AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 2 sur 5
Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Keira Sanders
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005

Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Keira Sanders, Mar 5 Juil - 11:34


Au réveil, la chinoise était un peu grincheuse. Il était tôt, et elle s'était couchée tard. Pour une demoiselle qui avait besoin de sommeil, ce n'était pas l'idéal. Surtout quand elle a besoin d'aller se concentrer en cours dans l'heure qui suit. Keira n'était pas spécialement dérangée en soi, étant une lève tôt depuis toujours. Mais... Six heures du matin. Quand même. Ce prof était un taré. C'est complètement barge de vouloir commencer un cours si tôt, alors que les élèves sont tous à moitié éveillés tandis que l'autre moitié de leur cerveau plonge encore dans leurs rêves de la nuit. Il ne fait même pas encore complètement jour, à six heures du matin, même en cette saison chaude. Même s'il n'était pas encore six heures - et heureusement, la jeune sorcière aurait été bien en tard sinon - et que le dortoir des Serpentard était dépourvu de fenêtres en raison de son enfouissement dans le sol, elle le devinait. Le soleil commençait à se lever, teintant le ciel d'orange et de nuances légères de rose, tout cela mêlé au bleu habituel du ciel. Les premiers rayons de la journée brillaient de tout leur éclat, remplaçant chaque minute un peu plus l'obscurité et le froid de la nuit. Oui, c'était une scène que Keira pouvait décrire avec précision sans  pour autant l'avoir sous les yeux. C'était une habitude qu'elle tenait de la maison. Elle se levait tellement tôt, tirée du lit par sa mère, qu'elle pouvait assister au levé du soleil presque tous les jours. Mais elle ne s'en plaignait pas. Ainsi, elle avait pu se poster devant cette grande fenêtre dans le salon, comme d'habitude, poser une toile moyenne sur son chevalet, saisir ses pinceaux et les faire danser sur les fibres de la toile pour reproduire la scène qui se déroulait sous ses yeux. Bien sûr, un levé de soleil se déroulait trop vite pour qu'elle ne puisse le peindre d'un seul coup. Alors elle avait du se lever aussi tôt pendant au moins quatre jours, observer chaque fois le même phénomène à quelques nuages ou nuances prêtes, et recommencer à peindre là où elle s'était arrêtée.

La fatigue, ça ne lui réussissait pas. Heureusement pour elle, ses yeux ne marquaient pas vite les cernes. C'était donc difficile de lire sur son visage qu'elle n'avait pas beaucoup dormi. Et tant mieux, parce que son rythme de sommeil ne regardait pas les autres. Cela ne concernait qu'elle, comme tout ce qui se passait à l'intérieur de son corps et de sa tête. Toutes ses émotions. Elle se tuerait si elle avait un visage autant expressif que certaines personnes. Parfois, on pouvait tout lire sur le visage des autres. Selon la façon dont leurs traits étaient contractés ou relâchés, la présence de cernes ou non, et l'éclat dans leurs yeux. Mais d'un autre côté, se lever si tôt, ça avait du bon pour la jeune fille aux cheveux noirs d'encre. Elle se sentait un peu endormie mais tellement en forme à la fois. Elle aimait ce sentiment d'avoir vraiment toute la journée devant elle. Aucune heure perdue à roupiller. L'avenir appartient aux lèves-tôt, n'est-ce pas ?

Elle s'étira de tout son long, comme un petit chat qui sortait d'une longue sieste, puis se leva pour donner quelques feuilles de salade à Zéphyr, sa petite tortue. Elle lui caressa la carapace du bout du doigt, se demandant comme toujours si Zéphyr aimait cela ou non... Peut-être que c'était un geste totalement inutile... puis elle enfila son uniforme rapidement, songeant à quel point elle était heureuse de ne plus avoir à le porter pour encore longtemps. Bientôt, elle pourrait se remettre à porter ses propres robes, bien plus élégantes que ces chiffons noirs et gris qui portent le blason du serpent. Elle noua ses cheveux en une couette bien haute et bien centrée, prenant soin de regarder si aucune mèche ne dépassait. Prête.

Sautillant hors du donjon verdâtre des verts et argents, elle se hâta pour rejoindre le cours de métamorphose. Bizarrement, elle avait cours avec un professeur qu'elle ne connaissait pas. Elle ne se souvenait même pas avoir déjà vu son nom, et pourtant il n'était pas nouveau du tout d'après ses camarades. Bon... Elle devait avoir vécu dans une grotte. La perspective de se retrouver dans la classe d'un professeur inconnu la stressait à chaque fois, parce qu'elle ne savait pas à quoi s'attendre. Elle ne savait pas quel genre de comportement aimait le professeur en question, alors elle avait du mal à s'ajuster pour rentrer parfaitement dans le bon moule.

Regard furtif dans la salle. Beaucoup d'élèves étaient déjà arrivés. Cependant, au lieu d'analyser toutes les têtes comme elle le faisait d'habitude, elle regardait le tableau. Une écriture dorée avait attiré son attention.

« Bienvenue à tous,
Si je ne vous ais encore jamais vus,
Merci de vous présenter en arrivant.
Puis prenez place.
Et donnez-moi votre réponse à cette énigme :

"Si vous ne me voyez pas, je suis vérité.
Si vous m'entrevoyez, je suis doute.
Si vous me voyez, je ne suis plus.
Qui suis-je ?" »


Par la barbe de Merlin. Non seulement Monsieur commençait son cours à l'aube, mais en plus il jouait aux Serdaigles et posait une énigme. Ça montrait tout de suite le genre. Est-ce qu'il était élitiste ? Un ancien Serdaigle ? Est-ce qu'il estimait que seulement des élèves capables de résoudre une foutue énigme pouvaient être admis en classe ? Depuis le pas de la porte, Keira laissa échapper un soupir discret, avant de s'avancer vers le bureau du professeur, réfléchissant par la même occasion à la réponse qu'elle allait donner.

« Bonjour. Je m'appelle Keira Sanders. »

Elle avait parlé d'une voix polie, posée, très concise. Pas besoin de passer par quatre chemins pour se présenter, surtout qu'elle était un peu agacée. Restant plantée devant le bureau un instant, yeux rivés sur les lettres d'or, elle réfléchissait encore. Soudain, la réponse lui frappa la conscience. C'était le mot vérité qui lui avait mis la puce à l'oreille.

« Je pense que la réponse est le mensonge. Même si le verbe voir est un peu... »

Et elle ne finit pas sa phrase. Non nécessaire, c'était déjà assez clair comme ça. En fait, c'était surtout qu'elle ne trouvait pas les mots justes. Pas grave. Elle tourna la tête vers les pupitres, où quelques élèves avaient déjà pris places et regarda chacun pour décider d'où elle avait se placer en cette matinée. Ce Serdaigle (Riri) et cette Gryffondor (Chloris) qu'elle croisait dans tous les cours. A part ça, elle reconnut la tête d'un serpentard qu'elle avait croisé hors du château lors d'une soirée. Et... la chanteuse. La fille qui faisait vibrer ses consonnes comme les cordes d'une guitare (Jade), assise dans les tables de devant. Et une place libre à côté d'elle. N'était-ce pas l'occasion, puisque la jeune chinoise se sentait intriguée par elle ?

« Eh, c'est toi la ch-... La fille qui a un accent !, dit-elle avec un sourire aimable. Je vais m'installer ici, si ça ne te dérange pas. Je m'appelle Keira. »

Sans attendre de réponse, elle prit place sur le siège à côté de la blonde.

HRP : Mary, vu que le RP à Paris n'est pas assez avancé je préfère faire comme s'il se passait après ce cours, Keira aura une belle surprise plus tard :D
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Aya Lennox, Mar 5 Juil - 17:52


Compagnons de cours, je n'ai pas lu vos réponses.
Donc, minces excuses d'avance si c'est la même que l'un d'entre vous.

Fatigue cérébrale. Pas envie de parler. Réveil difficile. Premier cours de Méta’, avec le fameux Evan, et en plus à l’aube. Fatigue. Pas envie de parler. Tête dans le… Aya, cheveux en vrac, cajolée toute la nuit par ses draps frais et son oreiller bien douillet, émerge. Se frotte les yeux. Regarde l’heure. Soupire. Se tourne. Attrape le drap qu’elle garde entre les mains, comme quelque chose qu’il ne faudrait surtout pas lâcher. Reste là, pensive, en regardant le jour se faire une place dans le dortoir, comme un nouveau compagnon. Debout les bleus.

Perte de temps sous la douche. Réflexions personnelles. Questions existentielles. Bien ou mal. A votre avis. Penser à la nuit qu’on quitte, au cours de laquelle on a fui les murs du château, vaqué à ses occupations, ambitions. Quitter la réalité, les cours certes passionnants qu’on doit suivre, mais quitter la réalité, la fatalité à laquelle elle croit toujours un peu trop. Elle tapote ses joues dans l’espoir de se réveiller un peu plus. Ça marche.

Robe de sorcière de Poudlard. Vert de sa maison en avant. Cheveux blonds en carré lâchés. Peau blanche et blafarde. Ce matin, bouffie, elle s’en fout. Elle a un peu des cernes, elle s’en fout. S’est maquillée les cils, c’est tout. Sac avec bouquins, fournitures utiles, blabla, elle le connaît pas, l’inventaire, y a tellement de trucs là-dedans qui ne servent parfois à rien.

Un tour à la Grande Salle. Elle est un peu en retard ? Non, il doit bien lui rester quelques minutes. Un coup d’œil à sa montre lui révèle qu’elle en a encore dix. Allez. Elle veut juste boire un truc chaud, un thé bien noir, bien chaud. C’est rapide, elle parle pas, n’a pas de raison de parler plus que d’habitude, de toute façon presque personne à qui parler, croise à peine quelques élèves, quel intérêt.




Elle réprime un soupir en entrant dans la salle. Déjà quelques élèves se sont placés. Elle n’y fait pas vraiment attention et jette un œil droit devant elle. Le prof. Derrière lui le tableau où les lettres d’or tracées semblent avoir pour tâche d’accueillir les nouveaux arrivants.


"Bienvenue à tous,
Si je ne vous ais encore jamais vus,
Merci de vous présenter en arrivant.
Puis prenez place.
Et donnez-moi votre réponse à cette énigme :

"Si vous ne me voyez pas, je suis vérité.
Si vous m'entrevoyez, je suis doute.
Si vous me voyez, je ne suis plus.
Qui suis-je ?"



Se présenter au prof. Drôle de façon de faire. Et répondre à une énigme... Original, pour commencer son cours. Elle s’avance vers le bureau, réprimant sa fatigue pour arborer un visage de marbre. Pas montrer de fatigue. Montrer de la volonté. Ne rien laisser paraître. Le thé fait son effet.

