AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 4 sur 5
Sur les routes de Grande Bretagne
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor

Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Daemon Stebbins, le  Jeu 1 Mar 2018 - 21:15





Lourds Secrets...

Loredana Sparks
Daemon Stebbins
“Il n’y a pas plus prude que celui qui a un secret à cacher.” ” ♫♫♫


J'avais réussi à l'atteindre malgré les circonstances, malgré la situation tendue qui nous dépassait tous les deux. Parce qu'à dix-sept ans, ce n'était pas facile de faire face à ce genre d'histoire compliquée et surtout de mon point de vue complétement tordue. Comment pouvait-on rendre un bébé responsable de tout. Au dernière nouvelle, les gamins ne demandaient ni à venir au monde, ni la famille dans laquelle Merlin les mettait. Leur seule préoccupation était de ne pas décevoir. Mais cette chance n'avait pas été donnée à ma petite amie. Dés le début, on n'avait pas voulu d'elle alors qu'elle était innocente.

Lo avait interrogeait ensuite son géniteur alors que cette femme lui avait dit de partir. J'étais écœuré de la voir traiter ainsi. si je m'étais écouté, j'aurais balancé un ou deux sorts pour leur apprendre à vivre et à faire du mal à celle que j'aimais. Lo décida de quitter la pièce et m'entrainait vers l'étage. Elle lança un sort et ouvrit de la porte de sa chambre qui avait été condamné.

Je lui prenais la main et demandais :

- Est-ce que ça va ? Tu vas tenir le coup ?

Je m'inquiétais même si une petite voix dans ma tête ne cessait de me rappeler l'histoire de l'expulsion et que je entais une certaine colère sur le fait qu'elle m'avait caché un truc si important. Je comprenais mieux pourquoi, je n'avais jamais vu la maison ou y était allé. Mais pouvais-je vraiment lui en vouloir au vue de la situation ? Je ne savais pas. Cependant, une part de moi, ressentait la peur que Lo ne me fasse pas confiance. Qu'elle ne prenne pas au sérieux comme... Elhiya. Je ne pouvais et ne voulais revivre les mensonges et le sentiment de perte. Néanmoins, à cette seconde, ce n'était pas cela qui fallait gérer. C'était son état émotionnel.

- Tu vas tenir ?

Je l'observais récupérer ses affaires qui venait d'une autre époque tout en me parlant. Me rappelant déjà ce qu'elle m'avait avoué sur son enfance. Je me rapprochais d'elle et je lui disais :

- Si tout cela a de l'importance parce que c'est e qui fait que tu es toi. C'est ce qui fait que je suis tombé amoureux de toi. alors ne dit plus jamais que ça ne compte plus s'il te plait ? Est-ce que je peux t'aider à quelque chose d'autre à part atomiser ces gens ? Tu n'as qu'un mot à dire et ils sont de l'histoire ancienne.

Je voulais qu'elle sourit même si c'était juste une seconde. J'avais besoin de voir ma déesse, durant ce cours laps de temps, pour être certain qu'elle n'avait pas disparu définitivement à cause d'eux. Puis je l'avais vu se débarrasser de ce collier.

- Tu es certaine que tu veux le jeter. Tu pourrais regretter ton geste plus tard... Les regrets ont la peau tenace, tu sais.

Je parlais d'expérience. Je la regardais alors emballer les dernières affaires de sa vie d'ici. Alors je lu avais tout de même dit en veillant à ce qu'on ne nous écoute pas :

- Par contre Loredana, une fois sorti d'ici, il y a des choses dont nous devrons parler car elles sont trop importantes et décideront de la suite...

J'avais tenté de contenir ma peur et mes doutes parce que je ne voulais pas l'accabler mais elle avait du tout de même le sentir car je le voyais à ses prunelles.

- Tu n'as rien d'autre à prendre ?

La rouge et or me faisait non de la tête.

- Alors partons de ce lieu maudit...


Code Daemon

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Loredana Wildsmith, le  Jeu 1 Mar 2018 - 21:54


Daemon était d'un grand soutien, à l'écoute et c'était ce dont elle avait besoin à cet instant-même. Il voulait s'assurer qu'elle aille bien, qu'elle tenait le coup. Même elle n'aurait pas pu répondre à ce genre de question. Elle était chamboulée par ce qu'elle venait d'apprendre. Sa vie aurait probablement été différente si sa vraie mère n'avait pas été tuée par l'accouchement. Elle aurait probablement grandi en Italie, elle serait allée dans une autre école de magie, aurait rencontré d'autres personnes et aurait connu toute sa famille italienne. Peut-être même qu'elle aurait été aimée par tout le monde ? Elle secoua la tête, penser à ce genre de chose n'était pas bon pour elle. Penser à ce qu'aurait pu être sa vie si ça ne s'était pas passée comme ça lui faisait encore plus mal.
Dey avait des paroles qui se voulait rassurante, mais elle avait du mal à sourire pour le moment. Elle n'y parvenait pas, c'était au-dessus de ses forces et elle le regardait donc d'un air désolé. Elle appréciait tout de même ses efforts pour essayer. Elle pouvoir voir qu'il tenait à elle.

Elle savait qu'il n'allait pas oublier ce que sa « mère » avait dit dans le salon. Elle savait qu'elle allait devoir l'affronter à un moment donné et ce moment allait arriver plus vite que prévu. D'ailleurs, il préférait la prévenir que cette conversation allait à voir lieu une fois qu'ils auraient quitté la maison. Il n'avait pas eu besoin de dire les choses explicitement pour qu'elle les comprenne. Elle sentait la peur et le doute planer au-dessus de Daemon. Allait-il remettre en cause leur relation pour tout cela ? Elle savait qu'il avait eu peur de s'engager, qu'il avait peur de refaire confiance aux autres et voilà qu'il se rendait compte que la brune lui cachait déjà des choses... Elle en était désolée, elle avait simplement voulu le préserver de tout ça. Maintenant, il était trop tard.

Elle prit son sac, regarda une dernière fois dans la poubelle et décida de partir, laissant son collier en argent à l'abandon. Sa décision était prise, elle ne voulait plus rien qui venait de cette famille. À partir d'aujourd'hui, ils n'existait plus pour elle. Daemon et elle descendirent donc les escaliers pour rejoindre le hall. Personne n'avait bougé. Ses parents étaient toujours assis sur les fauteuils, silencieux, l'air pensifs tandis que la domestique nettoyait les dégâts causés par la crise de nerfs de Loredana. Elle se sentit mal à l'aise à l'idée qu'elle nettoie ses bêtises, mais il était hors de question qu'elle l'aide et qu'elle reste une minute de plus dans cette immense maison. Son regard croisa une dernière fois celui de son père et tout deux s'en allèrent en claquant la porte derrière eux.

Une fois arrivée sur le lieu où ils avaient transplaner, elle savait qu'il était temps d'affronter l'autre partie du problème. Elle se tourna vers le rouge et or et le regarda dans les yeux. Elle ignorait si lui prendre les mains étaient une bonne idée ou s'il était préférable qu'elle garde légèrement une certaine distance entre eux. Elle opta pour la seconde option.

- Écoute Daemon... Je sais ce dont tu veux me parler. Et je sais que tu dois probablement m'en vouloir, être déçu où je ne sais quoi d'autre... Je suis vraiment, vraiment désolée de t'avoir caché cela. Je ne pouvais.... je ne pouvais simplement pas en parler, j'avais trop peur, beaucoup trop honte pour ça... Je t'en prie, pardonne-moi.


Elle était sincère, cela se voyait dans ses yeux. Elle avait ce regard profond qui ne trompait personne. Il y avait simplement des choses qu'elle ne parvenait pas à lui dire. Elle avait posé sa main sur sa joue, elle tentait un petit rapprochement, espérant qu'il ne la repousse pas.

Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Daemon Stebbins, le  Ven 2 Mar 2018 - 14:05





Lourds Secrets...

