AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Histoire de la Magie
Page 4 sur 4
Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
Alhena Peverell
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard

Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Mar 14 Nov 2017 - 21:16


Tu portes la tasse à tes lèvres. Tes émeraudes la scrutent, elles observent tout le bureau même. Elles recherchent une distraction, parce que bon, la vieille magie c'est passionnant... Mais pas tant que ça, parfois, t'aimerais bien ne pas parler que de ta matière tout le temps. Certes, là il aurait fallu que tu t'y attends un minimum. C'est une élève, elle t'a prévenue avant de rentrer dans ton bureau. Mais c'est pas pour autant, que ça continuait de t'embêter. Tu aurais préféré avoir une discussion sur la vie, sur le monde, sur cette couleur qu'est le vert. C'était hautement plus intéressant que la vieille magie et ses complexités tordues.
Malgré tout, tu hoches la tête, tu la regardes. Ton corps transpire la froideur. Cela ne devait pas être à ton avantage dans cette situation.

Je vois exactement ce que tu veux dire. Mais... il faut comprendre que cela dépend aussi des personnes et de leurs intentions.
Tu hésites un instant à continuer, tu voudrais dire autre chose. Mais tu n'es pas certaine qu'elle voit les choses de cette manière, aussi sombre que toi. Ton pessimisme, est flagrant. Tu ne veux pas briser les rêves d'enfants. Pourtant, tes mots dévalent tes lèvres.

Tu sais Aria, dans la vie, outre la vieille magie, il y a tout un tas de moyen autre, pour déterminer ce genre de stratégie. L'humain peut être si mauvais, qu'il ne faut pas se focaliser sur une seule sombre pensée comme celle-là. Je ne sais pas si tu comprends le message ?

Tes doigts claquent contre le bois de ton bureau. Tu viens totalement de divaguer, mais changer de sujet en une seconde, c'était ta spécialité. En plus, cela servirait à la petite. Elle se faisait trop d'idée loufoque. La vieille magie c'était une bonne stratégie, mais d'autres moyens étaient beaucoup plus pratiques pour éliminer quelqu'un. Il fallait faire bien, il fallait faire rapidement aussi. Pas trop rapidement, mais si la vengeance devait être mise en place tout au long de sa propre vie, cela n'avait strictement aucun intérêt. Il fallait avoir beaucoup de patience et n'être pas forcément très malin.

Une légère grimace sur les lèvres, tu t'enfonces dans ton siège, sans réellement attendre de réponse. D'un certain côté, t'espères que ta réponse la fera fuir. Peut-être qu'une sieste pour la suite des événements, ça te tenterait bien au final. C'est bien de dormir, mais pas devant quelqu'un. C'est quelque chose de certain ça.

Tu soupires et lèves les yeux au ciel.
La fumée s'envole de ta tasse.

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Aria Morrison, Mer 15 Nov 2017 - 12:18


Je l’observe mais impossible de deviner à quoi elle pense. Est-ce que mon interrogation est intéressante ou au contraire tirée par les cheveux ? En la voyant hocher la tête, je me sens un peu rassurée. Puis, elle me confirme qu'elle comprend là où je veux en venir. C’est déjà une bonne chose, j’avais réussi à lui expliquer ce qui me tracassait. Mais ensuite, elle développe un point que je trouve très pertinent. L’humain peut être si mauvais… Acquiesçant, je lui réponds :

- Oui, je comprends parfaitement mais…

J’hésite à continuer. Effectivement, elle a raison. Si une personne mal intentionnée veut réellement faire du mal à autrui, il avait une multitude d’autres possibilités pour mener à bien sa stratégie. Mais pourquoi vouloir faire du mal à quelqu’un ? La vie pourrait être tellement plus facile si les gens se comportaient différemment. Il n’y aurait plus de guerre ni de conflit, plus de souffrance ni de douleur. J’avais bien essayé d’ouvrir les yeux sur notre monde comme me l’avait conseillé le Mage Noir mais quand j’ai vu ce qui s’est passé à Londres la nuit d’Halloween, je ne peux que douter encore plus sur les intentions humaines. A qui pouvons-nous faire confiance ? Avons-nous réellement conscience de faire du mal ? Pour se protéger, il faut parfois attaquer et malheureusement blesser ce qui se trouve sur son passage. Je reprends :

- Sommes-nous réellement considérés comme méchant si nous défendons une cause qui nous parait juste ?

