AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 4 sur 5
Un p'tit creux ? [Cuisines]
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Amy Jackson
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Amy Jackson, Jeu 3 Nov 2016 - 22:16


Donovan se plaça de l'autre côté de la porte et tendit son bras:

-Non, deux raisons font que je dois te laisser passer la première étant la galanterie avec le principe de laisser passer les dame d'abord et également car tu es celle qui a ouvert le passage et donc je serais ingrat de passer devant toi, de plus imagine si on me donne les derniers cookies et que tu en as pas. Non je veux que tu passe. répondit-il

Derrière cette apparente galanterie et gentillesse Amy avait bien compris que se cachait, une aversion d'entrer le premier dans une pièce. Mais elle était suffisamment délicate pour se contenter d'accepter la proposition d'un geste de tête. Sans attendre davantage elle emprunta le passage et entra dans les cuisines. C'était une grande pièces plutôt encombrée, rempli de matériels et de mets en tout genre. Une armée d'elfes de maisons semblaient en train de préparer le prochain et ils n'avaient pas encore remarqué la présence d'intrus.

-On fait quoi ? murmura Amy à Donovan, on les interrompt ?
Revenir en haut Aller en bas
Donovan Draconile
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Donovan Draconile, Ven 4 Nov 2016 - 1:12


RP avec Amy Jackson
Il venait d'entrer dans la cuisine, un lieu qui sentait si bon, rempli de casseroles, de bons plats et d'elfes en train de travailler sérieusement. Donovan était émerveillé par ce qu'il voyait, pleins d'elfes en train de s'agiter dans tous les sens mais de manière ordonnée, ils travaillaient ensemble, il coopéraient ensemble, c'était très beau à voir.
Amy se pencha vers lui et lui murmura:
-On fait quoi ? murmura Amy à Donovan, on les interrompt ?

C'est vrai que le spectacle était si impressionnant que cela serait très gênant de les déranger mais son ventre réclamait de la nourriture, il espéra qu'un elfe se tourne vers eux et les remarque mais rien du tout, il se demanda comment pourrait-il annoncer sa présence sans vouloir paraitre dérangeant. Alors il émit un léger toussotement, assez faible pour ne pas paraitre malpoli mais assez fort pour être entendu de certains elfes à leur côtés.
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Aiko Wilkerson, Sam 31 Déc 2016 - 14:37


comme on se retrouve w/ Rose et Ama

C'était pas un soir inhabituel, je veux dire, me promener dans les couloirs après le couvre-feu. Je faisais pas partie de la team du vieux directeur alors ça m’amusait encore plus de profiter de ce dont j'avais pas le droit, je faisais ça tout le temps depuis ma troisième année. Les deux mains croisées sur la tête je marchais tranquillement. 20h était passé, mais la nuit n'avait pas non-plus encore commencé. Il faisait noire dehors, trop sombre même. Heureusement, la nuit n'allait pas tarder à retomber de plus en plus tard, c'était l'avantage de noël, le 25, le jour à partir duquel il refaisait jour petit à petit. M'enfin, j'évitais de me poser autant de question et un petit creux dans le ventre j'avançais vers les cuisines, j'avais quelqu'un à rejoindre, une amie d'enfance.

Hop, je connaissais bien l'endroit, après avoir passé les couloirs, les tournants, les tonneaux, la salle commune de pouffsoufle et m'être retrouvé devant le magnifique tableau de la coupe de fruit j'avais plus qu'à chatouiller. Chatouiller quoi ? La bonne vieille poire. Je m'exécutais et bim, une poignée de porte en vue, c'était beau la magie. J'ouvrais le tableau pour enfin me retrouver dans les cuisines. Une superbe odeur vint allécher mes narines, une odeur de clémentine, de chocolat et d'épice, c'était délicieux. Presque le paradis. J'avais pas la prétention de dire que les elfes me connaissaient mais un peu, je venais régulièrement ici, régulièrement pour Gin, ma propre elfe de maison qui travaillait à Poudlard, mais ça c'était un secret, personne le savait, à part nous deux, même pas le directeur.

- La journée a été bonne madame ? Toujours attentionnée et soucieuse de mon bien cette jolie.
- Une agréable journée, dommage que tu n'étais pas avec moi pour sortir à Pré-au-Lard. Gênée de l'attention que je lui portais en permanence elle aurait pu rougir sous sa peau fripée d'elfe esclave. Ça sent bon, qu'est-ce que vous préparez ?
- On a fait du pain d’épice de ce qu'il restait des fêtes madame.

J'adorais le pain d'épice.
Revenir en haut Aller en bas
Rose Layroy
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Rose Layroy, Lun 2 Jan 2017 - 14:09