Loredana Sparks
  Daemon Stebbins
“Il n’y a pas plus prude que celui qui a un secret à cacher.” ” ♫♫♫


Nous avions donc quitter cette maison maudite où si j'étais resté un peu plus longtemps, j'aurais volontiers distribuer quelques sorts pour remettre les idées en place de cette femme qui n'avait aucun amour ni aucune compensation pour celle qui faisait battre mon cœur. Je la sentais tendue et même si elle ne l'avouait pas, j'étais certain que quitter ses racines lui coûtaient énormément. Je ne savais pas comment j'aurais réagi à sa place face à une telle situation.

Toutefois même si je comprenais sa position délicate, je ne pouvais oublier les choses cachées que j'avais apprises par l'intermédiaire de sa pseudo mère. Je la suivais donc pour retourner à notre lieu de transplanage en me questionnant sur comment entamer la discussion pour qu'elle comprenne ce que je désirais lui dire an qu'il y ait de malentendu. Mais avant que j'ai pu réfléchir comme il le fallait, Lo se lançait dans des excuses et des explications plus ou moins confuses.

- Déesse. Respire avant tout.

Je passais ma joue sur ma joue pour tenter de l'apaiser un peu. Je ne voulais pas l'angoisser encore plus.

- Donne moi la main. Je t'emmène dans un lieu sympa.


C'était le Starbuck qui m'était venu à l'esprit. Un lieu sympa où l'on pouvait avoir une boisson chaude dans un décor qui la dépayserait et ferait retomber la pression qu'elle éprouvait en ce moment.  Si je ne me trompais pas, on ne devait pas être très loin. Je vérifiais sur mon smartphone pour être certain. Je me concentrais donc sur l'endroit où je désirais aller et on transplana.

Nous sommes réapparus dans une petite ville, Stevenage dans un coin sorcier.  Je respirais un bon coup pour que mon estomac revienne à sa place. Je consultais toujours mon téléphone afin de localiser le café.

- Suis-moi. Nous allons discuter dans un lieu qui te changera les idées.

Je prenais sa main et l'entrainais en direction de notre destination. Nous trouvâmes enfin le commerce.

- c'est un Starbuck. Es-tu déjà allé ? C'est un café où on peut boire une multitude de boissons chaudes et où on sera à l'abri des oreilles indiscrètes pour discuter.

Je pénétrais sa main toujours dans la mienne et me dirigeais vers le comptoir :

- Bonjour, que désirez-vous commander ?
- Bonjour, je vais prendre un Christmas Blend Espresso Roast accompagné de deux donuts Chocolat Blanc ainsi qu'un Cinnamon Roll et un Chocolate Blackout Cake.
- D'acord.

Je me tournais vers ma déesse et je lui demandais :

- Et toi que veux-tu ?

J'attendais sa réponse afin de terminer la commande et que nous puissions nous installer


Code Daemon

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Loredana Wildsmith, le  Ven 2 Mar 2018 - 15:44


Malgré les tensions qu'elle sentait en lui, Daemin se s'arrêtait pas de la rassurer pour autant, de la soutenir dans cette épreuve difficile. Loredana avait envie de quitter cette endroit et de ne plus y retourner. À partir de ce moment-là, elle se considérait définitivement comme sans famille. Malgré elle, cela semblait bien plus difficile qu'elle le pensait de s'avouer ce genre de chose. Le Gryffondor n'attendit pas longtemps avant de prendre sa main et de transplaner ailleurs afin de changer d'environnement. Elle ne se fit pas prier et ne prononça plus un mot jusqu'à leur arrivé dans ce qu'il appelait un Starbuck. Loredana avait déjà fréquenté des bar moldus accueillant en majorité les personne voulant consommer de l'alcool. Mais quand elle voulait simplement boire pour se rafraîchir ou même se réchauffer, elle se rendait plutôt aux Trois Balais ou encore à la Tête de Sanglier. C'était donc la première fois qu'elle pénétrait dans ce genre d'endroit. Encore une envie de Dey de lui faire découvrir les lieux les plus fréquentés par les moldus.
Il avait vu juste, puisqu'il y avait du monde, mais ils parvinrent tout de même à se frayer un chemin jusqu'au comptoir où le rouge et or commença à annoncer ce qu'il souhaitait commander. Sans grande surprise, il avait pris à manger pour au moins quatre personnes. La jeune femme connaissait son appétit. En revanche, elle, elle n'avait envie de rien. Ni de sourire, ni de boire, ni de manger, elle ne parvenait pas à enlever de sa tête tout ce qu'elle venait d'apprendre, ça lui paraissait tellement réel... Elle avait vécu dix-sept ans dans le mensonge et avait évolué dans cet univers empoisonné. Comment pouvait-elle être honnête avec les autres ? Comment pouvait-elle ne pas mentir après avoir été élevée là-dedans ? Elle était complètement perdue.
Daemon lui demanda ce qu'elle souhaitait commander. Elle regardait la carte, tant de possibilité et rien qui lui faisait envie. Elle s'apprêtait à laisser tomber et à ne rien commander, mais elle doutait que Dey lui laisse cette possibilité. Alors elle annonça au serveur, une boisson prise au hasard.

- Hum... Je vais seulement prendre un cappuccino, s'il vous plaît.

Sa voix était sans vie, froid, basse. Cela n'avait rien à voir avec ce qu'elle était habituellement et elle espérait au fond d'elle que tout cela allait s'arranger et qu'elle apprendrait à vivre avec, même ça n'allait pas être une chose aisée. Daemon avait dit leur deux prénoms au serveur et ils durent attendre quelques minutes avant d'être servis. Loredana avait suivi son compagnon jusqu'à une table un peu éloignée des gens. Elle ne voulait pas que tout le monde assiste à leur conversation, bien que 90% des clients ici avaient les yeux rivés sur leur.... comment il a appelé ça la dernière fois ? Ah oui, sur leur ordinateur. Il était peu probable qu'il puisse être concentré sur les deux en même temps. Du moins, c'est ce qu'elle espérait.

- Encore un endroit moldu que tu voulais me faire découvrir ?

Elle essayait de sourire, mais c'était faux, forcé et on pouvait voir que son regard était éteint. Son estomac était encore noué et elle était tellement tendue qu'elle commençait à ressentir des douleurs au niveau de la nuque et du dos. Ça allait probablement passer.
À tout cela venait s'ajouter le fait qu'ils allaient devoir parler de la situation de Loredana. C'était ce qu'elle appréhender le plus en fin de compte. Elle aurait préféré qu'il ne sache rien, elle aurait très bien pu lui cacher encore quelques mois, quand elle aurait eu les moyens de louer un appartement. Ça aurait pu marcher, mais il avait fallu que sa fausse mère mette son grain de sel, une fois de plus et maintenant, elle se retrouver dans une situation délicate dans laquelle elle se sentait honteuse.
Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Daemon Stebbins, le  Ven 2 Mar 2018 - 16:40





Lourds Secrets...

Loredana Sparks
  Daemon Stebbins
“Il n’y a pas plus prude que celui qui a un secret à cacher.” ” ♫♫♫


Nous avions récupéré notre commande. J'avais constaté une table un peu à l'écart. J'entrainais donc Lo là-bas. Je n'aimais pas la voir dans et état. Néanmoins, je ne pouvais faire comme si je ne savais rien. Je posais donc le plateau contenant nos produits sur la table tandis que nous nous installions face à face.

- Oui tant qu'à faire autant profiter de l’occasion pour que tu apprennes autre chose de nouveau. Non ?

On pouvait voir que la situation n'était pas au beau fixe.  Je ne savais pas comment m'y prendre pour aborder le sujet. Je posais alors la boisson de Lo devant elle. Tandis que je prenais la mienne et en avala une bonne rasade. Le café était chaud et me donnait une contenance. Mes premiers mots après ce silence fut :

- Avant tout, comment te sens-tu ? Je me doute que voir sa vie réduite en cendre et devoir tout quittait n'est pas le meilleur moyen d’affronter l'avenir. Mais tu n'es pas seule enfin si tu le veux.

