AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 2 sur 7
Le Salon de Thé
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Alhena Peverell
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard

Re: Le Salon de Thé

Message par : Alhena Peverell, Sam 10 Déc 2016 - 23:55


Peut-être que non. Peut-être que oui. Peut-être que simplement se souvenir du passé ça fait mal, ça obstrue et ça taillade les veines. Tes doigts s'entortillent dans une mèche de tes cheveux. Tu recules profondément dans ton siège, tu attends un millième de seconde sa réponse. C'est intriguant sans l'être. Au fond, que sais-tu de cette jeune femme, de cette ancienne Serdaigle. Pas grande chose, ce qui n'allait pas t'éclairer sur la suite des événements. Comment aider quelqu'un quand tu n'apprends à la connaitre que en surface. Tu ne peux pas, ou du moins c'est difficile. Un léger soupire s'échappe de tes méninges tandis que ton visage reste de marbre. Les rouages du mécanisme en place, tu l'écoutes plus attentivement.

-  Eh bien, si... Je pense que c'est normal de se demander ça. Quand tu as beau essayer et que tu te rends compte que tu ne progresses pas. Tu te demandes : qu'est-ce qui cloche chez moi ? Mais la réponse est sans doute complexe.

Elle boit. Comme si elle essayait de faire passer la pilule d'elle-même.

- Je n'ai jamais vraiment eu de problème avec un sortilège. Mais celui-ci est... particulier. Le problème, c'est sûrement qu'il demande de se concentrer sur soi, sur son passé, ses souvenirs. Et il faut parvenir à différencier les souvenirs communs, ceux ternis par le temps, de celui qui est spécial - celui qu'il nous faut.

Non. Il faut se connaitre. Il faut savoir se regarder dans le miroir. Affronter ses peurs, ses bonheurs, ses faiblesses, ses complexes. Il faut saisir la personne derrière la glace. Qui est-elle, que sais-tu de toi-même ? Pourquoi tu aimes ça, pourquoi tu as décidé de porter du bleu, du rouge ou même du jaune aujourd'hui ? Quel est l'arc-en-ciel qui éclaircit tes pupilles le matin ?
Mais surtout, il faut s'accepter et accepter son passé, avec ses lumières comme ses noirceurs.

- C'est peut-être ça qui me pose problème. Tu as des conseils pour y remédier ?

- Non, pas vraiment... Pas à l'instant. La seule chose que je dirais c'est que... Il faudrait que tu te comprennes. Je pense que c'est en te connaissant d'avantage que tu sauras faire la différence entre ce que tu aimes et ce qui est spécial.

Tout est spécial, autrement dit, rien ne l'est.

Tes doigts claquent sur la table. Tu observes la salle dans le silence. Le décor est parfait, ou presque. Les jambes croisées, l'esprit qui divague. Tu lui laisses quelques secondes pour faire fonctionner les méninges de la demoiselle. Tu n'as rien à dire de plus. C'est comme si on t'avais arraché les mots de la bouche, des doigts. Tu es perdue, tu ne sais plus. Ça frôlerait presque l'indécent. Tes pensées, c'est du vent.

- Raconte moi ta vie. Ton passé, tes souvenirs tristes comme joyeux. En parler, ça peut t'aider à débloquer quelque chose peut-être. Ce serait un début, tu ne crois pas ?

C'est étrange à dire, c'est étrange à entendre et même à penser. Qui oses se dévoiler aux autres entièrement, et plus particulièrement à toi ? Comment pourrait-on avoir confiance ? Toi, reine du silence, des mystères. Celle qui cache, passe sous silence ses moindres fais et gestes. Personne ne te connait, ou peut-être que personne ne prend la peine de le faire. Cela ne change pas les faits qu'on peut en rigoler. On se demande comment tu peux demander ça. C'est ironique, tellement paradoxale voir risible.

- Tu n'es pas obligée évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Le Salon de Thé

Message par : Jessy Brown, Jeu 29 Déc 2016 - 22:15


Dans la vie, tout n'est pas rose. N'est-ce pas, petit cupcake ? Jessy avait à moitié vidé son verre de thé glacé quand ses yeux se jetèrent sur la sucrerie. Elle ne se souvenait plus très bien de ce qu'elle avait lu à son sujet dans la carte de l'Occamy Doré. Il fallait dire qu'elle était légèrement distraite depuis son arrivée : elle n'avait pas fait très attention à ce qu'elle lisait. Un peu dans les nuages, elle avait l'impression de flotter au-dessus de souvenirs brumeux. Dans le même temps, elle avait l'impression d'être plongée dans une étendue d'eau gelée ; la réalité. Elle était à la lisière des rêves. Et Alhena avait gentiment choisi de l'y accompagner.

La fourchelang posa sa boisson et saisit la pâtisserie entre ses deux mains. Puis elle leva les yeux vers son amie. Cette dernière n'avait pas de solution miracle à son problème. Elle s'en était doutée, malheureusement. Elle lui exposa cependant clairement l'exercice qu'il lui était nécessaire d'accomplir pour parvenir à ses fins. Connais-toi toi-même, traduisit sa conscience d'une petite voix. D'après Alhena, cela lui permettrait de faire la différence entre ce qu'elle aimait et ce qui était spécial. Jessy prit une profonde inspiration afin de s'oxygéner et de mieux saisir ces sages paroles. Elle ne voyait pas encore ce qui était spécial dans sa vie. Elle n'avait pas encore appris à se comprendre, à s'écouter. Elle avait toujours été davantage tournée vers les autres que vers elle-même. Cela faisait de cet exercice l'un des plus complexes auxquels elle avait dû s'essayer.

Le serpent s'attaqua enfin au cupcake. Comme pour se réfugier dans la douceur d'un monde en sucre. Le cœur en fraise semblait saigner, mais à l'intérieur il n'y avait que tendresse vanillée. Jessy apprécia ce goût délicat pendant une fraction de secondes puis elle avala difficilement sa bouchée. Ses grands yeux pleins de doutes se reposèrent sur la Peverell et elle hocha la tête. Même si elle avait l'impression d'être dans une situation encore plus compliquée, elle devait lui montrer qu'elle se rangeait de son côté pour la suite. Elle s'engageait sur une pente glissante. La première chute faisait peur mais était bénéfique, disait-on ; après celle-ci, les doutes se dissipaient.

- Raconte moi ta vie. Ton passé, tes souvenirs tristes comme joyeux. En parler, ça peut t'aider à débloquer quelque chose peut-être. Ce serait un début, tu ne crois pas ? Pause. Tu n'es pas obligée évidemment.

