AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 5 sur 8
Dédale de couloirs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle

Re: Dédale de couloirs

Message par : Alice Grant, Jeu 9 Mar - 9:32


La serdaigle forgeait un souvenir, le genre dont on rigole après, une petite anecdote à ressortir plus tard, bien après Poudlard... Dans ses rêves, un Chapelier lui a dit: "Les folies sont les seules choses qu'on ne regrette jamais". Pourquoi ne pas vérifier la véracité de cette citation maintenant? Et puis, qui n'a jamais voulu s'envoler dans les couloirs? Au pire, si ils se font prendre... ça sera juste un sale moment à passer. Ils étaient plusieurs, au moins. Déjà c'est plus drôle quand on est trois ou quatre. Ensuite c'est rassurant. Pas une seule personne aura joué au c*n. Pas une seule personne prendra. Normalement.
- Seulement les joueuses de Gryffondor !
Tss. Elle pouffa, leva ses yeux rieurs au ciel.

Azaël leur expliqua donc brièvement son plan machiavélique. Alors c'était ça qu'il y avait dans les sacs? Les étudiants devraient faire attention à ce qui planait au-dessus de leur tête aujourd'hui... Alice jeta un bref coup d’œil à l'intérieur. Trois bombabouses, trois bombaconfettis et une bombagaz. Ils avaient de quoi faire... Un sourire se peignit sur ses lèvres, tandis que son regard se mit à briller. Jamais elle n'était sortie des rangs avec pour seul but de s'amuser... c'était sa première "délinquance gratuite". Sixième année, il était temps...
- Aller, bougez-vous, on a pas la journée ! les secoua le serpentard après avoir lancé une bombabouse.
John répliqua:
- Mais prends de l'avance, c'est ça ! On va te dépasser dans quelques secondes !
Lïnwe rentra dans le lustre. Ça commençait bien pour lui. Il était vraiment en état de faire une course de balais? En état tout court d'ailleurs? Il se repris. Bon. Ça devrait aller... il lança le frisbee envoyé du vert et argent vers son camarade de maison, qui l'envoya sur... elle. Super.

La sang-mêlée attrapa le projectile et fonça pour rattraper les garçons. McGrath lança à son tour une bombeaconfettis:
- Craignez la course des Cavaliers... Sans-têtes ! C'est VOUS que nous venons chercher !
Les Cavaliers Sans-tête. Ce nom était cool. C'est la reine de cœur qui serait contente. Ou pas. Sans tête, comment les couper? Elle fouilla à son tour dans son sac et opta pour une bombeaconfettis aussi, qu'elle lança sur un duo d'élèves en criant:
- A bas la Maudite Grosse Tête! agrémenté d'un looping.
Quoi? Quitte à faire les fous, autant que ça soit complètement, non? La poursuiveuse se mit à talonner l'éléphant, tandis que John était derrière le serpy. Tiens, pas de pouffy dans le groupe. Dommage, ça aurait put faire les quatre couleurs, les quatre cartes. Carreau, cœur, trèfle, pique.
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Lïnwe Felagünd, Ven 10 Mar - 0:31


Tu demandes haut et fort pour plus de sûreté. De quoi t'appuyer de quoi te protéger en cas de souris verte jaune bleue rouge qui viendrait t'effrayer. Mais personne ne répond, se prend la peine de répondre. Ou sont-ils sourds ? Des Beethoven de naissance sur balai à jouer parler rire aux éclats mais protéger, ça jamais. Ils ne sont là que pour jouer au chat, comédie-ballet en deux actes ou trois. Tu comptes tout de même un lapin dans le groupe, qui pourrait te soutenir contre une souris probablement. Une carotte plus encore. Mais tout est fromage autour de toi et l'orange devient carotte.

Tu gardes précieusement la bombabouse qui a su résisté à la chute in extremis de ton sac-Terre. Elle a craqué comme Gaïa à sa création du monde. Tu te tiens comme tu peux au bout de ta brindille sacrée. Zigzagues comme il est possible de le faire dans une telle situation un peu baveuse, il faut dire. McGrath te tapote le dos au passage, comme pour te rassurer ou comme te faire roter. Digérer le nectar impropre au foie mais si bon pour toi. Et puis vient Alice qui te suit de près. D'un peu trop près d'ailleurs.

Tu prends soudain peur. Essayes d'avancer plus vite
plus vite
plus
vite.

Elle
elle te-
elle tend
ce filet halluciné devant toi car tu es quelque peu blindé.

Les autres qui t'ont devancés ont l'air de vouloir baguenauder au soleil, dehors. Ils prennent le pied avec ce petit vent amical. Mais toi, t'es plus futé qu'un guépard ou qu'une guêpe même. Tu prends soudain à droite. Bifurques sur le côté, en haut des escaliers afin de trouver une nouvelle sortie. Par une fenêtre supérieure. Un de ces raccourcis que l'on suggère plus généralement au restant du groupe et qui finit toujours, toujours par rallonger. Se perdre. Perdre une journée.

On n'a perdu un éléphant
orange ou rose
qui voit la vie
carotte
coulante et
fromage
orange.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Azaël Peverell, Ven 10 Mar - 2:30


Le griffon blondinet a réussi à récupérer le frisbee par un miracle que tu ne saurais expliquer. Mais il l'a fait, il l'a même renvoyé. A croire qu'il a compris les règles du jeu alors même que son esprit a l'air totalement parti. Comme quoi, il ne faut jamais se fier aux apparences. John a vite fait de se séparer du projectile à son tour, et une question s'élève. Elle vient toujours du même, celui qui a l'air si pataud sur son balai qu'on se demande comment il fait pour ne pas en tomber.

- N'y a-t-il pas un chat qui court par ici ?

