AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 1 sur 5
L'Antre des Potions
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Luke Belt
avatar
DéveloppeurHarryPotter2005
Développeur
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


L'Antre des Potions

Message par : Luke Belt, Ven 19 Fév 2016 - 10:14



L'Antre des Potions


L'Antre des Potions est une spacieuse salle voûtée se situant au sous-sol de la boutique. On y accède par un frêle escalier en colimaçon aux marches grinçantes, mais qui est en réalité bien plus robuste qu'il n'y parait. Celui-ci débouche sur un étroit passage formé par deux massives armoires cadenassées, d'où d'étranges bruits s'échappent parfois. De part et d'autre, les murs sont tapissés de lugubres étagères montant jusqu'au plafond, remplies de flacons, de fioles, de bouteilles et de bocaux contenant des substances peu ragoutantes. Des étiquettes sont accrochées par endroit sur les meubles afin qu'il soit possible de s'y retrouver dans cette jungle d'ingrédients.

Au centre de la pièce se trouvent différentes tables de bois massif, chacune disposée à coté d'un chaudron. Elles sont toutes équipées de différents tiroirs, dans lesquels sont rangés tous les outils et la verrerie nécessaires à la préparation d'une potion.

Sur le mur du fond, rompant la monotonie des étagères, on distingue deux portes que seuls les employés peuvent ouvrir ; l'une mène à une sorte de cagibi où sont entreposés dans d'insalubres conditions les cobayes. L'autre permet d'accéder à une petite salle vide, souvent mise à disposition des clients réguliers, dont les murs en pierre ne sont habillés que par des tâches rougeâtres et traces de griffes.

La luminosité est faible, seules quelques torches ainsi que les feux des chaudrons éclairent l'ensemble.


Dernière édition par Luke Belt le Sam 31 Déc 2016 - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Antre des Potions

Message par : Crystal M. Ertz, Lun 14 Mar 2016 - 17:44




HRPG: J'inaugure! Quel honneur! Accord de Lizzie pour l'entrée

Les escaliers grinçaient. Ambiance sinistre bonjour. La jeune alchimiste descendait prudemment dans les escaliers menant à l'Antre des Potions. Il lui en avait fallu du courage pour arriver jusqu'ici, l'air de rien. C'était la première fois qu'elle osait s'aventurer dans la boutique de magie noire et dès la première seconde, elle su qu'elle n'était vraiment pas dans son élément ici. L'obscurité qui y régnait lui donnait la chair de poule et son cœur battait si vite qu'au moindre mouvement brusque, elle hurlerait au Diable. Sa main se crispant sur sa baguette, elle s'efforça de calmer ses pensées alors qu'elle continuait sa descente.

La sorcière était précédée par Lizzie, une jeune femme qu'elle avait déjà eu l'occasion de croiser à plusieurs reprises. Déjà parce qu'elle était dans l'équipe de Quidditch, puis parce qu'elle était venue aux Halles. Sans oublier l'épisode de la manifestation. Malgré toutes ces rencontres, l'alchimiste avait du mal à cerner le personnage qui se tenait devant elle. Première chose qui lui sautait aux yeux: Lizzie Bennet était une sorcière horriblement sexy. Chaque mouvement qu'elle faisait semblait à la fois dangereux et gracieux. Venimeux et fascinant. L'alchimiste devint rouge cramoisie en y pensant plus, une chance que l'endroit était sombre. Quand à sa personnalité, Crystal était incapable d'en voir les contours. Lizzie était une énigme qu'elle aimerait résoudre, un de ces jours.

En bas des escaliers, un passage étroit s'offrait à elles. Ah! Parfait! Mais pourquoi était-elle venue jusqu'ici déjà? Elle se retourna vivement sur sa gauche en entendant un drôle de bruit, impossible à définir, qui provenait de la vieille armoire qui rétrécissait le passage. *Respire, respire, tu es alchimiste par Lancelot! Ça te connaît les bruits bizarres dans ton labo* Mais il n'y avait rien à faire. C'était pas la même ambiance. Dans la maison de Londres de son maître alchimiste, les bruits étaient intriguant, attirant, étranges et fascinant. Ici, tout semblait lui indiquer qu'elle n'appartenait pas à cet endroit et qu'il fallait qu'elle déguerpisse. Consciente de la présence de Mlle Bennet, La brune se calma et continua de la suivre.

Au centre de la pièce, des tables munies de chaudron occupaient l'espace. Tout était pour l'instant rangé et aussi propre que cela pouvait paraître dans un tel lieu. Il n'y avait qu'elles deux dans la pièce, et Crystal ne savait ce qu'elle aurait préféré. S'arrêtant finalement, elle rassembla ses esprits et "tenta" d'ouvrir une discussion sur un ton qui suggérait qu'elle était à l'aise.

- C'est impressionnant comme endroit, commença-t-elle en se concentrant sur le regard de Lizzie. Mauvaise tactique bien sûr. Un tel regard ne pouvait être que déstabilisant. Respiration. Phase de re-concentration. Action. Hum, alors voila. Etant prise par mes recherches, je n'ai plus le temps de préparer moi-même certaines potions, et j'ai entendu parler de ce nouveau service.

Waw. C'était fou ce qu'un décor sombre et une Lizzie pouvait lui faire perdre ses moyens. Ah! Une gérante d'une boutique qui avait peur de mettre les pieds dans une autre, c'était unique. Mais ne pas voir la lumière du soleil lui faisait vraiment peur, une peur qu'elle ne pouvait vraiment pas contrôlé pour son plus grand malheur. Et la sorcière dans ce décor lui faisait éprouver des sentiments assez contradictoires. Il fallait qu'elle se calme maintenant. Maladroitement, elle fouilla dans son sac et en sortit un papier qu'elle tendit à la sorcière qui lui faisait face.

- Ce serait possible?





x Essence de Dictame
x Essence de Murlap
x Philtre de Paix
x Goutte du Sommeil


Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Antre des Potions

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 17 Mar 2016 - 21:17


HRP : Mais la blaaague, j’suis celle qui est grave honorée par ton inauguration *O*

On perd un peu les repères temporels, lové dans l’antre des potions. Ou peut-être est-ce un effet secondaire de l’incarcération qui était mon passé immédiat. Qui sait. Qui s’en fout ? Bref, à un moment, j’étais partie en cacahuète, mais sans le sel qui colle, sans les grains s’attachant à la peau et crinières, invitant toujours un passage de la langue, bref : je cherchais à condamner un sorcier à ne pouvoir communiquer que par les grondements faiblards d’un rat. Enfin non, pardon, ça gronde pas les rats, ça grogne pas non plus : j’crois plutôt qu’on dit que ça couine, comme les souris, les lapins, lièvres, cochons, porcs, ouais vive la diversité linguistique et les mots accessibles à l’expression, tu parles, anglais de moldu !