Jessy sourit à Alhena. Ce serait sûrement un bon début. Elle était prête à commencer par là. Raconter sa vie, elle n'en avait pas l'habitude. Elle risquait de partir dans toutes les directions, de se lancer dans un discours un peu trop long, ou de lister des faits inintéressants - mais si cela pouvait l'aider, elle le ferait. Le sourire sur ses lèvres s'adressaient aussi à l'étrangeté du moment. C'était étrange, d'être sur le point de raconter son passé à une personne dont le passé avait croisé le sien. Elles se connaissaient comme des camarades de classes, mais repartaient pour ainsi dire de zéro. Puisqu'elle allait se livrer, elle savait qu'elle allait demander la même chose à Alhena. La plus belle relation de confiance était basée sur la réciprocité.

- Je pense que tu as raison, ça peut être utile. Alors je vais te raconter quelques uns de mes souvenirs, bons ou mauvais. Je te préviens, ce n'est pas particulièrement palpitant... Bon, par où commencer ? J'ai grandi à Londres, dans une petite maison. Je n'avais que mes parents, pas de frère ni de sœur. Mais nous connaissions d'autres familles de sorciers, et je me suis fait des amies de mon âge. J'allais à l'école avec d'autres enfants Moldus, mais je savais que j'irais à Poudlard par la suite. Ça s'est confirmé quand j'avais sept ans, au moment où j'ai découvert mes pouvoirs, chez moi. J'étais si heureuse ! Mes parents tout autant, d'ailleurs. Je me souviens que, quand j'avais des journées libres, il m'arrivait de visiter le Ministère de la Magie avec ma mère - elle travaillait là-bas. Mon père, lui, m'emmenait à la campagne pour me faire changer d'air et m'apprendre à jouer au Quidditch. Ça, c'était il y a si longtemps...

Après, je suis allée à Poudlard. Comme tu le sais, j'ai été répartie à Serdaigle ; j'en étais ravie ! Je m'y plaisais, j'y ai rencontré des personnes formidables, et aussi des personnes horribles. Mais les années m'ont peu à peu éloignée de mes amies d'enfance qui n'étaient pas de la même maison.
Courte pause. Globalement, je garde un bon souvenir de Poudlard. J'y ai appris tellement de choses ! J'ai aussi tenté des excursions dans la Forêt Interdite et le Lac Noir, la nuit. Ça ne s'est pas toujours bien passé, mais ça reste des expériences positives. Je sais que tu n'aimes pas trop les animaux, mais pour ma part c'est là que j'ai découvert ma passion pour les créatures magiques. J'ai aussi rejoint l'équipe de Quidditch de Serdaigle et en ai été capitaine lors de ma dernière année. C'est aussi en dernière année que j'ai passé mon permis de transplanage et ai pu devenir stagiaire à la Boutique d'Animaux Magiques. La fin de l'ère Poudlard a donc été riche en émotions, voire difficile à gérer.

Puis j'ai continué de travailler à temps partiel, et le reste du temps j'ai voyagé. Je n'ai pas vraiment fait le tour du monde, mais je me suis rendue dans des pays de tous les continents. C'était très formateur, de voir le monde par moi-même. J'ai fait des choses géniales, et des choses que je regrette. Ce serait long à raconter. Pour l'anecdote, j'ai réalisé à quel point la maîtrise du sortilège du Patronus était importante, quand je me suis retrouvée en compagnie d'un Moremplis. J'aurais voulu être capable de m'en débarrasser toute seule, mais il a fallu que quelqu'un vienne à mon secours. Je ne veux plus être dans ce genre de situations et pour cela, il faut que j'apprenne à lancer ce sortilège, par Merlin !

Je me suis ensuite rétablie à Londres. Je suis devenue gérante de la ménagerie, je m'y plaisais vraiment, mais je ne sais pas pourquoi après mes longues journées j'étais prise de fortes migraines. Pour ça et pour d'autres raisons, j'ai dû abandonner mon travail. Je n'étais plus vraiment en état. C'est un peu compliqué à expliquer : des problèmes personnels. Pour faire court, j'ai appris des choses sur mes parents que je n'aurais jamais imaginées. Mon père avait exercé un métier illégal et ma mère... Comme mon père, d'ailleurs. Ils ne m'ont jamais rien dit de mes grands-parents et m'ont fait croire qu'ils étaient eux aussi enfants uniques, et j'apprends tout à coup que j'ai une cousine de mon âge !


Voiles de mystères à moitié dissipés. Jessy ne lui avait pas expliqué ce qu'elle regrettait de ses voyages - elle n'était pas prête à en parler, pourtant cela faisait partie de ses incompréhensions. Autre élément qu'elle ne pouvait pas lui révéler : elle avait appris qu'elle possédait un don peu commun associé à la magie noire. Mais le fait d'avoir avoué la trahison de ses parents, auxquels elle avait accordé toute sa confiance, la libérait d'un poids. Elle les aimait toujours, mais leur relation s'était détériorée. C'était la première fois qu'elle en parlait à une personne extérieure au cercle familial. Le serpent se devait de cracher son venin quand il en accumulait trop. Suite à quoi, il se sentait plus léger.

- Après ça, chômage. Ces mois étaient difficiles, mais pas si terribles que ça. C'était surtout une période de décrochage... Je n'avais plus aucun support. Je ne comptais que sur moi-même et l'alcool principalement. En sachant que j'avais l'impression de me connaître bien moins qu'avant. Mais le temps guérit les blessures. Je suis de nouveau à la Boutique d'Animaux Magiques et je sais que ce travail me plaît. Je me dis que les mensonges de mes parents n'affectent pas tellement la personne que je suis maintenant. Je pense que je dois me dire ça pour ne pas être trop perdue. La brune fronça les sourcils ; elle s'était tellement dévoilée qu'elle se sentait vulnérable. Je le suis toujours un peu.

Mais tu sais quoi ? Tu avais raison. C'est utile d'en parler. Je me rends compte de ce qui cloche, maintenant. J'ai des souvenirs heureux, mais le temps les a transformés. Je n'ai plus le même regard sur eux. J'ai l'impression qu'à chaque fois que quelque chose de bien s'est produit, cela a entraîné des problèmes ou simplement des désillusions. En tout cas, peut-être que si j'écarte les désillusions je pourrai trouver le souvenir spécial. Je vais y réfléchir et j'y parviendrai, lentement mais sûrement.

