AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol
Page 6 sur 10
Cours N°1 : La Couleur de votre vie.
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Alhena Peverell
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Alhena Peverell, Dim 19 Juin 2016, 05:01


Café amer, autant que toi. Atmosphère sombre, autant que toi. Ténèbres de la vie, douce mélodie. Réfléchis, réfléchis Peverell. Un jour tu trouveras peut-être la clé du bonheur, la clé qui ouvrira la lumière à ton coeur. T'es parti loin dans tes pensées. Tu voyages dans les contrées lointaines de l'imaginaire, te perds dans les fantasmes de l'extase.

Brûle les bougies de la vie,
Allumes de tes petits doigts les mauvaises étoiles,
Choisis les mauvaises voix,
Pauvre enfant, tu ne peux t'en prendre qu'à toi,


T'observes le parc, tête dans le vide. Bois une gorgée. Yeux fermés. Puis un bruit, des pas et une respiration. Un élève qui bouge, qui se rapproche des fenêtres. Il ne parle pas, tu ne sais pas. Ça t'intrigue et tu lui jètes un regard à cette petite Nyptia. C'est vraiment étrange un Serdaigle en fin de compte. Ils t'intriguent tous, franchement parfois tu te demandes ce que ça aurait été si tu avais été de cette maison. Est-ce que tu serais aussi intrigante que toutes ses petites ? Tu l'étais déjà bien assez de toute manière, finalement pour ce que ça te change...

- Je peux faire quelque chose pour vous Mademoiselle Shaklebolt ?

Brûle les bougies de la vie,
Allumes de tes petits doigts les mauvaises étoiles,
Choisis les mauvaises voix,
Pauvre enfant, tu ne peux t'en prendre qu'à toi,


Aujourd'hui c'est ton refrain de vie. Tu l'as en tête. Pendant le cours et le reste à tenir. Faut que t'arrêtes de te perdre, d'écrire à des horaires dénués de sens. Tes phrases et tes pensées sombrent dans le méandre. Alors Alhena, rapproches toi. Léger sourire sur tes lèvres, tu reprends ce faux masques de gentillesse. Tu fais bonne figure face à tes élèves. Surtout pendant la pause, pas besoin de leur faire savoir ce que tu es vraiment. En cours, il fallait que tu restes toi, que le démon ne respire pas, ne grignote pas. C'était dangereux, trop, pour tes élèves et ta carrière. Alors garde ton fin sourire, sèche les larmes qui n'ont pas coulé. Ravale ta gorgée, ton amertume. Reprends toi, comportes toi comme une personne normale, contrôles toi...

Sois quelqu'un de bien pour une fois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anna Keats
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Anna Keats, Dim 19 Juin 2016, 16:30


Surprenant, oui c'était le mot. Je n'avais pas imaginé que le débat serait aussi actif, je l'avais espéré c'est vrai, mais pas avec un tel engouement. Une Serdaigle (Nyptia Shaklebolt) m'avait félicite pour ma question justement, que j'avais remercié avec un geste de la tête et un sourire en coin. J'avais écouté les arguments de chacun, il y avait pas mal de choses avec lesquelles j'étais d'accord, d'autres un peu moins, certains étaient vraiment partis loin. Il y avait encore des choses à dire, mais n'importe qui aurait pu sentir que cela tournait légèrement en rond. Ce qui, je supposais, était l'avis de notre professeur.
Miss Peverell décidait d’interrompre le débat pour nous laisser souffler un coup. D'après le café qu'elle rapportait de son bureau, il semblerait que c'était plutôt elle qui en avait besoin.
Quoiqu'il en soit, non ce cours n'était pas classique et barbant comme les rumeurs le décrivaient et cela m'allait parfaitement. J'avais fini de noter depuis quelques minutes déjà, mais je profitais de cet aparté pour mettre au clair certaines notes et ranger mes parchemins. J'étirai alors mes bras devant moi et faisais craquer mes doigts et je me tournais vers l'être à mes côtés qui semblait mieux éveillée qu'il y a une heure. Je lui adressais un sourire simple et repensa à notre discussion d'avant cour. La Légilimencie c'est ça ? Je ne me rappelais plus exactement de quel était le sujet exact avant que la prof nous interrompe, trop d'information entre temps avaient troublé ma petite tête de Serdaigle ignorante. Cela dit, je me rappelais ses derniers mots : " J'aimais bien débattre."

« Dis-moi, tu as parlé de magie noire tout à l'heure, comme quoi c'était une magie plus forte, la puissance est la seule différence, n'est-elle pas plus dangereuse aussi? »

Sa remarque de début de cour m'avait interpellé, même si je n'avais rien relevé sur le moment. Je préférais en parler avec lui, connaître son point de vue. Il est clair que je n'avais jamais approché de près ou de loin cette face de la magie, excepté dans certaines lectures, mais mon caractère curieux faisait surface dans ces moments-là.
Ma question pouvait porter sur le danger physique autant que sur le danger psychologique. La magie noire était une magie néfaste de ce que l'on m'avait dit, qui changeait les gens. Je n'avais pas d'avis préconçu sur la question, j'étais même plutôt ouverte. Il est clair que j'étais influencée par mon éducation et les principes moraux de la société , mais cette façon de voir les choses était bien trop fermée pour moi.

