AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 3 sur 4
Château non-coopératif
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Kyara Blanchet
Fondatrice AdjointeHarryPotter2005
Fondatrice Adjointe
HarryPotter2005

Re: Château non-coopératif

Message par : Kyara Blanchet, Dim 2 Avr 2017 - 22:38


Les sorcières se lancèrent ensemble dans une sorte de chant, ou prières, difficile à savoir quand on voyait la scène de l'extérieur. En tout cas, elles enchaînèrent les contre sortilèges. Marquant une pause, elles reprirent leur souffle et Alhena commença à montrer son agacement. Compréhensible, mais ça n'était pas avec la colère qu'elles allaient réussir à faire tomber la limite. Maudissant le sorcier l'ayant mise en place et espérant qu'il allait mourir dans d'atroces souffrances, la professeure de Soins Aux Créatures Magiques souffla sur une mèche folle barrant son front.

Elle avait toujours mal d'ailleurs, il faudrait qu'elle se soigne d'ici la fin de la journée si elle ne voulait pas finir défigurer pour le restant de ses jours. Elle exagérait un peu, mais bon. Il ne fallait pas négliger les vieilles blessures, celle qu'elle avait eu dans le passé à la cheville ne cessait de lui rappeler à chaque fois qu'il pleuvait.

- On devrait essayer de se coordonner un peu mieux. Tentons de viser le même endroit, au même moment avec le même sortilège. Puis on recommence avec un autre sort. Cela donnera plus de puissance aux sortilèges et à l'impact, on créera une brèche peut-être. On avancera certainement plus vite après. Là, le temps presse, nous ne pouvons pas nous permettre de rester ici des heures.

Bon plan. Elles se mirent alors ensemble au travail et cela sembla marcher, elles continuèrent sur cette lancée, quelques minutes plus tard, le mur céda. Arrêtant les formules, Kyara essuya la sueur qui perlait légèrement avant de s'approcher lentement en tendant la main. Ses doigts ne rencontrèrent rien d'autre que du vide. Un grand sourire sur les lèvres, elle se tourna vers Alhena avant que son regard ne se pose plus loin. Non loin d'un mur se trouvait ce qui semblait être une élève au sol.

Fronçant les soucils, la Fourchelang la pointa alors du doigts à l'intention de sa collègue avant de prendre la parole.

- Je vais continuer, je te laisse te charger d'elle ! On a fait du bon travail !

Adressant un dernier sourire à la sorcière, Kyara pivota pour continuer sa route, déterminée, prête à en découdre ou se reprendre un mur en pleine tronche. Au choix.


Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Alhena Peverell, Mer 5 Avr 2017 - 1:00


LA d'Eurydice


Cela avait l'air de fonctionner. Continuant encore, vous finissez par faire tomber cette foutue limite d'âge. Elle vous avez donné du fil à retordre, l'inquiète pour les élèves étaient moteur à vous distraire grandement. Vous restiez encore dans l'ignorance. Les conflits intérieurs du château étaient trop flous pour en savoir l'origine ou pour connaitre les véritables objectifs des attaquants.
Soufflant, un léger sourire aux lèvres, un bruit t'interpelle. Tu lances un regard à Blanchet puis à l'élève. Étalée au sol, tu peux difficilement la reconnaitre.
Ta collègue prend la fuite, te laissant la gamine sur les bras. Tu murmures un d'accord alors qu'elle s'enfuit. Soupirant cette fois, tu avances.
Eurydice
à demi-mot
susurrer à l'oreille d'un sourd
Le monde s'écroule
Le squelette se précipite vers la scène, une nouvelle pièce s'ouvre à toi, avec une histoire différente mais les mêmes acteurs. Tu regardes si elle respire encore, si elle n'a pas de blessure trop douloureuse. On dirait qu'elle ne s'est cognée que la tête
Soupire, soulagement
Sourire
Ses paupières se lèvent et ses iris rencontre les tiennes
Un bleu contre un vert
L'émeraude du monde
et le bleu d'une immensité profonde
Tout va bien. Reste allongée quelques minutes
Tu poses sa tête sur tes genoux, assise sur le sol, tu reposes ton corps. L'énergie en toi à fuit. La fatigue a grimpé en terrain et tu dois te reposer si tu veux lancer un sort, tu préfères ne pas trop t'épuiser, pas plus que nécessaire. Qui sait à qui tu as affaire
tu fermes les yeux, et les cris résonnent dans ton inconscient
tu n'es vraiment pas tranquille
Tu dois savoir, comprendre, sauver
Le temps s'écoule et tu te relèves
Baguette sortie, tu murmures l'inévitable
#Spero Patronum
Les souvenirs se figent avec les sourires
le bonheur à l'état pur du passé
un inconscient qui prend place et accélère le rythme cardiaque
Comment va l'extérieur ?
Comment vont-ils ?

Tu rouvres les yeux et observes le patronus corporel
Un gigantesque loup
Juste un tracé blanc aux lueurs bleu
à hauteur de tes hanches.
Il se dirige vers Lui
Il t'aidera
Le message est clair
Trouve mon frère. Trouve Azaël
Evan,
Sauve le
du monde
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Château non-coopératif

Message par : Evan, Jeu 6 Avr 2017 - 14:14







Suite de

LA d'Alhena

J'écoutais, toujours les yeux clos, les premières sonorités de vacarme qui parvenaient à mes oreilles. Ce chant, si familier, quand je portais mon masque. Ce chant, si envoûtant, qui signifiait bien souvent un combat de tous les instants. Mais là, j'allais être un simple professeur. Puis, avec ce que cet enfoiré de Leister m'avait laissé sur le dos, (tout est relatif si on tient compte que l'interrogatoire n'a jamais eu lieu...) il fallait bien que je passe pour une bonne âme auprès des élèves ignorants.

