AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 1
[Habitation] Snow Cocoon
Ashton Parker
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


[Habitation] Snow Cocoon

Message par : Ashton Parker, Dim 18 Sep - 11:09


_________________________________


Voici l'habitation (maison) d'Elenna Benson et Alexander Scott.

Ils peuvent poster dès à présent.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : Elenna Benson, Dim 18 Déc - 11:55


Post description en préparation ♪
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : Alexander Scott, Jeu 22 Déc - 22:30


CRAC

Ici, ils seraient à l'abri. Il était fort probable que Wolf's House soit désormais compromis, impossible de retourner dans le petit appartement de Pré-au-Lard sans risquer de se faire attaquer, par une bande de mages noirs en quête de vengeance, à n'importe quel moment de la journée. D'ailleurs Eden était toujours dans leur ancienne habitation, il faudrait qu'il aille le chercher au plus vite... Mais pas maintenant, il devait s'assurer qu'Elenna était en sécurité. Il devait dresser des sortilèges de protections. Il devait attendre que July arrive. La jeune médicomage avait-elle seulement reçu son hiboux ? Hermes était-il parvenu à la retrouver ? Les probabilités pour la retrouver étaient minces, faibles, infimes, maigres et que ferait-il si son amie ne venait pas ? Amy était-elle déjà assez douée en médicomagie pour soigner sa fiancée ? Devrait-il l'emmener à Ste Mangouste ? Là-bas nul doute qu'elle recevrait les soins adéquates mais lui comme elle attireraient les regards et leur situation leur interdisait plus que jamais de se faire remarquer. Les mangemorts ne devaient pas les découvrir. Le ministère de la magie ne devait pas les découvrir. En conséquence aller dans l'hôpital sorcier le plus connu de Grande-Bretagne était totalement hors de question, alors quoi ? Alors où ? Alors comment ? Impossible de faire appel à Mkrovsk, non seulement ce dernier avait disparu mais en plus il avait toujours eu le plus grand mal à lui accorder sa confiance. Lui offrir ses propres soins en matière de médicomagie semblait également être une mauvaise idée, peut-être la plus mauvaise idée quand on savait de quoi il était capable dans ce domaine. La vérité ne tarda pas à frapper le jeune homme de plein fouet, la survie de la chef de l'Ordre du Phénix, la survie de son aventurière des neiges dépendait entièrement de July Swann.  

Alexander sentit ses jambes trembler et sa vue se brouiller et l'aide du mur ne fut pas de trop pour éviter de s'écraser au sol avec son précieux fardeau. Depuis combien de temps n'avait-il pas dormi ? Depuis combien de temps n'avait-il pas mangé ? Impossible à dire, cela faisait des jours qu'il se posait des questions, qu'il échafaudait des plans, qu'il réfléchissait à l'avenir. Seriez-vous capable de dormir lorsque la moitié de votre être peut vous être arrachée à tout moment ? D'un geste maladroit de sa baguette magique le sorcier de l'est alluma la lumière à l'intérieur de la pièce dans laquelle ils étaient atterris. Pas de meubles, une forte odeur de peinture, un silence absolu pas de doute ils étaient au bon endroit. Snow Cocoon, une habitation dont le couple avait fait l'acquisition quelques jours auparavant et qui était encore en rénovation il y a peu. Personne ne connaissait l'existence de cette maison, ni dans l'Ordre, ni au ministère. La seule et unique personne qui pourrait les trouver ici était July Swann.  Avec la plus grande difficulté du monde Alexander agita sa baguette magique pour faire apparaître un lit, essayez donc de créer un lit avec une mourante dans les bras, plusieurs essais furent nécessaires avant que le sorcier d'élite ne parvienne à faire apparaître un lit deux places totalement quelconque mais qui suffirait amplement pour le moment. Le russe tituba jusqu'au couchage et y déposa précautionneusement sa dulcinée qui oscillait dangereusement entre conscience et inconscience.  


- Courage, July ne devrait pas tarder à arriver, je suis persuadé que Hermes est parvenu à la retrouver.

