AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 3 sur 8
Salle de repos
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Luna Black
Serpentard
Serpentard

re: Salle de repos

Message par : Luna Black, Lun 28 Aoû 2017 - 13:34


Depuis l'arrivé de Dae', Luna était restée en retrait. Elle était encore novice et gérer les crises quand les casseurs ne veulent rien entendre ne faisait pas partie de ses fonctions de bases. Elle s'était donc contenté de regarder la scène de l'extérieur. Visiblement, le Serpy (pourquoi c'est jamais des Gryffondors sérieux?) était plus âgé que son camarade Pouffy. C'était donc sans doute lui qui avait entrainé l'autre andouille dans son jeux. Après l'échange parfaitement dérangeant entre Rachel et le vert, il apparaissait qu'ils étaient liés. Même si la jeune sang-mêlée n'avait pas tout compris à leur histoire, des mots comme "torture" étaient sortis. Alors soyons clair; la torture, c'est mal! Et il est atroce qu'un gamin aussi jeune en ai été victime. Qui plus est lorsque ses tortionnaires s’avèrent être ses propres parents. Maintenant, ce n'est pas une raison pour foutre le souk dans le magasin où travail sa sœur. Alors que le frère et la sœur se disputaient, Luna observait l'autre casse-pied de la journée qui semblait avoir une crise d'épilepsie tellement ses pensées semblaient fuser dans sa boîte crânienne. C'est alors qu'il s'en prit à Rachel.

- Tais-toi toi ! Tu l’as tout cassé là, regarde ! Il est tout neurasthénique. Tsss, tu parles trop ! Déjà d’habitude il respire pas la joie, mais là c’est le pompon.

Non, mais je rêve ça va pas de lui parler comme ça?! La colère montait doucement mais surement. Un nœud de tension avait pris place dans l'estomac de la brune et remontait lentement vers son cœur. Pour qui il se prenait, ce petit idiot. Et le pire, c'est qu'il continuait.

- Bon, écoutez. J’ai comme l’impression qu’on s’éloigne du sujet principal là, qu’en est-il du dragon et du feu d’artifice ? Parce qu’on assume c’qu’on a fait, on n’a jamais dit « Nooon, c’est pas nous blah blah blah ». C’est juste que là, moi, j’ai faim. Vous pouvez pas nous séquestrer comme ça, comme l’a dit la demoiselle, on a des droits.

Alors là c'était la crème de la crème. Ce coup-ci, elle fut plus rapide que ses collègues.

- Alors UN, la ferme! C'est VOUS qui êtes dans votre tord. VOUS qui refusez de faire face aux conséquences de vos actes. Et surtout VOUS qui vous comportez comme des gamins irresponsables alors qu'à vos âges, normalement on sait quand il faut s'excuser et réparer les dégâts qu'on a causé. Et DEUX, tu fais bien de parler de vos droits, parce que figure toi que nous aussi on a des droits. Et ceux-ci stipulent qu'on peut vous garder jusqu'à ce que vous ayez payé vos dettes. Alors maintenant, j'en ai marre de vos tronches à la con!! Vous allez descendre et me ranger le bordel que VOUS avez foutu!! Vous voulez vous barrer? Vous rangez et vous payez, c'est quand même pas compliqué!!

Luna avait perdu son sang froid et les deux crétins étaient sans doute très contents de leur coup. Mais à ce niveau là, si un des deux osait ne serait-ce que d'ouvrir sa bouche, elle leur balançait un #Imperium dans leur tronche et les forçait à tout ranger sans leur demander leurs avis. Au bout d'un moment, il allait falloir en sortir.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle de repos

Message par : Azaël Peverell, Mar 29 Aoû 2017 - 2:06


Le regard de Rachel a changé. Il y a autre chose que de la colère dedans. Et ça ressemble bien trop à de la pitié pour toi. Tes mâchoires se crispent un peu plus. T'es vraiment le pire des crétins d'avoir balancé tout ça. Devant des témoins en plus. Dont Arty, qui risque de se faire tout un tas de films dans sa tête vu son imagination débordante. T'as clairement perdu une occasion de te taire. Sauf que ta colère à toi, elle ne redescend pas. Bien au contraire. Lorsque Rachel parle des gènes des Peverell, ton sang ne fait qu'un tour. Tes poings se serrent violemment tandis que tu ne la lâches pas du regard, visiblement prêt à la frapper. Non mais pour qui elle se prend, celle-là ? Qu'est ce qu'elle insinue ? Que parce que Madame renie sa famille, elle est toute gentille ? Et toi qui l'accepte, quoi, t'es le pire des conn*rd, c'est ça ? Y'a pas d'autre solution ? Y'a pas d'entre deux ? Etre Peverell et humain, c'est pas imaginable ?

Vous n'avez pas la famille la plus parfaite du monde. T'es bien placé pour savoir que James aime faire du mal. T'en as fait les frais. Alhena pète les plombs aussi, parfois. Elle a déjà levé sa baguette sur toi. Mais elle, au moins, elle est là pour toi. Elle est la seule à t'avoir soutenu. Elle est la seule à avoir été la pour toi. Et tu sais qu'elle a été là pour Rachel quand elle était gosse et qu'elle prenait pour elle. Alors son ingratitude te révulse. T'as le souffle court, tandis que tu la toises, sans dire un mot, te contentant de te retenir pour ne pas lui coller ton poing en pleine figure pour évacuer toute la rage que tu ressens. T'as bien vu comment Alhena était, le lendemain où elle a retrouvé Rachel. Et cette dernière lui a clairement fait du tort. Parce que les mots sont parfois bien pires que les coups ou les sorts.

C'est à peine si t'écoutes son couplet sur les responsabilités et sur le fait d'assumer. De toute façon, c'est sans doute exactement le même que précédemment, donc tu rates rien. Et t'es bien trop occupé à essayer de te calmer. A essayer de retrouver une respiration plus calme. A enfouir une nouvelle fois tout ce que tu peux ressentir au plus profond de toi. Parce que t'en as déjà trop montré. Et qu'elle n'en vaut pas la peine. Même si une part de toi à envie de lui hurler de regarder la vérité en face, et d'accepter sa famille, parce qu'elle le veuille ou non, elle partage le sang qui coule dans vos veines. Et la voilà qui t'annonce qu'elle va écrire au Ministère. Elle ne comprend donc rien... Ton père adoptif est mort, qu'est ce qu'elle va leur dire ? Qu'un mort t'a fait des misères ? Comme si t'avais besoin qu'on te plaigne. Voir la pitié dans le regard des gens, ça te dégoûte. C'est quelque chose qui te renvoie à ta propre faiblesse, et tu ne peux pas l'accepter.

Mais t'as pas le temps de répondre. Arty reprend la parole. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il semble lui en vouloir. Etrangement, à l'entendre, ta colère retombe un peu. Un tout petit peu. Parce que ça te fait chaud au coeur de le voir prendre ta défense de la sorte. Il dit pourtant clairement que t'es toujours en train de tirer la tronche. Mais c'est... mignon on va dire. Tu lui lances un regard de remerciement avant de replonger tes yeux dans ceux de Rachel pour lâcher d'un ton glacial :

- Il a raison. Tu parles trop. Et écrire au Ministère ne changera rien. Les Peverell ne m'ont jamais rien fait, et l'enfoiré qui me servait de père est mort. Remuer tout ça ne servirait à rien. Sauf si, finalement, tu veux me faire du tort, bien évidemment.