Une bonne âme...
...Complètement égarée

Un frisson dans le corps, me parvint en même temps qu'un message. J'ouvris mes yeux sur un magnifique loup lumineux, qui lui appartenait, à Elle. Beauté qui faisait de mes pensées tout un monde enchanté. Le message m'intimait de trouver son frère, Azaël. What ? Je bugais l'espace d'une seconde. Azaël ?! Ce morveux insupportable dans mon cours ? Celui que j'avais torturé dans un froid glacial ? Était son frère ? Mon regard ancré dans le sol, alors que l'animal majestueux me fuyait, je secouais un instant la tête comme essayant de me persuader que c'était simplement comme cela qu'elle l'appelait, sans pour autant qu'il le soit réellement.

Je n'attendis pas plus longtemps, quittant mon appartement. J'avais sur moi ce dont j'avais besoin, même si je ne pouvais que m'interroger sur la position actuelle de mes frères et sœurs d'armes. J'accourais dans le couloir où se trouvaient tous les appartements du personnel, mêlant mon souffle rapide à divers bruits dont je ne pouvais déterminer l'origine précise.

J'enchainais rapidement, jusqu'à l'entrevoir, Elle, assise avec une silhouette à la tête posée sur ses genoux. Je m'arrêtais haletant, observant celle qui faisait avancer mon monde, m'agenouillant, posant une main sur son épaule. Elle se portait bien, c'était l'essentiel. La silhouette, je reconnus Eurydice avec qui j'avais fait une virée en Irlande. Puis elle avait un air de ressemblance avec la mère de mes enfants, même si jamais, elle n'en atteindrait l'importance.

- Content de voir que tu vas bien ! Fait attention à toi... Je vais chercher Azaël !

Je déposais un baiser tendre sur son front. Puis je me relevais. Je laissais mes émeraudes dans les siennes un instant, comme pour lui dire qu'elle n'avait pas à s'inquiéter. Et je tournais les talons, reprenant mon rythme effréné, me dirigeant vers les escaliers...
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Eurydice Wildsmith, Ven 7 Avr 2017 - 13:26


Sa voix parvient à ses oreilles et c'est une mélodie lointaine.
*où suis-je ?*
Elle papillonnait encore dans l'obscurité avant d'ouvrir les yeux. La tête est confortablement installée.
Elle se mit à observer la perspective qui s'offre devant elle. Arabesques folles.
Émouvante femme qui avait sa tête juste au dessus de la belle.

Son observation perdura dans le temps, l'espace, et son air soucieux l'interpelle.
Eurydice l'interrogea de son regard bleuté comprenant une détresse profonde qu'elle aurait voulu arracher.
Elle voulait l'aider, à défaut de le pouvoir.
Les mots sont encore emprisonnés. Quelque part.

Quand elle fut relevée et que son professeure prononça le sort. Elle fut tout à coup envieuse du prodigieux patronus qui s'élevait près d'elles. La jeune fille ne possédait pas encore le sien. Terrible appétit et l'envie de traverser de sa main le corps de l'animal pour en attraper la magie.
Où se logent les souvenirs heureux?

« Je t'accompagne où tu le désires »


De toute façon, elle n'avait rien ni personne à sauver.
Elle ne savait pas comment ni où elles aillaient se diriger. Mais si la brune pouvait lui apporter son aide c'était sans une once d'hésitation. Pour elle.

Elle reconnut un de ses autres professeurs, Evan, souvenir d'une escapade aux accents irlandais.
Témoin d'une scène bien trop intime, emplie de douceur, elle essaya de détourner son attention et de se canaliser pour ne pas laisser ses émotions l'emporter. Qui était Azael ? Tourbillon de colère.
Une tempête se préparait.

« Il y a tellement de bruit, j'ai l'impression qu'il est partout. Qu'est-ce-qu-il se passe ? »
Il déferle dans les couloirs. *Faites que cela s'arrête.*
Elle sentait déjà la bosse se formait sur le haut de son crâne tout en priant pour ne pas devenir comme les bleuets des jardins de Londres.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Alhena Peverell, Ven 7 Avr 2017 - 15:05


Je t'emmènerai là où le monde nous autorisera d'exister. Je te montrerai une passage secret, celui entre deux murs de pierres qui couvrent la ville.
Nous sommes prisonnières d'un monde, d'une société enivrée par la guerre
C'est dangereux dehors, encore plus à l'intérieur, personne ne sait à quoi il fait fasse. Ils ne comprennent pas à quoi ils s'exposent vraiment
La réalité est tel, qu'on préfère fermer les yeux et vivre dans le mensonge d'un semblant de paix
Il est temps d'ouvrir les yeux, il est temps de savoir, que oui la magie existe

Sourire, il vole un baisé pour se donner du courage. Il repart à la recherche de ton frère
éclair
Tu espères que ça ira. Qu'il ne fera pas de bêtise, tu lui envoies un merci. Peut-être le chopera-t-il au passage. Tu ne sais pas. Tu n'y penses déjà plus,
le château souffre et la peur envahie ses veines
Il est temps que tu fasses quelque chose. Que tu comprennes l'origine des ses maux. Mais d'abord, il te faut la protéger elle. Cette ange de colère auquel tu ne peux pas résister bien longtemps.

Il y a tellement de bruit, j'ai l'impression qu'il est partout. Qu'est-ce-qu-il se passe ?

Il y a des attaquants qui se sont introduits à Poudlard. Je pensais d'abord à des élèves dont l'histoire aurait mal tourné. Mais quelqu'un a dressé une limite d'âge pour empêcher quiconque de passer, ce n'est donc pas logique. Le professeur Blanchet est parti voir ce qui se passe. Moi, je dois t'emmener dans un lieu plus sécurisé. Après il faudra que j'aille aider le reste de mes collègues. Je ne sais toujours pas ce qui se passe concrètement.

Tu observes les couloirs. Cela devrait aller. Vous n'alliez pas passer par des endroits trop dangereux. Vaguement, tu l'observes. Elle à l'air d'aller mieux. Ce n'est vraiment pas grave. Seule la panique doit tambouriner dans sa tête. Ce n'est pas tous les jours que votre école est attaquée.
Cela soulève tellement de question
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Kohane Werner, Ven 7 Avr 2017 - 19:36





Suite d'ici

Mission du jour :
se carapater,
en silence, discretos et espérer avoir le pouvoir de se fondre dans son matelas pour disparaître.

