AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 4 sur 6
Sur une île éloignée des côtes
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor

Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Josephine Campbell, Jeu 19 Oct 2017 - 7:28


Non, Aria tenait absolument à la rembourser maintenant alors que Jo était en train de se liquéfier sur place. Et maintenant, elle la laissait toute seule avec son frère ?!! Oui, elle avait soif ! Et chaud ! C’était une vraie fournaise cette maison ! Ou bien alors c’était le jeune homme en face d’elle qui lui faisait cet effet-là ? Mais pourtant, ça n’était arrivé ce genre de chose. Jamais encore, elle ne s’était transformée en guimauve devant un garçon. C’était absolument hors de question que cela commence aujourd’hui.

Aria avait filé on ne sait où, et l’intimidant Matthew lui tendit une canette de coca. Elle ne voulait pas passer pour une gourde ou une groupie niaiseuse, il fallait donc qu’elle lui parle comme s’il la laissait complètement indifférente.

- Alors… Tu fais des études ?

Elle porta la cannette à sa bouche et bu une lampé de coca. Il se tourna vers elle elle et lui fit un sourire à tomber par terre…

- Oui, j’étudie…

Il n’eu pas le temps de continuer sa phrase que la boisson sous pression s’échappa dès lors qu’il pressa le bitoniau de la canette et gicla un peu partout autour de lui… mais surtout sur lui et le pauvre T-Shirt qu’il portait.

*On est en plein délire là…*


Aria arriva au même moment et se moqua de lui. Jo aurait fait de même en temps normal, mais pas devant un Matthew aux yeux plus verts que bleus… Il enleva son T-Shirt le plus naturellement du monde.

*Eh oh !! Je ne suis pas ta sœur moi !!*


Les yeux de Jo fixaient le corps de rêve du jeune homme et n’arrivaient pas à s’en détacher.

*Il l’a fait exprès ce n’est pas possible !*

Elle fut tirée de sa contemplation peu discrète par Aria :


- Tu te rappelles de combien je te dois ?


Jo tourna difficilement la tête vers la jeune fille.

- Hein ? de quoi ?

Et sa cannette lui glissa des doigts et fini par terre.

- Ah mince !!

Elle se pencha pour ramasser la boisson qui commençait à se déverser par terre.

- Je suis désolée !! Je ne sais pas juste les 10 Gallions de l’entrée euh… enfin… tu vois !

C’est qu’Aria n’avait pas tout dit et avait omis quelque détail… Jo se remis debout et lança un Recurvite pour enlever toute trace de coca sur le sol. Sur Matthew, elle n’aurait pas spécialement utilisé la magie…

*Chuttt !! Allez hop ! Tu t’en vas maintenant !!

- C’est gentil de m’avoir proposé à boire, mais je vais devoir y aller maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
Aria Morrison
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aria Morrison, Dim 22 Oct 2017 - 10:57


C’était une autre Jo que j’avais en face de moi. La pipelette qui adorait parler n’était plus là. Elle était peut-être restée au festival ? Non parce que celle-ci avait l’air d’être restée bloquée sur Matthew. Puis d’un coup, je percute lorsqu’une image me vient en tête : celle où je me baladais avec mon frère à la fête foraine et où nous avions rencontré des amis à lui. Les deux filles qui étaient dans ce groupe le fixaient exactement de la même manière que Jo. Non… ce n’est pas possible ! En pincerait-elle pour mon frère ?

Elle m’annonce alors que je lui dois le prix de l’entrée et le reste. Mais c’était justement le reste que je voulais savoir. Je fais un rapide calcul mental et j’en déduis que je lui dois un peu près quinze galion. Je les retire donc de mon porte-monnaie et le lui tend.

Après me les avoir pris des mains, elle m’annonce qu’elle doit filer, elle est pressée. Soit elle est vraiment pressée de retourner au festival, soit la présence de Matthew la met vraiment mal à l’aise. Quoiqu’il en soit, je décide de ne pas la retenir plus longtemps. Après l’avoir remercier pour tout et lui avoir dit "au revoir", je la laisse sans aller. Passant ma tête à travers le seuil de la porte, je guette voir qu’elle emprunte le bon chemin puis entre et ferme la porte. Matthew me dit alors en souriant :

- Charmante cette Jo !

Je le regarde, puis me précipite vers lui en lui tapant le bras. Je m’exclame avec un mélange d’amusement et de surprise :

- Non mais j’y crois pas ! Tu l’as vraiment fait exprès pour le coup du T-Shirt ?!

Pas de réponse de sa part, juste un grand sourire qui en disait long avant de monter les escaliers à toute vitesse pour se rendre dans sa chambre. Je le regarde et éclate de rire.


Fin du RP pour nous deux
Merci Jo pour ce super festival Smile
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Loredana Sparks, Jeu 16 Nov 2017 - 4:06


RP avec Zackary j'ai son LA

Il était temps de quitter ce lieu, l'Allée des Embrumes ne lui convenait pas. Non pas qu'elle n' aimait pas ce genre d'endroit, disons plutôt qu'elle en avait déjà marre des regards tournaient vers elle. Pourquoi autant d'attention ?
L'un deux allait sûrement s'arrêter à un moment donné, peut-être même lui lancer un sort où lui offrir de la marchandise peu recommandée à une élève de 17 ans, mais de ce côté-là, Lore avait déjà ses contacts, pas besoins de ces choses puis lui apprendre la vie. Il était donc temps de quitter cette endroit. Zackary était resté à ses côtés, mal à l'aise cependant, mais la sorcière avait eu cette élan de sympathie, mais surtout, elle manquait cruellement de compagnie.
Tous les deux marchèrent le long de l'Allée des Embrumes, les passants marchaient lentement, ne regardant pas toujours où ils allaient, mais l'endroit était beaucoup plus silencieux que le brouhaha que l'on pouvait entendre sur le Chemin de Traverse, un endroit bien plus vivant.
Arrivée dans la coin calme, sombre et froid, Loredana s'arrêta et tendit son bras au serpentard, l'occasion ainsi de briser le silence.

