AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 1 sur 4
Château non-coopératif
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Château non-coopératif

Message par : Nya O'Neal, Jeu 13 Oct - 0:27


Ouverture du sujet autorisée par Lizzie Bennet

C’est quoi le foutu mot de passe, déjà? (avec Ama Ilo)

C’était une magnifique soirée d’automne. Probablement l’une des dernières à être assez chaude et agréable pour pouvoir la passer dehors. Aileen et moi avions donc décidé d’aller boire un coup près du lac, comme à notre habitude. Après s’être mutuellement raconté notre semaine dans les moindres détails, les festivités commençaient. Il ne nous fallut pas plus que quelques heures avant d’être bourrées comme des coings. Les jeux à boire s’enchaînaient, et aucune de nous deux ne ressentait le besoin de ralentir la cadence. Cela faisait maintenant plusieurs années que nous passions régulièrement des soirées à boire ensemble, et nous commencions à être habituées. De toute façon, avec la bonne potion ou le bon sortilège, il était pas mal facile de s’épargner les sales lendemains de veille.

Le couvre-feu était dépassé depuis un bon moment lorsqu’Aileen, bien plus studieuse que moi, estima qu’il était temps de rentrer. Je n’étais pas particulièrement fatiguée, et l’idée de quitter mon amie ne m’enchantait pas le moins du monde, mais je respectai son choix et l’accompagnai donc en titubant jusqu’au portrait la menant à sa salle commune, dans les sous-sols de l’académie. Après un baiser de bonne nuit qui s’éternisa quelque peu, je pris la direction de mes propres dortoirs. Monter sept étages en état d’ébriété, dans une école de magie où les couloirs ne cessent de bouger, s’avérait une tâche relativement compliquée.

Je finis toutefois par me rendre dans la tour des Gryffondors, surprenamment sans croiser aucun préfet ou membre du personnel pour me faire perdre des points. La Grosse Dame était en train de chanter -extrêmement mal, d’ailleurs- comme à son habitude et, sans même m’en rendre compte, je joignis ma voix à la sienne. Mes cordes vocales n’étant pas aussi puissantes que les siennes, elle ne me remarqua pas tout de suite. Elle réagit toutefois au quart de tour en réalisant ma présence.

« Est-ce que je peux t’aider? Ou tu as juste décidé de venir me casser les pieds? »

Ah. Visiblement, elle n’appréciait pas spécialement pas ma compagnie. Je m’étais assise en face du tableau, et relevai calmement la tête. J’ouvris la bouche, dans l’intention de marmonner le mot de passe qui me permettrait de me rendre dans la salle commune… Et restai ainsi bouche-bée pendant quelques secondes. Non, pas moyen de me souvenir du code. Décidément, j’étais plus douée pour retenir des paroles de chansons que pour quoi que ce soit d’autre. Foutue mémoire sélective. Complètement saoule, je fermai les yeux, tentant tant bien que mal de me remémorer ces quelques mots que je répétais pourtant une bonne dizaine de fois par jour. Prise d’une illumination, mais vraiment pas certaine de moi, je demandai, hésitante :

« Euh… Palsambleu? »

Apparemment, c’était celui de la semaine passée. Bon, et maintenant? Il n’y avait personne dans les couloirs depuis un bon moment, les autres rouges et or préférant probablement éviter d’être pris à l’extérieur de leurs dortoirs à une heure pareille…

« Come on, laisse-moi entrer, tu me vois tous les jours, là… Tu sais très bien que je suis une Gryffondor. »

Rien à faire. La Grosse Dame n’en démordait pas et attendait le mot de passe. Résignée, je pliai les jambes, croisai mes bras par-dessus et enfouis ma tête à l’intérieur de ces derniers, pour tenter de me reposer un peu malgré tout. Oui oui, j’allais probablement passer la nuit assise en petite boule devant le portrait, et me faire réveiller par le premier Gryffy qui réussirait à traverser, lui.
Revenir en haut Aller en bas
Ama Ilo
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Ama Ilo, Jeu 13 Oct - 15:14


L’école Poudlard était grande, c’était un fait. Mais surtout, elle était gorgée de surprises et de mystères en tous genres. Et c’est pour cette raison on ne peut plus légitime que Ama s’amusait chaque soir ou presque à quitter son dortoir pour en explorer chaque couloir. En première année, elle n’avait jamais osé dépasser le couvre-feu, de peur qu’on la mette à la porte. Mais elle avait fini par comprendre que le pire qui puisse lui arriver était loin, très loin de ce à quoi elle pensait. Une banale retenue, elle pourrait y faire face sans problème, c’était certain. Elle connaissait plusieurs personnes qui avaient eu des retenues, et tous en étaient ressortis indemnes.

Ce soir là, Ama avait une fois encore quitté la tour, sous l’oeil réprobateur de la Grosse Dame. Ceci dit, elle n’avait pas quitté le septième étage. Une rumeur parlait d’une salle dans ces couloirs, une salle qui changeait selon les désirs de la personne qui y entrait. Septième étage et porte secrète étaient les mots qui revenaient le plus chez les personnes que Ama avaient interrogé. Il se pouvait que les rumeurs soient infondées, que la salle n’existe même pas, mais Ama y croyait dur comme fer. Dans une école de magie, tout était possible.

La Gryffondor avançait à pas de loup, les pieds nus, un jogging passé à la hâte et une veste à capuche jeté sur ses épaules. En noir, on aurait moins de chance de la repérer. Elle n’avait depuis le début de l’année croisé ni préfet, ni professeur, ni concierge, mais on n’était jamais trop prudent. La main frôlant les murs, elle regardait partout, en quête d’un indice quelconque lui permettant de deviner la présence d’une porte. Au détour d’un couloir, elle repéra un vase qui faisait presque deux fois sa taille et ne pu s’empêcher de frapper quelques coups sur dessus. Peut-être y avait-il quelque chose à l’intérieur ? Elle ne pouvait malheureusement pas se hisser pour regarder à l’intérieur et elle délaissa l’objet en moins d’une minute. Son oeil fut ensuite attiré par une immense tapisserie qui prenait tout le mur du couloir. Elle était illustrée de créatures étranges, informes que Ama n’avait jamais vu auparavant. Elle passa ses doigts dessus et se pencha pour observer chaque détail avec minutie. Elle finit par tomber sur une minuscule inscription qui n’était autre que le nom de la tapisserie. Ces créatures étaient donc des trolls. Eurk.

