AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 2 sur 3
La devanture chez Waddiwasi
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Invité
Invité

Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Invité, Dim 20 Nov - 17:58


Amy semblait contente de s'être fait une nouvelle amie. Serena hurla de joie une nouvelle fois en serrant sa baguette contre elle.

- Je suis vraiment heureuse pour toi que tu l'ais retrouvée. Maintenant, courons nous mettre au chaud au château-


- Avec plaisir ! Je te suis.

Serena serra brièvement Amy en la remerciant une nouvelle fois pour sa précieuse aide. Ses doigts étaient à présents presque bleus et la Gryffondor se hâtait de retrouver la cheminée de sa salle commune. Elle espérait également faire plus ample connaissance avec les rousse qui lui semblait fort sympathique.
Les deux jeunes filles trottinèrent jusqu'au château. Leur rencontre n'était pas commune mais elle promettait de longs moments d'amitié...

[Fin du RP]

Edit Harmony : Bonjour Serena ! Conformément au Règlement RPG, votre post doit contenir au minimum 600 caractères, sans compter les espaces et les dialogues des autres personnes. Merci de modifier votre RP en conséquence grâce au bouton « Editer » en haut à droite de votre post. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Gabrielle Phoenix, Lun 19 Déc - 16:08


PV Tangerine

Par une douce après-midi de décembre, la jeune Phoenix avait profité de son temps libre pour aller faire quelques emplettes de Noël à Pré-au-lard. Elle avait hâte de rentrer sur sa terre natale, retrouver sa famille au sens élargie pour les fêtes. Malgré la correspondance régulière qu’elle entretenait avec eux, et son cousin en particulier, rien ne remplacerait le plaisir de les voir en chair et en os. Elle en trépignait d’impatience à cette idée et avait commencé à cocher les jours qui les séparaient encore. Il faisait frais en cette fin de journée certes, mais l’adolescente habituée au froid canadien se sentait parfaitement à l’aise dans ce climat. Elle déambulait sans se presser en contemplant les décorations que chaque boutique avait mises en scène pour célébrer l’approche de la fin de l'année. Un soleil cotonneux faisait luire le village sorcier, zébrant le ciel de nuances pastelles roses-orangées. Les premières neiges de la saison n’étaient pas encore tombées sur les toitures tuilées et dans les ruelles pavées. Dans l’air pur, le souffle de la jeune fille faisait apparaître à intervalles réguliers des petits panaches de fumée. Une écharpe aux couleurs de sa maison enroulée en double tour autour de sa gorge lui garantissait tout de même de ne pas tomber malade. Elle était sinon vêtue d’une tenue moldue des plus simples.

Elle passa devant la boutique Waddiwasi qui détenait le prix de la devanture la plus colorée de Pré-au-lard. En cette période de fêtes, elle brillait d’autant plus, c’en était presque aveuglant. La jeune sorcière ralentit son allure. Avait-elle besoin de quelque chose dans ce magasin ? Non pas spécialement... Oh et puis zut ! fit une petite voix dans sa tête. Elle pouvait craquer sur quelques chocolats et se faire plaisir à l’approche des fêtes, c'était mérité! Quand on en venait au sujet des gourmandises, l'adolescente avait du mal à écouter sa raison, mais ce genre de petit péché ne faisait de mal à personne.

Une femme rousse sortait justement du magasin, elle se retourna pour fermer la porte derrière elle.

«  Attendez ! » s'écria Gabrielle voulant s’y engouffrer aussitôt.

Elle fit quelques enjambés rapides pour rejoindre la porte, mais la femme ne l’avait visiblement pas entendue. La bleu et bronze arriva juste à temps pour voir la main de cette dernière faire tourner la clé dans la serrure, mouvement  accompagné d’un clic significatif.

« Oh mince... » soupira la jeune fille, déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Tangerine Tolpre, Ven 23 Déc - 21:45


Fin de la journée ! Les filles étaient parti depuis un bon quart d'heure maintenant et Tangerine avait prit soin de reporter proprement les achats dans le livre des comptes avant de remettre les 3 boursoufflets de la boutiques dans leur panier sur le comptoir avant de saisir ses affaires pour rentrer à la coloc.

Un dernier regard sur les rayons vide de clients mais remplis de produit. Rien ne manquait chez waddi... Elle retourna la pancarte pendouillant sur la porte pour la mettre en position "we'r closed" et sorti après s'être emmitouflé dans son tube en laine. Elle sortie la clé de sa poche et l'enfonça dans la serrure.

Attendez !

Mh ? sans chercher à se retourner, Tangerine continua son action et fini le deuxième tour qui déclarait terminée sa journée de gérante. Des bruits de pas rapides se firent entendre et s’arrêtèrent juste derrière la jaune et noir.

« Oh mince... » entendit-elle soupirer.

Tangerine se retourna et vit une jolie brunette à la mine dépitée sur le pas de sa boutique

"Ah zut, je viens de fermer, tu avais besoin de quelque chose ?" la gérante n'était pas préssé et ne se sentait pas particulièrement agacé à l'idée de devoir ouvrir à nouveau sa boutique

"tu peux faire un petit tour rapide si tu veux" mais l'idée que ça se sache et que les élèves de poudlard s'amusent à tirer sur les horaires ne la réjouissant gère

"mais ce sera notre petit secret !"
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Gabrielle Phoenix, Ven 30 Déc - 22:28


La rouquine qui leva les yeux sur elle devait probablement travailler au magasin puisqu'elle venait de fermer boutique. Mais elle était inconnue à l’adolescente qui connaissait pourtant plutôt bien le personnel de vue. Cette dernière en déduisit qu’elle devait être fraîchement arrivée. Devant la mine déconfite de la jeune fille, l’inconnue proposa aimablement :

"Ah zut, je viens de fermer, tu avais besoin de quelque chose ? Tu peux faire un petit tour rapide si tu veux, mais ce sera notre petit secret!"

"Oh…" fit la serdaigle surprise par la proposition.

La bleu et bronze ne voulait pas abuser du temps de la jeune femme, et était respectueuse des règles. Or il n’y avait aucune raison valable de faire une exception pour elle, sinon pourquoi ne pas l’appliquer pour tous ? Cela serait injuste et irrespectueux du travail de la jeune femme, même si évidement, Gabrielle n’aurait jamais éventé avoir reçu ce privilège. C’était une simple question de principe que de la refuser.

