AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 6 sur 11
Dédale de couloirs
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard

Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Azaël Peverell, le  Sam 25 Mar - 20:18

John s'est retrouvé hors piste, tu sais pas trop comment. Faut dire que t'avais un peu autre chose à faire que de le regarder, t'es bien occupé à essayer de faire accélérer ton balai qui commence à vibrer beaucoup trop fort pour ta propre sécurité. Mais la sécurité, tu t'en fous. Toi, tu veux juste gagner, alors t'as bien l'intention de continuer à prendre de l'altitude. Si le lion n'est plus dans la compétition, ça ne fait que retirer un adversaire supplémentaire. Plus d'amis ici, que des gens à battre !

Tu fais rapidement le compte de ce qui te reste dans ton sac. Une bombabouse et une bombaconfettis. Tu vas pas aller bien loin avec ça, surtout que tu ne sais pas exactement ce qui reste à l'aigle toujours en course. Pour le concierge, c'est plus simple, lui, il n'a rien. Enfin si, il a ton frisbee. Mais il finira bien par te le renvoyer, pas vrai . Il est toujours en train de se marrer, mais manque à moitié de s'écraser, il a l'air un peu dans les vapes. Mais il est toujours en piste, en train de voler, tu sais pas trop comment. Mais il a perdu sa bonne humeur. Visiblement, ta bombe ne fait plus effet, et le voilà qui se met à vous dire que vous êtes collés. Tu lui lances un regard effaré. Le type s'amusait avec vous il y a deux secondes, et le voilà en train de péter les plombs.

Tu affiches une moue boudeuse, et tu vois la Serdaigle qui continue son ascension. Mais, à ce rythme là, elle va gagner ! Tu attrapes une munition. Ta dernière bombaconfettis. Il faut absolument que tu la touches si tu veux avoir une chance de gagner. Tu lances un regard en arrière, voir si le concierge vous suit toujours. Parce que c'est peut être pas une bonne idée de continuer si il est fâché. Et tu rentres à moitié dans un mur. Tu perds de l'altitude, mais finis par réussir à redresser ton balais, plus tremblant que jamais. Et encore moins rapide si c'est possible. T'aurais plus vite fait d'y aller à pieds à la volière… Mais tu perds pas espoir, tu continues la course, et tu balances ta bombaconfettis de toutes tes forces en direction de l'aiglonne avant de balancer ta bombabouse restante en arrière, sans même regarder où elle atterrit.

Aller, tu continues de pousser ton balai. Il vibre toujours plus fort, perd plusieurs fois de l'altitude avant d'en reprendre. T'es quasiment sûr qu'il va te lâcher avant l'arrivée, mais tu persévères. C'est toi qui a lancé cette course, et tu comptes bien la gagner. Et récupérer ton bien aussi.

- Hé, M'sieur, pourriez m'renvoyer l'Frisbee quand même ?

Qui ne tente rien n'a rien après tout.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Hugh Dey, le  Mar 28 Mar - 15:07

Je pétais complètement mon câble. Mon balai ne volait plus très droit mais j’en avais plus rien à foutre. Eux n’étaient pas descendus du leur, pour les deux qui restaient, et il était hors de question que je les laisse partir comme ça. Même avec ma tête qui cognait. Qui faisait mal. Qui me criait d’arrêter. Alors je prenais de l’altitude. Je sortais au grand air, voyant les deux balais plus loin devant moi. Ils allaient gagner. Et il était hors de question qu’il y ait un gagnant à cette course. C’était moi qui allais gagner. Eux allaient juste tout perdre. Comme mes deux très chers neurones que j’avais perdu en me tapant la tête contre le plafond.

- Hé, M'sieur, pourriez m'renvoyer l'Frisbee quand même ?

Ah ok tu veux le frisbee petit c*n . Cette horreur qui m’a mordu la main, même si je l’ai pas senti ? Je sortais ma baguette, essayant de contrôler mon balai à une main et de le pousser jusqu’à ses dernières limites. Il était plus performant le mien, je gagnais du terrain. Et d’un Accio Frisbee je récupérais la pièce diabolique qui m’avais défoncé.

Puisqu’il le voulait l’imbécile, j’allais lui donner. Je le lançais devant moi et rapidement j’informulais un Waddiwasi sur le frisbee pour le balancer dans sa direction. Dix points s’il touchait les bras ou les pieds. Trente points pour le ventre. Cinquante pour la tête. Et cent s’il le prenait dans la bouche comme le petit bât*rd de chien qu’il était.

Je rangeais ma baguette, replaçais les deux mains sur le manche de mon balais et me couchais presque dessus, plissant les yeux pour tenter de maîtriser la migraine. J’allais gagner. J’allais gagner. J’allais gagner ! La volière se rapprochait dangereusement. Et même si je vibrais, je pouvais encore les dépasser avant d’entrer par la fenêtre. Une nuée de hiboux sortait déjà de l’endroit, comme pressentant qu’il allait se passer quelque chose d’inhabituel. Alleeeeeeez !
Alice Grant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Alice Grant, le  Mar 28 Mar - 22:21

LA d'Aza et d'Hugh accordés

Qu... attends, tu fais quoi dans le mur, là?

