AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol
Page 9 sur 10
Cours N°1 : La Couleur de votre vie.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Kohane W. Underlinden
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor

Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 4 Juil 2016 - 17:44


Les idées commencent à s'agencer petit à petit. Le Serdaigle propose de bons trucs ; je prends note.
Alors que sa voix retombe, je me concentre sur mon parchemin, première ébauche de réplique. Je parle donc en prose. Ce qui m'arrange bien, au fond.
Ma plume gratte quelques mots. Raye. Non, ça ne va pas comme ça. Bon, on recommence ! Allez, courage les gars !

Je laisse un espace vide et reprends. Que dirait Gryffondor quant à l'idée de construire une école ? Bien évidemment, oui. Mais quels arguments avancer ? Le Serdy a déjà donné quelques pistes, il faut que je m'en saisisse.
Tandis que j'écris à nouveau quelques mots, j'entends une sorte de mouvement de foule ou de je-ne-sais-quoi qui déconcentre la classe. Je relève la tête et constate qu'une Gryffonne, Merry, s'est évanoui.
Mer**. Qu'est-ce qu'il lui est arrivé ?
Heureusement, Lena réagit vite et s'occupe d'elle. Du coin de l'oeil, j'observe les deux femmes, les sourcils froncés. J'espère que Merry n'est pas malade... Que ce n'était que passager.

J'attends quelques secondes, la plume en l'air. Puis, me disant qu'il n'y a aucun danger pour la jeune Lionne, je me concentre de nouveau sur mon texte, bien que mes sens soient toujours aux aguets, si jamais... Même si je ne suis pas sûre de pouvoir faire grand chose si jamais il se passe quelque chose. Juste pour la bonne conscience, je suppose.

Quelques minutes s'écoulent encore avant que je ne relève la tête vers mes trois coéquipiers.
-Voilà, je dis en posant à plat mon parchemin sur la table, j'ai quelque chose pour le début.
Je m'éclaircis la gorge et tente de prendre une voix un peu plus grave, un peu bourrue. On ne va pas dire que ça me réussisse bien mais c'est déjà ça !

-Hum... Je suis en entière adéquation avec vos idées, mes amies. Créer une école de magie ? Mais quelle MERRRVEILLEUSE idée ! Etrange que personne n'y ait pensé avant nous. Cela leur permettra de maîtriser leur don, de l'apprivoiser et de le contrôler. Ainsi, ils n'auront plus à craindre cette bizarrerie comme le diraient les Moldus. Ils seront éduqués avec d'autres jeunes comme eux et pourront, ensemble, affronter leur futur, baguette en main. Se serrer les coudes pour faire face à leurs peurs les plus profondes tout en ayant ce sentiment d'être avec d'autres, d'autres comme eux, être en communauté.
L'école leur permettra d'apprendre à se battre et à combattre ces noeuds de l'estomac qui peuvent vous prendre aux tripes.
Nous ferons de nos élèves de VRRRRAIS et FORRRRT sorciers, TEMERRRRAIRES, COURRRRAGEUX, pleins d'ENERRRRRGIE et de VOLONTE !

Au fur et à mesure que je déb**e mon petit discours, je m'efforce de paraître de plus en plus agitée, animée par cette idée MERRRVEILLEUSE. Vous savez, un peu comme ce taré Moldu, Hilter, qui faisait ses discours avec des yeux hallucinés.

Lorsque je m'arrête, je soupire. J'ai l'impression que ces quelques lignes griffonnée sur mon parchemin m'ont déjà vidée.
Allez, on s'occupe du reste maintenant !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Riri Vacuitas, Mar 5 Juil 2016 - 0:55


Le cours avançait calmement, chacun parlait, chacun débattait. Tout le monde voulait se libérer de cet exercice comme d'un appendice. En parlant d'appendice …. Merry venait de faire un malaise expriment ainsi une certaine volonté de visibilité et d'attentions. Quel déduction digne d'un méchant garçon. Je la regarde d'un air extrêmement peu sympathique, plutôt de dégoût en fait. Merry la fragile ? Je m'exprime à voix haute en m'adressant directement à mon groupe, à toute ma troupe.

« Elle cherche juste à éviter l'exercice parce qu'elle ne veut pas le faire, il est plus simple de se taire et de tomber par terre. Faiblesse ou lâcheté ? »

Je disais cela sans trop le dire, c'était tout ce que produisait cette événement à mes yeux peu vivant. Allons de l'avant et continuons cette chanson. Cette saynète puis faisons la fête, mais sans paillettes. Kohane s'exprime [et atteint le point Godwin également]. Je lui réponds sur un ton mou.

« C'est plutôt … Bien … Je trouve juste que tu t'exprime plus que … les autres … Remarque, cela représente bien les gryffondor. Toujours à faire du bruit pour être remarqué non ? Bref, voilà le deuxième que j'ai pensé.
Mes élèves devront être dans un lieux élevé, proche de leurs rêves
Protéger ainsi leur originalité et leur personnalité de notre société.
Ils voleront de leur propre ailes, ils compteront sur leur cervelle
Isolé et protégé, individualisé et cultivé, ils se sentiront plus évolué. 
»

Voix neutre, yeux blasé, il fallait que je me réveille pour la suite. Me réveiller, quoi de mieux qu'un peu de sarcasme ? Regardant Nel.

« Bah alors Nel ? Tu es mort ? Tu es incapable de parler ? Je ne me souviens pas t'avoir lancer de Silencio pourtant ... »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Tangerine Tolpre, Mar 5 Juil 2016 - 14:09


Tangerine prenait des notes, tentant de faire ressortir les mots importants et les idées ... Les poufsouffles semblaient tous sur la même longueur d'ondes et le travail avançait bien.

"Si on essai de faire un lien avec l'eau, au delà de la couleur, il y a le fait que regarder un court d'eau est apaisant, qu'il y a un écosystème de fou là dedans (dans l'idée d'apprendre... y en a des choses qui se passent sous l'eau). J'aime beaucoup les notions d'amont et d'avale, peut être qu'on pourrait s'en servir pour faire allusion à sa fille du coup"



Tangerine était concentré et cherchait à bien faire mais les rimes n'était pas non plus son fort et elle comptait pas mal sur ses camarades pour ça.

"Puis l'eau est un élément pure, comme la sagesse un peu... c'est tellement une bonne idée d'utiliser l'eau en fait"

Tangerine avait jeté un regard à Corwin et lui souri encore pour saluer son idée.

"Pour reprendre l'idée de la curiosité, toujours en lien avec l'eau, on peu trouver un moyen d'en parler via l'eau qui s'infiltre partout, qui se divise pour devenir des tas de petits court d'eau... et on peut commencer en faisant allusion au 4 fondateurs comme les 4 éléments : la terre, l'air, l'eau et le feu"



La jaune et or tournait en rond dans son raisonnement et elle commençait à réalisé que ses idées n'aidait pas à rédiger l'éloge à proprement parler. Elle se penche sur sa feuille et commence à réfléchir et écrire

- Des 4, Rowenda était la plus sage. Tel l'eau qui glisse en douceur pour caresser ou abriter -

Elle caressa sa joue avec le bout de sa plume en regardant vers le ciel... rien ne lui venait... Elle tend sa feuille aux autres...

"Je suis désolé j'ai vraiment du mal... j'ai pas grand chose"
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Alhena Peverell, Jeu 7 Juil 2016 - 1:22


Étrange. C'est le mot qui définit ta vie en ce moment. Tant de choses étranges. Déjà l'étrange aventure que tu as vécue avec Célya, ton tour du monde, tes rencontres plus au moins surprenantes. Tu ne sais pas pourquoi, mais il y a une grosse boule au fond de ton ventre qui te laisse penser que tous ces événements ne surviennent pas au hasard. Et que les choses vont trop vite et ça te fait peur. Mais la peur est-ce que tu connais vraiment ? Quelle définition de la peur as-tu réellement ?

- Heu...

Et la jeune fille se remet instantanément debout, c'était visiblement rien. Mais tu ne te poses pas plus de question sur la rouge et or. Peut-être avait-elle juste passé une mauvaise nuit et tes sorts l'avaient remis sur pied. Légèrement perplexe que l'événement tourne ainsi, tu te relèves et la regardes étrangement. Tu ne sais pas trop quoi en penser. Elle a l'air d'aller vraiment mieux, mais en même temps tu n'as pas envie que ça se reproduise et tu préférais l'envoyer à l'infirmerie. Tu ouvres alors la bouche pour t'apprêter à parler, mais elle te devance :

- Non non ça va aller merci ! Je préfère aider mes camarades plutôt que de rester allongée dans un lit à l'infirmerie.

De la détermination dans sa voix, même beaucoup. Et c'est une élève Gryffondor, le genre d'élève difficile à faire changer d'avis très certainement. Mais tu n'as pas envie de débattre alors qu'elle est sur pied, bouillonnant d'énergie. Mais c'est inquiétant quand même, avec un petit sourire tu lui réponds quand même :

- D'accord, je comprend que vous préfériez aider vos camarades. Et puis vous avez l'air apte à suivre la fin du cours... Donc, vous pouvez continuer votre travail. Mais si je vois un seul mauvais signe, je vous envoi direction l'infirmerie et sans aucune pitié. Cependant j'aimerai qu'après, vous passiez tout de même à l'infirmerie. Histoire, juste, de voir ce qui a pu vous arriver. C'est pour votre bien-être que je vous demande cela, Mademoiselle Harper, évidemment.

Elle te sourit et part rejoindre ses camarades. Bon, bien... Toi tu vas te rassoir à ton bureau, légèrement perturbée. Tu observes particulièrement la jeune fille et une autre à la chevelure de feu. Mais ton regard passe tout de même sur les autres petites têtes d'élèves qui ont l'air assez plongé dans leur travail. Puis les minutes passent et le gong sonne. Tu te relèves, te met debout et frappes fort de tes mains. Tu attends que certains se taisent, tu as cet air assez froid habituel qui veux tout dire. L'attention une fois portée sur toi. Tu prends la parole assez fort et annonces enfin :

- Bon, le temps imparti est terminé. J'espère que vous avez pu faire du mieux que vous pouvez, je vous souhaite bonne chance. Ils ou elles, pourront s'installer sur l'estrade.

Tout en disant ça, tu descends et te place vers l'entrée de ton bureau. Tu sors ta baguette et lance un #Dispersio Mon Bureau. Celui-ci disparait pour réapparaitre dans l'autre pièce juste à côté, laissant ainsi le loisir aux élèves toute la place dont ils auront besoin. Tu fermes la porte de l'autre salle, ranges ta baguette et t'appuies d'une épaule contre le mur. Tu les regardes, tes lèvres dessinent quelque chose de mystérieux.