P’t-être que le terme exact est chicoter. Ça te paraît futile, lecteur ? Mais va te faire ! T’imagines je commercialise une potion disant que ça reproduit le bruit des rats ad vitam aeternam, et j’appelle ça je sais pas, la Potion de Coucoue, ou de Coucoule, j’ignore quel est le pire, et le plus inadapté. Fin je voulais bien commencer quoi. Dans les formes et tout, au lieu de dire Perfecto et paf, quatre sous-marques. Un jour, j’ferais des potions qui réduiraient à néant l’espoir et la dignité, et chez les moldus je les distribuerai. Une carrière dans la restauration moldue et pof ! En plus, c’était super cohérent, faut garder en tête que j’aimais bien le Chaudron, jusqu’à l’invasion russe. Parfois, je m’entichais du frémissement des liquides.

Si les ingrédients séparés aiguisaient la curiosité du passant, du bourdonnement des créations l’on peinait à se détourner. Et j’étais là, moi, happée par les miracles de l’existence et de la création, des renouveaux et des qu’en-sais-je, à dire de la m*rde à voix haute, j’crois que même Parker il aurait pas compris. Genre j’avisais les gouttes qui perlaient hors du chaudron, ça allait bientôt déborder, je me délectais des limites, des frontières, des entre-deux, et je susurrais, comme l’encourageant « Tes écailles ruissèlent de larmes écarlates. »

Je sais pas pourquoi je le dis à voix haute. Il va pas m’entendre. Il va pas me répondre. Certes, personne peut me juger mais… Ou p’t-être que j’aime entendre un son humain ? En suis-je venue au point où il me faut peindre les moindres silences ? Je m’y refuse. Crépitement des flammes. La griffe s’interrompt, elle aussi hypnotisée. Puis un bruit. Tintement à l’entrée. Je confine la potion en cours d’expérimentation sur la paillasse la plus à l’écart de l’antre, et mon pied vrombit dans l’escalier à l’envoutante ancienneté. J’y

trouve Ertz.


L’une des poursuiveuses de Poufsouffle. Elle a pas performé au dernier match, mais elle est toujours aussi agréable à regarder, si vous voyez ce que je veux dire. L’ambiance, ou moi, ou les deux, semble la mettre mal à l’aise ; que ce soit au comptoir, dans l’escalier ou au sein de mon repère, elle ne sait se défaire de cette mimique d’appréhension. J’crois que ça m’amuse, et plus que de raison. Mais quand on devient notre propre enfer, c’est logique qu’on soit celui des autres aussi ? Ertz, elle aime encore moins les silences. Elle les couvre avec des inepties, style le mot impressionnant. J’l’aime pas celui là. J’aime la partie « pression » qu’il inclut, mais le reste m’est superflu. Je ris.

Elle me demande de faire sa potion. Pas de souci, j’crois que je préfère largement bosser seule qu’accompagnée. Qu’elle était gauche n’empêche, on aurait dit moi y a 4 ans ! Si, si, elle arrivait à ouvrir son sac, en brandissant quelque paperasse. Ah, ses en fait ? Je jette un œil. Temps total de préparation ne pouvant excéder seize heures. C’tait tranquille, comme commande ! Et un peu cliché d’une Pouffy curative, m’enfin, l’espèce est un peu peuplée d’accrocs à l’entraide.
- On peut tout faire à la BAMN, tant que le prix y est.
Oui, ça y est Parker, Barbu II,  j’ai casé votre phrase préférée. Hop hop hop, une augmentation. J'en ai marre de crécher dans une collocation cheloue.

Tu préfères tout récupérer en une fois ? Qu’en soit, de l’essence de Murlap, c’est une solution plus qu’une potion, il doit m’en rester ici ; je danse entre les étagères, désinvolte au gré des envies, sphères et cylindres de verre. Pour le reste, ça peut être prêt demain, avant midi. A condition que t'arrêtes de me regarder comme si tu craignais que je tente de te bouffer. Fin ce serait une option si elle prenait moins ses airs de proie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Antre des Potions

Message par : Nel Queen, Dim 27 Mar 2016 - 22:44


Je me devais rester discret malgré mon allure Pouf-Joyeux, aux allées des embrumes, ça ne plaisante pas dans les hautes-coutures de la société marginale en enclin, oui Monsieur, en enclin et quand un gamin de quinze ans erre tranquillement sans grand panache dans les ruelles un brin sombre-moisi, des gens pas nets me barrant la route, je vais vite à l'endroit où je dois aller, c'est à dire la boutique d'accessoires de Magie Noire. Que vient faire le futur plus grand Mage Blanc de son histoire dans un pareil taudis reculé, enfin taudis c'est péjoratif quand on remarque la splendeur de l'endroit.

Et bien, j'ai besoin de quelques ingrédients en potion, des choses qu'on ne trouve pas même dans la réserve du Professeur Malicia Evans. Qu'à cela ne tienne, j'obtiendrai peut-être mon dû ici et le cœur y est, certainement. Un sourire détendu, j'avance fièrement vers ce qui s'appelle l'antre des potions, évitant tous les regards que je peux croiser et qui pourrait être à ma charge, le dernier des regards, enfin vous voyez, traînez avec des méchants pas beau, c'est pas de mon genre... Même si mes parents sont deux serpentards.

Enfin, j'attends une présence chaleureuse, néanmoins. Pourquoi toujours froid, hein ?

- Bonjour. Lancé-je timidement à la première silhouette.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Antre des Potions

Message par : Lizzie Bennet, Dim 27 Mar 2016 - 23:07


@Réponse à Orphnel

Des potions des potions et toujours des potions. Cela en devenait presque une addiction. Certains se seraient sans doute attendus à quelque lassitude de la part de la Bennet ; mais en fait, elle était rarement aussi patiente que face à un chaudron. A la demande de Parker, elle renouvelait les stocks ; ce jour-là était dédié à la potion la plus pourrie de la cargaison de la Boutique d’Accessoires de Magie Noire, mais paraît qu’elle était populaire chez les novices et ignares.