En l'occurrence, dire que les Peverell ne t'ont jamais rien fait est un mensonge éhonté. Mais tu ne veux pas leur attirer d'ennui. Enfin james, tu t'en tapes, mais Alhena, c'est une autre histoire. T'as besoin d'elle. Tu fais clairement en sorte de manipuler ta soeur, et tu n'en as même pas honte. Parce qu'elle n'est rien de plus qu'une lâche à tes yeux. Elle se ment à elle-même en reniant sa famille. Alors tu n'as aucun remords à avoir. T'espères bien avoir ainsi clos le sujet joyeux de votre famille. Sujet qui n'aurait jamais dû se retrouver exposé de la sorte si tu avais su contrôler tes émotions mieux que cela. Et voilà ton copain qui reprend la parole. Il en a marre d'être ici. Sur ce coup, tu ne peux qu'être d'accord avec lui. Cette histoire s'étire en longueur, et t'as pas l'intention de passer la nuit ici. Sauf que l'autre vendeuse semble avoir retrouvé sa langue. Malheureusement.

La voilà qui hurle à moitié. On dirait une hystérique. Comme si ça pouvait vous impressionner un tel comportement. Quoi que, peut être que ça impressionnerait Arty. Mais pas toi. Bien au contraire. Tu retrouves ton sourire provocateur en l'entendant ainsi sortir de ses gonds. Tu lances un petit clin d'oeil à Arty, pour le rassurer, au cas où. Lui montrer que tout va bien, et qu'il n'a pas à s'en faire, que ce soit pour ton passif familial, ou pour la folle qui vous ordonne de ranger et payer vos dégâts. Il est temps de reprendre le jeu là où il s'était arrêté.

- Vos droits ne stipulent en aucun cas que vous pouvez nous garder ici contre notre gré parce qu'on a malencontreusement renversé une étagère et quelques bonbons. Faut arrêter de vouloir nous prendre pour des idiots. On vous a dit qu'on ne rangerait pas. Par contre, je répète qu'on est prêts à payer nos achats. Arty veut son chapeau et ses feux d'artifices. Moi, j'veux Astaroth. Et de la Poudre d'obscurité du Pérou. Voire même quelques leurres explosifs. Et toi, tu devrais prendre un philtre de paix. T'as l'air un peu stressée. J'ai un copain qui les fait très bien si tu veux.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 2 Sep 2017 - 18:38


Drôle de journée, drôle de conversation. Rachel n'aurait pas été capable d'expliquer pourquoi les mots de Daegan semblaient avoir tant d'impacte tandis que ceux de Luna ou d'elle ne faisait que perdurer un discourt de sourd. Concernant Azaël, c'était facile, c'était parce qu'elle était elle. Lui qui disait tenir à sa famille renonçait bien vite à sa sœur. Peut-être était-ce parce qu'elle ne lui avait jamais fait de mal justement ? Parce que même si la verte ne releva pas lorsque celui-ci évoqua la non-violence des Peverell, faisant mine de le croire, ce n'était pas pour autant qu'elle y croyait. Elle avait vu, entendu. Ce n'était pas bien difficile à imaginer lorsque l'on prenait le temps de regarder.

Concernant son copain en revanche la vendeuse était plus perplexe, ses réactions n'allaient pas avec sa tête, sa voix... Gueule d'ange mais Diable au corps... Son air naïf du parfait petit étudiant innocent qui n'avait rien fait énervait Rachel bien plus que le reste. Parce qu'il n'avait pas l'air de le faire exprès justement... d'être con. "Y a des baffes qui se perdent".

- Tais-toi toi ! Tu l’as tout cassé là, regarde ! Il est tout neurasthénique. Tsss, tu parles trop ! Déjà d’habitude il respire pas la joie, mais là c’est le pompon.

Rachel haussa un sourcil, avant de laisser un rire franc. Il était sérieux ? Vraiment ? Mais déjà Azaël ouvrait la bouche pour confirmer ses dire et très vite, le mignon reprit son discours de départ, donnant la désagréable impression à l'équipe d'être retourné au point de départ. On veut pas ranger, pas réparer, mais on achètera quand même ce qu'il nous plait et blablabla... Ester ferma les yeux, désespéré de tant de bêtise puis sursauta légèrement lorsque Luna explosa. C'était bien la première fois qu'elle la voyait dans cet état.Ce n'est seulement lorsque tout fut "calmé", après que son petit frère pas si mignon que ça eu fini de causer dans le vide et après qu'elle même eu fini de se plaindre mentalement parce qu'elle avait soif que la vendeuse repris la parole. Plus calmement, en apparence du moins. Elle s'adressa d'abord au blondinet.

- T'es trop mignon de t'inquiéter pour lui, mais ne t'en prend pas à moi parce qu'IL n'avait pas envie d'entendre ce que j'avais à dire. Cependant non, vous n'aurez jamais vos articles tant que le reste n'aura pas été réglé.

Ester se tourna ensuite vers Azaël.

- Je n'ai pas choisi ce qu'il m'est arrivé, mais je ne vais pas m'excuser parce que j'ai eu une plus belle vie que toi. Tu ne m'aimes peut-être pas et je ne vais pas te mentir en prétendant t'aimer, mais je prendrais ta place si je le pouvais, cela te donnera peut-être une petite idée de qui je suis. Et je m'en fou de te faire honte ou de te dégoûter ! Je serais toujours dans tes pattes.

"Parce que je veux savoir ce que tu sais. Parce que je n'aime pas l'influence que tu as sur Kohane et qu'elle, je suis bien déterminée à la sauver. Parce que même si tu me dégoûtes aussi, je ne peux pas m'empêcher de vouloir protéger mon petit frère".

- Alors je ne sais pas si tu as fait tout ça pour une raison précise ou juste parce que tu t'ennuyais, mais encore une fois vous allez devoir assumer votre petite sauterie, parce que c'est ce qu'il convient de faire. Vous êtes tous les deux au fait des règles de bienséances j'en suis certaine. Si moi je m'étais pointée chez vous et que j'aurais tout chahuter sous prétexte que je m'ennuyais et que personne n'était là pour me surveiller... qu'est-ce qu'il se passerait à votre avis ? Hm ? Alors maintenant vous allez lever vos fesses, ravaler votre fierté et faire ce que ma collègue vous a demandé de faire. 
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Salle de repos

Message par : Arty Wildsmith, Dim 3 Sep 2017 - 14:58


LA de Zaza, évidemment amour C'est elle qui m'a dicté sa magnifique réplique !


Mais pas du tout, ils voulaient bien assumer leurs actes, c’est juste que faire le ménage, bah non. C’est qu’elle commençait à élever la voix et à faire trembler les vitres de cette salle de repos. Bon, le seul problème c’est que les vitres n’allaient pas être contentes, puisque finalement, il n’y avait qu’elles que ça dérangeait. En effet, bizarrement, Arty restait tout à fait de marbre alors que les cheveux de cette vendeuse commençaient à s’électriser. En plus, elle commençait à s’attaquer au physique, et souvent on dit que lorsque quelqu’un vous sort comme argument que vous êtes moche, c’est qu’il n’a plus vraiment d’arguments. Alors forcément, le tout tombe à l’eau. En plus, c’était absolument faux, Zaza et lui n’avaient pas des tronches à la con, s’était-elle regardée ? Tandis que le Serpentard lui sert un sourire qui déclenche des claques, Arty se contente de soupirer. Ils ne s’en sortiraient jamais, il avait l’impression d'être un hamster dans sa roue. Toujours la même chose, le même rythme et le même décor. Boring.

Pourtant, il ne savait pas trop où donner de la tête. Il écouta la réponse d’Azaël en hochant la tête, ça oui, son chapeau et les feux d’artifice, il n’en démordrait pas. Mais il avait l’impression qu’à chaque fois qu’ils réclamaient ça, on leur disait de faire le ménage. Ces vendeurs étaient des magnétoscopes, impressionnants. Puis Arty ignora totalement la réponse de la sœur de Zaza à son encontre, l’encontre de Zaza, pas la sienne, ça ne le regardait pas, il s’en fichait de sa vie à elle. Par contre elle n’avait pas tort. Le jeune Poufsouffle était quand même réputé pour être un gamin poli et bien élevé, donc oui, il connaissait les règles de bienséance. Mais son argumentation était bien trop floue. Je vous explique. Si cette petite madame s’était effectivement mise à tout chahuter chez Arty, par exemple, c’est que soit elle était un petit chaton, soit une cambrioleuse. Admettons que cette vendeuse soit un chaton, on allait pas demander à un jeune félin de tout ranger derrière lui, ça n’allait pas le faire, ou alors on risquait d’attendre longtemps. Et si c’était une cambrioleuse, ben là, clairement, elle n’aurait rien rangé non plus. Bidon comme argumentation, je vous l’avais dit. Pourtant, la voix d’Azaël vint transpercer les réflexions du gamin.