Première impression. Objectivement, le prof a un physique agréable. Il dégage quelque chose de mystérieux, d’un peu original aussi. Elle ne sait pas vraiment comment se l’expliquer, en fait. Un certain calme, qui doit faire de lui un bon pédagogue.  

Elle se plante devant le bureau du prof, le regarde dans les yeux, armée de son éternelle neutralité.

- Bonjour. Je suis Aya Lennox.

Présentation nonchalante. Pas de zèle. Elle jette un œil au tableau, fait mine de réfléchir alors que pour elle, la réponse est toute donnée. Une évidence.

- Le mensonge. C’est le mensonge, la réponse à votre énigme, commence-t-elle d’un air vaguement réfléchi. Le mensonge, masqué, inconnu, a l’apparence de la vérité. Lorsque les détails obscurs qui le composent s’étiolent, il devient doute. Une fois que ces détails sont mis à nu, le mensonge se meurt. Il est démasqué et n’existe plus. Sa seule raison d’être, c’est justement d’être caché.

Elle hausse une épaule, comme pour appuyer un air de certitude nonchalante, avant de se retourner et de fuir le bureau. Où s’asseoir. Elle ne sait pas, vogue jusqu’au fond de la classe pour prendre la dernière table qu’elle trouve, à gauche.

Il ne lui reste plus beaucoup à tirer, ici. Et si ces années d’apprentissage lui ont beaucoup plu, elle voit aussi sa sortie de Poudlard comme une libération et c’est sur cette réflexion teintée de nostalgie qu’elle décide de patienter. Coude sur la table, visage rond appuyé sur sa main en observant un grain de poussière traverser un rayon de lumière. Il manque des gens, et le cours ne commencera pas encore.


Dernière édition par Aya Lennox le Mar 12 Juil - 16:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Autumn Griffin
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Autumn Griffin, Mer 6 Juil - 0:42


Je tiens à préciser que je n'ai pas lu vos réponses, excusez moi si ma réponse est la même que la votre.

6h du matin. Qui était assez perché pour donner un cours à cette heure si avancé dans la matinée? Leur professeur de Métamorphose, apparemment. La jeune femme avait toujours été passionnée par cette matière, et c'est donc tout naturellement qu'elle y assistait. Mais tout de même. Se réveillant le plus tardivement possible, elle sortit de son lit à 5h15 du matin. Trop tôt. Une douche, un coup de peigne et un peu d'eau sur le visage pour se réveiller. Est-ce que ça marche? Absolument pas. 5h30. Elle se vêtit de sa robe de sorcière, à l'écusson Gryffon brodé, bien visible. 5h35. Elle descend à la Grande Salle pour manger deux, voire trois toasts grillés accompagné d'un bon jus de citrouille. Impossible de se concentrer avec le ventre vide. 5h50. Quand la brune voit l'heure, elle accélère. Oui, parce que ce serait vraiment bête d'arriver en retard le premier jour, donc de faire mauvaise impression. Pas qu'elle était l'élève modèle - loin de là - mais elle n'aimait pas être jugée sur une simple bêtise telle que celle là. Retournant en vitesse chercher son sac, avec ses affaires de cours et sa précieuse baguette, la jeune femme hâte le pas jusqu'à la classe. Une fois devant, elle inspire, expire, et pousse la porte. Elle n'est pas la première, ce qui ne l'étonne pas et la rassure en même temps. Les regards qui se lèvent vers elle ne la gêne pas, et elle se dirige vers le bureau après avoir lu l'inscription du tableau.


« Bienvenue à tous,
Si je ne vous ais encore jamais vus,
Merci de vous présenter en arrivant.
Puis prenez place.
Et donnez-moi votre réponse à cette énigme :

"Si vous ne me voyez pas, je suis vérité.
Si vous m'entrevoyez, je suis doute.
Si vous me voyez, je ne suis plus.
Qui suis-je ?" »

Bonne question. Mais toujours commencer par le plus simple.

- Bonjour, professeur. Je suis Autumn Griffin, en 6ème à Gryffondor.

Et puis, elle se concentre sur l'énigme, qui n'est pas des plus facile il faut l'avouer. Deux solutions lui vinrent en mémoire, et elle décida de les exposer toutes les deux. Parce que c'était plus de chances de réussir.

- Pour l'énigme, j'aurais deux proposition. Tout d'abord, je dirais le mensonge. Ca me semble plutôt logique. Quand on n'a pas conscience du mensonge, qu'on ne le voit pas, il ne peut-être que vérité. Quand on l'entrevoit, quand on le soupçonne, on doute. Et finalement, quand on est au courant, il n'existe plus. Pour la deuxième, j'aurais dit la mort. Quand on n'y est pas confronté, on en est conscient. Quand on l'entrevoit, elle nous apparaît plus floue, et finalement quand on y est confronté, on n'y croit pas. On se croit invincible.

Contente de son explication, la jeune sorcière prend congé et se tourne vers la salle afin de chercher des yeux une place. Pas tout devant, sans être trop derrière. Troisième rang. Elle repère une table libre et s'y dirige, afin de s'y asseoir pour le cours.
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Merry K. Harper, Mer 6 Juil - 0:55


Merry se trouvait déconcertée. Réveillée si tôt pour un cours qui ne commençait que bien plus tard. C'était peut être une perte de temps pour certaines personnes... et ça l'aurait été à une certaine époque pour la rouquine qui ne supportait pas de devoir se lever tôt. Néanmoins, elle avait changé depuis ce temps là. Et elle profitait de ce réveil relativement tôt pour aller faire du sport. Et oui, il fallait savoir s'entretenir un peu aussi. Les cours c'était bien, elle s'en sortait pas mal et tout allait pour le mieux. Mais le sport la détendait d'autant plus et la libérait de toute cette oppression qu’occasionnait l'autorité, la dictature des adultes et surtout celle de Kholov qui avait l'air de se moquer complètement de ses élèves. Seuls importaient les meilleurs, l'élite, ceux qui étaient parfaits et y arrivaient le mieux.

Alors, la jeune rousse courait. Courait autour du château, dans le parc, sur les bords du lac, jusqu'à en perdre haleine. Tout ceci lui faisait un bien fou. Oublier certaines choses qui lui posaient problème alors que sa vie allait si bien en ce moment. Son petit tour matinal lui faisait tant de bien. Elle ne croisa personne en revanche, ce qui était presque normal à un telle heure. Jamais personne ne pouvait être levé plusieurs heures avant les cours. Cours auxquels Merry devrait assister en étant dans un état présentable. Si bien qu'elle décida enfin de retourner dans la tour des Gryffondors pour prendre une longue douche et se préparer. Petit déjeuner ensuite et c'était tout bon ! La jolie rousse pouvait enfin assister à son cours de métamorphose, auquel elle ne tarda pas à se rendre, entrant dans la salle d'un pas déterminé.

- Bonjour professeur !

Merry s'avança et regarda les phrases écrites au tableau. Il la connaissait, ça, ça allait. En revanche, l'énigme intriguait la jeune fille qui fixa un moment les lettres sur leur support, réfléchissant. Qu'est ce qui pouvait bien se cacher derrière ces mots, ces quelques phrases que leur professeur leur donnait comme seule énigme en début de cours. Comme d'habitude, la métamorphose y était pour quelque chose. Bien qu'elle pensait qu'il s'agissait ici de quelque chose de plus littéraire. Tout ceci n'était peut être pas, pour une fois, un simple sort de dissimulation. Et si c'était autre chose ? Elle avait peut-être une idée. Alors, regardant son professeur, elle lui exposa finalement ce qu'elle avait derrière la tête.

- En ce qui concerne votre énigme, j'aurai pensé au mensonge... il est dissimulé, alors quand on ne le voit pas, on pense qu'il s'agit de la vérité. Si on l'entrevoit car quelqu'un nous fait par de ce qu'il a entendu, il peut s'agir d'un doute. Est-ce la vérité ou non ? Et enfin, quand on le découvre, ce n'est plus un mensonge, il disparaît instantanément tandis qu'on découvre la vrai vérité.

Par la suite, Merry adressa un nouveau sourire à son professeur de métamorphose, avant d'aller s'asseoir à son tour. A côté de Chloris avec qui elle s'était mise d'accord pour assister au cours. La trouvant du regard, la jeune fille s'installa tout simplement en lui faisant un joli sourire, toutes dents dévoilées, déposant ensuite son sac à côté d'elle, duquel elle sortit ses affaires qu'elle organisa sur son bureau, prête à faire un cours en étant le plus concentrée possible.
Revenir en haut Aller en bas
Riri Vacuitas
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Riri Vacuitas, Mer 6 Juil - 2:40


Asclépius s’assit à mes coté, encore lui, une fois de plus, décidément, il devait être amoureux ce vieux. Il s'impose aussi souvent qu'il à besoin d'une dose. Il me salut, polis, qu'il est gentil. Je ne lui dit pas salut, je me dit que l'on à dépassé ce stade, nous nous sommes battus jusqu'à en être malade. Alors j’enchaîne du tac au tac, mimant une voix enjoué pour lui adresser la parole, les mots s'envolent et mon regard ne le croise pas, il regarde plutôt la-bas.

« Où est passé ta tenue antique ? »

Des bruits de portes, des bruits de mots, chacun explique ce qui lui passe par le cerveau, puis va s’asseoir religieusement tel des apôtres. Une poufsouffle arriva, c'était Olivia, il me semble l'avoir déjà croisé en cours, une poufsouffle, tout est dit avec sa couleur … Puis Chloris la prétentieux, enfin je crois ? Voilà voilà. Une lionne inconnus (Xao Solo), est-elle aussi inutile que les autres ? Vas t-elle chercher à mettre le bazar dans ce cours ? Un autre Poufsouffle fait son apparition (D.J. Williams), l'air beau gosse, musclé tout ça, mouais il m'inspire rien. Il représente bien les gryffondor malgré le fait qu'il soit Poufsouflle. Tout dans l'image. Vas t-il être effacé et se louper comme la plupart des autres jaunes ? Ho mon Merlin … Azénor vient de faire son apparition, j'espère qu'elle va se la fermer définitivement, la dernière fois elle fut insupportable. Une poufsouffle connut de mes yeux vert entra et passa à travers la classe. L'une des préfètes, Jade Wilder. Camarade de l'élite, j'avais eu l'occasion de lui parler lors du dîner, personnalité timide ? [En fait, vus que le RP n'est pas bien avancé, je ne peux pas dire x)]. Keira, Keira ! Pas grand-chose à dire, nous avons fait une saynète elle et moi, puis d'autres gens aussi. Quelqu'un de relativement gentil, malgré sa couleur verte, c'était peut-être une stratégie, une cachette. Une nouvelle verte arriva (Aya Lennox), inconnus au bataillon, inconnus sur le pont ! Quelqu'un de détestable visiblement, ou bien elle se donne de faux air de fille superficiel arrogante ? Sûrement. Encore une rouge inconnue (Autumn), décidément, il y à un sacré paquet de nouveau dans ce cours. Qu'ils se tiennent à carreaux, seulement à carreau et qu'ils se taisent. Mon regard passe de tête en tête, regard blasé, ou méprisant ? Ou bien juste plein de jugement ? Peut-être bien qu'il exprime du mépris ? Je sais plus trop en fait. Puis enfin, ma meilleure amie fait son entrée, Merry ! Rien a ajouter je crois ? Pourvus qu'elle ne fasse pas de nouveau une crise de je ne sais pas quoi pour avoir de l'attention de la pars de tout le monde …

Le meilleur pour la fin, il y avait eu une Serdaigle un peux plus tôt, avant les autres, c'était Mathilde (Rey :D), jamais vus, jamais croisé, cependant elle était chez les Serdaigle, c'était donc une allier par défauts. Hum … J’espérais … rien, juste qu'elle soit sérieuse en cours. Une fille nommé Mary arriva également, il me semble l'avoir déjà croisé en salle commune, lors d'un affrontement entre un premier année et un 6ème année. Ouais c'est ça, elle était resté en retrait, peut-être qu'elle avait peur ? Peut-être qu'elle méritait d'être une poufsouffle alors ? Faut que j'arrête de penser cela des jaunes, j'ai eu des contre exemple comme Jade … Enfin je crois … Mais il y avait surtout eu Erundil ! Ce qui se rapproche le plus d'un ami pour moi, a moins qu'on le soit réellement ? Il s'était assis juste derrière moi, tant mieux, au moins je ne serais pas seul à subir Asclépius l’accro au filtre de faible.

