AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -17%
Jeu Nintendo Switch : New Pokémon Snap à ...
Voir le deal
49.99 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 3 sur 4
Un commerce moldu
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Ariana Hastings
Serdaigle
Serdaigle

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Ariana Hastings, le  Mer 20 Sep - 15:53

Le petit oiseau parle, parle énormément, d'un autre bar, de Dalton, de moldaves. Elle ne retient pas tout, ne comprend pas tout. Et il gesticule, appelle la serveuse, passe commande. Ariana se contente d'un thé, pas d'alcool pour elle, la dernière fois ça ne s'est pas bien terminé… Il parle de revenir en Angleterre, et elle se retrouve dans cette information.

« Et toi ? C'est quoi ton secret ? »

Elle sourit pour cacher sa grimace, baisse la tête, les yeux sur le menu. Non, elle n'est pas prête à en parler, pas si vite, ils se connaissent à peine.

« Alors comme ça tu as passé du temps hors du pays ? »

Elle change de sujet, ses yeux de nouveau sur lui, un grand sourire convaincant, un sourire qui lui fait bien comprendre que ce n'est pas encore le temps des secrets.

« Moi aussi. »

Ça, elle peut l'admettre, c'est une information presque officielle maintenant, c'est même sur son CV.

« J'ai passé un an et demi en Afrique, dix-neuf mois pour être exacte, dans une cabane au milieu de nulle part. Ça m'a fait du bien de jouer les ermites pendant un temps. »

Elle s'arrête là avant d'en dire trop. Elle est déjà à la limite, un mot de plus et elle pourrait tomber dans le précipice des mauvais souvenirs et des secrets qu'elle n'a pas envie de partager. Pas tout de suite.

« Et toi ? Tu as mentionné la Moldavie, c'est ça ? »
Invité
Anonymous
Invité

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Invité, le  Lun 2 Oct - 1:21

Un sourire se dessine aux commissures. Cette jeune femme m’enivre dans un sentiment de S.O.S. Je me saoule avec le bruit des corps qui m'entourent. Bien que dans mon verre, il n'y a qu'un thé aux essences de Bergamote. Je reste dans le conventionnel et me passionne par la communication non-verbale. Je lui parle de Moldavie, des pays de l'est européens, de mon voyage vers l'Asie, de ma passion pour les runes celtes, nordiques et je lui parle de la paix intérieur trouvée récemment, de Stonehenge et de liberté. Elle me parle brièvement de son séjour en Afrique, je n'en loupe pas une miette.

- Je te trouve vraiment courageuse.

C'est le mot que je cherche depuis tout à l'heure. Elle a une force que nulle personne ne pourrait avoir. Mes moments de doutes s'évanouissent en sa présence et nous continuer de siroter notre thé jusqu'à l'arrivée d'Esther la patronne. Elle me chuchote un autre secret à l'oreille, une jolie surprise à vrai dire. Je souris encore. Peu à peu, le monde autour se disperse vers la terrasse, nous laissant presque seuls dans l'établissement.

Un clin d’œil plus tard et les lumières se tamisent, elle allume un vieux tourne-disque laissant paraître à nos fines oreilles, un morceau de Jazz contemporain.

Dance Sunchine ♪

- Exceptionnellement, j'ai réservé toute la seule pour nous. M'accorderiez-vous cette dance, Ariana ?

C'est d'une spontanéité et un certain stress au niveau de la voix que je lui demande une danse. Si l'expression verbale n'était pas de mise, nous nous connaîtrons mieux à travers la musique, la dance, afin de lui proposer un moment inoubliable. Par moment, je manque d'inspiration et je la laisse nous guider vers la suite des événements et si ça ne lui plaît pas, on pourra toujours sortir en terrasse pour reprendre un thé, reprendre notre souffle, un peu d'air frais.



Ariana Hastings
Ariana Hastings
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Ariana Hastings, le  Mer 18 Oct - 17:02

Il parle de Moldavie, des pays de l'Est européens, de son voyage vers l'Asie, de sa passion pour les runes celtes, nordiques et sa paix intérieure trouvée récemment, de Stonehenge et de liberté. Ariana boit ses paroles presque plus facilement qu'elle ne sirote son thé. Il semble passionné, passionné par ce qu'il raconte, par ses souvenirs… Et peut-être par elle aussi, mais ça, elle en est moins sûre, et elle ne veut pas s'aventurer sur ce terrain glissant, pas aussi vite, pas sans bouée de sauvetage.
Et puis il prononce ces mots, ces cinq petits mots qui changent tout, qui la font chavirer.


