AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 3
Salle de concert - Camden
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard

Re: Salle de concert - Camden

Message par : Rachel Ester Pasca, Mer 14 Sep - 22:34


Quelque chose avait changé dans son humeur, mais Rachel n’aurait pas été capable de dire qui ou quoi en avait été la cause. Pas Izsa, ça c’était sûre. Peut-être l’autre imbécile qui venait de ruiner ses chaussures blanches –mais qu’elle drôle d’idée elle avait eu aussi –en lui marchant dessus. Le hasard avait voulu que cela arrive en fin de soirée, alors que la verte avait arrêté de se dire que cela pouvait arriver. Du coup elle avait chaud et de ce fait elle se rendait compte qu’elle avait soif. Heureusement la fatigue n’était pas encore présente, bien que la sorcière était certaine que si elle s’allongeait dans un lit, elle dormirait en moins d’une minute.

- Ouais, je profite maintenant que j'ai fini mes études. Y a une super prog ici !

C’était vrai que ça fait un moment qu’elle ne l’avait plus croisé dans les couloirs ou en cours. Logique après tout, même si elle ne s’en rendait réellement compte que ce soir. Rachel avait eu beaucoup de chose à penser cette année…

Cela-dit, c’était quoi le dernier mot qu’Izsa avait utilisé ? Pouag ? Ça ne voulait pourtant rien dire, Rachel se fit donc une liste de tous les mots qui pourrait correspondre. Elle en arriva finalement à la déduction que le mot véritable avait été « prog » abréviation de programmation, mais toutes ses tentatives n’avait pas été aussi logique. Par exemple, on voyait mal pour quelle raison Izsa aurait voulu utiliser le mot « pingouin » !

Quoi qu’il en soit, Rachel acquiesça, sa petite enquête mentale prouvait bien de toute manière que ce n’était pas un lieu adapté pour faire connaissance. Aussi, elle fut plus que partante quand son ancienne camarade de classe lui proposa un verre.

- Oui !

Plustôt deux fois qu’une ! C’était peut-être parce que la soirée touchait à sa fin, mais la verte trouvait les fêtards qui les entouraient de plus en plus lourds. Déchaînés. Signe qu’il était temps de partir pour elle. Sans vraiment attendre que la dernière chanson ne prenne fin –de toute manière c’était loin d’être sa préférée –Rachel commença à se diriger vers la sortie. La légère brise fut alors accueillit avec décile tandis qu’elle prenait vraiment conscience à quel point elle avait eu chaud et à quel point elle avait soif dorénavant.

- On se pose ici ?

De tous les bars dans la rue, celui-ci semblait être le plus « calme ». En fait il avait surtout la préférence de Rachel parce qu’il y avait une place sur la terrasse alors qu’ailleurs ce n’était déjà plus le cas. Elle espérait juste qu’Izsa n’était pas frileuse !

Vînt ensuite le moment fatidique ou Rachel resta un instant silencieuse, profitant du calme pour reposer ses oreilles, mais surtout pour réfléchir à un sujet de conversation. Car si elle était bavarde et extravertie, elle avait toujours eu beaucoup de mal à trouver des sujets intéressant. Du coup, elle se rabattit sur le classique, comme d’habitude.

- Alors c’est comment la vie hors de Poudlard ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Izsa Hilswood
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Izsa Hilswood, Dim 2 Oct - 21:01


Si Izsa n'entendit pas la réponse de son interlocutrice alors que le brouhaha devenait impossible à percer, elle vit cependant distinctement le mouvement vertical que fit sa tête. Opiner du chef était finalement plus efficace que s'époumoner.
D'ailleurs, Rachel était déjà partie. La jeune femme se demanda si elle avait bien entendu le "après" dans sa proposition... Apparemment non, mais ce n'était pas si grave. La fin de la soirée n'était pas immanquable à ses yeux. Elle la suivit donc, avec un léger temps de retard, de ce fait elle ne la lâcha pas des yeux pour ne pas la perdre dans la marée humaine. Cela pouvait aller très vite, en détournant la tête que quelques instants !

Heureusement, elle l'eut aucun mal à revenir à sa hauteur une fois sortie. La soirée était froide, cependant aucun frisson ne vint encore la parcourir : sa température était encore trop haute pour ressentir son environnement. Elles firent quelques pas dans la rue plutôt vivante malgré l'heure tardive et, finalement, s'arrêtèrent.

- On se pose ici ?

Izsa acquiesça immédiatement, après tout il s'agissait plutôt d'une question rhétorique. Qu'est-ce que cela changeait qu'elles s'assoient ici ou bien ailleurs ? Le tout était d'avoir de la place sur une table et des boissons qui ne tarderaient pas. La brune ne connaissait pas assez le quartier pour avoir déjà des préférences dans les lieux de beuveries.

Le calme était étrange après la multitude de décibels qu'elles s'étaient pris dans les oreilles. Aucun grésillement ne restait, heureusement, juste une vague impression que tous les sons se faisaient plus mats. Le contraste de la rue face au concert la laissa un peu muette, cependant il ne s'agissait pas d'un silence gêné. Juste un temps d'adaptation nécessaire. Reprendre la mesure de la réalité, sans précipitation.

- Alors c’est comment la vie hors de Poudlard ?

La jeune femme écarquille légèrement les yeux, presque surprise de la prise de parole. Elle sourit, en prenant la mesure de la question. Quel genre de réponse attendait-elle ? Plutôt courte, ou détaillée ? L'échange de banalité était-il fait pour durer ?

- Oh, ça va très bien. J'ai un job bien payé à Ollivander's, alors je ne m'en fais pas trop.

Là où la plupart des jeunes désespéraient de trouver un emploi stable et slalomaient de petit boulot en petit boulot, il était presque étonnant que Izsa se soit caser sans soucis. Elle qui avait un tempérament fort, toujours prête à l'action et surtout aux mauvaises, elle s'était finalement bien assagit après Poudlard. Était-ce une réussite que de se mouler gentiment dans la société ? Elle avait l'impression d'avoir perdue quelque chose, mais peut-être était-ce seulement là la vie d'adulte.

- Et toi ? Tu sais déjà dans quoi tu vas te lancer après les ASPIC ? Si elle ne se trompait pas Rachel était en septième année. Ou bien en sixième ? Une année sabbatique peut-être ?!

Beaucoup de sorciers partaient vivre à l'étranger après leurs études à Poudlard. Il parait que les voyages forment la jeunesse, peut-être était-ce la raison pour laquelle Izsa avait l'impression d'être bien plus vieille que ses connaissances ayant prit du temps pour voyager. A croire que rester immobile formait la vieillesse. J'ai que 19 ans bordel !
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 22 Oct - 19:29


L’humeur un peu morose, passive de Rachel ne semblait pas vouloir partir malgré la présence amicale d’Izsa. Cela devenait une mauvaise habitude et si elle ne faisait pas d’effort pour y remédier, ce serait bientôt cette partie triste d’elle-même qui la caractériserait. La poufsouffle en elle pourrait bien complètement disparaître si elle ne faisait pas attention.