- T'inquiète pas, ça ne te feras pas trop mal... Normalement...

Il hésita quelques instants puis s’exécuta. Lore pensait à un endroit calme qu'elle appréciait particulièrement et tout d'eux disparurent de l'Allée des Embrumes.
Quelques instants plus tard, ils atterrirent sur un île calme, loin de tout, avec quelques habitations autour. Le but de la jeune sorcière n'était pas de faire du lèche-vitrine, mais de profiter et de faire connaissance avec le vert et argent qui se tenait à côté d'elle.
Le soleil se couchait petit à petit, le ciel était d'une couleur orangé et le froid était toujours là. L'on pouvait apercevoir beaucoup de verdures et des petites routes en pavés où les piétons pouvaient circuler. L'endroit n'était peut-être pas idéal pour son camarade, mais elle le trouvait rassurant. Là, ils ne seraient pas dérangés.

- Je me suis dis que tu apprécierais un endroit tranquille... Enfin après je dis ça, je n'en sais vraiment rien finalement.


Elle ne connaissait pas du tout Zackary , c'était quelqu'un de très discret et qui parlait peu. Malgré tout, la jeune femme ne pouvait s'empêcher d'être intriguée et de vouloir faire connaissance avec ce sorcier plein de mystères. Savait-elle dans quoi elle s'embarquait ? Evidemment que non, elle suivait seulement son instinct qui lui disait qu'il ne lui ferait rien. Après tout,  ce n'était pas écrit sur son front et sur le sien non plus d'ailleurs, pourquoi l'avait-il suivi sans broncher ? Comme si tout ça était normal pour lui aussi. Elle l'entraîna un peu plus loin, bientôt ils ne verraient plus grand chose, mais il faisait encore assez clair pour admirer le paysage. Elle attendait son retour, si l'endroit ne lui plaisait pas, ils iraient ailleurs. Du moment qu'il ne demandait pas à aller trop loin, elle venait d'avoir son permis de transplanage, elle n'était pas encore sûre qu'ils arriveraient entier. Déjà que lors de son examen au ministère de la magie, elle y avait laissé une belle touffe de cheveux...

Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Alec Z. Dmitriev, Jeu 16 Nov 2017 - 19:50


don't forget to scream my name.En y repensant, j'avais remarqué que la vendeuse de la deventure du sombre magasin, avait à peine sursauté en m'apercevant. Elle avait même du mal à me sourire lorsqu'elle avait percutée mon regard sombre et terne de plein fouet... Si je lui avais sortit un "bouh" d'une voix neutre, aurait-elle fuit en courant à toutes jambes, aussi ? Amusé de mes réflexions, je jubiles et étire un fin sourire à peine visible, sur mes pâles lèvres. Me rappelant cette jubilation que j'avais éprouvé durant cette été aussi. Après quelques pas qui suivirent ceux de la préfète des rouges, je plissais du regard à l’énoncé prononcés d'une délicatesse attention. C'est vrai que sur le coup, je me méfiais et à contre cœur, j'ai accepté.

Je m'approche d'elle et empoigne son bras avant d'apparaître dans un CRAC d'escorte plus tard, dans une destination qui m'est inconnue. Nausée soudaine, je me tiens l'estomac. La première fois, c'était peu glorieux. C'était même vertigineux. Cette Ombre avait été fourbe et m'avait prise par surprise. Me tenant le ventre, je fais quelques pas en arrière avant de m'effondrer sur les fesses. Le transplanage d'escorte. C'est vraiment... Déstabilisant. Quelques minutes plus tard, les émotions se calment, le sol se stabilise et mon regard se pose sur elle silencieusement. Toussant de manière simultané au fait que je me redresse pour me remettre face à elle calmement. Je peux presque sentir l'angoisse grandissante de la jeune fille, qui se tient devant moi, se demandant ce que je lui veux.

Me délectant de son comportement hasardeux, je reste toujours aussi silencieux avec elle. Même si ce n'était pas une question de mérite ou de respect envers les autres, c'était juste à cause d'une vieille habitude plutôt que par fainéantise. Puis, surtout, qu'avais-je à gagner de devoir me mettre à parler. avec tout ces bouleversements assez violents dans ma vie, je n'avais plus vraiment le choix de devoir me taire. Ô, je pourrais très bien crier sur les toits, hurler à la Lune, mon désarroi, mais ça m'apporterait quoi ? Pas grand chose. Rien de bon. Rien de bien. Alors, la laisser "mourir de peur", se remettre en question vis à vis de moi, ça à quelque chose d'excitant. D'amusant. Elle avait dans le regard, ce petit diamant de curiosité, qui ne me laisse pas vraiment indifférent.

Je me surprend à éprouver, soudainement, une vague de pitié... ou alors, est-ce de la tendresse à son égard. Peu importe, c'est la même chose. Pour elle, pour les autres, du moins. Dire que la tendresse est une sensation humaine, mais était-je encore humain après mes crimes...Après mes choix... Le suis - je encore alors qu'à l'heure où j'en suis, je suis épris d'une violente réflexion qui ne s'arrête pas. Un ans déjà... Et pourtant, je peine à trouver les mots... Les principes et les enjeux d'une telle importance dans ma vie. Secouant ma tête tout en soupirant, je me masse la nuque en tremblant un peu. Faim. J'ai faim. P°°°°n, non, pas encore. Pas maintenant. Anorexie croissante, douleur naissante. Je suis qu'une poupée désarticulé d'une vie gâchée.

