AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal
Page 4 sur 6
Cours N°2 : L'espionnage
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Ama Ilo
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Ama Ilo, Sam 12 Nov 2016 - 14:44


Les réponses s'enchaînent sans que le professeur ne fasse la moindre remarque. Le préfet des gryffons, assit juste à côté de Ama, évoqua l'utilisation de l'espionnage chez les aurors. La jeune sorcière avait à peine remarqué sa présence jusqu'alors, absorbé par son parchemin. Elle sentit ses joues chauffer tandis qu'elle réalisait qu'elle lui avait peut-être donné l'impression de l'ignorer. Les aurors. Elle ne connaissait pas grand choses d'eux. Ils étaient l'équivalent de la police... donc forcément, ils avaient fort à voir avec l'espionnage. Bien d'autres propos vinrent poursuivre la conversation, et bientôt le professeur prit la parole. L'espionnage. Un domaine vaste, un grand nombre de techniques. Ama commença à gratter sa plume sur son parchemin pour noter le résumé de Benbow par rapport à toutes les réponses qu'ils avaient fournis. Tout ce qui avait trait à l'espionnage dans le monde magique, Ama n'y connaissait rien, et elle se sentait un peu perdue. Mais la question que posa le professeur lorsqu'il eut fini son petit discours la fit sourire d'une oreille à l'autre. Un espion sans pouvoir, ça lui convenait déjà bien plus.

C'est d'abord un Serpentard qui réagit. Alors qu'il évoquait un accès à l'esprit d'une personne, Ama ne pu s'empêcher de déglutir. Le monde magique avait bien ça d'impressionnant, et même parfois de terrifiant. Elle l'écouta parler de fouiler la maison de la personne que l'on espionne et se rappela plusieurs aventures avec ses camarades d'enfance, à déambuler dans les appartements de leur professeur d'histoire dans l'espoir de lui dérober quelques friandises. Une Poufsouffle enchaîna, parlant de suivre une personne, et Ama pensa immédiatement à ce film qu'elle avait vu sur une vieille télé des années plus tôt. Des lunettes de soleil, c'était bien ça l'accessoire le plus important d'un espion. Des lunettes de soleil et un long manteau de couleur sombre. Et même, un chapeau. Sinon on se faisait repérer tout de suite. C'est d'ailleurs ce qui fut évoqué juste après par une Serpentard de dernière année. Maquillage, rembourrage, costume. Puis c'est un Poufsoufle qui prit la parole. Ama se souvenait de son nom, Alexander. Il évoqua le système électronique des moldus, micros, caméras. Le monde des moldus avaient aussi sa part d'effrayant après tout.

Nya prit ensuite la parole, mais ce qu'elle dit, Ama n'y comprit qu'un mot sur quatre. Darknet ? Intraçables ? Adresse IP ? Ama n'avait pas assez de connaissances en informatiques... très clairement. Cette fille s'y connaissait drôlement. Le Serdaigle qui parla ensuite frappa encore plus fort en évoquant les sattelites qui circulaient autour de la Terre, et Ama s'affaissa dans sa chaise. Qu'est-ce qu'elle pouvait bien ajouter à toutes ces informations ? Elle repensa à la question du professeur. Vous ne possédez aucun pouvoir... On vous demande de rapporter des informations sur votre professeur de DCFM. Ils avaient parlé de filature, ils avaient parlé de fouiller son lieu de vie, ils avaient parlé de se déguiser, de se cacher, ils avaient même parlé d'utiliser des caméras et des micros... Et puis de toutes manières, l'espionnage chez les moldus il se faisait quasiment plus que par l'informatique. Les téléphones, les ordinateurs, tout y passait. Et tout ça, ça n'existait pas chez les sorciers. Ama leva finalement la main, presque timidement, ce qui n'était pas vraiment dans ses habitudes.

- Comme l'ont évoqué les autres, les techniques d'espionnage chez les moldus sont presque toutes lié à l'électronique... On espionne les téléphones des gens, toutes leurs conversations, on espionne leur activité sur internet, on accède à leurs photos, on utilisents des micros, des... mouchoirs ? Et puis on peut utiliser tout le réseau de caméra qui existe un peu partout... Mais si on voulait vous espionner vous à la moldu, on pourrait pas utiliser tout ça, parce que ça marche pas dans le monde magique. Alors il faudrait qu'on utilise des techniques de filatures, on pourrait écouter vos conversations à travers des murs en posant un verre dessus, à l'envers vous savez ? C'est pour qu'on entende mieux... Ou alors on pourrait carrément se déguiser et venir vous poser des questions, se faire passer pour quelqu'un d'autre. Mais faudrait un bon déguisement. Et puis on peut fouiller votre bureau un jour que vous êtes pas là.

Ama se tut abruptement. Une fois de plus elle s'était laissé aller, et elle avait trop parlé. Elle s'affaissa de nouveau sur sa chaise et commença à triturer nerveusement une boucle de ses cheveux.
Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Amy Jackson, Lun 14 Nov 2016 - 16:45


Une fois que tous les élèves eurent répondu le professeur reprit la parole:

Ok, on va résumer tout ça. Comme l´a expliqué Monsieur Vacuitas, l'espionnage est un domaine très vaste, regroupant un très grand nombre de techniques. Il est impossible pour nous de toutes les étudier, c'est pourquoi j'en ai sélectionné quelques-unes. Avant ça, revenons-en à la définition du concept en lui-même. Comme l'a très brièvement expliqué Monsieur Underlinden, l'espionnage est la recherche et la collecte d'information. Mais quelle genre d'information ? Cela dépend de votre mission. Un Auror utilisera l'espionnage pour tenter de découvrir l'identité d'un mage noir, un mangemort pourrait l'utiliser contre un Auror afin de connaître son adresse, ou encore pour trouver une personne proche de l'Auror qu'il pourrait utiliser comme un moyen de pression, etc etc..

Bon cette question ne posait pas beaucoup de problèmes à Amy puisqu'elle avait grandi chez les moldus, malheureusement pour elle, alors qu'elle finissait de prendre des notes plusieurs élèves levèrent la main. Un Serpentard prit la parole en premier et parla de l'infiltration, se fut ensuite une Poufsouffle qui prit la parole puis une autre Serpentarde qui parla de déguisement. Un Poufsouffle aborda ensuite le sujet des micros ce qui fit soupirer Amy qui espérait être la seule à connaître cette technologie moldu et donc pouvoir en parler. Les réponses d'après donnée par une Gryffondor et un Serdaigle confirmèrent son erreur puisque la jeune fille parla d'informatique et de piratage et que le préfet expliqua rapidement le fonctionnement des satellites. Enfin une Gryffondor reparla de la filature et du déguisement. Arrivée à ce stade du cours Amy avait l'impression que tout avait été dit et ne voyait pas ce qu'elle pourrait apporter de nouveau mais il fallait bien qu'elle participe alors après un petit moment d'hésitation elle se lança:

-Je suis désolée Professeur mais je ne vais pas être très originale. Si je devais vous espionnez sans avoir de pouvoirs et sans avoir accès aux technologies molus qui ne fonctionnent pas chez les sorciers, et bien... Je commencerais par vous suivre afin de collecter le plus d'informations possibles sur vous et vos habitudes, puis une fois que ma filature ne m'apprendrait plus rien je commencerais à faire des recherches. Je m'arrangerais pour avoir accès à vos bulletins, vos relevés bancaires, vos dossiers, bref tous ce qui serait suceptible de m'apprendre quelque chose de nouveau sur votre vie. Si je n'obtiens pas assez d'informations je pourrais aussi me faire engager comme femme de ménage ou secrétaire pour avoir accès à votre domicile ou à votre bureau. déclara Amy.

