AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 4 sur 7
Le Petit Salon
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
Peter McKinnon
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Le Petit Salon

Message par : Peter McKinnon, Mer 5 Avr 2017 - 9:03




L'Occamy Doré

Elly & Eurydice



Heureusement pour le stagiaire, l'une des deux sorcières, celle qui semblait la plus jeune, avait l'air de savoir ce qu'elle voulait ! Et elle voulait pas mal de trucs. D'ailleurs, Peter, qui avait étudié scrupuleusement la carte avant de prendre son service, découvrit que la maison proposait un certain nombre de mets qu'il avait manifestement refoulés dans un coin de sa mémoire. Prestement il sortit son bloc-note et sa plume de paon et se mit à noter. « Cupcake le bleuet », « petites verrines - chocolat blanc », « quelque chose pour l'accompagner ». A chaque énoncé d'un souhait de la demoiselle, Peter inclinait poliment sa tête vers l'avant. Quant à sa dernière demande, il avait déjà une idée. Beaucoup plus assidu sur la page des alcools, il avait le souvenir d'un cocktail au rhum !

Le préfet des vert et argent se tourna alors vers l'autre sorcière, qui elle semblait avoir bien moins eu le temps de scruter la carte, mais qui restait néanmoins très polie ! Elle lui indiqua simplement qu'elle souhaitait prendre la même chose que celle qui partageait sa table. Apparemment, ici, il se passait quelque chose de pas très drôle. Peter aurait bien mis sa main à couper que c'était une histoire de mec (ou de gonzesse, il n'était pas fermé sur la question) ou d'héritage. Oui, vu l'atmosphère glaciale, ça parlait amour, sex ou argent. Il devait donc faire tout ce qu'il pouvait pour que son service soit le plus agréable possible. Après avoir écrit un grand "X2" au bat de la page de son bloc, il fourra celui-ci dans sa poche et déclara sur un ton bas et calme aux deux sorcières, avant de s'éclipser :

- Très bien, je vous apporte cela d'ici quelques petites minutes.

Il s'en alla alors d'un pas discret vers le comptoir. Sur le chemin, il intercepta un signe de la main de sa patronne, qui était par ailleurs son professeur d'Histoire de la Magie, pas question d'aller ignorer cette ravissante sorcière le premier jour de son service. Il s'approcha donc d'Alhena Peverell et s'inclina respectueusement pour la saluer. Mais il ne s'attarda pas et fila ensuite en direction du comptoir en lui murmurant un petit « Je vous laisse, j'ai une commande ». Il ne tenait pas à passer pour le tire-au-flanc de service, toujours prêt à se tailler une bavette sur les heures de boulot.

Arrivé au comptoir, il remplit les verrines, prenant bien soin de sélectionner leur mousse au chocolat blanc maison, conformément au souhait des deux sorcières. Il se prit à redécouvrir le cupcake bleuet qui en réalité n'était autre qu'un cake aux amende avec des mûres et des myrtilles dans divers états semi-liquides. Pas que cela avait l'air mauvais ou qu'il faisait mal son boulot, mais Peter trouvait le sucre vulgaire. Enfin, il termina par les deux cocktails. Ceux-ci ayant été laissé à sa libre appréciation, bien que l'on lui eu demandé quelque chose de fort, il se lança dans la composition de deux "Licornes Déchainées". Peut-être la jeune sorcière voulait-elle encaisser cette rude conversation par un truc bien fort et bien pur histoire que la rudesse de l'alcool lui fasse immédiatement oublié tous ses soucis, mais on ne servait pas de cela ici. Ici tout n'était que luxe et raffinement, pas question de taper une bouteille de whisky pur feu sur une table en annonçant vulgairement que "ça fera un gallion ma p'tite dame !". Lorsqu'il eut tout disposé sur un grand plateau, il sembla à Peter qu'il manquait quelque chose ... Les bouchées ! Chaque boisson donnait lieu à des toast, à l'Occamy Doré, il se lança donc dans la confection de ceux-ci. Présentement c'était du caviar, pas que les deux sorcière ou lui aient pu choisir, c'était la faut aux tarifs ! Et puis si elles avaient du goût, le caviar ça passait à toutes les heures ...

Peter fut de retour quelques minutes après son départ du petit salon. A pas feutrés, il s'avança vers la table un grand plateau à la main, qu'il déposa sur une table voisine de celle des deux dames, pour leur servir leur commande. Il disposa discrètement, devant chacune le cupcake bleuet, disposant les verrnies à sa gauche, les bouchées à sa droite et la "Licorne Déchainée" par-delà le cupcake à la place des boissons. Il disposa devant chacune des demoiselles une addition manuscrite reprenant leur commande et son prix. Il avait pris soin de replier le document et de l'épingler d'une aiguille à tresser suivie d'un fil, comme cela se faisait dans les grands établissements moldus.

- Et voici pour vous, mesdames. Cela vous fera un gallion et trois mornilles chacune, s'il vous plait. L'Occamy Doré, vous souhaite de passer une bonne dégustation !

Consommations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Petit Salon

Message par : Nya O'Neal, Mer 5 Avr 2017 - 21:36


Réponse à Max Valdrak

Plus rien d’autre n’avait d’importance. On se laissait aller sur la fameuse chanson de Jean-Jacques Goldman, sans se préoccuper des autres clients présents dans la salle. De toute façon, ma camarade étant bien trop timide pour que sa voix porte, on nous entendait probablement pas mal moins que certains groupes qui parlaient bien plus fort que nécessaire. C’était vraiment agréable, comme moment. Elle ne s’en rendait probablement pas compte, mais la brunette ne se débrouillait vraiment pas si mal, pour quelqu’un qui ne chantait que sous la douche. J’aurais voulu que ces quelques minutes durent bien plus longtemps.