Enfin, je parle, je parle... Mais c'est à ton tour. Je sais que tu as des choses intéressantes à raconter. Ça peut m'aider, ça aussi. Comme je t'ai dit beaucoup de choses à mon sujet, tu peux faire de même. Ou au moins répondre à cette question : quel est ton souvenir spécial, celui auquel tu penses pour invoquer ton Loup ?
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme de Poudlard
avatar
PNJ
Fantome de Poudlard

Re: Le Salon de Thé

Message par : Fantôme de Poudlard, Mar 24 Jan 2017 - 20:04


Son dernier arrêt sur le chemin de Traverse était des plus ennuyeux, l'Occamy. Là, tout était dans les apparences, pas de cuisine à piller, pas de feu d'artifices à détonner, pas d'animaux avec qui jouer. Juste du thé, de la dentelle, une atmosphère que l'esprit frappeur n'appréciait pas plus qu'il ne le fallait. Il essaya de renverser une tasse de thé pour donner un peu de couleur à la blancheur des nappes, sans succès, elles devaient être anti-tâches.

L'ambiance était à déprimer.

Heureusement qu'il était là pour tout changer!

S'improvisant décorateur, il découpa les nappes en têtes de mort, les accrocha à la place des rideaux. Saisissant les bougies qui traînaient, il les plaça directement sur les tables, pour créer une ambiance davantage moyenâgeuse. Il ne manquait plus que de la vaisselle appropriée...dommage que toute celle qui était sur place était frivole à en gerber. Il envoya donc toute la belle vaisselle voler, cherchant de l'alcool dans le bar fermé, servi ce dernier dans les tasses cassées.

Regardant sa nouvelle oeuvre, il dût se rendre à l'évidence.

Il était mort pour décorer.

En partant, il ne manqua pas de déposer l'affiche pour la soirée sur une des tables, sous une bougie.


Revenir en haut Aller en bas
Alexander Hurtson
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Le Salon de Thé

Message par : Alexander Hurtson, Mer 8 Fév 2017 - 18:49


Post unique pour réparer les bêtises du fantôme. Merci les MDJ!

Tu arrives le premier à l'Occamy en ce samedi matin. Pas forcément l'envie de te faire bien voir mais à partir du moment où tu es prêt, autant aller travailler. Et puis avec un peu de chances tu auras le droit de partir plus tôt. Comme d'habitude tu rentres pas la porte réservée au personnel. Dans la salle du personnel, rien d'anormal. Si ce n'est peut-être l'ordre qui y règne. Normal, les filles ne sont pas encore là. Enfin rien d'anormal par rapport à ce qui t'attend dans la salle.

Disons que l'Occamy qui a toujours été un établissement propre et ordonné, sûrement par manie des patronnes, est aujourd'hui aux antipodes de son habitude. Le salon de thé est complètement saccagé. Les nappes découpées et en guirlandes, les bougies posées sur les tables, la vaisselle cassée de partout... Bref, un vrai capharnaüm. Bien pire que celui de la chambre de ton narrateur alors je te laisse imaginer. Tu enjambes les tas de débris juchant le sol et te tiens au milieu de la pièce pour observer l'étendue des dégâts. On dirait bien que tu n'as plus qu'à nettoyer... Ça t'apprendra à venir trop tôt. Ou alors tu pourrais tout aussi bien t'en aller, attendre un peu quitte à arriver en retard et laisser les autres faire.

Malheureusement pour toi, tu as bonne conscience. Tu te sens donc obliger de nettoyer. Le problème c'est par où commencer. Ton narrateur sait par expérience qu'il faut tout mettre sur le lit puis replacer à sa place d'origine. Le truc c'est que tu n'as pas de lit et que tu risques de te blesser avec tous les éclats au sol. Voilà ce que tu vas faire. Commencer par réparer la vaisselle. Ce sera déjà ça. Mais pour réparer la vaisselle, il faut déjà la vider. Car la moitié des tasses sont remplies d'alcool. Et du bon en plus, pas de la piquette. Tu attrapes une tasse et en avale le contenu afin de te donner du courage. Foutu pour foutu, autant ne pas gaspiller.

Tu ramasses donc tout ce qui est cassé et le vide dans l'évier, maudissant la personne qui a fait ça. Les alarmes et tous les systèmes de sécurités ne se sont pas manifestés, c'est donc quelqu'un de l'intérieur de l'établissement qui a agi. Un coup de tes patronnes pour tester ton efficacité? Trop bizarre et méchant pour leur correspondre. Un saccage pur et simple? Peut-être... Qui sait? Au pire tu t'en fiches, tu es juste là pour nettoyer. Une fois toute la vaisselle vidée, tu attrapes ta baguette et lance un #Reparo. Aussitôt, tous les morceaux des différents éléments se recollent entre eux et le tout vient s'ordonner sur une des tables, dépouillée de nappe.

Cette dernière se trouve en effet accrochée à la place des rideaux qui sont au sol. Tu décroches tout ça, les jette parce qu'elles sont inutilisables et va en chercher de nouvelles à poser sur les tables. Tu les installes en remettant les bougies à leur place et raccroches les rideaux aux tringles. L'Occamy semble avoir retrouvé un peu de son ordre initial.

Vanné, tu vas t'asseoir sur une chaise afin de prendre une pause. Si tu choppes la personne qui a fait ça, tu l’étripes. Ils n'ont pas idée du temps que tu as passé à ranger tout cela. Un bref coup d'oeil à ta montre t'apprend que cela fait 2h que tu es dessus. Et toujours personne dans le cabaret. Bravo les collègues. L'esprit de solidarité, tout ça, visiblement personne ne connaît. Un prospectus tombé à terre lors de ton ménage attire ton attention. C'est un prospectus annonçant le bal de Poudlard. Tout ça à cause d'un bal pourrave? Si tu hésitais à y aller, c'est sur que c'est mort maintenant. Vu comment tu en as bavé, hors de question que tu ailles là-bas.

Énervé, tu attrapes le prospectus et un stylo et laisse au dos le mot suivant à Celya:

Le cabaret a été saccagé durant la nuit par la même personne qui a laissé ce tract. J'ai tout nettoyé et je me permet donc de prendre une petite pause. Désolé mais je suis vraiment vanné. Je reviens pour le service de midi.

