AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment :
eBay : Remise de 5 euros dès 15 euros ...
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle
Page 2 sur 7
Autour d'une table
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Charlie Baldwin
Gryffondor
Gryffondor

Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Charlie Baldwin, le  Ven 13 Jan 2017 - 20:04

Alors que je paniquais, tant j'étais gênée, l'élève devant moi, se mit à me faire des excuses, elle aussi, disant qu'elle était tout aussi distraite que je le semblais. Et je n'eus aucun mal à la croire sincère, il y avait une grande douceur dans sa voix, j'avais maintenant l'impression d'avoir cognée un chocolat ( ce qui, si ça aurait été vrai, m'aurait beaucoup plus !) Son visage illuminait de bienveillance, je savais que je n'avais pas à en avoir peur, la gêne s'estompait alors, petit à petit, mais ma timidité était toujours là, et ma tête était toujours à moitié baissée. Un petit moment vide et sans paroles s'en suivit, puis, d'un seul coup, elle me lança :


- Tu vas bien ? Rien de cassé ?

L'élève me souriait, ce qui me força à le faire moi aussi, bien que toujours aussi timidement. Mais elle m'avait aussi posé une question, une question à laquelle je connaissais la réponse bien entendu, mais encore fallait-il que j'arrive à la sortir sous forme de phrase correcte, sans bug, ni bégaiement, avec une structure française un minimum construite. Je me disais alors que ça allait être compliqué, mais il fallait bien que je lui dise quelque chose à cette fille ! Je ne pouvais pas me taire et repartir comme si de rien n'était ! L'angoisse commença à s'installer en moi, je commençai à paniquer et mes mains devenaient de plus en plus moites, je me mis alors à dire n'importe quoi et je faisais tout ce que je ne voulais pas faire :

-Euh...Oui...Enfin non ! Enfin...tout va bien, merci.

J'avais alors buggué, bégayé et ma structure soi-disant "française" était loin d'être construite. Prise d'une honte que je croyais alors phénoménale, mes joues devinrent toutes rouges et je m'apprêtait alors à m'en aller...
Nya O'Neal
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Nya O'Neal, le  Mer 1 Mar 2017 - 4:46


And that’s how you make frenemies
(with John McGrath).


5 ans auparavant…

Dure journée… Et je n’étais pas encore au bout de mes peines. Après avoir enchaîné deux cours particulièrement inintéressants (pour ne pas les citer, Histoire des Moldus et Botanique), j’avais à peine une heure de pause avant de devoir me remettre à travailler. Enfin au moins, ce serait probablement un peu plus intéressant que d’écouter des profs parler vainement de sujets dont tout le monde se fiche éperdument. J’avais deux/trois projets en retard, mais je les avais choisis, ceux-là. Je ne pouvais m’en prendre qu’à moi-même si j’avais du mal à combiner les deux et que cela ne me laissait pas une seule seconde de temps-libre. Le point positif de ces travaux un peu hors normes, c’est que la plupart de mes camarades ignoraient tout du monde informatique et que, par conséquent, personne ne venait me déranger.

Midi venait de sonner, et je commençais à avoir un peu faim moi, avec tout ça. Je décidai donc de passer cette malheureuse petite heure à dîner, ce qui n’était probablement pas une mauvaise idée au vu de ce qui m’attendait par la suite. Comme d’habitude, la Grande Salle était bondée. Pas moyen de se trouver une petite place au calme. Après un long soupir exaspéré, je me dirigeai machinalement vers la table des Gryffondors (ce n’était pas comme si j’avais le choix, hein) et pris place à l’une des extrémités, histoire d’avoir le moins de contacts sociaux possibles à gérer. Au vu du bruit de fond insoutenable qui régnait dans la pièce, j’aurais probablement du mal à me faire entendre, de toute façon. Je ne comprendrais définitivement jamais ce besoin inhérent à tout être humain de crier plus fort que son voisin. À part faire monter le niveau de décibels à un niveau dangereux pour les tympans, ça n’apportait absolument rien de bon.

L’odeur du poulet me sortit pourtant bien vite de mes pensées. Mon estomac criait famine et ne se privait pas pour me le faire remarquer, participant d’ailleurs en partie au fameux bruit de fond qui m’énervait tant. Je décidai donc de le faire taire et, sans aucune classe, attrapai une cuisse de poulet et croquai dedans. On aurait dit quelqu’un qui aurait jeûner pendant dix jours. Le goût des épices me donnait purement et simplement l’impression d’être un orgasme pour mes papilles gustatives… Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils savaient cuisiner, à l’académie de magie. Entre deux bouchées, j’avalai quelques gorgées d’eau, bien contente que personne ne soit encore venu perturber mon festin…
John McGrath
John McGrath
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
John McGrath, le  Mer 1 Mar 2017 - 17:59

Cinq ans en arrière,
Le jeune McGrath a douze ans.
Avec le LA de Nya.

Deuxième année à Poudlard. L'Ecosse et son temps triste. Il pleut, il vente, il neige. Et ce une bonne partie de l'année. John, à cette époque s'affirme déjà comme une tête à claques notoire et petit caïd endimanché. Déjà plus grand que certains de ses camarades, ses allures de petite brute au sourire arrogant sont connues et remarqués. Ce que lui vaut quelques rixes avec les plus vieux et des bizutages en règle.

Ce caractère, faisant qu'il ne se laissait pas faire, faisaient de John quelqu'un d'assez solitaire. Lorsque l'on s'oppose aux plus vieux, on est rarement soutenu et vu comme quelqu'un de cool, simplement par peur de représailles. Mais, étrangement. John malgré ses repas parfois solitaires, ne donnait pas l'impression d'être abattu ou malheureux. Certes, quelques bleus ou cocards. Mais il ne perdait rien de son sourire et son état d'esprit espiègle. Inébranlable. Infléchissable.

Alors voilà la grande salle. Lieu de cacophonie notoire. Là où les échanges fusent. Où les rires explosent et là où votre tête, si vous n'êtes pas habitués risque d'attraper une bonne grosse migraine. Une véritable fourmilière... Où l'on venait dévorer le festin du jour. Car il était vrai, il fallait le noter, qu'à Poudlard, on mangeait toujours comme des Princes.