- Si vous le voulez, vous pouvez prendre vos chaises et vous assoir dessus, pour être plus à l'aise sur l'estrade. Quel groupe désire commencer ?

HRPG Important:
 


Dernière édition par Alhena Peverell le Jeu 7 Juil 2016 - 2:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Merry K. Harper, Jeu 7 Juil 2016 - 2:36


Le cours était différent de ceux auxquels Merry assistait d'habitude. Du moins, c'est l'impression que cela donnait. Elle avait l'impression d'être dans un cours, bien plus littéraire qu'autre chose. Un peu comme les moldus qui devaient étudier les événements de leur monde dans des manuels d'histoire... un peu comme les sorciers en fait, même si les histoires étaient extrêmement différentes, mêmes opposées. Et les méthodes d'apprentissage étaient elles aussi différentes. Si bien que la rouquine fut étonnée lorsqu'elle comprit ce que sa professeur avait prévu en partie pratique. Des portes paroles, des scènes, des éloges, des chansons même. Plus qu'étrange, mais tout ceci surprenait la classe. Dans le bon sens. Un mouvement général avait d'ailleurs illustré cette surprise, étourdissant la rouquine, qui, au moment de rejoindre ses camarades de classe pour préparer l'éloge, fut prise de vertiges. Prévenant sa professeur assez rapidement, elle s'était finalement écroulée par la suite sur le sol, comme une grande faiblarde qui était incapable de venir au cours en forme.

Mais sa professeur avait réagi assez vite, la réanimant du mieux qu'elle le pouvait. Et ses efforts avaient fonctionné étant donné que la jeune Harper se sentait relativement bien. Assez pour assister à la suite du cours pour aider son groupe. Avant de les rejoindre, elle avait bien entendu répondu à sa professeur, lui promettant qu'elle irait à l'infirmerie une fois sortie de ce cours-ci. C'était la moindre des choses, elle l'avait aidé, bien que c'était aussi une partie de son boulot de bien s'occuper de ses élèves. Élèves qui étaient d'ailleurs très motivés, préparant leur création avec entrain et enthousiasme. D'ailleurs, même Merry y mettait du sien en aidant les trois autres lionnes à créer cette éloge qui fut modeler, modifiée, et réajustée plusieurs fois.

Mais le groupe finit son éloge dans le temps imparti... et lorsque miss Peverell annonça qu'il était temps de commencer, Merry terminait tout juste de réécrire au propre ce qu'elle devait lire. Timing parfait ! Contente d'elle, la jolie rousse réfléchit un instant. Après tout, plus elle passait vite, plus vite c'était terminé. Elle aurait juste à s'asseoir et à écouter les autres au final... Alors la lionne se mit debout et leva son bras, se proposant pour commencer.

- On veut bien commencer !

Elle n'avait pas consulté ses camarades oui. Mais c'était fini, elles avaient mit le point final à cet éloge et s'étaient mises d'accord. C'était donc à Merry de choisir le moment où elle souhaitait passer. Elle passerait donc en première pour se rasseoir au plus vite. Elle se sentait bien pour l'instant, mais ça pouvait ne pas durer. Surtout qu'elle refusait d'emmener une chaise sur l'estrade. Montant d'ailleurs sur cette dernière, déterminée, Merry se plaça, confiante, face à la classe, à tout ses petits camarades qui la fixaient du bas de l'estrade. De toute manière, le ridicule ne tuait pas, rien ne servait d'avoir peur. Alors elle se racla la gorge gentiment, et commença d'une voix douce, à réciter l'éloge pour la maison Serpentard.


Le grand Salazar, le plus déterminé de tout les fondateurs
Celui qui voulait que les Sang-Pur se sentent en leur demeure
Intelligent, ambitieux, rusé, voilà les critères de sa maison
Le choixpeau, celui qui décide, a toujours raison

Longtemps les conflits ont régné entre Godric et Salazar
Trop souvent cela a été, entre eux, un grand bazar
Malgré tout, aujourd'hui, tout cela continu,
Les lions et les serpents de nouveaux s'opposent, au sein de deux tribus,

Les Serpentard sont néanmoins de chics types
Chacun créé, selon le même génotype
Tous ensemble sans se soucier des anciens conflits
L'on en créer des nouveaux, tels des guerriers hardis

Les vert et argent sont pourtant des gens biens
Même s'ils sont parfois mesquins,
Oublier ce qu'il se passait avant,
Pour tout recommencer en pardonnant.
C'était fait ! Tout c'était bien passé durant la récitation de son éloge, aucun arrêt et pas d'interruption. Fière d'elle et de son groupe, la rouquine sourit finalement à la classe, avant de redescendre de l'estrade afin d'aller se réinstaller avec ses trois camarades qui devaient sans doute l'attendre. Elle souffla en s'asseyant à nouveau, déposant par la même occasion le parchemin, comportant l'éloge, sur la table.

HRPG : Option N°2 !
Revenir en haut Aller en bas
Oxane Snyder
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Oxane Snyder, Jeu 7 Juil 2016 - 16:49


Oxane était assise à sa place à côté de sa voisine Merry et écoutait sagement les questions ainsi que les réponses de ses camarades. Les réponses s'enchaînaient puis la professeur décida de nous faire faire un exercice qui nous aidera à en savoir plus sur les autres maisons.

-Bien. Puisque vous avez parlé des maisons, des rivalités, des coopérations entre maison... Nous allons mettre ça en pratique. Je vais faire cinq groupes. Quatre groupes propre à chaque maison et un autre avec des élèves aux couleurs différentes.

- Le premier groupe sera composé de... Nel Queen, Kohane Werner, Riri Vacuitas et Keira Sanders. Vous allez mettre en place une saynète. Celle-ci devra raconter comment, vous visualisez la première discussion évoquant la création de Poudlard. Chacun interprétera le fondateur de sa maison. Et bien sûr, vous jouerez la pièce devant nous. Vous avez droit à avoir vos parchemins en main. Nul besoin d'apprendre les répliques par coeur. Je ne suis pas un tyran.

La jeune rouge et or écoutait les groupes, c'était vraiment sympa comme exercice, la professeur prit encore la parole pour continuer ses explications.

- Ensuite le groupe des Serpentards, vous créerez un hymne très élogieux à l'attention de Godric Gryffondor et des élèves de sa maison. Les Serdaigles vous en ferez de même, mais en l'honneur de la maison Poufsouffle et sa créatrice. Puis le groupe des Gryffondor, vous créerez juste une très belle éloge pour la maison Serpentard et son fondateur. Celui des Poufsouffles, idem mais à l'attention des Serdaigles et Rowena Serdaigle.

Oxane se leva pour rejoindre ses camarades de maison et pour commencer à travailler en équipe sur leur projet. Les filles avaient pas mal d'idées, c'était très intéressant de travailler en groupe comme ça, en plus ça permet de créer des liens. La jeune fille prit parole pour dire quelques mots.

-Je pense que l'option numéro deux serait très intéressante, travailler sur quelques choses de comique nous permet d'être franche et délicate.

Le temps s'écoulait et chacune des filles proposait une idée précise, on a donc finit par choisir la partie comique. Malheureusement Oxane n'était pas très doué pour ce genre d'exercice, elle essaya d'aider les autres du mieux qu'elle pouvait. Chloris était vraiment prête à tour donner, elle s'investissait beaucoup et partageait ses nombreuses idées ainsi que Merry qui ajoutait quelques rectifications.
Quelques minutes plus tard, l'exercice était finit, la professeur demanda au premier groupe de s'avancer vers l'estrade pour partager le travail avec toute la classe. Merry avait prit tout son courage et avait décidé de se lancer en première, la jeune fille était contente de voir son amie se diriger comme une guerrière vers l'estrade. Elle respira profondément et commença à réciter l'éloge. A la fin de celui ci, la jeune rouge et or avait rejoint ses camarades. Oxane lui avait limite sauté dessus.

-Tu étais vraiment super, bravo
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Rachel Ester Pasca, Ven 8 Juil 2016 - 22:49


HRP : On était partie sur une réussite Smile

LA de mon groupe accordé !

Hmm… Elle avait envie de pleurer quand elle se leva et sans doute cela devait-il se voir sur son visage. Elle avait horreur d’être regardé, horreur d’être le centre de l’attention, elle laissait bien volontiers cet honneur à qui le souhaitait. De là où elle était Peverell devait bien rire, la garce… Et puisqu’elle ne pouvait pas y échapper, ne restait plus qu’à espérer que leur professeur ne prendrait pas en compte le timbre de voix au moment de sa notation…

Rachel aurait voulu passer en dernière. Ça avait même été son plan. Attendre que tout le monde passe et puis espérer qu’il ne resterait plus assez de temps pour finir. Si vous saviez combiens de fois ça avait marché, combien de fois elle était passée entre les mailles du filet.
La née-moldue devait être livide. Monter de stress faramineux. Boule au ventre et tout et tout. Elle en oubliait même de respirer par moment. Elle ne voulait pas. Non, non, NOOOON ! Mais si… parce que l’Asclépius lui avait coupé l’herbe sous le pied en se levant une fois Merry assise. Décidément ce n’était pas sa journée. Du tout. A contre cœur elle se leva donc, accompagné de ses camarades. « Je veux mourir… »

Grâce au petit homme (désolé, Rachel ne connais toujours pas ton nom lol), leurs tenues n’étaient plus vertes, mais bien rouge. Une abomination pour le teint de la sorcière. Ça avait au moins le mérite d’être original ! Eh puis Merry était venue seule –la pauvre –alors que Rachel était accompagnée de toute son équipe.

Mains, jambes, corps qui tremblent… on inspire et on expire, ouvre la bouche pour commencer mais… non. Ah tient… dite bonjour à monsieur sueur froide qui vient nous rendre une petite visite. Rachel tord alors sa feuille dans son les sens, tout est bon pour ne pas regarder devant elle, ne pas voir les petits yeux de ses camarades. Ou était donc les mangemorts quand on avait besoin d’eux ? Ils ne pouvaient vraiment pas rappliquer dans ce genre de moment plutôt que lorsqu’elle prenait du bon temps ? Bah moi je dis Mer** !