C’était en fait plutôt une sorte de nostalgie. Sa vie d’en temps lui manquait, tout comme son insouciance et sa capacité à faire fit de tous ses petits soucis. Dans le passé elle avait bien réussi à passer outre les harcèlements de ses camarades, alors pourquoi ne parvenait-elle pas à oublier un simple Mangemort ? Ce n’était pas après elle qu’il en avait eu après tout, la née-moldue n’avait été d’un simple « dommage collatéral ». Et puis elle avait prit de l’âge, n’était-il pas normal que ses monstres nocturnes puissent évoluer en conséquence ? Ne disait-on pas de la vie qu’elle était un jeu ? Un jeu à plusieurs niveau avec un big-boss à affronter à chaque nouveau, avec des pièges et des points de vie. Ainsi allait le monde.

Prenant soudainement conscience de sa rêverie, Rachel se redressa légèrement avant de sourire à Izsa et de se décider à briser la glace. Simple échange de banalité, certes, mais pouvait-on réellement commencer une discutions par des questions intimes lorsque l’on ne connaissait pas bien la personne ? Sans doute que non. C’était comme le « bonjour. Comment allez-vous ? » après chaque rencontre. On ne pouvait finalement pas y déroger.  

- Oh, ça va très bien. J'ai un job bien payé à Ollivander's, alors je ne m'en fais pas trop.

L’étudiante acquiesça avec un nouveau sourire, ne sachant pas trop quoi répondre. C’était rassurant de voir que certains parvenait à faire leur chemin même après Poudlard. Cela dit, Izsa était bien plus forte que beaucoup d’autre. Bien plus forte que Rachel sans doute, qui ne pouvait s’empêcher de se faire du soucis quant à sa vie après l’école. Elle était effrayée à l’idée de quitter Poudlard et étrangement tout aussi effrayée à l’idée de devoir y rester jusqu’à la fin de ses études.

- Et toi ? Tu sais déjà dans quoi tu vas te lancer après les ASPIC ?

Juste retour de bâton, c’était elle qui avait posé la question après tout. Cela dit elle s’y était attendu, mais ça ne l’empêchait pas de se poser des questions. Quoi répondre ? Comment répondre ? Une fois n’était pas coutume, Rachel se décida à ne pas mentir, ne pas embellir la situation.

- Une année sabbatique peut-être ?!

- Non, j’ai bien peur que ce soit pas pour moi. Beaucoup partent en voyage c’est vrai et ce n’est pas l’envie qui me manque, mais le courage. Ça demande un certain sens de l’organisation et puis même si l’on n’est pas obligé de couper les ponts avec tous le monde, nos amis ou notre famille pour peu que l’on en est une, j’aurais bien trop peur de les perdre en constatant que j’ai trop changer. Ou qu’ils ont changer eux aussi, mais pas de la même manière.

La sorcière fit une légère pose, réfléchissant à ce qu’elle venait de dire. Elle n’était pas certaine de s’être exprimée dans les bons termes. D’ailleurs au final c’était un peu ridicule comme point de vu puisqu’à part Kohane, il n’y avait presque rien qui la retenait ici. D’autant que la lionne la suivrait sans doute dans son voyage initiatique, aucune des deux n’étaient vraiment faites pour la solitude.

- Et puis les années sabbatiques après les études c’est surtout bon pour ceux qui… comment dire ? Qui n’ont pas encore un pied dans le monde du travail. Personnellement j’ai déjà deux boulots, trois si l’on compte le Quidditch, ce serait assez immature et irresponsable de partir comme ça. Oui d’ailleurs c’est ça, les années sabbatiques c’est surtout bon pour ceux qui ont besoin de se trouver ou qui ont besoin de se responsabiliser avant d’entrer dans le monde du travail. Ça fait rêver sur le papier, mais ce n’est pas une bonne chose pour tout le monde… C’est même assez dangereux quand on y pense, je suis certaine que beaucoup n’arrive pas à se remettre dans le bain lorsqu’ils revienent. Je serais plus partante pour un petit voyage entre amis d’un ou deux mois.

Un buit de porte qui claque fit légèrement sursauter la verte qui ne s’y attendait pas. Le concert devait être fini, puisqu’une marrée humaine sortait justement du bâtiment dans lequel les deux sorcières s’étaient rencontrées un peu plus tôt. Beaucoup était bruyant, encore sous l’effet de l’exitation et à les voir ainsi, Rachel prit peur. Elle n’avait jamais vraiment été à l’aise au mileu d’une foule, d’ailleurs elle se demandait encore comment elle avait eu le courage de venir seule ce soir. L’étudiante préféra alors prendre congé de son ancience camarade de classe, estimant qu’elle avait déjà trop traîné pour ce soir.

- Izsa je m’excuse, mais je ne suis pas d’agréable compagnie ce soir. Je crois que je n’ai simplement pas la tête à faire la fête ou que ce n’est déjà plus pour moi. Je me fais vieille, blaga-t-elle. En tout cas j’ai été agréablement surprise de te croiser ce soir, j’espère qu’on pourra finir cette conversation une autres fois. Et cette fois là je te promets que je ne m’enfuirais pas !

FIN du RP
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Azaël Peverell, Ven 23 Déc - 0:01


RP avec Alhena

T'as absolument rien compris à ta soirée. Comme souvent ces derniers temps, t'as carrément trop picolé. Et le pire, c'est que tu ne comptes pas t'arrêter. Pas avant plusieurs heures. Il te reste une bouteille de rhum à peine entamée, et vaut mieux ne pas savoir tout ce que t'as déjà ingurgité. Déjà, pour que tu te dises que c'est une bonne idée de squatter un concert moldu, c'est que t'étais déjà dans un état bien trop avancé. Tu ne saurais même pas dire quel genre de musique t'as écouté. Parce que tu t'es contenté de te laisser porter par les effluves de l'alcool pour bouger en rythme, dans une espèce de transe absolument pas contrôlée. T'as dû passer pour un cinglé, mais t'en as rien à faire. De toute façon, demain t'auras oublié toute ta soirée.

T'as fini par te faire virer de la salle. Certains n'ont pas supporté le fait que tu tenais à peine sur tes pieds et que tu leur tombes dessus. Ils ont essayé de gueuler, t'as essayé de frapper. T'es sûrement un peu amoché. L'autre aussi, t'en es persuadé. Ou du moins tu te plais à l'imaginer. Mais vu que tu tiens à peine sur tes pieds, ils n'ont pas dû avoir trop de mal à te maîtriser. T'as l'arcade sourcilière éclatée, du sang coule sur ta joue, dans ton cou, sèche en une traînée. Et tu fais à peine quelques pas devant le bâtiment avant de t'écrouler. T'as pas mal, t'es trop déchiré pour ça. Par contre, tu commences à avoir pas mal soif. Et s'il y a bien un truc dont tu te souviens, c'est de la bouteille de rhum qui attend toujours sagement dans ton sac.