Remarquant une place au centre de la table, le nombrilisme de John l'y poussa. Mais un coup de coude d'un septième année et un rire d'un autre, ne lui laissaient pas le choix : Il déjeunerait qu'au fond de la table. Des visages pour la plupart éphémères et peu marquants, venant s'écraser à l'extrémité, s'affalant sur sa chaise, le petit John leva les yeux. Une rousse à l'allure si lasse, voire agacée, que peu de gens voudraient aborder. Mais nous le savons déjà, ce que les autres ne feraient pas, pour le garçon, c'est une toute autre affaire.

Sa voix n'avait pas encore véritablement mué et ses traits restaient très enfantins encore. Mais il avait déjà ce petit quelque chose d'énergique dans les yeux, le regard vous appelant à la... Nommons un chat, un chat : à la connerie. S'étendant et se tendant vers Nya, qui ne lui accordait pour l'heure aucun crédit, le petit blond fit mine de se servir une cuisse de poulet lui aussi. Ah... Nous en avions parlé un peu plus tôt, de la nourriture à Poudlard. Royale. Divine. Les Elfes se donnaient vraiment beaucoup de mal pour rendre les petits élèves heureux. La patte de poulet en main, l'adolescent fit un grand geste de bras, comme s'il allait tomber... Son morceau de volaille venait de se cogner dans le front de l'Irlandaise en face.

- Crap ! Héhé ! Woh ! Ca va ? On peut dire que t'as côte auprès des poulettes, hein !

Vous, lecteurs, constatez en effet que son humour de bas étage ne s'était pas amélioré au fil des ans. Déjà à douze ans, c'était assez médiocre et triste à voir comme blague. Pas de quoi effrayer John, tâchant de jouer les innocents au grand sourire, il tendit sa serviette à Nya. I-n-n-o-c-e-n-t. C'est cela oui.
Nya O'Neal
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Nya O'Neal, le  Jeu 2 Mar 2017 - 1:48

Évidemment, ce petit moment d’accalmie ne pouvait pas durer. Pas à Poudlard. Pas dans cette prestigieuse école de magie dans laquelle chaque sorcier avait un caractère bien trempé et ne se privait pas de le mettre en avant, au péril du bien-être de ses camarades… C’est donc sans grande surprise qu’un parfait inconnu vint prendre place en face de moi. Il ne me semblait pas l’avoir croisé auparavant, mais je sentais venir les problèmes à des kilomètres à la ronde. Je préférai pourtant l’ignorer pour le moment, bien trop occupée à dévorer la moindre petite bricole comestible qui me passait sous le nez. Il ne lui fallut pourtant pas bien longtemps avant d’attirer mon attention, d’une façon… Plutôt particulière, mettons.

Bah bien sûr, comme si je ne savais pas qu’il l’avait fait exprès. En à peine quelques secondes, je sentis tous les regards avoisinants se poser sur moi. Certains me connaissaient et préféraient donc se taire, effrayés par d’éventuelles représailles. D’autres, cependant, riaient de bon cœur, augmentant encore le niveau de décibels. Oh God, est-ce que j’ai déjà mentionné que je haïssais le bruit au plus haut point? Je levai les yeux au ciel et soupirai, désespérée. Décidément, il n’y en avait vraiment pas un pour relever l’autre, dans cette foutue académie. Vivement la fin de l’année – heureusement pour moi elle n’était plus bien loin, d’ailleurs.

J’essuyai machinalement la graisse de mon front à l’aide de ma manche, puis me décidai finalement à relever la tête et à observer mon agresseur. Un grand galet, assez musclé, typique du bully qui s’en prend aux autres pour se sentir supérieur. Dans le fond, l’exemple parfait du tyran que j’aurais déjà remis à sa place plusieurs fois si je l’avais croisé auparavant. Soupirant à nouveau, j’ignorai royalement la serviette qu’il me tendait et hésitai quelques secondes à sortir ma baguette pour lui faire ravaler son sourire narquois. Personne ne lui avait appris qu’il valait mieux ne pas embêter les plus vieux, à Poudlard? Il avait effectivement l’air un peu plus jeune que moi et, malheureusement pour lui, même une seule année d’écart pouvait faire toute la différence.

Il n’en valait toutefois clairement pas la peine, et je me ravisai. Dans ce contexte particulier, les mots risquaient d’avoir bien plus d’impact qu’une bonne raclée. À en juger par les multiples hématomes et autres contusions qui jonchaient la moindre parcelle de son corps, il devait être habitué à se prendre des coups. Je doutais fort qu’il se soit fait beaucoup d’amis, par contre. J’allais donc pouvoir m’en donner à cœur joie et lui faire ravaler sa fierté sans même risquer de me faire coller. Mon visage se radoucit quelque peu. J’esquissai même un léger clin d’œil à son intention.

« Eh, ça en fait au moins un de nous deux capable de se trouver une petite amie! »

Bon, à son âge, je doutais fort qu’il soit réellement à la recherche d’une copine -quoi que, les hormones peuvent s’avérer assez puissantes, même à 1douze/treize ans-, mais peu importe. S’il voulait jouer, on allait être deux de la partie.
John McGrath
John McGrath
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
John McGrath, le  Jeu 2 Mar 2017 - 16:51

Ah John. Ce petit John. Décidément, même enfant il était déjà doté de ce côté pour embêter les gens. Les agacer parfois même. On ne pouvait pas le qualifier d'épine dans le pied, il n'était pas assez nocif. Mais on pourrait bien comparer le jeune homme à une mouche qui bourdonne. L'image serait parfaite, collerait même avec son image à tête à claques.

Rabattant la main porteuse de la serviette, mais sans perdre son sourire, le garçonnet prit le temps d'émettre un ricanement bref. Croquant par la suite dans la cuisse de poulet qui avait rencontré le front de Nya. Après tout, il ne faut pas gâcher. Surtout lorsqu'il s'agit de cette peau dorée et craquante et de cette chair fondante en bouche. Mais, nous avons déjà parlé des miracles de la cuisine à Poudlard, ne nous attardons pas là-dessus.