Un pas perdu dans un couloir tout aussi perdu.
Ca m'arrive, de temps à autre, de sauter un cours. D'ailleurs, j'sais même plus si je suis censée avoir cours.
Bref, un esprit largué, détonation parvenue aux oreilles.
Instinct de survie
Je sais pas ce qu'il se passe.
Juste, j'ai fui après l'explosion.
Fuir pour se protéger.
Se protéger du reste. Des autres. Ou de soi.
Car je n'ai ni la force ni le courage d'aller voir, m'en prendre plein la figure encore une fois, me relever, flamme aux tripes pour rendre les coups avant d'en reprendre.
Ni la force, ni le courage de faire face à un quelconque danger, quelconque monstre.
Et puis, qui sont les monstres maintenant ? J'sais plus trop.
Le monde, en général, serais-je tentée de répondre. La société. Son hypocrisie, ses soit-disant bonnes moeurs, ses apparences trompeuses, sa morale, trop belle morale pour être vraie.
Le monde actuel.
Qu'il faudrait changer.
Ce n'est pas une question de cause juste ou non.
C'est une question avant tout de nécessité.
Se battre pour un monde
nouveau,
meilleur.

Mais aujourd'hui, trop de nuits blanches et de déambulations dans les pattes, je n'ai pas la force de vouloir opposer au monde ma résistance têtue.
Nuits blanches et déambulations
et blessures pas refermées
d'un bombarda dissimulé
d'un bombarda non calculé.
Pas la force de faire volte-face.
Et vouloir me dresser face aux autres.



Puis, de toutes façons, détonations égal destruction, non ?
Eh bien qu'ils détruisent ! Quels qu'ils soient !
Qu'ils détruisent tout ce qu'ils veulent. C'est bien ça qu'il faut pour faire table rase et reconstruire en plus beau par-dessus.
Qu'ils détruisent ces anciennes valeurs appartenant à un monde trop pourri, trop vicié pour vivre encore plus longtemps.
Qu'ils détruisent ce qu'on peut chérir pour s'apercevoir que ces choses ne sont finalement que futiles.
Qu'ils détruisent...
je m'en fiche.

J'ai envie de tout balancer.
De tout jeter.
Foutre en l'air tout ce qui pourrait appartenir à mon ancienne vie. Les assassiner à grands coups de rage.
J'avais cru pouvoir y arriver en y mettant de la distance. Fuir repères et parents. Larguer les amarres et croire que ça suffit pour éloigner le reste. Croire que le poids généalogique ne pourra plus peser sur les épaules.
Et puis,
la désillusion.
Le passé rattrape le présent.
Le présent se le prend en pleine poire.
Et les griffes familiales rattrapent le vilain petit canard.

Si j'avais plus de courage face à eux,
si je parvenais à trouver la recette de la liberté totale,
j'aurais pu leur dire allez vous faire fout*e
et partir, sans me retourner.
Couper définitivement les fils,
pantin désarticulé mais enfin libre.
Sauf qu'ils me tiennent, tous. A coup de remords et de responsabilités que je n'ai jamais demandés.
Ils me tiennent
et pour la première fois,
je les hais.

Alors oui, détruisez tout !
Qu'importe.
Plus rien n'importe.
Tout est vide.
Même les points de repère qu'on croyait solides et fiables sont corrompus.
Alors, que faire ?
Sinon tout faire exploser ?



Les pas s'égarent dans les couloirs qui respirent l'incompréhension -surprise.
Le corps avance.
Trouver là où, enfin, je pourrai m'enterrer en paix. Attendre que ça passe.
Je croise des gens sans les voir.
Je croise des visages, connus ou non, des visages auxquels je ne veux pas parler.
Juste m'éloigner. De tout.
Anywhere out of the world

Des yeux qui ne regardent rien,
Des pas qui portent mécaniquement.
Jusqu'à l'obstacle que je n'évite pas croyant qu'il m'évitera tout seul (ouais, ouais, je veux qu'on me laisse passer comme une reine, tiens !).
Sauf que...
l'obstacle ne m'évite pas.
Et v'là que je me la prends de plein fouet.
Le corps parait encaisser l'autre corps
mais vibration de douleur
d'un bombarda perdu
et il tombe,
incapable de se relever.
Le cri sorti puis étouffé au fond de la gorge.
La tête me tourne.
J'ai l'impression d'avoir mal partout sans plus savoir où exactement.
Je cours sans cesse après les nuits et le sommeil qui m'échappent.
Je cours sans cesse après les heures qui défilent et me laissent désespérément éveillée.
Je cours sans cesse pour échapper aux ombres qui toujours me rattrapent.
Je cours,
mon corps fatigue de tant de mois en fuite, fuite face à moi-même.
Mon corps fatigue et c'est après ce coup par un mur invisible, que tout me retombe dessus.
La tête qui tourne, les paupières lourdes, l'incompréhension, surtout. Bien avant la douleur physique et cruelle.
Corps contre un autre corps.
J'ai plus la force
de rien.
Même de lutter pour tenir à nouveau seule debout.
Yeux se lèvent sur le visage que je reconnais dans les méandres.
Alhena.

Alors, comme toujours, toujours je lui pose des questions, celle-ci sort, naturellement :
-Mais b*rdel, il se passe quoi ici ?!

Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Eurydice Wildsmith, Dim 9 Avr 2017 - 16:10


« Par attaquants tu sous entends autre chose n'est-ce-pas ?
Ne laisse pas de plumes au passage. »

Elle avait soufflé cette dernière phrase. Elle ne pouvait pas la perdre avant même d'avoir commencé, ne serait-ce qu'un peu. C'était impensable.
Son cœur ralentissait près d'elle ; il s'assoupissait à ses côtés comme de retour au foyer où les âmes se comprennent.