Et puis derrière le petit homme commence à jouer un air de… d’instrument bizarre spécial gobelin en cuivre et en…bronze ? Eh puis l’autre aristocrate qui s’y met aussi avec un luth, tout comme la discrète mais efficace Aurore, qui se met a taper en rythme sur une chaise. D’ailleurs ils s’en sortent bien, Rachel les regarde donc comme paralysé et les laisse jouer. Ça suffit à avoir une bonne note non ? Mais non, parce qu’Asclépénible  lui lance un regard noir que, pour une raison ou une autre, elle ne peut pas ignorer.

♫ Une…

Non, faut départ, pardon. La verte se racle la gorge et c’est repartie.

♫ Une de vos plus grandes vertus,
Est bien entendu votre courage assidu.
Vous affrontez le danger,
Sans peur, sans broncher ! ♫


Et maintenant le refrain… en groupe !

♫ Ô Godric le vaillant !
Toi qui toujours combats en avant ! ♫


Et puis en solo.

♫ Vous aimez foncer, tête baissée,
Quitte à vous en cassez le nez.
Mais quoi qu’il arrive vous continuez,
Car c’est l’audace qui vous a forgé. ♫


Puis en groupe. C’est mieux en groupe.

♫ Ô Godric le vaillant !
Toi qui toujours combats en avant ! ♫


Et rebelote pour du solo. Rachel fait quand-même l’effort de maîtriser sa voix, elle ne tremble pas trop, mais son visage se réchauffe de plus en plus. Soit elle est rouge cerise soit elle est rouge tomate, mais dans tout les cas elle n’y échappera pas.

♫ Dès que tu montres tes crocs,
Tes ennemies s’enfuient aussitôt !
Et lorsque que tu secoues ta belle crinière
Il n’y a pas plus glorieux sur terre. ♫


Quand vient le refrain c’est une sorte de répit durant lequel la verte trouve le courage de lever les yeux vers la classe et de sourire. Mais comme dit, ce n’est que le temps de deux phrases bien vite dites. Trop vite. « Sortez-moi de là… »

♫ Ô Godric le vaillant !
Toi qui toujours combats en avant ! ♫


Presque fini, enfin… plus que deux couplets quoi… De temps en temps sa voix part en couille, mais dans l’ensemble Rachel chante… relativement bien. Pas assez fort peut-être, mais ça c’était uniquement à cause de la musique. Elle n’allait pas crier tout de même !

♫ Toujours le premier dans la bataille,
Aux tiens tu confères une force sans faille.
Inébranlable et  salutaire,
Nous pouvons nous assurer de cette dernière. ♫


Eeeeeet refrain !

♫ Ô Godric le vaillant !
Toi qui toujours combats en avant ! ♫


Bientôt fini. Courage. Tient bon… N’empêche elle les haïssait tous, tous, tous.

♫ Ô toi le Chevalier au lion !
Qui sans conteste sais se bouger le fion,
Des quatre tu es le plus noble,
Car de tes vertus tu les englobes. ♫


Et enfin la fin, un dernier refrain.

♫ Ô Godric le vaillant !
Toi qui toujours combats en avant ! ♫


Puis la musique qui s’arrête, enfin. Livide, toujours. Rouge pivoine, sans doute. Malade, complètement. Rachel ne perd pas de temps et court presque se rasseoir, n’attend même pas ses camarades. Sa main tremble tellement qu’elle n’est même pas capable de tenir sa plume. Un sourire immense mais nerveux lui entrave le visage. Fuck les gens, elle en avait marre de cette journée.


Dernière édition par Rachel Pasca le Mar 12 Juil 2016 - 22:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Emily Sinclair
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Emily Sinclair, Dim 10 Juil 2016 - 22:36


On part sur l'option 2 !
LA d'Anna et Arukiel


Dans ce genre de situation, on se rend compte à quel point le temps passe vite. Ainsi, à peine eût-elle le temps de se demander comment aillaient-ils commencer cet hymne que les trente minutes étaient déjà écoulées. D'un regard inquiet, Emily se tourna vers ses camarades, en espérant qu'ils aient été plus inspirés qu'elle.

Par chance, une Gryffondor se porta volontaire pour passer en première, un bon moyen de gagner du temps avant l'heure fatidique. La Bleue et Bronze soupira en regardant sa feuille qui ne comportait que quelques inscriptions pour l'instant, rien de bien, et probablement quelque chose qui les mèneraient droit dans le mur. Par chance, Anna semblait avoir une âme plus poétique et était encore en train de griffonner sur sa feuille. Arukiel lavait aussi l'air d'avoir une feuille légèrement noircie à laquelle il rajoutait quelques corrections.

« Faut tout mettre en commun. » Chuchota-t-elle.

Hop, récupération de feuille, toi tu veux pas la donner, bah tu la donnes quand même. C'est la panique totale, mais la préfète tente d'agir comme si tout allait bien (et échouait misérablement). Dégainant sa plume, elle commença à réécrire les phrases de ses camarades au propre, les remettant plus ou moins dans un ordre correct et en rajoutant deux trois éléments de sortis de sa tête.

Lorsqu'elle releva la tête, la jeune fille qui avait réalisé l'éloge dédié aux Serpentards avait laissé place à une autre fille qui commençait maintenant à chanter un hymne en l'honneur des lions. Plus beaucoup de temps... La sorcière accéléra sa vitesse d'écriture, certains endroits étaient devenus presque illisibles et elle espérait juste que cela ne lui causerai pas de problème au moment de passer devant la classe.

Au final, c'était surtout les phrases d'Anna qu'on retrouvait dans la chanson, c'était pas très équitable mais au moins le résultat était là. La rédaction se termina juste au moment où le groupe des Serpents regagnait leur place. Emily n'avait pas vraiment prêté attention à leur prestation, mais de ce qu'elle avait entendu c'était pas trop mal.

« J'y vais ! » S'exclama-t-elle en se levant d'une traite, renversant presque sa chaise au passage.

Non j'y vais pas.
Pourquoi s'était-elle levée ainsi? Sans avoir même relu l'hymne, sans avoir prit le temps de réfléchir ni même d'adresser un dernier regard à son groupe... Le stress, toujours le stress. D'un pas rapide et déterminé, direction l'estrade. Plus que quelques secondes pour afficher un sourire confiant, faire semblant d'être heureuse de se trouver là et que de toute façon, même si le chant laisse à désirer, elle s'en fout.

Une inspiration, elle faisait maintenant face à tout le monde. C'est parti.

« On est considéré comme les plus amicaux,
Viens une fois chez nous c'est câlins à gogo,
On saura te réconforter si t'as un coup de blues,
Compte sur nous, on se fera une bonne bouffe...


Premier couplet, elle avait gardé son regard vers les autres Serdaigles sans vraiment fixer personne de particulier. Chantonnant d'une voix plus ou moins juste, l'adolescente jeta un coup d’œil sur son parchemin pour voir la suite.

Notre fantôme fait l'apologie de la digestion,
Les seuls sort qu'on use servent à flatter notre bidon,
Même si certains pensent qu'on en a trop pris,
Si tu veux je t'en file et à bas prix...


Sa voix était surement tout juste audible dans le fond de la salle, mais tant pis personne avait parlé de donner un concert. Cette fois-ci son regard s'était fixé sur le mur juste en face, ne voir aucun visage était étrangement réconfortant. Voilà que le refrain arrivait, la préfète tenta de donner un peu plus d'entrain à sa voix.

Nous sommes la quatrième maison,
Tous nos élèves sont perçus comme des cons,
À notre pauvre fondatrice, on lui doit ce qu'on est,
Loyaux et juste, enfin, c'est ce qu'on supposait...


Pas sûr que les Jaunes le prennent très bien, mais tant pis, une fois que c'est dit c'est dit. Regard toujours fixé sur le mur, pas même elle n'ose jeter un coup d’œil sur le côté pour voir Miss Peverell. Ce serait surement la pire idée possible.

Helga Pouffsoufle est celle qui nous donnera son nom,
Le travail bien fait et la une bonne nutrition,
Sont les qualités requises pour qu'on se débrouille,
Numéro 42 dans les chocogrenouilles,


C'est bientôt fini... Plus que quelques paroles. Pour l'instant la rousse avait réussi à ne pas s'évanouir et c'était déjà un exploit en soi. Cette fois-ci, ses yeux avaient glissés sur le parchemin qu'elle serrait entre ses mains.

Peut importe ce que vous pensez, ça ne nous atteindra pas,
Nuls au quidditch, aux études et même aux combats,
Le jaune et le noir seront plus forts que vous,
Mais pas demain, y a sieste, on dort et c'est tout...


Presque la fin, dans quelques instants ce cauchemar ne serait plus qu'un horrible souvenir... A nouveau le refrain, l'adolescente prend un air plus entraînant, plus joyeux.

Nous sommes la quatrième maison,
Tous nos élèves sont perçus comme des cons,
À pauvre fondatrice, on lui doit ce qu'on est,
Loyaux et juste, enfin, c'est ce qu'on supposait...


Plus qu'un couplet et c'est la libération. Une faible lumière au bout du tunnel, la préfète s'empressa de chanter les quatre dernières lignes griffonnées sur son parchemin, ne se préoccupant plus depuis bien longtemps de savoir si elle chantait bien ou pas.

Et voilà, c'est nous les Poufsouffles...
Nos performances coupent pas l'souffle,
Mais vous inquiétez pas, on est quand même là,
Quand même là pour vous faire des petits plats... »


Fini. Enfin. Ne sachant pas vraiment quoi faire devant tout ces gens, Emily opta pour saluer le public, tant qu'on y est, autant jouer le jeu jusqu'au bout. Aucun missile n'était entré en contact avec sa tête jusqu'à présent, c'était bon signe. Cependant, la Bleue et Bronze ne se donna pas en spectacle plus longtemps et regagna sa place aussi vite qu'elle l'avait quittée.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Jade Wilder, Lun 11 Juil 2016 - 19:42


HRPG: Option n°1 ! L'éloge est parfaitement adaptée à la consigne.


Non, en fait tout ne se passait pas bien. Pas assez aux yeux de Jade du moins. Elle était ainsi, toujours à la recherche d'une certaine perfection qu'elle n'atteignait jamais suffisamment, un cercle sans fin dans lequel elle se complaisait. Mais que pouvait-il donc bien se passer pour qu'une fois encore, la demoiselle ne soit pas satisfaite ? Plein de choses en fait. Elle n'arrivait pas à se concentrer, ne trouvait pas ses mots, paniquait intérieurement, trouvait que le travail n'avançait pas assez vite et se reprochait automatiquement ce retard.. Un vrai bordel dans cette petite tête blonde.