Ama abandonna finalement la tapisserie, dépitée, et passa au couloir suivant. Ce n’est qu’après une bonne demi-heure de recherches qu’elle commença à sentir les premiers signes de fatigues. La pierre était de plus en plus froide sous ses pieds, et elle réprima un frisson. Il était tant de retrouver le confort de sa salle commune, et même de son lit. La sorcière emprunta le chemin inverse, cette fois avec un peu moins de légèreté, la capuche rejetée en arrière. Lorsqu’elle entendit des bruits de pas au loin, son coeur loupa un battement et elle se figea sur place. Les pas semblaient monter vers elle. Prise de panique, elle se mit à courir le plus silencieusement possible en direction de sa salle commune. Lorsqu’elle arriva en vu du portrait, elle ralentit le pas et constata avec soulagement que les pas se faisaient de plus en plus lointain. Elle l’avait échappé belle.

C’est en voyant le regard de la Grosse Dame que Ama comprit que quelque chose n’allait pas. Autre que sa présence dans les couloirs après le couvre-feu bien sûr. Le portrait était étrangement silencieux et elle affichait une moue dégoûtée et désapprobatrice. Ama comprit pourquoi avec quelques secondes de retard et émit un Oh surpris. Une personne s’était roulé en boule au pied du portrait. Ce devait être un élève. Ou une, en fait, au vu de se chevelure. Ama se pencha vers la forme foetale, il n’y avait pas d’autres mots, et se pinça presque immédiatement l’arrête du nez. L’odeur parlait d’elle même. Il y avait de l’alcool dans l’air. L’expérience d’Ama avec l’alcool était très mauvaise. Le voisin de sa mère passait son temps à cuver des litres de bières, et ça ne finissait jamais très bien. La Gryffondor avait deux possibilités. Soit elle tentait le réveil doux et secouait l’élève jusqu’à ce qu’elle ouvre un oeil, soit elle le faisait à la manière forte et lui balançait de l'eau sur le visage. La dernière solution manquait de délicatesse mais aurait sans doute le mérite de ramener cette personne à la vie en moins de deux. Et Ama n’avait pas vraiment de temps à perdre.

Baguette magique brandit, elle s’écarta de quelques centimètres - il fallait bien un périmètres de sécurité quand on réveillait quelqu’un aussi brutalement - et lança le sortilège Aguamenti. Un filet d’eau de deux bons centimètres de diamètres vint s’abattre sur le visage de la Gryffondor.
Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Nya O'Neal, Ven 14 Oct - 2:01


Malgré le peu de confort que m’offrait ma position, je m’endormis en à peine quelques secondes. Je devais être pas mal plus fatiguée que je le pensais, finalement. Ou l’alcool m’avait tout bonnement assommé, au choix. Ce fut les quelques minutes de sommeil les plus réparatrices de ma vie, même si quelqu’un vint rapidement me sortir des bras de Morphée. Sans trop comprendre ce qui se passait, puisque j’étais encore à moitié endormie, j’ouvris faiblement un œil, puis le refermai, pensant avoir halluciné.

La gêne se faisait toutefois de plus en plus importante, et je finis par me relever, dans un grognement presque animal. Il me fallut plusieurs secondes pour réaliser ce qui m’entourait. Ah oui, c’est vrai. J’étais enfermée en dehors de la salle commune. Et une étudiante beaucoup plus jeune que moi me dominait de toute sa hauteur et m’aspergeait d’eau. Je sortis machinalement ma baguette et la pointai en direction de l’inconnue, prête à me battre.

« Nan mais ça va pas?! C’est quoi ton problème?! »

Je n’avais jamais vu la fillette qui se tenait devant moi. Probablement une première année. Deuxième gros max. En tout cas, elle n’avait visiblement pas encore eu vent de ma réputation. Si ça avait été le cas, elle se serait probablement abstenue de venir perturber ma petite sieste improvisée. Je secouai rapidement mes cheveux, histoire de repousser les mèches qui me cachaient le visage et m’empêchaient de voir correctement. Mauvaise idée.

Ark. Je ne me souvenais plus du nombre de shooters que j’avais bu, mais je devais en avoir ingurgité pas mal pour avoir aussi mal au crane. Ma potion anti-lendemains de veille était bien entendu dans les dortoirs, et tout comme le mot de passe, pas moyen de me souvenir du sortilège qui m’aurait fait décuver d’un coup. Génial. J’allais donc devoir me coltiner cette gamine jusqu’au bout, et dans un sale état.

À en juger par les couleurs de son uniforme, elle était elle aussi chez les Gryffondors. J’avais donc peut-être une chance de pouvoir retrouver mes couvertures bien chaudes… Ou peut-être pas. Peut-être qu’elle connaissait très bien ma réputation, finalement, et qu’elle avait décidé de venger tous ses camarades en profitant de mon état de faiblesse… L’esprit trop embué pour y réfléchir plus que ça, j’abaissai ma baguette et le lui demandai directement.

« Et puis, qu’est-ce que tu fous dans les couloirs à cette heure-ci, toi? Y’est pas mal tard pour une gamine. »

Non mais c’était vrai quoi. Je suffisais amplement à moi toute seule à faire perdre une quantité astronomique de points aux lions, et mes camarades n’en manquaient jamais une pour me le reprocher. Pourtant, je n’étais visiblement pas la seule à traîner dehors bien après le couvre-feu. J’avais la gorge complètement sèche, et me mordis la langue pour essayer de saliver un peu. J’avais vraiment besoin d’avaler quelque chose. Je portai donc à nouveau mon regard vers mon interlocutrice.