Aux yeux de John, la rouquine avait tout d'une tête de mule qui se fâche vite. Le genre qu'il adorait faire suer. En plus, c'était une fille, tout était purement bénéf ! La voilà qui se tortille sur sa chaise et finit par pondre un sourire acide et narquois. Un clin d'oeil et la voix de la rousse résonne assez pour que quelques badauds idiots tendent l'oreille pour assister à la lutte entre les deux ados.

- Eh, ça en fait au moins un de nous deux capable de se trouver une petite amie!

Un nouveau rire en guise de réponse, celui de l'Irlandais, une fois de plus.

- Bim ! Touchey !

Il était sans doute trop jeune pour être véritablement atteint par cette pique. Quand bien même, des années plus tard, il aurait sûrement réagit de la même façon immature... Lâchant sa cuisse de poulet et s'appuyant des deux mains sur la table, John se tendit de tout son corps vers Nya. Faisant arriver sa tête devant celle de la rousse. Ce regard qui pétille, ce sourire de jeune c*n. A ce moment... Il ressemblait d'avantage à un chien qui veut jouer, qu'à quelqu'un qui voulait proférer des menaces.

- Et quoi ? Tu viens à Poudlard pour regarder de beaux garçons ? Alors qu'on a la chance d'être entourés de magie et de choses incroyables tous les jours ? C'est vrai que c'est vaaaachement important que d'aller en cours en se tenant par la main. C'est bien ce que je pensais. La Blonde ici, c'est toi.

Redressant l'index face au nez de sa camarade, l'inconscience était à son comble. L'insolence aussi. La jeune n'avait peut-être qu'un an de plus... Mais comme le soulignait John, c'était un an à Poudlard, où tous les jours sont incroyables. La rousse était sur son terrain de jeu, lui, était pour le moment qu'un visiteur.
Nya O'Neal
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Nya O'Neal, le  Sam 4 Mar 2017 - 1:32

Malgré sa répartie borderline, le jeune garçon ne semblait pas vouloir se laisser abattre. Il affichait encore son sourire des plus agaçants, refusant de perdre la face. On se serait probablement très bien entendus, si la situation actuelle ne nous opposait pas. Je me serais sans problème imaginer aller embêter les plus jeunes en sa compagnie. L’ennui, c’était qu’en l’occurrence, c’était moi qu’il tentait de faire sortir de ses gonds – et s’il continuait de la sorte, il allait probablement bientôt y arriver. Je n’étais pas d’humeur joueuse, et encore moins lorsque j’étais la cible des rires. L’autodérision ne m’avait jamais dérangée, mais là, j’avais envie de relaxer toute seule, sans cet énergumène visiblement incapable de réaliser qu’il n’était pas le bienvenu.

Ma réplique n’avait pas eu l’effet escompté, bien au contraire. Plutôt que de comprendre qu’il ne parviendrait pas à ses fins avec moi, mon interlocuteur tentait tant bien que mal de me renvoyer la balle. Je haussai brièvement les épaules. Sa tentative était assez pitoyable, je dois dire. Si seulement il savait… Non seulement je détestais les gens qui pensaient tout connaître de moi alors qu’ils ne m’avaient jamais rencontrée auparavant, mais en plus, il n’avait même pas compris les implications de ce que je lui avais dit. En l’occurrence, ce n’étaient pas exactement les beaux garçons que je regardais. À vrai dire, il n’y avait même qu’une seule fille qui m’intéressait réellement, mais peu importe.

Pour couronner le tout, je n’arrivais pas à déterminer s’il était sérieux ou non, mais mister tête-à-claque avait l’air fasciné par la magie qui l’entourait. Ouais, ok, bienvenue à Poudlard, mais après deux ans, faudrait peut-être passer à autre chose, hein. C’est vrai que c’était plutôt divertissant au début, mais on finissait par s’y faire assez rapidement. Je ne pris donc même pas la peine de lui répondre et me contentai de reprendre mon festin là où je l’avais arrêté. Voyant qu’il n’avait pas l’air décidé à me laisser tranquille, je plongeai mon regard dans le sien.

« Bon et sinon, t’as rien de mieux à faire que de m’observer manger? Ta vie doit être vraiment palpitante… »
John McGrath
John McGrath
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
John McGrath, le  Sam 4 Mar 2017 - 4:22

Expliquons la chose de façon claire et concise. Face à face, John et Nya avaient l'allure... D'un jeune chien idiot et joueur et d'un gros chat blasé et fainéant. Bien évidemment, il y a un brin d'exagération, mais si l'on s'y attarde, c'est parfaitement de ça qu'ils avaient l'air tous deux. Le premier, se tendant et se tirant vers l'autre. L'autre, se lassant et s'agaçant du premier.

Déjà enfant, il avait la confiance. Un surplus de confiance en lui-même. Lors de ses jeunes années, c'était largement pire, même. Si de nos jours, John aime se rendre ridicule, car la chose le fait rire, à douze ans... Il se prenait au sérieux et ne réalisait absolument pas d'avoir la classe d'un escargot cuit. On pouvait peut-être mettre ça sur le compte qu'il était l'enfant unique. Trop aimé par sa mère. Au fond, peut-on y voir un mal, finalement ?

Fort heureusement, il n'était tout de même pas bête à manger du foin. (Pas trop, d'accord ? Non, réellement !) Il avait bel et bien remarqué la mine ennuyée et le début d'agacement de Nya. Etrangement, il parut étonné. Même un peu déçu, l'espace d'un instant. Peut-être s'attendait-il à une bagarre, ou à une engueulade devant tout le monde. Ses intentions restent mystérieuses même aux yeux du narrateur. Qui pourrait savoir ce qui se passe dans une tête si désordonnée !

Dans tous les cas, il s'était reculé. Adoptant une autre posture, les coudes sur la table et le visage écrasé sur ses mains, continuant de fixer Nya. Sans se défaire de ce sourire à la noix, évidemment, sinon la chose serait trop simple. La voilà qu'elle rappliquait et sa voix trahissait que sa patience ne serait pas bien longue. En temps normal, John aurait continué de tirer sur la corde, jusqu'à la faire céder et la rendre folle. Mais aujourd'hui, son humeur joueuse était un peu différente. Après tout... Parfois, pour jouer, il fallait être plusieurs !