La Poufsouffle espéra que même si sa réponse ne différait pas vraiment de celle des autres, elle n'était pas trop redondante aux yeux du professeur et qu'elle lui conviendrait.
Revenir en haut Aller en bas
Trystan J. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Trystan J. Harper, Lun 14 Nov 2016 - 17:51



L'espionnage
— COURS de DCFM



Ma réponse donné sur ce qu’était l’espionnage et qui s’en servaient, j’avais laisser mon dos retomber sur le dossier de ma chaise, croisant mes bras sur ma poitrine d’un air blasé. Les parties théoriques des cours n’avaient jamais vraiment été mes moments préféré passé en classe. Être obligé de rester assis sur une chaise en bois, confiné à rester immobile, à écouter ce que les autres pouvaient bien avoir à dire… C’était long, ennuyant et complètement exaspérant. J’avais envie de bouger, de me dégourdir les muscles que je sentais devenir douloureux à force de tant d’effort à rester tranquille. M’étendant sur le bureau, tournant ma plume entre mes doigts et faisant sauter mes genoux sous la table, j’avais fait tout mon possible pour rester concentré… Ce qui n’était pas chose facile.

Par chance, il y eu enfin un peu d’action lorsqu’une Serdaigle du nom d’Harmony, prit la parole pour défendre son opposition à la précédente réponse d’Elise Green. Selon la bleu et bronze, l’espionnage n’était pas l’arme des puissant. Elle prétendait qu’elle plutôt celle des lâches. Celle de ceux qui manquaient de courage pour demander, eux-mêmes, une information.

«…Et les secrets d'une personne ne peuvent pas conduire à la mort ! On peut les manipuler avec, leur faire du mal, leur soutirer de l'argent même mais ça n'est vraiment pas aussi grave d'un sortilège de mort !»

M’étirant le cou pour mieux voir la sorcière, j’eu l’impression qu’elle en savait beaucoup plus long sur le sujet qu’elle en laissait entendre. Elle avait dit, la fin de sa dernière phrase, avec tant de conviction et d’émotion dans la voix, que l’idée qu’elle puisse en avoir fait l’expérience – en tant que victime – me traversa l’esprit. Elle semblait connaitre les ravages d’un secret révélé, mais quelque chose dans son évocation du sortilège de la mort, me laissa perplexe. C’était comme si la simple pensé de ce sortilège la faisait trembler de peur et j’ignorais totalement les raisons qu’elle pouvait cacher derrière cela – d’où ma soudaine curiosité…

«Je dirai que vous êtes toutes les deux dans le vrai, mais également dans le faux. Miss Lin, vous avez probablement raison en disant que l'espionnage n'est pas exclusivement l'arme des puissants, mais d'un autre côté dire qu'il faut être lâche pour espionner quelqu'un est complètement faux. Allez demander à un mangemort de vous dire qui il est, ou l'emplacement de son QG et revenez, si vous le pouvez encore, me donner sa réponse. L'espionnage peut vous permettre d´obtenir ce genre d'information. S'il est utilisé efficacement. Par contre Miss Green, s'il est vrai que les secrets sont des armes dangereuses, je suis d'accord avec Miss Lin pour dire que ça ne vaut pas un sortilège de la mort.»

Le professeur Benbow avait sourit à Elise, avant de poursuivre la collecte des réponses des dernier élèves sur leur propres définition de l’espionnage. Dans un soupir résigné, j’étais retourné à ma position étendue sur mon bureau – le menton posé sur la surface fraiche de la table – et avais recommencé à tourner ma plume entre mes doigts, la fixant d’un regard distrait. Seul deux élèves s’exprimèrent encore avant que le maitre de la Défense contre les forces du mal se lance dans un résumer plutôt long et ardu sur les informations cités plus tôt et quelques ajustements de son cru. Si je portais une attention vague à seulement quelque bride de son discourt, j’étais bien loin d’être suffisamment alerte pour en prendre des notes – comme le faisait ma voisine de table, Ama, dont la plume grattait frénétiquement le parchemin à côté de moi. Peut-être accepterait-elle de me prêter ses notes s’il s’avérait que j’en ai besoin un peu plus tard ?

«…Alors, je vais vous demander d'imaginer que vous ne possédez aucun pouvoir et que l'on vous demande de rapporter des informations sur votre Professeur de DCFM, comment vous faites ?»

La fouille de sa maison, de son bureau de ses appartements privés. La recherche de documents sur des souvenirs matériels qui renverraient à des évènements passés consignés dans son esprit. La filature, les renseignements consignés par ses proches. L’art du déguisement, du maquillage, du rembourrage. La technologie… *La quoi ?!* J’avais tourné un regard intérogateur, les sourcils froncés, vers Nya O’Neal qui fut la première à aborder un aspect des moldus que je ne connaissais absolument pas… Après tout, j’avais grandit dans une famille anti-moldu… Il ne fallait pas s’attendre à ce que j’en connaisse beaucoup sur eux. La Gryffondor déballa alors un discourt sur un certain «darknet», un «réseau informatique», une «adresse IP»… Si j’avais, d’abord, essayé d’écouter et de comprendre quelque chose à sa réponse, j’avais bien vite fini par abandonner. C’était du chinois tout ça… Il n’y avait rien à comprendre ! Ennuyant…

Déposant ma plume, j’avais sorti ma baguette magique de la poche intérieure de ma robe de sorcier et en avait pointé l’extrémité sur l’objet d’écriture. Faisant tourner, d’elle même, la plume tel un toupie sur mon parchemin encore vierge, j’avais finalement levé la main pour prendre la parole. Tant qu’à n’avoir rien de mieux à faire, autant tenter une réponse…

«Si je n’avais pas de pouvoir magique, en plus de tout ce qu’ont cité mes camarades de classe, avant moi, ils avaient cités quoi déjà ? Bah peut importe, je glisserais subtilement une goute de véritasérum dans votre jus de citrouille du matin et vous poserais toutes les questions auxquels je cherche les réponses.»

Revenir en haut Aller en bas
Sora Okinawa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Sora Okinawa, Lun 14 Nov 2016 - 21:45


Une seule personne pris la parole à ma suite. Un Serpentard, si je ne me trompe pas. Sa réponse fut courte, mais correcte puisque tout ce qu'il disait s'avérait vrai. Mes yeux s'étaient plongés d'eux même dans ceux du professeur au moment où j'avais exposé ce que je savais sur l'espionnage. Son attitude plutôt neutre me laissait penser qu'il avait assimiler ma réponse avec ce même entrain qu'il affichait depuis le début du cours, mais quelque chose dans son attitude me laissait penser qu'il n'était pas totalement convaincu par ma réponse. Même pas du tout, en fait. C'est comme s'il s'efforçai à garder une expression neutre sur son visage. Malheureusement, personne n'est un professionnel pour dissimuler ses émotions, et ma capacité d'analyse me permettait de saisir presque tout, que ce soit consciemment ou inconsciemment. Par exemple, ici, c'était plus mon inconscient qui me dictait que quelque chose clochait dans la réaction (ou plutôt l'absence de réaction) de professeur Benbow. Préférant y repenser un peu plus tard, je commençai à me focaliser sur ce que le professeur disais. J'en avais loupé un bout, mais bon. C'est pas compliqué de reconstituer les pièces manquantes du puzzle.

