AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 2 sur 16
Le comptoir de Waddiwasi
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant
Mangemort 13
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite

Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Mangemort 13, Dim 27 Déc 2015 - 17:24


Pendant qu'il attendait, le mage noir était en train de contempler son œuvre. Il y avait un bordel imaginable ce qui le satisfaisait pleinement. Cette vision le fit sourire puisqu'il se serait cru dans sa vieille chambre d'adolescent, chez ses parents, quand il avait dix ans. Cette époque remontait à loin et il avait du faire des efforts surhumain pour rectifier le tir et être un plus soigneux avec ses affaires. Mais ce n'est pas parce qu'il devait l'être avec ce qui lui appartenait, qu'il devait l'être avec les accoutrements des autres.

Voilà qu'il avait appelé la douce depuis quelques secondes et qu'il n'avait toujours pas vu le doux visage de la nouvelle gérante. Que faisait-elle ? Était-elle trop occupée dans son arrière boutique à batifoler avec un de ses employé masculin que pour servir ses clients ? Mais rapidement, il vit le joli minois de la commerçante apparaître dans l'embrasure d'une porte. Ce n'était pas trop tôt...

- Me voilà. Si c'est juste pour faire connaissance, quel intérêt y a-t-il à saccager la boutique ? Les farces vous font peur peut-être ? D'ailleurs, vous avez oublié quelques choses. 

Il l'écouta et sans qu'elle puisse le voir à cause du masque, un sourire diabolique venait d'être esquissé sur les lèvres du beau jeune homme. Les farces devaient-elles faire peur à matricule Un/Trois ? Bien sûr que non, c'est lui qui venait de faire une bonne blague en détruisant tout ce qui était dans la pièce. Et pendant qu'il rigolait intérieurement, il vit la bleue et bronze lui lancer quelque chose qui traînait pas loin d'elle. Les quelques boules lancées éclatèrent au sol et sur lui, rependant une odeur infecte dans la pièce. C'était tout ce qu'elle avait en stock ? Était-ce réellement une sorcière adulte qu'il avait devant lui ? On aurait plutôt dit un gamin moldu attardé qui ne savait pas quoi faire dans cette situation. Ce n'est pas cette puanteur qui allait arrêter le Mangemort.

Soudain une vague de flammes déferla dans tous la pièce à sa grande surprise. La protection que Treize avait créé à son entrée avait fonctionner mais pas au bon moment. Protego Maxima hurla-t-il afin de ne pas se retrouver à Sainte-Mangouste au service des grands brûlés. A peine avait-il terminé l'incantation qu'une bulle protectrice l'enveloppa entièrement. Il vit les vaguelettes rouges partir dans tous les sens, laissant derrière elles poussières, cendres et bois carbonisés.

Elle n'allait pas s'en tirer à si bon compte. Voilà que la partie devenait intéressante. Il avait détruit la boutique, il n'avait plus qu'à détruire cette sombre idiote à présent. Afin de se déplacer rapidement dans l'espace clôt, il lança un Pyrpuits suivi d'un Bombarda vers la demoiselle.

- Abrite-toi bien ma chérie car ceci est le début d'un cauchemar éveillé, laissa-t-il entendre à sa future proie tout en sachant qu'il ne devait pas rester dans les parages trop longtemps. L'alerte ayant certainement été donnée par un habitant ou un passant du quartier.

Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Elena Denger, Lun 28 Déc 2015 - 5:48



Attaque chez Waddi
Mangemort 13



Et Mer**. C'était les seuls mots qui vinrent à l'esprit de l'aigle quand elle regarda sa boutique, soulevant un léger souci. En voulant se protéger, elle avait carrément détruit , ou plutôt enflammé le reste de la salle de vente. Pourtant, elle était sûre que cela ne venait pas de sa baguette... Quelle idiote (autant pour elle que pour moi). Elle avait pourtant étudié les sorts conditionnels en cours. L'agresseur avait l'air de bien mieux s'y connaitre niveau sortilège que la demoiselle, les potions c'était tellement mieux... Mais bon, bien entendu, elles étaient toutes à l'étage. Enfin... Au moins le sort l'avait protégé comme convenu, lui permettant de se déplacer dans un coin à l'abri, derrière le comptoir. Ce n'était pas franchement la meilleure position pour pouvoir se défendre.

Le Mangemort quant à lui ne perdit pas de temps. Il avait lancé un #Protego Maxima au moment où les flammes étaient apparues. Elle ne l'avait pas vu faire mais, parfaitement entendu. Ne pas pouvoir voir ce qu'il se passait derrière elle lui faisait vraiment peur mais, les deux sorts qui furent prononcer derrière, lui firent réalisés de façon éclair qu'il fallait vraiment qu'elle bouge. N'ayant qu'une fraction de seconde pour sortir de derrière le comptoir, l'aigle se jeta sur le côté tout en levant sa main tenant la baguette en l'air espérant atteindre la majeure partie de la pièce. #Aguamenti. De toute façon après le feu, de l'eau ne ferait pas de mal et ça éviterait à ce qu'elle se retrouve " malencontreusement " entre deux flammes.

- Abrite-toi bien ma chérie car ceci est le début d'un cauchemar éveillé.

Il était marrant lui, la boutique était détruite, s'abriter allait ainsi devenir quelque peu compliqué. S'appuyant pour se redresser, elle sentit une légère douleur au niveau de sa cuisse gauche. Le Bombarda ne l'avait pas touchée mais, les fragments du comptoir si. Des échardes.. Bon plus grosses que la moyenne certes... La peur donne des ailes n'est-ce pas ?! Abandonnant l'idée de chercher un abri (Ce n'est pas comme si elle était dans la capacité de faire un sprint), Elena n'attendit pas d'avoir un signal pour répondre à son tour. Elle n'avait plus grand-chose à perdre (sauf sa vie peut-être). #Lumus Solem espérant que cela éblouirait assez l'homme derrière le masque, la bleue et bronze ajouta un #Repulso dans la même direction, bougeant en même temps vers le centre le la pièce.