Drôle d'interrogation. C'est sans doute pas vraiment le moment de se poser ce genre de question. Mais t'es pas trop en droit de juger. Même si tu devrais, parce que cet imbécile a quand même gâché toutes ses munitions d'un coup, uniquement parce qu'il a pas été fichu d'éviter un lustre. Tandis que ses bombes tombaient, toi, tu voyais juste tes gallions s'envoler en te faisant un signe de main. C'est quand même assez triste quand t'y penses. Mais après tout, c'est son problème, il pourra beaucoup moins s'amuser ensuite. Et au moins, t'es sûr qu'il a collé une belle pagaille en dessous.

T'as même pas répondu à la remarque de John. T'as pris un peu d'avance, c'est vrai. Mais pas tant que ça. A croire que t'as gardé le balai le plus pourri pour toi, il avance pas. Un petit looping, tu manques de te manger une fenêtre après. Mais tu vires au dernier moment. Encore un peu et tu te retrouvais aussi doué que ton camarade. T'as réussi à sauver les meubles pour cette fois. Alors tu balances une bombaconfettis, histoire de fêter ça comme il se doit. Les autres hurlent à moitié derrière toi, tu ne peux t'empêcher d'éclater de rire. Parce que t'en as envie. Et parce que, mine de rien, tu t'amuses. T'as eu une bonne idée pour une fois, alors tu peux bien en être fier.

Tu ne vois pas le frisbee revenir. C'est assez dommage. Par contre, tu vois Lïnwe qui s'en va. Tu sais pas bien par où il compte passer, et t'hésites un moment à aller le récupérer. Tu perdrais ton avance. Mais il a vraiment l'air... A l'ouest. Tu finis par abandonner ta place de premier. Un demi tour bien géré, tu repars de l'autre côté, sur les traces du lion. Tu cries aux autres :

- J'vous r'joins, j'vais l'chercher, il est en train de tricher !

Ouais bon, c'est plus pour te donner bonne conscience et pas le laisser comme ça. Mais hors de question de le dire à autre voix. Alors tu pousses ton vieux balai au maximum, et tu finis par voir le lion devant toi. Faut qu'il ralentisse, sinon, tu vas pas pouvoir le récupérer.

- Hé ! C'pas l'bon ch'min, reviens ! En plus y'a des chats là bas !

C'est ce qu'il voulait tout à l'heure, non ? Des chats. Bon bah... voilà, tout est bon pour qu'il revienne avec vous. Faudrait pas qu'il se retrouve en dehors du château à aller taquiner le Saule Cogneur, parce que si ça te retombe dessus tout ça, ça risque de te faire passer un très sale quart d'heure. Tu balances aussi une bombabouse dans la foulée. Histoire de repeindre un autre couloir de cette jolie couleur marron, et avec une bonne odeur en prime.
Revenir en haut Aller en bas
John McGrath
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : John McGrath, Sam 11 Mar - 16:36


Avec le LA d'Alice.

Ainsi volent, volent, volent, les petites cacahuètes... C'était un comble de la bêtise. Une apogée à l’imbécillité. Aussi loin que l'on puisse remonter, les seuls à avoir osé faire des courses de balais dans les couloirs, n'étaient plus de ce monde depuis un bon siècle déjà. Les mauvaises graines poussent et envahissent l'espace à présent dans Poudlard. La tyrannie de Kholov n'effraie plus certains élèves écervelés et ils enchaînent bêtise sur bêtise, certains simplement pour s'évader, d'autres pour montrer leur révolte au Directeur trop strict. Une façon comme une autre de mener le combat contre l'Injustice, après tout. Mais trêve de discours emplis d'une morale lointaine, revenons à nos courageux et bêtes.

Voyant Lïnwe bifurquer sur le côté, John avait ralenti sa course, lui aussi. Mais c'est Azaël qui s'empressa d'aller rejoindre le grand buveur. Entre amoureux de la bouteille, ils devraient se comprendre, alors McGrath laissa l'affaire à son camarade Serpent. Ce n'était pas grave. Ce n'était pas important. L'essentiel était là. Voler, crier, rire, profiter de cette vie volatile. De mordre celle-ci à pleins crocs. Boire ce fruit jusqu'à la dernière goutte, avant de tomber raide, quelque part parmi les Ancêtres.

Ce n'était pas juste une envie. Mais un besoin, celui de respirer. Sans sentir de collier étroit autour du cou. Un looping, puis pointant le manche vers l'arrière, John se mit à voler de dos, lançant un regard à Alice.


- Pour une Poursuiveuse, je te trouve vachement lente ! Tu compte te le garder ce frisbee, c'est pour la vie ?!

Mauvaise pioche, John. Faisant l'idiot de la sorte, il n'avait pas remarqué la colonne sur laquelle il fonçait. S'écrasant dessus et commençant à filer vers le sol, déchirant sa tunique sur le bras. Redressant sa chute au dernier moment, alors que les yeux commençaient à s'arrondir et paniquer, ses pieds frôlèrent le sol et le Lion renversa sans le vouloir un jeune élève qui passait par là.

- Sooooorryyyy duuuuude !

Regagnant de l'altitude, sans accorder un regard à son bras écorché par la torche rencontrée, il se mit à poursuivre Alice, qui venait de lui passer devant. Le choc avait rendu son balais encore moins maniable et lent. Faisant une vague vibration désagréable dans le manche. Incapable de calmer tout ça, le jeune homme n'avait pas d'autres choix s'il voulait rattraper Alice...

La main de nouveau plongée au hasard dans le sac, une nouvelle bombe de confettis trônait dans la main du jeune pitre. Un mouvement vif, leste et précis, la bombaconfettis venait d'atteindre Alice ! Pour le meilleur et pour le pire.


- Bam ! HEAD-SHOT !

Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Lïnwe Felagünd, Sam 11 Mar - 23:17


Et alors, tu t'engages dans un couloir à l'étage supérieur. Haut comme une armoire de trois pieds. Glace sans teint car tu ne peux observer bien longtemps ton reflet orangé. Tu ne te vois plus que comme un éléphant décharné, appauvri par la douleur de voir cette peur te tuer. Tu commences à flancher, tu ne sais pas si tu vas pouvoir voler bien longtemps encore. De par ton poids, ton ignorance ou de ton avarice qui te ronge. Tu penches un peu trop sur le côté lorsque le jeune homme t'interpelle au loin.