Bon courage pour ce matin,

Alex.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Salon de Thé

Message par : Alhena Peverell, Lun 27 Fév 2017 - 23:57


Merci Alex pour le nettoyage MDR
Désolée Jessy pour le retard (et la longueur du rp) :mm:

Tu n'aimais pas écouter les autres, tu le sais, tu l'as juste oublié. Pourtant, dans son histoire, ses tracas et ses chutes, il y avait quelque chose de... perturbant.
Une partie de toi s'y retrouvait
une autre se délaissait au déni
et la dernière nageait dans l'imaginaire
Un flux de parole abondant. Tu n'avais pas retenu tout, c'était impossible de tout retenir de la vie de la jeune fille. Mais tu gardais en tête les plus importants : le mensonge de ses parents et sa mauvaise passe. Parce qu'en vrai, c'était ça qu'il fallait pointer du doigt pour comprendre la vie. La partie heureuse, qu'est-ce que tu t'en fichais. C'était pas nécessaire, sinon elle serait pas là à ramer pour faire éclore son patronus. Réfléchissons, si elle était ici et plutôt heureuse, c'est bien qu'elle était sortie de ces passes. Maintenant, il restait la simple question du comment. Parce que c'était la clé, savoir comment. Dans l'obscurité, seule l'espoir de la lumière permet de nous relever. Probablement qu'il y avait beaucoup de chance, pour que son souvenir important ça soit celui-là. Celui qui a permet à la serdaigle de retrouver confiance, à avancer dans la vie, celui qui la porter jusqu'à ici : le déclic.

Enfin, je parle, je parle... Mais c'est à ton tour. Je sais que tu as des choses intéressantes à raconter. Ça peut m'aider, ça aussi. Comme je t'ai dit beaucoup de choses à mon sujet, tu peux faire de même. Ou au moins répondre à cette question : quel est ton souvenir spécial, celui auquel tu penses pour invoquer ton Loup ?

Ah oui, c'est vrai. Cela aussi tu l'avais oublié. Le retour à l'envoyeur. Répondre à une question, donner sa confiance. Chose que depuis des années tu n'avais pas appris à faire. Certainement pour la bonne raison que ce n'était jamais la bonne personne. Et puis, tu n'aimes pas te confier. Cela donne un certain pouvoir à la personne, un pouvoir sur toi. C'est comme, se mettre à nue, donner une partie de vie à chérir. Cette idée là te fait frémir. Tu ne sais pas faire confiance, t'es incapable de poursuivre dans cette continuité. Tu ne sais pas quoi lui dire, ni lui expliquer. Même lui raconter à quoi tu penses, c'est étrange, c'est lui donner la force de t'achever.

Je pense que savoir à quoi je pense ne t'avancera à rien

Tes doigts claquent, ton coeur s'agite. T'es pas à l'aise et pourtant, tes pensées vaquent. Les mots sortent seuls, sans que tu puisses interrompre le flux.

Mais pour satisfaire ta curiosité, je pense à la première fois où j'ai tenu mes enfants dans mes bras.

Quel étrange fait
N'est-ce pas ?
Toi, impuissante face aux sentiments, tu te laisses envahir par cette lumière. C'est presque cliché de dire, de penser ça. Et pourtant, c'est la seule partie qui arrive à te sauver : l'instinct maternel. Tu auras beau le répéter que tu les hais, tu les aimes certainement plus que tu ne t'aimes. Mais rien que cette phrase, si tu m'écoutais un peu te ferai vomir. Elle est tellement simple, tellement évident que ça en devient risible comme situation.
Tu recules dans ton siège, ton regard est plus sombre. Il veut simplement signifier : n'insiste pas. Tu ne veux pas t'épancher dessus, tu ne veux pas te justifier. T'as rien à dire là-dessus, ça te regarde, pas elle. C'est pas toi qui a besoin d'aide.

Et comment tu as réussi à sortir la tête hors de l'eau sinon ?


Dernière édition par Alhena Peverell le Dim 16 Avr 2017 - 4:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Le Salon de Thé

Message par : Elias Baxter, Mar 7 Mar 2017 - 12:18


PV Azaël Liderick


A déambuler dans les rues pavés de Londres, Elias s'était trouvé fort assoiffé. C'est alors qu'avait surgit la façade de l'Occamy Doré. Le Chemin de Traverse avait donc encore des surprises. Le sorcier vit annoncé Salon de Thé et se prit à entrer, attiré par l'arôme parfumé des infusions exquises. Élégance britannique oblige, Elias passa de lourds rideaux dorés avant de finalement s'installer à une table ronde, en toute intimité. Il lança un joyeux « Bonjour ! » à l'assistance et fit circuler un doigt sur l'Occamy ciselé dans la nappe. Empoignant finalement le menu de l'autre main, il parcourut du regard les différentes infusions proposées. « Ha ! Ouais toi tu m'bottes bien ! » Il pointa du doigt l'appellation Comme au soleil.

Il jeta ensuite un oeil alentours. Du noir, du blanc, du doré, du nobliard à plein nez. C'était chic, guindé. Pas le type d'Elias. Mais l'infusion faisait rêver, alors il avait rester. Juste un peu, pour voir. Et pis peut-être qu'il irait danser s'il trouvait un bras à enlacer d'ici la fin de la journée. Fallait-il qu'une jolie serveuse vienne lui faire de l'oeillade, qu'il lui jette des poèmes à faire pleurer et il s'en irait avec la belle dans le soleil couchant. Comme au soleil. Ouais ça lui plaisait bien ça comme fin de journée.


Dernière édition par Elias le Jeu 9 Mar 2017 - 9:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Salon de Thé

Message par : Azaël Peverell, Mar 7 Mar 2017 - 22:39


PV Elias

Tu traînais dans les rues de Londres. Et puis t'en as eu assez d'être entouré de Moldus. T'en as eu assez de faire comme si tu vivais dans un monde où la magie n'existe pas. C'est vrai, t'as envie d'être toi même. Parce que si la magie n'existait pas, ta vie serait différente. Totalement différente. Déjà, tu ne serais pas un assassin. T'aurais jamais blessé non plus une de tes seules amies. Si la magie n'existait pas, tu serais peut être heureux. Mais voilà, elle existe bel et bien, et t'as pas trop le choix, tu dois vivre avec. Faire comme si de rien n'était. Comme si il ne s'était rien passé. Les gens ne doivent pas savoir. Sinon, tu perdrais le peu de liberté que tu t'imagines avoir conserver.

