AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 2
[Habitation] Dwelling Reckless
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Hugh Dey
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


[Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Hugh Dey, Mer 24 Aoû 2016, 14:37


______________________________


Voici l'habitation (Duplex) de Malicia Evans.

Elle peut poster dès à présent.

______________________________
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Malicia Evans, Mar 21 Fév 2017, 13:46






Dwelling Reckless


Un an après avoir été embauchée à Poudlard, tu as décidé de t’acheter un appartement pour avoir un endroit où rester lorsque le château te pèse trop. Il est placé au coeur du Londres moldu. D’un point de vue extérieur, l’immeuble ressemble à tous les autres. Toutes les autres habitations du bâtiments, à part la tienne, sont habitées par des moldus. Tu t’es donc débrouillée pour qu’aucun d’entre eux ne viennent te déranger à l’aide de différents sortilèges.  




Lorsqu’on entre dans l’appartement, on arrive dans un corridor qui donne sur le salon d’un côté et de la cuisine de l’autre. La décoration est simple et épurée. En face du canapé se trouve plusieurs étagères et bibliothèques où se trouvent des ouvrages achetés ou même quelques unes de tes recherches à propos des potions. C’est grâce à cette pièce que l’on peut accéder au deuxième étage.




La cuisine est équipée des dernières technologies. Même si tu ne cuisines pas tant que ça, parfois lorsque tu essaies de te changer les idées, tu aimes passer du temps à cuisiner. Du moins, essayer. En face du plan de travail, il y a le comptoir, en verre, avec seulement deux tabourets. Ton appartement n’est pas prévu pour recevoir beaucoup d’invités.




C’est à l’étage que se trouve ta chambre. Elle est dans les tons de blancs et gris comme tout l’intégralité de ton logement. L’armoire permet de ranger toutes tes affaires et encore plus grâce à des sortilèges qui permettent d’agrandir la capacité de rangement. La chambre est très lumineuse et spacieuse.  




La chambre d’amie, elle, se trouve au rdc, à côté de la cuisine. Toujours dans les tons noirs et blancs, elle est beaucoup plus petite que la tienne. Tu as fais au plus simple pour cette pièce.




Il n’y a qu’une salle de bain dans le Duplex. Elle se trouve à l’étage. Elle est très moderne, toujours dans les tons de blanc et de gris. On y trouve des toilettes avec un lavabo, une baignoire et une douche. On y trouve aussi des rangements.  



  Protections :
 • Maléfice Antitransplanage
 • Charme du Cridurut
 • Sortilège Repousse-Moldu
 • Sortilège de Repousse-Maléfice
 • Sort d’Impassibilité


byMalicia



Dernière édition par Malicia Evans le Mer 22 Mar 2017, 14:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Malicia Evans, Mar 21 Fév 2017, 15:46



RP avec Lucifer, Filateur, Sale gosse
Muse

fin de semaine
début de soirée
un verre entamé sur la table en verre
affalée dans ton canapé
des pilules
des seringues
et ce qui va avec
volées à Leo
étalées sur ta table basse
coma
tu peines à bouger
pourquoi tu devrais lutter
rien ne sert de garder la tête haute
laisse toi tomber dans le noir
néant
dans ta tête
ça cogne
ça saigne
ça hurle
tu aimerais tellement arrêter
le vacarme
la souffrance
la lutte
ça ne sert plus à rien

rien qu’à voir l’état de l’appartement
on sent que la lutte est terminée
les miroirs recouverts d’un drap
des cadavres de bouteilles partout
rien qu’à te voir
on comprends
des cernes plus prononcés
des vêtements quasi inexistant
juste de quoi être décente
des bleus
des cicatrices
tu ne ressembles plus à rien
maigre
pâle
le corps à moitié scarifié
abîmé
une seule personne t'a vu dans cet état
ton amie
tu ne lui donnes plus de nouvelles depuis des semaines
plus à personne d'ailleurs
tu te fais de plus en plus discrète
silencieuse
fantôme
tu les habitues à ton absence
peu à peu
parce que tu ne peux plus
tu ne peux plus continuer comme ça
lutter
contre quelque chose d'invisible
toi-même
impossible
ton esprit s'attelle à te tuer

l’effleurement
les mains
les cris
les rires
résonnent au fond de ton âme
stop.
stop.
stop.
des soupirs s’échappent de tes lèvres
tu es au bout
tu tombes
le moment t’échappes
comme ta vie
tes yeux se ferment peu à peu
emportée par l’alcool
tu n’arrives plus à faire face
tu ne veux plus
tu crois être emportée
pays des rêves
mais non
le vide
tu ne vois rien
sens rien
tu dors juste
comme si tu mourrais



Dernière édition par Malicia Evans le Mar 07 Mar 2017, 00:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Alhena Peverell, Mar 28 Fév 2017, 23:30


RP Escalve, Psychopathe, Poussin
Suite de ce RP avec Aza

Qu'est-ce t'as sérieusement ?
À faire ton cadavre tous les vendredi soir.
Ça t'éclate c'est ça ?
T'aimes te mettre lamine pour oublier, croire que le monde sera plus beau demain ?
T'sais, c'est que pour un temps. Ta vie elle est éphémère, tu pourras plus revenir en arrière.
Je suis pas ta mère
J'en ai marre
Je veux pas te ramasser comme ça, chaque semaine. J'ai pas que ça à foutre.
J'ai des responsabilité sur le côté. Je suis pas une figure maternelle pour tous
grandis un peu
foutue Malicia
Ouais c'est ça
t'es juste foutue
en l'air, découpée en morceau par tes seringues, que je range encore une fois.
T'es dégommée par ta drogue, tes penseuses que t'assumes plus tellement t'en abuse dès que j'ai le dos tourné
là tu crains
tu te fais du mal juste pour te faire du mal
arrête de te punir comme ça
t'es pas ma fille
t'es pas ma soeur
t'as pas le droit de faire ça
de croire que je serai toujours là pour toi
tu sais bien, qu'un jour je te quitterai
et là
tu seras juste seule
Et crois-moi, y aura personne pour te secourir après

'tain de bouteilles
ça pue dans ton appart
ça sent le désespoir
ça colle à la peau et aux godasses
J'ai ma chair qui s'arrache rien qu'en te regardant
mes yeux pleuraient presque face à cet atmosphère malsain que tu dégages
ça m'irrite
je dois encore te sauver la vie
faut que t'arrêtes de faire ça
trois claques qui se perdent
t'es pas de l'oxygène gâché
Okay ?
Rentre toi ça dans le crâne
qu'importe ce que tu fasses
qu'importe les mots que je dirai
que j'ai dit
je te lâcherai pas tant que tu seras pas sur pied
je te collerai
je t'énerverai
et t'en feras de même
c'est notre nature
se déchirer pour mieux s'aimer.