Le temps passe et mon esprit se fracasse encore un peux plus, je pense à tout à rien, je me sens bien. Cela pourrait être mieux, cela pour être des adieu ou bien un cours heureux, on ne sait pas ou on ne sait plus. On sera peut-être déçus ou déchus. Ou bien attentif et actif ? La plupart restera sûrement passif ? Quoi que, cela n'était jamais arrivé, il y en avait qui avait déjà abandonné pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mikaël Maxwell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Mikaël Maxwell, Jeu 7 Juil - 22:47


Pourquoi ?

Par Merlin, par toutes les déités que peuvent bien prier les moldus, par tous les élémentaires druidiques, par toutes les créatures démoniaques et saintes, POURQUOI ?!

Pourquoi ce prof de métamorphose fait-il ses cours si tôt ?!

Bon, pour une fois, Mikaël avait dormi. Enfin, dormi...... Écroulé de fatigue sur son lit avec pourtant la volonté de travailler.... C'est ainsi que son petit réveil mécanique (fait main, de la sienne) sonna à cinq heures du mat, pas du tout capable de le réveiller. Mais la pluie de chaussures, abattues par ses camarades de dortoir n'ayant, eux, pas cours, le réveilla largement. Le nain se traîna ainsi jusqu'à la salle de bain de sa maison, saluant d'un signe de tête endormi et mécanique les malheureux qu'il y croisait et qui devait aussi avoir ce cours.

Enfin bref, les détails seront omis, toujours est-il qu'il se prépara, s'habilla, et se traîna jusqu'à la salle de classe, l'air de crouler sous le poids des trois encyclopédies qu'il avait sous le bras et de son sac.

Le nain rentra donc dans la salle, la voyant déjà à moitié pleine, et vit finalement le tableau. Soupirant un peu (oui, il était trop fatigué pour jouer le bon Serpentard impassible), il s’avança dans la salle, prenant au passage la parole.

- Mikaël Maxwell, monsieur, quatrième année chez les serpents.

Toujours cette voix aiguë, et même un peu plus grinçante que d'habitude. Même lui était gêné par sa voix cette fois, et il se racla rapidement la gorge avant d’enchaîner, sa voix reprenant une consistance "habituelle".

- Pour ce qui est de l'énigme.... Je pense au miracle. Les croyants prendront pour vérité un miracle qu'ils n'ont pas vu, mais ceux qui l'ont entrevu doutent de ce qu'ils ont vraiment vu et, pour ceux qui ont vu ce qui s'est vraiment passé, le miracle n'est plus, ne reste que la vérité. En fait, je pense que ça s’applique sur tout ce qui est relatif à la croyance.... Enfin, pour peux que ce soit une croyance basée sur quelque chose qui n'est pas vrais, bien sur.

Relativement satisfait de sa réponse, il continua d'avancer dans els rangs, quand soudain une vision lui fit ouvrir des yeux bien plus grands.

Ces courbes du visage.... Ce nez.... C'était léger mais.... Il en était certain. Un serdaigle ? Peut importe, le sang passe avant la maison. Soudain bien réveillé, le semi gobelin recula vers celui qui semblait être de sa condition, Erundil. Il remarqua que la place à côté de lui était libre et, sans attendre, s'y installa immédiatement.

Enfin.... immédiatement.... Juste après avoir installé ses trois encyclopédies, et à la vitesse que lui permettaient ses maigres bras pour le hisser sur ceux-ci. Enfin bon, ceci fait il installa ses affaires et réajusta nerveusement ses lunettes rondes en bronze. Il tendit alors une main (presque tremblante, presque ) à son voisin de table, prête à saisir la sienne. Il dut s'y reprendre à deux fois avant de finalement réussir à articuler un goblebabil hésitant.

- Me tromperais-je ou aurions-nous quelques.... origines communes ?
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Erundil Trismegiste, Ven 8 Juil - 15:39


Se cumulent au fil du temps, des idées. De belles idées. Je m’amuse de certaines particulièrement intelligentes. Attirantes pensées colorées par leurs ambitions, leurs envies. Peut-être leurs rêves, à la vue de certains qui n’ont pas encore osé dire au revoir à Morphée… Je me demande comment il va, celui-là.

Parmi ces pensées, celles du Serpentard au potentiel latent impressionnant fait son entrée, avec toute sa majesté Asclépioupiesque. Les siennes m’interrogent également. Puis m’interroge aussi son choix d’habiter la place à côté de Riri. Est-ce leur duel au tournoi qui les a rendu proche ? C’est un duo plutôt original.

Une autre fait son entrée. Celle croisée seulement du regard lors d’un autre cours. Sa simple présence me fait toujours le même effet. Je me sens comme apaisé. Elle s’assoit. Semble heureuse d’être là. Je vais éviter de trop me plonger dans des rêveries éveillées cette fois. Même si je vais forcément la voir, vu que je suis derrière, et que j’ai vu sur toute la classe. La prochaine fois, je me mettrai avec les loups.

- Ils ne sont pas là. C’est dommage, j’espère qu’ils vont bien.

J’ai un peu laissé tomber l’idée de pouvoir contrôler ma parole. Elle est comme une entité à elle seule. Aussi, je la laisse parler quand elle veut, je n’ai pour le moment, aucun courage pour ce combat perdu d’avance. Je passerai pour un fou. Rien de nouveau.
Enfin au moins, cette fois, j’ai bien noté le nom de cette fille. Je tâcherai de ne pas l’oublier cette fois. Pourquoi je pense à elle déjà ? Ah oui. Son aura. Et le simple fait qu’elle existe me donne la volonté de croire que le monde est beau et qu’on peut trouver un sens à tout ça. Mais si tout cela n’en a bien sûr aucun.

Arrivage d’un nouveau personnage. Atterrissage en brutalité sur les terres de la réalité. Je ne me suis pas rendu compte qu’il y avait d’autres personnes d’arrivées. Pas même lui, assis à côté de moi, me tendant la main, faisant une remarque sur des origines communes.
Des gros livres. C’était donc ça le choc qui m’a ramené à la réalité. Je le regarde à nouveau en lui serrant la main.  Ses traits sont sérieux, voire sévères, à mon impression. Une flamme dans son regard. Une forte puissance se dégage de lui, tellement grande, dépassant la taille de n’importe quel géant. C’est effrayant et magnifique à la fois.

Les origines … Les origines … De quoi parle-t-il ? Si ce sont les origines de mes ancêtres, ne connaissant pas mon père, je ne pourrai pas lui répondre. Concernant ma mère… Et bien là non plus, il n’y a pas grand chose à dire. Est-ce que par origine, il veut dire que nous avons des passions similaires qui couleraient d’une même origine ? Si c’est le cas, comment pourrait-il savoir une telle chose ? A-t-il suivi une formation pour lire dans les pensées. En tous les cas, son regard est très intense pour son âge.

- Je ne sais pas pour les origines, mais regarde.

De mon fourre-tout, je sors une boîte, de la taille de ma main. De cette boîte, je sors un livre miniature sur la métamorphose. Je l’avais lu à la bibliothèque, je l’avais trouvé intéressant alors je l’ai acheté. Sortie de la boîte, plus qu’un petit...

#Amplificatum

Le livre grandit pour finir à la taille d’une des encyclopédies du voisin.

- C’est plus pratique pour porter des choses. Surtout quand on est comme nous, avec pas mal de livres avec soit.

Est-ce qu’il pourrait prendre mal mon conseil ? Certaines personnes n’apprécie pas ce genre de remarques. Il prendra comme il le veut.

Je réduis à nouveau le livre. Range dans la boîte. Range dans le fourre-tout. Me reconcentre.

- Enfin… C’est qu’une idée, tu fais ce que tu veux bien sûr.  Je trouve ça pratique. C’est tout.

Hmm… Peut-être qu’en se présentant, je paraitrais moins rustre. Je le regarde à nouveau. J’aime bien ses lunettes. Elles me font sourire.

- Je m’appelle Erundil.

Signe de tête amicale, tout ce qu’il faut de courtoisie. Et j’en reviens à mon observation des mondes aux alentours. A commencé par Riri. Je me demande bien à quoi ils pensent, tous les deux, devant.
Revenir en haut Aller en bas
Theophania Fitzgerald
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Theophania Fitzgerald, Ven 8 Juil - 16:43


HRP : Bon je l'admet, j'ai pas tout lu. Juste Riri en fait (et Amilcare parce que c'était easy peasy lemon squeezy). Doonc bah désolée si le gros blabla sans intérêt que j'ai déblatéré est similaire à vos écrits. Ce qui est très probable parce que c'est bateau à mourir.

Un nouveau cours de métamorphose. Cela faisait longtemps que Theophania n’avait pas assisté à cette matière. Souvent pleine de mystères, de tentatives, d’échecs, de dépassement. C’était une des disciplines qui nécessitait le plus de discipline et de détermination. Bien qu’éprouvants, les cours apportaient une certaine satisfaction à la jeune fille. Le plaisir d’accomplir de nouvelles choses, d’arriver à mieux. Elle aimait ça. Dans ses mauvais jours elle se fatiguait et s’irritait de ne pas réussir les exercices mais dans ses bons jours elle en sortait contente. Comme toujours le rendez-vous était fixé tôt le matin. De quoi bien commencer la journée. Ou pas d’ailleurs. La potentielle stimulation intellectuelle était fatigante à cette heure. Theophania n’aimait pas rater un sort à cause de la fatigue. C’était frustrant, surtout quand on savait que cela pouvait être évité.