- Les cauchemars... Peuvent devenir rêves. Elle s'autorisa un sourire pour son encouragement personnel. Il faut seulement... Faire les bons choix. Marquant une courte pause, la Serdaigle ajouta. Qu'est-ce que je vous ai fait pour avoir droit à ça ? Malgré la peur, elle préférait le dialogue, les combats sans magie... Son côté moldu surement... Il était pourtant inutile d'essayer d'ignorer la logique présente devant ses yeux, le mage noir souhaitait faire mal et non parler. Mais, elle préférait espérer.





Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 13
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Mangemort 13, Mar 29 Déc 2015 - 14:15


Cette odeur de brûlé, cette atmosphère glauque, cette vision de destruction commençaient à enivrer le jeune homme qui jouissait littéralement de cette situation au point que des frissons parcouraient le corps du mage noir de part en part. Rare était les fois où cette situation se présentait et c’était pour cette raison qu’il voulait en profiter pleinement. Humant l’air à son maximum, il imprégnait ses poumons d’odeurs peu communes. Il laissa sa main frôler le bois découvert afin d’en ressentir la chaleur. Regardant où il mettait les pieds, il constata que la chaleur attaquait le bout de ses semelles laissant une odeur de caoutchouc carbonisé envahir la pièce. Un temps idéal pour faire griller quelqu’un finalement. Et après les quelques sorts lancés, il était temps de mettre à mort celle qui l’avait accueilli comme il le méritait.

Tout en avançant, quelques gouttes d’eau pointèrent leur nez autour de lui. Venait-elle réellement de lancer un sortilège aussi stupide que l’Aguamenti ? Si elle avait mis toute sa puissance magique, ça pouvait se comprendre mais un simple sortilège de ce genre n’allait avoir aucun effet sur le décor incendié. Que s’imaginait-elle réellement ?  

- Les sorciers de nos jours ne sont plus ce qu’ils étaient, laissa-t-il échappé pour montrer son étonnement et la bêtise dont elle venait de faire preuve.

Plus il approchait de sa proie, plus son cœur battait. Il avait hâte d’ôter la vie de cette gourgandine et il éprouvait à cet instant une envie folle de commettre ce meurtre. Il était comme shooté. En véritable manque, il ne voulait pas perdre de temps et se mit à courir en direction de la douce. Un petit sort bien placé et on n’entendrait plus parler d’elle et rien que cette idée fit sourire le sang-pur derrière son masque. A peine avait-il entrepris quelques foulées qu’une lumière violente éclaira le masqué. Mettant sa main devant lui il se doutait de quelque chose et il eut rapidement réponse à son imagination. Projeté, il vola de l’autre côté de la pièce pour aller s’écraser sur une poutre en bois qui céda sous la force de l’impact.

Encore sonné, il enleva la bave et le sang qui s’était agglutinés le long de sa bouche d’un revers de la main pour se la frotter contre ses vêtements. C’est qu’elle avait du répondant la petite. Il aimait ça. Il aimait cette idée de mériter son trophée. C’était un beau challenge pour le minot.

La gonzesse éructa quelques phrase mais prit dans sa frénésie, il ne l’écouta pas ! Cette fois-ci, il était dans l’idée de mettre fin à ce jeu rapidement. Il se concentra à nouveau et analysa la solution. Trouvant son idée sympathique, il décida de la mettre en pratique fissa. Il dégaina sa baguette pour lancer un Electrocorpus et disparut dans la foulée dans un CRAC sonore. Si elle s’imaginait une fuite de la part du séduisant jeune homme, c’était mal connaître Treize car il réapparut dans le dos de sa victime. Afin de l'attirer, il lança un coucou d'une voix douce et une fois à l’abri, il lança un Seismus pour éviter qu’elle ait toutes ses facultés pour réagir. L’attaque finalisée, il décida de partir avant d’avoir sur son dos les sheriffs du monde magique.

- Sait-on jamais que tu survives… A la prochaine ma jolie dit-il tout en essuyant le sang qui continuait de couler.
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Elena Denger, Mer 30 Déc 2015 - 1:57



Attaque chez Waddi
Mangemort 13


L'aigle eut le contentement de voir son Repulso atterrir sur sa cible, ce n'était pas grand-chose mais, cela apportait une lueur de satisfaction quand elle observait la tête de sa pauvre boutique. Et une question restait toujours d'actualité. Qu'avait-elle bien pu faire pour mériter ça ? Vouloir la joie, le bonheur et l'amusement ? ~

Elle observa l'homme au visage caché se relever après sa chut contre une des rares poutre en bois qui restait plus ou moins intact. Enfin, elle en faisait partie avant, car maintenant ce n'était plus le cas. Heureusement l'étage du dessus n'est pas tombé. ~ Manquerait plus que ça tient. ~

Levant sa baguette l'aigle lança précipitamment un #Protego en voyant le mage noir devant elle lever la sienne. C'était elle trompée ? N'y croyait elle pas assez ? En tout cas, une décharge électrique vint lui caresser le corps. L'intensité n'était pas très haute, sinon elle serait surement étalée sur le sol suite à un arrêt cardiaque. Mais. Cependant, la douleur était présente. Crispant ses muscles sous les pulsations sa baguette tomba, ses genoux avec la tension et la douleur déjà présente dans la cuisse la firent tomber sur le sol... Cherchant à reprendre sa respiration mais, ne souhaitant pas perdre pour autant la vie, l'aigle tâtonna pour reprendre sa seule arme réellement utile contre de telles personnes quand un CRAC sonore ce fit entendre. Un soupire de soulagement lui échappa avant d'entendre derrière elle un faible ~ coucou ~.  Surprise, Elena se retourna en appuyant avec le peu de force qu'elle arrivait à avoir sur ses jambes pour se redresser et lever la tête vers le Mangemort. Autant finir dignement. Malheureusement, elle n'eut pas le temps de lever sa baguette qu'un mini séisme secoua sous ses pieds, lui faisant perdre le peu d'équilibre qu'il lui restait.

