AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 5 sur 5
Le Patio
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Agrat Ghilsofi
Serpentard
Serpentard

Re: Le Patio

Message par : Agrat Ghilsofi, Sam 24 Juin 2017 - 2:03


PV Sirlan Svarkfor                                    
He just fell in love...    


Les rues du Chemin de Traverse étaient bondées, ce fut la raison pour laquelle Agrat mit autant de temps à faire ses achats. Poussée, écrasée, coincée, elle ne put s'extirper de la masse qui la maltraitait sans l’apercevoir, elle qui souffrait déjà à cause d'une paire de chaussures qu'elle portait pour la première fois. Malgré tout, elle parvint à faire un petit tour chez l'apothicaire pour se ré-approvisionner en ingrédients pour les cours de Potions et ne put pas s'empêcher de jeter un coup d’œil à la nouvelle collection d'une boutique de prêt-à-porter célèbre, d’où elle sorti avec une nouvelle paire de chaussures. Ses pieds endoloris refusaient de cogner fermement le sol, sa démarche d'habitude si fière et si confiante était aujourd'hui réduite à une sorte de maintien maladroit. Aussi, pour se désaltérer et quitter ses chaussures, chose qui était dans l'urgence, elle décida de siroter un verre à l'Occamy Doré.

Elle poussa la porte et pénétra dans l'enceinte où elle retrouvait l'ambiance habituelle, chaude et accueillante du bar-restaurant. Son humeur s'améliorait déjà. Elle se dirigea vers le patio, qui lui plaisait tant par la vue qu'il offrait que par ses banquettes-balançoires sur une desquelles elle se laissa tomber avec un soupir de soulagement.
« Ah ...! » Aussitôt elle déposa ses sacs d'achats par terre et s'attela à retirer ses chaussures en se baissant en avant. 12 cm de talons et pointe aiguë, quoi de plus normal que d'avoir mal ? Les ampoules vont bientôt pointer le bout de leur nez. Mais soulagée, elle s'adossa en rejetant la tête en arrière, réalisant combien cette sortie l'avait exténuée. C'était bien la première fois qu'elle voyait le Chemin de Traverse aussi surpeuplé.

Le doux balancement de la banquette était à deux doigts de l'emporter, mais elle revint à elle en un sursaut, elle n'allait quand même pas se laisser aller et dormir devant tout le monde, là, tout de suite ?! Sa grand-mère l'aurait incendié ! Honteuse, elle sorti un livre de son sac à main et tenta de se concentrer à la lecture pour oublier sa gaffe, se culpabilisant intérieurement. Mais elle était trop dispersée pour pouvoir comprendre ne serait-ce qu'une ligne, alors elle abandonna l'idée de lecture et referma le livre qu'elle garda sur ses genoux. Le balancement léger et régulier, par le battement de ses jambes tendues, faisait voleter ses cheveux noirs et lisses à la perfection, qu'elle retirait de son visage délicatement, le regard au loin, attendant un serveur sans même savoir quoi commander.


Dernière édition par Agrat Ghilsofi le Mer 9 Aoû 2017 - 15:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Patio

Message par : Elly Wildsmith, Dim 25 Juin 2017 - 17:11


A peine Elly avait-elle prononcé les mots « Ministère de la Magie » que déjà les yeux de l’enfant s’écarquillaient en prenant conscience de ce que cela signifiait. Puis elle lui parla de sa mère, qui était à priori avocate dans le monde moldu, avant de lui demander si elle aussi, elle aider les gens à éviter la prison. Le sourire de l’auror s’étira devant la méconnaissance du monde sorcier de la fillette.

- Non, ce n’est pas exactement ça … je dirais que nous sommes formés pour appréhender les criminels du monde magique …
Elly réfléchis un instant, s’évadant dans ses pensées. Oui, tu vois Mered c’est un peu comme la police chez les moldus, tu comprends ?

Elle ne voulait pas brusquer l’enfant. Il y avait tant de missions, tant de spécificité au métier d’auror. Au-delà d’un simple boulot, c’était une passion qui tenait tout, une envie de justice par-dessus tout. Et l’abnégation de suivre les lois, quand bien même ces dernières ne nous semblaient pas adaptées.

