AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré
Page 2 sur 4
Le Bar
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Célya L. Shake
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle

Re: Le Bar

Message par : Célya L. Shake, Mer 18 Jan 2017 - 19:03




L'Occamy Doré

Lilou Fantozzi & Jean Parker




La main posée sur le menton en une mimique pensive, Célya contemplait le petit jardin de l'Occmy Doré, qui était paisible et silencieux. Exactement le contraire de l'esprit de la jeune femme, où de nombreuses pensées se bousculaient. Ces derniers temps, elle ne savait pas comment interpréter les sentiments qui se mélangeaient et il était rare à présent qu'elle rentre chez elle après une journée de travail sans migraine. Si la journée d'aujourd'hui avait été relativement calme niveau bruits, une légère pointe douloureuse menaçait déjà de se transformer en ceinture insupportable. La vue sur le jardin, si serein, contribuait à apaiser la gérante de l'établissement. Cependant, elle ne pouvait traîner trop longtemps ainsi, le service n'attendait pas. Heureusement, la soirée venait à peine de débuter et les quelques clients déjà présents étaient déjà servis.

Poussant un petit soupir, la blondinette ferma les yeux et posa ses mains sur son cœur. Celui-ci battait de façon régulière, quoique légèrement plus rapidement qu'en temps normal. Tentant de calmer les battements en prenant de profondes et silencieuses respirations, Célya ne pouvait s'empêcher de continuer à penser à ce qui la tourmentait. Un de ces jours, elle finirait par pousser la porte de Barjow & Beurks pour voir Lizzie et lui demander une potion... Une potion qui l'aiderait peut-être à se calmer, à oublier les tracas. On ne pouvait pas réellement dire que c'étaient des problèmes, mais penser à des hommes et à ceux en particulier qui chamboulaient sa vie pouvait s'avérer douloureux. Parfois, elle ne dormait pas, ou très mal, ce qui pouvait devenir rapidement problématique. Célya ne se sentait pas encore si fatiguée mais il lui arrivait d'avoir du mal à rester éveillée lorsqu'elle présentait des insomnies.

Rouvrant les yeux, abandonnant l'idée de calmer son cœur, la jeune sorcière rajusta son décolleté et lissa les plis de sa jupe, dans un geste très machinal. Elle devait retourner près des clients, montrer sa présence, au cas où quelqu'un chercherait à commander. Arborant un masque charmeur et serein, Célya s'éloigna de la petite baie vitrée et parcourut la salle en souriant aux clients, aucun d'eux ne souhaitant cependant prendre de consommation supplémentaire. C'est alors qu'elle constata que deux nouvelles personnes avaient fait leur apparition au bar. L'une était une femme, à en juger par la robe qu'elle portait ; l'autre un homme bien habillé. La gérante pressa le pas et contourna le comptoir dans l'intention de faire face aux deux consommateurs et leur souhaiter la bienvenue. En voyant l'homme, la blonde se figea, comme si elle avait prise dans une gangue gelée.

L'homme en question, Jean Parker de son identité, était l'une des personnes qui contribuaient à ses tourments, à ses insomnies. Tout d'abord, elle se remémorait leur première rencontre dans cette maison délabrée, cette fameuse soirée pendant laquelle ils s'étaient retrouvés blessés, avant de faire connaissance rapidement mais sans dévoiler leur identité. Ils s'étaient ensuite revus lors du banquet de Noël ici même et avaient pu enfin mettre un nom sur le visage l'un de l'autre. Ils s'étaient rapprochés durant cette fête, échangeant un baiser, même après, mais leur situation était encore nouvelle, peut-être même inexistante. C'était aussi ça qui tourmentait Célya. Ne pas savoir où elle en était. Ne pas savoir. Et voilà qu'elle le retrouvait en compagnie d'une jeune femme, pas trop mal de surcroît. Étrangement, son ventre se noua et sa gorge devint subitement sèche.

« Bonsoir, dit-elle sur un ton un peu froid. Je peux vous servir quelque chose ? »

La blondinette avait l'impression d'avoir du verre pilé au fond de sa gorge, les mots lui écorchant la langue et la bouche. Serrant discrètement les poings pour contenir ses émotions, elle attendit qu'ils prennent commande. Elle pourrait alors les servir et s'éclipser. Jalousie ou pas, elle ne savait pas trop, mieux valait qu'elle ne reste pas dans les parages.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Bar

Message par : Lilou Fantozzi, Mer 18 Jan 2017 - 21:04


Lilou se tortillait d'impatience sur sa chaise : elle se demandait si Jean pourrait comprendre le sens profond et caché du dessin. Il le contempla, mais ne semblait pas comprendre :
"Hé bien.. C'est un très beau bleu, mais je t'avoue que je sais pas trop..."
"Elémentaire, mon cher Watson" Se moqua Lilou tout en lui adressant un sourire charmeur.
Alternativement, son regard se posa alors sur la jeune femme et le dessin, le dessin puis la jeune fille :
"Ah tiens ? Ne serait-ce pas la même couleur ? Si c'est sa sache que ce ne fut pas facile à trouver."
Lilou approuva d'un signe de tête.
"Si...C'est la couleur de mes yeux...La même couleur, identique. En fait, je suis allée à la rencontre de mon animal intérieur, et j'ai, dessiné ça" Expliqua-t-elle. "C'était terriblement agréable comme sensation." Rien que d'y repenser, elle sentit un frisson parcourir sa peau frêle et blanche. "Depuis peu, j'essaie de devenir animagus, pour l'instant, j'ai rencontré mon double animal. Un grand et beau papillon bleu. Je m'y attendais pas trop...je pensais à un animal moins délicat...un lion, un rhinocéros, ou même un petit chat, mais non." Alors qu'elle discutait avec Jean, elle ne prêta pas attention à la gérante du bar, une jeune blonde d'une vingtaine d'années, qui venait de les rejoindre. Prenant place derrière le bar, elle les accueillit froidement.
"Bonsoir. Je peux vous servir quelque chose ?"
Sa voix était tout aussi glaciale que la vague de gelée qui couvrait de son mentau la ville paisiblement endormie. La jeune femme semblait raide, peu avenante, et peu encline à les servir. Bien que Lilou fût sensible à ce froid soudainement jeté sur la conversation, elle n'en demeura pas moins chaleureuse et souriante. Sa maman lui avait toujours dit qu'il fallait sourire aux personnes avenantes, mais encore davantage à celles qui ne l'étaient pas. Il s'agissait là d'une excellente mécanique de défense que Lilou avait toujours scrupuleusement appliqué.
"Oui, pourriez-vous m'apporter un moldu, s'il vous plaît ? J'ai entendu dire que ce cocktail était particulièrement bon"Lui demanda-t-elle sur un ton doux, poli et aimable.
Elle ignorait si le cocktail était bon, elle avait menti : personne ne lui avait jamais parlé des boissons de l'Occamy. Toutefois, elle espérait que cette phrase ferait son petit effet. Les restaurateurs aimaient généralement qu'on leur colportât de vive voix leur bonne réputation.


