AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal
Page 2 sur 6
Cours n°2 : Châtiments et informulation
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Anju Crecko
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Anju Crecko, Mer 9 Mar 2016 - 20:04


Un manteau blanc était étendu sur le sol quand je me levais avec un léger petit soleil qui illuminait le tout. Aujourd'hui il allait faire plutôt froid, les petits flocons dansaient dans le ciel, même si je craignais un peu, ou peut être beaucoup, le spectacle était toujours beau à voir. Le réveil était difficile, je m'habillais avec ma robe de sorcier et l'écharpe de ma maison, les bons vieux Pouffys. Ce matin, cours de Défense contre les Forces du mal, j'aimais beaucoup ce cours, j'espère que ce sera plutôt une ambiance détendue. Je sortais donc de la salle commune des merveilleux Pouffys et me dirigeais vers la nouvelle leçon qui m'attendais. En effet il faisait un froid de canard, je commençais déjà à grelotter quoi, la neige tombait en douceur dans mes cheveux bleus et décoiffés. J'arrivais donc devant la salle de cours, je me demandais bien qui allait être présent. Je rentrais donc de ma démarche habituelle de petite racaille et je regardais le monde qu'il y avait, quelques élèves étaient déjà présents dont Gwen, une de mes amies rencontrée dans la salle des archives à la bibliothèque. Me demander pas comment, ce fut le hasard total. Dans mon élan je m'écriais joyeusement :

- Bonjour Monsi.. Euh.. Il est où le prof' ?

Certaines personnes me regardaient d'un air interrogateurs, d'ailleurs il y avait plusieurs personnes que je ne connaissais pas, enfaite il n'y avait que Gwen dans mon cercle d'ami, mais la jeune brune était déjà assise à coté d'une personne. Je lui adressais un sourire et un petit coucou amicale de la main, et je partais m'assoir à une place vide tout en regardant les élèves quand je passais dans la rangée et passant ma main dans mes cheveux, un petit réflexe ou peut être une grosse habitude.
Je m'installais sur le siège, sortant mes affaires et bien sûr, pas de baguette cette fois-ci.

- Bon bah plus qu'a attendre, murmurais-je à moi-même.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Jade Wilder, Sam 12 Mar 2016 - 16:33


Jade avait perdu la tête.
Non mais vraiment hein, il ne pouvait pas y avoir d'autre explication quant à son inscription au second cours de Défense contre les Forces du Mal. Impossible, pas après ce qu'il s'était passé pendant le premier. Et pourtant, c'est les pieds trainants que la blondinette se dirigeait vers la salle, à travers les couloirs et plongée dans ses pensées. Elle ne se sentait pas bien. Pas seulement à l'idée du cours qui l'attendait, mais elle ne se sentait pas bien de manière générale. Trop de choses en tête, de questions en suspend, de recherches qui n'avancent pas.. Trop de rien. C'était plutôt paradoxal comme problème, mais revenons en à nos moutons.

McKinley. Alias le traitre, alias le tyran. Jade l'appréciait auparavant, ils s'étaient retrouvés en groupe à deux reprises et le Serdaigle avait été un des rares élèves ayant marqué la blondinette. Alors quoi ? Qu'est-ce qui avait changé, ou qu'avait-elle raté pour ne pas voir le fou qu'il était ? Décidément, plus le temps passait et plus Jade se trouvait.. aveugle ? Oui, aveugle, sur certains points. Parce-que honnêtement, comment peut-on virer d'élève exemplaire à prof psychopathe ? C'était dingue, juste dingue. Oh bien sûr, l'Italienne aurait pu ne pas s'inscrire tout simplement. Elle aurait juste évité le professeur et son enseignement peu orthodoxe, point. C'est alors que deux parties d'elle-même s'étaient opposées dans une danse infernale. Cette matière, elle ne la connaissait que trop peu. Sa soif d'apprendre n'était pas assouvie et elle qui avait un réel besoin d'exceller dans chaque matière.. ne pouvait envisager de manquer les cours. C'était ainsi. S'opposant férocement à sa colère envers le professeur ainsi que son mal-être après le dernier cours, c'est finalement ses principes qui avaient remporté la partie. Elle irait à ce cours, point.

Une autre raison ? Oh oui, bien évidemment. Elle y allait également dans le but de protéger. Au dernier cours, les plus jeunes élèves en avaient bavé à cause de McKinley et l'Italienne ne supportait absolument pas cette idée. Il était incertain qu'elle puisse être d'une grande aide à qui que ce soit, mais au moins pourrait-elle essayer ?

Si son état moral le lui permettait, bien évidemment. La préfète ressemblait plus à une poupée de chiffon qu'à une véritable personne, passive, laissant la vie se dérouler sous ses yeux comme un film au cinéma. C'était volontaire oui, et pas du tout à la fois. Quelque chose s'était éteint et elle ne trouvait pas quoi. Une dizaine de flammes composaient sa personnalité, l'une d'elle avait été gelée. La foi, peut-être ? Bref. Et puis, elle voulait aussi essayer d'être plus.. "sage" lors de ce cours. Au dernier, elle était déjà en colère de nature, les manières de McKinley n'avaient rien arrangé certes, mais ça avait participé grandement à son coup de gueule sur la place publique. Alors peut-être que cette fois-ci, elle serait plus calme ? Aucune idée. Nouvel affrontement entre deux catégories de principes. Personnalité bizarre j'vous dis.

Voilà la salle. Simple salle de cours, rien de bien particulier, mais Jade était véritablement stressée à l'idée d'assister de nouveau à un cours de ce type. Il fallait espérer que la consigne ne soit pas la même, sinon.. ça risquait de ne pas bien se passer. Poupée de chiffon ou chieuse de principes moraux.. à voir.

Inspirant profondément, Jade entra dans la salle. Cette fois, pas de professeur et c'était très bien comme ça. Avec un peu de chance, il était malade ? C'est beau de rêver rho. Quoi qu'il en soit, elle était parmi les derniers et c'était totalement volontaire. Prendre le risque de se retrouver seule avec McKinley ? Hors de question. Du coup étant donné son absence, ce raisonnement n'était plus vraiment d'actualité mais peu importe. Jade n'arrivait jamais dans les derniers. Jamais. Sauf pour ce cours, ce qui montrait sa graaande motivation. Elle avait la possibilité d'aller au fond de la classe, sauf que ça serait montrer son anxiété et il en était hors de question. Elle n'avait pas peur de McKinley, mais de ce qu'il pouvait faire aux autres. Alors, l'Italienne alla s'asseoir à la première place qu'elle vit, sans un mot pour personne. Elle ne sortit pas sa baguette, non, malgré ses pensées répétitives, elle avait lu les consignes. Par contre, sa baguette serait à portée de main en cas de besoin. Rester désarmée dans un cours comme celui-là, c'était hors de question.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Salomon Vensa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Salomon Vensa, Sam 12 Mar 2016 - 16:47


Le jeune Nathert attendait depuis déjà quelques heures, perché sur son lit, que les cours de défense contre les forces du mal commence enfin. Au moment propice, il se leva d'un bond, visiblement excité, il devait avouer que ces cours-ci le passionnait énormément. Au point de mourir d'ennui quand il en avait pas. Il fit un tour rapide à la salle de bain des garçons pour se brosser les dents et se changer. Il s'équipa de son sac à dos contenant plusieurs livres et travaux sur divers matière qu'il devait finir dans la soirée.. En marchant dans une passerelle de l'école, il remarqua dehors le temps légèrement pluvieux, parfait ! Il adorait la pluie, huhu. Après d'interminable intersection, il arriva devant la porte de la classe, en regardant par la fênetre de celle-ci, il remarqua que la plupart était arrivé. Il regarda sa montre et remarqua qu'il était presque en retard. Et me@$%. Il ouvrit lentement la porte et se faufila jusqu'au fond de la classe où il s'assit en un soupire.

Il frappa frénétiquement ses doigts contre le bureau, visiblement nerveux. Il était impatient de découvrit le sujet du jour, espérons que ce ne soit pas un truc ennuyant. Sinon, il se tirait d'ici en douce. S'il était pour perdre du temps dans un cours ennuyeux, mieux valait se barrer et aller continuer les travaux qu'il n'avait pas finis, nan ? Il pensait par ailleurs à son léger retard, le professeur lui fera-il la remarque ? Si c'était le cas, ça serait l'horreur pour lui. Il détestait profondément que l'attention soit concentrée sur lui, mphmm...

