AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 2
[Habitation] Lemon Blood Slum
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Hugh Dey, Mer 20 Jan 2016 - 18:30


______________________________


Voici l'habitation (Appartement) d'Emily Lynch et Lizzie Bennet.

Elles peuvent poster dès à présent.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 21 Jan 2016 - 17:46


Lemon Blood Slum
Description en construction



Il parait que le mètre carré ça coute cher dans les grandes villes et encore plus dans les capitales, alors autant optimiser au mieux l’espace disponible non ? Pas d’étage, tout au même niveau, en même temps en appartement c’est pas vraiment possible d’avoir plusieurs étages pour soi, mais bref… Situé quelque part dans le centre de Londres et non loin du fleuve traversant la ville, l’appartement est plus pratique que confortable et laisse assez peu de place à l’intimité puisqu’il n’y a en tout que deux pièces. Lorsque vous entrez dans l’appartement, vous tombez directement dans la cuisine qui comme tout le reste se veut elle aussi pratique. Sur votre gauche se trouve la salle de bain qui malgré le peu d’espace se voit être plutôt bien équipée. Continuons la visite en restant dans la pièce principale, en face de vous se trouve le salon/salle à manger/bureau/chambre… Oui, on vous a bien dit qu’il fallait optimiser l’espace, c’est donc pourquoi tout se situe au même endroit. Heureusement, la décoration rétro-contemporaine donne un charme unique à ce petit lieu de vie.



• Maléfice Antitransplanage •
• Sortilège Repousse-Moldu •
• Sort d’Impassibilité •
• Sortilège de Repousse-Maléfice •

Plan:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Emily Lynch, Jeu 21 Jan 2016 - 18:38


Bienvenue chez-nous !

Avec la frangine - LA accordé

Trop de temps passé à vivre un peu n’importe où, un coup chez sa mère pour qui elle éprouvait de plus en plus de colère, puis un autre jour chez un type dont elle ignorait totalement le nom ou encore l’ami d’un ami qu’elle n’a plus revu depuis au moins dix ans. Le pire restait tout de même tout ce temps passer dans les couloirs du métro à la recherche d’un endroit calme où un moldu ne le ferait pas trop ch*** et qu’elle pourrait ainsi pioncer en paix. Non mais c’est vrai quoi ! Tout ce qu’elle demandait, c’était qu’on la laisse en paix une heure ou deux le temps de dormir un peu. Elle n’avait absolument pas l’intention de squatter le métro toute sa vie. Depuis qu’elle avait quitté le confort de Poudlard, il y avait des jours durant lesquels elle regrettait un chouia que l’éducation des sorciers et sorcière ne dure pas un peu plus longtemps, ne serait-ce qu’une année, voire deux si on veut être gourmand. Et ce non pas pour les cours et compagnie, parce qu’y a un moment où ça devient vraiment lourd, mais surtout pour avoir encore un lieu à squatter durant quelque temps. Bref tout cela pour vous dire qu’Emily ne savait plus trop où vivre ! Sa mère avait pourtant insisté pour qu’elle reste à la maison, mais à part en cas de besoin urgent, la rousse évitait un maximum de croiser sa mère, surtout depuis que sa demi-frangine lui avait révélé le secret bien gardé.

En parlant de frangine, c’était elle qui avait contacté Emily la veille pour lui donner un rendez-vous devant un bâtiment assez ancien dans lequel il y avait plusieurs appartements. C’était parfait, si elle lui avait donné rendez-vous ici, c’est qu’elle leur avait déniché un endroit qu’elles allaient pouvoir squatter un peu plus qu’une nuit et honnêtement, cela ne ferait pas de mal à Emily de se poser quelques temps au même endroit, surtout qu’elle ne pouvait plus s’installer dans certaine station de métro à cause de certain gardiens qui la connaissaient comme étant une squatteuse des lieux en question. Après bien trois heures de marche, parce qu’elle n’avait pas l’envie de trouver un endroit discret pour transplaner à l’abri de la vue des moldus, Emily était enfin arrivée. Sans grande surprise, Lizzie n’était pas encore arrivée, la rouquine avait pour habitude d’arriver toujours avant l’heure de rendez-vous, enfin dans la plupart des cas. Emily s’adossa alors contre le mur du bâtiment et attendit l’heure du rendez-vous. Il devait être quelque chose comme vingt-et-une heure quand Emily décida enfin de s’attarder un peu plus sur le bâtiment qu’elle allait occuper durant quelque temps, mais à sa grande surprise, elle constata que les lumières étaient allumées à tous les étages… Mais où donc Lizzie avait-elle trouvé un lieu rien que pour elles, c’était pour ce qu’elle lui avait dit, hors qui disait lumière, disait qu’il devait y avoir quelqu’un… Ou bien alors sa frangine était déjà dans l’appartement, probablement pas, elle ne lui aurait pas dit de l’attendre devant le bâtiment si elle occupait déjà les lieux… Il ne restait qu’une seule possibilité, l’appartement devait avoir des protections magiques le rendant par la même occasion invisible, enfin en théorie.

Bien dix bonnes minutes plus tard, arriva enfin au coin de la rue une jeune femme à la démarche si particulière qu’Emily put la reconnaitre tout de suite, elle qui l’avait observée durant assez longtemps, elle avait l’habitude de la voir se déplacer, elle aurait pu la reconnaitre de bien plus loin si seulement il ne faisait pas si sombre. Lizzie, comment Emily pouvait-elle tant l’apprécier alors que c’était elle qui avait tout révélé et par la même occasion détruit tout ce qu’elle croyait être ? Eh bien, même encore maintenant, la rousse n’en avait pas la moindre idée. Bref, quelques secondes plus tard, les deux sœurs étaient à présent réunies.

- Lizzie ! T’es certaine qui a un endroit à squatter ici ?!
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Jade Wilder, Dim 6 Mar 2016 - 6:05


Autorisation des filles pour un double rp chez elles (en plus il devrait être rapide)
LA d'Emily accordé



Raison et sentiments
Pv avec ma Mimi


"Entre amies autour d’une bonne tasse de thé".
A de nombreuses reprises, Jade avait lu cette fameuse lettre envoyée par Emily. Malheureusement, elle ne savait toujours pas ce qu'elle devait ou pouvait ressentir à l'idée de cette rencontre. Bien sûr, première saleté d'émotion, la joie. Elle était heureusement à l'idée de revoir Emily, aussi bizarre que ça puisse être. Jade ne savait pas ce qui la liait à la rouquine, mais c'était ainsi et elle ne pouvait pas lutter. Juste nier en bloc, comme elle savait si bien le faire. Et puis, il y avait eu la crainte. Beaucoup de choses avaient changé depuis que les deux jeunes filles étaient toutes deux scolarisées, beaucoup trop. Emily était plongée dans une vie d'adulte, une vie avec laquelle Jade flirtait sans pour autant y plonger tête la première. Car même si elle avait beau n'avoir que 16 ans, Jade avait prit très tôt les responsabilités d'une adulte. Et bien évidemment, cela faisait plusieurs années qu'elles ne s'étaient pas vues. Peut-être qu'Emily avait changé ? Bien sûr qu'elle avait changé, c'était évident. Mais Jade également. Elle n'avait plus cette joie de vivre qui la définissait, elle l'avait.. perdue. Perdu une partie d'elle-même qu'il serait compliqué de retrouver.

Un combat mental avait lieu en permanence dans son esprit. Cela valait-il le coup ? Ne décevrait-elle pas la rouquine plus qu'autre chose ? Et puis, qu'aurait-elle à dire exactement ? Son aînée voulait des nouvelles, malheureusement les nouvelles n'étaient pas bonnes. Inventer de bonnes nouvelles semblait être le bon chemin. Mais quelque chose venait troubler ce plan plus qu'imparfait, bien évidemment. Emily était une des rares à l'avoir vue dans un état proche de la perdition. En fauteuil, brisée, éloignée de ceux qu'elle aimait, Jade apprenait à vivre normalement de nouveau. Mais avec quelle méthode.. Rejetant ceux qu'elle aimait pour ne pas les inquiéter puis éloignant les autres en s'infiltrant dans une bulle d'agressivité et passivité mélangées, elle s'entrainait seule le soir, bravant les interdits en espérant gagner un temps si précieux.

Et puis Emily l'avait aidée. Refuser son aide avait été une bataille sans fin puisque jamais la rouquine n'avait lâché l'affaire, assistant à plusieurs séances de rééducation improvisée. Jade l'avait bien évidemment rejetée, ignorée. Mais rien n'y avait fait. S'attacher à une telle têtue n'était sans doute pas une bonne idée, mais qu'y pouvait-elle ? Et puis, elle n'était pas attachée à Emily, faux. Totalement faux. Naméoh.

Toujours est-il que Jade ignorait totalement l'issue de ces retrouvailles inattendues. Elle ne se sentait pas.. apte à voir qui que ce soit. Et pourtant, les heures avançaient, filaient comme le vent. Plus l'heure de la rencontre approchait et plus l'Italienne se sentait nerveuse. Elle aurait pu reculer. Annuler ce fameux rendez-vous fixé pour Pré-au-lard et puis rester en sécurité dans l'enceinte du château. Bien entendu, elle n'avait rien à craindre avec Emily. Sauf une chose peut-être: qu'elle découvre ses cauchemars. Et ça, c'était horriblement terrifiant.