Son corps était réglé comme une horloge ces derniers temps. Elle tombait de sommeil à minuit et se réveillait à cinq heures. Le manque de sommeil ne se faisait pas encore ressentir. Elle n’aurait même pas eu besoin de réveil si elle n’avait pas eu peur d’oublier de se réveiller. Pas comme si croire son corps était une bonne stratégie. Ce matin-là elle fut donc sur pieds à l’heure pour descendre rapidement à la grande salle chercher une pomme qui lui servirait de festin matinal. Elle la grignota sur le chemin pour se rendre en salle de métamorphose. Les couloirs étaient déserts, heure très matinale oblige. Les pas de la jeune fille résonnaient. C’était une étrange sensation que de se sentir seule au monde dans un lieu pourtant si peuplé. Parfois elle avait l’impression que des milliers d’étudiants fréquentaient l’école. Chaque jour elle en croisait qu’elle avait l’impression de n’avoir jamais vu. Mais peut-être n’était-ce qu’une illusion. Peut-être qu’elle ne faisait pas assez attention aux gens pour retenir leurs visages. Peut-être pour cela que ses cauchemars étaient parfois surpeuplés. En arrivant dans la salle de classe, Theophania pu constater qu’elle était loin d’être la première. Un bon groupe était déjà bien installé sur les bancs. Elle soupira. Le matin elle n’avait envie d’être à côté de personne qu’elle ne connaissait pas. C'est-à-dire personne tout court. L’aube n’était synonyme que d’une légère fatigue. Elle qui n’était pas très encline à la discussion en temps normal était presque muette avec les autres le matin. Avant toute chose elle jeta un œil au tableau qui était déjà gribouillé. Le professeur ne s’était pas embêté et avait inscrit toutes les banalités à l’avance. Lui au moins s’épargnait la conversation ennuyeuse.

Une énigme accompagnait le message d’accueil. Theophania se souvint qu’il y avait eu la même chose au dernier cours de métamorphose auquel elle avait assisté. Avant de saluer le professeur elle réfléchit un peu aux petites phrases. D’autres étaient passés avant elle mais elle ne les avait pas écoutés. Elle était dans sa bulle et comptait bien y rester le plus longtemps possible. Après quelques instants de réflexion elle s’approcha du bureau. Elle était déjà allée en métamorphose et par conséquent elle considérait que l’enseignant connaissait son nom. Sinon ce serait tant pis pour lui. Voix basse, juste audible pour celui à qui elle voulait parler.

- Bonjour Monsieur. Je dois avouer que votre énigme me fait penser à plusieurs choses mais aucune ne me conviens dans la mesure où elles ne sont pas vraiment reliées à l’idée que je me fais d’un cours de métamorphose. J’ai du mal à envisager un sort qui s’assortirait à mes idées. Mais j’imagine que c’est pour cela que je suis ici. L’utilisation du verbe voir fait tout de suite penser à une illusion, une apparence cachée. Mais je ne vois pas trop comment on peut entrevoir une illusion. Toujours est-il que si l’on découvre une illusion elle n’est plus. C’est assez terre à terre. Je pense que l’on peut rapprocher une dimension plus spirituelle à ces quelques mots. L’idée de vérité, de doute sont des choses qui m’apparaissent peu concrets, particulièrement immatériels. Mais là on s’éloigne justement de la métamorphose. On ne voit pas Dieu par exemple. On s’en fait seulement une idée, un concept en fonction de nos lectures. C’est finalement un rapport au monde très empirique. On prend donc nos acquis pour réalité, ou vérité. Si maintenant on entrevoit d’une quelconque manière le divin ou toute forme de chose qui irait à l’encontre de nos idées préconçues on peut douter du fondement de notre réflexion. A-t-on eut raison dans notre manière d’appréhender notre environnement, puisque Dieu conditionne en partie notre manière d'envisager le monde ? Si maintenant on nous présente la réalité telle qu’elle est vraiment, c'est-à-dire la figure d’un hypothétique Dieu, le concept que l’on s’était fait s’effondre car il nous est impossible d’avoir cerné parfaitement la réalité. On pourrait rapprocher la réponse à l’énigme du mensonge, mais je n’en suis pas totalement convaincue. J’ai en tête quelque chose de plus global. Je pense plutôt à un rapport à la réalité. Mais je ne saurais pas mettre vraiment des mots là-dessus.

C’était un beau bavardage pour finalement ne rien dire. La belle affaire. Comme c’était pratique les mots. Faire passer la paresse pour du zèle, l’ennui pour de l’intérêt. C’était d’ailleurs assez de mots pour un bon moment. Theophania se dirigea près des fenêtres à une place libre. Elle comptait bien démarrer la journée tranquillement, tout en faisant de son mieux, insignes obligent.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Asclépius Underlinden, Ven 8 Juil - 17:48


S’il y avait bien une chose dont le jeune homme était certain, c’était que les cours de Métamorphose semblaient être animés non pas par leur auguste professeur, mais par une sorte de puissance supérieure, qui possédait le même travers que lui pour l’Amusement. Ainsi, en assistant aux cours de Mr. Lival, le Serpentard était certain d’y trouver suffisamment de distractions afin d’occuper ses rêveries de la journée… Même si, désormais, il appréciait parfois de jouer à constituer ses rêveries. Comme lorsque Vacuitas prenait la parole… Et plus particulièrement pour lui adresser quelques mots. Oh, comment résister à l’envie qui lui chatouillait les entrailles, de faire taire cet impudent, pétrit d’une arrogance déplacée, qu’il se plaisait de faire briller de la même façon que son badge de l’élite ?
Un jour, il lui tordrait probablement le cou. Ce ne devait pas être bien compliqué : il avait déjà vu un Moldu en faire de même avec un poulet. En un mouvement, c’était réglé. Après, la chair de l’étranglé prenait des postures assez intéressantes et divertissantes. Vacuitas aurait probablement plus d’intérêt en étant étranglé, qu’il ne l’était actuellement.

« - Il est important, mon cher, de savoir satisfaire le public en lui proposant parfois un peu de nouveauté. Répondit-il sur un ton taquin. Je laisse la toga et la tunica au placard, en attendant d’avoir trouvé une autre tenue, qui me satisfasse. »

Mais bien sûr, la raison était toute autre. La raison, c’était la Métamorphose. Vêtu de pourpre et de laurier, il n’aurait jamais osé franchir les portes de la salle de classe, béni par le dieu de la Métamorphose, le dieu des dieux : Zeus. Et après avoir lu tant de légendes, il ne souhaitait guère s’attirer les foudres de Zeus
Sans pouvoir s’en empêcher, il gloussa. Il ferait le sacrifice de sa façade, si cela pouvait l’épargner pour avoir fait un tel jeu de mots… Même s’il trouvait cela fort amusant… Les foudres de Zeus… Oh, il aurait tellement de mal à se départir de son sourire !

Il gloussait toujours, en voyant défiler les élèves. Ce n’était pas hystérique, ni nerveux juste… Présent. Allez, allez… Calmons-nous mon cher… Bien que le vulgus soit ignorant, ce n’était pas la peine d’en rire. Que dirait Vacuitas ?
De nouveau, il se retint de rire, mais semblait mourir d’envie d’éclater d’un rire franc. Oh ! S’il n’avait pas été dans les premiers rangs, s’il n’avait pas été présence en chair dans cette classe… Il aurait tout bonnement éclaté de rire, comme il le faisait si peu.
Mais il se réservait tout cela pour plus tard… Bien plus tard, quand il serait dans le parc, à maudire sa bêtise pendant qu’il révisait ses BUSE encore une fois… Ah ah… C’était vraiment lui, la tête de buse, le cerveau de piaf…
Distraitement, il écrasa une petite larme de rire. Oh non, il n’arriverait jamais à calmer son fou rire, c’était certain… Qu’il avait bien fait de se lever ce matin !

Tâchant de retrouver une respiration un peu plus calme, bien que ses traits demeurent rieurs, le Serpentard avisa un peu plus longuement son voisin de derrière, qui venait de prendre la parole. Erundil… Cela faisait longtemps, bien longtemps qu’ils n’avaient pas discutés… En réalité, depuis son expérience ratée de la dernière fois… Depuis, il fuyait, parce qu’il savait très bien le faire. Tout en sachant que ce n’était guère correct… Le garçon méritait mieux qu’une insomnie forcée… Et lui-même méritait mieux qu’un échec aussi pitoyable.
Et c’est bien pour cela… Et c’était bien pour cela… A cela qu’il pensait… Cherchait… En Potions, avec les ingrédients… D’un coup… L’illumination. Il savait quoi faire, il le referait… Ne restait plus qu’à prévenir l’intéressé.

Et comme il était joueur, il n’ouvrit pas la bouche : seulement son encrier. Il prit sa plume et un parchemin, et abandonna la lettre de Ste Mangouste pour se mettre à tracer des lettres, des ersatz de mots sur trois parchemins. Une fois ceci fait, il plia les parchemins, et les confia à sa douce Poivre, qui l’observait comme s’il était un parfait idiot. Ce qu’il devait probablement être, pour prêter des intentions, des pensées et des émotions à sa chouette.
Ravi de ce qu’il venait de faire, il laissa Poivre s’envoler par une fenêtre. Cette dernière délivra son message à une Serpentard de ses connaissances, une détestable Gryffondor, et revint ensuite dans la salle de classe, pour déposer un parchemin sur la table du sieur Trismegiste. La chouette reprit ensuite position sur l’épaule du garçon qui, entre-temps, avait trouvé une autre occupation dans l’arrivée du demi-gobelin de sa maison.

C’était quoi son nom déjà, au morveux ? Allez, v’là qu’il l’avait oublié… C’était tellement plus simple de le désigner tout simplement sous l’appellation « semi-gobelin de Serpentard ». Même Mr. Azphel s’en était moqué. Bon, après… L’ancien directeur des serpents de cachot n’était peut-être pas une référence en matière de distinction et de bon goût.

Voilà qu’il avait de nouveau envie de rire. Ce n’était vraiment pas sérieux tout ça. Tout cela, pas sérieux. Aucune sériosité. Sérieusement. Serieusus, Severus. Pff…

Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Evan, Lun 18 Juil - 13:37


HRP : Navré pour ce post tardif ! La semaine a été très chargée du coup j'avais privilégié mes rp's "courts". Sinon, pour le coup, techniquement je jugeais "impossible" que vous puissiez voir le tiroir ouvert depuis les tables de la classe ! Mais c'est pas grave, j'aurai dû le préciser Wink

~ Evan attendait patiemment l'arrivée de ses élèves. Il se doutait bien qu'avec son énigme, il risquait d'avoir des réponses à l'opposé de ce qu'il attendait. Et c'était voulu. Entre réponses philosophiques et d'autres basées sur la Métamorphose, voir un mélange des deux, il avait pris pour habitude à donner matière à réflexion à ses disciples. Cette fois-ci, la réponse qu'il attendait était des plus simpliste. Pourtant il était persuadé que ses élèves les plus assidus seraient les plus à-même de répondre à côté de ce qu'il demandait. Et il avait hâte d'écouter les diverses propositions de leur part.