Elle déclina donc l’invitation en gratifiant la femme d’un sourire reconnaissant.

"Merci beaucoup, c'est très gentil à vous! Mais je repasserai un autre jour."

En répondant, elle la détailla un peu mieux du regard. Rousse, elle l’était vous l’auriez compris. Avec une peau blanche parsemée de minuscules taches de rousseur, Gabrielle se tenait suffisamment près d’elle pour pouvoir les distinguer. Un air sympathique et simple se dégageait d’elle.

Gabrielle osa demander respectueusement:

"Excusez-moi mais seriez-vous nouvelle ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu, alors que je reconnais plutôt bien les membres du personnel de mes boutiques favorites."
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme de Poudlard
avatar
PNJ
Fantome de Poudlard

Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Fantôme de Poudlard, Mar 24 Jan - 19:18


Après son petit arrêt à la tête de sanglier, l'esprit frappeur se dirigeait maintenant vers la devanture de Waddiwasi pour poser sa deuxième affiche, et la dernière qu'il allait déposer à Pré-au-Lard. L'acte en soit était un jeu d'enfant, il suffisait simplement d'éviter les sorciers en pleine journée et coller son affiche. Simple. Trop simple. Ennuyeux.

En découvrant la devanture d'un des magasins qu'il était le plus susceptible d'apprécier, l'esprit frappeur sentit la déception monter. Oui cette dernière était composée d'un vomi de couleurs appréciables, mais il s'attendait à quelque chose de mieux. Cette fois-ci même son affiche ne serait pas capable de rehausser à un niveau acceptable la beauté de l'établissement tant estimé.

Un plan se mit alors à germer dans la tête du fantôme, il s'introduisit donc discrètement dans l'établissement. Déroba une boite de jurons étoilés et ressortit aussitôt. Il ne lui restait à présent qu'à afficher l'oeuvre dont il était tant fier, d'activer les feux d'artifices pour attirer une petite foule et disparaître aussitôt.

Il fallait bien que tous puissent voir l'invitation pour l'évènement de l'année.

Déposant son affiche, il fit un maximum de bruit, avant de s'envoler vers le Chemin de Traverse.


Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Tangerine Tolpre, Mer 25 Jan - 11:51


Milles excuses Gabrielle pour mon retard

"Merci beaucoup, c'est très gentil à vous! Mais je repasserai un autre jour. "Excusez-moi mais seriez-vous nouvelle ? Je ne crois pas vous avoir déjà vu, alors que je reconnais plutôt bien les membres du personnel de mes boutiques favorites."

Tangerine retira la clef de la serrure avant de se tourner de nouveau vers la jeune serdy.. c'était trop son genre de laisser les clefs sur la porte, ce serai trop fâcheux !

"Je suis la nouvelle gérante, je remplace Elena, et je suis ravis d'entendre que Waddi est ta boutique préférée ! Autant dire que je l'apprécie aussi beaucoup ! C'est d'autant plus une chance de pouvoir y être tous les jours et de faire le bonheurs des clients"

Tangerine avait l'impression d'avoir pensé à voix haute, elle se satisfaisait largement de sa nouvelle situation et ne se laissait pas de se le redire à elle même.

"Je ne pense pas t'avoir vu à la boutique depuis que j'y travail, comment tu t'appels ?"
Tangerine ne savait pas trop si copiner avec les clients était quelque chose de dessent ou non mais le contact humain lui plaisait et elle ne voyait aucune raison d'écourter cette discussion

"Tu es sûr que tu ne veux pas que je t'ouvre quelques minutes ?" proposa une dernière fois la gérante en pointant la porte du bout de sa clef. Mais avant même que l'étudiante n'eu le temps de répondre, un carton apparu à leur pied...

Autant le monde de la magie n'était pas toujours une surprise pour les sorciers autant Tangerine se laissait facilement surprendre. Elle plissa les yeux pour tenter de lire l'étiquette du carton et lorsqu'elle vit le bon de commande tamponné à la date du jour avec le logo de la boutique.. La jaune et noir attrapa la Serdaigle par les épaules et la tira avec le plus de délicatesse possible mais précipitation pour l'écarter de la boite.. juste à temps pour l’exposition de jurons qui éclairât la boutique.

Tangerine aurait pu être gênée, affolée, fâchée ou encore trop désemparée pour faire quoi que ce soit.. et pourtant la seule réaction qui lui vint fût l'éclat de rire... Elle s'amusait à lire les quelques jurons qui sortait de la boite avant de s'écraser contre le ciel pour dégringoler en cascade d'étoiles.. Lorsque la boite ne semblait plus propice à l'explosion, la gérante s'approcha de ce qui s'emblait être une affiche apposé à sa boutique

"Bal de St valentin... Ouh ! Canon l'affiche ! J'aurai adoré être encore à Poudlard pour y participer... - Elle se tourne vers Gabrielle - Tu étais au courant ? tu as prévu d'y aller ?" ... spontanétié, familiarité, l'éternelle simplicité de Tangerine la poussait parfois dans des conversations à la limite du socialement correct.. mais après tout, la jeune fille n'était pas obligé de répondre !
Revenir en haut Aller en bas
Gabrielle Phoenix
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Gabrielle Phoenix, Sam 4 Fév - 14:41


L’inconnue répondit avec entrain :

- Je suis la nouvelle gérante, je remplace Elena, et je suis ravis d'entendre que Waddi est ta boutique préférée ! Autant dire que je l'apprécie aussi beaucoup ! C'est d'autant plus une chance de pouvoir y être tous les jours et de faire le bonheurs des clients.

Hum l’une, pas la.
Gabrielle n’en perdit pas pour autant son sourire poli.

-Je ne pense pas t'avoir vu à la boutique depuis que j'y travaille, comment tu t'appelles ? Tu es sûr que tu ne veux pas que je t'ouvre quelques minutes ?