- C’est un métier difficile parfois, mais terriblement valorisant. Tu sais, cette sensation d’avoir accomplie quelque chose.

Elly ne savait pas trop si la fillette voyait de quoi elle parlait, alors elle lui adressa un sourire gentil, prête à subir l’assaut des éventuelles questions que l’enfant pourrait avoir à son endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Patio

Message par : Sirlan Svarkfor, Lun 26 Juin 2017 - 18:09


La foule se faisait étau autour du garçon qui étouffait dans tous ces gens, visages, mains, jambes, bras et corps entassés. l'air manquait, vite, urgemment, juste une bouffée d'oxygène, une seconde la tête hors de l'eau...
Dans la rue soudain, on avait vu de loin une silhouette massive fuir, s'enfuir, courir ailleurs, quelque part, comme s'il en avait besoin à tout prix.
Courir, courir, courir. Et entrer. La première porte, le premier choix. Il s'était senti...attaqué. Sa respiration était sifflante, haletante, il reprenait son souffle.
Et puis, enfin, il regarda autour de lui. Mais qu'est-ce que c'était que ça ? Perdu, déboussolé, il marcha un peu au hasard, et rentra dans une pièce qui lui paraissait...à peu près déserte.
Et c'est là qu'il la vit.
Une rose noire, cette fille. Magnifique, sublime, divine, parfaite. Vénéneuse. Empoisonnée. Dangereuse. Fatale. Dès qu'il la vit, il sut qu'elle serait un poison, une jolie rose avec beaucoup d'épines. Et alors ?
Charmé. Soufflé. Il s'approcha d'elle, la proie s'approcha du prédateur, de l'araignée venimeuse qui tissait sa toile de danger, lentement, inexorablement. Magnifique. La Veuve Noire dans toute sa splendeur.
Le sourire aux lèvres, il s'approcha d'elle.
- Je peux m'asseoir ? C'est que c'est bondé, ici...
Et tant pis si cette dangereuse créature était la seule personne présente dans cette pièce...
Revenir en haut Aller en bas
Agrat Ghilsofi
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Patio

Message par : Agrat Ghilsofi, Mar 27 Juin 2017 - 22:22


- Je peux m'asseoir ? C'est que c'est bondé, ici...

Il apparût tel un spectre, sans même qu'elle l'eut remarqué entrer dans le patio ; voici la raison de son sursaut. Elle leva les yeux vers cet inconnu discret qui était tout sourire, intriguée, même brusquée. Il y avait tellement de places, ailleurs, pourquoi voulait t-il absolument s'asseoir sur cette banquette, à ses côtés ? Elle évita de lui faire part de cette remarque, pour ne pas lui paraître désagréable, après tout il n'avait pas reculé devant ses pieds nus, il ne semblait pas dérangé par le fait qu'elle ait retiré ses chaussures.

- Oui, vas-y, répondit-elle tout en hochant la tête et stoppant le balancement de la banquette en prenant appui sur le sol. Dès qu'il se fût assis, elle reprit de plus belle. Tendre ses jambes et replier ses jambes. Tendre et replier. Tendre. Replier. Balancement lent et régulier. Elle lançait des regards en coin curieux, qu'elle espérait discrets. Hypothèses et déductions ; un truc de commère. De Poudlard ? Oui, certainement. De Serpentard ? Non, assurément. Il n'avait ni l'étoffe, ni l'allure d'un serpent. Et de toute façon, elle le connaîtrait si il faisait parti des vert et argent.