« T’aurais pas une bouteille d’eau par hasard, hein? »

J’aurais dû y penser plus tôt et profiter de son sortilège pour boire l’eau qui sortait de sa baguette quelques secondes auparavant, rendu là…
Revenir en haut Aller en bas
Ama Ilo
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Ama Ilo, Sam 15 Oct - 0:18


Bon. La madame n’était pas contente, et c’était le moins qu’on puisse dire. Baguette pointée sur Ama, elle arborait un regard peu amène et son ton agressif fit reculer la jeune fille de quelques pas. Lorsqu’elle abaissa finalement son arme, Ama poussa un soupir de soulagement.

« Et puis, qu’est-ce que tu fous dans les couloirs à cette heure-ci, toi? Y’est pas mal tard pour une gamine. »

Et puis quoi ? Elles étaient deux à avoir dépassé le couvre-feu non ? Et cette nana elle avait pas l’air beaucoup plus âgé que Ama, elle devait pas avoir plus de quinze ou seize ans. La fillette s’apprêta à répliquer mais elle remarqua que son interlocutrice semblait déjà préoccupée par autre chose. De toutes évidences, elle n’avait pas décuver, même avec la giclée d’eau que Ama lui avait balancé en pleine face. C’était pourtant efficace d’habitude.

« T’aurais pas une bouteille d’eau par hasard, hein? »

Haussant un sourcil ironique, la jeune Gryffondor se retint de ricaner.

« T’avais de l’eau à ta portée y a pas deux secondes, pourquoi t’en a pas profité ? »

Elle rangea sa baguette dans sa cape en signe de paix et leva les mains.

« Enfin, moi j’voulais juste t’aider hein tu sais ? Si tu tenais à dormir là t’a qu’à m’oublier, fais comme si j’étais pas là. »

Sur ce elle lança un regard vers la Grosse Dame, qui leur tournait ostensiblement le dos. Elle poussa un soupir.

« Bordel… » maugréa t-elle en français.

Reportant son attention sur son aîné rouge et or, elle se décida à lui venir en aide. De toutes façons, si la Grosse Dame décidait de n’en faire qu’à sa tête, elle ne pouvait pas y faire grand chose. Et ça ne lui ressemblait pas de laisser tomber quelqu’un. Surtout si ce quelqu’un n’avait pas l’air de pouvoir s’occuper d’elle-même toute seule.

« Allez, donnes tes mains, je vais te donner de l’eau. » fit-elle en ressortant sa baguette d’un geste vif. « Pourquoi t’es pas rentré dans la salle commune ? Quitte à t’allonger quelque part t’aurais pu choisir un canapé, c’est quand même plus confortable… »
Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Nya O'Neal, Sam 15 Oct - 19:58


[HRP: Désolée c'est un peu court, mais je suis vraimeeeent à la bourre, tout le monde m'a répondu en même temps, so j'essaie de rattraper mon retard haha je ferai mieux la prochaine fois promis]

La fillette recula de quelques pas. Bon, au moins, même complètement saoule j’étais encore capable d’effrayer les plus jeunes. Cette réaction me fit légèrement sourire. Décidément, cette scène était digne d’un mauvais film américain, et devait être amusante à contempler de l’extérieur. Effectivement, j’avais de l’eau à portée de mains quelques secondes auparavant, mais elle n’était malheureusement pas exactement dirigée au bon endroit. Je ne pus m’empêcher de remarquer son petit sacre. Ah ben, une française en plus. C’était vraiment mal parti.

« Tu viens d’où? T’es française? »

Ok, drôle de question à poser comme ça, surtout vu le contexte, mais tant pis. Elle avait tout de même l’air sympathique, même si elle m’avait réveillée à coups de jet d’eau dans la face – faut dire qu’elle aurait probablement eu du mal à me sortir des bras si confortables de Morphée autrement. Je décidai donc de lui laisser une chance, d’autant plus qu’elle avait visiblement décidé de m’aider. Je lui tendis donc les mains, et attendis patiemment qu’elles se remplissent d’eau pour me réhydrater un bon coup.

« Euh… Tu vas trouver ça drôle, mais je n’arrive plus à me souvenir du mot de passe. »

Voilà, c’était dit. J’aurais effectivement préféré pouvoir m’étendre sur les sofas de la salle commune - ou encore mieux, dans mon lit, mais il fallait pour cela que je traverse le portrait, et la Grosse Dame n’avait pas l’air décidée à me laisser passer. Avec un peu de chance, la fillette allait peut-être me permettre de passer la nuit ailleurs que sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Ama Ilo
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Ama Ilo, Mar 18 Oct - 13:39


Y a aucun problème, t’inquiète

« Tu viens d’où? T’es française? »

Ama acquiesça distraitement de la tête tout en positionnant sa baguette au-dessus des mains tendues de la jeune femme. #Aguamenti prononça t-elle d’une voix claire.

« Euh… Tu vas trouver ça drôle, mais je n’arrive plus à me souvenir du mot de passe. »

Ama laissa échapper un rire et sa baguette trembla légèrement au bout de son bras, aspergeant les manches de l’autre rouge et or.

« Mince, désolé ! »

Elle arrêta le sort et jeta un regard amusé à son aînée. Elle devait avoir bu un bon paquet d’alcool pour en oublier le mot de passe de leur salle commune.

« Eh bien tu as de la chance que je sois là pour sauver ta nuit !  Foie d’Occamy ! »

Les mots magiques eurent l’effet escompté, et le portrait de la Grosse Dame pivota pour laisser passer les deux filles.

« Et voilà, tu vas pouvoir te reposer… et moi aussi d’ailleurs… » fit-elle en baillant.

Mine de rien, les pieds nus sur la pierre, elle commençait à avoir froid, et ça alimentait sa fatigue. La jeune fille rabattit sa capuche sur sa tête dans l’espoir de se réchauffer et s’approcha rapidement de la cheminée pour tendre les mains vers le feu. Voilà qui était mieux. Elle serait même plus au chaud ici que dans son lit.
Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Nya O'Neal, Mer 19 Oct - 5:29


La jeune femme acquiesça légèrement en guise de réponse. Et ben, pour une française, elle était pas mal plus altruiste que celles que j’avais rencontrées jusqu’à maintenant. Faut dire que je n’avais pas forcément eu la meilleure expérience possible avec les européens, étant donné que je n’avais été que dans les capitales, où les gens sont généralement plus stressés et renfermés qu’en campagne – quoi que les campagnards avaient d’autres défauts. Connaître tout le monde dans le village, ça facilite la transmission des ragots. Enfin, la généralisation, c’est bien beau, mais il y avait tout de même pas mal d’exceptions, et Ama en était la preuve.