Petite ombre, que fais-tu ?
Où es-tu ?
À quoi penses-tu ?
Pourquoi, quand tu avances tu ne laisses pas de trace ?
Pourquoi, quand tu marches tu ne fais pas de bruit ?
Pourquoi restes-tu ainsi silencieuse ?
Tu n'es pas un fantôme.
La vie habite ton petit corps.
Pourtant quand je te vois passé ainsi,
Sans un sourire,
Sans un murmure,
Sans le frémissement qu'offre l'air expulsé de tes lèvres,
J'ai l'impression que rien ne t'habite.
Tu es la plus vivante des âmes trépassées.
Tu es la pus morte des humaines.
Es-tu joyeuse ?
Es-tu triste ?
Es-tu en colère ?
Ou bien réfléchis-tu ?
Je n'arrive pas à savoir ce que tu es,
Qui es-tu ?
Que cherches-tu ?
Sais-tu seulement où tu vas ?
Tes pieds sont ceux qui te guident ?
Ou est-ce ta pensée ?
Ton instinct te guide sûrement alors.
Dans tes deux yeux marins je n'arrive pas à lire,
Il y a de l'intelligence,
Peut-être,
Mais tu sembles ailleurs.
Tu ne réfléchis pas à ce que tu es en train de faire.
Tu ne réagis pas à ce qui t'entoure.
Mais où es-tu alors ?
Ton corps, ton enveloppe charnelle,
Eux sont dans ces couloirs.
Ils avancent,
Évoluent sans se faire voir,
Ton âme, ton esprit sont beaucoup plus loin.
Sont-ils auprès de tes proches ?
Peut-être un souvenir familial t’accapare ?
Ou alors une chose tout à fait différente...
Tes amis ?
Tes cours ?
Ton avenir ?
Tes professeurs ?
Tes livres ?
Ou bien rien de tout cela...
Des doutes ?
Des envies ?
De l'assurance ?
Je ne sais pas...
Je n'arrive pas à lire en toi.
Et tu commences à avancer.
Tu ne croises personne,
Mais si tu croisais quelqu'un...
Le verrais-tu seulement ?
Sentirais-tu sa présence ?
Je ne pense pas...
Tu ressembles à une poupée solitaire,
Quelque chose qui n'a aucun but...
Ou peut-être que si...
Qu'est-ce que tu fais ?
Tes mouvements aléatoires,
Tes détours sans sens,
Tes allées et venues incessantes,
Je commence à en comprendre la signification,
Tu ne sais pas où aller,
Tu t'ennuies,
Tu n'en peux plus de rester enfermer,
Tu préfères braver mille interdictions,
Et puis une idée t'es venue.
Tu n'en as pas spécialement envie mais tu y vas.
Ce n'est pas la faim ou la nourriture qui te guide.
C'est l'envie de découverte.
Jamais encore tu ne t'étais aventurée dans ces contrées.
Tu descends les marches.
Quelque chose à changer dans ton regard.
Enfin je peux y lire,
L'excitation,
Peut-être de la joie,
Sans nul doute de l'intrigue.
Maintenant tu t'arrêtes,
Un doigt fin s'avance,
Je ne peux arrêter de t'observer
Mon souffle en est coupé
Finalement, tu le touches,
Tu la touches,
Cette poire,
Ce tableau,
L'entrée dans un monde fabuleux s'offre à toi.
Les elfes de maison seront ta première découverte,
Mais pas seulement,
Tu t'es fait devancer on dirait,
Qui est celle-là ?
Tu te le demandes autant que moi,
En une fraction de seconde j'ai pu de nouveau lire dans tes yeux,
Tu es difficile comme âme à cerner,
Mais je ne peux pas me tromper.
De l'étonnement.
Que décides-tu de faire ?
Fuir ?
Tu ne sembles pas être une lâche.
Parler ?
Mais pour quoi dire ?
Tu ne restes pas immobile,
Doucement,
Sûrement,
Sans bruit,
Tu t'avances...

_Bonsoir...
Revenir en haut Aller en bas
Ama Ilo
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Ama Ilo, Lun 2 Jan 2017 - 16:56


Noël s'était infiltré au château, lentement mais sûrement, et sur tous les étages on pouvait voir sa magie opérer. Les sapins avaient pris leurs aises, ornés de guirlandes, de boules colorées et de fées batifolantes. Les fêtes étaient terminées, mais l'esprit restait, et il resterait encore un temps, les accompagnerait jusqu'au coeur de l'hiver. Les nuit était déjà tombée, mais l'heure était encore raisonnable, et quelques élèves se promenaient encore dans les couloirs. Parmi eux, une rouge et or grelottante, emmitouflée dans plusieurs couches de vêtements, drapés d'une lourde cape de sorcière. Ses doigts étaient dissimulés dans une paire de gants molletonnés. Ama Ilo avait déjà vécu quatre hivers en Angleterre. Quatre souvenirs glacials qu'elle tachait d'oublier les jours d'été.

L'enfant s'ennuyait, en plus d'avoir froid. Elle avait pensé un moment regagner la tour Gryffondor, mais avait finalement préféré errer dans les couloirs, espérant tomber sur quelque chose. Ou quelqu'un. Une silhouette attira le regard de la jeune Ilo. Est-ce que c'était... ? Si, c'était elle ! Mademoiselle Rock'N'Roll ! La fille de la bibliothèque ! Et comme la toute première fois que Ama l'avait vu, Aiko semblait avoir une idée en tête. Avant qu'elle n'ait esquissé le moindre mouvement, une autre silhouette lui passa devant. Une Serpentard. Sa démarche était bien moins assurée que la rouge et or. En fait, elle semblait errer elle aussi, comme Ama. Habitée d'un profond ennui. Intriguée, la fillette s'attarda un instant à la regarder qui déambulait comme un pantin dans les couloirs. Elle prit finalement sa décision et s'avança lentement, suivant la jeune femme.

Il devint évident au bout de quelques minutes que la Serpentard se rendait aux cuisines. La poire chatouillée, l'élève disparut derrière le tableau, et la jeune Ilo hésita. Quelques secondes seulement. Désireuse de chasser l'ennui, et le froid - manger serait un bon remède, sans aucun doute -, la rouge et or ouvrit à son tour le passage. La salle était immense et abritaient une quantité astronomique de matériels. A en faire pâlir les plus grands cuisiniers du monde. Entre les nombreux fourneaux, les elfes s'activaient. Quatre tables identiques à celles de la Grande Salle trônaient au centre de la pièce. La Serpentard qu'avait suivi Ama se trouvait juste là, mais elle n'était pas seule. Aiko aussi s'était aventurée en cuisines, et la deuxième année laissa une exclamation lui échapper avant de sourire largement.

Oh, ben comme on se retrouve ! T'es venu faire swinguer la cuisine aussi ?

Elle s'avança vers les deux filles et salua la verte d'un signe de tête.

Salut, moi c'est Ama. J'm'ennuyais alors j't'ai suivi, j'espère que ça t'embête pas.

Voilà qui commençait à devenir une habitude...
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Aiko Wilkerson, Ven 6 Jan 2017 - 14:56


L'odeur d'épice, d'orange et la fraîcheur de l'hiver m'embaumaient. Les odeurs enivraient la pièce, de bonnes odeurs. Je me régalais rien qu'en respirant. Plaisant. Gin était allée me chercher du pain d'épice, et j'adorais le pain d'épice. Elle l'avait préparé pour moi pendant le weekend m'avait-elle dit. Ce soir les elfes travaillaient encore, ils préparaient des.. choses, trop de chose. L'avantage qu'ils avaient à travailler à pourdlard, c'était de ne pas être maltraité. Je venais régulièrement voir Gin, j'adorais lui parler, c'était une âme pure, sensible et adorable. Ça faisait du bien d'être avec une être naïve et bienveillante, ça changeait des fourbes de sorcier, c'était sûr.

- Voilà votre pain d'épice, j'espère qu vous allez aimer.