Quelque chose a heurté ton dos. NON. Le mot est faible. Un truc a explosé sur toi et t'a propulsé en avant, te faisant perdre l'équilibre, ce qui justifie la présence du mur. Ah non, t'es par terre maintenant. Mince, t'aurais dû assurer tes arrières, ça doit être un coup du serpy... bravo, génie, c'est le seul qui restait avec toi et le surveillant pas-si-hors-course-que-ça. ... Aïe. Tu sais pas encore où t'as mal exactement mais tu sens que ça va venir. Pour l'instant, t'es allongée à même le sol, dans une flaque de confettis. Des gens passent. Te regardent. Normal. Tu t'en fous. Tu tournes la tête. Balais cassé. Tu m'étonnes, c'est déjà un miracle qu'il ait tenu jusque là. N'empêche que l'oiseau a perdu ses ailes. La fête est finie pour l'aigle.

Mais tes yeux se redirigent vers le plafond pour suivre l'actualité de la course. Tu t'es bien amusée. Ton cœur bat la chamade. Azaël s'est pris le frisbee en pleine figure. Game over pour lui aussi. La volière est à leur aîné. Ton sourire s'étire jusqu'à ce que tu éclates de rire. Qu'est-ce que ça faisait du bien de péter les plombs. Il faudrait que tu le fasses plus souvent. Tu ne pensais pas que cette journée se finirait comme ça, et encore moins qu'un membre du personnel se prendrait au jeux et gagnerait la course. Et c'est pas plus mal finalement.

Bon, tout ça a quand même eu un prix... si on passe tout ce qui est matériel et dégradation, vous avez récolté une retenue, John a filé à l'infirmerie, et d'ailleurs tu ne vas pas tarder à la rejoindre, on a perdu un éléphant (ou bien il s'est perdu...?) et quand au vert et argent... tu sais pas trop, il est pas dans ton champs de vision brouillé par les quelques larmes naissantes. Faut dire que ta jambe droite commence à te faire mal. Mais tout ça en valait bien la peine... tu ne regrettes absolument rien. Si ce n'est d'avoir perdu.

Ça fait déjà quelques minutes que t'es au sol à rire comme une déglinguée, tu commences à te calmer, tu prends ton temps, tu te relèves doucement... quelques bleus, rien de cassé, à part le pauvre balais... tu récupère le sac, il reste des bombes dedans, ça te fait un souvenir. T'espère que ton cher collègue ne voudra pas les récupérer, il a dû y mettre le prix... enfin, vu ce qu'il en reste... Tu ramasses les restes du balais et te dirige clopin-clopant jusqu'à l'infirmerie, plus pour y vois John qu'autre chose parce que t'arrive à marcher quand même... c'est ce qu'on appelle un bon souvenir.

Départ d'Alice


Dernière édition par Alice Grant le Mer 29 Mar - 19:31, édité 1 fois
Azaël Peverell
Azaël Peverell
ModérationSerpentard
Modération
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Azaël Peverell, le  Mer 29 Mar - 4:15

Ta bombaconfetti fait mouche. La Serdaigle est touchée, et bientôt hors piste à son tour. Tu étires un large sourire. A présent, t'es le dernier en piste avec le concierge derrière toi, et même si son balai est indéniablement meilleur que le tien, toi, au moins, jusqu'ici, t'as évité tout coup ou tout choc qui t'aurait fait perdre le peu de contrôle qu'il te reste sur ton objet volant. Sauf que voilà, tout content que tu es d'avoir réussi ton coup, tu jettes un regard à l'aiglonne en bas qui s'est écrasée mais semble aller quand même à peu près bien. Enfin elle a l'air morte de rire, donc ça doit aller. A moins qu'elle soit en train de convulser, mais dans ce cas, tu préfères largement te barrer de là avant que ça te retombe dessus. Et puis t'as une course à gagner.

Mais tout obnubilé que tu es par le fait d'avoir directement mis hors jeu ta dernière adversaire sérieuse, tu ne vois le Frisbee qui vient vers toi qu'au dernier moment. Tu te le prends en pleine figure, et ça fait pas du bien. Le machin te mord le nez, et pas doucement. Tu portes tes mains à ton visage pour essayer de le faire lâcher, en vain. Et vu que tu vois rien, et que t'es juste en train d'à moitié hurler de douleur pour te débarrasser de ce Frisbee à dents de serpent bien trop violent envers son propriétaire. Tu finis par te prendre un mur de plein fouet, brisant ton balai dans le même temps, pour retomber lourdement dans les dernier escaliers menant à la volière. Le lieu de la victoire que tu n'atteindras pas aujourd'hui.

Une fois ton esprit redisposé à prendre contact avec le monde réel, tu rouvres les yeux, te demandant vaguement où tu te trouves avant de remettre les choses dans leur contexte. T'as perdu la course, t'as mal à peu près partout, et un liquide poisseux coule le long de ton visage. Tu finis par enfin réussir à le faire lâcher ton nez, tandis que du sang continue de couler. Il t'a pas raté l'enflure. Tu sais pas si t'en veux le plus à ton frisbee ou au concierge, mais clairement, t'es vexé. Parce que tout ça, c'est toi qui l'a lancé, et tu te retrouves comme un crétin dans les escaliers, le nez ensanglanté et le corps endoloris. La prochaine fois, tu la gagneras cette course. Pour l'instant, tu devrais peut être aller faire un tour à l'infirmerie. Tu verras bien si Dey vous colle vraiment ou pas plus tard. Et puis, dans tous les cas, ça valait le coup. Parce que ça faisait longtemps que tu t'étais pas autant amusé.


