AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 2 sur 6
Sur une île éloignée des côtes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 2 Mar 2017 - 1:15


Je suis lea pire P/Mère mais si tu savais comment je tiens à toi —

Je me rappelle d’un soir
Où il faisait moins noir cafard
Qu’en mon coeur sans espoir
Toutes les lumières étaient éteintes
Et j’arpentais une falaise
Y contemplant le souvenir
De la première femme que j’avais aimé

Aimé assez pour la tuer

Refusant de lui pardonner
L’attachement qu’elle offrait à un autre
Oh que j’étais alors jeune et inconsciente
Laissant des personnes guider mes actions

Le temps m’avait appris à corriger cela
A effacer les gens
Pas à pas
A oublier tout ce qui avait défini le moi
A commencer par l’instinct de protection
Après tout ma magie s’était développée pour répondre
A l’anxiété de ma soeur
La priorité était de mourir

De cesser d’exister dans les souvenirs des gens

De changer d’identité
Être un fantôme de chair
Un fantôme qui erre
Entre vous sans rien dire
Avec ses concepts comme seul repère

J’veux la magie comme boussole
Pas le visage de ma mère
Alors j’lui ai intimé de m’oublier
Quand elle m’a vu à l’enterrement
Elle était incapable de me reconnaître
Peu à peu je me fais fumée
Si efficace dans ma dissolution

Pourtant ce soir j’oscille
Entre ces deux univers
Entre les gens et les idées
Coincée quelque part dans leur union
Le souci quand on se bat pour ses convictions
C’est qu’on finit par trouver des gens qui les partagent
Et là là il est tentant de rebasculer
Dans les mêmes erreurs

Un coup j’m’approche de l’un
Et ne m’en arrache qu’avec deux gosses
Une captive qui s’échappe
Une identité qui se dévoile

Un coup je m'attache à l'autre
Et la méfiance se dresse à me voir devenir
Son animal de compagnie
Oubliant son libre arbitre
Par chance il m'a rejetée
Mais faut-il vraiment qu'ils me jettent hors de leur vie
Me remettent à des fonctions de larbin lambda
Pour que je me souvienne de ne pas faiblir ?

A l'angle de rue j'ai deviné
La silhouette d'un de mes points faibles
Alors j'ai transplané
A la va vite
Loin des risques

J'ai fui
Comme une lâche
Comme une faible
En évitant de succomber
A l'Être

J'me suis jetée
les genoux trempés
contre le sable
et les doigts fébriles j'ai écrit
j'ai écrit des mots de travers
jusqu'à produire du sens
jusqu'à comprendre

THEWORLDISSOMYSTERIOUSANDWILD
WHENYOUSTARTTOSEEITTHRUTHEEYES
OFACHILD

Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Peter McKinnon, Dim 11 Juin 2017 - 8:34


Si y'a un soucis avec ce RP manifestement abandonné dites moi, au pire ceci n'est qu'un RP unique ...


RP Unique : Enterrement des parents de Peter


Peter aimait profondément l'Ecosse, c'était son pays. Et, ce jour-là, alors que les cloches d'une minuscule église perdue sur un rocher au large des côtes de Grande-Bretagne sonnaient, l'Ecosse était bien la seule chose qui lui plaisait dans le paysage. Dans son dos, une petite troupes d'une dizaines de personnes à peine s'était réunies devant les portes du bâtiments sacralisé, lequel était si petit qu'il faisait plutôt penser à une chapelle en hommage aux marins morts en mer qu'à une église. Peter, lui s'était éloigné des restes de sa famille, si seulement ce mot avait un jour pu s'écrire au singulier pour lui ... Aussi longtemps qu'il s'en souvenait, la branche paternelle, sorcière, n'avait jamais pu apprécier la branche maternelle, moldue, qui n'avait jamais compris pourquoi. Il était le seul rescapé d'un mariage improbable entre un sorcier qui n'avait pas tenu à la magie et une moldue qui n'allait jamais réussir à comprendre son fils. Et tous deux en étaient là maintenant, dans deux boites en bois. Après l'absurdité d'une vie de famille qui proscrivait formellement l'usage de la magie, Peter se retrouvait face à l'absurdité de la mort.

Le vert s'était réfugié aux bords d'une petite falaise d'où il pouvait voir l'Île de Bretagne. Se passant la main sur le visage, il poussa un long soupir contre le vent qui venait décoiffer sa tignasse brune. Il avait décidé de revêtir un costume moldu sombre pour la cérémonie. Parce que, absurdité de plus, ses grands-parents moldus n'avaient jamais rien su de la magie et allait continuer à ignorer. Ils étaient gentils mais tellement naïfs quand Peter y pensait. Le préfet avait pensé à leur laisser Camilia, sa soeur, pour qu'ils s'en occupent pendant son dernier mois de cours à Poudlard, après il serait libre de trouver un endroit où s'occuper d'eux deux. Mais une évidence avait fini par s'imposer à lui : elle n'appartenait pas à leur monde. Certes, elle avait toujours été élevée comme une moldue par leurs parents et son absence de capacité magique avait été une justification parfaite, mais les cracmols faisaient partie de la communauté magique selon les lois du Ministère. Aussi, Peter s'était retrouvé bien plus tôt que prévu dans la position de celui qui avait à faire un choix entre deux mondes, et, s'il avait tranché sans se poser de question pour lui-même, il éprouvait plus de remords pour Camilia, toujours mineure, dont il se sentait soudainement responsable.

- Qu'est-ce que c'est que ces vêtements que tu portes là ?