Redressant quelque peu son dos, pour ne pas paraître trop avachi, il pointa son doigt sur Nya.

- C'est vrai ! Te regarder manger n'est pas super-super ! Eeeet... Non, t'as raison. C'est vrai que je m'embête.

Les sourcils toujours levés, la chose sonnait comme une évidence à la portée de n'importe qui. Fronçant à peine les sourcils et ramassant ses lèvres en une moue entre la réflexion et la confusion, il finit par reprendre la parole, s'armant de son sourire goguenard à nouveau.

- T'as raison. On devrait faire un concours. Celui qui met le plus de patates chaudes dans sa bouche. Allez quoi ! Tout le monde peut jouer les gros blasés de la vie ! Faut se dégriser un peu ! Dis oui !

Oui. Il semblait parfaitement sérieux. Puisque son index avait viré vers le plafond de la salle à manger, désignant le ciel gris et nuageux au dessus d'eux. C'est vrai que c'était un enfant. Mais là... Dur, dur d'être Nya.


Nya O'Neal
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Nya O'Neal, le  Dim 5 Mar 2017 - 0:34

À mon plus grand soulagement, l’ahuri qui s’était permis de venir perturber mon festin avait fini par prendre un peu de recul. Bon, peut-être qu’il n’était pas aussi imbécile que cela, finalement. Peut-être qu’il avait compris qu’il valait mieux faire demi-tour avant que je m’énerve pour de bon. Ou peut-être pas… La tête bien ancrée dans ses mains, il continuait de me fixer, comme si j’étais l’attraction numéro un dans la pièce. Je me sentais comme une vraie bête de foire.

Il finit par pointer un doigt dans ma direction, confirmant qu’il s’ennuyait solide. Eh, j’t’ai rien demandé mon grand, hein. Retourne vaquer à tes occupations et laisse-moi manger tranquille, on s’en portera tous les deux mieux. En guise de réponse, je me contentai donc de soupirer une nouvelle fois. J’espérais sincèrement qu’il ne tarderait pas à faire demi-tour, mais c’était sans compter sur son esprit tordu de gamin en manque de sensations.

Voilà qu’il me proposait maintenant un concours de bouffe. Je n’aurais pas dit non à un concours de calage de bière malgré mon jeune âge, ça m’aurait probablement permis d’oublier sa présence, mais avaler le plus d’huile possible ne me tentait pas le moins du monde. D’autant plus qu’avec tout ce que je venais déjà d’ingurgiter, je commençais à être pleine, moi. Je levai donc les yeux au ciel, histoire de bien lui signifier qu’il n’était pas du tout le bienvenu.

« J’ai déjà pas mal d’avance sur toi, tu ne crois pas? Si tu veux te boucher les artères avec toute cette graisse, fais-toi plaisir, mais laisse-moi en dehors de ça. »

Je ne savais même pas pourquoi je prenais la peine de lui répondre. Si je l’ignorais, peut-être qu’il abandonnerait? J’en doutais fort. Il revenait quand même à la charge depuis tantôt, malgré mes allusions tout sauf subtiles au fait qu’il m’horripilait au plus haut point. Heureusement pour moi, ma pause était presque fini. Il ne me restait plus que quelques minutes à le supporter. Évidemment, il avait quand même fallu que quelqu’un vienne m’empêcher de profiter du peu de temps libre que j’avais… Mon repas terminé, j’attrapai une serviette et m’essuyai négligemment la bouche avant de la reposer sur la table et de me lever.

« Bon allez, trouve-toi quelqu’un d’autre à Emmerd*r, moi j’ai mieux à faire. »


Sans un regard en arrière, je pris la direction de la salle commune. S’il me suivait jusque-là, il allait vraiment avoir affaire à moi. Au moins, l’avantage d’avoir coulé ses ASPICs la première fois, c’est que j’avais mon dortoir pour moi toute seule. Je pourrais donc aisément le fuir s’il se faisait trop insistant.

Fin du RP pour ma part
John McGrath
John McGrath
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
John McGrath, le  Lun 6 Mar 2017 - 2:25

Il y a une vieille chanson moldu française qui dit : "Et soudain surgit face au vent, Le vrai héros de tous les temps." On pouvait aisément dire que même lorsqu'il était petit, John arrivait souvent comme un cheveux dans la soupe. Enfant, il n'avait pas cette façon d'analyser les gens, de les comprendre et de savoir influencer plus ou moins leurs avis. Non, face au vent glacial émanant de Nya, le garçon était certes un héros. Mais un héros encore inexpérimenté. Il n'avait pas la répartie nécessaire. Pas le mordant qu'il gagnera au fil des ans. Si certains jugent John de crétin, fou, ou stupide alors qu'il approche de l'âge adulte, il était évident qu'enfant, il était pire encore. Ce n'était pas un jeu d'acteur exceptionnel. Ni un savant manieur des mots. Non, il n'était qu'un gosse.

Mais, il était déjà ce gosse avec un grand coeur dans le fond. Revenons quelques instants plus tôt. Encore plus tôt. Nya assise seule au coin de table. La mine déconfite. Lasse. Rien chez la jeune fille n'inspirait la joie. Avait-elle passé une mauvaise journée ? Ou quelque chose boulversait sa vie ? John ne le savait pas. Il s'en fichait des raisons du fond. Ce qu'il voulait, c'est que cette petite rousse isolée puisse profiter et sourire de nouveau. Qu'elle vienne rejoindre les facilités de la vie, une fois de plus. Un rire. Quelque chose !

Bien sûr, le lionceau était maladroit. Incapable de véritablement diriger les choses à sa façon. Il voulait sans doute pas lui dire en face, que s'il l'embêtait, c'est qu'il voulait lui changer les idées. Trop fonceur, pas assez réfléchi, il n'avait élaboré aucune stratégie que celle de sa provocation habituelle. Ses blagounettes gentillettes, mais bien nulles. Il avait étouffé Nya avec, se perdant un peu. Et laissant filer son objectif. Pas assez concentré ou mur. Evidemment, il n'avait pas la maturité pour affronter les piques d'une camarade plus vieille. Tout ce qu'il pouvait, c'était de répondre et s'enfoncer. Soit, c'était raté.