La sécurité n'était que duperie pour les gens trop croyants de ce monde. Les blessés devaient pulluler, éparpillés dans le château. Elle ne distribuait pas de la compassion à foison pour panser les plaies. La brune ne supportait pas les pleurs, elle n'était pas la bonne épaule, la bonne amie. Entourée de la populace, elle sentait chaque parcelle de son corps se désintégrait sous le poids de l'inutilité de leur mot.
Elle aidait ceux qui le méritaient. Eurydice eut l'ébauche d'un portrait se dessinant dans son esprit.
Elle espérait que la gamine, la serdy était saine et sauve. Son innocence, son intelligence ne devait pas s'avilir, écorchées par les immondices.

« Ne me laisse pas là bas. »
dit-elle gravement.
Solitude.

Elle aperçut le petit oiseau blessé qui jurait comme un charretier. Ses ailes traînaient derrière elle. Elle avait l'air ébranlée, prête à vaciller.
Son désespoir se mourait autour d'elle. Elle semblait pétrie, perdue dans son malheur.
La verte et argent n'allait pas se sacrifier pour l'étrangère. Une gryffondor inconnue.
Elle n'était pas séduite par son charme, sa fadeur. Cela ne réveillait pas son instinct maternel, un élan de sollicitude glissant.  
S'adressant à Alhena tout bas pour qu'elle seule puisse l'entendre :
« Je te préviens je ne m'occupe pas de l'oisillon. »
Effroi.

La serpentard sortit sa baguette. L'odeur du bois pénétrait ses narines avec délice.
Elle ne doutait pas une seule seconde d'Alhena mais cela la rassura.
« Ne traînons pas ici, allons-y. » répondit-elle rudement à sa question.
Elle marqua une pause attendant l'approbation de son professeure. Elle savait qu'elle pourrait la suivre partout, nulle part, ailleurs. Des fils se tissaient, indiscernables.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Château non-coopératif

Message par : Evan, Lun 10 Avr 2017 - 17:01







Suite de

LA des quatre toujours, et d'Alhena.

Les escaliers étaient toujours sans dessus dessous. Des tableaux continuaient de gueuler, mais j'intimais aux élèves me suivant de ne pas s'arrêter pour les aider. Ils étaient tranquille quasiment tout le temps, pour une fois qu'ils étaient emmerdés, je n'avais pas l'intention de leur venir en aide et il était hors de question que mes compagnons de route ne le fasse également.

- On les laisse par terre, ça leur fera les pattes...

Evidemment, de leur côté, certains escaliers n'en firent qu'à leur tête ! Ils s'en foutaient bien que le château pouvait être attaqué, ils continuaient de faire chier le monde et ça avait pas l'air de les embêter plus que cela ce qui pouvait se tramer ! Alors que peut-être des Mangemorts étaient dans le château...

Après avoir laissé quelques jurons se graver sur les murs, nous pûmes gagner enfin le dit couloir, où j'avais laissé le fragment de mon cœur un peu plus tôt, en compagnie d'Eurydice. Mais cette fois, ce n'était pas cette brune là qu'elle avait dans les bras, mais une autre que je reconnaissais, Kohane. Accessoirement la nana à qui j'avais offert un cœur un jour de faiblesse... Peut-être s'endormait-elle toutes les nuits dessus en pensant à moi ?

J'allais jusqu'à Alhena, heureux de la retrouver au même endroit saine et sauve. Je lui souriais, car plus que quiconque je voulais qu'elle se porte bien. Et j'espérais bien ne plus la quitter jusqu'à ce que nous sortions de ce bordel sans nom. Après avoir croisé son regard, je portais le mien sur Azaël, pour qu'elle voit elle aussi qu'il était sauf.

- Tout va bien...

Quelques mots murmurés à mon émeraude. Ce que j'avais de plus précieux était face à moi. Je regardais un instant Kohane, comme pour m'assurer qu'elle n'ait pas besoin de soin.

Et mes pensées s'en allèrent quelques instants aux conséquences. Où étaient 67 et 87 ? Où étaient mes compagnons ? Tant d'inconnues il y avait au-delà de ce que nous avions préparé. J'avais comme un mauvais pressentiment, que ces inconnues justement, ne se retournent contre nous. Contre notre ordre.

Mais je n'étais qu'un simple professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Peter McKinnon, Mer 12 Avr 2017 - 14:34


Tout s'était enchainé se vite qu'à présent, Peter se demandait bien comment il en était arrivé à marcher dans les couloir en suivant le Professeur Lival avec les trois autres élèves qui n'avaient pas hésité à croiser leurs baguettes avec celle de Riri. Peter, lui, s'était fait désarmer dans les premières secondes de l'affrontement et avait du ramper, suite à un sortilège, jusqu'à sa baguette. Il l'avait finalement récupérée, ainsi que l'usage de ses jambes, grâce à Merry, sa petite-amie, qui passait par là, à croire que même pendant les affrontements des élèves se baladaient dans tous les sens ... Le préfet de Serdaigle avait réussi à sortir de l'affrontement sans perdre trop de plumes, mais les trois assaillants avaient fini par l'emporter puisque leur Professeur de Métamorphose les avait pris avec lui. Peter, obligé de suivre l'ordre de son Professeur, et de ne pas perdre ses trois camarades des yeux avait suivi en lançant à Merry un regard à la fois reconnaissant et désolé, en repassant devant son homologue serdaigle, il lui adressa un autre regard signifiant qu'ils auraient à discuter lorsque tout serait terminé.

Les escaliers et les couloirs dans les étages semblaient sans dessus dessous. Des tableaux étaient tombé des murs et leurs habitants ne se gênaient pas pour marquer leur plus vive désapprobation avec le traitement qui leur était fait. Des armures étaient également renversées ça et là. C'était une joyeuse pagaille dans Poudlard, comme Peter n'en avait jamais vu. Alors qu'il suivait l'enseignant, le préfet des vert et argent ne pouvait s'empêcher de se demander où il les emmenait. Finalement, la troupe arriva à hauteur de trois sorcières, dont l'une était étendue. Leur Professeur d'Histoire de la Magie semblait s'occuper d'elle pendant qu'une élève de Serpentard se tenait là, impuissante.