Vous l’aurez compris : elle se tapait la potion nacrée à la vapeur spiralée. Also known as : Amortensia. C’tait super étrange, en y songeant ; car elle n’avait pas la moindre idée de l’odeur de la sienne. Ça sentirait sans doute son shampoing, ou un truc de ce goût là. Ça collerait à vos attentes. Ou sans odeur. P’t-être, aussi. La neutralité parfaite. Mais neutralité n’était jamais Lizzie, aussi l’idée elle même était une erreur. Oh, qui sait ; on s’en fichait, ça donnait juste un prétexte pour moins se faire ch*er ne la faisant. Que la prochaine serait carrément plus sympa.

Patience. Sous-sous. Tentatives expérimentales. C’était l’équation 100% gagnant que cette adresse. Sauf quand un gamin de 15 ans se ramenait en haut de l’escalier. Il avait un visage doux comme elle les aimait pas, et elle grommela dans sa barbe inexistante.
- Et le comptoir, il sert à quoi hein ? T’pouvais pas prévenir ?
Jetant un oeil à la mixture, elle hésita et termina les 10 tours de baguettes avant de le rejoindre.
- Bon descends. Pis explique. Qu’est-ce qu’un gosse en ton genre fout ici ? Amabilité powa.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Antre des Potions

Message par : Nel Queen, Lun 28 Mar 2016 - 0:25


Sa tête me dit clairement quelque chose, mais je m'en rappelle plus trop. Non, on m'a pas lancé de sort d'amnésie récemment, juste que j'ai tendance à oublier ce qui est essentiel, comme les visages, les figures et tout le tointoin passager qui ferait référence à Noir Désir et mes désirs ne sont pas plus sombres que d'habitudes, même si je n'affiche pas mes fantasmes colorés en un coup de baguette magique. Non, ce n'est pas mon genre. Se tenir droit, arboré fièrement son étendard quitte à défier du regard la jeune femme barbue sans barbe qui l'on pourrait le croire se racle la gorge, mais c'est moi qui le fait.

Poliment, je feigne un geste de la main en signe de réflexion, le genre ; illustré sur le menton.

- Je voudrais solliciter votre aide pour une potion, un philtre de calmant.

Je remarque qu'on a le même timbre de voix, plutôt rockeur. Evidemment, c'est pas simple de se distinguer, alors j'essaye d'imiter le ton d'un certain professeur de Poudlard.

- J'aurais besoin d'un chaudron, grande qualité et les ingrédients nécessaires à cette mixture, si vous pouvez m'aider. C'est une question de vie ou de vie. Enfin, vous voyez ? Et tiens, ce qu'il y'a là-bas... Je sens comme une odeur de vanille et de charbon... De l'Amortensia ? Je pourrais vous en prendre un flacon ? Je vous rassure, c'est pas pour moi, j'en ai pas besoin, disons que c'est pour une vieille connaissance.

Le Dirlo Kholov... Ca pourrait toujours servir, une attaque au philtre d'amour.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Antre des Potions

Message par : Lizzie Bennet, Lun 28 Mar 2016 - 9:25


@Réponse à Nel

Il était droit comme un piquet, comme un balai, il avait jusque dans la raie du fion de la rigidité à n’en plus pouvoir, et en miroir était sa langue. Polie. Non, pire que polie. Elle était toute encarcantée. Toute prisonnière de lames et de fers et de normes en étau. Elle étouffait. La crêper, la couper eût été délivrance ; pas sûr qu’il partage son-mon avis, m’enfin. C’était un fait.

Pis le type il posait quand il parlait, c’était assez dingue. Style : ce n’est pas parce que je suis mineur que je ne sais faire semblant de réfléchir, j’ai compris que les mecs se grattaient la barbe pour faire genre. Pis comme il en a pas plus qu’elle, lui aussi semble fichtrement malin. Bref. Passé l’instant positionnement, il lâche de nouvelles syllabes, et tout étonnant que ça puisse paraître elle croit s’entendre parler.

Sauf que c’est pas elle, parce que 1/ « voudrais solliciter votre »=association de mots que vous ne trouverez jamais dans ses lèvres, 2/ elle a beau avoir un esprit tortueux, elle est censée se rappeler plus ou moins de ce qu’elle dit. Bref. Il veut le matos pour se faire une potion. Qui dure 45 minutes. Super. Elle va devoir se le coltiner.

- Tu veux juste le matos ou t’as besoin de supervision pour faire ton philtre calmant ? Que le matos ne bouge pas de mon antre, mais j’ai tout ce qu’il faut pour 5 Gallions. Son regard insidieux se mêle de ce qui ne le regarde pas, ou semble-t-il est-ce son nez, mais toujours est-il qu’il poursuit. Sous, sous, sous. Je peux te filer une fiole ouais, pour 5 Gallions supplémentaires. Pour toi, ou pas... T’sais, je me fiche pas mal de tes amourettes, surtout si elles sont vanillées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Antre des Potions

Message par : Nel Queen, Lun 28 Mar 2016 - 20:28


- Superviser ? Oui, j'aurais bien besoin d'aide, surtout qu'au vue de votre posture, vous semblez être extrêmement forte. Et d'accord, le matos bouge pas de là. Tenez mon porte monnaie, il doit y'avoir 15 Gallions, prenez le tout. Considérez le supplément en gage de confidentialité ainsi que votre aide, si ce n'est pas suffisant, je me passerai du philtre d'amour.


Disant cela tout en me penchant sur un chaudron en place, je me suis activé à chercher les ingrédients. Avec un #Aqua Mentis, j'ai d'abord rempli le chaudron d'eau au tiers. Me faut trois ou quatre anneaux de Veracarcasse ou je ne sais quoi, deux coquelicots en poudre et de l'essence de passiflore. J'écris sur un parchemin, ce qu'il me faut et en même temps, je paraît moins droit, moins coincé, plus libéré dans une forme joviale. Un regard médiéval sur la jeune femme.

- Ah moi, c'est Nel Queen. Illustre Poufsouffle de l'Académie Poudlard. Voici la liste de ce qu'il me faut, vous pourrez m'aider pour l'odeur de la potion une fois finie, car j'ai encore cette senteur vanillée ancrée en moi.

