AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 3 sur 7
Dédale de couloirs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Mary Drake
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle

Re: Dédale de couloirs

Message par : Mary Drake, Sam 11 Juin 2016 - 22:22


Le repas d'aujourd'hui n'était pas bien bon. Ou peut-être était-ce mon appétit qui n'était pas très développé aujourd'hui ? En tout cas ça ne m'avait pas bien plus. Je marche, en pensant, encore et encore. Tel est ma piètre destinée. La chanteuse qui ne sait pas chanter.

I'm only one, a call away

Je me mets à chanter, à sautiller. C'est agréable. C'est délectant. Pendant un instant, je m'arrête, le regard dans le vague. J'entends des pas derrière moi. Un songe. Surement. Ou non. On verra. Puis une voix. Pas bien méchante, plutôt perdue.

-Bonjour, excuse moi, je cherche la volière, tu saurais m'indiquer la direction à suivre ?

Je me retourne, un sourire aux lèvres. La fille qui se trouve devant moi est mince, fine, on dirait à première vue une avocate. Mais non. Une  élève ne peut exercer ce métier. Elle semble avoir mon âge. Je l'observe encore quelque instant, puis l'évidence me frappe. Je la connais ! C'est la fille qui s'était énervée dans la salle commune sur le petit Arukiel . Je ne savais d'ailleurs toujours pas si ce jeune garçon était coupable ou pas. Enfin, cette histoire est passé, je n'ai qu'à garder ma frustration enfouie dans mon petit cœur.

- Bonjour. Alors, la volière... Bonne question.

Le problème étant que, j'ai autant d'orientation qu'un poulet rôti.

- En fait, je pourrais t'y conduire, si je ne me suis pas perdue pour la énième fois. Mais t'indiquer le chemin comme ça, c'est impossible pour moi. Je suis vraiment désolé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arukiel Delorée
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Arukiel Delorée, Dim 12 Juin 2016 - 1:44


Arukiel attendait un nouvel arrivage de livres. Enfin, attendait, pas exactement. Il l'avait reçu et n'avait plus qu'à se déplacer jusqu'à la volière pour se les procurer. Il décida de le faire en début d'après-midi, peu de temps après avoir manger. Le repas fut simple, selon les standards du château en tout cas. Après tout, force est de constater que depuis son arrivé en ces lieux, il vivait dans l'opulence. D'ailleurs, il allait vraiment devoir penser à voir pour faire un sport car, si son appétit grandissait de jour en jour, ses activités physiques ne le justifiaient pas.
Il se déplaçait dans les couloirs puis entre-aperçut, entre deux capes de sorciers, un tête qui lui était familière. C'était celle de Mary, une fille qu'il avait rencontré quelques temps auparavant dans la salle commune, peu de temps après un événement mouvementé. Il se dirigea donc vers elle et l'accosta d'un air jovial.

- Salut! Ça faisait longtemps Mary!

Puis, ses yeux se mouvant au gré des zones de son environnement qui devenaient visibles, son regard croisa celui d'une fille qui lui parlait. Pas depuis longtemps au vu de leur positions respectives. Cette fille, il la connaissait relativement bien. Enfin, mieux qu'il ne le voudrait en tout cas. Cette fille, c'était Anna Schomann, la fille avec qui il s'était disputé dans la salle commune. Il s'était un peu renseigné sur elle vu la forte impression qu'elle lui a laissé. A savoir, celle d'un Gryffondor chez les Serdaigles. Ce qui, pour l'aiglon, était tout sauf un compliment. Bon, trop tard, la distance minimale à conserver pour pouvoir prétendre ne pas l'avoir vu avait été franchie. Il allait devoir faire avec elle.

- Salut Anna. Complétât-il sur un air déjà moins ravi.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Anna Schomann, Lun 13 Juin 2016 - 23:13


« Bonjour. Alors, la volière... Bonne question. En fait, je pourrais t'y conduire, si je ne me suis pas perdue pour la énième fois. Mais t'indiquer le chemin comme ça, c'est impossible pour moi. Je suis vraiment désolée. »

Arf... Elle ne peut pas m'aider, j'aurais essayé. Certes elle aurait pu m'y conduire, mais je ne voulais pas lui faire perdre son temps. Elle avait sans doute mieux à faire que de s'occuper de ça. Tandis que je pensais à la saluer en la remerciant tout de même pour son attention, une voix manifestement de bonne humeur salua la jeune fille et me dévoilant son prénom par la même occasion.
Le garçon apparu devant mes yeux, sa voix laissait disparaître la joie dont il avait fait part quelques secondes plus tôt. Il était évident qu'il m'avait salué par politesse, mais je ne m'attendais pas à de grands égards au vu de notre dernière interaction. Je décidais de le saluer à mon tour.

« Salut Arukiel »
 
Il n'y avait ni haine, ni hésitation, ni joie dans ma voix, elle était parfaitement neutre. Pour moi, cette histoire était finie et je n'avais pas l'intention de retourner là-dessus. Il fallait savoir passer à autre chose et c'est ce que j'avais fait.
Je regardais en direction du bout du couloir pour voir si une autre surprise allait se pointer, vu la chance que j'avais, je m'attendais à tout. Je repensais alors à mon histoire de volière qui m'était sortie de la tête. Le nain avait sûrement la réponse à ma question. Une chance de servir à quelque chose peut être. Je m'adressais à Arukiel de la manière dont je l'avais salué.

« Est-ce que tu saurais m'indiquer la direction de la volière au plus grand des hasards ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Mary Drake, Mar 14 Juin 2016 - 14:50


La fille semble déçue. Je n'en peux rien moi ! Si elle me demande de l'y conduire, je le ferais, sinon...

- Salut! Ça faisait longtemps Mary!

Tiens, Arukiel. Effectivement, voilà quelque temps qu'on ne s'était plus vus. Depuis, je suis un peu moins timide. Avec un peu de chance, nous pourrions continuer notre discussion, dans un endroit moins confiné que la salle commune. Les couloirs où nous sommes, par exemple, sont parfaits pour ça. J'oublie quelque instant la fille, dont j'apprendrais le nom bien assez tôt. Mais, attends Mary ! Arukiel et la fille, si tu te souviens bien, ils se connaissent déjà non ? Ça sent le cambouis !

- Salut Arukiel !

Quand je me retourne vers lui, je vois qu'il est déjà passé à autre chose, sur quelqu'un d'autre. Pour le meilleur, ou, dans notre cas, pour le pire. Il salue l'autre, avec une voix un peu plus froide et sèche. Son ancienne agresseuse ne tarde pas à lui répondre.

- Salut Arukiel

Hola ! La tension monte déjà. Anna, dont je venais d'apprendre le nom, a répondu d'une voix sans émotions, sans crainte, sans rien en fait. Je ne sais pas si je fais bien de rester là. Attendons Mary. Ça peut devenir intéressant.