Fin pour moi !
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Hugh Dey, le  Mer 29 Mar - 18:21

Je suivais le frisbee des yeux. Mais avant qu’il atteigne sa cible, c’est la bombe à confettis qui explosait sur l’autre godiche de fille qui me faisait sourire. Ma tête sonnait, ça tapait aussi fort qu’un son de cloche, mais pourtant c’était drôle de la voir tomber de son balai et le casser avec ses grosses fesses. Ahah ! Ca se trouve elle s’était fait mal. Peut-être même qu’elle était morte. Tant mieux, ça lui apprendrait à foutre le bordel dans Poudlard.

Et juste après c’était le frisbee qui atteignait sa cible. En pleine poire. BAM. Dans ta gu*ule p’tit c*n ! Et il se débattait avec parce que c’était féroce un frisbee à dents de serpent, pas pour rien que c’était interdit dans l’école ! Et le voilà que BAM il percutait le sol lui aussi. La voie était libre.

Des étoiles brillaient dans mes yeux, à moins que ce ne soient des larmes tant ma tête souffrait. Le champ était libre. Je continuais à avancer et il me fallut peu de temps pour passer en plein milieu d’une ouverture de la volière. Je ralentissais et me posais même en son sein, chancelant. J’imaginais les acclamations du public en furie, je me voyais presque un vif d’or à la main. Je souriais, j’envoyais des baisers à la foule invisible, je portais mon balai, je le baisais lui aussi. J’attendais qu’on vienne me porter, mais on ne vint pas, et heureusement. Parce que j’avais trop mal à la tête.

D’ailleurs je me rendais compte que je ne parlais qu’aux hiboux et que les acclamations n’étaient autres qu’un bourdonnement dans mes oreilles. Les résonnances du son de cloche. Il me fallait, moi aussi, aller à l’infirmerie. Je faisais donc de tout petits pas pour me déplacer, trop peureux pour remonter sur mon balai. Mais c’était pas grave. L’important, c’était surtout que j’avais collé cette petite bande. Mais que je m’étais bien amusé aussi. Et que j’avais gagné.

[Fin du RP]
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Madilyn Nebulo, le  Dim 2 Avr - 16:05

Dans la nuit
avec Ellana Lyan

Je cours. Les yeux fermés. Le sourire aux lèvres. Le coeur battant. Et l'excitation au ventre.

J'avais besoin de sortir un peu. Dans la nuit. Seule. Dans les couloirs déserts. Je me sens libre. Et ça, c'est bien.

Ce n'est pas moi, ça. Ce n'est pas mon genre. Moi, c'est plutôt peite fille calme, sage et réfléchie. Mais... j'en peux plus de cette image ! J'en peux plus. C'est tout.

Alors, même si c'est pas moi, même si c'est pas mon genre... qu'est-ce que ça fait du bien. De se lâcher. De se retrouver. Le temps d'une nuit. Blanche, la nuit.  

Et j'aime éprouver ça. Cette sensation délicieuse de n'en avoir plus rien à foutre, de braver les interdits. Dans le noir. Dans la nuit.

Et donc. Je cours. Je ris. Je crie. Enfin, pas trop fort. Juste à l'intérieur de moi. Là.

Seule, j'ai l'impression d'enfin me découvrir. Ou plutôt de me reconnaîtte. Impression, bien qu'étrange, si douce et agréable. Irrésistible. Dangereuse.

Oui. Je me mets en danger. Et j'aime ça. J'adore ça. Je trouve ça... beau.

Alors je continue. Même si je sens mes jambes qui me brûlent. Ma respiration qui se hache. Mes oreilles qui sifflent. Je m'en fous. Je suis bien, merci.

Je sais qu'il ne faudrait pas faire ça. Que ça sert à quoi ? Qu'il faut arrêter, maintenant. Que ça n'a déjà que trop duré. Mais je ne peux pas arrêter.

C'est une droque, le danger. Mais je ne l'ai pas assez consommée. Pas encore.

Laisse-moi en prendre encore.

Un peu.

S'il te plaît.

Je veux y goûter.