Malheureusement pour moi, la mélodie ne durait qu’un peu plus de trois minutes, et le temps de rendre l’appareil fut bientôt là. Max le rangea soigneusement dans sa poche avant de proposer de remettre ça, les guitares en plus. C’était une excellente idée. J’avais bien hâte de voir de quoi elle était capable à ce niveau-là aussi. Peut-être qu’elle serait plus dans son élément et se sentirait moins gênée si on était que toutes les deux? Je lui offris donc un magnifique sourire avant de reprendre la parole.

« Avec plaisir! Quand tu veux, ma volière est toujours ouverte pour ce genre de rendez-vous. »

Bzzt. J’en avais presque oublié que ça vibrait, ces affaires-là. Mon téléphone était toujours en mode silencieux pour ne pas surprendre d’éventuels sorciers qui ne s’y attendraient pas. C’est vrai qu’il commençait à se faire tard et qu’il était probablement temps de rentrer, même si l’idée ne m’enchantait pas le moins du monde. Résignée, je répondis donc à la main tendue de ma camarade et déposai à mon tour l’argent requis sur la table.

« Sans faute! À bientôt! »

Après un dernier regard en sa direction, je sortis du restaurant et transplanai jusque chez nous. La marche, ce serait pour plus tard – quand mon ventre serait un peu moins plein.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Petit Salon

Message par : Eurydice Wildsmith, Ven 7 Avr 2017 - 20:29


Peter les cueillit par surprise ce qui eut le don de laisser planer le malaise. Elle avait l'impression qu'il s’immisçait sans le vouloir dans une histoire sombre.
« Merci beaucoup. » répondit-elle sèchement à son accueil cordial.
Après les politesses, elle donna le compte comme pour se débarrasser des futilités.

Elle commença par porter une gorgée brûlante à ses lèvres pincées. Tout ce luxe, ces mondanités lui carbonisaient les yeux. ceux-là clos, ne voulaient plus s'ouvrir.
Elle était faite pour la Nature, le vent qui défait les cheveux et cette pluie qui la noyait toute entière.
Cascade de révélation.

L'Anglaise capta les vagues bleues. Elle qui semblait être en bien bonne compagnie.
La jalousie épaississait sa mauvaise humeur. Elle fulminait intérieurement.
« Me connaître ?
Je m'appelle Eurydice. J'appartiens à la maison Serpentard. J'ai dix sept printemps et je viens d'apprendre que je commence ma vie d'adulte comme une enfant perdue.
Dis moi tout ce que tu sais. »
dit-elle d'une voix blanche et angoissée.

La brune prit alors soudainement conscience de la terrible vérité. Pire que la vérité, c'était l'incertitude qui se démenait à la surface.
Cela faisait des années, qu'elle n'avait pas versé une seule larme de dépit, de joie, de tristesse.
*allez respire, garde ton flegme, pourquoi tu fais ton écervelée*
Ce n'était pas seulement une sœur qui apparaissait comme par magie mais un monde qui s'effondrait autour d'elle.

Le mensonge avait jalonné chaque enlacement, baiser de sa mère, chaque regard de dédain de son père. Il fallait qu'elle ait une petite discussion avec ses parents...Elle n'était pas prête à accepter ces années de leurre. L'avait-on jamais aimée ?
Devant les yeux embués de la jeune femme, Eurydice eut une crispation au cœur, vive, douloureuse.
Sa voix faisait des remous d'hésitation.

« Tu es si différente ?
Crois-tu que nous ayons une chance de... d'écrire une histoire ? »

L'espoir perlait à ses mots. Elle faisait toujours fuir à un moment ou à un autre.
Elle avait rêvé si fort d'une compagne de jeu qui relèverait les défis enfantins qu'elle s'était lancée. Elle avait cru au néant.
Fragilité.

« Aurais-tu une photo de tes... ? » N'achevant pas sa question, elle espérait être assez éloquente dans ses propos. Elle était terrifiée à l'idée de se lacérer le cœur.
Incompréhension.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Petit Salon

Message par : Elly Wildsmith, Dim 9 Avr 2017 - 1:35


Elly avait prévu les milles questions, les milles interrogations, tant pour elle que pour cette étrangère qu’on disait être sa sœur. Mais elle ne s’était pas doutée que la détresse de la jeune fille soit aussi grande, elle n’avait pas évalué de la bonne manière que les sentiments humains étaient imprévisibles, incertains. Elly sentait bien qu’Eurydice oscillait entre tristesse et colère.

Face aux questions de la jeune fille, Elly hésita un instant. Devait-elle vraiment sortir cette photo ? Elly n’arrivait pas à se mettre d’accord avec elle-même. Peut-être qu’Eurydice remarquerait que la ressemblance était frappante, tellement frappante en vérité. Impossible de ne pas remarquer.