Et le temps passe, irrémédiablement. L'adolescente ne pouvait rien contre lui, à part tenter encore une fois de retrouver une concentration échouée loin de là. Mais la seule idée de se retrouver devant une classe entière à devoir réciter ce travail commun, ça lui donnait la nausée. Littéralement. Mieux valait ne pas regarder vers l'avant de la salle sinon impossible de répondre des ses actes. Elle avait déjà fait des crises de panique, mais jamais en cours, fort heureusement. Hors de question que ça arrive maintenant, malheureusement cette possibilité augmentait de minute en minute. Son coeur battait à tout rompre, au point de lui faire mal. Finalement, repousser l'échéance ne servait à rien, l'adolescente préférait espérer que cet enfer passe au plus vite et basta, on en parle plus.

Notant les dernières idées de Tangerine, Jade fit en sorte de mettre tout ça en forme, mettant au point une base qui normalement, n'était pas trop mauvaise. Les idées des uns et des autres furent bien vite mises en commun pour ne former qu'un seul et même texte. Ça n'était pas parfait, mais au moins c'était plus complet que ce que Jade avait envisagé dans sa panique. Assez pour qu'elle ne soit pas inquiétée par son passage devant tout le monde ? Nan, ça c'était impossible malheureusement.

Inspirant puis expirant lentement, la blondinette gardait le regard fixé sur les lignes manuscrites. A priori, elle n'aurait pas de mal à réciter ce qui était noté, en particulier parce-qu'elle pensait réellement ses mots. Et puis, lire l'anglais n'avait jamais été une difficulté. Le prononcer un peu plus déjà mais c'est en essayant qu'on réussit. Enfin, il fallait l'espérer parce-que là, la note de son groupe reposait sur ses petites épaules et bien qu'elle ait l'habitude des responsabilités.. en prendre une de plus ne lui plaisait pas plus que ça. En particulier quand ça impliquait de parler en anglais, devant toute une classe. Oh bon sang, ne pas y penser, surtout pas ! Sursaut lorsque la professeure annonça la fin de l'exercice. Bond du coeur en même temps, qui reprit ensuite son rythme tonitruant.

- Bon, le temps imparti est terminé. J'espère que vous avez pu faire du mieux que vous pouvez, je vous souhaite bonne chance. Ils ou elles, pourront s'installer sur l'estrade.

Naoooon. Au moins elle aurait pu espérer se cacher derrière le bureau s'appuyer sur le bureau si elle se sentait vraiment mal. Ça aidait généralement, d'avoir quelque chose à portée de main. Bon d'accord ça n'aurait pas fait très naturel mais là, présentement, la blondinette n'en avait rien à carrer du naturel.

- Si vous le voulez, vous pouvez prendre vos chaises et vous assoir dessus, pour être plus à l'aise sur l'estrade. Quel groupe désire commencer ?

Là, c'était l'inverse. Certes Jade craignait aussi que ses jambes ne se dérobent sous elle, cependant être assise serait pour elle une sorte de position d'infériorité et.. oui bon d'accord, c'était des conneries. Elle avait juste peur et ne pouvait aucun cas justifier ses actes, point. Bon saaang mais comment allait-elle pouvoir faire ? C'était un véritable cauchemar. Se ratatinant le plus possible sur sa chaise, la préfète espérait vraiment qu'un autre groupe allait être volontaire, elle ne pouvait vraiment pas passer en première là même avec la volonté de finir ça au plus vite.

Fort heureusement, Merry ne tarda pas à se proposer. Bizarrement elle semblait aller beaucoup mieux, tout à coup. Sceptique, la Poufsouffle ne montra cependant rien de ses doutes. Au moins, la rouge lui permettait de repousser un peu l'échéance et présentement, c'était tout ce que Jade souhaitait. Elle écouta donc avec plus ou moins d'attention le discours des rouges envers les verts. C'était bien fait, y'a pas à dire. D'ailleurs, la préfète paniqua un peu plus car eux, ils n'avaient pas fichu ça sous forme de poème/rimes et tout le bazar. C'était pas obligé si ? Oh bon sang. Une nouvelle fois, la blondinette se recroquevilla sur elle-même pour ne pas être obligée de passer maintenant. Elle n'était pas prête, ne pouvait pas, pas possible. Au fait, est-ce qu'elle aurait le courage d'y aller à un moment ou un autre ? Pas trop le choix, mais là tout de suite ça lui paraissait insurmontable. Merlin Merci, les Serys, Rachel en tête, se décidèrent pour passer ensuite. Voilà qui lui laissait un peu plus de temps mais.. qui rapprochait aussi inexorablement son passage. Bordeeel. Le passage des serpys eut le mérite d'être un super travail d'équipe, tous avaient un rôle. Rachel par contre n'avait pas l'air bien. Jade ne pouvait que fort bien la comprendre, malheureusement.

Enfin, ce fut au tour des Serdaigles, ceux qui devaient écrire une éloge sur les Poufsouffles donc. Bien évidemment, cela intéressait la jaune de savoir ce qu'ils allaient pouvoir sortir à leur propos, cependant en aucun cas elle n'aurait cru entendre de telles absurdités. Peu à peu, la peur de s'exprimer devant toute une classe laissa place à une rage pure et dure. Les sourcils froncés, Jade fixait Emily littéralement, la fusillant du regard. Comment osait-elle ? C'était sensé être drôle peut-être ? Alors là. Tremblante de rage, la préfète hésita un instant à rejoindre l'estrade pour étrangler la bleue en place publique. C'était bien ça comme projet, non ? Pourtant, elle réussit à garder le peu de calme qui lui restait pour ne pas quitter sa place durant le discours idiot de la porte-parole.

Ah ils voulaient jouer à ça ? On va jouer.

Ajoutant quelques mots sur la feuille prévue initialement, Jade bouillonnait de l'intérieur rien qu'en entendant l'autre déblatérer ses mots. Elle ne savait pas trop si ils étaient juste idiots ou si ils avaient voulu pousser la plaisanterie à l'extrême, dans tous les cas ça passait très mal. Qui a dit que les pouffys n'ont aucune fierté ? L'Italienne en tout cas, avait le sang chaud. Et elle était bien déterminée à montrer sa colère. Déjà, elle ne se jetait pas sur Emily pour engager un combat de catch dans la boue (coucou Alhena ♥), c'était déjà un progrès. Quoique l'adolescente n'était pas certaine d'y avoir renoncé. Le seul avantage à tout ça, c'était que son stress avait été légèrement occulté par la colère. Légèrement, faut pas exagérer non plus. Au moins, elle était désormais décidée à passer histoire de mettre un point final à tout ça et de mettre au point des plans de torture.

Au moment même où la Serdaigle rejoignait sa place, Jade se leva, lui lançant au passage un regard venimeux. Cette fille, ainsi que tous les bleus de ce groupe étaient désormais dans le viseur de l'Italienne. Et franchement, c'était très mauvais signe pour eux. L'envie de partir du cours était plus que présente, celle de lancer une nouvelle guerre des maisons aussi, mais pour le coup la blondinette préférait se venger par les mots. Et par la même occasion, avec les points. Plus que jamais déterminée, l'adolescente était prête à mettre - une nouvelle fois - la pâtée aux bleus. Ne jamais atteindre la fierté d'une Wilder, conseil d'amie. Quittant finalement Emily et ses coéquipiers des yeux, la préfète tourna le regard vers la professeure.

- Je suis prête aussi.

Vérité ? Nan. Voilà que le stress refaisait surface. Bon sang elle ne sortirait jamais de ce cercle infernal décidément.. Inspirant lentement, la préfète se dirigea à son tour vers l'estrade, serrant son poing jusqu'à chiffonner le papier. Voilà qui allait l'aider hein, vraiment. Son humeur oscillant entre stress et colère n'arrangeait vraiment pas les choses, comme si elle était partagée entre l'envie de pousser un énorme coup de gueule et celui de se mettre en pls sous sa table histoire d'échapper aux regards. Les regards, parlons-en. Insupportables pour elle, mieux valait ne pas relever les yeux vers le reste de la classe. Pas maintenant. Ou si ? Elle ne pouvait pas juste réciter ce qui était noté en fixant son parchemin, c'était pas poli. Se forçant donc à relever les yeux, Jade dû également empêcher ses mains de trembler. Calme calme.. Normalement sa prononciation était bonne lorsqu'elle lisait. Plus qu'à prier. Enfin, elle commença, peu sûre de ses mots, essayant de ne pas passer son temps à regarder sa feuille. Le vide, c'est bien comme point de repère. Un point invisible quelque part dans la classe.

- On dit souvent des élèves de Serdaigle qu'ils sont des érudits, pleins de sagesse et de patience. Cependant ne s'arrêter qu'à de simples qualificatifs serait presque péjoratif pour eux, ils y a beaucoup plus à dire à leur propos.

Commençons par le commencement, Rowena. En amont de toute chose, lorsque les quatre se rejoignirent pour créer Poudlard, comme l'eau, la terre, le feu et l'air se joignirent pour créer la Terre, Rowena apporta à l'école cette goutte de sagesse et de curiosité. Au delà de la maison à laquelle elle a donné son nom, Rowena à influencé notre quotidien à tous puisque le château a été grandement imaginé par ses soins, particulièrement les salles les plus exceptionnelles. Qu'on le veuille ou non elle fait partie de nos vies.

Mais en aval, elle est aussi grande inspiration qu'exemple pour tous. On dit parfois nos deux maisons bien différentes, leurs fondatrices même l'étaient, cependant pardonner le vol de son diadème à sa propre fille était une grande preuve d'amour et de loyauté en plus d'une preuve supplémentaire de sa sagesse. C'était son dernier souhait sur son lit de mort, revoir quelqu'un qui pourtant avait trahit sa confiance.. nous ne savons pas si tout le monde aurait eu ce courage, cette force de pardonner.

Au fil des années elle a transmis ses plus belles qualités aux élèves ayant fait partie de sa maison. Il n'est pas rare de voir quelques Poufsouffles côtoyer des Serdaigles, plus personnellement ou pas plus que ça, ça n'est pas important. Leurs élèves se montrent toujours passionnés par ce qu'ils font. Ils restent eux même et glissent chacun à travers le château, prenant la juste place qui leur est accordée.. Ils ont, comme beaucoup, des qualités qui dépassent totalement celles qu'on attribuait à Rowena. Cette dernière était fabuleuse, une des plus brillantes si elle n'est pas LA plus brillante. Mais nous ne l'avons pas connue et nous savons que la plupart des Serdaigles rencontré au court de notre scolarité avaient tous de bien plus amples qualités que celles qu'on note sur un papier. Si Rowena est leur exemple.. je ne peux que la remercier.