Je goûtais le gâteau, c'était une merveille, je ne pouvais m'empêcher de mâcher doucement pour savourer les moindres miettes de l'aliment. Les elfes cuisinaient remarquablement bien, j'aurais aimé en faire autant, mais mes compétences se résumaient à des pattes et du riz, pas terrible.  

- C'est totalement délicieux, tu cuisines vraiment bien ma belle.

Elle était gênée, toujours quand je la complimentais, elle était vraiment trop mignonne. Je la faisais s’asseoir sur mes genoux, son odeur n'était pas très alléchante mais je m'en fichais, c'était mon amie. J’empiétais de plus en plus sur la fin de mon bout, mais c'était tellement agréable à manger. J'en donnais un bout à Gin, les elfes mangeaient rarement ce qu'ils préparaient, mais elle avait bien le droit à ça. Puis d'un coup j'entendis une voix, comme une ombre mouvante, on était plus seul. Le secret était rompu, la tranquillité disparu. Je gardais Gin sur mes genoux, silencieusement. La fille m'adressait un mot, bonsoir. Je remettais une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de poser Gin à terre et de me relever. Je lui tenais la main, elle tremblait de peur.   Pas le temps de dire ouf qu'une deuxième se pointa, bien plus rapidement que la première. Et je la reconnaissais, une gryffondor, c'était Ama, la fille avec qui j'avais fait swinguer la bibliothèque, hum bon souvenir ça. Elle avait suivis la première fille qui s'avérait être une serpentarde. Elle était joyeuse et enjouée, comme à son habitude.

- Bonsoir ! Qu'est-ce qui vous amène ici ? Je me penchais vers Gin pour lui chuchoter quelques mots.. tu peux aller chercher du pain d'épice, s'il en reste bien-sûr ?
Revenir en haut Aller en bas
Rose Layroy
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Rose Layroy, Lun 16 Jan 2017 - 21:31


Aaaaah... L'effervescence des cuisines...
Je la vois.
Tu la vois.
Nous la voyons.
A la fois je montre que je sais conjuguer,
Mais aussi mon lien avec celle-ci.
Mon lien avec le monde.
Mon lien avec les cuisines.
Je ne suis pas en elle.
Je ne suis pas un de ses meubles qui la compose,
Mais je suis plutôt face à elle,
En réponse à elle,
En adéquation à elle.
Et la petite Serpentarde aussi.
Peut-être un peu plus en adéquation avec la nourriture.
L'odeur ayant ravivée une soudaine envie.
Envie de nourriture,
Une envie sans faim,
Ou bien sans fin...
Mais avant d'assouvir des pulsions,
Il faut passer les obstacles.
Les obstacles de la vie,
La vie entourée d'autrui.
Ici, quels sont les autrui ?
Des elfes de maisons en action,
Une grande Gryffonne,
Et une petite lionne.
D'où venait celle-ci d'ailleurs ?
Je ne l'ai pas vu venir
Ni la petite ombre d'ailleurs.
Trop d'information,
Trop d'un seul coup,
Comment agir ?
Que dire ?
Je la vois hésiter,
Elle les laisse parler.
Elle ne frémit pas,
Elle se laisse faire.
Faire swinguer la cuisine ?
Encore ?
Elles se connaissent donc...
Deux rouges alliées,
Une verte seule,
Encore,
Toujours.
Pourtant deux sourires charmant,
Que se passe-t-il dans la tête de la petit à ce moment.
J'en ai assez !
Je veux savoir !
Je veux voir !
A quoi penses-tu petite sinople ?
A tout,
A rien.
Je fais comme toi.
J'écoute,
J'observe,
J'analyse,
Je note.
Mais il y a trop de bruits,
Trop de voix d'un coup.
Trop d'informations.
Des bonsoir,
Des excuses,
Des demandes.
J'étais venue pour le calme,
Ou peut-être pour la découverte.
C'en est une intéressante.
Je te vois petite Serpy',
Tu souris.
Je lis dans tes yeux.
Tu es amicale,
Tu t'ouvres aux autres.
Et tu vraiment la solitaire,
Le petit fantôme ?

_Enchantée Ama. Je m'appelle Rose. Rose Layroy... Je n'avais pas vu que tu me suivais. Il faudrait peut-être que je sorte un peu de ma bulle de temps en temps.

Tu ris légèrement,
Puis tu détournes ton attention.
Les aînés,
Les plus âgés.
Quel est ton lien avec eux ?
Les aimes-tu ?
Les hais-tu ?
Celle-ci, la connais-tu ?
Peut-être pas.
Sûrement pas.
Puis tu continues,
Souriante,
Calme,
Apaisée,
D'une voix douce,
Mélodieuse.

_Pour répondre à ta question, on va dire que j'ai laissé mes pieds me guider... vers ma destinée.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Mered Adand, Mar 18 Avr 2017 - 14:44


rp avec Peter

La faim justifie les moyens


7h déjà? Non il devait plutôt être aux alentours de minuit cette nuit là vu la noirceur de l'extérieur, seule la pleine lune illuminait le ciel et le dortoir par la même occasion. Alors pourquoi tant de bruit estomac? Ah je crois savoir, je n'avais rien avalé durant le dîner malgré l'odeur alléchantes des cuisses de poulet ou le parfum de des fruits rouges. Tu étais en train de me le rappeler. C'était pas le moment, tu pouvais pas attendre le petit déjeuner sérieusement? Aller arrête ton ramdam, dans quelques heures tu te rattraperas devant des tartines beurrées accompagnée de confiture de cerise, ta préférée.  

Essayer d'apaiser un ventre affamé sans le nourrir c'était comme tenter de calmer une femme avec un Calme-toi chérie vous voyez? Ça n'avait pas du tout l'effet escompté et au contraire, vous veniez d'amplifier la chose. Je ne pouvais pas me permettre de perturber le sommeil des filles. Les gargouillis étaient de plus en plus fort. A ce rythme j'allais réveiller mes camarades avec ce concert de bruitages plus ou moins douteux. Réagir et vite. Ok t'as gagné, je vais aller te chercher de la bouffe morfale. T'es content? Tu sais que c'est interdit de sortir la nuit dans le château? Oui bien sûr que t'es au courant, tu m'appartiens, tu connais le règlement aussi bien que moi.