Doucement, Elly sortis de sa poche une photo pliée en deux qu’elle posa sur leur table, elle plongea son regard dans celui de la jeune fille et lui indiqua – comme si c’était nécessaire de le préciser

- Tu sais, tu n’es pas obligée, tu peux repartir si tu le souhaites


Elle scrutait la jeune fille, l’enfant presque … elle cherchait les ressemblances et certaines étaient indéniables. Notamment leurs yeux, de même forme, presque de même coloris, sans doute un peu plus foncée pour Eurydice. Elly ne put s’empêcher de sourire, comme pour accueillir avec tendresse cette nouvelle amie, cette fratrie nouvelle qui s’offrait à elle.

Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Petit Salon

Message par : Eurydice Wildsmith, Mar 11 Avr 2017 - 11:24


La brune regarda le pli si nette de la photo ; elle se tenait à portée de main. Elle eut la soudaine envie de le déchirer, l'émietter. Cela la hanterait pendant des jours bien que son souhait de comprendre était plus intense. Eurydice savait qu'elle allait les haïr bien avant de les accepter, d'entendre les quelconques raisons de leur histoire. Elle allait apercevoir un monde inconnue qui ne lui appartenait pas. Tout ce bonheur fringant qui allait lui agripper la figure, jouant avec ses joues.

Elle était apeurée, acculée, avançant à reculons.  Comment pouvait-elle partir maintenant ?
Elly lâchait une bombe dans son corps et elle lui demandait de la désamorcer toute seule ?
Le compte à rebours tambourinait dans sa tête dans un bruit tonitruant.
Comment pourrait-elle l'aimer, elle la torturée, la misanthrope ?

« Tu ne m'as pas tout racontée. Il faut que je sache, tout, ton enfance et... nous. Comment avons-nous été séparées ?
Il faut que nous partions sur des bonnes bases non ?
Je suis toute ouïe.  »

L'Anglaise essayait de déloger l'amertume, chose insidieuse, peine perdue.

Elle attrapa enfin la photo entre ses doigts et l'ouvrit. Souffle coupé.
Les larmes menaçaient de s'épancher un peu. Elle ferma ses paupières fuyant de toutes ses forces.
Les yeux bleus de la femme l'avait transpercée, reflet des siens, qui s'assombrissaient de plus en plus. Une larme roula le long de l'arrête de son nez et termina sa course dans la courbe de sa bouche.
Elle enfourna une cuillère de mousse. C'était si doux qu'elle en fut renversée.
Ils étaient follement heureux sans elle.
Revenir en haut Aller en bas
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Petit Salon

Message par : Aileen O'Leary, Mar 11 Avr 2017 - 20:56


Aya et Alhena - Dominance des A *^*

Tic Toc

Gorge en feu
Tête qui cogne
La concentration qui s'effrite, qui s'effiloche
Lambeaux d'une curiosité passée

Pourquoi fallait-il s'intéresser ainsi aux personnes mortes, aux personnes passées. Les historiens étaient-ils des fétichistes du glauque? Érigeant une religion autour de leur vérité, celle absolue, celle qui devait être dispensée à tout prix dans les livres qui remplissaient les têtes des jeunes étudiants. L'histoire était écrite par les vainqueurs, et rien n'était plus apparent de ce fait que dans les manuels sorciers.

Flash de blond proche d'elle.

Les serveuse à l'Occamy se devaient-elles d'être toutes magnifiques ou était-ce seulement celle qui s'était décidée à la servir?

Un serrement au coeur.

Elle n'était qu'une gamine aux côtés des belles femmes de ce monde. Elle voulait grandir et s'épanouir à son tour.

Bonjour,

Parce que si le sourire était là, l'âme ne l'était pas.

Qu'est-ce que je peux vous servir ?

Un petit sourire se voulant sincère, qui se voulait de mettre à l'aise celle en face d'elle.

Sourire qui se figea lorsqu'une ombre se glissa dans le dos de la serveuse.

Elle

Main sur l'épaule, les deux semblaient proches.

Bonjour Miss O'Leary, désolée de vous importuner mais je dois m'adresse à Miss Lennox.


Miss O'Leary.

Aileen se sentit rougir. Elle lui répondit d'un timide :

-Aucun soucis, je regardais encore le menu après tout.

Mensonge.

Mensonge.

Tic Toc

Il faut penser Aileen.

Il faut parler Aileen.

Pourquoi bloques-tu quand c'est important?

As-tu peur qu'elle ne t'apprécie ?

Pourtant c'est une simple enseignante.

Tic Toc Aileen

Il faut agir.


-Tout se passe correctement au fait ? Vous n'êtes pas trop dérangée pour apprendre vos leçons ? Ce n'est jamais facile, d'apprendre toutes les dates clés de la seconde guerre des sorciers, avec du bruit dans les alentours.

Le coeur de la jeune rousse battait la chamade. Alhena s'inquiétait ? C'était probablement juste de la sympathie pour une cliente, mais voilà qu'elle avait l'opportunité de parler avec elle en dehors des cours....

-Oui merci beaucoup! J'aime beaucoup l'atmosphère du salon honnêtement, c'est calme sans être vide. Je n'ai pas essayé les boissons ou la nourriture encore par contre...

S'adressant à Aya ce coup-ci d'un regard incertain elle lui demanda :

-Serait-il possible d'avoir un Thé Royal avec une salade végétarienne s'il vous plait?

Le vouvoiement fusa, naturel, signe du carcan d'étiquette dans lequel la rousse avait été élevée.

Maintenant, gardez l'attention de celle qui ne la prenait probablement que pour une simple étudiante parmi tant d'autres...