C'était sa grand-mère paternelle, une femme sèche et sévère qui n'avait jamais approuvé le mariage de son fils et avait toujours mit sur le compte de sa moldue de belle-fille le caractère cracmol de Camilia. Il était évident que cette femme ayant passé sa vie dans l'intransigeance des principes ne devait pas supporter les vêtements moldus de son unique petit-fils, ni les siens d'ailleurs ... Au moins, elle et son mari avaient fait un effort pour paraitre convenables à la cérémonie catholique qui allait "célébrer" le départ des parents de Peter vers le dernier continent. Peter n'adressa pas de réponse à celle qui allait à présent s'occuper de sa soeur, du moins pendant un petit mois. Et par s'occuper, il n'entendait pas simplement la loger et la nourrir, il y avait quelques explications sur le monde sorciers qui devaient être posées et que Peter n'avait pas le courage d'aborder. Au bout de quelques instants, le petit groupe de personnes attroupées devant les portes de l'église entrèrent et Peter les suivit avec sa grand-mère.

L'intérieur de l'église était aussi minuscule et miteux que l'extérieur du bâtiment. Celle-ci n'avait d'ailleurs été choisie que parce qu'il ne fallait pas que des gens apprennent que l'on faisait une célébration moldue pour l'enterrement de l'avant-dernier des McKinnon. Et puis, en cas de phénomène magique inopiné, c'était plus pratique. On pouvait reprocher beaucoup de choses aux grands-parents paternels de Peter, mais ils avaient un certain sens de l'organisation lorsqu'ils le voulaient et pouvaient se donner les moyens de leurs ambitions. Une fois dans l'église, Peter remonta la nef pour aller s'asseoir au premier rang. En passant, il entendit son oncle se fendre d'une observation : « Mais où est la mariée ? ». C'était le frère de sa mère, devenu zinzin après un accident de pommier lorsque Peter était tout jeune, comprenait-il seulement ce qu'il faisait là ? Peter ne se posa pas plus longtemps la question et s'assit à coté de sa soeur dont il prit la main.

- Nous sommes réunis ici, en ce jour ...

Le curé venait de commencer son laïus devant les deux cercueils en bois renfermant les restes des parents de Peter, lequel sentait soudain sur ses épaules un poids bien trop grand pour lui. En dehors de la gestion de leur maigre héritage et de l'éducation de sa soeur, le vert se retrouvait soudainement le dernier des McKinnon. Cette famille qui avait préféré se cacher définitivement après la première guerre contre les Mangemorts pour ne plus revivre le massacre qu'ils leur avaient fait subir. Cette volonté de rester cachés, Peter ne l'avait jamais comprise et s'était toujours promis que le jour où il serait le dernier à porter son nom, après son père, il redorerait le blason de sa famille et corrigerait des décennies d'oubli. Oui, mais voilà, à présent tous le poids de choix réitérés génération après génération pesait sur lui et il n'avait qu'une envie : se cacher à son tour.

Et puis, il y avait un autre poids qui maintenait Peter assit alors que toute la petite assemblée se levait successivement au rythme du rite catholique romain de la célébration des funérailles, celui de la culpabilité. Oui, la mort soudaine du couple était un véritable hasard, indépendant de sa volonté, mais le vert et argent ne pouvait pas s'empêcher de penser que c'était lui qui les avait tués. Combien de fois avait)il espéré que ses parents disparaissent pour qu'il puisse se rendre à Londres, sur le Chemin de Traverse, au lieu de rester enfermer chez lui l'été, perdu en Ecosse ? Et combien de fois s'était-il dit que tôt ou tard ils allaient être un obstacle sur la voie qu'il avait choisie pour lui-même ? Toutes ces pensées, et les malédictions contre son père et son petit esprit qui avait abandonné l'usage de la magie dans le foyer familial, tout cela lui revenait soudainement là, dans l'église battue par le vent et la mort. Ca et tout le reste, tout devenait soudainement trop grand et trop incompréhensible pour Peter qui n'avait plus pour seul au revoir que son silence.


Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A déplacer

Message par : Josephine Campbell, Mer 19 Juil 2017 - 17:04


Deux Lionnes à un festival sorcier


Avec Aria
 amour



C’était par accident que Jo était tombée sur le parchemin. Son père était rentré pour le week end dans leur maison au bord du lac et il avait ramené avec lui un tas de courrier non ouvert. Il avait posé cela sur le plan de travail de la cuisine et était sorti dehors rejoindre sa femme sur le ponton de bois sur le bord de l’eau où elle avait décidé de peindre.

Jo l’avait entendu arriver et avait dévalé les escaliers aussi vite qu’elle pouvait pour pouvoir l’embrasser. Lorsqu’elle le vit dehors, elle ne put s’empêcher de courir pour lui sauter dans les bras. Il n’était pas parti longtemps mais il lui avait terriblement manqué. Lorsqu’elle retourna a la cuisine pour lui faire gouter les biscuits… à moitié brulés… qu’elle avait fait un peu plus tot dans la journée son regard fut attiré par cette petite pile de courrier.