- T'es de Poudlard ? Demanda t-elle dans une tentative de lancer la conversation, quand bien même qu'elle connaissait la réponse. Mais elle voulait apprendre son audacieux dessein, la curiosité d'Agrat était titillée. En même temps elle rangea le livre qui était sur ses genoux, hop ! dans le sac à main. Pas envie qu'il lise le titre et pose des questions ; jardin secret. Dès lors le balancement de la banquette souleva sa jupe, déjà relativement courte. Plus de livre, plus de protection. Pour empêcher cela, elle se servit de sa main, à la Marilyn Monroe, you know, posée sur sa cuisse. Le regard planté dans celui du garçon, ce n'était que dès lors qu'elle remarqua qu'il était plutôt... beau garçon. Pas une beauté voyante du premier coup d’œil, une beauté plus subtile, qui n'apparaît que lorsqu'on change de regard et que l'on devient attentif. Une beauté froide. Un charme certain.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Patio

Message par : Mered Adand, Mar 4 Juil 2017 - 17:19


L’adulte répondit à l’enfant en employant un vocabulaire adapté. Son métier ne ressemblait guère à celui de sa mère. En fait, elle travaillait en amont, elle était comme policière magique. Mered n’avait aucune idée des profils des criminels dans ce monde, il devait bien y avoir une gradation des délits, des crimes mais elle les ignorait, elle se contenta de faire un parallèle avec ses connaissances moldues comme le vol, le meurtre par exemple. En l’état elle voyait en sa nouvelle maman sorcière, une femme de justice comme l’était Anna et un modèle à suivre tant subjuguée par les mots d’Elly qu’elle buvait à grandes gorgées sans modération.

La rouquine acquiesça de la tête pour montrer sa compréhension à la blonde. Elle avait bien remarqué que les gens étaient rarement reconnaissants envers la justice mais qu’ils savaient crier au scandale lors d’une erreur, oubliant rapidement que c’était grâce à elle qu’ils pouvaient mener une vie remplie de liberté et de sécurité. Enfin certains remerciaient sa génitrice lors de procès gagnés voire perdus d’ailleurs, admettant que leur avocate avait fait tout son possible. Sa mère accomplissait son travail avec passion, défendant chacun et bien souvent des innocents pour leur montrer à quel point la justice est plus juste qu’elle n’y paraissait et qu’elle portait bien son nom.

La jeune sorcière voulut suivre ses traces mais son destin la dirigea dans la sorcellerie. Son avenir changerait, quoiqu’elle venait de trouver une nouvelle voie. La fille d’une femme de loi resterait dans ce domaine et Elly n’était pas entrer dans sa vie par hasard. Elle était bien décidé à lui montrer et lui tirer les vers du nez même si à onze ans, elle avait le temps tant sa scolarité au château n’avait même pas commencée.

« Ouais je vois Elly. Tu sais moi je voulais être comme ma maman puis j’ai reçu ma lettre alors bon… », la déception se lisait dans sa voix accompagnant ses yeux baissés avant de refixer Elly et de poursuivre.  « Mais je t’ai rencontré toi, ma maman sorcière, alors je peux être comme toi ! » L’excitation et la joie étaient revenues, « Je ferai mon maximum pour travailler dans la justice, ma maman sera fière de moi», dit-elle en regardant le plafond, s’imaginant aux côté d’Elly, formant un duo de choc.

En se projetant, la rousse s’aperçut qu’elle ne connaissait pas le parcours requis pour accomplir son rêve. Quoi de mieux qu’Elly pour la renseigner là-dessus.

« Tu as fait quoi comme études Elly pour faire ton métier ? C’était difficile ? Ya une sélection ? T'es quoi exactement ? Policière ? »

Des questions encore. Mered voulait être sûre de tout comprendre pour expliquer à Anna qu’elle était sa nouvelle ambition : devenir justicière magique, Auror si vous préférez mais ce nom lui était pour l’instant inconnu. Elle ne savait pas dans quoi elle s'engageait, cependant elle était prête. Une Adand ne pouvait que viser l'élite, ça elle l'avait enregistré depuis sa naissance, tellement matraquée par ses parents dont l'éducation ne prônait que la satisfaction par le travail et la réussite.

Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Modération GPoufsouffle
Modération G
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le Patio

Message par : Elly Wildsmith, Sam 22 Juil 2017 - 2:10


La fillette posait mille questions à mesure que l’auror vidait son verre. Comme si tout ce que pouvait dire la jeune femme pouvait être parole d’évangile pour l’enfant. Comme si tout ce qu’elle dirait tracerait la vie de la petite fille. Alors Elly sourit simplement, avant de plonger son regard dans les prunelles de l’enfant.