-J'aurai une question d'ailleurs Mme.Peverell...Je n'ai pas réussi à trouver grand chose à ce sujet, mais si c'est vous,...je suis sûre que vous devez en savoir ne serait-ce qu'un peu. Oh pas que je suppose que vous soyez mêlée à quoi que ce soit d'illégal! Non mais vous semblez tellement riche en connaissances...

Beug beug beug, il fallait qu'elle se reprenne.

-Pardon ! Je voulais dire, au vu de votre position de professeure en Histoire de la Magie à Poudlard, vous devez avoir entendu parler de l'organisation la Kabbale non?

Rouge pivoine. Aileen était sure que c'était la couleur de son visage au vu de la chaleur qui l'occupait. Pourquoi n'arrivait-elle pas à garder son calme? Son sang-froid? Elle avait vécu pire qu'un tête à tête avec son enseignante et une belle serveuse.

Peut-être aurait-elle du commander un seau d'eau pour se rafraîchir les idées en fait....
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Le Petit Salon

Message par : Aya Lennox, Jeu 13 Avr 2017 - 15:17




 
L'Occamy Doré

   
Aileen & Alhena
 


Jolie,
la rousse est très jolie.

Jeunesse typographiée sur son front comme un avertissement : Damoiselle serait du genre à briser des cœurs.
C'est marrant, je m'y emploie aussi.

Quand il ne s'agit pas d'elle.
Elle, vaporeuse, lointaine, qui s'amène toujours quand elle ne s'y attend pas.
Comme par cette main posée sur la fine épaule. Alhena.
Frissons loin de l'hiver, au contraire, fin d'un été et sable brûlant.

Tu laisseras toujours cette douce sensation sur mes lèvres,
dans le creux de mon cou.
insane

Miss O'Leary rougit de l'arrivée, de l'emploi du patronyme, de la distinction de la belle aux cheveux d'ébène. Aya la fixe, interloquée. Qu'est-ce qu'il y a ?
Les prunelles sombres se fixent dans les émeraudes qui ne reflètent rien.
A part peut-être

toutes ces f.utues nuits sauvages
à la lueur des astres, du feu
des corps calcinés
déchiquetés

Faire semblant ici, se taire et attendre.
Déglutir de n'avoir pas le choix. Toujours ces silences.
J'y ai pas touché depuis, Alhena. J'irai voir s'il ne s'est pas paumé dans les appartements.
Surveiller, toujours surveiller, bordel.
Les mirettes s'en retournent vers la rousse, et ton rôle redevient perceptible comme noir sur blanc.

Je vous amène ça. et les commissures s'étirent, faiblement, regard acide.
Façon strychnine.

Oui, avaler. Déposer sur la langue.
Façon pills ou liqueur de l'alambic ?
On s'en f.ut, poudre aux yeux. Comme pour tout.
Elle les rejoint à nouveau, démarche chaloupée, fauve avec son plateau en main.

Se retient.
Elle sait, que c'est une partie du jeu.
Puisqu'elle se vante toujours de si bien cacher.

Votre thé royal et votre salade, Miss.
Elle présente, délicate éphémère, cambrure charmante avant d'adresser la note, adorable ton sirupeux. Croiser, d'un regard malicieux, les sinoples de son trésor caché.
Cela vous fera 1 Gallion et 1 Mornille, s'il vous plaît.
Depuis quand ça donne des cours particuliers ?


Consommations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Petit Salon

Message par : Alhena Peverell, Sam 22 Avr 2017 - 4:17


Aya - Aileen

Où es-tu passée ?
Est-ce que tu t'es cachée entre les montagnes de l'amertume ? Ensevelie sous les gravas de la jalousie. Mets-toi juste un peu à danser, à sourire à nouveau. Vous courrez l'infini, avec le temps tout s'oubli
tu sais
Le goût du risque dans la peau,
On le retrouve partout, à chaque étage
Il suffit de le prendre par la main et de l'amener ailleurs, Derrière un regard et un ballet de langue, de mots qui chavirent les uns avec les autres
Tourne encore, dans les tréfonds de l'indécence, des sentiments profonds et malsain. Continue et creuse ta route, bientôt tu ne me retrouveras plus. Le sentier s'abat sur une vie pleine de mensonges, d'émotions qui se taisent pour plaire aux autres.
On n'est-nait jamais soit

Dans les appartements, je veux bien que tu ailles y faire un tour. Peut-être que je suis passée à côté

Beauté rousse, toi qui attends l'impossible
écorches tes phrases qui me sont intenables
Tes pensées vaguent dans un océan indésirable, tu te perds, tu te noies et je ne peux te tendre la main
Je ne ressens rien
Le monde s'est envahi par une colère infondée, sur des paroles et des gestes qui ont anéanti la surface
Fais semblant et crache moi à la figure, disaient ses mots

La Kabbale ? Oui, je connais effectivement. Pourquoi cela vous intéresse tant que ça Miss ?