Je sortis de mon lit et enfilai mes chaussons. Mes jolis pantoufles blancs dont les extrémités ressemblaient à la bouille d'Éolia, ma chouette. J'avais la classe avec, ils étaient assortis à mon pyjama vert émeraude uni où maman avait brodé Mered en haut à droite d'un joli fil doré. Ah maman..., c'était à cause de toi que je n'avais rien mangé ce soir. J'espérais que tu aller mieux. Je te serai infidèle quelques instants pardonne-moi, je dois m'occuper de cette maudite panse qui n'apprécia cette remarque visiblement car elle me tordit un boyau.

Je pris ma baguette au cas où mais ne l'utilisa pas pour m'éclairer pour ne pas me faire repérer. Naviguer entre les lits n'était pas chose aisée, je n'étais pas nyctalope. Par miracle je n'avais eu droit qu'à quelques petits sursauts à mon passage. Toutes dormaient à poings fermés. Un dernier regard puis je passais la porte, j'étais fin prête à m'aventurer dans la cuisine.

Il était grand ce château, j'avais appris à connaître mon chemin par cœur pour me rendre à la bibliothèque mais pour la cuisine, c'était une grande première. Je n'avais pas envie de me faire prendre à déambuler, je savais pertinemment que je n'avais pas le droit d'être ici. Mon estomac avait remplacé mon cerveau qui avait emporté le respect des règles avec lui.

Notre satellite m'éclairait peu, je vagabondais au hasard des intersections. Un coup droite, un coup gauche, comme ça pas de jaloux. A ce couloir était le dernier, j'étais persuadée qu'au bout se trouvait mon objectif, le garde-manger, un réfrigérateur et compagnie. Il faisait sombre, totale obscurité que j'en marchais à l'aveugle, les bras devant, comme un zombie.

"Aïe" suivi de Bling, je venais de heurter un meuble, un truc métallique était tombé par terre faisant un bordel monstre. #Lumos, voyons ce que c'était. Un vase en étain muni de deux anses gisait au sol. Je me baissai pour le ramasser et le remettre en place. "Merci pour la discrétion..." Mon ventre rechanta son refrain habituel "Oh c'est bon toi, tu vois bien qu'on est arrivé!", lui annonçais-je, les yeux dans le nombril.

Le Graal se trouvait là, à quelques pas. J'en salivais d'avance.





Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Peter McKinnon, Ven 28 Avr 2017 - 19:46


Préfet était un boulot à part à Poudlard. Il octroyait des avantages immenses, salle de bain privée, wagon privé dans la Poudlard Express, insigne super classe, respect et notoriété. Mais il y avait des contreparties qui étaient tout sauf agréables. Faire observer le Règlement à une bande de gamins tous plus entêtés les uns que les autres poussait les préfets à devoir se lancer dans des patrouilles de nuit afin de vérifier que l'article sur le couvre-feu était bien respecté. Pas que Peter appréciait forcément les longues nuits de sommeil, il était en souvent sujet à des visions atroces lorsqu'il rêvait, mais faire des rondes, seul, dans les couloirs gelés à l'affut des délinquants miniatures, c'était tout sauf plaisant.

Ce soir là, donc, Peter patrouillait comme à son habitude, dans un secteur relativement proche de sa Salle Commune, il avait comme projet de se retourner ses blottir dans ses draps le plus vite possible une fois son horaire de garde de terminé. Les autres soirs, il avait souvent préféré rôder du coté de la bibliothèque, afin de pincer des chenapans en manque de lecture ou en quête de livres inaccessibles en temps normal. Mais après plusieurs semaines à fonctionner à horaire variable, et depuis qu'il travaillait le week-end à l'Occamy Doré, il commençait sincèrement à fatiguer.

La baguette allumée à l'aide d'un Lumos, il faisait des allé-retour dans un couloir qui lui semblait sans fin. De temps à autre, il jetait un coup d'œil avide à sa montre moldue ou il poussait un soupir, machinalement. Par Merlin, ce que c'était répétitif et abrutissant de faire tout cela ... Mais tout d'un coup, Peter entendit distinctement un bruit qui provenait de l'un des couloirs adjacents. Cela ressemblait fort à un son d'origine métallique. Il se précipita alors dans la direction de celui-ci, en prenant bien soin d'y aller en marchant avec le plus de discrétion possible pour prendre le petit contrevenant sur le fait !

Peter arriva alors dans le couloir qui contenait le tableau représentant une coupe de fruit, marquant l'accès aux cuisines. Une petite fille rousse, se trouvait là, à remettre en place ce qui devait être entré en contact avec le sol de façon fort bruyante un peu plus tôt. Elle était en pyjama et semblait avoir fait tout ce chemin pour tomber devant cette porte. L'un des sourcils de Peter alla immédiatement se percher au milieu de son front. Il pointa sa baguette bien devant lui, de façon à éclairer correctement le couloir et le tableau.

- Une petite fringale nocturne ?
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Mered Adand, Lun 1 Mai 2017 - 13:59


Bon, l'épisode du vase terminé, je m'avançais vers la porte. Plus que quelques mètres et j'y étais, plus que quelques centimètres et mes doigts toucheraient la poignée, plus que quelques secondes et je pénétrerai dans le paradis où j'aurai à ma disposition tous les mets du soir. Je sentais un filet de bave se formait au coin de ma joue, mes yeux imaginaient déjà se régaler.  Je m'éclairais de ma baguette, j'étais si efficace que j’aurai pu me croire en plein jour, soleil dans le dos, gros soleil d'ailleurs, trop gros pour être seule ici...

"Une petite fringale nocturne?"

Une voix résonna derrière moi me faisant sursauter. Je l'avais pas vu ou entendu arriver, je me disais bien que c'était un miracle si le boucan fait avec le vase n'avait attiré personne ici. Je me retournai pour face à cet imprévu, je priais que ça ne soit pas une figure d'autorité, je savais que je n'avais pas à être ici par contre j'accueillais volontiers un complice affamé.