- Je t'aurais butée en me disant bon débarras.


Ok, ça c’était le genre de phrase particulièrement laconique, incisive qui sonne comme un couperet. A bout de nerfs, le Blaireau se mit alors à rire. Là, il fallait absolument détendre la situation sinon ça allait exploser dans tous les sens. Il ne suffisait pas de grand chose, après l’évocation d’une enfance terrible, de torture voilà qu’on parlait de meurtre. Arty s’avança alors, les mains levées, à la manière de non ne me faites pas de mal s’il vous plaît. Parce qu’après tout, peut-être qu’elle avait raison, qu’il était grand temps de ravaler sa fierté pour pouvoir foutre le camp d’ici. Parfois des idées comme celle-là lui passait dans le cerveau et il prend le temps de l'accrocher avec une pince à linge, des fois qu’il pourrait l’utiliser. C’était le cas ici. Sauf qu’effectivement, on oubliait un détail. Arty n’avait aucune fierté, aucun ego d’aucune sorte, tout glissait sur lui et il ne se rendait pas compte à quel point il pouvait être dans la m*rde. Petite tête brûlée en fait, qui l'eût cru ? Mais ça le faisait rire, et comme il était un petit galopin, tout ce qui faisait rire était grandiose et lumineux.

- Wow wow wow. Personne ne va tuer personne, on ne s’inquiète pas. Vous savez quoi, vous avez raison. J’avoue, c’est pas bien c’qu’on a fait, pardon. On va donc se diriger dans la boutique et ranger ce foutoir. Parce qu’on est pas des méchants garçons vous savez. Et comme ça, vous pourrez nous donner les feux d’artifice, le dragon, le chapeau tout ça tout ça.

C’est alors que d’un mouvement presque imperceptible il se tourna vers son pote. Une lueur de malice était passée dans ses yeux, brièvement. Parce qu'ils devaient rester dans l’ombre, dans le flou, au pire ils auraient peut-être des doutes, normal. Mais Arty prit alors une mine refrognée, dépitée. Il acceptait sa sentence, mais il boudait. C’était maintenant un gamin capricieux. Il fit alors un geste de la main à son copain, l’invitant à le suivre. Le Poufsouffle semblait porter toute l’horreur du monde sur son dos, toucher un balai, non, vraiment, il n’aimait pas ça. Mais bon, si c’était le prix à payer pour un chapeau et des feux d’artifice, pourquoi pas. Les deux gamins se dirigèrent alors vers la sortie de la salle, doucement mais sûrement. Arty étira les muscles de son cou, prêt à se transformer en une parfaite fée du logis, ouvrit la porte et commença à descendre les escaliers, tranquillement, Zaza sur ses talons, supposait-il.


On change donc de sujet, et nous n'allons pas tarder à poster dans le comptoir MDR
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle de repos

Message par : Azaël Peverell, Jeu 21 Sep 2017 - 20:59


PV Rachel
J'ai son LA et son autorisation pour poster


Te voilà affalé sur l'un des canapés de la salle de repos de Waddiwasi. Une nouvelle fois. Mais les circonstances de ton arrivée là sont différentes. T'es passé par le magasin, exactement comme la dernière fois. Et comme prévu, Rachel y était. T'as besoin de lui parler. Tu ne sais pas trop de quoi exactement, mais tu t'en es bien rendu compte la dernière fois. Il y a sûrement beaucoup de choses que vous avez encore à vous dire. T'as beaucoup de choses à lui reprocher aussi. Parce qu'elle rejette sa famille sans même essayer de comprendre quoi que ce soit. Et t'arrives pas à saisir pourquoi. Ou plutôt, t'as besoin de l'entendre par toi même.

Elle t'a dit d'attendre ici qu'elle ferme la boutique. T'as fait exprès de venir peu avant la fermeture, pour être sûr de ne pas trop la déranger dans son boulot et de pouvoir réellement discuter avec elle. Ou lui gueuler dessus sans te faire interrompre par un quelconque client. Bref, quoi qu'il arrive, tu préfères que ça se fasse loin de toute oreille indiscrète, contrairement à la dernière fois où t'as pété les plombs en public. C'était pas une bonne idée, et tu t'en es pas mal voulu après. T'as laissé tes émotions prendre le dessus, et tu t'es exposé. Tu vas bien faire attention à que ça n'arrive plus.

Dans tous les cas, tu l'attends sagement. T'es un peu stressé sans trop savoir pourquoi. T'as peut être un peu peur de ce qu'il va se passer, de ce que vous allez vous dire. De te rendre compte qu'elle compte réellement tous vous rejeter, toi compris. D'ailleurs, tu n'as pas la moindre idée de ce que tu vas bien pouvoir dire pour débuter la conversation. Ni même ce que tu comptes réellement lui dire. Tu improviseras sur le moment. Ta jambe bouge sans cesse, à cause de l'impatience, et de ta légère gêne. Tu commences à mordiller la peau autour de l'ongle de ton pouce. Il est grand temps qu'elle arrive, histoire de tout mettre au clair. Et de savoir réellement à quoi t'en tenir.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 25 Sep 2017 - 21:33


Fin de journée. Rachel continuait de sourire au client comme si cela faisait partie intégrante de son contrat. « Clause 4, paragraphe 7, alinéa 2 : l’employer s’engage à sourire et à faire preuve de bonne humeur durant l’intégralité de ses heures de travail. Tout manquement à cette clause serait néfaste pour l’image de la boutique et est donc passible de sanctions (avertissement, mise à pied, renvoie…etc.) ».

Evidemment il n’y avait rien de cela dans son contrat, néanmoins Ester aimait faire comme si, parce que cela avait réellement une influence sur la consommation et le taux de fréquentation de la boutique. On ne venait pas à Waddiwasi pour trouver une vendeuse dépressive. Travailler ici l’aidait à ne pas penser, chasser les mauvaises ondes, le sang et les désastres. Eh puis, après quatre ans à sourire faussement pour faire vendre, la verte se rendait compte que l'exercice lui était de plus en plus facile. Elle retrouvait cette force qu'elle avait eu à 15 ans, mais avec les malheurs en plus cette fois. En soit, il se révélait en elle une véritable force de caractère qui lui permettait de cacher son mal aux autres. Comme elle l'avait toujours désiré. L'adolescence c'était fini. Les crises sentimentales aussi la plupart du temps.

Reconnaissant le bruit singulier que faisait la porte d'entrer, la vendeuse cessa son activité du moment pour se concentrer sur son nouveau client et se présenta avec toute la chaleur que représentait cette boutique.

- Bonjour et bienvenue à Waddiwasi ! Je m’appelle...

Ester cessa sa tirade commerciale en reconnaissant son ange de petit frère. Que faisait-il ici ? Un instant elle hésita à le renvoyer, mais quelque chose dans son attitude l'en dissuada. Pourtant, il avait le même air revêche que lorsqu'il avait voulu faire croire que la destruction de la boutique n'était pas de sa faute. Elle le laissa pourtant monter le temps qu'elle puisse le rejoindre. Ainsi il voulait parler, mais de quoi ?