Cela bourdonne dans les oreilles avant que la tempête recommence,
Nourriture
Argent
Argent
Commerce

Il n'y a plus rien d'humain dans l'atmosphère
Juste du dédain et une lourdeur insoutenable,
Dégage, laisse moi tranquille, laisse moi enseigner et ne perturbe pas la courbe de l'histoire, tu en as déjà fait assez
Je ne peux plus parler
Je ne veux plus,
pas avec toi alors que tu éveilles tous mes sens
Cours

Je ne sais pas si c'est une bonne idée de discuter de cela avec vous. Vous êtes peut-être un peu jeune encore, pour vous lancer dans ce genre d'aventure. Je ne voudrais pas vous mettre en danger avec de simples mots.

et crève
Une vulgaire course contre la montre, contre la mort, au premier arrivé, au premier servi
Qui sera le choisi, l'élu qui pourra se proclamer vainqueur d'une joie et d'une gloire certaine. Alors que ça ne sert à rien, ça n'affiche rien, ce n'est pas bon, ni sain
pour toi
elle et lui
et le reste du monde
Souris
Pour paraitre moins antipathique que tu ne l'es déjà avec l'humain. Un jour, peut-être que tu seras à nouveau normale. Quand tu auras pris assez de claque pour avoir été toi-même. Pour avoir bafouer des lois qui t'emprisonner dans un monde trop carré
Tu es donc un carré trop carré pour être un carré
Dommage
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Petit Salon

Message par : Elly Wildsmith, Lun 24 Avr 2017 - 21:59


RP avec Eurydice


- Je n’en sais absolument rien

Et c’était vrai. Elly n’avais pas entamé de recherche pour connaitre le pourquoi du comment elles n’avaient pas formés une fratrie, elle n’avait pas parlé de sa découverte à ses parents. Elle avait d’ailleurs suivi un silence radio monumental depuis cette trouvaille. Persuadée que, rencontré cette autre qu’elle ne connaissait pas pouvait lui permettre de lui décider de la suite.

- Je suis désolée, je ne connais absolument pas les raisons qui les ont poussés … à faire ça.

Et c’était juste l’absurde vérité. L’Auror avait laissé ses sentiments guidés ses pas et ses desideratas, faisant fi de sa raison, qui l’aurait sans doute poussé à faire davantage de recherche. Elle haussa les épaules comme pour répondre à ses pensées intérieures.

- Ecoute, j’irais leur demander. S’il faut. Ou ensemble. Si tu veux

Après tout, Eurydice serait peut être intéressée par voir ses « vrais » parents. Surprise, papa maman, voici Eurydice, cette autre que vous avez visiblement refusé d’élever comme votre enfant. Cette idée fit froid dans le dos de la jeune femme, elle n’arrivait pas à se décidé, savoir ce qui serait le pire. Savoir ou ne pas savoir.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Petit Salon

Message par : Eurydice Wildsmith, Sam 6 Mai 2017 - 21:18


RP Elly



Eurydice baissa ses yeux pour fouiller un passé qui n'était plus que poussières d'étoile, particules en suspension et surtout pas de traces de ses « géniteurs ». Comment pourrait-elle jamais dire ses parents ? Il y avait un vide, trou noir qui l'aspirait peu à peu.
Elle retrempa ses lèvres dans le breuvage, incendiant sa gorge et prit la parole :

« Je veux des explications. Cela me paraît maintenant impensable de me recoucher pour oublier. Il va falloir que j'en touche un mot à ma jolie petite famille... » dit-elle avec un brin d'ironie.

« Ensemble ». Maintenant, elle savait encore plus ce qu'indésirable signifiait. Les humains se lient, se délient avec cet égoïsme tapi au fond, sous la boue de leurs mensonges.

« On a du se croiser dans les couloirs des tas de fois non ? sans se reconnaître... Cela paraît insensé»

Sa pensée était totalement chaotique, au rythme de sa raison fuyante. Celle-ci lui aurait dit d'être raisonnable, d'accepter, de ne pas tout compliquer.
Les raisons importaient peu, elle avait une sœur, apparue comme dans un songe. La jeune fille continua de la dévisager un moment, hésita, se racla la gorge. Elle ne quémandait jamais.
Quelques respirations saccadées, maitrisées plus tard, elle se décida à tâtons à s'accorder une chance, guidée par la petite lumière :
« Hum... Je me demandais, tu reviendras me voir ? »
Elle laissa sa voix flotter quelques secondes tandis que son regard transperçait plus loin encore que son âme.
De la fragilité. De l'espérance.
Pourtant, c'était une battante. Elle n'allait pas en mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Petit Salon

Message par : Elly Wildsmith, Dim 7 Mai 2017 - 20:54


Jamais, dans sa vie, Elly n’avais subi pareil supplice. Etre ainsi dévisagée, livrée son cœur sur cette table, dans cet établissement, et regarder cette autre dont elle ignorait tout et dont elle était pourtant liée, quoiqu’il arrive. Elles seraient sœurs. Non, Elly se repris instantanément. Elles étaient sœurs. Quoiqu’elles fassent désormais, l’une contre l’autre, l’une pour l’autre. Elles seraient désormais liées et Elly, en sa qualité de grande sœur ferait son maximum pour cet alter ego dont elle ignorait absolument tout.

Et cette sœur continuait de la dévisageait. Que cherchait-elle ? Une ombre ? Une rancœur ? Un espoir ? Il y en avait des tas d’espoir dans le cœur de la blonde. Des espoirs mêlés de doutes et d’incertitudes mais cette envie, insistante, de lui tendre la main, de l’aider. D’enfouir ses démons avec les siens et de faire éclater cette lumière, sa lumière.

Et les regards se faisaient insistants de toute part, l’Auror ne laissant rien transparaitre des émotions successives qui la tenait, tel un étau, serrée entre le cœur et la raison. Le premier la poussait à être une grande sœur exemplaire, la seconde refusait quoique ce soit de cette autre qui semblait prises aux mêmes remous intérieurs.

