AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare
Page 6 sur 6
Sur les rails
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite

Re: Sur les rails

Message par : Mangemort 91, Sam 28 Avr 2018 - 3:41


C'en était presque ridicule de se livrer autant. Presque rien, il aurait suffit d’impressionner un peu, de se défendre encore, il aurait suffit de beaucoup de choses, mais pas de s'ouvrir. Pas de parler avec les tripes, mais de parler avec la tête. Et pourtant, nous avons fini par penser qu'il nous serait impossible de penser clairement en présence de l'autre. De l'enfant qui ramasse un oiseau et l'aide à guérir avant de le relâcher. Il y a un besoin d’honnêteté. Alors il est impossible de résister lorsque ses mains s'apposent sur notre masque.

Il est impossible de s'y résoudre, ni de résister. Parce que si quelqu'un peut écraser le reste d'espoir, c'est bien Peter, avec sa botte. Et pourtant, nous ne résistons pas. Ses mains tirent tandis que nos doigts fins dénouent le masque. Pour que ce dernier cède et se détache de la peau; Pour retrouver de l'air. Le masque quitte la peau, et c'est un visage connu de Peter qui se dévoile.
Parce que dans un élan de désespoir 91 a besoin de se montrer.

91 s'envole alors qu'un sourire gêné prend place. Alors que les mots se perdent dans la gorge pour finir dans nos yeux. Alors nos mains viennent de nouveau s'apposer sur ses joues. Pour les savourer une dernière fois avant le rejet inévitable. Parce que l'autre homme a quelque chose qui nous aide à avancer. À grandir.
Parce que nous avons deux enfants.
Et qu'il serait tellement plus simple que ce soit lui qui enfonce le clou.      
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les rails

Message par : Peter McKinnon, Mer 30 Mai 2018 - 13:41


*** TW : grossièreté ***


Peter n'y avait pas cru un seul instant et pourtant il avait réussi à retirer son masque à son tourmenteur. A la vérité, il avait été remarquablement aidé dans cette tâche par le porteur del'étrange voile. L'objet ainsi arraché vola dans les graviers de la voie ferrée. Mais le sorcier ne put s'empêcher de ressentir une intense sensation désagréable en lui. Une petite voix raisonnait dans sa tête. Il était l'arroseur arrosé. Alors que sur le visage démasqué un petit sourire s'affichait, le coeur du devin s'était définitivement arrêté. Tout comme il y avait des questions qu'il valait mieux ne pas poser pour soi-même, il y avait des masques à ne pas faire tomber.

- Put**n, c'est quoi ce bord** ?!

Le sorcier connaissait parfaitement ce visage. Le voir en d'autres circonstances l'aurait rempli de joie, mais là il était perdu. Il avait l'impression que l'on lui avait menti, que l'on s'était servi de lui. Qui était cet être qui avait bien pu jouer avec ses sentiments et se laisser ainsi présenter son vrai visage. Quel pouvait d'ailleurs bien être son vrai visage, avec ou sans masque ? D'instinct, Peter serra le poing, mais il se résolu à le garder pour lui et à ne pas lui envoyer dans la figure, désormais nue. A la place, il se courba en deux et laissa sortir son désarroi par un cri.

- Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah !!!

Lorsqu'il se releva, c'était le visage violacé et ça et là perlé de larmes qu'il s'adressa de nouveau à son interlocuteur :

- Dis-moi que je rêve ...
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les rails

Message par : Mangemort 91, Dim 3 Juin 2018 - 17:38


Paradoxe programmé dès l'enfance de part l’histoire du grand vilain mangemort mangeur d'enfants boudant leur soupe. On s'attend pas à ça. Pas à toi lorsque le masque tombe. Tu n'es pas l'archétype du méchant. Du grand. Du fort. Du masqué dénué de scrupule et d'empathie. Personne ne sait vraiment ce que tu fais là. Et pourtant.  
Pourtant ça fonctionne.