Dernière édition par Lilou Fantozzi le Dim 29 Jan 2017 - 15:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Bar

Message par : Jean Parker, Sam 21 Jan 2017 - 22:58




La jeune femme sembla satisfaite de la réponse de Jean.

Oh miracle.

C'était un peu de logique, d'intelligence, de talent et beaucoup de chance cette affaire.

Si...C'est la couleur de mes yeux...La même couleur, identique. En fait, je suis allée à la rencontre de mon animal intérieur, et j'ai, dessiné ça. C'était terriblement agréable comme sensation. Depuis peu, j'essaie de devenir animagus, pour l'instant, j'ai rencontré mon double animal. Un grand et beau papillon bleu. Je m'y attendais pas trop...je pensais à un animal moins délicat...un lion, un rhinocéros, ou même un petit chat, mais non.

Animagus ? Le sang-pur ne savait même pas si des connaissances à lui étaient capable d'utiliser cette capacité. C'était assez rare mais stylé. Un jour ou il faut fuir rapidement, se cacher aisément parmi les moldus, de fuir tout, de pouvoir survivre en pleine nature, enfin c'est vrai que cela facilitait bien les possibilités de survie.

Je vois, ben écoute je te souhaite de réussir à maitriser cette capacité. ajouta t-il en souriant.

Cependant son sourire si figea quand il découvrit Celya, qui venait prendre leurs commandes. Alors la. C'était bien glauque. Ils avaient eu l'occasion de flirter lors du bal qui s'était déroulé ici-même, mais se laissant dans l'interrogation la plus totale. Qu'étaient ils ensemble ? Ce baiser avait-il voulu dire quelque chose ? Cette femme avait fortement troublé le jeune homme lors que leur première rencontre, pendant le règlement de comptes qu'avait mené le sorcier à l'encontre d'un moldu, et ils s'étaient battus avant de se calmer vu les blessures encaissées. Ensuite, poser des mots derrière tout ça, se rapprocher lors du bal avait accentué le trouble. Cette femme était belle, pure et semblait d'une gentillesse inouïe. Et le fait de se retrouver la comme ça avec Lilou devant elle... Cela allait sûrement détruire tout ce qui était possible de construire avant même que quelque chose se crée.

Bonsoir. Je peux vous servir quelque chose ?

La façon dont elle parla montra bien qu'elle n'était pas forcément heureuse de voir Jean accompagné ce soir là. Il auraient une boisson qui fait tout rentrer dans l'ordre, qui rends heureux, qui apaise tout ? Bon cce sont plus ou moins les caractéristiques de l'alcool mais un truc magique qui ferait en sorte que tout aille mieux serait inespéré.

Bonsoir  articula Jean, gêné par la situation.

Il n’avais pas envie de lui faire du mal, il ne l'avait pas encore recontactée cette fille depuis le bal par peur, la peur de s'être lamentablement fourvoyé, d'avoir osé espérer des choses qui n'auraient été envisageables que dans son imaginaire, d'avoir espoir en soit. Préfigurer se mettre des barrières de la sorte était quelque chose de triste, mais l'alcool servait à faire passer ce problème.

Oui, pourriez-vous m'apporter un moldu, s'il vous plaît ? J'ai entendu dire que ce cocktail était particulièrement bon

Lilou semblait toujours autant joyeuse, mais il allait falloir lui expliquer pourquoi Jean risquait de déprimer toute la soirée.

Même plus envie de prendre du champagne la. Jean n'avait plus rien envie de faire d'un coup. La seule envie qu'il avait c'était de prendre du vin, plus question de se bourrer la gu*ule au champagne, et de transplaner loin avec cette bouteille. IL n'y avait que ça à faire. Aller seul dans son coin pour oublier, s'exploser les sens et de sombrer dans un sommeil profond pour que la soirée soit partiellement oubliée le lendemain au réveil.

Heu... Je prendrai une bouteille de vin ajouta t'il sans vraiment regarder Célya. C'était déjà assez gênant comme ça comme situation, il ne fallait pas croiser son regard si unique, si spécial, si envoutant, cela briserait à coup sur les barrières la. Il valait mieux faire comme si de rien était, et de la contacter à tout prix plus tard.