Je remerciai la jeune fille d’un signe de la tête, et acceptai volontiers l’eau qui sortait de sa baguette. J’en emmagasinai une quantité respectable dans mes mains, avant de les porter à ma bouche et d’en avaler le contenu, puis répétai l’opération. Je n’avais jamais réalisé à quel point avaler sa salive pouvait être un calvaire quand on la sentait descendre à ce point. L’eau m’avait vraiment fait du bien. De meilleure humeur que quelques minutes auparavant, je souris à ma camarade lorsque cette dernière m’aspergea d’eau, pour lui signifier que ce n’était pas grave. Au contraire. J’avais ingurgité vraiment beaucoup d’alcool, et l’alcool, ça donne chaud. Ma manche mouillée me rafraichissait juste assez pour ne plus me sentir trop à l’étroit dans mes fringues.

La rouge et or marmonna le mot de passe, et la Grosse Dame se poussa pour nous laisser l’accès au passage. Enfin! C’était pas si compliqué, si? Je ne comprenais toujours pas pourquoi elle avait à ce point besoin de ces deux foutus mots pour me laisser entrer, alors qu’elle me voyait littéralement à tous les jours… Comme si je risquais de changer de maison du jour au lendemain. En tout cas, je ne me fis pas prier pour pénétrer dans la salle commune, direction les dortoirs. La lionne s’était dirigée tout droit vers la cheminée, visiblement morte de froid. Voulant lui rendre la pareille, je murmurai un #Calda en direction du feu, espérant le réchauffer assez pour qu'elle se sente plus à l'aise.

« Merci encore, pour l’eau et pour le mot de passe. Bonne nuit miss, on se reverra probablement bientôt. Si tu as besoin de quelque chose, je vais être bien au chaud sous ma couette, n'hésite pas. »

Je lui adressai un léger sourire pour appuyer mes remerciements. Morte de fatigue, je ne perdis pas une minute et me rendis directement dans les dortoirs des filles. Je me glissai sous mes draps sans même prendre la peine de me changer, et m’endormis en moins de deux. Si la fillette avait besoin de quelque chose, elle allait devoir attendre - ou me balancer de l'eau en pleine figure une nouvelle fois pour me sortir de mon potentiel coma éthylique.

[Fin du RP]
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Arya Chamelet, Mer 2 Nov - 17:54


Rp with Ellana Lyan
Musique


Cours dans ce château. Vole dans ces escaliers. Saute ces marches. Galope au travers de ces tableaux. N'oublie pas ton destin, qui s'ouvre entre tes mains. Tu as le choix. Le choix d'être qui tu veux. Agis comme tu le souhaites. Dis comme tu l'exiges. Mais assumes tes conséquences. C'est tout ce que je te demande.

Papa ? T'es où aujourd'hui ? Pour me conseiller, m'avertir, me recommander. Je fais comment sans toi ? J'hésite. Tous les jours. Je cherche mes paroles, mes gestes. Je suis comme un tigre qui ne serait attaquer, un poisson qui ne saurait nager, un oiseau qui ne saurait voler. J'ai peur. De tout. Même de rien. Ne m'oublie pas.

Mes pas résonnent. J'observe les monde de mes grands yeux noires. Ils scrutent. Ils contemplent. Ils espionnent. Tout ce qui bougent. Tout ce qui parlent. Rien ne leur échappe. Ni le mal. Ni le bien. Les tableaux parlent. Ils discutent entre eux, de la vie qui passe, du temps qu'il fait. Eux aussi ils ont des yeux. J'aimerais être un tableaux plus tard. Pour pouvoir apprendre l'avenir et épier ces jeunes sorciers qui boivent le soir en cachette et se disputent parce que machin l'a trompé. Je suis comme ça moi même. Et j'attends que le monde passe, et re-passe.

Je recherche un endroit tranquille. Un endroit pour pouvoir me reposer. Dessiner peut être ? Cela fait bien longtemps. Il y a beaucoup de vent dehors. Les arbres dansent et se mouvent sur la musique que j'imagine dans ma tête. La mélodie résonne dans ma tête. Un note par-ci, une note par-là. Je suis rêveuse aujourd’hui. J'imagine de l'herbe, me chatouiller les orteils, le son de l'eau qui caresse mes oreilles. Le vent fait remuer mes boucles brunes. Mes doigts s'agitent au rythme du son. Les vagues s'écrasent sur les rocher dans un bruit sourd, un bruit à faire envoler les mouettes.  

Je m'accroupis. Les deux genoux au sol. Je dépose mon sac au sol, doucement, pour ne pas déranger les personnages au dessus de ma tête. Mon calme m'étonne. Cela faisait longtemps que je n'avais pas été aussi apaisée. Je me balance, en rythme. J’oublie. Mon passé. Mon présent. Mon futur. Plus rien ne me dérange. Cette sérénité m'apaise. Je pourrais m'endormir. La tête posée au creux de mon coude. Plus rien ne me dérange. Même pas quelqu'un qui passe. Si seulement je pouvais être dans cet état tout le temps. Certains pourraient dire que j'ai pris de la drogue. Non. Je suis juste dans état de bien-être absolue.

Délicieusement agréable
Volupté
Présent de la vie


Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Jeu 3 Nov - 11:26


Une marche, une autre. Le claquement de mes talons contre le sol. Les rires, les cris. Le bruit des autres élèves qui parlent inlassablement dans les couloirs. Je n'en peux plus. Je hais les foules, je déteste être confrontée à cette atmosphère oppressante qui essaye de me happer. Je veux courir, je veux m'enfuir. Loin, dans les cachots, j'ai besoin de solitude. Besoin de silence.