Le bras droit d'un maître ambidextre. Le membre d'une famille toujours plus équilibrée que la tienne. Un endroit où vivre, briller, exulter et surtout lutter. Pour des idées mais avant tout contre des limites. Contre les horreurs des bras. Une forme de justice masquée qui n'a rien des héros de dessins animaux, non, vous c'est plutôt la sortie d'un hôpital, les âmes dans le plâtre.

Quatre-Vingt-Onze fois plus lâche que les autres à ne pas réussir à assumer ne pas aimer une vie connue. Alors se mettre en danger, espérer faire causer une fin ou une fuite en avant à un autre parce que trop lâche pour le faire soi même et trop égocentré pour penser aux éventuelles conséquences sur l'interlocuteur. Avoir un très fort potentiel certes, mais aussi celui de tout gâcher. Et devenir sur plus gros obstacles.
Mais il suffit de trois mots la nuit sur un pont sous lequel s’amasse la caillasse pour relancer la machine volonté.

Tu n'as pas besoin d'attendre le couperet qui tombe déjà. Pas de colère. Pas de haine. De l'incompréhension. Parce que ça ne peut pas être toi, ça a toujours l'effet de surprendre tout le monde. De l'étonnement. Et le ventre qui se serre alors que la révélation impacte bien plus qu'on aurait pu le penser.

Crie. Colère. Souvenir du soir de lune où la compréhension avait fait son chemin dans ton crâne lors de la capture du phénix. Le Phénix. Il y a un sensation de trahison qui n'a pas lieu d'être parce qu'au fond la question n'a jamais été posée.
Sujet tabou que les opinions.

Puis viens la question larmoyante que tu attendais, toujours immobile au milieu des rails. Silencieux et respectueux du désarroi des autres. Et une réponse qui sur l'instant ne se fait pas évidence. Expliciter les idées n'avanceraient à rien, il n'est pas l'instant de convaincre Peter de se joindre à vous. L'envie n'est pas présente non plus. Il n'y qu'une vérité précieuse. Je conserve ce que j'ai. Et je bâtis un nouveau monde pour mes gosses. Sans attendre aucun avis de ta part sur la question. L'envie de lui rappeler que tu n'es pas différent d'avant. Toujours toi, plus libéré. Mais les mots meurent étouffés dès les cordes vocales. Il n'est pas le moment de se lancer dans de vaines excuses.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Responsable RPGSerpentard
Responsable RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les rails

Message par : Peter McKinnon, Mer 6 Juin 2018 - 18:27


Le temps s'était arrêté. Seules les quelques gouttes de pluies qui touchaient fébrilement le sol et les rails rappelaient aux deux sorciers que les secondes continuaient à s'écouler, tout comme leur peine. Le regard plongé dans les yeux du Mangemort démasqué, Peter cherchait désespérément un indice, une once de preuve qu'il ne se trouvait pas en face de la personne qu'il estimait. Cet exercice difficile de recherche de l'espoir teinté de résolution crispait ses mâchoires. Il n'avait plus envie de crier mais il en avait toujours besoin.

C'était quelque chose que de découvrir que l'on avait été trompé. Et, dans le cas du devin, il fallait rajouter la peine qu'il ressentait à voir une partie entière de ses certitudes s'écrouler entre lui et le mage noir. En fait, il était toujours un enfant, un gamin que l'on avait élevé dans la peur et le rejet de l'Ordre Noir et de tout ce qu'il inspirait. Mais quand s'était-il réellement posé la question de savoir qui étaient ces partisans et ce qu'ils pouvaient bien faire lorsqu'ils ne portaient pas leurs masques ? Est-ce que tous ces gens étaient capables d'aimer ? Peter n'y avait jamais cru et pourtant il l'avait vécu alors ... Alors, est-ce qu'il y avait encore une place pour la lutte ?

- Je conserve ce que j'ai. Et je bâtis un nouveau monde pour mes gosses. Sans attendre aucun avis de ta part sur la question.