« Je te trouve vraiment courageuse. »

Personne ne lui a jamais dit ça avant. Sa mère était (est toujours) inquiète. Irresponsable est un mot qu'elle a entendu plus souvent. Seule en Afrique pendant tous ces longs mois, arrêt des études, pas de diplôme, un emploi dans une rue mal famée dans une boutique au contenu peu légal. Irresponsable. Inconsciente.  Mais pas courageuse. Jamais courageuse. Mais lui, lui il le dit, il prononce ces mots, et le cœur d'Ariana bat. Si fort.

Et il l'entraîne, il l'entraîne encore plus loin dans une danse. Du jazz. Doux, harmonieux. C'est une danse légère, agréable. Pas sensuelle, comme la dernière fois, mais intime. Elle préfère ça, leurs mouvements en disent tellement plus, les rapprochent. Communication non-verbale et partage à travers des pas de danse qu'elle sait maladroits, elle n'est pas une danseuse, mais elle essaye et, en fin de compte, cela lui importe peu d'être gracieuse ou en rythme, l'important n'est là. L'important, c'est lui, et ce moment, ce moment précieux.



It's a new dawn
It's a new day
It's a new life
For me
And I'm feeling good
Invité
Anonymous
Invité

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Invité, le  Ven 20 Oct - 8:21

Mais ce qu'il y'a de plus important, c'est toi.

Tes pas velours sur le plancher de cette bâtisse à l'âme vivante, les murs nous parlent de part l'ancienneté des tableaux. Et d'autre part, les lumières tamisées dansent sur la délicatesse de nos esprits éveillés par la théine. Longtemps, j'avais perdu le cygne qui éclairait le lointain comme pour dire un mot secret. Faiblarde lumière qui se réveille dans un bruit sourd, celui du tonnerre qui fait battre un cœur endormi. Je n'oublierai pas ce sourire, ce long moment où les malheurs s'éclipsent. Viendra le printemps.

J'essaye de ressentir,
j'essaye seulement.

Et dans la mélodie qui bousculent nos corps entraînés par cette plume délicate, cette passion dans son regard. Je ne peux qu'essayer de la conforter vers des contrées si proches. Il n'existe pas de sens à ce que l'on peut vivre, j'aimerai te dire la vérité. Que j'aimerai valser jusqu'à l'aurore. Mais ce temps semble éternel, étrange ironie qui brise un silence comme l'on briserait de la glace pilée. Thé glacé à l'écume de ces chagrins que l'on repose sur le désert.


Je ne parlerai pas plus bas, car je n'ai pas peur que l'on pourrait bien nous entendre.

Je m'envole à tes côtés. Tu es l'une de ces rares personnes, l'unique à qui l'on pourrait confier sa vie, lui parler de ses tourments avec un seul regard, lui donner le précieux, bien plus précieux qu'une amitié ou un amour, l'inconditionnel, celle qui s'élève au dessus du Jazz, classique.

Comme ces routes que l'on arpentera, peut-être ensemble, le voudrais-tu ?
Encore ?

Je n'oublierai pas les doutes, la douleur.
Je n'ai jamais oublié les fêlures, mon esprit torturé.
Mais je me pense guérir, crois-je.


Et toi ? Si tu le veux.
Ce moment est un silence, une longue pensée en croisade pour conquérir un avenir si proches.
Dans quelques jours, j'aurais dix-huit ans et à quoi cela rime ?

J'aimerai rimer avec tes pas,
ton sourire, ta pensée, tes paroles, ta folie, ta bienveillance.
Je reste muré dans un silence, car nous savons que cette nuit appartient à un monde, notre monde.


Dans le nocturne des palettes, à la couleur vive comme l'effroi, je ressens à nouveau. Lorsque cette main croise la tienne dans une danse qui semble éternelle. Qu'ai-je à t'offrir ? Je pense chaque mot, j'en ai pesé chaque particule. J'embrase la magie comme je pourrais revoir cette lueur, cette image éternisée dans un souvenir emprisonné dans mon cœur.