Oui parce que je ne savais pas si ma brune n'allait pas mettre fin à notre histoire au vue de ce que je savais à présent. J'avais peur. Mon esprit s'emballait et l'angoisse montait. Parce que je n'arrêtais pas de me dire qu'elle n'avait pas assez confiance pour me parler des choses importantes. J'avais l'impression de me retrouver dans ces autres histoires des mois en arrière. Alors j'avais lâché comme une évidence :

- Tu ne me fais pas assez confiance. N'est-ce pas ? Sinon tu m'aurais dis les choses. Tu m'aurais dit que tu avais besoin d'aide. Et j'aurai pu intervenir. Mais je ne dois pas être assez digne de confiance. Je ne suis pas assez adulte ou responsable pour toi. C'est ça ?

Oui c'était ainsi que je me sentais. Elle ne me prenait pas au sérieux. Elle me voyait juste comme un gamin égoïste et maladroit, capable de lui faire passer du bon temps mais pas de comprendre les choses essentielles. Le ton avait été sec et emballé malgré moi. Mais ce n'était pas évident de me maîtriser parce que cela m'affectait beaucoup plus que je n'avais voulu le montrer au départ.

- Si tu m'avais parlé, j'aurais compris, tu sais. Mais je ne te semblais pas assez solide. Pourquoi les gens que j'aime me cache toujours ce qui les affecte et les trouble. Et toujours en prétextant vouloir me protéger ou par peur. Je ne suis pas en sucre par Merlin. je sais affronter les choses même si ma famille est certes bizarre mais normale.

Mon ton s'emballait malgré moi. Certes je n'explosais pas. Je n'en avais pas la force et ni l'envie. J'étais blessé que personne ne veuille s'appuyer sur moi. Pourquoi personne ne me pensait solide pour affronter les difficultés.

- Aria m'a caché des choses graves qui se sont déroulés pour elle à cause de Jace. Elle aurait pu mourir si l'autre c.n n'avait pas été là. Elhiya passait son temps à me mentir sur ce qui se produisait dans son quotidien à cause de ses maudites recherches de famille ce qui l'a conduite à ce qu'elle atterrisse dans les bras toujours de ce même abruti. Et toi, maintenant qui ne me dit pas que tes parents t'ont foutue dehors et que tu ne sais pas où créchait. Mais peut-être que tu voudras t'appuyer aussi sur un autre pour réussir à remonter la pente...

Oui c'était une ronde sans fin.

- Pourquoi aucune de vous ne faites confiance ? Comment veux-tu que je puisse avancer ou que l'on construise quelque chose si tout est faussé des la départ.

Mes pensées se bousculaient dans mon esprit. Je ne voyais pas de solution à cet état. J'étais désemparé et terrifié

- Visiblement, je ne suis, sans doute, pas celui qu'il faut pour aucune de vous. Dans quelques temps, tu vas me l’annoncer et tu partiras aussi... loin pour trouver un autre mieux que moi...

J'étais perdu, avec la sensation que je commençais à nouveau à couler alors que j'avais eu tant de mal à rejoindre la surface. Je perdais le contrôle e ce n'était pas bon. Je prenais machinalement un donut et l’avalais en trois bouchés pour tenter de me almer. Mais je n'y parvenais pas. Loredana m'avait dit de prendre le risque mais elle ne le faisait pas. Et j'étais en train de me dire que j'allais encore le payer...


Code Daemon

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Loredana Wildsmith, le  Ven 2 Mar 2018 - 18:56


Cela ne lui arrivait pas souvent, mais aujourd'hui, elle avait du mal à regarder le Gryffondor dans les yeux, à se sentir à l'aise comme elle l'était habituellement. Elle savait pertinemment que cette vérité apprise de manière si  brutale allait changer quelque chose chez eux. Leur relation allait peut-être prendre un nouveau tournant, ou peut-être allait-elle se terminer là. Elle n'en savait rien, elle était totalement perdue et dépassée par les événements.
Il y avait eu un léger silence. Loredana se préparait à ce qu'il finisse par engager la conversation. Il ne pourrait pas garder ça pour lui car ça l'avait affecté, elle l'avait senti. Cependant, il n'entra pas tout de suite dans le vif du sujet et commença tout d'abord par demander comment allait la jeune femme. Celle-ci hésita un instant, elle n'en savait rien elle-même, tout était confus, aucun sentiment n'était concret, tout se mélangeait. La colère, la haine, la tristesse, l'amour, la peur. Tous étaient présents, mais aucun ne pouvait être distingué par rapport aux autres.

- Pour être honnête, je ne sais pas comment je me sens. J'ai tout qui est parti en fumé en l'espace de quelques secondes. J'ai vécu une vie basée sur un mensonge. Et maintenant, c'est comme si je venais d'apparaître sur cette terre, à dix-sept ans et que je n'existais pas auparavant. Je ne sais même pas si... si je dois encore dire que je m'appelle Sparks ou si je dois juste me faire appeler Loredana. Juste Loredana.


Elle se força à boire une gorgée de sa boisson chaude qu'elle eut du mal à avaler tant son estomac refusait d'ingurgiter la moindre chose que ce soit liquide ou solide. Elle avait beaucoup trop de choses en tête et au vu de ce qu'elle pouvait voir dans le regard de Daemon, elle se doutait que cette angoisse constante était dû à un mauvais pressentiment.
Le silence s'était de nouveau installé. La rouge et or regardait sa boisson, l'air perdu, comme si elle était seule. La voix de Daemon lui rappela qu'il était bel et bien présent. D'ailleurs, il n'avait plus chercher à mâcher ses mots, ni à y aller en douceur. Il avait simplement tout sorti, comme ça lui venait. Le sujet qui revenait le plus dans sa tirade était le manque de confiance qu'elle avait en lui, le fait qu'il pense qu'elle ne le trouvait pas responsable. Elle avait essayé de répondre à ça, mais il l'avait coupé sans vraiment s'en rendre compte. Il lui raconta qu'il ne comprenez pas pourquoi personne ne parvenait à lui faire confiance. Il lui raconta que d'autres lui avaient déjà caché des choses auparavant et elle en était consciente. Elle savait à quel point tous ces secrets l'avaient beaucoup affecté dans le passé. Il partait dans un discours où il commençait à penser que c'était lui qui avait un problème. Il commençait à lui dire qu'elle trouverait quelqu'un d'autre pour parvenir à remonter la pente. Il le savait en plus... Au fond de lui elle était sûre qu'il savait que c'était une idée totalement absurde...
Il ne criait pas, mais elle pouvait ressentir sa peur et colère de le son de sa voix, ainsi que dans ses yeux.

- J'ai confiance en toi, tu dois me croire. C'est juste que...au départ je ne trouvais pas nécessaire de t'en parler. Notre relation était simple, sans règles... Je n'y pensais même pas parce que...ça ne te regardais pas... Et puis les jours, ainsi que les semaines ont passés et mes sentiments ont grandi et c'est devenu de plus en plus dur pour moi. J'ai toujours été une fille indépendante, je n'ai jamais voulu recevoir de l'aide de qui que ce soit. J'ai toujours agis seule et c'était par choix. Quand mes sentiments ont pris beaucoup trop d'ampleur et qu'on a décidé de se mettre ensemble, il y avait cette voix qui me disait de tout te dire et une autre qui au contraire me pousser à garder mon indépendance parce que je savais que tu n'allais pas vouloir me laisser dans cette situation et ça doit sûrement être toujours le cas...Je ne veux simplement pas d'aide, mais j'ai surtout honte. Honte de t'en parler parce que sortir avec une jeune adulte sans domicile, ça le fait pas vraiment. Avec la famille que tu as, toute cette éducation de la haute société, je n'ai pas ma place dans tout ça. Je m'en excuse. En aucun cas tu es le problème. Si j'avais si peur de t'en parler à toi c'est parce que j'ai tellement d'estime pour toi que je n'ai pas le droit de t'imposer tous mes problèmes...