Plus.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Vanille Fleury, le  Mar 11 Avr - 16:20

Tap… Tap…

Bruits de pas, bruits de vie, les pieds d'un enfant qui cours sur le parquet.
J'entends et je fronce les sourcils, pourquoi ? De qu'elle folie vient-on masquer le silence de la nuit ?
Soupire d'insatisfaction, pourquoi donc s'amuser à faire tant de bruit ?
Qui est donc la cause de ce tapage nocturne qui me brûle les oreilles sans pourtant être vraiment assourdissant. Cette nuit je suis à nouveaux sortie. Je ne sais pas si c'était une bonne idée mais je crois que cela fait bien longtemps que je ne me soucie plus d'une quelconque notion de bien ou de mal. Seule désormais compte ma survie et cette envie de retrouver la volonté de vivre. J'ai besoin d'être seule la nuit alors que les ombres s'étirent, que les jolies dorées sourient.
Pour me sentir existante et faire mes provision de solitude, ce besoin qui me prend à la gorge sans me laisser d'autres possibilités que d'y répondre en l'écoutant, obéissante.
Servante de la lune, dépendante à l'adrénaline. Peu maîtresse des besoins insensés de mon être, si j'ai réussit à recommencer à manger, dormir ne m'est toujours pas possible bien que je risque inévitablement de finir par faire un épuisement et de ne plus savoir me relever.

Tap…
Un pas dans les sombres couloirs
Tap… Tap…
Le tournant d'un mur
Tap… Tap… Tap…
Et soudain un autre visage

Une petite enfant qui court, court et ne semble pas vouloir s'arrêter. Elle à l'air de respirer difficilement et je fronce les sourcil, que fait elle donc à courir comme cela de nuit ?
Ne devrait elle pas plutôt être dans son dortoir ? Pourquoi donc se promène t-elle aussi loin de son lit ? Un rayon de lune vient éclairer son visage et je recule d'un pas.
Cette petite me fait immédiatement penser à ma petite sœur. Loin de enfant du même sang que moi mais pourtant bien plus proche que le serrait une pareille gamine.
Elle est entrée dans ma vie avec une facilité et une pénibilité déconcertante jusqu'à ce que je ne parvienne plus à m'en détacher, qu'elle devienne essentielle et indispensable à mes yeux.
J'attrape la fillette qui vient de gagner mon attention par le bras et l'observe attentivement.
Elle doit être en première voir en deuxième, du moins c'est ce que me crient ses trais encore enfantins. Ses beaux cheveux d'une couleur de feux me font jeter un œil aux jolies dorée que j’aperçois par une fenêtre du mur. Es-tu une enfant des étoiles ?

Tap…
Mes propres talons sur le sol
Tap… Tap…
La poussant vers la fenêtre
Tap… Tap… Tap…
Elles sont magnifiques n'est-ce pas ?
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Madilyn Nebulo, le  Mar 11 Avr - 17:46

La liberté.
Si enivrante.
Le danger.
Si...
Une sensation indescriptible.
Comment expliquer cela ?
De la dépendance.
C'est tout.

Et je ne peux plus m'arrêter.
Je sais qu'il le faut, mais je n'en ai pas envie.
Plus envie.
D'être moi.
La petite fille sage que je suis.
Que j'étais.
Que je serais ?
Peut-être bien.
Mais pas maintenant.
Non.
Pas ce soir.

Et je m'adonne à cette délivrance.
Encore et toujours.
Envers et contre tout.

Et là.

Une ombre.

Qui me saisit.

Et je réprime un cri.

Le danger.
Il m'a trahi.
J'ai été attrapée.
Et un rabat-joie va me ramener à cette dure réalité.
Dont je ne veux plus.
Dont je ne peux plus.

Mais cette ombre...
Elle ne dit rien.
C'est une ombre.
Qui me scrute.

Ce n'est pas ces maudits surveillants.
Qui font régner la discipline et le réalisme.
Tout ce que je déteste.
Ce soir.

C'est
Non, ce n'est pas une ombre.
Les ombres, c'est noir à l'intérieur.
Ca peut être méchant.
Les ombres, ce sont des mystères.
Obscurs et effrayants.

Mais elle
Non.
Oui, c'est un mystère.
Mais
Non.
Pas une ombre.

Quelqu'un.
Qui a la même dépendance que moi.
Quelqu'un qui me ressemble.
Ce soir.

Es-tu une enfant des étoiles ?
Peut-être.
Je ne sais pas.
J'aimerais bien.
Je voudrais en être une.
Mais...


Et elle m'entraîne vers la fenêtre.
Où les étoiles ont éclos cette nuit.
Juste pour moi.
Juste pour elle.
Juste pour nous.

Elles sont magnifiques n'est-ce pas ?


Oui, elles le sont.
Mais je ne réponds pas.
Je n'ai pas envie de briser la magie.
De ce moment.
Où deux filles, deux enfants des étoiles, deux ombres
Regardent leurs soeurs.

Et je sais que c'est du n'importe quoi.
Mais c'est la réalité qui est n'importe quoi.
Seuls les fous ont raison.

Et les étoiles.
Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Vanille Fleury, le  Mer 19 Avr - 15:19

Enfant des étoiles, fille des jolies dorées,
qui es-tu, d'où viens-tu ?
Montre moi le chemin, rends moi
cet espoir perdu au vent du rire cruel
j'ai peur tu sais ? Regarde les astres
ne sont ils pas tellement beau ?
nous pourrions presque les toucher
eux ont aussi essayer, ces modlus
ils ont voulu s'emparer de la lune
comme on attrape un objet
mais toi… Toi tu peux voir
comprendre que la véritable magie
et de les voire d'ici.