Tu te contentes donc de marcher sur le Chemin de Traverse, à moitié bourré, comme à ton habitude. Tu devrais compter le nombre de bouteilles de rhum et de whisky que tu descends à la semaine, et comparer avec tous les softs que tu bois réunis. Le ratio risque d'être assez déséquilibré. C'est même à se demander comment t'as fait pour pas encore crever déshydraté. Mais là, t'as besoin d'un truc pour te remettre l'estomac à l'endroit, à défaut que ça fonctionne pour ton esprit. Alors t'entres dans le premier bar venu. Il se trouve qu'il y a un salon de thé. Et le thé au citron, c'est ce qu'il y a de mieux pour te remettre l'estomac d'aplomb.

Tu t'apprêtes à te poser dans un coin, juste histoire d'être tranquille avec ta migraine à venir. Mais une voix s'élève. Un type, tout seul à une table, qui semble s'adresser à la carte. Il doit pas être bien frais non plus. Ou alors il est juste un peu bizarre. Mais t'as bien envie de t'approcher pour voir. En tanguant un peu, en retenant quelques reflux gastriques aussi. Parce que ouais, pour que tu te mettes au thé, faut quand même que t'aies vachement envie de gerber. Et c'est pas la déco du lieu qui va arranger ça. Parce que t'as un peu l'impression que ça pue le fric et la richesse. Mais c'est pas le cas du type qui est là. Il a l'air simple.

- J'peux m'mettre là, t'attends personne ?

Et t'attends pas la réponse pour te laisser tomber sur le siège. Parce que debout, la gravité, c'est difficile à gérer.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Le Salon de Thé

Message par : Aya Lennox, Mer 8 Mar 2017 - 11:57




   
L'Occamy Doré

   
   Elias & Azaël
   


Le soleil est d'or et le ciel d'azur.
Discours prolixes dans la rue, les silhouettes des habituels badauds ont refait surface, comme sorties du sol, semi-morts à jamais rescapés, puis à nouveau prisonniers de leurs Outre-tombes. Comme vous m'avez manqué...

Pourtant ici ;
elle s'évade, échouée sur le comptoir d'ébène, main soutenant son menton et doigts adversaires occupés à jouer avec ses mèches blondes. Perte de temps incohérente pour pensées chronophages, yeux rivés sur les lustres, nappes brodées, petits couverts en argent. La panoplie du bon goût, du luxe qui bizarrement la rassure. La laisse rêveuse.
on m'a posée ici, une petite cuillère parée d'épines dans la bouche.
je crois que je me suis laissée à l'avaler.


Puisque silence est d'or et qu'elle est fourmi solitaire légèrement oisive dans son théâtre vide de mondanités.

Mondanités qui pointent le bout de leur nez sur un envahisseur random de son désert.
Le joyeux Bonjour s'empare des lieux, et éveillée, elle scrute le visage qu'elle semble reconnaître, laissant de côté son bout d'ailleurs secret.
Un Bonjour fugace lui échappe alors qu'elle reconnaît le jouvenceau à la fleur au revers, batifoleur sous chimie lors de la dernière fête des amoureux. Gros facepalm intérieur. Le hasard fait-il bien ou mal certaines choses ?
Une seconde silhouette, un peu moins sûre d'elle et quelque peu nauséeuse a investi les lieux entretemps. Tu gerbes, je t'aide volontiers à rendre à Mère Nature d'autres morceaux de Toi.
Encore un manque de chance certainement, mais le visage lui dit pareille chose. A croire que deux rencontres antérieures ont décidé de se donner rendez-vous ici, lors de son service, et de s'amouracher l'un et l'autre à la même table.
Vous m'bottez bien, vous aussi..., susurre la jeune femme en lissant son tablier.

Messieurs, Elle s'approche de la table, démarche gracieuse et sourire sans failles, lointain, loin de ces deux inconnus un peu trop connus de minois. Que puis-je vous servir ?
Avec un peu de chance, elle passera inaperçue. Ombre flottante de quelqu'un qui leur doit un service. De quoi réchauffer leur œsophage ou réconforter leur foie. Tout sauf elle voleuse de tiares ou sirène fantasmée d'une soirée.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Le Salon de Thé

Message par : Elias Baxter, Jeu 9 Mar 2017 - 9:40




Il était sur le point de commander, l'index en l'air, l'air à la bouche, la bouche qui bée. Mais v'là que venait de débarquer un étranger, jeune insolent qui tient pas bien sur ses pieds. Alcoolisé, sans aucun doute. Ça se lisait dans son oeil, ça s'entendait dans sa voix. Et ça se sentait aussi. Plissement de nez de l'Elias qui prête une attention fugace aux dires du gars. « J'peux m'mettre là, t'attends personne ? » Et sans attendre il s'installe, sans aucune grâce. « Ben vieux vas-y te gênes pas ! » L'ironie sur le bord de la langue, Elias la claqua contre son palais avant de se tourner vers la serveuse, qui sans qu'il ne la repère auparavant s'était installé à son bord de table pour prendre commande. « Messieurs, que puis-je vous servir ? »

La belle. La belle est de retour. Une douche glacée s'abat sur le crâne du sorcier, qui se souvient non sans honte son comportement des plus déplacé alors qu'il était ensorcelé. Elle avait en réalité tout d'une égérie de parfum, et il aurait voulu la courtiser comme il se doit, pas se ridiculiser comme il l'avait fait cette fois. Il se racla la gorge et désigna son camarade nouvellement installé. « Le jeunot là aurait bien besoin d'un remontant j'pense. Mais organique hein bonhomme ! J'te l'offre. » Il adressa un clin d'oeil au garçon et poursuivit pour la serveuse. « Mettez y la Poule aux oeufs d'or là, je l'sens bien. Et moi j'vais vous prendre une infusion. Comme au soleil. Ça me réchauffera le coeur ! Mais pas autant que d'vous voir sans doute. » Sourire benêt à sa déesse d'un soir avant d'en revenir à l'adolescent envahissant.

« Bon alors dis moi mon gars. C'est quoi ton nom ? Moi c'est Elias ! » Et il brandit une main conquérante pour serrer la pince du brun. Il remarqua une drôle de cicatrice sur sa tempe mais préféra garder les questions pour plus tard. L'heure était aux présentations. La rencontre l'enthousiasmait. La vie était après tout faites de rencontres, de gens qui vous tendaient la main, peut-être à un moment où on ne s'y attend pas, où on est seul chez soi... Et cette rencontre là, Elias sentait qu'elle l'amènerait vers d'intenses et excitantes aventures. Il avait le flair pour ça.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Salon de Thé

Message par : Azaël Peverell, Ven 10 Mar 2017 - 1:37


T'es assis, tu regardes le type en face de toi d'un oeil un peu vitreux. Faut dire aussi que t'es vraiment pas dans ton assiette. Genre la terre tourne, et tu t'en rends compte. Ce qui n'est pas très normal. En plus, elle tourne vite. Beaucoup trop vite même. Elle te colle le tournis. Et avoir le tournis, bah c'est pas génial au niveau de l'estomac. Ça donne même vachement mal au coeur. T'es pas sûr de pouvoir tout garder en toi. Le corps humain te semble un peu mal foutu sur ce coup. T'es obligé de te concentrer alors même que t'es franchement pas en état. C'est pas très cool tout ça.