- Tu sais Mered, le métier que je fais est un métier difficile, cela demande de l’engagement. Ce n’est pas facilement accessible. Il faut finir tes études avec brio et réussir tes examens avec une note supérieure à un certain niveau. Puis après tu as une formation spécifique.

Devant le regard surpris de l’enfant, une esquisse de sourire se fait sur les lèvres de l’auror. La jeune femme ne veut pas entrer dans ce genre de détail, Mered apprendra bien assez vite ce qu’était les ASPICs et leurs utilités pour sa vie future.

- Etre auror, ce n’est pas vraiment être policière, on traque plutôt les ordres illégaux, ceux qui utilisent la magie à des fins … spéciales.


Elle avait voulu dire morbide, mais elle ne s’était pas sentie de dire quelque chose de ce genre à l’enfant. Et soudain, comme un soulagement, le téléphone de l’enfant qui se met encore à vibrer sur la table, sonnant sans doute la fin de leur entrevue.
Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Patio

Message par : Sirlan Svarkfor, Dim 23 Juil 2017 - 17:47


Elle sursauta, la surprise s'emparant d'elle un court instant. Démunie, étonnée, elle était encore plus charmante...
Mais ce fut infime, court, minuscule, imperceptible, insatiable et la jeune fille reprit aussitôt le contrôle, minutieuse marionnettiste tirant un à un les fils, maîtrisant à la perfection le jeune garçon, tissant sa toile obscure...
Elle leva ses yeux bruns, ensorcelante, vers un Sirlan envoûté. La réponse tomba brièvement, tranchante comme couteau mais si douce, dangereuse...

- Oui, vas-y.

Invitation à l'enfer, à plonger... Dans la gueule du loup. Sirlan le savait. Tant pis. Ses yeux l'hypnotisaient et le charmaient, le subjuguaient et le fascinaient. Plonger. Plonger. Dans ses méandres. Dans le danger. Dans sa toile. La veuve noire. La vipère. Le venin. Mort. Mort. Mort.
Alors Sirlan s'assit. Et le prédateur reprit sa danse séductrice. Balancement de jambes, hypnose fascinatrice. Mortelle. D'un œil fixe, Sirlan, figé, admirait ses jambes longilignes et parfaites. Graciles pattes d'araignée...

- T'es de Poudlard ?

Sirlan mit tout son courage à détacher son regard des jambes sans défaut de la jeune fille. Il releva lentement ses yeux vers elle, tenta de reprendre le contrôle et réussit à prononcer d'une voix rauque :

- Oui... De Serdaigle.


Le vent s'engouffra dans la pièce et dans la jupe de la jeune fille, soulevant délicatement le tissu, comme un pétale s'envolant. Elle était fleur noire et il était coquelicot, le rouge lui montant au visage en une seconde. La beauté de cet étrange spectacle sembla figer le temps, les secondes s’égrenèrent en heures, délicates et doucereuses, et le garçon fut spectateur impuissant et charmé.
La main de la jeune fille se chargea d'arrêter le mouvement de la jupe avant qu'il ne soit trop tard.
Puis elle planta ses yeux de chocolat brûlant dans ceux du garçon, qui se sentit embrasé sur le coup. Brûlé vif. Avalé par l'araignée.
Revenir en haut Aller en bas
Mered Adand
avatar
Modération GSerdaigle
Modération G
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Patio

Message par : Mered Adand, Lun 24 Juil 2017 - 14:31


La d'Elly

Elly faisait de son mieux pour édulcorer son métier, sans oublier d’évoquer les sacrifices et le travail que cela lui avait demandé. L’élite n’était pas facilement accessible et peu parvenait à leur fin. La passion sortait de la bouche de la jeune femme et Mered buvait ses paroles avec avidité. Un brin interloquée à l’expectative d’examens magiques, elle avait tout à apprendre de ce nouveau monde.