« Hé ! C'pas l'bon ch'min, reviens ! En plus y'a des chats là bas ! »
Il commence à te rattraper alors que toi, tu peines à avancer.
Mais il y a ces chats qui te permettent de résister
de vivre ou survivre dans ce monde d'atrocités.

Tu te permets un regard en arrière
les yeux à regarder à moitié en l'air
tu ne peux plus tenir en vol, tu te
tiens sur une statue pour assurer
que l'autre te rattrape enfin c'est
ce que tu tends à simuler.

Serait-ce un miaulement que tu entends au loin ?
Dans cette boîte rythmée crânienne,
tu y entends un appel
l'appel de ta sœur
qui miaule.

Et soudain, tu souries et te retournes vers lui.
« Viens par là, y'a des girafes ! » et continues ton envol un peu plus haut encore.
Tu t'arrêteras bientôt ers cette fenêtre
que tu ne connais pas encore
tu laisses l'improvisation
sur le rebord de la
fenêtre ouverte
celle-là
tu y arrives
bientôt
bien
trop
tôt.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Dédale de couloirs

Message par : Hugh Dey, Mar 14 Mar - 12:11


[J’adore votre RP ! Mais je suis obligé de m’incruster… A vous de choisir, vous avez mon LA pour m’envoyer une bombe plus que le frisbee, c’est vous qui voyez !]

Tout commença dans la Grande Salle. Par un heureux hasard, je m’y trouvais lorsque j’entendis les premiers cris, les premiers appels. Et je sortais la tête par l’entrebâillement de la porte, écarquillant de grands yeux en constatant que quatre balais étaient sortis. Que les élèves étaient en mesure de voler au sein même du château. Je refermais vite la porte, ne souhaitant pas me montrer tout de suite. Les laisser faire. Les prendre plus tard.

Ou les rejoindre.

Mon cœur s’était brusquement accéléré sous le coup de l’excitation. Elève, j’aurais adoré agir comme ils le faisaient. Mais était-ce encore ma place ? Non. Sans doute pas.

Je tendais l’oreille, à l’écoute des règles de ce nouveau jeu. Et un sourire se dessina sur mon visage lorsque j’entendis mon nom prononcé. J’étais craint à l’intérieur du château. Une pointe de fierté perça et je gonflai mon torse. Quand PAF.

Le bruit annonciateur de corvées supplémentaire me fit sortir de ma stupeur. Je sortis de nouveau de la Grande Salle. Une bombabouse avait explosé. Je n’avais plus d’autre choix…

Instinctivement, je pensais un Accio balai, sans même sortir ma baguette. Ca fonctionnait avec les bouteilles de Whisky, cela devait bien fonctionner pour mon balai. Mais il mit bien cinq minutes à arriver jusqu’à moi. Suffisamment pour que mon cœur me fasse douter une nouvelle fois. Ne pouvais-je moi aussi prendre du bon temps ? Devais-je obligatoirement chasser ces petites souris ? Ne pouvais-je à mon tour être un hybride de chat et de rongeur ?

Enfouchant ma Flèche de Cristal, vestige de mes années Quidditch – j’étais un peu vieux à présent pour intégrer une équipe – je décollais à vive allure et m’efforçais de les poursuivre. Mon balai était par chance plus performant que les leurs, vieilles bécanes de l’école, mais ce qui me permit réellement de les rattraper était plutôt les traces qu’ils laissaient. Et les bruits que j’entendais.

La course poursuite était lancée. Et dans mes veines, l’adrénaline pulsait. Le sourire m’était monté jusqu’aux oreilles si bien que, lorsque je les retrouvais trois étages plus haut, je ne pus que dire :

« Hé sales gosses ! »

Et je m’arrêtais là. J’avais envie de jouer. J’avais besoin de jouer avec eux. J’étais moi aussi un grand enfant et je n’avais pas assez profité. A leur hauteur, ma décision fut prise.

« Faites moi la passe ! On verra plus tard pour le reste ! »

Car il était hors de question que je nettoie ce bazar. Mais pourquoi les priver d’un moment de joie certain ? J’avais pris ma décision. Je serais un hybride de chat et de souris.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Azaël Peverell, Mar 14 Mar - 15:29


LA de Linou

Le gamin semble t'avoir entendu. Il s'arrête un peu en plein vol, fait du sur place grâce à une statue. Heureusement qu'elle est là celle-là, parce que vu comment il a pas l'air de tenir bien droit, il risquait juste de finir par terre en moins de deux secondes à ce tarif là. Sauf qu'alors que tu te rapproches de lui, il se remet en route. Il grimpe, grimpe toujours plus haut. Enfin vole plutôt. Faut que tu le récupères avant qu'il ne finisse par terre. Alors tu pousses ton balai. C'est qu'une vieille bécane qui se met à trembler. Un profond soupir s'échappe de tes lèvres.

Tu sais pas comment lui expliquer que toi, les girafes, tu t'en tapes royalement. Tu veux juste qu'il revienne pour que vous puissiez continuer la course tranquillement. Tu veux pas de problèmes, mais le blondinet est limite trop bourré pour tenir sur son balai. Heureusement, tu finis par le rattraper à la fenêtre. T'attrapes le manche de son balai, histoire de vous stabiliser. Le tien cesse enfin de trembler, il a vraiment pas apprécié la "pointe de vitesse" que t'as fait. Mais au moins, t'as accompli ta mission. Tu lances à ton camarade, avec un léger sourire, histoire de l'inciter à te suivre :

- T'sais, on ferait mieux de retourner avec les autres. J'suis sûr qu'on pourrait trouver des singes.