*Le mal c'est mal, le bien c'est bien, gnagnagna* pensais-je amusée

Une vision des choses différente était ce que je recherchais avant tout. Je voulais connaître le maximum de point de vue, du plus innocent au plus pervers , du plus ignorant au plus averti.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mikaël Maxwell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Mikaël Maxwell, Mar 21 Juin 2016, 13:45


Même s'il n'en avait rien laissé paraître, le petit homme avait été..... désappointé par l'intervention de sa camarade Serpentarde.  Toutefois, ça ne l'empêcha pas de remarquer le trouble de sa professeure et maître. Il faudra qu'il lui parle après le cours.... Enfin, toujours est-il que, lorsque arriva la "récréation", il demanda (en faisant un maximum d'efforts pour rester poli) à sa voisine de bien vouloir se pousser pour qu'il puisse descendre du banc et rejoindre l'allée centrale  [HRP : LA accordé pour cette action].

Ceci fait, le nain trottina jusqu'à l'arrière de la salle et fit le tour du banc de Keira pour finalement arriver devant elle. Il la jaugea un instant de son regard vert et perçant et, finalement, essuya un peu ses lunettes avant de se saisir de sa baguette et de la pointer sur sa camarade.

- Interpretis Gobelbabil.

S'ensuivit un déluge de sons assez claquants et durs et, même si à l'oreille on aurait pu penser qu'ils étaient dits avec colère, l'expression du visage du semi-gobelin faisait deviner que ce n'était qu'une spécificité de la langue et qu'il n'était pas du tout énervé. Bien sur, un petit malin aurait pu lancer un autre interpretis pour essayer de comprendre la conversation (Encore que Mikaël doutait qu'il y ait ici quelqu'un d'assez puissant ou qui connaisse assez la langue pour en lancer un correct) aussi est-ce qu'il restait à l’affût de ce qui l'entourait.

Pour ceux qui pouvaient comprendre (soit Keira et éventuellement ceux qui sauraient parler la langue Gobeline) son discours se tint à peu près à ça.

- Sachez, ma très chèèèère camarade, que je ne tolérerais pas que vous vous foutiez de moi, et je ne me suis retenu que parce que je ne veux pas faire perdre 80 points à notre maison. Alors, la prochaine fois, veuillez fermer votre grande [mot intraductible] si vous ne voulez pas que je vous refasse la tête façon désartibulation, clair ? Je tiens à avoir ma tranquillité ne serais-ce que dans les cours.

Tout du long, il avait gardé une expression parfaitement neutre quoi qu'ayant quelque chose de serpentardesque. Lorsqu'il eut fini de parler, il lança un finite incantem (car c'est un sortilège qui bouffe quand même pas mal l'énergie magique) et rajusta ses lunettes sur son nez crochu.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Keats
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Anna Keats, Mer 22 Juin 2016, 00:26


Riri s'était étendu de tout son long sur le bureau. Peut-être aurait-il préféré pendant cette pause faire une sieste ou se reposer, cela ne m'était pas venu en tête aussi bizarre que cela puisse paraître vu que je m'amusais à comparer son état à différentes créatures et animaux. Enfin, s'il ne voulait pas parler, je suppose qu'il me l'aurait fait savoir avec son tact habituel... hum hum.

« Je ne sais pas vraiment si elle est tout le temps plus forte ou pas. Je sais qu'elle ouvre plus de perspective, plus de voie. Qu'il est possible de faire plus de chose grâce à elle. C'est intéressant. Mais la magie blanche l'est tout autant, il y à plein de sorts anodins qui sont en fait très dangereux. La magie noire est plus brute je dirais, tandis que la blanche est plus tactique. Je ne sais pas si j'ai totalement raison, mais les ouvrages devraient me le dire.
Puis, elle est très certainement dangereuse pour le lanceur, mais je ne sais pas comment elle l'est. Si elle créée une dépendance, une fascination ou si elle détruit physiquement petit à petit. Ce qui est sur c'est que la victime s'en sortira beaucoup moins bien. »


J'avais toujours mes yeux plantés dans les siens au moment de sa réponse. J'écoutais patiemment sa voix calme et reposée.  D'après ce qu'il me disait il y avait peut-être déjà goutté. "Goutté" voilà une parole bien envieuse. Je riais intérieurement. La dépendance, c'était bien formulé et cela se rapprochait de ma façon de penser.

« Je pense que l'on peut trouver une dépendance dans cette magie assez facilement, une puissance différente à portée de main, un tout nouvel horizon, les personnes avides de pouvoir se laisseraient facilement tender j'imagine. La magie noire laisse des traces à ce qu'il paraît, mais quelles traces... Je pense que la magie noire existe depuis autant de temps que la blanche, comme deux faces d'une même pièce. Comment maîtriser l'une sans connaître l'autre ? Tu pourrai te laisser tenter ?»

Je m'engageais sûrement sur une pente glissante, mais je m'en fichais complètement. S'il ne voulait pas répondre, il ne répondrait pas après tout . Mais j'étais curieuse, très curieuse. Je connaissais mon défaut, mais ce sujet commençait à faire briller mes yeux. Mon voisin, trop endormi, devais sûrement ne pas pouvoir déceler cet intérêt prononcé, cette "soif" dans ma voix, enfin j’espérais, je m'étais efforcé à la garder sereine et calme, comme à mon habitude.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Nyptia Shaklebolt
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Nyptia Shaklebolt, Mer 22 Juin 2016, 15:27


Quelle surprise de voir la Peverell tourner la tête vers moi. Au début, j'ai un mouvement de recul. Ses prunelles sont comme des lasers qui vous passent aux rayons X. Elle n'est pas chaleureuse, pas avenante, pas banale. Pourtant, elle me demande si elle peut faire quelque chose pour moi. Sans aucun doute. Tout un chacun peut toujours faire quelque chose pour quelqu'un. Mais cette femme là, elle est différente. Si elle demande si elle peut faire quelque chose, c'est certainement plutôt une façon de glisser subtilement que je la dérange. Ou pas ? Est-elle sincèrement intéressée par ce que j'aurais, éventuellement, à lui dire ? Elle semble perdue dans ses pensées, triste, aussi, un peu. Je ne veux pas la déranger. Mais elle m'intrigue. Ma question va sans aucun doute lui paraître frivole et indigne d'intérêt mais tant pis, je me lance. Il faut bien mourir de quelque chose.