Elle aurait pu reculer oui. Mais cette part d'elle, part inconnue et refoulée le lui avait interdit. Alors, Jade n'avait d'autre choix que d'obéir à cette part inconnue, quittant Poudlard un peu avant la tombée de la nuit pour rejoindre Pré-au-lard. Elle ne savait pas comment elle rentrerait, ni quand d'ailleurs, mais peu importe après tout, elle trouverait bien une solution. Et puis, l'adolescente avait bien d'autres choses à penser. Des dizaines et des dizaines d'autres choses. Choisir ne serait-ce que sa tenue avait été des plus compliqués, elle qui s'en fichait royalement en temps normal. Non, là elle avait prit soin de garder des manches bien longues, toute de noir vêtue. Seuls ses cheveux d'or tombaient comme souvent en cascade sur ses épaules. Elle avait sauté le repas également, la gorge trop nouée pour avaler quoi que ce soit. Le soleil se couchait lentement à l'horizon lorsqu'elle posa les pieds à Pré-au-lard. Elle avait toujours aimé cet endroit, c'était calme. Plus que le Chemin de Traverse par exemple. La saison enneigée n'arrivait toujours pas à son terme et bien que la blondinette haïsse le froid, elle aimait cette beauté glaciale, fragilité du monde qui l'entourait.

Et puis, Emily l'avait rejointe. Quelques mots échangés, brefs surtout du côté de Jade, avant qu'Emily ne les fasse transplaner à Londres. Drôle de sensation d'ailleurs, mal au coeur aussi, mais ça c'était déjà le cas avant le voyage. C'était moins agité que les Portoloins du cours de Métamorphose déjà, ce qui n'était pas négligeable. Mais toujours cette distance de la part de la jeune Italienne. Elle ne savait pas où Emily habitait, à vrai dire elle ne s'était pas vraiment renseigné ces dernières années. Étrange que la Poufsouffle ne l'ait pas oubliée, mais soit. Mordant sa lèvre, Jade tourna le regard vers Emily pour lui adresser quelques timides mots.

- Tu.. habites par ici..?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Emily Lynch, Mer 9 Mar 2016 - 23:27


RP avec Jadou
HRP : Je t'ai un peu piqué ton LA, si y a un souci tu sais où me trouver.

C’était enfin le grand jour ! Emily allait enfin revoir Jade en « tête-à-tête », moment qu’elle attendait avec impatience depuis très longtemps. Malheureusement, la vie plutôt instable de la rousse ces dernières années ne l’avaient guère aidé à être présente de la blondinette, chose qu’elle s’était jurée de respecter. C’était horrible à quel point elle s’était torturé l’esprit en y réfléchissant, elle était en train de l’abandonner et devait être seule sans soutien, ou du moins très peu. Cette pensée était horrible, si seulement elle pouvait retourner à Poudlard juste pour pouvoir être là pour Jade ! Mais cela était complètement impossible, à moins de devenir professeur ou occuper quelconque poste dans le personnel, Emily n’avait à présent plus aucun moyen d’entrer dans l’école de sorcellerie. C’est d’ailleurs pourquoi la rouquine avait donné rendez-vous à son amie à Pré-au-Lard, village célèbre depuis lequel il leur serait facile de faire ce que bon leur semble. Elles pouvaient très bien se rendre dans l’une des tavernes et y boire un coup tout en discutant de tout et n’importe quoi, sauf qu’Emily n’avait pas trop envie de parler de tout et n’importe quoi. Elle savait très bien que l’italienne n’est pas du genre à exprimer ses sentiments et demander de l’aide lorsqu’elle en a besoin. Il faudra lui tirer les vers hors du nez pour qu’elle dise tout ce qui ne va pas.

L’heure du rendez-vous avait enfin sonné et en une fraction de secondes, Emily se retrouva au village sorcier et cherchait déjà la blonde du regard. Bien entendu elle n’était pas là puisque le point de rendez-vous exact était dans une autre rue, la rouquine se demanda d’ailleurs pourquoi elle n’avait pas directement transplané dans cette rue. Mais peu importe, à peine avait-elle tourné à l’angle de la rue qu’elle reconnut directement celle à qui elle avait donné rendez-vous quelques temps plutôt. S’approchant d’elle délicatement, elle salua chaleureusement son amie avant les emmener dans la capitale, là où vivait à présent la rousse en compagnie de sa squatteuse de frangine. Arrivées dans une rue non loin de l’appartement, Emily invita Jade à la suivre afin d’aller se mettre au chaud autour d’une bonne tasse de thé comme elle l’avait prévu.

- Tu.. habites par ici..?

- Tout à fait, c’est loin d’être le grand luxe, mais ça nous suffit amplement.

Elle sourit à l’italienne tout en continuant de marcher vers l’habitation pour enfin y arriver quelques petites minutes plus tard. Elle ouvrit la porte de l’appartement et invita Jade à entrer et la suivi en refermant la porte juste derrière elle. La rousse retira sa veste et son écharpe, puis se frotta les mains l’une contre l’autre dans le but de les réchauffées et posa enfin son regard sur Jade.

- Installe-toi, fais comme chez toi. Lui dit-elle tout en lui montrant le divan. Ce n’est pas très grand, mais on s’y sent pas trop mal. La rousse mit à chauffer de l’eau façon moldu, il parait que c’est plus amusant, avant d’aller s’installer près de la blonde. Alors dis-moi ma belle, comment vas-tu ? Pas trop dur Poudlard ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Jade Wilder, Mar 12 Avr 2016 - 23:31


- Tout à fait, c’est loin d’être le grand luxe, mais ça nous suffit amplement.

Le grand luxe.. Jade ne l'avait jamais connu à vrai dire. D'ailleurs elle ne l'avait jamais demandé puisque jamais eu besoin. Enfant, elle était heureuse, même sans que ses parents aient des moyens faramineux. Ces derniers vivaient modestement, dans une maison qui leur coûtait cher en loyer mais qu'ils souhaitaient à tout prix pour leurs enfants. C'était une belle époque, celle de l'insouciance et des jeux, celle des soirées en famille à manger n'importe quoi et discuter de tout et de rien. Des jeux dans le jardin aussi, cache-cache en été, bataille de boules de neige en hiver. Ce temps là lui manquait véritablement. La petite famille n'avait pas grand chose mais ils étaient heureux, ensemble. Et puis tout avait basculé.

L'appartement où vivaient à présent les trois enfants Wilder était loin d'être "le grand luxe" justement. Jake avait dégotté ce qu'il pouvait payer et à son seul salaire c'était difficile. Voilà pourquoi sa soeur voulait l'aider à tout prix, travaillant des heures durant dans des bars, restaurants et autres petits boulots payés misérablement. Jade n'était pas bête, elle savait que son jeune âge était un bon prétexte aux travaux non-déclarés, mais qu'en avait-elle à faire ? Cela faisait un peu d'argent en plus, une garantie que les placards seraient pleins tout le mois durant.. et voilà. En y repensant, Jade se dit finalement qu'elle réfléchissait sans doute trop. Que pour une fois elle devait lâcher prise, penser à autre chose, profiter du fait de revoir Emily. Mais elle avait du mal. Ses pensées, ses souvenirs, ses démons la hantaient. Ils occupaient chaque minute de son temps pour mieux la détruire. Les apparences, c'était bien un temps. Mais garder, ce n'était pas bon n'est-ce pas ? A méditer. Une autre fois. Confiner ses émotions s'avérait plus simple pour l'heure, surtout avec Emily. Son ancienne camarade avait toujours été adorable, souhaitait l'aider et l'épauler.. ce que Jade refusait catégoriquement. Accepter de l'aide n'était pas - plus - dans sa nature, dans ses habitudes.

Elle savait Emily très têtue. Presque plus qu'elle-même. Et c'était assez effrayant en fait. Lorsqu'on a tant à cacher, une personne comme Emily était un dangers. Elle était tellement gentille, prévenante, douce, mais aussi têtue, trop curieuse.. Ouais bon d'accord, Jade pouvait parler niveau curiosité, elle n'était pas mieux. M'enfin la question n'était pas là. Avec Emily, il serait difficile de cacher ses secrets. Peut-être qu'au fond, elle n'aurait pas dû venir ? Surtout ces derniers temps, où rien n'allait.

Mais elle était là. Alors pas question de reculer. Enfin pas tout de suite en tout cas.

Suivant son aînée jusqu'à un immeuble sans poser plus de questions, Jade observait tout de même les lieux. Elle n'était décidément au courant de rien, n'ayant jamais pris des nouvelles d'Emily. Alors elle habitait là ? D'accord. Comme un robot, l'Italienne obéit à la rouquine, entrant dans le fameux appartement puis.. restant plantée là. Comme souvent lorsqu'elle n'était pas chez elle, Jade ne savait pas où elle pouvait mettre les pieds, ce qu'elle pouvait faire également, enfin bref elle n'était pas à l'aise. Encore un peu et elle se serait balancée d'un pied sur l'autre, mais non. Emily ne tarda pas à se manifester.

- Installe-toi, fais comme chez toi. Ce n’est pas très grand, mais on s’y sent pas trop mal.

Bon, d'accord. S'asseoir, ça n'était pas compliqué. Retirant lentement son manteau en le gardant à la main, Jade alla s'asseoir pile à l'endroit indiqué par la main de la Poufsouffle, triturant ses doigts et croisant ses pieds. Elle était nerveuse, cela se voyait et elle n'aimait pas ça. Qu'on voit ses sentiments d'une façon aussi limpide était perturbant. La rouquine qui n'était pas partie bien loin finit par revenir vers la blonde, engageant alors une conversation que Jade n'était pas sûre de tenir.

- Alors dis-moi ma belle, comment vas-tu ? Pas trop dur Poudlard ?