Il n'a pas l'air d'être rebuté par l'idée. Alors tu lâches son balai, en t'assurant bien qu'il te suive. Sauf que revenu sur vos pas, voilà qu'un nouvel invité est là. Le concierge. Il vous taxe de sales gosses. Mais tu t'en fous. Parce que c'est ce que vous êtes un peu. Mais tu comprends pas bien pourquoi il est sur un balai. Jusqu'à ce qu'il demande à Alice de lui passer le Frisbee. Tu restes un instant bouche bée. Il est pas là pour vous engueuler, il veut participer. Un sourire se dessine sur tes lèvres. C'est une bonne nouvelle. Au moins, t'as pas tout acheté pour rien, vous allez pouvoir continuer votre petite virée.

Mais t'as pas envie que le concierge change d'avis en même temps. Alors t'attrapes ta bombagaz dans ton sac, et tu lui balances dessus. Le gaz se libère. Voilà qui devrait faire l'affaire. Un petit gaz euphorique, et vous êtes bien sûr de pouvoir vous amuser encore un peu. Avec le concierge en prime. Si ça c'est pas génial ! Si un autre membre du personnel vous tombe dessus, ça vous fait une belle excuse toute trouvée : "C'est pas nous, c'est Dey !"

Bon, c'est pas le tout, mais à la base, c'est quand même une course. Alors faudrait peut être songer à la gagner. Tu lances un regard au blondinet. T'espères bien que cette fois, il vous suivra. Sinon... Bah tant pis pour lui. Tu passes devant le concierge aussi vite que te le permet ton balai (c'est à dire à une vitesse plutôt ridicule) et tu lui balances au passage :

- Faut arriver à la volière pour gagner !

Tu regardes John qui semble galérer autant que toi avec son balai. T'aurais peut être dû voler les balais personnels de certains élèves, parce que là, ça fait un peu pitié. Ils tremblent autant que des mobylettes chaque fois que vous dépassez le 15 kilomètres par heure, c'est quand même assez gênant. T'attrapes une bombaconfettis dans ton sac et la balances vers John.

- Hé, t'attrapes ?

Avec un peu de chance il confondra la bombe avec le frisbee. Mais t'es à peu près persuadé que le lion risque de voir la supercherie. Tant pis, au moins, c'est une bonne diversion pour continuer ton avancée. Il est temps d'essayer de gagner.
Revenir en haut Aller en bas
John McGrath
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : John McGrath, Mer 15 Mar - 1:11


Quoi ? Non ! Ca ne pouvait être vrai ! Hugh Dey, le concierge venait de pointer le bout de son nez disgracieux. C'était réellement surréaliste ce qui arrivait. John, croyant d'abord que le Dey avait enfourché son balais pour les rattraper, n'était en vérité là que parce qu'il voulait jouer avec eux. Le comble !

Battant des cils du haut de son balais et fixant l'homme de Poudlard d'un air circonspect, par dessus son épaule, John avait tout de même du mal d'y croire. Cela dit, il ne pensait pas le trentenaire assez malin pour la leur faire à l'envers. Aux yeux du garçon, c'était un type assez pataud et... Lent. Sans doute qu'il se trompait d'ailleurs ! Parce que tout adulte, même ce Hugh Dey, avait dans son fort intérieur, un enfant qui pleure. Qui réclamait de l'amusement et du spectacle. Au final, non. Les doutes s'envolèrent rapidement et il salua leur nouvel arrivé d'un grand geste de bras.


- Faites moi la passe ! On verra plus tard pour le reste !

- Allez, lances lui, Alice ! On va voir si LE Dey a encore quelque chose dans le ventre ! Paraît qu'il était bon sur un balais... Dans un autre siècle !

Toujours dans la provocation. Toujours dans la bêtise. On ne changeait pas une équipe qui gagne, n'est-ce pas ?

Mais voilà que c'est Liderick qui revient. Sans doute qu'il a su raisonner ce pauvre enfant perdu de Lïnwe. Espérons qu'il ne s'éclate pas le crâne sur un autre lustre ! Ca serait déjà un grand miracle.


- Hé, t'attrapes ?

- Yeah... Y... You bloody bastard !!!

La bombe à confittis filait vers l'Irlandais. Remarquant trop tard la supercherie, John mit un coup de poing dans la bombe qui lui éclata en pleine face ! Le petit choc fit changer de trajectoire à l'adolescent, qui se cogna de nouveau, manquant de piquer vers le sol. Du confettis plein les cheveux et la bouche, tâchant de redresser en vain la trajectoire de son balais, le Lion déchira de nouveau sa tunique sur une torche passée trop près. Son vieux balais ne voulait plus faire la course. Il peinait à regagner de l'altitude et rejoindre le trio en tête. C'était impératif, il fallait lui aussi ruser et faire du sale s'il voulait finir cette course. Crachottant des confettis colorés, John plongea la main dans son sac pour s'armer d'une bombe à bouse... Il lui fallait un peu de temps pour les rattraper, mais il comptait bien faire des victimes ! Gare au lancer !
Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Lïnwe Felagünd, Mer 15 Mar - 18:35


Tu ne ne retournes pas car tu ne t'en sens pas capable. C'est déjà bien d'être lucide à ce point, ivresse quand tu nous tiens. Ou est-ce cette forme de flemmardise implicite qui se met à agir sous des allures de sagacité lunatique. Tu n'en sais rien, et pour l'instant ce qui compte, c'est cette fenêtre que tu vois au loin. T'y es si proche que t'as l'impression de reculer à chaque fois. Logique réalité raison inversées. Miroir bercé par la clarté du soleil illusoire.

Finalement, t'entends un avis derrière toi. C'est le Vert qui s'inquiète pour la course. « T'sais, on ferait mieux de retourner avec les autres. J'suis sûr qu'on pourrait trouver des singes » et il a des priorités, le business, le jeu tout ça. Légitimité. Il en a fait assez pour toi alors tu veux bien le suivre lorsqu'un gorille vous accoste. Il vous attaque d'un « Hé sales gosses ! » appréciable, avant de vous rejoindre sur son propre balai. A trois, vous formez le carnaval des animaux. La savane. La faune africaine s'intéressant de près à la foule urbaine.