- Est-ce que tu saurais m'indiquer la direction de la volière au plus grand des hasards ?

Même intonation, même joie de vivre. La fille doit être vachement désespérée pour demander son aide à quelqu'un qu'elle n'aime pas. Rhoo, c'est bien triste tout ça. Je devrais les pousser un peu non ?

-Un peu d'ambiance, ça ne fait pas de mal non plus.

Zut ! J'ai parlé tout haut. On ne jure pas dans sa tête Mary, retient toi. Avec un peu de chance, ils ne m'ont pas entendu. Mais la chance d'un poulet rôti, elle n'est pas trop présente, vu que le poulet, bah il est déjà cuit !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doug Rippringham
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Doug Rippringham, Dim 21 Aoû 2016 - 15:25


Les Couloirs
Avec Keira Sanders

Dans une des très nombreuses salles de cours de Poudlard, Doug rangeait tranquillement ses affaires et quitta la pièce où venait d'avoir lieu le dernier cours de sa journée. La plupart de ses camarades étaient déjà bien loin et le jeune Gryffondor se retrouvait tout seul dans le labyrinthe changeant que formaient les escaliers et couloirs de l'école. Maintenant qu'il était libre, Doug se demanda ce qu'il pouvait bien faire. Il avait terminé tous ses devoirs pour le lendemain et il n'avait pas beaucoup de motivation pour terminer les autres; Il songea qu'il pourrait faire un tour à l'extérieur mais un rapide coup d'oeil par une fenêtre lui apprit que le soleil n'était pas au rendez-vous et que les gouttes de pluie se répandraient bientôt sur le château. Finalement, le rouge et or décida de rejoindre la Bibliothèque afin de se divertir un peu. Satisfait de sa décision, le jeune garçon se mit à arpenter les couloirs de l'école.

Alors qu'il marchait depuis quelques minutes déjà, Doug s'engagea dans un couloir un peu plus étroit et isolé que les autres. Un groupe d'élèves de quatrième ou cinquième année s'engagea lui aussi dans le passage et le jeune Gryffondor préssentit rapidement que les élèves qui le suivaient ne semblaient vraiment pas sympathique. Inconsciemment il accéléra le pas et alors que seulement quelques mètres le séparaient du prochain croisement, il sentit une main se poser sur son épaule et il sursauta violemment.

- Je croyais que les Gryffondors étaient tous courageux! Regardez celui-là. Le Choixpeau a dû se tromper, se moqua le garçon qui avait attrapé Doug.

Le rouge et or baissa rapidement les yeux. La meilleure solution dans ce genre de situation était d'ignoré celui qui le persécutait. Ce dernier se lasserait bien vite et le laisserait tranquille. Toutefois, tous ses vis-à-vis semblaient bien déterminés à lui en faire voir de toutes les couleurs, et sans raisons apparentes.

- Tu pourrais nous répondre quand on te parle! La noblesse ne fait pas partie des traits de caractère des idiots de ta maison? Décidément, tu n'as rien pour toi! reprit de plus belle celui qui semblait être le leader du groupe.

Doug ne répondit pas. Il ne savait pas du tout comment sortir de cette situation. Il avait peur de dire quelque chose qui énerverait encore plus ses assaillants. En même temps, l'un de ses points faibles avaient été atteint par le chef du groupe. Le rouge et or se posait souvent des questions sur sa répartition et il doutait souvent de sa place dans la maison des Lions. Y avait-il vraiment sa place? Etait-il suffisamment courageux et audacieux pour prétendre porter le blason des Gryffondors? C'est vrai que le jeune garçon pouvait se montrer très courageux lorsque l'un de ses proches étaient en danger mais lorsque l'on s'en prenait à lui, il se faisait facilement marcher sur les pieds et son courage s'envolait subitement, le laissant souvent dans des situations inconfortables et propices aux nombreuses moqueries des autres élèves.

- Peut-être qu'il est muet après tout? renchérit le chef.
- T'as qu'à lui faire mal, pour voir s'il peut crier, se moqua un autre gamin de la bande.

Doug releva subitement la tête et vissa son regard sur son principal assaillant dont le sourire moqueur devint subitement plus cruel. Il attrapa vivement le bras du jeune garçon qui se débattit férocement contre son assaillant. Ce dernier, bien plsu grand et bien plus fort, resserra sa pression sur le bras du jeune garçon et se dernier lâcha un glapissement de douleur.

- Laissez-moi tranquille! Je ne vous ai rien fait! tenta de se défendre Doug.

L'emprise sur son membre blessé disparut et Doug retrouva la liberté de ses mouvements. Il allait prendre rapidement la fuite lorsqu'il entendit une voix dans son dos.

- Pas muet alors! Mais tu fais honte à ta maison. On pourrait aller tout raconter aux autres et plus personne ne te prendrait au sérieux, ni toi, ni les Gryffondors!

La menace semblait tout à fait sérieuse et Doug abandonna toute idée de fuite. Il ne pouvait pas laisse faire cela! Qu'on entache son nom et sa réputation, tant pis! De totue manière, il n'avait pas vraiment d'amis et cela ne risquerait pas de changer dans l'immédiat. Mais qu'on s'en prenne à sa maison, c'était une autre chose! Il ne pouvait pas se permettre qu'on insulte les Gryffondors par sa faute.

Doug planta son regard déterminé dans celui de son interlocuteur direct. Au fond de lui, il tremblait de peur mais il tentait vaillamment de la camoufler. Il ne savait plus quoi faire maintenant : répondre par les mots ou par la force? La première alternative lui semblait la plus judicieuse au vu de son physique chétif d'élève de Première année. Toutefois, il se doutait que les mots auraient peu d'impact sur ses adversaires. Une seule chose pouvait le sortir de ce contretemps fâcheux : un miracle.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Dédale de couloirs

Message par : Keira Sanders, Mer 24 Aoû 2016 - 14:18


Quoi de mieux qu'une journée légère pour soulager un milieu de semaine ? Pour cela, Keira avait de la chance, sûrement venue de la combinaison d'options qu'elle avait choisies. Elle avait les épaules chargées comme un boeuf de charrue par le poids d'une dernière année à l'école de sorcellerie, mais avait au moins cette chance : un après-midi très léger pour flâner un peu. Elle avait eu un cours, après le repas. Un cours rapide, hop, rapidement expédié aux oubliettes - du moins, tant qu'elle n'aurait pas à faire ses devoirs. Alors elle avait chassé toutes ces informations parasites de sa tête pour rejoindre le parc.