- Ok, on va résumer tout ça. Comme l'a expliqué Monsieur Vacuitas, l'espionnage est un domaine très vaste, regroupant un très grand nombre de techniques. Il est impossible pour nous de toutes les étudier, c'est pourquoi j'en ai sélectionné quelques-unes. Avant ça, revenons-en à la définition du concept en lui-même. Comme l'a très brièvement expliqué Monsieur Underlinden, l'espionnage est la recherche et la collecte d'information. Mais quelle genre d'information ? Cela dépend de votre mission. Un Auror utilisera l'espionnage pour tenter de découvrir l'identité d'un mage noir, un mangemort pourrait l'utiliser contre un Auror afin de connaître son adresse, ou encore pour trouver une personne proche de l'Auror qu'il pourrait utiliser comme un moyen de pression, etc etc..

Première petite pause, Benbow-sensei reprit de plus belle son discours quelques instants plus tard :

- Même s'il est vrai que l'espionnage peut être utile à n'importe qui, il existe tout de même des métiers auxquels la pratique de l'espionnage reste indispensable. J'ai déjà parlé des Aurors, mais il existe aussi des détectives privés. Ils sont beaucoup plus répandus chez les moldus que chez nous, mais ils ont fait de l'espionnage leur métier. C'est-à-dire qu'ils ne font que ça. Même si, bien sûr, ils ne le vendent pas en tant que tel. On m'a parlé d'espionnage industriel, ce dernier est fréquemment utilisé chez les moldus. Bien qu'il soit interdit. Comme je l'ai déjà dis, l'espionnage est un domaine tellement vaste qu'il est impossible pour moi de vous en donner une définition complète. Néanmoins, je pense que vous en savez assez pour l'utilisation que l'on en fera dans le cadre de ce cours.

Pause. Encore. Instant suspendu, puis reprise :

- Passons aux points suivants. Les techniques. Niveau espionnage, les moldus sont désavantagés par rapport à nous. Ils ont tout de même réussi à compenser leur manque de magie en développant des techniques particulières qui ne demande pas de pouvoir. Je trouve qu'il est intéressant d'en connaître quelques-unes. Alors, je vais vous demander d'imaginer que vous ne possédez aucun pouvoir et que l'on vous demande de rapporter des informations sur votre Professeur de DCFM, comment vous faites ?

Plusieurs réponses partirent. Je m'en fichait pas mal, pour l'instant je réfléchissais. Prenant comme base les shinobis, je m'efforçais de synthétiser tout pour donner une réponse rapide. Je voulais changer de mode de réponse, pour voir si Benbow-sensei allait réagir ou non. Prenant la parole après mes camarades, j'expliquai mon point de vue.

- Le camouflage. Savoir se camoufler, se dissimuler, c'est la clé pour un espionnage réussi sans utiliser de magie. Utiliser l'environnement et ses compétences pour passer inaperçu et ainsi se rapprocher le plus possible de sa cible pour en apprendre plus, c'est sans doute un des meilleurs moyens d'espionner quelqu'un.

Voilà mon point de vue. J'avais le regard fixe, attendant avec impatience la réaction de Benbow-sensei.
Revenir en haut Aller en bas
Elise Green
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Elise Green, Mar 15 Nov 2016 - 15:26


- Je dirai que vous êtes toutes les deux dans le vrai, mais également dans le faux. Miss Lin, vous avez probablement raison en disant que l'espionnage n'est pas exclusivement l'arme des puissants, mais d'un autre côté dire qu'il faut être lâche pour espionner quelqu'un est complètement faux. Allez demander à un mangemort de vous dire qui il est, ou l'emplacement de son QG et revenez, si vous le pouvez encore, me donner sa réponse. L'espionnage peut vous permettre d'obtenir ce genre d'information. S'il est utilisé efficacement. Par contre Miss Green, s'il est vrai que les secrets sont des armes dangereuses, je suis d'accord avec Miss Lin pour dire que ça ne vaut pas un sortilège de la mort.

Je hoche la tête et prend en note ce que vient de dire le professeur, sur un coin de mon parchemin. Nous passons ensuite à une partie un peu plus... non, pas pratique, mais plus artistique. L'espionnage est un art. Un art dans lequel je suis presque sûre de ne pas briller. Encore une fois, ma hâte de voir ce que va nous proposer Benbow dans l'exercice pratique prend le dessus et je me remet à m'intéresser au cours, laissant de côtés les fleurs lascives de mon parchemin.

Là, le professeur se lance dans une grande tirade sur l'espionnage. Je trempe ma plume en acquiesçant lentement puis commence à prendre de nouvelles notes.

- Ok, on va résumer tout ça. Comme l´a expliqué Monsieur Vacuitas, l'espionnage est un domaine très vaste, regroupant un très grand nombre de techniques. Il est impossible pour nous de toutes les étudier, c'est pourquoi j'en ai sélectionné quelques-unes. Avant ça, revenons-en à la définition du concept en lui-même. Comme l'a très brièvement expliqué Monsieur Underlinden, l'espionnage est la recherche et la collecte d'information. Mais quelle genre d'information ? Cela dépend de votre mission. Un Auror utilisera l'espionnage pour tenter de découvrir l'identité d'un mage noir, un mangemort pourrait l'utiliser contre un Auror afin  de connaître son adresse, ou encore pour trouver une personne proche de l'Auror qu'il pourrait utiliser comme un moyen de pression, etc etc..  

Il fait une pause, certainement pour titiller notre patience. Allez, tu t'es lancé, termine maintenant, ne laisse pas ça en suspens, je déteste le suspens. Après avoir laissé le temps à tous et à toute d'assimiler son "récit", il reprend sur un aspect plus moldu et moins magique de l'espionnage. Après voir pris quelques nouvelles notes, je lâche ma plume et observe un peu la classe. Ils ont tous l'air suspendus à ses lèvres. Enfin, Benbow nous demande de lui donner des techniques d'espionnage... moldues. Quoi ? Mais ça n'a aucun sens, on est pas des moldus. Les baguettes et les capes d'invisibilités ne sont pas là pour rien...

- Passons aux points suivants. Les techniques. Niveau espionnage, les moldus sont désavantagés par rapport à nous. Ils ont tout de même réussi à compenser leur manque de magie en développant des techniques particulières qui ne demande pas de pouvoir. Je trouve qu'il est intéressant d'en connaître quelques-unes. Alors, je vais vous demander d'imaginer que vous ne possédez aucun pouvoir et que l'on vous demande de rapporter des informations sur votre Professeur de DCFM, comment vous faites ?

C'est alors que je pars dans ma bulle, quelques instants. Comment espionner un professeur sans utiliser la magie ? En le suivant partout je suppose. Je m'imagine, un journal troué au niveau des yeux, espionnant Benbow dans ses moindres déplacement... Je pourrais questionner sa petite amie... si tant est qu'il en a une... Beaucoup énumèrent des trucs de moldus, comme des téléphones ou autres subterfuges. J'aime pas les moldus, je ne vais pas en plus m'intéresser à leurs coutumes ! Après avoir écouté quelques propositions, je lève à mon tour la main.

- Excusez moi Professeur Benbow, mais étant issue d'une famille très conservatrice, je ne connais strictement rien aux... coutumes moldues. Alors je dirais simplement que pour obtenir des informations sur... vous, je pourrais questionner votre petite amie. Heu, enfin vos proches quoi. Et pourquoi pas cambrioler votre maison aussi. Oui, là, il doit y avoir pleins de trucs intéressants.