Dire qu'elle allait bien serait mentir. Que suivre ses études à Poudlard également. Non, les problèmes ne venaient pas de Poudlard elle-même. C'était bien plus précis que cela et étendu à la fois. Des dizaines de problèmes venaient hanter l'esprit trop fragile de la blondinette. Mais ça, il valait mieux ne pas l'évoquer, sinon Emily creuserait et.. elle ne devait surtout pas creuser. Sous aucun prétexte. Humidifiant donc ses lèvres, l'Italienne se força à sourire.

- Va bene, je suis juste fatiguée.

Réponse universelle, elle répondait cela à toute personne lui demandant comment elle allait. C'était la solution de facilité, mentir sans mentir, cacher l'essentiel pour n'afficher que les conséquences des problèmes. Ce n'était pas un mensonge, juste une part minime de vérité. Voilà qui sonnait plus.. "juste" à ses oreilles.

- Non è difficile.. en soi, je dois juste.. m'entrainer plus que d'autres. Ma.. je suis contente qu'on m'ait fait.. confiance pour être préfète.

Ça aussi c'était vrai. Jade n'avait aucune fierté à avoir un tel titre, par contre elle aimait son rôle bien plus que de raisons. C'était une responsabilité également, ce qu'elle aimait beaucoup au final. Elle était une sorte de référent pour les plus jeunes, un modèle. Une sorte de récompense pour le chemin parcourut, pour ses efforts peut-être ? Mais surtout, elle pouvait veiller sur les élèves. Et ceux-ci en avaient sans doute besoin ces derniers temps avec McKinley qui cherchait le moindre prétexte pour leur faire mordre la poussière.

Non, ne pas penser à ça. Comme une réaction, ses poignets brûlèrent un peu plus que de coutume. Cela devenait psychologique à force. Par mécanisme, la blondinette entoura son poignet droit de son autre main, le frottant légèrement en évitant la grimace. Ça n'aidait pas, bien au contraire. Il allait falloir prendre son mal en patience.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Emily Lynch, Mer 27 Avr 2016 - 1:30


LA de Jadou accordé

L’eau était en train de cuir paisiblement dans la bouloir, le feu doux leur donnerait un peu de temps pour discuter avant qu’elle ne se mette soudainement à siffler indiquant qu’il est grand temps pour elle de se lever et de faire de mettre le thé à infuser. Mais on en était pas là, assise près de Jade, la rousse ne pouvait s’empêcher de contempler son visage, chercher le moindre indice, mais malheureusement, l’italienne savait très bien comment Emily procédait, elle savait parfaitement comment se défendre face aux intrusions d’Emily… Mais la rousse était patiente et savait bien que si elle attendait suffisamment elle finirait par trouver quelque chose qui lui indiquerait ce qu’elle cherche, mais en attendant elle plongea son regard dans celui de la blonde, une minute, deux minutes, rien ! Décidemment Jade était devenue forte à ce petit jeu, mais patience, c’est un jeu de patience, il ne faut pas craquer et ne pas oublier que tout cela est pour le bien de l’élève de Poudlard.

Mais si elle voulait avoir des réponses, que cela soit directement ou indirectement, il ne fallait pas se taire, il fallait lui parler, poser des questions sur tout et n’importe quoi. Quelque chose qui montre de l’intérêt pour elle, mais qui ne soit pas trop invasif… Mais Emily s’emporta et aborda le sujet qu’il ne fallait peut-être pas aborder aussi tôt, quoi que, avec la lettre que Jade avait reçue de la part de son aînée, elle devait bien s’attendre à cela. Et bingo, premier signal !

- Va bene, je suis juste fatiguée.

Si l’on traduit cela du Jade ou langage courant cela donnait plutôt un truc dans le style « Bof ce n’est pas trop ça »… D’accord, c’est presque la même chose, mais ça n’est pas complètement la même chose ! C’est justement dans cette petite différence que tout se joue et cela confirme aussi les craintes d’Emily, tout n’est pas au top pour Jade ! Mais elle ne devait pas réagir trop vite, inutile de se précipiter, peut-être que la blondinette allait dire tout ce qu’il ne va pas…

- Non è difficile.. en soi, je dois juste.. m'entrainer plus que d'autres. Ma.. je suis contente qu'on m'ait fait.. confiance pour être préfète.

- Oh ! Mais c’est génial ça ! Je savais que ça arriverait un jour ! Toi préfète, ça te va tellement bien ! Elle s’arrêta un instant avant de reprendre. Pour le reste, ne t’en fais pas ! On va s’entrainer à nous deux, je vais t’aider à t’en sortir, tu deviendras la meilleure élève de tout Poudlard !

Emily était en train de sourire à Jade quand elle remarqua quelque chose qui lui effaça progressivement ce merveilleux sourire… L’italienne était en train de se tenir le poignet à l’aide de son autre main ! Mais pourquoi faisait-elle cela, la jolie blonde n’avait absolument aucun intérêt à faire cela ? Il n’y avait pas cent-cinquante explications possibles, soit il s’agissait d’un toc qui était apparu, soit elle avait mal… Mais encore une fois pas de précipitation, Jade était forte pour garder ses secrets et n’allait pas les révéler aussi facilement. La rousse posa alors doucement sa main sur celle de Jade, mais presque instantanément, cette dernière la retira, trop tôt… Pas de précipitation Emily, attends, tu finiras par savoir ce qu’elle te cache, souviens à Poudlard, tu l’as suivie plusieurs nuits avant de te montrer à elle pour l’aider ! C’est ce que la rouquine fit ! Attendre, oui mais combien de temps, cela pouvait durer longtemps et peut-être même que cette soirée ne suffirait pas ! Non, elle ne pouvait pas attendre aussi longtemps, si elle souffrait, depuis combien de temps cela durait il déjà ? Il fallait arrête cela tout de suite, ce soir cette histoire sera réglée !  

Le temps passait, Emily leur avait servi du thé et avait même réussi à trouver quelques biscuits au fond d’un tiroir pour accompagner le tout. La discussion partait un peu dans tous les sens, aussi bien des choses banales comme le temps que des choses un peu plus sérieuses, mais Jade restait toujours aussi muette, enfin non, elle ne faisait que dire le minimum pour ne pas donner d’inquiétudes, mais c’est justement cela qui inquiétait Emily. Elle savait bien que Jade n’était pas dans son assiette, puis lorsque la blonde se pencha pour saisir sa tasse de thé posée sur la table juste à côté, la manche découvrit légèrement le poignet de l’italienne. Une personne qui ne se demandait pas ce qu’elle pouvait bien cacher ne l’aurait pas vu, mais Emily surveillait tous les mouvements de Jade depuis un moment à présent et elle l’avait vu, durant deux petites secondes ! Oui c’était certain, Emily avait vu ce que Jade essayait de cacher à son amie depuis qu’elle était arrivée ici, mais cette fois c’était fini.

- Jade ! Qu’as-tu à ton poignet ?! Montre-moi !

Emily se précipita pour saisir les mains de Jade avant qu’elle n’ait le temps de les planquer derrière son dos. Mais la blonde ne semblait vraiment pas être d’accord pour lui montrer, elle essaya de résister et se débrouillait même plutôt bien ! Emily dû faire appel à sa force pour prendre le dessus sur Jade, comme quoi être batteuse dans l’équipe de quidditch ça peut servir à quelque chose ! C’est donc après quelques instants de lutte, que Jade dû s’avouer vaincue, elle ne devait pas apprécier du tout, mais Emily s’inquiétait vraiment pour elle ! Découvrant délicatement la manche qui couvrait le bras de l’italienne, Emily constat avec effroi d’horribles marques qui marquaient son poignet !

- Jade ! Jade ! Que t’est-il arrivé ?  Co… comment cela-t-est-il arrivé ? Qui t’a fait ça ? Emily inspecta alors l’autre poignet pour découvrir ce lui aussi avait ces marques. Ma belle, dis-moi qui t’as fait ça !

Emily était sur le point de craquer, qui était l’horrible personne qui avait fait cela à Jade ? Oui qui, parce qu’il était impossible que la blonde se soit fait ça elle-même, Emily aurait pu douter de plein de choses, mais elle savait très bien que Jade ne se serait jamais infligé cela !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Jade Wilder, Lun 20 Juin 2016 - 3:30


- Oh ! Mais c’est génial ça ! Je savais que ça arriverait un jour ! Toi préfète, ça te va tellement bien ! Pour le reste, ne t’en fais pas ! On va s’entrainer à nous deux, je vais t’aider à t’en sortir, tu deviendras la meilleure élève de tout Poudlard !

Un léger sourire apparut sur les lèvres de Jade. Impossible de mentir là dessus, elle aimait le fait qu'on lui fasse confiance pour un tel rôle. Certes pour certains ce n'était pas grand chose, mais pour elle c'était tout. C'était ce qui l'aidait à se sentir plus vivante, ce qui la poussait à être elle-même de plus en plus au fil des jours. Pour la première fois depuis longtemps, elle se sentait capable d'aider comme elle l'avait toujours souhaité. Ce n'était qu'un rôle à Poudlard, certes, mais c'était énorme. Poudlard était le début de tout. De nombreux sorciers venaient y faire leurs études pour s'entrainer et apprendre, ils étaient les sorciers de demain et si elle pouvait contribuer à leur apprentissage dans cette école.. elle n'hésiterait pas un seul instant. C'était un grand rôle dont elle était fière mais d'un côté, c'était également une responsabilité. Elle les connaissait bien les responsabilités, elle en avait de plus en plus lourdes depuis bien des années déjà. Mais celle-ci représentait beaucoup. C'est pourquoi elle avait pris la défense des élèves en cours de Défense contre les Forces du Mal. Parce-que pour elle, personne ne devait aller en classe avec la peur au ventre. Personne ne devait apprendre à déchainer sa magie sur autrui dans le but de se sentir puissant. Malgré sa peur, malgré ce qu'elle provoquait dans sa tête, Jade était fière d'être intervenue. Elle aurait voulu faire mieux, oh oui bien mieux. Mais au moins, elle avait élevé sa voix et ne comptait pas en rester là. De là à devenir la meilleure élève de l'école de magie ? Moui, elle n'y croyait pas beaucoup. Ses dons avaient toujours été instables et imprévisibles, pourquoi cela changerait du jour au lendemain ? Elle essayait de s'améliorer, autant que possible. A voir si le jeu en valait la chandelle.