~ Le premier élève qui arriva était un jeune Poufsouffle qu'il n'avait encore jamais vu. Ce dernier se présenta sous le nom d'Amilcare et prit place dans la rangée du milieu. Le garçon n'avait pas répondu à l'énigme, mais il choisit de ne pas lui faire savoir, après tout le choix lui appartenait.

~ Riri fut le second à arriver. Le mage, bien qu'en partie heureux de le voir ne montra rien de particulier à son égard. Il n'apprécia pas vraiment la suffisance de garçon qui se vantait d'appartenir à l'élite, qui, pour le mage, n'était rien d'autre qu'une bande de groupies membre du fan club de Sergeïounet... Soit, au fond, cela ne l'étonnait pas. Un simple "Bonjour Riri" s'enfuit de ses lèvres pour saluer le jeune homme. Il attendait davantage la réponse à son énigme de la part du bleu, que son semblant d'air prétentieux qui lui donnait l'envie de lui foutre une tarte bien méritée en pleine tronche. Toujours très inspiré (ou pas) quand il s'agissait de faire marcher son cerveau, le garçon évoqua la mort et la sagesse comme deux potentielles réponses en détaillant son point de vue qui tenait la route. Le mage lui fit un léger sourire et l'invita à prendre place. Il se mit près des fenêtres, endroit idéal pour se faire éjecter dehors si jamais il venait à perturber de nouveau son cours...

~ Une camarade à Riri arriva ensuite. Elle se prénommait Mary. Il salua l'élève qui resta un instant près de la porte, comme réfléchissant à son énigme. La réponse qu'elle lui apporta le fit également sourire. Puisque, comme celles soulevées juste avant par Riri, elle avait le mérite d'être juste, bien que ce n'était pas du tout ce qu'il attendait. Elle s'installa bien à l'écart des autres.

~ Erundil continua la marche ponctuelle des Serdaigle. Lui aussi était un garçon plein d'esprit et il le salua comme s'il était son égal à son entrée. Il évoqua plusieurs possibilités, dans la continuité de ceux qui l'avaient précédés. Toujours plein d'esprit il était, et le mage se dit qu'il serait bon d'avoir une conversation avec le jeune homme (d'ailleurs je n'oublie pas qu'on doit rp ensemble Wink ). Après un sourire, il invita de la main le jeune homme à prendre place et il s'installa lui aussi près des fenêtres, mais au fond de la salle. Solitaire prêt à discuter avec les nuages qui viendraient à sa vue.

~ Une Poufsouffle arriva ensuite. Il répondit à son bonjour et attendit qu'elle se présente. Elle prit d'abord place près des fenêtres, avant de lui dire qu'elle s'appelait Olivia. Elle délivra ensuite sa théorie sur le fait qu'elle pensait qu'il s'agissait d'un piège. Il ne lui répondit pas. Quelque part c'en était un, mais au fond pas vraiment. Tout comme c'était un mensonge sans en être un. Enfin, bien qu'ayant un léger lien avec SA vérité, ce n'était toujours pas ce qu'il attendait.

~ Une bleue, qui se présenta au nom de Mathilde, fut la suivante à arriver. Elle alla prendre place près d'Amilcare, si bien qu'il se dit qu'elle devait connaître le garçon. Elle lui fit part de son intuition, pensant qu'il s'agissait d'une solution. Il lui sourit, toujours sans ne rien dire. Chloris arriva alors. Elle vînt directement près de son bureau et lui délivra un bonjour plein d'enthousiasme. Il lui répondit gentiment d'un même timbre chaleureux avant de la laisser continuer de s'exprimer. Elle donna, comme d'autres, plusieurs explications. Une la ravit dans le sens où elle était aussi parallèle à la réponse qu'il attendait, tendit qu'une autre lui arracha un léger rire, bien qu'elle était tout aussi plausible. Elle s'installa également près des fenêtres.

~ Asclépius arriva après. Le garçon, une des fiertés de Serpentard de son propre avis, était arrivé, une chouette sur l'épaule. Le mage n'avait mis en place aucun règlement interdisant les animaux dans son cours. (Puis bon il n'allait pas interdire ce qu'il s'autorisait hein^^) Du coup, de voir le volatile ne l'embêta pas le moins du monde. Le vert fit tomber une enveloppe en avançant et la regarda, lui le regardant, un moment. La situation était bizarre à observer, comme si la lettre était plus un fardeau à ses yeux. Finalement, il la ramassa. Il répondit gentiment au bonjour du jeune homme qui s'était approché. Il tenta l'erreur comme réponse, avant de poser une question qu'il pensa rhétorique. Il se contenta de hausser les sourcils, se demandant si c'était sérieux ou non. Il le vit tourner les talons et aller prendre place à côté de Riri. A son cours précédent, Riri avait aussi eu un voisin, et vu comme ça s'était terminé, il espérait qu'Asclépius ne se laisserait pas influencer par le bleu, ou que le bleu avait changé, soyons fous...

~ Une rouge arriva alors. Xao de son prénom. Il souhaita la bienvenue à l'élève. Sa théorie le fit réfléchir. Il trouva la pensée de la demoiselle juste. Elle était moins philosophique que d'autres, mais beaucoup plus profonde à ses yeux. Elle alla alors près de Chloris ou elle lui demanda à s'installer à ses côtés. Un Poufsouffle arriva peu après et alla directement s'installer. Étrange façon d'entrer. Après quelques secondes, il vit le tableau, et se releva alors, comme si ce dernier lui avait signalé son oubli. Il se prénommait Darnel et sortit l'obscurité comme réponse, comme Erundil, sans pour autant développer autour.

~ Une autre Gryffondor arriva ensuite. Vêtue d'un sourire angélique, elle le salua. Azénor, prénom qu'il trouva très original. Il salua également avec un sourire des plus sincères. Elle alla près des fenêtres ou il commençait à y avoir suffisamment de monde, de tel sorte que le narrateur de ce rp a un peu perdu qui est où de ce côté... Pour son énigme, elle opta elle aussi pour le mensonge. Jade arriva ensuite. Elle lui délivra, comme à son habitude, un bonjour timide. Il lui répondit, souriant. Son anglais s'améliorait, et il laissa un regard étonné le lui montrer quand elle prit la parole. Elle évoqua l'amour de son côté comme réponse, avant de prendre place à une table encore vide.

~ Une Serpentard la suivit peu de temps après. La demoiselle s'arrêta un instant sur le pas de la porte avant de se décider à entrer. Elle arriva près de lui et se présenta sous le nom de Keira. Simple et concis, il aimait cela, même s'il lui arrivait de se lancer dans de très longs monologues. Elle sembla perdue dans ses réflexions un instant, avant de répondre. Jamais deux sans trois, elle aussi alla dans le sens du mensonge, qui, quelque part était la vérité... Après avoir scruté un instant la salle, elle alla prendre place auprès de Jade.

~ Une autre verte arriva ensuite. Elle vînt à son bureau et se présenta sous le nom d'Aya. Visage inexpressif, il aimait cela. Il la salua. Avant d'écouter, une nouvelle fois, le mensonge qui se répercuta dans son esprit. Comme tous les autres élèves avant elle, elle avait raison, mais surtout tord. En même temps, il fallait deviner une raison tordue... La belle s'exila dans le fond de la salle, ou l'air de tranquillité régnait abondement. Une rouge fut la suivante à entrer. Elle s'appelait Autumn. Pourtant c'était l'été (#JeuDeMotMerdique). Elle évoqua aussi le mensonge, tout en parlant également de la mort, comme Riri. Elle prit place ensuite en milieu de classe. Merry fut la suivante à entrer. Il lui rendit son salut chaleureux et attendit son avis qui ne tarda pas à venir. La rouquine pensait elle aussi au mensonge, comme nombreux de ses camarades ! Evan se contenta d'un sourire avant de la voir aller prendre place près de Chloris, là ou Xao avait demandé de s'asseoir, mais n'avait pas eu de réponses...

~ Mikaël, un Serpentard à l'allure goblinesque arriva ensuite. (d'ailleurs, en lisant ton rp je me suis rendu compte de combien j’oublie toujours qu'Erundil en est un ! x) ) Il salua le garçon après que ce dernier se soit présenté. Il eut une réponse inattendue, le miracle pensait-il. Oui, cela était tout aussi plausible que tant d'autres réponses. Après tout, dans un certains sens, elles étaient toutes vérité, dans leur erreur. Le vert alla ensuite se poser près d'Erundil, et les deux conversèrent un peu. Theophania fut la dernière à arriver. Elle vînt à lui et lui parla à voix basse. Le mage lui décrocha un sourire en coin, comme s'il avait attendu tout le ballet des hypothèses de ses élèves, avant d'enfin voir la clarté au bout d'un tunnel dont il n'avait entrevu le bout avant. Il la laissa prendre place, content d'avoir trouvé quelqu'un qui avait eu la même pensée que lui. (Pour la peine Thia', tu as gagné ceci !!! :
Spoiler:
 

- Bien ! Déjà, bienvenue à toutes et à tous ! dit-il d'une voix suffisamment forte pour capter l'attention de toute la classe. J'imaginais bien que mon énigme laisserait apparaître bons nombres de possibilités, bien que je n'en attendais au final qu'une seule. Et si ma réponse ne vous satisfait guère, elle aura au moins le mérite de donner à vos réponses davantage de sens. (si si) La réponse que j'attendais était l'Illusion ! Elle sera toujours une vérité du moment que vous ne la voyez pas. Si vous pensez qu'elle existe alors elle devient un doute en vous. Et si vous révélez son existence, alors elle n'est plus. Du coup, ma réponse fait que toutes vos réponses étaient vraies, dans le sens ou mon illusion en a été une pour vous... Soit, cela n'aura aucun rapport avec ce cours, ou un infime, mais c'était pour vous voir réfléchir, ce qui pour certain n'est pas une activité quotidienne...

~ Hop petite note d'humour. Il ne visait évidemment personne.

- Bon passons aux choses sérieuses ! reprit-il après quelques secondes. Nous allons commencer ce cours par deux sortilèges qui permettent d'ensorceler des objets, de tel sorte qu'ils ne soient visibles, ou sujets à découverte, que par certaines personnes. Le #Canticum et le #Decanticum. Le premier, suivit d'une phrase de votre choix en visant un objet, aura pour effet de faire disparaître ce dernier. Comme ceci.