Alors après quelques minutes de lutte intense avec la fermeture éclair qui ressemble fort à une invention diabolique à tes yeux à cet instant précis, tu finis par l'extirper de ton sac. Tu retires le bouchon d'un geste sûr. Oui, il y a des choses qui ne s'oublient pas, quel que soit ton état. Tu portes le goulot à tes lèvres et descends plusieurs gorgées d'affiler. T'es même plus capable de te dire que tu dois arrêter, que t'es sensé rentrer. Non seulement tu ne retrouverais pas le chemin, mais en plus dormir sur le trottoir ne te paraît pas si terrible. Avec assez d'alcool dans le sang, pas besoin d'un matelas, le bitume paraît tout aussi confortable. Même l'odeur de pisse le long des murs pourrait sembler négligeable. Comme quoi, ça change les perceptions.

Tu bois encore quelques gorgées. T'en renverses la moitié sur toi. Tes fringues empestent le rhum. Comme toi en fait. T'es juste un déchet à moitié allongé par terre qui ne sait même plus où il est ni ce qu'il fait. T'as sûrement aussi une tête de déterré, parce que ça fait plusieurs nuits que tu préfères picoler plutôt que de dormir. Ou que tu n'arrives pas à dormir et que tu te mets à picoler. Pas très clair, la seule chose sûre, c'est que les deux sont liées. Tu lèves les yeux vers un lampadaire en face de toi. Il clignote. Il a l'air de marcher aussi bien que toi. La preuve, il reste plus souvent éteint qu'allumé. Comme ton cerveau. En fait, t'es un lampadaire cassé.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Alhena Peverell, Lun 26 Déc - 23:55


RP avec la personne qui me harcèle trop ♥

Dernier round avant l'achèvement de la soirée. Dernier verre, puis prendre l'air. Être attirée par la musique et se rendre dans un endroit inconnu. Ne plus savoir danser alors repartir. Faire un saut chez toi, en plein Londres. Flâner près de la Tamise, rire avec un inconnu moldu. Se dire qu'on aurait pas du et qu'on aurait mieux fait de le torturer. Passer devant un hôtel, une ancienne pièce de la vie. Avoir une légère mélancolie, se demander si on a bien fait. Ne plus se poser de question, continuer à boire pour oublier ses bêtises.

Se laisser conduire par ses pas. Rire encore et finir près de Camden. S'assoir et regarder le bâtiment comme une attardée. Avaler des pilules : une, deux, trois. Sa raconter un conte, parler avec sa voix. Se faire la reflexion qu'être folle et délurée, parfois ça donne du bon. Au moins on se sens moins seule quand la nuit tombe. On parle peut-être pas aux gens, mais au moins on peut parler à son démon. Et même si ça parait hyper bizarre, on peut tout mettre sur le dos des pilules, de la folie, de la narratrice aussi. Parce que c'est plus drôle, c'est plus facile que d'avouer qu'on a un vrai problème.

Alors la nuit couvre le fou rire. Couvre les yeux rougis. Couvre aussi les lèvres étirées, de manière malsaine. Elle permet aussi d'apaiser les colères, les questions sans réponses. Il suffit de s'allonger un peu dans les jardins, fermer les yeux et profiter de la brise. Regarder les étoiles et se souvenir du passé. Se dire qu'on s'aime un peu plus tous les jours, juste pour redorer sa propre estime. Tant pis ce que les autres pensent, tant pis s'ils s'aiment plus. L'important c'est de s'aimer non ? Ou pas, surtout quand l'alcool parcourt les veines. Que les pilules nous achèvent. Qu'est-ce qu'on dit ? QU'est-ce qu'on raconte ? À quoi ça sert ?

Rire
Ephémère
Bien-être


La musique en intraveineuse. La battement de coeur en rythme. La lune en majesté. Les lumière qui illuminent le grain de la peau. La pureté de la blancheur. Les iris émeraudes qui brillent salement. Et des oreilles dérangées par un bruit sourd. Une odeur de rhum. Au loin une silhouette sur le sol. Une personne que tu reconnais : un spécimen nommé élève. Bordel. Et la chose n'a pas l'air, de très bien tenir l'alcool. Situation retournée Izsa.

Ton corps se bouge jusqu'au cadavre sur le sol. Hum c'est qui ? Ah Liderick Azamachin.
Son prénom, c'est pas le nom d'un Lapin ? Humf...

Tu t'approches de lui, sans vraiment de discretion. T'es pas là pour ça. Tu te penches au dessus de lui. Tu regardes vaguement d'où il peut provenir. La salle sûrement. Mais pourquoi il serait aller à un concert moldu lui ? C'est un née moldu ? Probablement... Ça te donne moins envie de l'aider finalement. Mais bon, c'est quand même un de tes élèves, accessoirement un Serpentard. Tu peux au moins faire l'effort de savoir ce qu'il fiche vraiment ici.

Qu'est-ce tu fous là toi ?

C'est drôle, on dirait qu'il est sur le point de vomir...
Ou de mourir
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Azaël Peverell, Mer 28 Déc - 1:50


Allumé, éteint. Éteint. Éteint. Allu... Ah non, toujours éteint. Ouais, il fonctionne vraiment mal ce truc. T'espères quand même être un peu moins cassé. Mais vu que t'as l'air parti pour observer un lampadaire même pas allumé pour le restant de la nuit, t'as comme un doute. Nouvelle gorgée de rhum. Tu la sens à peine passer tellement t'es imbibé. Tu sens juste la douce chaleur qui t'enveloppe, et tu sais à quoi elle est due. Dormir ici, c'est une douce idée. Tes yeux se ferment, tu te sens tanguer. Glisser, sur le côté. T'es tellement affalé que t'es presque allongé. T'as vraiment été trop loin.

- Qu'est-ce tu fous là toi ?

Une voix. Qui te dit vaguement quelque chose. Mais t'es incapable de savoir d'où. Et tu t'en tapes un peu d'ailleurs. Par contre, t'aimes pas trop l'idée que quelqu'un reste là à te mater pioncer. Alors t'ouvres les yeux, regardes la personne en face de toi. Tu clignes des yeux plusieurs fois. Le lampadaire s'est rallumé. Faut un temps d'accoutumance, qu'une espèce de mise au point se fasse. Que le flou laisse place à une netteté toute relative. Et tu te rends compte que t'es face à ta prof d'histoire de la magie. Tu essaies de comprendre pourquoi elle est là, penchée sur toi, et de donner un sens aux quelques mots qu'elle a lâché plus tôt. Une fois que t'as compris, tu hausses les épaules. T'es bien sûr que ça se voit, ce que tu fous là.