Rien de bien intéressant. Rien qui lui était destiné en tout cas… Sauf ce parchemin qui changeait de couleur toutes les deux secondes. Elle s’en saisit et lu ce qui était écris dessus.
Un festival… Un festival sorcier… cet été…

**************************

Si ses parents apprenaient qu’elle était partie seule à ce genre d’événement, ils la tueraient. Son père avait bien vu qu’elle avait regardé ce parchemin plus d’une fois. Il connaissait bien sa fille… et il lui avait interdit d’y aller et lui avait dit qu’une jeune fille seule ne pouvait pas se rendre là bas (ne lui avait il pas dit une fois qu’il avait assisté à un de ces festivals sorcier et que cela avait été un des moments les plus amusant de sa vie ?). Elle n’était pas sotte, elle n’allait pas boire un verre que pourrait lui offrir le premier venu. Elle saurait se débrouiller toute seule ! Et puis lorsqu’il lui avait dit que des personnes peu recommandables aimaient semer le trouble dans ce genre d’événement, elle ne l’avait pas écouté, bien trop occupée à trouver un stratagème pour pouvoir s’y rendre. Jo avait ce qu’on appelle une écoute sélective…

On était en plein après midi, Josephine s’était rendue à un des nombreux portoloin permettant de se rendre à la fête. Elle portait un short en jean, un débardeur et son sac qui contenait tout son bordel habituel… Elle avait prétexté un après midi et soirée entre ami pour  justifier son absence de la maison. Ce n’était pas la première fois qu’elle « cachait un peu la vérité » à ses parents. D’habitude, ce n’était pas grand-chose… là, elle avait fait fort… Elle n’était jamais arrivée à ce stade du mensonge. Les pauvres… ils lui faisaient confiance et elle était bien trop casse cou et aventurière pour se raisonner et les écouter. Il ne lui était jamais rien arrivé jusque là… heureusement pour elle, mais peut être que cela n’allait pas durer.

Lorsqu’elle toucha le vieux journal qui servait de portoloin à 15h précise, elle fut automatiquement transportée à l’endroit désiré. Peu habituée à ce moyen de transport elle s’était retrouvée à l’atterrissage, la tète contre le sol. Elle sut tout de suite qu’elle était arrivée à destination lorsqu’elle entendit en fond sonore de la musique. Elle se remit sur ses jambes, complètement excitée d’être enfin arrivée.

Musique

Il y avait un monde fou. Ça avait l’air d’être situé dans des champs au milieu de nulle part. Des dizaines de stands de toutes les couleurs qui proposaient des objets qu’elle n’avait jamais vu  se trouvaient non loin d’elle et au loin elle pouvait voir une immense scène où se massaient des milliers de personnes.

Elle sentit soudainement qu’on lui saisit le bras. Elle se retourna surprise et pu voir une fille qui devait avoir la vingtaine, les cheveux bleus et le corps parsemé ici et là de tatouages pointer sa baguette magique sur son poignet. Avant qu’elle ne puisse dire quoi que ce soit la fille la regarda d’un air nonchalant et lui asséna un : « C’est 10 galions l’entrée, sinon je te renvois d’où tu viens ».

De sa main libre, Jo chercha la somme réclamée dans son sac et la tendit à la fille. Une fois l’argent en main, cette derniere changea du tout au tout et devint plus… amicale. Elle lui fit un signe de la tête et fit le tour du poignet de Jo de sa baguette. Un dessin représentant des feuilles de lierre apparu sur sa peau sur le tour de son poignet et se mit à changer de couleur au bout de quelque secondes. Il passa du vert au bleu, du bleu au rouge, du rouge au violet…

- Voila maintenant tu peux y aller. Tu as ton laissé passé pour la fête ! ça disparaitra dans quelque jour.

La fille ne demanda pas son reste et parti accueillir d’autres arrivants.

*Quelque jours et ben t’es dans la mouise… Tu vas te faire griller à ton retour c’est sure… *

La pauvre conscience n’eu pas toute l’attention de Josephine pendant bien longtemps. Elle fut distraite par des cris de foule au loin. Une sorte de poudre colorée avait été lancée dans le ciel près de la grosse scène. Il allait se passer bientôt quelque chose par là bas. Une voix chauffait la foule qui répondait bien volontiers en sautant et en hurlant à plein poumon.


Petit aperçu:
 


Dernière édition par Josephine Campbell le Lun 2 Oct 2017 - 5:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Dim 23 Juil 2017 - 17:54


RP avec Josephine Campbell


Assise sur le canapé de mon salon, je contemple mon livre que je viens de finir. Je médite sur ma lecture, rêveuse. Je n’avais qu’un seul mot à dire, c’était « Waouh ! ». Ethan et Lena sont si touchants l’un envers l’autre. Quand je pense que malgré le fait qu’ils soient tous les deux différents, leur amour a été plus fort que tout. Un amour tellement sincère, profond et unique ! Une attirance tellement puissante ! Qu’est-ce que j’aimerais moi aussi pouvoir vivre un amour comme celui-ci. Je me lève, serrant mon livre des « 16 Lunes » contre ma poitrine et me met à danser, m’imaginant vivre un grand amour avec lui. Lui… je ne sais pas encore qui c’est mais je sais que je l’aimerais. Ce sera peut-être mon voisin, ou quelqu’un de l’école ? Quelqu’un que je rencontrerais cette année peut-être ? Je me laisse tomber sur le canapé en soupirant. Moi aussi je veux connaitre l’amour, le vrai ! Celui dont tout le monde parle, celui qui est aussi fort qu’Ethan et Lena.

Je réalise que j’ai besoin de connaître la suite de mon livre et maintenant ! J’ai besoin de savoir ce que vont devenir ces deux ados. Est-ce que leur amour va encore les sauver ? Je me tape la main sur mon front en me disant que je suis vraiment bête. En l’achetant, je savais très bien qu’il y avait quatre tomes en tout. Pourquoi n’ais-je pas acheté tout de suite le deuxième ? Je ne peux même pas dire que je vais demander à Dae, il ne pourra pas m’aider là pendant les vacances. Je crois qu’il n’y a pas trente-six mille solutions, il va falloir que j’aille l’acheter et maintenant. Je regarde l’heure, 14h45. Parfait ! J’ai largement le temps !