Elle avait l’air relativement jeune d’où cette forme de familiarité, peut être même fraîchement sortie des bancs de Poudlard. Avant que Gabrielle n’ait eu le temps d’ouvrir la bouche pour répondre, la rouquine la tira fermement en arrière sans crier gare. Et pour cause ! Un torrent de jurons s’échappa du carton qui venait de se matérialiser à leurs pieds. La gérante éclata de rire. La serdaigle peina à comprendre ce qui venait de se passer, mais n’eu guère le temps d’y songer tandis que la rouquine enchaînait.

- Bal de St valentin... Ouh ! Canon l'affiche !

Gabrielle dirigea son regard dans la même direction que son aînée et découvrit une affiche qui ne s’y trouvait pas précédemment. Elle était magiquement – évidemment, molduement peut être ? - apparue sur la vitrine de la boutique… pour un bal… pour la saint valentin. Gabrielle n’irai pas. Une fois le calme revenu sur la devanture, la gérante continua à assaillir l’adolescente de questions. Mais quelle pipelette, quelle curieuse !

- J'aurai adoré être encore à Poudlard pour y participer... Tu étais au courant ? Tu as prévu d'y aller ?

- Je m’appelle Gabrielle, commença-t-elle par répondre, comme à son habitude. Simple prénom. Inutile de faire trop de conventions. Elle reporta son attention sur l’affiche en tentant de se remémorer les autres questions qui lui avaient été posées. Et non je ne savais pas pour le bal, et je ne compte pas y aller. Ce genre de soirée ce n’est pas trop mon truc. Je préfère les petits comités, justifia-t-elle aimablement. Elle rebondit sur la remarque de l'inconnue. D'ailleurs Poudlard euh... De peur de froisser l’inconnue, très avenante, Gabrielle se décida pour mettre son empressement sur le dos de l'école Je dois y retourner, je euh... suis attendue. reprit-elle d’un ton hésitant.

Elle essaya de deviner à quelle maison la rouquine avait pu appartenir à son âge mais n’en avait pas la moindre idée. Sa facilité à converser permettrait peut-être à l'adolescente de lui demander sans vergogne une prochaine fois. La gérante devait aussi chercher à rentrer chez elle, pour retrouver une peu de quiétude après sa longue journée. Pas de doute il était temps de prendre congé. Poliment, Gabrielle la salua et, sans un regard en arrière, s'en alla guidée par un rayon de lumière doré, reflet de ce qu'animait les cieux sur les pavés.

FIN DU RP


Dernière édition par Gabrielle Phoenix le Lun 28 Aoû - 3:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Spam Etincelle

Message par : Rachel Ester Pasca, Mer 28 Juin - 21:54


HRP : Nous vous invitons à répondre à la suite des posts pour écrire la réaction de votre personnage s'il tombe sur l'un des tracts.

Un sort conditionnel a été lancé sur les prospectus par Morrìgan (ressemble à un journal lambda jusqu’à ce qu’un sorcier/moldu en rapport avec la magie ou autre le touche)

RP unique
Se déroule au petit matin

Personne ne serait tranquille, personne ne pourrait passer à côté de tout ça. Cette perspective suffisait d’ailleurs à rendre la verte euphorique. Ainsi, et alors qu’elle avait fini sa mission, Ester décida de la prolonger un peu. Toujours sur son balais, elle fit une virée vers Pré-Au-Lard. Ce qui lui restait de prospectus, elle voulait le mettre à Waddiwasi.

C'était après tout ici qu'elle travaillait. Ici que Rachel pouvait s'exprimer, et uniquement ici. Et puis, dans le fond, après avoir dut supporter les affiches des mangemorts sur son lieu de travail, elle n'était pas mécontente d'avoir un document plus agréable à porté de vu.

Ester en colla alors sur les vitres et la porte. Elle enchanta les tracts pour qu’ils grandissent démesurément lorsqu'on les touchait. Puis elle s'en alla. Il était temps pour elle de tirer sa révérence.



L'Étincelle




Cher.e.s étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel.



Ces derniers jours ont été une grande épreuve. La prise en otage de certain d'entre vous, l'attaque au sein même de l'école de magie la plus réputée au monde, et la disparition d'un directeur qui ne vous protège plus par son absence. Ce message est pour celles.ceux qui doutent, celles.ceux qui ont peur, celles.ceux qui sont dégoûté.e.s, celles.ceux qui se rebellent, celles.ceux qui n'en peuvent plus de ces situations.

Nous vous demandons de vous relever de ces épreuves. Cette expérience face aux attentats ne vous ont pas rendu plus faible. Seulement, pour certain, plus vulnérables encore par la fatigue et l'habitude. Nous vous demandons de ne pas céder à toute avance des mages-noirs autant dans la vie que dans vos esprits, dans vos cœurs comme dans vos corps. Certains ont été blessés, certains sont indemnes. Mais votre résistance font de vous des combattants contre l'injustice, le doute et la peur. Certain d'entre vous ont-il déjà reçus des cours sur les Patronus, ou en ont peut-être déjà enseigner ce thème: un formidable bouclier, défenseur contre la peur. Et bien, cher étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, nous vous demandons de lever ces boucliers face à la peur d'un attentat nouveau. Nous vous demandons de résister aux Mangemorts, véritables Détraqueurs de notre société. Mais n'oubliez pas, étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel, que les Mangemorts sont de piètre Détraqueurs. Il est plus facile de se battre contre un homme, une femme, un adolescent emplit de haine et chercheur d'un faux pouvoir que de se battre contre la peur elle même et son baiser de mort. La peur de la faiblesse ont fait d'eux des illuminés capable de tuer leurs familles, et de se briser eux-mêmes. Cher ami.e.s, l'humanité n'est pas une faiblesse. C'est une force qui se nourrit de ce que nous avons de plus commun. De plus ancien. Chaque pas vers la solidarité, vers le courage et vers la tolérance vont vous rapprocher d'une magie ancienne, plus combative et plus forte encore. Les meilleurs boucliers ne se forment pas avec plusieurs baguettes ? Les Patronus ne viennent pas en aide grâce à vos meilleurs souvenir ? Ceux-ci ne sont pas emprunt d'amour ? D'amitiés ? De compassion ? D'empathie ?