Durant les quelques minutes que durèrent la fin de sa journée -Ester ferma même la boutique un poil plus tôt, une première- la verte ne cessa de se faire des films sur la raison de sa venu. Des problèmes les plus fulgurant aux demandes les plus anodines, Rachel angoissait de monter de rejoindre. Lorsqu'elle le fit alors, Ester dévisagea son petit frère sans rien dire, sans montrer aucune expression. Plus ça allait et plus elle se trouvait le même talent qu'Alhena pour n'afficher qu'un visage froid. Toujours sans un mot la sorcière -qui n'était plus en service- alla se prendre un verre de Whisky dans le mini-bar, avant de s'adosser à la table. Elle bu une gorger avant de commencer le plus posément possible.

- Tu voulais me parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle de repos

Message par : Azaël Peverell, Mer 27 Sep 2017 - 13:43


Elle finit enfin par arriver. Elle te dévisage sans un mot. Et tu soutiens son regard en silence également. Tu détestes ça. Qu'on te regarde comme ça, comme si on essayait de fouiller au fond de toi. T'as tendance à détourner les yeux quand on te le fait. Mais pas cette fois. Parce que t'estimes que ce n'est pas à toi de détourner le regard, mais bien à elle. Après tout, c'est bien elle qui renie votre famille. C'est elle qui devrait avoir honte, pas toi. Tu l'observes tandis qu'elle se sert un verre de whisky. Tu n'as pas touché une goutte d'alcool depuis des mois. Pourtant, vu la situation, tu prendrais bien un verre toi aussi. Une gifle mentale plus tard, ton regard quitte le liquide ambré du verre pour se planter à nouveau dans les yeux de ta soeur. Qui te balance quelques mots qui te mettent en colère. Comme si elle n'avait absolument rien à te dire. Ta mâchoire se crispe légèrement.

- Oui.

Le ton est glacial. T'as déjà envie de lui hurler dessus et de la secouer, comme pour qu'elle comprenne la gravité de la situation. T'aimes pas qu'elle fasse comme si de rien n'était. Surtout face à toi. L'indifférence, ça te tue. Et elle est ta soeur, même si tu ne le veux pas. Qu'elle ne le veut pas. C'est un fait. Et tu ne peux pas juste l'ignorer. T'as pas cette faculté là, de tourner le dos. Pas comme elle visiblement. Tu repenses aux mots qu'Alhena t'a dit la dernière fois. Ceux qu'elle a répété, qui venaient bien de Rachel à la base. "Je ne serai jamais une Peverell." Et tu te renfrognes un peu plus encore. Tu ne sais pas quoi lui dire en fait. Ni même comment. T'es venu ici sur un coup de tête. Mais autant que tu sois fixé.

- Pourquoi tu t'en fous de ta famille ? Pourquoi t'as dit à Alhena que tu serais jamais une Peverell ? T'en es une, que tu le veuilles ou non. Elle t'a cherché, pendant des années, t'as pas le droit de lui tourner le dos comme ça !

T'a failli dire "de nous tourner le dos". Mais tu t'es retenu au dernier moment. Tu refuses d'impliquer les émotions que tu ressens dans le dialogue. T'en as déjà trop montré face à elle la dernière fois à cause de la colère. Tu ne vas pas laisser ça arriver une seconde fois. Pourtant, t'es énervé. T'as envie de lui hurler dessus. De tout lui cracher au visage. Mais tu gardes tout cela enfoui. Sous contrôle. Pour l'instant. La famille Peverell est loin d'être parfaite. C'est même un sacré ramassis de con de ce que t'en sais. T'as pas connu les parents, mais de ce que t'as entendu, ils n'avaient pas l'air d'être des plus sympathiques. Et vu la petite séance de torture offerte par James lors de votre première rencontre, les traits psychopathes lui ont été légués.

Mais Alhena... Elle t'a fait subir des choses que tu n'oublieras jamais, c'est vrai. Elle a levé sa baguette sur toi plus d'une fois. Mais pourtant, chaque fois que t'as eu besoin de quelqu'un, elle était là. Après cet été et tout ce qu'elle a fait pour toi, tu ne peux plus fermer les yeux là dessus. La famille, c'est important. Quoi qu'il arrive, quoi qu'il se passe, c'est sur elle qu'on peut compter. Même si elle peut être à l'origine de beaucoup de souffrances, tu sais que la famille Peverell ne te laissera pas tomber. Et au fond, ça te rassure énormément. De savoir que tu ne seras jamais seul.

- Qu'est ce qu'on représente pour toi ? Juste des étrangers ? Des gens à éviter ? Des monstres ?

C'est ce qu'elle a dit la dernière fois après tout. Que c'était dans les gènes des Peverell de faire du mal aux gens. Mais pas dans les siens. Alors quoi, si t'es un Peverell tu dois forcément être un psychopathe qui aime faire souffrir les autres ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 30 Sep 2017 - 19:50


Ester se planta devant Azaël, un verre à la main, le regard froid, le buste droit, mais sans aucune malveillance. La sorcière craignait plus qu'elle ne le laissait paraître cette confrontation directe avec un membre de sa nouvelle famille. Bizarrement, alors Alhena, elle n'avait aucune difficulté à provoquer. Tourner le dos quand tout allait mal et recommencer ailleurs, c'était tellement plus simple, tellement moins douloureux. Et la verte ne considérait pas cela comme un abandon, il était juste question de ne pas se rattacher à quelque chose qui ne pouvait que vous freiner, voire vous couler.

Avec Azaël pourtant Ester était beaucoup moins revêche, elle savait, sans même avoir déjà dit un seul mot qu'elle les choisirait avec plus de soin qu'avec n'importe qui. Pour caresser, ne pas blesser. Parce que même si elle le détestait encore d'avoir fait des mauvais choix, même s'il la regardait avec dégoût comme à l'instant, il y avait au fond d'elle une petite voix au fond d'elle qui lui criait qu'il fallait qu'elle soit proche de lui. Et c'était une tâche des plus éprouvante d'haïr et de vouloir protéger en même temps. Azaël était après tout le dernier petit frère qu'il lui restait et ça Rachel savait assez ce que cela représentait pour ne pas vouloir le perdre. Malgré son regard froid et ses questions accusatrices.

La vendeuse bu alors. Comme trop souvent. Jamais elle ne cessa de le regarder pour essayer de comprendre cette colère que lui aussi ressentait. Une colère que dans un sens, Ester assimilait à cette même colère inavouable qu'elle éprouvait elle-même pour sa grande sœur. Elle essayait alors de comprendre, non pas les raisons exactes, mais la force. Puis, après un temps de réflexion pour ne pas s’emmêler la baguette, il y eu des réponses.

- Qu'est-ce que tu attends de moi Azaël exactement ? Que je me mette soudainement à aimer Alhena alors même que je n'ai jamais réellement put la supporter parce qu'il nous a été dit que nous étions de la même famille ? Ce serait hypocrite je trouve.


Rachel fit une pause. Elle avait parlé d'une voix douce, sans remord, sans colère, mais elle se garda bien de prendre Azaël comme deuxième exemple. Avec lui non plus ça n'avait jamais été l'amour fou. Alors pourquoi ce besoin qu'elle soit là maintenant ? Pourquoi cette colère parce qu'elle n'était pas là ?

- Mais tu peux me croire je n'ai jamais voulu la faire souffrir ou te faire souffrir.

Pour autant le regard de la verte vînt se durcir quelque peu. Elle restait sur ses positions, elle ne voulait en rien être associer aux Peverell. L'histoire de cette famille lui faisait peur, terriblement peur. Elle réveillait des sentiments que la sorcière n'avait plus éprouvé depuis ses 12 ans. Des sentiments qu'elle avait eu tant de mal à oublier. Sentiments qui, n'était pas aussi enfuit que Rachel ne le prétendait puisqu'elle se battait tous les jours contre eux. Parce que c'était un peu eux qui l'avait poussé à se battre avec l'Ordre.