Pendant qu'il se perdait dans les méandres de ses pensées, il remarqua, grâce à un tour sur lui-même, des écriteaux inscrit au tableau. Ouais, quoi de plus normal que de voir des trucs écrits au tableau. C'est sa principale utilité... Enfin... voilà quoi...  

- Pas de baguette sur votre bureau
- Le silence règnera à mon entrée


Pas de baguette ?! Pour quoi faire ? Il en avait besoin pour lancer des sortilèges ou appliquer des enchantements. Qu'allait-il faire sans baguette ? Une nouvelle forme de sorcellerie ? Mouais, il verrait cela en temps  et en heure et pour ce qui était du silence, pas de problème ! Il ne parlait presque que jamais... Enfin, si, beaucoup, mais seulement avec ses "amis" proche. Il décrocha la baguette qui pendait à sa ceinture et la déposa sur le devant de son bureau. Ensuite, par ennuie, il commença à compter les personnes dans la salle et recommençait à chaque fois qu'il arrivait à la dernière rangée, un genre de saute mouton en bref...  
Revenir en haut Aller en bas
Helena Sword
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Helena Sword, Sam 12 Mar 2016 - 16:58


Les yeux plongés dans un livre, totalement absorbé par la lecture de l'ouvrage. Le temps passait bien plus vite lorsqu'elle étudiait, ce qui ne semblait pas être le cas de ses camarades. Les battements entre deux cours, les pauses afin de subvenir aux besoins primaires mais vitaux, tous ces moments tant attendus par les élèves se révélaient être un vrai supplice pour la jeune sorcière. Tout le monde abordait des sujets aussi futiles que la météo, les ragots et la qualité de la nourriture. Mais personne ne souhaitait approfondir le dernier cours ou s'avancer sur le suivant. De fait, elle se retrouvait souvent seule avec ses livres. Ceux-ci seraient toujours là pour elle et le temps semblait s’accélérer en leur compagnie.

Un vent glacial parcouru l'échine de l'étudiante et la forçant à sortir la tête de son manuel. Helena était assise, contre une fenêtre, à moitié dissimulé à l'intérieur de sa cape mais le froid ne semblait pas y porter le moindre intérêt, il réussissait tout de même à s'insinuer sous le manteau. Un comble, pensa la sorcière, vivre dans un château magique et ne rien faire pour réchauffer les couloirs. Elle jeta un coup d'œil de l'autre côté de la fenêtre et constata que la neige n'avait pas cessé de tomber. Magnifique paysage que ces étendues blanches. Cette capacité que possède la neige à s'accumuler sur les toits étaient fantastiques... Du moins quand on se trouvait du bon côté de la fenêtre. Les élèves ayant cours de vol devaient trouver le château bien plus chaleureux. L'adolescente sourit à cette pensée, rangea son sac et se leva en direction de son prochain cours.

Défense contre les Forces du Mal. Une matière aussi bien intéressante dans la théorie que dans la pratique. Un sujet très vaste qu'il était difficile de condenser en seulement sept années. D'autant qu'on ne pouvait jamais réellement être prêt à affronter "le mal". Aujourd'hui la petite brune rencontrait son nouveau professeur. N'ayant pas pour habitude de se mêler à ses camarades, elle ne connaissait que son nom et cela était bien suffisant. La salle de classe était ouverte, quelques élèves ayant déjà pris place mais aucune trace du professeur. Un coup d'œil rapide lui permit de reconnaitre les Serpentards qu'elle avait déjà croisé au détour d'un couloir, sans plus d'affinité, certains élèves des cours précédents et Angel. La seule personne qu'elle connaissait à peu près. Sans bruit Helena se dirigea vers le premier rang afin de lire les consignes inscrites sur le tableau avant de s'asseoir à ce même rang, côté mur et seule.

Pas de baguette sur le bureau? Cela voulait-il dire qu'on devait l'avoir en main? Le professeur Evan aurait été capable de produire une phrase comme celle-ci pour induire ses élèves en erreur. Dans le doute elle rangea tout de même sa baguette à l'intérieur de son sac, mais à portée de main. Pas de baguette... Un cours purement théorique ne serait pas déplaisant, le calme ambiant ne serait brisé que par le frottement des plumes contres les morceaux de parchemins. Il était intéressant de noter que le silence imposé par le tableau était respecté. Même les plus bruyants ne se faisaient pas remarquer, pour l'instant. Quel genre de professeur était donc ce nouvel instituteur pour réussir pareil exploit sans même être présent. Le regard de la sorcière se posa sur le seul animal présent dans la salle. Etait-ce le professeur? Ce qui expliquerait le silence.
Revenir en haut Aller en bas
Aurea Eston
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Aurea Eston, Sam 12 Mar 2016 - 20:24