- Sait-on jamais que tu survives… A la prochaine ma jolie.

Allongé sur le sol, la bleue et bronze informula un #Spero Patronum en espérant réussir à prévenir une amie qu'elle savait, pas très loin de Pré-au-lard. Sa tête commençait à tourner, le gout du sang était de plus en plus présent dans sa bouche tous comme l'odeur suite à sa blessure qui se mélangeait dans l'eau éparpille sur le sol. Sans savoir si le message était bien partie, Elena ferma les yeux ~ Les sons et les odeurs la berçant jusqu'à l'endormir.

~ Fin de l'altercation ; Merci MM 13 ; J’enchaîne sur la suite ~





Revenir en haut Aller en bas
Amy Steiner
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Amy Steiner, Ven 1 Jan 2016 - 18:11


PV Elena Denger puis Linwë Felagünd


L'attaque


Le bruit du verre brisé, du bois qui brûle, de la pierre qu'on écrase, accompagnaient les pas de Amy sur le parvis mis à nu. La boutique était à feu et à sang, et entre réel chaos et hallucinations sordides, le cœur de la sorcière se balançait au rythme d'une horloge folle, tandis qu'en son for intérieur se disputaient calme et horreur, panique et raison, pragmatisme et désillusion.

Le royaume du bonheur était à terre, lui non plus n'avait pas su résister, avait cédé sous les coups de la haine. Un château de cartes effondré, à l'image des pensées qui se bousculaient dans l'esprit de la seule âme qui vive en enfer. Les couleurs s'étaient ternies, recouvertes par la grisaille de la poussière qui tombait encore du plafond. Les jouets étaient cassés, il semblait à cet instant que plus aucun rire ne viendrait égayer le silence de mort qui planait, tel une ombre menaçante, sur ce qui était encore un instant plutôt un lieu de franche rigolade et de plaisirs enfantins.

Et le clou de ce morbide spectacle, était la jeune femme qui gisait là, une vulgaire poupée de chiffon effondrée sur le sol en miettes, marionnette punie pour avoir un peu trop tiré sur ses fils, instrument brisé pour avoir raté une note. Aujourd'hui ils avaient pillé, massacré un temple de liberté, blessé une humaine, une sorcière, une amie. Mais avant tout, une personne formidable qui n'avait rien fait à personne et qui ne méritait ni sa position ni le décor qui l'entourait.

Les yeux qui brûle, la gorge en feu, le nez qui coule. L'image bien trop propre pour l'environnement se ternissait au profit d'un monstre plus approprié, mais au cœur à vif, écorché physiquement et moralement. Les cheveux filasses, sales et collants masquaient les yeux gris comme la fumée, brouillaient aussi bien la vue que les minces gouttes qui dégoulinaient le long des joues creuses. Un faible mouvement de main, sans bien grande conviction, pour regagner un peu de clarté, mais la masse sombre retombait aussitôt sur le visage ravagé par le chagrin et le regret.

La main s'avance, timide, hésitante ; elle bouscule un peu le corps laissé à l'abandon, le secoue sans ménagement. Le cri se perd dans le lointain, un nom qui se répercute en écho sur les ruines, un hurlement du cœur qui espère encore animer l'inanimable. Est-elle morte, est-elle sauve ; impossible à savoir tant que les paupières demeurent closes et la respiration trop faible pour être entendue. Elle s'est défendue, au moins ; la baguette encore au poing, les doigts relâchés laissent apparaître des phalanges blanchies par l'effort, les lèvres entrouvertes dans une ultime tentative de sauvetage, Elena s'était battue jusqu'au bout.

Bien moindre réconfort, mais maintenant qui devait reprendre le combat ? La tête dans les étoiles pour quitter cette Terre qui ne lui appartient plus, le bleu et le bronze ont disparu avec le reste, et le petit caméléon irait bien se fondre dans la masse blanchâtre pour une éternité. Mais à cet instant où la situation s'échappe, où toute conscience s'évapore pour laisser place à la fureur, ou la colère remplace les larmes, il faut maintenant trouver un éclat de lumière pour reprendre le contrôle.

La blonde à ses pieds, son sourire jovial lorsqu'elle n'était pas dans cet état, le rouge sur ses joues lorsqu'elle était gênée, la joie sur son visage lorsqu'elle parlait d'avenir, les rêves qui devaient encore égayer son sommeil peut-être éternel, tout ça revient en force et prend place derrière les manettes. C'est un souvenir fort qu'il faut, et là elle n'a plus rien à perdre, puisque tout à été pris, il n'y a qu'à gagner. Le morceau de bois, dérisoire marque de sa pseudo toute-puissance, s'élève un peu, un peu plus, le bras se stabilise et la voix est claire lorsque la formule s'en échappe.

- #Spero Patronum.