Il se sentait balourd. Nigaud, même. Il avait fait tout l'inverse de l'effet qu'il espérait. Nya, excédée par les sottises de son camarade quittait la table. En temps normal, il l'aurait suivi et rabâché les oreilles de la rousse. Même s'ils devraient se cogner. Se battre, ça défoule pas mal aussi, au final. Une nouvelle fois, il était trop jeune et boudeur sur le moment pour y faire face.

- C'est quand même fou. Toutes les filles sont vachement bizarres dans cette école. Toujours à s'enfuir, pff. Pourtant, j'ai pas l'impression de puer !

Evidemment qu'il parlait seul, reniflant sous sa cape de sorcier.

Une cuisse de poulet à la main, John s'enfonça dans le banc, les yeux plissés. Ce n'était que partie remise. Cette âme là ne devrait pas rester grise trop longtemps, l'Aventurier irait la retrouver de nouveau à l'occasion.


Fin du RP !
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Madilyn Nebulo, le  Dim 2 Avr 2017 - 15:42

A crazy enemy
RP avec Mary Drake

/! Ce RP se passe avant l'attaque !/

Assise à ma table, seule. Je grignote un peu. Pas faim. Ennui.

Cela fait au moins une semaine que j'ai débarqué à Poudlard, mais toujours personne avec qui manger. Rigoler. S'amuser. Parler. Déprimant.

Je suis assise à cette table, mais je ne suis pas vraiment là. Mon esprit vadrouille ailleurs. Quelque part. Nulle part. Je ne sais pas. Auprès de mon père ? Sûrement.

Et je continue de porter ma cuillère à la bouche. Machinalement. Rien d'autre à faire, de toute façon. Je m'ennuie. Mortellement. Et je peux vous dire que c'est pas marrant. Je m'ennuie. Je m'ennuie. Je m'ennuie. Je m'enneuie. Je m'ennuie. Je m'enn...

Tiens ? J'étais en train de m'endormir. Cool. C'est bien pour passer le temps, ça. Alors je réessaie. Mais j'y arrive pas. Bien sûr.

Alors j'observe les gens en train de manger. Mais ça me déprime encore plus, toute cette joie, cette amitié bien gluante et bien dégueulasse. Ouais, dégueulasse. Surtout pour ceux qui sont seuls. Qui n'ont personne. Qui n'ont rien.

Alors j'attends. Que le temps file. Je m'ennuie. Je m'ennuie. Je m'ennuie. Je m'ennuie. Je m'ennuie.
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Gaëlle Panyella, le  Sam 8 Avr 2017 - 16:21

Il y a des jours comme ça. Où l'on se lève et rien ne va. Il peut y avoir un grand soleil, un arc-en-ciel, tout ce qu'il y a de joyeux sur la planète Terre, le monde entier paraîtra maussade. C'est comme ça, on ne peut rien y faire. Mais quand c'est une folle dingue qui est de mauvaises foi, il en faut peu. Et encore. Car depuis ce matin, je n'ai pas de chance, je n'ai rien de bien. La brosse m'a, comme toujours, fixée pendant une heure. Le reflet m'a hantée pendant l'autre moitié du temps. Il me renvoyait une image véridique. Comme si j'avais besoin de ça. Il n'aurait pas pu montrer une belle utopie ? Me faire croire quelque chose de marrant ? Non. A cause d'Elle, je reste dans un monde cruel et triste. Ennuyant à mourir. Déprimant. Une gosse de 16 ans qui déprime. Alors qu'elle n'a rien vu de la vie. C'est dommage, mais c'est ainsi. Sauf que je suis en colère, en colère contre le monde. Et parfois je me demande si ça vaut la peine de rester zen. De me battre. Si je me laissais sombrer, tout irait mieux. Si je saute sans avoir mes ailes, j'en finirai enfin. Mais bon, on revient au présent. On retourne pas sur le début de la matinée. Et on essaie de positiver. Même si ça semble impossible.

Je souffle sur les mèches courtes qui repoussent. J'ai pas envie qu'elles repoussent. Non. Elles peuvent rester courtes. Je préfère. Comme ça, j'ai pas besoin de demander à la vipère de jouer encore à la coiffeuse. C'est pas son rôle. Et même si avec elle ça va mieux, j'ai pas envie de me sentir redevable envers une personne qui m'a faite telle que je suis. C'est pas une bonne idée.
.mais Mary, t'as jamais de bonnes idées.
Je sais. Et je suis complètement dans le gaz. Une épaisse fumée qui me laisse dans mon monde. Pour changer. Mais c'est pas grave. J'ai l'habitude. C'est une drôle d'habitude. Mais quand tout est sombre alors qu'on a envie de briller, bah c'est pas trop ça. J'ai juste envie de me défenestrer. Mais ça manquerait un peu de poésie. Or, je veux de la poésie. Une osmose avec la nature. Quelque chose d'homogène avant de mourir. Que se soit provoqué par moi, ou pas. La vérité, c'est qu'on s'en fout. J'partirai aussi anonyme que je suis venue. Et c'est ça qui compte. Pas de grandes fioritures. J'veux pas qu'on m'enterre en racontant des conneries sur ma vie. J'veux juste trouver un moyen de la vivre. Toute façon, j'en suis pas encore là. J'ai pas encore sombré si bas. J'l'espère. Vraiment. Même si le mot espoir m'a fait faux-bon ces derniers temps. Je peux essayer de le lui pardonner, mais j'sais pas si ça va passer. Y'a un moment où j'en ai marre. J'ai jamais eu de patience. Que se soit avant, ou même après. Maintenant qu'on fait un, j'ai perdu le repaire que je croyais avoir. Et put*in. Ca me fait peur. Parce que pour le moment, je me résume à un bon sang de foutu « j'sais pas ». Parce que je suis stupide, parce que rien n'est normal. Et je n'en peux plus.