Me retourné-je à nouveau sur mon chaudron. Il m'a parut consciencieux de décliner mon identité, même si ce n'était pas nécessaire.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Antre des Potions

Message par : Lizzie Bennet, Mar 29 Mar 2016 - 16:48


Non mais non. Qui avait parlé d’aide ? C’était bien, superviser. Y avait l’idée d’encadrement très très distancié. Genre supervision depuis une autre planète, tant qu’on reste en communication instantanée par baguette. Ce don de vouloir compliquer les choses. Il était fatiguant. Pis il voulait dire quoi par forte ? Douée ou grosse ? Que pour la seconde option, franchement elle aurait entendu ça comme un compliment aveugle après sa privation carcérale.

Enfin. On s’en fiche. Il comprenait que le matos était pas 100% disponible dans 100% des lieux, et il filait un pourboire bien généreux. Parce qu’attendez, 5 Gallions l’Amortentia, 5 Gallions pour l’entrée et la confection de Philtre Calmant, 1 pour la fiole vu qu’il avait pas précisé qu’il voulait un truc en cristal de richo, elle grattait 4 p*tain de Gallions. On hoche la tête et réfléchit déjà à où les dépenser. Non. Contrôle. On économise pour la suite. Elle hocha la tête dans le vide, mais empocha la bourse. Comme absente. Elle pouvait garder le porte monnaie aussi ? Comment ça se passait dans sa tête ?

Gosh, les gosses ça ne connaît strictement rien du prix de la vie. Dans tous les sens. Tant mieux. Elle retourna à son chaudron, surveillant distraitement les manœuvres du gamin. Elle allait quand même pas le laisser abimer son cocon. Pis en vrai, lui aussi semblait se sentir à l’aise blaise à côté des potions. Comme s’il en goûtait la braise. AH RATÉ. C’était la vanille. Et un jaune. Qui se prenait pour une reine.

Super.

Elle aurait dû s’y attendre. Il portait sa candeur sur le visage. Maintenant qu’elle y pensait, elle se demandait même si elle ne l’avait pas croisé dans les couloirs de Poudlard.
- Uh uh. Je t’amène ça de suite. Elle vole et flotte ; attrape et clap, clap, ne se prend pas les pieds dans la trappe.  Dire qu’elle croyait que la maladresse était restée prisonnière du Chaudron ! Humant le bois de l’antre, elle décocha un sourire rayonnant au gamin. Les v’là ! Tu disais. Poufpouf. Ah. J’y étais, aussi. Tu devais être relativement sage à l’époque, ou bon -j’me rappelle pas de t’avoir coincé, en tout cas.

Nel Queen - 1 accès libre pour le philtre calmant (5G) ; 1 amortentia (5G) ; 1 fiole en verre (1G) ; pourboire (4G) = 15 Gallions
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Antre des Potions

Message par : Crystal M. Ertz, Jeu 31 Mar 2016 - 22:59



Une seconde, deux secondes, vingt minutes? Le temps semblait devenir paresseux dans cet endroit. Ou alors était-il lui aussi impressionné par la Maîtresse des Potions. En voila un titre tiens. En l'entendant, la gérante des Halles avait la drôle d'impression de débarquer dans un spectacle d'opéra, où la musique n'émanait pas des cordes mais des âmes. Lugubre mais profond. Peut-être était cela qu'elle était, cette Lizzie. Les secondes continuant de s'égrainer avec paresse, l'apprentie alchimiste apprenait peu à peu à s'habituer à l'environnement. Ce n'était pas dans un endroit pareil qu'elle risquait quoi que ce soit. Les vendeurs aimaient trop les gallions pour ça, et elle était bien placée pour le savoir.

Lizzie avait récupéré le papier, son regard le parcourant rapidement avec une once, qu'était-ce? Amusement? Moquerie? Impossible à dire. C'était là qu'elle regrettait de ne pas savoir plus facilement lire l'esprit des gens. Tout ce qu'elle ressentait, là, c'était d'être la souris, blanche et sans défense, face à un chat qui connaît tous les pièges. Frisson. Besoin de l'optimisme niais des Pouffys, mais la chose n'est pas aisée sur une telle scène ainsi décorée. Dans un souffle, Lizzie s'échappa de l'échange. Elle parcourait la scène avec aisance. Elle était fière comme La Carlotta mais elle, aucun Fantôme ne pourrait la détrôner.

- Pour l'essence de Murlap, tu peux me la donner maintenant. Dit elle après s'être raclée la gorge et rougit à la fin du commentaire de la féline. Et très bien, je repasserai demain soir si c'est possible. Je suppose que je paye à l'avance? Elle n'osait quitter du regard celle qui venait de danser avec une liberté désinvolte flamboyante dans ces décors rappelant l'obscurité.

Revenir en haut Aller en bas
William West
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: L'Antre des Potions

Message par : William West, Sam 2 Avr 2016 - 23:00


PV Lizzie, autorisation de la demoiselle pour poster.


" Dispersio ! "

La tasse disparut de la table, direction la cuisine où il attendrait d'être lavé avec le reste de la vaisselle. Probablement par Gollum, William ayant d'autres chats à fouetter que de se préoccuper de quelques assiettes sales. Le bruit de verre brisé qui accompagna la disparition du récipient indiqua au serpent qu'il avait probablement mal dosé son sort et donc foiré le lieu d’atterrissage. Quelques pas et un changement de pièce plus tard lui donnèrent raison, les débris blanc étant éparpillés sur le sol, à environ deux mètres de l'évier.

" Bordel... Reparo. Ça me soûle quand ça fait ça... "

Les morceaux se scindèrent à nouveau pour ne faire plus qu'un et un simple Wingardium Leviosa renvoya la tasse à sa place initiale, toujours aussi sale par contre. Après un soupir en voyant la pile de vaisselle commencer à s'accumuler et pour se donner bonne conscience, Will informula un Recurvite suivi d'un Accio, attrapa la tasse au vol et la rangea dans le placard. Au moins ça c'était fait. Gollum n'aurait plus qu'à se charger des... quelques assiettes, verres et couverts qui restaient. Sans compter les plats. Oui, en nettoyant une tasse, William avait très clairement épargné à son elfe le plus gros du travail.