Le maître du camouflage qui passe son temps à se cacher a disparu. Il laisse la place à l'indépendance, à la soif de liberté, à la révolte qui gronde dans tout son être, à la vivacité de sa réaction. Le caméléon retrouve de sa superbe, franchit sans peine le barrage des étagères qui jonchent le sol, travers ce qui reste de la porte et disparaît au loin. Puis l'obscurité revient, la petite brune tombe à genoux bientôt un petite flaque se forme devant elle.[/size]


Dernière édition par Amy Steiner le Mar 2 Fév 2016 - 18:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Elena Denger, Sam 2 Jan 2016 - 22:43



Attaque chez Waddi (2)
Amy Steiner & ?



* Il fait ni très sombre, il fait ni très clair. C'est étrange, je vois de la lumière sans pour autant la voir. Je ne me sens pas tomber, ni flotter. Non je suis tout simplement allongée dans l'incapacité de bouger. Je me vois et pourtant je ne me vois pas, c'est incompréhensible. Toute cette histoire est anomale. Je sais comment je suis, c'est sûrement la seule raison pour laquelle je pense me voir. Car les yeux fermé, le contraire reste compliquer. Une odeur me prend la gorge, petit à petit. Un mélange de cendre, de sang, d'humidité.  Je sens des larmes qui coulent le long de mes joues. Mes yeux refusent de s'ouvrir. L'odeur de bois brûlé est trop forte. La douleur aussi. Mon sang coule encore. J'entends de petites gouttes qui tombent dans l'eau présente sous mon corps. Je sens mes vêtements humides qui m'empêche de me réchauffer. Il fait froid. Les décharges ont disparue. J'ai toujours aussi mal. J'ai oublié de fermer la porte. Non il n'y a plus de porte. Est-il encore la ? J'entends des pas... Il faut que je me relève. Mon corps refuse de me répondre. Il est engourdi. Il faut que je me lève. Amy. A-t-elle reçu mon message ?... Il faut que j'ouvre les yeux. Que la douleur s'arrête. - Ouvre les yeux -  *

Est-ce que cela durait des secondes ou des heures ? Elle n'en savait rien mais, à force de répéter qu'il fallait qu'elle se lève, ses yeux finirent par s'ouvrir. Ayant une vision flou, l'aigle ne bougea pas, ne sachant pas qui était à ses côtés. Elle n'arrivait pas à voir mais, elle ressentait une présence, quelques mouvements. Sa vision commençait à l'améliorer mais, ce n'était pas encore ça. Ses yeux lui piquaient, ils devaient être bien rouges et les larmes la gênaient. Bloquant sa respiration, elle ferma les yeux et inclina doucement sa tête sur le côté. Les yeux très légèrement entrouvert, elle dût attendre quelques secondes pour réussir à distinguer quelque chose, quelqu'un. Amy.

- Merci... D'être venu.

Sa cuisse la lançait toujours, elle se rappela que durant l'altercation, elle n'avait pas retiré les morceaux du comptoir qui avaient atterrie dedans. C'était surement la cause de la douleur qui persistait. Elle n'arrivait pas encore à trop bien bouger son corps, cela revenait doucement, comme si le courant électrique reçu l'avait vidé et que son cœur commençait juste à redonner des impulsions pour tout remettre en marche. Articulant correctement, elle regarda le plafond en demandant.

- Je crois que j'ai de petits bouts de bois sur le côté de la cuisse gauche. Tu penses pouvoir retirer ça s'il te plait ? Je n'arrive pas encore à trop bouger...

Elle referma ses yeux, laissant quelques larmes couler. La Serdaigle commençait à réaliser petit à petit qu'elle avait eu de la chance, car si le Mangemort l'avait vraiment souhaité il aurait pu la tuer tout simplement. Elle aurait rejoint ses parents. Les deux personnes qui l'ont abandonné. Non. Jamais cela n'arriverait. La bleue et bronze calma ses pensées, il ne fallait pas qu'elle craque. Personnes ne savaient, pour le décès de son père. Personne ne devait savoir. Elle s'entraînerait une fois de nouveau sur pied. Oui c'était LA solution. S'entraîner pour ne plus être en échec.




Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 13 Jan 2016 - 23:25


[Petite incruste ^-^ Nana est d'accord, je le jure!
Me MP si problème il y a]

 
                           

Une journée des plus sombres pour commencer la nouvelle année à Poudlard. Lïnwe était encore loin de s'imaginer que son amie Elena Denger venait de se faire attaquer par un membre de l'Ordre Noir. Il était encore loin de s'imaginer que sa boutique, le Waddiwasi, n'était plus qu'ombre et poussières, tapis dans l'atmosphère lugubre qui régnait sur Pré-au-Lard, le village situé aux pieds du domaine de l'école.
Jusqu'à présent, tout se passait bien pour le garçon. Une journée comme on peut la qualifier de banale pour un étudiant à Poudlard. Après avoir pris le déjeuner, le Gryffondor avait rejoint ses camarades de classe pour un cours de Potions dans les Cachots. Pas des plus intéressants auxquels il avait assisté mais bon, ça faisait avancer la journée et il n'attendait que le soir avec impatience.

C'est en remontant les escaliers vers le Hall d'Entrée qu'il entendit la nouvelle se répandre comme un véritable Feudeymon. La boutique des Farces et Attrapes ou encore des Objets Magiques en tout genre venait d'être détruite, brûlée, cramée et mise à bat par un sorcier encore inconnu. Comme certains de ses comparses, il avait cru tout d'abord à une farce qu'il tentait d'ignorer. Parler du mal d'une personne qui lui est chère n'était pas concevable pour lui. Alors dire qu'Elena, l'ancienne Serdy toute gentille qu'elle était, venait d'être prise pour cible par un malfrat le faisait rager intérieurement. Comment démêler le vrai du faux ?