"Ce n'est pas pour vous embêter, miss Peverell, mais j'aimerais bien savoir pourquoi... vous êtes devenue Professeur ? Je veux dire... vous n'avez pas l'air d'adorer les élèves, pardonnez-moi l'expression, or il y aurait des tas de métiers dans lesquels vous auriez pu mettre tout votre savoir en pratique... Je vous avoues que ça m'intéresse beaucoup. Mais si c'est indiscret, ne m'en veuillez pas, je vous laisse tranquille..." j'ajoute avec une moue qui appuie clairement mes propos.

Ne me tuez pas. Pas tout de suite. Je sais que mes questions peuvent souvent sembler envahissantes, mais j'aime par trop connaître les tenants et les aboutissants de l'âme des gens que je côtoie. L'attitude d'Alhena est étrange, envers les élèves, et j'ai envie de comprendre...
Revenir en haut Aller en bas
Keira Sanders
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Keira Sanders, Mer 22 Juin 2016, 16:30


Rachel n'a pas l'air d'avoir apprécié ton intervention, et tu peux comprendre. Ce qu'il y a, c'est que tu ne voulais pas dire qu'un nain ne pouvait pas donner son avis comme les autres, non. Seulement que son avis était pénible - en plus de ne pas être un vrai avis à tes yeux, et qu'il aurait bien pu garder ses moralités pour lui. Quoiqu'il en soit, ses paroles sont noyées dans le flot du débat, et tu ne relèves pas.

La prof annonce une pause. Original, tiens. Avait-elle besoin d'aller boire un truc ? Le débat lui avait-il donné mal à la tête ? Qui sait. En tout cas, tu comptes bien en profiter pour pioncer sur ton pupitre. Tu reposes ta tête au centre de tes bras croisés sur la table, jusqu'à être dérangée quelques instants plus tard par un sort qui semble te pénétrer la tête...

Tu la relèves donc, surprise. Le nain au nez crochu debout en face de toi, même s'il était toujours plus petit que toi assise. Qu'est-ce qu'il te veut, encore ?

- Sachez, ma très chèèèère camarade, que je ne tolérerais pas que vous vous foutiez de moi, et je ne me suis retenu que parce que je ne veux pas faire perdre 80 points à notre maison. Alors, la prochaine fois, veuillez fermer votre grande [mot intraductible] si vous ne voulez pas que je vous refasse la tête façon désartibulation, clair ? Je tiens à avoir ma tranquillité ne serais-ce que dans les cours.

Ouais, bien sûr.. Monsieur est mécontent... Eh bien, Monsieur n'avait qu'à pas faire le chieur dans un premier temps... Au moins, le p'tit essaie de ne pas se laisser faire, c'est bien pour lui. Mais ce n'est pas ça qui t'arrêtera. Ta bouche impassible jusqu'à là se tord en un rictus visant à faire croire au petit que tu as une longueur d'avance et que tu t'en fiches. Ce qui n'est pas faux. Tu réponds ensuite de ta voix la plus calme et posée :

- Tu pourrais être tranquille si, au lieu de jouer au p'tit rabat-joie, tu laissais les gens exprimer ce qu'ils pensent sans leur dire qu'ils ne changeront pas le monde et toutes ces conneries. Maintenant, ce ne sont pas des menaces puériles de violence qui me feront reculer pour dire ce qui me brûle la langue.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Jade Wilder, Mer 22 Juin 2016, 16:57


HRPG: Autorisation de Keira pour l'incruste.


Au final, Jade fut un peu rassurée de voir que la plupart des élèves laissaient leurs saletés de préjugés de côté, au moins pour cohabiter avec les autres élèves. Une chose la fit tiquer dans le discours de Rachel en revanche, le fait qu'un élève n'aurait pas une maison différente en sortant de Poudlard. Ça, l'Italienne n'était pas prête à y mettre sa main à couper. Il suffisait de voir certaines personnes et leur évolution au fil du temps, pour comprendre que tout et tout le monde change. Y compris ses valeurs. Son discours était peut-être extrême, confirmant sa position quant à son horreur des "on-dit" mais peu importe. Lorsqu'on lui demandait son avis, la demoiselle avait tendance à s'emballer un peu lorsqu'il s'agissait d'un sujet aussi.. ancré. On ne cachera pas les préjugés sur les Poufsouffles d'ailleurs, alors qu'ils étaient faux pour la plupart. Chaque personne étant différente, la ranger dans une case de goinfre immédiatement était tout bonnement débile, comme à peu près tous les clichés et préjugés existants. Bref. Il fallait qu'elle se calme au risque de s'emballer.

- Donc, de ce que j'en ai entendu, la plus-part s'accorde pour dire que les maisons aident à se sentir appartenir à un groupe ? qu'il est pourtant dommage de stéréotyper des élèves et les faire rentrer dans l'une de ces 4 cases obligatoirement, et que c'est idiot que ces stéréotypes nous séparent ? Qu'il faudrait qu'on se prenne tous main dans la main comme des frères et sœurs peut importe nos couleurs ?