Étudiant.e.s, professeur.e.s, membre du personnel. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous un même étendard. Nous ne vous demandons pas de vous battre sous les feux du Phénix. Nous vous demandons de vous battre et de résister pour vous, et avec vos propres armes. Vous qui formez l'individualité dans la société. Vous, qui, par vos actions individuelles, sauvez l'Humanité et votre intégrité,  telle une fourmilière. Si chacun d'entre vous se bat pour lui… Alors c'est toute la société qui se rassemblera sous une seule et même force, une seule et même puissance : Votre renoncement à la peur, au doute, afin de participer au combat contre les ténèbres qui vont si souvent vous priver de quelque chose, de quelqu'un, et même parfois de votre propre vie. Que vos baguettes se lèvent. Que les Patronus se rassemblent. Luttons tous contre l'obscurité pour être encore libre de nos propres choix, et nos propres vies. N'oubliez pas, si vos baguettes vous ont choisies, ce n'est pas pour être esclave des ténèbres, mais pour être manipulés par vous et par vous seuls. Pour vos propres capacités, vos propres pensés. Brandissez là, faite lui confiance. Vous vous protégerez mutuellement.





L'Ordre du Phénix.

Codage de Louna ©


Edit Lizzie : Bonjour Rachel. Conformément au Règlement RPG, en zone RPG, votre post doit contenir un minimum de 600 caractères, citations et formulaires exclus. Celui-ci en fait 428. Merci de bien vouloir éditer votre message pour le compléter et de faire plus attention à l’avenir. Cordialement.


Dernière édition par Rachel Ester Pasca le Jeu 29 Juin - 19:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Artemis Lhow
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Artemis Lhow, Mer 28 Juin - 22:11


Artemis avait pour habitude de boire son café du matin à Pré-au-Lard. Ce matin ne faisait pas exception. Se promenant dans le village encore paisible à cette heure matinale, il profita d'un grand bol d'air frais qui avait le don de le réveiller au moins autant que sa tasse de café. Il n'y avait pas meilleur endroit pour un café que la taverne aux Trois Balais.

Cependant ce jour là, Artemis devrait attendre pour son café du matin. Alors qu'il passait devant la boutique de farce et attrapes, son regard fut attiré par une affiche qui n'avait pas sa place ici. Ses craintes se confirmèrent lorsqu’à son approche, le jeune homme vit l'affiche collé sur la porte changer radicalement. Un phénix brulait en haut du tract.

Son sang à lui, s'était mis à bruler dans ses veines. Ses pupilles se dilatèrent. Comment osaient-ils ... le garçon tendit la main vers l'affiche avec une furieuse envie de l'arracher, mais stoppa son geste à mi-chemin. Rangeant intérieurement, il tourna les talons et transplana aussitôt direction le ministère. S'il venait à attraper celui ou celle qui avait fait ça, il le regretterait amèrement.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Ellana Lyan, Mer 5 Juil - 17:32


Comment se battre ?
Pv Rachel

Petit matin comme une centaine d'autre, les rayons du soleil qui filtre paresseusement à travers ce village sorcier si proche de notre école. Dans l'air comme une odeur de souvenirs, des souffrances passées, peu de bon moment au finale, les yeux ivres, la tête qui tangue, ses ruelles à l'odeur trop prononcées, le sang qui coule, les larmes qui se perdent, les lèvres aussi. J'ai offert de la douleur, vu du pourpre maculé la neige blanche, les bons souvenirs presque inexistants, des mensonges, tromperies, des ancien bonheur qui ne veulent plus rien dire à présent. qui n'ont jamais eu vraiment de signification, je ne connais pas les verres entre ami, la douceur des soirées joyeuse, je ne comprend pas ces bonheur simple du quotient, ces petites joies heureuse. De toute façon tout est beaucoup plus triste, moins vif depuis qu'il n'est plus à mes côtés, depuis que ma folie me l'a enlever. Si seulement rien de tout cela n'avait pu se passer... et pourtant

ce matin je reviens, je reviens seule, perdue dans les lueurs d'une presque aurore
perdue dans un Pré-au-Lard encore endormi
et je ne suis là pour déranger, simple fille fantôme sans danger,
j'avance me perdant dans les rues inconnues de jours,
oubliant ce que je suis sensée venir faire ici alors que je n'en ait peut-être pas le droit
mais enfuie de ce château, qui me retient comme un prison,
je me déplace d'un pas, un autre avant que mes yeux ne heurtent quelque chose.

Un bout de papier que je connais, une simple promesse d'espoir,
je l'ai déjà vu, il y en a des centaines dans toutes l'école,
et pourtant je ne me lasse pas de leurs mots,
si envieuse d'y croire, de penser qu'ils disent vrai,
je ne suis pas pour les phénix mais je suis sur d'être contre les masqués

ce qu'ils ont fait est intolérable, ce qu'ils ont tentés, m'horrifie,
je ne veux pas me résigner, je ne veux pas être comme tous ses élèves,
je n'ai pas été blessée mais j'ai vu le sang couler, les cris résonner,
j'ai vu nos préfets faire du mieux qu'ils pouvaient pour nous protéger,
alors que la situation était critique, qu'il y aurait pu avoir de vraies pertes,
les masqués on leur idéaux, je ne veux pas juger leur agissement,
mais voler des vies, faire du mal à des enfants...
J'ai trop longtemps connu cette situation.

Mes doigts frôlent le trac, je laisse à nouveau mes yeux parcourir les lignes, m'abreuvant des paroles écrite comme pour retrouver du courage, comme pour avoir un exemple, il faut se battre, encore et encore, même quand cela semble difficile, que le monde pense tourné à l'envers. Et je suis si mal placée pour juger ceux qui sont perdus, ces êtres qui pense que tout pour eux est terminé, parce que j'en ai fait partie, que souvent j'ai douté, que je doute encore. Mais je ne baisserais pas les bras, parce que je ne veux plus jamais me retrouver en position de faiblesse, même si c'est déjà trop tard, si en se moment même les larmes ont à nouveau besoin de venir humidifier mes joues d'enfants. Parce que je me battrais... pour ne plus voir les enfants souffrir comme moi j'ai pu avoir mal

pour que le chaos prenne fin et ses serviteurs avec,
beau discourt ? belles pensées ?
peut-être que je me leurre encore une fois,
mais je n'en ai plus grand chose à faire à présent.
je ne veux plus voir de larme inutile, je n'ai pas envie de me retrouver les bras ballants,
il faudrait agir... Oui mais comment ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 9 Juil - 18:26


Il n'y avait pas de mots pour le décrire, cette envie de se battre et d'abandonner en même temps. Rachel. Ester. L'enfant et la guerrière. Dans un même corps.