Alors, j'écoute d'une oreille distraite, ses paroles, sans pour autant donner l'impression que je l'ignore. Mon regard se balade sur son corps jusqu'à croiser ses prunelles avec une brève étincelle naissante dans mes iris émeraudes. Finalement, ce sentiment de tendresse s'estompe dans ma poitrine, laissant place à une fine et légèrement chaleur indescriptible. Qu'est-elle pour moi ? Que pouvait - elle bien être alors que je pars à l'abandon. Je suis en pleine perdition. ...Sur ces intenses réflexions, je secoue ma tête pour me remettre les idées en place avant de tendre la main dans sa direction, espérant qu'elle me la prenne, parce que je sens que je pars en vrille. Soit, je vais vomir, soit m’évanouir.

- « Je crains que j'ai abusé, cette fois. Je me sens pas bien... Vraiment pas bien.  »

Je titube, trébuche... Et patatra. Je m'effondre à genoux par terre, me rattrapant de justesse. Ayant la tête qui tourne, je ne remarque même pas que j'ai encore une crise de vertige. La Faim me tyrannise, mais je refuses de manger. Pourquoi je le ferais ? ... Ce gamin me rends malade et de le voir bouffer de la viande devant mon nez me dégoûte. Mon cousin fait tout pour m'énerver, il le sait, il en abuse et s'amuse à me faire craquer. Je déglutis douloureusement avant de m'assoir par terre en me tenant la tête, le temps de récupérer un peu de lucidité. ...

- « ...дерьмо... »

Vieilles habitudes d'user de ma langue maternelle, dire "me**e" comme ça, j'allais lui faire peur et dans le pire des cas, sans doute la faire fuir aussi. Toussant encore, je ramène lentement mes jambes vers moi, incapable de me remettre debout, tout de suite. Alors, silencieusement, j'attrape mon sac et cherche dans ce dernier, sous ma cape d'invisibilité, ma bouteille d'eau sucrée... Elle serait la bienvenue... Là, maintenant.
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Loredana.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Loredana Sparks, Lun 20 Nov 2017 - 5:32


Dans ses pensées, Loredana se demanda ce qu'elle était en train de faire. Prenait-elle des risques ?
Ça, elle s'en fichait un peu, elle n'était pas du genre à avoir peur pour sa vie. Il est vrai qu'elle ne s'était pas vraiment posée la question.
Ça lui était venu tellement naturellement qu'elle n'avait pas vraiment voulu arrêter cette pulsion. Elle qui depuis un certain temps, passait son temps toute seule, sans personne, n'ayant pas la tête à la compagnie. Elle fumait et buvait seule, dans les coins tranquilles de Pré-au-Lard ou du Chemin de Traverse. Parfois, des gens venaient l'aborder, mais la jeune femme savait comment les faire fuir, elle en avait pris l'habitude, même ses parents la fuyait.

Elle ne se rendit pas compte de suite ce qui se passait. Zackary ne semblait pas bien, pas bien du tout. Etait-ce la première fois qu'il transplanait ? Lore savait que trop bien que les premières fois pouvaient être vraiment douloureuses, certains vomissaient même ! Il n'avait vraiment pas l'air bien. La jeune femme ne su pas vraiment quoi faire. Celui-ci tribuche. Sans vraiment réfléchir, la sorcière se dirige vers lui tentant de faire en sorte qu'il ne se blesse pas et qu'il ne perde pas connaissance.

- Ça va ? demanda-t-elle simplement Tu... tu as besoins de quelque chose ?

Il chercha dans son sac à la recherche de quelque chose, elle ignorait se dont il s'agissait. Elle restait là, agenouillée à côté de lui, impuissante, n'attendant que son feu vert, qu'il lui dise quelque chose. Avait-il des problèmes de santé ? Ou des angoisses qui l'empêchait de se nourrir ou quelque chose d'autre qui pouvait être à l'origine de cet incident ? En temps normal, elle n'avait pas pour habitude d'aider les autres, elle était plutôt le genre de personne à continuer sa route, à ne rien dire. Ce n'était pas malin non, certes, mais elle n'avait pas envie de faire partie des problèmes des autres. De plus, stone du matin au soir et presque tous les jours, elle ne serait d'aucun secours.
Sans mot dire, elle laissa Zack prendre ce qu'il voulait prendre dans son sac et resta silencieuse, peut-être que c'était ce qu'il voulait après tout, du silence. Elle ne pouvait s'empêcher de penser à ce qu'ils allaient faire pas la suite. Allait-il vouloir partir, allait-elle devoir le ramener à Poudlard ? Et ensuite ? Qu'est-ce qui se passerait ? Il allait l'ignorer comme il pouvait le faire avec les autres ou presque ?
Toutes ses questions tournaient dans sa tête. Elle voulait en savoir plus sur lui, sur le pourquoi de son silence. Evidemment, elle ne lui demanderait jamais ça, c'était hors de question, tout comme les gens qui lui demandaient pourquoi elle se mettait dans ses états-là dés qu'elle n'était pas à Poudlard. Elle savait ce que c'était d'attirer le regard pour de mauvaises raisons. Elle voulait simplement qu'il sache qu'elle n'était pas le genre de personne à juger les autres trop hâtivement. Bien au contraire, elle avait tendance à comprendre facilement les autres, c'était peut-être un don. La plupart du temps, elle ne CHERCHAIT pas à les comprendre, là était la nuance.
Elle s'éloigna de quelques centimètres, le laissant prendre ce qu'il cherchait. Elle avait une folle envie d'un cigarette, mais elle ne voulait pas que l'état du serpentard, alors elle préféra s'abstenir.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Alec Z. Dmitriev, Mer 22 Nov 2017 - 19:47


don't forget to scream my name.Aucune surprise dans mon regard, surtout lorsque j'attrape ma baguette pour la pointer vers mon sac. À l'aide d'un sort, je récupère mon bien le plus précieux.