Car je me cacherai dans ce souvenir pour te regarder, danser et sourire. J'aimerai flirter avec le divinatoire, pouvoir lire dans nos tasses vides. J'aimerai te confier ce présent en gage d'une union pacifique. Cet objet que j'ai acheté tout à l'heure dans ta boutique, garde le près de toi, il te protégera et t'éveillera le moment où tu en auras le plus besoin. A l'intérieur, une gravure, Thursul, Roi de l'ombre, souverain protecteur des voyageurs.

Garde-le et dit-moi où est-ce que tu voudrais partir.
Sache que oui, tu ne rêves pas. Tu as pu entendre toutes mes pensées, c'est une magie qui s'éveille en toi.
Je ne le dirais jamais assez.


Ton âme résonne,
j'entends son écho,
le Blues m'éveille.
Ariana Hastings
Ariana Hastings
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Ariana Hastings, le  Jeu 9 Nov - 2:38

LA mutuel avec Nel jusqu'à la fin du RP.



Si elle pouvait faire pause sur un moment dans sa vie, ce serait celui-là. Leurs pas de danse, lents et harmonieux à l'intérieur de ce bar au nom plein de promesses. Ses bras autour d'elle, ses mains sur sa taille. Et les pensées qu'elle avait essayé de chasser de son esprit lui reviennent, des envies d'éternel, de pour toujours, de forever ou d'happily ever after. Tout semble si facile avec lui, beaucoup plus facile que tout ce qu'elle a vécu jusqu'à présent. Elle ne se pose pas de questions, elle n'a même aucune question, tout n'est qu'évidence, avec un futur ouvert et lumineux. Pour la première fois de sa vie, tout est simple.

Si elle pouvait faire pause sur un moment dans sa vie, ce serait celui-là. Et pourtant, elle a aussi envie d'aller plus loin, d'encourager la découverte, de pousser cette intimité jusqu'à ses limites, et elle est persuadée qu'il n'y en a pas, de limites. Elle se laisse enlacer, entourée par la chaleur d'un autre corps, et la musique qui les enveloppe. Et puis, elle cherche ses lèvres, la symbolique d'un baiser comme la douceur d'une promesse. Soudain, elle a besoin de se rassurer, d'être sûre qu'elle ne s'est pas faite avoir par ses sentiments, elle cherche la réciprocité. Les questions reviennent en masse, comme un coup de tonnerre lors d'une belle journée d'été, et elle a peur, peur de reproduire des schémas qui n'ont fait que la blesser jusqu'à présent. Elle a besoin d'encrage, d'une bouée et d'un gilet de sauvetage.



I'm dancing in the dark with you between my arms
Barefoot on the grass, listening to our favorite song
But darling, just kiss me slow, your heart is all I own
And in your eyes you're holding mine
Invité
Anonymous
Invité

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Invité, le  Jeu 9 Nov - 3:43



C'est elle qui a chassé mes démons, n'as-tu pas remarqué le départ précipité de Rhaast, cette entité qui mettait désordre en mon esprit. Quand je te regarde, plus rien ne m'entrave et les maux du passé disparaissent dans cet orage d'été. Et même quand le tonnerre gronde au loin, ce cœur qui cesse de battre un court instant avant de reprendre sa folle course. Et bien, mes pensées s’accélèrent comme le flux sanguin dans mes veines. Je voudrais te promettre l'éternel, mais tu ne mérites pas que je te fasse du mal et comment pourrais-je ne serait-ce que te blesser en marchant sur ton pied ? Ma vie s'arrêterai. Je ne pensais vraiment pas que cela aurait pu me retomber dessus, comme les drisses d'un pavillon sur le souffle bref d'une respiration atténuée.

J'ai un peu de mal à respirer, mais ce n'est pas ta faute. J'ai autant peur que toi, je le lis dans tes sublimes mirettes. Tu es la perfection qui complète mon imperfection. Mon sourire pour gilet de sauvetage, mes bras pour bouée. Mais même quand le bateau coule, que le bateau sombre, je resterai à tes côtés en pensées.

Les mots se font rares mais peu importe, les silences comptent aussi et on a toute la nuit.