La rousse écarquilla davantage ses mirettes à l’énoncé de la profession d’Elly, elle était donc auror. Ce mot fit sourire la fillette qui se rappela d’une camarade de son ancienne classe portant ce prénom, étrange coïncidence. La blonde tenta de décrire son travail en le mettant en parallèle avec ce que pouvait connaître l’enfant. Pas simples de ne pas tomber dans un charabia ou des anecdotes sordides tant son quotidien n’était pas toujours rose.

« Ça à l’air super riche en tout cas ! J’aim… », coupure, le téléphone de Mered se remis à vibrer. Anna appelait, la faisant oublier son interlocutrice et elle décrocha.

L’échange fut bref et clair comme à son habitude, sa mère ne se perdant pas dans des détails. Son audition était reportée et elle prenait donc la route pour venir la chercher. Il restait quinze minutes à Mered.

« Elly, je…, je suis désolée mais je dois filer. Maman est sortie et est en route, je dois retourner au Chaudron Baveur. Tu peux me ramener là-bas s’il te plait ? »

A son grand soulagement, Elly accepta. Après paiement de leurs consommations, c’est main dans la main que les deux femmes prirent la direction du pub. Arrivées devant le mur de brique, la plus âgée du binôme ouvrit le passage avant d’inviter Mered à entrer. Anna était déjà là, l’enfant se jeta dans ses bras encombrée de ses cabas.

« Maman je te présente Elly, elle est adorable et m’a aidé à effectuer mes achats. »

Les deux femmes se saluèrent poliment. La froideur se lisait sur le visage de la brune, méfiante face à cette inconnue. La jeune sorcière voulut retranscrire tout ce qu’elle avait appris en la compagnie d’Elly mais sa génitrice lui fit signe qu’elles devaient rentrer et que ceci attendraient. Résignée, Mered obéit, l’heure de la séparation avait sonnée. Dans un dernier regard envers sa bienfaitrice, son cœur prit les devant et la fillette s’approcha d’elle pour lui voler une bise.

« Merci pour tout Elly. J’espère qu’on se reverra. »

Fin de rp. Encore merci à Elly, à bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
Agrat Ghilsofi
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Patio

Message par : Agrat Ghilsofi, Mer 9 Aoû 2017 - 15:57


Il allait regretter son acte. Mais les dés étaient déjà lancés. Trop tard. Il n'aurait jamais du s'asseoir à côté d'elle, surtout s'il savait qu'il ne pourrait se contrôler, surtout si il se savait faible, et ce, il l'était devenu dès leur premier regard. On devenait faible dès lors qu'on ne monopolisait plus son cœur. Tout le monde devient faible lorsqu'on empiète dans son cœur. Alors pourquoi n'avait-il pas fui, devant elle, qui prenait une place de plus importante dans son cœur, à chaque seconde, dans ce cœur qui n'était même plus sien. Existait-il des gens de cette sorte ? Des gens qui acceptent la faiblesse ? Mais peut-être, qu'eux ne voient pas cela comme étant une faiblesse. Tout le monde ne pense pas comme toi Agrat.

Mais toi, qu'aurais-tu fait ? Qu'aurais-tu fait si, innocente, tu entrais dans un café, et que dans ce café, se trouvait quelqu'un, qui dès son premier regard, pénétrait ton cœur ? Dis moi, qu'aurais-tu fait ? Tu aurais fui, tu aurais pris tes jambes à ton cou, mais... peux-tu te fuir ? Peux tu fuir ton cœur ? Certes, tu arrives à te couper de tes sentiments pendant des heures, mais au final, quand tu relâches tes efforts, à qui, à quoi penserais-tu ? C'est vain que de fuir, ou devrais-je dire de t'éloigner physiquement de la cause, parce que les conséquences tu vas devoir les purger. C'est lâche que d'espérer pouvoir fuir. Il va devoir purger aussi, ce Serdaigle, il va devoir purger son amour, sa peine. Mais finalement, n'est ce pas plus courageux, d'affronter ? Et toi, tu vas t'amuser, n'est-ce pas ? Tu es vilaine. Tu es mauvaise. Tu vas profiter de lui comme tu profites de tout ceux qui t'apprécient. Et point en plus, il est ce qu'on appelle beau-gosse.