L'enfant ne répond rien, elle regarde c'est tout, peut être est elle d'accord, peut être pense t-elle comme moi. Le monde n'as pas nécessairement besoin de cela, d'ailleurs j'en suis un excellent exemple étant donné ma faiblesse en ce qui concerne la communication. Pourtant, il y a certaine personne, comme elle, cette enfant des beaux astres, ce bout de lumière tombée au sol sans la moindre raison avec qui j'arrive, j'ose un peu plus,a avancer sur ce terrain dangereux, ce champs de mine qui peuvent exploser à tout instant mais je tente quand même, un pas de plus sur ce chemin qui me fait si peur, oser un peu plus pour se battre, combattre mes démons, reflets oubliée dans cette douleur qui me tord le vendre et brise mes rêves. C'est comment ? Là-bas ? Comme un simple espoir, juste une envie, de comprendre, de la comprendre, de me comprendre. Et qu'un peu nous puissions être, ensemble…

Le cœur brisé d'une âme meurtrie, que penses-tu être ? Que penses-tu que je sois ? Je ne suis pas comme toi, peut être même pas celle que tu crois, perdue dans ce dédale dénué de sens, cherchant à tâtons une sortie à cet enfer nocturne. Je me perds mais continue à marcher, j'ai simplement peur, peur de sombrer trop vite, si par malheur je m'arrête de fuir, si je rends les arme et m'assied. 1,2,3… Doucement je la prend par la main, tu es avec moi, tu restes sous mon aile et tempi pour toi, si tu ne veux pas, j'ai besoin de toi, encore un peu, rien qu'un peu, à deux, ensemble, pour survivre, pour se battre, pour gagner. J'ai perdu tant de bataille mais pas encore la guerre, je continuerais jusqu'à rendre mon dernier souffle, jusqu'à ce que la mort ne me prenne dans ses bras et ne me berce, jusqu'à passer de l'autre côté, par delà le voile dans cette autre monde enfin dévoilé.

Et à mon tour je cours,
entraînant la petite par la main
l’emmenant avec moi dans ma douleur
lui offrant une place éphémère
dans mon cœur
je ne suis pas assez forte
pas assez douée
Adrénaline, adrénaline,
prend moi dans tes bras…
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Madilyn Nebulo, le  Mer 19 Avr - 15:41

Elle.
L'enfant des étoiles.
La fille de l'espoir.
Mon étoile à moi.
Ma bonne étoile.
Guide-moi encore.

Pour toujours

Dans le labyrinthe de la peur.
Aide-moi à sortir.
Aide-moi à me libérer.
S'il te plaît, fille des ombres.

Je ne veux pas savoir qui tu es.
Je veux savoir ce que tu es.
Je veux savoir qui je suis.
Et puis le reste...
Pas ce soir.
Une autre fois.

C'est vrai que j'aime les étoiles.
Elles illuminent la nuit.
Trop noire.
Qui fait peur.

Les étoiles, elles brillent.

Elles éclairent ton cœur.
Éclairent ta nuit.

Les étoiles, elles rassurent.

La nuit, on ne verrait pas le méchant loup qui guette.
On ne verrait pas les cauchemars qui attendent.
Au creux de ton lit.
Sans elles.

C'est comment ? Là-bas ?

Je tourne la tête vers elle.
Je souris.
Est-ce que tu vois ce sourire d'enfant ?

Là-bas, ça brille.
C'est comme ici, mais ça fait moins mal.
Il y a personne là-bas.
Personne pour te faire souffrir.
Mais c'est un peu triste.
La lune est la seule compagne dans la nuit.
Là-bas, il fait toujours nuit.


Là-bas, c'est mieux.


Est-ce que je suis une fille des étoiles ?
C'est peut-être pour ça que je n'ai pas de place, ici.
Non, sur Terre, pas la place pour moi.
Mais dans les étoiles...

Elles m'appellent.
Je le sens.

Je ferme les yeux.
Mais il fait nuit.
Alors je les rouvre sur mes nouvelles amies.

Et elle me prend par la main.
On court.
Elle me guide.
Je ris.
Doucement.

Adrénaline, adrénaline,
prend moi dans tes bras…


Je ris.

Et cette douce sensation m'enveloppe.
Me prend dans ses bras.
A mon tour, maintenant.

Mon cœur bat.

Une enfant des étoiles.






Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Vanille Fleury, le  Sam 22 Avr - 10:54

Doucement, je vois, perçois,
ce doux attachement éphémère
ce soir je veux être avec toi
ce soir je veux courir crier et vivre
ce soir mais peut-être pas demain
les démons me hante, me prenne, me vole
le cœur rate un battement et les jambes s'envolent
je ne sais pas pourquoi, je ne sais plus
nous ne devrions même pas être ici
je sais que le règlement l'interdit
et pourtant…
alors que je devrais être responsable
l’aînée, la raisonnable
c'est moi qui entraîne, qui guide
tirant la langue à cette prison qui veut m'enchaîner
simplement pour ce soir,
une nouvelle fois enfant.