Ah ouais, si, par contre là Jade ne pouvait envisager les choses autrement qu'une bonne gueulante. Étant donné ses derniers mots, le Serpentard à ses côtés ne tarderait sans doute pas à appuyer de nouveau ses idées. Ne pas s'énerver, ne pas s'énerver. Se coupant immédiatement du cours, l'Italienne se mit à penser à toute autre chose. N'importe quoi, du moment qu'elle n'écoutait qu'au minimum les paroles de son voisin. Elle avait très peu l'habitude de faire ça, mais il valait mieux éviter tout risque qu'elle s'énerve. Les insultes en Italien, c'était sympa, mais pas quand la prof est capable de vous comprendre. Dans sa bulle, la blondinette poursuivit sa prise de note. En tout cas, autant que possible, car les longs discours commençaient à la fatiguer, elle ne pouvait pas tout comprendre directement alors que son anglais n'était pas au point. L'essentiel était dit de toute façon et les quelques points qui méritaient attention étaient immédiatement couchés sur papier. A mi-chemin entre sa bulle et son esprit, Jade ne faisait attention qu'à ce qui était important, point barre. Voilà, bonne humeur envolée.

Seules les paroles d'une certaine Keira firent apparaitre un mini sourire en coin chez la préfète. Pourtant elle n'était pas adepte de ce genre de jugement, mais.. zut. Elle était énervée. Nah. En entendant son nom, la jeune fille tourna légèrement le regard vers la source de la voix et remercia silencieusement Kohane. Elles n'avaient jamais eu l'occasion de se parler plus que cela, mais Jade l'appréciait tout de même. La rouge avait un caractère qui lui plaisait bien. Il n'empêche qu'elle attendait avec impatience la fin de ce débat inutile. Fort heureusement, la professeure semblait prête à reprendre la parole, mais Jade avait comme l'impression que quelque chose l'avait énervée elle aussi. M'enfin, ça ne la regardait pas vraiment..

- Je n'ai pas spécialement d'avis. Qu'il y ait un Choixpeau ou non. Qu'il y ait des maisons ou non. Cela m'importe peu, ça ne change rien à la vie qui nous attends après. La seule chose qu'on pourrait dire, c'est que ces maisons font l'originalité de Poudlard. Mais nous nous égarons légèrement de notre cours. Nous allons donc faire une pause de plusieurs minutes, allez-vous rafraîchir, allez aux toilettes, détendez-vous. Le cours reprend à 11h45 précise, vous avez un quart d'heure. J'espère qu'après cela, vous vous éparpillerez un peu moins.

C'est vrai que tout le monde était parti un peu loin. M'enfin, tant pis. Toujours est-il qu'une pause était bienvenue histoire que l'Italienne calme ses ardeurs. Sortir de la classe peut-être ? Ouais, ou au moins prendre l'air, se passer de l'eau glacée sur le visage, quelque chose. Soupir.

- Ah, une dernière chose Mademoiselle Pasca. Je pense que la prochaine fois, vous pouvez très bien vous abstenir de faire tout commentaire me concernant. Les mots sont dangereux, tranchant, peuvent être brutaux et faire très mal là où on s'y attend le moins.

Voilà qui confirmait son impression d'un peu plus tôt, quelque chose avait perturbé la professeure et visiblement, ce quelque chose faisait partie des paroles de Rachel. Autrement dit, chercher une aiguille dans une botte de foin, une aiguille qui encore une fois, ne faisait pas partie de ses affaires. Saleté de têtue curieuse qu'elle était. Passons.

- Je suis juste à côté, le premier qui fait un truc de travers, 40 points en moins pour sa maison. C'est clair ? Miss Wilder, Miss Sinclair, Monsieur Queen, vous qui êtes préfets je compte sur vous au cas où.

Léger hochement de tête de la part de Jade. C'était toujours aussi impressionnant pour elle de voir qu'on pouvait lui accorder une telle confiance, même si ça n'était dû qu'à un badge et un statut. Donc, elle ne pourrait pas sortir bien longtemps au final. Tant pis, mais au moins prendre un peu l'air, ça devenait horriblement indispensable. Profitant de la demande de son intolérant de voisin, Jade se leva et sortit de la salle, ouvrant la première fenêtre disponible pour laisser passer l'air et coller sa tempe contre la vitre. Elle n'était pas fraiche, mais pas brûlante non plus. En gros, ça ne la soulageait pas autant que ce qu'elle aurait voulu. Un mal de tête commençait à l'énerver un peu plus qu'elle ne l'était, pourtant il allait falloir reprendre contenance avant le début de la partie pratique. Après quelques minutes ou secondes, elle ne savait plus trop, Jade revint dans la classe, refermant la porte derrière elle. Tout semblait assez tranquille, du moins en apparence. Car en passant près des tables du fond, la blondinette fronça les sourcils.

- Tu pourrais être tranquille si, au lieu de jouer au p'tit rabat-joie, tu laissais les gens exprimer ce qu'ils pensent sans leur dire qu'ils ne changeront pas le monde et toutes ces conneries. Maintenant, ce ne sont pas des menaces puériles de violence qui me feront reculer pour dire ce qui me brûle la langue.