Elfe qui devait d'ailleurs être en train de roupiller quelques part dans la maison, à croire que son maître se montrait trop gentil avec lui. Quelques jours plus tôt, William l'avait trouvé en train de jouer avec un anneau, visiblement un simple cercle de métal décroché d'un rideau, et avait été tellement surpris de l'attitude de l'elfe qu'il avait préféré soupiré d'un air dépité plutôt que de le réprimander. Avant d'user d'un Terasectum pour faire fondre l'anneau sous les yeux attristé de l'elfe qui s'était alors mis à tousser d'une façon étrange avant de retourner faire la poussière.

PAUSE ! Je sais ce que vous vous dites, c'est mesquin et même méchant de la part de Will mais la dernière fois que Gollum avait joué avec un petit objet de ce genre, il avait faillit s'étouffer avec ! Si son maître n'était pas passé par là avec un petit Anapneo, il aurait été obligé de retourner s'acheter un elfe et moi de trouver un nouveau nom me permettant de faire plein de références plus ou moins bidons... Bref, on passe à la suite.

A peine retourné dans le salon, William pointa sa baguette vers le canapé.


" Waddiwasi ! "

Le poignard caché entre les coussins s'extirpa à toute vitesse de la où il était rangé et fut saisit au vol par William qui le glissa à sa ceinture, le masquant sous sa veste, avant de ranger sa baguette et transplaner. Là où il se rendait, mieux valait être prudent.

Allée des Embrumes, onze heure zéro zéro, le matin. Pourquoi William était-il réveillé aussi tôt ? Son horloge interne devait être détraqué mais quoi qu'il en soit, puisqu'il était debout, autant en profiter pour faire le plein de certaines potions potentiellement utile et puisqu'il manquait d'ingrédients, l'ancien professeur devait aller se fournir dans une boutique... Disons spécialisé. Cependant, cette allée n'étaient pas particulièrement réputé pour ses habitants et certains ne savaient décidément pas se tenir.

Deux clochards, littéralement, habillés en guenilles trouvé dans les poubelles des restaurants, pas lavé depuis la naissance, à la dentition plus que douteuse et surtout, à la manière de mendier façon Allée des Embrumes, vinrent donc à la rencontre du mage noir.


" Bah alors mon mignon, depuis quand on traîne dans le coin sapé comme ça ? Tes bourses ont l'air bien pleines dis moi, si on t'aidait à les vider ?

- Je vous remercie mais ma fiancée s'en est superbement chargée hier soir, je passe mon tour. "

Après un instant d'incompréhension totale, un éclair de lucidité traversa les yeux morves de celui qui avait pris la parole en premier tandis que le second détaillait le visage de William avec attention, faisant visiblement un effort surhumain pour se rappeler de quelque chose. Le serpent, pendant ce temps, semblait soudainement penser à tout autre chose et ne plus s'intéresser à eux.

" Je parlais de ton argent ducon ! Allez, file nous ton fric avant que je te tabasse ta gueule d'ange.

- Hey Marv', sa tronche me dit un truc, c'est pas le mec qu'est dans tous les journaux en ce moment ?

- On s'en carre, tant mieux s'il est connu, c'est qu'il a des thunes. Bon allez balance les gallions, hey tu nous écoute espèce de petite p... "

*J'ai dit fiancée ? Elle est pourtant loin d'avoir la bague au doigt... En même temps ça lui irait bien... Ouais mais ça sonne bizarre Axelle West... Ou pas, j'arrive pas à me rendre compte... Je me demande comment elle aurait réagit en entendant ça... Ils vont la fermer ces deux là ? Silencio !*

La baguette avait jaillit à une vitesse incroyable, coupant le dénommé Marv dans son insulte. Un mouvement du poignet et un Repulso plus tard le projeta contre un mur avec force, l'assommant sur le coup. L'autre s'enfuit aussitôt en courant sans demander son reste. Les détrousseurs n'étaient plus ce qu'ils étaient de nos jours. Dès lors qu'ils tombaient sur quelqu'un qui résistait un tant soit peu, les voilà qui pliaient bagages à toute vitesse.

Sans attendre, William se dirigea d'un pas sûr vers sa destination d'origine : la Boutique d'Accessoire de Magie Noire. Qui possède sans doute un autre nom de manière plus officielle pour éviter les visites du Ministère mais cette information n'est sans doute pas très importante. Le sorcier y entra et se dirigea vers l'escalier menant à l'Antre des potions. Il s'adressa à la première personne présente en ne la regardant que du coin de l'oeil, occupé à détaillé les lieux.


" Bonjour, j'aurais besoin de tous les ingrédients nécessaire pour préparer une potion d'Agilité Accrue, et d'un chaudron. Deux chaudrons en fait, je voudrais essayer quelque chose aussi... "
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
Responsable RPGPoufsouffle
Responsable RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Antre des Potions

Message par : Lizzie Bennet, Lun 4 Avr 2016 - 10:15


@Crystal

Gorge sèche, hésitante ; la douce cliente roulait les sons entre ses dents, n’avançait qu’avec prudence, et pourtant, elle attirait mon attention. Quelque chose dans la chute de ses cheveux, toute en ondulation. En ses boucles timides se lovaient sans doute senteurs exquises, et d’un coup d’un seul me prenait, plus besoin qu’envie, l’impulsion de l’approcher et m’enivrer de son cou. Qu’y trouverai-je ? Nuances tenues et retenues, graciles à n’en plus pouvoir ? Ou malices de notes en accord avec ses yeux qui, d’ordinaire, semblaient moins fugaces et craintifs qu’en cet instant ?

Oh oui, si elle était moins souris, je lui aurais sans doute sauté dessus dès longtemps. Bref. La nonchalance revient au galop, on note son prénom à la baguette, c'est quand même moche les étiquettes, pis on tend ladite fiole, réfléchit au tarif, ouais, 4 Gallions c’est honnête. C’est pas un ingrédient, c’est pas une potion. C’est fourni immédiatement, ça n’a requit de préparation. C’est bien, tout est bien, sans être ni fiché ni figé. Ça pourrait être mieux, ça va le devenir, je le sens en moi, à sa manière de me mater. Mes mains s’attaquent, chasseresses de bocaux, à quelques feuilles de Chanvre indien. Puis l’arrêt.