Se prélasser dehors, elle aimait ça. Juste ne rien faire, être assise sur le gazon à l'ombre d'un chêne ou au bord du lac bercée par la brise humide, sentir ses cheveux danser légèrement sous le vent, respirer et être consciente des cellules qui travaillaient dans ses poumons, se concentrer sur les battements réguliers de son coeur, et puis penser, bien sûr ; penser à tout et à rien à la fois, penser à ce qu'elle allait faire après, penser qu'elle devrait peut-être envoyer une lettre à ses parents, et imaginer de nouveaux tableaux qu'elle pourrait peindre une fois le week-end tant attendu arrivé. La verte et argent était sans doute restée une bonne heure dans cet état léthargique, ayant l'air tellement calme que ce devait en être troublant vu de l'extérieur. Elle avait toujours l'air relativement calme, de toute façon ; mais Merlin savait quelle genre de tempête pouvait ravager ses entrailles parfois.

Des rires de pimbêches éclataient à droite, et son état de transe en fut coupé ; elle voulut les maudire, ces filles-là, ne pouvaient-elles pas aller rire ailleurs que près d'elle ? Elle fronça les sourcils en leur direction, mais remarqua au passage la teinte grise qu'avait prise le ciel, ces panaches de nuages qui formaient un joli dégradé du gris vers le blanc tout là-haut. Comme il n'y avait pas besoin d'être un génie pour le comprendre, Keira râla intérieurement que de la pluie ne tarderait pas à tomber, et la pluie, elle n'affectionnait pas ça. Se retrouver mouillée gâcherait toute sa journée, tout ce repos intérieur qu'elle venait de s'offrir, car oui c'était un peu un luxe, d'abandonner l'idée de faire ses devoirs pour rester à rêvasser bêtement à l'état larvaire. Elle se releva en poussant sur ses mains, ramassa son sac et posant péniblement un pas devant l'autre, elle retourna au château.

Elle soupira, hésita deux secondes, et décida de partir vers la bibliothèque. Puisqu'elle ne pouvait plus s'asseoir tranquillement dans le parc - son endroit préféré, autant aller faire ses devoirs et rattraper des oubliettes ce qui avait été dit plus tôt dans la journée, quand elle avait les fesses posées devant un pupitre. Elle passa par un couloir étroit, un peu de monde qui circulait par ici. Un peu beaucoup pour un couloir si étroit, c'en serait presque louche, mais après tout, les gens sociaux se déplaçaient en essaims, tout le monde n'était pas un petit loup comme elle.

Elle le suivait, cet essaim, pas assez pressée pour les dépasser, et une voix moqueuse s'éleva alors que le groupe se figea sur place. A un pas de plus, Keira aurait foncé dans le grand type qui s'était arrêtée juste devant elle. Habituellement, elle aurait fait une remarque désobligeante avant de passer son chemin, mais la nature de la moquerie retint son attention. Les persécuteurs étaient de dos, elle ne pouvait pas voir leurs blasons, mais le fait qu'ils raillent Gryffondor lui plaisait assez bien. La suite des mots qui sortirent laissa deviner que ce devaient être des Serpentards. Ça évoquait la noblesse, tout ça. Tu n'as rien pour toi, c'était assez dur, assez cru.

On aurait presque cru entendre Keira, il y avait quelques années de cela. Enfin, elle n'attaquait pas souvent par pure méchanceté, et encore moins en groupe comme ceci, mais de toute façon, elle s'était calmée. Elle pencha la tête pour essayer d'observer la victime et vit une petite tête blonde. Elle ne pouvait rien distinguer d'autre, et encore moins voir son visage. Un autre élève suggéra de faire mal au petiot, ce que Keira commençait à désapprouver tout de même, parce que ce gamin-là n'avait pas été insolent et en sortirait peut-être marqué de l'intérieur.

Bref, comme elle n'approuvait pas cette petite plainte de douleur, surtout si ça venait de compères de sa maison comme elle le suggérait, la brune se dirigea d'un pas lourd vers le devant du groupe, se racla la gorge et tapota de l'index son badge de préfète. « Leur maison est déjà dotée d'un nombre monstre d'idiots, » dit-elle en pensant à tous ces rouges et or qui faisaient le chahut en classe, « et ce p'tit n'a pas encore l'air d'en être un. Alors, vous rendriez service à tout le monde si vous ne vous assuriez pas personnellement  qu'il le devienne... » En face d'elle, elle voyait en effet des blasons verts et argent mais aussi un bleu et bronze au moins. « Déguerpissez avant que je prenne vos noms. »

C'était efficace, parce que personne ne souhaitait être puni, surtout que la préfète se serait bien amusée à aller faire son rapport au prof le moins rigolo qui soit si elle en avait eu l'occasion. Des plaintes s'élevèrent, dans le genre « ouais, c'est ça » et « gniagniagnia » et on savait pas quoi d'autre, étrangement ils s'étaient tous mis à causer dans leur barbe, moins fiers d'eux. Keira se trouva bientôt seule dans le petit couloir avec le blondinet.

« C'est pas comme ça qu'on se défend, p'tit. C'est pas avec ce regard que tu feras peur à quelqu'un. » Parce que dans cette école comme partout dans la vie en général, il y avait des lions toujours plus forts, toujours plus imposants que soi, même si on était un petit gryffon.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doug Rippringham
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Doug Rippringham, Mer 24 Aoû 2016 - 15:18


Comme si une force supérieur avait entendu la prière silencieuse de Doug, un événement inattendu vint l'extirper de la situation fâcheuse dans laquelle il s'était empêtrée. En effet, une jeune fille au couleur des Serpentards fit son apparition dans l'étroit couloir. Au début, le jeune Gryffondor pensa qu'elle allait l'ignorer voire se rallier au groupe de ses assaillants. Mais elle n'en fit rien. Au lieu de cela, elle interrompit le petit groupe et désigna son emblème de Préfète. Le rouge et or sentit enfin l'espoir lui revenir en voyant l'insigne salvateur.

« Leur maison est déjà dotée d'un nombre monstre d'idiots, et ce p'tit n'a pas encore l'air d'en être un. Alors, vous rendriez service à tout le monde si vous ne vous assuriez pas personnellement qu'il le devienne... »

Doug n'était pas spécialement heureux qu'on s'en prenne ainsi aux élèves de sa maison mais si cela pouvait le sortir de ce pétrin, il pourrait faire abstraction de cet commentaire de la part de la Préfète des Serpentards. Bien entendu, le jeune garçon n'était pas dupe et il savait que les Gryffondors n'étaient pas toujours irréprochables comme ils tentaient de le faire croire : ils étaient souvent les plus agités et leur courage pouvait vite se transformer en une témérité aveugle et stupide. Le rogue et or se demanda un instant s'il pouvait être classé dans la catégorie des "idiots". Peut-être. Après tout, il était sûr qu'il paraissait bien stupide aux yeux de la Préfète avec son regard de gamin terrifié alors qu'il arborait les couloirs de la maison des courageux. Tant pis. Il n'était plus à une humiliation près.