J'sais pas comment te dire ça
en vrai
ça me donne mal au coeur
dans tous les sens du terme
te voir déchirée comme ça
ça me fait peur
on dirait moi dans les mauvais jours
on dirait moi dans un passé que j'ai oublié
et en même temps
j'ai pas envie de te perdre non plus
pas que j'taime
peut-être un peu quand même
à ce qui parait t'es ma meilleure amie d'après des rumeurs
donc t'es un peu importante
tu me maintiens un peu en vie
donc faut que ça soit réciproque
mais bon
si tu pars
je sais pas si tu me manqueras vraiment
après tout
tu sais que les sentiments, je sais pas trop ce que c'est.

Un sort pour tout ranger, ta tête et les affaires.
Je me penche au dessus toi
t'as une sale gueule
t'es nulle
bordel
réveille-toi
Et elle part
sur ta joue qui rougit
et puis sur l'autre
et je répète
t'es nulle
allez
réveille-toi
grouille-toi
je veux pas y passer la nuit
Comme la dernière fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Azaël, Jeu 02 Mar 2017, 01:14


RP avec Maman, Papa et Pingouin

Alhena t'a ramené chez toi. Directement. Tu t'es retrouvé devant chez ta tante alors même que tu pensais que vous deviez aller faire un tour. C'est vrai que tu tiens pas tellement sur tes jambes, mais t'as pas envie de rentrer. T'as pas envie de la voir, pas envie de lui parler. Après tout, elle est même pas de ta famille, t'as pus de raison de te forcer. Tu préfères encore dormir dehors qu'avoir à y retourner. Tu fais mine d'ouvrir la porte, et ta soeur est déjà repartie. Pas un regard en arrière. T'hésites un instant en la regardant s'éloigner. Et tu décides de voir où elle veut aller.

Alors tu la suis. En tanguant, en titubant. Mais tu ne t'arrêtes pas, la perds pas de vue. Tu la suis au loin, parce que t'as pas envie qu'elle te voit, et qu'elle t'oblige à rentrer chez toi. Parce que t'as pas envie d'être avec l'autre vieille cinglée, mais t'as pas non plus envie d'être tout seul. Si tu la suis jusqu'à un endroit précis, elle finira bien par être obligée de te garder avec elle, pas vrai ? Alors tu luttes comme tu peux contre toutes les vapeurs d'alcool qui te hurlent de t'arrêter pour te reposer parce que le monde tourne trop pour toi et que la gravité semble totalement différente de d'habitude.

Et tu finis par la voir entrer quelque part. C'est pas l'appartement dans lequel elle t'a amené la dernière fois. Ce soir-là. Non, c'est différent. Enfin... T'as l'impression. T'étais aussi dans un sale état la dernière fois, ça aide pas vraiment à savoir exactement ce qu'il en est de tout ça. T'hésites un instant. Si ça se trouve, elle va te claquer la porte au nez. Et tu seras bon bon aller passer la nuit sur le banc d'un parc. Seul, et dans le froid. Don au fond t'as pas grand chose à perdre.

Alors tu vas jusqu'à la porte, t'appuies un instant dessus, lèves le poing pour frapper, manques ton coup. Ta main retombe sur la poignée, et tu te rends compte que c'est ouvert. Tu manques de te ramasser parce que la porte s'ouvre plus vite que toi, mais tu parviens à rester sur tes jambes assez miraculeusement. Et tu refermes même la porte derrière toi. Bon, sans faire exprès, tu t'es juste appuyé dessus dans l'autre sens. Parce que mine de rien, ouvrir une porte, bah c'est pas tous les jours faciles.

T'attends que le monde arrête de tourner autour de toi. Ou plutôt, qu'il ralentisse assez pour te permettre de te remettre à marcher. Et t'avances un peu dans l'appartement. T'essaies de trouver ta soeur. Et tu finis par la trouver dans le salon. Avec une Evans à peine habillée qui a l'air complètement à l'ouest. Et des pilules et des seringues qui traînent. Tu t'arrêtes en plein milieu de la pièce en buguant devant la scène. Et tu te rends compte que c'est pas une bonne idée parce que du coup y'a rien pour t'appuyer. Alors tu te mets en face du canapé et tu te laisses tomber au sol pour t'asseoir.

Tu lances un regard à ta soeur, puis à ta prof de potion. T'es sûrement pas arrivé au bon moment là. Mais t'as plus l'courage de repartir. T'as comme dans l'idée que ça risque de te retomber dessus, que tu vas te faire engueuler, mais tant pis. Après tout, maintenant, t'es là. Et t'es pas en état de rentrer chez toi. Tu regardes les pilules qui traînent et tend la main pour en attraper une.

- J'voulais rester avec toi.

C'est amplement suffisant comme explication. Et tu juges pas utile de saluer Evans. Parce que tu l'apprécies pas des masses depuis la colle qu'elle t'a collé. Tu regardes le cachet dans ta main, hésitant un instant à l'avaler.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liskuvo Kalsi
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Liskuvo Kalsi, Dim 05 Mar 2017, 23:57


Avec Psychopate n°1 et aussi Psychopate n°2 mais encore Aznavette

Je marche dans la rue. Seul. Comme toujours. A la main un bout de papier. Ce bout de papier. Celui que j'ai ramassé lors de l'espionnage. Celui d'une prof. La dingue, les potions. Pourtant j'aime la matière. Mais elle. Elle fait peur, toujours l'air ailleurs. Jamais vraiment là. Il paraît qu'elle fait des choses bizarres quand elle est pas en cours. Alors j'ai déchiffré le bout de papier, je suis allé jusqu'à avoir une adresse, quelque part dans Londres. Donc je marche. Papier aux poings, comme si c'était toute ma vie. Mes jointures de main sont blanches tellement je le serre. J'ai peur qu'il s'envole, que je perde cette étincelle d'espoir qu'il se passe quelque chose en ces temps mornes.