Les chances qu'elles veuillent encore entendre parler de lui après ça étaient minces mais bon il n'était pas question de laisser la situation dans un état pareil, c'était un peu dramatique si tout s'arrêtait comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: Le Bar

Message par : Célya L. Shake, Sam 28 Jan 2017 - 12:43




L'Occamy Doré

Lilou Fantozzi & Jean Parker




Avalant difficilement sa salive, Célya avait l'impression que sa gorge se serrait et qu'elle ne pourrait plus respirer. Sa réaction l'étonnait d'une part, parce que ce n'était pas son genre de se montrer si peu aimable, et la rendait presque malade. Elle n'avait pas la mainmise sur Jean, ils ne s'étaient vus qu'une seule fois, si l'on ne comptait pas la fois où ils s'étaient trucidés. Ça ne comptait pas, rien n'était fait. Alors pourquoi le voir en compagnie de quelqu'un d'autre la rendait jalouse et glacée ? Qu'espérait-elle donc ? Que ces deux baisers échangés signifiaient quelque chose ? Le cœur battant fort contre sa poitrine, la blonde serra discrètement les poings, espérant se calmer et reprendre ses esprits. Le mieux était de les servir tous les deux puis de s'éloigner, pourquoi pas dans les cuisines pour préparer des biscuits.

Néanmoins, la réaction de la jeune femme qui accompagnait Jean la rendit encore plus morne. Aimable, polie. Soit elle n'avait rien remarqué et était fort enjouée de se trouver là, soit elle avait senti le froid qui s'était glissé dans le ton de la gérante et s'efforçait de rester sympathique. Après tout, elle ne pouvait pas savoir qui était Célya et ce qui s'était passé entre elle et Jean, bien qu'il n'y avait en fait pas grand-chose à raconter. La jeune femme désirait un Moldu, qu'elle avait entendu dire particulièrement bon. Tournant la tête vers le jeune homme, qui lui avait adressé un bonsoir gêné, la blonde lui lança un regard qui se voulait interrogateur. Était-il avec elle ? La gérante ne voulait pas servir de jouet, aussi un éclair blessé dansa devant ses yeux. Ils n'avaient pas vraiment l'air d'être ensemble, néanmoins cela ne voulait rien dire. Jean semblait hésitant mais il finit par commander une bouteille de vin, ayant du mal à croiser le regard de la blondinette.

Espérant que ses mains ne trembleraient pas, Célya prépara le cocktail demandé par la brune, rien de plus simple, ainsi que la bouché au foie gras et oignons confits qui l'accompagnait. Cela fait, elle s'abaissa pour prendre une bouteille de vin en-dessous du comptoir et déboucha celle-ci d'un geste expert. Après quoi la demoiselle déposa le Moldu devant la cliente, avec le toast, et la bouteille suivie d'un verre propre devant Jean. Elle énonça le prix d'une voix sans émotion, presque atone. Puis elle disparut par la porte dérobée et s'appuya contre le mur, songeuse.


Consommations:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Bar

Message par : Lilou Fantozzi, Dim 29 Jan 2017 - 15:28


Lilou attendait impatiemment son cocktail. Elle ne prêtait plus vraiment attention à la mauvaise humeur de la serveuse : après tout, elle aussi avait des mauvais jours. Elle s'efforçait de se concentrer sur le plaisir qu'elle pourrait tirer du moment à venir, jusqu'à ce que Jean se montre froid à son tour :

"Heu... Je prendrai une bouteille de vin" Dit-il tout aussi froidement, en détournant volontairement son visage.

Ah. Même pour Lilou qui ne comprenait pas vraiment les impératifs sociaux, les règles sociétales, les sous-entendus et toutes ces autres choses qu'elle jugeait sporadiquement inutiles et qui pourtant permettaient à l'ensemble des membres d'une société de fonctionner correctement sans s'entre-tuer ; il était évident que les deux jeunes gens étaient en froid. Pire que le froid, la calotte polaire était certainement moins glacée que les rapports gelés qu'entretenaient Jean et la jeune serveuse blonde.

De toute évidence, la jeune femme n'avait pas l'air méchante, bien qu'elle soit d'humeur taciturne. La gentillesse se lisait sur son visage tendu et crispé. A sa démarche prompte, et à ses gestes vifs, Lilou en déduisit qu'elle en voulait à Jean, ou plus exactement, elle le sentait. Malgré son évidente colère, la serveuse n'en demeura pas professionnelle. Elle lui apporta son cocktail et son amuse bouche, et déboucha la bouteille de Jean. Puis, elle s'éclipsa très rapidement.

La meilleure des stratégies, Lilou le savait, était de ne pas parler de ce qu'elle venait d'observer. Si elle en parlait, Jean serait mal à l'aise, et se refermerait. La jeune femme entendrait tout, et les paroles de Jean pourraient la blesser. Autant faire comme si rien ne s'était passé. Après tout, c'était ce que faisaient les amis : ils devaient être capables de se soutenir les uns les autres en cas de difficultés, d'obstacles ou d'épreuves, mais ils se devaient surtout de faire comme si tout était normal alors que rien ne l'était, et ce, afin de profiter au mieux des cadeaux que pouvait leur offrir la vie.

"Une bouteille de vin ! Excellent choix ! Je te remercie beaucoup de m'avoir invitée dans cet endroit, c'est tellement chic. A ta santé, Jean !" S'exclama Lilou pleine d'entrain, comme si rien ne s'était passé.

"Je suis vraiment heureuse qu'on se retrouve, toi et moi. Je veux dire, j'ai vraiment l'impression d'être en confiance avec toi."

Elle se devait d'insister sur la confiance mutuelle et réciproque, il fallait qu'elle recentre la concentration de Jean sur le présent, et sur l'avenir.

"Je te propose qu'on boive ce verre et qu'on aille faire un tour dehors, pour fumer."


Dernière édition par Lilou Fantozzi le Dim 29 Jan 2017 - 21:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Bar

Message par : Jean Parker, Dim 29 Jan 2017 - 20:57



Tu as mon LA pour dire que je te suis dehors.