« Déguerpissez avant que je prenne vos noms. »

En entendant les faibles protestations des élèves du petit groupe, Doug pensa un bref instant que ses persécuteurs n'allaient pas abandonner l'affaire, mais finalement ils finirent par se disperser. Le jeune Gryffondor poussa un soupir de soulagement qu'il ne prit même pas la peine de camoufler. Il avait vraiment eu peur et il se rendait compte qu'il avait eu beaucoup de chance. En fait, il avait été tellement concentré sur une façon de s'enfuir qu'il n'avait même pas pris le temps de se concentre véritablement sur l'identité de ses adversaires. Mais maintenant, ça n'avait plus d'importance.

« C'est pas comme ça qu'on se défend, p'tit. C'est pas avec ce regard que tu feras peur à quelqu'un. »

La Préfète avait raison. Doug baissa honteusement les yeux. Il s'était montré lâche et il s'en voulait maintenant. Mais en même temps, qu'aurait-il pu faire face à une bande d'idiots plus grands que lui? Et puis, Doug n'était pas spécialement un adepte de la violence physique et sa timidité naturelle l'empêchait de magner les mots avec habilité.

- Je sais. Mais je ne savais pas quoi faire. Ils étaient nombreux et ..., tenta-t-il de se justifier pitoyablement.

Non! Stop! Il fallait qu'il prouve à la verte et argent qu'il n'était pas un petit garçon apeuré qui ne méritait pas d'appartenir aux Gryffondors! Il releva un peu la tête et plongea ses yeux bleus dans le regard brun de son vis-à-vis. Il lui offrit également un petit sourire de gratitude.

- En tout cas, merci beaucoup de m'avoir sauvé. J'espère juste qu'ils ne s'en prendront pas à toi pour cela ... Je ne voulais déranger personne. Je ne sais pas pourquoi ils s'en sont pris à moi, il avoua presque en chuchotant.

Doug était tout à fait sincère : il ne voulait pas que par sa faute la verte et argent soit à son tour menacé par le groupe qui venait tout juste de quitter le couloir. Certes, la jeune fille paraissait tout à fait capable de se défendre et son statut de Préfet lui donnait un avantage sur ces idiots, mais parfois la jeunesse faisait faire des choses irréfléchies et impulsives ... Le jeune Gryffondor sentait désormais qu'il avait une sorte de dette envers la Serpentard. Certains auraient pu tout simplement penser qu'elle n'avait fait que son job, mais le Lion n'était pas de cet avis. Il se sentait redevable et alors qu'il se fit une note à lui-même de ne jamais oublier le geste de la jeune fille, il paniqua en se rendant compte qu'il ne connaissait pas son prénom! Il sentit la honte s'emparer de lui : il devrait connaître le nom des Préfets des autres maisons, tout de même! Mais il n'arrivait absolument pas à mettre un prénom et un nom sur le visage aux traits asiatiques qui lui faisait face. Le jeune garçon tenta de se calmer et réfléchit à un moyen subtil de lui demander son prénom sans paraître ignorant.

- Au fait, je m'appelle Doug, et il accompagna ses mots d'un geste tout à fait impulsif mais naturel en lui tendant la main.

Quel idiot! Décidément, il enchaînait boulette sur boulette! Ce n'était pas du tout naturel ça! Et ça faisait gamin en plus! Bon, puisqu'il était partit dans son élan de "je parle sans trop réfléchir mais avec authenticité", il continua sur sa lancée.

- En tout cas, ce que tu as fait était très courageux de ta part! Je comprends tout à fait pourquoi tu es Préfète, lui dit-il avec sincérité.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Dédale de couloirs

Message par : Keira Sanders, Jeu 1 Sep 2016 - 20:53


Elle posa son regard sur lui, et devait avoir l’air sacrément hautaine surtout lorsqu’on considérait la différence de taille qui séparait leurs deux têtes. La brune avait déjà une taille imposante parmi les filles de son âge, alors mise à côté d’un petiot, c’était encore autre chose. Elle releva le menton et haussa un sourcil en entendant qu’il ne savait pas quoi faire et qu’ils étaient nombreux, mais trouvait ça mignon que le petit tente de justifier son manque de défense. D’un sens, elle comprenait. Si on avait pas un caractère fort de nature, qu’on était un peu perdu et seul et que des plus grands en tiraient avantages, c’était fichu.

La chinoise n’avait jamais eu de soucis avec ça. Son regard froid et perçant avait du dissuader les autres de s’en prendre à elle dès son arrivée, alors qu’elle découvrait petit à petit les codes relationnels qu’elle n’eut jamais appris durant son enfance. C’était aussi la raison pour laquelle elle n’avait jamais hésité à dire ce qui lui passait par la tête. Elevée trop seule, elle n’avait pas appris à se soucier des émotions de ses interlocuteurs autant que les autres. Du coup, il lui était arrivé parfois de blesser ou d’énerver sans le vouloir. Et elle n’avait pas compris pourquoi. Mais maintenant, ça allait mieux à ce niveau. Elle avait toujours cette manie de ne pas mâcher ses mots, sauf lorsque c’est vraiment trop inapproprié – et la réputation de farceuse qu’elle avait du se forger durant ses années de crise d’adolescence devait avoir payé. A présent, son badge la protégeait également, comme la petite gamine privilégiée qu’elle était.

Il se demandait pourquoi ils s’en étaient pris à lui, mais ce n’était pas bien dur à dire. Surtout quand on avait eu l’habitude de faire des farces aux personnes seules et sans défense. « Ils ne s’en prendront pas à moi, » répondit-elle en riant. « Ou alors, ils le regretteront. » Elle accompagna ses mots d’un haussement d’épaules et d’une moue faussement innocente. Elle n’insinuait pas savoir faire preuve de grande violence ou torturer ses agresseurs, loin de là. Mais elle saurait s’en sortir, elle ne savait.