Elle aime pas les retrouvailles en journée. Préfère le soir. Allez, faites genre vous y avez pas pensé. Parce que moi j’ai déjà un sourire malicieux. Carnassier. Oh oui, je vais la manger, la dévorer, m’arrêter parfois la savourer, goûter les nuances de son odeur et du reste.
- C’est mieux oui, de payer en avance. On se débarrasse des formalités. Comme ça il ne reste que le plaisir.
On se rapproche pour saisir les sousous, pis ne résistant plus longtemps, répondant à l’impulsion, acting on it, on pose lentement les lèvres contre son cou. Juste ça. Un toucher. Un appel.


Crystal M. Ertz : Essence de Murlap (4G) + Essence de Dictame (5G) + Philtre de Paix (5G)
+ Goutte du Sommeil (7G) + 4 Fioles en verre (4x1G) = 25G


@William
T’avais décidé de bosser. Vraiment. Genre avancer tes recherches et tout et tout. Pis tu savais pas très bien ce qu’il s’était passé. A mi chemin entre les ingrédients, alors que l’expérimentation fumait, tu avais décidé de tout interrompre. Mettre le monde en pause. Prendre une retraite de la vie. Charmer une plume. Pas de paon, non, l’arrogance c’était plutôt la carte de visite de Parker, même si tu te défendais bien en la matière. Non. Tu voulais reprendre cette activité qui t’avait aidée à ne pas devenir folle à Azkaban.

Enfin. Certains seraient pas d'accord. On va faire simple. Compromis. Qui avait aidé quoi. Tu savais clairement pas de quoi parler. Mais t’avais soif. Alcoooooool. Non, c’est bien LE truc qui manquait à la BAMN. Dire qu’au Chaudron tu pouvais te bourrer la gueule à toute heure. Ronchonnant, tu partis dans un trip sur le thé. Avec un défi anti-lettres. Pop, deux qui devaient pas apparaître. Prête ? Ouais.
- ..., café ?
Noir, sans canard de neige. Voilà le café commandé par la blonde, abordée cinq fois par Fred. Novice, j’ai en charge l’éclairage des flamèches grises des lampes. L’ébène boisson parsemée d’éclats blancs ? On n’ose rêver le servir à nos premiers pas à la Caldamn.
Je l’observe.
Elle griffonne son verbe, elle crie de la main.
J’ignore la manière employée par la femme. Le papier me donne envie de gerber. Maladive aversion née de ma mère.

Son crayon s’écrase, bas. Mon regard dévie, dérive ; happé. La seconde passe. Six d’affilée. Le débris de verre se laisse fasciner, de son crayon il s’allèche ; après, mon pied l’accompagne. J'abîme son parchemin de cendres plafonnières ; l’air malhabile noie mes lèvres dans des niaiseries verbales.

L’affaire démarre mal, même si son opale paire d’iris ne se résolve encore à me laisser. Missile impossible à asservir. Désir de me laver les papilles avec le savon des casiers. Se, me reprendre. Je chancelle, parle.
- Pardon accessible si j’propose d’faire d’la Maison Dhénin ?

Eloignez ces draperies. On commence.


Tu te relisais même pas. Ça t’avait déjà saoulée. Fallait être incarcérée pour prendre goût à l’écriture ? Là t’avais juste envie de gerber. Mais violemment en plus. Tu froissais la page, retournais à ton job, ton talent, là où t’avais moins de doute et faisais moins de c*nneries, enfin si, mais expérimentales quoi, donc c’était pas grave. Tu bossais. Un temps, deux temps, et la partition s’accélère, les idées se mêlent, s’emmêlent, d’un coup même le chaudron tu le vois pas clairement.

Qu’est-ce qu’il se passait p*tain ? Ton corps se cambrait, la nausée revenait au galop. Ton œil droit voyait plus rien. Fin si, mais tout flou quoi. Le temps d’arriver aux toilettes que tu recraches déjà tes poumons et tes tripes et ton foie. Tu te rappelles pas avoir bu pourtant. Pis même quand tu buvais t’avais une sacrée descente mais peu d’enjeu de remontée. Un coup de baguette. Plus rien. Tout propre. Clinique. Heureusement que ce coin de la bâtisse était en bois. L’allergie à la pierre construite en prison aurait eu du mal sinon. Tu retournais bosser.

Mais ça te taraudait. Les volutes de fumée étaient partis en cacahuète, et tu domptais les éléments secourables avant de corbeiller le reste du test. L’équation mentale se poursuivait à la vue du liquide s’écoulant dans le néant. T’avais les seins lourds et tendus, ce qui était plutôt inusuel vu la planche à pain qui te caractérisait. Et c’est là que ça fait tilt. Une gêne que t’avais presque oubliée. De quand dataient tes dernières règles ? Oh, tu te rappelles de la galère en prison. Des chiottes froides et baguette inexistante.

Mais après ? Quelle était la dernière fois que t’avais peinturluré de sang sans passer par le meurtre ? Image indistincte. Ou plus exactement, inexistante. Oh p*tain. Faites que ce soit pas le cas. Juste une coïncidence. C’est possible, hein, les coïncidences. Tout le monde a un peu des irrégularités corporelles après un changement de milieu de vie. Oui. C’était rien. Pas besoin de passer à Sainte Mangouste pour autant. Non non, c’était une lubie. A moitié convaincue, tu revins sur tes pas, passant en mode automate, t’occupant les mains comme tu le pouvais.

Par chance, un client vint vite troubler l’introspection néfaste ; les circonstances lui valurent un regard un rien plus amène que la moyenne. Son visage était familier. Il était ton ancien professeur de potions. Il était le c*uillon qui t’avait foutue à Azkaban. Nope. Ranger, un instant seulement, la rancœur. Il avait su fermer le tiroir des pensées. Et avait peut-être eu un impact sur ton orientation. Réflexion. Les cours de potion... Nah, faut pas abuser, c'était Parker le tournant.
- ‘Lut, West. Coup de baguette, un chaudron vient se loger sur sa table d’examen. T’écoutais d’une oreille distraite et commençais à trier les ingrédients nécessaires, les disposant sur la table principale.