- Il est possible qu’on se soit croisée, je ne sais pas. Je n’ai fait qu’un an à Poudlard. J’étais à Beauxbâtons avant.


Beauxbâtons, le mas parental dans les Pyrénées, la senteur des oliviers lui revenait en tête, la chaleur tapant sa peau. Elle aurait aimé montrer à Eurydice ce chemin sinueux vers la montagne, et cette vue, époustouflante, sur la mer, sur cet océan implacable. Elly fut néanmoins tirée de sa rêverie, Eurydice venait de posé une question à laquelle le cerveau de l’Auror ne s’était pas décidé à répondre. Et puis, les mots sortirent seuls, expiant ses maux que la jeune femme retenait en elle.

- Je reviendrais autant de fois que tu voudras me voir

Sorte de sous-entendus pour dire que c’était clairement à elle de décidé de la suite ou non à donner à cette rencontre étrange, quelque peu surréaliste. Un battement de paupière pour réagir à ses battements de cœur, d’un cœur qui s’emballe à l’idée d’une fratrie. D’une conscience qui réagis au quart de tour « Et s’il y’en a une, il y en a peut-être plusieurs ».

Et l’Auror de demeurée muette face à cette pensée, sensée resté à cet état-là qui avait pourtant franchis le seuil de ses lèvres. Tension entre les jeunes femmes, regards aiguisés comme des lames.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Petit Salon

Message par : Peter McKinnon, Mer 10 Mai 2017 - 8:47




L'Occamy Doré

Elly & Eurydice



Après avoir exécuté la commande des deux sorcières, Peter était reparti vers d'autres clients, les laissant là. Il fallait dire qu'elles avaient l'air d'avoir des tas de choses à se dire et la présence du jeune stagiaire n'était certainement pas désirée pour ce genre d'activité. Passant du Petit Salon au Grand Salon, le vert et argent jetait des coups d'œil à droite à gauche afin de vérifier que personne n'avait besoin de quelque chose ou qu'une table nécessitait d'être débarrassée. Finalement, il alla se poser derrière le bar et commença à faire un brin de vaisselle. Il fallait bien tuer le temps de façon efficace, et puis de cet endroit il était visible de tout qui aurait eu besoin de son assistance.

Au bout d'un moment, Peter laissa là la vaisselle encore humide et se relança dans un tour d'inspection de l'établissement, afin d'être au contact des clients. Mais personnes ne semblait réellement avoir besoin de lui. Après avoir réajusté son tablier correctement, il retourna dans le Petit Salon afin de s'adresser aux deux sorcières qui devaient probablement arriver à la fin de leur verre. Si leur conversation avait été aussi éprouvante qu'elles l'avaient laissé paraitre, elles allaient avoir bien besoin d'un petit remontant. S'approchant de leur table de sa démarche chaloupée, Peter s'adressa une nouvelle fois à elles :

- Tout se passe comme vous voulez, mesdames ? Vous souhaitez autre chose ?
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Petit Salon

Message par : Eurydice Wildsmith, Lun 15 Mai 2017 - 11:29


Musique

Un flou se dessina sur les années du  parcours, des épreuves, des forces que possédait son sang, sa sœur.
L'Anglaise se fourvoyait peut être sur l'image raffinée, pleine de mièvrerie que dégageait Beauxbâtons et ses robes d'un si tendre bleu qui n'auraient pu lui seoir. Cela avait l'air si lointain et proche à la fois.

« Mhhh.... Je veux te revoir mais pas ici. » avoua-t-elle de nouveau mal à l'aise sautant par dessus l'abysse.
Cet endroit n'était pas assez franc, sauvage pour ravir sa personne à défaut de ses papilles. Il fallait goûter leur sucrerie explosant de saveurs. Éblouissant était le mot parfait mais "parfait n'était pas son credo".

« J'aurais des tas de questions. J'espère des tas de réponses la prochaine fois. Je vais sûrement digérer...les informations ? * enfin apprivoiser la nouvelle et penser un futur où tu existes, où nous existons ensemble*
Eurydice ne put lui dire en ces termes, ne sachant sur quel pied danser. * tu danses toi maintenant? *

Elle descendit d'un coup le reste du breuvage. *aux diables les convenances ! * Être prisonnière du paraître avait fini par l'achever à petit feu.
Des mots jetés dans l'océan qui déchaînent bien plus que ce qu'elle aurait voulu imaginer. Elle espérait vraiment de tout son être qu'il n'y en avait pas d'autres, qui vivaient le calvaire de découvrir l'impensable.
L'Autre pourrait-elle être celle qui comblerait ce vide près de son cœur desséché, assoiffé d'amour fraternel ?

Elle referma les yeux et s'imagina avec elle dans une enfance rêvée. L'image s'estompait sur les bords, mais déjà son regard captait des odeurs mélancoliques, amères.
La verte et argent  voulait plus d'Elly, la comprendre, peut-être l'aimer un jour. Où avait disparu son affection ?

Elle posa ses yeux sur le serveur qui arrivait nonchalamment vers leur table mais tout ce dont elle avait besoin c'était un brin de calme, de solitude pour retrouver les limbes de son esprit, pour remuer toujours plus dans sa chair.
Saignante.

« C'est délicieux. Pour moi ça sera tout merci. »
répondit-elle poliment.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Petit Salon

Message par : Elly Wildsmith, Sam 20 Mai 2017 - 21:39


Digerer les informations. Voilà qui était une excellente idée dont l’Auror devrait sans doute s’inspirer. Comme s’il était possible de digérer plus de 20 ans de mensonge. De trahisons. De doutes. De non-dit. Sa vie en avait été remplie sans qu’elle ne s’en rende compte.