Oh bon sang, c'était enfin terminé. Le coeur de Jade ne cessait néanmoins pas ses battements digne d'un concert de rock mais soit. Au moins, ça, c'était terminé. Enfin, pour ce qu'ils avaient décidé ensemble du moins, mais il était hors de question que la demoiselle en reste là. Son ton s'était voulu sérieux et calme pour réciter l'éloge, mais étrangement il changea radicalement lorsqu'elle tourna de nouveau son regard ambré vers la table des Serdaigles, mesurant bien ses mots qu'elle voulait percutants. A défaut de distribuer des baffes.

- C'est ce qui était prévu, alors j'ai récité ce qu'on a vu avec Tangerine, Corwin et Lola, malgré tout. Et je le pense toujours, pour certains. Dommage de voir que je me suis.. trompée sur plusieurs points. Et au passage, un hymne, comme une éloge, c'est sensé être élogieux.

Un "Bande d'idiots" lui brûlait les lèvres, mais elle préférait ne pas descendre à leur niveau. Nouveau regard noir vers le groupe des Serdaigles, pour le coup l'Italienne était bien remontée. On ne touche pas à ses pouffys, jamais. Son sens de l'humour n'était certes pas très prononcé, mais là en l'occurrence elle n'avait eu aucune envie de sourire et se fichait des apparences. Descendant ensuite de l'estrade, l'Italienne rejoignit son groupe, ignorant alors royalement le groupe des bleus. Eh bien, si le but du cours était de renforcer le lien entre les maisons, il semblerait que la guerre soit plutôt déclarée. Qui aurait cru que cela aurait pu venir de ces maisons là ? (©Alhena)


Dernière édition par Jade Wilder le Lun 11 Juil 2016 - 22:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Riri Vacuitas, Lun 11 Juil 2016 - 19:44


LA de Keira et Kohane
RIRIP Nel on ne sait pas où il est passé. Par conséquent on invente chacun notre tour ses répliques, je ne sais pas du tout si on à le droit. Cependant cette idée vient de moi. Merci de nous le dire rapidement avant qu'on fasse tous la bêtise à cause de moi.
Option N°1

Des élèves avaient déjà pris la parole. Parmi eux, la gamine, Merry. Encore elle, toujours elle, toujours présente pour se faire remarquer. Qu'elle demande de l'attention directement, ce sera plus rapide. « Pffffff ». Je commenterais pas son hymne, il est l'image des gryffondor et d'elle même, il parle d'eux en fond et des Serpentard en façade. Toujours parler de sois, aussi égoïste qu'Asclépius. Franchement, à quoi ressemblait leur vie ? Moi moi moi ? Cet état d'esprit me dégoutte. Le peu de Gryffondor que j'avais rencontré avait cette fâcheuse habitude, cela devenait lassant, ennuyant. Je ne vais pas parler du texte en lui même, elles ont au moins fait l'effort de travailler. Bref, les Serpy avaient prit la parole, c'était à leur tour, le poids que portait Rachel semblait lourd. Les deux autres se mettent à jouer d'un instrument de musique. Soporifique … Le semi-malin-gobelin se mit à jouer d'un instrument bizarre, on s'en fou. L'autre, l'Asclépius de rien du tout, se mit à jouer du Luth. Pfff … Décidément, il cherchait vraiment à péter au dessus des autres lui … Il était inutile, fragile, fébrile, mais peut-être qu'il pourrait-être utile. La fille se met à chanter et les deux autres jouent. Qu'elle mélodie qui me détruis petit à petit. Vivement que se sois fini …. Au moins eux ils parlent vraiment de leur sujet, ils ne font pas une sorte d'hybride je ne sais quoi … Bref, Rachel se goure un peux mais on lui pardonnera, elle ne doit pas avoir l'habitude. Tant pis, ce sont des choses qui arrivent. Ce fut ensuite au tour de ma préfète, Emily d'aller devant tout le monde et de prendre la parole, prendre l'ascendant. Elle devait parler des poufsouffle, faire l'éloge de ces derniers. Cependant, ça ne ressemblait pas trop à une éloge, loin de là même. Les Poufsouffle se sont fait insulter en directe live. A l'aide de rimes et fausses rimes. Cela devait déjà être dur d'être chez eux, il était inutile de les enfoncer publiquement en faisant l'inverse de ce qui était demandé. Soit, ce n'était pas mon soucis, ce n'était pas mon groupe. Le miens avait fini de travailler, même si nous avions du travailler pour l'autre gars inutile, Nel, un jaune. Ce fut au tour du dernier groupe de passer, le groupe des Poufsouffles, l’éloge des serdaigle. Revanche dans l'air ? Je sentais que Jade nous le dirait dans pas trop longtemps. J'étais fatigué, alors je me mit à bailler. Puis Jade commença juste après ça. La fameuse Jade à l'air peu sereine, semble trembloter, peut-être qu'elle aurait voulut être dorloté. Elle commence et se lance. Son discours est l'opposé de celui de mes camarade, élogieux et loin d'être affreux. A milles lieux de ceux qui pensaient faire mieux. Son texte est vraiment pas mal, sûrement le mieux. Puis elle s'arrête, et fixe les Serdaigle. Je semble être dans le lot puisque je suis seulement une table devant, pourtant je n'ai pas l'air d'être compris dedans. Elle ajoute quelques mots sur un regard noir. En entendant ça j'ai soudainement envie de lever les bras en les bougeant dans tout les sens tout en faisant :

* DAAAAAAAAAAMN DAAAAAAAAAAMN DAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAMN *

Mais tout ceci reste dans ma tête de poète. Je reste calme et me contente de suivre ce qu'il se passe. Je ne suis pas là pour que ça dégénère encore plus. On ne pouvait pas donner tord à Jade, pas du tout. Je détestait ceux qui transgressaient les règles. La vie n'a pas de règle, lors d'un combat, d'un achat. Tout les coups sont bon. Cependant, lors d'un bête exercice il est inutile de ne pas suivre les règles comme l'avaient fait les serdaigle, se réduisant ainsi, au niveau des gryffondor. Bien fais pour eux. Je lançais un petit regard à Anna et tout le reste, essayant de réprimander ce sourire en coin qui apparaissait. Aller hop, fallait se lancer, c'était à mon tour. Mince, dans quel état j'étais … Bref, je fit signe à mes nouveau camarade de se lever. Ensemble nous nous dirigions vers la scène ! Devant le bureau en fait. Maintenant nous devions jouer notre superbe saynète, ce n'était pas avec mon énergie que j'allais y arriver. Heureusement je m'étais dis que Rowena devait me ressembler, parler peux pour parler bien, ne pas être très expressif. C'était tout bon. Avec mes égratignures sur la tête et mon regard blasé je commençais. J'ouvrais le bal, je posais le décors, je sortais mon trésors. Un dernier regard noir à Nel.

« Les amis, je suis content de vous retrouver ici
Depuis peux j'ai une grande envie qui torture mon esprit
J'aimerais créer une école de magie pour avoir une population éduqué
Je voudrais une futur génération plus éclairé capable de vivre ses envie
»

Faisant de bref geste de mains, bougeant les yeux pour simuler une quelconque réflexion de la part de mon personnage. Parlant calmement et lentement, afin d'être bien compris. J'essayais de faire comprendre qu'elle était plus dans la réflexion que dans le blabla. Faire comprendre qu'elle passait son temps à réfléchir, comme-ci que c'était une torture.

« Je suis tout à fait d'accord. Cela permettrais de créer une réel amitié entre tout nos jeunes, créer un noyaux solide dans lequel tout le monde s’entendrait bien et serais amis. Ainsi, tout le monde serait loyal envers tout le monde. La paix pour tout les sorciers ! »

« Je suis en entière adéquation avec vos idées, mes amies. Créer une école de magie ? Mais quelle MERRRVEILLEUSE idée ! Etrange que personne n'y ait pensé avant nous. Cela leur permettra de maîtriser leur don, de l'apprivoiser et de le contrôler. Ainsi, ils n'auront plus à craindre cette bizarrerie comme le diraient les Moldus. Ils seront éduqués avec d'autres jeunes comme eux et pourront, ensemble, affronter leur futur, baguette en main. Se serrer les coudes pour faire face à leurs peurs les plus profondes tout en ayant ce sentiment d'être avec d'autres, d'autres comme eux, être en communauté.
L'école leur permettra d'apprendre à se battre et à combattre ces noeuds de l'estomac qui peuvent vous prendre aux tripes.
Nous ferons de nos élèves de VRRRRAIS et FORRRRT sorciers, TEMERRRRAIRES, COURRRRAGEUX, pleins d'ENERRRRRGIE et de VOLONTE !
»

« Effectivement... Je crois que la création d'une école visant à apprendre l'art suprême de la magie est une idée trans-cen-dante... Ainsi notre jeuuunesse apprendra les subtilités des bonnes manières et sera apprise à se tenir correctement en société, en plus d'apprendre à mmmaîtriser leur don par dessus le marché ! »

On allait désormais attaquer la partie deux de la saynète. Attention, il fallait avoir un jeux d'acteur encore plus redoutable. Au cas où Janny Dipp passerait par là. Toujours avec mon regard fatigué, je trouvais que c'était déjà long.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Keira Sanders
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Keira Sanders, Lun 11 Juil 2016 - 23:22


LA de mon groupe,
idem que Riri.

Chacun prépare un truc au brouillon en l'espace de quelques minutes. Kohane est la première à relever la tête, et à réciter avec un accent caricatural une loooongue partie. Elle adopte un ton très énergique et enjoué, c'est parfait. Cette saynète commence bien.

Riri critique - oh, comme d'habitude, non ? - une élève. Tu détournes le regard vers la rouge en question un instant, lassée, avant de continuer à écrire tes répliques aussi caricaturales que celles de Kohane. Tu peux déjà entendre d'ici le ton horrible d'aristocrate que tu vas devoir prendre. Au moins, tu as un avantage : à force de jongler entre les masques, tu as acquis un certain talent d'actrice. Mais entre jouer un rôle sans le montrer et jouer en jouer un ouvertement devant une salle consciente de ce que tu fais, il y a un fossé.

Le Serdaigle récite sa prochaine réplique d'un ton las et mou. Va falloir qu'il soit un peu plus énergique quand vous serez sur l'estrade. Quoique, Rowena devait bien parler dans un genre de ton blasé, lent et suffisant, si l'on en croit les stéréotypes. Et puis Nel... Nel ? Pas de signe de vie. Il a du s'endormir sur son parchemin qui reste vierge d'encre.