Elle s'était arrêtée, cherchant une quelconque réactions dans ses yeux. Elle n'avait pas envie de que tout se termine. Elle lui prit la main, voulant le rassurer du mieux qu'elle le pouvait. Tout était tellement brouillon dans sa tête qu'elle ne parvenait plus à trouver les bons mots.

- Trouver quelqu'un d'autre ne m'intéresse pas. Tous ces trucs m'ont toujours effrayés. Les sentiments amoureux, les couples, tout ça...J'ai toujours fuis comme la peste et pourtant regarde, j'étais prête à plonger dans tout cela avec toi. Parce que justement la confiance que j'ai en toi m'a permise de mettre mes doutes de côté sur la vie de couple. Malgré tout, il y a certaines choses auxquelles je ne veux pas te mêler. Et le fait que je n'aie pas de toit, ça en fait partie.

Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Daemon Stebbins, le  Ven 2 Mar 2018 - 20:01





Lourds Secrets...

Loredana Sparks
Daemon Stebbins
“Il n’y a pas plus prude que celui qui a un secret à cacher.” ” ♫♫♫


Je l'écoutais sans la couper. Puis j'ajoutais :

- Tu restes toi. Loredana Sparks. Dis toi que si un jour tu te maries, tu pourras changer de nom et tu auras encore une nouvelle identité.

Après cette petite phrase. Je me fixais sur ce quelle me répondait. Mais je n'étais pas convaincu parce qu'elle me disait. Je n'arrivais pas à dépasser ma peur qu'elle parte loin de moi. Je savais que je ne surmonterais jamais un nouveau coup aussi violent pour mon être. C'était parfaitement égoïste, petit et mesquin au vu de ce qu'il lui arrivait à elle. Si jamais c'était le cas, je me laisserais alors définitivement couler dans les fêtes et l'alcool sans chercher cette fois à m'en sortir. Je vivrais ma vie comme u fantôme jusqu'à ce qu'elle se termine. Parce que cette fois, je ne m'en remettrais jamais. Une partie de mon être voulait être attentif à ses paroles ses besoins et une autre voulait juste qu'elle me dise que je me trompais

- J'entends ce que tu dis. Mais pourtant, j'ai l'impression que tu ne comprends pas. C'est toi qui m'a dit de plonger avec toi. Toi qui m'a dit de te parler. Toi qui m'a poussé à m'attacher encore plus à ta personne. Et pourtant tu me tiens à l'écart d'éléments importants. D'où je viens et le fait que ma famille ait de l'argent, ce n'est pas ça qui importe. Je te l'ai dis déjà ma famille agit le plus normalement possible. Bien sûr qu'on a héritage à assumer. Mais je ne suis pas le seul dans ce cas. Alors me dit pas que tu n'as pas ta place prêt de moi. Toi aussi, tu as un héritage à trainé en tant que sang-pur. Le poids de la tradition, des idées préconçues sur la pureté du sang. Pourtant, tu les a dépassé en t'ouvrant au monde et en allant chercher la vérité. Alors, je t'en pris ne me limite pas à cela aussi. Je peux comprendre que tu sois indépendante au vue de ton contexte familiale. Mais c'est toi qui a désiré aussi qu'on soit deux. Quand on est deux, on affronte les choses ensemble. Non ? Puis ton estime je m'en contre fou ce que je veux, c'est que tu m'aimes moi...

Puis je me taisais durant une minute et je lui lançais la réflexion suivante :

- Et si la situation était inversée. Comment réagirais-tu si je te cachais un fait aussi important ? Ne trouverais-tu pas normal d'aider la personne que tu aimes si tu en avais les moyens juste parce cette dernière est trop têtue pour te faire confiance en t'avouant les choses ? Ne serais-tu pas blessé que je t'ai caché alors que je lame que je t'aime ? Apprendre que tu n'avais pas de toit de cette manière, m'a fait tellement mal. Comment ne veux-tu pas que je me sente coupable d'avoir fait des trucs débiles alors que tu n'avais pas l'essentiel : une maison. Mets toi dans mes chaussures deux minutes. Je ne pensais qu'à nous faire nous amuser, que cela te permettrait de faire disparaitre cette lueur de tristesse qui t'habitait alors que j'étais complétement à côté de la réalité.

Oui ça aussi, cela me troublait énormément. J’avais fait n'importe quoi alors que je ne connaissais rien de la réalité de son existence.

- Alors comment te sentirais-tu à présent en découvrant la réalité de la vie de la personne qui est la plus importante à tes yeux. Si tu ne le sais pas je vais te le dire. J'ai la sensation d'être un abruti, une m*rd* qui ne vaut rien. Un être futile et superficiel sans aucune consistance. Le genre de personne que j'ai toujours détesté par dessus tout et qui me fait vomir parce qu'il ne tienne pas compte de leur entourage. Je pensais qu'on parlait vraiment mais ce n'était pas le cas...

J'engouffrais un autre gâteau pour me tenir et pas faire n'importe quoi.

- Et tu n'as aucun droit de me dire te tenir loin de ta vie. Un couple, ça n'est pas fait que pour les moments faciles et joyeux. c'est là aussi pour les moments durent. Comment veux-tu que je me sente bien si je sais que tu n'e pas vraie avec moi et que tu me caches tes problèmes. Certes je peux comprendre que tu puisses attendre avant de me tout me balancer. Mais pas que tu me tiennes dans l'ignorance indéfiniment. Comment le prendrais tu si je faisais pareil ? Je ne pourrais pas revivre les cachoteries et les mensonges...

Je respirais encore tandis que je jouais avec mon café dans les mains.

- L'amour, c'est pas ça pour moi...




Code Daemon

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Loredana Wildsmith, le  Ven 2 Mar 2018 - 21:27


Les paroles de Daemon lui faisait mal, très mal. Elle avait voulu réagir plusieurs fois, tenter de le raisonner, de lui montrer qu'il avait tort, qu'il n'était pas rien pour elle. Il avait raison sur toute la ligne. C'était elle qui avait voulu qu'ils avancent ensemble, qu'ils puissent affronter leurs problèmes. C'était elle qui avait voulu qu'ils fassent tout cela à deux, que ça pourrait être plus facile. Malheureusement, lorsqu'elle avait prononcé ces mots, elle n'avait pas pensé à elle une seule seconde. Elle avait pensé à lui, à ses blessures, elle avait simplement pensé qu'elle pouvait l'aider à remonter la pente en lui montrant qu'avec elle, c'était différent. Et au final, elle ne parvenait même pas à faire en sorte de faire la même chose de son côté, de parvenir à s'ouvrir à lui, à lui parler de ses mésaventures, ses problèmes. Elle n'y arrivait simplement pas. C'était ce qui était étrange, elle avait l'impression que se confier à un total inconnu pourrait être plus simple. Malheureusement, Daemon n'était plus ce parfait inconnu et elle avait toujours peur d'être maladroite, de faire des faux-pas qu'elle pourrait regretter par la suite.
À cet instant, le Gryffondor avait dit une chose qui avait fait réagir le jeune femme. Il lui avait demandé de se mettre à sa place, chose qu'elle n'avait jamais faite auparavant, bien trop habituée à agir toute seule, elle n'avait jamais eu l'occasion de se mettre à la place de quelqu'un d'autre afin de comprendre ce que cette personne pouvait ressentir. Il la forçait à faire face à la situation en se mettant à sa place à lui. Il avait raison. S'il avait caché ce genre de chose à la jeune femme, ça lui aurait fait mal également. Elle se serait demandée ce qu'il pouvait bien faire ensemble, exactement le genre de questions que Daemon se posait actuellement. Elle en souffrirait, c'était certain. Il se sentait coupable d'avoir agit comme il l'avait fait. De n'avoir pensé qu'à s'amuser avec elle. Mais il ne savait rien, c'était ce qu'il fallait qu'il comprenne, il n'avait aucune idée de ce qui se passait derrière tous ses rires et ces bons moments.
Ce qui lui dit ensuite provoqua en Loredana une sensation qu'elle n'avait jamais connue jusqu'à présent. Elle se sentait mal, mal de l'avoir blessé, mal d'être la cause de ce qu'il ressentait à cette instant. Cette sensation lui était insupportable. Elle voulait l'aider, être avec lui et tout ce qu'elle parvenait à faire, c'était le tirer vers le bas et lui faire perdre le peu de confiance qu'il avait en lui-même. D'un geste automatique, elle lui avait pris la main et caressait ses doigts avec son pouce tout en le regardant droit dans les yeux.