- Ben vieux vas-y te gênes pas !

C'est pas comme si t'avais attendu sa réponse de toute façon. Pis même si t'avais voulu faire semblant d'être poli, c'est ton corps qui aurait pas pu. Alors c'est pas franchement la peine de faire des efforts supplémentaires. Tu te contentes de le remercier d'un léger sourire, un peu crispé. Décidément, c'est pas la grande forme. En plus, t'as l'impression que les choses s'emballent. T'as même pas le temps de te dire que ton siège est vachement confortable, que tu pourrais même y faire une sieste si t'étais pas si mal qu'une serveuse débarque. Elle te dit vaguement un truc. T'essaies de la remettre, mais ton cerveau embrumé refuse absolument tout rapprochement avec des situations antérieures, alors t'oublies vite l'idée.

- Messieurs, que puis-je vous servir ?

Bonne question. T'en sais rien, t'as même pas jeté un oeil à la carte. D'ailleurs, faudrait que tu sois en capacité de lire plus de trois mots d'affilé, et là, ça semble plutôt compromis. Alors tu te contentes de tourner la tête vers elle en essayant de lui faire parvenir ton souhait par la pensée. Un thé avec du citron. C'est tout ce dont t'as besoin. Mais non, elle a pas l'air de comprendre. Elle devrait investir dans un lecteur de pensées, ce serait vachement pratique. Mais ton compagnon du moment te vient en aide, et commande pour toi. Une poules aux oeufs d'or. T'as pas la moindre idée de ce que c'est. A picoler ? Un thé ? Un repas ? Bah... Il a dit qu'il te l'offrait, alors tu t'en fous au final. T'es pas bien difficile. Tant que ça te remet l'estomac à l'endroit, tu prends. Alors tu lâches d'une voix un peu vaseuse :

- Ouais, c'qu'il a dit ça a l'air bien.

T'aurais peut être mieux fait de garder la bouche fermée. Y'a quelques renvois qui viennent. Tu prends une nouvelle fois sur toi, et essaies de paraître à peu près correct. C'est un essai, et il est franchement pas concluant. Mais au moins l'intention est là. Le type se présente, il dit s'appeler Elias. Tu vas essayer de retenir. Après tout, il te paye ta consommation, alors tu peux faire un petit effort. Tu lui serres la main, très rapidement. Parce que t'aimes pas trop qu'on te touche. T'aimes pas le contact avec les autres en général. On pourrait même dire que t'es asocial. Mais pour le coup, s'il te parle, c'est un peu de ta faute, donc t'assumes.

- J'm'appelle Azaël. Merci d'payer... C'que tu m'paies. Qu'est ce que tu fous là tout seul ?

Ouais, parce que c'est toujours bizarre pour toi de voir des gens sortir tous seuls. T'as toujours l'impression qu'il faut obligatoirement être plusieurs. Pour donner l'illusion d'être aimé. D'avoir des gens qui comptent, et sur qui ont peut compter. Des belles conneries tout ça. Faut juste savoir se retourner la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Le Salon de Thé

Message par : Elias Baxter, Mar 14 Mar 2017 - 9:44




Forcément le jeune était d'accord. Elias se souvenait de quelques fois où il s'était retrouvé dans cet état là. Cadavre ambulant qui sait plus quoi faire de lui, qui s'assoit, qui git. Et pour un morceau d'un truc à grailler, il aurait fait n'importe quoi, parce qu'il savait bien au fond que c'était le seul remède parfois. Se remplir l'estomac. Et pis boire de l'eau aussi, fallait jamais sous estimer le pouvoir de l'eau. C'était salvateur dans la plupart des cas. Saisissant le verre du gars, l'Azaël qu'il disait, Elias le remplit d'un Aguamenti bien sentit et le tendit vers lui. « Tu d'vrais boire un coup, j'te jure que ça te remettrait bien. » Qu'est-ce qu'il foutait là tout seul qu'il avait demandé. Drôle de question que le sorcier aurait pu lui retourner.

« Et j'suis pas tout seul hein, tu vois bien, t'es là. Et si t'étais pas là, j'serais avec cette jolie fille là, en train d'lui faire du rentre-dedans. T'vois ? J'suis vraiment loin d'être tout seul. Par contre toi si. Pis en plus dans un état mon gars, j'te dis pas. On croirait qu't'as pas dormi depuis trois jours. T'as des histoires intéressantes à raconter où tu t'emmerdais juste tellement que t'as décidé de te mettre une mine tout seul ? » Parce que des gens faisaient ça souvent. Ils faisaient rien, pis pour plus faire rien ils se mettaient à boire, à fumer, à faire d'autres trucs pas bien nets jusqu'à ce qu'ils oublient jusqu'à leur nom. Elias l'avait fait aussi d'ailleurs. Mais il le faisait plus vraiment, ou alors c'était occasionnel. Quoi qu'il en soit ça menait souvent à de drôles d'aventures, et le sorcier avait bien envie d'entendre celle du garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Salon de Thé

Message par : Azaël Peverell, Jeu 16 Mar 2017 - 15:07


Voilà que le type sort a baguette pour te sortir un verre d'eau. C'est qu'il est vachement prévenant. Soi-disant que l'eau t'aideras à te remettre d'aplomb. Tu regardes le liquide transparent avec un air légèrement méfiant. C'est que t'as pas l'habitude de boire ça toi. C'est vachement insipide comme truc, ça manque totalement de goût. Mais maintenant que c'est dans ton verre, tu peux bien le boire, t'as pas grand chose à perdre. Et si ça pouvait t'aider à t'empêcher de repeindre les murs et les tables de l'Occamy avec le contenu actuel de ton estomac, c'est pas plus mal. Alors tu bois tout le verre bien sagement, en t'efforçant de ne pas grimacer parce que le goût ne te plaît vraiment pas.