Vu qu’elle avait soulevé ce point, je devais continuer pour lui expliquer le fond de ma pensée. J’illustre donc mes propos :  

- Parce que finalement, admettons que vous œuvrez pour lutter contre une vérité qui est différente de la mienne, je serais donc considérée comme une adversaire à vos yeux alors qu’au fond, je ne suis pas méchante. Mais pour moi du coup, vous allez également devenir mon adversaire parce que je vais vouloir répliquer pour lutter également contre ma vérité.

Je m’interromps un instant pour réfléchir à ce que je venais de dire. Cette vérité que j’avais toujours connue est-elle finalement véridique ? Mes actions qui me paraissent être justes et bonnes sont peut-être mauvaises ? Je reprends encore une fois :

- Et donc, de bonnes intentions peuvent finalement être perçues comme des mauvaises pour autrui. 

Je la fixe, impatiente de savoir si elle partage ou non le même point de vue que moi, et dans le cas contraire, qu'elle m'éclaire sur sa vision des choses.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Jeu 16 Nov 2017 - 23:37


Tu la regardes, tu l'observes de long en large. Tu écoutes attentivement ce qu'elle te dit. Dans le fond, tu comprends très bien ce que cela signifie, ce qu'elle essaie de te dire. Tu hoches doucement de la tête, pour l'encourager à continuer ses propos. Tu saisis très bien, mais il y a des choses que tu penses qu'elle omet dans l'équation. En soi la notion de justice, de vérité est toujours très différente de nos propres pensées.
Tu portes à nouveau la tasse à tes lèvres, la discussion promet d'être intéressante. Plus que celle sur la vieille magie, tu n'allais pas cracher dessus, c'est certain.

Je vois ce que tu veux dire. Je me souviens d'une chose que quelqu'un m'avait dite, qui illustre parfaitement tes propos. Tu te bats pour une cause que tu crois juste, mais à mes yeux, ma cause est juste aussi. Donc dans le fond, ce n'est qu'une question de point de vue et de savoir où se situe la limite du bien et du mal.

Le silence plane sur tes lèvres, tu attends qu'elle assimile avant de continuer ton discours. Imposer ta vision des choses n'est pas ton but, tu lui indiques seulement ce que tu penses. C'était justement à elle, de se former une vision sur la vie et sur ce qui s'y passe. Tu n'es pas là pour juger, tu indiques une marche à suivre, tu réponds à des questions sur les doutes des plus jeunes. Comme toutes bonnes personnes sensées dans le monde.

La grande question, ne serait-elle donc pas, qu'est-ce qui est mauvais et qu'est-ce qui ne l'est pas ? Certaines choses paraissent évidentes c'est certain, mais dans le fond n'est pas à cause de la société et de comment elle nous a formés ? Par exemple, dans un monde dictatorial, certaines personnes trouveront cela normal comme situation. Mais je ne suis pas certaine que tu comprennes ce que j'évoque.

Tes doigts claquent sur le bois du bureau. Tu commences à te perdre dans une discussion, dans une pensée philosophique qui n'avait aucun rapport avec le sujet lancé. C'était étrange, mais ça ne te dérangeait pas. Le point de vue d'autrui te faisait toujours évoluer. Parfois c'était bénéfique d'entendre, de guider et de débattre. Du moment que ce n'était pas une occasion pour se taper dessus, tu aimais bien débattre sur la vie en général.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Aria Morrison, Dim 19 Nov 2017 - 14:33


Elle a parfaitement compris ce que ce que je voulais dire. Et d’ailleurs, pour appuyer mes propos, elle ajoute une phrase qu’on lui avait dite : « Tu te bats pour une cause que tu crois juste, mais à mes yeux, ma cause est juste aussi ». Je suis d’accord avec elle, il s’agit ici d’une question de bien et de mal. Un petit silence s’installe pendant lequel j’en profite pour réfléchir à ce qu’elle venait de me dire. Comment pouvons-nous savoir que nos actes sont justes, que nous faisons le bien ? Le bien et le mal sont des notions qui se définissent en fonction de qui les emploie et en toute logique, un Auror n’aura pas la même définition du bien qu’un Mangemort.