Le serveur qui apparait, demandant si elles souhaitaient quelque chose. Non. L’une et l’autre semblent déjà parties, s’évadait de cette situation, de cet endroit clinquant qui n’était pas le bon lieu pour ce type de rencontre. Mais Elly n’avait pas su choisir, elle n’avait pas eu les mots qu’il aurait fallu pour rassurer cette autre. Et elle se sentait terriblement vide, vidée de ses espoirs, vidée de son âme.

Alors qu’elle se levait doucement, elle jeta un dernier regard à la brune. Un regard empli de mystère, de tendresse aussi, quelque part. Tout en posant sur la table le compte pour régler leurs commandes, l’Auror s’exprima avec des mots simples « Pour toi, je serais joignable à n’importe quelle heure. Je suis trouvable facilement, n’hésite pas. »

Et sur ces mots, elle sortit de l’établissement et transplana vers son appartement … une difficile nuit s’annonçait. Sans doute remplie de cauchemars, d’interrogation. La brune, cette sœur dont elle ignorait tout, allait-elle reprendre contact ? Cela ne tenait qu’à elle après tout …

- Départ d'Elly -
(Merci :kiss:)
Revenir en haut Aller en bas
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Petit Salon

Message par : Elhiya Ellis, Mar 11 Juil 2017 - 11:22


Duo de mignardises,
Pv avec Arti-chou
Autorisation de mon LA à Artémis pour sa réponse.
Pas de réponse depuis mai, on pique la place, la volière est ouverte en  ces de soucis



L’échange de courrier avec le jeune Poufsouffle avait été une bonne idée, car entre sa meilleure amie qui bossait chez Waddiwasi et le petit griffon qui était très certainement parti le week end chez ses parents, la liste des personnes disponibles pour s’octroyer une pause à Londres s’était restreinte. Et même si elle était partie sur une envie de pancake, Artémis avait réussi à lui donner l’eau à la bouche en parlant de cupcake. Délice sucrés et onctueux, péché mignon de la blonde avec les cookies, elle en salivait rien que d’y penser. Bon, elle n’avait pas le moindre souvenir de l’emplacement exact de l’Occamy Doré dans Londres, d’autant plus que le peu de fois qu’elle avait croisé l’enseigne, elle avait toujours lu « l’accadémy dorée » supposant que c’était un centre d’entrainement aux sortilèges, allez savoir pourquoi.

Robe blanche en dentelle, cheveux relevés en queue de cheval, sac sous le bras, le petit serpent se rendait dans les rues de Londres avec entrain. Glaçage rose avec étoile en sucre blanche, ou glaçage bleu avec  sucre pétillant multi colore, tant de couleurs et décoration possible sur ces petits gâteaux qu’il était presque un sacrilège de les manger, mais ils étaient tellement bons.  Quoi que ceux de l’Occamy lui étaient totalement inconnus, si ça se trouvait ils ne seraient pas à la hauteur de ses espérances. A voir.

Arrivée dans le chemin de traverse,  une grimace étira son visage en une moue boudeuse, la foule l’incommodait, trop de sorciers et de sorcières en balade à cause du beau temps, multitude de marmots en train de pailler sans raison. Enfin si, ils étaient contents, forcément, mais rien ne justifiait de les avoir en train de zigzaguer entre les personnes en criant bêtement, manquant de faire trébucher quelqu’un. Un léger soupire d’exaspération s’échappa de la blondinette qui se faufilait dans la foule précautionneusement, trop de monde, et buter dans une caisse laissée au sol pour se rattraper de justesse à un lampadaire lui avait suffi une fois, elle faisait attention désormais.  

Non sans peine, la devanture de l’antre des sucreries choisit par Artémis  pointa le bout de son nez. L’enseigne brillait au soleil, promesse d’un moment chaleureux à partager pour quiconque entrait. Rapide coup d’œil à sa montre, elle était en avance de quelques minutes, de quoi  prendre connaissance du menu tranquillement. Boissons alcoolisées diverses et sommes toutes alléchantes,  des cocktails de jus de fruits des plus séduisants, des thés aux multiples effluves et des gourmandises appétissantes. Le blond avait bien choisi pour le coup, ça faisait presque oublié que de base il lui avait promis des pancake fait maison  et qu’il avait sous-entendu qu’elle s’occupait mal de Crumble!

Sur le coup, elle avait voulu prendre le volatil avec elle, histoire de voir si le jeune homme avait fait des progrès avec les rapaces à courrier, et juste pour l’embêter un peu. Mais au final, seule Myrtille l’accompagnait, sagement blottie sur un tout petit coussin dans son sac. De temps à autre le boursouflet mauve levait le nez pour voir s’il était possible de sortir tranquillement de son support. Elhiya grattifia sa petite boule de poil d’une caresse, l’invitant à se tenir sage en attendant de pouvoir prendre place dans l’établissement. Pour ça, il fallait que le Jaune arrive. D’un regard, elle balaya la rue, d’un côté puis de l’autre à la recherche du blondinet avec qui elle avait rendez-vous. Cela faisait quelques temps qu’elle ne l’avait pas recroisé, -depuis le cours de théatre-  mais il ne devait pas avoir tant changé que ça normalement, toujours blond avec une bouille de gamin. Si ça se trouve, il était en train de discuter avec les passants tellement il était bavard !