- Écoute, je veux vraiment que tu me pardonnes pour tout ça. Me faire virer de chez mes parents... ça a été un choque pour moi. Cela ne m'avait pas étonné venant de ma mère, mais mon père... Le pire, c'était que la raison qu'ils avaient trouvée était que je fréquentais trop de moldus, que tout ceci pouvait nuire à leur réputation et que tout cela ne les aiderait pas. J'étais perdue et j'avais tellement envie de remonter la pente que je comptait louer un appartement une fois que j'aurais obtenu mon diplôme. Je ne voulais pas t'embarquer là-dedans parce que tu n'as pas besoin de ça en plus. Je sais, j'ai tort de dire tout cela. Je sais que tu veux mon bonheur, t'avoir à mes côtés c'est déjà beaucoup pour moi. J'ai agi vraiment comme une sale égoïste et je m'en excuse.

Elle s'arrêta un instant, repensant à tout ces moments où elle s'était sentie de nouveau vivante. Ces moments où elle n'avait pu s'empêcher de sourire. Leur grande complicité qui était née à l'instant même où ils avaient posé le regard l'un sur l'autre. Jamais elle ne pourrait oublier tout ça.

- Je t'assure que tu n'es pas un abruti. Ni une m*rde. Je t'assure que tu es bien plus que ça. Je suis amoureuse de la personne que tu es, parce que tu as directement su me combler comme jamais personne ne pourra le faire. Et si... si tu décidais de mettre fin à la relation, sache que tu auras été la plus belle chose qui me soit arrivée. Seulement... je ne m'y connais pas en amour, je ne sais pas comment m'y prendre alors oui, je fais des erreurs et j'en ferais probablement d'autre et je suis vraiment désolée de t'avoir blessé à cause de tout ça. Je voulais jouer les dures en pensant pouvoir tout faire toute seule. J'en oubliais presque que tu étais là... Et en voyant comme je t'ai fait mal aujourd'hui, je me dis qu'il ne me reste que deux choses à faire : Soit je fuis et je continue d'agir seule, soit je reste en acceptant que tu sois là même dans les pires moments.


Elle le regardait droit dans les yeux à la recherche d'une lueur d'espoir, quelque chose qui pourrait lui faire comprendre qu'il lui laisse une autre chance de se racheter. Sans le lâcher du regard, elle ajouta.

- Mais je ne suis pas le genre de personne qui fuit...


Une phrase qui se voulait clair. À lui de lui dire maintenant s'il voulait toujours d'elle.


Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Daemon Stebbins, le  Sam 3 Mar 2018 - 3:24





Lourds Secrets...

Loredana Sparks
  Daemon Stebbins
“Il n’y a pas plus prude que celui qui a un secret à cacher.” ” ♫♫♫


Loredana m'avait pris la main pour tenter de compenser ce que je lui avais dit. Au vue de son regard, elle était en train de réaliser ce qui s'était passé pour moi et je constatais qu'elle le percevait parfaitement. D'un côté, cela me faisait dire que je comptais pour elle. Je sentais dans ses prunelles qu'elle regrettait ce secret qu'elle avait eu envers moi. Elle s'excusait encore de ses agissements.

- Je sais que la situation n'a pas du être évidente. Je sais que je suis égoïste de penser à ma petite personne en cet instant. Mais si tu pouvais réaliser combien tu comptes pour moi. Certes, pour la plus part des gens, j'ai eu une jolie collection de filles. Je suis un consommateur de corps comme certains le disent et je ne nierai pas. Je n'en ai pas honte parce que je n'ai jamais forcé aucune d'elle. Mais je te l'ai dit dés le départ que tu étais différente. Même si je n'ai pas voulu l'avouer, dés le départ, tu m'as eu en plein cœur. Il faut que tu en es consciente parce que malgré les apparences, il est fragile.

La gryffondore me racontait ce qu'elle avait envisagé pour son futur sans que je sois encore dans sa vie.

- Oui, tu avais tout prévu. Mais c'était avant moi. Tu aurais du me prendre en compte dans tes nouveaux plans. Tu aurais du me parler également de tout cela. Parce que c'est quelque chose de grave qui influence ta vie. Et ce n'est pas parce que je te file un coup de main, que tu perdras ton indépendance. Je sais que j'ai une tendance à la possessivité parce que je considère qu'aucun autre homme n'a le droit de te toucher ou imaginer pouvoir le faire. Cependant je pense que j'ai plus ou moins réussi à me maîtriser par rapport à toi sur ce point. Où alors je me suis complétement tromper dans mon attitude même si j'ai vu les regards qu'ils te lancent...

J'avais encore plus de doutes sur moi. En analysant mon attitude, je me demandais peut-être que cela venait de là.

- Peut-être que je t'aime trop et que cela ne te plaît pas... Peut-être que je suis trop envahissant...

Oui, je me remettais en question là-dessus aussi et sur le moindre détails qui me venait à l'esprit. La peur me faisait dire des choses que je ne pensais pas réellement. Mais il fallait que ça sorte sinon j'allais devenir dingue et faire une con*erie monumentale et ce n'était pas le moment d'en rajouter une couche. Peut-être que mes sentiments n'étaient pas aussi importants que les siens envers moi. Je l'entendais bien s'excuser encore. Pourtant, c'était la peur qui paralysait encore et toujours mon cerveau. Il y avait eu encore un silence. Je la voyais réfléchir une fois de plus. Puis j'ai enfin réussi à écouter ses paroles surtout quand elle avait dit qu'elle était amoureuse de moi. C'était une de ses choses que j'avais besoin de recevoir de sa part à ce moment là pour faire partir l'angoisse et les doutes.

- Comment peux-tu imaginer que je puisse me séparer de toi...

Ma voix avait tremblé en prononçant ses mots.

- Je ne pourrais pas... Je te l'ai dis. Si j'ai réagis c'est parce que j'ai eu peur que tu t'éloignes de moi à cause de tout ça. J'ai eu peur d'être sans toi...

Je n'étais pas du genre à tant me dévoiler et à m'étaler sur ce que j'éprouvais. Mais Lo avait cette capacité à passer mes barrières même quand je ne le désirais pas. Un seul de ses regards suffisait à me transporter de joie ou à me mettre au supplice. Je continuais de l'écouter alors qu'elle me disait combien elle s'en voulait de ne pas avoir réfléchi à moi... Elle plongea son océan bleuté dans mon yeux cuivrés et affirma qu'elle n'était pas du genre à fuir.

- Je l'espère... Parce que tu sais que moi je le suis face aux sentiments et la seule qui peut me raisonner c'est toi...

Oui c'était vrai. Depuis que j'avais été blessé, je refusais de m'attacher et d'envisager un avenir. Pourtant lo avait toute sa rage pour me convaincre de sauter à nouveau dans le vide. Et je l'avais fait parce que c'était elle, parce qu'elle avait su se rendre indispensable à ma vie sans s'en rendre compte. je caressais alors sa joue du revers de ma main en soufflant :

- Ne me caches plus les choses graves. Même si c'est difficile... Même si tu crois que ça pourrait me faire fuir... Ca ne sera jamais le cas...