Que pouvait-il lui dire d'autre ? Bien sûr qu'il n'était pas certains de la réussite de sa chouette mais pouvait-il sérieusement ne serait-ce que penser lui avouer la vérité ? Lui dire que sa seule chance de survie reposait sur la sens de l'orientation d'un oiseau ? Que sa vie ne tenait qu'à un peu de chance et de magie... Alexander embrassa tendrement la front de sa dulcinée et dégagea les quelques mèches rebelles qui recouvraient son visage... Calciné. Les mages noirs étaient responsables de nombre de blessures mais cette dernière était de son fait, c'était lui qui lui avait carbonisé la peau du visage. Évidemment c'était Elenna elle même qui le lui avait expressément ordonné mais tout ceci ne serait sans doute jamais arrivé si il avait été assez réactif. Les adversaires qu'ils avaient affrontés cette nuit là étaient loin d'être monstrueux, loin d'être hors de sa porté, loin d'être à son niveau mais il les avait sous estimé et voilà où ils en étaient aujourd'hui. Qui sait combien de blessures avait subie l'anglaise ? Qui sait combien de sévices moral elle avait enduré ? Qui sait de quoi l'Ordre allait devoir se relever ? Si l'avenir avait été radieux fut un temps, les nuages avaient depuis recouvert cet avenir de leur sombre manteau. Les mains du pourfendeur de magie noire se crispèrent sur le lit lorsqu'il constata la marque qui avait été apposée sur la peau de sa belle. 67, ces monstres avaient marqué sa dulcinée comme une simple bête. Pour la première fois depuis bien des années les yeux d'Alexander Scott s'embuèrent de larmes, lui qui n'avait jamais été vaincu en combat singulier se retrouvait complètement débordé, acculé, terrassé. Que devait-il faire ? Le sorcier de l'est fit apparaître une chaise dans un coin de la pièce et détourna les yeux pour éviter que l'ancienne vendeuse de baguette ne remarque ses larmes.  

Que devait-il faire désormais ? Rester ici jusqu'à l'arrivée de July et s'assurer de l'état d'Elenna ? Retourner à Wolf's House pour récupérer Eden, de la nourriture et de l'eau ? Le coeur lui commandait de suivre le premier commandement. La raison lui ordonnait de s'en tenir au deuxième. il ne voulait pas la laisse seule, même ici où elle ne risquait rien... Sa seule compagnie durant les derniers jours avait été des psychopathes meurtriers. Il ne pouvait pas la laisser seul. Et pourtant pour qu'elle ait une chance de survie il devait la laisser seul. Le combattant attrapa la main de fiancée, l'anneau d'or y était toujours comme la promesse d'un avenir meilleurs.


-Je dois retourner à Wolf's House, je vais chercher Eden et de quoi nous sustenter.

L'aller retour ne prit que quelques minutes mais le russe ne cessa de s'inquiéter pendant chaque seconde de ces longues minutes. Que trouva t'il à Wolf's House ? Trois pommes, deux bières, deux conserves, un pack de bouteille d'eau, un paquet de croquette et Eden, pas vraiment de quoi nourrir une blessée... De retour au chevet d'Elenna Alexander l'aida à boire de l'eau avant d'aller s'assoir pour attendre l'arrivée de July.  Si Hermes était parvenu à délivrer le message alors elle viendrait c'était une certitude mais Alexander n'avait aucune adresser à fournir à sa chouette... Seul son instinct avait pu la guider. Qui sait où pouvait se trouver la rayonnante Poufsouffle à l'heure qu'il était ? Elenna avait désespérément besoin d'elle. Il avait besoin d'elle, besoin de son sourire, besoin d'une lumière à laquelle se raccrocher.  Bien évidemment Scott n'était pas blessé mais il était émotionnellement et psychologiquement plus faible que jamais, ces derniers jours avaient été éprouvant et l'avaient pousser à commettre des gestes qu'il n'aurait jamais pensé, qu'il n'aurait jamais dû commettre. July lui avait sauvé la vie plus d'une fois, nul doute qu'elle parviendrait à sauver Elenna...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : July Swann, Ven 30 Déc - 12:54


Le monde de July s'était écroulé, il y a de cela plusieurs mois. Sa mère était morte en quelques semaines d'un cancer fulgurant. Le diagnostic avait été posé trop tard et ni les médecins moldus ni la médicomage n'avaient pu y faire quoi que ce soit. Un choc pour la jeune femme qui n'avait jamais vu aucun de ses patients mourir d'une chose aussi bête que le cancer. Cela avait été d'autant plus difficile à vivre qu'elle n'avait rien pu faire. Une perte brutale et violente qui mit à mal sa relation déjà conflictuelle avec son jumeau. Son père, quand à lui, se laissa sombrer dans la dépression.
Si seulement il n'y avait eu que cela. Mais dans sa vie professionnelle aussi, tout volait en éclat. Elle qui travaillait si dure, qui s'était investie corps et âme à l'hôpital, ne se retrouvait pas récompensée pour ses efforts. July rêvait de devenir chef de service, mais le poste lui passa sous le nez, dérobé par une expatriée.
Ses rêves partaient en fumé sans qu'elle ait pu les retenir. La vie qu'elle s'était imaginé lui échappait totalement, tout semblait s'écrouler sous ses pieds. Elle ne trouva d'autre solution que de fuir ce monde en ruine. Alors elle partit. Un matin, elle rendit à Griffiths sa liberté, prit quelques vêtements chauds, son balai, un peu d'argent et disparut.