Il devait se rendre dans la Tour de Divination pour un cours en compagnie des boules de cristal. C'était à l'autre bout du château et sur le chemin, les conversations ne cessaient d'être portées sur l'attaque menée à Waddiwasi. Au fur et à mesure qu'il s'approchait de la salle de classe, un sentiment de peur l'assaillait. La nouvelle se répandait trop vite à son goût pour que se ne soit qu'une simple rumeur. C'est donc avec regret qu'il entra sans y prêter attention dans la pièce circulaire de Divination.

Le lionceau avait toutes ses pensées braquées sur Elena Denger. Qu'était-il arriver ? Avait-elle été touché ou blessé ? Y'avait-il du dégât à constater ? Il ne s'aperçut même pas qu'il avait pris place sur la moquette et non sur un pouf des plus moelleux. Il ne prit même pas la peine de suivre le cours. Il voulait en être sûr, il sortit sa plume et un bout de parchemin entamé. Dans sa lettre, il demandait précipitamment des nouvelles d'Elena sans rentrer dans les détails. Il souhaitait qu'une chose, c'est qu'elle soit derrière son comptoir propre et clair à accueillir des nouveaux clients farceurs. Il demanda à sortir dix minutes avant la fin du cours, son insigne d'Elite le lui permettait fort heureusement. Bon, il avait quand même demandé à sortir pour aller aux toilettes. Envie pressante.

Le deuxième année avait déjà établi tout un plan dans sa tête pendant le cours de Divination. L'encens avait dû lui activer quelques parcelles du cerveau supplémentaires et inconnues. Il était au septième étage, relativement proche de sa salle commune et de son dortoir où était soigneusement enteposé son balai. Il lança donc un #Accio Etoile Filante avant de repartir en courant. Il dévala les escaliers avec la force d'un lion. A l'en croire que tous les fouets du diable étaient à ses trousses. Il manqua d'ailleurs plusieurs marches et s'accrocha à une rambarde, les pieds dans le vide, pour éviter de s'écrouler sur des dizaines de mètres.

Après un bon cinq minutes et vingt-sept secondes, record battu, il sortit du château pour se rendre immédiatement à la volière. Sans plus tarder, il appela sa chouette et après quelques hurlements qui plaidaient la folie, Mélopée toute étonnée de voir son maître à cette heure, s'approcha doucement du sang-mêlé et s'envola juste après avoir entendu les indications du lion. Par-dessus les ailes de son messager, il vit un morceau de bois verni et allongé, à la manière d'un manche.

Soulagé, il sauta par la fenêtre et atterri sur son balai de Quidditch. Ni une ni deux, il fonça vers le grand portail de Poudlard qui marquait la frontière entre l'école de sorcellerie et le village sorcier de Pré-au-Lard. A cette allure, on pouvait même se demander si le Gryffondor n'arriverait pas plus vite que sa chouette. C'est là qu'il les vit. Les flammes rouges et noires s'élever vers le ciel. C'est là qu'il vit le désastre, la boutique ravagé par le feu, les jouets défoncés par le combat, les vitres explosées par les sortilèges... Tout n'était que ténèbres. Des habitants se rassemblaient ça-et-là, sans trop savoir quoi faire. Certains semblaient anxieux, terrifiés, d'autres abasourdis ou encore étonnés. Mais tous avaient le même visage hésitant. Lïnwe en voyait déjà plusieurs envoyer leur patronus sûrement à destination de leurs proches ou du Ministère de la Magie pour tenir informer les Aurors.

Il n'attendit pas de toucher la terre ferme mais il sauta par-dessus son balai, manquant de peu de se taper un lampadaire. Il entra dans le magasin dévasté en laissant son balai jonchait les pavés de la rue. Tout était noirci dans la pièce. Les débris de bois inondaient le sol, on pouvait même y voir du sang noyer le carrelage.
Le cœur battant, le Felagünd se sentait comme pris de terreur bien qu'il ait encore la capacité de faire quelques pas. Il avait l'impression que c'était lui l'auteur de tout cela ou encore que c'était lui la victime. A chaque tournant, le stresse n'était que plus grand. Il s'imaginait voir le corps de la Serdaigle allongée par terre. Et tandis qu'il progressait vers le comptoir, il entendit des bribes de mots.

- Je crois... petits... de bois sur... isse gauche... Une voix tourmentée par la terreur et corrompue par la mort. Des gouttes de sueur froide lui descendaient lentement derrière la nuque. Genre la sensation horrible là, oui celle-là.
Les yeux grands ouverts, c'est par terre derrière le comptoir qu'il vit la silhouette à moitié inerte de la gérante. A ses côtés, il y avait la prof d'Astronomie. Étonnant, elles devaient être très proches. Mais ce n'était sûrement pas le moment pour développer une hypothèse dessus. Il ne prêta pas attention à sa voix et à sa main droite qui tremblaient. Il s'agenouilla près des deux femmes et murmura quelques mots, sous le choc. En même temps, ce n'était qu'un gamin, il n'avait seulement que douze ans. Et ce n'était même pas une excuse puisqu'il n'y avait pas d'âge pour ce genre de comportement.

- Qu'est-ce...passé... ?

Sa main tremblote. La droite, toujours. Ce n'était pas seulement la gérante qui gisait là, presque morte. La Faucheuse l'attendait dehors avec impatience. C'était son amie. Il ne bougeait pas, il ne savait même pas quoi faire. On avait déjà averti les Médicomages, ils étaient en route. Alors, il restait là. Sans rien faire. Impuissant face à la situation. Mais Elena était une battante. Elle n'allait pas mourir, impossible. Il attendait, avec la Faucheuse. L'un pour la vie, l'une pour la mort. Combien de temps encore avant l'arrivée des autres ?