Cette odeur printanière quand je m'approche d'elle rassure un cœur qui va trop vite, il ralenti. Je n'abandonnerai pas le navire. Je ne peux pas savoir de quoi sera fait le futur, mais j'aimerai le construire avec toi. Celle qui éclaire mon âme, balaye mes doutes et mes lèvres brûlantes qui pourrait raviver le feu d'une passion. Franchirai-je le pas ? Pourquoi tant de questions ? Et si ce n'était pas le bon moment ? Et quand sais-je ? C'est quoi sa couleur préférée ? Son animal fétiche ? Son patronus ? Avons-nous besoin de toutes ces réponses pour croire en l'espoir ? Ai-je besoin d'une autre erreur ? Je sais que c'est pas une erreur. Je ne joue pas aux échecs, je ne vois aucun Matt dans les parages.

Juste toi et moi.


On se fout de l'hiver qui approche, c'est notre automne, notre soir. Tu es la seule personne qui compte ce soir, tu es parfaite dans la douceur câline des torrents à venir. Je m'accroche à l'éclat miroitant, je m'approche un peu plus de ce reflet et de tout ces miroirs nous rappelant la mémoire des anciens parti trop tôt. Il n'y aura jamais assez de mots, de pensées pour contenir cette boule au ventre qui tiraille mon être vers toi. Et comment parler ?

Je te dépose en tendresse,
cette douceur d'une promesse.




I'm on fire like a thousand suns
I couldn't burn it out even if i wanted to
These flames tonight, Look into my eyes
And say you want me too, Like i want you
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Lizzie Cojocaru, le  Mar 6 Mar - 20:30

Pv Alexeï

L’hiver est froid et la nuit rugueuse. Alors on invente de nouvelles façons de faire pétiller la vie. On transforme la neige en feu d’artifice et les flocons en barbe à papa.

Les enfants ont cinq ans cette année, et marchent bien, même s’ils aiment bien me tenir la main. Le souci, quand on est seule, c’est que c’est plus difficile de balancer le gosse dans les airs. On peut pas gambader en le faisant sauter quand il marche, à base de grand wouuuh. Enfin. Braeden a voulu prétendre en être capable avec son frère, mais clairement, ça marchait qu’à demi. On était pas à la même hauteur de bras alors le pauvre Squirtle penchait pas mal de son côté, et elle pouvait pas du tout gérer son poids. Bon. Tant pis. Y avait bien d’autres façons de rêver.

Ils ont leurs animaux de compagnie, qui font oublier le départ de la nounou-écureuil, et les histoires d’étoiles, ils ont l’un l’autre, et puis, ils ont les moments comme ça. Les moments de nous. Ils sont pas fan des fêtes foraines, y a trop de monde, trop de bruit, mais le carrousel les fait rêver et moi aussi. Alors on paie notre entrée dans la boîte à musique, s’installe dans un truc jaune avec des hublots en verre. Chacun s’installe, les rires aux lèvres, et la musique repart, tonitruante d’univers et d’échappatoire, et on est là, nous, parcourant tous les multivers, traversant toutes les émotions, main dans la main, comme des gamins.

L’instant est trop court, et on demande de nouveaux tickets, pour cette fois chevaucher des licornes mal dessinées, mais elles montent et redescendent avec un entrain qui nous suffit. Toutes ces odeurs sucrées, ces réminiscences d’enfance, me donnent bientôt une idée. Le bonheur n’est complet qu’avec l’estomac refait. Alors je chuchote le mot magique, le code secret, universel à toutes les familles.
— Quelqu’un veut du chocolat ?
— OUAAAIS !
— Moi j’préfère les bonbons, parce que c’est deux fois plus bon !

Et bim, on repart, en direction d’une confiserie locale. Il faut dire que Honeydukes peut être jalouse des réserves moldues : si la magie agite moins leurs sucreries, elles sont souvent surprenantes pour les sorciers inhabitués. Pis c’est pas le raffinement qui leur manque. Les yeux des enfants sont ronds comme des soucoupes, et ils tournent et tournent, les indexes tendus « eh t’as vu ça ! » « regaaarde celui-là il est énorme ! »

En cette fin d’après-midi, l’hiver se réchauffe de leurs rires. Et moi aussi, entre les rayons alliant sucre et cacao, je fonds.
Invité
Anonymous
Invité

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Invité, le  Mer 7 Mar - 15:27