Suivant son instinct, elle parcourut rapidement l'Europe de l'ouest puis de l'est. Parfois à pied, le reste du temps sur son balai, camouflée par un sortilège de désillusion. Elle profita de ce trajet pour visiter des lieux emblématiques du monde magie. Son chemin la mena jusqu'en Roumanie où elle résida quelque temps. La culture magique de ce pays l'intriguait, elle visita les lieux historiques et consulta nombre d'ouvrages. C'était ceux sur l'ancienne magie qui l'intéressaient le plus.
July, qui avait jusqu'alors l'impression de se laisser conduire par son instinct, finit par réaliser qu'elle s'était raccrochée à l'une des seules choses qui n'avait pas été ébranlée durant ces dernières semaines : sa passion pour la magie et les recherches qu'elle menait pour la Guilde. C'était une échappatoire, une façon de fuir ses problèmes. Ce n'était pas très mûr de tourner ainsi le dos à la réalité, mais la réalité était laide et elle n'avait vraiment plus envie de la regarder en face.

July poursuivit son chemin en direction de l'Asie. Elle survola le Proche-Orient, puis s'arrêta au Tibet. Elle fut fascinée par cette région montagneuse, tantôt verte, tantôt brune, tantôt blanche. Perdue dans les montagnes, elle partir à la recherche de villages sorciers. Certains, vivant en quasi-autarcie, avaient des pratiques magiques bien différentes de celles qu'elle avait connues en Angleterre. Rares étaient ceux qui utilisaient une baguette. Leur magie à eux était faite de rites et de longues d'incantations. Ils s'intéressaient aux énergies vitales et magiques, apprennent à les sentir, à les comprendre et à les manier pour qu'elles leur soient favorables. En plus des rites, July découvrit de nombreuses façons de canaliser les énergies. L'art de Feng Shui pour organiser les espaces, l'acupuncture pour le corps.
L'ancienne médicomage trouva refuge chez un vieux sorcier. En échange d'aide pour entretenir sa maison et ses cultures, il lui promit de lui apprendre la magie traditionnelle tibétaine. Une aubaine pour la rousse qui déchanta vite lorsqu'elle constata que cela demandait plus qu'un peu de concentration et d'imagination, comme pour utiliser sa baguette. Il fallait aller bien au-delà. Il fallait sentir, ressentir, prendre conscience de soi et du monde autour. Percevoir ce qui ne pouvait être vu, ce qui ne pouvait être touché.

Là-bas, July perdit la notion du temps. La vie y était douce et paisible. Dure aussi, car il fallait travailler chaque jour pour pouvoir manger. Sa baguette rangée au fond d'un tiroir, elle dut se servir de ses mains, pour la première fois de sa vie. Pécher, travailler la terre, s'occuper des animaux, réparer les enclos. Autant de choses qui auraient pu prendre quelques minutes avec sa baguette mais qui lui blessaient les mains faute de pouvoir s'en servir. Les Tibétains ne voulaient pas de cette magie là, elle ne respectait pas les équilibres.
Quand elle ne travaillait pas, July méditait. Au début, ce ne fut pas facile pour l'ancienne Poufsouffle qui trouva cela bien trop ennuyeux. Mais à force de persévérance, un déclic se fit. Elle ne percevait pas encore, mais elle sentait les biens faits de la méditation. Les jours passaient et l'apaisement la gagnait. Elle était plus en paix avec elle-même, avec son passé. Sa vie en Angleterre lui paraissait lointaine, comme un vieux souvenir diffus. Elle n'avait ressenti une si grande sérénité là-bas. Elle avait eu des joies, des peines aussi, une vie très colorée, pleine de sentiments forts. Mais pas la paix.

La paix, un équilibre si fragile. Il fut brisé par une chouette. Un animal éreinté qui avait dû parcourir plusieurs centaines de kilomètres pour la trouver. Hermès. July l'aurait reconnu entre milles.
Dès qu'elle le vit, la jeune femme sentit que quelque chose n'allait pas. Que si l'oiseau était au bord de l'épuisement, c'était parce que le message qu'il transportait était de la plus haute importance. July hésita, une fraction de seconde. Elle savait que si elle ouvrait l'enveloppe, le havre de paix qu'elle s'était trouvé ne serait plus, qu'elle replongerait dans la violence qu'elle avait connue. Mais l'affection qu'elle portait à sa meilleure amie fut plus forte que ses craintes. Alors elle lut.
Le parchemin lui glissa des mains, virevoltant telle une feuille voguant au gré du vent. Le souffle lui manqua tout à coup. Comme si un étau lui cerclait la poitrine. Elenna était en danger. Les forces du mal qu'elle combattait avec tant de fougue avaient eu raison d'elle.