Vidant son verre, Ester se déplaça tranquillement vers le mini-bar pour se resservir. Les questions d'Azaël pourtant la stoppèrent net, lui glaçant le sang. Elle fut d'ailleurs bien incapable de ne pas se retourner pour voir son visage. Comment... avait-il put lire en elle aussi facilement ? Ester associait les Peverell à des monstres et les monstres... il n'y avait rien qui ne lui faisait plus peur. Reprenant contenance aussi rapidement qu'elle l'avait perdu, la sorcière alla se remplir un verre pour ensuite revenir sur ses pas. Oui, ils étaient des monstres. Alhena avait fait le mal, elle le savait. Azaël avait accepté de travaillé avec les Mangemorts. Leurs parents les avait marqué comme des animaux. Il fallait être aveugle pour ne pas le voir. Il y avait des choses qui étaient faites dans cette famille ou qui étaient dites et qui, ailleurs, n'avait pas lieu d'être. Qui n'existait même pas. Néanmoins la verte ne vit pas l'intérêt d'en faire part à son petit frère. Il y avait dans son expression, dans son intonation, un petit quelque chose à Rachel que si elle lui disait ouvertement ce qu'elle pensait de lui, d'eux... il n'y aurait pas de retour possible. Cela blesserait plus que ça ne la soulagerait. C'était donc une action inutile que la sorcière barra définitivement de son esprit.

- Tu es injuste et tu le sais.


On ne pouvait pas lui demander d'accepter aussi rapidement. Elle ne pouvait pas oublier son autre famille. Sa vie d'avant. Les souffrances et les bonheurs. Elle ne pouvait pas accepter ce qu'elle avait été, petite peste sans scrupule. Juste faire comme s'il n'y avait jamais rien eu, qu'elle n'avait pas tout oublié, qu'elle n'était jamais partie. Rachel en était incapable. A elle alors, de poser des questions. Le ton toujours posé. Neutre de toute émotion pour le moment.

- Pourquoi tout ça te met tellement en colère ? Tu ne veux même pas de moi dans ta famille et encore moins dans ta vie. Je me trompe ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle de repos

Message par : Azaël Peverell, Lun 2 Oct 2017 - 19:48


Elle boit, comme pour se donner une contenance. Pourtant, son visage est neutre, impassible, tu es bien incapable de savoir ce qu'il lui passe par la tête à cet instant précis. Pourtant, t'es bien sûr qu'elle t'a écouté. Elle ne te quitte pas du regard. Et toi non plus, tu ne détournes pas les yeux. Parce que ce n'est pas à toi de le faire. Tu n'as rien à te reprocher. Pourtant, cela te met vraiment mal à l'aise. Mais garder un masque d'indifférence totale t'es habituel. Alors tu attends sa réponse. Elle prend son temps, comme si elle choisissait ses mots avec beaucoup d'attention. Ils font cependant monter la colère en toi. Tes mâchoires se crispent légèrement. Comment peut-elle réagir ainsi ?

- Après tout ce qu'elle a fait pour toi ? Les coups qu'elle a pris... Ce ne serait pas hypocrite, ce serait de la simple reconnaissance ! Tu lui dois au moins ça !

Elle ose dire qu'elle ne voulait pas vous faire souffrir en plus. Pourtant, elle a dû bien voir par elle-même que c'était raté. Tu préfères ne rien dire à ce sujet. Tu refuses d'admettre qu'elle ait pu te blesser d'une quelconque façon. Tu n'es pas si faible. Après tout, comme l'a dit Alhena, à quoi bon se battre pour une cause perdue ? Elle ne veut pas entendre parler de vous, elle se sent sûrement supérieure parce qu'elle a pu passer outre la violence caractéristique des Peverell. Il faudrait cependant lui dire que les plus grandes blessures sont rarement physique. Qu'à force d'être rejeté, on finit forcément par se perdre et céder à la facilité. Et elle vous rejette, encore et toujours. Parce que vous n'êtes rien d'autre pour elle que des boulet qu'elle se refuse à traîner.

Le mot monstre semble résonner dans son esprit. Faire écho. Difficile de passer outre la gêne qu'elle ressent à cet instant. Ainsi, tu as sans doute tapé juste. C'est au tour de tes poings de se serrer. De toutes tes forces. Tes ongles entament la chair de tes paumes alors même que tu ne sembles ressentir aucune douleur. Tu te refuses toujours à laisser paraître quoi que ce soit. Elle ose te dire que tu es injuste. Tu n'es pas d'accord. Visiblement, t'as juste été réaliste. Des monstres. Vous êtes tous des monstres. Et elle s'imagine sans doute être la princesse qui a été sauvée ? Une fois de plus, aucun son ne franchit tes lèvres. Tu te contentes de l'observer en silence, de peur que ta haine et ta colère ne se déversent d'un coup dans un flot que tu ne pourrais plus arrêter.

Maintenant, elle fait semblant de s'intéresser à toi. Elle fait celle qui te connaît, qui sait que t'es en colère, et qui sait exactement ce que tu veux ou ce que tu ne veux pas. Mais ce n'est pas si simple. Tu le sais toi. Tu la détestes. Tu veux la détester. Tu veux la laisser derrière toi, l'oublier comme elle semble prêt à le faire pour vous. Parce que t'as pas envie de souffrir pour rien. Parce que tu dois songer à te protéger. Pourtant, si t'es là, c'est que tu veux, quelque part, qu'elle remarque ta présence. Et qu'elle ne passe pas à côté. Parce que grâce à Alhena, t'as vu ce que c'était que d'avoir une grande soeur derrière toi. Et que t'aimes bien. Même si vous ne vous entendez pas forcément super bien, tu sais que tu peux compter sur elle. Alors pourquoi ça ne pourrait pas être la même chose avec Rachel, après tout ? Juste avoir quelqu'un sur qui compter. Et qui peut compter sur toi. Une famille...

Mais non. Elle semble tout savoir. Tu ne veux pas d'elle dans ta vie, tout comme elle ne veut pas de toi. L'histoire est donc close. Après tout, c'est vrai, pourquoi tu te mettrais en colère pour si peu ? Elle n'en vaut clairement pas la peine. Il suffira de t'en persuader. C'est ton choix. Tu ne veux pas d'elle. L'inverse ne se produira pas. Ce n'est pas elle qui voudra que tu partes, non. C'est toi qui va partir, car elle n'est pas assez intéressante. Tu dois parvenir à t'en convaincre toi même. Tu te lèves. Toujours sans la quitter des yeux.

- Non, t'as raison. J'aurais même pas dû venir.

Demi-tour. Il est temps pour toi de passer cette fichue porte pour ne plus jamais revenir. Et aller déverser toute cette haine et cette rage qui bouillonnent en toi. Parce que t'es prêt à exploser.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 8 Oct 2017 - 20:37


La sorcière ouvrit la bouche pour parler avant de se raviser et de souffler d'exaspération. Elle n'aimait pas le rôle que lui donnait Azaël, celui de la petite peste qui ne pensait qu'à elle et à son propre bonheur. Pourquoi se permettait-il de juger ? Ils ne se connaissaient pas. Et elle n'était pas, n'était plus -n'avait jamais été selon elle- Galatéa Peverell. Elle restait clair dans sa tête, elle ne devait rien à Alhena, sauf peut-être un merci. Que le jeune homme se permette de faire le rapprochement entre ces deux personnes l'agaçait fortement, même si elle n'en montrait rien. Ester ne voulait pas passer pour une paranoïaque non plus, tout cela était plus de l'ordre du ressenti que de l'explicite. Il n'était pas nécessairement utile de mettre Azaël encore plus en rogne.

Car oui, même s'il maîtrisait lui aussi l'art de la froideur d'expression, il y avait quelques signaux qui ne trompaient pas. Malheureusement. Et si le regard de la grande sœur se voulait effectivement neutre, elle n'éprouvait aucune animosité particulière envers l'autre Peverell. Bien sûr elle lui en voulait pour un certain nombre de choses, mais elle savait prendre le recul nécessaire pour ne pas le montrer. Le petit frère en revanche, ne semblait pas pouvoir dissimuler complètement sa rancœur. Cela passait pas des mots, des regards.