L'heure des représentations arrive beaucoup plus rapidement que prévu. Au final, Nel n'a pas participé à la tâche. Les répliques ont donc été écrites au dernier moment, et plutôt bâclées. Génial. Espérons au moins qu'il sera en forme pour les réciter. C'est pas bien compliqué, ça, de réciter. Il n'aura qu'à lire.

Le groupe des rouges. Tu tends l'oreille, écoutant ce qu'ils ont à dire de ta maison. Bof, c'est pas folichon. Mais au moins, ils vous critiquent pas. Mis à part ce "mesquins"... Moui. Stéréotypes, hein.

Le groupe Serpentard passe en second. Tu vois Rachel, ce garçon mondain et ce nain monter sur l'estrade, vêtus de rouge. Rachel semble un peu stressée. Pas étonnant, la connaissant un minimum ! Le nain joue... Ou plutôt, le nain essaie de jouer d'un instrument bizarre. C'est assez désagréable pour les tympans. L'autre aristocrate joue du luth. Et Rachel chante. C'est pas trop mal. C'est même cool, ce qu'ils ont fait. Ça bouge un peu, c'est musical et bien écrit. Et c'est vraiment un éloge.

Ensuite vient le groupe des bleus. Tu ne reconnais personne, et tu en es bien contente quand tu entends le massacre qu'ils font. Misère. Tu ne peux pas t'empêcher d'exploser de rire bruyamment. Du culot, ces intellos. Tu les admire. Tu n'aurais pas oser faire ça devant la prof et devant tant de gens.

Tu attends avec grande impatience la porte parole des jaunes, pour voir ce qu'elle a à répondre à cette attaque. Elle a l'air énervée, ça se voit. Elle fixe un point invisible, et lit son éloge. C'est un éloge très réussi. Parfaitement dans les consignes. Tu te demandes comment elle fait pour réciter ça sans bouilloner de rage et partir cracher sur ces bleus et bronzes qui l'ont salie quelques instants auparavant, mais voilà qu'elle s'empresse de leur addresser une pique. Comme une reine. Wow. Après cela, votre passage allait être tendu.

Tous les quatres levés, direction l'estrade. Riri parle le premier. Son ton est parfait. Ce qui suit également. Toi, tu as parlé avec ce faux accent d'aristocrate. Mais tu n'oses pas encore te lâcher entièrement. Ça, tu le réserves pour ce qui suit.

« Mes élèves devront être dans un lieux élevé, proche de leurs rêves
Protéger ainsi leur originalité et leur personnalité de notre société.
Ils voleront de leur propre ailes, ils compteront sur leur cervelle
Isolé et protégé, individualisé et cultivé, ils se sentiront plus évolué »


« Et surtout travailler. Il faut apprendre à ces petits la loyauté ! C'est la base, le fondement de la paix. Et ceux qui travaillent dur doivent être récompensés par de bons repas, mes élèves devront être prêts de la cuisine pour se voir couronnés. »

« Intelligence, travail... c'est bien beau. Mais un sorcier comme tout être humain se doit d'être insoumis, battant et se battre pour ses PRRRROPRES valeurs ! COURRRAGE d'affronter la société, vous entendez ?! COURRRAGE ! Il faut apprendre aux enfants, au élèves, à savoir faire la séparation entre un ordre légitime et un qui ne l'est absolument pas. Il faut qu'ils apprennent à DIRRRE NOON ! Non à ce qui est injuste ! Et avoir la FORRRRCE de se BATTRRRRE contre ce que tous reconnaissent comme bien alors que ce n'est qu'un horrible abus de la part du pouvoir, des moeurs et de la société ! Les enfants doivent apprendre à la fois à respecter des valeurs morales mais aussi à reconnaître ce qui n'a rien de moral et à désobéir à ces derniers. Pour cela, il faut les former, attiser en eux ce COURRRRAGE qui dort depuis leur naissance et qui ne se réveillera pas si personne ne les aide à le faire.   »

« Lessss intelligents, lesss travailleurs et lesss arrrrogants ? Ma personne, préfère valoriser l'ambition. Vous entendez ? L'AM-BI-TION ! Et plus encore que l'ambition, je ne peux point admettre de sangs-de-bourbe dans une école de... magie !   »

Un peu mal à l'aise, tu as insisté sur le mot sang-de-bourbe. C'est vraiment la partie la plus importante. Alors tu t'es efforcée de faire une grimace de dégoût, un peu comme celle que ferait ta mère devant des moldus. Sans oublier d'avoir tapé du point dans la paume de ta main à chaque syllabe du mot ambition.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Kohane W. Underlinden, Mar 12 Juil 2016 - 19:41


LA du groupe
Et tout pareil que mes petits coéquipiers ^^


Foutue saynète. Travail dur et acharné... C'est pas comme si on ne donnait la parole qu'à une seule personne, comme les autres groupes. Non. On va tous passer à la casserole. Et ça m'énerve. Vivement que tout se termine !
Je regarde mon parchemin griffonné dans tous les sens. Barré, re barré, annoté. J'espère pouvoir me relire dans ce fatras.

Bientôt, le temps imparti est écoulé. Posez vos plumes, ouvrez vos oreilles et vos yeux, fermez-la tous, le premier qui l'ouvre, il se prend un silencio en pleine poire !
Chut, on écoute. Qui passe en premier ?
Cette chère Merry ! Allez les Gryffys ! You can do it !

J'ai hâte d'entendre ce qu'ils ont produit. J'écoute avec attention et apprécie tout particulièrement la fin. Oublier et pardonner ? L'idée me plaît. Parce que, assez des clichés ! Les Serpentards ne sont pas tous malsains, mesquins, diaboliques et que sais-je encore. Ce n'est sans doute pas pour rien que ma soeur de coeur est une vert-et-argent. De même que ma mentor, d'ailleurs. Idem pour West. A croire que je suis irrémédiablement attirée par les Serpents !

Tiens, ce sont d'ailleurs eux qui entrent désormais en scène. Viiiii allez Rachel !!
Elle ne semble pas très à l'aise de devoir s'exprimer. Je lui adresse un large sourire encourageant. Tu vas y arriver !
Oh, il vont nous le faire en musique, dis donc ! La classe ! Je me cale dans ma chaise, pressée d'entendre ce qui va en sortir. Et ce sont les notes qui s'envolent, faux départ... oups. Allez, Rachel, reprends-toi !
Elle ne se laisse pas abattre et entonne doucement son hymne aux rouge-et-or. Wah, ils font même un choeur ! On est tombés dans la maisons des musiciens et mélomanes !
Je fais un nouveau large sourire à mon amie lorsque sa la voix du choeur retombe sur le dernier refrain. Peut-être un peu cliché -comme nous tous, d'ailleurs- mais je dois avouer qu'en ce qui me concerne, ça me va plutôt bien. Du moins, telle que Rachel me décrit : dans le genre fonceuse, tête baissée, un peu trop rapidement, à prendre les choses de front plutôt qu'à réfléchir à les prendre autrement.

Et wouuup ça enchaîne directement.
Une pause m'dame ? Naaa ! Pas droit d'pause ! On se tait, on écoute. Voilà.
Les Serdys, les Serdys ! Acclamations de l'arène toute entière.
Non, j'plaisante. Plutôt grande attention des élèves et pas un bruit ou Lena arriverait avec le marteau pour vous assommer !
Et ça continue. Je commence à perdre le fil. Je dois dire que j'ai juste envie de sortir d'ici, vite fait bien fait ! J'entends la voix de la jeune fille que je ne connais pas me bercer, et parole, parole, parole...

Quoi ? Déjà fini ? A nous ? Ah, non, les Pouffys ! Tiens, c'est Jade. Elle parle plutôt bien. J'écoute encore à moitié, trop pressée d'en finir. J'ai tellement pas envie de parler cette fois ! Juste me terrer au fond d'un nid et regarder les autres faire.
Léger sourire en entendant la pique de fin. Bien envoyé, dis donc, petite Jade !

Our turn ? Viii cette fois, ça y est. Allez, on fait ça, vite fait bien fait, et on s'en va !

Nous voilà face à notre cher public. Préparez-vous les gens, ça va y barder ! Ou pas d'ailleurs... A voir.
Première partie de la saynète.
Deuxième partie.
On est presque au bout.
Troisième partie ! On voit déjà presque la fin.

-Nous n'avons que faire du sang de nos élèves,l'important est qu'ils aient un mental de fer
Ce qui compte ce n'est pas ce qu'il ont dans le sang, mais ce qu'ils ont dans la tête
Ce que tu dis est indécent, sûrement le sang de tes ancêtre qui te rend bête.
Salazar mon ami, dans notre école nous feront de l'art tandis que créer des soucis.

Wah les rimes, eh beeeen... j'suis contente de parler en prose, moi !

-Serdaigle, mon amie, a raison : des travailleurs,
Voilà ce qu'il nous faut. Dur labeur
Que celui d'être élève ou enseignant
Et en ce sens, peut donc importe le sang !

La nourriture est l'art de vivre
Et que faire d'un sang que tu crois maculé
S'ils peuvent, des festins pleinement profiter
Et de cette joie vivante devenir ivres ?

Yaaash... encore des rimes ! Bon Dieu, je me demande sincèrement comment faisaient les auteur classiques pour... rimer en alexandrins des pièces entières, avec alternance rime féminine rime masculine puis aussi ceci, et puis aussi cela...

-Et monsieurrr et mesdames, que faites-vous du secret magique ? Nous, les ssssorciers, ne sommes pas censés révéler au grand du jour notre communauté à qui veut bien l'entendre. Ramener vos petits moldus dans une école briserai le secret ! Perfidie ! Ils ne sont mê-me pas méritaaants !  
J'aime la façon dont Keira siffle. Vraiment. A moi d'enchaîner, d'un ton rugissant, plein de rage et d'énergie.

-Alors ça, c'est la meilleure ! Diviser les sorciers ? En favoriser certains pour en rejeter d'autres ? Non, je vous le dis, NON ! Il en est hors de question ! Le secret magique n'a rien à faire ici ; ce ne sont pas des Moldus que nous accueillons dans notre école, mais des nés moldus. En quoi seraient-ils sorciers plus piètres que les autres ? En quoi leur naissance les dévaloriserait-elle ? Je te le demande ! Prouve-moi donc qu'un né-moldu est toujours plus faible et moins méritant qu'un sorcier né de deux parents sorciers ! Le COURRRRAGE est dans leur coeur de tous, quel que soit leur sang et leur naissance ! Tous méritent d'apprendre à se servir de ses pouvoirs. Tous, vous m'entendez bien ?! Je RRRRREFUSE catégoriquement une école où seuls les sang purs pourraient étudier. Que faîtes-vous de la diversité ?! OUVERTURE D'ESPRRRRIT !!!