L’hiver est la saison idéale pour procrastiner, rester avachi sur le canapé à lire des livres, ne rien faire ou encore passer son temps à dormir. Ce qui est idéal c’est quand on a avec soit pas mal de réserves de chocolat chauds, de sucreries et autres gourmandises en tout genre. En particulier le chocolat. Pis, pas n’importe lequel, celui aux noisettes. Le suédois en raffolait et pourrait presque vendre père et mère pour s’offrir quelques tablettes. Celles qu’il aimait particulièrement n’était vendue que dans une seule confiserie moldue et se trouvait à Londres. Voilà qu’avec un petit ploc retentissant le suédois avait quitté sa maison familiale à Malmö pour se retrouver dans la capitale britannique. Son petit coin favori préparait les meilleures confiseries de la région, si ce n’est du pays. D’après lui, tout du moins.

Passé les portes du magasin et voilà que la bonne odeur du sucre le prenait déjà aux narines, l’enivrant, lui faisant déjà presque gagner quelques kilos juste à le faire respirer le délicat fumet qui émanait de toutes les boîtes présentées. Il se dirigeait rapidement vers son rayon préféré, connaissant l’endroit comme sa poche. Et une, deux, trois … presque une dizaine de tablettes dans les mains. Un vrai enfant qui venait faire son stock de provisions. Petit passage obligé au rayon des sucreries pour tester les nouveautés, celles qui piquent et qui laissent un goût particulièrement agréable sur la langue. Encore grâce au sucre, sans aucun doute. Et pourtant, il craquait. Encore. Faible qu’il est. Difficilement, le suédois avait réussi tant bien que mal à remplir un petit sachet de quelques bonhommes bleus avec des chapeaux de différents coloris (bleu, blanc et jaune) qui allaient lui retourner les papilles.

Dernière étape avant de retourner au chaud, payer. Direction la caisse. Puis là, un visage qui semble familier. Accompagné d’enfants en bas âge. L’impression de connaître sans vraiment être sûr de l’identité de la personne devant. Un regard malin accompagnait les deux enfants, attentif et bienveillant. Elle ressemblait à une personne de Poudlard qu’Alexeï cotôyait. Mais où ?

Poudlard ? Mmh, pas sûr ... Le Quidditch ! Mais oui, c'est Lizzie, la gardienne des buts de l'équipe de Poufsouffle !

C’est elle. Le suédois en est presque sûr. Les bras chargés comme un mulet, les articles pas encore payés, il prit la décision de la confronter, de la saluer. Pas sûr qu’elle se le reconnaisse immédiatement, ils n'avaient pas vraiment eu l'occasion de se voir ou de se parler plus que ça, se croisant principalement sur le terrain avec tout l'attirail de Quidditch cachait le visage des joueurs.  Néanmoins, il souhaitait s’en assurer. Hésitant, mais à la fois convaincu, il alpagua la jeune femme.



-          Lizzie Bennet ? C’est bien toi ?


Dernière édition par Alexeï Dragoslav le Lun 11 Juin - 11:35, édité 1 fois
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Lizzie Cojocaru, le  Dim 25 Mar - 15:09

On se dirigeait vers la caisse, les bras chargés de sucreries dans des proportions des plus démesurées, mais le sourire plus gonflé d’amour encore. Bon, faudrait surveiller le brossage de dents encore plus que d’ordinaire, avec ça ! Parce que fallait pas qu’ils finissent avec des caries les petits ! Mais bon, ils avaient encore principalement des dents de lait, seule Braeden avait perdu sa première dent, donc y avait pas trop trop la pression non plus. C’était juste une question de bonnes habitudes.

La caissière me demanda comment je comptais payer, et comme Whoopsie Daisy j’avais oublié de prendre de l’argent moldu, j’lui glissais juste un petit Sortilège de Désorientation informulé.
— Il me semble que je viens de payer pourtant ? J’étais juste en train de les rassembler, comme y en a beaucoup…

Je devrais sans doute pas mentir devant les enfants, en vrai. C'est pas bien de les exposer à de mauvaises habitudes. Mais c'est pas mon genre de corrompre ou compromettre qui je suis pour m'ajuster au regard des autres. Un défaut, bien sûr, mais qui m'était cher.

Elle me répondit d’un sourire confus, avant de se tourner vers le prochain client. Qui ne la regardait pas elle, en fait. Vu qu’il était en train de me parler. Ah ? Il paraissait un peu hésitant, mais en même temps, il avait pas trop de raison de l’être. Il se trompait pas sur mon nom. Moi en revanche, je n’avais aucune idée du sien.