Elle avait compris l'effet qu'elle avait eu sur le jeune homme. Elle sentait le feu intérieur qu'elle avait allumé dans son ventre, l'intensité des flammes lui donnait chaud même de la où elle se trouvait. Elle voyait ses regards langoureux, sur son corps, sur ses jambes. Ses yeux aux pupilles qu'elle avait dilatées. Elle goûtait le parfum d'amour qu'il dégageait. Elle entendait son cœur alarmé qui battait vite, vite, vite. Elle touchait son âme à chacun de battement de paupière lascifs. Oh ! Un coup de foudre. Non, vraiment, elle allait s'amuser. Il était sien. L'ombre d'un sourire vicieux sur ses lèvres sublimées de rouge. On commence tout doucement.

« Tu me payes ma conso ?... » Plus l'intonation d'un ordre que d'une question mais un ton innocent et faussement candide. Il ne peut rien lui refuser, elle a réalisé. Elle se mordillait la lèvre tout en le fixant. Ça commençait par sa consommation, et puis ça pouvait aller très loin quand elle était décidée à manipuler.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Patio

Message par : Ellana Lyan, Jeu 10 Aoû 2017 - 13:01




L'Occamy Doré

Agrat Ghilsofi & Sirlan Svarkfor


Deux enfants dans ce cadre enchanteur, vu de loin et un petit sourire en coin
l'impression évidente qu'une étincelle avait surgit d'on se sait vraiment où
embrasant les yeux du jeune homme à l'air un peu perdu
la jeune marionnettiste au charme indéniable qui jouait avec lui comme une poupée de chiffon
je regarde, un peu de loin, un peu hésitante
comme avec la peur de les interrompre, de briser le charme
et puis rappelée à l'ordre, par ma conscience,  
je ne suis pas là pour profiter du spectacle, dans l'ombre du personnel
alors avançant comme un personnage secondaire dans le tableau des amants
peut-être encore enfants innocents

sourire de malice, je tente de cacher l'amusement
prendre un ton neutre comme si je n'observais pas
puis tenter d'oublier leurs visages, leurs confiances
parce que je ne suis pas là pour ça, que ce n'est pas mon droit
et penser aux sermons de Peter, si je me mêle de leur affaire
si mes yeux restent collés à leur bonheur, comme un infini regret
de quelques temps plus heureux qu'un aujourd'hui poussiéreux
parce que c'était banni ici, la poussière, la saleté
tout devait être parfait, laisser l'instant opérer
et peut-être reviendrons t-ils ?
pour se rappeler ou même simplement oublier
je serais là c'est promis...  

Un pas, un autre, tenter de rester élégante
se montrer digne du post que l'on m'a confié
une main qui attrape le carnet doré dans le tablier immaculé
l'autre attrapant un crayon de la même teinte
lèvres étirées ne semblant pas vouloir changer de position
tant mieux, oui, c'était sans doute plus avenant comme cela
mèches blondes enfin peignées et coincées dans ce fichu élastique
je pourrais presque ne pas me reconnaitre
Monsieur, mademoiselle, je vous souhaite la bienvenue à L'Occamy Doré !
Puis-je vous êtres utile ? Avez-vous fait votre choix ?


presque irréprochable, je crois que je n'étais pas peu fière
les yeux pétillants de malice, j'étais heureuse dans ce travail
comme si la routine me permettais d'aller mieux
je devais pouvoir vider mes pensées, faire fuir mes doutes
pour ça que cela me faisait du bien de les voir
l'espace d'un instant, me plonger dans une autre histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Sirlan Svarkfor
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Patio

Message par : Sirlan Svarkfor, Mar 29 Aoû 2017 - 15:28


Le jeu commence, enflammante partie d'échecs où elle est reine noire et où il n'est que pion blanc. Trop blanc. Trop pur, trop innocent, trop naïf, trop...trop pris dans ses filets.