La situation était devenue gênante en un rien de temps, comme si toute la bonne ambiance et tout ce qui était prévu pour passer un bon moment s'étaient évaporées d'un coup. C'est triste quand on y pense. De ressentir des sentiments de la sorte. Que tout puisse changer en une fraction de secondes car l'on éprouve des remors suite à une c*nnerie faite, comme si le destin nous en voulait et voulais nous faire payer amèrement nos actes. Cette étrange sensation, quand plus rien ne va, que l'on arrive plus à sourire, quand on pense qu'aux choses qui ne vont pas, au point de se mettre au pieu avec un verre et un pet pour finir la journée le plus vite possible, que les rêves et les illusions apaisent les plaies. Hé puis cela recommence, encore et encore...

Célya revint avec les boissons commandées, annonçant le prix d'une voix sans once d'émotions. Le jeune homme donna la somme correspondant à la bouteille, se retenant de transplaner vite et loin sans jamais revenir ici. Ce genre de mal au ventre qui fait qu'on a la l'estomac qui se noue... Que l'on a plus gout a rien quoi.

Une bouteille de vin ! Excellent choix ! Je te remercie beaucoup de m'avoir invitée dans cet endroit, c'est tellement chic. A ta santé, Jean !

Lilou restait joyeuse et naturelle, avait elle comprit qu'il y avait un malaise ou quoi ? aucune idée. Quoi qu'il en soit le sang-pur n'avait plus vraiment envie de s'amuser ce soir là. Il avait envie de boire certes, mais seul, toujours seul. Comme si sa vie était vouée à être passée seul.

Ouais ! C'est hyper sympa comme endroit, je savais que cela te plairait. A la tienne. dit-il en souriant légèrement, malgré le ton neutre.

Je suis vraiment heureuse qu'on se retrouve, toi et moi. Je veux dire, j'ai vraiment l'impression d'être en confiance avec toi.

En confiance ? Vraiment ? C'était rare qu'une personne pense ça de lui. D'habitude les gens ne font pas attention, trop occupés à mener leurs vies simples et mornes. Comme s'il n'était qu"un mirage, un être que l'on aperçoit, avec qui on fait quelque chose puis lorsque l'on passe à autre chose, le mirage disparait, comme si dans le cœur des hommes, celui ci n'avait existé qu'un temps.

Je suis également heureux que l'on se retrouve après tant de temps, ça me touche ce que tu dis. Sache que moi aussi je me sens bien en ta présence, comme si j'étais rassuré, apaisé.

Bon la pour le coup vu la situation c'était un peu l'inverse mais bon, elle n'y était pour rien après tout. C'était lui le crétin qui l'avait amenée ici, sachant trèèèèèèèès bien que Célya y travaillait gâchant ainsi la soirée. Mais bon c'était fait c'était fait, autant essayer de rester naturel, le plus possible.

Je te propose qu'on boive ce verre et qu'on aille faire un tour dehors, pour fumer.

Elle eut à peine le temps de finir sa phrase que Jean venait de finir son verre, l'appel de la sacrosainte cigarette étant plus fort que n'importe quoi d'autre sur cette planète misérable. C'était comme si c'était le suel truc qui valait le coup, le coup de couteau porté directement à sa santé pour essayer de vérifier que l'on est encore en vie à cet instant précis, il avait besoin de ressentir cela, d'être apaisé la tout de suite, maintenant.

Je t'avoue que je suis bien chaud d'aller fumer, dès que t'a fini ton verre, on y va.

Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Bar

Message par : Lilou Fantozzi, Dim 29 Jan 2017 - 21:30


La proposition de Lilou trouva un échos très favorable chez Jean. Il fallait dire que le degré de malaise avoisinait la limite de l'illégalité, s'il en existait bel et bien une.


"Je t'avoue que je suis bien chaud d'aller fumer, dès que t'a fini ton verre, on y va."


Lilou fit semblant de prendre un peu son temps pour savourer son cocktail et sa bouchée, mais en fait, elle essayait d'être la plus rapide possible. Etant donné la gêne occasionnée par la situation, il était hors de question qu'ils ne restent plus longuement dans cet endroit. Lorsqu'elle eut fini son verre, elle attrapa la main de Jean et l'emmena dehors. Tout en lui glissant à l'oreille :"Tu devrais prendre ta bouteille."

Dans l'esprit de Lilou, il était évident qu'ils ne rentreraient probablement plus dans l'établissement, et qu'ils seraient mieux à boire dehors, ou ailleurs.

Une fois la porte de l'établissement franchi, Lilou sortit immédiatement deux cigarettes de son sac.

"Tu nous les allumes ?" Lui demanda-t-elle en lui tendant l'une des deux.

Une cigarette détendrait l'atmosphère.

"Tu sais, Jean, j'aime bien être avec toi. Mais je cherche vraiment rien de sérieux. J'ai pas besoin d'un amant, j'ai juste envie d'un ami avec qui je pourrais passer du bon temps. Je ne suis pas sûre que ce soit que tu veuilles, mais j"ai l'impression que si. Alors, je te le dis, histoire qu'on soit au clair tous les deux, histoire que demain j'ai pas à m'enfuir de ton lit sur un prétexte bidon ou que tu fasses pareil avec moi, même si ça ne m'est jamais arrivé encore puisque c'est moi qui pars à chaque fois. J'ai pas envie d'être ta conquête, j'ai pas envie d'être ton amante, j'ai surtout pas envie de tomber amoureuse. J'aime juste être avec toi, profiter de la vie, boire, fumer, danser, faire des trucs de fous...pour nous éclater. Mais j'ai pas envie de me mettre en couple, et de faire des bébés, comme toutes mes copines. La vie rangée, la routine, c'est pas pour moi. J'ai envie de pouvoir compter sur quelqu'un. Pouvoir lui envoyer un hibou quand ça ne va pas, ou juste lui demander de passer pour prendre un verre dans mon appartement. Mais pas de relation de couple. Si tu vois d'autres filles, c'est OK. Par contre, le jour où ce sera sérieux avec quelqu'un...je veux que tu me le dises, parce que cette personne mérite que tu lui sois fidèle. C'est ma seule condition et je le prendrais très mal si tu ne la respectais pas...Si t'es partant pour ça, mon ami, alors buvons. Et profitons ! La nuit ne fait que commencer."
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le Bar

Message par : Jean Parker, Mer 8 Fév 2017 - 22:05


Les deux sorciers sortirent du cabaret, pour aller se détendre un peu en fumant une cigarette. Tu parles d'une détente obligée, comme si le seul moyen d'être en paix était d'être soudain gavé de nicotine. POurquoi l'avait il emmenée ici ? Ne jamais rien savoir faire la part des choses et être distrait à ce point, cela était quasiment déprimant. Mais bon au point ou il en était, il n'était plus à ça près.