La cloche retentit et c’est dans un brouhaha de raclements de chaises ajoutés aux conversations qu’entamèrent les élèves que la matinée de cours se termina. Aurea laissa le plus gros des élèves sortirent et rangea tranquillement ses affaires. Après avoir salué le professeur, elle passa la porte et descendit en direction de la Grande Salle. La faim la tiraillait quelque peu aussi accueillit-elle favorablement l’heure du déjeuner. Elle s’installa donc à la table des Poufsouffle et prit le temps de manger. Une fois son repas englouti, elle sortit un livre de son sac et décida d’attendre le début de son prochain cours à l’endroit où elle se trouvait. Elle en profita également pour vérifier son horaire son sourire se fana quelque peu. Elle venait en effet de voir que son prochain était Défense contre les forces du mal, avec le professeur McKinley. Les souvenirs du précédent cours lui revinrent en mémoire. Les méthodes controversées du professeur n’avaient laissé personne indifférent et la blondinette se demandait à quelle sauce ils allaient être mangés aujourd’hui. Décidant de repousser ce moment inéluctable à plus tard, elle décida de se concentrer un maximum sur sa lecture. Un petit moment d’évasion avant d’affronter le tyran… pardon, le professeur McKinley.

~~~

C’est légèrement à reculons que la jeune Poufsouffle. Et pourtant elle n’avait pas le choix, elle se devait d’aller à ce cours, même si avouons-le, elle n’en avait pas beaucoup envie. Elle arriva plus rapidement que voulu devant la salle de cours et ne put empêcher un frisson lui parcourir l’échine. *Bon, quand il faut y aller...* Poussant un profond soupir, elle poussa la porte et découvrit que la salle était déjà bien remplie, la plupart des élèves déjà présents. Au vue des mines qu’ils tiraient, la plupart partageait son avis sur leur prochaine leçon. Entrant dans la salle de cours, elle s’apprêtait à faire face au professeur mais un coup d’œil à l’ensemble de la classe lui permit de découvrir que celui-ci n’était pas présent. *Allons bon !* Avisant une place libre dans les premiers rangs, elle s’y installa.

Relevant la tête, elle vit alors l’inscription qui avait été apposée sur le tableau.

- Pas de baguette sur votre bureau
- Le silence règnera à mon entrée

Bien… Que leur réservait donc monsieur McKinley pour ce nouveau. Elle n’en avait aucune idée et n’était pas certaine de vouloir le découvrir. Mais la marche arrière n’était pas possible et c’est donc légèrement anxieuse qu’elle attendit l’arrivée de leur professeur et le début du cours, respectant les consignes à la lettre et laissant sa baguette dans son sac.
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Lydie Nouël, Dim 13 Mar 2016 - 13:08


C'est la bouche encore remplie de pomme de terre que Lydie remarqua que son repère roux quittait la Grande Salle. Elle ramassa ses affaires hâtivement, s'emmêlant les bras dans sa robe de sorciers, avant de se lancer à la poursuite de Merry. Pendant plusieurs minutes, la deuxième année déambula au hasard dans les couloirs, sans jamais apercevoir son aînée. Sa légère inquiétude fût rapidement apaisée puisqu'elle découvrit une tignasse rousse, à l'arrêt, au beau milieu du couloir, discutant avec un autre élève. Celle-ci ne resta pas plus longtemps et reprit sa route, la démarche assurée.  

La née-moldue s'était mise d'accord. Afin de ne plus arriver en cours en retard, elle avait trouvé en Merry un repère parfait. Cette dernière semblait avoir énormément de cours en commun avec la fillette. Il lui suffisait alors d'observer ses déplacements et Lydie ne serait plus jamais en retard. Une technique simple qui était la raison pour laquelle elle effectuait cette grotesque filature.

La rouquine gardait une bonne dizaine d'écart entre elle et son aînée, elle s'accordait même quelques pauses dans les lignes droites. Ainsi, lorsque Merry entra dans la salle de classe, Lydie s'arrêta et fit mine de chercher quelque chose dans son sac. Il ne fallait pas qu'elle arrive immédiatement après sa cible, sinon sa couverture n'en était plus une. Finalement, la fillette se dirigea d'un pas lent vers la salle de Défense contre les Forces du Mal.

Professeur absent. Troisième rang, Lïnwe tentait de s'asseoir aux côtés de la cible. Il n'en fallût pas plus à la jeune sorcière pour qu'elle se précipite vers eux. Elle abattit violemment son sac à bandoulière sur la table convoitée par Lïnwe avant de le regarder, tout sourire.

- Désolée, cette place est prise.

Debout aux côtés des deux Gryffondor, Lydie, attendant que Lïnwe s'écarte docilement, observa le tableau.

- Pas de baguette sur votre bureau
- Le silence règnera à mon entrée

La fillette se mordit la lèvre. Professeur absent. Il fallait que le lionceau pré pubère se bouge rapidement et en silence. Elle considérait la place aux côtés de Merry comme étant la sienne. Merry était sa complice de rébellion contre McKinley. Lïnwe, lui, était le lèche botte. Jetant un coup d'oeil à la sorcière, la deuxième année espérait que celle-ci préfère sa présence à celle du blond platine.
Revenir en haut Aller en bas
Ambre Belgariade
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Ambre Belgariade, Dim 13 Mar 2016 - 20:24


Cours de Défense Contre les Forces du Mal ! Voilà qui plaisait beaucoup à la jeune Ambre. C'était une journée très venteuse aujourd'hui et déjà que la demoiselle n'aimait pas les cours de botanique, mais devoir traverser le parc sous ce vent l'avait rendu encore plus énervé. D'assez mauvaise humeur elle s'approcha de la porte de la salle, celle-ci était ouverte. A son entrée elle se rendit tout de suite compte de l'absence du professeur et du mot sur le tableau.

- Pas de baguette sur votre bureau
- Le silence règnera à mon entrée

Pour le silence, cela lui convenait parfaitement, par contre l'absence de baguette l'intriguait. Qu'allez-t-il bien pouvoir leur faire faire sans baguette. Beaucoup d'élèves étaient déjà arrivés. Aucun ne parlaient ce qui était plutôt étonnant. D'habitude lorsqu'elle arrivait en classe, il y avait un brouhaha insupportable, mais là on entendait les mouches voler. La rousse alla donc s'installer au fond de la classe. Pour ce cours elle voulait pouvoir observer ses camarades avec plus de facilité. De plus, ce professeur avait l'air d'apporter la crainte auprès de ses étudiants.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Jade Wilder, Dim 13 Mar 2016 - 21:55


Finalement, Jade n'avait pas été la dernière. Presque, certes, mais pas la dernière. Son honneur était un minimum sauf. M'enfin, à part des valeurs morales, l'adolescente n'avait plus grand chose à perdre, surtout dans un cours comme celui de McKinley. Plongeant dans des pensées obscures, Jade réfléchissait à des dizaines de choses en même temps. Il était encore temps qu'elle s'enfuie non ? Sans doute, il restait quelques minutes avant le début du cours logiquement mais.. elle n'était pas suffisamment lâche pour ça. Aux dernières nouvelles, sa mission était toujours de mise, elle ne pouvait laisser tomber les élèves présents dans la salle. Qui sait quels châtiments le professeur de Défense contre les Forces du Mal allait faire subir à chacun d'entre eux.

Laissant échapper un soupir, Jade ne bougea pas d'un pouce pour autant. Peut-être qu'au lieu de s'inquiéter pour les autres, elle aurait dû s'inquiéter pour elle-même nan ? Vu ce qu'il s'était produit lors du dernier cours, elle s'attendait parfaitement à ce que ce dingue cherche à se venger. Ou alors il allait l'ignorer royalement, ce qui lui conviendrait parfaitement puisqu'elle ferait de même.

Les doigts contre les tempes, Jade ferma les yeux, essayant par tous les moyens d'effacer ses pensées démoralisantes. Elle devait aller de l'avant, ignorer, avancer comme elle l'avait toujours fait. Ce n'était pas un professeur imbu de sa personne qui allait l'impressionner. Hors de question. Malgré cette affirmation, un sursaut la prit lorsque le professeur en question fit son entrée dans la salle. Et quelle entrée, digne des grands spectacles. Pathétiques. Retenant un rictus mêlant dégoût et colère, Jade détourna le regard. Il lui fallait garder sa colère pour plus tard, riposter à sa manière. Mais pas maintenant, non, chaque chose en son temps.

Passant sa langue sur ses lèvres sèches, l'Italienne tourna de nouveau légèrement le visage pour pouvoir regarder le professeur. Elle ne voulait pas faire preuve de faiblesse en évitant son regard, surtout pas. Elle avait hâte qu'il descende de son piédestal, en se cassant la gueule si possible. Pour tous ceux qui pensaient qu'elle n'était que gentillesse et patience.. non. Jade avait ses mauvais côtés, comme chaque être humain et elle comptait bien utiliser sa haine contre Leister. Pas de réflexion pour le moment, elle s'en sortait bien. Pour le moment, soulignons attentivement ces trois mots.

- Avant de commencer cette prochaine leçon, je signale que la maison Gryffondor commence avec dix points en moins. Une de vos camarades de classe semble s’être perdue dans les couloirs de l’école.