Ombre au tableau, la main d'Emily manqua de rejoindre celle de Jade. Hors de question. Ça faisait mal. Réaction enfantine que celle de retirer sa main par peur de la brûlure, sauf qu'un enfant n'en a pas toujours conscience lors de ses premières découvertes. Jade savait, elle, qu'au moindre contact la douleur envahirait son poignet, puis son bras. Et ça n'était tout simplement pas envisageable. Elle retira sa main avec vivacité. Voilà qui était incroyablement suspect, beaucoup trop, mais au moins la jeune Poufsouffle pouvait faire passer cet écart pour un besoin d'éviter le contact. Ce n'était pas la première fois qu'Emily l'approchait de trop près pour ses.. "principes" si on peut les appeler ainsi. Dans d'autres conditions, elle les aurait oubliés peut-être, mais pas là. Question de réflexe et de peur. Peur d'avoir mal, peur de devoir tout admettre.

La discussion se poursuivit. Enfin, discussion était un bien grand mot. Jade avait un mal fou à aligner ses mots et surtout, elle réfléchissait un maximum avant de les prononcer. Une seule gaffe et les choses deviendraient compliquées. Tempérer au maximum, jusqu'à ce que l'entrevue soit terminée. Jade appréciait Emily, un peu trop d'ailleurs mais c'était le cas. Malheureusement, elle ne pouvait le lui montrer et encore moins lui parler de ce qu'il se passait à Poudlard. C'était trop dangereux pour elle.

Réponses succinctes, rapides, prononcées avec une petite voix hésitante.. Emily devrait se contenter de ça. Jade sentait le regard de la rousse sur elle, son visage, ses gestes. Avait-elle remarqué ses mouvements aux poignets ? Il fallait espérer que non. Tant bien que mal, l'échange se déroula, l'Italienne tentant de paraître au mieux pour éviter toute question gênante. Elle se détendit même au fur et à mesure puisque Emily ne tentait pas d'autre approche et ne parlait pas trop du sujet qui fâche. Mais voilà, ça ne pouvait durer éternellement.

- Jade ! Qu’as-tu à ton poignet ?! Montre-moi !

Un instant d'inattention. Un seul instant, et Jade eut l'impression de sentir un vent glacé dans sa nuque. Par réflexe, elle tenta le recul, la fuite, mais trop tard car la voilà déjà aux prises avec Emily. Bon sang c'était impossible, ça ne pouvait pas arriver. Résistant tant bien que mal, la préfète sentait son coeur battre la chamade, trop fort pour elle qui eut immédiatement mal au coeur. Ce ne fut rien par rapport à la douleur qui survint lorsque ses mains furent saisies par celles d'Emily. Comme prévu, la douleur refit surface, bien loin de la minuscule sensation mêlant brûlure et picotements. Les larmes lui montèrent aux yeux alors que, dans un réflexe désespéré, elle se débattait de toutes ses forces. Forces diminuées par un manque de sommeil flagrant. Le "combat" ne fut que bref, elle n'avait pas le courage de résister. Mais un sentiment d'amertume fit violemment surface dans le coeur de la demoiselle qui en voulait déjà à son ancienne camarade, avant même que les questions n'arrivent. Et elles allaient arriver, c'était malheureusement inévitable.

- Jade ! Jade ! Que t’est-il arrivé ?  Co… comment cela-t-est-il arrivé ? Qui t’a fait ça ? Ma belle, dis-moi qui t’as fait ça !

Et voilà. Pire que le simple "Comment vas-tu ?" passe partout, c'était une question tranchante qui lui tomba en plein sur la tête. Quelle idiote ! Elle n'aurait jamais dû venir, ou même écourter le rendez-vous si nécessaire, mais elle avait fait la grossière erreur de baisser sa garde. Il ne fallait surtout pas faire ça, jamais, sinon elle se retrouvait dans ce genre de situation. Que dire, que faire maintenant ? Il fallait nier, à tout prix.

- Non è niente.. C'est rien, rien du tout je.. C'est moi, je me suis incaz.. énervée et je me suis fais mal.. C'est tout..

Stupide mensonge sans queue ni tête. Emily n'y croirait jamais, pourtant Jade n'avait plus aucune carte en main. Nier en bloc était la seule chose à faire mais elle doutait que cela suffise. Reprenant ses tentatives pour échapper à l'emprise de la rousse, la préfète prononça plus durement.

- Lâche moi Emily.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Emily Lynch, Lun 11 Juil 2016 - 2:37


Malgré une certaine ambiance particulière, la soirée n’avait pas trop mal commencé, d’abord Jade ne semblait pas vraiment hostile à l’idée de parler, du moins tant que ça ne la concernait pas directement, mais ça, Emily le savait bien, elle savait très bien que demander des nouvelles impliquait de soit dire les bonnes choses qui sont arrivées à Jade, ou bien alors de dire que tout allait bien et qu’elle était juste un peu fatiguée. Elle la connaissait si bien qu’elle pouvait presque dire les réponses de l’italienne avant même que cette dernière ne réfléchisse à ce qu’elle pouvait dire pour en dire le moins possible. Enfin, au moins elle n’essayait pas de fuir ou de faire son maximum pour repousser la rousse.

Cependant, alors que la conversation se lançait tranquillement avec une bonne nouvelle, le regard d’Emily se posa sur quelque chose qui l’intrigua, elle ne pouvait pas faire comme si elle n’avait rien vu et simplement continuer de discuter avec son amie. Ce qu’elle voyait l’inquiétait vraiment, ce n’était pas normal de porter autant d’attention à ses poignets, il y avait quelque chose de louche, surtout qu’en plus ça la blondinette ne semblait pas à l’aise lorsque son attention de portait sur cette partie de son corps. Il n’en fallut pas plus à Emily pour déclencher le plan « qu’est-ce que tu me caches » en se précipitant vers Jade pour l’attraper. Certes elle devait très probablement lui avoir fait mal dans la lutte, elle s’en voulait même déjà, mais elle faisait ça pour le bien de son amie, alors elle ne lâcha pas prise jusqu’à ce que la Poufsouffle cède.

- Non è niente.. C'est rien, rien du tout je.. C'est moi, je me suis incaz.. énervée et je me suis fais mal.. C'est tout..

Rien du tout ?! Non c’était loin d’être rien du tout ! Comment pouvait-elle s’être blessée de la sorte aux deux poignets simplement parce qu’elle s’était mise en colère ? Il était impossible que cette excuse bidon passe, non elle ne s’était pas fait ça toute seule comme une grande. Il était impensable que Jade se fasse du mal à ce point.

- Lâche moi Emily.

- Non Jade ! Je ne vais pas te lâcher, il en est hors de question. Tu es en train de me mentir, je ne suis pas bête, je sais très bien que tu ne t’es pas blessée toute seule. Dis-moi la vérité, qui t’as fait ça ?

Le regard d’Emily était plongé dans celui de Jade et ne clignait pas des yeux ! Il était hors de question que la blonde fasse l’impasse sur cette question, quelqu’un lui avait fait du mal et il était hors de question qu’Emily laisse passer ça sans rien faire. Mais il fallait reconnaitre que sans la réponse de Jade elle était dans l’incapacité de faire quoique ce soit. Elle était certes prête à tout pour son amie, mais il était clairement hors de question de s’en prendre à quelqu’un n’ayant rien fait en se basant sur de simples hypothèses.

- On ne se fait pas ce genre de blessure toute seule ! Ma belle, dis-moi qui t’as fait ça, on ne peut pas laisser passer un tel acte… S’il te plait, ne me mens pas et dis-moi tout !

Ce n’était pas évident de tenir tête à Jade, la rousse avait déjà lâché un peu prise, l’utilisation de formules de politesses dans ses paroles en étaient la preuve. Elle savait qu’elle était en train de lui faire du mal en serrant ses mains autours de ses poignets, elle s’en voulait de lui faire subir à nouveau une douleur peut-être insupportable, mais elle n’allait pas céder plus, Jade allait devoir lui dire la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Jade Wilder, Dim 2 Oct 2016 - 20:23


/me a honte de son retard


- Non Jade ! Je ne vais pas te lâcher, il en est hors de question. Tu es en train de me mentir, je ne suis pas bête, je sais très bien que tu ne t’es pas blessée toute seule. Dis-moi la vérité, qui t’as fait ça ?

Dieu, qu'elle était têtue cette fille ! Emily était pourtant quelqu'un d'intelligent, elle aurait dû comprendre que si la préfète ne disait rien de plus, c'est qu'il y avait une raison toute particulière. Pourquoi ce besoin d'avoir un nom, à tout prix ? En fait elle était mal placée pour poser cette question, elle qui se laissait hanter par des démons trop longtemps conservés. Mais voilà, fierté oblige, Jade était incapable de reconnaitre qu'elle avait tort de cacher ce qu'il s'était passé. Elle restait murée derrière son côté têtu qui lui ordonnait de n'impliquer personne dans cette histoire. Alors pourquoi diable Emily devait-elle insister autant ? Ce n'était pas une bonne idée. Comment le lui faire comprendre sans que les choses ne virent en dispute générale ?