Doug, c’était son petit nom. Elle n’avait jamais connu quelqu’un qui portait ce prénom auparavant, et aimait la diversité. La verte repoussa ça dans un coin de son cerveau, se disait qu’il faudrait qu’elle s’en souvienne. Elle regarda hésitante la main tendue devant elle. Le blond avait l’air sympathique, bien dommage pour lui d’être une paria. « Keira, » et elle attrapait sèchement la main tendue par politesse. Elle décida d’ignorer la dernière remarque, sans prendre la peine de rire en entendant le mot courageux la décrire – plutôt  lâche en réalité, la demoiselle n’avait fait que ce qu’elle était censée faire. « Simple. Tu es jeune, tu as l’air trop abordable, trop sans défense. Une cible parfaite. Ca doit être… l’expression sur ton visage. » Mais bon, ce n’était pas comme si c’était quelque chose qui pouvait se changer en un claquement de doigts, et il y tenait peut-être, à cet air guilleret. Ce devait être plus simple de se faire des amis, avec une expression comme celle-là. « Il faut que tu parles. On dit parfois qu’ignorer, c’est la meilleure solution, mais c’est faux. Parce que quand tu ignores… Ils ont le temps de te piétiner. Alors il faut menacer. »

Elle fouilla dans son sac, et en sortir une petite fiole remplie d’un liquide à l’aspect aussi nauséabond que son odeur – qu’on ne pouvait pas sentir, heureusement, fiole fermée oblige. Elle le tendit au petit avec un sourire en coin. « Pus de bubobulb. Si tu touches ce truc, eh bien… ça… fait mal, » dit-elle en repensant au jet de pus qu’elle avait reçu en plus cou durant une classe de botanique. « Rien de grave, ça tue personne, et ça se soigne en cinq minutes. Mais c’est assez pour faire fuir qui que ce soit… » Peut-être saurait-il en faire bonne usage ? Il n’avait pas forcément à asperger tout le monde avec, mais seulement à proférer des menaces, car si un sort pouvait louper ou être faible, le pus avait un effet certifié – satisfait, ou remboursé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doug Rippringham
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Doug Rippringham, Jeu 29 Sep 2016 - 17:23


« Ils ne s’en prendront pas à moi, »

Doug croyait son aînée sur parole : la jeune femme ne semblait pas du tout du genre à se faire marcher dessus! En tout cas, son assurance qu'il ne lui arriverait rien fascina le jeune garçon. Peut-être que s'il prenait d'avantage confiance en lui, lui aussi pourrait être assuré de pouvoir parcourir les couloirs de Poudlard sans craintes.

« Ou alors, ils le regretteront. »

Malgré la mine innocente de la préfète, le jeune Gryffondor comprit que ces paroles n'étaient pas simplement des menaces en l'air et il plaignit presque ceux qui oseraient s'attaquer à la Serpentarde. Mais en même temps, cela le rassurait! Au moins, son intervention ne risquerait pas de lui porter préjudice.
La main que le plus jeune avait présentée par politesse fut serrée un peu sèchement par la verte et argent mais Doug ne s'en formalisa pas trop : en fait, il s'y attendait. La poigne correspondait plutôt bien avec la personne. Tout comme son prénom d'ailleurs. Keira? Original et unique. Un prénom court mais efficace.

« Simple. Tu es jeune, tu as l’air trop abordable, trop sans défense. Une cible parfaite. Ca doit être… l’expression sur ton visage. »

Pendant quelques instants le jeune élève regarda Keira avec hésitation et interrogation. Il semblait faible, sans défense? Oui, cela ne l'étonnait pas trop. Il n'était vraiment pas comme la plupart des garçons de son âge : le sport, très peu pour lui! Sa carrure en faisait un peu les frais et il était d'avantage mince et effacé que bien musclé et prêt à riposter à toutes attaques physiques. Tout de même, le commentaire sur l'expression de son visage l'interloqua et il porta instinctivement une main sur son visage. Il ne comprenait pas trop la dernière phrase de la préfète mais bon! Elle était plus grande, elle devait certainement savoir de quoi elle parlait! Doug préféra laisser de côté ses interrogations et il reporta son attention sur son interlocutrice.

« Il faut que tu parles. On dit parfois qu’ignorer, c’est la meilleure solution, mais c’est faux. Parce que quand tu ignores… Ils ont le temps de te piétiner. Alors il faut menacer. »

Vraiment? Encore une chose qui surprenait le jeune rouge et or. Tous les adultes qu'il avait connu lui avaient toujours dit que l'ignorance était la meilleure solution dans un conflit et qu'en parlant, la situation s'envenimait et pouvait devenir plus compliquée. Mais peut-être disaient-ils cela parce qu'ils n'avaient jamais vécu ces situations? Peut-être le disaient-ils parce qu'ils avaient oublié ce que c'était d'être un enfant perdu dans une nouvelle école avec des plus grands que soi? Certainement. En tout cas, Doug accepta avec gratitude le conseil de Keira et il hocha vigoureusement la tête pour signifier qu'il avait bien compris.

Sous le regard surpris de Doug, la préfète des Serpentards sortit une fiole remplie d'un liquide vert jaunâtre que le jeune garçon ne sut identifier et lui tendit avec un drôle de sourire. Le jeune Gryffondor prit le petit objet avec précaution et posa un regard curieux dessus.

« Pus de bubobulb. Si tu touches ce truc, eh bien… ça… fait mal, »

Le jeune garçon ne comprenait pas vraiment le geste de Keira et le liquide ne lu disait rien de bon. Il ne savait pas ce qu'était du pus de bubobulb mais rien que le nom lu donnait une petite suggestion et il constata qu'il était heureux que la fiole soit solidement fermée. Surtout si ça faisait mal Il avait déjà eu assez de mésaventures aujourd'hui. La préfète éclaira rapidement les questionnements de Doug en lui expliquant que ce n'était pas très grave et facilement soignable mais que c'était aussi une persuasion efficace. Le rogue et or comprit alors. Elle lui offrait de quoi se protéger! Il releva son regard plein de gratitude et d'émerveillement sur son aînée et lui sourit avec conviction.

- Merci infiniment! Je ne l'utiliserai pas si je peux l'éviter, je le promets!

Doug savait que malgré le don de Keira, cette dernière était toujours préfète et même si aucune clause du règlement ne stipulait qu'on n'avait pas le droit d'asperger ses camarades avec du pus de bubobulb, il se doutait bien qu'il n'en serait pas félicité s'il l'utilisait.

- Je peux te poser une question? demanda-t-il timidement.

En effet, depuis quelques minutes une question lui trottait dans la tête. Keira semblait bien informer sur les moyens de se protéger des persécutions. Il voulait juste savoir comment elle savait tout cela. En avait-elle été aussi victime? L'avait-on aidé comme elle l'aidait aujourd'hui?

- Comment tu tout ça? Sur ce qu'il faut faire pour se défendre? C'est parce que tu es préfète? demanda-t-il avec curiosité.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Dédale de couloirs

Message par : Keira Sanders, Dim 16 Oct 2016 - 14:29


Excuse-moi également pour le retard♥

Le gamin sembla d'abord pensif et méfiant en attrapant la fiole de pus verdâtre (heureusement qu'on ne pouvait pas en sentir l'odeur), puis véritablement content. Le moyen de défense semblait lui convenir, à la grande surprise de la préfète. Elle fut rassurée d'entendre qu'il n'en ferait usage que si c'était inévitable : c'était le but. On utilisait pas une méthode si radicale pour éloigner l'ennemi à la première difficulté. C'était plutôt la solution de dernier recours, du genre je suis en danger parce que ce type-là veut me refaire le portrait, il lève le poing sur moi alors je n'ai pas le choix mais j'espère que sa photo de classe n'aura pas lieu dans la journée. Aussi, le jeune garçon serait probablement puni, mais il fallait choisir, punition ou blessure, portrait refait ou retenue, le choix était vite fixé pour les gens dotés d'un esprit raisonnable.