Bon, ça commençait. Moins violemment que le premier cours toujours. Se pourrait-il que le professeur se soit calmé depuis ? Naaan, avoir foi en quelque chose était peut-être louable, mais l'adolescente n'accordait aucunement sa confiance à l'enseignant. Pas après le dernier cours. Il suffisait de voir son sourire en coin pour comprendre qu'il n'avait pas l'intention de chouchouter ses élèves, au contraire.

- Vos premières crises de cauchemar vont commencer.

Bla-bla-bla.

- Bien. Bien. Ce cours est intitulé Châtiments et informulation. Vous comprenez donc que nous allons aborder la magie sans baguette pendant ces deux prochaines heures. Vous avez tous déjà fait de la magie sans baguette. Sans vous en rendre, certes, compte mais c’est déjà arrivé.

Finalement, peut-être que les cours de McKinley pourraient lui apporter un minimum d'enseignement. La magie sans baguette, une des pratiques pour lesquelles elle ne s'était jamais réellement entrainée là-dessus. Pourtant ça aurait pu lui servir à plusieurs reprises, mais son emploi du temps ne lui avait pas permis de s'y intéresser plus amplement. M'enfin, tant pis, les cours étaient là pour ça. Si une partie du sujet l'intéressait, la seconde beaucoup moins. Châtiments ? Oh ça n'allait pas bien se passer, elle le sentait.

- Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

Bien décidée à ne pas se retrouver à la traine comme lors du dernier cours, Jade s'apprêtait à demander la parole lorsque son nom fut cité. Oh bon sang, voilà ce qu'elle attendait. Il n'avait décidément pas trainé.

- Miss Wilder. Votre expérience de vie ne m’intéressant guère, je vous avoue. Débrouillez-vous comme vous voulez mais vous devez me ramener le directeur de la maison Gryffondor, ce cher Leo Keats. Je ne veux pas vous revoir sans lui. Si vous arrivez dans les temps, je vous laisserai répondre aux questions… Si vous êtes en retard, vous récolterez une jolie bulle pour cette première partie.

D'abord surprise, les lèvres légèrement entrouvertes, Jade mit moins d'une seconde à réagir, serrant les dents, les yeux de nouveau pleins de haine. Pour qui il la prenait, son chien ? Elle allait le massacrer bordel. Mais patience. Pas maintenant. Glissant sa baguette dans sa manche droite, la blondinette prit la poudre d'escampette avec rapidité, sortant de la salle comme une brise de vent, sans pour autant manquer d'envoyer un regard noir au professeur.

Elle n'avait que très peu de temps, ne connaissait pas plus que ça le Directeur de Gryffondor et.. et c'était la Mer**. Mais c'était la guerre également. Elle ne se laisserait pas faire longtemps. La partie de cache-cache démarrait. Sachant que la personne qu'elle devait trouver n'était sans doute pas du tout au courant, ça s'annonçait mal. Bon sang.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rose Layroy
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Fourchelang


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Rose Layroy, Dim 13 Mar 2016 - 22:43


Les élèves entrèrent les uns après les autres en silence. Rose les regarda tout aussi silencieuse. Elle remarqua une chose assez étrange. Certains élèves de son précédent cours étaient là. Bon, ça à la limite c'était normal. Elle-même était de retour. Non, ce qui était étrange était que certains étaient revenus alors qu'ils avaient absolument affirmé qu'ils n'acceptaient pas du tout les méthodes d'enseignement du cher McKinley. Pourquoi donc étaient-ils de retour ? À moins qu'ils aiment souffrir ou qu'ils sont totalement fous... Rose ne fit plus attention à eux et se remit à rêvasser en se demandant comment se passerait ce nouveau cours. Le ton fut tout de suite donné dés l'arrivé fracassante du professeur. C'était le cas de le dire. Il entra avec une telle violence que Rose sursauta. Il traversa la salle de classe à vive allure et arriva au niveau de son oiseau dont il caressa les plumes avec douceur. C'était assez étrange. Comment ce faisait-il que ce professeur froid et visiblement sans cœur puisse montrer autant d'affection pour une créature ? Un tel élan d'affection faisait un drôle d'effet. Ce professeur était des plus paradoxal. Ou alors totalement bipolaire à l'entente de sa phrase d'annonce :

_Vos premières crises de cauchemar vont commencer.

Il accentua celle-ci par un magnifique craquement de doigt. *Et bien ce cours s'annonce d'être amusant... soupira Rose intérieurement.* Elle se mit bien droite, les mains jointes posées sur la table et attendit impassible qu'il rentre dans le vif du sujet.

_Bien. Bien. Ce cours est intitulé Châtiments et informulation.

*Informulation, d'accord. Châtiments... ce n’est pas le thème de tous ses cours ? *

_Vous comprenez donc que nous allons aborder la magie sans baguette pendant ces deux prochaines heures. Vous avez tous déjà fait de la magie sans baguette. Sans vous en rendre, certes, compte, mais c’est déjà arrivé.

Oui, cela était déjà arrivé à Rose. Sa grand-mère lui avait expliqué que sous de fortes émotions un jeune sorcier pouvait utiliser sa magie sans le faire exprès. C'était même à cause d'eux que l'existence de la magie risquait parfois d'être découverte par les moldus.

_Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Alors pour ça il pouvait aller se brosser. Rose ne dirait rien sur son passé. Quelle idée ! Ce serait une bien belle erreur. Pourquoi donc un élève irait se confier à McKinley ? Elle avait hâte de voir quelles seraient les idiots qui iraient raconter comment c'était déroulé leur première fois avec de la magie. Cependant celui-ci reprit avec des questions qui inspiraient beaucoup plus la jeune Serpentarde que les précédentes.

_Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

Pour répondre à cela Rose serait bien plus à l'aise. Elle devrait cependant bien faire attention aux mots qu'elle utilisera car au moindre faux pas elle sentait que ce professeur le lui ferait payer. Il ne s'arrêta pourtant pas là et ajouta :

_Miss Wilder. Votre expérience de vie ne m’intéressant guère, je vous avoue. Débrouillez-vous comme vous voulez, mais vous devez me ramener le directeur de la maison Gryffondor, ce cher Leo Keats. Je ne veux pas vous revoir sans lui. Si vous arrivez dans les temps, je vous laisserai répondre aux questions… Si vous êtes en retard, vous récolterez une jolie bulle pour cette première partie.

Rose regarda en direction de la jeune fille apostrophée et se rendit compte que c'était celle qui s’était révoltée qui avait été virée au tout début du premier cours de défense contre les forces du mal. Sans aucun doute c'était une nouvelle vengeance de sa part. Enfin... il aurait pu faire bien pire il est vrai. Celle-ci sembla tout d'abord étonnée puis un brin de colère passa à travers ses yeux. La vert et argent sentait bien qu'elle pouvait exploser d'un moment à l'autre comme la dernière fois, mais elle se retint et fila. Le silence emplissait la salle. Rose se souvint de la dernière fois où elle n'avait pas participé et elle se dit qu'il serait intelligent de le faire maintenant comme cela elle serait au moins débarrassé et pourrait écouter les autres se faire incendier. Elle leva alors la main et dit :

_Je ne pourrais pas vous dire grand-chose sur mon ''expérience'' en ce qui concerne la magie sans baguette car si j'en ai fait preuve un jour je ne m'en souviens pas, mentit tout d'abord Rose.

Oui, il était hors de question qu'elle raconte quoi que ce soit sur son passé et quitte à ne rien dire autant faire semblant qu'elle ne s'en souvient pas. C'est vieux comme le monde et ça passe toujours. Elle reprit avec la même détermination dont elle faisait preuve sans montrer une once de crainte. Après tout, elle n'avait pas peur.

_Mais je pense que tout le monde n'a pas la capacité mentale pour pouvoir le faire. De son plein gré j'entends. Il est vrai que lorsque l'on est jeune des sorts se manifestent, mais cela ne se produit que sous l'effet de fortes émotions telles que la colère et le résultat est loin d'être aussi parfait qu'un sort via baguette. A mon avis, je pense que ceci est extrêmement difficile, demande beaucoup d'entraînement et même avec cela il faudrait une force et une volonté mentale d'acier pour pouvoir réussir aussi bien un sortilège avec que sans baguette. Pour quelqu'un de faible d'esprit cela est totalement impossible.

Rose se tut alors laissant la parole aux autres élèves. Au moins elle avait participé et il lui semblait qu'elle n'avait pas dit trop d'idiotie. Au pire, quelqu'un raconterait quelque chose de bien plus idiot qu'elle et celle-ci s'attirerait les foudres du professeur à sa place.
Revenir en haut Aller en bas
Helena Sword
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Helena Sword, Lun 14 Mar 2016 - 1:17