A défaut de pouvoir taper sur une table, je frappe le mur derrière moi. Marteler les mots, les faire entrer dans le crâne des autres. Ou plutôt des personnages que jouent mes coéquipiers.

Pfiou. Partie 3, over ! Youpi trala !
J'en ai maaaarre.
Mais courage, presque au bout, presque au bout.
Alors souris, tu sais qu'il ne te reste plus grand chose à donner.

HRPG:
 


Dernière édition par Kohane Werner le Mer 13 Juil 2016 - 14:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Keira Sanders
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Keira Sanders, Mar 12 Juil 2016 - 20:29


Ça va qu'on ne s'étale pas trop sur le conflit entre Salazar, joué par ma personne, et les autres fondateurs. Cela reste superficiel, et je peux dire merci à Merlin pour ça... Pas que ce soit contraire à mes opinions, non. Enfin, ça n'est pas non plus en adéquation avec ces dernières, détendez-vous, lecteurs. Je n'aime pas les moldus, mais je ne les déteste pas. Je les plains, c'est tout. Ils vivent dans un monde qu'ils ne comprennent pas entièrement. En revanche, je trouve qu'ils ont des qualités admirables. Ils contournent très bien l'absence de magie dans leur monde. Et ils ont même de petits objets capables de faire des choses que la magie ne fait pas. C'est miraculeux, non ? Je ne comprends toujours pas pourquoi les deux camps ne veulent pas vivre main dans la main. La magie associée à la technologie moldue pourrait créer un monde presque parfait. Le meilleur, c'est ma petite boîte à musique. En fait, ce n'est qu'un prisme en métal avec quelques boutons et des fils qui se branchent sur les oreilles. Je ne comprends pas comment ça marche, mais ça permet de s'isoler du monde.

Bref, la saynète continue. J'adopte mon ton dédaigneux habituel, je n'ai pas besoin de faire beaucoup d'efforts là-dessus. En revanche, j'accentue les mots avec un accent vraiment pas naturel du tout. Ça fait cliché. C'est voulu. C'est stéréotypé.

« Pas de panique au sujet du secret magique, comme le dit Godric
Il est question de né-moldu et non de moldu qui se seraient perdu
Ne t'en fais pas, nous feront une protection qui empêchera toute intrusion
Tu as cas créer un salle secrète pour ta secte »


La référence à la chambre des secrets, c'est un coup de maître. Le p'tit Riri en a dans la tête. Il a beau avoir l'air blasé et aimer critiquer, je crois que je l'aime bien. Et puis, moi aussi, j'aime bien critiquer.  

« Les nés-moldus méritent autant que les sorciers,
Au moins, ils ont le mérite d'être parfois plus passionnés,
En plus de souvent être meilleurs cuisiniers.
Ils s’avéreront meilleurs travailleurs, vous vous rendrez compte, Salazar, que vous aviez tord. »


Décidément, le cliché de la salle commune située à côté de la cuisine pour les jaunes, ça les suit. J'espère qu'ils ne vont pas mal le prendre, ce n'est pas méchant. C'est juste pour rester dans le stéréotype de A à Z. Ou de Alpha à l'Omega. Je sais plus comment on dit.

« SssssSSssss sSSsssSSs sSSSSssss... »

Evidemment que je ne parle pas fourchelangue... S'il y en a un dans la salle, il doit bien se retenir de se rouler par terre pour se moquer de moi. J'ai juste émis des sifflements grotesques, c'est ridicule. On dirait plus le bruit du tuyau d'arosage de mes moldus de voisin qu'une langue parlée par l'animal emblème de ma maison. Bref, au moins ça laisse cours à l'imagination de ces têtes tournées vers nous dans la salle. Pour moi, Salazar est en train d'insulter les autres dans sa barbe. Un truc du genre, bande de traites à votre sang, vouloir fraterniser avec des moldus, c'est la chose la plus honteuse que vous puissiez faire, espèces de *******. Voilà. Un peu comme ça...

« Sssssssserpentard !!!!!!! (oh mon dieu, pourrrrrrquoi je siffle moi maintenant ?!!) Veux-tu ARRRRRETER de siffloter dans ta BARRRRRBE ?! Si tu as quelque chose à me... à nous RRRREPRRRROCHER, dis-le clairement !! Et cesse de te parrrrrler à toi-même dans cette langue que toi seul comprrrrrrrends !! »

Bon. C'est presque fini. Allez. Je n'ai plus qu'une réplique.


Dernière édition par Keira Sanders le Mer 13 Juil 2016 - 13:51, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Riri Vacuitas, Mer 13 Juil 2016 - 2:11


On enchaîne et petit à petit on perd nos chaînes. Prochaine étape, la dernière. Ensuite c'est l'air libre. Mais pour le moment nos voix vibres. Mes camarade s'en sortent bien, même le lâche et faible Nel … Si je pouvais lui lancer des regards noir je le ferais sans problème, aucun dilemme à ce niveau là.  J'espère ne plus le revoir en quittant l'école. En attendant la saynète continue et nous sommes émus. En fait nan, nous sommes tenus de finir. Je regarde mes camarades de d'exo. J’essaie de jouer mon personnage comme il se doit. On à passé les plus grosses étapes, il ne me reste plus cas conclure cette histoire, plus cas fuir de ce tracnard. Vivement que ça se termine, j'en ai déjà mare et je suis fatigué. Je cligne des yeux rapidement de temps en temps. Je dois rester éveille, c'est pas évidement mais pour le moment je survis je suis ici. Pas encore dans l’oublie mais pas encore dans le réussis non plus. Juste ici en sursis. Quel est ton soucis ? La classe et ses crasses ? L'humain et son malin ? Chacun son chemin, sauf s'il t'emmènent dans l'ravin. Cette saynète nous emmenait sur un chemin saint, c'est certain. Il ne me reste plus cas conclure. Une petite phrase. Je bouge rapidement comme pour m'interposer. Houla, que c'est épuisant de bouger.

« Allons boire un verre avant de s'envoyer sous terre. »

Prenant une intonation un peux plus engagé et légèrement plus vive que d'habitude. Montrant l'implication de Rowenan dans ce groupe.

« Avec un bon casse-croûte et tâchons gentil après tout ! »

L'innocence Pouffy. Quoi de plus cliché ? Heureusement que c'était Nel qui faisait ça. Cela lui allait bien après tout.

« Seulement si il s'agit d'un bon vin du siècle dernier. »

Toujours sur son ton caricatural aristocratique. Cela faisait bien ressortir le personnage j'étais bien obligé de l'avouer.

« La bièraubeurre est bien plus tonifiante que ton viiin du siècle dernier ! »

Kohane prit la peine de rejouer l'accent aristocratique que Keira prenait depuis le début. Elle soulignait ainsi la parole de salazar lorsqu'il avait évoqué le vin. Ce n'était pas mal comme idée. Cela montrait une certaine camaraderie.

Et voilà ! C'était terminé ! Délivré de cette exercice. Faisant un signe de tête rapide à la prof pour lui préciser qu'on avait bien terminé. Jetant un regard rapide à mes camarades de scène, puis un regard très noir à Nel, je pris la direction de ma chaise pour aller m'y asseoir. Une fois assis je posais la tête sur la table entouré de mes bras. J'étais beaucoup mieux ainsi, beaucoup mieux oui. Quoi de plus ? Quoi de moins ? Retourner au dortoirs peut-être ? J’espérais que se sois la fin du cours. L'adrénaline redescendait en même temps que l'envie de rester éveille. Plus que quelques minutes où quelques heures, je ne sais plus. Je fini malgré tout par relevé la tête regardant mon groupe. J'avais l'impression d'avoir traversé une épreuve humaine de ouf. En fait j'avais juste parlé. Un dernier regards à Nel et quelques mot sur un ton ironique et un grand sourire.

« Merci »

HRPG pour Kohane:
 


FIN
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Asclépius Underlinden
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 13 Juil 2016 - 17:08


« Eh bien eh bien mes chers amis, mais par où donc commencer ? »

Le jeune homme ne se sentait pas d’un naturel particulièrement taquin. Mais comme tout enfant, il aimait les jeux.
Les mascarades avaient toujours eut sa préférence. Il se souvenait avec ravissement de ces longues heures passées dans sa chambre au château où seul, armé de nombreux déguisements, il s’amusait à se faire capitaine et à filer dans les étoiles afin de vivre de folles aventures, qui avaient le mérite à la fois d’enchanter son quotidien et la lyre de Morphée.

« C’est qu’il y a tant à dire que, voyez-vous, je me perds dans mes pensées. Un véritable désastre, je ne vous le fais pas dire. » Songeait l’aristocrate, le sourire aux babines, tandis qu’il faisait doucement tourner la bague frappée de ses armoiries autour de son petit doigt. « Mais reprenons doucement : je vous sais avides de détails en tout genre… Moi-même, je prends grand plaisir à vous livrer quelques fois certains détails avec un scrupule tout à fait licencieux… Mais qu’y voulez-vous ? J’aime gâter le lecteur, et ce dernier me le rend bien… Alors, narrons. »

Rapidement, ils avaient mis en commun leurs travaux. Si le Serpentard le plus censé de cette petite troupe (à savoir lui-même, en toute modestie), avait pesté intérieurement face à la bêtise inepte de ses camarades, il n’avait guère sortit les crocs pour défendre son point de vue.
En effet, il se sentait terriblement fatigué. Mais ce détail sera à examiner pour plus tard.

Ils avaient donc mis en forme leur hymne, puis avaient tous regagnés leur place respective, attendant le début de l’exercice pour participer.

Comme l’on pourrait s’y attendre, le courage légendaire des Gryffondor (à moins que ce ne soit leur volonté absurde de se mettre systématiquement en avant ?), avait poussé la porte-parole des lions, Miss Harper, sur le devant de la scène, probablement afin qu'elle ne se sente pas trop dépaysée.
Encore un trait propre à cette maison clinquante et rebutante : une vanité à toute épreuve, qui permettait un prompt rétablissement.