J'avance.


Au loin j'aperçois un élève. Comme moi, même statut. Il rentre dans une maison avant que j'arrive à déterminer exactement qui c'est. Je jette un œil à ma feuille. Jette un œil à la maison devant moi, là où est rentré l'autre. Marrant ça. C'est la même. Bon bah j'y vais alors. On va continuer sur la même longueur d'onde.

Je m'approche lentement de la porte. J'essaye de faire le tour pour voir si y'a quelqu'un. D'entendre un bruit. J'entends pas grand chose, rien même. J'ai bien envie d'aller voir ce qu'il s'y passe. Je me rapproche de la porte d'entrée. M'apprête à toquer. Non. Mauvaise idée. Autant essayer la poignée directement. Poignée qui tourne toute seule. Me laissant entrer sans opposer de résistance. Elle est cool cette porte, c'est sympa de nous laisser passer comme ça. Merci à l'élève pas bien malin qui a laissé la porte sans fermer.

J'entre.

J'avance lentement dans le lieu complètement inconnu. Un peu effrayé par les bruits qui viennent d'un peu plus loin. Je m'interroge sur le principe que je dois suivre. M'annoncer. Taper du pied. Avancer sans faire de bruit pour voir ce qu'il se passe. Cette dernière solution me semble être la meilleure, alors je continue sans bruit, histoire de pas qu'on m'entende. Mais quand j'arrive dans ce qui paraît être un salon. Je me rends compte que j'aurais pu courir partout que personne ne m'aurait entendu. Devant moi y'a Azaël, le crétin d'à peu près tous les cours dans lequel je suis allé. Mais il est pas tout seul. Avec lui y'a deux profs. La dingue de potions mais y'a aussi celle d'Histoire de la Magie.

C'est étonnant de voir deux profs qui pourtant paraissent opposées en tout point en cours. Entre celle qui fait n'importe quoi et est tarée et l'autre qui structure et propose des choses amusantes et cool. J'aurais jamais pensé qu'elles puissent s'entendre. M'enfin la vie est bien bizarre parfois.

Me voilà devant elles, devant lui aussi. Sans vraiment savoir quoi faire. Je détaille alors le salon. Avisant des pillules, partout. Des seringues aussi. Elle est malade ? Non. J'aurais plus dit que c'est de la drogue en fait. Ça me parait normal venant de Miss Potions, rien d'étonnant à ce qu'un phénomène dans son genre se drogue un tant soi peu. Je le savais avant même de venir ici. Je les regarde encore une fois, sans rien dire, puis me racle la gorge. Les yeux écarquillés devant ce spectacle désolant.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Malicia Evans, Mar 07 Mar 2017, 02:10


T’es inconsciente mais bizarrement tu sais tout ce qui se passe autour de toi. Tu l’entends ce bruit et ce grommellement incessant depuis plusieurs minutes mais tu n’es pas capable de bouger. C’est comme si ton corps lâchait petit à petit. Alors, tu ne cherches plus à lutter. Tu te laisses plonger. Mais on te ramène à la conscience. Tu sens ton visage partir d’un côté à un autre, des gifles peut-être, tu ne sais pas trop. Tu entends une voix aussi, qui paraît lointaine. Tu crois reconnaître le timbre d’Alhena. Tu ne veux pas d’elle ici. Rester seule est ton seul objectif. Peverell n’est pas ta mère, elle est personne, juste une amie avec qui tu te disputes fréquemment. Elle t’a répété de nombreuses fois qu’elle n’était pas là pour s’occuper de toi. Pourquoi s’acharne t-elle à te sauver alors que tu ne demandes rien ? Tu tentes de la repousser mais tu n’es même pas sûre que ta main est bougé d’un millimètre.

t'es nulle
réveille-toi


Un grognement s’échappe de tes lèvres. Tu ouvres difficilement les yeux pour retrouver ceux de la brune. La colère monte peu à peu. Dégages, dégages, dégages. Tu restes un moment silencieuse, les yeux dans les yeux avec Alhena. Tu n’as pas la force de te lever.

Je suis
-morte
Je suis
-trahie
Je ne suis
-plus là


Tu prends quelques minutes pour te relever juste en position assise. Tu as mal partout. Ton corps est  endoloris, ta mâchoire se crispe et ta tête te fait affreusement souffrir. Et les voix reprennent, les rires résonnent à nouveau dans tout ton être. Ta peau frissonne sous le souvenir de cette soirée-là. Tu passes tes mains sur tes tempes et fermes les yeux. Au fond, tu veux juste que tout s’arrête. Tes avant-bras à découvert, tu laisses, indirectement, la possibilité à Alhena de voir l’étendu des dégâts. C’est pire que les autres fois, tu renvoies l’image de quelqu’un pour qui il n’y a plus d’espoirs. Probablement parce qu’il n’y en a plus aucun. Lorsque tu relèves la tête, tu t’adresses à ton amie, la voix éraillée.

Pars.
S’il te plait
Ne me regardes
Ne bataille plus
Ça ne marche pas
Tu n’es pas ma mè…


Tu n’as pas le temps de continuer que quelqu’un entre chez toi. Tu le reconnais, c’est Liderick, un élève que tu n’apprécies pas des masses. Et c’est le frère Peverell, aussi. Tu l’as appris, il y a peu de temps.

- J'voulais rester avec toi.

Si tu avais eu la force, tu serais probablement en train de batailler pour le faire dégager mais tu ne peux pas. Déjà que balancer quatre mots à Lena t’avais pratiquement vidé alors faire sortir un élève de chez toi, relevait pratiquement du miracle. Il prends sous tes yeux, une de tes pilules et la regarde dans le creux de sa main. Au fond, tu ne le déteste pas le gamin, il te rappelle un peu toi, quand tu avais quinze ans, tu provoquais, t’amusais, défiais l’autorité et tu as découvert ce qui ne fallait pas. L’alcool. La drogue. Tu voulais toujours aller plus loin dans le jeu sans te rendre compte que tu essayais de colmater un plus gros soucis bien enfoui. Tu t’es laissée entraînée et puis y a un moment où tout a échappé à ton contrôle, tu as plongé. Et maintenant, tu ne peux plus sortir la tête hors de l’eau.