Et en même temps que ma voix baissait sou le coup de l'intensité je lui redisais encore pour qu'elle le comprenne bien et que cela marque son eprit :

- Je t'aime... Comprends le... Quoi qui l'arrive... Je t'aime...


Code Daemon

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Loredana Wildsmith, le  Sam 3 Mar 2018 - 10:46


Elle avait essayé du mieux qu'elle le pouvait de le rassurer, qu'il comprenne que ce n'était pas lui le problème, que c'était elle qui avait honte de cette situation et qu'elle avait simplement voulu le préserver de tout ça afin qu'il ne s'inquiète pas. Malgré tout, elle s'était rendue compte qu'elle avait eu tort sur toute la ligne. Elle savait bien qu'il avait peur de s'engager parce qu'il ne voulait pas être de nouveau blessé. À peine était-il avec Loredana qu'elle faisait déjà tout de travers. Avec tout ce qui se passait avec sa famille et avec lui, elle ne savait plus comment réfléchir à tout ça. Cela lui faisait beaucoup trop d'informations d'un coup et elle avait l'impression que sa tête allait exploser sous cette pression.
Elle avait bien compris qu'elle ne devait plus s'imaginer toute seule dans son avenir et qu'il voulait qu'il soit inclus dans ses projets futurs, tout comme elle devait probablement être dans les siens. Il lui rappela cette tendance qu'il avait à être possessif et que peut-être ses sentiments étaient trop forts, au-delà du raisonnable et qu'il avait peur de l'étouffer. Évidemment, ce n'était pas ce qu'elle pensait de lui. Elle avait peut-être simplement un peu plus de mal à exprimer ses sentiments, à les montrer. C'était une sorte de protection pour elle, un bouclier invisible que son cerveau créer pour être sûre qu'elle ne se brise pas en mille morceaux s'il lui arrivait de tomber de très haut. Il lui rappela qu'il l'aimait et qu'il ne pourrait jamais se séparer d'elle. Lui qui avait peur de se mettre en couple, qui lui avait clairement dit qu'il ne pouvait rien lui promettre, il était en train d'user toute son énergie pour la garder. Parce que c'était trop tard maintenant, les sentiments étaient là et ne cessaient de se développer au fil du temps qui passait.

- Ce sont des peurs qui sont constamment en moi depuis que tu es là. Et je t'assure que cette peur d'être abandonnée est à la limite du supportable, parce que j'ai l'impression que tu es l'ancre qui me permet de me stabiliser. Même si je sais qu'il y aura des jours où ce sera complique parce que tout ne peut pas être tout rose tous les jours et parce que nos deux forts caractères feront sûrement jaillir des étincelles, mais je n'ai pas envie de partir.

Tout cela lui semblait évident. Elle avait toujours ce réflexe de le chercher dans les couloirs entre deux cours. Elle avait pris l'habitude d'aller le voir quelques petites minutes les soirs où il faisait sa ronde. Ils se voyaient dès qu'ils en avaient l'occasion et il lui manquait à chaque fois qu'il n'était pas à proximité.

- Je ne te laisserais pas, je ne veux pas jouer les lâches sous prétexte que j'ai peur de t'entraîner dans ces histoires. Simplement, j'ai peur des jugements que tu pourrais apporter.. L'avis des autres, je m'en fous à vrai dire, mais toi... toi c'est complètement différent. J'ai envie de bien faire les choses, mais je suis tellement maladroite que je me casse la figure à chaque obstacle.

Elle lui sourit enfin. Un sourire pour le rassurer, mais aussi parce qu'elle était soulagée finalement de ne plus être seule et soulagée que ce lourd secret soit enfin sorti, même si ce n'était pas de la meilleure manière. Elle allait enfin arrêter d'avoir peur qu'il la trouve en pleine nuit en train de marcher dans les rues sans but précis, sans savoir où aller. Ce cauchemar allait peut-être finir par prendre fin. Ainsi, à cette pensée, elle se pencha en prenant soin de ne pas renverser leurs boissons et embrassa Daemon, les sensations que cela lui procurait avait le don de calmer tout ce qu'elle avait en elle depuis tout à l'heure. Sentir son parfum était ce dont elle avait le plus besoin. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire pendant ce baiser tant il lui faisait du bien. Elle ne fit pas durer ce baiser trop longtemps. Ce n'était pas vraiment le meilleur endroit et elle n'avait pas non plus la tête à aller plus loin à ce moment-là. Sa situation familiale lui nouait toujours autant l'estomac et il lui faudrait quelques jours de récupération pour digérer tout cela. Néanmoins, elle avait posé sa main sur la joue de son compagnon qu'elle caressait avec douceur.

- Et je t'aime aussi, avait-elle murmuré.


Daemon Stebbins
Daemon Stebbins
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Daemon Stebbins, le  Sam 3 Mar 2018 - 14:30





Lourds Secrets...

Loredana Sparks
  Daemon Stebbins
“Il n’y a pas plus prude que celui qui a un secret à cacher.” ” ♫♫♫


Loredana était comme me moi au fond. Elle avait peur que je prenne le dessus dans notre relation, qu'elle ne se retrouve plus elle-même tout comme moi. Dans son cas, c'est parce que c'était tout nouveau dans le mien c'était parce que l'expérience avait été mauvaise, à la limite meurtrière vu qu'il y avait eu des sors, du sang et beaucoup d’amertume. Mais je ne devais plu retourner vers ce passé néfaste. Merlin m'offrait une seconde chance avec la rouge et or et j'allais la saisir et faire que cela fonctionne. Toutefois, cette histoire était plus viable que l'autre. Parce que la lionne et moi voulions la même chose. Quoique nos caractères étaient opposés et semblable par notre entêtement, nous avions un point en commun. Quand nous aimions, c'était d'une manière inconditionnelle et entière. C'était sans nul doute pour cela que nous passion d'un extrême à l'autre aussi aisément. Cela venait du fond de notre cœur, de nos tripes. Et il aurait été certainement dangereux que quelqu'un imagine tenter s'interposer entre nous sans en subir les foudres éternelles de l'un part de l'un ou de l'autre.

La rouge et or continuait de me rassurer parce qu'elle aussi avait parfaitement pris conscience de ce fait. Nous étions les deux faces d'une même pièce. On aurait voulu la couper en deux que les morceaux se recolleraient d'eux même.

- Bien.

Lo m'embrassa et inconsciemment ce geste m’apaisait beaucoup plus que le reste.

- Maintenant que tout a été dit. Promet-moi que si quelque chose ne va pas mais que tu as besoin de temps pour m'en parler, tu me le diras. Même si tu n'en as pas l'impression, je suis capable de patienter. Si tu m'explique qu'il te faut du temps. Je n'ai pas peur des problèmes auquel on me prépare. J'ai peur des secrets qui rongent les gens et qui finissent par ronger tout ce qu'il existe entre deux personnes. C'est ça qui gâche tout entre les êtres...

Je l'observais pour tenter de déchiffrer sa réaction. Y avait-il encore un gros truc qu'elle me cachait oui ou non. J’espérais que ce n'était pas le cas. Mais au vue de la vie que Lo avait eu, je restais sur mes gardes. Parce que visiblement, elle aussi avait du mal à changer sa manière d'être. Dans ma première histoire, il n'avait pas été évident de passer à je m'organise comme je veux à maintenant on doit prendre les décisions et affronter les choses ensemble.

- Pour ce qui est de ton soucis de logement. J'ai bien compris que tu ne voulais dépendre de la pitié des autres ou de mon aide. Cependant j'ai peut-être une solution qui pourrait satisfaire ton égaux,

Dis-je en faisant un clin d’œil à son encontre.