Tu devrais prendre ta bouteille.

Ouais pas faux. Mais bon déjà qu'il avait froissé la jeune femme qui les avaient servis, alors is en prime il repartait avec la bouteille, cela le ferait sûrement pas hyper bien. Okey, une petite minute. Le temps de finir la bouteille, en cinq verres de vin, comme si de rien était. Une fois que ce fut fait, il se leva et suivit la jeune femme qui avait prit la direction de la sortie. Lilou venait de sortir deux clopes, et les tendit à Jean pour qu'il les allume. Il prit alors les deux cigarettes, les alluma une à une et lui en rendit une.

Tu sais, Jean, j'aime bien être avec toi. Mais je cherche vraiment rien de sérieux. J'ai pas besoin d'un amant, j'ai juste envie d'un ami avec qui je pourrais passer du bon temps. Je ne suis pas sûre que ce soit que tu veuilles, mais j"ai l'impression que si. Alors, je te le dis, histoire qu'on soit au clair tous les deux, histoire que demain j'ai pas à m'enfuir de ton lit sur un prétexte bidon ou que tu fasses pareil avec moi, même si ça ne m'est jamais arrivé encore puisque c'est moi qui pars à chaque fois. J'ai pas envie d'être ta conquête, j'ai pas envie d'être ton amante, j'ai surtout pas envie de tomber amoureuse. J'aime juste être avec toi, profiter de la vie, boire, fumer, danser, faire des trucs de fous...pour nous éclater. Mais j'ai pas envie de me mettre en couple, et de faire des bébés, comme toutes mes copines. La vie rangée, la routine, c'est pas pour moi. J'ai envie de pouvoir compter sur quelqu'un. Pouvoir lui envoyer un hibou quand ça ne va pas, ou juste lui demander de passer pour prendre un verre dans mon appartement. Mais pas de relation de couple. Si tu vois d'autres filles, c'est OK. Par contre, le jour où ce sera sérieux avec quelqu'un...je veux que tu me le dises, parce que cette personne mérite que tu lui sois fidèle. C'est ma seule condition et je le prendrais très mal si tu ne la respectais pas...Si t'es partant pour ça, mon ami, alors buvons. Et profitons ! La nuit ne fait que commencer.

Ah Ouais... Au moins cela méritait d'être clair.

Bon alors je t'avoue que pour l'instant je n'ai personne dans ma vie. Après tu vois la femme qui nous a servi dedans... Hé ben c'est un peu compliqué, on c'est rapprochés et je pense que en t'emmenant ici, cela vient de détruire la probable liaison qu'il pourrait y avoir un jour entre elle et moi. Du coup je t'avoue que je n'ai plus vraiment la tête à m'amuser ce soir, je pense que je ne vais pas tarder à rentrer, excuse moi pour cette soirée décevante du coup.

C'était un peu lâche, mais la le jeune homme n'avait qu'une envie, c'était de se barrer loin, chez lui et de s'exploser la santé avant de dormir paisiblement.

On pourra se revoir si tu veut, mais je t'avoue que la je n'ai plus vraiment la tête à m'amuser ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Lilou Fantozzi
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Bar

Message par : Lilou Fantozzi, Ven 24 Fév 2017 - 12:49


Jean semblait surpris par l'honnêteté de la jeune femme. Lilou ressentit son mal être, qui grandissait au fur et à mesure. Il lui dit :

"Bon alors je t'avoue que pour l'instant je n'ai personne dans ma vie. Après tu vois la femme qui nous a servi dedans... Hé ben c'est un peu compliqué, on c'est rapprochés et je pense que en t'emmenant ici, cela vient de détruire la probable liaison qu'il pourrait y avoir un jour entre elle et moi. Du coup je t'avoue que je n'ai plus vraiment la tête à m'amuser ce soir, je pense que je ne vais pas tarder à rentrer, excuse moi pour cette soirée décevante du coup."


"Jean, t'as pas à te justifier auprès de moi. Si tu veux que vous arrêtiez de souffrir tous les deux; elle et toi, tu n'as qu'à mettre les choses au clair. C'est difficile, mais je suis certaine que tu peux le faire. C'était loin d'être décevant pour moi...On est amis, non ? Dans les pires comme dans les meilleurs moments ?"

Lilou planta ses yeux bleus dans les siens. Même si elle n'aurait pas agi comme lui, elle ne voulait pas le juger. Il n'avait pas besoin d'une leçon de morale, il avait besoin de soutien.

"On pourra se revoir si tu veux, mais je t'avoue que la je n'ai plus vraiment la tête à m'amuser ce soir."

Bon point pour elle : il désirait la revoir.

"Tu passes quand tu veux chez moi, à Motley Crüe. Je t'y attends. Toi, une bouteille, et notre amitié précieuse."

Jean lui fit un signe de la main, puis transplana la bouteille dans la main.

Lilou s'empressa quant à elle de rentrer seule, un peu perdue, avec pour seules compagnes, les étoiles qui luisaient dans le ciel.

*Fin du RP*

[hrpg : LA de Jean accordé]


Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Le Bar

Message par : Ian Benbow, Mar 4 Avr 2017 - 14:55


RP avec Aya Lennox. L-A donné par Aya.