Menaces ? Voilà qui avait tendance à ne pas lui plaire du tout. Stoppant immédiatement le retour à sa place prévu à l'origine, Jade fit un quart de tour sur elle-même pour avoir les deux protagonistes en vue. Autrement dit, Keira et.. Mikaël. Voilà, elle retrouvait son nom. Autrement dit, une serpy qui peu de temps auparavant avait été tranchante quant aux paroles d'un autre vert - ce que la préfète n'allait pas lui reprocher pour autant. Alors, ses paroles bien en tête pour éviter les fautes, la préfète fit son boulot.

- Menaces ? Il y a un problème ?

Simple demande, à voir ce que les deux concernés souhaiteraient y répondre. Le visage neutre mais n'en pensant pas moins pour autant, Jade les regardait tour à tour. Elle jouait rarement le rôle de moralisatrice, mais sa mauvaise humeur lui donnait de drôles de réflexes, étonnamment.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Keira Sanders
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Keira Sanders, Mer 22 Juin 2016, 17:16


Tu as à peine le temps de débiter tout cela de ton ton neutre et calme qu'une douce voix te dérange sur le côté. Bouts de phrases, bouts de questions prononcés avec un accent étranger. On aurait dit une chanson. Oui, la voix te donnait cette impression d'être chantante. Tu en regardes la source. Une blonde, jolie, sucrée. Une blonde aux cordes musicales. Des cordes de guitare qui vibrent à la place de simples sons plats. Peut-être que certains regardaient la blonde à laquelle ces sonorités appartenaient d'une façon bizarre. Peut-être que c'était un frein pour elle. Mais toi, tu ne peux pas t'empêcher de trouver ça mignon, et de sourire. En plus, tu compatis un peu. Tu n'as pas - plus d'accent, mais tu sais ce que ça fait de jongler entre deux langues qui n'ont rien à voir. En fait, tu as conservé le petit accent caractéristique du chinois seulement lors des premières années de ta vie, car tu restais surtout à la maison, et donc tu étais beaucoup plus plongée en immersion dans la langue asiatique que dans la langue internationale. Juste un léger zozotement, comme si tu avais eu un petit cheveu sur la langue. Ensuite, il était parti tout seul si rapidement que tu ne te souviens pas l'avoir eu un jour.

Tu te forces à sortir de ta rêverie. Simples notes prononcées par la jeune fille à l'insigne de préfète avaient réussi à calmer ton esprit. Ton esprit interne qui s'agitait un peu même s'il n'en montrait rien en apparences. Mentalement, tu te mets une bonne claque qui te fait réaliser que tu pourrais avoir des ennuis, et qu'il fallait "éclaircir" la situation rapidement. Souriante, tu réponds naturellement à la jaune :

- Je crois simplement que monsieur ici présent n'a pas apprécié mon intervention de tout à l'heure. Mais c'est rien, il allait partir se rasseoir... Que de paroles en l'air, n'est-ce pas, camarade ?

Tu as insisté sur ce mot en t'adressant au petit dont tu ignorais le prénom. Tu aurais aussi pu dire que le gosse t'avait menacée de te défigurer, oui. Ç'aurait bien été ton genre. Faire la petite innocente une fois encore, et laisser le nain s'en prendre plein la tronche à ta place... Bien que toute la classe ait entendue ton intervention, tu savais qu'une partie d'entre eux devait être d'accord avec toi sur ce point.  Mais là, tu n'avais pas envie de te prendre la tête. Et tu priais aussi pour que Monsieur Crochu ne riposte pas maintenant. Tu as beau ne pas l'aimer et t'amuser un peu, tu n'as pas envie qu'il fasse perdre des points à votre maison.
Revenir en haut Aller en bas
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Nel Queen, Jeu 23 Juin 2016, 09:53


Réponse à Nyptia

La pause que voilà, m'étire convenablement les bras, j'ai un temps de décalage au moment précis où ma voisine Serdaigle me pose la question de savoir qui était la jeune rousse derrière et où j'ai failli répondre ''Je la connais pas'' mais en fait, j'ai pas vraiment répondu car en ce moment je l'ignore ''Ma copine''. Je suis pas pro-conflit, mais j'ai la rancœur tenace et à moins d'un câlin pour clarifier la situation, je ne suis pas apte pour offrir mon pardon, en bref toute cette comédie me désole et encore plus ce débat houleux sur les différentes maisons, heureusement que Jade est intervenue en disant à chose près ce que je pense sincèrement. Je n'ai fait que fixer Alhena et ô combien j'ai lu le désespoir dans ses mirettes.

Pas le genre à se morfondre sur soi, non. Plutôt le genre à vouloir faire la guerre au monde et prendre les armes afin de combattre l'injustice. Et viens encore ma voisine, ne manquant pas de toupet lui disant ''Pourquoi elle est devenue Prof'', elle qui tiens maintenant son café en main, ça me décroche un léger sourire. Rictus visible, j'ai envie de lui répondre mais non, car mes mots seraient un peu trop sévère connaissant exactement l'histoire de Lena. Oui, ta chère tante nous a tout raconté, petite. Et les lourds secrets que porte la famille, on les tiens comme des bagages.

- Arrête. Nyptia ? C'est ça ? Tout ce qu'elle rêve, c'est de trouver le grand amour et avoir des gosses. Etre Professeur et pouvoir enseigner l'histoire, c'est pour elle la manière de combler ce vide dans le cœur... Alors dit pas ça...