Puis je la vois elle. Elle et ses petites boucles rousses. Elle qui s'ennuie. Et j'comprends pas. Pour changer, ça me dépasse. Parce que la gamine, elle est pas grande et surtout, elle me fait penser à moi. Et j'aime pas ça. J'ai envie qu'elle se bouge le derrière. Au départ y'a comme une envie de l'aider. De l'aimer même. Pour pas que l'histoire se répète, inlassablement. Mais y'a des moments où y'a l'autre partie, celle qui comprend rien à la vie, celle qui fait de moi quelqu'un de dingue qui prend le dessus. J'peux pas la contrôler. Pas tout le temps. Faut une part égale; 12h elle, 12h moi. Et c'pas comme si j'étais bipolaire ou je ne sais pas quoi. Non. Je suis juste moi. Une dingue. Une fille folle. Et c'est comme ça. La Terre m'a façonnée comme elle le voulait. Y'a pas de garantie comme on dit.

Je m'assied en face de la gosse aux cheveux de feu. J'aime bien. Je trouve ça tellement beau. Mais ce n'est pas là la question. Plus j'la regarde, plus elle m'énerve. Elle est quoi, dans sa première, sa deuxième année ? Sorcier ou pas, solitude ou non, y'a encore moyen de s'émerveiller à ct'âge là non ? A moins que je me trompe. Puis y'a un moment où une boule de rage qui commence à grandir. De la même couleur que ses boucles. Je sais, j'me suis pas bien levée. Le monde est gris sans nuances de couleurs. Et voilà qu'elle arrive, rayonnante avec ce rouge mais aussi active qu'un poulet rôti. C'est le genre de choses ridicules qui me rendent aigrie. J'ai envie de dire au ver de s'en aller. Mais c'est comme si j'avais une colère contenue. J'ai peur de cette colère. J'dis pas grand chose. Je retiens beaucoup. C'est un peu étrange en fait. J'ai envie de me défouler. J'sais pas si c'est une bonne idée. Si je dois rester en face de la gamine énervante. Mais y'a des gens qui se sont déjà acharnés sur moi. J'avais rien demandé. Mais eux, ils avaient le droit. Alors pourquoi pas moi ? Elle est là, j'suis pas bien. Et c'pas comme si j'allais lui infliger des cicatrices physiques
.même si parfois les mots sont la plus grande des plaies
Et je suis bien placé pour le savoir. Que faire ? Comment arrêter l'incertitude ? J'ai pas envie de prendre goût au fait de torturer, j'en ai déjà assez fait comme ça. Mais d'un autre côté si elle s'ennuie... Nous aurons une occupation. J'regarde vite fait l'heure. Puis la gamine. J'peux lui parler et voir comment la colère grandira. Improviser. C'est la meilleure de choses à faire j'pense. Parce que partir et rester comme je suis, ça m'est impossible. J'peux pas.

-Alors la gamine, on s'ennuie ?
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Madilyn Nebulo, le  Dim 9 Avr 2017 - 21:40

Ennui. Ennui. Ennui. Ennui. Ennui.

Je regarde d'un air morne la fille en face de moi. Une bleue. Plus grande que moi. Bof. Ça me fera pas passer le temps, ça. Et puis je me rends compte qu'elle me fixe. Alors je la fixe aussi. Juste pour voir. Qui va lâcher en premier ? Je souris. J'ai enfin un passe-temps et il me plaît. Je ne lâche pas des yeux. un air d'ennui. Mais rieuse intérieurement. Puis elle m'aborde, agressive.

Je lui lance un regard noir.

-Je ne t'ai rien demandé.

Et je soutiens encore son regard, une flamme de détermination dans l’œil. Quoi ? C'est pas de ma faute si je suis de mauvaise humeur. Je hais l'ennui. Et je hais cette fille qui me provoque. Oui, d'un coup je la hais profondément. Et cette hargne me ronge de l'intérieur, me brûle. C'est une énorme tache d'encre dans mes poumons qui monte. Qui monte. Qui monte... Et qui doit sortir. Absolument. Vitalement. Elle rugit à l'intérieur de moi. Sang. Meurtre. Colère. Tout ça mélangé n'est pas bon. Pas bon du tout.

-C'est toi qui m'ennuies ! Pourquoi tu me regardes, déjà ? T'es vraiment bizarre... Pourquoi tu me parles, aussi ? J'aime pas quand les gens me parlent et que je les connais pas, qu'ils me fixent comme toi et qu'ils sont aussi bizarres que toi !

J'essaie de me maîtriser, mais ça fait que les couteaux qui sortent de ma bouche deviennent des mots maladroits et tout emmêlés. Mais mes yeux illustrent très bien mes véritables propos. Ceux qui restent cachés mais qui sont quand même là, au fond.
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Gaëlle Panyella, le  Ven 14 Avr 2017 - 15:59

Ce n'est pas moi. Pas moi de dire, de parler ainsi. Gamine, c'est pas un joli mot. Pourtant j'aime les beaux mots. Sûrement parce qu'ils soignent les maux. C'est pour ça que je les apprécie. Enfin, là j'ai parlé avec des mots qui soignent pas mais qui donnent des maux. Alors j'aime pas trop ça. J'vais changer ça. Ou pas. J'aime pas cette journée et je n'aime pas cette gosse qui s'ennuie alors qu'elle pourrait ne pas s'ennuyer. Ça devient compliqué. Répétitif. Mais j'suis comme ça. J'aime bien les répétitions. Et dans cette horizon maussade, j'ai bien le droit de faire ce que je veux dans ma tête. L'est pas trop sympa c'te petite cervelle. Si je peux les mettre dans un bocal, pour les garder toujours près de moi, j'le ferais. Dans l'était actuel des choses ce n'est pas possible mais j'aime à penser que oui. Je dois faire ça. Un jour. Peut-être. En attendant, je vais imaginer ce petit pot de verre à côté de moi. Ainsi que des papiers qui se trouvent dedans. Ils y en a plein qui se ressemblent mais ne sont pas les mêmes. Il ne faut pas non plus voir là dedans un amour de la routine...