Lorsque celui-ci se leva, Ester fut bien incapable de décrypter complètement les émotions qui l'a traversèrent. Tout ceci était si compliqué. Elle avait l'impression d'autant vouloir qu'il disparaisse et qu'il reste. Et comme il était plus facile de ne rien faire, la sorcière le laissa faire. Sans le retenir.

Bien plus qu'un dernier regard peut décider d'une vie
Bien plus que cette fin d'espoir que le courant charrie
C'est un amour qui ne trouvera pas de rivière
Mon frère


Elle resta alors seul à contempler le vide, écouter le silence qui revenait peu à peu tandis qu'il s'éloignait. Tandis que tout amour, qu'il soit possible ou impossible, disparaissait avec lui. Ester ferma les yeux pour tenter de se convaincre qu'elle faisait le bon choix. Elle devait penser à se protéger, elle ne pouvait pas sauver tout le monde. D'autant que les Peverell ne demandaient pas à ce qu'on les sauve... Vraiment ?

Rachel posa son verre et s'empressa de rattraper celui qui pourrait un jour devenir son petit frère. Pas de titre parce qu'en soit il l'était déjà, mais de cœur. Elle avait retrouvé Alhena recroquevillé, seule dans la rue, petite enfant perdu. Elle s'était retrouvée nez à nez avec Azaël ce soir. Nez à nez avec sa peine et son venin. Personne n'en voulait autant à quelqu'un qu'il n'aimait pas, mais ça elle ne le comprenait que tardivement.

- Attend Azaël. Cette conversation mérite une fin tu ne crois pas ?


Ester se positionna en adulte face à un adolescent. Sa voix était douce, aucun reproche n'était fait, même si le regard restait définitivement lointain.

- J'aimerais vraiment comprendre pourquoi tout ceci est si important à tes yeux.
Pause. Je ne te promets pas de porter un jour fièrement le nom des Peverell -c'est plus compliqué que ce qu'il n'y parait (dans le sens il y a une raison "profonde")-, mais rien ne nous empêche de discuter et d'apprendre à nous connaître.

Chacun avec sa peine
Que le temps nous apprenne
A nous aimer... En frère

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle de repos

Message par : Azaël Peverell, Mer 11 Oct 2017 - 15:09


Main sur la poignée, prêt à t'échapper. Et pourtant, sa voix retentit, juste derrière toi. Elle t'a suivi. Elle t'a rattrapé. Te coupant dans ton élan et ta fuite. T'es incapable de continuer, uniquement parce qu'elle te le demande. Pourquoi est-ce si difficile pour toi de t'en tenir à tes propres choix ? Tu ne devrais déjà plus être là. Elle t'a bien fait comprendre que tout ça, toute cette histoire, tout cet espoir de famille réunie, ce n'est que du vent. Que ça n'arrivera jamais. Et pourtant, t'es incapable de faire une croix dessus. T'as juste envie d'y croire, par faiblesse ou par nécessité. Cette conversation mérite une fin... Tu pensais pourtant l'avoir donnée. Tu n'y comprends rien. T'es complètement paumé. Pourtant, tu te tournes vers ta soeur, les mâchoires légèrement crispées, et tu la laisses continuer.

Elle veut comprendre pourquoi ça semble si important à tes yeux. Important ? Pas moyen que tu laisses penser ça. Rien n'a d'importance. Surtout pas si ça vient d'elle. Elle n'a strictement aucun pouvoir sur toi. T'es même pas foutu de t'avouer à toi-même que tu veux qu'elle soit réellement ta soeur, et pas simplement une étrangère. Alors t'es pas prêt de lui laisser penser que c'est le cas. Du moins pas volontairement. T'es empli de contradictions. Tu viens jusqu'ici pour lui parler alors que t'estimes n'avoir rien à lui dire. Elle t'énerve au plus haut point, et pourtant, lorsqu'elle annonce haut et fort ne pas être une Peverell, tu lui en veux d'autant plus. T'es incapable de faire le point sur ce que tu attends d'elle, parce que tu refuses d'admettre qu'elle est importante. T'es tout autant en colère contre elle que contre toi, pour ressentir tout ça et être incapable de gérer.

Quand Alhena t'a annoncé l'existence de Rachel, t'as eu très peur. Peur qu'elle prenne ta place auprès de ta soeur. Après tout, elle était celle qu'elle avait toujours cherché, pas toi. Tu n'es rien d'autre que la pièce rapportée, celui qui n'aurait jamais dû retrouver sa vraie famille. Personne ne te cherchait toi. Mais elle, si. Tu as donc décidé de lui en vouloir pour ça. Pour le fait qu'elle ait connu les Peverell. Même vos parents, malgré tout ce qui leur est reproché. Alhena t'a bien fait comprendre qu'ils restaient vos parents. Et toi, tu ne les as jamais connu. Tu ne sauras jamais ce que c'est réellement que d'être un Peverell. Que d'être passé par là. Certes, t'as eu tes propres problèmes de ton côté, ton père adoptif était un beau psychopathe. Mais il n'empêche que tu n'as jamais été un membre de la fratrie Peverell. James te l'a bien fait remarquer. Tu n'as pas vraiment ta place. Rachel l'a. Elle a été protégée par tous, et pourtant, elle a sa place, plus que tu ne l'auras jamais. Et elle n'en veut tout simplement pas. Alors que tu donnerais n'importe quoi pour que vous échangiez les rôles.

T'es juste jaloux en fait. Tu l'envies d'avoir quelque chose dont elle ne veut pas. A croire qu'il y aura toujours des problèmes chez les Peverell, quoi qu'il arrive. Que tout se passe bien, c'est difficilement imaginable. Elle accepte que vous discutiez. Que vous apprenez à vous connaître. C'est sans doute ce que tu veux au fond de toi. Mais t'as peur de l'avouer. T'as peur qu'elle pense que t'es juste faible. T'as peur qu'elle accepte par pure pitié et qu'elle finisse par vouloir se débarrasser de toi. Parce que t'es pas un cadeau, tu le sais pertinemment. T'as tellement peur de souffrir que tu préfères oublier l'idée d'être heureux. Après tout, Alhena est là pour toi. Tu le sais, elle ne te laissera pas. Même si vous passez la moitié de votre temps à communiquer dans le conflit. Elle est là. Tu lui fais confiance. Mais tu n'es pas encore prêt à faire confiance à Rachel. Elle est trop différente. Vous avez trop peu de choses en commun. Tu lèves un sourcil suspicieux.

- Pourquoi tu voudrais qu'on discute ? Si les Peverell ne sont pas ta famille, j'suis rien pour toi.

Toujours cette peur viscérale de te laisser trop approcher et qu'on finisse par te repousser. C'est pourtant bien toi qui est venu jusqu'ici à la base. Mais t'es trop perdu pour parvenir à réagir normalement. Tout se bouscule dans ta tête et t'es incapable de faire le tri.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 16 Oct 2017 - 21:44


Ester s'en voulait de ne pas avoir compris plus tôt que les Peverell, plus que n'importe qui d'autre, avaient besoin d'être sauvé. Elle en était certaine maintenant, cette visite était un appel à l'aide. Mais de quoi Azaël avait-il besoin d'être sauvé ? Un instant elle pensa bien à la torture. Puis à d'autres choses. Jamais elle ne fut cependant certaine des réponses qu'elle trouvait.

La sorcière observa son présumé petit-frère lui faire face et la dévisager aussi. Il semblait réfléchir aussi intensément qu'elle, hésiter tout autant entre la haine et l'acceptation. A force de se chercher des points de non-ressemblance avec les Perevell, Rachel ne parvenait qu'à faire l'exacte contraire. Alhena, Azaël, elle... Tous les trois avaient ce même regard froid et fière lorsqu'il y avait une blessure à cacher. Un sentiment à ignorer. Il fallait bien l'avouer, ils se ressemblaient tous dans la souffrance. Mais seraient-ils capable de s'entendre aussi dans le bonheur ?