Le pupitre était désormais recouvert par des livres, des parchemins, des plumes et un encrier. Aucune baguette à l'horizon, prête à de l'écriture. La jeune sorcière ouvrit son manuel de Défense contre les Forces du Mal en attendant l'enseignant, après tout, pourquoi ne pas rentabiliser cette attente? La lecture fut brusquement interrompue par un bruit violent provenant du fond de la salle et faisant sursauter l'adolescente. Elle se tourna par réflexe en pensant qu'il s'agissait encore d'un élève dissipé, ce n'était visiblement pas le cas. Un homme venait d'intégrer la salle et se dirigea rapidement vers l'animal tout en le nourrissant. Le professeur? Très probablement. Helena jeta un dernier regard furtif vers les portes en ce demandant qu'est-ce qu'elles avaient bien pu faire pour provoquer une telle violence.

"Vos premières crises de cauchemar vont commencer"

L'inconnu avait annoncé cette phrase après avoir craqué ses doigts. S'adressait-il aux élèves ou menaçait-il les pauvres portes à nouveau? La Serpentard haussa un sourcil interrogateur. Finalement l'homme annonça l'intitulé du cours. Il s'agissait donc de l'enseignant et son discours était pour les élèves. La petite brune oublia complètement son histoire de porte, ferma le manuel qu'elle lisait et se concentra sur la leçon. Cela s'annonçait vraiment intéressant! Informulation. Ce mot résonnait dans l'esprit de la sorcière et lui fit totalement occulté le mot cauchemar et le mot châtiment. Une forme de magie très efficace, utilisable dans de nombreuses situations. En plus de ça, le précepteur ne semblait pas à cheval sur le protocole social. Aucune présentation, aucun bonjour, et il ne les exigeait pas non plus de la part de ses élèves. Enfin quelqu'un qui allait droit au but sans s'encombrer de ces affligeantes banalités. Il posa ensuite une série de questions.

Ca commençait mal... Elle n'avait pas vraiment de souvenirs de la sorte. En revanche la réponse sur la deuxième partie de question était déjà prête, mais hors de question de prendre la parole avec une moitié de réponse, surtout pour un premier cours. Helena posa son pouce droit sur ses lèvres et se mit à réfléchir, le regard perdu sur le tableau. Après qu'une camarade verte et argent eut fini de s'exprimer, elle leva la main à son tour et prit la parole sur un ton monocorde.

"Je m'excuse monsieur, je ne saurais partagé ma première expérience de la sorte. J'ai toujours vécu dans le monde magique, entourée en permanence d'objets enchantés et de sorciers. Un tel fait c'est très certainement produit, mais sans que je le remarque pour autant. D'autant que ça ne m'aurait rien apporté, de par mon sang j'étais prédestiné à Poudlard."

Cette référence au sang pur qui coulait dans ses veines était totalement inutile et rendait sa réponse encore plus hautaine qu'elle ne l'était déjà. Ce n'était pas volontaire et un tel discours n'allait pas lui attirer les faveurs des personnes présentes. Mais elle avait répondu la vérité. Il s'agissait sûrement de quelque chose d'extraordinaire pour un enfant de moldu de découvrir ses pouvoirs, de réussir à faire apparaître un paquet de bonbon quand les parents ne voulaient pas l'acheter, de réussir à fuir en atteignant un point inaccessible ou encore de parvenir à faire disparaitre une vitre. Mais pour elle, issue d'une longue lignée de sorcier. Pour elle, élevée dans la magie ce n'était pas surprenant. Ce n'était pas notable car il s'agissait de son quotidien. Sa réponse, bien que brève, répondait aux trois questions. Et c'était toujours mieux que "je ne sais pas, rien et aucune".

"Théoriquement, tout sorcier peut lancer un sort sans baguette. Dans la pratique ce n'est pas le cas et le résultat n'est pas garanti. Certaines personnes sont justes trop dissipées pour réussir, mais avec un entrainement rigoureux et la volonté de réussir n'importe qui pourrait y arriver. Et c'est là le problème, la réussite de tels sortilèges dépend essentiellement de la concentration et de la force mentale du lanceur. Il y a donc peu de chance que les feignants et les défaitistes y parviennent un jour, mais à la naissance ces gens-là possédaient les mêmes chances d'y parvenir que les autres. Quoi qu'il en soit, je pense que le résultat dépendra de la force de conviction du sorcier. Plus celui-ci sera déterminé, plus le sort sera réussit. J'imagine que l'effet d'un sort sans baguette est fortement amoindri, mais une personne particulièrement puissante devrait réussir à faire des merveilles en maîtrisant une telle capacité."

C'était à peu près tout ce qu'elle savait sur le sujet. Elle attendait la suite avec une grande curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Meskalyn Korval
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Meskalyn Korval, Lun 14 Mar 2016 - 11:51


Lorsque les portes s'ouvrirent en claquant contre les murs, le jeune garçon n'esquissa pas un geste. Au vu du décorum, la salle de classe vide et ouverte, le familier inquisiteur, les consignes brèves et contradictoires avec la matière, le ton froid, tout ceci n'avait pour but que d'intimider les élèves et se mettre en position de force par rapport à eux. Il connaissait bien ces méthodes qui correspondaient à celles du patriarche Korval. Bien qu'il ne soit aucunement intimidé, le jeune Serpentard ne laissa transparaitre aucune émotion. De son expérience avec son géniteur, il savait que s'il montrait sa confiance, le professeur s'acharnerait à le briser. Les dominateurs ne supportent pas de ne pas réussir à faire peur. Quand il le vit faire son entrée, Meskalyn se contenta de suivre le professeur McKinley des yeux dans un silence de mort.

- « Vos premières crises de cauchemar vont commencer »

Encore une tentative d'intimidation. En jetant un rapide et discret coup d'oeil circulaire à la classe, il constata que cela semblait fonctionner sur certains élèves. Beaucoup aurait mérité quelques leçons privées avec Igor Korval pour apprendre ce que signifiait vraiment la peur.

- « Bien. Bien. Ce cours est intitulé Châtiments et informulation. Vous comprenez donc que nous allons aborder la magie sans baguette pendant ces deux prochaines heures. Vous avez tous déjà fait de la magie sans baguette. Sans vous en rendre, certes, compte mais c’est déjà arrivé. Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? »

Nous voilà dans le vif du sujet. La magie sans baguette. Il eut à peine le temps de se concentrer pour se remémorer ses expériences avant d'être en âge de porter une baguette que le professeur apporta un complément à la question.

- « Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ? »

Il prit le temps de la réflexion tandis que ses premiers camarades répondaient. Il se souvint de sa première utilisation de magie sans baguette. Ce n'était pas grand chose, un simple réflexe, mais c'était déjà ça. Discipliné, il attendit qu'Helena termine avant de lever la main à son tour pour prendre la parole. Il se rendit compte alors que le professeur ne le connaissait pas. Une petite présentation était la moindre des politesses.

- Bonjour Professeur. Je s'appelle Meskalyn Korval. Première année à Serpentard.

Au vu de son comportement, le professeur devait n'en avoir rien a faire de qui il était, mais il ne ferait pas l'impasse sur les bonnes manières fusse ce pour plaire à un professeur.

- Ma première utilisation de magie sans baguette quand je avoir neuf ans. Je venir de Sibérie. Père et moi jouer dans la neige, et mon père vouloir lancer sur moi énorme boule de neige. Genre boule de neige deux fois plus grande que moi. Dans panique, je mettre mes mains devant moi et lancer une vague de flamme concentrée qui faire fondre puis évaporer neige avant que elle ne touche moi. Par la suite, je pouvoir de temps en temps faire léviter choses quand avoir mains occupées par exemple. J'avoir été très content ce jour là. Pendant un temps je croire être cracmol. Je pouvoir dire ça apporter a moi respect de mon père, et confiance en soi.

Il réfléchit un moment à la seconde partie de la question du professeur. Il fouilla dans sa mémoire et chercha les informations qu'il avait lu dans ses livres quand la réponses s'imposa à lui de manière évidente, en provenance d'un livre d'histoire.

- Da, tout sorcier pouvoir lancer sort sans baguette. Sorciers existent depuis toujours. Mais baguette existent depuis seulement deux mille ans. Les premiers sorciers savaient bien faire de la magie sans baguette. Le pouvoir viens du sorcier. La baguette n'est qu'un catalyseur, un outil qui permettre concentrer puissance magique. Seulement, je pense que vu que sorciers utiliser baguettes depuis deux millénaires, la plupart ont même oublié que baguette pas être obligatoire et ont perdu confiance en leur magie. Donc oui, tout sorcier peut lancer sort sans baguette, mais non, deux millénaires d'assistanat font que le résultat n'est aujourd'hui plus garanti, du moins pas sans un peu d'entrainement.

Il baissa le bras, un minimum satisfait de ses réponses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Invité, Lun 14 Mar 2016 - 15:06