Vox clamans in deserto. Les paroles de l'interlocuteur de l'ancien Serpentard n'atteignaient même pas celui-ci. Peter était perdu, bien trop ailleurs que pour réussir à comprendre ce que l'on voulait de lui. Aucun mot ne le touchait plus. Il n'y avait que ses réponses à lui qui devaient trouver une réponse. Mais souhaitait-il seulement en recevoir une ?

- Alors ... tu ... tu tues des gens ?

Au coin de l'oeil gauche de l'ancien préfet, voilà qu'une larme, minuscule élément de pluie de plus, se formait pour chuter, inocente, sur les gravas. Les issues se faisaient de moins en moins nombreuses pour le sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur les rails

Message par : Mangemort 91, Mer 20 Juin 2018 - 23:19


Il n'y a des comptes à rendre que si tu le souhaites. Des mots maladroits et malaimés, et pourtant pour lui, il est besoin de dire. Non, il ne s'agit pas de remise en question d'actes ou d'idéologies quelconque.Non. Plus un besoin de se laisser connaître, de faire en sorte que l'autre ne déteste pas, sans forcément qu'il comprenne. Espérer qu'il puisse entendre des idées différentes des siennes sans pour autant penser que tu cherches à les lui imposer. T'accepter dans ton intégralité comme il a su le faire jusqu'ici.

Malheureusement, c'est un cliché après les autres qui commencent à s'enchaîner. Mauvais soupir. Parce que tu t'attendais à autre, parce que la perception de votre ordre n'a toujours pas su évoluer. Malgré vos idées différentes depuis de nombreuses années. Alors tu t'attends au pire lorsque la bouche s'entrouvre, mais rien ne te prépare au déferlement de jugement de valeur qui s’apprête à te heurter.

« Alors ... tu ... tu tues des gens ? »  

La larme heurte autant que les mots, parce qu'il y a une déception certaine qui t'atteint alors que tu réalises qu'il te croit capable de tuer gratuitement. Il t'es arrivé, pour faire avancer ta cause, mais jamais de bonne grâce. Tu as tué une fois, avant le masque, avant la naissance, pour rien, sans motif. Mais jamais plus. Tu te l'es juré. Alors à demi-mot. Demi-mensonge.

« Une fois. Parce que c'était lui ou moi. J'avais pas le choix, je te l'ai dit, j'ai des bouches à nourrir. »  
Revenir en haut Aller en bas
Seven
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
Spécialité(s) : Manumage (Niveau 1)
Legilimens
Permis de Transplanage


Re: Sur les rails

Message par : Seven, Jeu 23 Aoû 2018 - 4:28


je me permets de reprendre le sujet puisque 91 n'est plus
pv ft. Elliot Jenkins



Regardez-là, avec ses airs supérieurs de pacotilles, son menton levé, ses épaules en arrière. Comme elle a l'habitude de faire, la façon dont on lui a chuchoter de se tenir. Pour paraître à la hauteur, pour montrer le pouvoir. Ses yeux qui essayent de toucher au plus loin pensent à demain; elle espère être l'avenir, le camp qui vaincra, le groupuscule qui saura donner raison au plus nombreux. Cette rage l'anime, de jour en jour. Elle se balade les mains liées sur un habit noir serré. Ses cheveux blancs gris gambadent au grès du vent, et la Phénix attend, dissimulée, en cette heure si tardive. Elle sait qu'il viendra. Ils viennent toujours.