Allez hop, je me lève et cours dans ma chambre chercher mon sac avec mon porte-monnaie à l’intérieur et redescend. Je m’apprête à ouvrir la porte d’entrée lorsque je me rends compte que je n’ai pas ma baguette avec moi. Je la prends ou non ? La librairie est à peine à quinze minutes à pied. Je me tâte… Bon, finalement je me dis qu’il vaut mieux être prudent, juste au cas où. Petit soupir, je remonte les escaliers, attrape ma baguette et la glisse dans mon sac. Juste avant de sortir, j'hésite à laisser un petit mot à mes parents mais après réflexion, je me dis qu'ils rentreront du travail bien après moi.

Une fois dehors, j’emprunte le chemin vers la librairie. Comme d’habitude, je prends le raccourci que je connais maintenant si bien. J’ai encore la tête dans mon livre. Que va-t-il se passer dans le deuxième tome ? Je suis en plein suspense là et j’ai trop hâte de connaître la suite. Je sens que je suis partie pour une nuit blanche. D’ailleurs, il serait plus sage d’acheter tout de suite les deux autres tomes aussi. Je ne me ferais pas avoir deux fois, ça non.

Sur ma route, j’aperçois par terre, une bouteille posée au milieu de morceaux de pierres. Je commence à râler toute seule, me disant que c’est quand même incroyable que les gens ne sont pas capables de jeter leur déchets à la poubelle ! Énervée, je m’avance vers la dite bouteille et l’attrape en disant à voix haute : « Ça ne coûte quand même rien de prendre cette bouteille et de la jeter dans …. » Je n’ai pas le temps de finir ma phrase que je me sens tourbillonnée à droite, à gauche, comme retournée dans tous les sens. Serait-ce un portoloin ? Bwaa… J’ai envie de vomir, je crois que je vais…

Et d’un coup, je tombe directement sur le sol. Allongée sur le dos, les yeux fermés et l’estomac totalement retournée, je me demande où je suis. J’entends du bruit autour de moi : de la musique, des personnes. Un boucan d’enfer… Mais j’étais où ? Un concert ? Bah bravo Aria, toi et tes manies de te mêler de tout ! Tu ne pouvais pas laisser cette bouteille à sa place ?

Je me décide à me lever lorsqu’une femme m’agrippe le bras et m’avertit : « C’est 10 galions l’entrée, Mademoiselle ». Quoi ? Étonnée, je lui réponds aussitôt : « Euh… Quoi ? 10 galions pour quoi ? » La femme tient toujours mon bras et ne me le lâche pas. Je m’exclame aussitôt : « Mais lâchez-moi… » J’essaie de me débattre pour qu’elle me libère mais elle insiste : « Vous payez ou vous partez ! » Bah oui, si tu me lâchais, je pourrais peut-être partir oui. Je commence vraiment à m’énerver là. Je lui cris : « Mais lâchez moi ! »
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Lun 24 Juil 2017 - 7:49


LA d'Aria


Des odeurs agréables parvenaient jusqu’aux narines de Jo. Apparemment ce festival n’était pas seulement le point de rencontre des fêtards. Il devait y avoir pas mal d’épicuriens et d’amateurs de boissons exotiques. Il y avait sur des étales des fruits et des herbes étranges. Jo n’avait encore jamais vu cela. Peut être qu’il n’y avait pas que des choses légales vendues ici… Il ne serait peut être pas étonnant de trouver des personnes du ministère chargées de faire des contrôles de marchandises.

La jeune fille s’apprêtait à regarder de plus près les accessoires vendus à l’effigie du festival, cette couronne de fleurs blanches lui avait tapé dans l’œil, lorsqu’elle entendit non loin d’elle des haussements de voix. Elle se retourna et fut surprise de voir une très jeune fille au contrôle des entrées.

*Oua ! Ses parents sont cool de la laisser venir là !*

Oui parce qu’elle avait l’air d’être venue toute seule en plus !

A bien la regarder… Jo la connaissait. Elle ignorait son nom mais elle l’avait déjà croisé à Poudlard et même plus précisément dans la tour Gryffondor. La jeune fille semblait se débattre avec la fille du contrôle qui était aussi agréable qu’une porte d’Azkaban. Jo s’approcha et se permit d’intervenir.

- Attendez ! C’est bon ! Voila les 10 galions.

Jo fouilla dans son sac et en sorti une petite bourse. Elle donna son dû à Miss Sourire et se tourna vers sa camarade.

- J’ai trouvé plus tête en l’air que moi. Tu comptais aller jusqu’où comme ça sans argent ?

Pas le temps de répondre que Miss Sourire pointa sa baguette sur le poignet de la petite étourdie qui n’avait pas l’air rassurée.
Jo posa une main sur son épaule et lui fit un sourire rassurant.

- Ne t’inquiète pas, ça ne fait pas mal, ça partira au bout de quelque jours.

Une fois le tatouage qui changeait de couleur en place, et Miss Sourire partie torturer d’autres arrivants Jo pu enfin se présenter.

- Moi c’est Josephine, enfin… Jo. On est ensemble à Gryffondor, tu me reconnais ? Je ne pensais pas trouver ici des personnes plus jeunes que moi ! Je suis assez étonnée !
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Mer 26 Juil 2017 - 3:26


Une fille plus âgée que moi s’approche alors de nous. Son visage me dit quelque chose. Elle s’adresse à la femme en lui disant qu’elle allait payer la somme. Je suis surprise et la voit fouiller dans son sac. Et là, ça me revient ! C’est une Rouge et Or ! Oui oui, je l’ai déjà croisé dans la salle commune.