Asclépius s'était attendu à beaucoup lorsqu'il s'était inscrit pour ce cours de DCFM... Et n'avait pas été déçu. Aimait-il tant que cela être humilié, joué avec le feu, et emballer son rythme cardiaque jusqu'à un niveau au-delà du démentiel ? Possible, sinon il ne serait pas là. Et anxieux comme il l'était, il ne put s'empêcher de sursauter lorsque Mr. McKinley fit son entrée. Fort heureusement, ce fut sa seule marque de surprise. Son teint était livide mais, prenant exemple sur Meskalyn à ses côtés, il préférait rester humble, mais impassible. Il était là pour apprendre, pas pour jouer les fanfarons ou se faire remarquer : la salle de classe était la propriété du professeur, alors il fallait suivre ses règles. C'était vraisemblablement le même discours que le patriarche Underlinden, lorsqu'il avait pénétré dans son bureau la première fois, étant bien plus petit. Sa salle égale ses lois, point. Pas son mot à dire, on se tait, on écoute, et on obéit. Bien, il serait un brave soldat en ce cas : pas question de devoir subir le même sort que celui des camarades encore plus livides que lui.

Docilement, il inscrit l'intitulé du cours en haut de son parchemin : Châtiments et informulation. Châtiments ? De quoi ? Pour qui ? Pour eux ? C'était ridicule, les châtier de quoi ? D'exister ? Bon, ses lois, ses droits... On obéit et on ne pense pas, allez Asclépius, c'est pas si difficile de ne pas réfléchir...
Non. Il n'y avait rien de plus difficile que de ne pas réfléchir : son esprit était sans cesse occuper par une myriade de pensées, toutes plus contraires les unes que les autres. Allez, on se concentre...

Il observa la préfète des Poufsouffle s'en aller, et souhaita intérieurement qu'elle réussisse, et évite la punition du professeur. Qui sait, il pourrait être plus clément ? ......... Mmh, non, ce n'était pas quelque chose d'envisageable... Mais pourquoi vouloir la présence de Mr. Keats ? ça n'avait pas de sens. Bon, arrête de te poser des questions, écoutes plutôt celles du prof.. Allez, on se concentre...

" - Vous avez tous déjà fait de la magie sans baguette. Sans vous en rendre, certes, compte mais c’est déjà arrivé. Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? "

Ah ça non, il ne s'en était clairement pas rendu compte. Malgré le fait qu'il soit né et ai toujours vécu dans une prestigieuse famille de Sang-Pur, il s'était toujours considéré comme étant Cracmol. C'était bien simple : il avait quasiment découvert qu'il avait des pouvoirs magiques en recevant sa lettre pour Poudlard.

Quasiment. Car rien n'est simple.
Peut-être qu'effectivement, il avait déjà fait usage de ce qu'il nommait la "magie instinctive" dans son enfance. Mais pas question de partager ses souvenirs en place publique, c'était bien trop humiliant, et mieux valait ne pas tendre le bâton pour se faire battre...

" - Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ? "

Ah ça, il pouvait déjà y répondre un peu plus. Mais ce n'est pas pour autant qu'il avait envie de participer en premier : mieux valait apprendre des autres au lieu de se lancer... Ou plutôt, mieux valait se lancer sans trop tarder, pour ne pas insupporter le bonhomme plus que nécessaire...
Bien, il allait simplement répondre aux questions, sans ajouter quoique ce soit en plus, ce ne pouvait être si compliqué..

Il écouta avec attention les propos de Meskalyn, et ne fut pas surpris d'y trouver des similitudes entre son discours et le sien. La même éducation aidait à forger un caractère semblable, et une opinion commune. Asclépius attendit donc que son compère finisse de parler, avant de lui-même lever poliment la main pour prendre la parole :

" - Comme mes camarades, Miss Layroy et Miss Sword, je n'ai pas grand-chose à dire sur ma première expérience, monsieur, principalement parce que je n'en garde aucun souvenir. Pour répondre à votre question concernant le lancer de sorts sans l'usage d'une baguette magique, je suis entièrement d'accord avec les propos de mon camarade, Mr. Korval. En effet, la baguette magique est un catalyseur du flux magique d'un sorcier : lancer des sorts sans n'est pas impossible. En tant qu'outil, la baguette aide le sorcier et facilite son utilisation de la Magie, car il est bien plus difficile de maîtriser un flux continuel de magie. Je pense donc que tout sorcier a la possibilité, en puissance, de lancer un sort sans baguette, mais que le résultat n'est pas forcément garantit : il faut que le sorcier accepte à la fois de se laisser aller, afin de lancer un sort sans catalyseur, et qu'il régule lui-même la puissance du sort. Lancer un sort sans baguette est ainsi beaucoup plus difficile, mais pas inaccessible, en théorie. "

Il se tut ensuite, conscient d'avoir trop parlé, mais néanmoins passablement satisfait de al réponse qu'il avait donné. Mieux valait ça, que de rien avoir à dire : ce serait la pire des situations...
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Merry K. Harper, Lun 14 Mar 2016 - 21:25


Merry était arrivée assez en avance au cours de Défense contre les Forces du mal, bien que le terme d'arriver en avance n'était sans doute pas bon ici. Arriver en avance dans le cours de monsieur le tyran signifiait sans doute arriver devant sa salle une demie heure avant que ce dernier ouvre la porte pour laisser entrer ses élèves. A moins qu'arriver en avance signifie de forcer la porte de la salle de classe pour aller s'asseoir en premier, bien avant que le professeur n'arrive. D'ailleurs à ce moment là, il n'était pas encore arrivé, ce qui étonnait la rouquine. Lui qui était si stricte sur les règles de classe... il avait tout de même laissé deux consignes à l'égard de ses élèves, chose qui déplaisait fortement à la rouquine qui ne supportait pas de ne pas avoir sa baguette à portée de main. Mais bien entendu ce n'est pas ce qui la déstabilisa le plus. Non, en effet ce fut la suite des événements.

En effet, Lïnwe Felagund, un de ses camarades de maison rouge et or arriva à ses côtés, lui demandant s'il pouvait s'installer à côté d'elle. A vrai dire, deux tables étaient à côté d'elle et elle ne savait pas si la place de l'autre côté serait vite prise. Elle regarda néanmoins son camarade, prête à répondre... jusqu'à ce qu'un bruit énorme interrompe sa réflexion. Regardant à côté d'elle, à tout juste deux mètres de son camarade, la rouquine vit Lydie, sa complice de rébellion contre monsieur le tyran. Tout sourire, elle l'entendit dire que la place à côté d'elle était prise, ce qui l'amusa. Elle fit un simple signe à Lydie pour qu'elle s'installe à côté d'elle, tandis qu'elle s'excusait autant par les mots que par le regard auprès de son autre camarade qui allait s'installer à la gauche de Lydie, Merry se trouvant d'ailleurs à sa droite. La pauvre Lydie se trouvait bien au milieu. Fort heureusement, les trois gryffondors ne parleraient sans doute pas beaucoup durant ce cours.

Et enfin, le maître du cours arriva, faisant claquer les battants de porte contre le mur pour montrer sa domination. La rouquine n'aimait déjà pas cela et serrait les points à l'avance. Elle soupira longuement mais en silence pour ne pas se faire remarquer tandis que le professeur présentait le sujet du cours avec conviction et imposant sa voix dans la salle presque vide, faisant alors quelques échos assez effrayants, les mots venant d'un professeur tel que lui.

« Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ? »

Merry ouvrit la bouche un instant en pleine réflexion tandis que son professeur continuait sur sa lancée, apostrophant la préfète des jaunes et noirs, Jade Wilder, qu'il se permit d'entrer de jeu de remettre à sa place alors qu'elle tentait de se faire discrète d'après la belle rousse. L'envoyant hors de la salle chercher la personne que Merry ne voulait pas voir, la jeune fille pu voir la blondinette partir assez rapidement de la salle, tandis que les élèves commençaient déjà à lever la main, et que les réponses fusaient. Merry elle, attendit un instant avant de lever la main pour répondre aux questions posées et compléter sans conviction les réponses des autres. A vrai dire, elle allait répéter presque la même chose qu'eux... ce n'était pas si utile que cela.

- Personnellement je pense que j'ai usé de la magie sans baguette au moment où j'ai découvert mes pouvoirs. Je me souviens avoir envoyé une pomme dans la tête de mon frère seulement parce qu'il m'avait mise en colère. A ce moment je connaissais déjà la magie étant donné mon milieu de vie mais je n'avais jamais usé de la lévitation. Ensuite... je pense que tout le monde peut user de la magie, et comme l'ont dit les autres, seules les personnes qui ont les capacités et celles qui sont vraiment motivées et déterminées à le faire peuvent réussir à faire cela.


Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 14 Mar 2016 - 23:04


[Edit : LA de Gwen accordé ! J'avais complètement oublié, désolée.]