Elle est bloquée contre le mur, tenue à la gorge avec fermeté par un Professeur de DCFM dont le jugement est profondément altéré par l'alcool ingurgité tout au long de la soirée. Il relâche la jolie blonde et s'en écarte, il reprend son souffle, sourire aux lèvres. Elle aussi, lui sourit. C'était rapide, mais intense. De toute façon, le sexe dans les toilettes était toujours du sexe rapide. Elle enfilait sa robe, embrassait une dernière fois son amant d'un soir, puis prenait les devants en se dirigeant vers l´entrée permettant de rejoindre la pièce principal de l'Occamy, celle où se dressait le bar, endroit le plus important du coin. Ian la suivait de quelques mètres, titubant légèrement. Il avait déjà beaucoup bu. En sortant, il croisait le regard de la serveuse derrière le bar, son visage lui semblait familier, mais dans cet état il n'arrivait pas à remettre de nom dessus. D'un geste du pouce accompagné d'un pincement de lèvre, Ian lui signalait que cette partie de jambes en l'air avait valut le coup. La classe totale. Celle d'un mec complètement torché.

Ian avait délaissé la blondasse pour se concentrer sur une brune qui buvait un coup avec une amie, quelques tables plus loin. Rien a foutre, le Benbow allait en enchaîner une deuxième. Il allait essayer en tout cas. Apparemment, la brune ne semblait pas attiré par le beau mâle face à lui, c'était donc en l'insultant que Ian se retirait de sa table.

- T'sais pas c'que tu rates, vieille p.. Il se retint avant de prononcer ce mot. Être bourré ne l'empêchait pas de rester respectueux. Et Ian était un homme qui respectait la femme. Alors il s'approchait à nouveau de la table, s'asseyant sur la même chaise qu'il venait de quitter, puis s'emparait des mains de la brunette, qu'il caressait avec douceur. Je suis si désolé madaaaame. Je suis pas un méchant vous savez. J'aime.. je vous aime voyez ? Je voulais pas dire ce mot. Je suis désolé. Vous me pardonnez ? Dites oui ?

Il ne cessa de s'excuser que dix minutes plus tard, lorsqu'il fut certains que la demoiselle l'ait complètement pardonné. L'homme n'avait plus été si alcoolisé depuis très longtemps. Il avait bu beaucoup plus que de raison, il devait être à deux ou trois verres du coma éthylique. Ian s'approchait de la piste de danse, et se mit à danser de nouveau.

Quelques heures plus tard.

- Hey ! Reveille-toi, on ferme !

Ian ouvrait les yeux. Il s'était endormi sur une des nombreuses tables du cabaret. La pièce était totalement vide et silencieuse  maintenant. Il jetait un regard à sa montre, 4 heures du matin. Il avait cours dans 3 heures. La galère.  Outccch, la tête qui cogne. Il se levait péniblement, s'avançait vers les toilettes et trébuchait sur du vide, se rattrapant à une chaise à sa droite. La tête qui cogne. Il s'en ait prit une belle ce soir, le Benbow. Il essaie de se souvenir de quelque chose, mais rien ne lui revient. Il a froid. Où est son t-shirt ? Pourquoi est-il torse nu ? Il regarde autour de lui, à la recherche d'un bout de tissu à enfiler mais il ne trouve rien. Qu'est-ce qu'il a foutu ? Il se retourne, titubant comme jamais. Son regard croise celui de la serveuse, à nouveau. Il se souvient l'avoir vue ici un peu plus tôt. Non, pas ici. Ailleurs. Ou ici ? La tête qui cogne.

- Je.. Jemedemandec'ke.. Comprenant que ce qui sort de sa bouche est incompréhensible, Ian se stop, levant un doigt en direction de la demoiselle, et se concentrant deux fois plus pour sortir quelque chose de cohérent cette fois-ci. Où.. où je suis ? Il prend un air surpris. Bien joué Benbow !
Revenir en haut Aller en bas
Aya Lennox
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Veuve noire


Re: Le Bar

Message par : Aya Lennox, Mar 11 Avr 2017 - 18:18


pv Ianounet

fourmillements dans les jambes
Mesdemoiselles, je vous sers ?
jolies mômes, enfants de Salò

c'est amusant de vous voir vous satisfaire
de plaire aux autres
rien que paraître ; vous
vous laissez déshabiller du regard
comme d'adorables poupées
abandonnées entre les mains d'un jeune garçon

cyclothymie particulière,
ce soir, ce sera non,
non
non à tout,

non à votre comédie,
bien ficelée
du tissu de vos mensonges.

vous jaspinez, avachies comme fidèles hétaïres à attendre que quelque chose se passe. transparentes dans vos bas de soie. indulgentes envers vous-mêmes. le fatum ne passera pas sur moi. fidèles reproductions du puff, radines en détails complexes sur vos identités précises parce que vous vous savez contemptibles.
du coup, vous jouez.
lazzis provoqués.

au beau milieu
de tout ce fatras.
comédie joyeuse des luxuriantes.
il danse comme un imbécile plein à ras-bord.
consomme à outrance.
et lui arrange sa soirée à force d'encore.


matin encore ; corps retrouvé là
mieux vaut finir ici que plus loin
quoique
à quoi ressemble le fond du fond
de la Tamise
qu'importe, émerge
c'est pour elle les emm.rdes maintenant.