C'est un peu osé quand même. Mais c'est la vérité !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Invité, Mer 16 Nov 2016 - 0:20



Pour pas changer, le voici de nouveau dernier. Il commençait à s’y habituer… ça en devenait presque réconfortant. Sorte de routine monocorde, avec un tempo similaire à celui du quotidien. Le sien, en tout cas. C’était pas déplaisant, mais pas nécessairement agréable non plus.
Il préférait la fantaisie. Le rire qui jaillit. Des boucles désordonnées, des vêtements de poussières de rochers et des pieds usés.

Oui, il préférait tout cela… Il se mentirait à lui-même, s’il disait préférer la routine.
Il la haïssait, viscéralement.


Mais, son état avait quelque peu changé, depuis son dernier instant éveillé. Il avait en effet prêté l’oreille aux dires de son professeur… C’était déjà quelque chose ! ça lui avait permis de confirmer (encore une fois) le relent d'observation suivant : que Vacuitas et lui étaient toujours placés l’un à côté de l’autre. Pas devant, ou derrière, à côté. La preuve : ils avaient le même badge épinglé à la poitrine.
D’un regard furtif, il considéra un instant la figure de ce Chevalier noir, à la baguette sombre… Frère ennemi ? Potentiel allié ? Ça restait à définir. Au cours d’une prochaine rencontre, qui sait ? Ce n’était pas graver dans le marbre.
Ça faisait beaucoup de changement, quand on y regardait d’un point de vu rétrospectif… C’était pas désagréable…

Un coup d’œil à sa voisine, un autre au parchemin désormais noircit de notes diverses, puis un autre pour son poignet qui commençait à devenir douloureux.
Il cessa d’écrire, et plaça sa plume dans l’encre.
Il était temps de répondre, visiblement…

Mais pour quoi dire ? Les autres avaient déjà fait un assez bon travail, à son sens. Enfin… C’était ce qu’il semblait être… Peut-être… ? A vrai dire, la question était assez compliqué pour lui, et il ne pouvait que rejoindre l’état d’esprit d’une Gryffondor, pas loin (Elise Green) sur la question…
Il était l’un de ces grands ignorants du monde moldu.
Parce que ça lui faisait peur. Ça lui avait fait peur. Sorte de menace qui lui pesait dessus. Maintenant, il tâchait de s’en détacher, mais c’est comme les angoisses, ou les tâches façon McBeth… ça avait la fâcheuse tendance d’avoir des propriétés indélébiles…

En résumé : il n’y connaissait rien, aux techniques d’espionnage moldu. Le préfet de Gryffondor avait amplement raison ! Suffisait de se procurer du Véritasérum (car, les enfants, n’essayez pas de concocter une potion magique à la maison, si vous êtes un Moldu. Ça marchera pas. Les Potions, c’est pas de la cuisine non plus.) et d’en mettre une p’tite lichée dans… Le verre de whisky du prof.
Parce que, clairement, l’avait pas une tronche à picoler du jus de citrouille bio, issu du commerce équitable.
Ouais, il aimait les préjugés.

Pis, décidément, les hippopotames attiraient son attention pendant ce cours… En voilà une (Nya O’Neal), près d’une de ses camarades de Serpentard (Aileen O’Leary), qui s’était mise à divaguer… « Ordinateur », « Darknet », « piratage » ? Pardon ? C’était quoi tout ça ?
Il la fixait, de loin, le regard glauque, vitreux, incrédule. Etait-il le seul dubitatif face à ce verbiage insensé et incongru ? Et dire que certains le trouvaient perché… Il était pourtant bien éloigné de cette rouquine, côté perche éloignée de la réalité !

Son regard retourna un instant sur Vacuitas. Y Semblerait qu’il y avait un brin de litige dans l’air, mais il ne saurait trop dire si cela émanait des autres ou de lui.
Enfin, il revint vers le prof’. Sa tronche lui était moins sympathique que celle de Peverell.
Tant pis.

« - Comme l’on dit mes camarades, sans pouvoirs magiques, il faut savoir ruser et utiliser au mieux les moyens mis à notre disposition…

Moui, ça commençait bien…
Pas très folichon, mais pas faux non plus.

Si je devais vous espionner, façon sans-pouvoirs, j’irai me cacher sous votre lit et je vous observerai pendant votre sommeil. C’est là, où l’être humain est le plus vulnérable et où il est le plus disposé à se fissurer.

Fugace fantôme de sourire sur la face. »

Et il se tût.
Pas trop le moment d’en dire plus.
Si ?

« - Ou alors, je me contenterai de vous chatouiller la plante des pieds, jusqu’à ce que vous m’ayez révéler tous vos secrets. »

Il n'avait jamais su rester sobre, quand il était question de rhétorique.
Revenir en haut Aller en bas
Harmony Lin
avatar
Responsable AdminHarryPotter2005
Responsable Admin
HarryPotter2005
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : - Loup-Garou
- Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Harmony Lin, Mer 16 Nov 2016 - 20:39


Juste après que j'ai pris la parole et baissé la tête, Riri semble le voir puisque, tout bas, il m'adresse la parole.

- C'est bien d'avoir ses idées et les assumer. Ais pas peur de ce que tu dis, ce que tu dis c'est ton reflet. Pourquoi a voir peur de ton propre reflet dans ce cas ? Tu as cas te lancer juste après moi t'en fais pas.

Je lui fais un sourire, touchée qu'il ait vu par un simple mouvement de ma tête que je n'étais pas très fière de ce que j'avais dis. Que j'avais un peu peur. Mais avant d'avoir pu dire quoi que ce soit, M. Benbow réplique à ma réponse. Il ne manquait plus que ça... Vais-je me faire gronder ?

- Je dirai que vous êtes toutes les deux dans le vrai, mais également dans le faux. Miss Lin, vous avez probablement raison en disant que l'espionnage n'est pas exclusivement l'arme des puissants, mais d'un autre côté dire qu'il faut être lâche pour espionner quelqu'un est complètement faux. Allez demander à un mangemort de vous dire qui il est, ou l'emplacement de son QG et revenez, si vous le pouvez encore, me donner sa réponse. L'espionnage peut vous permettre d´obtenir ce genre d'information. S'il est utilisé efficacement. Par contre Miss Green, s'il est vrai que les secrets sont des armes dangereuses, je suis d'accord avec Miss Lin pour dire que ça ne vaut pas un sortilège de la mort.


Oui. Certes. J'ai peut être été un peu dure dans mes propos. J'aurais du plus nuancer ce que je disais. Et puis c'est vrai que, pour découvrir l'identité du tueur de mon grand-père, je ne vais certainement pas lui envoyer une lettre en lui demandant de le rencontrer. Ce serait tout bonnement stupide. Par contre l'espionnage peut m'aider à atteindre mon but. Je souris, ayant trouvé soudain un réel avantage au cours de ce jour. Je note les quelques mots qu'il a évoqué puis je repose ma plume afin d'écouter la suite.

Il énonce des faits intéressants, reprend ce que les élèves ont dit. Bref. Il parle beaucoup. Mais tout ce qu'il dit pourrait me servir alors j'écris avec précaution ce qui me semble digne d'intérêt.

- Passons aux points suivants. Les techniques. Niveau espionnage, les moldus sont désavantagés par rapport à nous. Ils ont tout de même réussi à compenser leur manque de magie en développant des techniques particulières qui ne demande pas de pouvoir. Je trouve qu'il est intéressant d'en connaître quelques-unes. Alors, je vais vous demander d'imaginer que vous ne possédez aucun pouvoir et que l'on vous demande de rapporter des informations sur votre Professeur de DCFM, comment vous faites ?