La classe se remplit petit à petit, dans le silence. C’est McKinley qui allait être content, à supposé qu’il puisse l’être. À sa grande surprise néanmoins, personne n’alla embêter (comprendre caresser) l’animal de compagnie du professeur. La peur sans doute. Le volatil semblait aussi sec que son maître…

Aussi fraîche qu’une fleur, une élève fini par attirer l’attention de la verte. Que faisait-elle là elle ? Incrédule, elle observa Gwen se diriger vers elle et prendre place, alors que Rachel lui faisait de la place, poussant ses affaires sans un mot. Que dire ? Que faire ? Rien, sauf peut-être :

- Salut…

Paranoïaque, Rachel regarda partout autour d’elle, des fois que leur professeur ne soit arrivé juste à ce moment là, mais non, de lui ne persistait que la méfiance et sa bestiole à plume.

Parler était étrange dans un tel silence, au moins lors du premier cours il y avait eu le grincement des chaises pour la couvrir –pas assez. Gwen et elle n’avait pourtant pas tant d’occasion d’être ensemble que ça, elle aurait plein de chose à lui dire. Un autre jour. Aujourd’hui elle ne voulait rien savoir de personne. Rien entendre, ni la peine ni le rire. Aujourd’hui elle voulait juste qu’on la laisse aller mal et visiblement ça Gwen l’avait comprise puisqu’elle n’avait rien dit.

Posant sa tête sur son bureau parce qu’elle était trop lourde, Rachel continua d’observer les élèves arriver, trouvant étrange de les voir côté.

Après un temps, Rachel se dit que tous les élèves devaient être présents maintenant et elle se remit donc droite, persuadé que le tyran passerait la porte dans pas longtemps, avec la mauvaise humeur qui le caractérisait déjà en tant que professeur.

Sa prédiction se révéla juste lorsque celui fit voler en éclat la porte de la classe dans un bruit assourdissant qui la fit sursauter, elle mais aussi pas mal d’autres élèves –sinon ils n’étaient pas normaux. Gwen en tout cas, sursauta violemment à ses côtés, fidèle à elle-même. La sorcière en tout cas n’était pas mieux et, le cœur et les mains tremblante, elle avait récupéré sa baguette d’un geste vif, mais sans la lever toutefois.

Ses pas résonnèrent quand il avança dans la salle et Rachel ne le lâchant pas du regard, essayant de se calmer. Leister se dirigea vers l’animal qui –aussi étrange que cela puisse paraître –n’avait pas bronché face au chahut de son maître. Laissant discrètement sa baguette retomber dans son sac avant qu’on ne l’a voit, la sorcière s’assura qu’elle était toujours à sa disposition et facilement atteignable.

- Ont-ils été sages ma belle ?

C’était étrange de le voir si… enjoué. Comme quoi tout était possible dans ce monde. Le très –trop –jeune professeur se dirigea alors vers son bureau et, faisant craquer ses doigts de la même manière que Rachel avait l’habitude de le faire, commença le cours.

- Vos premières crises de cauchemar vont commencer.

Ça c’était dit… Rachel se crispa, craignant un cours comme le précédent, surtout parce qu’elle savait que peu importe sa mauvaise humeur, elle ne laisserait pas faire une injustice. En tout cas pas le genre d’injustice du premier cours. Elle savait qu’elle avait bien fait ce jour-là.

- Bien. Bien. Ce cours est intitulé Châtiments et informulation. Vous comprenez donc que nous allons aborder la magie sans baguette pendant ces deux prochaines heures. Vous avez tous déjà fait de la magie sans baguette. Sans vous en rendre, certes, compte mais c’est déjà arrivé.

La sorcière se détendit, impossible de faire du mal au autre sans baguette non ? En tout cas pas entre élèves, concernant le professeur ça restait autre chose… En dehors de ça, le sujet était réellement très intéressant, surtout pour elle qui avait déjà essayé avec des sorts ultra basique comme Accio ou Wingardium. Sans parler de se sort, dont elle ignorait la formule, mais qu’elle avait prise l’habitude de faire sans baguette.  

- Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?  

Questions intéressantes, ce cours promettait d’être nettement plus instructif que le premier. McKinley devenait-il plus sage ? Après tout, si la porte avait volé, aucun élève n’avait encore subit de préjudice physique ou moral, une sorte d’exploit au sens de la sorcière. Avait-il eu des plaintes ou un truc dans le genre ? Un avertissement du directeur ? Aucune idée. Peut-être les élèves étaient-ils simplement plus sage, plus méfiant, plus au courant. Toute fois, il n’aurait pas été vraiment lui-même si personne n’avait dû subir ses foudres et ses exigences. Dommage pour Jade, tant mieux pour elle. Vu comment elle avait réagit elle aussi durant son cours, ça aurait très bien pu être elle.

- Miss Wilder. Votre expérience de vie ne m’intéressant guère, je vous avoue. Débrouillez-vous comme vous voulez mais vous devez me ramener le directeur de la maison Gryffondor, ce cher Leo Keats. Je ne veux pas vous revoir sans lui. Si vous arrivez dans les temps, je vous laisserai répondre aux questions… Si vous êtes en retard, vous récolterez une jolie bulle pour cette première partie.

Très vite, Jade se leva et sortie en coup de vent de la salle de cours. Personne ne disait rien, ne faisait rien et ça en serait presque devenu étrange si le bal des réponses n’avait pas commencé quelques secondes plus tard.

Rose d’abord, qui ne semblait pas se rappeler de sa première expérience sans magie… C’est possible d’oublier un truc comme ça, vraiment ?

- Je pense que tout le monde n'a pas la capacité mentale pour pouvoir le faire. De son plein gré j'entends. Il est vrai que lorsque l'on est jeune des sorts se manifestent, mais cela ne se produit que sous l'effet de fortes émotions telles que la colère et le résultat est loin d'être aussi parfait qu'un sort via baguette. A mon avis, je pense que ceci est extrêmement difficile, demande beaucoup d'entraînement et même avec cela il faudrait une force et une volonté mentale d'acier pour pouvoir réussir aussi bien un sortilège avec que sans baguette. Pour quelqu'un de faible d'esprit cela est totalement impossible.

Réponse pertinente aux yeux de la verte, mais incomplète aussi. Elle ne se considérait pas comme quelqu’un de forte mentalement, elle était même plutôt faible de se côté-là, ni quelqu’un de vraiment forte magiquement, pourtant elle avait déjà réussi. Alors pourquoi pas les autres ?

- Je m'excuse monsieur, je ne saurais partager ma première expérience de la sorte. J'ai toujours vécu dans le monde magique, entourée en permanence d'objets enchantés et de sorciers. Un tel fait c'est très certainement produit, mais sans que je le remarque pour autant. D'autant que ça ne m'aurait rien apporté, de par mon sang j'étais prédestiné à Poudlard.

Et de deux qui ont la mémoire courte… Pour Rachel, ce n’était pas possible d’oublier la première fois que l’on a lancé un sort, même lorsque l’on est né sorcier. Surtout quand on est venu au monde sorcier ! Dès lors on observe sa famille faire ce que l’on ne peut pas faire, la magie et un jour, miracle, ça nous arrive à nous aussi. Ça ne s’oublie pas… Même elle, qui avait cru à un rêve d’abord, s’en était finalement rappelé sans mal à ses onze ans quand on était venu lui annoncer que tout était vrai.

- Théoriquement, tout sorcier peut lancer un sort sans baguette. Dans la pratique ce n'est pas le cas et le résultat n'est pas garanti. Certaines personnes sont justes trop dissipées pour réussir, mais avec un entrainement rigoureux et la volonté de réussir n'importe qui pourrait y arriver. Et c'est là le problème, la réussite de tels sortilèges dépend essentiellement de la concentration et de la force mentale du lanceur. Il y a donc peu de chance que les feignants et les défaitistes y parviennent un jour, mais à la naissance ces gens-là possédaient les mêmes chances d'y parvenir que les autres. Quoi qu'il en soit, je pense que le résultat dépendra de la force de conviction du sorcier. Plus celui-ci sera déterminé, plus le sort sera réussit. J'imagine que l'effet d'un sort sans baguette est fortement amoindri, mais une personne particulièrement puissante devrait réussir à faire des merveilles en maîtrisant une telle capacité.

Ce qu’elle disait semblait vrai aussi, avec toute fois plus de nuance que Rose, mais le plus proche de la vérité aux yeux de la sorcière restait Meskalyn, avec son approche historique de la chose.

- Ma première utilisation de magie sans baguette quand je avoir neuf ans. Je venir de Sibérie. Père et moi jouer dans la neige, et mon père vouloir lancer sur moi énorme boule de neige. Genre boule de neige deux fois plus grande que moi. Dans panique, je mettre mes mains devant moi et lancer une vague de flamme concentrée qui faire fondre puis évaporer neige avant que elle ne touche moi. Par la suite, je pouvoir de temps en temps faire léviter choses quand avoir mains occupées par exemple. J'avoir été très content ce jour là. Pendant un temps je croire être cracmol. Je pouvoir dire ça apporté a moi respect de mon père, et confiance en soi.