Hey ! Reveille-toi, on ferme !
à ce qu'il paraît, j'ai une vie
en dehors de tout ça

il a l'air déglingué
et elle le reconnaît. elle l'a reconnu depuis longtemps.
mine déconfite de le trouver ici. par chance, elle passera pour Inconnue, et tout sera plus facile.

il divague, marmonne ; elle soupire, blasée.
A l'Occamy Doré, apparemment terrain de chasse numéro un des lourdingues.
elle se redresse de la table, défait de ses doigts agiles son tablier.
Bon, allez. Relevez-vous. Je vous offre une Pin Up.
elle se retourne, alors qu'elle dirige vers le bar, un sourire railleur étirant ses lèvres décolorées de fatigue.
Un remontant, évidemment. J'ai plus trop envie d'assister à vos frasques guidées par votre libido foisonnante.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Le Bar

Message par : Ian Benbow, Lun 24 Avr 2017 - 21:55


Le Benbow, il a l'habitude d'en boire de l'alcool, mais peut-être pas autant. Faut dire que ce genre de liquide, ça aide quand on doit se taper des adolescents aussi c$n qu'un pitiponk. Les soirées seules, dans l'appartement, sont plus faciles à supporter quand on les termine  un verre de whisky dans la main. Sauf que ce soir, il en avait bu beaucoup plus. Beaucoup trop. C'est la deuxième fois qu'il se retrouve dans cet état. Heureusement, il ne garde aucun souvenir de la première. Si ce n'est la jeune Emily Sinclair avec qui il avait couché sans jamais s'en souvenir. Pas de quoi se vanter. Même elle ne s'en était pas souvenue. Et c'était sûrement ça le plus vexant ; ne pas se souvenir d'une nuit passée en compagnie de Ian Benbow. La fierté en avait prise un fameux coup.

La serveuse a pas l'air enjouée par la situation. On peut la comprendre. Là, elle doit avoir envie de beaucoup de choses, mais s'occuper d'un pilier de bar trop bourré pour se rappeler où il est, ça ne doit pas en faire partie. Ian se convainc de coopérer avec elle, d'être sympa, faire ce qu'elle dit, parce qu'elle a l'air cool. Parce qu'elle a de belles fesses, aussi. Une raison domine l'autre, à vous de juger laquelle.

-A l'Occamy Doré, apparemment terrain de chasse numéro un des lourdingues. Ouuh. Elle est moins cool qu'il l'a cru. Une attaque comme celle-là, ça fait mal à son ego d'alcoolo. Mais, au lieu de s'en offusquer, le Professeur se contente de sourire et de lâcher un timide Not fair d'un français presque parfait, pour un gars dans son état.

-Bon, allez. Relevez-vous. Je vous offre une Pin Up.

Hoho. Pin Up, ça sonne bien comme boisson. Sûrement de l'alcool, encore. Et, pourtant conscient d'être réduit à l'état de déchet, Ian se laisse tenter par la proposition. Quand une jolie dame te proposes un verre, tu acceptes. Si tu dis non, c'est que t'es encore plus c$n qu'un scrout.

Sauf que.

-Un remontant, évidemment. J'ai plus trop envie d'assister à vos frasques guidées par votre libido foisonnante.

Déception. Un remontant, ça sonne beaucoup moins bien. Ian s'attendait à quelque chose de plutôt corsé, et il se retrouve avec un truc qui ressemblera sûrement à de l'eau. Et, du coup, il comprend aussi qu'elle ne veut pas boire avec lui. Juste le remettre sur pied. Ce qui est déjà un bon départ, quand on y repense. Il a encore une petite chance de tirer son coup, le Benbow !

- Volontier ! dit-il d'une voix faussement enjouée, en marchant à la suite de la demoiselle.

Elle passe derrière le bar, il veut passer lui-aussi, mais se rend compte que ce n'est pas sa place. Alors, il fait marche arrière, imitant le bruit que font les camions moldus quand ils enclenchent cette dite marche arrière. Direction une des chaises hautes du bar !

- Alors.. c'est quoi ce Pin Up, hein ? Si tu sais mettre un brin de whisky, ça.. Ian joint les actes à la parole en montrant d'un geste de tête le court espace séparant son pouce et son index qu'il venait de lever.

Puis, décidait de ne pas terminer sa phrase, il prit le regard de la jeune serveuse comme un avertissement. Il devait être à deux doigts de se faire jeter à la porte par la tenancière.

- On se connaît, non ? Il fronce les sourcils, et fixe la personne droit dans les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Legilimens


Re: Le Bar

Message par : Asclépius Underlinden, Jeu 11 Mai 2017 - 16:20



PV Couz

Enveloppé dans son manteaux de nuit, les doigts gantés de minuit, le jeunot vaquait, d’un pave à un autre. Vaquait… Vacuité de son être présent, tandis qu’il songeait à ce qu’il avait, ce qu’il avait à faire, pour gagner un semblant d’acceptation dans une famille qui ignorait délibérément le moindre de ses faits et gestes. La Coupe en cinquième année ? Les BUSE ? L’accident ? Le permis de transplanage ? L’attaque de Poudlard ? Son amputation ? Les ASPIC ? Son refus des fiançailles ? Son choix de fiancée ? Dérisoire, dérisoire… Tout n’était que vanité, de ce qu’on disait. L’auteur de cette maxime devait probablement être issu des coussins d’un des salons du château des tilleuls. Le lieu où il résidait, quand il ne fuyait pas chez son parrain, ou dans ce squat de l’Allée des Embrumes, qu’il partageait avec Leo et Azaël. Des amis, avant d’être des colocataires, on pourrait dire. Oui, on pourrait les appeler ainsi. Ou alors, juste des gosses perdus qui ne savent pas où aller, quoi faire de demain, et qui tentent d’oublier en se morfondant dans leur syndrome de Peter Pan.
Il s’arrêta, pinça les lèvres. Il n’était plus un enfant. Maman lui avait dit, c’était épuisant. Mais qu’y pouvait-il ? Il avait des angoisses, des insécurités, ouais, des problèmes. C’était triste. Il n’y arrivait pas tout seul. Lui aussi, aurait bien voulu qu’on lui tienne la main, pour avancer dans la vie ! Mais non. On l’ignorait. Et il n’allait pas se mettre à réclamer. La position du quémandeur le révulsait peut-être plus que n’importe quoi… Ou n’importe qui.