S’appuyant légèrement sur la devanture de l’Occamy doré, la blonde attendait patiemment pour entrer et commander.
Revenir en haut Aller en bas
Artemis O'Toole
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Petit Salon

Message par : Artemis O'Toole, Mer 12 Juil 2017 - 9:35


Attention, ce n’était pas un rendez-vous galant. Rien de sérieux, juste un petit goûter entre amis, faut pas s’inquiéter. Pourtant, Artemis tergiversait. Non pas sur le fait d’y aller, mais sur comment s’habiller. C’était bête, il agissait comme un enfant. Devant le miroir, il secoua la tête, trop bête. S’il voulait d’abord se montrer rigolo et porter une robe de sorcier violette et verte, il se décida pour une tenue beaucoup plus sobre, un jean, un teeshirt, un peu grand, comme d’habitude, et des baskets. Très belles les baskets.  
Il ne dit au revoir à personne, même pas à sa mère, qui aurait encore râlé, il ne passait pas les vacances avec eux, blablah, ah mon petit bébé grandi, tout le tralala. Il prit donc vite fait sa trottinette et s’élança dans les rues de Londres.

Il n’avait pas vu Elhiya depuis quelques temps, juste un petit cours en commun, et c’était tout. Dommage, parce qu’il l’appréciait beaucoup, elle qui lui avait jadis sauvé la vie. Mais il avait grandi, physiquement, il se demandait aussi à quoi pouvait ressembler la vert & argent maintenant. Les filles c’était compliqué, et voilà, Arty était complètement déboussolé. L’adolescence, ça joue sur les hormones. Et s’il avait dit à sa mère qu’il allait goûter avec une fille, un peu plus vieille. Ohlala, il en aurait eu pour des heures. Alors que ce n’était absolument rien, goûter entre amis, je répète.
Il trottinait. Effectivement, ce moyen de locomotion n’était pas très privilégié chez les sorciers, mais dans Londres, l’été, c’était parfait. Ce n’était pas le vélo, beaucoup trop dangereux, avec toutes ces voitures, et ce n’était pas le métro, trop noir, trop sale où on ne voyait pas le paysage. La trottinette c’était parfait. Et puis de toute façon, il ne pouvait pas se rendre sur le chemin de traverse en balai, ni en transplanant parce qu’il n’avait pas son permis et ne savait pas comment faire. Donc, la trottinette.

Il arriva sur le chemin de traverse, bondé. La trottinette lui fit perdre un temps fou, lui qui avait prévu d’arriver un peu en avance, réserver une petite table, c’était loupé. D’ailleurs, les passants sorciers le regardaient avec des airs d’uluberlus, ce moyen de locomotion, ils ne connaissaient pas. Pas grave. Mais les pavés, plus les gens, Arty s’énerva légèrement et finit par plier sa trottinette et la porta en sac à dos, pratique. Il allait finir par arriver en retard, ça ne se faisait pas.
Il slaloma donc le plus vite possible et arriva à l’Occamy Doré. Un instant, il eut un doute, en vrai, il ne savait même pas s’il y avait des cupcakes là-dedans. En espérant qu’Elhiya ne s’énerve pas trop.
D’ailleurs, il remarqua assez vite la jeune fille, il s’avança et lui sourit. La Serpentard se trouvait devant l’Occamy, il espérait qu’elle n’avait pas attendu trop longtemps.
Elle n’avait pas tellement changé en fait, lui sûrement, mais elle non. C’est-à-dire qu’il devait avoir beaucoup changé puisqu’elle ne lui dit rien, sûrement sous le choc.

- Bonjour très chère ! Et si nous entrions nous installer ?

Toujours aucune réponse de la très chère en question. Arty posa alors ses mains sur ses épaules pour la déplacer doucement et entrer. Les deux jeunes gens se dirigèrent donc vers le petit salon. Ce salon de thé était beaucoup plus luxueux qu’Artemis l’avait imaginé, c’était très beau, mais il ne voyait pas de cupcakes. C’était peut-être pour ça qu’Elhiya gardait le silence, elle était déçue la pauvre.
Le Poufsouffle lui désigna alors un petit fauteuil devant une table basse, et il prit place en face d’elle, non sans avoir posé sa trottinette à côté auparavant. Il profita d’une petite seconde pour regarder autour de lui, il avait faim.
Il se reconcentra alors sur son amie, lui sourit gentiment.

- Alors ? Comment ça va ? Qu’est-ce que tu deviens ? Il y a un de ces mondes dehors ! Je voulais rouler en trottinette tu sais, et pas moyen ! C’est fou !

Alors effectivement, comme première discussion, parler de la foule sur le chemin de traverse, c’était pas vraiment très palpitant. Mais l’irlandais n’avait rien trouvé de mieux, il attendait une réaction de la part de son interlocutrice, n’importe laquelle. Il était un petit peu gêné, tout de même, mais il ne savait pas exactement pourquoi. Anyway, une fois que la conversation s’étoffera, la gêne s’en ira, aucun doute là-dessus. Il posa alors ses mains sur ses genoux, clairement dans une position d’attente, il fit une petite moue embarrassée, il ne savait pas ce qu’il pouvait ajouter d’autre. Ses doigts se mirent alors à tapoter ses genoux, petite musique qui passait dans sa tête à ce moment-là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Petit Salon

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 7

 Le Petit Salon

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.