- ☾ #Accio bouteille d'eau...☽

Une fois l'objet dans mes mains, j'ôte son bouchon pour en boire quelques longues gorgées. Dire que les lueurs réchauffantes, embrasent si facilement mes joues, je soupire d'extase comme d'incompréhension. Je perds la tête, je crois. Il y a, cette satisfaction personnelle qui naît doucement à l'intérieur de moi, elle glisse dans ma tête, se faufile dans mes bonnes grâces, comme la douceur de la soie.

- ☾ Désolé que t'assiste à ce genre de scène... C'est plutôt rare en général. .... C'est juste... Que je mange pas assez, du coup, je compense avec de l'eau sucrée. Rien de grave en soi... Sauf quand je fais pas attention... Mpfh... ☽

Alors, doucement, j'attends que mon état se stabilise, finissant par boire la bouteille en entière avant de ranger la bouteille vide dans mon sac. Puis, je me redresse lentement avant de la regarder et me masser l'arrière de ma nuque... Ne sachant trop quoi faire, ni quoi dire, je finis par regarder calmement autour de moi, un poil mal à l'aise, un poil gêné. Qu'elle profite un peu du spectacle, c'est rare quand je me balade sans "masque" invisible sur le visage...
--------------------------------------------------------------------------------
Hrpg ; Désolé que ça soit si court, j'ai beau me creuser les méninges, là, j'ai du mal avec notre rp, ce soir. J'me rattraperais à la prochaine réponse, c'est promis ! ~
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Loredana. - 1076 caract'.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Loredana Sparks, Lun 4 Déc 2017 - 3:57


Désolée du retard !


A cette instant, elle ne pensait plus à cette endroit où elle l'avait emmené. A vrai, c'est d'avantage pour le fait qu'ils soient loin de tout, plutôt que pour la beauté du paysage. Elle avait compris que le vert et argent n'était pas le genre de personne à s'ouvrir et le fait de se mettre dans cet état devant elle était peut-être humiliant pour lui, quand savait-elle après tout ?
Il chercha rapidement sa bouteille à l'aide d'un accio. Et en but le contenu avant de se redresser, mal à l'aise que la jeune femme ait assisté à tout cela. Il n'était probablement pas le genre de personne à montrer ses faiblesses.
Mais personne d'autre ne pouvaient les voir. Le soleil laissait sa place à la lune, le ciel devenait de plus en plus sombre et les rues se vidaient petit à petit. Bientôt ils seraient seuls, sans personne, ce qui n'était sans doute pas plus mal finalement.

Le sorcier semblait se sentir mieux, mais ce silence laissait pensait qu'il n'était pas plus bavard qu'elle avec les inconnus. Elle n'avait jamais été du genre à transplaner avec le premier venu et pourtant, c'était ce qu'elle avait fait. Pour qu'elle raison ? Qu'est-ce qui l'intriguait tant chez lui ?
Il fallait qu'elle trouve quelque chose à dire, rester silencieuse ne l'aiderait pas à le mettre à l'aise. Après tout, peut-être qu'il ne comprenait pas non plus ce qu'il faisait ici. Elle se devait de dire quelque chose.

- Tu dois trouver ça bizarre... la situation... Ce n'est pas vraiment mon genre de discuter avec des personnes inconnus et encore moins de les amener à l'autre bout du pays. Je suis plutôt réticente habituellement.

Il allait la trouver folle. Oui, c'était bien le mot qu'elle cherchait, mais il s'était laissé faire. C'était peut-être un signe, même inconscient que lui aussi voulait la connaître. Évidemment, elle n'était pas dans sa tête.

- Je suis Loredana Sparks, au cas où...

Elle tremblait. Avait-elle froid ? Etait-elle fiévreuse ? Non. Elle se retourna et plongea discrètement la main dans sa poche et avala la pilule qu'elle venait de sortir. Derrière ses airs de préfète presque parfaite, qui ne sèche presque aucun cours, qui excelle en potions et en cours de Défense Contre les Forces du Mal, se cachaient une personne qui s'auto-détruisait sans même s'en rendre compte. Dans quelques secondes, elle irait mieux, du moins c'était ce que l'on voulait lui faire croire. Comme si de rien n'était elle continua.

- Si tu ne te sens pas bien, on peut rentrer hein ? Je n'te force pas à rester ici.

Puis elle se tût, attendant une réponse de sa part. Elle allait probablement avoir beaucoup de boulot pour le mettre en confiance. Ou peut-être qu'elle faisait une grave erreur. Tout était flou pour elle. Elle ne savait plus vraiment ce qu'elle faisait.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Alec Z. Dmitriev, Sam 23 Déc 2017 - 18:37


don't forget to scream my name.Je regarde un peu autour de moi, remarquant que le temps se raffraichit un peu, je soupire longuement avant de m'étirer. Quoi faire, que dire, je semble un peu perdu. Pourtant cette fille, je ne la connais que de nom, mais que peut - elle m'apporter de plus qu'un peu de réconfort, comme en ce moment, pourrais - je la laisser m'aider, m'attendrir alors que je me renferme petit à petit dans ma bulle. Cette situation semble si triste à vue d'oeil, voir au premier regard. La plupart de mes pensées convergent vers tant de points que je m'égards dans mes, soudaine, réflexions. Parmi mont et merveilles, je m'égards dans un monde différent, tel Alice dans son pays magique.

Les murmures dans ma tête, mettent un peu de temps à se calmer, lentement, ils s'éteignent et se meurent dans un coin sombre de mes songes. Puis, après avoir repris un peu de contenance, je m'assure de reprendre mon rôle que je joue en permanence, tapis derrière un masque factice, je m'éfforce de sourire un peu pour ne pas ternir l'ambiance de la soirée. Il y a des jours où comme ça, Tempérence me manque, c'était et c'est bien la seule fille qui sait exactement qui je suis réellement, quoi qu'il pourrait y avoir Lïnwe aussi, puisqu'on se ressemble plus qu'on ne le prétends.