C’était pesant, les drames familiaux. Peut-être devrait-il demander conseil, finalement ?
En sortant de l’appartement où il résidait, faisant le plus de bruit possible en descendant les marches de l’escalier en bois pourri, histoire de déranger les autres occupants de cet appartement miteux, il prit à grandes enjambées aériennes, le chemin de l’Occamy Doré. Pourquoi ? Parce que sa marraine possédait les lieux, et qu’elle aurait peut-être un conseil plus ou moins avisé pour lui. Après tout, elle était passé par la case héritage, maternité, fiançailles et tout le tintouin, dans son milieu similairement consanguin au sien. Donc, ça ne risquait rien de demander, hein ? C’était un peu comme lorsqu’il posait des questions, pendant ses cours. Mais ses questions étaient toujours pleines de bons sens, c’était les autres, qui ne comprenaient pas.
Les autres ne comprenaient jamais rien. En particulier les adultes.

Il poussa les portes de l’établissement, rajusta, face au luxe des lieux, sa cape blanche qui habillait sa robe noire, avant de se diriger à pas vernis vers le bar. Il dépassa les conversations du grand salon, et épia les entrées, les sorties, les tabourets, se demandant si ces derniers tournait, avant de finalement rester planté en plein milieu, façon bégonia désœuvré.
Puis, avisant quelques regards agacés, il préféra la tranquillité de la norme, et s’installa à un tabouret, criant sa jeunesse fatiguée face à la festivité de l’endroit. Il aimait bien les mascarades… Mais pour pouvoir continuer à danser sous les tilleuls, il lui faudrait probablement changer de masque.

« - Vous riez de vos rêves mensongers ? »

Adresse au Vide, aux interrogations existentielles. C’était de coutume, au bar, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Bar

Message par : Azaël Peverell, Mer 7 Juin 2017 - 19:36


PV Alhena
LA accordé

Tu sais pas trop ce que tu fiches ici, devant l'établissement de ta soeur. Parce que t'as pas grand chose à faire dans le coin. T'as déjà fait pas mal d'achat sur le Chemin de Traverse la dernière fois que t'es venu avec ton pote, t'as pas franchement besoin de refaire un trou aussi conséquent dans ton budget. T'as peut être juste envie de la voir. Comme si ça faisait trop longtemps qu'elle ne t'avait pas porter une quelconque attention, alors tu viens réparer tout ça, en quelques sortes. Et puis de toute façon, t'as pas besoin de raison pour venir la voir, c'est ta soeur, t'as encore le droit de te pointer comme tu veux.

Du coup tu ne perds pas davatange de temps et entre dans le bar. Salon de thé. Appelez ça comme vous voulez, c'est pas franchement la question la plus importante de l'histoire. Tu te diriges vers le comptoir derrière lequel se trouve Alhena, pour t'asseoir sur un tabouret. Tu la regardes un instant. Finalement, c'est un peu gênant cette situation, t'as même rien à lui dire. T'as juste envie de te rappeler qu'elle est là. Tu lui offres donc très léger sourire gêné en la saluant.

- Bonjour.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Le Bar

Message par : Alhena Peverell, Mer 7 Juin 2017 - 19:56


RP Aza
LA accordé

Il se passe trop de truc ou pas assez. C'est toujours tout ou rien avec toi. T'en as un peu marre, tu voudrais que ça soit un peu équilibré. Enfin comme si la vie c'était équilibré. Tu rigoles doucement, la tête penchée sur un bouquin. Le bar est calme aujourd'hui, pas grand monde, personne qui pourrait venir t'embêter. Tu restes assise derrière le comptoir, attendant que ça passe, buvant un verre de whisky.

Tu lèves la tête en entendant un bruit, tu allumes une cigarette et observe ton petit frère venir vers toi. Il a pas l'air alaise, comme s'il était gêné. Tu te demandes alors ce qu'il fait ici. Peut-être qu'il avait encore fait une bêtise, c'était probable. Toute manière, s'il veut grandir tu ne seras que pour le conseiller cette fois. T'es sa soeur, pas sa mère. T'es là pour lui, mais tu ne vas pas tout faire non plus.

Salut, qu'est-ce que tu fiches là ? T'as fait une conn*rie ou peut-être que tu veux juste boire un truc avec moi ?

Tu expires, la fumée se dissipe autour de vous. Tu lui souris et lui tend ta tueuse préférée. Il la prend sans se faire prier. Tu prends ton verre et bois une gorgée. Le liquide amer coule lentement dans ta gorge. Tu lui lances un regard, peut-être qu'il avait juste envie de passer du temps avec toi ? Ce serait pas nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le Bar

Message par : Azaël Peverell, Mer 7 Juin 2017 - 20:38


Voilà qu'elle te demande direct si t'as fait une connerie. Comme si tu viendrais la voir pour lui dire. Quoique... Si t'es vraiment sûr qu'elle finirait par être au courant, tu essaierais sûrement de lui dire en premier en espérant qu'elle ne t'en veuille pas trop. Mais c'est pas le cas actuellement. Enfin t'as sûrement fait des conneries, mais rien de bien original. Enfin rien qui ne sorte de l'ordinaire en ce qui te concerne, donc t'as pas grand chose à lui dire à ce sujet. Tu hausses donc légèrement les épaules tout en attrapant la cigarette qu'elle te tend. Tu tires dessus avant de répondre.

- Bah euh... Aussi étonnant que ça puisse te paraître j'ai pas fait de connerie non.

Nouvelle bouffée. Tu lui recraches la fumée à la figure avec un petit sourire fier de toi. Bah oui, du coup, faut bien que t'en fasses une petite de connerie, juste pour conserver la réputation. La base quoi. T'es sensé être ch*ant, donc tu le rappelles. Des fois qu'elle ait oublié, on sait jamais.

- Mais du coup j'veux bien un whisky aussi ouais.

Ou comment avouer que t'es bien là pour passer du temps avec elle, sans pour autant le dire clairement parce que t'assumes pas des masses.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le Bar

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 4

 Le Bar

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: L'Occamy Doré-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.