Après avoir payée la somme réclamée, la femme me lâche enfin le bras, prend sa baguette et la pointe directement sur mon poignet. Oh oh… Mais qu’est-ce qu’elle me fait celle-là ? J’essaie de retirer mon bras mais elle a beaucoup de force. La Gryffondor pose sa main sur mon épaule et je me laisse faire. Elle me rassure en me disant que ce ne sera pas douleur et que ça restera quelques jours. J’ai bien entendu ? Un tatouage ? Sérieux ? Ah bah oui, en effet, quelques secondes après, j’avais un magnifique tatouage au niveau de mon poignée et… il changeait de couleur ! Moi il me plait énormément, il est vraiment joli… mais ça craint, mes parents vont le voir du coup. Dans quoi tu t’es embarquée Aria ? En tout cas, ce qui est sûr, c’est que je suis en présence de sorciers. Ok…

La fille m’interrompt dans mes pensées et se présente. Elle s’appelle Joséphine ou plutôt Jo et me confirme que nous sommes bien dans la même maison. Je me présente à mon tour :

« Moi c’est Aria. Oui, je t’ai déjà croisée dans la salle commune et dans les couloirs. »

J’inspecte rapidement les lieux : une foule de gens dans tous les coins, de la musique en plein air, différents stands éparpillés un peu partout… Les personnes avaient l’air de s’amuser et de faire la fête. Est-ce qu’il y a un évènement particulier à fêter aujourd’hui ? Je me replonge rapidement dans mes souvenirs de l’histoire de la magie cherchant un évènement le 17 juillet... mais non, ça ne me dit rien. J’interroge alors Jo :

« Euh… dis moi, je suis où là ? C’est quoi tout ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Mer 26 Juil 2017 - 6:52


Elle s’appelait Aria, joli prénom… Il allait bien à ce joli petit visage d'ange en tout cas. Et elle la reconnaissait. Ouf !! On évitait là une situation gênante où Jo avait la confirmation d’être totalement invisible aux yeux de ses congénères.

*En même temps… tu as toujours le chic pour te faire remarquer, le contrait m’aurait étonné…*

Le comportement de la jeune fille était étrange. Elle regardait autour d’elle sans avoir l’air de comprendre où elle avait atterri.

*Pas besoin de faire l’innocente avec moi, j’ai aussi fait le mur pour venir…*

Mais à bien la regarder, son égarement avait l’air vraiment sincère. Elle regardait tout autour d’elle et semblait se demander ce qu’elle faisait là. D’ailleurs elle ne manqua pas d’interroger Josephine à ce sujet. Cette dernière haussa les épaules avant de répondre le sourire aux lèvres, comme si la réponse était logique.

- Et bien, tu es à un festival sorcier !

Aria la regarda avec un air empli de surprise.

- Ben quoi ? T’as pas trouvé ce portoloin par hasard quand même ?!

Jo se mit à rire. Tout de même... Personne n'était aussi poisseuse qu'elle. Elle n'avait pas encore trouvé. Pas encore... Mais peut être que c'était chose faite désormais. Jo fut distraite un moment par  des étincelles qui provenaient d'un stand un peu plus loin. Des feux d'artifice magique... Elle adorait cela.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Mer 26 Juil 2017 - 15:58


Est-ce que j’avais bien entendu ? Un festival sorcier ? Oh la la… Mais qu’est-ce que je fiche ici ?
Apparemment, le fait que je sois surprise l’étonne puisqu’elle me répond d’un air assez sarcastique : « Ben quoi ? T’as pas trouvé ce portoloin par hasard quand même ?! » Bah... comment lui dire en fait ?

« Eh bah si… » Je m’interromps quelques secondes et me dit qu’il fallait quand même que je lui explique parce que j’avoue que ça peut paraître bizarre de répondre oui à cette question. Surtout qu'elle n'a pas trop l'air de me croire. Je reprends donc :

« Bon, en fait, je suis sortie de chez moi parce que je voulais acheter un livre. Non, parce que tu vois, c’est un roman en quatre tomes et comme une idiote, bah, je n’ai acheté que le premier. Et tout à l’heure, je l’ai évidemment fini et je mourrais d’envie de connaître la suite. C’est donc pour ça que je suis sortie de chez moi ».

Petit soupir. Mais pourquoi je lui déballe toute ma vie ? C’est vrai quoi, elle n’a peut-être pas besoin de connaitre tous les moindres détails ! Tant que j’y suis, je lui dis aussi que j’allais partir sans ma baguette et que du coup, je suis remontée la chercher ? Du vrai n’importe quoi, j’avoue… Je dois aller à l’essentiel ! Je poursuis donc :

« Bref, tout ça pour dire que j’étais en chemin vers la librairie et que j’ai vu une bouteille posée au milieu de quelques pierres… bah, je l’ai prise pour la mettre à la poubelle.... Et hop, je me suis retrouvée ici. »

Je devais quand même la remercier de m'avoir secouru avec la femme de l'entrée. Je la regarde et lui dis : "Merci au fait pour tout à l'heure. ça ne te dérange pas du coup que je te rembourse à Poudlard ? Nan parce que tu vois, je n'ai pas pris mon argent sorcier".