- On ne se fait pas ce genre de blessure toute seule ! Ma belle, dis-moi qui t’as fait ça, on ne peut pas laisser passer un tel acte… S’il te plait, ne me mens pas et dis-moi tout !

La douleur était de plus en plus présente. En effet, Emily gardait ses mains fermement enroulées autour des poignets de l'Italienne, lui provoquant une vive douleur qu'elle ne saurait qualifier. C'est comme si elle avait un bandage d'acide autour des poignets, plus le temps passait et plus ça faisait mal. Les larmes aux yeux, Jade détourna la tête. Elle ne pouvait rien dire bon sang, quand est-ce que les gens comprendraient ça ? Quand est-ce qu'ils se mêleraient de leurs affaires ? L'Italienne devait mener cette bataille seule, elle n'avait besoin de personne de toute façon.

En colère, Jade tenta de se redresser en vain, franchement elle ne pensait pas qu'Emily avait autant de forces que ça. Décidément, elle était maudite ça ne pouvait pas être possible autrement. En plus de ça, l'adolescente était incapable de réfléchir correctement, cédant à la panique. Si elle disait quoi que ce soit sur ce qu'il s'était passé, Emily risquait gros. Et même si Jade refusait de l'avouer, son ainée comptait pour elle, suffisamment pour qu'elle refuse de lui faire prendre des risques. McKinley avait été plus que clair, elle ne pouvait pas mettre en dangers qui que ce soit et Emily était d'ores et déjà visée par le chantage du professeur de Défense contre les Forces du Mal. Comment était-elle sensée se sortir de cette situation ? Elle était épuisée, à bout de nerfs, lâcher n'était pourtant pas une bonne solution, même pas envisageable en fait.

- Emily je t'en prie, laisse moi..

C'était bel et bien une supplication. Jade était tout simplement fatiguée de tout ça, des cours, de sa vie quotidienne, de ses week-ends horriblement chargés, de cette sensation de ne pouvoir compter que sur elle-même, de se sentiment de ne rien valoir après cette saleté de cours. Elle était au bord de la destruction mentale et lorsque ça arrivait, ça ne finissait jamais bien. Laissant échapper un long soupir, Jade laissa ses muscles se relâcher, lentement. Elle renonçait, mais pour autant il était hors de question de tout avouer. Trouver une porte de sortie et vite !

- J'aurais dû me taire c'est tout.. J'crois que.. c'était mérité, non lo so..

Mal de tête de plus en plus présent, elle avait envie de hurler, de se débattre, d'échapper aux questions qui fâchent. La blairelle avait un goût amer dans la bouche, les choses ne se passaient pas du tout comme prévu. Une chose est sûre, si Emily continuait sur cette pente glissante, Jade aurait bien du mal à lui pardonner.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Emily Lynch, Mer 19 Oct 2016 - 3:23


Tenir tête à Jade, c’était en quelque sorte devenu une sorte de sport, mais contrairement à tout sport où l’on retrouve  une sorte d’amusement et de plaisir, ici c’était clairement le contraire. Devoir forcer son amie à lui faire avouer les choses était loin d’être une partie de plaisir, si seulement l’italienne ne craignait pas de s’ouvrir aux autres, les choses seraient tellement plus simples. Mais non, Jade était Jade et la rouquine savait très bien dans quoi elle s’engageait, se souvenant de ses soirées passées dans les classes désertes à aider son amie qui à chaque rencontre refusait encore et toujours son aide. Mais alors que certains auraient abandonné depuis bien longtemps, Emily était toujours là pour la soutenir à travers les différentes épreuves.

- Emily je t'en prie, laisse moi..

Oh si seulement tout pouvait être plus simple ! Emily rêvait plus que tout de pouvoir la laisser en paix, que les choses se passent autrement et qu’elles puissent tout simplement profiter de leur amitié pas clairement définie. Mais pourtant, il suffisait de pas grand-chose pour que tout cela soit clair et net. Mais la blondinette refusait catégoriquement de cracher le morceau et malgré son abandon de résister face à son ainée, aucun aveux n’était fait.

- J'aurais dû me taire c'est tout.. J'crois que.. c'était mérité, non lo so..

Les paroles de l’italienne ne plaisaient pas du tout à Emily. Comment pouvait-elle penser ça ? Evidemment, on peut punir quelqu’un pour ne pas avoir écouté, manqué de respect, etc. mais lorsqu’il s’agit de ce genre de chose, il y a bien des limites à ne pas franchir. Et puis même, la punition quelle qu’elle soit est-elle une fin en soi ? Par expérience, Emily sait très bien que ça ne marche qu’à de rares occasions. Et puis elle disait que cela était mérité, mais qu’avait-elle donc fait pour mériter un tel supplice ? Non, ça n’était pas à elle de juger si elle méritait de recevoir un tel châtiment. Relâchant la pression autour des poignets de Jade, la rousse ne la libéra pas pour autant, mais si elle voulait s’enfuir, elle ne la poursuivrait pas, car après tout, elle se rendait compte de l’absurdité de son geste.

- Pourquoi ne veux-tu rien me dire ? Jade, je ne comprends pas, je suis là pour t’aider, j’ai toujours été là pour toi. Souviens-toi lorsque nous étions dans cette salle de classe alors que tu voulais faire des exercices pour remarcher. Tu croyais que j’étais là pour autre chose alors que je ne voulais que t’aider.

Emily finit par relâcher complètement son étreinte, laissant la blonde libre de ses mouvements. Il était à présent inutile de jouer au jeu de force, cela allait causer plus de mal que de bien et si Emily voulait obtenir quelque chose de Jade, elle devait alors accepter de ne pas tout savoir. Mais cependant, il était tout de même hors de question qu’elle abandonne, oh non, si elle ne savait pas tout aujourd’hui, elle finirait par le savoir un autre jour.

- Dis-moi qui t’a fait ça ? C’est un professeur ? Ma puce, tu peux tout me dire, je suis là pour toi et uniquement pour toi. Je ne cherche pas à te faire du mal malgré ce que je viens de te faire… Je te demande pardon pour tout ça, mais tu ne peux pas me cacher ça, s’il te plait, dis-moi tout…
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Lizzie Bennet, Mer 26 Oct 2016 - 4:15


Pv Em - Entre les boucles du temps... - Emprunt de LA pour les sauts temporels

I gave you my hand and you told me,
That you'd never let it go.
So I said you're the one
I want to make a home with.


Home, finally?


Je sais que je l’ai brisée le jour où je lui ai dit. Je le sais à son air errant, à la peur qui lui bousille le regard. Je ne suis pas sûre qu’elle sache encore faire chanter les casseroles, vides comme pleines. Elle a la mine fatiguée et sérieuse. J’ai l’impression d’être partie en vacances et de peiner à reconnaître une silhouette vieillie. De n’avoir vu grandir ma petite soeur. C’est plus compliqué que ça, bien sûr ; d’une parce que ma maison de vacances répond au froid nom d’Azkaban, de deux parce qu’elle est une demi-soeur découverte sur le tard, donc c’est pas comme si je pouvais prétendre avoir connu sa petite enfance. Savoir d’où elle vient. Nous avions mis presque 17 ans à nous trouver, il avait suffit de quelques mois pour nous séparer, encore. Nous arracher l’une à l’autre.

Evidemment, en trois années, elle a changé. La période suivant la majorité est souvent charnière. On sort de Poudlard, apprend la rudesse du monde extérieur. J’ai été déboussolée par celle de la forteresse, mais je partais endurcie par l’expérience des douleurs subies, des consciences perdues, du décès de Mary... D’elle émanaient par le passé des senteurs estivales. Des espoirs par milliers. J’étais partie avec l’espoir de les revoir. En prison, d’ailleurs, ça m’aurait pas déplu, mais elle n’était pas plus venue que Jade ou Evan. Parker avait vu des âmes, lui. Je les connaissais pas, mais me rappelais qu’il sortait quelques fois de cellule pour accéder à d’autres parts de la prison.

Alors en ma solitude les oublis s’étaient confirmés, les fantômes avaient pris le relai de la réalité, à chaque visage se superposait une ombre. Maintenant qu’on se retrouvait, j’aurais aimé savoir où elle s’était brisée. Quelque chose en elle embaumait les désillusions. Je ne crois pas qu’elle dorme chez elle ; elle n’a rien dit mais je reconnais à son cou l’odeur de la rue. Je l’ai porté moi aussi ce parfum, mais aucun de nous n’avait le choix. On restait en groupe, sous cette tente de malheur. Elle, elle sa mère vit toujours chez elle. Je crois. Je n’ai rien lu dans la presse portant à croire le contraire. Est-ce à dire que je les ai séparées, de quelques mots ? Je ne sais pas.

J’aurais sans doute pas dû lui dire. La regarder briller de loin. Ça aurait été mieux, pour elle. Plus sain. Lui avais-je dit qui elle était pour elle ou pour moi ? Depuis quand n’étais-je plus capable de mentir ? Me changeait-elle, ou ne faisais-je ça que par intérêt ? A mon progressif retour dans le monde magique, il avait fallu la revoir. Je le sentais dans mon sang. Sunil n’avait su l’effacer, malgré ses efforts. Alors je suppose que l’on n’avait d’autre choix que d’essayer de se re-comprendre. Se ré-apprivoiser. Qu’elle soit pour moi unique au monde, et que je sois pour elle unique au monde. Rêvais-je ? C’était incohérent. A la mort de Jane, et peu après de Mary, j’avais coupé les ponts avec la famille Bennet. Je ne pouvais plus les voir. Ce n’était plus faisable, émotionnellement.