Ne prends pas ça.
Tu ne sais pas
Ca te bouffe
Pour ne rien laisser


Tu te tournes vers Alhena

Arrête de me sauver
Aide le, lui


Tu te relèves doucement et tentes de reprendre peu à peu tes esprits. Tout est encore flou. Seuls, tes souvenirs restent totalement clairs. Décidés à te torturer. Une tête connu apparaît dans le salon, un élève que tu as croisé devant un bar, plutôt miteux. Il avait trouvé une excuse bidon pour s’éclipser et tu n’avais pas bataillé. Tu voulais faire une pause.

Sa présence te dérange et tu laisses ton énervement s’exprimer. Déjà que Liderick chez toi, ça ne te plaisait pas des masses, la présence d’un autre élève t’agace encore plus. Tu fais tout pour être tranquille, loin de toutes agitations. Seule avec toi-même. Ca te suffisait amplement. Mais il a fallu que Lena vienne, elle s’accroche à toi comme une sangsue sans raison, son frère débarque et décide de bousiller sa vie avec ta drogue et pour finir un élève que je ne connais même pas entre dans mon appartement  sans pression.  Et puis, comment il l’a trouvé, hein ?

Tu soupires et crispes les poings. Ta respiration s’accélère sous la colère qui monte peu à peu. Ce n’est pas le moment. Tu te tournes vers les deux élèves.

Dégagez.

Juste les paroles, pas la baguette malgré l’envie grandissante.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Alhena Peverell, Mer 15 Mar 2017, 21:54


LA mutuel entre tous

Destruction
Rebellion
La haine de la vie dans ses yeux
Un regard de mort, qui s'insuffle dans tes propres poumons
La colère qui s'accélère sur ses lèvres, sur celle de ton frère qui accompagne la nouvelle pièce de théâtre
Et le rideau se lève encore une fois, sur un visage d'élève
Les émotions se mélangent en un tourbillon, une tempête qui ne s'arrête pas de siffler
Tu tentes de reconstituer les morceaux, de créer une chronologie qui a du sens
mais l'alcool en intraveineuse n'aide pas, il souffle une vision du monde erronée
Dis moi jeune fille,
à quoi tu joues ?
Qu'est-ce que tu testes Malicia ? À faire ça ?
Pourquoi tu la repousses à chaque fois, l'envoie vers quelqu'un d'autre quand elle se préoccupe de toi ? De quoi as-tu peur ? Qu'est-ce que tu crois ? Que tu ne mérites pas une personne à tes côtés ?
Juste une amie,
même si vous ne savez pas ce que c'est,
Juste une personne qui pourrait veiller sur toi ?
Tu devrais te laisser porter par la vie
Arrêter de croire aux doutes.
Les humains ne sont pas tous mauvais
ils ne font pas que blesser
Parfois, sans forcément le comprendre,
ils se mettent à aimer

Dégagez.

Tu les observes, tous, dans le silence.
Chacun t'agaces avec leur état d'âme : apitoiement, demande d'attention, curiosité.
Qu'est-ce que vous croyez ? Que la vie n'est faite que de ça ?
D'un désir qu'on tente de combler ? Malheureusement, il y a aussi des contraintes, qui nous obligent à survivre, à vivre.
Tu ne sais pas pourquoi, le schéma de cette soirée te fait grimacer. Il y a un ressentit, une colère non maitrisée qui coule dans ton corps.
Le bleu de ton sang qui s'agite comme un enfant qui cri, qui pleurs ce qu'il ne peut pas avoir.
Une poupée brisée qui geint de ne pas être humaine
mais qui s'est précipitée toute seule dans le vide

Qu'est-ce que tu fous ici toi ?
Et le piège se referme
Les sentiments brûlent comme tu n'en as pas l'habitude
plus l'habitude
Ta peau hurle toutes tes cicatrices, le démon s'abat
T'arraches le cachet des mains du gamin, l'avale,
T'avances vers l'autre gosse et par la peau du coup l'éjecte sur le canapé.
M*rde, chuchote la vie
Qu'est-ce que tu vas foutre d'eux ?
Il y en a pas un seul pour rattraper l'autre. Tu vas devoir te les coltiner, veiller sur eux, faire en sorte que ça se passe bien jusqu'à que tu trouves une solution. Hors de question qu'un des deux Kids sortent d'ici pour aller révéler le désespoir qui réside dans cet appartement. En attendant une réponse, tu cherches une bouteille. Un truc pour oublier, qui se mélange plutôt bien avec l'arrière goût de cigarette que tu viens d'allumer. Le liquide tourne, comme tes méninges. Tu regardes l'état de la blonde, toujours là, comme un rien. Elle est debout, mais elle ne s'est pas relevée. Elle est toujours au fond du trou, et tu t'en fous de ce qu'elle pense. Tu resteras là, malgré ses supplications. C'est pas comme si tu étais en position de faiblesse, au contraire.

L'alcool chatouille tes lèvres, l'incompréhension et la colère aussi. Tu t'approches de ton frangin, et elle part. Sa joue rougit sous l'humiliation mentale que tu portes avec tes mots : Arrête de jouer au c*n. T'es mieux que ça.
Tu observes la blonde, les siens ne font pas effet. Ils vaguent dans le silence à la recherche d'écoute. Personne ne les a pris en considération. Alors tu communiques avec le regard, les iris se mélangent à l'autre. Fais toi plaisir, écoute la.
Si tu veux te venger,
Si tu veux faire souffrir la vie,
Si tu veux aimer
jouer,
Torture les
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Azaël, Ven 17 Mar 2017, 11:40


Evans a pas l'air super heureuse que tu sois là. A bien y regarder, t'es pas sûr que ta soeur non plus. Mais tu t'en tapes. Tu voulais pas rester tout seul. T'avais envie de rester avec elle, alors c'est ce que tu fais. Et t'es bien trop bourré pour songer à aller chercher plus loin. Tu préfères regarder le cachet que tu tiens. Il ressemble à celui que t'as piqué à Leo la dernière fois. Celui qui avait fait briller le monde de mille-feux, et qui t'avais rendu heureux. Il avait suffit de prendre ça, et de vous mettre au beau milieu de l'eau pour que les monstres vous foutent la paix. Pour être tranquille. Pour être bien.