Tu fais même mine de remercier Elias. Parce qu'il était pas franchement obligé de faire ça, et que c'est plutôt sympa de sa part au final. Tu te demandes vaguement si c'est possible d'être allergique à l'eau. T'as tellement pas l'habitude d'en boire que t'espères quand même que tu vas pas te recouvrir de boutons, tu serais vachement moins beau. Mais là, tu divagues (vague) un peu. Alors tu te concentres sur sa réponse à ta question. Ainsi donc, il comptait draguer la serveuse à la base. Faut croire que tu viens de lui casser son coup. Mais il a pas l'air trop rancunier. Alors tu hausses les épaules.

- S'tu veux lui faire du rentre dedans t'peux toujours hein, ça donnerait un p'tit spectacle.

Sauf que la suite te plaît un peu moins. Parce qu'il te balance en pleine tronche que t'es seul. Comme si t'avais pas déjà remarqué. Pis visiblement, ton état passe pas inaperçu. Mais il a pas l'air de juger, et ça, c'est un bon point pour lui. Sinon, ça aurait été un bon poing pour lui. Enfin... T'aurais essayé de lui en coller un, mais il aurait été probablement vachement plus vif que toi. Et la question se pose pas, il a l'air plutôt sympa, alors tu vas éviter de te le mettre à dos tout de suite. Sauf que tu vas pas non plus lui donner la raison de ton alcoolisation. Parce que si c'est juste que t'es alcoolique déjà à la base, faut quand même replacer les choses dans leur contexte. Mais c'est pas le genre de truc à faire devant un inconnu. Donc tu éludes le sujet.

- Juste une envie de picoler. C'cool pour arrêter de penser. C'est reposant. Sauf quand ça tourne trop vite. Et là ça tourne. Donc rien d'bien intéressant à raconter. Tu t'amuserais sans doute plus avec la serveuse j'crois.
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Le Salon de Thé

Message par : Aya Lennox, Mar 21 Mar 2017 - 11:59




L'Occamy Doré

Elias & Azaël


Désolée pour l'attente les amours.

Benêt de retour dans ses expressions d'émerveillement ; pour elle, sourire de façade sans attendrissement hypocrite, courtoisie bien jouée puisqu'il le faut.
poudre.aux.yeux.
Un regard jeté vers le gosse et un hochement de menton compréhensif. Il a l'air d'en avoir besoin, c'est le cas d'le dire. Très réconfortant, en effet, se contente-t-elle de répondre dans un sourire entendu, avant de revenir aux mirettes du damoiseau sans détresse. Tu me fais valser, dans ton imaginaire.

Ça me réchauffera le coeur ! Mais pas autant que d'vous voir sans doute.

Non, non, tu dis faux. Elle glace les cœurs. Les piétine.
Tu tisses tes faux espoirs, armé du tendre fil de ses impostures. Je ne te souhaite pas de me laisser croiser ton cœur.

j'en fais
mon cocon
j'y tisse
mon nid


se taire et prétendre
caressée
Comme.
au.
soleil.

Elle déglutit. Hoche la tête, polie et soit disant courtisée, lèvres retroussées dans un sourire de circonstances.

Bourdonnement confus, dans sa tête.
Est-ce l'eau qui bout, sous le contrôle de sa baguette ? Ou son crâne, comprimé, qui menace d'imploser ?
Ça sent les agrumes, les épices, l'Amour au zénith, Aya s'active. Le sillage fruité dans la porcelaine qui s'échappe en vapeur délicate lui met l'eau à la bouche, comprime la pâte de sa langue.

Poulette et délicat breuvage tenus à bout de bras sur son plateau, elle sillonne les tables pour retourner auprès d'eux, gracieuse, serviable, attentionnée, simulée.
- Toutes mes excuses pour l'attente.
Réconfort posé devant le môme, chaleur enivrante devant l'Homme auquel elle adresse un minuscule sourire.
- Cela vous fera 1 Gallion et 3 Mornilles, s'il vous plaît. Monsieur souhaite-t-il boire quelque chose, pour accompagner au mieux son plat ? lâche-t-elle d'un ton traînant en s'intéressant à nouveau à l'état du vaseux. Nous proposons d'excellents cocktails. Ou de très bons thés glacés. Oui, précisons. Pas que l'alcool soit une mauvaise idée. On a dit réconfort, pas rappel de renforts.


Consommations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Le Salon de Thé

Message par : Elias Baxter, Mar 28 Mar 2017 - 11:21




Le gamin il avait l'air rebelle un peu, délinquant des fonds de classe qui reste jamais dans les rangs. Ça plaisait bien à Elias. Une envie de picoler qu'il disait. Pour arrêter de penser. Comme il se l'imaginait le sorcier. Il en avait eu ras le bol de faire du rien, il avait empoigné la bouteille pour trinquer pis il se l'était coller, comme ça, pour plus s'ennuyer. Glissant un regard vers la serveuse, Elias octroya un clin d'oeil au jeunot. « T'as peut-être raison gamin ! Elle m'a l'air fort intéressante. » Il reporta son attention sur l'Azazelle qu'avait décidément le teint palot. « Mais j'vais pas te laisser cuver ton vin tout seul mec. J'ai toute la vie pour faire du rentre-dedans ! J'vais lui donner un rendez-vous d'un soir tu vas voir, j'vais pas louper mon coup. Toi par contre il se peut que je te recroise jamais ! Va savoir... M'enfin si je te propose un rendez-vous d'un soir tu vas me dire non c'est sûr... » Elias croisa les bras sur la table et se pencha légèrement vers l'avant. Il haussa un sourcil, pris un air extrêmement efféminé avant de se lancer, timidement. « Tu veux boire un thé avec moi ? Oh ! Suis-je bête, c'est déjà le cas ! On a pleins de points communs tu trouves pas ? » Battement de cils tout en légèreté, gloussement inapproprié.