July rassembla ses affaires à la hâte, balais, baguette et cape d'hiver, c'était tout ce dont elle avait besoin. Elle prévint aussi son hôte, en lui promettant de revenir. Accompagnée d'Hermès, qu'elle installa sur son balai, elle s'éloigna du village. Pour rentrer, elle n'avait d'autres choix que d'utiliser la magie. Le vol lui prendrait beaucoup trop de temps. La seule solution était le portoloin. Elle n'en avait plus fait depuis Poudlard, mais la magie c'était comme le balai, ça ne s'oubliait pas. Elle prit ainsi la direction du nord de la France, puis rejoignit Londres en volant.
Lorsqu'elle arriva devant la porte du couple, July sentait son cœur battre la chamade contre sa poitrine. Sa main gagna la poignée sans oser la tourner. Elle redoutait ce qu'elle allait trouver. Une maison vide, signe qu'Elenna se trouvait toujours captive ? Ou pire, que les choses avaient dégénéré ? Une Elenna entre la vie et la mort ? Ou déjà morte ?
July sentit la gorge se serrer. Mais elle savait que si elle était là, si Alex avait fait appel à elle, ce n'était pas pour la voir pleurer à chaud de larmes. C'était pour qu'elle s'occupe se sa meilleure amie, ce qu'elle ne pouvait pas faire les yeux embués. Alors July souffla un grand coup, fit le vide, comme elle le faisait à St Mangouste, et ouvrit la porte.

L'entrée était totalement vide ce qui donnait à l'endroit un côté lugubre. La rousse n'eut pas le temps de plus s'attarder sur la décoration car un éclair blond lui fondit dessus.
- Eden, murmura July en enfouissant ses mains dans les longs poils du golden.
Derrière lui apparut un Alex méconnaissable. L’ancienne médicomage l'avait déjà vu mal en point, mais jamais avec les traits aussi tiré et l'air aussi fatigué.
- Elen' ?, souffla-t-elle inquiète.
Il lui fit signe d'approcher.
Un lit avait été posé dans ce qui semblait être le salon. Dessus, gisait une Elenna à la respiration faible. July s'y approcha à grands pas. Lorsqu'elle vit l'état de la jeune femme, elle faillit reculer devant l'horreur de ses blessures. Son doux visage n'était maintenant plus que charbon et sang. Ses vêtements en lambeaux laissaient transparaitre plusieurs blessures.
- ça va aller Elen', je suis là, murmura la rouquine, la gorge serrée.
D'un coup de baguette, elle fit disparaitre ses guenilles pour voir l'ampleur des dégâts. Son sein gauche présentait une entaille semble-t-il couplé à une brulure, à en juger par la couleur rouge vif de la peau. La cuisse aussi avait été lacérée. Quelques ecchymoses légères sur le haut de son corps venaient colorer sa peau blanche.

July saisit la main molle de son amie. Elle y exerça une légère pression, pour lui faire sentir qu'elle était là et qu'elle allait s'occuper d'elle. Etant donné l'état de la jeune femme, la soignante savait que le mieux à faire était de l'anesthésier. Ce qu'elle fit, armée de sa baguette et de toute la concentration qu'elle avait à sa disposition. #Anesthesia minima. Elenna avait assez souffert, elle n'avait plus à endurer quoi que ce soit. Ainsi, le sortilège atténuerait la douleur tout en la laissant consciente. Dans son état July ne voulait pas prendre le risque de l’endormir.
- Alex, appela l’ancienne Poufsouffle, la brulure, elle est ... Les plaies anciennes sont plus difficiles à soigner, je ne suis pas sure ... Elenna risque de rester défigurée. Elle lança à l'ancien auror un regard où se mêlaient tristesse et compassion. Une once de terreur aussi. La seule chose ce serait ... Des larmes de phénix. Si je pouvais en mettre dans une pâte pour soigner les brûlures ... Mais c'est tellement rare. Même à St Mangouste on n’en avait pas.
En quelques mois, July n'avait pas tellement changé. La principale différence résidait en ses cheveux qu'elle n'avait pas pris le temps d'entretenir et qui avaient poussé de plusieurs centimètres. Sa peau était également plus colorée, la faute aux nombreuses heures passées dehors à s'occuper du bétail et des cultures.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : Elenna Benson, Dim 8 Jan - 4:54


Aucune flamme dans les ténèbres...


L
e monde tanguait, comme si tout s’écroulait autour de moi. J’avais perdu la notion du temps, de l’espace. Où étais-je ? Depuis combien de temps voguais-je dans cet inconscience ? Etais-je seulement encore en vie ? Encore lucide ? Mon corps avait-il décidé de m’abandonner pour ne laisser qu’une âme, qu’un esprit perdu dans un néant absolu ? De temps en temps, j’arrivais à ouvrir les yeux, à apercevoir des formes, des jeux de lumières ou même des bruits étouffés mais je sentais que les choses se dégradaient. Je sentais que la vie était en train de me quitter. Je n’étais pas bête et si j’arrêtais de songer un instant à cette aspiration qui m’attirait loin de mon univers j’aurais compris. J’avais perdu du sang, plus que beaucoup de sang. J’avais souffert, plus qu’un corps pouvait le supporter. J’avais trahi, plus qu’une amie pouvait se le permettre. J’oubliais lentement ce que j’avais subi, emprisonné dans un tourbillon de sentiments plus contradictoires les uns que les autres. J’étais submergée par des vagues d’émotions toujours plus fortes, oubliant peu à peu mon corps et la douleur que je ressentais…