L'étudiante avançait lentement, les yeux perdu dans le vide, la tête résolument baissé vers le sol comme si elle était à la recherche de quelque chose. Un chemin à suivre peut-être. Rien, pourtant, ne semblait vouloir apparaître. Elle profitait alors du calme matinal pour se réveiller doucement. Cœur nostalgique. Que ne donnerait-elle pas pour remonter le temps, revoir le monde comme elle le voyait avant. Juste un instant. Pour se rappeler de ce que cela fait de ne pas souffrir, d'être heureuse. Son enfance s'en était allé et Ester craignait de ne pas y avoir assez profiter. Si seulement elle avait su...

Longer le lac, passer par la gare. Croiser inévitablement le chemin des Trois Balais et de tout ce que pouvait représenter ce simple lieu. La première bâtisse lorsqu'on venait de l'école. Celle dans laquelle tout avait commencer à changer.

Ester s'arrêta un court moment devant, hésitant entre la tristesse et la haine pour finalement se laisser aller à la colère. Tout ça la dépassait tellement. C'était injuste qu'elle doivent se battre ainsi. Injuste que si jeune déjà elle ait déjà perdu fois en son avenir. Injuste qu'on l'ait forcé à se battre. Injuste qu'elle se soit relever puisque ça avait été pour se rendre compte à quel point elle était seule. Et elle nageait, nageait, nageait, à la recherche de la moindre parcelle de lumière au fond des eaux sombres.

Cette lumière, il était d'ailleurs étrange de penser qu'elle prenait pour le moment la forme d'une boutique de farces et attrapes. Il n'y avait que là-bas que la sorcière pouvait encore sourire, oublier le mal du monde et les ténèbres. Alors, il était tout naturel pour elle de s'y rendre dès qu'elle en avait l'occasion. Pour préparer l'ouverture avant que ne commence les cours par exemple, ainsi elle faciliterait l'arrivé de Luna, pour qui le trajet était encore long. Et puis, si réellement elle manquait de force elle pouvait toujours relire une énième fois ces affiches qu'elle avait elle-même collé secrètement.

Comme cette blonde qu'Ester reconnaissait bien qu'elle n'eu aucune idée de son prénom. Il y avait quelque chose avec Nyx. Elle aimait les couronnes. Elle partageait plus ou moins son avis sur le monde actuel. C'était tout. Néanmoins, elle n'avait jamais imaginé que la blonde puisse paraître aussi vulnérable. Elle se l'était d'avantage imaginé comme une peste que comme un être humain. L'étudiante s'approcha, la porte était de ce côté de toute manière.

- On cherche l'inspiration ? demanda-t-elle doucement, petit sourire compatissant sur le visage.

Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Ellana Lyan, Dim 16 Juil - 10:47


Perdue, j'ai l'impression de vivre dans un autre monde, peut-être est-ce stupide, je n'en sais trop rien. Pour quelque chose le paraisse nous aurions besoin d'une certaine forme de normalité mais ce n'est malheureusement pas le cas dans la relativité de ce monde. Une grande part de hasard si je me trouvais là en cet instant, je n'aurais pas pu prévoir, personne d'ailleurs n'en aurais été capable, je n'agit plus selon un raisonnement précis, peut-être est-ce grave, peut-être est-ce mieux, sans doute que je m'en fiche. comme si le regard des autres ne pesait plus rien pour moi, si j'avais décidé de renoncer totalement à ce genre de stupidité empoisonnante. J'entends les battements réguliers de mon cœur dans ma poitrine qui viennent délicatement résonner contre mes tympans comme un écho à la douce brise qui me chatouille doucement le visage, je soupire

à peine le souffle effacer de mes lèvres, qu'une voix retentit dans mon dos,
je tourne la tête, un peu trop vivement, sur mes gardes comme si j'étais en tord, si je devais justifier mes actions
mais la jeune femme qui me fait face ne représente en aucun cas une menace, aussi je me laisse me perdre à lui offrir un sourire timide, je ne connais pas beaucoup cette élève, sans doute pas assez
au début je ne l'ai pas aimé, peut-être était-ce du à sa proximité envers Nyx,
puis-je véritablement être jalouse pour cette diablesse pour qui mon cœur reste froid ?
je m'oublie moi même à jouer quelqu'un que je ne suis pas, profitant de sa faiblesse
comme une douce vengeance sans doute plus méritée depuis bien longtemps
tout le monde est sans doute entrain de la chercher pour le moment,
même de se chercher lui même... Je ne sais pas, j’espère réellement avoir fait le bon choix...


Mes doigts passant doucement sur l'affiche avant que je ne me retourne complétement vers elle
depuis le petit débat qui à animé la salle commune, j'ai changé d'opinion sur son compte
voyant en elle une camarde aux même idéaux que moi, quelqu'un même sui semblait s'y connaître bien plus que les autres élèves
comme une alliée mystérieuse avec laquelle je n'ai pourtant pas de lien concret
je pose mes yeux dans les siens avant de reprendre, posant la question que passe dans ma tête
ne demandant qu'à sortir me demandant qu'est ce que tu penses d'eux ?
doigt pointé vers la vitrine couverte de l'affiche que j'ai pu lire.
Revenir en haut Aller en bas
Aysha Brayd
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Aysha Brayd, Ven 1 Sep - 20:55


HRP : Délai d'un mois dépassé, le Ministère a désigné cet endroit. Si souci, vous en prendre à eux, c'est pas ma faute me MP Wink
Les noms des auteurs de chaque publication sont donnés à titre informatif et ne sont pas utilisables inRP.