Je n'en peux plus, mais, je dois continuer à monté. Je jette un coup d’œil par la fenêtre qui borde l'un des couloirs. C'est haut, trop haut. Je n'ai pas le vertige, mais, je ne suis absolument pas à l'aise quand je n'ai pas les pieds sur la terre. Et je ne parle pas juste au premier sens du terme. Je ne suis pas une rêveuse et je garde toujours les pensées claires.
J'ai presque fini mes cours de la journée, il ne m'en reste plus qu'un. Un cours d'astronomie, haut, bien trop haut. Ce n'est pas l’effort physique qui me gêne, mais bien étouffement des gens qui court et se bouscule dans l'escalier. Le confinement. Je maudis tout les élèves ainsi que l'école, la tour d'astronomie et les escaliers.

Ma main se crispe sur la rampe et mes jointures blanchissent sous la pression. Un élève me bouscule. Je tourne la tête et lui lance un regard venimeux. Il s'enfuit. Ma respiration est sifflante et je m'arrête dans un corridor pour calmer les battements de mon cœur. Il est presque désert. Soupir de soulagement.

Instantanément, mon visage reprend ses traits de glace et mon expression redevient hautaine. Je suis comme ça, je le sais, je n'y peux rien. Cela ne me dérange pas. Mon cœur se serre soudain. Non ce n'est pas vrai… Tout aurait pu être différent. Si mes parents m'avaient aimée si… Il faut que j’arrête… Je ne peux pas être faible. Tout mon être se durcit. Quelqu'un va payer, quelqu'un doit payer !! Pour tout ce que je vis. C'est la seule manière de me soulager. De ne pas perdre la tête quand le monde m'abandonne.

J'avance dans ce couloir à la recherche de la personne qui encaissera ma colère. J'ai besoin de me défouler sur quelqu'un, de crier, de gueuler. Soudain, je la vois. Boucles brunes, belle jeune fille, un sourire serein flotte sur son visage. Assise sous une tapisserie, son sac à côté d'elle, elle est heureuse. Plus heureuse et apaisée que je ne le serrais sans doute jamais.

J'enrage. Comment peut-elle être aussi calme, aussi posée ? Je..je… J'avance vers elle les points serrés. Tant pis pour elle, se sera toi ma victime !!

-Alors ma belle, on pique un petit somme ?

La fille à la tête au creux du coude, je ne distingue pas bien son visage mais, son uniforme est celui d'une gryffondor. Je hais ces petits prétentieux plein d'arrogance et je serais d'autant plus heureuse de lui faire passer un sale moment. Je souris intérieurement. Oh comme je vais m'amuser.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Arya Chamelet, Dim 6 Nov - 1:24


Une infinité de secondes
Libre comme le vent
Puis devenue prisonnière
Sous les griffes d'un Serpent


Des mois que je n'avais pas connu ça, cette liberté de penser tranquillement sans des gens pour m'empêcher de faire ce que je veux. Des mois que cet apaisement n'avait pas surgi de mon âme, pour trouver enfin la paix. Des mois que chaque acte était dicté par une seule et même chose : ce sentiment de survie qui m'assaillait chaque jour, m'obligeant à penser survie, dire survie et manger survie. Tout ce que je faisais n'était qu'une conséquence de cette folie qui me rongeait chaque jour. Je luttais, en vain, sans moindre résultat et le désespoir se propageait dans mon esprit. Aujourd'hui, enfin, j'étais calme et apaisée, pouvant profiter de cette vie qui nous agite et qui nous tient debout. Je sentais enfin un bonheur, que je savais éphémère, couler dans mes veines et cette fois, c'était mes sens qui guidaient mes actions et non des pouvoirs incompréhensibles qui envahissent, un jour, par hasard, l'esprit tout entier. Ce sentiment était spécial, tout nouveau pour moi, et il fut si furtif que je ne pus en profiter.

La tête au creux du coude, les mains frappant le sol en rythme de cette musique que j'avais en tête, mes genoux se balançant comme un danseur visualisant sa chorégraphie, un sourire serein flottant sur mon visage et les yeux fermés, profitant de ce calme passager. La musique résonnait en moi. Chaque pulsion, chaque pulsation, faisaient vibrer mon coeur, mon corps, les deux ensemble. Tout mon être était en harmonie. Vivant pour moi. Si seulement ce moment avait pu durer une éternité.

-Alors ma belle, on pique un petit somme ?

Quelques secondes plus tard, et cette fille n'aurait pas eu à subir ma colère. Elle venait de déranger cette sérénité, et elle devrai en payer le prix. J'ouvre les yeux. Doucement. Me préparant à attaquer, comme un lion chassant la gazelle dans les pleines de Savane, je relève la tête en plantant les deux yeux noires dans ceux de cette fille. Vert en l'occurence. Une Serpentard, encore et toujours. Je ne pouvais détourner mes yeux, prouvant sinon ma faiblesse. Toujours tenir. Toujours fixer. Être la première à attaquer et la dernière à tomber.  

Toujours
Attaquer
En première


Je la fixe encore et toujours. Je me tais, parler ne sert à rien dans ces moments là. J'avais envie de tout, sauf de tomber sur quelqu'un qui aurait le don de m'énerver et de me mettre en colère, chose rare. Et dans à ce moment là, j'avais envie de tout et de surtout la tuer. Enfoncer une  lame, bien profondément, pour pouvoir sentir les os qui se brisent et les veines qui se coupent. Tirer un coup de pistolet pour entendre le bruit que fais la mort quand elle arrive. Lancer un sort mortel pour ressentir la magie de tuer. Et puis voir le sang couler, les larmes tomber, les cris jaillir. Tant de manière de tuer quelqu'un. Tant de manière de fouiller les endroits inexplorés de la mort. Tant de manière de sentir la vie s'en aller, en une seconde à peine, la voir s'envoler pour laisser un corps qui ne bougera plus.

- Qu'est ce que tu m'veux ?

J'ai parlé froidement, sans état d'âme pour cette personne qui n'aurai jamais sa place dans mon coeur. Elle allais périr sous les griffes de ma lionne qui sommeillait en moi jusqu'à maintenant. Elle allait souffrir celle-là.