Sauf que Leo a pas aimé que tu prennes ça. Soi disant que ça pourrait te détruire, te faire devenir encore pire. T'as du mal à y réfléchir tellement ton cerveau est embrumé par les vapeurs de l'alcool. Evans te dit de pas y toucher non plus. Elle dit comme Leo. Pourtant, elle aussi elle est dans un état bien avancé. Pourquoi eux pourraient être heureux en prenant des pilules et pas toi ? Pourquoi t'aurais pas le droit de te "détruire", si ça t'aide à sourire ? T'as juste envie de vivre vraiment. Mais personne ne semble vouloir te laisser cette opportunité.

T'es sensé obéir, parce que t'es plus jeune. Mais t'as jamais été d'accord pour que ça se passe comme ça. Même si c'est "pour ton bien". Parce que tu ne t'en rends pas compte pour l'instant. Tu veux juste prouver ce que t'es capable de faire pour qu'on arrête de te prendre la tête. T'es qu'un enfant, et t'essaies de faire croire que t'es grand. Sauf que tu trompes personne. T'agis même de plus en plus comme un gamin, sans même t'en rendre compte. Suffit déjà de voir ta quête d'attention avec Alhena. C'est un peu pitoyable tout ça. Pathétique. Et pourtant, tu t'y accroches.

Tu t'apprête à gober la pilule, mais tu laisses ton geste en suspend. Parce que quelqu'un d'autre vient d'arriver dans l'appartement. Tu le reconnais vaguement. T'as déjà dû faire quelques cours avec lui. C'est un préfet Pouffy. Rien que pour ça, tu décides que tu l'aimes pas. Faut dire aussi que préfet et pouffy, il cumule un peu les tares celui-là. Pis il reste planté, debout, tel un manchot muet. Il vous regarde. Sans doute qu'il vous juge. T'en sais rien. Tu t'en fous. Evans veut que vous dégagiez. Tu secoues la tête de gauche à droite. T'as pas envie. T'es venu pour rester avec ta soeur, alors c'est ce que tu vas faire. De toute façon tu tiens pas assez sur tes jambes pour repartir.

En parlant de ta soeur, tu la trouves un peu bizarre. Elle demande à l'autre ce qu'il fait là. C'est une bonne question, même toi t'as eu la décence d'expliquer ta présence en arrivant, comme quoi, c'est la moindre des politesses quand on entre chez les gens sans invitation. Et la voilà qui vient vers toi, et te prend la pilule des mains pour l'avaler. T'as même pas eu le temps de faire un geste. Sans l'arrivée de l'autre crétin, t'aurais eu le temps de la prendre. Alors tu lui jettes un regard noir. Tu étires même un sourire moqueur en voyant Alhena le balancer sur le canapé sans douceur.

Elle part ensuite à la recherche d'alcool. Tu lances un regard à Evans qu'a l'air sacrément loin quand même. Et tu vois ta soeur qui revient vers toi. T'es vraiment content qu'elle soit là, même si elle a l'air en colère. Alors tu essaies de sourire un peu, comme pour détendre l'atmosphère. Sauf que tu te prends une gifle. Comme ça, sans prévenir. Le coup te fait tourner la tête. Les mots qui suivent se plantent en toi violemment. T'as rien fait. T'as rien dit. T'as juste eu envie de rester avec elle. De passer plus de temps avec. Mais ça te retombe dessus, comme ça. Tu comprends pas. Alors tu te renfermes.

Tu ramènes tes genoux contre ta poitrine, les entoures de tes bras en posant ta tête dessus. Et tu la regardes, carrément vexé. Humilié. Blessé aussi. T'es à moitié en train de bouder. Comme un gosse de cinq ans. Sauf que tu laisses une fois de plus sortir ta rancoeur sous forme de colère, d'irrespect. Parce que c'est le seul moyen que t'as pour communiquer.

- Va t'faire voir !

Et te souvenant de sa réponse précédent lorsque tu lui as dit ça, t'ajoutes avec un sourire provocateur :

- Par qui tu veux, t'façon apparemment avec toi c'est open-bar.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liskuvo Kalsi
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Liskuvo Kalsi, Lun 20 Mar 2017, 00:38


Les éléments s'enchaînent dans ma tête. Retraçant tout petit à petit. En fait je suis chez une prof que je connais pas, il y en a une deuxième mais il y a aussi un élève. Que fait un élève ici ? Je le regarde bizarrement. Oubliant presque le reste, tout paraît normal si on oublie qu'il est là, des profs sont dans un appartement et font ce qu'elles veulent, mais lui. Il fait quoi ici lui ? Il doit se poser la même question, à moins d'en avoir rien à faire. Dans mon esprit c'est juste un imbécile comme on en croise dans tous les cours, on sait pas trop ce qu'il fait là mais il est là. Alors on s'y habitue. Sa présence dérangeante était devenue anecdotique. Mais là, il se pointe sans raison là où je suis moi aussi sans raison, y'a des raisons de s'interroger...

- Dégagez.

C'est la prof de potions, celle du papier, qui a prononcé ces paroles. Comme un déclic je commence à avoir peur. J'ai rien à foutre ici, j'aurais pas du. Non. Vraiment pas. Je pense à repartir en arrière. Une nouvelle fausse excuse, un nouveau départ loin de ces gens. Mais après pour essayer de paraître normal en cours c'est compliqué. Je vais juste me faire lyncher.

Enfin bon, je pense qu'il vaudrait mieux que je parte, je fais un léger pas en arrière au moment où l'autre prof commence à s’énerver. D'abord sur l'idiot. J'observe son débat mental sans dire mot, j'ai pas vraiment envie qu'elle s'énerve au vu de comment elle est maintenant. Bien envie de profiter du moment pour me tailler. Si j'avais le temps. Je l'ai pas. Elle m'attrape par la peau du cou et je finis la tête la première sur le canapé. Fortiche la prof. Je suis complètement paumé, la tête plongée dans le tissu du canapé. Je suis mieux là-dedans qu'à l'extérieur, loin de ces gens complètements inconscients qui sont dans ce salon. Je fais parti de ces gens. Mais cet instant en tête à tête avec l'humiliation me crie de fuir. C'est une maison de fou. Remplie de méchants clowns sadiques.