Elle attend un élève qu'elle a eu l'habitude de côtoyer. Aujourd'hui c'est une toute autre histoire. Aussi ne l'a-t-il jamais vu alors que ses traits sont méconnaissables. Sa taille peut-être, pourrait lui faire faux bond. Mais cela étant, elle ne doute pas de sa capacité à se cacher sous des vêtements qui ne sont pas l'habitude, des couleurs troquées et une voix métamorphosée, après longues années d'exercice.
Elle attend Elliot Jenkins. L'initiative est d'elle. Puisqu'elle a décidé de prendre ses responsabilités, c'est qu'elle est une des plus âgées de la bande. Ne vous méprenez pas, mais elle n'est pas du genre à recevoir des ordres, bien plus à en donner. C'est certainement ce qui l'a fait elle. Quoi qu'il en soit c'est en secret qu'elle est venue jusqu'ici, accoutrement oblige.


Le jeune homme n'a pas la bonne idée de ce que sont les Phénix. Nombre de petits oiseaux égarés sont dans son cas. Mais le bouche à oreilles fait bien les choses, et cette fois, à un cas elle a pu mettre un nom. Connu, qui plus est. Un visage familier. Bien que jamais abordé, Elliot a été l'un d'entre tous ceux qu'elle a côtoyé. Chaque visage, chaque nom, gardé à jamais dans sa mémoire. Un mot ou quelques phrases pour chacun pour les ranger de façon logique et évidente, dans son cerveau qui marche et court trop vite parfois.


Aurait-il un train à prendre, quelqu'un a rencontrer, pour se retrouver ce soir en particulier à la gare de Londres? Elle l'attend, cachée sur un banc. Voici qu'un sourcil se fronce. Comment peut-on être caché sur un banc. Il faut dire que Londres ne se soucie plus vraiment des accoutrements différents, les moldus ont changé, seuls les plus aiguisés reconnaîtraient en elle son côté magique tout feu tout flamme.
Alors sur son banc, elle attend, croisant très rarement, quelques personnes qui ne prennent jamais la peine de tourner la tête pour découvrir qu'elle n'a pas vraiment l'air réel.


Revenir en haut Aller en bas
Eliott Jenkins
avatar
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur les rails

Message par : Eliott Jenkins, Sam 1 Sep 2018 - 16:35


Eliott se sentait oppressé à travers cette magie durant laquelle il avait pourtant trouvé un réconfort pendant de longues années. Il avait besoin de revivre l'humanité qu'il avait oublié pendant sa scolarité. Besoin de sentir un renouveau. De respirer. Il avait donc décidé de prendre une semaine loin de tout ça, dans sa ville natale. Oxford. Ses parents n'habitaient plus dans cette ville depuis un moment déjà, il avait d'ailleurs hésité entre aller là-haut où les rejoindre eux mais après réflexion, il avait pris peur à l'idée de rencontrer sa mère. Il savait qu'en croisant son regard, il allait revoir les moments qu'elle a pu subir. Et il savait que vivre cela n'allait pas l'aider. Au contraire, ça allait rendre son esprit de vengeance encore plus étouffant. Et ce n'était absolument pas ce dont il avait besoin pour le moment. Néanmoins, il n'avait pas oublié cette histoire et comptait bien le montrer mais ce n'était pas sa préoccupation actuelle. Puis, comme sa mère lui disait étant enfant quand elle lui racontait son histoire, plus la vengeance est longue et prend du temps à arriver, mieux elle est. Il souhaitait agir au moment où les coupables s'y attendraient le moins. Marionnette.

Préparant donc toutes les affaires dont il avait besoin pour cette virée, à la dernière minute, comme à son habitude, il regardait le plus souvent l'heure afin de ne pas louper son train. Il pouvait transplaner jusqu'à la destination choisie mais il partait pour ne montrer aucun signe de magie. Il gardait tout de même sa baguette sur lui mais uniquement en cas de véritable besoin. Une vie à la moldue. Il comptait vraiment sur cette semaine pour revenir en pleine forme ou du moins, en meilleure forme qu'actuellement. Mais il n'avait pas le temps d'y songer, il commençait à se faire tard et s'il prenait encore son temps, il allait finir par rater son train une fois pour toutes. Il transplana jusqu'à la gare de Londres. Il n'avait qu'une heure de train pour se rendre à Oxford. Lui qui était impatient, il allait devoir attendre encore un peu. Mais non, pas de magie pour s'y rendre. Il préférait patienter.