Un garçon brun se tenait devant moi, d'environ mon âge à vu de nez, lanterne à la main, du moins je le crus tant il y avait de luminosité. Je me disais bien aussi que mon Lumos était bien trop efficace, tout s'expliquait maintenant. Il était habillé contrairement à moi, ça ne sentait pas bon du tout, qui que ce soit, il me semblait pas être venu pour reprendre une deuxième fois du dessert. La vue brouillée par la fatigue, je ne distinguai que peu d'éléments de son accoutrement, le vert dominait, un serpentard super... Ben au moins, il y avait de fortes probabilités qu'il soit là pour un sale coup vu leur réputation, c'était pas un ennemi quoique. Autant être honnête avec lui et m'éviter d’avantages d'ennuis et puis il était peut-être un allié de circonstance. Je m'apprêtais à lui répondre quand mon ventre me devança. Il venait de mettre le son à fond et l'orchestre symphonique à l'intérieur s'en donnait à cœur joie, me matraquant les intestins, sauf s'il était sourd il venait d'entendre cette musique. Je me pliais de douleur et observais mon interlocuteur.

"Je crois que tu as ta réponse... et toi? Tu me sembles pas perdu non plus, ya largement assez pour deux là-dedans, j'irai pas te dénoncer promis, tu viens?"

Je lui indiquais la porte. Je n'y croyais pas vraiment, j'avais tenté un coup de poker, une pointe d'humour alors que je n'avait pas envie de rire du tout. J'ignorais encore son identité, avec de la chance il accepterait et m'accompagnerait ou il partirait sans continuer son interrogatoire me laissant répondre à l'appel de la faim ou au pire..., non je préférais pas y penser. Je l'espérais réellement, pas envie de devoir me battre pour mon estomac même si que ses arguments étaient très convaincant. Te montre pas trop méchant serpent, j'suis pas commode au réveil, encore moins quand il est forcé.



Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Peter McKinnon, Ven 5 Mai 2017 - 8:53


"Prise la main dans le sac" était l'expression consacrée pour ce genre de situation. La jeune élève de Serdaigle, encore en pyjama, s'était arrêtée net dans son entreprise d'accès aux cuisines lorsque le préfet avait fait irruption à ses cotés pour l'interroger sur ses intentions. Ils étaient décidément bien plus nombreux que Peter ne le croyait, tous ces élèves qui violaient (ou tentaient de violer) le Règlement ... Et apparemment, ils appartenaient à toutes les catégories étudiantes possibles. A cette heure-ci on se serait plutôt attendu à un élève de Gryffondor d'âge mûr ayant feinté le sommeil dans un fauteuil de sa Salle Commune pour s'éclipser une fois tout le monde au lit, ou encore un couple de dernières années voulant expérimenter la cuisine de nuit pour la dernière fois, ... Mais apparemment, il arrivait également à de jeunes élèves frêles de se balader dans les couloirs à cette heure-là !

*On aura tout vu ...*

Le jeune vert et argent, attendant son explication, se tenait droit devant la très jeune sorcière, les séparant de sa baguette allumée. Ce n'était certainement pas lui qui, après son interpellation, allait reprendre cette conversation (si seulement c'en était une). Mais la jeune élève ne semblait pas vouloir lui répondre non plus. Elle était plutôt affairée à tenter de le jauger. Exercice inutile dans ce genre de situation, mais après tout, c'était surement la première fois qu'elle avait à faire à lui. Subitement, le ventre de la bleu se mit à émettre des cris de famine ... Les deux sourcils de Peter se levèrent instinctivement dans un signe de surprise et il déplaça son regard vers le ventre de la demoiselle.

- Je crois que tu as ta réponse ... et toi ? Tu me sembles pas perdu non plus, y'a largement assez pour deux là-dedans, j'irai pas te dénoncer promis, tu viens ?

Sur ce, comme si c'était utile, la sorcière désigna la porte. Peter laissa simplement échapper un soupir d'agacement. Décidément, certaines personnes étaient d'un culot formidable ! De sa baguette magique, il éclaira le couloir qui s'étendait dans leur dos, de façon à mettre un peu de mouvement sur les instructions qu'il s'apprêtait à donner :

- En fait, je vais plutôt te ramener à ta Salle Commune. Et demain, j'aurai une petite conversation avec ton Directeur de maison.

Ramenant alors la lumière sur eux, il aperçu un prénom brodé sur son pyjama. Et il ajouta :

- Peux-tu me dire dans quelle maison tu as été répartie, Mered ?
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Mered Adand, Sam 6 Mai 2017 - 16:28


Je m'en serai douté, il refusa net ma proposition. Pire il était même décidé à ma ramener au bercail et à raconter tout cela à mon directeur de maison. Aïe, ça sentait pas bon cette histoire... T'étais qui bon sang? Mes yeux se réveillèrent de plus en plus, assez pour distinguer un insigne de préfet... Tout s'expliquait, tu m'étonnes qu'il n'allait pas tolérer mon attitude et encore moins se rendre complice. Tu connais mon nom? Moi j'ignore le tient et en soit j'en ai pas besoin, quoique... Je n'étais pas une fille d'une brillante avocate, si ce n'est la meilleure, pour rien Monsieur le préfet, j'suis pas encore vaincue, la bataille ne fait que commencer...

"Je vois que tu sais lire, félicitation Monsieur le préfet, t'es digne de tes fonctions. Je m'appelle bien Mered", lui annonçais-je avec un sourire en coin provocateur tout en l’applaudissant. Ce n'était pas très respectueux mais, en même temps, je vous avais prévenu qu'il ne fallait pas me chercher au réveil.

Je cessai mes bruitages, retour au sérieux, adieu sourire, j'affichai un air froid. A croire que c'était lui le mauvais élève, drôle de retournement de situation non?

"T'as raison Monsieur le préfet, à ta place je ferai la même chose. T'as attrapé une fautive, tu la ramènes où elle devrait être et tu préviens sa hiérarchie pour qu'elle choisisse la punition adéquate, toi tu reçois une médaille pour bonne conduite et demain ta maison acclamera ton geste... MAIS... réfléchis deux minutes, j'espère ne pas trop t'en demander...", poursuivis-je en faisant une légère pause, prête à passer à l'attaque.

J'avais essayé de me montrer compatissante sur son comportement exemplaire à mon égard en reprenant ses mots qui étaient justes c'est vrai mais bon je n'avais pas pu m'empêcher de lâcher cette dernière remarque. J'étais là pour me défendre rappelez-vous, d'abord caresser le rival dans le sens du poil puis au moment il s'y attend le moins, lui sauter à la gorge. Il me gonflait, non car il m'avait prise la main dans le sac mais car il ne voulait pas entendre mes arguments. Tant pis j'allais devoir me montrer insistante, saleté de mec, t'étais pas obligé d'oublier ton cerveau dans ton lit ce soir...