Une portion dans la réserve de tiges de bambou Phyllostachys viridiglaucescens, de touffes de poils de cheval, d’yeux de truite. Tu t’arrêtais. Il parlait d’essayer ? Oh, ça pouvait être terriblement sympa ça… Un second chaudron le rejoignit. T'avais bien envie de jouer, toi aussi. Machinale, tu poursuivais. 2 dans le bocal d’ailes de fée. Quel objectif, pour ta création ? 20 grammes dans le pot de poudre de Champignons bondissants. On a des cobayes tout format, selon tes besoins. 50 cL de salive de centaure. Tes fioles, tu les veux en quoi ? Verre, cristal ? Autant boucler les questions financières rapidement.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Malena Kane
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Antre des Potions

Message par : Malena Kane, Ven 8 Avr 2016 - 15:18


Quelqu’un, quelque chose est venuE me voir dans la nuit et a déposé une graine dans mes rêves. Au réveil, elle s’était transformée en une obsession à laquelle je ne pouvais me dérober, ou simplement résister. J’avais alors choisi les premiers vêtements tombés sous ma main tremblante. Que dis-je ? Les vêtements m’avaient choisiE!, pas l’inverse. Je m’en étais renduE compte plus tard en croisant, au coeur des ruelles, le regard d’une veille dame apeurée.

Précision : ma main tremblait en effet. Elle tremblait d’excitation (c’est pas aussi simple, aussi clair, et tu le sais au fond de toi. Ce n’est pas que de l’excitation. Y a aussi de la colère. Colère profonde, très profonde et qui gronde). Sans prendre la peine d’essuyer mes yeux encore humide de sommeil, j’avais alors quitté l’appartement très tôt. Si tôt, qu’il y avait encore de l’obscurité de la nuit qui traînait un peu partout et qui donnait à voir le monde sous un filtre bleuté.

J’avais le pas déterminé, énergique, et la gestuelle glissante et violente. Je refoulais  toutes les odeurs nauséabondes des caniveaux qui s’essayaient à m’attraper l’odorat, je chassais le vent frais contre ma peau - j’avais besoin de chaleur, et j’étais chaudE, très chaudE. Et c’est vibrant incendie, que j’arrivais devant l’entrée. Je restais là quelques secondes, tel un bandit des temps anciens, prêt au braquage. Bonnie and Clyde. Jesse James. Colt-baguette coincé-e dans la ceinture.

Je fermai les yeux. Je les entendais : leur coeur qui battait. Je sentais leur présence quelque part, dedans. Prêts à être vendus à qui offrirait l’argent nécessaire. Commerce. Marchandise. Je serrai les dents. J’allais les libérer. Et un jour, ils répandront leurs flammes sur le monde. En attendant, ils avaient besoin de quelqu’un, de moi : Electric Warrior, âme dragon, habillé comme un membre de l’Ordre noir. Car j’étais fureur, peur, horreur et terreur.

Ils avaient besoin de moi. On n’enferme pas des dragons sans devoir un jour le payer. Je ne comptais tuer personne, prendre les oeufs, et partir. Tuer, c’est pas drôle - enfin, j’avais jamais essayé, mais on est bien obliger de faire taire celui qui s’met à gueuler non ?

Flammes chargées. J’entrais dans la boutique ouverte, et me dirigeais vers des escaliers que je descendais, à la recherche des oeufs de Dragon. Ne vous inquiétez pas amiEs, je suis là. On transpercera ce début de journée maussade avec le ciel à hauteur de bitume. Car dehors, déjà, derrière l’horizon, commençait à apparaitre l’âme Dragon prête à rugir ses flammes vengeresses de l'aube.



Nom de Mission : Âme de dragon.
Agent : Electric Warrior
Objectif : Libérer les dragons.
Revenir en haut Aller en bas
William West
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Re: L'Antre des Potions

Message par : William West, Ven 8 Avr 2016 - 22:58


- ‘Lut, West.

La voix est familière, l'attention de William se porte finalement sur la demoiselle. Bennet, la complice de Parker lors de sa tentative de cambriolage à Gringotts. Ainsi que lors du meurtre d'un gobelin, au passage, détail non négligeable. Ces créatures, en plus d'être particulièrement hargneuses, pouvaient se montrer incroyablement rancunières, ces deux là feraient mieux de ne pas trop s'approcher de la banque durant les décennies à venir. Il était amusant de voir que tout deux travaillaient au même endroit, et plus encore de connaître le poste occupé par la jeune femme. Le serpent l'avait eut en cours, pourtant il ne se rappelait pas qu'elle fut particulièrement douée pour la discipline. Elle s'en sortait certes mais rien qui ne sortait de la moyenne.

*Toi aussi, élève, tu ne te distinguais pas plus que cela dans cette matière, cela ne t'as pas empêcher de l'enseigner pendant quelques temps...*

C'était Will lui-même qui les avait envoyé à Azkaban, grinçant des dents en devant agir de la sorte avec d'anciens élèves et particulièrement avec Ashton mais n'hésitant pas une seule seconde à jouer son rôle. Quoi qu'il en soit, cela expliquait sans mal la rancœur perçu dans la voix de la Poufsouffle.

*Ces imbéciles n'auraient jamais dût attaquer Azkaban, Parker ne pouvait même pas dire qu'il ne s'y attendait pas...*

Voir des membres de la maison jaune, si honorable, tourner ainsi était rare et donc toujours un régal pour les yeux. Will se plaisait à se dire qu'il n'y était pas pour rien, certes il n'avait été qu'un maillon éloigné de la chaîne mais il avait fait sa part et cela lui plaisait grandement.


- Quel objectif, pour ta création ?

William ne répondit pas tout de suite, observant les chaudrons et surtout les ingrédients se déplacer vers la table, ainsi ce serait là qu'il travaillerait, parfait. D'un coup de baguette il alluma un feu sous le premier, il s'occuperait de sa création plus tard.

- On a des cobayes tout format, selon tes besoins. Tes fioles, tu les veux en quoi ? Verre, cristal ?

" Fiole en verre, c'est idiot d'utiliser du cristal pour ça... Et pas besoin de cobaye. "

Le serpent se rapprocha lentement de la table sans toutefois lâcher Bennet du regard, fixant ses yeux, un mince sourire se dessinant sur ses lèvres. Il s'était décidé, étudier sa réaction serait particulièrement intéressant et instructif. William enfila ses gants en cuir de dragon et posa son poignard sur la table, la lame parfaitement effilé serait parfaite pour la potion. Tandis qu'il s'emparait de la tige de bambou, West repris la parole.