Je marche dans les rue de Pré-au-Lard, mon tract précieusement serré contre ma poitrine. Une certaine euphorie s'est emparée de moi. J'ai une mission, une mission confiée par les Aurors du Ministère. Je regarde autour de moi fébrilement. Lorsque Elly m'a confié ce tract, au Ministère, j'ai eu des sueurs froides. Ça y était ! Ma première mission aux côtés des Aurors. Et malgré mes doutes constants sur mon engagement auprès d'eux, j'ai enfin le sentiment d'agir. De faire quelque chose plutôt que de rester les bras croisés alors que le monde se déchaîne, dehors. Je fais quelque chose pour que les choses changent, je m'engage aux côtés des Aurors contre les Mangemorts et tous leurs crimes. Je ne sais pas si ce sera utile, je ne sais même pas si beaucoup de monde prendra la peine de le lire, ce tract. Mais au moins je ne me morfonds pas. Je ne tourne pas en rond en me torturant l'esprit. C'est salutaire.

Je m'approche de cette devanture que je connais bien. Waddiwasi. Je sais que d'autres élèves ont eu ce tract, qu'ils vont le déposer eux aussi dans un endroit stratégique. Je me dis que c'est un bon endroit. Ce village est rempli de sorciers, et la sortie des élèves à Pré-au-Lard approche. C'est le moment idéal. J'ai une boule dans l'estomac mais je suis euphorique. Parcourant la rue du regard, je déloge une place libre sur la devanture de la boutique de farces et attrapes, bien en évidence et visible de tous. D'un coup de baguette magique – tac! – je fixe le tract au mur. Solidement attaché, parce que je ne veux pas qu'il bouge. Ils doivent être les plus nombreux à le voir. Et je m'échappe. Je ne suis pas sûre de vouloir que des connaissances sachent que je suis un soutien engagé auprès des Aurors. Je ne sais pas pourquoi, mais pour le moment je préfère le cacher quand je le peux. On ne sait jamais …

Lumos !

Note d'information

Sorcières et sorciers de Grande-Bretagne,

Nous faisons aujourd'hui appel à vous pour nous aider à mieux vous protéger. Ces derniers temps, de nombreuses attaques ont eu lieu un peu partout sur notre territoire. Si certaines de ces attaques ont étés menées par des groupuscules mineurs, la majorité de ces actes restent au forfait de l'Ordre Noir ainsi qu'à ses partisans et ses sympathisants. Malgré toutes ces attaques, nous n'avons reçu que très peu de témoignages et de plaintes de votre part.

Nous sommes pleinement conscients de l’existence d'un second ordre répondant au doux nom de l'Ordre du Phénix et nous savons également que certaines et certains d'entre vous accordent davantage leur confiance à ses sorcières et sorciers plumés qu'aux membres du Bureau des Aurors. Pourtant, là où les flammes du Phénix repoussent temporairement la noirceur, la lumière de la Justice enferme à jamais toute obscurité. Donnez nous les moyens de vous protéger et nous saurons nous montrer digne de votre confiance.

Si au delà d'informations à nous transmettre ce sont nos rangs que vous souhaitez rejoindre, n'hésitez pas à vous rapprocher du Bureau des Aurors, nous sommes constamment en attente de sorcières et sorciers capables et dignes d'incarner l'Ordre et la Justice. Alors n'attendez plus, contactez le Bureau des Aurors !

Artemis Lhow

Règles de survie élémentaire

En ces temps troubles, la menace terroriste est plus que présente. Néanmoins, nous ne sommes pas tous préparés face à ces risques. Ce court guide vise à informer les plus vulnérables sur la bonne démarche à suivre en cas d’attaque de Mangemorts.

1) Mettez-vous à l’abri : la priorité étant votre sécurité, il est primordial d’assurer votre protection au moyen de la dissimulation ou de sortilèges de défense (le plus accessible étant ‘Protego’). Cependant, les sortilèges de protection sont éphémères.

2) Ne vous mettez pas en danger : les Mangemorts sont des sorciers surentraînés et très puissants. Les comportements à risque tels que des duels vous exposent à de très grands dangers. L’option la plus sûre reste la fuite.

3) Repérez les issues des lieux dans lequel vous vous trouvez : ce conseil semble inapplicable, mais, hélas, il est nécessaire pour pouvoir fuir rapidement et vous mettre en sécurité.

4) Contactez les Aurors le plus vite possible : le plus sûr est de le faire au moyen d’un patronus. Il y a toujours un Auror de garde qui peut intervenir. Mais ceci ne peut se faire que si nous sommes au courant qu’une attaque s’est produite. Ainsi, contactez-nous le plus vite possible une fois que vous êtes à l’abri.

5) Évitez les endroits à risque : cette règle n’est pas à appliquer durant une attaque mais pour l’éviter. En effet, au cours des années, les Aurors ont pu établir une liste de lieux à risques : l’Allée des Embrumes, les endroits environnants Pré-au-Lard (comme la Cabane Hurlante), les docks de Londres. Hélas, Poudlard est aussi un endroit à risques. Le plus sûr étant de vous réunir dans le parc de Poudlard en cas d'attaque accompagnés de vos préfets et professeurs.

Rosie Peltz

Ils sont là, parmi vous ...

Je n'ai jamais aimé les forces du mal. La moitié de ma famille, en exerçant la magie noire et en pactisant avec les forces obscures, a largement contribué à mon aversion pour cette part de la magie. A l'âge de six ans, je prenais ma décision : je servirai le bien et la justice. Je savais qu'entrer à Poudlard me permettrait de rencontrer du monde et de mettre en application ma volonté d'aider le Monde Magique.

Cependant, je ne pensais pas que cette opportunité se présenterait si tôt. J'ai eu la chance d'être acceptée parmi les alliés des Aurors. Ces garants de la justice, droits et incorruptibles. De véritables modèles. Rejoindre un jour leurs rangs constitue pour moi un objectif ultime et un accomplissement total.

Mais demain, demain je serai de ceux qui combattent corps et âmes dans la lumière, qui livrent les batailles et qui protègent le Monde. Demain je participerai à la recherche de cette paix que nous souhaitons tous. Si, grâce à mon humble contribution, des gens peuvent être sauvés des griffes du mal, alors je dormirai tranquille. Alors j'aurai le sentiment du devoir accompli. Alors, j'aurai la sensation d'avoir fait reculer les ténèbres.