A l'inverse, il n’était plus possible de garder trop de distances avec Emily. J’avais besoin d’elle. Et elle avait, maintenant que j’avais entaché ses liens maternels, besoin de moi. Alors j’avais cherché. Aidée par mon vieux patron qui aimait beaucoup se mêler des affaires qui ne le regardaient pas. J’avais trouvé l’assassin de mon aînée, lui avait fait payer. Et avais récupéré l’appartement. Donné rendez-vous à Emily. Eté en retard, car je nettoyais/vidais l’appartement, la base. Hors de question de l’inviter alors que des cellules de ce dernier pouvaient quelque part sommeiller. J’avais même fait des tests de transplanage pour savoir exactement où renforcer les protections. Puis j’étais partie en ville acheter des bouteilles pour fêter notre nouveau logement. Elle avait, je crois, aimé l’idée d’emménager avec moi. Dans un premier temps, le Lemon Blood Slum avait été un rêve aux arômes à nouveau sucrés.

Feel the guilt

Puis était venu le soir où elles s’étaient interposées durant ma rencontre avec les masqués. C’est difficile, vous savez, de gagner la confiance des âmes marquées. Surtout quand elles vous ont par le passé attaquée. Elles peinent à croire en vos convictions. Et Emily et Jade étaient devenues l’épreuve idéologique. Epreuve que j’avais réussi avec beaucoup trop de ferveur, brisant les espoirs que nos retrouvailles avaient pu, derrière mon masque cynique, alimenter. Nos chemins s’étaient, dans leur douleur, quittés ; j’avais trahi les gens au profit des idées, choix sur lequel on ne pouvait retourner.

Les distances que le temps avait créé s’étaient sous mes sorts et mes mots faits fossés. Je n’avais plus mis les pieds chez nous. Chez le plus nous des nous, puisqu’on parlait quand même de l’ancien domicile de Jane. Mais je ne pouvais risquer de croiser le regard brisé de Emily. C’était déjà assez compliqué de voir leurs regards lourds de reproches au Quidditch. Et je n’arrivais pas à penser des excuses. Une part de moi avait décidé de se mentir -de se dire qu’en faisant ces choix, j’avais fait ce qui était le mieux pour nous toutes. Les avais rapprochées dans leur douleur. Avais évité que ma fréquentation puisse les mettre en danger. Avais proclamé mes idées à l’Ordre Noir.

Et mine de rien, après ça, ils avaient été plus patients avec moi. Faut dire qu’on partait pas sur des bases terribles, avec ma mission pas communiquée à temps car j’avais été incarcérée. Regagner leur attention était compliqué. Et maintenant, maintenant il y en avait au moins un qui commençait à croire en moi. Oh, ce n’était le cas de 39, non, lui désapprouvait ma grossesse. Mais 67 prenait le temps de me conseiller. Il croyait que je pouvais m’améliorer. Changer. Evoluer. Devenir meilleure. Et aveugle, je le suivais. Tout était pour le mieux dans le meilleur des mondes.

I'm afraid, I need you now

Quasi. Y avait juste les nuits trop courtes, de la BAMN à Madverier à Peverell. Y avait les cernes de plus en plus larges et sombres. La tête qui tournait quand je me levais trop vite. Les bouffées de chaleur. Les nausées et vomissements. Les enquêtes et les serments et les novices et les peurs. Les prises de poids qui vous collaient de sales douleurs dans le dos. Les griffures et mutilations et expériences dissociatives. La conviction d’être morte et les plans c*l à droite à gauche pour vérifier de toujours se sentir en vie. De réinsuffler des mouvances.

Y avait ce soir. Je m’étais allongée dans la colocation, pour une fois que j’y remettais les pieds, et en mon ventre était venu l’impression d’une torsion. D’abord, c’était juste qu’il prenait plus de place qu’en journée, comme chaque fois que j’étalais, une culotte pour tout pyjama ; il éprouvait le gain d’espace, jouait à l’intérieur, un peu trop fort. Je m’étais réveillée. Une torsion froide. Désagréable. Puis plus un mouvement. J’avais gardé les mains sur mon ventre en pleurant. Comme sachant déjà ce qui venait de se jouer.

J’étais allée me faire de la compote de pomme. Il paraît que c’est bon pour bébé. Ça avait intérêt. Je sentais la pluie couler de mes iris. Salée comme l’eau de mer. Et la sueur qui elle aussi s’embourbait dans ces senteurs. La peur qui croupissait dans les moindres de mes pores. Je m’étais tournée et retournée, incapable de lancer le moindre sort, de faire la moindre potion à l’atelier. Juste démunie. Contre moi même et la vie. Je m’étais promis que plus jamais. Demain, aux soucis, on ajouterait les difficultés à cesser de boire et fumer et consommer tout ce qu’on me proposait. Mais c’était important.

Rien.
Plus rien.
Pendant des heures.

Et la gorge qui se serre. Et les cordes qui t’enserrent les poignets et les cuisses. Et l’espoir de vie sur lequel on pisse. En milieu de journée, à la boutique, j’avais craqué. Cachée dans les profondeurs de l’antre, j’avais commencé à caresser le ventre silencieux. Rien n’y répondait. Ils m’avaient prévenus. Qu’ils allaient le maudire. Le faire crever. J’aurais du les croire. Les craindre. J’essayais de l’appeler. Je n’avais pas même de nom à lui donner et fredonnais des syllabes trop faibles. Au fil des anxiétés, les caresses viraient de plus en plus ongulaires. Profondes. Laboureuses.

Des trainées de points rougeâtres s’affirmaient. Il ne répondait pas. Le sang qui pointait. J’avais perdu le contrôle, et repris conscience à terre, vidée de mes forces, plus rayée qu’un zèbre. Mais quel bord*l dans mes bandes. La voix décharnée, j’avais appelé à l’aide. Elle n’avait répondu. J’avais bu une potion, je sais plus trop laquelle, et repris le chemin du travail. Je n’avais le droit d’être faible. Je ne tenais plus à ce rythme. Pour fuir la précarité, je me retrouvais dans des situations d’insomnies intenables. Quelle était la dernière fois que j’avais dormi plus de trois heures ? Il fallait trouver des emplois plus lucratifs. Malheureusement, la prostitution était compliquée pour une femme enceinte.

Alors je gardais le cap. Teint cireux, regard de poisson mort, j’avançais. Répondais aux questions de mon ton de marbre. Ne les voyais plus quand ils me parlaient. C’était plus facile de sourire, je suppose. Les traces ne partaient pas, partout, les griffures et pointillés et la chair entamée. Par la lame ou les flammes, selon les anxiétés nocturnes. Je tenais plus. Il fallait que j’arrête de courir. Que j’arrête, un instant, sinon j’allais crever. Pourtant une Lizzie n’a le droit de se poser. Jamais.

Ou du moins était-ce ce dont j’étais convaincue quand une lettre me parvint, un peu moins de 24h après mon misérable patronus. « Reviens ce soir, le temps qu’il faudra. Réfléchis, arrête de suivre la voie que tu as choisie durant quelques jours. Reviens chez nous, tu l’as toujours été et tu le seras toujours, la porte de l’appartement ne t’a jamais été fermée. » Je n’attendais plus rien. Elle n’avait rien répondu la veille, j’avais pris ça pour un non. Et là...

Difficile de savoir si c’était l’émotion qui me submergeait. Ou le réveillait. Il a bougé. Il a senti que tout changeait. Plus que ça ne devrait être permis. A la fin de mon service, ce 10 septembre, je n’ai pas enchaîné avec mes autres emplois. J’ai laissé mes uniformes et mes serments. Et je suis allée, vulnérable devant sa missive, retrouver ma soeur. J’ai toqué à la porte. D’une main faible. Réajusté mon écharpe, qui laissait apparaître des traces dont je n’étais pas prête à lui parler. Et attendu.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Lynch
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Emily Lynch, Jeu 27 Oct 2016 - 4:45


RP avec Liz

Une rue, rien de plus simple. Une rue de la capitale, y a pas de quoi en faire un plat. Et pourtant elle marche dans cette rue, le regard vide, elle avance droit devant. Le regard vide, mais la tête haute, elle réfléchit se demande si elle aurait pu tourner à gauche au lieu d’aller à droite. Suivre une autre route, partir dans l’autre sens, mais c’est trop tard, le carrefour est déjà loin derrière. Impossible de faire marcher arrière, on ne joue pas avec le temps comme on joue avec l’argent. C’est magnifique tout ce qu’on l’on peut faire avec quelques mots. Ça rend bien, c’est cool, c’est classe et pourtant on coule, ça casse. Un pas, deux pas ! La prochaine intersection arrive droit devant, arrêt ! Un instant, deux instants, elle voudrait s’accorder un troisième, mais pas le temps, elle doit avancer. Sans jamais s’arrêter, toujours droit devant, elle court, elle fuit, non, stop ! Un pas en arrière, on ne peut pas tricher avec le temps, mais on peut mentir, le temps d’un instant avant de repartir droit devant. Les mots s’enchainent, ça fait beau, ça fait bien et pourtant ce placebo n’est qu’un sombre gardien de ce qu’elle essaye de dire par les mots.