Je me rends compte que nous nous éloignons du sujet principal à savoir celui de la vieille magie, mais je dois avouer que ce dont nous parlons actuellement m’intéresse encore plus. Miss Peverell reprends la parole et fait allusion à l’influence qu’aurait notre société sur notre vision des choses. Elle développe son idée en donnant l’exemple d’un monde dictatorial dans lequel certaines personnes le trouveront tout à fait normal. Elle n’est pas sûre que je comprenne. Je m’empresse donc de lui répondre :

- Oui, je comprends parfaitement.

Effectivement, ces gens n’ont connus que ce monde-là et on pourrait imaginer qu’ils nous trouvent fous de vivre dans un monde démocrate. Il est vrai que nous avons parfois du mal à comprendre les coutumes et habitudes des autres peuples étant donné que d’une part, nous ne les pratiquons pas et d’autre part, nous sommes souvent persuadés que ce que nous faisons est juste. La société y est pour quelque chose oui. Je me souviens d’ailleurs avoir lu un livre moldu sur les guerres au XXe siècle et il y avait un témoignage sur des personnes qui étaient persuadées de faire une bonne action alors que cela n’en était pas du tout. Trouvant que cet exemple pourrait être pertinent, je reprends :  

- Je pense moi aussi que la société nous influence énormément dans nos décisions et dans notre vision du monde. C’est comme lorsque certaines personnes nous disent avoir agi sous l’ordre d’une personne en étant persuadé d’avoir fait quelque chose de bien. Donc, on pourrait aussi se demander si ce n’est pas le fait d’être en contact avec des personnes de pouvoirs qui nous influence ?

On a tendance à écouter les ordres des personnes qui ont l’autorité, qui quelles soient. Qu’elles ont raison ou tord, nous obéissons. Je conclus :

- Au final, j’ai l’impression que l’Etre Humain est un pantin, une sorte de marionnette à qui on pourrait lui faire croire et faire faire n’importe quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Lun 20 Nov 2017 - 15:54


Tu as une drôle d'impression, tu as comme un air de déjà vu sur son visage. Un petit être perdu sur les questions de la vie, comme la moitié des élèves, mais pas sur les mêmes doutes. Il y avait quelque chose de plus sensé dans sa réflexion, ce n'était pas une peur de vivre d'après toi. Tu avais l'impression, au contraire, qu'il y avait bien plus entre les lignes de la demoiselle. Qu'il y avait un vide à combler dans ses angoisses.
Tu esquisses une légère grimace, puis poses tes mains sur ton ventre. Jambes croisées, tu attends quelques secondes, comme si l'impossible allait s'imposer à vous. Comme si le monde risquait d'exploser face aux paroles que tu t'apprêtes à dire. Mais il n'y a rien de tout ça, juste d'autres doutes qui poussent à une énième réflexion sur l'univers et l'espèce humaine.

Oui les personnes de pouvoir nous influencent, cependant, chaque personne nous influence. Que ça soit de la bonne ou de la mauvaise manière. Les faits le font aussi, quand tu apprends une leçon importante à cause d'une erreur, tu évites de le refaire une deuxième fois. C'est aussi une autre manière d'influencer les choses.

Tu lèves la tête, détourne les yeux pour contempler le plafond. Tu cherches au plus profond de tes souvenirs, quelque chose d'important à rajouter. Une autre manière d'y découvrir la société aux multiples visages.

Après, tu sais, vis-à-vis de la comparaison que tu viens de faire, je suis plus ou moins d'accord. Mais je pense que tu vois les choses de manière trop cadrée. En réalité, l'homme est similaire à une sorte de pantin. Cependant, la différence c'est que la poupée n'a jamais le choix. L'humain, si. C'est lui qui décide de quoi, de comment faire. Il y a toujours eu le choix, il l'aura toujours. C'est simplement que certaines personnes aiment être pantins, d'autres pas. Mais c'est plus rare au final.

Tu as la gorge sèche, les ongles qui claquent, le regard qui dérive. Les sens et les pensées embrumées, c'est une question inattendue, une tournure imprévue. C'était intéressant, mais dans le vrai fond, il n'y avait pas réellement de débat. Ce n'était pas très étonnant que la jeune fille soit influencée par tes dires, toi la plus âgée. Après tout, l'expérience de la vie faisait parfois la différence. Autant dans les combats que les affaires de la vie. Elle aura toujours besoin de ce genre de chose, pour pouvoir se fixer une opinion sur l'univers qui l'entoure désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Aria Morrison, Mer 22 Nov 2017 - 13:17


Après un instant de silence, Miss Peverell reprend la parole et admet elle aussi que les personnes nous influencent dont notamment celles de pouvoir. Mais elle ajoute également qu’en général, la vie en elle-même nous influence à son tour. Oui, il est vrai que lorsque nous faisons une erreur, nous allons éviter de la reproduire. Mais pouvons-nous en faire une généralité ?