Son visage me disait quelque chose, bien sûr. Surtout ses yeux à l’intensité presque irréaliste. Mais de là à retrouver son nom…
— Oui, c’est moi ? J'me creusais les neurones, sans que ça serve à grand chose pour l'instant. Dis quelque chose de plus, un petit indice sans avoir l'air de l'être, que je te remette dans ton contexte usuel s'il te plait. Car là, j'suis perplexe.
Invité
Anonymous
Invité

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Invité, le  Mer 11 Avr - 21:18

Vraiment disoulé pour le retard
Eh pouf ! A être trop chargé, une tablette de chocolat venait de s'écraser au sol. Tant pis, ça ferait moins de chocolat pour le suédois, et tant mieux pour son bidon qui n'allait que mieux s'en sortir. Son foie le remerciait infiniment d'avoir été maladroit en cet instant. Impossible de la ramasser dans l'état, sauf en faisant tomber davantage de sucreries, chose qui était inimaginable pour le garçon actuellement. Tant pis, il irait la ranger après avoir régler ses achats.

Lorsqu'il avait parlé à la jeune femme, elle ne l'avait malheureusement pas reconnu. Un léger doute s'était installé dans l'esprit du suédois avant qu'elle ne confirme ce qu'il pensait. Bingo ! Pour une fois sa mémoire ne lui avait pas joué de tour. Ou alors elle faisait exprès. Aucune idée.

- Ehhh, mais c'est moi ! Alex !

Grand sourire vers les deux p'tiots qui entouraient leur accompagnatrice.

- C'est les tiens ? Ils sont graaave choux !

C'était une grande surprise de voir que la jeune femme était mère. Bien qu'ils ne se connaissaient pas vraiment, c'est toujours beau de se rendre compte qu'à côté de nous, certains engendre la vie. Puis, enchérissant sur ce qu'il venait de voir.

- Puis, fais attention, t'es pas discrète ...

Lui restait plus qu'à lancer d'autres sortilèges si des moldus l'avait vue. Ou au pire le secret du monde des sorciers serait enfin révélé et la Grande Guerre pourrait enfin éclater. Tout en restant gentille bien sûr. Faut pas les éradiquer non plus, ils fabriquent de super trucs. Comme le chocolat par exemple. On pouvait également en trouver dans certaines boutiques à Pré-au-Lard, mais rien n'égalait le savoir faire de certains artisans.

- Tu te rappel de moi maintenant ? Balais, souaffle tout ça tout ça. J'vois que du profite des soldes aussi ! Vous êtes contents vous deux j'imagine, plein de bonbons pour vous deux !

Et si franchement avec tous les indices qui étaient à sa disposition elle ne parvenait pas à comprendre qui était le gars devant elle, franchement, c'était pas cool pour le blondinet.


Dernière édition par Alexeï Dragoslav le Lun 11 Juin - 11:35, édité 1 fois
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Lizzie Cojocaru, le  Mer 2 Mai - 10:27

Mon interlocuteur se présenta, et ça commença à raisonner dans ma tête. Puis ça partit aussitôt à sa mention des enfants.
— En fait c’est- j’interrompais le bobard qui avait failli de sortir. J’étais lasse de les cacher. Ils méritaient de savoir combien j’étais fière de notre lien de sang. Je pouvais pas continuer à les dissimuler à la face du monde ; cela faisait, aujourd’hui, trop longtemps.

— Oui, ce sont mes enfants. Braeden, Squirtle, vous saluez Alex quand même ?

La première bredouilla un « Bonjour » à peine audible, et le second se raccrocha à mes jambes, comme pour s’y cacher. Je suis un tronc d’arbre dans une forêt de bonbons, pourquoi pas.

Il me reprocha le manque de discrétion ; je pensais pourtant qu’avec la manumagie, c’était passé inaperçu. « Oops. » Enfin, je peux pas me montrer trop nonchalante à ce sujet, cela pourrait se retourner contre moi. A vois basse, je repris :
— J’m’en suis pas rendue compte… Lesquels sont à oublietter du coup ?