« McKinley s’en fou, abrège » pensa-t-elle alors qu’il finissait. En fait, elle avait peur pour les autres. Elle avait peur pour Gwen, qu’elle savait sensible. Elle avait peur pour Emilie, adorable pette sorcière.

- Da, tout sorcier pouvoir lancer sort sans baguette. Sorciers existent depuis toujours. Mais baguette existent depuis seulement deux mille ans. Les premiers sorciers savaient bien faire de la magie sans baguette. Le pouvoir viens du sorcier. La baguette n'est qu'un catalyseur, un outil qui permettre concentrer puissance magique. Seulement, je pense que vu que sorciers utiliser baguettes depuis deux millénaires, la plupart ont même oublié que baguette pas être obligatoire et ont perdu confiance en leur magie. Donc oui, tout sorcier peut lancer sort sans baguette, mais non, deux millénaires d'assistanat font que le résultat n'est aujourd'hui plus garanti, du moins pas sans un peu d'entrainement.

- Comme mes camarades, Miss Layroy et Miss Sword, je n'ai pas grand-chose à dire sur ma première expérience, monsieur, principalement parce que je n'en garde aucun souvenir.


Encore ?!

- Pour répondre à votre question concernant le lancer de sorts sans l'usage d'une baguette magique, je suis entièrement d'accord avec les propos de mon camarade, Mr. Korval. En effet, la baguette magique est un catalyseur du flux magique d'un sorcier : lancer des sorts sans n'est pas impossible. En tant qu'outil, la baguette aide le sorcier et facilite son utilisation de la Magie, car il est bien plus difficile de maîtriser un flux continuel de magie. Je pense donc que tout sorcier a la possibilité, en puissance, de lancer un sort sans baguette, mais que le résultat n'est pas forcément garantit : il faut que le sorcier accepte à la fois de se laisser aller, afin de lancer un sort sans catalyseur, et qu'il régule lui-même la puissance du sort. Lancer un sort sans baguette est ainsi beaucoup plus difficile, mais pas inaccessible, en théorie.

Comment il faisait pour connaître les noms de famille ? Rachel ne se souvenait que des plus régulier et de celui de son professeur, en plus du sien bien-sûr. Avaient-ils prit des note ? Ce n’était pas une si mauvaise idée… « Parle italien, Jade Wilder ; peste narcissique et lèche botte, Rose Layroy ». Ouais, idée à crever. En attendant, Rachel rejoignait l’avis de tout ses camarades, peu importe leur nom. Le plus important était que les verts semblaient à l’aise sur la question, ça ne pouvait que rapporter des points.

- Personnellement je pense que j'ai usé de la magie sans baguette au moment où j'ai découvert mes pouvoirs. Je me souviens avoir envoyé une pomme dans la tête de mon frère seulement parce qu'il m'avait mise en colère. A ce moment je connaissais déjà la magie étant donné mon milieu de vie mais je n'avais jamais usé de la lévitation. Ensuite... je pense que tout le monde peut user de la magie, et comme l'ont dit les autres, seules les personnes qui ont les capacités et celles qui sont vraiment motivées et déterminées à le faire peuvent réussir à faire cela.

La sorcière souria légèrement en entendant son histoire, si différente de la sienne et pourtant si comparable en émotion. Aussi surprenant que cela puisse paraitre, elle n’était que la deuxième à raconter sa première fois devant la classe. Rachel connaissait assez son professeur –le pensait-elle du moins –pour savoir à l’avance que ça ne l’intéressait pas plus que ça. C’est pourquoi quand ce fut son tour de parler, Rachel se lança dans tout autre chose.

- Je rejoints mes camarades sur tout ce qu’ils ont dit, je n’avais jamais fait le lien entre la magie sans baguette et notre première expérience dans le domaine. En revanche, je pense qu’il est sans aucun doute plus dur pour nous aujourd’hui de faire de la magie sans baguette que pour nos ancêtres. Non seulement parce qu’eux n’avaient pas le choix, mais aussi parce qu’en deux mille ans, notre esprit c’est modifier de telle sorte à ce que ce ne soit plus naturel. Notre cerveau c’est habitué à la baguette je pense, aller contre ça n’est donc pas naturel, même si de base nous étions fait pour ça. Mais je pense qu’on peut tous y arriver.

Rachel marqua une pause… Elle avait trop parlé. Et en plus elle l’avait fait comme une moldu… Elle continua néanmoins :

- J’ai déjà essayé. Plusieurs fois même. Et si je n’ai obtenu que des résultats très… sommaires et peu fiables avec des sorts tels qu’Accio ou Wingardium, je réussi parfaitement celui-ci.

Joignant les mots aux gestes, Rachel fit apparaître un papillon dans sa main. Ce n’était non pas une nuée comme elle en avait l’habitude, mais elle n’oubliait pas où elle était et qui leur faisait cours. Elle fit disparaître le petit être d'un geste sec avant de poursuivre sans trop d'émotion.

- C’est niai, je sais, mais c’est la première chose que j’ai réussi à faire avec une baguette, ce n’est que par la suite que j’ai essayé sans et je trouve le résultat plus… authentique. J’ai l’impression que les sensations sont plus fortes sans baguette.

Edit Lizzie : Bonjour Rachel. Conformément au Règlement RPG, il est interdit d'utiliser le libre-arbitre d'autrui sans son autorisation. Si vous l’aviez obtenu de Gwen, merci de le préciser dans l’entête de votre post. Le cas échéant, merci d'éditer votre RP afin de corriger cela et de faire plus attention à l'avenir. Cordialement.


Dernière édition par Rachel Pasca le Mar 15 Mar 2016 - 15:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Anju Crecko
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Anju Crecko, Mar 15 Mar 2016 - 9:32


La tête poser sur ma table, attendant le prof et regardant les autres élèves faire leurs entrés. "Bon ?" me disais-je impatiente. Alors que je commençais à m'endormir sur mes affaires, un bruit assourdissant, me réveilla en sursaut et vit le prof avec la porte explosée. Je me dis intérieurement : "Oh purée, il a la classe lui".

- Vos premières crises de cauchemar vont commencer.

Ah bah bien, je pense que se cours va être très charmant, dis donc, mais elle n'était tout de même pas angoisser, elle regardait même le prof avec admiration.

- Bien. Bien. Ce cours est intitulé Châtiments et informulation. Vous comprenez donc que nous allons aborder la magie sans baguette pendant ces deux prochaines heures. Vous avez tous déjà fait de la magie sans baguette. Sans vous en rendre, certes, compte mais c’est déjà arrivé.

En effet, elle se souvenait la fois où elle s'est bagarrer et qu'elle a découvert ses pouvoirs. Elle regardait autour d'elle pour voir si les autres puis retourna son regard, avec nonchalance, vers le prof qui continua :

- Merci de partager votre première expérience dans ce domaine. Quelle fut votre réaction ? Qu’est-ce que cela vous a apporté ? Pensez-vous que tout le monde puisse lancer un sort sans baguette ? Est-ce que le résultat est garanti ? Si oui, pourquoi ? Si non, pourquoi ?

Oh mon dieu, trop de questions, mais il fallait bien répondre, des élèves levèrent la main. Le prof continua sans faire attention aux petits doigts lever vers le ciel.

- Miss Wilder. Votre expérience de vie ne m’intéressant guère, je vous avoue. Débrouillez-vous comme vous voulez mais vous devez me ramener le directeur de la maison Gryffondor, ce cher Leo Keats. Je ne veux pas vous revoir sans lui. Si vous arrivez dans les temps, je vous laisserai répondre aux questions… Si vous êtes en retard, vous récolterez une jolie bulle pour cette première partie.

Je regardais ma petite préfète de la maison jaune et noire, elle commençais à s'enerver, la pauvre, le prof lui en foutait dejà plein la tête.. Elle se dirigea vers la sortit. Après ça le prof interrogea les élèves un par un, attendant mon tour avec ma main levée et le coude poser sur la table, comme une vraie petite racaille qui pourrait s'en foutre totalement de ce cours, mais pas moi, je suis peut être une rebelle, mais les cours sont assez important pour moi. Et puis ce cours n'a pas l'air d'être très simple alors il faut que je me donne à fond. En plus ce prof.. M'a l'air très sadique et j'aimais plutôt cela.

- Pour moi m'sieur McKinley, tout dépend des sorciers et des sorts que l'on veut utiliser et puis l'émotion joue un rôle aussi, de toute façon on a bien tous fait des sorts sans baguette et sans le vouloir, il faut avoir la volonté et parfois, pour certain, il faut un peu d'entrainement. Pour ce qui est de mon expérience, j'ai fait mon premier sort sans baguette quand j'étais petite, lors d'une bagarre vers chez moi. J'ai envoyer valser un gars contre un mur, mais sans utiliser mes mains. D'ailleurs c'est a ce moment que j'ai découvert mes pouvoirs, voyez ?

A la fin de mon petit discours, je passais ma main dans mes cheveux bleus puis posa ma tête dans la même main, laissant la parole aux autres.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours n°2 : Châtiments et informulation

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6

 Cours n°2 : Châtiments et informulation

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.