Ne voulant pas l’interrompre, je la laisse poursuivre le développement de ses pensées. Elle me fait alors part que même si nous sommes manipulés tels des pantins, nous avons toujours le choix.

- Pour reprendre votre premier point, je suis d’accord avec vous sur le fait que nous apprenons souvent de nos erreurs… et encore, cela n’est pas forcément vrai. Par exemple, moi, j’adore lire, et généralement, quand je commence un livre, j’ai vraiment dû mal à le lâcher. Je le sais, j’en ai bien conscience, et pourtant, vous savez ce que je fais souvent ? Je commence la lecture le soir et ça finit toujours de la même façon : je me couche vraiment tard au point d’être fatiguée le lendemain matin. Et au final, je renouvelle sans arrêt mes erreurs.

Oui, je sais, c’est mon choix… C’est moi qui prends la décision de me lancer dans un nouveau livre. Mais cela ne veut pas dire qu’on a toujours le choix dans toutes les circonstances. Je continue :

- Par contre, par rapport au fait que nous avons toujours le choix… hum… je ne sais pas trop... parce que oui, en général, nous avons le choix de nos actions comme moi avec ma lecture. Mais parfois non. Je pense que tout comme moi, vous vous êtes déjà sentie obligée de faire certaines choses dont vous n’aviez pas du tout envie de faire juste pour faire plaisir à une personne ou tout simplement parce que c’est de notre devoir, une obligation de notre part.

Je ramène une mèche derrière mon oreille, me redresse légèrement sur mon siège et reprends :

- Alors, vous allez surement me dire qu’il s’agit encore d’un choix de notre part de vouloir faire plaisir à l’autre… Oui, ça l’est si nous considérons que le fait de ne pas faire plaisir à cette personne est mal et non si c’est l’inverse. Donc au final, nous en revenons toujours à la même discussion : il s’agit de la définition que nous nous faisons du bien et du mal.  

Mon cerveau fusait dans tous les sens tellement cette discussion était intéressante. J’observe Miss Peverell en me demandant si tout ce que je venais de dire était logique ou si au contraire, cela lui semblait insensée.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Dim 26 Nov 2017 - 19:18


Naïve peut-être, tu ne sais comment expliquer sa vision des choses, sa façon de voir le monde d'une autre couleur. Une innocence pure que tu ne vois plus avec ceux que tu fréquentes. La jeunesse ne faiblit pas, elle se lève avec espoir jusqu'à la douloureuse chute d'un ancien monde. Soit ce sera le vôtre, soit ce sera le sien. Tu ne sais pas trop quoi penser de l'innocence, du fait de croire encore en l'homme et ses capacités. Cela fait longtemps, que tu as cessé de croire en quelque chose de plus beau. Les autres auront la chance de la voir, toi, tu n'en es pas encore certaine vue l'avancée de l'univers.

Ton exemple ne relève pas spécialement du genre de leçon dont je te parlais. Je voyais plus ça, à propos d'une leçon de vie moins futile par exemple. Ce qui relève de la confiance, de la méfiance. Et parfois même, on sait quelque chose mais on ne l'apprend pas forcément. On se voile la face sous une espérance dénuée de bon sens moral. Mais c'est souvent la réelle douleur, qui nous fait prendre conscience de nos actes manqués.

Tu passes délicatement une main dans tes cheveux, tu te redresses histoire de t'étirer le dos puis te cales à nouveau au fond de ton siège. Tu laisses tes pensées divaguer vers d'autres horizons. Tu voudrais enchainer, mais pas trop vite, histoire qu'elle puisse faire face à ce que tu dis. Tu ne prétends pas avoir la vérité absolue, mais c'est tout de même en cela que tu crois. Tu changeras vite d'avis, si quelqu'un te montre par A plus B que ce que tu dis est totalement faux. Tu n'es pas de ce genre buté par ego. On apprend toujours en faisant face à l'avis d'autrui, qu'il soit bon ou mauvais.