Je la regarde, elle, la fille des étoiles, droguée comme moi de cette dépendance à l'adrénaline. Elle a un visage d'enfant sage, oui, qui pourrait donc se douter ? Personne, non, au-delà des apparence je vois dans ses yeux une flamme dévorante, une lumière si intense qu'elle me fait peur et m'oblige à détourner le regard, je ne suis pas capable, simplement trop faible pour supporter cet éclat mort depuis beaucoup trop longtemps en moi. C'est dommage, horrible et triste à en pleurer, quand je ne me reconnais plus dans le miroir, reflet brisé et oublié de cette autre Ellana que j'étais. Et je peu encore voir les dégâts de ce que le poison m'a fait. Je ne suis plus fille des étoiles, depuis bien trop longtemps, peut-être que je ne l'ai jamais été, née dans les ténèbres et sans cesse en quête de cette lumière. Je veux rester à ses côtés, encore, juste un peu. Car je la voit briller d'un éclat si intense que tout le monde désirerais s'en emparer. Surtout les gens comme moi, les enfant de l'ombre qui n'ont jamais connu ce si beau rayonnement.

Me livrant, m'offrant son rire cristallin, à moi et aux étoiles, j'ai tout de même un peu peur et si quelqu'un nous surprenait ? C'est loin d'être la première fois que je sors de cette manière mais pourtant la frayeur pour la première fois me bloque la gorge. Je ne devrais, je devrais n'en avoir rien à faire mais pourtant je crains par dessus tout que les adultes de ce château comprenne, j'ai peur qu'ils m'enferment dans mon dortoir depuis lequel je serais incapable de survivre si les jolies dorées m'appelle à nouveau. Je sais que c'est mal de leur obéir mais je n'ai pas vraiment le choix, ce sont elles ou bien mes démons à moi et je ne m’agenouillerais jamais devant ces derniers. Mains posée dans la sienne, fille de l'ombre et enfant des étoiles, pour une symphonique parfait, en émois devant le bel équilibre. Et je cours, nous courons, juste avant que les démons ne me volent, m’attrapant par surprise, je plie net, la lâche et tombe sur le sol la tête entre les mains. N-Nooon…

Mes yeux forcé à se fermer,
je vois les images défiler
sous mes paupière la douleur
qui me prend dans ses bas, affaiblissante
je n'ai rien, je ne sais pas à quoi
me raccrocher, je suis simplement seule
et cette souffrance qui m'emporte doucement
j'ai mal et je ne crie pas
comme habituée à cette douleur
bien qu'elle ne s’atténue jamais
et me blesse de plus en plus.
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Madilyn Nebulo, le  Sam 22 Avr - 13:12

Courons.
Courons.
Courons encore.

Promenons-nous dans les bois

J'ai confiance
En elle
Comment ne pas avoir confiance ?
C'est une fille des étoiles
Et ce soir, quelque chose se produit
En restant avec elle
Seule dans la nuit
Je me sens
Étoilée
Moi aussi.
Et je voudrais que ça ne s'arrête pas.
Plus jamais.
Pitié.

Et on court
Comme si notre vie en dépendait
Comme si c'était la dernière fois
Dernière nuit
Dernier soir
Dernier souffle
Dernière folie
Dernière vie.
Étoilée.

Et je sens son regard glisser sur moi.
Et je cours encore plus vite.
Plus vite
Plus vite
Plus vite
Battement de coeur.
Boum
Boum
Boumboum
Boumboumboum
Boumboumboumboumboumboum...
Plus vite
Plus vite
Plus vite

Je souris

Et je sens mes pieds meurtris
Et cette douleur
Lancinante
Fulgurante

Je l'ignore

C'est mal
Je ne devrais pas faire ça

C'est peut-être grave.
Mais je m'en fous.
Dernière douleur.

Je cours

Pendant que le loup n'y est pas


Danger
Peur
Douleur
Pouls
Accélération
Souffrance

J'enfreins le règlement
Celui de l'école
Qui nous maintient ligotés
Mais moi je suis libre !
Libre comme les étoiles

J'enfreins le règlement
Le mien
Celui de la fille sage
Pure
Innocente
Naïve
Idiote

Et je me déteste d'avoir peur.

Vis, Purée !

Vis !

C'est la dernière fois
Dernière liberté.
Dernier danger
Dernière étoile qui brille dans le ciel noir

Si le loup y était


La réalité
La pire des geôlières
Pâteuse
Gluante
Comme du mazoute
Qui tue les oiseaux
Qui les noircit
Les obscurcit

Elle me fait peur
Cette foutue réalité
Celle qui m'oblige à être si sage
Exemplaire
Stupide

Pourquoi est-ce que je ne vis que maintenant ?
Que je ne comprends son sens que maintenant ?

Je n'ai jamais vécu

Je suis juste un fantôme
Transparent
Insipide
Fade

Et cette peur

Réalité, réalité, reste endormie
Tu me fais peur
N'éteins pas les étoiles*De ton obscurité maudite
Je t'en prie

Il nous mangerait

Les larmes roulent
Invisibles

Pourquoi suis-je si détestable ?
Pourquoi cette peur ?

Vis.
Vis ?
Vis !
Vis...