Le carrefour arrive enfin, le moment de faire un choix est à présent là face à elle. Partir à gauche, à droite, impossible d’aller droit devant et de fuir les évènements. Il faut faire un choix, face à cette faible lueur bleuâtre qui faiblit au fur et à mesure que le temps s’écoule. Elle voudrait bien tricher mais elle ne peut pas. Les morts s’enchainent, le temps s’écoule et le monde s’écroule. Un cri de douleur, elle voudrait tellement pouvoir s’arracher le cœur. Partir loin d’ici pour ne jamais revenir. Faire comme si tout cela n’avait jamais existé et oublier. Non les points ne sont pas inutiles, cela n’a rien de futile ! Tu voudrais tourner la page, oublier, effacer ces instants trop importants, mais la rage est trop grande et les personnes trop importantes. On se répète, mais la vie n’est que répétition de journées qui se ressemblent presque toutes. On essaye de sortir du quotidien, mais on y retourne très vite pour oublier nos erreurs. On s’égare comme si et pourtant tout ça à un sens. L’esprit n’est pas rien et le garder sain n’a pas de prix. C’est pourquoi il faut toujours réfléchir pour ne pas finir dans le tombeau.

Face aux mots, face à cette lueur bleuâtre, elle hésite, elle ne sait pas quoi faire et le temps choisir, elle doit déjà partir. Essoufflée, épuisée, la créature à la voix féminine s’effondre révélant alors qu’elle n’était pas encore mature. Mais que faire, oublier, pardonner ? Elle le voudrait, elle souhaiterait que tout soit aussi simple, mais sur son tabouret, elle reste là immobile en plein milieu du carrefour de sa vie. Impossible d’aller tout droit, elle se lève et regarde droit devant le regard vide, flash !

Une colère s’empare d’elle et dans un accès de rage, se lève, trop précipitée, elle tombe à terre. Mais la fureur dissimule la douleur, impossible de résister, il faut l’évacuer. Se sentant aussi forte qu’Hercule et invincible comme Achille, elle s’empare alors de l’objet responsable de sa chute et d’un seul jet, l’envoi se fracasser contre la porte en face d’elle. Enervée, frustrée, l’incompréhension la gagne, son esprit ne répond plus qu’à des pulsions qui surgissent de plus profond d’elle-même. Elle ne comprend pas ce qu’il lui arrive, elle ne sait pas ce qu’elle fait, mais se dirige droit sur le tabouret fracassé. Devant la porte, un coup de pied dans le tas de bois pour le réduire en mille morceaux. Mais cela ne suffisait pas à évacuer cette colère qui était là, ancrée en elle, elle refusait de partir, alors serrant le poing et s’attaque à la première chose qui était devant elle ! Un coup, deux coups, le poing aussi serré que le plus résistant des nœuds, elle cognait, encore et encore. Trois, quatre, cinq !

- POURQUOI !

Six, sept, huit… Impossible de l’arrêter, chaque coup exprimant sa douleur, un souvenir, un mauvais choix de route. Neuf, dix… Les souvenirs défilaient devant elle, comme projeté sur la porte en bois, elle assistait à sa propre vie. Rétrospective de ses erreurs, elle aurait voulu arrêter le film qui lui était montré, s’emparer de la bande, et modifier les scènes, le scénario… Les coups continuaient et l’épuisement commençait à se faire ressentir, de plus en plus présent, elle décida de rester au milieu de son carrefour, il était trop tôt pour choisir, non pas maintenant. Rideau, épuisée, adossée à la porte, elle se laissa tomber sous le poids de son corps, emportée au plus profond des ténèbres.

L’esprit encombré de tout un tas de choses auxquelles elle n’aurait jamais voulu penser, elle émergea, probablement après plusieurs heures d’un sommeil nullement réparateur. La fatigue toujours présente, elle ignora tout, le tabouret réduit en miettes, les coups sur la porte et son sang qui la recouvrait à présent tout comme les échardes recouvrant sa main. Se dirigeant d’un pas lent vers ce qui pouvait s’apparenter à un bureau, elle sortir une plume, du papier… Les mots s’enchainent, ça fait bien et pourtant tout cela n’est rien. On se répète, mais c’est pour éviter les souvenirs douloureux. Ecrivant lentement, la colère semblait s’être évanouie, mais les pensées étaient claires et nettes. Impossible de se tromper, elle savait à présent si elle devait partir à gauche ou à droite. Se relevant doucement en plein milieu de son carrefour, elle fit un pas d’un côté tandis que la première phrase se finissait. Et plus les mots s’enchainaient, donnant naissance aux phrases, plus les pas de côté étaient importants. Finalement lorsqu’il ne resta plus qu’un seul pas à faire, elle s’interrompit. Que devait qu’elle faire, que devait-elle écrire ? Mais pas le temps de revenir en arrière, tout était venu de manière si naturelle… On peut mentir, pas tricher, signant de son nom le message qu’elle venait de rédiger, elle scella définitivement son choix, partant vers la gauche elle fit le dernier pas.

Regardant l’oiseau s’envoler, son choix était fait et elle avançait à nouveau sur cette route en plein milieu de la capitale. Le regard vide, la tête haute, elle savait à présent où elle allait, du moins jusqu’au prochain carrefour et elle savait que celui-ci serait pour bientôt. Mais en attendant, elle savait, elle se sentait bien, étrangement bien. Sans trop comprendre pourquoi, elle prit un siège qu’elle installa devant la porte sur laquelle elle s’était acharnée la veille, observant les taches de sang telle une œuvre d’art, elle sourit légèrement alors que le soleil était en train de se lever. Il ne lui restait plus qu’à attendre la prochaine intersection.

Doucement le temps s’écoulait, l’entrée était à présent dégagée pour permettre le passage sans se casser la figure, mais pourtant elle aurait voulu laisser ses débris en souvenirs, pour ne jamais oublier ce qu’elle avait vécu, cette introspection au plus profond d’elle-même, se voyage étrange ou les mots s’enchainent comme les carrefours. Revenant de temps en temps à la réalité, elle ne s’en souviendra probablement jamais. Le temps passait et le grand moment allait bientôt arriver, ça n’était plus qu’une question de quelques minutes, car sans savoir comment expliquer cela, elle savait que c’était tout proche, que c’était pour bientôt. C’est peu de temps après que le signal temps attendu se fit entendre, un faible son provenant directement de la porte d’entrée. Mais contre toute attente, elle ne se leva pas, elle resta assise encore quelques instants avant de se lever, marchant sans détour vers la porte tâchée de sang. Elle observa alors durant quelques courtes secondes son œuvre avant de saisir la poignée pour la tournée doucement et ouvrir la porte.

Face à elle un visage familier, sur sa route un nouveau carrefour. On peut mentir, mais on ne peut pas tricher… Ça aurait été si simple, elle pouvait faire ce qu’elle voulait, elle était maitre de la situation et le mensonge était si simple à cet instant précis. Pourtant, elle ne le voulait pas, non pas d’arrêt cette fois, pas de gauche ou de droite, cette fois c’était droit devant, non pas pour oublier, mais pour affronter. S’écartant de l’encadrement de la porte, un pas en arrière, elle finit d’ouvrir complètement la porte, faisant place pour qu’elle puisse entrer, rentre chez elle. Sans dire un mot, elle referma la porte derrière elle et dans un claquement sec, elle passa à côté d’elle.

- Tu veux un thé ? Bouloir à la main, l’eau coulait doucement alors que le feu s’emparait de la cuisine. Reste pas debout, assieds-toi. Les regards se croissants sincèrement pour la première fois, elle ne pouvait pas la laisser seule. Bienvenue chez toi. Dit-elle accompagnée un léger sourire avant de se concentrer à nouveau sur la cuisson de l’eau pour le thé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Jade Wilder, Mer 16 Nov 2016 - 12:11


Réponse à Emily
HRPG: Je modifierais deux trois trucs quand je serais chez moi, surtout les "fautes" de Jade Wink

Plus les minutes passaient et plus Jade regrettait d'être venue dans cet endroit, voir cette fille. Pourtant, elle était plus qu'attachée à Emily malgré tout, elle ressentait une affection étrange pour la plus âgée, affection qu'elle avait tout fait pour repousser d'ailleurs. Malheureusement, ça ne fonctionnait pas comme ça. Ses masques n'avaient pas suffis à garder des distances pourtant imposées et voilà où elle en était. Emily ne se rendait pas compte de ses actes, de ce que ça provoquait dans la tête de la blondinette. Celle-ci se braquait, construisait un mur de protection pour ne pas tomber définitivement dans les problèmes. Si Emily apprenait ce qu'il s'était passé, elle se mêlerait sans doute de toute l'affaire et il ne fallait surtout pas que cela arrive. Qui sait de quoi était capable ce monstre de McKinley, lui qui n'avait pas hésité à imposer des exercices totalement dingues en plein cours. C'était à se demander comment Kholov avait choisit ce professeur..

Le cœur de Jade battait la chamade. Si seulement elle n'était pas venue, si seulement elle avait fait attention à ne pas découvrir ses poignets, si seulement Emily n'était pas aussi têtue ! Bon sang, comment se sortir de là maintenant, alors qu'elle en avait déjà trop dit ?

- Pourquoi ne veux-tu rien me dire ? Jade, je ne comprends pas, je suis là pour t’aider, j’ai toujours été là pour toi. Souviens-toi lorsque nous étions dans cette salle de classe alors que tu voulais faire des exercices pour remarcher. Tu croyais que j’étais là pour autre chose alors que je ne voulais que t’aider.