Je ne suis toujours pas d'accord avec toi. Nous avons toujours le choix. C'est ton choix de vouloir obéir, ton choix de vouloir faire les choses de la bonne façon, ton choix de subir ou non. On pense ne pas avoir le choix vis-à-vis de ce qui est moral ou non, alors que si. Par exemple, en cas de légitime défense quand on tue quelqu'un... Le choix, malheureusement on l'a. Être tué ou ne pas l'être. Prendre le risque de tuer ou blesser quelqu'un pour l'arrêter, ou ne pas le prendre. Même involontairement nous faisons des choses, à chaque seconde. Nos mots en eux-mêmes sont des choix, pourquoi lui plus qu'un autre.

Tu te racles la gorge, tu n'as pas encore dit le fond total de ta pensée. Tu ne sais même pas si ton discours à réellement de sens à ses yeux, peut-être que c'est seulement toi qui vois la vie comme cela. Que t'es juste enfermée dans ton foutu monde.

Cependant, faire un choix face aux situations qui nous tombent dessus, ne veut pas dire que c'est ce que nous désirons. Ce que nous avons envie de faire, n'est pas l'égal des choix que nous faisons. Et c'est là, que le terme d'obligation arrive dans nos vies. Nous sommes obligés de réaliser des actes dictés par la bonne morale, ou par l'excentricité de la situation, mais... encore une fois, nous choisissons de suivre cette voie-là alors qu'on pourrait ne pas le faire.

Un léger sourire se dessine sur tes lèvres, tes mains posées sur ton ventre, tu observes la gamine.

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Aria Morrison, Mar 5 Déc 2017 - 13:05


D’une voix calme et posée, elle m’explique son point de vue et je dois finalement avouer qu’elle n’a pas tort. Je l’écoute attentivement m’expliquer que nous avons toujours le choix peu importe les circonstances. En réfléchissant, il est vrai que dans le cas de la légitime défense, nos actes dépendent de notre volonté de vivre ou mourir, même si dans ma tête, cela reste très lié avec la notion d’obligation. Je me dis que si notre vie est menacée et que nous voulons vivre, nous sommes en quelques sortes obligé de tuer notre agresseur parce qu’au final, nous savons très bien qu’il n’y aura qu’un seul survivant.

- Hum… oui, je pense que je comprends ce que vous voulez dire et effectivement, je dois admettre que nous avons toujours le choix même si parfois, c’est par obligation.

Je détache mon regard de Miss Peverell pendant quelques instants pour réfléchir à ce qui me travaille le plus en ce moment. Depuis cette fameuse rencontre, je n'arrête pas de me demander si réellement ma vision du monde actuelle est erronée. Suis-je vraiment influencée par notre société ? Je ne sais pas avec qui discuter de ça parce que je sais pertinemment qu'on voudra savoir pourquoi j'ai de telles idées dans la tête. Et il faut dire que je n'ai pas particulièrement envie d'aborder ce sujet sans savoir au préalable qui a raison. Par contre, avec ma professeure, j'ai l'impression que je peux aborder cela avec elle. Je le fixe donc de nouveau et reprends :

- Mais en fait, il y a quelque chose que j’ai du mal à savoir… Ma question peut vous paraitre stupide… mais… comment pouvons-nous être sûrs que ce nos actes sont justes, que nous faisons le bien et non le mal ? Comme je vous l’ai dit tout à l’heure, il se peut que j’œuvre pour une cause qui me parait juste mais qu’au final, elle ne le soit pas du tout. Comment savoir si on ne nous ment pas, qu’on ne nous influence pas tout simplement ?

Peut-être ne comprendrait-elle pas pourquoi je lui posais cette question, mais moi, je savais pourquoi. Je veux réellement trouver la réponse à cette interrogation et j’ai besoin de savoir si nous vivons dans un monde qui nous cache la vérité. Peut-être avons-nous tord d'avoir peur de l'ombre parce que finalement, c'est elle la lumière ? Est-ce que Miss Peverelle arriverait à m'éclairer sur ce qui me tracasse ces derniers temps pour peut-être m'aiguiller dans la bonne direction ?
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Alhena Peverell, Ven 8 Déc 2017 - 20:06


_Qu'est-ce qui est bien ou mal ?
Une question universelle. Une question qui remet en question toutes les morales, tous les points de vue du monde. Une question qui, quand tu la creuses davantage nous effraie, chacun à notre tour. On y découvre les vices cachés de la surface terrienne, on y découvre les pires idées qui puissent hanter les plus grands criminels. Et la question pourtant, tourne encore dans tous les sens. Il y a des évidences, et pourtant, si on grandissait autrement... Est-ce que les choses seraient toujours aussi évidentes pour nous ?