"Quel est ton nom préfet? Non pas qu'il m'intéresse mais je veux savoir qui je vais devoir dénoncer. Attend deux secondes tu vas comprendre.", il ne devait pas s'attendre à une telle phrase, j'étais curieuse de voir sa réaction. J'affichais un large sourire qui ne présageait rien de bon. T'étais dans les cordes, à moi de continuer l'assaut. Tu répliqueras plus tard.

"En fait je vois deux choix préfet, soit tu m'emmènes dans ma salle commune là maintenant mais dans mon état je vais faire une hypoglycémie et tomber dans les pommes sur le chemin. Tu vas paniquer et aller chercher l'infirmière. Tu vas faire un ramdam monstre que tu vas réveiller une bonne partie du château qui ne va pas comprendre et tu vas revenir à mes côtés avec une petite troupe derrière toi. Tu te vois leur expliquer que tout ce bazar nocturne est du au simple fait que t'as préféré faire un excès de zèle en laissant une pauvre aigle mourir de faim plutôt que de la nourrir? Et tu auras perdu ta nuit pour moi, ce qui, ma foi, est gentil de ta part et je prendrai soin de répandre ton nom chez tous les Serdaigle, crois-moi qu'avant même la répartition, les nouveaux connaîtront ton nom... Celui-qui-laisse-mourir-de-faim-les gens, pas très flatteur quand même, ta fin de scolarité sera difficile...", j'agrémentais mes paroles d'actes en faisant un avec mes doigts. "OU... tu me laisses entrer là-dedans dix minutes, le temps de grignoter deux trois trucs pour satisfaire ce goulu jusqu'à demain matin et on retourne tranquillement se coucher. Je t'en devrais une et je te rendrai service en retour quand tu en auras besoin. Sache que je n'ai qu'une parole", je fis deux mes doigts tout en tapotant mon ventre de ma main droite avec de la hisser comme si je m'apprêtais à dire je le jure .

J'avais volontairement dramatisé la situation, peu de chance que je m'évanouisse je vous l'avoue. Encore moins que j'essaye de nuire à sa réputation, ce n'était pas mon genre mais bon, une petite menace pouvait peut-être faire pencher la balance de mon côté, je tâtais le terrain. Pâle figure d'autorité que tu faisais serpent, mon estomac plus moi, on était à deux contre un, accepte ta défaite. Anna m'avait donné les bases pour me défendre, tu n'étais pas de taille, puis bon, tu aurais bien eu besoin de moi un jour. Après un temps d'arrêt le temps que toutes les informations lui arrivent en haut du crâne et qu'il les analyse je repris la parole.

"Alors préfet, quel est ton choix?"









Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Peter McKinnon, Sam 13 Mai 2017 - 21:08


Depuis que Peter avait été désigné pour incarner une figure d'autorité, il ne lui était jamais arrivé de tomber sur un oiseau pareil ! La plupart des élèves qu'il lui était arrivé de punir se mettaient souvent dans des états pas possibles face à la réprimande. La plupart criaient à l'injustice mais il arrivait aussi souvent à Peter d'avoir à essuyer des larmes. Prendre un élève en tord la main dans le sac était aussi souvent l'occasion pour le préfet de recevoir un grand nombre de confidence, la plupart des élèves étant capables de devenir de vraies balances lorsqu'ils faisaient un pas de travers. Dans la situation présente, ce ne fut en revanche pas le cas le moins du monde ! Le préfet vert et argent se retrouva pour la première fois dans une situation dans laquelle il eut à affronter l'insolence la plus totale.

- Je vois que tu sais lire, félicitation Monsieur le préfet, t'es digne de tes fonctions. Je m'appelle bien Mered.

Cette déclaration de la jeune fille fut suivie par une salve d'applaudissement qui se réverbera dans le couloir vide. Une grossière erreur de sa part d'ailleurs, si un membre du personnel, également en ronde, venait à fourrer son nez là elle risquait bien plus qu'avec le préfet de Serpentard, mais c'était le cadet des soucis de ce dernier. Ce qui était dingue, c'était que, sans le connaitre, la jeune fille avait repris à son compte le surnom dont le jeune sorcier était affublé par la plupart des élèves auxquels Peter avait eu à faire. Mais il ne s'en formalisa pas, préférant plisser ses yeux sans les détacher de la jeune fille. A quel jeu jouait-elle ?

- T'as raison Monsieur le préfet, à ta place je ferai la même chose. T'as attrapé une fautive, tu la ramènes où elle devrait être et tu préviens sa hiérarchie pour qu'elle choisisse la punition adéquate, toi tu reçois une médaille pour bonne conduite et demain ta maison acclamera ton geste ... MAIS ... réfléchis deux minutes, j'espère ne pas trop t'en demander ...

*C'est ça ... D'une part on ne va pas organiser un colloque, d'autre part c'est à elle que ce serait pas trop demandé de réfléchir deux minutes !*

- Quel est ton nom préfet ? Non pas qu'il m'intéresse mais je veux savoir qui je vais devoir dénoncer. Attend deux secondes tu vas comprendre.

Peter leva une nouvelle fois un sourcil, circonspect. Qu'est-ce que ça pouvait bien lui faire, son nom ? Si la jeune sorcière essayait de gagner du temps, c'était tout sauf une bonne idée, car Peter pouvait monter dans les tours lui aussi. D'autant qu'il était tard et que sa patience avait des limites. Il n'avait jamais ramené d'élèves ligotés et bâillonnés par la magie, mais il pouvait très bien commencé. C'était d'ailleurs une technique que leur dernier Directeur n'aurait pas désapprouvé ! Peter se contenta donc juste de rester de marbre face à cette impolitesse de plus de la part de la jeune fille, qui reprenait déjà :

- En fait je vois deux choix préfet, soit tu m'emmènes dans ma salle commune là maintenant mais dans mon état je vais faire une hypoglycémie et tomber dans les pommes sur le chemin. Tu vas paniquer et aller chercher l'infirmière. Tu vas faire un ramdam monstre que tu vas réveiller une bonne partie du château qui ne va pas comprendre et tu vas revenir à mes côtés avec une petite troupe derrière toi. Tu te vois leur expliquer que tout ce bazar nocturne est du au simple fait que t'as préféré faire un excès de zèle en laissant une pauvre aigle mourir de faim plutôt que de la nourrir ? Et tu auras perdu ta nuit pour moi, ce qui, ma foi, est gentil de ta part et je prendrai soin de répandre ton nom chez tous les Serdaigle, crois-moi qu'avant même la répartition, les nouveaux connaîtront ton nom ... Celui-qui-laisse-mourir-de-faim-les gens, pas très flatteur quand même, ta fin de scolarité sera difficile ... OU ... tu me laisses entrer là-dedans dix minutes, le temps de grignoter deux trois trucs pour satisfaire ce goulu jusqu'à demain matin et on retourne tranquillement se coucher. Je t'en devrais une et je te rendrai service en retour quand tu en auras besoin. Sache que je n'ai qu'une parole.