Et elle
Elle tombe
Le loup l'a dévoré
N-Nooon…

Pitié
S'il te plaît
Belle étoile
Ne t'éteins pas
Ne me laisse pas seule
Dans la nuit noire
Avec le méchant loup


Et dans l'obscurité
On peut quand même entendre cette voix qui se brise

Petite étoile filante
Rattrapée par la réalité



Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Vanille Fleury, le  Sam 29 Avr - 9:43

Plongée dans ce noir
dans ce pays où
les cauchemars règnent en maître
et lentement je te perds
entre les bras de cette mère
je sais que je viens d'ici
endroit dépourvu de lumière
et j'ai peur, tellement
d'attirer l'autre enfant avec moi
dans cette vie donc je n'ai pas voulue
cette existence non révolue
et je m'en veux, un peu, beaucoup
je ne vois plus rien
n'entends plus rien
seul le noir règne
encore et encore, toujours.

Prisonnière derrière les barreaux de brume noires qui se dresse telle une cage autour de moi c'est mon esprit que je sens se décomposer. La dernière fois que les démons ont frappés se sont les murs qui ont décider de s'écrouler, un simple effet d'optique pourtant effrayant à mes yeux d'enfant bien que la solution pour ce protéger n'était d'autre que celle de se caché les yeux des deux mains. Certes l'idée est enfantine mais marchait étant donné que comme je l'ai récemment découvert, tout ne se passe que dans ma tête. Grâce à cette révélation on pourrait croire que je peux vaincre tous mes démons alors que la réalité est bien plus cruelle, je n'ai pas le choix, non, ne l'ai jamais eu, tout à l'air si réel que parfois je ne sais même pas si je dois penser que ce n'est qu'un rêve et que je vais m'éveiller ou si je suis vraiment en train de cauchemarder ce qui ne m'étonnerait qu'à moité étant donné à quel point je suis et avoue être dérangée.

Au loin, j'entends des paroles, des supplications, celles d'une autre enfant mais de luminosité, elle. Pas moi. J'ai envie de répondre, nous ne sommes plus dans le même monde, la même existence ou le même rêve, oui je dois être en songe sinon j’apercevrais l'autre fillette, à moins que justement notre rencontre soit le rêve et que je sois plongée en plein dans la présente réalité. Les deux sont possible bien que fort tirée par les cheveux mais je ne veux pas supprimer une des deux possibilités de peur d'encore une fois me leurrer et perdre pied. Si je rêve, je dois pouvoir être capable de sortir de ma douleur, non ? Dans ce cas il me faut trouver le moyen de m'éveiller, la dernière fois il faillait fermer les yeux pour se protéger alors peut-être qu'aujourd'hui, il me suffit les ouvrir ? Essayant le tout pour le tout, j'offre la vue à mes iris et retrouve par la même occasion la petite frimousse de l'enfant des étoiles. Lui souriant sans gène, simplement heureuse d'avoir à nouveau triomphé de mes démons je tente de me relever jusqu'à finir par y arriver.

Pourtant mes jambes,
se remettent à trembler
sous moi pois trop lourd
pour qu'elles ne sachent le porter
soupirant tristement je me résigne
à me mettre accroupis devant elle
puis venir lui murmurer
comme un mélodie à l'oreille
Qui est donc ton loup ?
est-ce un démon ?
est-ce un cauchemar ?
Tu peux me dire tu sais…
je m'y connais en monstre…
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Madilyn Nebulo, le  Sam 29 Avr - 13:43

S'il te plaît.
Ne me laisse pas.
S'il te plaît.
S'il te plaît.
S'il te plaît.

Juste une main tendue
Pour l'implorer :
Relève-toi !
C'était bien...
Je ne veux pas ça.
Pas maintenant.
Pas ici.
Pas toi.
S'il te plaît.

Mais je ne peux rien faire.
Juste voir ce macabre spectacle.
Le loup.
Dévoreur d'étoiles.
Dévoreur d'enfance.
Dévoreur de rêves.
Dévoreur de vie.
Vis !

Elle ne se relève pas.
Morte.
Achevée.

Carnage.
Massacre.
Meurtre.
Tuerie.
Tue-rires.

Je pleure.
Tu saignes.
Il mord.
Nous sommes mortes.
Vous vous battez.
Ils nous emportent.

Etoiles éteintes.
Par la nuit.
Par le loup.

Pardon.

Mais...

Elle semble bouger.
Remuer.
Vivre ?

Miracle.

Elle a entendu.

Blessée.
Mutilée.
Mais vivante.
Pas encore dévorée.

Et elle relève la tête.

Un sourire.

En forme de lune.
Mère des étoiles.
Promesse
Elle a gagné.

Mais comme il n'y est pas


Et ce sourire
Je te le rends
Non !
Nous le partageons.
Sourires-lunes d'enfants-étoiles
Lumières dans la nuit
Qui éloignent le loup
Et tous les prédateurs de la forêt.

Il ne nous mangera pas

Et doucement
Se remet debout
Reprend sa place
Lumineuse
Dans mon ciel

Qui est donc ton loup ?

Mon loup...