~ Le mage mit son encrier sur le bord de son bureau, et le visa avec sa baguette.

- Canticum je veux manger une pizza ! L'effet fut immédiat, l'encrier disparut de la vue de ses élèves. Voilà, mon encrier est désormais dissimulé grâce à la phrase que j'ai prononcée derrière l'incantation. Pour le faire réapparaître, je dois donc utiliser la seconde formule, suivie de la même phrase que pour le faire disparaître ! Décanticum je veux manger une pizza ! L'encrier réapparut aux yeux des élèves. Comme vous le voyez, il est réapparut. Cependant il reste toujours ensorcelé. Du coup, si vous reformulez le Canticum suivit de votre phrase secrète, il disparaîtra de nouveau. Bien, je vous laisse vous exercer sur l'objet de votre choix à l’exécution des deux sortilèges, sachant que bien évidemment, plus vous en prendrez un imposant et plus il vous sera difficile de réaliser le sort ! A vous de jouer !

HRP : Vous avez un peu plus d'une semaine pour faire votre rp avec l'exercice ! Je posterais la suite dans le milieu de la semaine prochaine !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amilcare Sakhno
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Amilcare Sakhno, Lun 18 Juil - 13:59


Amilcare écoutait le discours du professeur avec attention, et se dit que l'illusion c'était pourtant évident. Il aurait pu proposer aussi le rêve, mais il ne l'a pas fait. Après tout le rêve existe tant qu'on y croit et n'existe plus si on le réalise. Il se mit à tenir sa tête sur la table, avec la remarque du professeur. Humour ou pas, c'est abusé.

Il prit sa baguette de bois d'abricotier de sa robe de sorcier noire, en tentant de viser le professeur, il tenta de le faire discrètement bien évidemment. Il espérait être discret, avait un peur de se faire attraper et de passer un mauvais quart d'heure mais le fit quand même après tout ça pouvait être rigolo si ça fonctionnait.

- Canticum, je veux du chocolat chaud dit-il pas très fort.
Revenir en haut Aller en bas
Darnel James Williams
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Darnel James Williams, Lun 18 Juil - 14:12


with Evan et autres
“Cours de Métamorphose”

Qu'est-ce qu'il n'aimait pas ça, les cours. Rester assis sur une chaise à attendre que ça se passe. C'était ennuyant à mourir quand même ! Bref ! Il n'avait qu'une dernière année à faire et il pourrait partir de ce château qu'il connaissait à présent quasiment par coeur. Il s'installa dans le fond de la salle pouvoir dormir tranquillement si le cours s'avérait être ennuyeux. Il était assis, son encrier et quelques parchemins sortit, croisa les bras sur sa table et posa sa tête dessus à attendre que les autres élèves arrivent. Une fois la classe pleine le professeur commença son cours :

Bien ! Déjà, bienvenue à toutes et à tous !
J'imaginais bien que mon énigme laisserait apparaître bons nombres de possibilités, bien que je n'en attendais au final qu'une seule. Et si ma réponse ne vous satisfait guère, elle aura au moins le mérite de donner à vos réponses davantage de sens. (si si) La réponse que j'attendais était l'Illusion ! Elle sera toujours une vérité du moment que vous ne la voyez pas. Si vous pensez qu'elle existe alors elle devient un doute en vous. Et si vous révélez son existence, alors elle n'est plus. Du coup, ma réponse fait que toutes vos réponses étaient vraies, dans le sens ou mon illusion en a été une pour vous... Soit, cela n'aura aucun rapport avec ce cours, ou un infime, mais c'était pour vous voir réfléchir, ce qui pour certain n'est pas une activité quotidienne...


Il ne se sentit pas du tout concerné par la dernière phrase. Il laissait apparaître une attitude nonchalante mais c'était voulu. Darnel, depuis le début de sa scolarité, déjà dans dans le monde moldu, il n'avait fait que le strict minimum pour s'en sortir et que personne ne lui en demande plus. Après l'éclaircit de son professeur Darnel se mit à réfléchir. Et c'est vrai, que vu sous cet angle l'illusion était la réponse parfaite.

Bon passons aux choses sérieuses !
Nous allons commencer ce cours par deux sortilèges qui permettent d'ensorceler des objets, de tel sorte qu'ils ne soient visibles, ou sujets à découverte, que par certaines personnes. Le #Canticum et le #Decanticum. Le premier, suivit d'une phrase de votre choix en visant un objet, aura pour effet de faire disparaître ce dernier. Comme ceci.


Canticum je veux manger une pizza ! L'effet fut immédiat, l'encrier disparut de la vue de ses élèves. Voilà, mon encrier est désormais dissimulé grâce à la phrase que j'ai prononcée derrière l'incantation. Pour le faire réapparaître, je dois donc utiliser la seconde formule, suivie de la même phrase que pour le faire disparaître ! Décanticum je veux manger une pizza ! L'encrier réapparut aux yeux des élèves. Comme vous le voyez, il est réapparut. Cependant il reste toujours ensorcelé. Du coup, si vous reformulez le Canticum suivit de votre phrase secrète, il disparaîtra de nouveau. Bien, je vous laisse vous exercer sur l'objet de votre choix à l’exécution des deux sortilèges, sachant que bien évidemment, plus vous en prendrez un imposant et plus il vous sera difficile de réaliser le sort ! A vous de jouer !

La première réaction du jaune et noir était la surprise ! C'est vrai que c'était impressionnant et cela pouvait être utile pour faire croise que sa chambre est rangé alors que non. Mais il avait une question qui lui trottait dans la tête et leva la main afin qu'il soit interrogé. Une fois désigné il posa sa question :

Excusez moi ! J'ai une question à vous poser ? Lorsque l'on fait disparaître l'objet, est-ce qu'il est juste invisible ou alors il est dans un autre espace temps ?


Après que son instituteur ait répondu à sa question, Darnel fut plus éclairé. C'était bizarre sa réaction. Lui qui s'en fiche habituellement de tout devenait presque sérieux ? Comme quoi les gens peuvent changer. Il dégaina sa baguette qui était à l'intérieur de sa robe et pointa son parchemin qui était devant lui. Il fixa l'objet et avec un coup de baguette en sa direction il prononça Canticum tralala l'objet ne disparu pas. Darnel fronça les sourcils et retenta l'expérience avec beaucoup plus de concentration et de détermination : Canticum tralala l'objet disparu enfin. Il tenta alors de le faire réapparaître ce qui ne fut pas difficile après avoir prononcer Decanticum tralala. Le parchemin était revenu à sa place.

Code by Pokipsy
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Azénor Philaester, Lun 18 Juil - 15:00



Les élèves arrivent à flot, petit à petit. Ils se présentent, donne leur idée à propos de l'énigme, et vont s'asseoir à leur place. Tu ne reconnais pas grand monde, si ce n'est quelques têtes que tu as déjà aperçu, probablement dans les couloirs ou dans la bibliothèque. Finalement tout le monde est arrivé. Personne ne s'est installé à côté de toi, et tant mieux. Vu ce qu'il s'est déjà produit en cours, tu as décidé d'être sérieuse et concentrée cette fois.
Le professeur, d'une voix forte pour que tout le monde entende, commence le cours. Il vous raconte que toutes réponses à son énigme pouvaient être acceptées, tant ce qu'il attendait n'était autre que l'illusion. En effet, bien trouvé. Tu n'as pas le temps de réfléchir d'avantage à quelle autre réponse aurait pu être correcte qu'Evan a déjà reprit la parole. - Bon passons aux choses sérieuses ! [...] Le ton de sa voix te ramène à tes esprits. Les mains à plat sur le bureau, les jambes croisées dessous, tu regardes d'un air concentrée le professeur.

- Nous allons commencer ce cours par deux sortilèges qui permettent d'ensorceler des objets, de tel sorte qu'ils ne soient visibles, ou sujets à découverte, que par certaines personnes. Le #Canticum et le #Decanticum. Le premier, suivit d'une phrase de votre choix en visant un objet, aura pour effet de faire disparaître ce dernier. Comme ceci.

Canticum je veux manger une pizza ! L'encrier disparaît instantanément. Contre ton gré et sans t'en rendre compte, tu souris. Tu as vraiment hâte d'essayer ce sortilège. Voilà, mon encrier est désormais dissimulé grâce à la phrase que j'ai prononcée derrière l'incantation. Pour le faire réapparaître, je dois donc utiliser la seconde formule, suivie de la même phrase que pour le faire disparaître ! Décanticum je veux manger une pizza !  Comme vous le voyez, il est réapparut. Cependant il reste toujours ensorcelé. Du coup, si vous reformulez le Canticum suivit de votre phrase secrète, il disparaîtra de nouveau. Bien, je vous laisse vous exercer sur l'objet de votre choix à l’exécution des deux sortilèges, sachant que bien évidemment, plus vous en prendrez un imposant et plus il vous sera difficile de réaliser le sort ! A vous de jouer !


Tu dois faire les choses bien. T'es décidée à les faire bien. Tu prends ton sac sur tes genoux. Tu fouilles à l’intérieur pour voir quel objet serait parfait pour tenter le sortilège de disparition. Ta trousse à maquillage? Non. Imagine que tu n'arrives pas à la faire ré apparaître. Et tu n'as pas envie de paraître superficielle aux yeux des autres élèves, ni du professeur. Une plume? Trop petit. Plus l'objet est gros, plus c'est dur. C'est Evan qui l'a dit. Alors tu veux t'attaquer à quelque chose de difficile. Prouver au professeur, mais bien plus à toi même, que tu es une bonne élève. Tu trouves une grosse boîte contenant des vieilles miettes de gâteaux à l’intérieur. Ah oui! Ça date de plusieurs jours, pour ne pas dire semaines, mais t'as jamais trouvé le temps de l'enlever. Enfin c'est ce que t'essaies de te persuader. T'as juste toujours eu la flemme de laver la boîte. Au moins, si elle disparaît, t'auras pas à le faire! Adjugé. Tu sors la boîte de ton sac. Tu jettes un coup d’œil aux autres élèves. Ils sont eux aussi occupés à se préparer.
Maintenant tu attrapes ta baguette qui est déposée à droite de ton bureau. Tu l'empoignes solidement. Tu réfléchis à une phrase que tu pourrais dire juste après avoir prononcé la formule du sortilège... Pourquoi pas La blanquette est bonne! penses-tu. Oui, ça fera l'affaire. Et puis au pire, personne ne risque de t'entendre. Ils sont tous occupés à s'occuper d'eux-mêmes.Tout est prêt désormais.Y'a plus qu'à.
En pointant ta baguette sur la boîte qui te fait face, d'une voix sonore et ambitieuse, tu annonces:

-Canticum, la blanquette est bonne!
L'effet espéré se produit, pour ton plus grand plaisir. Petite satisfaction intérieure et personnelle, même si tu espères quelque part qu'Evan a remarqué que tu as réussis dès le premier essai. Maintenant il faut le faire ré apparaître. Ni une ni deux. Concentration. Tu souffles un coup.
-Décanticum, la blanquette est bonne!. C'est avec un grand sourire que tu relèves la tête vers les autres élèves. La boîte gît devant toi.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Jade Wilder, Lun 18 Juil - 15:14


Le professeur semblait plutôt étonné des progrès que Jade avait faits ces derniers temps. Une vague de fierté s'empara d'elle alors, pas la mauvaise fierté non, juste celle qui redonne un peu d'espoir quant à son avenir à Poudlard. Ce n'était qu'une petite chose, un petit pas, mais ce n'était qu'un début espérons le. Un remerciement du regard fut seule réponse pour Evan, remerciement qu'elle ne pourrait formuler en public bien que peu auraient pu en comprendre réellement le sens.