Attend... Comment je peux la connaître ? Mince, je me suis affiché.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Alhena Peverell, Ven 24 Juin 2016, 00:37


Réponse à Nyptia & Nel

La jeune fille eu un mouvement de recul. De la peur ? De la méfiance ? On fond tu t'en moques, c'est souvent la première impression que tu laisses aux gens. Alors à quoi bon lutter contre ces doutes ? Tu finis par t'y faire, presque t'en lasser tellement ça devient banal. Mais tu le sais, tu les comprends. Même toi, parfois devant ton miroir, tu te demandes comment tu en es arrivée là. Comment, tu peux, parfois, te faire peur à toi-même... -surtout le matin d'une gueule de bois, mais ça, on omettra de le dire à tes amis, pour le peu qu'ils existent.

- Ce n'est pas pour vous embêter, miss Peverell, mais j'aimerais bien savoir pourquoi... vous êtes devenue Professeur ? Je veux dire... vous n'avez pas l'air d'adorer les élèves, pardonnez-moi l'expression, or il y aurait des tas de métiers dans lesquels vous auriez pu mettre tout votre savoir en pratique... Je vous avoues que ça m'intéresse beaucoup. Mais si c'est indiscret, ne m'en veuillez pas, je vous laisse tranquille...

Tu t'apprêtes à répondre, mais y a cette foutu tête jaune qui s'approche de vous. Tu le sais, tu le connais. Tu sais qu'il va sortir une énormité plus grosse que ses pieds. Cette petite saleté de Queen, que tu noierais bien à la prochaine réunion de famille. Si réunion de famille, il y aurait. Sinon le lac de l'école devrait suffire non ?
Bref, tu le vois se poser penaud près de vous. Tu sens le grincement de dent arriver. Qu'est-ce qu'il va dire cette andouille, encore ?

- Arrête. Nyptia ? C'est ça ? Tout ce qu'elle rêve, c'est de trouver le grand amour et avoir des gosses. Etre Professeur et pouvoir enseigner l'histoire, c'est pour elle la manière de combler ce vide dans le cœur... Alors dit pas ça...

Tu as très très très très envie, que ce petit abruti finisse enterré vivant dans le parc du château. Puis tu lèves les yeux au ciel, exaspérée. On échappe décidément pas à la famille. Mais tu avais une très bonne idée pour te venger. Une très bonne qui ferait sûrement quelques dommages collatéraux mais tant pis ! Nel l'avait bien cherché. Tu te contentes alors, juste, de prendre une grande inspiration, d'afficher un joli sourire et de répondre avec une voix sarcastique :

- C'est tout à fait exact Monsieur Queen. Votre opinion est absolument juste. Alors, maintenant, que vous venez de dévoiler la vérité au monde. Il serait bon de terrer vos petits secrets dans votre bouche ?

En gros, tu lui avais balancé un bon : Ferme ta gueule. Ici, j'ai l'autorité.

- Vous ne pensez pas mon cher cousin ?

Zut, flûte, oups. Tu déglutis et passes ta main dans tes cheveux. Bois une gorgée de café, que t'as envie de balancer en pleine poire du Pouffy. Puis tu te tournes vers la jeune Serdaigle, légèrement plus détendu.

- Hum désolée Mademoiselle... Oui, ne vous posez pas plus de question Miss Shaklebolt. Monsieur Queen est bel et bien mon cousin germain. Mais oubliez ça, les liens du sang n'ont aucune importance vis à vis de mes méthodes d'enseignement, ou un peu vu ce que tu as envie de faire, Et sinon pour répondre à votre question. Vous vous trompez, j'adore échanger avec les autres. J'aime beaucoup la compagnie des élèves, ou du moins seulement de certains. J'aime enseigner à ceux qui veulent apprendre. Mais je finirai pas m'habituer à ceux qui ne le veulent pas. Je débute dans ma carrière, donc j'ai encore beaucoup de temps devant moi. Ne vous fiez pas aux premières impressions, elles sont souvent mauvaises. C'est juste, que je dois avouer que ce premier cours est un peu difficile pour moi. La nuit a été assez courte à cause d'élèves qui trainaient dans les couloirs. Et puis c'est toujours compliqué de débuter une nouvelle carrière. Vous verrez mademoiselle, quand vous serez plus âgée.

Une autre gorgée, tu commences un peu à t'éloigner. Le sourire sur les lèvres, tu vas vers ton bureau. La pause est sur le point de se terminer. Tu poses ton gobelet. Sans la regarder, d'une voix plutôt douce, tu dis une dernière chose à cette élève :

- Vous savez parfois, le chemin qu'on prend nous propulse souvent au dernier endroit où on aurait pu imaginer être. C'est un peu mon cas, mais je me plais vraiment beaucoup à être professeure, tu tournes la tête vers eux, Retournez à vos places maintenant. Le cours va bientôt recommencer. Si vous avez d'autres questions, revenez à la fin du cours.

Tu ranges légèrement les papiers sur ton bureau. Puis tu relèves la tête, plisses les yeux, fronces des sourcils. On dirait qu'il se passe quelque chose au fond. Mais Miss Wilder à l'air de s'en occuper. Fin bref. Tu te replonges dans tes pensées et sur ce que va être la suite du cours...


Dernière édition par Alhena Peverell le Mar 12 Juil 2016, 03:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Emily Sinclair
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Emily Sinclair, Ven 24 Juin 2016, 16:35


Sa réponse était juste visiblement. Elle avait sentit le regard de la Peverell sur elle, l'avait même tenu quelques secondes avant de fixer un point quelconque derrière la professeure. Elle n'était pas douée à ce genre de jeu, ayant l'impression de fondre comme neige au soleil face à un regard insistant. D'autres réponses s’enchaînèrent et elle souffla après s'être rendu compte qu'inconsciemment elle avait bloqué sa respiration. Ne sachant pas vraiment quoi faire d'elle même, l'adolescente attrapa sa plume et commença à prendre des notes, même si les informations données pour le moment restaient de l'ordre du banal. Quand Arukiel leva la main, elle aurait juré avoir vu la brune jeter un regard en sa direction, qu'elle ignora, ce n'était surement rien.