Il plaisantait pour sûr. Mais le gamin pouvait le prendre mal. Elias pointa du doigt la tempe du garçon, une question au bord des lèvres. « Toutes mes excuses pour l'attente. » Diantre, v'là que la déesse était revenue. Le sorcier laissa retomber sa main et remercia d'un grand sourire la demoiselle. « Ça vaut le coup d'attendre quand on voit la vue que vous offrez aux clients ! » Il empoigna un morceau de serviette, sortit sa baguette et l'agita prestement. « Cela vous fera 1 Gallion et 3 Mornilles, s'il vous plaît. Monsieur souhaite-t-il boire quelque chose, pour accompagner au mieux son plat ? Nous proposons d'excellents cocktails. Ou de très bons thés glacés. » La main sous la table, Elias récupéra son argent à la poche de son jean avant d'ajouter dans sa paume la serviette, sur laquelle était à présent inscrit en toutes lettres : rejoignez moi au Blue Note à New York vendredi à 20 heures. Une soirée de rêve rien que pour vous. Il adressa un sourire à la belle, très sûr de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Salon de Thé

Message par : Azaël Peverell, Ven 31 Mar 2017 - 18:50


LA d'Aya


Alors toi, t'es bourré. T'as une excuse pour être complètement à côté de tes pompes, et c'est tout simplement le fait que la terre tourne visiblement plus vite que toi, et que t'arrives pas à suivre le mouvement. Par contre, tu ne peux pas t'empêcher de penser que le type en face de toi, il est complètement à l'ouest. C'est obligé pour qu'il tienne un discours pareil. Tu dois bien avouer que ça t'arrange qu'il reste avec toi le temps de décuver, surtout s'il te paie ton repas. C'est simplement qu'il a de drôles de priorités à tes yeux. Tu ne peux t'empêcher de laisser échapper un léger rire, qui se transforme vite en un hoquet en l'entendant te proposer d'aller boire un thé en mimant une drague des plus douteuse.

Tu portes ton poing devant ta bouche, le temps que ton estomac se remette à l'endroit et de pouvoir à nouveau ouvrir la bouche sans trop risquer la catastrophe, c'est à dire un geyser de liquides gastriques. Ce serait plutôt dommage de vomir sur un type aussi sympa quand même. Tu finis par lui répondre avec un léger sourire, encore plus pâle qu'auparavant si c'est possible :

- Ouais, plein d'points communs. Mais j'préfère que tu serves ce genre de trucs à la serveuse quand même, j'm'en voudrais de t'briser l'coeur.

Justement, en parlant du loup, la voilà qui revient avec votre commande. Elias s'apprêtait à parler, en te pointant tu doigt. C'est pas mal malpoli comme façon de faire. Bon, en soi, tu t'en tapes. Surtout vu l'assiette qu'on vient de poser devant toi. Un truc avec du poulet, de la sauce, des légumes et du riz. Le bonheur quoi. Alors t'écoutes à peine le type qui continue de draguer la serveuse. Tu chopes direct tes couverts pour entamer ton repas. En même temps, ça sent trop bon, alors les bonnes manières, tu t'en tapes sur ce coup, tu viens de te rendre compte que t'as hyper faim.

- Monsieur souhaite-t-il boire quelque chose, pour accompagner au mieux son plat ? Nous proposons d'excellents cocktails. Ou de très bons thés glacés.

Mauvais timing. Elle t'adresse la parole alors que tu viens d'enfourner une fourchette de poulet et de riz sans la moindre élégance. Alors tu mâches aussi vite que tu peux avant d'avaler ta bouchée tout rond. Ouais, bah tu savoureras une autre fois pour le coup. Tu hoches alors la tête de haut en bas. Un thé glacé c'est cool. C'est bon. Et c'est sans alcool, tout en restant largement meilleur que de l'eau. Enfin ça a plus de goût quoi. T'en as bien besoin. Une fois en capacité de parler, tu lâches :

- J'veux bien un thé glacé. Un avec du citron dedans.

T'en démords pas de ton thé au citron, t'as envie de voire ça depuis que t'es rentré. Alors chaud ou froid, tu t'en tapes, tu veux juste ton thé au citron. Sera meilleur que celui à la cannelle du Père Noël. Enfin t'en sais rien en fait, tu l'as pas goûté, t'as préféré tout laisser se renverser. Et tu vois aussi Elias refiler sa serviette avec un petit mot à la vendeuse en même temps que les sous. T'arrives pas à lire ce qui est écrit dessus, ta vision est trop floue, mais t'es bien persuadé qu'il vient de lui refiler un rendez-vous. T'attends que la serveuse s'éloigne avant de lui lancer avec un sourire moqueur :

- T'aurais pu lui refilé ça sur un parchemin un peu stylé plutôt que sur une vieille serviette en papier sérieux, t'auras d'la chance si elle s'y pointe à ton rendez-vous !
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Le Salon de Thé

Message par : Aya Lennox, Sam 1 Avr 2017 - 12:19




   
L'Occamy Doré

   
  Elias & Azaël
   


Gracieux, distingué. Le môme l'est, sans aucun doute.
Le temps de déposer l'assiette devant sa face pâlotte et voilà déjà le premier contenu d'une fourchette engouffré dans son antre à boisson.
Qu'importe, au final, Aya n'est pas là pour juger.
Là pour sourire, plaire, paraître sympa, volontiers affriolante.
Une personnification de l'Occamy, en soi.

N'empêche qu'un froncement de sourcils imperceptible lui échappe, tension à son comble : va-t-il, oui ou non, lui répondre la bouche pleine ? Pour l'instant, il hoche la tête, concentré sur la mastication de sa poulette aux œufs de soleil au zénith.
Un autre événement vient entraver sa concentration. Elle sent, dans le creux de sa paume, alors qu'elle recueillait le dû de Benêt, un léger frottement.
Dans un geste machinal et discret de vérification des sousous, elle se rend compte qu'un bout de serviette griffonné s'est ajouté à la rançon. Elle dévisage Benêt sans bouger la pointe de son nez, silencieuse au milieu d'un bruit de déglutition.

Qu'importe, le J'veux bien un thé glacé. Un avec du citron dedans lui offre l'occasion de s'éclipser après un hochement de tête et un léger sourire.
Juste histoire de déchiffrer le contenu de la serviette. Rejoignez moi au Blue Note à New York vendredi à 20 heures. Une soirée de rêve rien que pour vous.
Sérieusement ? Un chuchotement, sifflant, derrière le comptoir. Elle a décidément tapé dans l’œil du bonhomme. Ou alors s'agit-il d'un pari avec son compagnon de table ? Yeux plissés, elle glisse la serviette dans la poche de son tablier et jette un regard par-dessus son épaule au glouton et au siroteur de thé.
On avisera.
Dans un joli verre, glace, orange, citron. Un Trésor de l'Est s'ajoute à la note, breuvage au précieux patronyme qu'elle apporte à la table.
Dernier aller-retour, un peu fébrile, accompagné d'un délicat et posé Et voilà, un Trésor de l'Est. Cela fera encore sept mornilles s'il vous plaît. A qui veut l'entendre. Elle ne sait pas qui paiera, souhaite surtout retourner à son comptoir.
Pourquoi.
Étouffer.
Pourquoi moi ?
Sourire.
Sois digeste.


Consommation:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Salon de Thé

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 7

 Le Salon de Thé

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.