- J'dors.

Tu la regardes toujours. T'es vraiment complètement à côté de tes pompes. Tu sais pas vraiment quoi dire. Mais maintenant qu'elle est là devant toi, tu te rends compte que t'as pas envie d'être tout seul. Tu sais pas trop pourquoi. Habituellement, ça ne te dérange pas. Mais là, t'as envie de chasser la solitude. C'est peut être parce que maintenant le lampadaire est allumé. C'est depuis qu'elle est là qu'il y a de la lumière. Et là, t'as pas envie de retourner dans l'obscurité. Il y a des nuits comme ça où ça te fait peur. T'essaies de te relever, de te remettre sur tes pieds, mais tes jambes n'ont pas vraiment envie d'obéir.

Alors t'attrapes la jambe de Peverell. Comme pour être sûr qu'elle ne s'en aille pas. Qu'elle reste bien là, avec toi. T'es pas prêt à la voir s'éloigner. C'est bizarre. Mais tu ne réfléchis plus. Tu te contentes de faire ce dont t'as envie. Ce dont t'as besoin. Comme un sursaut d'élan vital. Faut bien qu'il arrive à un moment donné, sinon tu risques de rapidement de retrouver mort dans un caniveau, complètement gelé malgré un sang constitué à majorité d'alcool. Tu lèves alors la tête pour plonger ton regard dans le sien. Regard paumé, d'un gamin presque suppliant.

- Tu restes avec moi ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Alhena Peverell, Dim 29 Jan - 2:45


Darling,
Qu'est-ce que tu fabriques ?
T'es pathétique là
On dirait moi dans mes mauvais jours
Quand la vie a prit le dessus sur l'irréalité
Que les pilules ont cessé d'être à porté
Et que j'ai du ouvrir les yeux
Et cesser de faire face à mon illusion
On dirait moi quand j'ai mal à tous les endroits du corps
Mais que le coeur est intacte pourtant
Alors qu'il est le protagoniste même de l'histoire
Je toque trois coups à la porte
mais il veut pas répondre
Je ressens plus rien
Alors je me mets à penser
à avaler des trucs pas nets
pour comprendre d'où vient la vie
et du coup je me mets dans ton état
pas possible

Tu restes avec moi ?

Gamin,
Tu sais que c'est pas bon pour toi
Que je devrais pas rester ici
Faire et agir comme ta mère
Je devrais pas faire l'ange gardien et te trainer loin de tout
Je devrais même pas être ici et te parler
C'est comme si je trompais la vie avec le vice
Mais ce serait pas la première fois
Pas la dernière sûrement
alors au fond
t'as raison
qu'est-ce que je risque finalement ?
Pas grand chose
Seulement les railleries de la mort à la fin
Mais qui sait ? Aura-t-elle peut-être oublié ?

Pas trop le choix me semble

Enfant,
Tes doigts font frissonner ma chair
T'es là et tu t'accroches à l'impossible
Comme si c'était possible de retenir Alhena
De me retenir
Mais je veux pas ruiner tes espoirs
Parce que t'es pas là
T'es dans un autre monde
Meilleur que celui dans lequel je vis
Meilleur que la réalité
qui écorche nos peaux
Alors t'as raison
Bois et oublis La Raison cette nuit
Moi je prendrai soin de toi
Un peu
Beaucoup
Jusqu'à ce que t'ailles mieux
Mais seulement si tu promets de pas recommencer
Parce qu'au fond
Je suis rien pour toi
Mais toi
Tu ressembles à mon fils
Tu ressembles à mon frère

Allez viens, me semble que c'est pas un très bon endroit où rester cuver

Gamin,
C'est la dernière fois que je te porte
Après je te t'apprendrai à vivre
Mieux que ça
Je te dirai comment courir
Comment respirer mieux que maintenant
Comment pas finir comme moi
dépendante de saloperies
addictions pourries
pourris ta vie
fais-le tu verras
c'est amusant au début
t'en pleures à la fin
alors je t'aiderai à supporter le monde
et les bruits de klaxon qui te font saigner les yeux

Je pense qu'on le regrettera tous les deux demain mais tant pis

Enfant,
J'espère que tu finiras par embrasser la vie
J'espère que sur ce chemin
Celui qu'on traverse ensemble
Tu prends conscience de l'existence
de ce qui t'entoures
que t'es qu'une chose agrippée au lipstick d'un goulot de bouteille
et que faut que tu sortes de là
je sais que t'es autre chose que cet être en colère
qui veut se tailler les veines avec de l'alcool
t'es un gamin perdu
trop peut-être

Dearest kid


Suite du RP ici


Dernière édition par Alhena Peverell le Lun 13 Fév - 0:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Leo Keats Gold, Lun 13 Fév - 0:28


RP semblant terminé,
Mp si soucis.
Pv Aileen O'Leary.

23h47.
soir.
nuit noire.
oubli du fameux temps.

esprit parti.
pour la soirée, pour la vie.
tu ne sais même pas comment tu as bien pu atterrir ici.
comment t'as pu entrer.
salle vide. ambiance mortuaire.

siège 7
rangée 14
secteur b.

contempler la scène,
ou ce que tu penses l'être.
tes yeux ne sont plus en état de voir assez net.

contempler en espérant que ça va commencer.
que tu vas pouvoir attraper un truc.
la vie peut-être.
le grincement du lustre
qui te vrille la tête.
tu ne vois vraiment plus grand chose.
t'as les veines du coude qui picotent encore un peu.
faut apprendre à viser
hématome arc-en-ciel.
la deuxième bouteille de ta soirée entre les doigts,
et cinq-six pilules qui viennent de te filer dans le gosier.
tu sais même pas comment tu fais
pour être encore vivant.
une vie que tu t'évertues à gâcher.
que tu aimerais parfois voir confisquée.

contempler.
le vide de la salle.
de ta tête.
tes voix te manquent parfois.
hoquet.
t'as déjà vomis sur un des murs en montant jusqu'ici.
tu doutes d'être encore en état de te lever.
mais après ce qu'il s'est passé.
au manoir.
ta connerie.
les pièces.
le coup.
tu ne peux juste pas faire face.
fuir aussi loin que possible
sans se soucier d'être en mesure de revenir.
t'as fait ça la nuit dernière déjà.
et celle d'avant.
en fait tu ne sais même pas.
depuis quand.
t'as perdu le fil entre temps.
t'es même pas sûr de te souvenir encore de ton nom.
la tête bascule.
fixe le plafond.  
cocotte en papier.
confiture de lait.
les nouvelles plaies des jambes recommencent à tirailler.
les ongles se plantent dans le poignet.
griffent.
s'arrêtent.
reprennent.

paupières fermées.
el dulche de leche.
blizzard.  