Après, quand il précisait balai, souafle, un Lumos s’alluma dans mon esprit : ok un camarade de Quidditch quoi. Pfiou c’était compliqué de retenir tous ces gens, surtout avec Poudlard qui s’immisçait de partout et foutait de nouveaux visages dans les moindres recoins de mon cerveau.

Et moi j’étais censée les retenir ? Quand j’étais préfète, ça passait, je les appelais par des insultes, mais ici ça marchait plus. Du coup j’devais soit faire des jeux sur les maisons, soit trouver des diminutifs mignons et passes-partout.
— Bah non. Ils savent que c’est pour moi.


Là, c’était une provocation assez grande pour que Squirtle lâche un son à peine humain. Plutôt de l’ordre du glapissement en fait. « Mais Maman ! »
— Je rigooole vous savez que c’est pour vous !
J’adorais les faire marcher, c’était plus fort que moi.

C’est fou, vous êtes comme des taureaux devant une serviette. Je caressais avec douceur les cheveux de mon aînée cependant qu’Alexandre, Alexander, Alejandro passait à son tour à la caisse.
Invité
Anonymous
Invité

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Invité, le  Lun 11 Juin - 20:53

La sorcière avait rapidement répondu à l'affirmative. Les deux p'tits enfants étaient bien les siens. L'innocence, l'allégresse et la joie respirait par tous leurs pores. Encore gosses, ils n'avaient pas à se soucier de ce qu'ils faisaient, profitant des chocolats que leur mère venait d'obtenir par des moyens peu conventionnels.

Léger sourire vers les gamins, y'en a d'ailleurs une des deux qui le salue. Sans doute que le garçon devait être un peu timide encore, complètement normal à son âge.

- J'sais pas vraiment si c'est nécessaire de relancer le sortilège, mais la vendeuse avait l'air bizarre de loin ... D'ailleurs faut que j'aille payer.

Léger fou rire en entendant le garçon geindre à l'idée que tout les achats de la brune lui était réservés. Ah les gosses, tellement naïfs mais tellement indispensable.

Le suédois tournait maintenant le dos à son interlocutrice et ses deux enfants pour rejoindre le comptoir, et y déposer tout le contenu de ses bras. Y'en avait pour pas mal puisque la vendeuse réclamait un sacré montant de livres. Légèrement en faisant la moue, Alexeï s’acquitta de la facture, emballa ses affaires plutôt rapidement avant de retourner vers Lizzie et ses deux enfants.

- Tu penses qu'un jour à l'occase, tu pourrais m'aider à m'entraîner davantage que sur le terrain ? J'ai l'impression qu'on manque toujours de temps et j'aimerais un peu m'améliorer sur mes tirs.
Max Karter
Max Karter
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Max Karter, le  Mer 8 Aoû - 16:07

Musical Alchemist
Plus d'un mois et autorisation de Alexeï
Avec
Lïnwe Felagünd

Guitare. Tu viens de tomber devant un beau magasin. Ton regard s’attarde sur une des six cordes. Tu ne peux t’en détacher. Tu n’as qu’une envie l’essayer. Comme ta mère devant une belle robe, tu ne peux plus te détacher d’elle. Elle t’a pris. Elle t’a attrapé. Elle t’a ensorcelé. Elle a ce petit quelque chose. Ce petit quelque chose de différent.

Tu entres dans le magasin. Il y en avait beaucoup. Elles sont nombreuses. Aussi jolie les unes que les autres. Certaines sont magnifiques. Et pourtant une seule attire ton regard. Celle qui semble prendre tout l’espace. Cachée dans le fond. Tu l’as vu du premier coup d’œil. Tu as flashé. Un coup de cœur.

Tu demandes si tu peux. Tu joues alors. Tu joues et tu te perds. La mélodie semble encore plus belle. Qui aurait cru qu’une guitare te rendrait si sensible? Et pourtant. Tu fais voler les notes dans l’air. Elles dansent ensemble. Puis on te demande d’arrêter. Tu n’as pas envie de t’en séparer. Tu alignes la monnaie sur le comptoir. Tu ressors avec la guitare.

Sur un banc dans la rue, devant la boutique, tu te poses. Tu joues. Sans même remarquer que ta jambe de métal que tu caches est visible. Sans même remarquer que l’on peut l’observer. Tu joues à faire danser tes doigts sur les cordes.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Lïnwe Felagünd, le  Dim 19 Aoû - 14:12

— pv. Max.