Cette voix me berçait. Une voix douce et inquiète. Une voix que je ne connaissais que trop bien. Alexander. C’était ce son mélodieux qui me maintenait dans mon monde, dans ce monde que je m’étais créée, dans ce monde où le beau blond était l’oxygène qui me faisait respirer, le soleil qui me réchauffait, la rotation de ma planète, celle qui me maintenait les pieds sur terre, à ses côtés. J’étais perdue et je le savais plus que quiconque. Comment auraient-ils pu savoir ? Comment auraient-ils pu comprendre ? Ce que je vivais n’avait rien de joyeux, aucun bonheur, aucun rire. Tout était froid, distant, silencieux. C’était le souffle glacial qui me faisait le plus peur. Mon corps s’embourbait et je ressentais la mort plus qu’autre chose. Je n’arrivais pas à comprendre ce que mon fiancé me murmurait, c’était comme un bruit de fond. Vous savez quand vous entendez la radio derrière une conversation sans forcément l’écouter. Je ne distinguais aucun mot, que des sensations.

Une pression sur ma gorge se faisait de plus en plus intense. Un goût bizarre, acide, très acide, teintait mes papilles gustatives. Le mal en personne venait de faire craquer une allumette, juste au milieu de ma poitrine et le feu se répandait dans mon corps, dans mes poumons, puis dans ma gorge pour aller calciner mon crâne. Le pire ? Cet incendie cessait, remplacé par un froid glacial. Des picotements parcouraient la totalité de mon corps, des piques de glace venaient congeler doucement mes doigts, mes orteils, mes bras, mes jambes. J’avais entraperçu des étoiles, qui laissèrent bien vite place aux ténèbres. Certains disaient que la dernière chose que l’on ressent avant de mourir, n’est autre que le froid. Mais qui étaient revenus d’entre les morts pour en parler ? Ce n’était que des légendes, des légendes qui me faisaient peur. Etais-je en train de mourir ?

Je revins doucement mais sûrement à la surface. Depuis combien temps m’étais-je perdue dans des méandres inconnus ? J’avais l’impression de flotter sur un nuage tant mon dos avait été éprouvé ces derniers jours. Je connaissais Alex, il m’avait certainement installé quelque part le temps qu’on vienne me soigner, un endroit confortable et où il pourrait veiller sur moi. J’ouvris à peine les yeux, si bien que je ne m’en souvenais pas. La seule sensation, c’était l’eau fraîche qui glissait dans ma gorge. J’avais envie de lui crier de ne pas me refroidir, de ne pas me laisser sombre dans cette obscurité glaçante, de m’apporter un bon thé chaud à la place mais mon corps refusait de répondre. C’était mauvais signe et je le savais. Un léger courant d’air caressa ma peau, comme si une porte s’était ouverte, je fus ravie de le sentir mais mon visage refusa de s’étirer en un sourire. Si Alexander me retenait ici, la légère pression que je parvins à ressentir sur ma main l’y aida fortement. Qui pouvait bien être là, à mon chevet ?

J’avais envie d’ouvrir les yeux, d’oublier les derniers jours. Est-ce qu’un retourneur de temps ferait l’affaire ? Est-ce qu’il effacerait mes plus noires souvenirs et purifierait mon cœur de toute cette souffrance ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chat de Pallas


Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : Alexander Scott, Mar 17 Jan - 19:38


L'homme, certaines personnes n'hésitent pas à qualifier cette espèce comme le sommet de l'évolution, ont-elle raison ? Ont elle tort ? Difficile à dire cependant il est indéniable qu'au cours des siècles l'espèce humaine est parvenue à obtenir le contrôle de la plupart des choses qui l'entourent. La technologie a permis aux moldus de leur environnement, de créer de nombreuses sources d'énergies, d'inventer des armes destructrices et même d'explorer de nouvelles planètes. Les sorciers quand à eux sont parvenus à maîtriser la magie, pas la magie inoffensive des moldus mais plutôt une magie sauvage et destructrice permettant de réaliser un bon nombre de choses qu'on supposait auparavant impossible. Malgré toute l'inventivité de l'espèce humaine, ni les sorcier, ni les moldus ne sont parvenus à maîtriser le Temps. Le temps, chose inexplicable. Parfois on a l'impression qu'il passe bien trop vite. Parfois on aimerait qu'il passe bien plus vite. Parfois on regrette qu'il passe aussi vite. L'emprise de l'espèce humaine sur le temps est toute relative et les sorciers ont appris à leur dépend comme le manipuler pouvait être dangereux. Dans sa situation Alexander Scott aurait tout donné pour pouvoir maîtriser une magie temporelle, si tant est qu'une telle magie existe. Au fur et à mesure des heures qui défilaient le sorcier de l'est voyait l'état de sa dulcinée s'aggraver sans rien pouvoir y faire, lui même avait perdu toute notion du temps, depuis combien de temps étaient-ils arrivés à Snow Cocoon ? Plusieurs heures ? Plusieurs jours ? Quelques minutes ? Impossible à dire. Le chasseur de mage noir avait l'impression de se noyer dans un affreux cauchemars, d'être spectateur d'une macabre comédie sur laquelle il n'avait aucune emprise. L'ancien membre du ministère de la magie ne parvenait pas à garder les yeux ouverts tant la fatigue l'accablait, plusieurs fois il sombra dans le sommeil mais chaque fois il fut tiré de son sommeil par Eden qui semblait comprendre la gravité de la situation et qui tournait littéralement dans le salon faisant des vas-et-vient entre les deux personnes qu'il affectionnait le plus au monde. La présence du Golgen Retriever était réconfortante pour le sorcier de l'est qui aurait peut-être sombré sans ce dernier.