Peter la connaissait la jeune fille qui semblait dans les vapes, c'était Kohane ! Et dire qu'il venait de laisser sa copine pour se retrouver avec une ancienne conquête d'un soir ... Ironie du sort quelque part. Alors que leurs professeurs se lançaient dans un court échange, Peter s'approcha de la fille de sa maison :

- Tu sais ce qui est arrivé à Kohane ?

Il jeta un regard par derrière lui aux trois autres sorciers, si le souhait de leurs professeurs devenait subitement de les renvoyer à la Grande Salle, il allait vite falloir qu'il trouve un nouveau plan pour les conserver sous son regard avisé jusqu'à ce que le Professeur Wind ne lui fasse savoir que sa mission était terminée ... Mais pour l'heure, il reporta son attention sur le corps de son amie rouge et or.

- Mais qu'est-ce qui peut bien se passer ici ...
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Azaël Peverell, Mer 12 Avr 2017 - 16:19


LA de Peter

T'avais attaqué Vacuitas sans perdre de temps. Et les autres derrière toi ont suivis. Sauf que par un concours de circonstances que j'ai la flemme de raconter là, il s'en était sorti totalement indemne. Et il avait même essayé de t'attaquer en retour, mais t'as réussi à éviter son sort de justesse. Je sais pas trop comment, mais Evan l'a dit, et il avait mon LA, donc c'est vrai. Bref, il s'est occupé du préfet des Aigles sans trop que tu saches pourquoi, et il vous a dit de l'attendre à l'escalier. Et vu que votre but était justement de sortir de là, ça t'a semblé être un bon plan. T'es donc allé l'attendre bien sagement quelques secondes en compagnie des trois autres préfets.

Il est revenu en te dévisageant et en posant une main sur ton épaule, comme pour s'assurer que tu allais bien. T'as eu un mouvement de recul en le regardant bizarrement, mais t'as pas franchement cherché à comprendre. Parce qu'il te fout trop la trouille pour que tu lui demandes des comptes. Alors tu l'as suivi, toujours avec les trois préfets, sans poser la moindre question. Et ils vous a amené à un autre groupe. Tu vois aussitôt Alhena, tenant quelqu'un dans ses bras. Mais elle a l'air d'aller bien, alors tu te contentes de lui adresser un regard sans chercher plus loin. Et lorsque Peter s'approche d'elle, tu te rends enfin compte de qui se trouve dans ses bras. Ta soeur d'alcool.

Ni une ni deux, tu pousses le préfet de ta maison sans ménagement pour t'approcher des deux femmes. Sans un regard pour Alhena parce qu'elle est carrément moins importante, et qu'elle a pas voulu me filer son LA, alors du coup j'fais comme si elle était pas là et Aza aussi. Bref, t'attrapes la main de ta soeur céleste en plongeant son regard dans le sien, inquiet.

- Ca va ? Tu vas bien ? T'as rien ?
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Château non-coopératif

Message par : Eurydice Wildsmith, Mer 12 Avr 2017 - 16:37


Evan était de retour avec une ribambelle d'élèves qui ne lui évoquait rien, pas même une rencontre furtive au détour d'un couloir. Celui-ci se rétrécit subitement. L'air se raréfia.
Ils avaient l'air de chiots perdus, embarqués par les deux professeurs. Son malaise la tirailla à nouveau dans une faim qu'elle ne put réprimer.
Est-ce-que cela allait se terminer rapidement?

Une scène qui suintait l'amour se déroulait sous leurs yeux. Elle espérait qu'il n'allait pas littéralement fondre et se liquéfier aux pieds d'Alhena.
Vilaine jalousie qui venait perforer son cœur asséché par des années de solitude.
Ses lèvres étaient pincées, malheureuses. Eurydice était excédée et retenait un grognement.

Elle reconnut Peter qui s'avançait vers elle.
« Aucune idée. Elle a du se jeter dans la gueule du loup ou se prendre quelque chose parce qu'elle est amochée apparemment. Tu la connais ?
Miss Peverell affirme que c'est une attaque. »
répondit-elle glaciale à son cher préfet.
L'attaque avait causé un joyeux capharnaüm parmi ses camarades et avec certitude à travers le château.
L'idée de le revoir dans ces conditions ne l'enchantait guère. Il paraissait si déboussolé que cela aurait presque pu être touchant. Il y avait déjà plus d'humanité que la dernière fois qu'elle l'avait rencontré.
*et vlà un autre théâtre qui se joue, ça va défiler?* se dit-elle avec ironie.
Cela se pressait autour de la gryffondor qui suscitait beaucoup d'émotions.


« Vous pensez qu'elle va pouvoir marcher ou il va falloir la porter ? »
Question pragmatique. Avait-elle égaré sa tendresse ?
Rester là immobile ne faisait que l'insupporter davantage. Ses jambes fourmillaient. Elle se déplaça pour être plus en retrait et ses yeux s'adoucirent.
Toute cette agitation lui donner le tournis. Elle pressentait déjà la salle grouillant de jeunes gens dans laquelle elle allait se retrouver.
L'Anglaise était comme entravée incapable de s'inquiéter *de « souffrir pour un million d'être »comme dirait Fred Uhlman *
Comment réagirait-elle face à la mort ? Était-ce déjà le cas?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Château non-coopératif