Je regarde ma montre, il est 15h15. J’imagine que maintenant que je suis là, je peux rester un peu ici si Jo veut bien que je reste avec elle.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Jeu 27 Juil 2017 - 14:50


On n’arrêtait pas de dire à Josephine qu’elle parlait trop. C’était vrai. Surtout lorsqu’elle était stressée. Peut être que pour Aria c’était la même chose ? La petite fille avait raconté le pourquoi de sa présence ici. Jo ne put s’empêcher d’avoir un sourire de plus en plus grand au fur et à mesure de son récit, amusée par le sens du détail d’Aria.

Donc elle était arrivée là par hasard… Et bien ! Elle avait eu de la chance d’être envoyée ici. Ça aurait pu être bien pire… et surtout bien plus dangereux. Bon après il n’y avait certainement pas que des anges ici, mais ce n’était pas non plus le quartier général des Mangemorts.

Elle lui demanda si elle pouvait attendre la rentrée pour la rembourser. Jo hocha la tête. De toute façon, elle ne comptait s’acheter quoique ce soit cet été. Son cours de dessin était déjà réglé et il fallait qu’elle commence à mettre de l’argent de coté et arrêter de tout flamber… Bon après le festival par contre !

- Ne t’en fait pas pour ça. Ça peut attendre septembre.

Un feu d ‘artifice qui prit la forme d’un arbre se mit à exploser juste au dessus de leur tête. Jo sursauta et plaça machinalement la main sur son cœur avant de rire de la petite frayeur qu’elle venait d’avoir.

*C’est dommage de gâcher de si belle chose en plein jour! On pourrait plus en profiter un maximum la nuit.*

Elle fini par reprendre son calme et posa sa main sur l’épaule d’Aria.

- Bon maintenant que tu es là, tu peux rester un peu non ?
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Dim 30 Juil 2017 - 10:21


Elle est d’accord pour que je la rembourse à la rentrée. Tant mieux. Je n’aime pas avoir des dettes d’argent mais sincèrement, j’avais vraiment la flemme de faire l’aller-retour, sachant que l’aller m’a déjà bien retourné le ventre.

D’un coup, un bruit survient d’au-dessus de nos têtes, je sursaute et par réflexe lève la tête pour assister à un magnifique feu d’artifice. En éclatant, il avait donné la forme d’un arbre. C’était super joli. Jo pose ensuite sa main sur mon épaule et me propose de rester avec elle. Je suppose que mon livre peut attendre jusqu’à demain, je survivrais bien surtout que pour une fois que je faisais autre chose que lire, j’avoue que c’est une bonne idée. Et puis, Jo a l'air d'une fille gentille. Je ne pense pas qu'il pourra m'arriver de grosses catastrophes avec elle. Je ne la connais pas vraiment mais elle n'est pas vraiment une inconnue puisque nous sommes dans la même école. Je la regarde en souriant et m’exclame :

- Evidemment, tant que je suis là, autant profiter un peu, surtout qu’il y a l’air d’avoir tellement de choses à voir ici !

Je commence à parcourir les alentours du regard : entre les musiciens, les différents stands d’objets faits-mains, de nourriture, de jeux, de tatouages, d’animations… et j’en passe… Il y avait de quoi faire pour se distraire pendant plusieurs jours. Par contre, je ne pouvais pas rester des jours et des jours moi, mes parents s’inquiéteraient et me tueraient surement à mon retour. Enfin… tuer et un grand mot évidemment mais vu que mon frère va mieux, autant éviter que ce soit moi qui enchaîne les ennuis. Je m’empresse donc d’informer Jo sur l’heure de mon départ :

- Par contre Jo, il faut absolument qu’on surveille l’heure parce que je dois impérativement être rentrée chez moi avant mes parents, c’est-à-dire avant 19h00. Tu crois que c’est faisable ?
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Lun 31 Juil 2017 - 8:13


Musique

Harder, Better, Faster, Stronger   amour

LA mutuel jusque la fin du RP



La petite Aria était d’accord pour rester. Super. Ce genre d’animation c’était tout de même mieux à deux. Lorsque Jo avait décidé de s’y rendre, elle n’avait vu personne dans son entourage qui aurait été partant. Et les seules personnes à qui elle aurait pu demandées étaient loin pendant cette période estivale. Une chance que sa camarade ait débarquée par hasard  et sans le vouloir !!

Elle lui précisa tout de même qu’elle devait partir pour 19h… L’heure à laquelle l’ambiance allait surement monter. Quel dommage… Mais en même temps, elle avait l’air plus jeune qu’elle donc cela semblait assez logique. Déjà que ses parents à elles avaient refusé qu’elle s’y rende parce qu’elle est était trop jeune… et qu’elle était une fille. « Les jeunes filles ne doivent jamais se promener toutes seules »lui répétait sans cesse son père… Tu parles d’un calvaire ! Pourquoi n’était elle pas née garçon ?! Tout aurait été beaucoup plus simple ! Elle n’aurait pas à se coiffer tous les matins, à mettre des robes et à mentir pour pouvoir se rendre à une fête.

- Pas de problème ! Par contre, il va falloir surveiller l’heure ! On ne voit pas le temps passer dans ce genre d’endroit.

Pas le temps à la petite de répondre quoi que ce soit, Jo lui prit la main et l’entraina vers la foule près de la grande scène. Le shopping ça serait pour plus tard ! Là la musique qu’elle entendait commençait à chatouiller ses oreilles et ses jambes ne répondaient plus de rien.  La musique devenait de plus en plus assourdissante. Jo leur frayait un chemin dans la foule pour qu’elles puissent être au cœur de l’ambiance. Une fois la distance acceptables entres elles et la scène, Jo se tourna vers Aria et lui cria dans l’oreille.