Dernière édition par Leo Keats Gold le Mer 15 Mar - 4:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Aileen O'Leary, Lun 13 Fév - 3:11


PV Tisseur/Tisseuse
J'ai le LA de Leo qui a le mien pour tout le RP


Le jour appartenait à Aileen l'étudiante
Aileen la stagiaire sage du Heurtoir
Aileen qui se masquait de sa vérité
Le soir appartenait à Aileen la danseuse
Aileen l'exploratrice des scènes
Aileen la nymphe perdue des forêts

Ce soir ne faisait pas exception. À la recherche d'une salle à exploiter, devant un public invisible, pouvoir danser jusqu'à la mâtinée sonnée. Un jour la rousse pourrait danser devant un public. Un jour l'irlandaise mériterait les acclamations de la foule. Un jour la Serpentard pourrait goûter à l'admiration sincère de ceux l'observant. Mais aujourd'hui Aileen n'était qu'une parmi tant d'autres, à l'exception prêt que sa magie lui permettait de se procurer la robe qu'elle convoitait et la scène qu'elle désirait.

Lumière.

Musique

La nymphe rentre en scène.
Un solo qui aurait pu durer milles temps
Devant un public inexistant
Mais elle le vit
Lui
Eux
Leo

Un jeune homme qui ne semble plus en vie de loin. Corps inanimé. Faites qu'il soit encore en train de respirer. Comme un oiseau chute du nid, la rousse saute hors de la scène. Une idée en tête, le retrouver, le ranimer. Faites qu'il soit encore en vie. Les pas se font course et la rangée 14 du secteur b arrive enfin. Faites qu'il survive. Quelques enjambées et c'est le siège 7. D'un geste rapide la rousse place la main dans le cou de Leo. Écoutant le coeur battre. Sentant la respiration. Merci Merlin....

Une odeur d'alcool vient la frapper
Venait-il ici se faire oublier?
Celui dont la pensée
N'arrive jamais à la quitter
Poignets ensanglantés
Respiration saccadée
L'alcool semblait être le cadet de ses pensées
Volantes

Aileen commença par lui attraper doucement la main ravageuse, pour que les griffures s'arrêtent, pour que le sang n'ai pas à couler plus qu'il n'a coulé déjà. Baguette sortie. #Episkey et #Finite Titilus.

Tu as envie de lui crier dessus
Pourquoi tu as fait ça
Pourquoi tu te blesses seul
Pourquoi tu ne laisses pas
Les autres s'approcher et
S'occuper de toi
Tu as envie de crier jusqu'à ce qu'il comprenne
Qu'en abîmant sa vie, il abîme la tienne
Et celles de ceux l'entourant
Les cris roulent dans ta poitrine
Et se transforment en chaleur
Tu le prends dans tes bras
Tu le serres fort contre toi
Par peur qu'il ne disparaisse d'un coup
Par peur qu'il ne s'enfuit tout à coup
Et tu murmures
Alors que tu lui frottes doucement le dos
En mouvement circulaires, apaisants


-Leo...C'est moi Aileen. Ça va aller ok?

Tu le serres un peu plus fort
Pour le laisser aller
Pour le laisser s'expliquer
S'il en a besoin
Qu'il se rende compte
Qu'il n'est plus seul ce soir
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Leo Keats Gold, Lun 13 Fév - 22:54






dents claques.
vagues.
ça glisse.
sur les parois du crânes.
ça nappe.
ambre.
miel alcoolisé.
et os usés.

ça nappe.
comme un cocon.
dont on ne veut plus sortir.
ça protège
comme les bras d'un parent
-aimant.
si seulement il y en a encore.
refuge de l'enfant qui se plait à fuir.
disparaître.
dans un recoin perdu
coins chéris qui n'ont plus leur place dans ce monde d'adulte.
d'oubli.
alors tu les as crée toi même.
pour ne plus avoir
-à les chercher.
bêtise.
connerie
dont malgré tout
tu as conscience.
ta main a glissé
les pilules sont tombées à terre
les paupières toujours closes,
et le poignet saigné.
tu les as entendu pourtant,
les chaussures frotter.
tu sais que ça va commencé.
que tout va commencer.
mais tu ne peux pas te résoudre à retourner au monde réel.
t'y arrives pas.
il est trop laid.
les yeux toujours fermés,
tu sens le sang
qui continue de couler.
de verser.
Et l'esprit qui part un peu
au rythme de ses pas
vers un ailleurs
dont tu ne reviendras pas.
c'est tentant cette fois.
t'es fatigué Keats.
de toujours essayer d'être fort
de toujours lutter
aussi loin que tu t'en souviennes,
tu n'as jamais fait que ça.
sans répit.
et t'as juste envie
d'abandonner.
d'oublier un instant
pourquoi tu es en vie
et te laisser partir.

mais les pas se rapprochent.
les mains
sur le corps
en temps normal
t'aurais sursauté
t'aurais essayé.
un peu.
mais
t'es même plus en état
t'es juste déçu
qu'on ne te laisse pas mourir ici.
t'as perdu ton dernier appuie
ta sœur.
t'as déçu le seul qui croyait encore
-ton père.
scandale que tu devras porté
héritier espéré
déçu par un passé
lourd à porter.
des envies de meurtres pour la mère.
actrice même
de ta perdition.
les pièces offertes que tu gardes au fond de ta poche.


mais là t'étais à deux doigts
d'oublier
de laisser tomber
mais il faut toujours quelqu'un
pour te ramener.
t'empêcher.
soupir rauque que tu n'arrives même pas à laisser sortir.
encore une nouvelle ranceur
encore saigner
encore trainer
les rues et les cafés
encore fumer
le corps brisé
encore
se taire
encore attendre
encore apprendre
mais ne plus rien y comprendre.
j'veux m'en aller.
j'veux pas crever
dans cette inhumanité. 



J'voudrais pas crever.

les mains assassines qui écartent les ongles
de la chair.
le douleur
qui revient
et le poing qui se crispe.
mais les plaies se referment.
si tu pouvais
tu rirais.
aux éclats
ce ne sont pas ces plaies là
le problème.
Les plus importantes sont cachées.
et tu n'en connais qu'une
renarde.
je saigne encore
je dis oui
à la mort
j'ai passé un pacte avec elle
mais personne ne me laisse jamais l'honorer.
laissez moi
abandonner.
j'ai pas les pensées claires,
je sais
mais celle là
n'a jamais été aussi nette.