Message par : Alhena Peverell, Lun 24 Avr 2017 - 23:47


LA Werner

Il se passe des choses
Il y a des vies en danger et des coeurs soulevés
égratignés
Et il faut courir après la mort pour survivre, pour soigner ceux qui ont été touchés.
La tête explose
Les âmes ralentissent et quand Werner atterri devant toi, sans que tu saches pourquoi ni comment. Des choses prennent encore sens. Elle pose la même question. Et tu te vois dans l'obligation de répéter, mot pour mot, ce que tu as dit précédemment.
Puis la jalousie arrive, elle se glisse et s'immisce sous la peau des ongles.
Elle désintègre les sens, même le goût de la survie
Je dois d'abord la soigner, sinon on ne fera même pas trois pas
Baguette en main, tu prononces quelques formules afin de soigner la jeune femme. Tu ne regardes plus les alentours. Le vide se fait autours de toi pour que tu te concentres. Tu ne vois même pas ton frère et Evan, ni ceux qui les accompagnent. Depuis quand sont-ils ici ? Tu ne saurais même pas dire.
Reprenant ton souffle, tu fais un pas en arrière alors qu'Azaël débarque sous tes yeux.
Hum,
L'insupportable enfant est finalement en vie, dommage
Tu recules, laissant tomber. Qu'il s'en occupe, tu as autre chose à faire que t'attarder ici. D'un oeil, tu parcours les têtes, voir s'ils vont tous bien. Hormis elle, personne n'a l'air dans un état lamentable.
Quelques pas vers Evan, tu le regardes, sourire disparu :
Je pense qu'on devrait passer par l'infirmerie. Même si Amy n'est pas là, avoir du matériel de soin peut être aussi utile qu'une baguette.

L'école explose dans un tourbillon de frayeur avec cette attaque, et comprendre devient douloureux. Dans ton regard, tu demandes des explications sans dire mot. Tu voudrais, qu'il le fasse de lui-même. Tu ne sais pas,
alors tu attends
un déclic
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Château non-coopératif

Message par : Evan, Sam 29 Avr 2017 - 10:41







Je regardais se dérouler sous mes yeux, un manège de sentiments dont je ne percevais toutes les effluves. Azaël s'était rué vers la nana, Kohane, celle à qui j'avais offert mon cœur. En même temps, je me rappelais l'attaque de la cabane hurlante, déjà ils avaient été proches ces deux là. Je me demandais bien quel était leur lien ! Déjà qu'Azaël était peut-être le frère d'Alhena, manquerait plus que la mioche soit aussi de sa famille. J'avais le chic, pour entamer des rencontres avec des personnes que je ne pensais jamais revoir, et qui se retrouvaient comme par magie accrochées à ma vie.

Je n'entends pas tout ce qu'il se dit, me préoccupant principalement d'Alhena, dont j'espérais intérieurement qu'elle ne m'en voudrait pas que je ne l'aie pas prévenue de l'attaque. Car je connaissais un peu son caractère maintenant, et vu que je lui avais dévoilé mes Ténèbres, il y avait fort à parier que j'en entendrais parler, de cette journée. Alors que je ne savais même pas comment elle se terminerait. On ne savait pas, non. Nous les Ténèbres, on devait juste entrer à Poudlard et...

Qu'est-ce qui se jouait aujourd'hui ? Ni LUI, ni moi ne le savions. Où étaient mes vrais amis ? Où étaient les Mangemorts ? Qu'est-ce qui se jouait réellement ?

Je n'avais qu'une hâte, m'enfuir de l'école, retourner à Hollow Bastion, voir que mes compagnons étaient tout sains et saufs, et démêler calmement tous les fils de cette histoire. Je vois Alhena qui use de sortilèges pour soigner la nana au cœur. Je ne comprends pas tout. Mes pensées vers les Ténèbres.

Mon regard se posa un instant sur Eurydice, elle qui ressemblait tant à Alhena, bien que plus jeune, et certainement plus effrontée. Elle avait l'air de mieux se porter que quand j'étais passé, bien que je n'avais pas vraiment pris la peine d'analyser la situation. Je lui fis un sourire, en repassant le souvenir de notre escapade dans ma tête.

Et je reviens à la réalité, en entendant sa voix. Elle est là, à ma hauteur, je reste accroché à ses émeraudes, ses mots se répercutant dans mon esprit comme un écho sur les murs. J'entends "Infirmerie", "Amy". Je fais un signe oui de la tête, mais je suis confus. Voulait-elle que je guide les élèves ? Je ne savais plus. Je pensais, aux mangemorts, à mes amis. Je fermais les yeux, pensif quelques secondes, ne pas être perdu dans mon monde obscur.

- Je... Tu veux aller l'infirmerie tu es sûre ? Elle en a réellement besoin ? fis-je en lançant un regard à celle qui avait reçu mon cœur. On peut y aller oui, mais il y a peut-être d'autres pièges par là-bas.

Tout était confus. Je connaissais l'emplacement des pièges, tous sans exception. J'avais participé au schéma. Mais là je n'analysais plus, je ne savais plus. Comme si le château était devenu un labyrinthe où je n'étais jamais venu. Un bourdonnement étrange dans la tête. Il était temps que tout cela s'arrête. Cette journée. Que la vérité, du moins celle de mon Ordre, n'arrive. Car ce n'était clairement pas pour les élèves que je m'inquiétais, Alhena oui, et peut-être mes collègues professeurs.

Mais je restais Ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Château non-coopératif

Message par : Ian Benbow, Mar 27 Juin 2017 - 11:47


- Je prends le sujet, si soucis MP. Suite direct de ce RP (qui n'est pas encore terminé, on sait :mm: ) - RP avec Azé. J'ai son LA.

À peine le sujet clos, Nyx et Elina renvoyés vers leur salle commune respective, Azénor prenait la direction des escaliers afin de mettre le plus de distance possible entre-nous. Sans trop y réfléchir, je me jettes à suite, me forçant à adapter une allure élevée, vu la vitesse à laquelle la directrice des rouges et ors s'empressait de disparaître. C'était au prix d'un gros effort que j'arrivais à me stabiliser à sa gauche, sans prononcer le moindre mot, mais avec une respiration saccadée signe de mon essoufflement. Elle me savait à ses côtés mais ne daignait même pas me jeter un regard. Et ça avait été la même chose durant notre accrochage avec les deux élèves bagarreuses. Azénor ne m'avait pas adressée la parole une seule fois durant tout cet épisode.