Le chasseur de mage noir avait de nouveaux sombré dans un sommeil tourmenté et une fois encore ce furent les aboiements de Eden qui le tirèrent des bras de Morphée. Combien de fois le chien l'avait-il réveillé ? Une bonne dizaine de fois sans aucun doute, mais cette fois les choses étaient différentes, Eden avait quitté le salon et ses aboiements semblaient presque joyeux si toutefois des aboiements de chien pouvaient être joyeux. Le sorcier de l'est se leva péniblement et suivi la direction des aboiements. Au fond de lui Alexander savait bien ce que tout cela signifiait mais tout son être refusait d'y croire, il avait connu bien trop de désillusions ces derniers jours et ne voulait pas subir une fois de plus le poids du désespoir. July était-elle ici ? Hermes était-il parvenu à retrouver la médicomage ? Les chouettes et les hiboux du monde magique étaient une véritable énigme pour l'ancien Serdaigle, comment ces rapaces faisaient-ils pour retrouver les destinataires des messages à chaque fois ? Cette fois-ci Scott avait envoyé son messager sans même lui donner la moindre indication ! La cible du message pouvait se trouver n'importe où sur Terre et les chances de la retrouver en volant au hasard étaient pour ainsi dire... Nulles. Si la Poufsouffle était là aujourd'hui alors cela tenait tout bonnement du miracle mais Alexander ne voulait, ne pouvait plus croire aux miracles. Le jeune homme n'avait même pas encore passé l'embrasure du salon mais il dut se rendre à l'évidence, impossible de ne pas reconnaître cette chevelure de feu même si ils étaient bien moins ordonnées qu'à l'époque. July était là, emmitouflée dans épaisse cape d'hiver, accompagnée de Hermes qui piailla de joie en apercevant le sorcier de l'est.  D'un simple regard le pourfendeur de magie noire sut que l'anglaise avait changé, elle semblait revenir d'un interminable voyage et avait indéniablement gagné en... En quoi ? Son visage était plus marqué que par le passé. Impossible de dire ce qu'elle avait vécu lors de ces dernières années et à vrai dire peu lui importait pour le moment. Alexander sentit sa gorge se serrer lorsque July posa ses yeux bleus pâles sur lui, comment expliquer cette sensation ? Cela faisait maintenant plus d'une semaine qu'il avait perdu pied malgré les grands airs qu'il se donnait en présence des autres Phenixs, maintenant que la médicomage était là il avait besoin d'évacuer toute la pression, de tout lui raconter sans exception, il avait terriblement besoin de parler à quelqu'un. Mais pas maintenant. Pas pour le moment. Pour l'instant il y avait bien plus important.  


- Elen' ?

Alexander désigna sans un mot la pièce dans laquelle se trouvait sa moitié. La vérité c'est que le courageux chasseur de mage noir n'avait pas la force de prononcer le moindre mot. Que devait-il dire ? Comment expliquer comment la situation avait dégénéré à ce point ? Comment remercier July pour ce qu'elle faisait pour eux ? Comment lui dire que tout ce qui arrivait était de sa faute ? Qu'il n'avait pas été à la hauteur pour protéger Elenna et que les brûlures qu'elle arborait sur son visage était de son fait. Scott préféra ne pas prononcer la moindre mot, de toute façon la médicomage s’affairait déjà autour de la patiente. Le soulagement qu'avait dans un premier temps éprouvé le membre de l'Ordre du Phénix s'était envolé, Elenna lui semblait plus cadavérique que jamais, médicomage ou pas leur amie ne pouvait pas accomplir des miracles. L'ancien Serdaigle n'avait aucune notion en médicomagie mais à en juger par le visage qu'arborait son amie, les choses ne se présentaient pas bien.  Une simple soirée d'amusement. Une simple soirée de liberté. Un brin de folie. Voilà les seules crimes que le couple avait commis et qui risquaient de les mener à la pire des issue. Le sorcier de l'est croisa les bras et se mordit les lèvres tandis qu'il observait la rouquine s'affairer autour de la mourante. Le membre de l'Ordre du Phénix aurait pu demander comment ça s'annoncer, il aurait pu s'enquérir de la situation, réclamait un point sur la situation mais bizarrement il n'en avait plus envie du tout... Il avait peur. Il avait peur comme il n'avait jamais eu peur auparavant. La vérité c'est qu'il était tout bonnement terrifié.