Une fois installée, Jade ne put qu'affronter les démons créés par sa propre réponse. Si ce n'était sans doute pas la réponse attendue par Evan, c'était SA réponse, celle qui la manipulait comme une sculpture de pâte à modeler. Celle qui la faisait reculer dès qu'une once d'affection pour quelqu'un se montrait, quelle que soit la personne. Malheureusement, la préfète avait déjà échoué à plusieurs reprises, laissé les sentiments prendre leur place sans qu'elle ne puisse y résister. Mais elle savait justement que c'était une erreur et qu'un jour ou l'autre, elle finirait par amèrement le regretter. Le prix de l'amour est bien plus difficile à payer que ce que l'on croit.

Un léger soupir franchit les lèvres féminines alors que la demoiselle se persuadait mentalement de retrouver son mental d'acier, trouvé on ne sait où avant qu'elle n'arrive dans la salle de classe. Ce n'était qu'une simple réflexion échappée d'un esprit déraillé par les coups quotidiens offerts par cette demoiselle la vie. Il était temps de passer au dessus comme elle l'avait toujours fait et de revêtir son masque de fierté, de pudeur aussi, celui qui cachait tous ces sentiments aux yeux de beaucoup.

Peu après elle, une élève de Serpentard entra dans la salle. Élève qui n'était pas inconnue aux yeux de Jade puisqu'elles avaient eu l'occasion de se parler rapidement en Histoire de la Magie. La Poufsouffle ne connaissait pas plus que ça l'autre élève, mais elle n'avait en tout cas aucune raison de la haïr bien au contraire, puisque la vert et argent avait été des plus agréables lorsque la préfète était venue se mêler de ce qui ne la regardait pas. Enfin si, ça la regardait à ses yeux, puisqu'elle ne supportait pas que quelqu'un s'en prenne à une autre personne sans autre justification qu'une fierté mal placée. En tous les cas, Keira donna à son tour sa réponse qui était loin d'être bête. Jade y avait pensé aussi, mais il y avait trop d'inconnus à cette équation pour qu'elle décide de donner cette réponse là. Vieux réflexe de sûreté que de n'affirmer que ce qui était certain pour elle. Au moins, elle était sûre de sa propre vérité même si elle n'était pas ainsi pour les autres. D'ailleurs, Keira ne put terminer sa phrase. Trop d'inconnus elle aussi, peut-être... Quoi qu'il en soit, l'élève ne tarda pas à s'approcher de la place libre ensuite. Pour une fois, l'inconnu avait du bon, Jade savait qu'elle aurait pu tomber sur bien pire comme voisine.

- Eh, c'est toi la ch-... La fille qui a un accent ! Je vais m'installer ici, si ça ne te dérange pas. Je m'appelle Keira.

Un léger sourire s'infiltra sur les lèvres de l'Italienne. Beaucoup la voyaient comme "la fille qui a un accent". Ça lui plaisait assez comme surnom, quoique un peu long mais.. elle était fière de ses origines alors ça lui faisait plaisir, voilà tout. Jade hocha donc la tête.

- Bien sûr vas-y.. J'avais.. retenu ton prénom. Tu vas bien ?

Après l'arrivée de Keira, plusieurs autres élèves finirent par débarquer. Au moins désormais, la blondinette était certaine de ne pas être arrivée en retard. Elle ne l'aurait pas supporté de toute façon, un peu trop perfectionniste sur les bords en particulier avec elle-même et ses actions. Mais alors que le bal des élèves s'enchainait, accompagné de celui des réponses, un autre élève fit son entrée, un Serpentard que Jade connaissait plus ou moins bien. C'était lui, le fameux intolérant du cours d'Histoire de la Magie, son voisin au dit-cours. En soi, la préfète n'en avait pas grand chose à faire de lui mais nul doute qu'elle n'hésiterait pas à montrer son côté peste si il la provoquait. Non vraiment, l'Italienne bénissait Keira de s'être installée à côté d'elle. Avec Mikaël comme voisin, elle n'aurait sans doute pas pu garder son calme bien longtemps.

Finalement, la classe semblait être remplie ou presque. Une dernière élève fit son entrée et donna sa réponse avant que le professeur ne décide de commencer son cours. L'attention de la blondinette se fixa alors sur l'homme en question, tentant de se concentrer pour suivre correctement le cours malgré son esprit qui déviait vers des dizaines de directions différentes.

- Bien ! Déjà, bienvenue à toutes et à tous ! J'imaginais bien que mon énigme laisserait apparaître bons nombres de possibilités, bien que je n'en attendais au final qu'une seule. Et si ma réponse ne vous satisfait guère, elle aura au moins le mérite de donner à vos réponses davantage de sens. (si si) La réponse que j'attendais était l'Illusion ! Elle sera toujours une vérité du moment que vous ne la voyez pas. Si vous pensez qu'elle existe alors elle devient un doute en vous. Et si vous révélez son existence, alors elle n'est plus. Du coup, ma réponse fait que toutes vos réponses étaient vraies, dans le sens ou mon illusion en a été une pour vous... Soit, cela n'aura aucun rapport avec ce cours, ou un infime, mais c'était pour vous voir réfléchir, ce qui pour certain n'est pas une activité quotidienne...

Hm.. Voilà qui méritait réflexion. Au final, la plupart des réponses fournies - y compris la sienne - étaient des illusions aux yeux des élèves. C'était assez triste d'ailleurs dans certains cas. Et de nouveau, y compris le sien. Si l'amour n'était qu'une illusion à ses yeux, sa vie serait bien triste. Mais elle croyait en l'amour. Un certain amour. Il lui faisait juste, simplement, peur.

- Bon passons aux choses sérieuses ! Nous allons commencer ce cours par deux sortilèges qui permettent d'ensorceler des objets, de tel sorte qu'ils ne soient visibles, ou sujets à découverte, que par certaines personnes. Le #Canticum et le #Decanticum. Le premier, suivit d'une phrase de votre choix en visant un objet, aura pour effet de faire disparaître ce dernier. Comme ceci. Canticum je veux manger une pizza !

Et voilà le moment de la démonstration, comme à chaque cours et pratiquement à chaque exercice. Et en effet, l'encrier disparut de la vue de chacun.

- Voilà, mon encrier est désormais dissimulé grâce à la phrase que j'ai prononcée derrière l'incantation. Pour le faire réapparaître, je dois donc utiliser la seconde formule, suivie de la même phrase que pour le faire disparaître ! Décanticum je veux manger une pizza ! Comme vous le voyez, il est réapparut. Cependant il reste toujours ensorcelé. Du coup, si vous reformulez le Canticum suivit de votre phrase secrète, il disparaîtra de nouveau. Bien, je vous laisse vous exercer sur l'objet de votre choix à l’exécution des deux sortilèges, sachant que bien évidemment, plus vous en prendrez un imposant et plus il vous sera difficile de réaliser le sort ! A vous de jouer !

En effet, l'encrier avait repris sa place sur le bureau du professeur. Bon, ça ne semblait pas bien difficile. D'ailleurs, le sort lui rappela un autre étudié durant un cours antérieur de Métamorphose, un sort qu'elle n'avait jamais réussit d'ailleurs puisque les choses avaient viré vraiment mal ce jour là. Une question lui vint alors, mais un autre Poufsouffle, Darnel, fut plus rapide qu'elle. Et au moment où il posa la question voulue, l'esprit de Jade réagit automatiquement alors qu'elle décida d'y répondre elle-même, sans vraiment le décider puisque ce fut plus machinal qu'autre chose.

- Je pense qu'il est.. juste invisible. Sinon le sort utilisé serait un #Evanesco..

Se rendant alors compte qu'elle avait parlé tout haut, Jade releva la tête, écarquillant légèrement les yeux. Ce n'était pas à elle de répondre bon sang !

- Euh.. enfin je crois.. Pardon..

Passant au rouge pivoine, l'Italienne retourna son attention sur le premier objet qui lui parut correct pour l'exercice. Elle ne voulait pas commencer sur quelque chose de trop gros, au cas ou. L'expérience se ferait donc sur un carnet qu'elle baladait toujours avec elle pour y noter tout ce qui pouvait lui passer par la tête en une journée. Autant dire que celui-ci était bien remplit ! Le posant donc bien en vue, Jade leva sa baguette vers celui-ci et se concentra au mieux. Fort heureusement, son esprit ne partait pas dans tous les sens pour le moment, elle avait donc ses chances. Il fallait juste une phrase pas trop bête à dire..

- #Canticum j'ai besoin d'un nuovo carnet.

Et c'était vrai, celui-ci commençait à être beaucoup trop remplit au fil des mois. Normalement elle en avait tout un stock chez son frère, pas de soucis. Du moins, si elle osait aller le voir car ce n'était pas toujours l'amour fou entre eux ces derniers temps. M'enfin, cela restait à voir. En tous les cas, le sort fut un succès dès le premier essai car le carnet disparut tout simplement sous ses yeux. En voilà une bonne nouvelle, accompagnée du coup, d'un léger sourire de la blondinette. Il faut croire que ses démons avaient décidé de faire une pause.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Mary Drake, Lun 18 Juil - 16:39


J'attends les autres élèves, tête en main, coude sur table. Je ne sais pas vraiment quoi faire. Ne m'étant pas mise à proximité d'une fenêtre, les solutions n'étaient pas grandes. Alors j'observe les gens, je les écoute parler tout en restant muette. Pas besoin de participer à des conversations, si elles n'ont pas de rapport avec le cours. Les banalités de la pluie et du beau temps me passait par dessus la tête. Oui, il vaut mieux rester dans un trou de lapin. C'est plus tranquille.
Quand tout le monde est arrivé, que le cours commence, je me remets droite, prête à écouter. Chez les moldus, on nous apprend ça. Etre affalé sur un banc pendant qu'un prof parle, ce n'est pas... Apte au travail c'est comme si nous nous refermions sur nous-mêmes avec un refus catégorique d'apprendre. Par contre, on ne m'a jamais dit si c'était valable avant le cours...