Avec une certaine imagination et habillité, c'est dans un mouvement brusque, accompagné d'un bruit sourd causé par mon sac qui attérit à mes pieds. Un détail attire mon attention, cette douceur dans sa voix, ce regard qu'elle affiche en posant ses yeux sur moi. Elle pourrait faire l'affaire, finalement, je fais de mon mieux pour me détendre et faire en sorte d'arranger les choses aussi, moi, qui les complique si souvent. Ainsi, comme frappé d'un pétrificus totalus absolument imaginaire, la seule chose dont je suis capable de faire, c'est d'inspirer un maximum d'air tout en tremblant un minimum lorsque j'expire doucement.

Au final, que puis - je dire de plus si ce n'est que je reste là, à la contempler, bouche close, les mains tremblantes parce qu'une fois de plus, j'ai "peur", peur de me faire une amie de plus, peur de me faire une confidente. ... Je me méfie si souvent des gens que j'imagine que si je lui confies ce qui me chagrine, elle voudrait peut - être me fuir si vite que je n'aurais pas le temps de dire "Quidditch" pour pouvoir la rattraper.

- ☾ ...Et si on parle d'autre chose ? ... Ce n'est pas comme si ça commence à devenir gênant de ne pas savoir quoi se dire, mais c'est tout comme...Sinon, tu peux m'appeler Zack' ... Enchanté de te faire ta connaissance, Loredana. ☽

Alors, lentement, je baisse ma tête, finissant par ramasser mon sac pour le remettre à mon épaule et pour finir, je soupire une fois de plus, tachant de me calmer un minimum. Bien que ce ne soit pas une action simple à réaliser, je prends simplement le temps de me vider l'esprit et de penser à autre chose, afin de ne pas m'égarer dans mes réflexions toujours aussi houleuses, voir glauques, en ce moment...
© 2981 12289 0 & Azryel - RP PV with Loredana.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Morgan Delaube
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Morgan Delaube, Jeu 8 Fév 2018 - 17:40


RP unique

Meet me in the woods

En allant toujours aux mêmes endroits, on voit toujours les mêmes têtes. Morgan avait cette particularité de développer son côté explorateur à chaque nouvelle phase de la Lune qui se terminait. Il redoublait d'effort pour trouver des endroits neufs, inexploré par lui, loin de toute population. Son talent sur un balai était pitoyable, mais suffisant pour se déplacer convenablement. Partant de sa ferme ou même de Londres, il trouvait toujours une forêt, un marais, ou quelque chose de vide de toutes présences humaines, ce qui était parfois étonnant quand on sait à quel point les moldus ont cette fâcheuse habitude de fourrer leur nez dans la nature. Celle-ci recelaient de milliers de trésors. L'ancien Jaune et Noir avait découvert des ruisseaux à l'eau azur, des cascades frémissantes, des grottes monstrueuses. Il avait assisté à la parade nuptiale de nombreux oiseaux, il avait entendu le chant d'espoir des loups qui meurent d'amour, avait découvert des insectes que même dans ses rêves les plus imaginés il n'aurait pu inventer. La nature était belle, elle ne demandait qu'à être discernée.

Et pourtant, depuis plusieurs mois déjà, à chaque pleine Lune, le lycanthrope se rendait toujours au même endroit. C'était comme si une entité le poussait à y aller. Un instinct. Il ne pouvait se sortir de la tête qu'il devait y aller, là, dans cette forêt qui loin d'être magnifique, était au moins paisible. Perdue au milieu de l'Angleterre, il l'avait tellement parcouru pendant ces neufs derniers mois qu'il pouvait aisément y transplaner. Il n'avait presque même pas besoin d'y penser, son intuition l'y guidait inlassablement. Il arrivait toujours au même endroit, à côté du lac. Une fois sur place, il cachait ses habits sous le gros rocher à côté de l'arbre fendu. Parfois, en attendant le coucher du soleil, il se baignait dans l'eau fraîche. Cela lui remettait les idées en place, et puis c'était agréable. Et elle, elle arriva toujours cinq minutes avant le coucher du Soleil. Elle avait ce don pour ne jamais louper l'heure. Parfois elle rejoignait Morgan dans l'eau, parfois non. Mais lui finissait toujours par la rejoindre. Ce qu'il ressentait pour elle, c'était comme de l'amour. Mais au fond de lui il savait que ce n'était pas ça, que ça ne durerait pas. Mais c'était agréable quand même.

Ce soir là, le Blaireau n'était pas dans l'eau. Il l'attendait, avec un léger pincement au cœur. Elle arriva, comme toujours. Son ventre tellement rond qu'il était comme sur le point d'exploser surprit le sorcier. Comment faisait-elle pour encore arriver à se déplacer, ou pire, transplaner ? Il n'en savait rien. Il l'aida à quitter sa robe avant de se déshabiller aussi. La lumière de la Lune baigna alors leurs corps, nus, et la symphonie des hurlements déchira les cieux. Leurs mains se lâchèrent tandis qu'elle s'écroula la première. Morgan ne mit pas longtemps à la suivre au sol. Des grognements s'échappaient de sa gorge. La douleur qu'il ressentait maintenant n'était rien comparé à celle qu'elle allait bientôt ressentir. Et pourtant il hurla, en concert avec elle, tandis que les os craquaient, se remodelant autrement. Leurs gencives enflammées libérèrent des crocs puissants et pointus. Leurs ongles douloureux poussèrent peu à peu pour donner des griffes à faire pâlir des couteaux de bouchers. Le coeur de la bête battait la chamade tandis que son corps se contorsionnait en tout sens comme pour supplier de l'achever. La fourrure blonde poussa sur tout le corps, s'entremêlant aux cheveux du lycanthrope. Ses pupilles, bien que plus petites que celle d'un vrai loup, jaunirent. Une queue, prolongement de la colonne vertébrale de la créature, sortit de l'arrière train du loup-garou tandis qu'il jappait de douleur. Et lorsqu'un museau poussa enfin, la douleur s'évapora, petit à petit pour ne laissait qu'un loup-garou chancelant. A ses côtés se trouvaient une femelle, le ventre toujours aussi rond.