J'voudrais pas crever.

les effets qui s'estompent.
toutes les douleurs
qui rappliquent au galop
et les dents qui se serrent
l'humiliation de voir
ta vie
tes vices
rendus public par une belle-mère
qui t'as manipulé,
blessé.
les plaies sur les jambes.
les griffures.
les hématomes au coin des coudes.
les émotions que t'avais réussi à oublier.
je n'ai même plus l'amour.
la tête file dans les mains.
les dents se serrent
et le gémissement s'échappe.
des mois
entiers
que tu n'avais plus été
toi
sobre.
toi.
et
seulement toi
sans aucune excuse.
forcé de faire face
à toi même.
et les peines
les douleurs
les flashs
multiples
les souvenirs
amy.
harmony
tous.
qui défilent.
jusqu'à
-ta mère. dont tu n'as jamais parlé.
douleur et culpabilité
trop pour que le corps supporte
trop pour... ne pas imploser
et tu pries pour qu'il lâche
de tout ton être
de tout ton corps


sauf que...

les bras l'enserre
d'abord électriques
contact douloureux alors que
le corps est déjà champ de bataille
les bras l'enserrent
et la carapace tremble
violemment. s’ébranle.
ne tiendra pas
longtemps.

les mots
glissent
encore.
les mots
tuent.
parce que
tu sais bien
que c'est tout ce dont tu as besoin
ce qui te fera vivre.
tenir
lutter
et essayer de t'en sortir

Ça va aller.

et pourtant
la carapace n'est pas encore
assez tombée.
t'as toujours aussi mal
le corps en feu
qui balance
d'avant
à arrière.
d'avant
à arrière.
puis l'éclat de fureur
tu te dégages
violemment.
tu t'écartes,
prends un air dur
bien que tu ne puisses
masquer ton état dans ta voix
cassée.
tu ne veux pas la blesser
mais sa faculté
à te cerner
trouver
tout ce qu'il te faut
t'effraie.

T'en sais rien. T'avais pas à faire ça, j'pensais plus, c'était comme ça depuis des mois. T'aurais dû me laisser comme ça.  J'veux plus voir le monde.

Les doigts se serrent
les yeux appellent à l'aide
le poing s'écrase
contre le siège le plus proche
ça te fait  un mal
de chien
bête blessée à sa merci
larmes qui commencent à couler.
tu ne voulais plus sentir
tout ça.
mains qui reprennent la tête.
les yeux te supplient de recommencer
mais
le cri
déchire
sort
du corps
du cœur.
de l'âme.

T'avais pas le droit.



Aileen,
S'il te plait
Ne me laisse pas.
Aileen s'il te plait
Réconforte moi
Rassure moi.
Aileen.
Ne m'abandonne pas.
Pas toi.
Comme une prière
silencieuse
un vœu d'enfants
mes iris te caressent
muettes
mais hurlant
la vérité
S'il te plait
Je voudrais pas crever.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Aileen O'Leary, Mar 14 Fév - 5:57



Les bras amants aimants
D'un coup se font repousser
Leo tremble
Leo souffre
Un petit oiseau blessé
Qui a perdu ses ailes
Qui a oublié comment voler
Au lieu de se frustrer
Au lieu de se brusquer
Au lieu de se sentir blessée
Aileen se mit à sourire tendrement
S'essayant à coté

-T'en sais rien. T'avais pas à faire ça, j'pensais plus, c'était comme ça depuis des mois. T'aurais dû me laisser comme ça.  J'veux plus voir le monde.

Doute
Est-ce qu'elle était vraiment bienvenue?
La rousse s'intéressait aux gens
La rousse tentait même parfois de les aider
Allait-elle trop loin?
Était-ce une aide forcée? Non désirée? Inutile

C'est alors que tu le regarda dans les yeux
Un regard qui voulait tout dire
Le poing qui s'écrase
Comme une tentative désespérée d'attention
Tu as juste envie
Qu'il te laisse approcher
Qu'il te laisse aider
Ou juste être là
Tu vois des pilules par terre
Est-il sous leur effet?

-T'avais pas le droit.

Un autre coup
Mais cette fois-ci la rousse l'esquiva
Il voulait jouer à ce jeu?
Il voulait jouer à celui qui n'avait besoin de personne
Ils pouvaient y jouer à deux

Tu ramasses les pilules sur le sol, rapidement
Tu les comptes
Six
Elles roulent dans ta main
Six
C'est assez pour mourir sur scène?
C'est assez pour réveiller le mort en face de toi?

La rousse se leva
Lançant au passage

-Toi non plus

Se diriger vers la scène
Monter de nouveau
La lumière positionnée
La musique jouant une boucle infernale
La ballerine avala les pilules
Une à une
Montrant bien ce qu'elle était en train de faire

Une pour toi
Qui souffre seul
Une pour moi
Qui souffrira seule aussi
Une pour eux
Qui aurait pu être
Mais n'arrivera peut-être pas
Une pour Aza
Qui suit chacun de ses pas
Une pour ses cicatrices
Qui méritent l'attention qu'il ne leur porte pas
Et enfin
Une pour le spectacle
Qui va se donner ici bas

La rousse n'eut le temps que de faire quelques pas
Avant de chuter
Avant de fermer les yeux
Molière était mort sur scène en portant du vert
Elle allait mourir avec du rose
Un murmure
Avant de sombrer dans les effets :

-Alors c'est ça que tu vis?

Une dernière respiration
Pour toi
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Leo Keats Gold, Mar 14 Fév - 19:58


river
-flows also in you
you know
you deserve to live
as any one else.

poing qui frappe encore
et phalanges
qui implosent
sous
l'impact.
cri strident qui t'as échappé
t'aurais jamais voulu
être violent face à elle
qu'elle te voit aussi
-démuni
les os endoloris.
mais
les plombs
ont cédés
l'hideuse les a arrachés
la réalité
n'a jamais été
aussi
insupportable.
t'aurais aimé pour elle
rester la trace douce
d'un songe d'une nuit d'été.
le lys dans la vallée.

mais
-non.

elle t'a trouvé
et bien que la fureur t'aveugle assez pour ne pas voir
les pilules
ramassées
enroulées
dans ses mains
pour ne pas deviner
l'idée
qui trottine
en suspend
l'éclat de son regard  
t'interpelle
te blesse un peu
t'étripe.
feu follet
étouffé.

- Toi non plus

premier son
du clairon,
première
peur
panique
de la voir
te sauver
qui te laisse
immobile
alors que
ses jambes à elle
l'entraîne
vers la scène
que
tu
cotemples
impuissant.
tragédie
antique
fatalité
ne manque plus que
la voix du
choeur
qui rythmera
ses pas
mais
ta tête
le remplace
petit
à
petit
avec effroi.
tes lèvres
qu'aucun son ne traverse
s'articulent
en  
un "non"
plus puissant
que
tous ceux
que tu as pu dire un jour
non.
ne me force pas à faire face.
non.
ne te met pas en danger
pour moi.
non.
ne te gâche pas.
non.
non.
non.
non.