Devant l'air curieux du petit, la brune avait l'impression de briller, scintiller pour une fois d'une lumière argentée par autre chose la noirceur qui l'entourait en superficialité. Elle avait l'impression d'émettre de vrais rayons mais ceux-ci s'éteindraient si la vérité elle racontait. Il pourrait facilement démêler le vrai du faux par une autre bouche, dans ceux qui se trouvaient dans les années médianes il devait bien y avoir certaines de ses anciennes victimes ou plutôt partenaires de jeu comme elle s'aimait à les appeler, mais elle n'avait aussi aucune raison de dire la vérité à un petit qu'elle ne connaissait même pas. « Peut-être. Disons que j'ai souvent été mise en situation » mais en tant que bourreau et pas de victime, il n'empêchait qu'elle savait du coup ce qui poussait le bûcheron à laisser la hache tomber, en bref seulement une réponse passive énigmatique, pas vraiment un mensonge.

Keira n'avait jamais eu le statut de victime. Elle devait avoir quelque chose, outre son don particulier, d'intimidant. Peut-être une certaine aura, ou étaient-ce ces yeux noirs et ces cheveux jais en plus de ce blason vert et argent qui criez aux autres de se méfier, alors qu'en réalité la jeune pouvait être tout aussi attachante et adorable si elle l'avait décidé. Elle ne se jugeait pas redoutable et ce n'était pas ce qu'elle cherchait. Elle se considérait déjà au-dessus des personnes lambda qui peuplaient le château et n'avait pas besoin de chercher plus loin.

Se remémorant des parties de jeu qui ne s'était pas déroulées selon son petit plan, la brune lista pour le petit rouge. « En bref, déjà, si on t'agresse, ne fais pas ce regard ridicule de chien battu. Soit un hippogriffe ! » Elle essayait une pointe d'humour mais c'était vraiment ce qu'il fallait, montrer cet air fier et fort, « sortir les griffes » même au sens figuré. « Qu'est-ce que tu dis, si je suis un agresseur et que je te dis, » on essaie de ressortir son air hautain, haussement de menton et voix sèche, on compte sur les talents d'actrice « tu as vraiment l'air ridicule et pitoyable, comme tous les élèves de ta maison » bien sûr elle ne le pensait pas, bizarrement elle en trouvait ce petit Doug quelque chose de bien qu'elle appréciait, elle ne savait quoi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Doug Rippringham
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Doug Rippringham, Jeu 10 Nov 2016 - 16:47


« Peut-être. Disons que j'ai souvent été mise en situation »

La réponse de Keira était énigmatique et pouvait suggérer beaucoup de choses. Cependant, Doug ne préféra pas creuser en profondeur la vérité derrière les propos de la verte et argent. Après tout, elle l'avait aidé et si elle voulait garder cela pour elle-même, c'était son droit. Mais fond de lui, si le jeune Gryffondor ne voulait pas connaître la vérité, c'est parce qu'il avait peur que cette dernière la déçoive. En quelques minutes, il considérait déjà la préfète comme un modèle à suivre : elle était forte, ne paraissait prompt à se faire marcher sur les pieds et en plus, son charisme imposait naturellement le respect. Doug aurait bien voulu être comme ça mais il n'était pas dupe et il savait que son caractère et son âge étaient en parti responsable de sa vulnérabilité face à de potentiels agresseurs.

« En bref, déjà, si on t'agresse, ne fais pas ce regard ridicule de chien battu. Soit un hippogriffe ! »


Une expression étonnée se dessina sur le visage du jeune garçon : il avait vraiment un regard de chien battu? Peut-être ... En tout cas, si Keira le disait, ça devait être vrai et ça devait se voir. Elle ne chercherait pas à le mettre en erreur, non? Doug ne sut pas vraiment s'il devait être vexé par ces paroles mais en même temps, il savait bien qu'il n'imposait pas vraiment le respect et qu'il ressemblait encore à un enfant perdu tout juste débarqué dans un lieu qu'il ne connaissait pas. Mais en même temps, n'était-ce pas normal? Cela faisait à peine un trimestre qu'il avait fait sa première rentrée à Poudlard, après tout ...

Quant à la métaphore de l'hippogriffe, cela le fit sourire un peu. Il se voyait mal faire peur à tous ceux qui l'approcheraient. Il était très loin d'être un enfant violent et même s'il ne les maîtrisait pas assez pour se défendre, il avait toujours préféré les mots aux coups. Sortir les griffes? Pour l'instant, il se doutait que c'était impossible et peine perdue : il était trop incertain de lui pour oser entreprendre de nouvelles choses, si contrastées avec son caractère ordinaire. Pourtant, il se sentait motivé à changer et à prendre de l'assurance pour être plus indépendant et ne plus compter sur les autres pour se sortir de mauvaises passes. De plus, il se disait que ça pourrait lui servir si un jour quelqu'un s'en prenait à l'un des membres de sa famille ou à de ses amis ... Cela lui donna encore plus de détermination.

« Qu'est-ce que tu dis, si je suis un agresseur et que je te dis, tu as vraiment l'air ridicule et pitoyable, comme tous les élèves de ta maison »

Question surprenante. Doug tenta de ne pas paraître trop déstabilisé par cette mise en situation plutôt brutale et il tenta de rassembler tout son courage pour lever un regard déterminé en direction de Keira. Il allait lui montrer qu'il n'était pas si stupide que ça et que même si ça ne se voyait pas - vraiment pas - il pouvait quand même avoir un peu de répondant. Bon, ça, c'était pas gagné mais le rouge et or était quand même très motivé!

- Ce n'est pas vrai! Les Gryffondor sont nobles et courageux, ils ne sont pas pitoyables ni ridicules! Mais toi, tu ne peux pas comprendre ça puisque tu n'es pas à Gryffondor! C'est compréhensible quand on voit ta lâcheté : s'en prendre à un plus jeune que toi, ce n'est pas très loyal! dit-il avec le plus de conviction que possible.

Il espérait juste avoir été assez authentique. Cette petite tirade lui était venu naturellement et il s'en félicita presque. Mais était-ce suffisant? Ne risquait-il pas trop de problèmes en provoquant ainsi un potentiel persécuteur? Soudain, il se sentit plus hésitant et son expression déterminée se dégonfla quelque peu pour laisser place à un regard un peu confus.