Divaguer parmi les montagnes de briques rouges de la capitale. Un parfum de tomates, une couleur d'orange sanguine - l'illusion enchanté des manèges de la société. Ouvriers. Ouvriers du temps. Des mœurs et du monde civile. De grandes cheminées arrivent encore à fumer la pipe en pleine journée, des nuages gris parsèment le paysage et le soleil a du mal à faire sa place. Il fait bien chaud, en ce dernier mois d'été. Étrangement, ses pieds le dirigent vers les appâts moldus, empruntant les rues piétonnes pour éviter le bruit des moteurs. Oui c'est ça, éviter le trafic humain, au mieux. Se perdre dans les ruelles, entre deux ou trois plaques d'égout : l'impression d'être fait comme un rat dans cet univers trop matérialiste.

Finalement, il débouche hasardeusement dans les grandes artères de la ville. Traverser le boulevard, au plus vite : en face, une autre envie quand il traverse le passage piéton. Les premières notes urbaines. Des doigts délicats qui grattent les cordes d'une guitare. Assis sur un banc, un gars là-bas. Lïnwe reste cloué sur pattes. Il avait juste envie d'en entendre davantage. Se faire bercer par les délices de la musique, un baume à la pensée, à l'âme d'un orphelin dans la rue. — Vision absurde d'une jambe artificielle - il ne manquait que les ficelles d'un joli pantin.

Max Karter
Max Karter
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Max Karter, le  Ven 21 Sep - 18:53

Tu fredonnes. Tandis que les cordes dansent. Tu chantonnes. Une entrée dans la danse. Tu t'amuses, tu ris. Tu fais ce que tu as envie. Pas de chapeau sur le sol. Pas d'étui déposé. Juste un homme ici là pour partager. Faire sourire les passants. Faire danser les enfants. Du fredonnement presque inaudible à la voix qui défile.

Dans l'air les mots s'alignent. Les paroles de cette chanson qui vibrent. Tu ne sais pas si les passants la connaissent. Mais au loin et proche à la fois un jeune homme presque d'un banc regarde par là. Un regard tu l'invites à venir. Tu ne le connais pas mais tu veux partager. Cet instant, ta bonne humeur du moment. Quoi de plus beau de la faire vibrer à plusieurs?

Les dernières notes sonnent. Tu te dis que tu devrais peut-être arreter. Tu rigoles tout seul devant un regard déconcerté. On pourrait te prend pour un fou. Mais tu es plutôt un doux rêveur qui joue pour affronter la peur. Dans le fond le petit homme naïf que tu montres ne l'est pas tant. Il s'efforce juste de profiter de l'instant.

Guitare sur l'épaule, il agit comme dans un film. Un personnage, une marionnette . Ses gestes sont à la fois comme guidé mais avec une déconcertante simplicité. Il vit tout simplement. Il va vers l'avant. Oubliant le métal qui clic et qui clac.
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Référent Maître de JeuGryffondor
Référent Maître de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Demi-Vélane
- Permis de transplanage


Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Lïnwe Felagünd, le  Lun 1 Oct - 14:39

Là, se laisser bercer par les nuages mélodiques de cette harmonie supérieure. In- divisible. Une pommade qu'on passe à notre âme. À notre esprit, là - derrière les neurones assermentés. Des capsules de couleurs qui laissent pantois sous le lampadaire éteint ; pas besoin de l'allumer pour y voir des étoiles tout autour. Le parfum d'un souvenir car chaque complainte sculpte un avenir, panse un passé et raffermit le présent douteux. Chaque note accomplit un trajet vers la mémoire ou tout simplement, l'organisation d'idées imaginées. À chaque chanson son humeur. Son émotion. Cette même passion.

Le cœur
mis à nu.

Ce garçon (ou cette fille ?) semble enrubanné.e d'un don inné. Un peu comme lui, car il faut toujours se rattacher à soi — l'ignoble vérité d'un narcissique. Le sang-mêlé s'approche doucement, à l'appel mimique du musicien errant. S'approcher du banc, lentement, les enjambées d'une tendre sarabande. C'était... - parfois, le silence se suffit à lui-même. Les mots ont cette limite que la musique n'a pas.

Contenu sponsorisé

Un commerce moldu - Page 3 Empty
Re: Un commerce moldu
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 4

 Un commerce moldu

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.