Le loup donna un petit coup de museau affectueux à la louve, avant de la laisser. Oh non, il ne l'abandonnait pas, mais elle aurait besoin de force pour survivre à l'épreuve qui l'attendait. La potion tue-loup permit au lycan' de ne pas se mettre à la recherche de chair humaine. De toute façon, il n'y en avait pas à des lieux à la ronde. Les hurlements avaient faire fuir la plupart des petits animaux. Mais les herbivores un peu plus grands comptaient sur leur capacité à s'enfuir et ne s'étaient donc pas trop éloignés, malheureusement pour l'un d'entre eux. La nyctalopie du loup-garou ainsi que son flair lui permit de trouver un cerf plus audacieux que les autres. Assez gros sans pour autant être énorme, il serait une proie parfaite. D'habitude il s'attaquait aux proies les plus faibles, comme le voulait Darwin, mais là, sa compagne aurait besoin de bien se nourrir. Se tapissant dans l'ombre, il attendait que la bête baisse la tête pour s'abreuver dans le ruisseau. Et c'est là qu'il passa à l'attaque. Il se jeta sur elle, visant la jugulaire. Un instinct bestial le poussa à se donner à fond. Il fallait qu'il se dépêche de retourner auprès d'elle. Le cerf poussa un râle qui se transforma en gargouillis avant que le silence ne retombe. Le traînant par la gorge, le goût du sang en bouche redonna de la ferveur au lycanthrope pour le ramener.

Lorsqu'il arriva, le loup-garou découvrit que le travail avait déjà commencé. Le premier né était là, poussant des gémissements, il cherchait à l'aveugle le sein de sa mère avec lequel il pourrait s'abreuver de son lait nourricier. Le lycanthrope déposa la carcasse à côté de la tête de la loup-garou, puis poussant du museau son enfant pour le guider jusqu'au téton. Elle ne tressaillit pas lorsque les petits crocs de lait se refermèrent dessus. Cependant, elle se remit à gémir et le loup-garou alla posa sa tête à côté de celle de sa compagne, pour l'encourager. Un bruit lourd retentit sur le sol, annonçant la venue au monde du deuxième enfant. Mais le loup-garou savait que quelque chose n'allait pas. Cet enfant là ne faisait pas de bruit. Se relevant sous le regard triste de sa compagne, il rejoignit le deuxième né, lui donnant des coups de museau pour le sommer de bouger. Mais il ne réagit pas. Non, il n'avait pas le droit d'abandonner maintenant. Poussé par un instinct paternel, il commença à lécher le corps de sa fille pour lui redonner vie, sous les gémissements de la louve. Non, elle ne bougeait pas. Elle ne voulait pas. Elle était morte. Le loup pleura en silence cette enfant qu'il ne connaîtra jamais. Des petits glapissements vinrent briser le silence. Lorsqu'il se retourna, la bête découvrit la louve en train d'entamer son repas, ayant abandonné le petit troisième qui réclamait pitance. Le loup l'attrapa par la peau du cou et le traîna jusqu'à la mère qui ne dit rien. Il téta celle-ci jusqu'à plus soif. Le premier louveteau s'étant laissé choir vers sa génitrice.

La bête retourna jusqu'au cadavre de sa fille, et l'attrapa sans lui faire de mal, même si c'était une sensation qu'elle ne connaîtra jamais. Lorsqu'il se retourna, il découvrit la louve qui partait avec son premier né. Elle les abandonnait, lui et le petit troisième. Elle lança un dernier regard au loup, le défiant de la suivre, avant de s'enfuir dans les bois pour se reposer. Le loup mis la queue entre les jambes et rapprocha ses deux petits. Il déposa sa fille à côté de son fils et hurla à la Lune son désespoir, mais aussi sa joie. La nuit passa tandis qu'il restait à côté de ses deux enfants.


________

Quelques heures plus tard

“L'aurore ressemble à un regard d'une tendresse infinie.”

Un bruit de transplanage retentit au sein de la Ferme. Le Soleil était levé depuis une bonne demie-heure déjà. Morgan tenait dans ses bras deux créatures : son fils qui gigotait doucement, et sa fille qui dormait à jamais. C'était très bizarre et très nouveau pour lui, ce sentiment-la. Celui de savoir qu'il pourrait tout faire et tout donner pour ceux qu'il tenait dans ses bras. Que leur simple présence pouvait le faire passer par innombrables sensation. Que sans les connaître, il les aimait déjà. Il était père. Certes, un père avec des enfants spéciaux, mais cela faisait parti du jeu.

La fatigue était facile à repérer sur le visage du sorcier, mais au lieu d'entrer dans sa chaumière, il alla dans son petit potager, et tout au fond il sortit sa baguette. D'un #Defodio contrôlé il creusa un trou dans lequel il déposa le corps sans vie de sa fille. Un autre coup de baguette permit de reposer la terre sur celle-ci. Il attrapa alors un cailloux plat qu'il utilisait pour délimiter son potager et le planta dans la longueur au dessus de la tombe, d'un coup de baguette il grava quelques mots dessus avant de se relever, reprenant son fils dans ses bras. Il recula d'un pas.

-Bonne nuit, ma princesse... Le benjamin Delaube se détourna alors de la pierre tombale sur laquelle était inscrit "Ci gît Aurore, perçant le jour pour dire au revoir à la Lune". Tenant fermement son petit dernier qui se débattait un peu, il le prit devant lui, plongeant ses yeux dans les siens. Étonnement, le louveteau avait les yeux bleu de son père.