Quand on le disait que ce cas était décidément à part ... Peter n'en croyait pas ses oreilles. La tirade de la jeune fille était particulièrement affligeante. Comme si Peter en était arrivé là, préfet, stagiaire, avec de l'argent de coté, en ayant rendu de petits services à droite à gauche à des gens qui lui étaient devenus redevables et en laissant des élèves en tord fouler du pied le Règlement à chaque occasion. Et puis, qu'en avait-il à faire de l'opinion des autres ? Dans une école seules quelques opinions comptent, et celles des élèves n'en font jamais partie. A cela il fallait peut-être ajouter que cette fille n'avait probablement ni les moyens, ni le temps de répandre partout une rumeur de ce genre. Aussi le préfet se contenta-t-il de siffler une admiration ironique devant cette tirade qui n'avaient en rien réussi à excuser la jeune fille. A la suite d'un très aimable « Alors préfet, quel est ton choix ? », Peter prit enfin la parole d'un ton calme et serein :

- Non respect du couvre-feu, infraction de "catégorie deux". Dommage que tu n'aies pas franchi ce tableau, l'accès aux cuisines est également une infraction de "catégorie deux". Mais, à la suite de ton plaidoyer visant à me corrompre, on peut ajouter l'infraction de "catégorie un", la pratique d'une activité douteuse. Je n'ai que l'embarras de la sanction là. Mais on en discutera sur le chemin de ta Salle Commune, personnellement j'en ai assez entendu pour ce soir, je n'ai pas besoin de consulter ton Directeur de Maison.

Peter fit alors un mouvement à l'aide de sa baguette magique vers le couloir, qui voulait signifier "Par ici la sortie", auquel il joignit un geste de sa main gauche, histoire de rester courtois à l'égard de la demoiselle qu'il était en train de ramener jusqu'à sa couche. Il se permit simplement d'ajouter sur un ton plus léger :

- Et si, par malheur, tu venais à tomber dans les pommes, saches que tu as un élève de dernière année avec toi qui maitrise suffisamment de sorts pour te ramener trois fois à la vie. Alors, après toi !
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Mered Adand, Ven 19 Mai 2017 - 16:32


La de Peter

Depuis cet été, je n’avais plus confiance envers les hommes. Papa avait détruit cette image de celui qui respecte les lois avant de penser à sa propre personne. Alors c’est sans scrupule que je m’étais risqué à ce jeu avec ce préfet. Au pire, il me croyait capable de nuire à sa réputation et son égo lui faisait accepter mon pseudo marché. Au mieux, il refusait catégoriquement, préférant s’en tenir au règlement et aux principes que ses fonctions lui octroyaient. Après ma tirade, le verdict n’allait pas tarder à être prononcé. Alors dans quelle catégorie allais-je te ranger, les vauriens corruptibles, faibles et égoïstes ou les vrais Hommes, se battant pour des valeurs intransigeantes, les règles.

Calme et sérénité, il ne s’était pas laissé déstabiliser par mon discours, au contraire, il me rappela chacun de mes infractions tel un juge au tribunal. Tu étais donc un type bien Monsieur le préfet. J’avais perdu cette bataille mais ça n’avait aucune importance tant ton comportement venait de me démontrer que des gens avaient encore des valeurs dans ce monde…

« Félicitations à toi pré… Pardon, quel est donc ton nom ? Je veux connaître le nom de celui qui vient de … », avant même de finir ma phrase, il s’exécuta. Je sentais qu’il était excédé, compréhensible, son boulot ne devait pas être de tout repos et il aurait sans doute aimé être dans son lit plutôt que de courir après des délinquants comme moi, « … gagner mon respect. »

« Tu es incorruptible Peter, c’est tout à ton honneur. De nos jours, les gens se laissent berner par de belles promesses futiles par rapport au respect des règles en vigueur. » Je repris mes applaudissements, sincère cette fois-ci. «Toi non, bravo, ça fait plaisir à voir qu’il existe encore des personnes comme toi. N’y voit aucune nouvelle ruse pour t’amadouer, je pense tout ceci. Tu te fous certainement d’avoir gagné l’estime d’une gamine de quinze ans, cependant, tu as réparé une blessure au fond de moi. Merci », continuais-je en affichant un large sourire. « Je n’ai jamais douté de tes compétences en médicomagie pour me remettre sur pied si besoin et mon estomac peut bien rester vide jusqu’au petit déjeuner. J’ai joué et j’ai perdu, j’accepterai ta sanction. Rentrons, je suis fatiguée », je commençai à rebrousser chemin en direction de ma salle commune.

Stupide ventre qui m’avait poussé à enfreindre le couvre-feu. Stupide paternel qui m’avait incité à essayer de corrompre ce garçon. Stupide fille qui s’est cru, l’espace d’un instant, au-dessus des règles. J’étais ravie d’avoir croisé le chemin de Peter. La voie de la réconciliation avec les hommes commençait par là. Bien sûr, j’allais probablement me faire punir pour mon insolence volontaire mais peu importe, le jeu en valait la chandelle. Je pensai à une dernière épreuve pour ce préfet, sa tête semblait bien pleine, plus qu’à le vérifier pour définitivement lui accorder mon respect.

« Une dernière chose Peter. Un ultime défi. Je comprends que tu veuilles me ramener à mon dortoir, dans ce cas ça sera à toi de résoudre l’énigme du heurtoir sinon on va gagner une nuit dans les couloirs tous les deux. Ça ferait désordre non ? Enfin nul doute que tu y arriveras, hein ? »

Sinon tu ruinerais tout ce qui vient de se passer... Je ne lui dit pas ces pensées là. Tu restais un serpent, difficile de t'accorder totalement ma confiance en si peu de temps. Certes tu avais bien débuté, encore te fallait bien finir. Me fait pas regretter, s'il te plait. Ma conscience a accepté ton choix, pas mon estomac et il ne manquera pas de te le rappeler, il ne s'avouera pas vaincu si facilement.



Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Peter McKinnon, Mar 23 Mai 2017 - 14:07


C'était dingue de voir à quel point certaines personnes étaient incapables de s'arrêter de parler ! Etait-ce le stress ou bien était-elle toujours comme ça ? C'était possible qu'elle soit tout le temps comme ça après tout, des tas de serdaigles étaient intarissables une fois qu'ils avaient commencé à parler, bien que d'autres (à l'instar de leur préfet) étaient particulièrement taiseux. Peter avait à peine fini son laïus qu'elle revenait à la charge avec des félicitations dont il se moquait bien. Aussi, lorsque lui revint l'occasion de donner son nom, il ne se priva pas pour la couper net. Mais l'effet ne dura qu'un temps et elle reprit sa litanie ... Puis se fut le tour de nouveaux applaudissements. Le vert et argent, lui, commençait à trouver ce rappel à l'ordre un peu trop long à son goût.

Au bout de quelques instants, Peter leva la main comme pour demander une trêve dans ce flot ininterrompu de paroles mais la jeune fille ne sembla pas y faire attention, elle était en train d'amorcer son départ. Il était décidément tombé sur une élève hors-norme ... Puisqu'il n'allait pas rester planté là comme un idiot, il se mit en train lui aussi et la rattrapa. C'était donc finalement ensemble qu'ils prenaient le chemin de la Tour de Serdaigle, après ça Peter irait se coucher, c'était décidé !

- dernière chose Peter. Un ultime défi. Je comprends que tu veuilles me ramener à mon dortoir, dans ce cas ça sera à toi de résoudre l’énigme du heurtoir sinon on va gagner une nuit dans les couloirs tous les deux. Ça ferait désordre non ? Enfin nul doute que tu y arriveras, hein ?

Décidément elle était tordue, c'était clair. Enfin, le type qui avait imaginé que les élèves de Serdaigle ne pourraient rentrer dans leur Salle Commune qu'après avoir donné la bonne réponse à une énigme était tout autant un tordu ! Déjà, parce qu'il était idiot de demander à des gens, le plus sérieusement du monde de répondre à un heurtoir. Ensuite, parce que cela n'était pas un bon moyen de tenir éloignés les élèves des autres maisons, certains étaient très futés. Et enfin, parce que certains élèves de Serdaigle n'étaient pas né avec le talent de Rowena Serdaigle et pouvaient être de vrais tuyaux de poil ... Enfin, si c'était la seule solution pour qu'elle aille dormir, il n'allait pas laisser passer l'occasion.

- Bon ok, mais après tu vas te coucher, on est bien d'accord ?
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Mered Adand, Jeu 25 Mai 2017 - 17:37


J’étais déjà partie en direction de ma salle commune sans attendre Peter. Sans doute surpris par mon changement radical de comportement, il resta planter sur place. Alors Peter ? C’est pourtant ce que tu voulais non ? Il me rejoignit et espérait bien en terminer avec moi, le sommeil l’appelait je présumais. A mon défi, il ne défila pas, je ne lui avais pas laissé le choix de toute façon, résoudre lui-même l’énigme était son unique chance de se débarrasser de ma présence nocturne. Enfin l’une des deux, j’y reviendrai plus tard. Interrogateur quand à l’issue de notre balade, je l’observai avec un sourire pour le rassurer.

« Oui Peter promis. Si tu résous l’énigme, je rentre me coucher. J’ai cours demain et ma nuit est déjà trop courte pour la marmotte que je suis ! »

Sur la route du retour, je ne lâchai pas un seul mot au préfet. J'avais épuisé mon quota pour au moins quatre jours vu mes tirades précédentes, je lui devais bien un peu de répit. A moins que mon esprit était préoccupé par autre chose. Oui voilà, je me demandais bien ce qu’allait lui réserver notre heurtoir et surtout, comment Peter s’en sortirai. Il était capable de tout, parfois ses devinettes se résolvaient en deux secondes et étaient indignes de l’intelligence des aigles, parfois c’était à se demander s’il n’avait pas suivi des cours avec Evan tant c’était tordu et difficilement compréhensible. Mon estomac avait abattu sa dernière carte pour tenter de satisfaire sa faim. Voyons voir ce que tu avais dans le ventre Peter.

Arrivés, l’instant de vérité était proche. Impatiente de découvrir à quelle sauce ce serpent serait mangé, je m’approchai de la porte. Malgré l'heure avancée, nul passe-droit pour se faufiler sans lutter dans mon dortoir.

« Je suis toujours mouillé, mais je ne suis jamais dans l'eau. J'habite dans un palais qui n'est pas le mien. Qui suis-je ? »

Voici donc l’énigme. J’avais failli donner la réponse avant de me souvenir de mon marché avec Peter. Je me retins de dire quoi que ce soit et souris intérieurement. Il n’avait pas été trop méchant, ça me paraissait tellement simple ! Je fixai Peter affichant un sourire en coin, il était tant de lui avouer le véritable enjeu de ce pari.

« Si tu sèches Peter, on est bloqué ici jusqu’à ce qu’une personne débarque et donne la bonne réponse. Et vu l’heure, je pense qu’on va pouvoir attendre l’aube et que mes camarades sortent… Bien sûr si tu souhaites que je t’aide, je peux le faire mais dans ce cas tu devras satisfaire mon appétit avant. Donnant-donnant comme on dit. »

Voilà, vous savez tout maintenant. Sa seconde solution pour se débarrasser de moi était de me permettre de me nourrir. J’avais bien compris que ce préfet était incorruptible, du moins pas avec ce que je lui avais proposé en échange. S’il ne réussissait pas à résoudre cette énigme il n’avait pas le choix que de se référer à moi si il voulait s’éviter une nuit blanche à me surveiller mais s’il faisait cela, j’aurai gagné. Maligne l’azur hein Peter ? Je ne m’avouais pas encore vaincue, tout dépendait de toi, montre-moi que tu es doué ou soumet-toi à ma ruse. Sacré comble pour un serpentard n'est-ce pas?




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Un p'tit creux ? [Cuisines]

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 5

 Un p'tit creux ? [Cuisines]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.