CHOEUR- et la jeune Aileen, fille des parques grandioses
le teint illuminé et les joues encore rose
pris place face à l'autel, le poids sur les épaules
des lourds dés mal lancés bien avant l'enfant né.
destin sûrement joué dans les vapeurs d'alcool
émanant de l'Olympe à l'aube des grandes années
Labdacide avant l'heure et le sort acharné
sur un aussi petit corps déjà bien décharné.
et la belle Aileen à l'âme si esseulée
vit devant les enfers ses genoux se ployer.
les grandes six titanides tremblotaient
alors que dans l'esprit, détermination croissait.
Océan le premier né d'abord s'effondra
Virevoltant sur un air de mâle alpha
la drogue ainsi ingérée fit de beaux dégats.
Koios suivit bien vide et sombra dans le vide
détruisant tous les os, métamorphose d'ovide.
Crios sombra aussi comme Hadès aux abysses
détruisant âme et chair, fondations de l'esquisse.
Hypérion s'en suivit, dégoulinant de grâce
nappant parois vitales de sa sombre mélasse.
Japet pleurant fausse note à son sombre quatuor
plongea dans l'inconnu, y sacrifiant son corps
Enfin Cronos sombra et secondes emporta
dans son sillon sablé, minutes il dévora.
et dans un cri de l'âme, le corps s'effondra.


- Alors c'est ça que tu vis?

le
coup
de
poignard
alors que le corps
de la danseuse se ploie
la peur
panique
qui
te fait réagir
les jambes dans le vide
qui ne bougent pas assez vite
le crac reconnaissable
du corps aux abîmes
matérialisé
à ses côtés
alors que la baguette
glisse
pénible
entre les doigts tremblants.
le sort fuse
#Gastronauseus.
tes mains
la tourne sur le côté
maintienne sa tête
alors que
les six
titans
s'échappent enfin.
les mains tremble
alors que tu la laisses
reprendre conscience
le corps tremble
rupture approche
carapace qui se ploie
qu'elle ait fait ça pour toi.
mais
la colère explose
pas contre elle
contre toi
contre ce qu'elle a pu donné
pour t'aider toi.


t'avais pas à faire ça,
pas toi.
toi t'en as pas besoin
toi tu brilles.
te pourris pas
avec ça
t'as pas le droit
jamais.
tu vaux tellement
mieux que ça.
pas toi.
s'il te plait.
 


pause
et
comme une envie
de justifier
comme une envie
de confesser
tu t'assieds
à ses côtés.

avec le temps on s'habitue. ça fait longtemps.
c'est plus si fort.


aileen.
ne te gâche pas
avec tout ça.
j'voudrais pas crever
mais si toi
tu abandonnes
si toi
tu pars
je n'ai plus de raison de rester.




Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Aileen O'Leary, Mer 15 Fév - 18:44



Plus qu'une dernière danse
Plus qu'un dernier appel
Une chute
Car il faut tomber
Pour mieux se relever
Il faut avoir les genoux qui saignent
L'adrénaline dans le corps
La tête qui tournent sous l'émotion
Pour pouvoir se reprendre
Chancelant
Tanguant
Mais se reprendre
Toujours

Si le paradis de Leo goûtait les pilules
Celui d'Aileen ne voulait rien en savoir
Car c'est en enfer qu'elle tomba
Le coeur qui bat trop vite
Angoisse certaine
La tête qui ne veut plus subir
Les fils qui sont coupés
La marionnette chute
Un goût de sel

On toque à sa porte
On lui propose de rentrer
Il fait chaud à l'intérieur
C'est un spectacle continu
On l'attend pour sa représentation

Un crac à côté d'elle
Un flash
Et la rousse se retrouve à vomir par terre
L'éloignant de la promesse
D'un théâtre sans fin
Du moins pour quelque temps
Après tout

Le rideau tombe toujours

T'avais pas à faire ça,
pas toi.
toi t'en as pas besoin
toi tu brilles.
te pourris pas
avec ça
t'as pas le droit
jamais.
tu vaux tellement
mieux que ça.
pas toi.
s'il te plait.


Tu as envie de rire
Toi? Briller?
Les pilules ne pourrissent pas ton âme
Les corps s'en occupent bien à leur place
Mais il n'est pas réellement question de toi ici
N'est-ce pas?
Petit oiseau perdu

Les yeux qui rouvrent petit à petit
La main qui se force à se lever
Juste pour caresser doucement
Le visage d'en face
Juste pour apaiser un instant
Celui qui a peur
Celui qui se noie
Celui qui crie
Au plus profond de son être

Sauves moi

Avec le temps on s'habitue. ça fait longtemps.
c'est plus si fort.


Tu as envie de lui dire
Qu'on ne s'habitue pas aux dépendances
Qu'elles font juste rentrer et s'inviter
Que c'est toujours aussi fort
C'est juste lui qui a oublié
Ce que l'air pur signifiait

Pour une deuxième fois
Pour une énième fois
La rousse prit le rouge dans ses bras
Tremblotante
Chancelante
Mais présenter
Caressant le dos maladroitement
Chuchotant

-Ça va aller Leo.

Serrer un peu plus fort
Respirer l'odeur de celui
Qui pour une fois est sobre d'esprit

-Tu m'as fait peur Leo. Vraiment.

Mouvements circulaires
Qui se veulent apaisant
Qui se veulent rassurant
Ne pas savoir qui soutient l'autre
Réellement

- Tu brilles en ce moment Leo. D'une petite flamme, toute timide. C'est un petit feu que tu as oublié de nourrir. Mais il est là. Je le vois. Ses flammes dansent dans le noir de la salle comme une chandelle tient compagnie aux jours de tempête.

Un baiser papillon sur le front
Une main qui caresse les cheveux
L'autre dans le dos
Douceur

-Alors ça va aller Leo ok? Je te le promet. Il faut juste que tu le nourrisses ton feu.

Un dernier soupir dans le creux de l'oreille
Alors qu'une main se pose sur son visage

-Promis, je ne partirai pas, tant que tu voudras encore de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Leo Keats Gold, Jeu 30 Mar - 16:02


Tu sais pourtant aussi bien qu'elle,
Qu'on ne s'y habitue pas,
Non,
On s'en accommode juste.
On fait avec
On tape plus fort
Parce qu'on veut partir
Toujours
Plus loin
Toujours
Plus fort.
On veut ne plus rien sentir
Ne plus redevenir soi.
Jamais.
Survivre
Un point c'est tout.
Une enveloppe vide
Dans une ruelle.
Dans une salle vide.
Mais pas chez elle non,
Ce serait bien trop compliqué.
Alors
Composer
Avec un seul ensemble de fausses notes.

Elle te prend dans ses bras.
Et le corps se tend un peu
Avant de se détendre.
Le malaise est présent. T'aimes pas ça
Les rapprochements imprévus.
T'aime pas ça et ça t'effraie.
Mais tu laisses faire un peu
Tu lâches.
Quelques instants.