Peu après, la classe fut lancée sur un débat, à propos du choixpeau, des maisons, elle n'avait pas vraiment suivit l'affaire. Plusieurs élèves prirent la parole, tous exposant leurs point de vus, les confrontant, les défendant dans le but ultime de faire valoir son avis. Emily préféra rester silencieuse, pas qu'elle n'ai pas d'avis sur la question, surtout parce qu'elle avait perdu le fil il y a quelques minutes.

Une pause? Ca ne se refuse pas ça. La sorcière n'était pas d'humeur à aller vagabonder dans les couloirs et opta donc pour rester sagement à sa place, dessinant des formes irrégulières sur le parchemin qui se trouvait sur sa table. D'une oreille distraite elle entendait les deux Serdaigles de devant parler, Riri et une autre demoiselle dont elle ne connaissait pas le nom. Ou peut-être l'avait-elle oublié. Les deux s'étaient lancés dans un débat magie blanche versus magie noire si elle avait bien compris. C'était plus ou moins intéressant mais son attention fut vite détournée lorsqu'elle entend un léger bruit venant du bureau de cette chère Miss Peverell qui remettait de l'ordre dans ses papiers, le cours allait surement reprendre très bientôt...
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Alhena Peverell, Ven 24 Juin 2016, 21:39


Times out guys
Merci Emily pour m'éviter le double-post

Tu relèves la tête. Croises les bras et fait le tour de ton bureau. Tu reprends ta position principale, te racle la gorge. Visiblement ce n'est pas assez clair et frappes dans tes mains. Ton regard un peu plu enjoué que tout à l'heure. Une petite pause et un café, ça fait du bien. Avec tous leurs discours, ça t'a bien embrumé le cerveau faut dire. T'es de nouveau d'attaque, même si principalement là, tu ne vas pas vraiment travailler.

- Bon la pause est terminée. Reprenez vos places, nous allons nous remettre au travail.

Enfin eux surtout, ton petit sourire en coin n'est pas forcément un très bon signe. Tu les regardes se remettre en place, certains trainent un peu, d'autres n'ont pas bougés. Tu lances des petits regards dans tous les coins. Observes ceux qui ont plus ou moins attiré ton attention durant le cours. Tes yeux s'attardent sur le petit boulet du premier rang. Comment ça, un coup de pied dans sa table, pour qu'elle se renverse, emmenant le jaune avec, c'est pas digne d'un prof ?

- Bien. Puisque vous avez parlé des maisons, des rivalités, des coopérations entre maison... Nous allons mettre ça en pratique. Je vais faire cinq groupes. Quatre groupes propre à chaque maison et un autre avec des élèves aux couleurs différentes.

Sourire carnassier. Appuyée contre le rebord du bureau, tu jètes un vieux regard à ton cousin : attention téléchargement de la prochaine bêtise terminé.

- Le premier groupe sera composé de... Nel Queen, Kohane Werner, Riri Vacuitas et Keira Sanders. Vous allez mettre en place une saynète. Celle-ci devra raconter comment, vous visualisez la première discussion évoquant la création de Poudlard. Chacun interprétera le fondateur de sa maison. Et bien sûr, vous jouerez la pièce devant nous. Vous avez droit à avoir vos parchemins en main. Nul besoin d'apprendre les répliques par coeur. Je ne suis pas un tyran.

Alors Queen ? Content de jouer Helga Poufsouffle ? Tu le sens comment ce petit exercice ? Il t'aurait suffit de pas venir l'ouvrir durant la pause, et elle t'aurais laisser tranquille bonhomme. Mais là, tu es pile dans sa ligne de mire. Dommage pour toi !

- Ensuite le groupe des Serpentards, vous créerez un hymne très élogieux à l'attention de Godric Gryffondor et des élèves de sa maison. Les Serdaigles vous en ferez de même, mais en l'honneur de la maison Poufsouffle et sa créatrice. Puis le groupe des Gryffondor, vous créerez juste une très belle éloge pour la maison Serpentard et son fondateur. Celui des Poufsouffles, idem mais à l'attention des Serdaigles et Rowena Serdaigle.

T'avais envie de rigoler. Alors comme ça les rivalités entre maison ça n'existaient plus ? On allait voir si leur travail de groupe leur donnait raison. Tu serais fixée au moins.

- Chaque groupe possèdera un porte parole, en l'occurence Rachel Pasca, Merry K. Harper, Jade Wilder et Emily Sinclair. Pour les éloges, les portes paroles devront nous les lires avec éloquence. Pour les hymnes, les portes paroles les chanterons. Vous avez, vous aussi le droit d'avoir votre parchemin à la main. Et Miss Wilder, ne vous inquiétez pas, je serais indulgente envers vous évidemment. Mais sachez que pouvoir pratiquer la langue, même si c'est difficile et devant du monde. Ça ne vous fera que progressez, je vous l'assure... Bref, chaque groupe possède une demi-heure. Ensuite nous passerons à vos prestations. Vous pouvez vous regrouper, vous lever et chercher des livres dans les étagères concernant nos fondateurs. Vous les remettrez ensuite en place. Si vous avez des questions, je serai là pour répondre. Sauf si c'est pour venir protester contre l'exercice, je ne vous inflige aucune torture. C'est même plutôt drôle comme exercice à faire, alors ne vous plaignez pas et montrez moi votre esprit d'équipe.