Arrivant enfin à la gare, il remarqua très rapidement qu'il faisait déjà nuit. Il n'y avait personne dans la gare. Son train était-il déjà parti ? Ou bien n'était-il pas encore arrivé ? Que de questions. Il vit très rapidement une personne assise sur un banc et sans vraiment regarder à quoi elle ressemblait - cela ne l'importait pas, il s'approcha d'elle pour vérifier. Elle en savait plus que lui, elle semblait être dans cette position depuis quelques temps déjà.

- Bonsoir, est-ce que vous savez si le train en direction d'Oxford est déjà parti ?

Il releva légèrement la tête et découvrit qu'elle portait un masque blanc, des cheveux gris et était vêtue de noir. Une chose était sûre ; elle semblait vouloir cacher son véritable visage. Mais qui pouvait-elle bien être ? Il hésita à lui poser la fameuse question, si c'était une sorcière, peu importe si c'en était pas une. Il n'avait pas peur de dévoiler le secret magique à quelques moldus, puis, la plupart penseraient à une mauvaise blague si on lui demandait cela. Halloween approchait en plus, de quoi raviver l'esprit maléfique de certains. Il la dévisagea, entièrement, sans prendre crainte à ce qu'elle le remarque. Il déposa délicatement sa main gauche à l'endroit où il avait placé sa baguette, dans une des poches de son manteau. Elle n'avait plus qu'à faire un geste mal-placé et il sortait en deux secondes pour lui lancer un sort. Peu importe les conséquences de son acte.

- Vous êtes qui ?
Revenir en haut Aller en bas
Seven
avatar
Ordre du Phénix
Ordre du Phénix
Spécialité(s) : Manumage (Niveau 1)
Legilimens
Permis de Transplanage


Re: Sur les rails

Message par : Seven, Hier à 15:12




Les yeux fermés sur le monde elle attend un signe, celui qui lui signifiera sa présence. Elle reste silencieuse, se comporte comme une ombre. Et enfin elle sait, qu'il est arrivé, qu'il est là, dans la gare. Elle ouvre les yeux et le voit tout près. Doucement elle tourne sa tête vers lui, ne pas le brusquer. Il lui pose une question au hasard, ses lèvres s'étirent. Il ne remarque pas tout de suite qu'elle est, différente. Et puis les yeux du jeune gomme s'arrondissent, la main se porte vers l'endroit de son manteau où il a probablement rangé sa baguette. Elle se lève enfin, lève le menton un tout petit peu, pour le regarder dans les yeux, et désigner de sa main sa baguette qu'il est prêt à dégainer. Tu n'auras pas besoin de ça ce soir.
Mes amis m'appelle Seven.



Elle croise les bras sous sa poitrine, reste calme et apaisée. Elle se laisse se faire observer, elle veut qu'il comprenne de lui même, qu'il réalise. Quelques longues secondes se passent. Au bout d'un moment elle ouvre une main devant lui, fait apparaître des flammes au bout de chacun de ses doigts, pour ne garder finalement que celle de l'index qu'elle garde pointé vers le Ciel. La mise au point visuelle s'alterne entre la flamme et le Jenkins. Un sourire discret s'installe alors; Mais je pense que tu sais ce que je suis.


Elle est la flamme, elle est l'espoir. Elle est là pour ceux qui n'ont pas peur du noir mais qui ne supportent pas la lumière. Elle est là pour leurs opposés, elle est là pour guider, conseiller, combattre. Les épaules en arrière, le menton levé, les jambes droites, elle fait figure de bonté, elle représente son équipe, son ordre, tous les alliés silencieux, et aussi ceux qui osent. Calmement, elle tourne les talons, puis regarde Elliot d'un coin de l'oeil. On marche un peu?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur les rails

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 6

 Sur les rails

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: La Gare-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.