« Que l’on me rappelle l’exercice déjà ? Un éloge sur Salazar Serpentard et sa Maison ? Mes excuses, j’avais plutôt ouï qu’il s’agissait d’un éloge grandiloquent que faisaient les hippopotames sur eux-mêmes, vu comment ces pleutres se mettaient en valeur, sous couvert d'une fausse ouverture d'esprit. Il faut dire que, ce n’était pas flagrant, de reconnaître un éloge du plus grand des Quatre, parmi ce bourbier doré. Drôle de façon d’être révérencieux… Et j’apprends ainsi, grâce à mes chers camarades, que la maison de Serpentard n’a de valeur qu’en tant que faire-valoir de ces preux de Gryffondor… Ma foi, tout ceci est fort intéressant. Etrange que je n’y ai jamais songé. Ce doit être la fatigue, ou la faiblesse d’esprit dont Vacuitas en est le digne oriflamme. Et puis, leurs rimes étaient mauvaises. Cet éloge est suintant de graisse de lion avarié. Pitoyable. »

La jeune fille avait ensuite regagnée sa place, et le groupe des Vert-et-Argent s’étaient ensuite levés comme un seul, afin de monter sur l’estrade. Après tout, Miss Peverell avait spécifiée que seule leur porte-parole – cette gourde de Pasca – pouvait pousser la chansonnette. Mais rien n’interdisait un peu de mise en scène. Il fallait bien donner un peu de spectacle au public, ce si charmant public avide de jeux et de chocogrenouilles.
Ils avaient donc joués les musiciens et les bardes. En toute honnêteté, il considérait que leur représentation avait été excellente, notamment parce qu'il avait été présent pour tirer les masses présentes dans son équipe. Voilà bien pourquoi il ne supportait pas le groupe, sa lourdeur, et l'handicape qu'il procurait : il ne se considérait pas comme quelqu'un de particulièrement exigeant (était-ce trop demandé de faire le strict minimum ?), mais il ne pouvait que rester dubitatifs face aux incapables congénitaux qu'il devait porter à bout de bras. Mais bien sûr, il ne pouvait se faire juge de son propre travail…

Peuh.
Il contint de justesse un reniflement aristocratique, et se contenta de se le représenter, afin de pouvoir éprouver discrètement toute la satisfaction que ce geste méprisant pouvait lui procurer.

« Ensuite, remarquable prestation de la part de la charmante préfète des Serdaigle. Remarquable, effectivement : nul ne pouvait prétendre y être indifférent. A moins que mes camarades ne soient que trop habitués à ce que ces pigeons d’airain ne relâchent leurs fientes odorantes sur leurs faciès ? Peut-être devaient-ils aimer cela ? Ne dit-on pas doctement que tous les goûts sont dans la nature ? » Sans pouvoir s’en empêcher, le jeune homme soupira, avant de reprendre le fil de sa pensée. « Quel bel étalage de bêtise, que nous offre ces volatiles. Cervelles de piaf… Cela leur va bien. C’est bien la peine de se percher sur une tour d’ivoire, si l’on est incapable de voir plus loin que le cloaque du voisin de devant. Mais quand je vois les instigateurs de cet éloge… Miss Sinclair, Mister Delorée, et deux autres potiches… Ah la la… Peut-être que leur meilleur espoir en leur petite existence serait de se ranger sous les plumes pestilentielles de Vacuitas ? Et je pense que, clairvoyant comme sont ces oiseaux-là, ils en seront tous ravis. Probablement une plus que les autres, d’ailleurs. »

Souriant avec suffisance, l’étudiant observait la saynète se jouer sous ses yeux. Leur travail aurait pu être pire, mais il aurait également pu être bien mieux : notamment en remplaçant les comédiens de Godric et de Rowena. Là, la pièce aurait certainement gagnée en qualité !

« Quelle bêtise vraiment, que cet éloge… » Le garçon observait distraitement son camarade Corwin, tandis qu’il songeait. « Alors que les Poufsouffles sont dotés de qualités enviables, et qui font cruellement défaut aux autres maisons : ce sont des justes, loyaux, travailleurs et surtout patients. J’envie les patients et les tempérants, les justes et les loyaux, ceux qui savent se hisser seuls à la seule force de leur travail, méprisant le diktat des conventions, de leur naissance, ou de cette stupide Répartition. Mais finalement… La vision proposée par cet éloge, et à laquelle beaucoup semblent tenir, les sert probablement plus qu’autre chose : en effet, qui irait soupçonner un gentil, mignon, glouton petit Poufsouffle de commettre d’atroces ignominies ? Serpentard, a contrario, ne peut se targuer de posséder une telle réputation… J’eusse donc aimé être Poufsouffle, afin d’être en toutes occasions, lavé de tous soupçons… Mais cette pensée fait irrémédiablement de moi un Serpentard. »

Ça y est ? Avaient-ils finis de déblatérer ? Ah, non. On pouvait toujours compter sur Vacuitas pour en remettre une couche.

« Et que dire de la charmante prestation de la préfète des Poufsouffle, qui a su trouver si justement, le même chemin que celui emprunté par sa collègue… Enfin, ma chère, face aux insultes, il ne faut pas relever mais se monter digne, et prouver que l’on est autrement plus supérieur que tout ce vulgus : pisser dans un violon ne fait que renflouer leur moulin de Suffisance. Ne lui donnez pas ce plaisir, enfin… Mais force est de constater que cette demoiselle a le sang chaud : elle me semblait pourtant bien plus timide en Métamorphose. Encore une drôle de fourberie…. Et une preuve d’une certaine maladresse sociale. Dommage. Au moins, leur éloge fut sympathique, si l’on omet le travers de la dernière partie : une salle de classe n’est aucunement un endroit où régler ses comptes. »

Le Serpentard ne put qu’afficher un grand sourire à cette pensée, tandis qu’il se remémorait la finale de la Coupe de duels ; où, justement, il avait eu le plaisir d’affronter son adversaire au sein d’une salle de classe… Ce cadre fut idéal pour régler leurs comptes… Enfin… Pas tout à fait. Malgré la défaite cuisante de son adversaire, ce dernier ne semblait aucunement vouloir retravailler son opinion à son sujet.
Peste soit de l’opinion et des faibles d’esprit.

A la fin de la saynète, l’étudiant haussa les épaules et, d’un coup de baguette, ses vêtements avaient retrouvés leur teinte d’origine : il serait en effet déplaisant qu’il se permette de rendre à l’infirmerie un drap carmin. Etre aussi peu considérant… Ce n’était guère dans ses habitudes.
D’ailleurs, l’infirmerie… Le mystère restait entier sur la raison de sa présence en ces lieux de si bon matin… Bien qu’il ait déjà quelques doutes et spéculations sur cette affaire. Lorsqu’il se rendrait à l’infirmerie à la fin du cours, afin de rendre le drap volé, le sinople en profiterait certainement pour demander une dispense pour ses cours de l’après-midi. Si ses suppositions s’avéraient exactes, il ne se sentait pas assez robustes pour affronter de nouveau les escaliers, les salles de classe et l’humidité des cachots. Rester dans un lit, à dépérir de ses vertiges et maux de tête, s’avérait autrement plus salutaire que de devoir affronter de nouveau la faiblesse de son usine bio-chimique.

Tout en inspectant d’un air faussement concerné ses ongles manucurés, indécents de propreté, le Serpentard songea qu’il avait néanmoins bien fait de quitter les vapes de la Maladie, afin d’assister à cette comédie de mœurs aux premières loges.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Alhena Peverell, Jeu 14 Juil 2016 - 1:34


Visage de marbre. Tu ne dis rien, absolument rien. Pour aucune des prestations. Tu n'applaudis jamais. Y a un truc étrange dans chacune d'elles. Tu n'es absolument pas contente. Pas contente du tout. Avaient-ils vraiment travaillé ou avaient-ils fait semblant ? Grincement de dent. Tu sors ta baguette, lances le même sort et ton bureau réapparait. Tu t'avances vers lui, prends place sur le rebord. La tête haute tu les contemples tous. Pas de sourire, il semble que ton visage exprime tout ce que tu as à dire.

- Et moi qui croyais que les rivalités entre maison étaient devenues inexistantes, selon vos dires. C'est affligeant... De plus, il semble que certains n'aient pas compris les consignes de l'exercice. Certaines prestations ne sont pas mal cependant. Mais d'autres complètement... à côté. Et certains pourraient se passer de commentaire.

Tes mots sont détachés, dit d'une voix froide. Tu ne veux pas viser de groupe en particulier. Les gens pouvaient très bien comprendre de qui tu parlais. Mais tu n'es pas du genre à humilier comme ça les personnes en public -même si tu venais de le faire un peu avec ces exercices.

- Je ne noterai pas cet exercice finalement. Vous aurez peut-être plus de détail sur vos bulletins. Je n'en dis pas plus.

Tes émeraudes lancent des regards noirs à certaines personnes, comme si tu les remerciais d'avoir pourri ta journée et ton premier cours. Le silence est un peu lourd dans la classe. Tu cogites quelques minutes, comme si tu les laissais réfléchir eux-mêmes à leur propre comportement. Tu te relèves, la tête haute, les bras croisés. Tu balances froidement :

- Sortez tous une feuille. Devoir sur table. Il est simple. C'est pour vous rattraper. Le sujet est : Vous êtes au Moyen-âge. Trois amis viennent à votre rencontre et vous proposent de construire une école de sorcier. Quel nom, quel emblème, choisissez-vous pour votre maison ? Pourquoi ? Et quelles seraient selon vous, les meilleures caractéristiques des élèves qui l'intégreraient ? Pourquoi celles-ci et pas d’autres ? Pour finir qu’auriez-vous ajouté ou enlevé au château de l’époque ?

Tu fais le tour de ton bureau, t'assois. Ton visage toujours sans aucune expression. Les lèvres légèrement pincées.

- Vous avez un quart d'heure. Ensuite, vous viendrez le poser sur mon bureau et vous pourrez sortir de la classe mais dans le silence. Bon courage à tous.

Bon courage, bon courage... T'espérais surtout, aussi, que certains en particulier, se plantent en beauté. Mais c'était difficilement imaginable vu le sujet que tu leur avais donné. C'était presque leur faire boire leur biberon par toi-même, pour qu'ils se rattrapent. Mais bon, bref. Tu t'enfonces dans ton siège, les mains sur le ventre. Allez, dans quinze petites minutes, il sera treize heure et tu pourras aller manger avec Malicia ou Alicia... Bof, peut-être les deux. Tu en sais rien. C'était pas le plus important...


HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 10

 Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.