Il fallait prendre la fuite. Eviter tout ça. Fuir la réalité et l'existence. Un cocon qu'il fallait se forger. Eviter les cicatrices. Réchauffer le cœur et plus aucune immondices.

[Départ/Fuite de Lïnwe]


Dernière édition par Lïnwe Felagünd le Lun 23 Mai 2016 - 22:49, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Nel Queen, Mar 26 Jan 2016 - 12:01


Voici un lieu agréable que j'affectionne particulièrement. La vitrine alléchante me fait face ou plutôt je lui fais face et sans la moindre hésitation, je fonce tête baissée, mains dans les poches, ouvrant du pied seul la porte du magasin. Sourire enjoué et sifflant un air qui m'est propre, je m'approche tout doucement du comptoir sans un Gallion en poche, un simple ticket vers le paradis. L'extase du sorcier le plus rapide sur Hippogriffe ! Le seul, l'unique ♪ Bon j'arrête de siffloter et me présente toujours avec ce grand sourire capable de redonner vie et mettre un peu de mortel à des âmes éternelles.

- Bonjour ♪ Vous allez bien ? Je voudrais si possible de la poudre d'obscurité du pérou et plein de friandises, vraiment plein de friandise... puis je retire de ma poche un ticket...


Pour Nel Queen

Bon d'achat d'une valeur de :
10 Gallions.


© Ashton Parker



Je vais sortir les poches pleines de bonbons, c'est le plus beau jour de ma vie ! ♫
Revenir en haut Aller en bas
Elena Denger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Elena Denger, Sam 30 Jan 2016 - 15:49




Réponse à Nel


[HRP] Pardon pour le retard, j'ai eu des soucis avec internet et Gilbert n'était pas disponible [/HRP]

La boutique avait enfin ré-ouvert, les travaux étaient enfin terminés... Ça n'avait pas été simple ni de tout repos. Heureusement les baguettes magiques aident, car tout faire en mode moldu ça aurait été bien trop complexe et long. Plus ou moins remise de l'altercation, la bleue et bronze était de service et notait en se baladant de rayon en rayon pour trouver les produits manquant tout en cherchant des idées d'ajout. Elle avait toujours l'idée de la petite (grande d'amour) stagiaire sur le souhait d'ajouter de nombreuses confiseries. Sa cuisse la lançait, mais elle faisait comme si rien n'était en se répétant en boucle " c'est dans la tête ".

Alors qu'elle retournait derrière le comptoir, la Serdaigle entendit la porte s'ouvrir et observa un jeune homme entrer tout en présentant un ticket.

- Bonjour ♪ Vous allez bien ? Je voudrais si possible de la poudre d'obscurité du pérou et plein de friandises, vraiment plein de friandise...


La jeune femme reconnue rapidement le bon d'achat, c'était de souvenir Mlle Blanchet qui en avait fait la demande. Un bon de dix Gallions. Avec trois Gallions en moins avec la poudre, il restait quand même sept Gallions pour des friandises, il allait avoir du choix le jeune homme.

- Bonjour bonjour ! Bien merci et vous ? Pas trop froid dehors ? Elle contourna le comptoir pour revenir vers les rayons tout en indiquant celui des confiseries et autres friandises. Je vous laisse observer les choix pour que vous décidiez du mélange souhaité, le temps que j'aille vous chercher la Poudre d'Obscurité, si vous avez des questions n'hésitez pas.


Revenir en haut Aller en bas
Henry Harrington
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Henry Harrington, Mar 16 Fév 2016 - 23:42


Henry profitait d'un peu de temps libre pour se promener dans Pré-Au-Lard et respirer un air vivifiant, bien loin de l'atmosphère lourde des salles de cours.

Le grand gaillard pénétra dans la boutique en ouvrant brutalement la porte. Il ne contrôlait toujours pas sa force. Tentant de faire amende honorable, il la referma avec une délicatesse exagérée et une expression gênée sur le visage.

Il lança un « Bonjour » poli, puis se mit à errer dans les rayons de la boutique, à la recherche d'inspiration pour des méfaits ou pour sa panse. Il s'arrêtait devant chaque étagère, manipulait presque tous les produits présentés, en les reposant soigneusement à leur place. Henry avait remarqué l’entretien méthodique des lieux et, vu que la porte tremblait encore, il ne voulait pas se faire remarquer lui-même davantage.

Henry s’attarda particulièrement sur les farces et attrapes…
« Un Sauve-qui-roule, ça peut toujours servir ! » murmurait-il à lui-même. Il faisait mécaniquement rouler la bille entre ses doigts durant sa réflexion.

Gardant la bille en main, il continua son exploration et son attention s’arrêta à nouveau, au rayon friandise : Chocogrenouilles, Patacitrouilles, Dragées surprises… Soudain, il eut un mouvement de recul !