-Bien ! Déjà, bienvenue à toutes et à tous ! J'imaginais bien que mon énigme laisserait apparaître bons nombres de possibilités, bien que je n'en attendais au final qu'une seule. Et si ma réponse ne vous satisfait guère, elle aura au moins le mérite de donner à vos réponses davantage de sens. La réponse que j'attendais était l'Illusion ! Elle sera toujours une vérité du moment que vous ne la voyez pas. Si vous pensez qu'elle existe alors elle devient un doute en vous. Et si vous révélez son existence, alors elle n'est plus. Du coup, ma réponse fait que toutes vos réponses étaient vraies, dans le sens ou mon illusion en a été une pour vous... Soit, cela n'aura aucun rapport avec ce cours, ou un infime, mais c'était pour vous voir réfléchir, ce qui pour certain n'est pas une activité quotidienne...

L'illusion. Jamais je n'y aurais pensé, alors qu'au fond, ce n'était pas si compliqué. Un mensonge est une illusion, la métamorphose aussi d'ailleurs. Pas mal de choses dans nos vies sont des illusions. Je vais m'arrêter là, sinon j'aurais mal à la tête. En tout cas, le cours commence bien. Si tout se déroule comme ça, je pense que je vais adorer.
La dernière phrase me fais portant peur. J'espère qu'il n'a pas l'humour bien connu des professeurs, comme mon prof de cinquième primaire -ça date d'ailleurs- ou alors il visait quelques personnes. Je sais d'avance que je n'en fait pas partie, c'est la première fois que j'assiste à ses cours.

-Bon passons aux choses sérieuses ! Nous allons commencer ce cours par deux sortilèges qui permettent d'ensorceler des objets, de tel sorte qu'ils ne soient visibles, ou sujets à découverte, que par certaines personnes. Le Canticum et le Decanticum. Le premier, suivit d'une phrase de votre choix en visant un objet, aura pour effet de faire disparaître ce dernier.  

Nous avons ensuite droit à une démonstration à l'aide d'un encrier et d'une phrase qui donne faim, en particulier à mon estomac vide de déjeuner. Je ne dois pas être la seule d'ailleurs. Ou je suis vraiment stupide pour ne pas avoir mangé. Le professeur fait disparaître son objet, puis le fait réapparaître en utilisant la deuxième formule et la même phrase. De quoi être impressionné.

-Comme vous le voyez, il est réapparut. Cependant il reste toujours ensorcelé. Du coup, si vous reformulez le Canticum suivit de votre phrase secrète, il disparaîtra de nouveau. Bien, je vous laisse vous exercer sur l'objet de votre choix à l’exécution des deux sortilèges, sachant que bien évidemment, plus vous en prendrez un imposant et plus il vous sera difficile de réaliser le sort ! A vous de jouer !


Une question germe dans mon esprit. Je décide de la reporter après avoir réussi l'exercice. C'est sûrement beaucoup plus facile à dire qu'à faire. Alors que des élèves sont entrain de lancer leur sort, je me mets à fouiller dans mon sac à dos un objet utilisable pour cet exercice.

Plume, non. Livre, hors de question. Plumier, je dois l'avoir oublié. Carnet, je pense que c'est parfait.

Je laisse tomber mon sac puis pose l'objet sur mon banc, tendis que j'entends une de mes camarades répondre à la question d'un autre à la place du prof. Voulu ou non, elle a déjà plus de cran que moi. Ensuite, place à la pratique. Je sors ma baguette, bien cachée dans une poche cousue contre mon ventre, puis me jette à l'eau en murmurant tout bas une phrase qui, je l'espère, ne sera pas trop ridicule. Je sais qu'il ne tue pas, mais vaux mieux éviter.

-Canticum, je rêve d'un pain au chocolat.

Une fois, deux fois, trois fois et mon carnet disparaît. Je fais donc après la formule pour le faire réapparaître. Une fois, deux fois et j'y parviens. Je continue à m’entraîner pour y arriver du premier coup.

Enfin, j'y arrive. Rassurée, je pose ma question.

-Si nous avons enchanté, par exemple, hum... Un vase. Et que, deux jours plus tard, une personne enchante ce même vase, que se passe-t-il ? Ça ne change rien ? La deuxième personne n'arrive-t-elle pas à le faire disparaître parce-qu'elle n'a pas prononcé la même phrase que moi ? Les deux peuvent-elles faire disparaître et apparaître l'objet avec leurs phrases respectives ? Si le vase est enchanté par la deuxième personne et que je veux que se soit moi qui l'ai enchanté, dois-je répéter la même phrase que lors de mon premier, ou puis-je changer ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Chloris Hareka
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Chloris Hareka, Mar 19 Juil - 14:20


LA de Merry accordé


Chloris regardait par la fenêtre (c’est une classe magique où il a plus de place aux fenêtres, qu’en plein milieu) quand ses camarades arrivèrent tous en donnant leurs réponses, qu’elle n’écoutait pas d’ailleurs, puis une élève de Gryffonfor nommé Xao lui demanda « Salut dit je peux ou il y a quelqu'un ? », la lionne rougit et se sentit gênée, elle lui répondit « Non, je… Je suis désolée, je m’étais mise d’accord avec quelqu’un pour être à côté » pendant ce temps Merry, une amie, était entrée, avait donné sa réponse et se dirigeait vers elle. « Tiens, la voilà ! Désolé Xao, une prochaine fois ! » Effectivement les deux amies s’étaient mises ensemble pour ce cours-ci, d’habitude c’était plutôt Arya ou des inconnus… Alors là, elles en avaient décidé ainsi.

Monsieur Evan, commença son cours une fois que tout le monde fut arrivé.

- Bien ! Déjà, bienvenue à toutes et à tous ! J'imaginais bien que mon énigme laisserait apparaître bons nombres de possibilités, bien que je n'en attendais au final qu'une seule. Et si ma réponse ne vous satisfait guère, elle aura au moins le mérite de donner à vos réponses davantage de sens. (si si) La réponse que j'attendais était l'Illusion ! Elle sera toujours une vérité du moment que vous ne la voyez pas. Si vous pensez qu'elle existe alors elle devient un doute en vous. Et si vous révélez son existence, alors elle n'est plus. Du coup, ma réponse fait que toutes vos réponses étaient vraies, dans le sens ou mon illusion en a été une pour vous... Soit, cela n'aura aucun rapport avec ce cours, ou un infime, mais c'était pour vous voir réfléchir, ce qui pour certain n'est pas une activité quotidienne...

Réponse un poil trop philosophique pour Hareka cette fois… Elle ne comprenait pas tout mais bon, aucune importance normalement… Si ? Enfin, elle remarqua quand même la petite touche perso de son professeur de métamorphose. C’était toujours drôle et puis ça détendait ! Il reprit après quelques secondes de silence.

- Bon passons aux choses sérieuses ! Nous allons commencer ce cours par deux sortilèges qui permettent d'ensorceler des objets, de tel sorte qu'ils ne soient visibles, ou sujets à découverte, que par certaines personnes. Le #Canticum et le #Decanticum. Le premier, suivit d'une phrase de votre choix en visant un objet, aura pour effet de faire disparaître ce dernier. Comme ceci.

Gné ? Possibilité d’avoir un exemple ? Aujourd’hui elle avait plus de mal visiblement… Enfin là, elle ne comprenait pas tout le cours, heureusement que sa super voisine pourrait l’aider ! Mais finalement, il donna un exemple, ce qui régla le problème.

- Canticum je veux manger une pizza ! L’encrier disparut subitement. Voilà, mon encrier est désormais dissimulé grâce à la phrase que j'ai prononcée derrière l'incantation. Pour le faire réapparaître, je dois donc utiliser la seconde formule, suivie de la même phrase que pour le faire disparaître ! Décanticum je veux manger une pizza ! L'encrier réapparut aux yeux des élèves. Comme vous le voyez, il est réapparut. Cependant il reste toujours ensorcelé. Du coup, si vous reformulez le Canticum suivit de votre phrase secrète, il disparaîtra de nouveau. Bien, je vous laisse vous exercer sur l'objet de votre choix à l’exécution des deux sortilèges, sachant que bien évidemment, plus vous en prendrez un imposant et plus il vous sera difficile de réaliser le sort ! A vous de jouer !

Ah ! Ok, voilà c’était plus clair d’un coup ! Elle comprenait bien mieux d’un coup. La blonde sortie donc sa baguette et regarda son bout de parchemin qu’elle avait sorti préalablement. Elle pointa sa baguette vers le papier et respira un bon coup avant de se concentrer uniquement sur le papier. Elle prononça la formule « Cintacum, it’s so fluffy ! » Ce n’eut pas le moindre effet… Très louche tout ça. Elle écouta les autres élèves et se rendit vite compte qu’elle ne prononçait pas correctement la formule ! Quelle idiote ! Elle ferma les yeux quelques instants, ça n’allait pas du tout, le début du cours commençait très mal… Elle allait arranger ça !

La rouge et or se reconcentra sur son bout de papier et prononça distinctement la formule, et cette fois comme il fallait ! « Canticum, It’s so fluffy ! » Mouais pas très concluant tout ça… Le parchemin disparut mais pas totalement. Pff… Encore un échec. « Allez ! Reprends-toi ! »
Au bout du troisième essai il serait peut-être concluant non ? Un, deux, trois ! La Gryffonne se focalisa uniquement sur sa feuille, prononça correctement et y mit toute la conviction qui lui restait ! Et … MIRACLE ! Le document se dissipa entièrement ! Sauvée ! Essayons dans l’autre sens ! Et et… Ça marche enfin, comme quoi, en persévérant on arrive à tout. C’est enfin une réussite pour elle, effectivement le papier apparaît et disparaît selon les envies de la deuxième année ! Comment le sait-elle que ses sorts marchent ? Chaque fois elle demandait à Merry si oui ou non elle voyait le parchemin.

Puis la lionne essaya sur d’autres objets qui traînaient par-là, tous assez petit. Pour le moment ça ne servait à rien de s’attaquer aux gros. Surtout qu’elle préférait rester sur une réussite plutôt que de se décourager encore une fois pour avoir loupé son sortilège… Certes, qui ne tente rien n’a rien mais bon. Elle resta donc sur des plumes, encriers, parchemins. En y réfléchissant bien, il fallait quand même qu’elle tente un gros objet… Son sac ! Ce serait parfait ! Elle le mit sur sa table, pointa la baguette vers lui, se concentra autant qu’elle le pouvait et prononça à haute et intelligible voix « Canticum, It’s so fluffy ! ». Puis elle se tourna vers Merry et lui demanda « Ça a marché ? », un « oui » et un signe de tête lui prouva qu’elle avait réussi du premier coup ! Elle essaya aussi dans l’autre sens et, magie ! Tout roulait comme sur des roulettes. Parfait !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 5

 Cours N°5 - N'est pas bon qui se plaît seulement à le croire, et non à le montrer !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.