Jeu délirant
masturbatoire
élégant

d'un nu édifiant
conscience à l'aise sur
cette banquise au sable
blanc.

Vous rejoignez les autres et tu te plais à voler au côté de Dey. Cela faisait longtemps et son insomnie au quidditch te manquait. Il se faisait vieux alors ça se comprenait. L'arthrose venait bientôt et les couches après. Alors tu passais à côté de lui, un sourire béat suspendu sur ton visage figé. Tu lui balançais la bombabouse qui te restait, entre le lancer de javelot et la passe de kéké. Ne sachant pas trop bien si c'était un tir effectué ou une donation généreuse, ça s'rait à lui de bien réceptionner ou d'esquiver.

Tu étais allongé sur le manche comme un éléphant lors d'une sieste. Et tu comptais aller plus vite beaucoup plus vite ainsi, allant du 15km/h au 16 passé. T'avais comme l'impression que tout allait plus vite, alors que tu ralentissais à moitié. Miroir bercé par la sûreté de ton cerveau alcoolisé.

Tu volais tu volais
criant plus haut encore
qu'un cou de girafe avancée
« jeeeee
suiiiiis
uuuun
éléééééphannt
liiiiibre
libertéééé
éléphantaaaw »


sans remarquer que le bois vibrait de plus en plus
sans penser que ton poids le ferait craquer
sans prendre en compte le virage te parvenir

tu te prenais le couloir à gauche alors que les autres
allaient à droite tu passais une armure avant de gueuler « pour le roi ! »
puis une deuxième en revue avant de piquer
vers l'escalier en bois
la dernière marche tu manquais comme
soudain mal réveillé
et BOUMBADABOUM.

« M*erde. » tu voulais revenir en arrière.
Reprendre ta course, le balai à moitié défoncé refusait de voler.
Il était... il était au bout de sa vie. Et tu l'avais assisté jusqu'à ce que
poussières le prennent. Alors tu le rangeais là, dans la main d'une armure
te disant qu'il servirait de lance désormais. Tu lui avais fait vivre ses derniers
instants avant de lui donner la chance d'une seconde existence.

Fier de toi, tu quittais cette allée jusque là inoccupée.
Montant discrètement dans ton dortoir sifflotant au passage
oubliant que tu avais ton propre balai
comme si tout ça n'avait été qu'inventé.


|Départ de Lïnwe|

LA des gens pour la direction.
Soyez pas tristes les gens, on s'refera des autres trucs, j'en suis certain. Ange
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Dédale de couloirs

Message par : Hugh Dey, Jeu 16 Mar - 14:29


J’avais pris ma décision et j’attendais le frisbee avec impatience. L’air défilant dans mes cheveux tellement mon balai allait vite – une quinzaine de kilomètres par heure pour me caler sur leur rythme – me rendait absolument euphorique. Et bientôt, une chose fila vers moi. Alors, je me préparai à l’accueillir à bras ouverts, même si les dents de serpent pouvaient mordre.

Ce n’est que lorsque ce fut près de moi, très près de moi, trop près de moi, que je me rendais compte que ce n’était pas le frisbee. Pas tout de suite du moins.

Et donc je voulais me protéger. Un de mes bras lâcha mon balai pour se placer devant mon visage. La bombe explosa dessus et un nuage de gaz m’entoura pendant quelques instants. Puis… Je commençais à rire.

Secoué de soubresauts, de hoquets de rire, je sautais quasiment sur mon balai, et ce de manière presque immédiate. Alors que mon balai était dis fois plus puissant que ceux de mes camarades pris en flagrant délit, le piloter commençait à devenir délicat… Parce que c’était trop drôle.

Le mieux était encore de voir le blondinet chanter qu’il était un éléphant. Ca me rappelait une petite comptine de mon enfance. « Avez-vous vu là-haut ce qui monte au plafond ? Cette énorme bête qui roule à bicyclette… C’est un éléphant mais oui évidemment ! Avec une queue derrière, une trompe devant ! ». Le plus drôle était de voir qu’il volait sur un balai, mais la comptine allait parfaitement bien.

Et par la suite, j’éclatais de nouveau de rire en le voyant se gaméler au sol. L’éléphant, trop lourd pour son balai, n’était pas fait pour rester dans les airs. Déséquilibré par sa sans doute trop grande trompe, il s’était planté et avait même pété en deux son morceau de bois. Ahahaha !

On m’avait informé des règles et c’était à moi d’essayer de tout faire pour gagner la course. Seulement je commençais à avoir quelques crampes aux abdominaux à force de rire comme un forcené. Et en plus, j’étais incapable de dépasser les autres… En rigolant, fermer les yeux était de rigueur, si bien que je ne voyais plus où j’allais.

« Hé hé ahahaha, c’est par où la volière ? Ahahah ! »
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Alice Grant, Jeu 16 Mar - 21:21


Pardon pour l'absence :mm:

Le gryffyamateurdecartomancieéléphant accélère. Non, non, non, tu vas finir dernière à ce train là! Soudainement, il empreinte un autre chemin que les autres... qui sait quelle idée ou hallucination lui est passé par la tête... de toute façon il avait pas l'air bien sobre. Azaël se lance à sa suite:
- J'vous r'joins, j'vais l'chercher, il est en train de tricher !
Ouais, quand t'enfreins le règlement, y'a des règles, pour éviter que la fête se finisse trop vite et trop mal sans doute. Pour l'instant, tout le monde a l'air de s'amuser... les têtes des élèves en bas valent de l'or. Avec tout ces interdits, voir des gens voler dans les couloirs doit les chambouler sérieusement. T'es contente de faire partit de ceux qui égaillent un peu les lieux. Sinon, c'est bien que le serpentard ne le laisse pas filer de son côté, le rouge et or... mieux vaut garder un œil sur lui.