J'entends les pas de la tarée d'Histoire tandis que je suis toujours enfoui dans ce canapé qui paraît étonnamment plus confortable et sympathique qu'il me semblait en arrivant ici. Je préfère ne rien dire ni intervenir. Avec un peu de chance on va m'oublier. Le bruit de claquement me fait réagir. J'émerge, assez vite pour voir la joue du p'tit rougir, il paraît bien bête comme ça. Enfant qui ne sait pas comment se faire entendre par ces parents parce qu'il n'a pas appris à parler. Il va pleurer peut-être ?

- Va t'faire voir ! Par qui tu veux, t'façon apparemment avec toi c'est open-bar.

C'est pas très malin comme remarque. C'est pas comme si les deux étaient de bonne humeur et qu'on était des potes en fait. Je pense pas que la meilleure stratégie pour éviter que ça se finisse mal ce soit de provoquer avec ce genre de mots. C'est même sûrement la pire. Je lance un regard noir à l'imbécile. Faudrait lui apprendre comment se comporter, si il veut des cours de bienséance suffit de demander. Je peux même lui apprendre à la fermer et à dire oui si ça lui chante. Mais juste...pas maintenant.

- Ferme la.

Les mots sont sortis tous seuls. Pour la bienséance on repassera. Moi qui voulait qu'on évite de me remarquer je viens de tout gâcher. L'autre était en train de prendre pour nous deux là, j'aurais du le laisser dans sa galère. M'enfin, si ça peut aider un minimum. Je sors de ma poche le papier avec l'adresse de l'habitation, que je roule en boule avant de lancer en direction de la dingue de Potions.

- C'est à vous ça j'crois. j'l'ai trouvé par terre.

Vaudrait mieux pas préciser où est exactement ce par terre. Ce serait vraiment bizarre de penser qu'un élève a déjà suivi sa prof plusieurs fois avec pour seule arrière pensée de savoir où étaient les endroits cool où aller. Je regarde de nouveau le gamin, il me fait limite de la peine. Encore plus enfantin que les premières années né-moldus. C'est si beau à voir. Une idée me vient, au final il a l'air de connaitre les deux autres, il peut être utile si besoin.

- J'partirais pas sans lui.

Aucune réelle raison de dire ça, juste pour dire que je partirais pas quoi, je compte sur lui pour faire du Azaël et embêter assez le monde pour deux, c'est mon bouclier dans l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Malicia Evans, Mer 22 Mar 2017, 15:46


LA mutuel accordé - C'est nuuuul, sorry

Alhena qui récupère la pilule que son frère tiens dans sa main. Tu l’as regarde faire, sans rien dire. T’as plus l’envie de parler. La présence des autres te réveille un peu ou bien c’est la colère qui t’anime. Tu restes silencieuse, cherchant à te réveiller de ce cauchemar. Tu as réussi à te relever mais sans succès, t’agis toujours pas. T’es juste spectatrice. Le gamin du bar fit par être envoyé dans le canapé. Alors que ça devrait être toi en train d’agir comme ça et t’énerver ; c’est Peverell qui s’en charge. Elle part ensuite récupérer de l’alcool.
Toujours pas de réaction.
De toute façon, elle fait bien comme elle veut, t’as pas la force de riposter. Liderick qui s’en prend une, ça te tire un sourire quand tu le vois ramener ses genoux contre lui, comme un bébé vexé.  

- Va t’faire voir ! Par qui tu veux, t’façon apparemment avec toi c’est open-bar.

En soupirant, tu récupères ta baguette et te lance un sortilège pour te réveiller un peu. La situation va dégénérer, c’est à prévoir. Les remarques du gosse risque d’agacer Alhena, plus que de nécessaire. Après ce qu'il dit n'est pas forcément faux. Elle est un peu comme toi au final. Voir même pire. Alors que tu sens l’énergie venir peu à peu, tu reçois une boule de papier.

- C’est à vous ça j’crois. J’l’ai trouvé par terre.

Froncement de sourcils. Tu comprends pas. Où est-ce qu’il l’aurait trouvé ? Tu déplies le papier pour le lire. Il n’y a pas mon nom dessus. Il y a mon adresse, des noms de clients et des commandes. Un regard pour le gamin, froid. Tu ne gardes jamais ce genre de papier sur toi quand tu es au château, trop dangereux. Les seules fois où tu le garde sur toi c'est quand tu pars en ville pour.. tes affaires. Alors tu as vraiment du mal à comprendre comment il a pu récupérer ça et comment il sait que ça vient de moi.

« - Où ? »

T’as pas confiance en ce gosse. Tu t’énerves de plus en plus, crispes les poings. Lorsque tu relèves les yeux, ton regard croise celui de ton amie. Et tu comprends. Tu peux te lâcher, t’énerver. Laisser s’exprimer ta rage qui gronde depuis trop de temps. Tu souris, quelque chose qui ne présage rien de bon. Ton regard file entre les deux élèves. C’est celui qui parle qui prendra en premier. Quoique, tu veux juste repousser celui qui est debout pour avoir toutes les possibilités de t'amuser avec le serpent. Il te sort par les yeux, tu comprends pas pourquoi.

#Repulso

Tu as bien envie d’utiliser d’autres sortilèges mais c’est risqué. Tu restes dans la simplicité c’est tout aussi efficace. Tu lances un regard vers Alhena, elle peut s’en occuper non ? Qu’elle s’amuse aussi. Et sans attendre, tu te tournes vers Azaël. Baguette en main. Tu aimes bien voir les autres sombrer dans la peur, la réaction de ce sale gosse sera intéressante.

#Terorim
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Alhena Peverell, Jeu 06 Avr 2017, 00:25


LA de tous - Concours de Nullité ?

Il tombe. Il claque une langue. Il tente de faire mal avec des mots, mais il ne sait pas jouer. La deuxième part, avec du mépris. Tu tomberas dans cette histoire, tu ne frapperas pas mentalement. Tu ne veux pas le détruire. Il ne le mérite même pas. Ce soir, tu restes calme sur ce que tu dis. Tu joueras de la baguette, c'est plus drôle.