Ça va aller Leo.

Non. Ca n'ira pas.
Pas autant que tu peux le croire.
Je vais en baver toute ma vie
Pour réparer tout ce que j'ai fait.
Je vais en baver.
Et je le sais.
Arrête de me mentir, tu le sais autant que moi.
Arrête.

Tu m'as fait peur Leo. Vraiment.

L'hésitation qui s'installe.
Faire peur à quelqu'un
Parce qu'on va trop loin
Parce qu'on se met en danger
Faire peur à quelqu'un
Parce qu'il tient à toi
ça n'est pas un concept familier
Mais l'oreille se tend
L'oreille s'assomme.
Et le corps ne lutte plus.

Tu brilles en ce moment Leo. D'une petite flamme, toute timide. C'est un petit feu que tu as oublié de nourrir. Mais il est là. Je le vois. Ses flammes dansent dans le noir de la salle comme une chandelle tient compagnie aux jours de tempête. Alors ça va aller Leo ok? Je te le promet. Il faut juste que tu le nourrisses ton feu.

Un soutien
Plein de bonnes attention
Plein de tendresse
et d'incompréhension quant  à ses raisons.
Qu'ai-je pu faire Aileen
Pour que tu t’évertues autant à me sauver.
À m'emmener.
À lutter.
Pourquoi tu crois si fort
en moi
je ne
comprends pas
Explique moi

Promis, je ne partirai pas, tant que tu voudras encore de moi.

tu t'écartes timidement
de l'emprise de ses bras
qui ne te mette pas à l'aise
les minutes passent.
sans mots
sans maux
juste un face à face
comme des comédiens
sur la scène d'un théatre fantome
Desarticulé.

T'as pas compris. Je vais me barrer. Te repousser.
Trouver un pretexte
Faire quelque chose
Pour te prouver
que je ne suis pas quelqu'un de bien
pas une belle personne
Arrêtez
De tous vouloir m'aider
Y a d'autres causes plus nobles
à commencer par vous.
Sauvez-vous vous même.



Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Aileen O'Leary, Dim 9 Avr - 3:08



Envie de ressentir
Ne serait-ce qu'un moment
Ce que l'autre ressent
Ce que l'autre pense
Ce que l'autre est

Un maelström d'émotion fait face à un vide qui aspire

À une éponge qui tente d'absorber


Est-ce pire de trop ressentir?
Ou de ne pas assez ressortir?

Un corps étranger dans les bras
Un corps d'ol dans les bras

Pas un homme qui prend ce qu'il désire
Pas une femme qui désire ce que les autres prennent

Ol

Ol se détache
Visiblement gêné/e par la proximité
Parce qu'il y a proximité de corps
Et proximité d'esprit
Un corps peut-être proche
Mais se braquer lorsqu'un esprit l'effleure

Regard

Une envie de crier sa frustration
En voyant l'autre se détruire

Une envie de crier ses pensées
En voyant l'autre subir

Une envie de dénoncer les actions
Qui mène l'autre à sa perte

Silence

Léo

Ol

Lac en tempête


T'as pas compris. Je vais me barrer. Te repousser.
Trouver un pretexte
Faire quelque chose
Pour te prouver
que je ne suis pas quelqu'un de bien
pas une belle personne
Arrêtez
De tous vouloir m'aider
Y a d'autres causes plus nobles
à commencer par vous.
Sauvez-vous vous même.


S'asseoir en tailleur en face
D'un Ol qui se cache
D'un Ol qui ne sait plus espérer

Dis Ol regrettes-tu les choix de ton enfance?

-Veux-tu que je parte ?

Dis Ol regrettes-tu d'avoir rencontré les femmes de ta vie?

-Il n'y a pas de belles personnes, juste des hypocrites qui se voilent la face. Le poison ronge mon corps d'une façon différente de la tienne, mais il est bel et bien présent.  

Dis Ol regrettes-tu d'avoir rencontré les hommes de ta vie?

-J'ai choisi ma cause. Tu m'intrigues, tu me piques, tu me soignes. Des fous sont morts pour moins que ça.

Dis Ol regrettes-tu de m'avoir parlé?

-Alors peux-tu blâmer une folle de simplement croire en Léo ?

Dis Ol pourquoi pleures-tu la nuit ?

Revenir en haut Aller en bas
Leo Keats Gold
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Salle de concert - Camden

Message par : Leo Keats Gold, Jeu 27 Avr - 13:53


Les comédiens ont stoppé la pièce,
Dans la salle vide comme une chambre de grand père agonisant,
Le silence s'est fait poids.
La fuite appelle,
Est pour toi le meilleur des refuges.
T'as pas envie
De laisser voir.
T'as pas envie
De laisser toucher.
Et le masque se reforme.
Comme une seconde figure.
Comme une seconde peau plus solide.
Les mots de l'autre
ricochent.
Ne prennent pas sens dans l'esprit malade du voleur d'étoile.

Veux-tu que je parte ?

Oui.
Mes mots risquent de te le hurler.
Mon visage de te le montrer.
Mon corps te hurle de rester.
Mais je suis pas prêt.
À faire face.
À accepter.
J'ai peur tu sais.
La date approche,
Comme un mur.
Et je ne peux pas me dérober.
Çà sert à rien
Que tu te le prennes par solidarité.
Alors Va-t-en Aileen.
Vis.
Vole.
Brûle.

Il n'y a pas de belles personnes, juste des hypocrites qui se voilent la face. Le poison ronge mon corps d'une façon différente de la tienne, mais il est bel et bien présent.  

On a tous nos démons Aileen,
Je le sais.
J'ai vu des gens sombrer.
J'ai vu l'acide ronger les veines de ma propre famille.
De ma propre sœur.
J'ai été le poison à une période aussi.
Et je veux que ça s'arrête.
Je ne veux lus jamais ronger personne.
Alors dégage.
Maintenant.
Casse-toi
Pour moi
Pour toi.

J'ai choisi ma cause. Tu m'intrigues, tu me piques, tu me soignes. Des fous sont morts pour moins que ça.
Alors peux-tu blâmer une folle de simplement croire en Léo ?


La question pique,
Irréaliste.
Quelques secondes,
Les yeux dans le vide.
Une phrase à demi-mots.

J'ai besoin de respirer.

Les jambes s'activent,
Le comédien disparaît en coulisse.
Sur un sourire rassurant,
L'air de dire
Je reviens tout de suite.
Puis des que le lien visuel est rompu
L’artiste court
à toutes jambes
vers le monde
l’extérieur.
Tout a été trop sensible ce soir.
Trop
à vif.
Alors ol court dans la ville endormie.
Disparait.
Jusqu'au matin
Qui le trouvera au sommet d'un immeuble.
À observer la vie.

Rebirth.




Fin du RP pour moi
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Salle de concert - Camden

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Salle de concert - Camden

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.