Nan, pas ces souvenirs Emily. Tu ne te rends pas compte de ce que ça produit, de l'impact qu'ils ont. Ces soirées, Jade s'en rappelait parfaitement. Elles avaient été synonymes de douleur, autant physique de par ses blessures, que morales à cause de la présence d'Emily. Sans doute la rouquine ne s'en était jamais rendu compte, mais montrer une telle faiblesse à quelqu'un d'autre, c'était synonyme d'un échec cuisant pour la demoiselle. Ainsi, elle avait passé des soirées entières à dépasser ce sentiment, ignorant de son mieux celle qui s'était invitée sans autorisation. Et pourtant, la présence d'Emily avait finit par être bénéfique, mais seulement lorsque Jade avait baissé les armes. Épuisée, l'Italienne avait accepté de l'aide sans même rien dire, juste en arrêtant de résister. Et elle avait progressé, jusqu'à pouvoir finalement remarcher. Alors oui, Emily l'avait aidée. Mais le reconnaître était une autre affaire. Demander de l'aide à nouveau, et puis quoi encore ? Jade ne pouvait pas accepter de s'appuyer sur quelqu'un, de partager ses problèmes et encore moins envers Emily.. Celle-ci en avait déjà fait tellement, beaucoup trop. Stop, s'en était assez. Sans lâcher un seul mot, Jade évitait le regard de la rouquine, espérant que cette dernière finirait par renoncer et bon sang que ça n'était pas gagné. Pourtant, une chose nouvelle vint perturber les nouveaux plans de la préfète : Emily relâcha sa prise sur les poignets blessés, la laissant libre de bouger. Dans l'incompréhension d'abord, Jade se demandait ce qui avait bien pu changer tout à coup, avant de se relever presque d'un bond. Là, elle avait la possibilité de quitter les lieux et c'était sans doute la meilleure chose à faire.

- Dis-moi qui t’a fait ça ? C’est un professeur ? Ma puce, tu peux tout me dire, je suis là pour toi et uniquement pour toi. Je ne cherche pas à te faire du mal malgré ce que je viens de te faire… Je te demande pardon pour tout ça, mais tu ne peux pas me cacher ça, s’il te plait, dis-moi tout…

Les sourcils froncés, Jade était perdue, ses pieds ayant décidé de ne plus lui obéir. Sa tête lui hurlait de fuir, son cœur lui intimait de rester et d'arrêter de se buter comme ça. Qui choisir, qui écouter ? Les risques étaient plus grands que ce dont Emily avait conscience. Et si il lui arrivait quelque chose ? Jade ne pourrait jamais se le pardonner, jamais. Elle avait déjà perdu suffisamment de monde comme ça, pourquoi fallait-il toujours que ce put*ain de Destin en rajoute une couche ? Nouveau soupir. Elle ne pouvait pas partir comme ça, la culpabilité envahissait son esprit et contrait un peu son esprit têtu. Ce petit jeu avait assez duré. Emily voulait la vérité ? Eh bien elle l'aurait. Se retournant pour ne pas avoir à regarder la rouquine dans les yeux, Jade croisa les bras, fermant les paupières comme si elles formaient des rideaux de protection par rapport à ce qu'elle allait dire.

- Oui, un professeur. Le nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal, McKinley. Il utilise des sortilèges pour punir les élèves et pour des raisons totalement.. idiotes. J'ai protesté et il a appelé la garde-chasse.. qui m'a emmenée dans les cachots, pendue à des chaînes par les poignets.

Amertume dans la voix. Même pas de la haine pour l'acte en lui-même, pas dans le cas présent. Mais plutôt un dégoût d'elle-même et de sa faiblesse en avouant de tels événements à une fille qui n'aurait pas dû être mêlée à ça. Un silence s'imposa de lui-même, jusqu'à ce que Jade tourne ses prunelles ambrées vers la rouquine. Prunelles alors comme chargées de braise, mélangeant alors colère et honte. Des sentiments qu'elle ne supportait pas.

- Je vais y aller, si tu permets. J'ai des révisions à faire.

Oui, c'était une fuite absolument pas discrète. Et sans remords en plus de ça. Jade ne voulait pas rester là alors qu'elle était au bord du pétage de plombs, il était hors de question de montrer ça à Emily. D'autant que la blondinette s'en voulait déjà, parce-qu'elle avait peut-être provoqué des ennuis pour une des personnes à qui elle s'était le plus attachée. Et en soi, il était vraiment tard. Et puisque Emily avait eu ce qu'elle voulait, la fuite, c'était une bonne solution.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 17 Nov 2016 - 8:02


.sorry it's so bad.

Et je gratte la porte comme un chien devant chez lui ; sans journal sans sourire sans possibilité de communication, et pourtant mu par le besoin de retour -
HOME
Y avait-il meilleur endroit que là où était morte son aînée pour retrouver sa demi-soeur ? Honnêtement, oui. Sans doute. Sans aucun doute même. Mais pour l’heure, elle voulait pas grand chose. La sentir, elle, dormir, n’importe où, par terre s’il le fallait, mais loin des jugements, loin des attentes, loin des menaces, loin des doubles faces.

So leave me in the cold
Wait until the snow covers me up

Elle n’ouvre pas. A-t-elle changé d’avis ? Je comprendrais. Je suis la sal*pe qui l’a trahie. C’est logique. Non, non, Emily est le genre de fille qui aime si fort qu’elle ne se détourne pas. Qu’elle cherche à voir la lueur. A dépasser les incompréhensions et les jugements pour retrouver les onces d’innocence. Rallumer les fraises et les casseroles. Elle est de ceux qui ont cet espoir si vibrant qu’ils semblent l’expirer quand ils respirent.

So I cannot move
So I'm just embedded in the frost

Alors quoi ? Elle n’est pas là ? Elle m’a oubliée ? Ce serait pas la première fois. La pointe de rancoeur des années en prison remonte. Comme une mer qui bouillit dans la gorge et gronde à l’avant de vos dents. N’attendant que de brûler l’interlocuteur. Elle s’éteint aussitôt que j’accepte le désespoir de la revoir qui m’anime à cet instant. J’arrive pas à lui en vouloir. Pas vraiment. C’est une protection que je me donne pour expliquer la muraille de Chine qui sépare nos âmes. Mais ce n’est qu’un prétexte. De ceux qu’elle dépasse en un plissement de paupières, je serais bien en peine d’en dire autant.

Then leave me in the rain


La porte finit par s’ouvrir, et je reste sur le parvis. Incapable de bouger. Elle a sa bouilloire à la main, et j’attends. Je crois faire un pas en avant, mais nos corps restent aussi distants, donc ça doit être dans ma tête. Je suis pétrifiée. Tétanisée par le face à face avec mon passé. J’arrive pas à la regarder en face ; mes yeux s’attachent seulement à l’objet fumant sur lequel elle semble resserrer sa poigne. Comme dépendante de la prise en main de quelque chose de vrai. La brûlure doit la réveiller mieux qu’un pincement. Mais j’ose pas lui proposer de la prendre. J’ose pas parler tout court en fait.

Wait until my clothes cling to my frame

C’est d’ailleurs elle qui se charge de rompre la glace et je la suis lentement à l’intérieur. Je me retourne un instant, comme hésitant, et mon regard tombe sur des éclats glauques contre la porte entrouverte. La lumière semble s’éteindre, ici aussi. Elle n’a pas le droit. Parce qu’elle est l’ampoule de ma lampe de chevet, et que si elle grille, je pourrais jamais la remplacer. J’pourrais jamais trouver mon chemin dans les ténèbres comme hors de leur sein. Je la referme, doucement. On entend même pas la serrure incrustée qui se coince. Tout est huilé. Ralenti. Tout est esquive de son regard.

Wipe away your tear stains

Elle parle encore. Il faut répondre. Je hoche la tête, les lèvres sèches, et m’asseois à même le sol, mal à l’aise. Je lève sur elle un oeil brisé. On dirait un enfant coupable. Un animal blessé. J’ouvre la bouche, la referme. On dirait un poisson rouge, à gober de l’air si futilement... J’en peux plus de moi même. Mais qu’est-on censé dire, dans ce genre de retrouvailles ? On sait ne pouvoir être pardonné. Mais quand la surface du monde se craquèle trop vite, on a besoin d’un refuge. Pour un instant. Pour reprendre contenance.

troune moi ? Thought you said you didn't feel pain

« Bienvenue chez toi. » Elle était trop gentille. Trop douce. Trop fausse. Une lueur folle passa dans mon regard alors que j’observais à droite à gauche. Personne. Pas d’Amnesius ni d’Altaïr là pour me renvoyer en taule. Rien. Je devenais complètement paranoïaque depuis l’autre soir... Elle ne semblait pourtant pas m’avoir piégée. Peut-être était-il possible qu’elle soit juste prête à accepter ma présence une demi-douzaine d’heures. Pour de vrai. Peut-être. J’arrivais pas à en être sûre. J’arrivais pas à croire en elle et me rassurais de la présence de l’amulette, chaude entre mes seins.

i need you

Incapable de prendre le risque de recroiser son regard un rien trop chaleureux, je me concentrais sur ses lèvres, légèrement souriantes -un rien crispées. Ça, ça sonnait vrai. Je m’y accrochais, tandis que mes ongles rayaient anxieusement le parquet.
Merci d’avoir accepté. -comme un murmure.
un demi-souffle
une confession
d'un esprit meurtri
une malcontented, disgruntled, miserable, desolated
ADN résumé en 4 lettres
SMAD so damn smad


Je sais que je devrais faire quelque chose. Parler du thé qu’elle fait pour nous, mais alors elle voudrait parler tout court. L’ambiance viendrait aux confidences. J’étais pas prête. Lui demander ce que devenait sa vie laissait supposer qu’elle pouvait faire de même. Et diantre, elle était mieux loin de mes sueurs et larmes et sangs. Je fermais les yeux, pris appui sur mes talons pour me faire glisser jusqu’au mur, m’y adossais pour avoir l’air moins perdue et fredonnais
dans le vide
l’âme à trou


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Lemon Blood Slum

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 [Habitation] Lemon Blood Slum

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.