_Non, et c'est ça qui nous fait peur

Dans un autre monde, que ferais-tu ? Qui serais-tu ? Quels genres de douleurs et de doutes, pourraient t'atteindre ? Si tu avais appris à penser autrement, le bien et le mal auraient une définition si différente à tes yeux. Tu aurais vu des couleurs d'une autre manière. Le rouge aurait pu s'appeler vert, le bien aurait pu être le mal, la vie aurait pu être la mort.

_Mais tu te prends pour qui, à nous juger de cette manière ?
Parce que je te rappelle que tu n'es personne.


Socialement parlant, on se réfère à la loi. Moralement parlant... dans le fond on ne sait pas. Tu ne peux qu'écouter tes propres envies et exécuter ce qui te semble bon pour le monde. Le mensonge, l'influence, le bien, le mal, le point de vue... ce sont des notions beaucoup trop abstraites à mes yeux et catégorisées dans des petites cases pour que le monde avance plus simplement. Il est toujours plus simple d'avoir un avis tranché que de faire des concessions et chercher les nuances qui se trouvent entre chaque groupe de pensée.

Être seul maître de sa pensée, de sa vision du bien et du mal. Voir les choses de toutes les couleurs, faire le tour du problème avant de le résoudre. Partir à la conquête des nuances pour y voir une vraie couleur définie. Se rendre à l'évidence, que le monde n'a pas totalement tort, ni totalement raison.
_Puis comprendre, de quoi la nature humaine est faite. Alors redescend de ton nuage

Tu es la seule à pouvoir trouver une réponse à ta propre question, parce qu'on ne sait jamais où se trouve la limite... ni à quoi ressemble cette limite. Il est impossible de dessiner l'immatériel, il est impossible de déterminer si ce que tu fais est réellement mal ou bien. Parce que la notion de justice appartient à chaque individu, avec ses propres raisons. Et comprendre l'individu, est finalement primordial pour savoir tout cela. Mais je dois te perdre.

_Apprends à connaitre avant de juger
Soit pas idiot


Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Modération RPGGryffondor
Modération RPG
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Aria Morrison, Ven 12 Jan 2018 - 11:14


Encore désolée pour le retard…
LA d’Alhena


De nouveau, j’écoute attentivement Miss Peverell exprimer son point de vue sur le bien et le mal mais au fur et à mesure de ses phrases, je me sens de plus en plus perdue, embrouillée. Je sens que mon cerveau a du mal à assimiler tout ça et il est difficile de se faire sa propre opinion. Peut-être ne suis-je tout simplement pas prête à entendre ce genre d’idée ? Ou peut-être suis-je trop jeune pour que mon esprit accepte l’éventualité que le bien n’est pas forcément bien que je crois ?

Comme elle vient de me l’expliquer, je suis la seule à pouvoir trouver la réponse à cette question. Je dois donc apprendre à m’écouter et à suivre ce qui me parait, à mes yeux, juste. C’est peut-être ça finalement la solution : s’écouter sans être influencée par une personne extérieure ?

- Je dois avouer que oui, je me sens un peu perdue là mais…

Je m’interromps en entendant au loin le tintement de la grosse horloge. Mes yeux s’ouvrent en grand d’étonnement. Il ne pouvait pas déjà être dix heures, si ?  Rapide coup d’œil à mon ma montre pour constater qu’il était bel et bien cette heure-là. Me confondant en excuses, je me lève d'un coup, gênée :  

- Miss Peverell, je suis désolée mais je n’ai pas vu le temps passée. J’ai un cours de Défense contre les Forces du Mal qui va commencer et je vais être en retard…

Tout en rassemblant mes affaires, je la remercie :

- Merci beaucoup de m’avoir accordé un peu de votre temps. Je vais réfléchir à notre discussion. Au revoir Professeure !

Puis, après lui avoir adressé un dernier sourire, je me dirige vers la porte et sors. Une fois dehors, je me mets à courir pour me diriger au deuxième étage vers la classe de Monsieur Benbow. Dans le chemin, je prie pour qu’il me laisse encore entrer.


Fin du RP - Merci beaucoup Alhena :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 4

 Bureau du Professeur d'Histoire de la Magie

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Histoire de la Magie-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.