Le genre de personne qui te poignarde dans le dos avec ses serres lorsque le moment lui convient. A fortiori, elle pétait plus haut que sa baguette et ça, c'était bien une chose que Lïnwe détestait chez les gens.
Le ton de la conversation était de plus en plus tendu, le cours de Défense se transformait peu à peu en garderie pour sorciers atteints d'hyper-agressivité et d'immaturité. Sentant que la scène dégénérait, le rouge et or se déplaça lentement mais sûrement vers la droite, esquivant les sorts qu'ils commençaient à se lancer entre eux après l'intervention d'un Serpentard. Ça n'allait guère avancer le débat...
En fait, cela pouvait paraître attrayant, mais c'est un tout autre sentiment qui s'empara du première année: celui de l'agacement. Tout ça l'irritait plus qu'autre chose. Il fallait à tout prix que Madame Boccini intervienne avant que tous les miroirs de la salle de classe ne se brisent...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 11

 Cours 8 ~> Patronus détraqués !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.