Il me semble pas que tu connaisses ma vie. Au lieu de me donner des leçons, tu devrais t'en acheter une.

Parce que t'es collant gamin
T'as rien à faire ici
Tu devais pas voir ce bordel sans nom. Ces trucs qui trainent par terre, ces pilules qui se gobent comme des bonbons. Tu devrais pas être là. T'aurais pas du la suivre. T'aurais du rentrer chez toi, rester là où elle t'avait déposer. Parce que faut être fêlé pour la suivre partout, comme un enfant, comme un chien.
Alors ouais
achètes toi tes amis et restes avec eux

Alors tu subiras le même sort abruti, voir pire

L'insolence de l'autre
Tu vas lui faire fermer sa gueule. Parce que lui non plus n'a rien à faire ici. Il n'a aucun rapport avec l'histoire. Ni avec toi, ni avec elle. Qu'est-ce qu'il fiche ici vraiment ? Il tentait quoi ? De cambrioler un professeur ? La bonne idée. Il aurait mieux fait de rester chez lui, au château. Les préfets, vive l'exemple. Bonne élève, il venait de perdre crédibilité.
D'un sort il se voit repoussé
Suis alors ton frère
mais dans un autre genre
Repoussé dans ses retranchements, dans ses peurs
Mais t'es trop énervée
tu ne sais plus quoi penser
t'as juste envie de tout casser
tout foutre en l'air
limite de transplaner
et pourtant
tu sais pas pourquoi
Mais y a la folie qui coule
elle est injectée en intraveineuse, elle s'immisce dans le corps
elle fait frissonner la chair
Baguette levée
#Fitilla
T'as rien demandé Gamin
Mais t'es passé dans le coin
T'aurais du prendre tes affaires et te barrer en courant
En criant comme une fillette
Pauvre petit pouffy
juste comme ça
parce que t'as eu le malheur de te dire qu'il fallait rester avec l'abruti
Tu sais pas où t'es tombé
dans l'antre des écorchés

Regarde autours de toi, y a que du vide. C'est l'anarchie des sentiments, du bon vivant réduit à néant. Ça pue le désespoir et le scandal. Essaie pas de fuir ou te défendre, #Expelliarmus, t'es mal tombé.
Un soir où tout est rongé
Où le gamin à frapper
encore et encore
jusqu'à ce que ça touche l'énormité
Tueuse rallumée, frère à côté, Malicia qui se met à jouer
Nouvelle soirée
Sourire carnassier
Vous êtes prêt à être torturés ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Azaël, Sam 08 Avr 2017, 07:58


J'participe au concours.
Et j'le gagne au passage.

Tu te prends une nouvelle gifle suite à ta provocation. Tu t'y attendais un peu, mais t'as rien fait pour l'esquiver. Parce que t'es bien trop bourré pour ça dans tous les cas. Tu te contentes de te renfrogner un peu plus. Comme si ça allait changer quelque chose. Et puis elle te fait remarquer que tu devrais t'acheter une vie. Cette fois, tu boudes vraiment. T'es pire qu'un gosse de cinq ans finalement. Pas mature pour deux sous, incapable de t'arrêter. T'es prêt à répliquer une nouvelle fois, mais l'autre Pouffy s'adresse directement à toi.

- Ferme la.

Ouais, bah il a peut être pas tort sur ce coup là. Surtout si on prend en compte que le truc le plus constructif qui t'es passé à l'esprit pour répondre ressemblait fort à "gnagnagna". Donc, une fois n'est pas coutume, tu fais ce qu'on te dit et tu te tais, te contentant d'adresser un regard noir à ta soeur. Et voilà le préfet pouffy qui fait son malin, qui balance un bout de papier à Evans comme si ça expliquait totalement sa présence ici, et qui dit qu'il veut pas repartir sans toi. Non mais il s'est cru où, celui-là ? Il a encore moins sa place que toi dans cet appartement, et t'es venu pour passer du temps avec Alhena, pas avec un abruti de blaireau. Tu fronces les sourcils à la réponse de ta soeur. Le même sort ? De quoi elle parle ? Elle a quand même pas l'intention de passer ses nerfs sur toi, si ?

Tu galères à réfléchir. T'as beaucoup trop picolé pour ça, et plus ça va, moins tu comprends ce qu'il se passe. Peut être aussi parce qu'il n'y a pas grand chose à comprendre. Tu vois Evans qui repousse le Pouffy d'un simple sort, et ça te fait sourire. Bien fait pour lui, il avait qu'à pas jouer au malin. Après tout, c'est mérité. Sauf qu'elle pointe ensuite sa baguette sur toi, et tu comprends que t'es vraiment dans la m*rde. Parce qu'elle a pas l'air de rigoler plus que ça, et que, si tu la portes pas dans ton coeur, t'es à peu près sûr que c'est réciproque. Tu fouilles tes poches à la recherche de ta propre baguette, fébrilement, sauf que tu trouves absolument rien. Et que le sort part. Rien qu'en entendant la formule, tu blanchis.

Tu te figes, levant un regard suppliant vers Evans. Comme pour lui demander de tout arrêter avant que le sort ne t'atteigne. Sauf qu'en à peine une demie seconde, il te frappe en pleine poitrine. Une nouvelle fois. Tu te recroquevilles un peu plus, serrant tes jambes contre ta poitrine comme si la peur ne te trouverait pas si tu prenais moins de place. Sauf qu'elle est belle est bien là. Elle s'insinue en toi, doucement, mais sûrement. Elle prend toujours plus d'ampleur, tandis que t'es incapable d'esquisser le moindre geste, totalement paralysé. Comme une bête noire, sournoise, elle n'arrête jamais son avancée, refuse de reculer. Et t'es trop lâche pour la combattre.