John en profite pour te charrier:
- Pour une Poursuiveuse, je te trouve vachement lente ! Tu compte te le garder ce frisbee, c'est pour la vie ?!
Le frisbee, tu l'avais oublié, à vrai dire. Toujours dans ta main droite, à attendre de changer de propriétaire. Enfin, la garçon rentra droit dans une colonne et faillit bien tomber. Tu t'es stoppée net, t'as un peu peur de revivre la chute avec Peter à vrai dire... mais il se rattrapa de justesse, un élève devenant un dommage collatéral au passage.
- Ouais, et toi tu devrais faire gaffe où tu voles, tu lui lances en riant et en poursuivant ton chemin pour masquer la petite frayeur qu'il t'a faite.
Ouais, t'en profite un peu, mais t'as pas envie de perdre. Tu fonces, sans te retourner, un sourire aux lèvres qui refuse de se décrocher. Soudain, tu sens quelque chose qui explose sur toi, et avant que tu ne t'en rendes compte, t'es comme plongée dans un océan de confettis... Le lion poussa un rugissement de victoire:
- Bam ! HEAD-SHOT !
Ah mais un jour tu te vengeras et tu lui ferras bouffer des paillettes. En attendant, il t'a eue.

Aveuglée, noyée, que dis-je étouffée, tu préfères t'arrêter parce que tu as aucune idée de l'emplacement des murs... tu dégages ton visage, tes cheveux sont plein des vestiges de la bombe, mais tant que tu peux voir... tu te relances dans la course effrénée. Soudain, une voix que tu peux pas t'empêcher de guetter à chaque fois que tu enfreins le règlement retentit:
- Hé sales gosses !
Tu te retournes même si tu sais qui c'est... Dey, déjà? Mais c'est pas possible le château est grand bordel... remarque les nouvelles vont plus vite que la musique aussi... gloups, la fête est déjà finie?
- Faites moi la passe ! On verra plus tard pour le reste !
Ton esprit bug une fraction de seconde. Tu t'attendais pas trop à ça. Vrai, il voulait jouer? Bon, sa dernière phrase laisse entendre qu'ils ne s'en sortiront pas si bien que ça, mais vous vous y attendiez un peu, comme l'inévitable qu'on veut à tout prix repousser, mais il n'a sans doute pas trop le choix si il veut conserver les respect des élèves... tu lui as jamais vraiment parler mais pour l'instant tu le trouves plutôt sympa de vous laisser jouer.

- Allez, lances lui, Alice ! On va voir si LE Dey a encore quelque chose dans le ventre ! Paraît qu'il était bon sur un balais... Dans un autre siècle !
Ton air se fait malicieux, tu te prépares à lancer, même si tu pensais jamais te retrouver dans cette situation un jour... tu... comment dire? Suparkalifragilistickexpialidocius t'as rien à penser alors tu penses ça... mais c'est sans compter sur le retour du serpy:
- Hé, t'attrapes ?
Il lance quelque chose à John, mais c'est pas le frisbee, tu l'as dans les mains -d'ailleurs tu l'as gardé un peu trop longtemps- ... alors c'est quoi? Tu comprends en même temps que la victime...
- Yeah... Y... You bloody bastard !!!
Et paf, confettis -again- !

En attendant, le surveillant manqua une bombabouse de Lïnwe, revenu aussi...
- jeeeee
suiiiiis
uuuun
éléééééphannt
liiiiibre
libertéééé
éléphantaaaw

Mais ouiiiii tu es un éléphant, c'est bien. Tous à l'hôpital psychiatrique les enfants, les gens en blouse blanche vont s'occuper de vous... il disparut au détour d'un couloir. Ah mais c'est pas vrai encore?! Que quelqu'un lui donne un GPS... enfin, tu souris. Ils sont mignons, tous. Avec Dey qui rit plus que le Cheshire, c'était la cerise sur le gâteau.
- Hé hé ahahaha, c’est par où la volière ? Ahahah !
Tu trouves enfin un moment pour te débarrasser du frisbee, visant l'homme:
- Attrapez d'abord ça m'sieurs!
Et paf, le projectile part vers un nouveau possesseur... tu commençais à t'attacher, dommage.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Azaël Peverell, Ven 17 Mar - 12:06


Ta bombagaz a fait mouche. Le concierge est mort de rire. Il n'en peut plus de se bidonner. Et c'est d'ailleurs plutôt drôle à voir, cet adulte complètement hilare sur son balai. Heureusement qu'il y a ça d'ailleurs, sinon, vu son balai carrément stylé, il aurait eu vite fait de gagner la course. Faut dire que ceux que t'as dégoté ressemblent plus à de vieilles branches ensorcelées qu'à autre chose. Mais au moins, ça avance. Pas très vite, en cahotant pas mal, mais ça avance. Tu lances un regard au blondinet qui t'avais bien suivi. Sauf qu'il se met à chanter, à fond dans son tri éléphantesque.

Tu ne peux t'empêcher de sourire, devant ce spectacle des plus inattendu. Mais le voilà qui se plantait une fois de plus de chemin. Sauf que là, il est hors de question d'aller le chercher. Surtout que John semble déjà prêt à se venger de la supercherie que tu as utilisé pour te faire gagner du terrain sur lui. Et vu que ton balai a l'air tout aussi rapide que le sien et tout aussi prêt à accélérer, t'as plutôt intérêt à ne pas t'arrêter si tu veux gagner. Du coup, tu continues ta route, sans un regard en arrière, arrivant au niveau d'Alice et du concierge.

D'ailleurs, la Serdaigle semble enfin décidée à se séparer du frisbee qu'elle avait jusqu'ici jalousement gardé. Et l'objet vole directement en direction de Dey. Tant mieux, comme ça, t'as pas besoin de t'en soucier. Toi, t'as juste à continuer ton chemin sur ton balai tremblotant qui refuse décidément totalement d'aller plus vite. A ce rythme là, vous allez mettre plusieurs heures à atteindre la volière. D'ailleurs, le concierge se marre tellement qu'il n'a même plus l'air de savoir par où elle est. Alors tu te contentes de désigner le plafond avec un sourire moqueur.