Elle était une sirène au chant trop envoûtant pour un si frêle garçon, aux volontés si ambiguës...
Elle était marionnettiste, manipulatrice de l'ombre, calculatrice...
Elle était rose noire empoisonnée, et il s'était piqué le doigt à ses épines de venin...
Elle était mirage et illusion dans le desert pour le jeune homme assoiffé...

Elle était comédienne aux mille visages et masques, tous plus vils et hypnotiques les uns que les autres, trop lointaine pour être cueillie, assez proche pour succomber...

Il savait. Il savait quelle le ferait souffrir, qu'il verserait sang, larmes et sueur, il savait que cette fille était un démon, une araignée qui bossait sa toile. Il savait qu'il y perdrait des plumes. Mais comment résister ?

Le feu le brûlait, l'irradiait et l'enflammait, l'embrasait. Les flammes lui léchaient les mains, le ventre etc. La chaleur était insupportable. La fièvre montait en crescendo.

Il était prisonnier d'elle, avec un boulet accroché au cœur, et elle était la pire des geôlières... Tortionnaire au regard de feu...

Ses yeux se faisaient papillons noirs, mauvais présage annonciateur de grand malheur. Il était déjà ligoté. La torture commençait doucement. Elle tournait la poignée progressivement.

Premier quart de tour. Des yeux de charbon, impénétrables et obscurs comme son âme. Clignements de paupières appuyés.

Deuxième quart de tour. Un sourire vénéneux, aux lèvre écarlates comme le sang.

Troisième quart de tour. « Tu me payes ma conso ?... » Voix enfantine, mais demande fatale. Première demande. Combien y en aurait-il ?

Quatrième quart de tour. Des dents blanches comme la neige mordillant innocemment ses lèvres carmin. Ces lèvres...

CRAC. Douleur intense. Le tour est fini. Le premier. Le deuxième vient à peine de commencer...

Sirlan ne peut plus se permettre de bouger où il va craquer, il ne parle pas, il est statufié. Il a croisé le regard d'une Gorgone aux cheveux reptiles et au chant de sirène... Cocktail explosif.

Il entend, lointaine, la voix de la serveuse. Sans hésitation...

"Nous prendrons deux Sombrals Amoureux..."

Sa voix rauque se fait haletante, il ne va pas résister longtemps. Aujourd'hui, il paiera l'addition et ce ne sera pas la seule fois...


Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Patio

Message par : Ellana Lyan, Mer 22 Nov 2017 - 19:15




L'Occamy Doré

Agrat Ghilsofi & Sirlan Svarkfor


Je ne savais pas si Agrat devait poster, je ne sais plus si ça sert vraiment maintenant mais bon... :/

Réponse immédiate, mon sourire s'agrandit deux Sombrals Amoureux ? étrange coïncidence, ou peut être pas au final, non sans doute pas, c'est un lapsus qui s’échappe de ses lèvres, le petit presque à croquer, elle enfonce de loin ses dents dans sa tendre chaire, je regrette un passé ou moi aussi j'étais assise à une table, moi aussi je sentais mon cœur battre dans cette impression d'amour impossible même si au final il n'y a plus que des cendres que le vent emporte plus loin à côté de mes rires d'enfant, comme un miroir de mon âme, je perds pied et me force à reprendre contenance

les lettres doucement sur mon cahier se froment en belles arabesques - dernier sourire - je tourne les talons
mélanger avec douceur les fruits d'un air pensif alors que la tête dans les étoiles je savoure les parfums de la boisson
deux bouchées ajoutées sur mon petit plateau, c'est l'impression de marcher sur un fil tant la peur de tout faire tomber me bloque et au fond je savais très bien moi __ laisser tomber.

Revenue dans le cadre enchanté, le plateau déposé entre eux alors que mes yeux se tournent vers le jeune homme
16 mornilles je vous prie amusée de la forme polie j'attends patiemment que les pièces quittent ses poches pour venir remplir les caisses de l'établissement, du moins si il ne s'est pas déjà noyé...

Commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Patio

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 5

 Le Patio

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.