- Alex la brulure, elle est ... Les plaies anciennes sont plus difficiles à soigner, je ne suis pas sure ... Elenna risque de rester défigurée. La seule chose ce serait ... Des larmes de phénix. Si je pouvais en mettre dans une pâte pour soigner les brûlures ... Mais c'est tellement rare. Même à St Mangouste on n’en avait pas.

Les paroles de la Poufsouffle n'avait assurément pas pour but de blesser Alexander mais elles eurent sur lui l'effet d'un véritable coup de poignard qu'on aurait plusieurs fois retourné à l'intérieur même de sa chaire. July ne savait pas tout, elle ne connaissait pas tout les tenants et les aboutissants de la situation, elle ne pouvait pas savoir que c'était lui qui l'avait blessé, lui qui l'avait affreusement défiguré, lui qui l'avait brûlé au troisième degré. Le regard que le sorcier de l'est renvoya à son amie était triste, incroyablement triste. La jeune femme recherchait des larmes de phénix ? Le russe ne savait pas où trouver des larmes de phénix mais il savait assurément où trouver un phénix, restait à faire pleurer ce dernier mais nul doute que l'état de celle qui l'avait recueilli devrait suffire à lui mettre la larme à l’œil. Lorsque le chasseur de magie noire prit la parole pour la première fois depuis l'arrivée de l'anglaise, ce n'était pas sa voix habituelle grave et rauque mais un chuchotement qui franchit ses lèvres.

-Je ne peux pas te trouver de larmes de Phenix, July mais je peux peut-être te trouver quelque chose qui y ressemble. Je reviens rapidement, prends soin d'Elenna pendant mon absence.

Le sorcier de l'est disparu dans un craquement et réapparut aussitôt dans la bibliothèque du quartier général de l'Ordre du Phénix. La bibliothèque, c'était ici que Hope le phénix recueillit par l'Ordre aimait se reposer. L'arrivée du pourfendeur de magie noire fut saluée d'un cri lui apprenant que la créature magique était là. Alexander éprouvait le plus profond respect pour les phénix, ces créatures étaient rares, combien en existait-il sur Terre ? Sans doute pas plus d'une vingtaine et ils avaient le privilège d'en avoir un ici, au quartier général de l'Ordre. Comment avaient-ils rencontré l'oiseau de flamme ? Et bien ils l'avait tout simplement acheté à la boutique d'animaux magiques du chemin de Traverse... Il semblait qu'un terrible trafique faisait rage au sein du Royaume-Unis et que ce dernier n'épargnait même pas des êtres aussi nobles que les phénix. Hope devait être reconnaissant envers l'organisation puisque depuis l'achat il demeurait en leur compagnie. La créature mythique s'était en particulier attachée à Elenna, Alexander quand à lui n'avait pas réellement eu l'occasion de le côtoyer. Ironiquement au fond de lui le pourfendeur de magie noire craignait cet être mythologique autant qu'il lui témoignait du respect. Après quelques instants l'animagus s'inclina devant le phénix comme il aurait pu le faire avec un hippogriffe, une telle chose n'était peut-être pas utile mais premièrement Scott n'avait jamais été doué en soin aux créatures magique et deuxièmement il tenait à témoigner le respect que cet être méritait.    

-Je ne sais pas si tu me comprends, on m'a dit le plus grand bien de l'intelligence des phénix alors je suppose que oui. J'ai besoin de toi, Elenna à besoin de toi. Tu sais c'est la femme qui passe beaucoup de temps avec toi, c'est aussi la personne à qui je tiens le plus au monde et... J'ai peur qu'elle ne survive plus longtemps, elle a été grièvement blessé par des mages noirs. Je te supplie de venir nous aider Hope, je te serai éternellement reconnaissant.

Le sorcier de l'est tendit son bras dans l'espoir que l'oiseau mythologie viennent s'y poser et après un cri d'approbation de ce dernier c'est d'ailleurs ce qui se produisit. Dans un craquement sonore le drôle de couple disparut de la bibliothèque et réapparut dans le salon de Snow Cocoon.

-July, je te présente Hope. C'est un phénix que l'Ordre a recueilli, à défaut de trouver des larmes c'est la seule chose que je peux t'amener malheureusement, je ne sais pas faire pleurer des phénix sur commande...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
July Swann
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : July Swann, Jeu 2 Fév - 22:40


Le monde était violent. Ce n’était pas la première fois que July s’en rendait compte, bien sure, mais elle le voir plus nettement à présent. Elle l’avait déjà appréhendé, tout au long se son parcours. Dans des paroles blessantes, jetée comme on parle de la pluie et du beau temps. Dans une attitude acerbe causée par l’usure et les désillusions. Dans la solitude ressentie après la perte d’un être cher. Dans les injustices du quotidien, tous les braves jamais récompensés pour leurs bonnes actions.
De la souffrance, il y en avait partout. Petite, éphémère ou infinie, brutale ou lancinante. La violence allait bien au-delà de la cruauté des Mangemorts. Mais les mages noirs étaient responsables des plus fortes et des plus destructrices.
July avait l’impression que grandir se résumait à perdre son innocence. Comme si l’on vous arrachait des bouts d’âmes, des bouts d’espoir. Qu’on piétinait les rêves naïfs de votre enfance, pour vous faire voir le monde sans pitié, blessant et ravageur qu’était celui des adultes.