Mhhh, le monde des moldus. Je peux peut être sortir une réponse cohérente pour cette partie-là, vu que j'y ai vécu. Pour obtenir des informations sur lui, comment je pourrais faire ? Pendant que je réfléchis, de nombreux élèves s'expriment. Je tente de ne pas les écouter - ou très peu - et de penser à ce que je ferais moi. Puis soudain, une réponse évidente me vient à l'esprit. Une technique que je vais peut être pouvoir utiliser plus tard. Même si ça ne sera pas de la même façon...

- Pour pouvoir récolter des informations sur vous, je pourrais essayer d'intercepter vos lettres pour accéder à leur contenu. Puis je les renverrais pour ne pas me faire prendre. Ou sinon aller les chercher directement, mais dans ce cas je devrais réussir à entrer dans votre appartement, ce qui me parait plus compliqué. J'imagine que je pourrais aussi essayer de dissimuler un dispositif d'écoute dans votre sac ou votre manteau en quittant le cours pour pouvoir tout entendre...

J'ai sans doute dit des choses qui ont déjà été évoquées. Mais au moins, j'ai parlé. J'ai dis ce que je pensais. J'espère juste que ça sera suffisant...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Jade Wilder, Mer 16 Nov 2016 - 23:54


De nouveau, Jade s'était perdue dans ses pensées. Elle essayait de ne pas se poser trop de questions, cela ne servait plus à rien, mais la demoiselle avait une folle capacité à partir dans un autre monde en gardant parfaite conscience du vrai en cas de besoin. Parfois, elle partait trop loin et en oubliait ce qu'il pouvait se passer mais.. ce n'était qu'une question de concentration après tout. C'est toujours quand on pense que c'est fini qu'un évènement change la donne. Là en l'occurrence, c'est la réponse d'Harmony qui vint perturber Jade. Habituée à la voix de la plus jeune, l'Italienne tendit l'oreille automatiquement lorsque celle-ci prit la parole, mais sa réponse fut comme un grand "PAN" dans les oreilles. Ou dans le ventre, au choix.

- Je ne suis pas d'accord avec Elise. A mon avis, l'espionnage n'est pas l'arme des puissants mais de ceux qui sont trop lâches pour demander une information eux-mêmes. Et les secrets d'une personne ne peuvent pas conduire à la mort ! On peut les manipuler avec, leur faire du mal, leur soutirer de l'argent même mais ça n'est vraiment pas aussi grave d'un sortilège de mort !

Comment pouvait-elle dire ça ? Bien sûr que les secrets pouvaient tuer, malheureusement. Jade elle-même avait des secrets qui pouvaient lui être fatals si la mauvaise personne les découvrait. Enfin c'était compliqué. Pour elle, Elise et Harmony avaient toutes les deux raisons, à des degrés différents. Et au final, Jade était bien trop impliquée émotionnellement pour pouvoir faire des réflexions sensées. Voilà bien les risques quand on se laisse emporter par ses émotions et voilà pourquoi il était bien plus facile de ne rien ressentir du tout. Enfin, disons plutôt de prétendre qu'on ne ressent rien. Au final, l'un ou l'autre menait au même sentiment final, celui d'amertume. Pas de colère non, mais bel et bien d'amertume. Le pire, c'était l'après. Quand elle cherchait mentalement qui elle avait déjà mis au courant, qui pouvait comprendre ses mots si elle venait à donner son avis. C'était insensé, presque maladif en faite. Il fallait qu'elle se reprenne pour la suite du cours, à tout prix. D'ailleurs au final et contrairement à sa première réaction impulsive, Jade décida de ne rien répondre, donner son avis n'était pas une bonne idée dans le cas présent. Pis de toute façon, elles avaient toutes les deux raisons donc bon.

- Je dirai que vous êtes toutes les deux dans le vrai, mais également dans le faux. Miss Lin, vous avez probablement raison en disant que l'espionnage n'est pas exclusivement l'arme des puissants, mais d'un autre côté dire qu'il faut être lâche pour espionner quelqu'un est complètement faux. Allez demander à un mangemort de vous dire qui il est, ou l'emplacement de son QG et revenez, si vous le pouvez encore, me donner sa réponse. L'espionnage peut vous permettre d´obtenir ce genre d'information. S'il est utilisé efficacement. Par contre Miss Green, s'il est vrai que les secrets sont des armes dangereuses, je suis d'accord avec Miss Lin pour dire que ça ne vaut pas un sortilège de la mort.

Décidément, elle l'aimait bien ce prof la blonde. Faire pire que le précédent aurait été un art mais tout de même, elle l'aimait bien. Elle était toujours méfiante, impossible de faire autrement avec son petit tour aux cachots, mais il y avait en tout cas pas mal de progrès. Bref, là n'était pas la question. Jade avait noté les différentes réponses au fur et à mesure, laissant sa plume survoler délicatement le papier à la recherche des connaissances qui lui manquaient. Et Merlin, elle avait un retard monstre à rattraper. Ses difficultés magiques n'étaient plus à démontrer, néanmoins la demoiselle espérait qu'elles finiraient par s'effacer au moins un peu. Ses révisions permanentes finiraient bien par payer non ? Enfin, le travail serait sans doute beaucoup mental également. Bref. Toujours est-il que ce cours pourrait lui apprendre des choses précieuses pour la suite de ses recherches personnelles, il ne fallait donc surtout pas en rater UNE miette.

- Ok, on va résumer tout ça. Comme l´a expliqué Monsieur Vacuitas, l'espionnage est un domaine très vaste, regroupant un très grand nombre de techniques. Il est impossible pour nous de toutes les étudier, c'est pourquoi j'en ai sélectionné quelques-unes. Avant ça, revenons-en à la définition du concept en lui-même. Comme l'a très brièvement expliqué Monsieur Underlinden, l'espionnage est la recherche et la collecte d'information. Mais quelle genre d'information ? Cela dépend de votre mission. Un Auror utilisera l'espionnage pour tenter de découvrir l'identité d'un mage noir, un mangemort pourrait l'utiliser contre un Auror afin  de connaître son adresse, ou encore pour trouver une personne proche de l'Auror qu'il pourrait utiliser comme un moyen de pression, etc etc..

Ahahah, amertume. Les mots s'associaient à d'autres, donnaient des similarités étranges. Qu'on se serve de ses proches lui était déjà arrivé, voilà une des nombreuses raisons pour lesquelles elle s'écartait beaucoup de ceux à qui elle s'attachait chaque jour. Une technique comme une autre, si ça pouvait les protéger de ce monde où bien souvent, la manipulation et le dangers régnaient en maîtres.. Et ce, même du côté de ceux en qui on a le plus confiance.

- Même s'il est vrai que l'espionnage peut être utile à n'importe qui, il existe tout de même des métiers auxquels la pratique de l'espionnage reste indispensable. J'ai déjà parlé des Aurors, mais il existe aussi des détectives privés. Ils sont beaucoup plus répandus chez les moldus que chez nous, mais ils ont fait de l'espionnage leur métier. C'est-à-dire qu'ils ne font que ça. Même si, bien sûr, ils ne le vendent pas en tant que tel. On m'a parlé d'espionnage industriel, ce dernier est fréquemment utilisé chez les moldus. Bien qu'il soit interdit. Comme je l'ai déjà dis, l'espionnage est un domaine tellement vaste qu'il est impossible pour moi de vous en donner une définition complète. Néanmoins, je pense que vous en savez assez pour l'utilisation que l'on en fera dans le cadre de ce cours.