- Ça ne peut pas me manquer d'avoir une grande sœur, je ne sais pas ce que c'est. Mais je sais ce que c'est d'avoir un petit frère.

Il lui manquait tant. Ce petit être pas beaucoup plus jeune qu'elle, mais sur qui elle avait veiller comme une mère lorsqu'il avait fallu le faire. Aujourd'hui elle se sentait prête à recommencer avec Azaël. Même avec Alhena, s'il lui reprendrait un jour l'envie de jouer à l'enfant. Comme cette nui-là à Pré-au-Lard. Aucun membre de cette famille n'avait jamais eu la chance de pouvoir compter sur quelqu'un d'aimant après tout. Ester se ventait de vouloir sauver le monde. Qu'est-ce qui l'empêchait de vouloir jouer les héroïnes pour sa... famille ? Peut-être pourrait-elle au moins leur montrer qu'une autre vie existe. Loin des souffrances constantes et de la haine. Azaël pourrait peut-être changer, s'éloigner du mal, si quelqu'un se donnait la peine d'éclairer un peu son chemin. Tel serait sa mission.

- On ne s'apprécie peut-être pas, mais tu n'es pas rien. On a été en cours ensemble. On a partagé la même maison. Et tu es l'un des meilleurs amis de ma colocataire. Ça vaut la peine qu'on fasse un effort non ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Salle de repos

Message par : Azaël Peverell, Dim 22 Oct 2017 - 13:24


C'est étrange. D'entendre ces mots de la bouche de Rachel. C'est comme si elle venait de chambouler absolument tout ce que tu pensais jusqu'à présent. Si elle te dit qu'elle sait ce que c'est que d'avoir un petit frère, c'est bien qu'elle accepte que tu sois le sien, non ? Ou au contraire qu'elle en a déjà un et que ça lui suffit amplement. Faut que t'arrêtes de réfléchir, tu pars toujours trop loin. Tu t'en rends compte, et pourtant, tu ne peux pas t'en empêcher. T'as trop peur de te faire avoir au bout du compte. Trop peur de souffrir encore davantage. T'as vraiment pas besoin de ça, c'est déjà assez le bordel comme ça dans ta vie. Faudrait que tout se simplifie de tous les côtés, histoire de savoir un peu mieux où tu en es.

Tu ne réponds rien. Tu attends la suite. De toute façon, tu n'as pas la moindre idée de ce que tu es sensé dire. Tu attends d'elle qu'elle te comprenne, qu'elle agisse comme il le faut. Pourtant, tu ne saurais pas dire en quoi ça consiste. Et tu ne saurais même pas expliquer ce qui passe par ta tête en ce moment même. T'es pas livré avec le mode d'emploi, juste avec les problèmes. Limite, la seule chose à lui dire serait simplement "Bon courage", parce qu'elle risquait d'en avoir besoin. De la patience aussi. Sauf que plus elle sera patiente et pire tu seras avec elle. Faudrait aussi lui dire. Mais elle le verra bien. Tu ne peux pas t'empêcher de tester les gens. Vouloir trouver leurs limites. Et pour ça tu n'hésites pas à les franchir.

Mais elle répète qu'elle est prête à essayer. Que tu n'es pas rien, malgré vos différends. Elle vous trouver même quelques points communs. Même si la maison et les cours, tu t'en tapes royalement. Tu dois quand même noter l'effort. Par contre, tu n'as pas la moindre idée de qui peut bien être sa colloc'. Ce qui est relativement étrange si tu es l'un de ses meilleurs amis. Tu fronces légèrement les sourcils.

- J'sais pas qui c'est ta colloc'.

Et tu te rends compte que t'es toujours aussi fermé face à elle, alors même qu'elle vient de faire un pas vers toi. Elle n'était pourtant pas obligée. Elle aurait pu te laisser partir. Oublier jusqu'à ton existence. Ou du moins l'ignorer, comme ça semblait l'arranger. Mais non, elle passe outre sa haine des Peverell. Et tu te doutes que ce n'est pas rien pour elle. Pour toi non plus, d'ailleurs. Même si tu as du mal à l'admettre, ça te touche. Alors t'ajoutes quelques mots, malgré la méfiance toujours présente.

- Mais j'suis pas contre faire un effort.

Ton regard est toujours plongé dans le sien. Sans doute un peu moins empli de haine et de colère. Simplement une demande silencieuse pour qu'elle ne finisse pas par t'abandonner comme les autres. Parce que faire des efforts avec toi, c'est épuisant. Faut le supporter. Mais t'es prêt à prouver ta bonne volonté.

- Désolé pour le bordel de la dernière fois au fait.

Tu passes ta main dans tes cheveux, légèrement gêné. T'as pas l'habitue de t'excuser. D'ailleurs, pour la première fois depuis le début de votre échange, tu as détourné le regard. Tu te comportes vraiment comme un gosse des fois.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Jeu 2 Nov 2017 - 17:19


Rachel était réellement fatiguée de sans cesse changer de route. Se défaire de ses chaines puis se les remettre soi-même aux poignées. Pourtant oui, elle était prête à faire des efforts pour Azaël. Un jour serait-elle aussi capable d'en faire pour Alhena. La différence étant dans le fait que la verte avait le sentiment que son petit frère pouvait être sauvé, il pouvait encore changer de voie, connaître autre chose. La Peverell ne semblait pas aussi récupérable. Et puis, comme elle l'avait si bien dit, il y avait ce manque d'un petit frère qu'elle espérait combler. Parce que la sorcière avait besoin des autres pour avancer elle-même. Elle avait besoin de s'abandonner au profit des autres.

Des points en commun il y en avait surement, même si pour le moment elle n'en trouvait aucun. Il était proche de Kohane, ça ne pouvait pas être pour rien. Son pote, Arty, était chou aussi. Un gentil garçon. D'ailleurs, si Rachel ne l'avait pas vu de ses yeux, elle n'aurait jamais imaginé que les deux puissent s'entendre. C'était bien la preuve qu'il devait y avoir du beau en Azaël.

Il ne l'a connaissait pas ? Rachel resta bloquée sur cette possibilité, sans y croire. Sans remettre en question sa parole non plus, il semblait sincère. Pour la première fois, la sorcière le dévisagea alors ouvertement, jugeant cette fois. L'air de dire "tu te fous de moi ?". Elle arriva alors à la conclusion qu'il devait juste ignorer que Kohane et elle avait emménagé ensemble et passa à autre chose. Quelque chose de tout aussi surprenant. C'était... réconfortant ? Agréable. L'ambiance s'adoucie enfin et l'air devient plus respirable.

Ester pose son verre sans avoir eu besoin de le vider une quatrième fois tandis qu'Azaël s'excuse, l'air véritablement désolé. Une scène inespérée que Rachel n'aurait pas pensé voir un jour et qui la confortait dans le choix qu'elle venait de faire. Toute cette colère n'était visiblement qu'un appel à l'aide. Pour une raison qu'elle comprenait encore mal, Azaël semblait vouloir qu'elle soit là dans sa vie. Qu'ils soient proche.

- C'est rien Azaël. "Je suis là maintenant"

FIN du RP
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 7 Jan 2018 - 14:02





WaddiWasi
au pays des Merveilles !


CONTEXTE : Pour fêter la nouvelle année dignement, WaddiWasi vous ouvre les portes d’un monde encore plus magique ! Hélas en arrivant sur place vous vous rendrez compte qu’il n’y a plus de feux d’artifices à faire exploser. La fête est gâchée.
Joyeux boutentrains fervent adeptes des beuveries, vous décidez de reprendre ce qui a été volé et partez à l’aventure dans le château ! Mais il faut maintenant vous enfuir sans perdre les feux d’artifices savamment repris. En effet, la reine est bien déterminer à être la seule à pouvoir s’amuser.