- Maintenant, montre-moi de quoi tu es capable.

Jo commença à se trémousser. Elle n’était pas une bonne danseuse, mais dans le n’importe quoi, n’importe comment elle était championne et c’était exactement ce que la musique qui passait exigeait.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Mar 1 Aoû 2017 - 7:08


LA mutuel jusqu’à la fin de ce RP


Elle me conseille de surveiller l’heure. Effectivement, le temps risque de s’écouler rapidement par ici. Sans me laisser le temps de rajouter quoique ce soit, elle prend ma main et m’entraine en plein milieu de la foule. J’essaie d’esquiver certaines personnes, parfois j’y arrive mais parfois non, et j'en bouscule quelques uns dans mon passage. Bizarre, ils ne disent rien et ne prêtent même pas attention à moi.

Puis, Jo s’arrête, se tourne vers moi et hurle de le lui montrer de quoi je suis capable. Euh… que je suis capable de faire quoi au juste ? Je fronce les sourcils et comprends en la regardant. Je la vois se trémousser pour danser. Amusé, je l’observe en premier, puis j’essaie de l’imiter timidement, en balançant très légèrement mes bras. Il faut dire que je n’ai jamais été à un festival ni à un concert. La seule soirée dansante que j’avais faite, c’était avec mes parents pour le nouvel an. Donc bon… ce n’est pas trop la même chose. Mais j’essaie de faire plaisir à Jo et me laisse aller tout doucement. La musique s’arrête et une autre enchaîne aussitôt.

♪ Musique ♪

Celle-ci est différente, elle m’appelle et m’invite à bouger. Oubliant ma timidité et le ridicule que je pourrais avoir, je commence à remuer mon corps dans tous les sens. Je me laisse rythmer par la musique en laissant mon corps agir comme il le souhaite : je balance mes épaules et mes hanches, j’agite mes bras, sautille par moment et cris des « Hé » et des « Oh » de  joie. Je continue de danser, baladant ma tête de gauche à droite. Je me lâche complètement ! Qu’est-ce que ça fait du bien ! Bonheur, joie, folie, adrénaline… Jo me faisait découvrir une nouvelle façon de s’évader.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Ven 4 Aoû 2017 - 15:08


Aria la regarda se déhancher un petit moment avant de comprendre ce qu’elle attendait d’elle. Puis elle se mit à bouger d’une façon peu naturelle au début, puis peu à peu elle prit confiance et se lâcha complètement. Peut être que le morceau qui venait de commencer l’inspirait un peu plus. Elle la faisait rire cette petite prise soudainement dans toute cette euphorie. Une fois qu’elle s’était assurée qu’Aria était bel et bien dans l’ambiance, Jo se mit à fermer les yeux.

Elle suivait le rythme de la foule en sautant, levant les bras  mais elle gardait les yeux clos. Elle avait besoin de s’évader un moment. Elle avait besoin d’oublier. Oublier quoi ? D’oublier ce qu’on attendait d’elle. Tout le monde voulait qu’elle rentre dans un moule. Un moule dont elle ne voulait pas entendre parler. Parce que ce n’était pas elle tout ça. Aucun moule ne lui convenait. Elle voulait seulement être elle.

Son père avait réuni ses amis quelque jour avant comme tous les ans. Ils venaient des quatre coins du globe. Et en les écoutant raconter leurs anecdotes et leurs aventure de l’année, Jo se mit à rêver qu’elle était qu’elle faisait partie de ces histoires, qu’elle les avait vécues. Elle voulait passer ce fichu diplôme et partir loin de cette Angleterre qui commençait à être trop petite pour elle.

Musique

La musique changea. Jo rouvrit les yeux. Des bulles de savon de toutes couleurs sortaient du sol et s’élevaient vers le ciel. Elle n’avait jamais rien vu de tel. C’était vraiment un joli spectacle à voir. Elle avait menti pour arriver là, elle n’était pas fière d’elle. Mais elle ne regrettait pas non plus. Elle laissa la musique passer et une fois celle là fini posa une main sur l’épaule d’Aria.

- T’as pas soif ? Il fait une de ces chaleurs ici !




HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Mar 8 Aoû 2017 - 8:59


Je danse et tourne sur moi-même. C’est tellement bien de pouvoir se lâcher comme ça, sans se soucier des regards des autres. Juste danser comme on a envie, en suivant le rythme de la musique. Je me demande comment papa réagirait s’il me voyait ici. Le connaissant, il ne serait pas du tout content et me disputerait à coup sûr. Je ne fais pourtant rien de mal. De toute façon, je ne sais pas pourquoi je pense à lui maintenant, c’est un festival pour sorcier donc la probabilité qu’il soit là et vraiment minime.

La musique change, un autre style, différent. Au même moment, des bulles de savons apparaissent dans le sol. Il y en a de toutes les couleurs et elles s’envolent, passant autour de nous. Je continue de danser au milieu des bulles. C’est magnifique, j’adore.

Je sens la main de Jo sur mon épaule et elle me demande si je n’ai pas soif. C'est vrai que ça devient un peu étouffant ici.

- Si ! Allons-y !