Bonheur absolu
Sens ce liquide chaud qui coule dans ta gorge
Sens tes dents qui s'enfonce dans cette chair si tendre
Sens le plaisir de tuer
De faire souffrir.

Tuer n'est qu'une question de ressenti.


Zalut:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Jeu 10 Nov - 18:43


La chose me dégoutte, l'insecte me répugne. Elle se prend pour une reine mais elle n'est qu'un tache, une saleté. Faible. Imbécile que tu es ! Ne vois tu pas la douleur qui te guette alors que de tes yeux noir de colère tu me regarde avec des envies de meurtre. Ne comprend tu pas que c'est moi qui mène la danse ? Que je ta hais plus que je n'ai jamais haï personne et tu continue à vouloir me défier.

- Qu'est ce que tu m'veux ?

Ce que je te veux ? Je t'en veux d'être heureuse. D'être sereine alors que je souffre. De sourire quand mon âme se déchire. JE VEUX TA MORT ! Voire ton sang coulé sur mes doigts pour te punir de cette attitude de bien être qui vibrait en toi il y a quelque instant. Je veux te rendre malheureuse pour que toi aussi tu souffres. Je suis égoïste, méchante et manipulatrice et toi… Toi tu vas subir ma fureur et l'injustice de ma vie. Tu va  payer pour la souffrance que je dois endurer tout les jours.

Presser mes mains autour de ton coup jusqu’à tu cesse d'exister, jusqu’à ce que ta vie s’achève d'un  dernier souffle. Je veux que tu meures pour ce que je vis. Ton visage marqué par le déchirement qui se trouve au fond de moi. Oh comme je te détestes. Te rends tu compte ?

Je suis un serpent, retors, fourbe, haineux. Le poison qui coule en moi finira par avoir raison de toi  stupide lionne. Personne n'échappe à mon venin, il te consumera lentement de l'intérieur et te réduira à néant. Douce sera l'horreur sur ton visage quand je te porterais le coup de grâce. Je vais te défigurer, te lacérer l'esprit et l'âme jusqu’à ce qu'il ne reste plus rien de toi !

Tu ne sais pas à qui tu t'attaques immonde gryffondor. Tu ne sais pas mais je te laisserais tout le temps de comprendre que je suis loin d'être une proie. Je suis la prédatrice et je tu le comprendra bien assez tôt.

Laisse mes crochets
S'enfoncer dans ta chaire
Pour que cesse ton cœur
De te donner la vie


-Qui es tu pour me parler comme ça ?

La haine, le dégoût et la froideur marque ma voix. Jamais je ne me laisserais dépasser par cette folle dont l'attitude est tout sauf amicale. Je veux la frapper. L'entendre crier.

Plaisir infini
Trouvé dans sa douleur
Désir de l'entendre hurler
Pour enfin me combler


Hurle, soufre, meurt, revient et là, tu me comprendras. En attendant tu seras mon jouet, ma marionnette et je serais ton maître. Car j'étais, je suis et je serai toujours Ellana Lyan !

Une de nous deux est éternelle
Ce sera moi
À jamais
Re-Zalut:
 
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Arya Chamelet, Ven 11 Nov - 0:35


Mon ongle s'enfonce dans la paume de ma main. La douleur se répand jusqu'au bout de mes doigts gelés. Ma peau s'enfonce sous le choque de la douleur. Ma peau s'arrache sous mes ongles plus pointus que des lames. La colère. Qui se diffuse. Dans toutes les particules de mon corps. L'instinct animal. Qui s'anime. Les griffes qui poussent. Les dents qui se taillent. L'instinct que l'homme enfouie sous des milliers de souvenirs, ressort dans ce genre de moments. Alors qu'on l'avait oublié, il ressurgit de nul part, de l'ombre et de la misère, nous rappelant que nous étions des animaux au début du début. On néglige cette puissance qu'on pensait disparu depuis longtemps. Et puis, avec l'adrénaline, elle refait surface, on apprend à l'utiliser, on se rend compte de toutes les fois où on aurait pu l'utiliser. Cette intuition datant des premiers temps est commune à tous les hommes, à tous les animaux, mais est unique suivant les individus. Alors quand on en fait la connaissance, on apprend à la connaître, à s'en servir, et à ne pas la gâcher. C'est comme l'amour de quelqu'un d'autre qu'on doit protéger, et ne pas gaspiller. On doit les préserver jusqu'à sa mort, veiller sur lui, comme on veillerai sur un enfant. C'est cet chose qui grandit en nous par moment, qui nous sauve la vie, et nous défende contre toutes les choses qu'on juge mauvaise. C'est grâce à elle qu'on doit notre survie. Et pas à autre chose.

Je la fixe de mes grands yeux noirs, brûlant comme de la braise. Elle m'observe, elle aussi. Un combat c'est instauré entre nous. La plus puissante gagnera. La plus puissante restera en vie. L'envie d'attraper ma baguette et de frapper plus fort que l'orage me démange. Mais je résiste, tant bien que mal. Elle respire trop fort, parle trop fort, bouge trop fort. Vit trop fort. Elle n'aurait jamais du se trouver sur mon espace vital, mais elle a eu le don de venir m'importuner pendant une de mes périodes de paix, où je pouvais enfin me reposer de la vie que je mène. Si elle savait. Si elle savait à quoi rime mon existence, ou les journées que je mène. Si elle savait que je ne suis pratiquement jamais comme elle m'a vue, si elle savait ce que je ressentais dans ces moments, si elle VIVAIT ma vie. Elle n'aurait jamais fait ça. Jamais.

Les gens sont si égoïstes
Les gens sont si
Indifférents
Vis à vis des autres
D'eux
De vous
De toi.
Si ils connaissaient l'histoire des gens
Des autres
On aurait pu éviter les pires catastrophes.


-Qui es tu pour me parler comme ça ?

J'ai essayé de ne pas m'énerver, de ne pas réagir à ses provocations, de ne pas m'irriter à chaque fois qu'elle ouvrirai la bouche. Mais c'était plus fort que moi. Cette force me dirigeait, me dictait mes gestes et mes pensées. Je ne pouvais pas rester calme. Je ne pouvais pas chasser cette puissance qui montait en moi. Je sentais la victoire me chatouiller le nez, je sentais  le pouvoir me monter à la tête. C'était mal, je sais, mais je ne pouvais pas résister.