- C'était bien comme ça? demanda-t-il timidement à Keira avec espoir.
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Dédale de couloirs

Message par : Keira Sanders, Lun 21 Nov 2016 - 22:09


Le petit regarda la préfète d'un air totalement différent que précédemment. Ça avait un petit côté mignon. De la bonne volonté, de la motivation, il semblait en avoir. C'était ce qu'il fallait. Rien qu'avec ces deux éléments rassemblés, on pouvait beaucoup avancer, peu importe ses capacités. Additionnées à l'acharnement, ces qualités faisaient vraiment bon ménage. Comme l'eau et l'alcool, un joli mélange, un super-cocktail de réussite. Alors, Keira recula d'un pas pour mieux admirer la tentative de son protégé du jour lorsqu'il ouvrit finalement la bouche :

« Ce n'est pas vrai! Les Gryffondor sont nobles et courageux, ils ne sont pas pitoyables ni ridicules! Mais toi, tu ne peux pas comprendre ça puisque tu n'es pas à Gryffondor! C'est compréhensible quand on voit ta lâcheté : s'en prendre à un plus jeune que toi, ce n'est pas très loyal! »

Le ton avait été naturel. Elle était surprise, et ses deux sourcils décidèrent d'en témoigner en venant se promener sur le haut de son front. Pas d'hésitations, pas de bégaiements. De ce côté, c'était excellent. Maintenant, il y avait autre chose. Peut-être que cette petite tirade suffirait à envoyer sur les roses certains agresseurs, mais la brune savait que d'autres ne s'en acharneraient qu'encore plus. Avec d'autres, il fallait être plus sauvage. Plus menaçants. Montrer d'entrée qui était le plus fort.

Un rictus déchira sa bouche lorsque Doug demanda si c'était bien. Elle allait être honnête, pour son plus grand bien. Le petit n'en ressortirait que plus fort. « Oui, il y avait du bien. Tu n'as pas horriblement bégayé... Ça aurait été une terrible erreur. Vraiment terrible... », ce serait revenu à dire à son persécuteur, oui je suis faible tu vois je n'arrive même pas à causer correctement. « Mais... Parce qu'il y a toujours un mais, sans quoi on n'atteindrait jamais la perfection... » et voilà qu'elle se dévoilait encore, son caractère de miss-perfectionniste-je-dois-être-la-meileure finissait toujours pas se montrer devant les autres. Souvent, personne ne faisait attention, au final. Ce n'était pas important. « Si je suis un agresseur, au mieux, ton discours me surprends et je m'en vais. Sinon, il m'ennuie, donc je m'en vais aussi... Mais au pire, il me donne encore plus envie de jouer avec toi. »

Elle s'avança à nouveau, regardant le garçon de sa taille imposante, le sourire toujours au coin de sa bouche. « ... On va voir qui est lâche, quand tu t'enfuiras en faisant dans ton pantalon, » dit-elle soudain en reprenant sa voix sèche et mesquine, sortant sa baguette pour faire comprendre ses - fausses - intentions. Attaque, adressait-elle au petit dans sa tête, fronçant les sourcils dans l'attente. Elle ne put s'empêcher de songer que si quelqu'un débarquait à ce moment précis, elle serait bien embêtée pour expliquer la situation...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liskuvo Kalsi
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Liskuvo Kalsi, Mar 3 Jan 2017 - 2:20


Plus d'un mois sans réponse, mp si soucis Smile

[RP Libre]

Retour des vacances de Noël, amis retrouvés, cours repris. Certains pour ma plus grande joie, d'autres pour mon plus grand malheur. Quelques uns de mes amis ont eu des cadeaux supers, moi je suis revenu avec Milaid, Mimoche et mon super pyjama acheté aux Halles. Mes deux petits animaux, l'un noueux l'autre malagrif, auxquels j'avais attribué des noms au hasards avaient suscité la méfiance chez mes amis, je ne leur en voulait pas. Ils ne savaient pas. Ne comprenaient pas. Ils ne peuvent pas comprendre mes ambitions profondes. Par contre mon magnifique pyjama en forme de licorne acheté aux Halles Magiques, la meilleure boutique de chemin de traverse avait attiré l'attention, moqueries, jalousies cachés. Je n'en avais cure, il était beau, il venait des Halles Magiques, j'étais content.

Ma journée se termine petit à petit. Peu de monde dans les couloirs, je n'ai plus d'habits propres. Je choisis mon superbe pyjama licorne, qu'il est beau, qu'il est soyeux, poils de boursouflet m'avait dit la meilleure vendeuse trouvable dans Londres, Crystal M. Ertz, gérante des Halles Magiques. Et puis c'était marqué sur l'étiquette.

Les pyjamas ne coûtent pas cher là-bas en plus, moment de jouissance extrême quand la jolie voix fluette de la vendeuse vous annonce un prix ahurissant, par la faiblesse de son prix bien sur. N'importe quel pyjama classique coûterait une fortune, mais pas aux Halles Magiques, boutique se trouvant sur le chemin de Traverse. Des pyjamas luxueux, de bonne qualité, beaux, et à bas prix. J'adore.

Je me déplace lentement dans les couloirs de Poudlard, pyjama sur moi, fier de mon action. Je passe devant certains élèves, je ne me retourne même pas pour voir, je sais qu'ils me regardent, qu'ils me jalousent, ils voudront savoir que j'ai acheté ce pyjama aux Halles Magiques sur le chemin de Traverse, ils vont être affolés de savoir qu'ils passent devant une occasion en or, l'occasion d'être en contact avec le charme des vendeuses et l'opportunité d'acheter comme moi un magnifique pyjama, à l'effigie d'un dragon, d'un boursouflet, d'un lutin de Cornouailles ou de licorne.

La qualité se trouve aux Halles Magiques, boutique se trouvant sur le chemin de Traverse. Finalement je m'arrête, j'ai assez marché, les sensations que me provoque ce magnifique pyjama montent en moi, je suis dans mon élément.

Je suis une licorne ! Je suis une licorne ! Je suis une princesse ! Je suis une princesse !

Je recommence à partir, en sautillant. Que je suis beau, que je suis pimpant, je m'aime !

Je m'arrête de nouveau, perdu dans les couloirs, en quête d'une personne avec qui discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Gabrielle Phoenix, Mar 3 Jan 2017 - 10:23


Coucou, je m'incruste!

Le temps des fêtes était désormais achevé.  Bye bye, à l’année prochaine sapin, guirlandes et lumières!

Nouveaux adieux à sa famille.

Tristesse.
Stress.
Inévitable.

Avion.
Taxi.
Train.

Retour à Poudlard.
Première nuit au château.
Décalage horaire.