- et mes aspirations à te prendre en charge. Cependant laisse-moi juste aller téléphoner une seconde afin que je ne te fasse pas une fausse proposition.

Si je ne me trompais pas mon père ne travaillait pas ce week-end. Je décrochais donc mon portable et l'appelait. La conversation dura quelques minutes. J'échangeais sur la situation de Lo. J'expliquais à mon père le contexte familiale et sa situation financière. Elle avait un job mais ne gagner pas forcément une fortune. Je hochais la tête sans le vouloir et je revenais vers ma petite amie. Bien sûr, j'avais dis à mon père que je prendrais une part à ma charge. Mais Lo n'avait pas forcément besoin de le savoir ça. Je m'assis et lui donnait les informations.

- Voilà, j'ai appelé mon père. Ne râle pas et écoute moi jusqu'au bout. Nous avons diverses propriétés. Papa te propose un T1 à à Camden town qui est le quartier moldu du shopping extravagant et des sorties rock et jazz. Donc un coin plutôt sympa. Il va m'envoyer les photos pour que je te montre.

A cet instant, le téléphone émettait un son. Je m'emparais et regardais c'était ce que nous attendions. Je tournais donc mon portable pour montrer à Lo.

- Le voilà. Donc La chambre est sur la mezzanine et en dessous tu as la kitchenette équipé. Tu as une pièce avec des fenêtres. Je n'ai malheureusement pas de photo de la vue. Il te le propose à un loyer de 3 galions charges comprises. Ce qui veut signifie que l'eau, le gaz et l'électricité sont compris et que tu peux les utiliser à volonté. Par contre il n'est pas meublé. Donc faudra qu'on te trouve les meubles pour le remplir. Et surtout papa a dit qu'il était disponible maintenant. Alors qu'en penses-tu ?

Je la regardais attendant son opinion...



Code Daemon

Loredana Wildsmith
Loredana Wildsmith
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Loredana Wildsmith, le  Lun 5 Mar 2018 - 9:38


Elle se sentait soulagée d'un poids après lui avoir dit tout cela. Ça traînait dans sa tête depuis leur voyage en Italie, mais elle n'avait pas voulu en parler parce qu'elle pensait mal et elle s'était rendue compte qu'elle s'était totalement trompée. Daemon n'avait pas envie de fuir sous prétexte qu'elle n'avait pas la même vie que lui, qu'elle n'avait ni famille, ni argent, ni maison. Il s'en fichait et il était prêt à l'aider, elle le savait. Toutefois, il ne voulait plus de secrets, il voulait au moins qu'elle le prévienne de choses qu'elle pouvait éventuellement lui cacher sans avoir le courage de lui en parler pour l'instant. Bien sûr, elle savait qu'elle pouvait lui faire confiance, elle en avait eu la preuve à plusieurs reprises, mais certaines choses, elle ne pouvait simplement pas les dire. Trop de honte, de gêne, de contrainte et pas l'envie d'une nouvelle dispute. Elle hésita un instant avant de parler. Il y avait encore une chose dont il n'était pas au courant, une chose que personne ne savait d'ailleurs puisque ça ne la regardait qu'elle. On n'a tendance à renier ce genre de personne, mais certains ne parviennent simplement pas à trouver d'autres échappatoires. Loredana en faisait parti. Certains de ses actes étaient faits de manières désespérées et elle s'était enfermée dans ce cercle sans aucune issue possible.

- Effectivement, j'ai encore besoin d'un peu de temps, lui avait-elle simplement dit.

Puis Daemon avait commencé à lui parler d'une solution qui venait probablement d'apparaître comme par magie. Il s'était absenté quelques minutes afin de passer un coup de téléphone à quelqu'un. La jeune femme l'observait, l'air perplexe, se demandant qui il pouvait bien appeler et surtout quelle idée il pouvait avoir en tête. Elle bu quelques gorgées de sa boisson tout en attendant et le Gryffondor revint vers elle quelques minutes après. Elle allait protesté lorsqu'il lui avait annoncé qu'il avait appelé son père, mais il la coupa, lui demandant de le laisser finir sans râler. Il avait demandé à son père de louer un appartement à la jeune femme le temps qu'elle se remette sur pieds, situé dans un quartier moldus sympa d'après lui. Elle était hésitante, cela devait se voir dans son regard. D'un côté, ça pourrait la soulager d'un poids d'être sûre de toujours avoir un endroit où aller. D'un autre côté, elle ne voulait pas dépendre de son père, ni de sa famille qu'elle ne connaissait même pas. Elle ne voulait pas que ce soit la première chose qu'ils sachent d'elle.
Le téléphone de Daemon sonna, les photos venaient d'arriver et Lore s'approcha afin de tout de même regarde ce qu'il lui proposait. Elle l'écouta avec attention. L'appartement avait l'air vraiment très sympa, lumineux et chaleureux. Le toux pour 3 Gallions par mois, charges comprises, bien qu'elle ne comprenait pas vraiment ce que cela voulait dire. Il était disponible maintenant.

Elle avait hésité avant de lui répondre. Était-elle prête à laisser Daemon l'aider à sortir de cette situation ? Après tout ce qu'ils s'étaient dit, elle était consciente qu'elle pouvait compter sur lui et qu'il était prêt à beaucoup de choses pour qu'elle s’épanouisse et c'était l'une des choses qu'elle appréciait tant chez lui. Voyant que son regard s'était de nouveau illuminé à l'idée d'avoir trouver une solution, elle ne pouvait s'empêcher de sourire. Ainsi, elle ne pouvait pas lui dire non.

- Bon. Ok. C'est d'accord, j'accepte, mais uniquement parce que c'est toi et que j'aime ce sourire ! De plus, j'exige que tu viennes le plus souvent possible, sinon je vais me sentir seule. Et enfin, dépêche toi de finir pour qu'on puisse commencer l'achat des meubles !

Il ne se fit pas prier, bien trop content qu'elle ait accepté. Il avait rappelé son père afin de lui annoncer qu'il pouvait lui louer l'appartement et ils allaient régler toute la procédure un peu plus tard dans la journée. Ils s'empressèrent de terminer et sortirent à l'extérieur où Lore s'empressa de prendre son petit-ami dans ses bras.

- Merci pour tout, murmura-t-elle à son oreille.

Puis elle se laissa guider par Daemon pour ce qui était de trouver les meilleurs magasins, elle lui faisait confiance là-dessus. La journée avait continué dans la bonne humeur, même si la jeune femme était encore bien loin de se remettre de cette matinée éprouvant et de ses découvertes. Malgré tout, avant de broyer du noir, elle voulait faire l'effort de sourire. Pour lui.

FIN DU RP, merci Dey :kiss:

Harradas Spinner
Harradas Spinner
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Harradas Spinner, le  Sam 15 Sep 2018 - 1:40

Ce 15 septembre, à 11h00, je monte dans la voiture qui m’attendait, équipé de ma baguette magique. Je quittais mon domicile à Londres pour me rendre chez mes parents. Un itinéraire que je connaissais bien. Cinq jours plus tôt j’y accompagnais ma soeur, qui venait de finaliser ses études de droit. Mais en ce jour, tous les sentiments qui m’animent, toutes les images qui me viennent à l’esprit traduisent d’abord l’attachement au monde de la magie et à ce qu’il représente pour moi depuis près d’une décennie. Pendant mes années d’instruction à Poudlard jusqu’à mes années de vendeur chez Ollivander où j’ai appris les fondamentaux du métier, les savoir-faire techniques sans oublier le savoir-être éthique. Depuis le temps où j’ai expérimenté que seule la force permet de faire reculer la violence aveugle, les attaques lâches et destructrices produites par l’idéologie radicale des mangemorts. Le monde de la magie n’a pas besoin d’une crise, mais au contraire de confiance et de continuité pour assurer des missions toujours plus difficiles, pour participer à la sécurité du territoire national. Ces dernières années, j’ai surtout mesuré combien la vraie loyauté consiste à dire la vérité aux autres. La vraie liberté est d’être capable d’aller où on le souhaite, quels que soient les risques et les conséquences. Je me devais de dire la vérité à mes parents, il ne pouvait en être autrement. Peu importe la dangerosité du monde dans laquelle je vivais, il fallait bien que je leur expliue un jour ou l’autre.