Pointant du doigt les confiseries, il s’adressa sur un ton amer à la personne derrière le comptoir :

- Vous avez des bonbons en forme de Marque des Ténèbres ? Vous travaillez pour les Mangemorts ?
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Aiko Wilkerson, Mer 17 Fév 2016 - 0:31


Réponse à Henry

J'aimais Pré-au-Lard, j'aimais Waddiwasi, j'aimais ma gérante, pour une fois que j'aimais quelque chose. Il était encore tôt, quatorze heures pour être précis. La boutique venait à peine de rouvrir pour l'après-midi. J'étais passée à la tête du sanglier pour prendre à emporter, j'avais décidé de manger à la boutique, en même temps que mon repas, je faisais mes devoirs. Généralement, il n'y avait jamais beaucoup de monde à cette heure-ci. Assise au comptoir, je lisais une leçon sur la métamorphose tout en dégustant chaque bouché de mon sandwich. La nourriture qu'ils faisaient était superbe. La cloche sonnait. Je levais les yeux et voyais un garçon entrer, je ne lui donnais pas plus de seize ans. Apparemment il profitait de son temps lire puisqu'il était à Poudlard. Je n'allais pas lui sauter dessus, je le laissais faire son petit tour dans la boutique. Je terminais de manger et rangeais ma leçon. Le comptoir était trop désorganisé, je décidais de le nettoyer un peu. Tout à coup, le jeune apparaissait devant moi.

- Vous avez des bonbons en forme de Marque des Ténèbres ? Vous travaillez pour les Mangemorts ?

Comment est-ce qu'il pouvait penser ça ? Soyons honnêtes, quel type de mangemort accepterait de faire alliance avec une boutique multicolore ? C'était plutôt une question à poser à la boutique d'accessoire de magie noire dans l'allée des embrumes. Je faisais le tour du comptoir et prenais un bonbon en forme de marque des ténèbres, je le mangeais devant le garçon et l'observais.

-Ouais, j'ai un pote mangemort, il vient souvent prendre des feuxfous* et des fuseboum* pour préparer ses attaques secrètes. Je pressais mon index sur le torse du jeune pour le repousser de quelques pas et retournais derrière le comptoir. Au lieu d'inventer des indioties t'achetes un truc ou pas ?

*Feux d'artifices enchantés, invulnérables aux sorts.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Harrington
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Henry Harrington, Mer 17 Fév 2016 - 1:07


-Ouais, j'ai un pote Mangemort, il vient souvent prendre des feuxfous et des fuseboum pour préparer ses attaques secrètes. Au lieu d'inventer des idioties t’achètes un truc ou pas ?

Henry était affligé par l’ignorance de la jeune fille, plus que par son arrogance. Il avait déjà croisé son visage dans les couloirs de Poudlard. C’était sans doute une stagiaire ici.

L’étudiant chercha au plus profond de lui l’énergie pour ne pas s’énerver et répondre avec diplomatie… Ce qui n’empêcha pas son teint de s’empourprer quelque peu.

« Tu crois que tes grands-parents seraient heureux de savoir que tu vends des bonbons à l’effigie de la Marque des Ténèbres ? »

Henry fit claquer sa large main sur le comptoir. Pour ne pas s’énerver, c’était loupé. Il reprit sur un ton plus fébrile :

« Cette marque est le symbole d’un Mal qui a fait des CENTAINES DE MILLIERS DE VICTIMES : des disparus, des estropiés, des esprits vidés, des morts, des orphelins. »

Le jeune homme avait un tremblement dans la voix et continua de faire de son mieux pour ne pas hurler sa colère :

« Et ça continue aujourd’hui ! En faire une friandise, c’est plus qu’une insulte, c’est vomir au visage des victimes ! Comment tu peux accepter de vendre ça ?! Est-ce qu’il y a un responsable ? »
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Arya Chamelet, Mer 17 Fév 2016 - 14:39


Petits achats :D

Arya avait entendu parler de ce magasin, il n'y à pas très longtemps. C'était dans la Salle Commune. D'ailleurs, sa préfète était même la stagiaire, Elena Gilbert. Et Elena Denger était elle-même la proprio du magasin. La Lionne l'a connaissait un peu. Elle lui avait parlé sous un arbre, dans le parc de Poudlard alors qu'elle était en train de dessiner la tête presque à l'envers. Elle lui avait même laissé son dessin, avait son animal totem, le papillon. Elle allait surement la revoir.
Elle remonta son manteau. Il faisait un froid de canard à geler les esquimaux. Mais il y avait quand même pas mal de monde dans les rues de Pré-au-Lard. Elle resserra aussi son écharpe. Autant se réchauffer jusqu'au bout. La Rouge et Or aperçu enfin le bout du nez du magasin. *J'espère qu'il fait chaud, là-dedans.* Elle venait ici car elle avait besoin de bombes magiques. Pour ... Pour rien, pour rien. C'était ... secret. Et puis, elle en profiterai pour découvrir ce nouveau magasin, anciennement détruit par les Mangemorts. Elle espéra tout de même que ça allait. Elle arriva enfin devant le commerce et admira la devanture. Elle poussa enfin la porte après avoir regardé toutes les couleurs et poussa un petit cri d'amusement. Il y avait des objets partout. Mais c'était partout, c'était vraiment partout ! Aux murs, sur des étagères, par terre. Elle allait s'amuser pour choisir Arya ! Comment ne pas tout acheter ? Et elle allait aussi s'amuser à jouer des tours ! Elle s'avança vers les comptoir. Elle préférai demandé conseil que de se perdre dans ce fouillis, certe marrant, mais fouillis quand même :

-Bonjour par ici ! Je viens pour acheter des bombes. Vous avez quoi comme sortes ?

Arya se frotta les mains. Qu'elle était contente d'être là !
Revenir en haut Aller en bas
Aiko Wilkerson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Aiko Wilkerson, Jeu 18 Fév 2016 - 0:07


Henry

- Tu crois que tes grands-parents seraient heureux de savoir que tu vends des bonbons à l'effigie de la Marque des Ténèbres ? Cette marque est le symbole d'un Mal qui a fait des CENTAINES DE MILLIERS DE VICTIMES : des disparus, des estropiés, des esprits vidés, des morts, des orphelins. Et ça continue aujourd'hui ! En faire une friandise, c'est plus qu'une insulte, c'est vomir au visage des victimes ! Comment tu peux accepter de vendre ça ?! Est-ce qu'il y a un responsable ?