Nouvelle salve de questions mentales. Comment allaient-ils mettre tout ça en pratique ? Elle avait pas mal de choses à dire, pas mal d'idées, mais il valait mieux qu'elle ne parle pas trop de ses.. "techniques personnelles" étant donné l'utilisation qu'elle en faisait ces derniers temps. Mine de rien, ses activités nocturnes pourraient lui valoir bien des ennuis, rester discrète était donc plus que nécessaire.

- Passons aux points suivants. Les techniques. Niveau espionnage, les moldus sont désavantagés par rapport à nous. Ils ont tout de même réussi à compenser leur manque de magie en développant des techniques particulières qui ne demande pas de pouvoir. Je trouve qu'il est intéressant d'en connaître quelques-unes. Alors, je vais vous demander d'imaginer que vous ne possédez aucun pouvoir et que l'on vous demande de rapporter des informations sur votre Professeur de DCFM, comment vous faites ?

Et la valse des réponses reprit, n'apprenant rien de plus à la blondinette que ce qu'elle savait déjà. Certaines réponses lui paraissaient même un peu tirées par les cheveux, ou alors elle avait mal compris la consigne, pas sûr. Elle était fatiguée après tout, son esprit faisait alors des conclusions bizarres et rarement logiques. Après tout, ne pas avoir de pouvoirs magiques ne voulait pas forcément dire "pas de moyens magiques non plus". Toutes les réponses se valaient donc, du moins dans la tête de la blonde, tout cela tenait bien la route. Seul soucis, elle avait presque oublié sa propre présence dans ce cours. Pourtant, la matière et le sujet étaient tous deux passionnants, mais elle, elle était ailleurs, à mi-chemin entre ses deux vies actuelles. Ou ses trois vies, elle ne savait plus trop à ce stade.. Lorsque la conscience la reprit légèrement, Jade se rendit compte que bien des choses avaient été citées. Décidément, cela devenait une sale habitude que de perdre le fil de la réalité. Pire encore était l'idée que cela se produise pendant un cours, ce n'était pas son genre d'être dans la lune. Sans perdre plus de temps, Jade leva la main pour prendre la parole en mesurant ses mots.

- Personalmente.. j'éviterais de prendre pour cible quelqu'un qui potr.. enfin pourrait me faire virer de cette école..

Ahah, ironie, léger éclat de rire qui va avec. Et avec McKinley, elle avait fait quoi déjà ? Breeeef.

- Ou à quelqu'un.. de pouvoir en général. Enfin bref. Une méthode assez simple consisterait à.. gagner votre confiance professeur, ou pour en revenir aux proches, leur confiance. On en apprends mol.. beaucoup avec les dires de ceux qui nous conn.. connaissent le mieux. Et pour faire dans l'originalité, suivre les déplacements suspects, per esempio.

Bizarrement, elle se voyait très mal suivre le Professeur de Défense contre les Forces du Mal. D'une part parce-qu'elle ne le connaissait pas, et d'autre part parce-qu'elle n'avait jusqu'alors rien à lui reprocher. Visualiser une situation n'était pas son fort, l'Italienne ayant plutôt tendance à agir au mieux selon des plans bien définis, des limites aussi qu'elle ne voulait pas franchir. Limites qu'elle n'avait pas cité d'ailleurs, la torture étant fréquemment utilisée pour découvrir quelconque information. Voilà bien une chose qu'elle refuserait de faire, n'ayant pas l'âme d'une tortionnaire. La subtilité, c'est bien aussi parfois.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Shela Diggle
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Shela Diggle, Lun 21 Nov 2016 - 23:38


Je ne pense pas aimer espionner. Commencer par un pronom personnel, marquer l'orgueil, point du tout, être dans sa tête pourquoi souhaiter parler d'un autre alors, que, cela me concerne très actuellement. S'il faut prendre en filature c'est qu'il y a doutes, et derrière, un peu plus que parfois, des fondations des raisons, il y a problème. Se faire sur-prendre c'est y ajouter un autre, et autrement souvent souvent c'est tomber sur une chose que l'on aurait préféré occulter, trouver ailleurs, entendre d'une bouche en tord ou, ne jamais avoir appris et pour toujours à soi-même la dérober, l'idée image raison.
Si les secrets sont de dangereuses armes des secrets je n'en ai point, je ne nie pas, n'est ce pas, ces choses n'existent pas n'existent plus n'ont jamais existé, même si un jour des yeux l'ont vu même si parfois les miens, voient, c'est la tête qui imagine et elle a tord, pas vrai, les choses qui sont ne sont pas à cacher, et, les autres, sont absentes

Pose les Moldus. Les gens sont doués et des têtes remplies d'idées, la mienne est, papillon. Les satellites, ce sont, les papillons d'acier ? Ils ont la forme de lave-vaisselle. Comme celui que papa avait acheté. Avec au centre, une vitre, pour voir la vaisselle s'envoler. Sorte d’apesanteur. A nouveau l'espace - drôle de mot, qualifier le tout inoccupé et à la fois l'Autour du tout, inoccupé ou non, j'emmêle mes pattes et mes doigts autour de cheveux, avoir la tête papillon. Cependant la ou le lave-vaisselle devait être défectueux, il a brisé tout ce qu'on y avait rangé. Je vois mal l'instrument enquêter sur des gens. Le préfet rouge se servirait de potion, je, ne saisi pas, un Moldu n'a pas accès à cette forme de magie non plus. L'Asclépius parle de rêve ou bien il, sous-entend, et j'attrape peut être j'invente je forme à partir de, idée, pouf, vulnérabilité il cède je dirai, peut être, une forme de liberté non consciente et à celle-ci on peut arriver, entièrement, et ensuite jamais plus s'éveiller dans l'irréalité d'une matérielle existence, changer, les murs les toits les sols dire, que de limites il n'y a plus parce que l'esprit et, si l'on voit sent touche dans les rêves, ce sont déjà des limites posées par ce que certains appellent réalité. Placez une devant, et j'en choisi une autre, plurielle de sens et de possibilités si grande ! que l'on ne peut décemment clamer que l'on la sait. Ce serait faux. Je souhaite rêver et m'endormir ici et, ne plus jamais dormir de l'autre côté ne plus, jamais revenir. Tu penses que l'ici le maintenant est un rêve de ce dont on pense être l'éveil alors qu'il s'agit du contraire ? Souffler bien bas, il a de belles choses dans la tête.

Et Jade qui pose confiance et surveillance dans un même contexte, les épaules se crispent je n'aime pas, les choses qui dans la tête se dessinent et les possibles desseins de sa personne, doutes, quant à, la véracité, de dires passés, peut être, froisser le parchemin qui devait se trouver sous mes mains. Utiliser la confiance pour avoir la possibilité d'en savoir trop, c'est - tricher pour ne pas dire trahir le mot est, un flux trop puissant pour pouvoir ainsi le jeter.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Jade Wilder, Mar 22 Nov 2016 - 19:18


Décidément, Jade ressentait ce cours d'une façon très étrange. C'est comme si elle ne voulait pas réellement affronter la vérité en face, sa vérité. Elle utilisait la plupart des méthodes citées pour retrouver celui qui avait réduit sa vie entière en lambeaux, pourtant pas de remords, pas de peine. Devenait-elle si insensible ? Non, elle ne faisait aucun mal, pas encore. Ce jeu de ping-pong des sensations devenait fatiguant, usant.