Pour moi, Auror n'est pas seulement un titre assigné à quelques personnes. Ce n'est pas seulement un insigne brillant sur une robe de sorcier. Non, l'Auror est l'incarnation même de la lumière, le symbole de notre liberté et de notre foi en l'humanité. Il est le lien qui unit les êtres magiques et non-magiques, indifférent à leur sang ou à leur nom. Il est l'intégrité et le courage dont nous avons besoin.

Kalén Bloom

L'aurore

L'Aurore se lève sur Londres,
Berce la ville de ses lumières,
Des lueurs qui sont secondes,
Scintillent sur les belvédères.

Le jour dessine à son sein,
Le refrain d'une plénitude,
Née à l'abri des desseins,
D'un chant que rien n'élude.

De mille éclats brille le soleil,
Qui haut et fort carillonne,
Sur son trône posé dans le ciel,
Où il est le Juge qui fredonne.

~

Les Aurors eux aussi se lèvent,
Se dressant tous ensemble,
Un rempart pour que les rêves,
Toujours vivent et s'assemblent.

Ils sont la lance de la Justice,
L'épée à la main du Ministère,
De la paix ils sont les complices,
Les Gardiens des Mystères.

Ils sont garants de la sécurité,
Les piliers face aux Ténèbres,
De la magie ils sont la pérennité,
Qu'ils tissent tels des orfèvres.

Evan

Horoscope

Vous êtes mangemorts, ascendant psychopathe : ne dormez pas sur vos deux oreilles ! Vos ennemis veillent, tapis dans la nuit, prêts à vous bondir dessus à la moindre erreur. Les masques sont durs à porter par les temps qui courent, prenez garde, lorsque vous l’enfilez ... qu’un agent ne soit pas derrière vous, baguette à la main.

Vous êtes phénix, ascendant justicier : si vos intentions peuvent paraitre louables au plus grand nombres, certains (les Aurors) ne seront pas dupes et tenteront par tous les moyens à leurs dispositions de vous arrêter. Prenez garde lorsque vous sortez, ils seront discrets, marcheront sur vos pas, deviendront votre ombre.

Vous êtes civil, ascendant même-pas-peur : vos pères et mères disaient sans doute que la peur n’évite pas le danger. Néanmoins cessez de prendre des risques inutiles et inconsidérés ! Vous pourriez être amené à le regretter par la suite.

Vous êtes civil, ascendant g-la-trouille : vos pères et mères vous disaient très certainement que prudence est mère de sureté, mais attention à ne pas tomber dans l’excès ! L’ombre veille, mais les Aurors aussi ! Vous finirez par regretter de ne pas être sortis pour aller chercher vos chocogrenouilles.

Elly Wildsmith

Merci à Lïnwe Felagünd pour les bannières
Merci à nos contributeurs pour leurs articles
Merci à l'ensemble des Aurors pour leur implication
Journal des Aurors - Première édition

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 2 Sep - 16:29


RP libre
Réponse au journal

Fin de journée comme les autres. Aujourd'hui Rachel avait préféré se cacher dans l'atelier pour travailler sur de nouveaux produits que de sourire faussement aux pauvres clients qui auraient dut lui faire face. Ma fois, cela arrivait à tout le monde. Le tout était encore de savoir rebondir. Hop ! La vendeuse sauta la dernière marche de l'escalier avant de se diriger vers la sortie, clé en main. Derrière son sourire joyeux de fin d'après-midi, Rachel n'était pas dupe quant à ses sautes d'humeurs. Il n'y avait aucune raison d'en être fière. Elle n'avait aucune raison d'arrêter. Cela faisait longtemps qu'elle savait, qu'après tout le reste, elle en avait le droit. Et il y avait du résultat. Son père aussi, avait peut-être son truc à lui pour supporter la vie. Que pouvait-elle en savoir ? La dernière fois qu'elle l'avait vu elle n'était encore une enfant. Pas encore une adulte.

Tournant les talons, direction chez elle, la sorcière passa devant la devanture sans y prêter la moindre attention. Enfin, elle ne regarda pas ce qu'il y avait d'affiché. Néanmoins, cela suffit à lui rappeler que faire le tri dans les affiches, faisait partie de son boulot également. Soufflant alors légèrement, la verte se rapprocha de la vitre, convaincu qu'elle n'aurait rien d'autre à faire que d'arracher une ou deux affiches devenues obsolètes. Mais non, comme souvent dans le monde des sorciers, elle fut surprise. Forcé de lire ce document que jusqu'alors elle n'avait jamais vu.

De mémoire, il s'agissait là de la première action mené par le ministère dont Ester entendait parler et cela la ravissait. Enfin ! Il était temps que les Aurors se montrent un peu plus. Cela lui faisait mal de l'admettre, mais le monde magique avait besoin d'eux. Malgré ses erreurs, on ne pouvait pas retirer au ministère son image de protecteur de la nation. Celui-ci se devait de se faire connaître et d'agir. En l’occurrence, la demoiselle appréciait réellement que les Aurors prennent le temps d'écrire et de distribuer des règles de survie, de l'espoir, des avertissements.

Ester devait bien l'avouer, depuis l'attaque de Poudlard elle conservait une certaine rancœur envers le ministère et ceux qui y travaillaient, comme si tout ce qui approchaient de près ou de loin à cet institution étaient responsable des actes d'un seul. Ouais... mais la sorcière n'avait que 17 ans à l'époque des fait et beaucoup de difficulté pour maîtriser ses émotions. Depuis, elle n'y avait jamais réellement songé. Ce soir néanmoins, elle se rendait compte que cette haine n'était plus aussi virulente qu'autrefois. Les beaux mots utilisés dans ce journal réussissait presque à la convaincre... Presque...

- Méfiez-vous, méfiez-vous... si les Phénix sont toujours informés les premiers lorsqu'il y a des attaques ce n'est peut-être pas pour rien...


Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Artemis O'Toole, Dim 3 Sep - 15:41


Je me permets donc  Ange


Poum. Poum. Poum. C’est qu’il fallait rentrer à Poudlard maintenant, ne pas s’éterniser ici, on fait de drôles de rencontres, on y croise des gens pas sympas en ces débuts de soirée. Presser le pas donc et rejoindre les camarades sur le chemin de l’école de magie. Pourtant, il ne sait pas pourquoi, il veut passer devant le magasin de farces et attrapes. C’est-à-dire que depuis l’incident de la dernière fois, il n’y était jamais retourné. Peut-être avait-il peur, ou qu’il ne voulait pas non plus attiser la colère des vendeurs de Waddiwasi. Mais aujourd’hui, il savait que retrouver ce magasin le ferait sourire. Après tout, les employés avaient certainement oublié quelle était sa tête, ou au contraire, avaient collé une affiche avec son visage et celui de Zaza avec une mention spéciale « Persona non grata ». Il comprendrait évidemment, mais ça serait tellement la classe, d'avoir sa tête affichée ainsi, comme un vrai bandit. Cette après-midi-là l’avait fait tellement rire. En plus, ça avait été une expérience comme aucune autre, il avait ainsi développé son côté fripon, galopin qui ne voulait pas respecter les règles, qui ne voulait pas être confronté aux autorités. Il était un esprit libre qui aimait s’amuser, et puis c’est tout.

Il se dirigeait donc vers le fameux magasin vendeur de feux d’artifice. Lorsqu’il vit sa devanture fermée, il soupira légèrement. Dommage, il ne pourrait pas y entrer aujourd’hui, il était trop tard. Mais autre chose attira son regard. Une jeune femme était en train d’observer une affiche sur le devant de Waddiwazi. Il l’avait reconnue, immédiatement, comme un élan d’étincelles amusées au fond de lui. Sans hésiter, il s’approcha, doucement, presque à pas de loups. Il voulait lui faire la surprise mais ignorait totalement pourquoi. Finalement, alors qu’il s’avançait, il reconnut le tract qui était là, sur cette devanture. Celui du ministère. Le même avait été déposé dans Poudlard. Décidément, les Aurors ne lâchaient rien et polluaient partout. Les idées se mirent à fuser dans sa tête, lui qui avait décidé de se ranger du côté des oiseaux de feu, maintenant il ne pouvait pas faire marche arrière, terminé. Il avait pris sa décision. Le ministère étant l’autorité suprême du monde magique, si Arty se mettait à être de leur côté, il perdait toute crédibilité. Quoi qu’il fallait qu’il le reconnaisse, ce poème n’était pas trop mal. Excepté que pour lui, ça ne concernait pas la lumière des Aurors, bien au contraire. Pour lui, le feu des Phénix était plus brillant et lumineux, lueur d’espoir. Puis ces règles de survie, franchement. Il soupirait longuement quand il entendit la voix de la jeune vendeuse de Waddiwazi.

Il était maintenant tout près d’elle, arrivé tel un chat ninja, il n’avait pas annoncé qu’il était là. Arty croyait avoir entendu le mot Phénix dans la phrase de la jeune femme, de se méfier, mais après tout, peut-être se trompait-il. Quoi qu’il en soit, il trouvait cela comique de se retrouver là, à côté d’elle devant le tract du ministère alors qu’il y a quelques temps il avait mis à sac son magasin, pour rire.

- Pourquoi d’ailleurs, sont-ils informés les premiers ?

Il lui lança alors un bref clin d’œil. Il ne savait pas si elle allait le reconnaître. Toujours est-il qu’il avait affiché sur sa bouille d’ange un charmant sourire, non pas qu’il essayait de s’excuser pour ses actes, bien au contraire, il en était même fier. Mais voilà, si elle se souvenait de lui, il voulait juste lui montrer qu’il n’était pas méchant, qu’il n’avait pas un mauvais fond. Au contraire, et s’il avait bien compris les paroles de la vendeuse, apparemment ils étaient plutôt du même côté de la force.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 4 Sep - 15:37


Ester arracha tout ce qu'il y avait autour de l'Aurore, tout avait dépassé la date limite. Sans compter que cela mettait d'avantage à l'honneur les Aurors et leur travail. Encore une fois : il était temps. La sorcière avait espéré et attendu durant toute sa dernière année un signe du Ministère, une preuve que le peuple comptait pour eux, qu'ils étaient impliqués dans tout ce bazar politique. On ne s'en rendait pas toujours compte, mais les sorciers étaient bien en guerre... contre eux-mêmes. Peuple contre peuple. Ami contre ami. Amour contre amour. Qui, dîtes-moi, n'était entouré que de personne de même opinion ? Même elle, fière rebelle ailée, partageait son salon avec une masqué...

Reprenant sa lecture là où elle l'avait arrêté, la sorcière n'entendit que lorsqu'il fut trop tard le petit chenapan approcher et s'arrêter. Un instant, elle resta muette, sourcils levés. Elle le jaugeait, le jugeait. Après ce qu'il avait fait c'était normal non ? Son petit et éternel air naïf la convainquirent bien vite cependant de ne pas lui en tenir rigueur, surtout que, sa question avait du sens. Comment pouvait-elle se permettre de le laisser dans le flou. Ce petit là, il fallait le protéger. Il n'avait pas de très bonne fréquentation si elle se fiait à son amitié avec Azaël.

- En réalité j'ignore si c'est vrai. C'est juste que j'ai plus souvent vu des Phénix que les Aurors.

Maintenant qu'elle y pensait, cela venait sans doute du fait qu'elle s'intéressait d'avantage à Ordre. En tout cas elle participait bien plus. Fâcheux n'est-ce pas ? Lorsque l'on se dit être du côté du ministère. Pas de doute elle rectifierait cela très bientôt. Ou tout de suite. C'était bien aussi.

- Mais tu sais on a vraiment besoin du Ministère et des Aurors, ce serait le chaos sinon ! Ce que j'ai du mal à comprendre c'est qu'ils semblent d’avantage préoccupé d'arrêter des personnes qui, il me semble, veulent les aider, plutôt que les Mangemorts.


Fallait de toute évidence qu'ils revoient leur ordre de priorité. Quant bien même les Phénix étaient des ennemie -ce qu'ils n'étaient pas !-, le plus important c'était d'arrêter les massacres, le feu et le sang. Le reste pouvait attendre. Les ennemis de mes ennemis... Fallait pas avoir eu Optimal à ses A.S.P.I.C.s pour comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La devanture chez Waddiwasi

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 La devanture chez Waddiwasi

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.