- Bah elle est en haut la volière M'sieur !

Tu lances un regard à John qui est toujours un peu derrière vous et tu lui fais un signe provocateur de la main.

- C'bon l'papier John ?

Revenir en haut Aller en bas
John McGrath
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : John McGrath, Lun 20 Mar - 18:00


Balais récalcitrant, copains trop turbulents. Voilà que John se retrouve dans un bien beau pétrin. Mais il continue, la tête pleine de paillettes et confettis de s'accrocher et se rapprocher. Son arsenal ? Une bombeàbouze dans la main, l'autre dirigeant le balais. Et beaucoup de détermination.

Mais, entendons le. Comment gagner de l'avance ? Pas avec un balais farceur... Ou plutôt qui doit avoir le double de l'âge de leur nouveau camarade Hugh. Il n'y avait plus d'espoir, à moins de prendre de grands risques. Et nous le savons déjà ce que pense John des grands risques. Surtout lorsqu'il s'agit de s'amuser.

Le voilà qui pique vers le haut, tâchant de surplomber ses camarades. Flirtant avec les lustres et le plafond, malgré sa vitesse d'escargot, le voilà avec une bonne fenêtre de tir. Alors virevolte, et volte encore ! Voilà que le jeune Irlandais se plaque à son balais pour piquer vers le bas et gagner dangereusement de la vitesse sur ce manche en bois qui subit de lourdes secousses.

Un mètre. Deux... Trois... Voilà que le blond rattrape peu à peu ses camarades... Étendant le bras pour lancer sa bombe quelque part entre les trois, sans vraiment viser, un peu de chance et il aura peut-être quelqu'un ?

Mais l'heure n'était justement pas à la précision. Son balais était toujours pointé vers le sol. La bombe était lâchée, mais il manquait de temps pour redresser sa trajectoire. Un mètre... Deux... Trois... Les yeux arrondis et les lèvres pincées, John se rendait compte qu'il n'avait d'autre choix que de s'écraser, là, maintenant. Pas d'alternative pour lui.

Alors, plutôt que de s'écraser sur le balais, il lâcha le manche de ce dernier. L'instant d'après, le bout de bois s'éclatait au sol et se brisait. L'instant suivant, c'est John qui se réceptionnait au sol. Une roulade mal faite, un choc reçu en pleine épaule qui émet un craquement sinistre. Quelques rouler-bouler, la tête à l'envers, les jambes contre un mur, étalé comme une loque, John suivait ses camarades du regard, s'éloignant vers la victoire. Il faut croire que c'était fini pour lui... Et qu'il avait besoin de rejoindre l'infirmerie.

Le corps engourdi, douloureux et l'épaule en feu, le jeune homme prenait son temps pour se lever, alors que quelques étudiants curieux suivaient les autres participants de la course des yeux. Il fallait qu'il se tire d'ici et vite. Avant qu'un type moins sympa que Hugh débarque. Il fallait s'enfoncer dans les couloirs et trouver mademoiselle Amy. Alors il se mit à tituber loin de cette farce.


Aaaand game over pour John ! On se retrouve vite pour une nouvelle bêtise ! <3
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Dédale de couloirs

Message par : Hugh Dey, Lun 20 Mar - 18:23


La course était hilarante. Les voir se démener sur leurs brindilles était ridicule. Et surtout apercevoir les traces de boue partout dans le château, et même sur les tableaux, me faisait mourir de rire. Si bien que tenir une trajectoire sur ce balai commençait à devenir compliquée. D’autant qu’il était puissant le mien ! Rien à voir avec l’allure des leurs, qui semblaient avoir été dépeignés spécialement pour l’occasion. Non, le mien, c’était du beau. Bien coiffé, bien poli. Un balai de Quidditch.

On me lança finalement le frisbee, et d’un réflexe soudain je tendis la main droite pour l’attraper. Je ne l’attrapais pas… C’est plutôt lui qui m’attrapa. Me mordit la main. Et je ne bronchais pas, en fait parce que je ne sentais jamais rien sur celle-là, mais je le secouais dans tous les sens pour qu’il finisse par me lâcher. « Arrête de m’bouffer la main bordel ! Ahahah ! ». Oui, toujours ce rire insupportable. Finalement, par chance, les dents lâchèrent et le frisbee tomba au milieu des élèves.

A chaque soubresaut, j’étais obligé de rectifier la trajectoire. Mais ça me faisait d’autant plus rire que de faire flipper les tableaux du haut de mon balai. Et puis y avait apparemment des règles à cette course sans nom et fallait effectivement aller dans la volière. Sauf que, les yeux à présent brouillés par les larmes tant j’étais plié de rire, j’arrivais même plus à savoir dans quelle direction fallait aller. Jusqu’à ce qu’une âme charitable m’indique le tout d’un :

- Bah elle est en haut la volière M'sieur !

Ah ! Merci ! Je savais bien qu’elle était quelque part !

Et donc, tentant de reprendre le contrôle de mon balai, et sans même regarder, je me dirigeais vers le haut. Parce que ces pleutres avaient tellement rien compris qu’ils allaient pas au chemin le plus court.

PAF

Noir.

Ma tête a cogné. Et en même temps une bombabouse a explosé sur moi. Derrière moi. Ca colle et c’est poisseux. Et ça pique la tête et ça tape fort à l’intérieur. Et ça sonne encore et encore comme une cloche, en un bruit insoutenable. Riant toujours sans pouvoir m’arrêter, les larmes de douleur glissaient cependant sur mes joues. Et je lâchais mon balai de mes deux mains pour attraper ma tête.