Bâillement à s’en décrocher la mâchoire.
Fin de journée.
Si fatiguée.

Gabrielle arpentait les couloirs pour rentrer à la tour de serdaigle, un peu dans sa bulle. Elle avait du mal à reprendre le rythme des journées longues et monotones, à retrouver l’ambiance morose de sa vie en Angleterre. Et puis, mine de rien, il y avait un petit choc thermique à l’arrivée, une bonne quinzaine de degré d’écart. Seule, l’adolescente se remémora tous les souvenirs délicieux de ces vacances passées en familles, elle chérissait tous ses moments et les gardait bien gravés dans son esprit et dans son cœur.

Un brin de nostalgie.
Une envie de renouvellement aussi.

New year, new me, comme on disait ! Beurk, ce que c’était cliché ! Et Gabrielle ne comptait pas changer du tout au tout, mais n’ayant rencontré aucun incident au cours de la première partie de l’année, il était temps de prendre un peu sur elle et d’oser plus. Le timide papillon devait sortir de sa chrysalide et vite, s’il ne voulait pas être aperçu par un prédateur.

Elle ne faisait guère attention aux bruits environnants, mais fut distraite par le passage d’une licorne dans son champ de vision.

Une licorne ?

Oui, oui vous n’avez pas rêvé ! Une belle bête qui faisait le beau sur deux pattes, plafonnant à plus d’1m80. L’on pouvait apercevoir quelques mèches d’une crinière châtain ébouriffé dépasser.

Gabrielle eut un petit sourire amusée, les licornes avaient toujours un pelage et des crins dorés, argentés ou blancs. Dans quelques rares cas noirs. Avait-on là affaire à la vilaine petite licorne, contrainte à l’exil par le troupeau ?
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Liskuvo Kalsi, Lun 9 Jan 2017 - 0:56


Là ! Pas loin de moi ! Il y a...une femme ?! Elle est moins jolie que les vendeuses des Halles magiques, mais il me faut une personne à qui parler, après tout l'amitié c'est magique, comme les licornes. Je suis magique, donc je veux une amie. J'aurais une amie magique, et ce sera magique. J'ai dit que c'était magique ? Comme les Halles Magiques ? Boutique sur le chemin de Traverse. Non je ne l'ai pas dit. Et bah je suis magique, voilà je le dis. Et puis je suis une licorne, et une princesse. On trouve de tout dans ce monde, mais on trouve tout ce qu'on veut aux Halles Magiques, surtout des pyjamas et des super vendeuses, après tout je n'étais pas allé là-bas pour rien, les charmes de Crystal ne m'avaient pas laissé insensible, faut le dire quand même. Laulau non plus.

La petite fille qui s'était approché avait l'air de s'amuser de la situation, je ne trouvais pas ça drôle. Après tout je n'étais qu'une Princesse Licorne qui voulait montrer au monde le pouvoir des pyjamas en poil de boursouflet des Halles Magiques, Princesse Lili dans toute sa splendeur, beau et fort, avec une superbe corne sur le front et des petites pattes. Elle me jalousait en fait, oui c'était ça elle jalousait, qu'elle aille se faire voir. J'allait lui montrer la vérité, comme celle dans les livres des Halles Magiques sur le chemin de Traverse.

Salut jeune enfant ! Je vois que tu admires mon pyjama, mais tu ne peux pas l'avoir tu sais, il est trop précieux pour moi, par contre je ne peux que te conseiller de te rendre aux Halles Magiques pour acheter le tien, en ce moment ils ne sont pas en promotion, alors profites-en c'est une opportunité en or, n'importe quel manchot la prendrait tu sais.

Regard vers elle, comprenait-elle au moins ce que je lui disait. Je pense pas, ce n'était qu'un oisillon sortit du Nidaigle, elle ne savait rien, je devais être son berger, comme Laulau, vendeuse aux Halles Magiques, avait été mon guide spirituel durant des années, enfin pendant 5 minutes, le temps d'un service rapide comme seul les Halles Magiques savait le faire. Ah mais ce n'était pas Laulau, c'était Crystal, la gérante, l'esprit supérieur, qui m'avait accueilli en son magasin comme si j'étais un ami fidèle, comment avais-je pu l'oublier ? Elle s'était étouffée avec je sais plus trop quoi mais elle avait quand même assurée le service, mais quelle femme formidable.

Dis moi petit aiglon, veux-tu rejoindre un royaume qui n'attends que toi ?

Je pouvais l'accueillir chez moi, bouffone de la princesse, ça lui allait bien. A moins qu'elle ne critique les Halles, mais c'était impossible parce que les Halles étaient géniales, et pas elle. Donc voilà, Halles supérieures à Aiglonne, je le savais moi, au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Gabrielle Phoenix, Mer 11 Jan 2017 - 17:37


La licorne chargea dans sa direction.
Oups et Gabrielle qui se croyait transparente !
Le quadripède la prenait-elle pour un toréador ?

Ce dernier ouvrit sa bouche qui laissa sortir ce hennissement… euh ces mots :

- Salut jeune enfant ! Je vois que tu admires mon pyjama, mais tu ne peux pas l'avoir tu sais, il est trop précieux pour moi, par contre je ne peux que te conseiller de te rendre aux Halles Magiques pour acheter le tien, en ce moment ils ne sont pas en promotion, alors profites-en c'est une opportunité en or, n'importe quel manchot la prendrait tu sais.


Son regard se fit plus inquisiteur tandis qu’il demandait :

- Dis moi petit aiglon, veux-tu rejoindre un royaume qui n'attends que toi ?

Whaat ? Complètement timbré celui là ! Qu'est ce qu'on a mis dans son jus de citrouille ?!


Il avait l’assurance et l’allure d’un élève plus âgé. L’insigne de sa maison n’était pas visible dans cet accoutrement. Ça ne serait quand même pas un préfet d'une autre maison? Décidé à faire je-ne-sais-quelle blague... Elle eu intérieurement un petit sourire envieux.

N’empêche quand on assume ça doit être cool de se promener comme ça… Et ça a bien l’air confortable ! Un royaume a-t-il bien dit? J'en ai visité tellement en rêves, si tu savais l'ami ! Plus extravagant que celui que tu me proposes ! Dans le monde magique, les licornes existent déja, on serait chez les moldus, ça serait autre chose...

- Hum…

Son regard se leva vers la corne qui ornait le front de l'élève inconnu.

- Je ne suis pas sûr d’en être digne… avoua-t-elle

Pas digne ? Pas l’audace de le faire surtout ! Elle, déguisée en licorne dans Poudlard ?  Nouvelle année, nouveau défis avait-elle dit, mais peut être pas jusque là !

- Les licornes, c’est un peu trop ambitieux pour moi! précisa t-elle.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dédale de couloirs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 7

 Dédale de couloirs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.