Regard peu intéressé à un plus cruel, plus noir. Veut-elle réellement continuer cette bataille d'yeux ? Je suis pas à l'aise avec ça. Il fut un temps où je ne supportais pas être regardée, et inversement. Et bah vous savez quoi ? Ce temps n'est pas révolu. Alors je détourne le  regard, défaillant comme d'habitude pour à nouveau me concentrer sur ses mèches enflammées. Je les adore. Peut-être qu'à la place de me couper les cheveux, j'aurais du les teindre en rouge. Enfin, je ne reviens pas dans le passé, en tout cas celui-là. Je n'ai pas de regrets.   J'aime bien c'est tout. Peut-être que je peux les lui arracher ? C'est vicieux mais si je les place sur mon crâne après j'hériterai de ses merveilleuses boucles rousses. Non. Non non non non. C'est un peu glauque comme idée. Et j'suis pas une fille glauque. Enfin, si, mais pas à ce point là. Je n'ai pas à penser ça. Puis, y'a la douche froide. Bah oui tu ne m'as rien demandé petite gamine. Mais moi j'ai essayé de ... De passer le temps. Je ne suis pas certaine que ce soit parfait pour moi. J'essaie, après on verra. Puis elle continue de tenter de soutenir mon regard et je continue de fuir. J'espère que ce petit jeu ne va pas durer longtemps. Je déteste vraiment ça.

Elle dit que c'est moi qui l'ennuie. Mais elle s'ennuyait déjà avant. Du coup l'ennuyée est ennuyée et est donc doublement plongée dans l'ennui. Celui de me voir, celui d'être seule. Or, maintenant que je suis là, nous pouvons nous occuper. Je ne vois vraiment pas de quoi faire toute une histoire. Mais c'est la suite qui me fait le plus mal. Je suis bizarre. A-t-elle une définition du normal ? Celui qui est purement  subjectif ? Parce qu'à mon sens, nul n'est normal, tout le monde est étrange. Cela dépend juste de l’œil qui regarde. Alors non je ne suis pas bizarre, juste moi et à ma façon. J'ai trop souvent eu des remarques dans ma ville natale sur ce que je suis. Ce que j'étais en fait. J'ai pas envie que ça recommence, encore moins de la part d'une enfant qui ne sais rien. Enfin, je pense qu'elle ne sait pas grand chose. Déjà que moi je n'ai pas énormément d'expérience et pourtant je suis tout autant traumatisée. Faut pas qu'elle juge. Bien qu'il m'est impossible de connaître son âge exact, c'est dans ses zones là que j'ai commencé à avoir du mal. J'veux pas qu'une gosse comme elle devienne comme celles qui m'ont tuée à petit feu.

La petite termine avec des paroles sans sens. J'ai passé mon temps à éviter de la fixer, pourquoi s'acharner à dire que c'est le contraire ? De plus, il faut bien commencer par quelque chose, on ne connaît jamais personne sans qu'il N4y ai un moment où cette dernière était considérée comme inconnue. J'peux pas l'croire qu'elle me sorte ce genre d'âneries. Ridicule. Se rend-t-elle compte de l'étendue de ses propos ? Rien ne va, rien ne va aujourd'hui, et là en la voyant s'embraser, j'ai envie de moi aussi partir en fumée. D'arrêter de penser aux  conséquences. On s'en fiche n'est-ce pas ? J'ai beau vouloir, ce n'est pas le cas. J'ai toujours un avant goût de ce qui va se passer après la bataille, et ce n'est jamais bon. Jamais. Cependant j'ai envie de me lâcher, et comme d'habitude, je ne sais pas. J'en ai vraiment marre. Un jour peut-être que ma narratrice se décidera à me faire savoir. Je lâche la pression. Elle va me le payer.

- J'suis désolée gamine, je fais comme je peux... Je m'ennuie, tu t'ennuies, nous faisons une belle paire tu ne trouves pas ? je continue sans grandes convictions tout en évitant ses beaux yeux. J'te propose un truc : on joue, et celle qui perd, bah elle a perdu. T'en penses quoi ?
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Madilyn Nebulo, le  Ven 14 Avr 2017 - 17:29

Elle m'évite. Et m'évite encore. Et, je sais que ça peut paraître sadique, mais j'aime ça. J'ai l'impression de faire pression, d'être toute-puissante. D'être la forte, et pas celle qui fait profil bas. Pour une fois. Alors je continue ce petit manège. Je la fixe, je la jauge, je la toise tant que je peux. Et au fond de moi, je me fais peur. Je me dis que je suis horrible. Méchante. Cruelle. Des multitudes de mots déferlent dans mon esprit. Mais aucun ne me dissuade vraiment d'arrêter. C'est trop...enivrant, la puissance. Ou du moins l'impression de la détenir. C'est la première fois que j'y goûte, et c'est délicieux. Et puis, quand même, je sens de la culpabilité, de la pitié, de la compassion pour elle. Pour cette fille qui a simplement eu le malheur, la malchance de se mettre à la mauvaise place, au mauvais moment, avec la mauvaise personne, et de dire les mauvais mots de la mauvaise manière. Mais au fond, c'est moi qui est mauvaise, là.

Mais je continue. J'ai presque un air menaçant, féroce, et dans ma tête, je commence à m'inquiéter. Mais non sang, qu'est-ce que je suis devenue ? En quel genre de monstre me suis-je transformée ? Je me fais peur. Mais où est passée la petite Maddy ? Celle que tout le monde aime, qui fait pitié à tout le monde, et qui au fond, n'a personne ? Celle qui croit naïvement en l'humanité et à la bonté des gens ? Mais où est-elle, m***e ?! Ce n'est pas de son genre de faire ça. Non. Pas du tout. D'aimer se sentir au-dessus, aimer voir les autres courber le dos. Elle, elle fervemment croit que nous sommes tous libres et égaux, cette petite idiote.

Et il y a l'autre. Celle qui évite. Mais au fond, je ne sais rien d'elle. Peut-être que dans d'autres circonstances, on serait devenues meilleures amies du monde. Peut-être que c'est mon âme soeur. Mais là cette envie ravageuse noie tout le reste. Cette envie de la briser. Et mon bon sens est mort à cette heure-ci. Merci de repasser plus tard, je suis actuellement hors-service. Laissez un message après le bip. Mais le bip a résonné depuis bien longtemps, et je e dis rien. Je fixe cette fille. Qui d'un coup me parle.