La détresse d’Alexander ressortait clairement sur son visage. Le voir ainsi bouleversé était un nouveau coup de poignard dans le cœur de July. L’Anglaise avait beaucoup d'affection pour lui. Pour tout ce qu'il apportait à Elen', pour sa droiture. Ainsi, la douleur d’Alex s’ajoutait à la sienne.
La rousse connaissait mieux que quiconque l'amour qui unissait les deux sorciers. Elenna était sa meilleure amie, elle l'avait vu tomber amoureuse. Elle avait vu comment Alex avait réussi à soigner son coeur éconduit et blessé. Elle avait souvent constaté la force et l'apaisement qu'ils s'apportaient mutuellement. Ils se complétaient, tel le ying et le yang.
July avait parfois l’impression qu’ils étaient deux moitiés d’un seul être. Elle n'imaginait pas comment l'un pourrait survivre sans l'autre. La situation en était d'autant plus stressante pour l’ancienne médicomage qui avait bien plus que la vie de sa meilleure amie entre les mains.

Alexander disparut dans un craquement, sur des paroles mystérieuses. Il lui avait dit pouvoir trouver quelque chose qui ressemble à ce dont elle avait besoin pour soigner sa belle. La rousse n'avait pas eu le temps de répondre que rien ne serait aussi efficace que des larmes de Phénix. Aucun autre composant ne pouvait égaler ce produit à la magie terriblement puissante.
C'est un peu troublée par ce départ précipité que July entreprit de poursuivre les soins. Elle réalisa plusieurs examens pour vérifier l'état de la blessée. Toutes ses constantes vitales étaient faibles mais néanmoins présentes. La première chose à faire était de redonner des forces à Elenna. Elle était probablement affamée et déshydratée. Armée de sa baguette, d'un verre d'eau, d'une pomme et d'une conserve, la rousse lança plusieurs sortilèges pour que le corps d'Elenna assimile les quelques nutriments qu'elle avait à sa disposition.

Un crac sonore fit sursauter la jeune femme. Elle se retourna vivement mais l'intrus n'était autre qu'Alexander, accompagné d'un grand et majestueux oiseau aux plumes de feu. Comme beaucoup, la rousse éprouvait une sorte de fascination pour cet oiseau légendaire. Après tout, le phénix était le symbole de l'espoir, de la guérison et de la renaissance.
Ce n’était, certes, pas la première fois que July voyait un phénix – ses longues escapades dans la boutique d’animaux magiques y étaient pour quelque chose – mais voir l’animal sans les barreaux, ça ne produisait pas le même effet.
July en resta bouche bée, tandis que le Serdaigle lui présentait Hope. Il exprima également des doutes quant à sa capacité à lui extorquer des larmes. Une inquiétude inutile car le phénix s'envola de lui-même pour aller rejoindre la blessée. À l'évidence l'oiseau comprenait parfaitement la situation et savait très bien ce qu'il avait à faire. Il s'allongea auprès de la belle aux cheveux blancs et inclina la tête vers son visage calciné.

L’oiseau était à portée de main pour July qui sentit en elle l’envie de toucher du bout des doigts ses plumes soyeuses. Mais ce n’était pas le moment. Tous les êtres vivants dans cette pièce n’étaient là que pour une chose : sauver Elenna. Et c’était bien ce que July avait l’intention de faire.
D'un coup de baguette, la rousse fit apparaître une petite fiole et la plaça sous les yeux du phénix. Ce dernier laissa échapper trois larmes. Trois petites perles qui roulèrent le long de son bec brun et vinrent s’écraser au fond de la fiole.
- Cela devrait suffire, commenta July en tournant la tête vers Alexander. Par contre, il me faudrait de la pâte pour brûlures. C’est assez long à préparer et je ne peux plus aller me servir dans la réserve de l’hôpital. Est-ce que les Phénix ont un contact qui pourrait nous en fournir à St Mangouste ? J’aurais aussi besoin d’un philtre de la matière grise.

Avec l’arrivée du Phénix, July avait l’impression que l’atmosphère pesante avait été chassée. Comme s’il s’agissait d’un signe. On ne pouvait pas mourir avec un Phénix à ses côtés. Il était là pour qu’Elenna puisse survivre, July en était certaine.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Snow Cocoon

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 [Habitation] Snow Cocoon


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.