Elle m’attrape le bras et je la suis. Nous nous traversons la foule en sens inverse et un grand air frais arrive sur nous. Je respire un grand coup, ça fait du bien. Elle me lâche le bras et je continue de la suivre jusqu’à arriver à un stand de boisson. Je regarde autour de moi, il y avait plein de petites boutiques de décorations et de bijoux. Il faudra qu’on aille y faire un tour après. Mais pour le moment, il fallait s’hydrater. J’ai chaud. J’attrape un élastique dans mon sac et m’attache les cheveux, d’abord en queue de cheval, puis en l’enroulant pour faire rapidement un chignon. Au moins, je peux sentir de l’air frais passer sur ma nuque. Je me tourne ensuite vers Jo et lui dis en tirant ma langue :

- Il me faut de l’eau, ma bouche est toute sèche.

Je me rends compte qu’il va falloir payer et que je n’ai toujours pas d’argent sur moi. Je la regarde, gênée et lui demande :

- Par contre… tu… tu peux m’avancer encore un peu d’argent s’il te plait ? Je… je suis vraiment désolée, ça m’embête vraiment de te demander ça, sachant que tu m’as déjà payé le billet d’entrée. Mais promis, je te rembourse tout dès qu’on se revoit.

Je lui fais un sourire gêné. A ce rythme-là, je vais la ruiner.
Revenir en haut Aller en bas
Josephine Campbell
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Mar 22 Aoû 2017 - 9:15


Ce n’était pas évident de se frayer un chemin dans toute cette foule. La population était de plus en plus dense et transportée par la musique. Jo commençait à se demander s’ils étaient transportés de façon tout à fait naturelle ou si une substance n’en aidait pas certain. Le comportement de quelque personne était vraiment étrange. L’alcool ? Ou autre chose ? Bref, il allait falloir faire attention. Il n’y avait certainement pas que du jus de citrouille en circulation ici…

En parlant de ça, les deux jeune filles arrivèrent à se sortirent de ce nuage de monde et elles pouvaient désormais se parler sans crier.

- Il me faut de l’eau, ma bouche est toute sèche. Par contre… tu… tu peux m’avancer encore un peu d’argent s’il te plait ? Je… je suis vraiment désolée, ça m’embête vraiment de te demander ça, sachant que tu m’as déjà payé le billet d’entrée. Mais promis, je te rembourse tout dès qu’on se revoit.

Jo fit un geste de main signifiant que cela n’avait pas d’importance. Aria n’avait pas l’air d’être une fille malhonnête. Elle ne doutait pas qu’elle allait la rembourser.

- Viens, on va se poser à ce stand quelques minutes. Ils ont l’air de servir des boissons fraîches.

La stand était de couleur rouge et à coté de lui avait été installé une tente grande ouverte et de la même couleur. Dessous avaient été aménagé une sorte de grand salon. Des fauteuils  avaient été posés ici et là, ainsi que des canapés. Des personnes qui consommaient des boissons étaient installées ici et là. Ce n’était pas encore bondé de monde, mais ça n’allait pas tarder à l’être si le temps ne se rafraîchissait pas.

Jo commanda des verres d’eau et deux Bièrreaubeurre, puis elle se dirigea vers la grande tente, Aria sur ses talons  et s’installa nonchalamment sur un fauteuil non occupé. Une fois que son acolyte en fit de même elle lui tendit un verre d’eau et descendit le sien d’une traite.

- Alors, Aria ! Parle-moi un peu de toi. On ne fréquente pas les mêmes cercles d’amis, je sais très peu de chose sur toi.

Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Jeu 24 Aoû 2017 - 5:15


Jo me fait un petit signe de la main et je comprends que cela ne la dérange pas de m’avancer encore de l’argent. Je me sens quand même gênée, j’ai l’impression de profiter de la gentillesse d’une inconnue. En même temps, je me dis que si les rôles étaient inversés, je n’aurais pas hésité une seule seconde à faire la même chose. N’empêche, je n’aime pas avoir des dettes et je me promets encore une fois de la rembourser dès que je la reverrais dans le château. Elle me propose ensuite qu’on aille s’installer sous la tente à côté du stand des boissons. C’est une excellente idée. Je lui fais un signe de la tête et la suit. Pendant que Jo commande des verres d’eau et deux Bièreaubeurre, j’examine rapidement l’intérieur de la tente. Il y avait des fauteuils et des canapés disposés un peu partout, comme si on se trouvait dans un de ces salons de thé que Mammy-Li va parfois quand elle retrouve ses amies. Quelques personnes sont en train de boire leur boisson tout en discutant joyeusement mais le « salon » n’est pas rempli. C’était plus calme ici à l’intérieur mais on pouvait entendre une musique latino (Des-pa-cito)

Jo s’assoit sur un fauteuil et je l’imite en m’installant sur celui à sa gauche. Les boissons venaient d’arriver, j’attrape le verre d’eau que me tendait la brune et je le bois d’un coup. Mon père me dirait surement : heureusement que ce n’est que de l’eau Aria. En tout cas, ça faisait du bien de s'hydrater un peu. La Gryffondor me demande de lui parler un peu plus de moi. Question super vague… Qu’est-ce que je pourrais lui dire sur moi ? Je la regarde accompagné d’un « Euh… » Puis en souriant, je lui dis : « Alors comme tu le sais déjà, je suis chez les lions et là, je vais entrer en quatrième année. » Comme elle voulait que je lui parle de moi et qu’elle avait l’air sympa, je continue : « Ma famille est moldue et je vis à Camberley, une ville pas trop loin de Londres. Je n’ai qu’un seul frère, et il a 18 ans »

Je décide de lui retourner la question, histoire d’en apprendre également un peu plus sur elle. Je l’interroge donc : « Et toi alors ? Tu rentres en quelle année ? La dernière ? Et tu viens d’où ? Tu as des frères, des sœurs ? »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 6

 Sur une île éloignée des côtes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.