- J'suis désolée gamine, je fais comme je peux... Je m'ennuie, tu t'ennuies, nous faisons une belle paire tu ne trouves pas ?J'te propose un truc : on joue, et celle qui perd, bah elle a perdu. T'en penses quoi ?

Je ne sais pas quoi dire. Complètement déroutée par ses paroles, eh bien... insensées. Une belle paire ? C'est la meilleure ! Un jeu ? Là, ça m'intéresse. Je veux l'écrabouiller. Et piétiner les morceaux.

- Quelles sont les règles du jeu ?
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Gaëlle Panyella, le  Sam 15 Avr 2017 - 19:12

J'ai encore parlé trop vite. Toujours trop vite. Un débit de parole rapide, des idées qui sortent sans même réfléchir.
Un jour j'arrêterai de me faire lancer des trucs sans y réfléchir. C'est tellement pas intelligent de ma part. J'en ai marre. Je ne sais même pas pourquoi j'ai dis ça, je n'ai jamais été friande de ce type de jeu. Rien que la façon dont c'est lancé, c'est malsain. Beaucoup trop. Je ne suis pas à l'aise avec ça. Mais je dois faire avec. Assumer les conséquences de mes actes. Mais finalement, je suis toujours mal, j'ai encore envie de me défouler. Alors pourquoi pas ? Comme je me le suis dit plutôt, je peux essayer. Pour voir finalement si ça me plaît ou pas. J'espère que l'expérience ne sera pas concluante. Je n'ai pas envie d'être encore plus mauvaise que ce que je le pense. Tout ce qui est malsain autour de moi pour le moment me rend folle, malgré la fusion. Un idiot jeu qui n'existe pas compris. Mais on ne va pas tourner autour du pot ni y réfléchir, peut-être qu'elle ne sera pas d'accord. Ou si. Je n'en sais rien, comme d'habitude, je ne suis pas devin.

Clignement des yeux
Mouvement furtif
Espoir fugitif


Car très vite, il y a comme un blanc. Elle ne dit ni oui, ni non, mais sa réponse explique clairement qu'elle est partante. Me demander des règles, réellement ? Je n'en ai pas, je n'ai même pas choisis. J'ai plus le choix maintenant, je dois trouver quelque chose. Je peux m'inspirer de ce que l'on m'a déjà fait. Lui montrer la beauté de la nature ou bien sortir le soir, c'est beaucoup trop simple, beaucoup trop poétique. Elle ne mérite pas. Comme je ne méritais pas si on réfléchit bien. Mais j'avais l'être de chair avec moi. Et jamais je ne l'oublierai. C'est une personne unique, exceptionnelle. Il m'a enseigné la beauté des mots. Elle, elle n'a personne. Je ne peux pas lui montrer ça. Hors de question que je lui inflige des blessures physiques sur le visage comme la vipère l'a fait avec moi. C'est pas pour moi. Je ne suis pas encore à ce point là. Ne plus parler, trop poétique. Il ne reste plus que ce qui a déclenché Folie. je crois que c'était ça. Elle dormait, la chapelière l'a réveillée. Il manque un brin de folie à la petite jaune pour aller dans un pays inconnu. Je n'ai plus que cette option là. J'espère que ça va le faire...

Méninges qui tournent.
Mécanisme qui fume.
Il est temps.
La partie va commencer


Je sais. Ce que je vais faire. J'ai un peu réaménager les choses. On va improviser. Dire des phrases clichées. Comme ça, ce sera mieux. Je n'ai pas à réfléchir longtemps. J'suis pas bien, elle s'ennuie. J'peux trouver. Des règles. OK. C'est possible. Suffit juste de réfléchir. Peut-être qu'il y a un ver qui sommeille en elle. Et là on pourrait... Bien s'entendre. Je l'aiderai et tout. Mais j'en doute. A moins que se soit comme une maladie dont je me souviens plus. Tout le monde à ça en soi, parfois ça se déclenche, parfois pas. Je pense que cette partie de ma personnalité n'était pas loin. Et que ma rencontre avec la chapelière a juste avancé le moment fatidique. Je crois que c'est bon, je peux lancer la partie.

-Je te propose que la seule règle soit celle qui dise qu'il n'y en a pas. Même si c'est contradictoire. Car si il y a une règle, celle qui dit qu'il n'y en a pas, c'est qu'il n'y a quand même une. Les deux sont compliquées à comprendre. Si il y a vraiment quelque chose avec laquelle on peut réfléchir. je commence, un peu perdue. Car c'est ça le jeu, celui des mots. Celui qui retourne le cerveau par le simple fait de penser. Les paroles sont les pires ennemies. Je le sais.Qu'en penses-tu ?
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Madilyn Nebulo, le  Sam 15 Avr 2017 - 22:27

Et là, elle me répond. Dès la première phrase, je fronce les sourcils. Quand se termine la dernière, je n'ai rien compris. Mais il n'y a pas de règles à ce jeu. Et ça, ça me plaît. Car qui dit pas de règles dit pas d'interdictions. Pas de limites. Tout permis. Et ça tombe bien. Parce que ce soir, j'ai pas vraiment envie de me retenir. Si tu vois ce que je veux dire.

Alors je la regarde d'un oeil inquiet, puis...je souris.

-Je crois que ça me va.

Voilà. Le jeu est lancé. Et...il n'y arien à faire. Alors je l'interroge.

-Vas-y, commence. C'est ton tour.

Et j'attends. Mais qu'est-ce qu'elle va faire ? J'ai hâte de voir ça. Ne pas me retenir. Tout permis.

Enfin. Depuis le temps que j'attends ça. Tout lâcher. Je regarde encore une fois cette fille qui n'aurait jamais dû balancer cette parole en l'air, comme ça. Et elle va en subir les conséquences. La pauvre.
Contenu sponsorisé

Autour d'une table - Page 2 Empty
Re: Autour d'une table
Contenu sponsorisé, le  

Page 2 sur 7

 Autour d'une table

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Grande Salle-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.