- Papa, maman, je... Je suis... Papa, maman, je suis un...

Non je n’arrivais même pas à le dire. Le chauffeur augmenta le son de la radio, il devait me prendre pour un fou. Comment expliquer à ses parents que l’on a passé les dix dernières années de sa vie dans une école de magie. J’avais les mains moites et le dos en sueur. Je peinais mesurer l’ampleur de la situation. Ils avaient prévu un déjeuner, était-il trop tard pour tout annuler ? Si seulement quelque chose pouvait... BOUM. La voiture venait de renverser quelque chose. Ou quelqu’un. Le taxi s’arrêta brusquement. Mais qu’est-ce que...
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Gaëlle Panyella, le  Jeu 27 Déc 2018 - 18:47

PV Lolly

Longtemps j'ai souhaité que le temps s'arrête
Que la longue ligne aie un point, qu'il n'y ai plus de flèche pour suggérer un après
Pourtant aujourd'hui j'ai cette envie
de continu perpétuel
peut-être même prendre une télécommande entre mes doigts
et appuyer sur le bouton accélérer
Qu'on fasse un bon dans le futur
en cassant les lianes qui entravent nos mouvements
dans le passé si
--------- présent

Je caresse du bout de mes doigts les vestiges du temps, ces bouts de vies qui se mettent en pause lorsque le froid vient murmurer au creux de notre cou. Les hautes herbes devenues si petites, les arbres défeuillés, je me demande où elles sont passées; mais en fait je sais. Nos seuls amis restants aujourd'hui sont les sapins, tués et enjolivés de boules satinée, drôle de réalité. Nous leur donnons une étoile en guise de couvre-chef. Est-ce pour leur dire lors de leur lente décadence qu'ils seront eux-aussi destiner à illuminer le ciel ? Cruauté humaine couverte à bout de guirlande, ils voient sérieusement à tort et à travers ces gens.

J'aime l'hiver pour son manteau blanc
Le printemps pour ses bourgeons roses
L'été et son soleil d'or
l'automne et son puissant rouge
Alors il ne faudrait vraiment pas
que tout se bri-se
Par avarice
pour l'instant heureux
J'aimerais juste qu'ils arrêtent
de couper
par beauté

Arty m'a déjà offert des fleurs, en y pensant je me demande comment j'avais pu accepter. C'est vrai quoi, comment ? Il aurait pu investir dans de la barbe-à-papa, on savait tous les deux qu'il n'y avait pas mieux comme cadeau, un lien moteur qu'on ne pouvait couper qu'à l'aide d'un ciseau en plastique, le fer ne pouvait rien contre une fusion comme celle-ci. Enfin bref, c'est passé de toute manière. Je traîne les pieds contre la terre glacée. Mes pieds me traînent manque plus qu'un traîneau pour que tout soit presque parfait, oui presque parce que de toute manière, je ne suis jamais contente.

Mais vous, là, qu'est-ce que vous pensez ? Je sais que vous vous parlez mais j'ai jamais compris comment. J'aimerais pourtant discuter d'écorce à écorce, qu'on soit à fleur de peau pour redécouvrir l'expression. En tant que carotte - heureusement que Kohane était là pour me le rappeler - je peux comprendre le langage des légumes mais il y a tant de plantes sur cette Terre que je ne peux m'avouer satisfaite ou simplement vaincue. J'aimerais vous comprendre, belles des îles, chanter de la musique classique du bout des lèvres pour vous rendre heureuse, que les accords de piano s'accordent entre nous. Qu'en guise d'apprivoisement, nous nous implantions ensembles.
Lorelaï Peony
Lorelaï Peony
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Lorelaï Peony, le  Lun 21 Jan 2019 - 22:43

Camaïeu


Entourée de son manteau de laine.
Les jambes frappées du vent de janvier.
Sous le ciel dur de l'hiver.
Sous les branches nues d'un chêne en hibernation.
Elle admire les couleurs grisonnantes du jardin qui la vue grandir.
Profitant, comme l'Edelweiss, du mistral enchanteur qui recouvre les plaines vertes.
Et arrête le temps.

Du bout de ses doigts toujours froids, entre deux mitaines, un crayon.
Sur ses oreilles, une couche de coton.
Dans ses oreilles de douces mélodies. Quelques notes qui dansent sur le papier glacé.

Assise dans le gèle matinal.
Réchauffant les herbes endormies.
La jeune femme ferme les yeux un instant.
S'emplissant de l'odeur fraîche de l'eau attendue.
Des auréoles lointaines, papillonnantes.


Dernière édition par Lorelaï Peony le Lun 11 Fév 2019 - 15:53, édité 1 fois
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Gaëlle Panyella, le  Sam 2 Fév 2019 - 17:18



Tout coton. Parfois je regrette qu'elle soit si froide. Je l'aime hein, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dis, les inepties d'une fille contre la nature n'ont pas leur place dans notre - mon - monde. Mais pouvoir s'enrober d'une glace tiède pourrait être agréable et des bonhommes de neige qui ne fondent pas au moindre degré ne seraient pas de trop. Je me souviens bien d'Olaf, un petit'homme de glace d'un dessin animé datant de l'enfance de grand-mère, il aurait bien voulu, lui, pouvoir être neige en été et j'imagine que parfois les flocons eux aussi aimeraient contempler avec délice le bourgeonnement des fleurs au printemps. Mais le temps et les saisons se sont déjà choisies, peut-être qu'à l'époque ces deux morceaux de vie ne s'entendaient pas. Et c'est bien dommage, vraiment. Maintenant les querelles d'il y a des millénaires sont belles et bien passées, peut-être qu'un jour les grands de ce monde - les vrais de vrais - se réuniront pour redistribuer les cartes de la nature.

patpat sur l'écorce. Toi au moins tu peux contempler le monde à chaque seconde. C'est à la fois un fardeau et une bénédiction. Mais j'aimerais pas être à ta place, petit arbre, j'aimerais pas vivre autant de temps. Ce doit être vraiment fatiguant.Je reprends un peu ma balade, les paysages ne changent pas vraiment, des arbres tous nus sans la moindre gène et la neige en guise de sable qui couvre absolument toutes les plaines.

C'est alors que je cherche des fleurs que je te vois. Ce n'était pas évident de te trouver, j'avoue, j'allais baisser les bras quelques mètres plus loin. À cette époque de l'année, elles hibernent - enfin ce n'est pas prouvé mais moi j'en suis persuadée - du coup voir un pétale coloré c'était un peu comme chercher un épi de blé dans une botte de foin : totalement impossible. Je décide donc de m'asseoir à tes côtés. Tu n'es pas une rose, non, ni même une pensée. Encore moins un bleuet, même si je pense qu'il y a un petit air de ressemblance. Et t'as l'air si bien, si paisible, avec tes yeux clos.

et c'est beau, en fait, parce-que on sait pas ce qui peut se cacher derrière des yeux fermés. Il peut y avoir un cauchemar, le plus grand des tracas, le plus petit des bonheurs. C'est un point d'intérogation gigantesque parce que sans le message que les yeux ont la capacité de donner, on est un peu perturbés. Quelle fleur es-tu ? je demande à la plante-humaine. Il ne fait pas trop froid pour toi ?
Contenu sponsorisé

Sur les routes de Grande Bretagne - Page 4 Empty
Re: Sur les routes de Grande Bretagne
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 5

 Sur les routes de Grande Bretagne

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.