Qil veux-tu que je sois ? Une gentille petite fille qui allait obéir à tes ordres, le pape qui allait se soumettre à ta dictature, un collaborateur qui allait te donner les pistes pour faire souffrir les gens. Je les connais ces pistes, mais je préfère les utiliser contre toi que te les donner. Et toi qui es-tu pour te prendre pour Madame la Reine qui coupe la tête à tous ses ennemis ? Hein ! T'es qui ? Tu te crois au dessus parce que t'es verte, parce que t'es une fille, parce que t'es une sorcière ? Même les Moldus valent mieux que toi. Eux, n'ont pas la magie pour être puissant. Eux, ne sont pas classé en fonction de leur sang. Eux, n'ont pas besoin du pouvoir pour être heureux. Il y a quelques exceptions bien sûr, je n'en doute pas. Mais chacuns sont tous mieux que toi. Chacuns, au fond, ont une partie de lumière qui ne veulent pas forcément montrer.

- Parce que tu me parles bien peut être toi ?

Cette Serpy me traitait exactement comme elle traiterait sa domestique. Je me relèvai, en dégageant mes cheveux de devant mon visage. Mes mains tremblaient de colère mais j'étais bien la seule à le sentir et à le voir. J'avais envie de crier et de déchaîner ma rage sur cette fille qui avait enclenché la bombe. Les larmes montaient et je me mordi les lèvres pour ne pas les laisser couler. Un goût de sang se propagea dans ma gorge. C'était chaud et liquide. Si seulement ce sang était celui de cette fille

On ne récolte que ce que l'on sème.


Ploup:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Ven 11 Nov - 11:47


Suis-je encore moi ? Haine, fureur et dégoût se sont rassembler en moi pour ne plus former qu'une seule envie… De sang. La Gryffondor ne recule pas, ne s’effraye pas plus. Qu'elle profite encore un peu de ce temps avant de se retrouver à genou ! Je ne me souvient plus avoir autant haï quelqu'un depuis longtemps. Une onde d’allégresse se propage en moi mes dents deviennent crocs tendis que mes yeux se plisse. Serpent ? Humaine ? Sans doute aucun des deux, je ne suis plus que démence. Je ne suis plus moi, plus rien. Je perds doucement le peu d'humanité qu'il me reste pour me transformer en ce qu'il se cache au fond de mon être depuis longtemps. Quelque chose que je cache enfouie car je ne sais pas la contrôler mais aujourd'hui il est trop tard, la rouge va périr car le retour en arrière n'est plus possible, ni pour moi ni pour personne.

Désir longtemps inassouvi
Qui peu à peu
Nous gagne et nous emporte
Vers la victoire


Un jeu de regard acharné. Les siens noir et profond, les miens vert et rusé. Je plonge dans son regard pour y trouver ses failles mais pour une fois n'y arrive pas. La colère me repousse. Pas feinte pour le moins du monde, elle est vrai et sincère. La bataille n'en sera que plus amusante. Je laisse la rancœur devenir le cœur de mon être. Elle me pousse en avant, me transporte, me déchaîne et me donne la force dont j'ai besoin.

Cette force a tant été repoussée autrefois, je la laisse maintenant resurgir. Une part de mal terrée au fond de mon âme s'éveille soudain. Quelque chose que je n'avais encore jamais perçu. De la magie noire à un tel niveau d'avancement que j'en ai des frisson de plaisir. Cette vérité pulse en moi avec une telle certitude que je ne peux pas l'ignorer. Mon sang, mon corps et mon esprit son envelopper dans cette mer de noirceur et de mal que je ne contrôle plus.

Noirceur de mon âme
Magie noir qui s'éveille
Plus puissante
Que jamais


Je jubile, je veux éclater de rire. Je me tais. Un sourire provocateur flotte sur mes lèvres. Elle ne m'aura pas, ni aujourd'hui, ni plus tard. Pour peut qu'elle vive encore. Faible chaton. Laisse-moi tourner autour de toi et t'envelopper dans mes anneaux. Laisse-moi t'hypnotiser de ma danse jusqu’à ton dernier souffle. Laisse-moi mordre dans ta peau pour trouver la saveur de la mort. Laisse-moi te tuer et mon désir sera complet. Laisse-moi te détruire comme je suis brisée.

- Parce que tu me parles bien peut-être toi .

Je la regarde de haut. Mon regard perfide et haineux la transperce aussi bien que le ferait un couteau. Elle se mord la lèvre oui c'est ça abaisses-toi petite chose mord la poussière à mes pieds comme l'on s'incline devant son maître. Laisse les larmes gagner ton visage et rouler sur tes frêles joues. Laisse-moi savourer le goût de la victoire et il se pourrait même que je t'épargne, que je ferme les yeux sur l'outrecuidance et la prétention dont tu as fait preuve.

Rampe à mes pieds
Pour que toujours
Tu me laisses
Te dominer


Jeune effrontée. Tu n'es pas du même sang que moi ni du même rang. Si tu étais e sang pur j'aurais entendu parler de toi et si tes parents appartenais à une quelconque noblesse, j'en aurais entendu parler. Tu n'es rien d'autre pour moi qu'une simple servante. Une esclave qui ose m'importuner. Grande folle que tu es ! Ton père ou ta mère est un traître à son sang. Même ton existence est inconcevable. Tu n'aurais pas dû naître, ta simple présence est une aberration de la nature. Quant au fait que si tu es née moldu…

L'écœurement que tu provoques en moi me donne envie de vomir. Indigne d'être une sorcière. Le fait même d'aimer un moldu m'est révoltant. Ils sont si… Ignorant, imbécile, stupide. La liste est longue et je pourrais continuer mais la question et l'envie ne trouvent pas leurs places ici. La seule chose sur laquelle je dois me concentrer est le détritus qui me fais face.

-Je ne te parle que comme tu le mérite, sale sang mêlée.