Deux équipes s’affronteront donc en simultanées dans le palais de la reine. Hélas c’est un vrai labyrinthe ! L’objectif est de conserver le plus de feux d’artifices possibles tout en réussissant à sortir du château. Ceux qui sortiront en premier ne seront pas forcément les gagnants, mais plus vous traînerez et plus la reine sera présente.
Pour ce faire vous aurez besoin de vos équipes, de beaucoup d’amour, d’un peu de bonne volonté et d’un bousouflet ou deux. Le Lapin, le Fou au chapeau et la Chenille seront là pour vous guider. Mais attention, car la Reine et son armé de dragons rodent. Vous devrez donc traverser une série d’épreuve qui mettra au défi non seulement vos capacités magiques, mais aussi mentales. Aurez-vous la force et le courage d’aller jusqu’au bout ?

LES REGLES :
I- Les intervenants

Comme tout le monde le sait, il y aura au cours de cette animation, différents intervenants. Au total vous pouvez avoir la visite :
- du Lapin. Durant toute l’animation, il vous guidera à travers le château. Vous pouvez soit décider de l’ignorer, soit décider de le suivre.
Pile = réussite (vous empruntez un passage secret qui vous fait avancer).
Face = échec (vous le perdez de vu et reculez en arrière)

- du Chat. Un brin malicieux, il aura à cœur de vous aider en vous guidant lui aussi. Là encore, vous pouvez soit décider de vous en sortir seul, soit le suivre dans un passage secret et perdre à coup sûr 3 feux d’artifices.

- du Fou au chapeau. Allié pour le moins surprenant, puisqu’il n’a pas de tête sous son chapeau. Il vous aidera volontiers si vous lui rendez service en moins de 24h (épreuves).

- de la Chenille. Philosophique et sage, il ne voudra que votre bien. Cependant il faudra par avant lui prouver votre intelligence en moins de 24h (énigmes).

- de La Reine de cœur. Son rôle est de vous faire perdre la tête ! Ces feux d’artifices se sont les siens et elle est bien décidée à les garder pour elle. La reine n’aime pas partager ! Elle décidera soit d’envoyer ses dragons (voir plus bas), soit de venir en personne. Vous perdrez alors la totalité de vos feux d’artifices.

- des dragons miniatures.  Armé de la reine, ils sillonnent les couloirs à la recherche des voleurs. Pour vous en débarrasser deux choix s’offrent à vous : soit vous leur donnez le nombre de feux que la reine exige, soit vous prenez le risque de vous battre et de perdre la moitié de vos feux.
Pile = réussite (vous conservez tous vos feux)
Face = échec (vous perdez la moitié de vos feux)

II- Déroulement de l’animation
L’animation voit s'opposer deux équipes, vôtre but étant de conserver les feux d’artifices que vous venez de reprendre à la reine pour fêter Nouvel An et de trouver la sortie. Il n’y a pas d’ordre de passage, mais veillez à ce que tous le monde puisse participer sous peine d’une visite de la Reine.
Le fou au Chapeau et la chenille vous ferons gagner des feux supplémentaires, l’armé vous en fera perdre, la reine vous fera tout perdre.
* Au début de chaque post vous devrez indiquer la case dans laquelle vous venez et la case dans laquelle vous êtes.
* On ne peut avancer qu’une fois par jour.

* L’équipe de WaddiWasi interviendra une fois par jour en tant que PNJ.
Visuel du labyrinthe : https://i.servimg.com/u/f62/19/31/81/71/soluti10.jpg

- Chaque défi réussi vous rapportera entre 3 et 5 feux d’artifices.
- C’est l’apparition finale de la reine en colère qui mettra un terme à l’animation.

► A la fin de l’animation, des lots seront distribués.
► L’animation sera remportée par l'équipe ayant le plus de feux d’artifices.

GROUPES 2 :
Aya Lennox
Elhiya Ellis

Aysha Brayd
Jessy Brown

Cendra Sundrop

TUTORIEL POUR LANCER LES DES :
https://www.harrypotter2005.net/t41797-tutoriel-comment-lancer-les-des

Et c’est partie ! Pour ceux qui n’ont rien compris, retenez juste qu’il faut trouver la sortie, mais l’équipe de WaddiWasi est là pour vous aiguillez si besoin. Le plus important est de vous amuser et… de vous amuser.
Bonne animation !

L’équipe de WaddiWasi vous souhaite une bonne année.




Autorisation d'Harmo pour le lancé de dé.

La propriétaire referma la porte derrière elle, satisfaite de son travail. La salle des fêtes et les salles 1 et 2 de l'étage avaient été modifier à la perfection, de quoi assurer une dépaysement total. Il y faisait froid, comme dans un château mal isolé. D'ailleurs c'était également à cela que les deux pièces ressemblaient maintenant. Des murs en pierres, des lampes torches comme simple éclairage, de long tapis rouges bordés de fil d'or et beaucoup, beaucoup, beaucoup, de porte en bois massif. On entendait les pas de la reine résonner au loin, parfois même elle criait contre ses dragons.

Ester était assez fière, parce que toute l'équipe avait donné de sa personne pour que ce projet aboutisse. Même Rakel, le petit boursouflet violet avait un rôle à jouer. Elle était d'ailleurs déjà en place dans le labyrinthe de couloirs avec que la première animation de WaddiWasi s'apprêtait enfin à commencer !

Le sourire aux lèvres, la sorcière s'avança vers le deuxième groupe et leur fit traverser la boutique, puis monter les escaliers pour se rendre dans la première pièce du décor. La numéro zéro, celle où il y aurait eu une grosse flèche violette, si un plan avait été donné aux participants.

- Vous voici dans la chambre forte de la reine. Le jeu commencera dès que vous franchirez la première porte (pour entrer dans la pièce numéro 3).

Il y avait dix feux d'artifices à prendre et à conservés, il allait aussi être possible d'en gagner durant le jeu. Après un "bonne chance" accompagné d'un sourire sadique, la propriétaire s’éclipsa et ferma la porte derrière elle.

© Ashton Parker
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de repos

Message par : Aysha Brayd, Dim 7 Jan 2018 - 20:10


Aysha trépignait. Elle ne savait pas à quoi s'attendre. Elle s'était inscrite à cette animation organisée par Waddiwasi sur les conseils de sa petite amie Luna, qui y travaillait. Il fallait avouer que le descriptif était intriguant. Une histoire de feux d'artifices et de nouvel an. Un labyrinthe. La soirée promettait pleine de surprises.

La bleue se préparait mentalement. On venait de lui expliquer les règles du jeu, et il s'agissait d'une compétition. Aysha n'était pas à proprement parler argneuse dans ces conditions mais il était toujours satisfaisant de faire partie des gagnants. Elle jeta un coup d'oeil à Elhiya. Elle était contente d'être dans son équipe. La jeune femme avait sans doute été conseillée par Luna elle aussi. Toujours était il que cela lui faisait au moins une tête connue dans sa petite équipe. Elle lui fit un sourire confiant. Elles se retrouveraient à la sortie du labyrinthe, les bras chargés de feu d'artifices dans le meilleur des cas.

La gérante de la boutique leur souhaita bonne chance. Le jeu commençait. Le premier pas n'était pas difficile. Il n'y avait qu'une seule porte, et une seule salle accessible. Ce serait ensuite que le tout se corserait. Aysha salua se rapprocha d'emblée d'Elhiya. Elles devaient être au minimum deux. Elle regarda autour d'elle. D'autres voulaient se joindre à elles ? Ils pouvaient aussi bien rester groupés tout au long du jeu. Elle poussa la porte menant à la première salle, sans savoir vraiment ce qui allait leur arriver...

Aysha était donc au point 0 et est désormais dans la salle 3.


Dernière édition par Aysha Brayd le Lun 8 Jan 2018 - 19:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle de repos

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 8

 Salle de repos

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.