J'étais agacé par la situation, et c'était ce qui m'avait poussé à me lancer à sa suite, faisant fi de mes intentions antérieures : soit couper les liens qui avait pu nous unir ces derniers années. Azénor, elle, semblait bien partie pour ne jamais faire marche arrière, plutôt déterminée à prétendre ne jamais m'avoir connu, ni même à admettre ma présence à ces côtés. Je la suivais tant bien que mal, sans prononcer le moindre mot encore. Presqu'une semaine sans s'adresser la parole, à s'éviter à chaque fois que l'un remarquait l'ombre de l'autre au détour d'un couloir. Ce n'était pas une façon de vivre. Nous étions collègues, il fallait apprendre à cohabiter.

Alors je le savais, j'allais à l'encontre de mes objectifs. Si j'avais été odieux envers elle, c'était justement pour me retrouver dans cette situation. Sauf que. Je n'avais pas prévu de me sentir si coupable. Je m'étais préparé à une chose, et c'était l'inverse qui se produisait. Savoir que cette relation était devenue impossible, et que le refus venait d'elle et non de moi, me poussait à tenter davantage. J'y avais réfléchis toute cette semaine, dur de penser à autre chose quand on se retrouvait, chaque soir, seul face à une bouteille de whisky. Et, pour le moment, je restais aussi paumé que la semaine dernière. Avec une Azénor qui me détestait, et aucune chance de la reconquérir si, un jour, l'envie m'en prenait. J'en étais arrivé à la conclusion suivante ; ne sachant pas si oui ou non je souhaitais nous offrir une chance, je me devais de remonter dans l'estime d'Azénor.

De ma main droite, j'attrapais son bras gauche, stoppant sa progression. Je la regardais droit dans les yeux, et elle ne se retournait pas, fixant droit devant elle au lieu de se retourner dans ma direction. Je soufflais bruyamment, souhaitant lui faire entende mon exaspération face à la situation. Le sol se mit alors à bouger, je jetais un regard autour de nous, et ne voyait que du vide. Nous étions dans les escaliers, un de ceux qui bougent et nous emmène à l'opposée de notre destination. Sans un mot, je suivais l'avancement de l'escalier, me demandant quelle destination il nous réservait.

Finalement, il se stoppait net face au palier le plus haut de tous, ce dernier menant à un cul de sac au 7ème étage. Nous ne pouvions pas aller bien loin, bloqué jusqu'à ce que l'escalier n'en décide autrement. Je souriais. Coup de pouce du destin.

- Ça va nous donner un peu de temps pour discuter.. Ma voix était calme et posée, je souhaitais démontrer à la belle que mon objectif était d'apaiser la situation. S'il te plaît.. Azé.. écoute-moi.. Retourne-toi bordel !

Je m'emballais un peu face au manque de réaction de mon interlocutrice.

- J'aimerai te faire des excuses.. J'ai été c*n, ça va !

J'élevais la voix sur la fin.


Dernière édition par Ian Benbow le Mar 27 Juin 2017 - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
DirectionGryffondor
Direction
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens


Re: Château non-coopératif

Message par : Azénor Philaester, Mar 27 Juin 2017 - 13:03



J'avais envie que tout ça se termine, et vite. Je pensais pas qu'il allait débarqué, certainement pas. Et je m'en suis voulu de ne pas en être totalement indifférente. Mais je ne lui ai rien offert, pas même un regard. Et puis je me suis donc enfuis, marchant du plus vite possible.
Puis il m'a rejoint, presque instantanément. Il me suit désormais à la trace, jonchant mes pas à mes côtés. Mais j'ai même pas envie de le regarder. Je ne sais même pas si j'ai envie de régler cette affaire. Après tout il n'y a peut-être rien à régler. Peut-être que tout est finit, et que c'est mieux comme ça. Et puis je l'oublierai avec le temps, il ne sera que Ian Benbow, un collègue parmi les autres. Mais c'est pas facile, quand on ressasse le soir avant de s'endormir, les souvenirs d'une rencontre particulière. Mais voilà une bonne semaine que l'histoire du Lac est passée. Une semaine donc que je suis seule, et finalement je m'y suis fait. C'est dur, c'est sur. Mais j'accepte les épines de la rose, je l'ai déjà dis.
Il emprunte toujours les mêmes directions que moi, sans un mot. Je vois clair à son petit jeu, de toute façon. L'inaccessible attire pas vrai. Alors je crois que je suis devenue un nom en or à graver sur son calepin, depuis cette histoire au Lac. Les femmes que l'on peine à avoir sont celles que l'on veut le plus, il paraît. Mais moi je voyais bien plus que ça dans tes yeux Ian, bien plus. Mais je me suis trompée. Deux d'un coup, une rupture, un chute tombée de haut. Le précipice de ma vie qui se détache alors que je reste immobile, attendant qu'on m'attrape et me sauve. Pathétique n'est-ce-pas.

Puis tu me sers le bras gauche. Geste qui provoque immédiatement quelque chose en moi, bien plus que mes yeux vers le ciel que j'arbore quelques courts instants. Tu m'as fait m'arrêter, t'es content. Je sens que tu me regardes, avec insistance qui plus est, mais alors pour que je te regarde à mon tour, tu t'mets le doigt dans l’œil Ian Benbow. C'est trop dur, je te dis, j'arriverais pas à affronter tes émeraudes perçantes auxquelles je pense, pensais. Un souffle lourd de ta part, ouais je vais jouer à la gamine, ne t'inquiètes pas pour ça, j'suis pas trop mal dans ce rôle là.
Et je sens le sol gronder sous nos pieds. Ah, on est dans les escaliers. Bien sûr il fallait qu'ils n'en fassent qu'à leur tête à ce moment précis. Un coup de chance, un coup du destin, je n'en sais trop rien.
Je sais pas bien où en est. Mais on a qu'une seule destination où aller. Tout droit, vers la terre ferme. Alors que je m’apprête à monter les quelques marches restantes, Ian m'offre le son de sa voix, et je m'en mords l'intérieur des joues.
- Ça va nous donner un peu de temps pour discuter.. -hein, pourquoi?, tu rêves-
- S'il te plaît.. Azé.. écoute-moi.. Retourne-toi bordel ! -pas un geste-
- J'aimerai te faire des excuses.. J'ai été c*n, ça va !