Il a deux visages
Etre seule
Et ce soir
La réalité
Briseuse d'étoiles


Vanille Fleury
Vanille Fleury
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Vanille Fleury, le  Lun 1 Mai - 13:48

Un loup à deux visages
la peur d'être abandonnée dis-tu ?
oui je la connais, moi aussi
sauf que je lai véritablement été
tant de fois laissée seule
dans mes cauchemars
on m'a volée mon innocence
je ne veux pas faire pareil
mais pourtant c'est trop tard
car c'est aussi ton deuxième
démons, loup, comme tu veux
en tout les cas il est néfaste
et j'aimerais pourvoir t'en protéger
même si je n'en suis pas capable
juste essayer.

Car c'est toi la plus petite, toi que je dois protéger, et nul autre. Pourtant comme toujours, je me retrouve être la plus faible des deux, car tu as en toi une force inégalable, tu es encore une enfant, qui crie, cour et ris, alors que moi je suis déjà morte, plus qu'un souvenir un dangereux fantôme qui erre sans bruit et je regrette ce temps merveilleux où comme toi il me semblait voler, comme s'il me poussait des ailles et j'étais heureuse, oh si tu savais. Mais aujourd'hui tout est fini, d'un sortilège in a mis fin à mes rêves, j'ai perdu ce que les hommes on de plus précieux au monde : l'insouciance. Mais je l'ai perdue trop vite, à mes cinq ans pour être précise alors que toi… Toi tu l'as possède encore, cette flamme, tu as tant de chance… Promets moi simplement de ne jamais oublier de briller fille des étoiles, promet le moi et tu sauveras nos deux vie.

Je ne sais pas ce que je fais dans ce couloir, à tes côtés, je n'aurais sans doute pas du me trouver ici et pourtant, je pense que les règles sont décidément faites pour être brisées sinon il ne sert à rien d'en inventé. Lorsqu'il est mis quelque part qu'il est interdit d'aller dans la forêt, cela nous donne l'idée que l'on puisse aller dans la forêt alors qu'elle ne nous serait peut-être pas venue avant, tout cela est bien inutile mais malheureuse d'actualité, les adultes devraient vraiment relativiser.Je suis debout, une main dans celle de l'enfant brillante qui ne doit pas s'éteindre, l'autre frôlant doucement le mur de brique glacées que je longe. Je serre ses petits doigts dans les miens avec la peur immense de les perdre, je ne veux pas qu'il t'arrive quoi que se soit petite fille, je ne me le pardonnerais jamais, tu pourrais presque être ma petite sœur mais elle n'est pas là ce soir… Il faudra que je te l'a présente un jour même si elle est plus âgée que toi, je suis sûre que vous vous entendrez à merveille.

Tu connais une Joséphine ?
De chez les gryffondor ?

Simple question murmurée
à la douce nuit qui sourit
les étoiles qui protègent
et la douce mélodie
qui vient délicatement
résonner contre mes tympans
nous devons vivre
encore un peu
juste survivre
et retrouver le goût
de l'existence…
Madilyn Nebulo
Madilyn Nebulo
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Madilyn Nebulo, le  Mer 3 Mai - 15:40

Je sens qu'ils sont là
Dans la pénombre
A nous fixer de leurs yeux de nuit
A me fixer
Les loups
Mais c'est pas grave

Car ils sont faits d'obscurité
Et ont peur de la lumière
Celle que tu émets
Mon étoile filante
Tu les tiens à l'écart
Le temps d'une nuit tout sauf noire

Une fois tu as failli
Une fois tu t'es éteinte
Une fois c'est sur toi qu'il s'est jeté
Mais c'était la dernière

Les étoiles sont éternelles
Brille encore
Mon étoile
Scintille dans mon ciel
S'il te plaît
Ne t'éteins plus jamais
J'ai peur du noir
Je ne suis qu'une enfant
Perdue dans les bois

Reste avec moi
Où il me tuera
Il percera mon enfance
Ce gros ballon rose
Qui laissera l'air s'échapper
Il déchiquettera mon innocence
Saignera ma légèreté
Mordra ma naïveté
Découpera mon insouciance

Je veux que tu restes là
Que tu serres encore ma main dans la tienne
Que jamais tu ne me lâches
Personne ne m'avait jamais encore tenu la main
Où du moins pas de la bonne façon
Pas comme toi

Je veux que nous restions là
Sans jamais s'arrêter
De marcher
Marchons encore vers les étoiles
Perdons-nous dans les bois
Car je sais que le loup n'y sera pas
Pas avec toi

Tu connais une Joséphine ?
De chez les Gryffondors ?

Murmure nocturne
Non...
Mais à la façon dont tu le prononces
Je sais que tu l'aimes
C'est ton étoile, n'est-ce pas ?
Même les étoiles ont leur propre étoile
On en a chacun une
Toutes liées entre elles
Beaucoup d'étoiles
Un seul ciel


Je tourne mes yeux vers toi
Je veux imprimer ton visage dans ma mémoire
Sur mes paupières
Dans le ciel
Pour ne jamais l'oublier
Camouflé par l'obscurité
Il m'éclairera toujours
Montre-moi ton visage

Le visage de l'étoile

Et toi ?
Quel est ton loup ?


Contenu sponsorisé

Dédale de couloirs - Page 6 Empty
Re: Dédale de couloirs
Contenu sponsorisé, le  

Page 6 sur 11

 Dédale de couloirs

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.