Déjà qu'habituellement t'es incapable de te sortir de ce sort, l'alcool n'arrange rien. T'essaies même pas de lutter. T'abandonnes directement. Parce que t'as pas la force. Tu te balances légèrement d'avant en arrière, le front posé sur le haut de tes genoux. Yeux fermés. Tu veux fuir, mais c'est impossible, parce que cette peur est en toi. Et elle te bouffe petit à petit. Alors tu laisses une fois de plus l'enfant terrorisé en toi gérer la situation tout seul. Et il est incapable de faire autre chose que de supplier qu'on le laisse tranquille. Et il se met à gémir, dans un murmure, une suite de "Non". Pour que ça s'arrête.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Liskuvo Kalsi
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Liskuvo Kalsi, Ven 14 Avr 2017, 01:38


J'aime pas les jeux comme ça. :(
Je gagne quand même parce que je suis au dessus.

Faut croire que la mémoire chez les adultes ça flanche très vite, ou alors qu'elle en a strictement rien à faire, mais ça c'est un autre problème. Au final le pourquoi du comment j'en sais rien, en tout cas ce qui est sûr c'est que la prof se rappelle plus m'avoir croisé un jour dans Pré-au-Lard, bah du coup c'est bête j'aurais pu passer incognito dans Poudlard elle ne m'aurait jamais reconnu. Maintenant c'est plus compliqué. Elle me demande où j'ai bien pu trouver le papier, je hausse les épaules sans répondre. Autant qu'elle s'en souvienne pas, ça m'évite plus de soucis. Même si là je crois bien que je suis en plein dedans.

- Alors tu subiras le même sort abruti, voir pire

Elle me traite d'abruti. Déjà c'est pas très sympa, ensuite elle parle d'un sort. Généralement chez les sorciers l'expression "subir le même sort" prend tout son sens. Mais pour l'instant aucun sort n'est parti. Ah si, je me fais repousser dans un coin. Le choc de ma tête contre le sol m'étourdit un peu. J'ai du mal à capter tout ce qu'il se passe, j'entends un autre sort qui part mais comprend pas trop ce que c'est, enfin je préfère pas savoir ce que c'est. J'ai pas vraiment le temps de me concentrer dessus aussi.  Je pense que les deux profs ont décidé de pas laisser passer l'intrusion, ça va faire mal.

La sensation de brûlure arrive alors, rapidement. Aucun pré-avis. Elle est là et chuchote. *Tu vas juste avoir mal.* Et elle a raison. Mais elle ne chuchote bientôt plus. Elle crie, elle change de temps. *Tu as mal.* Elle décide que le reste du monde n'existe plus, seulement la douleur. Et donc j'ai plus rien à faire dans ce monde. Le mieux c'est de ne plus ressentir la douleur. Mourir. Partir. Tout mais pas la douleur. Pas la brûlure. Partout sur mon corps. Je crie avec elle. Cherchant à l'oublier. Je sors ma baguette pour me soigner, renvoyant mes souvenirs à un cours de médicomagie. Mais même ça je n'ai pas le droit, ce bout de bois parfaitement inutile dès que j'en ai besoin vole quelque part, loin de tout.

Si elle a atterrit elle l'a fait sans bruit. À moins que mon esprit soit occupé autre part. J'ai trop mal pour souffrir. Trop chaud pour bouillir. On pourrait m'avoir mis dans une maison en flammes que la sensation serait plus agréable. Je sais que je pleure parce que la douleur de l'eau sur le chaud se fait ressentir mais je ne sais rien d'autre.

Perdu par le tournant de cette soirée je ne peux pas m'empêcher de me dire que les profs à Poudlard sont vraiment étranges. Puis je me dis que ça peut pas être pire, je vais devenir une boule de feu et je peux plus rien faire pour empêcher ça, même parler c'est devenu trop difficile, à travers la pièce résonnent les pleurs et des supplications de l'autre côté. Supplier paraît pas vraiment la chose à faire avec elles.
Faire le malin non plus d'ailleurs. Se taire c'est bien, ça embête personne, ça fait pas de mal. Voilà, pour une fois, on va la fermer, attendre le passage de l'orage, puis...aviser.


Dernière édition par Liskuvo Kalsi le Sam 22 Avr 2017, 10:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Malicia Evans, Sam 22 Avr 2017, 10:49


Y a la haine qui te prend au tripes et t’empêches de penser correctement. Tu l’as vu, pourtant, le regard suppliant du serpent mais tu ne t’arrêtes pas. Tu y mets de la puissance dans le sortilège comme si ça allait t’aider à te sentir mieux. Tu relâches la pression au fur et à mesure que le gamin gémis. C’est comme une douce mélodie à tes oreilles comme celle que tu murmures chaque nuit avant de t’endormir. Tu ne veux plus être la seule à avoir peur, t’en as marre de te sentir isolée du reste du monde. Alors tu te décides à partager, à montrer aux autres ce que ça fait de vivre dans la peur continuellement.

Y a pas de sourire apparent, ni de vie dans le regard. T’es vide de l’intérieur comme si tu ne ressentais plus rien. C’est quand tu entends des pleurs de l’autre que tu coupes le sortilège. Tu ne laisses pas vraiment de répit, un nouveau sortilège passe tes lèvres.

#Vicero

Tu as envie de jouer avec l’esprit. La douleur physique n’est pas aussi horrible que la psychologie. Une envie de voir l’horreur transparaître au fond de ses yeux. Le reste, tu t’en contrefiche. La souffrance psychique est pire que tout, elle te bouffe pour ne rien laisser. Elle te consume petit à petit et le pire c’est que c’est toi-même qui te l’infliges. Comme si ton esprit est ton ennemi. Puis tu laisses la colère redescendre un peu, tu pars récupérer un verre de whisky et tu t’installes sur le canapé. Tu informules un #Protectores Undae sur Alhena et toi-même puis tu formules clairement.

#Periculosa Undae

Tu le coupes dans les trente secondes et laisses tomber ta baguette près de toi. Parce que tu ne veux pas les tuer, pas vraiment. Tu veux juste faire payer leur insolence. Tu voulais juste être tranquille ce soir, te défoncer. C’est tout. Mais il a fallu qu’ils se pointent tous. Comme si ton domicile était un lieu de rendez-vous. T’as décidé de laisser Liderick un peu tranquille et de regarder les deux autres comme si c’était un spectacle. Mais même avec ça, on a toujours l’impression que tu es inerte.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Dwelling Reckless

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 [Habitation] Dwelling Reckless

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.