C'est ça le problème Ian. T'as été con oui, mais tu le seras toujours, parce que t'es qu'un gros con. C'est tout ce que tu es. Dans un long soupir, je résiste. Je résiste à me jeter sur toi pour te frapper ou tout l'inverse, puis je monte deux par deux les marches qu'il reste. J'arrive en haut de l'étage, et je m'insère dans le couloir. Mais. Quelques coups d’œil... On est au cul de sac du septième étage, bien-sûr. C'est donc pour ça, le " ça va nous donner le temps de discuter ". A croire que le destin veut vraiment nous aider, si tant est que tout cela ait besoin d'aide. Alors je retourne vers les escaliers, qui sont "malheureusement" toujours là...

Alors finalement, je daigne plonger mon regard dans le tien. Moi en haut des marches, toi un peu plus bas, je te domine cette fois. Tu viens me demander pardon, c'est pas banal pour toi, mais alors puisque tu n'es qu'un con, pourquoi as-tu besoin qu'entre nous, ça se reconsolide?
Une voix froide et neutre. Je prétends n'en avoir rien à foutre alors que j'exulte de joie à l'intérieur. C'est ch*ant j'ai jamais voulu je te dis, avoir besoin de ton attention et de ton regard. Mais c'est comme ça, l'inaccessible attire, vraiment.
- Des excuses? Wow Ian Benbow s'excuserait-il sincèrement? T'as pas été con Ian, tu es un con, t'es que ça. Mais pour le coup, j'ai été la plus conne. A croire...A croire je ne sais quoi.
Mais pourquoi t'es là à me suivre, je comprends pas. Tu veux quoi Ian.

j'veux dire
tu veux quoi

Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Legilimens


Re: Château non-coopératif

Message par : Ian Benbow, Mar 27 Juin 2017 - 17:09


Même pas elle se retourne, cette dkejeiz. Elle me snob, comme si je n'étais qu'un vulgaire elfe de maison. Ça me donne pas vraiment envie de continuer, mais je me force à rester dans le coin, tout façon je peux pas aller bien loin m, parce que j'ai envie que cette tentative aboutisse à quelque chose. Alors je resté planté là, à observer son dos, ses long cheveux et ses courbes. Et j'attends qu'elle daigne enfin tenter le moindre geste, regard ou mot en ma direction. Après quelques secondes, et sans n'avoir ne serait-ce que reconnu ma présence, elle s'élève et va chercher de ses pieds le palier. Moi je reste bête sur mon escalier, en attendant qu'elle revienne. Je sais où ça mène là au-dessus, et ça ne va pas bien loin. Du coup, je sais qu'elle va me revenir. Et qu'elle craquera, en m'adressant la parole. J'essaie juste de ne pas sourire, pour pas me la jouer provocateur. Alors que j'en ai bien envie.

Très vite, j'entends le bruit de ses chaussures s'éclatant contre le sol fait de pierre du palier. Elle est de retour. D'abord, c'est sa tignasse brune qui fait irruption, et puis le reste de son corps. Et c'est là qu'elle se plonge à nouveau dans mon regard. Une drôle de sensation, que je me force à ignorer. Je suis appuyé contre la rampe d'escalier, avec ce sourire, que je n'ai pas pu retenir, forgé sur mes lèvres. C'est pas une bonne idée de me la jouer provocateur, mais je n'arrive pas à le faire disparaître. J'ai l'impression qu'elle va m'exploser à la gueule la petite, et ça sent pas bon pour moi.

- Des excuses? Wow Ian Benbow s'excuserait-il sincèrement? T'as pas été con Ian, tu es un con, t'es que ça. Mais pour le coup, j'ai été la plus conne. A croire...A croire je ne sais quoi.
Mais pourquoi t'es là à me suivre, je comprends pas. Tu veux quoi Ian.


Elle m'enfonce. C'est comme quand un clou est bien rentré, mais si tu t'acharnes dessus pour être sûr que jamais il ne pointera sa tête à nouveau. C'est vraiment l'effet que ça me fait, et j'en perds presque l'envie de me battre. J'ai envie de laisser aller, de m'asseoir en plein milieu et d'attendre que tout se remette à bouger, de pouvoir avancer à nouveau. Sans elle, apparemment. Sauf que, ma détermination ne s'est pas encore envolée. Ce que je veux, je l'obtiens. Et ne pense pas être différente des autres, Philaester. Je t'aurai. Sauf que cette fois, je ne te laisserai pas partir. Oui, mon cerveau s'est enclenché, il s'est décidé. La décision est prise, tu seras mienne. Je vais te montrer ce dont je suis capable. Et si tu veuw crier, je peux m'énerver aussi.

- Oui elles le sont. Et si je suis incapable de te le prouver maintenant, laisses-moi du temps. Je suis réellement désolé pour ce qui est arrivé au bord du lac.. je me suis laissé emporter, j'ai eu.. peur.

Ma voix perd de son calme, elle tremble légèrement à cause de l'énervement. Et de la honte aussi. Je n'ai pas l'habitude de m'ouvrir comme ça, et devoir le faire en plein milieu d'un couloir, alors que peut-être des élèves nous écoutent, c'est plutôt moyen. Lentement, je monte les marches, une par une, rejoignant à mon rythme Azénor. Je suis à ses côtés, tout en gardant bien mes distances. Je sens que sa main peut partir à tout moment, je veux être capable d'esquiver si tel est le cas.

- Qu'est-ce que tu croyais, t'imaginais, hein ? Que je deviendrai un gentil petit garçon, que du jour au lendemain je deviendrai un prince charmant ? Bah non, c'est pas moi ça. Moi je ne passes pas par quatre chemin. Je fais ce que je veux, peu importe que ça te plaise ou non. Si je veux quelque chose, je le prends.

Je m'approche d'elle, l'attrape à l'arrière de la nuque et lui donne un baiser fougueux.

Tu veux de l'amour, du romantisme ou de la classe ? Passe ton chemin Philaester.

WARNING WARNING, bad idea Benbow.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Château non-coopératif

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Château non-coopératif

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.