-Toi, je t'appellerai Hugo. Morgan enlaça alors la chose qui, aussi bizarre que cela puisse paraître, comptait maintenant le plus à ses yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Cray
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aidan Cray, Dim 8 Avr 2018 - 15:04


Un Duel Perdu d'Avance


With Mangemort 40

Une matinée qui se lève sans une envie de faire quoi que se soit dans la journée, juste de marcher, de ne penser à rien, d'être seul. Prendre le premier bus qui passe et partir loin de Londres, le temps d'un sandwich à midi et déjà repartir vers je ne sais où, arriver dans un port, un bateau partant vers une île non loin de l'Angleterre. Quelques livres et direction cette île inconnue. Je suis seul dans un lieu que je ne connaissait pas, un lieu idéal pour pouvoir se poser et réfléchir, quelques pas et voilà un rocher adéquat pour penser. S'asseoir et poser ces yeux sur l'immensité bleuté, regardant cette boule orange descendre, faisant apparaître comme un voile de sang parmi ces nuages. Laissant place à la nuit et à sa seule lumière, la Lune. Quel magnifique spectacle que voilà, idéal pour se poser des questions sur soi, sa famille et son passé.

Qui donc à tuer mes Parents ? Les Familles Ellis-Becker ? Des Mangemorts ? Un Français en quête d'argent ? Peut-être que je ne le saurais jamais... Ma Sœur et ces Enfants sont ma seule Famille, Elhiya l'a rejointe... Les perdrais-je si je fouille dans le passé de mon Père ? Si je cherche des réponses qui me feront mal ? Qui pourront me tuer ? Je suis déjà en danger en aidant l'Ordre. En luttant contre les Mages Noirs. Si je me combat contre ma Belle-Famille, je ne pourrais sûrement plus vivre, je devrais me cacher... Que faire ? Je fixe la Lune Blanche, cherchant des réponses dans cette lumière si familière.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Invité, Ven 13 Avr 2018 - 13:21


L.A. MM22

Les Ténèbres appellent les Ténèbres : il y aurait presque comme une certaine poésie nostalgique, dans cet état de fait.
Mais pas ce soir.
Ne pas se sentir nostalgique ou poétique, simplement pragmatique. La dernière recrue, 22, avait besoin d’entraînement, de se familiariser au monde. Il y avait dans sa jeunesse quelque chose de touchant, tant que cela ne permettait pas d’être touché. Il fallait combler le déficit de sa nouveauté dans l’obscurité par quelque chose dont elle pourrait creuser la spécialité. Quoi ? C’était encore en travaux. Et soi, être son mentor dans ces recherches-là : l’Ombre qui lui tend la main dans le noir, afin de la familiariser sur le chemin qui était désormais le sien. Est. Et sera. Car il n’y a pas de demi-tour possible.

Avoir choisi une île éloignée, pour un entraînement dans le monde, plutôt qu’à Hollow. Préférer l’immensité de l’espace et des possibilités, ne pas avoir à se restreindre. D’autant que la nuit n’attire guère les curieux : simplement les fous, les romantiques, les lunatiques ou les êtres en perdition.

Peut-être était-ce un peu de tout ça dont était fait le bonhomme sur son rocher, qui contemplait la Lune comme si cette dernière allait répondre à l’intégralité des questions de sa petite existence. Petite, car l’on n’avait pas croisé son visage parmi les rangs des Ombres. De facto : soit il s’agissait d’un indécis ou d’un perdu, soit il s’agissait d’un corrompu.
Et il n’y avait qu’un seul moyen, de satisfaire son monstre de paranoïa.

S’avancer, baguette en main, 22 au côté, près de l’inconnu et son rocher : « - Qui peut entendre chanter les rossignols ? »

Corrompu ou perdu ?
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 22
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Mangemort 22, Ven 13 Avr 2018 - 17:18


Aidan Cray


22 devait encore s’entraîner. Son quotidien était rythmé par les différents entraînements qu'elle devait endurer. Elle devait se perfectionner. 40 avait décidé de l'emmener loin, plus loin que d'habitude. Sur une île. 22 attendait cet entrainement un peu spécial puisqu'il se passait hors de la base. Elle se disait qu'elle verrait des choses nouvelles et différentes.

Une fois sur l'île avec 40, elle put constater en même temps que son tuteur, qu'il y avait un type sur l'île. Une personne qu'aucun des deux masques ne connaissaient. Pourtant cette personne était là, les Mangemorts allaient devoir agir en fonction. Peut-être que ce type serait intéressant. Les questions fusaient dans l'esprit de 22, elle se demandait ce qu'avait en tête matricule 40.

40 avançait baguette en main vers ce type assit sur son rocher. Il semblait contempler les étoiles sans se douter de ce qui l'attendait. 22 quand à elle se déplaça, baguette en main également, mais de l'autre coté. Son but était d'être placée d'un coté et de l'autre de l'individu. De cette manière, il ne pourrait pas vraiment riposter. La novice masquée, se demandait ce qui allait se passer. Elle avait confiance en les capacités de 40. C'était un Mangemort aguerri qui avait déjà fait ses preuves. 22 avait tout à gagner à faire attention à ce que son tuteur allait faire. Mais la priorité était d'abord de bien réagir en cas d'attaque.
Revenir en haut Aller en bas
Aidan Cray
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aidan Cray, Sam 14 Avr 2018 - 5:08


Les jambes croisés sur le rochet, je ne quitte pas du regard la Lune et son reflet sur l'eau s'étalant à perte de vue devant moi. Je n'entend pas les deux personnes qui me rejoignent peu de temps après, elles se postent de façon à que je ne puisse pas partir, je jette un coup d'œil et aperçoit des baguettes, je déplace discrètement ma main vers ma poche et entoure le bois de mes doigts. Je fronce les sourcils à la réponse de l'Homme. Je tourne les yeux vers lui et malgré la lumière que projette la boule blanche je n'aperçois pas le visage de mon interlocuteur.