Tu fais le tour du bureau, sourire machiavélique aux lèvres. Vicieuse, était un très bon mot qui te correspondait là. Tu allais te régaler à les voir travailler sur un exercice qui n'en était pas un du tout. Tu te rassois, poses tes mains sur le bureau. Lances un regard brûlant à certain de tes élèves. Ils font quoi ? Ils se bougent les fesses oui ou non ? Une demi-heure c'est bien court, ils avaient intérêt à sa manier. Sinon, chaque groupe courait à la mauvaise note...

HRPG:
 


Dernière édition par Alhena Peverell le Mer 29 Juin 2016, 06:35, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nel Queen
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Nel Queen, Ven 24 Juin 2016, 22:05


Oh Diable, qu'ai-je fait pour mériter cela ? Moi j'ai pas parlé de maisons, rivalités et coopération, nom d'un bordel si je peux me le permettre de le penser fortement. Elle va me le payer au prochain repas en Cornouaille. Quelle torture psychique que de jouer Helga, mes ancêtres s'en retournerait sur leurs tombes. Je vais donc suivre l'exercice à la lettre malgré tout et en grand acteur, je joue déjà mon rôle et vais voir Goldric alias Kohane. Car je me suis toujours imaginé Helga avec Goldric ensembles dans la vie avec la belle rivalité de Serdaigle et ce bon vieux Serpentard, jaloux du futur Rouge et Or... Bon au début, il s'en fichait, j'pense et après ça c'est envenimé si l'on peut dire (Basilic, tout ça) Tu m'as comprise, non ?


''- Est-ce qu'on doit porter une robe et faire une fausse moustache ou barbe aux filles pour apporter plus de crédits à notre jeu ?''



Demandé-je discrètement à la cousine. Non ? Bref, je vais donc voir Kohane pour réfléchir ensemble à ce qu'on jouera et comment, tout en délaissant Mr Serpentard alias Keira et j'invite Riri alias Rowena mais j'attends Goldric le faire. Ça va être très drôle tout ça...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Invité, Ven 24 Juin 2016, 22:35


Autorisation d'Alhena pour l'incruste


C’est en sursaut que le Serpentard se réveilla, ce jour-là, avant de se recoucher. L’esprit aseptisé, il dormit longtemps. Trop peut-être ? Qu’importe, personne n’avait jugé bon de le réveiller. Non pas que ses camarades le fassent d’habitude, mais il y avait toujours un fond sonore caractéristique dans le dortoir de cinquième année de Serpentard, qui permettait de garder ses repères… Avoir un environnement familier avec lequel interagir…
Or, là, il n’entendait rien. Absolument rien. Tout était si calme et si paisible… Même son occiput reposait sur une surface moelleuse et délicieuse…

Ce n’est qu’en ouvrant les yeux que le jeune homme se rendit compte que le blanc éclatant et stérile avait remplacé le vert profond de son lit à baldaquin. Tremblant, il tâcha de s’asseoir, avant de constater qu’il y avait d’autres lits autour de lui (comme dans son dortoir), tout de blanc vêtus (pas comme son dortoir donc). Une rapide analyse visuelle du mobilier et de la sobre décoration à senteur de médicament, lui permit d’établir le fait suivant : il se trouvait à l’infirmerie.
Pardon ?
Que fichait-il ici ?

Perdu, l’Underlinden sentait la panique qui commençait à lui monter dans les boyaux, jusque dans la gorge, l’étouffant ainsi petit à petit.
Que faisait-il à l’infirmerie ?
Pourquoi n’était-il pas en cours ?

Avisant la fenêtre à ses côtés, ainsi que son emploi du temps impartial, l’étudiant choisit de ne plus se poser davantage de questions existentielles : le temps pressait, son estomac noué n’arrivait plus à gronder, et la peur avait drainée les veines qui palpitaient sous son visage : il était en retard pour le premier cours de Miss Peverell.
Plus qu’en retard.
Complètement mort oui.

Que devait-il faire ? Rester à l’infirmerie ou partir ?
Quelle question !
Comme s’il allait rester dans cet endroit qui puait les herbes médicinales !

Très vite, le Serpentard ne contrôla plus ses gestes, et avant qu’il ne s’en aperçoive, il était en train de courir dans les couloirs, un drap de lit drapé à la romaine autour de son corps sec, ses chaussures nouées autour du cou, et le sac porté en bouclier.
Tap tap tap tap !
Toc toc toc
Et le voici qui pénètre dans la salle d’Histoire de la Magie, l’œil hagard, le teint fiévreux, et les neurones pas tout à fait connectés :

« - Je cherche un homme ! S’exclama-t-il comme un fou, avant de se taire, d’un air pensif. Non, ça… C’était pas sa réplique. Navré Diogène. Veuillez m’excuser pour… Mon retard, Miss… J’étais à l’infirmerie… Bafouilla-t-il plutôt, en réalisant qu’il n’avait pas vraiment de justificatif à portée de main, que ses cheveux n’étaient pas coiffés, que ses chaussures lui servaient de collier, et que porter une toge romaine lui allait fichtrement bien. »

Par contre, pour l’éloquence, faudra repasser.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 10

 Cours N°1 : La Couleur de votre vie.

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Vol-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.