J'ai misé sur le faite qu'un de ses parents soit sorcier ce qu'il me semble plus probable. J’espère ne pas m'être trompée car je risque vraiment de lui vomir dessus si elle est sang-de-bourbe. L'envie de sortir ma baguette me chatouille les doigts et devient une obsession mais je me retiens. Ma main glisse néanmoins doucement dans la poche de mon uniforme prête à dégainer si le besoin se fait sentir.

Tremble jeune imbécile
Telle la faucheuse
Je viens te trouver
Et sonner
L'heure de ta mort
Et celle de ta souffrance


Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Arya Chamelet, Dim 13 Nov - 15:46


Trois mots qui font mal. Qui transperce mon coeur. Faut pas parler de ma famille. Mes yeux te fixent toujours. Je te comprends maintenant. T'es le genre de personne raciste envers les "non sang-pur". Mais existe-il un vrai sang pur ? Tu me dégoute, plus qu'autre chose, à se sentir supérieur à un être totalement égal. T'es ce genre de personne pour l'égalité, mais dès qu'il s'agit de personnes différentes, ça critique et part en courant. Tes propos m'exaspèrent et me font rire. "Je ne te parle que comme tu le mérite, sale sang mêlée." Voilà pourquoi je ris. Voilà pourquoi tu me dégoute. Les gens ne comprennent pas combien se sentir rejeter par une couleur de peau ou une origine peut être très déprimant. On se sent discriminer. Et puis ça peut partir très loin. Mutilation, suicide. Mais les gens ne comprennent. Qu'on vient tous de la même chose. De la même espèce. Qu'on a tous le même ancêtre commun. On est tous les même. À vivre sur cette poussière bleutée qui nous abrite tous. Qu'on soit sorciers ou Moldus, blancs ou noirs, sang mêlé, pur  ou né-moldu. Tout le monde cohabite ensemble et si nous savons pas nous supporter, le monde va empirer et devenir le chaos total. Et il est en train de le devenir. Tous les jours, il faut se battre, pour ne pas de faire exclure et rejeter. Parce que tu es différente, trop jeune, trop laide, trop intelligente. Tous les jours, il faut s'affirmer pour faire d'un groupe de personne que tu pense "amis" mais qui deviennent un jour tes pires ennemis qui te trahissent. Ils se foutent de ta gueule, rigolent dans ton dos, et parlent de toi à tout le monde comme étant une p*te ou une sal*pe. C'est comme ça le monde, discriminatoire et méchant. Ne laissant pas de place aux faibles. Et t'en fais parti. De ces gens qui se croivent au dessus de tout. Je te fixe toujours, je n'en peux plus de toi.

Je m'approche à grands pas vers toi. Mes yeux crient toute la fureur du monde. Je n'en peux plus. Je n'en peux plus de me battre comme ça pour des causes perdues. Mais j'essaye quand même. Ma baguette arrive toute seule dans ma main, comme par magie. Je la pointe vers elle. J'ai craqué. Plus que je ne le voulais. Ma mâchoire se contracte et mes poings de serrent.

- Tu me parles encore une fois comme ça et j'te défonce ok ?

Je n'aurais jamais du réagir comme ça. C'est sorti tout seul et je n'ai pas pu le contrôler. Comme un prédateur qui doit chasser, j'ai attaquer. Ça va bientôt finir en bagarre. Mais la bagarre n'est pas une chose commune à tous les humains, que ce soit pour rire, ou bien pour réellement se battre ?


Hrpg:
 
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Ellana Lyan, Mer 16 Nov - 15:56


À quoi penses-tu ? Me prends-tu pour une égoïste ? Une idiote ? Personne qui n'est pas née de sang pur ne peut comprendre cette aversion que j'ai pour les sangs mêlés et les sangs de bourbe. Pour moi il ne s’élève qu'à grande peine à la catégorie d'insecte et encore je suis gentille. Certains diront que je suis folle, beaucoup seront choqués mais c'est la vérité. Je ne comprends pas comment des gens sans appartenance magique naissent soudain avec des pouvoirs, ce ne sont et ne sera jamais des sorciers à mes yeux ! Ils ne sont nés que pour servir et l'idée même de fréquenter le même établissement qu'eux me révolte.

Les sorciers de sang-mêlé ne valent guère mieux à mes yeux, ils me dégoûtent peut-être même plus encore. Le fait d'aimer ou même de coucher avec un mordu me révulse au plus haut point. Ils ne sont pas dignes d'être de notre monde. Ne sont pas digne d'exister.

Dégoût profond
Face à la différence
Et cette insanité
De la nature


Il faut dire que mon éducation en est pour beaucoup, aurais je réagis comme cela si j'avais été élevée dans une autre famille . Je ne pense pas mais la répugnance que j'ai pour eux aujourd'hui est évidemment liée à celle de mes parents. Mon père ma élever, enfin, m'a fait élever, dans ce principe et il me serait presque impossible même avec la meilleure volonté du monde de ne pas suivre ce qu'il m'a fait apprendre.

La rouge et or perdent son sang-froid, elle sort sa baguette et la pointe vers moi.

- Tu me parles encore une fois comme ça et j'te défonce ok ?


Je sors ma propre baguette quelques secondes après elle. Cette jeune fille n'a aucune chance. Je suis versée dans la magie noire depuis mon plus jeune âge et suis assez puissante pour contrer ses misérables coups. Quelle idiote !

-Je demande à voir !

Mon ton est un brin ironique mais reste sérieux et glacial.

Doucement
Le serpent et le lion
Se lève
L'un contre l'autre


Dommage pour toi qu'on doive en arriver là ma petite. Je ne voulais pas te faire de mal trop vite mais c'est toi qui provoques. Y a-t-il quelque chose de particulier que je doive graver sur ta tombe ? Je me tiens droite et fière, la mine hautaine et le regard assuré.

Je ne suis pas une proie facile et tu as réveillé le serpent qui se cachait en moi. Je ne désir plus qu'une chose, voir ton sang couler et prendre ta vie. Cessez d'entendre battre ton cœur et tes poumons de respirer.

-#Everte Statum !


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Château non-coopératif

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4

 Château non-coopératif

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.