Sa réponse en tout cas ne lui convenait pas des masses. C'est ça de ne pas être bien réveillée en cours, on se contente des miettes de pain et on tente d'en faire quelque chose de bien. Seulement voilà, ça n'était pas son genre à Jade d'agir de cette façon. Elle avait toujours été une élève studieuse, pourquoi cela changerait maintenant ? Hors de question, elle avait fait une promesse. Envers elle-même et envers sa famille, elle devait réussir. Alors peu importait le manque de sommeil, l'Italienne était bien déterminée à réussir ce cours, à faire mieux que le dernier même. Se dépasser, c'était un défi quotidien qui la poussait à donner le meilleur d'elle-même sans arrêt, comme un éternel combat contre la vie et ses épreuves. Là était toute sa beauté non ? La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie. Mais alors que ses réflexions semblaient remonter un peu la pente de sa motivation, des mots firent assaut, déchirant sans remord ce qui commençait doucement à reprendre forme.

- Utiliser la confiance pour avoir la possibilité d'en savoir trop, c'est - tricher.

Légère hésitation sur ce dernier mot. Mais c'était un tout, un ensemble qui percutait en pleine poitrine. Shela était-elle en train de douter ? De douter.. d'elle ? Fronçant les sourcils, Jade eut un drôle de mal au coeur. Pas drôle drôle, drôle bizarre, drôle qui fait mal. Comme toujours, des dizaines de scénarios infiltraient l'esprit de la blondinette, assaillant ses pensées de "Et si.." puis de "Mais pourquoi ?" avant de passer aux "Mais comment ?". Le regard posé sur la verte était devenu soudain plus sombre, sans même que la jaune ne s'en rende compte. Pourquoi ? Parce-que Shela comptait bordel, elle comptait énormément pour Jade. Et qu'elle puisse douter de sa sincérité c'était comme un poignard acéré en plein coeur. Pour le coup, Jade ne savait pas quoi répondre là tout de suite. Et puis, devait-elle seulement répondre ou ça n'en valait pas la peine ? Voilà bien le soucis, ça en valait la peine puisque c'était Shela. De la part d'un élève lambda elle n'aurait qu'haussé les épaules.. Mais non, c'était Shela. Alors, tentant de reprendre ses esprits habituels, Jade répondit.

- Beaucoup en sont largement capac.. capables. Ce qui ne.. veut pas dire que c'est mon cas, Shela.

Visée directe sur cette fameuse conversation. Tentative de sourire rassurant, plus ou moins réussie, ça c'était à Shela d'en décider. Oui, elle avait placé les choses selon ses propres actions pour cette réponse. Mais comme lors de la pratique du dernier cours, Jade n'en serait sans doute jamais réellement capable. Même dans sa propre enquête, elle n'avait pas réussit à faire ce genre de chose et puis de toute façon la question ne s'était même pas posée. Si un élément quelconque l'y avait menée, qu'aurait-elle fait ? Aucune idée. Mais une chose était certaine: jamais elle n'irait trahir quelqu'un qu'elle aimait. La trahison, chose qu'elle ne connaissait que trop bien en étant de l'autre côté du mur. L'en soupçonner c'était.. blessant. Horriblement blessant. Surtout de la part de Shela.

Celle-ci avait-elle oublié leur discussion, dans une salle après un cours ? N'avait-elle pas compris à quel point Jade avait dû mettre ses principes de côté par amitié pour elle ? Plus que de l'amitié. Un attachement inexplicable qui lui faisait incroyablement peur. Alors si Shela doutait de ça.. franchement la préfète des Poufsouffles pourrait ne pas s'en remettre. Si les barrières se renforçaient aussi vite qu'elles tombaient, comment était-elle sensée aller de l'avant ? Colère. Mise de côté, parce-que ça n'était pas l'endroit. Mais l'esprit vint se fermer bien vite, utilisant son masque d'impassibilité comme protection. Décidément, elle aurait peut-être mieux fait de ne pas venir et de rattraper ses heures de sommeil perdues. Ses sentiments actuels ayant un douloureux goût acide ressemblant aux cauchemars qui hantaient ses nuits. Dieu, Jade n'avait jamais eu autant hâte que le professeur passe à la suite.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Ian Benbow, Mer 23 Nov 2016 - 12:20


Je ne m'attends pas à avoir des masses de réponses. Faut dire que quand on parle du monde moldu, les sorciers sont assez ignorants. Ils n'y connaissent pas grand chose. C'est d'ailleurs assez drôle de les entendre parler d'électricité ou de télévision. Étant un né-moldu, chose que personne - ou presque - ne sait, je suis plutôt bien renseigné sur le monde non-magique, du coup je ne risque pas d'être surpris par les réponses des élèves. Réponses qui, d'ailleurs, arrivent rapidement. Déjà une main levée, celle de McKinnon, préfet des verts et argents. Sa réponse, bien que correct dans le fond, ne me satisfait pas. Le gars est déjà en train de me parler de violer la lois en pénétrant illégalement dans une propriété privée. Je ne dis rien, le but de l'ercercice étant de laisser les élèves s'exprimer et échanger leurs idées. Reprendre de volé le premier à me donner une réponse n'encouragera pas vraiment les autres à en faire de même. Je donne la parole à la suivante.

Les deux élèves succédant à McKinnon me parlent de la même chose, l'une complétant ce que la première avait expliqué. Quand O'Leary parle de ses cheveux, je ne peux m'empêcher de sourire mais aussi d'approuver. Elle a pas tort la gamine, avec des cheveux comme ça impossible de se fondre dans la masse. En tout cas, leur réponses sont bonnes vu que la filature fait partie des techniques que j'ai décidé de mettre en avant. Une autre main se lève. Frotte-Manche en personne. Vu sa réponse, il ne fait aucun doute que le Poufsoufle est un né-moldu. Sa réponse est correct. Pas besoin de remarque, même si je doute que tout les élèves de cette classe ait réellement compris ce qu'il venait de dire. Néanmoins, les précisions sont inutiles vu que jamais ils n'utiliseront ce genre de méthode.

Vint ensuite la réponse venu d'un autre monde. Aux premiers mots prononcés par O'Neal, j'ai su qu'elle allait s'aventurer dans quelque chose de trop compliquer pour moi. Honnêtement, je comprends rien de ce qu'elle me raconte. Mais comme je suis le Professeur, et que je veux pas passer pour un te-bé, je fais semblant de tout comprendre. De temps en temps, je bouge ma tête de haut en bas, imitant mon accord avec ce qu'elle venait de dire. Moi qui pensait être assez calé sur le sujet, la petite gryffone vient tout juste de me prouver que niveau ordinateur je ne suis qu'un novice. Comme pour les autres je ne rebondis pas. Toute façon, je ne saurai pas quoi dire.

Vacuitas me parle de satellite et semble avoir besoin de mon aide pour le compléter. Je décide d'intervenir.

- Effectivement les informations récupérées par un satellite ne vous seront jamais accessibles Vacuitas. Mais je suppose qu'ils sont bel et bien utilisé par les gouvernements moldus pour espionner les pays voisins. Les satellites reçoivent énormément d'informations, ils peuvent déterminer, par exemple, l'exact position d'un moldu grâce aux informations données par leur téléphone. Et encore bien d'autres choses, je suppose. J'avoue invite à poser la question, en dehors du cours, à Miss O'Neal. Elle m'a l'air plutôt douée en informatique. Rictus moqueur.