Perte de contrôle totale. Je recognais sur le sol, me relevais, ne tombais pas sans même savoir comment et mon balai commença à vibrer. Mes deux mains revinrent sur le manche mais la douleur dissipait lentement les effets de la bombe. J’étais sale, j’avais mal, probablement une grosse bosse, et… Bordel je saignais de la main droite à cause de ce frisbee. Non, le jeu était fini.

« Ce sera une retenue ! Pour tous les quatre ! »
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Alice Grant, Lun 20 Mar - 21:40


Ton cœur bat fort. T'as l'impression que tu peux l'entendre. Les confettis sont toujours accrochés à tes cheveux, t'as un peu chaud mais le vol te rafraîchi. Ton regard croise tes mains, toujours cramponnées au manche du balais. Le frisbee t'as mordu, t'as des marques, tu l'as gardé trop longtemps en fait. C'est drôle, t'as pas sentit sur le coup. Ton sourire s'élargit. Tu m'avais manquée, adrénaline. Cette pensée masque tes véritables sentiments. En fait, ça fait longtemps que tu ne t'étais pas amusée... Même si le Pays des Merveilles est un lieu plus que divertissant, et que malgré tout il a une place particulière en toi, il n'est pas réel... tout vient de ton esprit encore loufoque. Et ça n'occupe que tes nuits... Là, c'est du 100% vécu. De vrais souvenirs. De vraies personnes. Des vraies émotions. Today I f*ck away the pains

- Bah elle est en haut la volière M'sieur ! répondit le serpy au surveillant.
Sans plus attendre, ce dernier se lança. Mais c'était qu'en plus il était motivé pour gagner! Tu sais pas si c'est bon ou mauvais, mais t'aime vraiment sa manière de jouer avec vous. On en a tous besoin à un moment ou un autre, après tout. Et puis que la responsabilité aille se faire voir... Tu te retournes pour voir John, ayant subi un atterrissage forcé... bon, il s'était écrasé, quoi. Ça avait l'air d'aller... tu te jures d'aller le voir dès que la course sera finie.

Tu lances une bombabouse en contrebas, ça tombera bien quelque part... cette école est beaucoup trop calme, décoincez-vous! Et puis t'es fière de ta connerie avec ces types, t'en as besoin. Sauf que t'es pas la seule a en avoir lancée une... entre-temps, Dey avait l'air de s'être écrasé à son tour... mais c'est pas vrai c'est une épidémie? Faut que je fasse gaffe, Azaël doit en avoir encore plein en réserve... remarque moi aussi... Sauf que Dey il est pas content. Le compagnon de jeux redevient soudainement maître d'autorité.

- Ce sera une retenue ! Pour tous les quatre !

Oh, ben oui, tu t'y attendais, à celle-là... mais qui sait si tu l'as vraiment entendu, hein? Tu les dépasses. T'as encore le temps de t'arrêter. Dans quelques mètres, un délit de fuite s'ajoutera à ta colle. Mais la volière se fait de plus en plus proche... Un coup d’œil en arrière pour voir la réaction du vert et argent. Si il décide de s'arrêter, t'as aucun intérêt à continuer... mais dans le cas contraire, tu veux bien essayer de finir cette course. Au point où vous en êtes...
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dédale de couloirs

Message par : Azaël Peverell, Sam 25 Mar - 20:18


John s'est retrouvé hors piste, tu sais pas trop comment. Faut dire que t'avais un peu autre chose à faire que de le regarder, t'es bien occupé à essayer de faire accélérer ton balai qui commence à vibrer beaucoup trop fort pour ta propre sécurité. Mais la sécurité, tu t'en fous. Toi, tu veux juste gagner, alors t'as bien l'intention de continuer à prendre de l'altitude. Si le lion n'est plus dans la compétition, ça ne fait que retirer un adversaire supplémentaire. Plus d'amis ici, que des gens à battre !

Tu fais rapidement le compte de ce qui te reste dans ton sac. Une bombabouse et une bombaconfettis. Tu vas pas aller bien loin avec ça, surtout que tu ne sais pas exactement ce qui reste à l'aigle toujours en course. Pour le concierge, c'est plus simple, lui, il n'a rien. Enfin si, il a ton frisbee. Mais il finira bien par te le renvoyer, pas vrai . Il est toujours en train de se marrer, mais manque à moitié de s'écraser, il a l'air un peu dans les vapes. Mais il est toujours en piste, en train de voler, tu sais pas trop comment. Mais il a perdu sa bonne humeur. Visiblement, ta bombe ne fait plus effet, et le voilà qui se met à vous dire que vous êtes collés. Tu lui lances un regard effaré. Le type s'amusait avec vous il y a deux secondes, et le voilà en train de péter les plombs.

Tu affiches une moue boudeuse, et tu vois la Serdaigle qui continue son ascension. Mais, à ce rythme là, elle va gagner ! Tu attrapes une munition. Ta dernière bombaconfettis. Il faut absolument que tu la touches si tu veux avoir une chance de gagner. Tu lances un regard en arrière, voir si le concierge vous suit toujours. Parce que c'est peut être pas une bonne idée de continuer si il est fâché. Et tu rentres à moitié dans un mur. Tu perds de l'altitude, mais finis par réussir à redresser ton balais, plus tremblant que jamais. Et encore moins rapide si c'est possible. T'aurais plus vite fait d'y aller à pieds à la volière… Mais tu perds pas espoir, tu continues la course, et tu balances ta bombaconfettis de toutes tes forces en direction de l'aiglonne avant de balancer ta bombabouse restante en arrière, sans même regarder où elle atterrit.

Aller, tu continues de pousser ton balai. Il vibre toujours plus fort, perd plusieurs fois de l'altitude avant d'en reprendre. T'es quasiment sûr qu'il va te lâcher avant l'arrivée, mais tu persévères. C'est toi qui a lancé cette course, et tu comptes bien la gagner. Et récupérer ton bien aussi.

- Hé, M'sieur, pourriez m'renvoyer l'Frisbee quand même ?

Qui ne tente rien n'a rien après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dédale de couloirs

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 8

 Dédale de couloirs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.