" Quant à mes objectifs... Je pourrais en avoir 87 différents... Tout en ayant bien 26 raisons de ne pas te les dire. "

Le jeune homme s'empara du couteau et trancha la tige de bambou dans sa longueur d'un mouvement expert sans pour autant détacher son regard de la maîtresse de potions de la boutique. Selon sa réaction, au moindre signe d'agressivité, l'outil se transformerait aussitôt en arme.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: L'Antre des Potions

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 10 Avr 2016 - 20:42




HRP: OMG, désolée pour le pavé!
Et aussi, il y a 30 gallions dans la pochette, les 5 derniers sont donc un gros pourboire pour toi :3  


Elle du quitter Lizzie du regard, le temps de chercher sa bourse de gallion dans son sac. Il fallait la trouver, vite. Dans un tel environnement, ses instincts lui criaient d'être attentive à ce qui se passait autour d'elle et ce n'était pas chose aisée quand on avait les yeux rivés sur un sac qu'elle percevait pour la première comme 'un foutoir du feu du Scroutt'. Enfin. Elle trouva la poche, resserra sa prise dessus de peur de la voir disparaître et releva un peu brusquement la tête. Il devait y avoir une trentaine de Gallions là-dedans. Mais il était hors de question de commencer à vérifier cela maintenant, de quoi aurait-elle l'air? Non, Crystal voulait éviter de provoquer un nouveau sourire moqueur chez la maîtresse des potions.

Mais alors qu'elle s'apprêtait à lui tendre l'or qui reposait entre ses doigts, Lizzie bondie sur la Crys-souris, avec une grâce et une lenteur-rapide, paradoxale et inexplicable. Surprise par le contact de ses lèvres sur son cou, elle lâcha la poche pleine de gallions. Celle-ci tomba sur le sol avec un bruit amplifié par les murs qui résonna dans sa tête. Inconsciemment, la jeune femme avait retenu sa respiration. Elle ne cligna des yeux qu'au moment de l'impact des pièces sur le sol mais le laps de temps écoulé avant cet instant lui semblait une éternité. Pas une seconde il ne lui vint le réflexe de s'éloigner ou de s'en prendre à son assaillante. Incapable de se mentir, l'alchimiste savait qu'elle avait apprécié ce contact. Son caractère réfléchi, sage, retenu était diamétralement opposé à cette facette de Lizzie, ce qui lui donnait l'impression d'avoir touché la part d'elle-même qu'elle ne serait peut-être jamais.

- Je, hum, tu ... Désireuse de couper court à ce balbutiage digne d'un élève en cours de répartition, la brune s'échappa en pliant les genoux et ramassa la poche avant de se redresser en reculant.

Ça faisait pas mal de temps qu'elle n'avait pas été aussi rouge et qu'elle avait perdu ses moyens. Voila qu'elle redevait la jeune reclue de 11 ans qu'elle avait été. Nop, elle n'aimait pas ça. Elle avait le choix entre réagir comme la jeune femme de 22 ans qu'elle était devenue ou s'enfuir. Sans plus réfléchir, ce fut la deuxième option qu'elle emprunta. Mais elle se promit qu'elle changerait ça. Bientôt. Remettant la poche au Chat Grivois (ça sonnait bien), l'Alchimiste s'empressa de rejoindre la sortie, en espérant que sa cote de popularité auprès de Lizzie ne descende pas trop bas après cela.


►► Une Ellipse plus tard ◄◄


Crys' finissait de ranger les Halles. Les derniers clients avaient daigné gagner la sortie, surtout grâce au regard de flamme que pouvait lancer Laurae quand elle pouvait. La gérante avait eu l'esprit ailleurs toute la journée. Elle avait été à deux doigts de vendre une robe de soirée à un sorcier désirant un livre de Lockhart et avait renversé de l'encre sur son livre de compte. La fatigue n'avait pourtant jamais eu cet effet là sur elle pourtant, c'était autre chose, c'était... Lizzie Bennet. A l'évocation de ce nom, un frisson l'envahit. C'était idiot, adolescent mais elle ne pouvait pas s'en empêcher.

Depuis qu'elle avait quitté l'Antre des Potions en catastrophe le jour précédent, les événements ne cessaient de se rejouer dans son esprit. Elle entendait presque les bruits d'un tambour qui s'accentuait à mesure que l'heure approchait pour elle d'y retourner. Parmi les nombreux et innommables sentiments qui se bousculaient en elle, la peur surgissait toujours en première. Mais plutôt que la peur de mourir ou de souffrir qui l'occupaient habituellement, c'était la peur de l'inconnu. Inconnu qui venait à la fois de l'extérieur (Lizzie, en l'occurrence) mais aussi d'elle-même. Y pensant, la jeune femme claqua sa langue pour marquer son mépris envers sa petite personne. Ces lèvres dans son cou. Ça occupait une grande partie de ses pensées alors que pour Lizzie, c'était sans doute un geste comme un autre, un jeu comme un de ceux qu'elle avait sans doute l'habitude de jouer, avec des plus joueurs que Crystal.

Après la peur venait l'excitation, qu'elle tentait en vain de refouler. La sorcière était toujours seule et même s'il était difficile pour elle de le reconnaître, cela commençait à l'ennuyer. Sa vie tout court commençait à l'ennuyer. Bien qu'elle soit toujours occupée, sa vie sociale se résumait à ses ventes, ses pauses en compagnie de Laurae, ses échanges "pro" avec son maître alchimiste et ses rares entrevues avec les membres de la Guilde. Il lui manquait quelque chose. Chassant ces pensées de sa main telle une mouche imaginaire , la jeune femme referma enfin la porte de sa boutique et s'apprêta à rejoindre la Boutique.

La nuit encore fraiche eu vite fait de colorer ses joues blafardes comme le vent s'empressa avec un malin plaisir d'emmêler ses cheveux. Elle pressa le pas. Lorsqu'elle poussa finalement la porte de la boutique, toutes ses pensées qui aimaient la tourmenter étaient toujours là. Elle écoutait une symphonie à 5 voies de ses émotions, qu'il faudra qu'elle fasse taire si elle voulait conclure cette vente. Un pas dans la boutique, puis un autre. Il ne restait plus qu'à attendre la Maîtresse des potions.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: L'Antre des Potions

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 5

 L'Antre des Potions

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.