Les coudes sur le comptoir, la tête entre les mains, j'écoutais le jeune faire son petit monologue. J'attendais patiemment qu'il termine. Je me retenais de lever les yeux au ciel. Après tout, chacun pouvait avoir son avis sur la question et je devais respecter son point de vue et ce qu'il disait. D'ailleurs ce n'était pas totalement faux, je partageais quelqu'un de ses arguments. Mais pourquoi est-ce qu'il venait me casser les pieds là maintenant ? J'étais pas ici pour expliquer le pourquoi des articles dans le catalogue mais j'étais là pour les vendre. Je me redressais et croisais les bras. Je n'allais pas passer mon après-midi à me farcir ce gaillard. C'est bon il avait fini ? Bien, essayons de lui vendre un truc.

-Jsuis bien d'accord, mais écoutes jsuis pas là pour débattre ou bien t'expliquer comment les articles sont apparus dans le catalogue. Alors soit tu achètes un truc, soit hors de ma vue, des questions ?

C'était peut-être pas comme ça qu'il fallait agir avec les clients, mais je m'en foutais royalement.

Arya

Dehors, la pluie s'était remise à tomber. D'un air triste, je regardais les gouttes frapper aux carreaux. Je n'aimais pas ce temps. La grisaille. La pluie. Le vent. C'était le combot parfait pour mourir ce genre de choses. Je rangeais un peu les rayons. Ici, on ne s'ennuyait jamais, il y avait toujours quelque chose à faire. Je m'étais arrêtée sur les cages des dragons. Je devais les nettoyer. Du coup, je mettais mes gants en peau de dragon et commençait à changer la litière des bestioles. Travail plutôt pénible, mais quand on s'y faisait, c'était pas mal de pourvoir être en contact avec ces sales bêtes. Ahah je les aimais beaucoup, même s'ils essayaient de me brûler. Surtout le petit boutefeu chinois. La clochette sonnait. Hop, quelqu'un venait d'entrer dans la boutique. Je refermais la cage et enlevais mes gants. Une jeune fille s'approchait du comptoir. Alors, elle savait déjà ce qu'elle voulait. J'arrivais face à elle et l'écoutais. Je la reconnaissais, c'était une gryffondor. Je lui souriais.

-Bonjour par ici ! Je viens pour acheter des bombes. Vous avez quoi comme sortes ?

- Salut. Suis-moi jvais te montrer ça. Je marchais en direction du rayon adéquate et m’arrêtais devant les bombes. En montrant du doigt, j'énumérais les différents articles. Alors tu as des bombabouse, des bombaconfettis et des bombagaz. Si tu as la moindre question, n’hésites pas. Je la laissais observer.
Revenir en haut Aller en bas
Henry Harrington
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Henry Harrington, Jeu 18 Fév 2016 - 1:21


[HRP : après vérification en MP du niveau de patience de Eléna Gilbert]

Eléna/Henry

Punaise. Enfin une preuve d’intelligence, mais toujours l’arrogance Gryffondor. Ces gens-là ne peuvent pas parler sans pisser sur les gens ? Tant pis, il faudra s’en contenter, comme on dit, à défaut de sang de licorne, on boit du sang de cheval.

Henry soupira longuement. Il posa le Sauve-qui-roule sur le comptoir et annonça placidement :

- Je te prends ça.

L'étudiant sortit de sa poche une poignée de mornilles et fit claquer les pièces brillantes une par une sur le comptoir. Il prenait tout son temps :

Un mornille. Clac.

Deux mornilles. Clac.

Trois mornilles. Clac.

Quatre mornilles. Clac.

Cinq mornilles. Clac.

Six mornilles. Clac.

Il y avait donc une pièce de trop.

- Prends-toi un Phoenix sur mon compte, c’est orange, ça te rendra peut-être aimable.


Dernière édition par Henry Harrington le Jeu 18 Fév 2016 - 2:34, édité 2 fois (Raison : Ajout d'une précision sur le total de pièces)
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Arya Chamelet, Jeu 18 Fév 2016 - 14:53


Réponse à Eléna

-Bonjour par ici ! Je viens pour acheter des bombes. Vous avez quoi comme sortes ?

Ce fut sa préfète qui parvint jusqu'à elle pour lui répondre. Petit sourire qui fit plaisir à Arya. Ah, sa belle préfète !

- Salut. Suis-moi j'vais te montrer ça.

Elle la conduisit jusqu'à un rayon de où était exposées toutes les bombes. Quel plaisir d'être là ! Elle allait se régaler avec ses amis ! Mais quel chix ! Comment faire pour choisir alors qu'il y avait là plein de bombes. Enfin plein. Juste 3.

-Alors tu as des bombabouse, des bombaconfettis et des bombagaz. Si tu as la moindre question, n’hésites pas. Je la laissais observer.

Les bombabouses et les bombagaz l’intéressaient. Au pire du pire elle prendrait les deux. Ça pourrait être être drôle avec les bombabouses pour que ça sente mauvais. Elle rigolerait bien ! Faudrait déjà qu'elle s'intéresse au prix.

-Par contre, c'est quel prix, c'est bombes ?

Elle montra du doigts les bombabouses, en prit dans les mains en faisant très attention et se tourna vers Eléna.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le comptoir de Waddiwasi

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 16

 Le comptoir de Waddiwasi

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.