Personne ne peut les entendre sur cette île.

Je dévie mon regard sur l'autre personne, elle non plus je ne vois pas qui est-ce. Je me lève et me tourne vers eux, je garde toujours ma baguette en main. Le seul moyen de partir est d'avancer tout droit et de leur tourner le dos, ce qui est une mauvaise idée si ces deux personnes ont des mauvaises intentions.

Que dites-vous de me laisser partir pour que vous fassiez ce que veniez faire au départ ?

Je serre ma baguette entre mes doigts, je ne pense pas que leur réponse soit positive, laisser un Homme en vie alors qu'il a vu deux personnes étranges sur une île loin de l'Angleterre peut-être dangereux pour eux. Quelque soit leurs réponses je suis prêt à me battre et à rester en vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Invité, Mar 8 Mai 2018 - 11:41



Ton atone, sans âge, ni sexe ni particularité : le ton de l’habitude sous le masque, celui de l’effacement de l’identité. Du sujet à l’objet, dédié entièrement à la Cause, aux Justes et surtout, au Juste parmi les Justes : le Maître. Aucune attache matérielle, la pensée s’élève et dans le sensible, les flots gémissent sous la lune.
L’homme hésite mais répond. Il ne comprend pas. Un de plus qui n’entend pas, qui ne voit pas, qui ne parle pas. L’ignorance n’est pas une salvation : c’est une cruauté. C’est inhumain. Une entrave à la liberté. Entre la liberté et la sécurité, peut-être se place-t-il côté sécurité. Savoir où l’on est. Sur cette île. Pense-t-il qu’être en-dehors du monde permet d’arrêter la Machine ?

Un rire, délicat et tout aussi anonyme dans sa conception. Comme les gouttes qui pendent des roches.

La baguette qui se range, les épaules qui se redressent, une main tendue à l’inconnu afin de lui indiquer la voie à suivre : « - Mais faites donc, je vous en prie, partez. » Ne pas le retenir, avoir autre chose à faire. Regard en direction de 22. « - Ma chère, et si nous poursuivions ? L’Evolution n’attend pas ceux étant incapables de l’accepter. Jouez de vos flammes contre la roche : voir si elles peuvent l’abolir. »
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 22
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Mangemort 22, Mar 8 Mai 2018 - 16:22


Tu

Le type veut partir visiblement. Qu'il parte, cela ne t'importe que très peu. Le matricule 40 t'a emmené pour t’entraîner, tu comptes bien le faire. Tu écoutes le pédagogue s'exprimer, inviter le type à partir tout ou t'invitant toi à t’entraîner. Le type est toujours là, tu ne comptes pas lui faire du mal, mais tu aimerais qu'il dégage vite. Tu sais parfaitement ce que tu vas faire pour lui donner envie de partir.


" Atshum Draconis "


Tu prononces ce sort en visant la base du rocher. Il n'y aura qu'un coté qui s'enflammera quand tu lancera ton ...


" Incendio "


La morve de dragon s'enflamme. Tu te dis que ce genre de petits sorts va le faire partir rapidement. Tu aimerais bien qu'il parte. Après tout, tu as bien envie d'être tranquille pour cet entraînement. Même si tu n'es pas contre t’entraîner contre un être vivant. Ton cœur s’accélère un peu. Tu te demandes ce qui se passerait s'il fait le choix de rester là et de brûler. Mais pourquoi ferait-il ce choix ? Toi tu ne le ferais pas, tu partirais rapidement. En deux contre un, tu sais pertinemment que tu perdrais. Alors tu espères qu'il va en faire autant, tes yeux s'écarquillent alors que tes pupilles diminuent face à la lumière des flammes. L'odeur et la vision du feu. Tu te rends compte que tu aimes bien ça.


" Pars "



Revenir en haut Aller en bas
Aidan Cray
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Aidan Cray, Mar 8 Mai 2018 - 16:58



 ❝Duel Perdu ❞
40 & 22


Celui qui semble être le Chef range sa baguette, il lève son bras et m'indique l'endroit d'où ils viennent, je reste tout de même méfiant envers ces personnes masquées, je sais qu'il s'agit de Mangemorts, je le sens au plus profond de moi... S'il n'y avait qu'un seul personnage en ces lieux, j'aurais pris la décision de me battre, d'éliminez cette menace du monde Sorcier et Moldus. Je recule, gardant un œil sur ces deux masques en face de moi, je n'aimerais pas recevoir un sort en plein dos. Celui qui accompagne le "Chef" fait soudainement enflammer le rocher où j'étais assis quelques minutes plus tôt puis m'ordonne de partir. Je m'arrête aussitôt, j'agrippe ma baguette, il ne fallait surtout pas me donner cet ordre... C'est décider, je reste et je vais me battre... Celui qui à lancer le sort à l'air d'être en formation, si je m'occupe de lui en premier peut-être aurait-je une chance de battre le second. Je lève rapidement ma baguette et vise le rocher.

" BOMBARDA "

La masse rocheuse explose aussitôt en des centaines de cailloux qui partent dans toutes les directions, je laisse ma baguette en l'air, visant celui que j'avais décider "d'abattre" en premier. " Votre Supérieur m'a parler très gentiment par rapport à vous. Entraînez-vous donc sur moi si vous vous croyez si puissant ! " Ma langue avait bien appuyer sur le mot "Supérieur", le reste de ma phrase le fera sûrement rire, il doit être plus entraîné que moi dans les combats, mais j'ai parler et je suis rester, je n'ai plus qu'à me défendre...

HRPG:
 

@Eques sur Never-Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur une île éloignée des côtes

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 6

 Sur une île éloignée des côtes

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.