Suivant ! Elle me parle de filature aussi, de caméras, un peu comme ses camarades. Puis, elle veut aussi fouiller mon bureau. Elle est drôle, celle-là. Je souris à sa remarque, genre "essaie toujours pour voir" et n'ajoute rien. L'idée n'est pas mauvaise, mais encore une fois fouiller le bureau d'un Professeur n'est pas autorisé et surtout, déconseiller si l'on veut rester à Poudlard. Au tour de Jackson de répondre. Son idée de se faire engager par la personne à espionner est plutôt bonne. J'approuve d'un signe de tête. Ensuite vint le tour d'Harper, l'homme. Sa réponse, bien qu'intéressante, est complètement fausse.

- Parce que vous connaissez beaucoup de moldus capable de faire du veritaserum, Harper ? dis-je d'un ton moqueur. Je n'attends pas de réponse et donne la parole au suivant.

Au tour du Ninja, donc. Le gars reste dans son tripe et me parle de camouflage. La réponse est correct, bien qu'ayant déjà été citée par la rousse de la classe. D'un sourire, faux mais paraissant sincère, je l'encourage à terminer puis passe au prochain. Encore quelques mains levées. J'ai envie de souffler mais me retient, pas très professionnel comme comportement. Green veut cambrioler ma maison. Bonne idée, enfaite non, mais j'en ai pas. Du coup, c'est compliqué. Pareil pour la famille et la petite amie. La dernière fille avec qui j'ai couché est Malicia, mais je suis presque sur qu'elle n'est pas ma petite amie.  Underlinden parle, il veut m'espionner dans mon sommeil. À part apprendre que je ronfle, il risque pas de découvrir grand chose. À moins d'être legilimens, mais là on ne joue plus au sans-pouvoir. Il ajoute sa petite blague, je dis rien. Je souris même pas. Il fait partie de l'élite, je dois être indulgent avec eux paraît. Je laisse passer.

Les idées proposées par Lin sont bonnes. Le micro dans le sac c'est facile à réaliser et, surtout difficilement repérable. On en termine avec Wilder, dont la réponse fut plus que correct. Tout comme Underlinden, elle essaie une petite blague. Pas de quoi me plier en deux, mais je souris doucement. Parce qu'elle me flatte un peu en me rappelant que j'ai un peu de pouvoir dans cette école. Elle parle de confiance et c'est là que Shela intervient. Elle ne veut pas trahir la confiance d'un autre, ça serait tricher. Je l'aime bien la Shela, on se connaît depuis un bail, mais elle vient de dire une connerie. Si quelqu'un est assez débile pour accorder sa confiance à un autre être humain, il mérite de se faire trahir. Ne jamais avoir confiance en personne. Bon, c'est pas un truc à dire à ses élèves, m'enfin. Wilder rétorque, j'ai l'impression qu'elles sont en train de laver leur linges sales dans la salle de classe. Je préfère couper court. On sait jamais où ce genre de chose peuvent mener. Bien que je ne sois pas contre une petite bagarre à mains nues entre femmes. Surtout avec Shela dans le lot.

- Gardez vos querelles d'adolescentes pour vous. Vous réglerez ça ailleurs que dans ma salle de classe. Je continue. Déjà, j'aimerai vous rappeler que pénétrer dans une propriété privée sans l'autorisation du propriétaire est interdit. Donc évitez ce genre de manœuvre. À part ça, j'ai entendu pas mal de bonnes choses. Même s'il y en a qui ne sont pas du tout réalisable. Les écoute téléphoniques et autres utilisations de technologies moldus demandent beaucoup de connaissances sur ce genre d'objet, ce que la moitié d'entre-vous ne possèdent pas vu qu'ils ont été élevé chez les sorciers. J'ai décidé de mettre trois points en avant, trois techniques qui pourront vous être utile lors de l'exercice pratique. Vous en avez parlé, la filature. Je ne vais pas tro revenir là-dessus, c'est assez simple. Cette technique demande beaucoup de discrétion vu qu'il vous faudra suivre votre cible afin de déterminer ses habitudes, ses hobbys, ce qu'il aime manger, qui sont ses amis, ses ennemis,.. observer quelqu'un à son insu est le meilleur moyen de découvrir ce qu'il cache.

Ensuite, nous avons ce que j'ai appelé "l'enquête de voisinage". C'est très simple, une fois que vous avez identifié qui sont les amis ou les ennemis de votre cible, vous allez discrètement les interroger. Vous récoltez des informations personnelles sur votre cible. Avec ses amis, vous êtes discrets, vous tentez de ne pas être trop insistant sinon ils iront prévenir votre cible. Avec ses ennemis, soyez plus francs. Ce sont eux qui sont le plus susceptible de vous donner des infos croustillantes. Vous pouvez aussi aller voir la famille comme l'a précisé Miss Green, ou encore des camarades de classes/ de maison avec qui il n'a aucun lien. Ne sous-estimez jamais une information, elle peut vous paraître insignifiante mais être très importante une fois ajoutée aux restes de vos infos.

Et, enfin, la dernière technique moldue dont je souhaite parler est "l'enquête sous couverture". C'est une méthode non-magique qui est très répandue dans les forces de l'ordre, sorcier ou non-sorcier. Par exemple, des enquêteurs moldus rejoignants un réseau de traficants de drogues afin de déterminer qui en sont les distributeurs. Ou un Auror rejoignant les Mangemorts. En gros, vous vous faites passer pour quelqu'un que vous n'êtes pas afin d'avoir accès à des informations qui, normalement, ne vous auraient pas été transmises. C'est un peu comme ce que Miss Jackson a proposé toute à l'heure.


Petit silence pour m'assurer que tout se passe bien. Je jette un œil à ma montre, l'heure tourne. Je n'ai plus beaucoup de temps. Les élèves parlent beaucoup, faut dire. Je passe la deuxième.

- Passons maintenant aux méthodes magiques. On va en distinguer deux catégories différentes. Premièrement, celles qui ne demandent pas de baguette magique et, deuxièmement, des sortilèges. Deux sortilèges pour être plus précis. Commençons par les méthodes ne nécessitant pas de baguette. D'un coup de baguette magique, je fais apparaître trois mots au tableau. Animagie, métamorphomage et polynectar ! Faisons vite et bien, je veux une brève, mais complète, description de ses trois formes de magie ainsi qu'une explication sur leur utilité dans le cadre de l'espionnage. Qui se lance en premier ?

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Hurtson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Alexander Hurtson, Mer 23 Nov 2016 - 13:23


Autour de toi les gens continuent de répondre et de se battre. Toi tu ne tends l'oreille qu'à moitié, préférant te concentrer sur les réponses intéressantes données par tes camarades. Certains parlent de filature ou d'interrogation des connaissances pour récolter des informations. Tout ceci fait bien sur partie des techniques d'espionnage classique. Le prof continue à vous écouter donner vos réponses puis arrête le débat alors qu'une dispute éclatait entre ta préfète et une Serpentard. Il commence à commenter les solutions et passe sur les écoutes en disant juste que ce n'est pas réalisable. Même pas un compliment sur la justesse ou la pertinence de ta réponse. Pffff... Tu lui jettes un regard noir avant de reprendre contenance et faire bonne figure pour mieux écouter la suite. S'ensuit donc un discours sur les méthodes que vous allez aborder en classe comme la filature, l'enquête de voisinage ou sous couverture. D'ailleurs, tu irais bien t'enrouler dans la tienne en ce moment. Malheureusement, il faut continuer à suivre ce cours.

Le voici qui enchaîne sur les consignes pour la prochaine partie:

- Passons maintenant aux méthodes magiques. On va en distinguer deux catégories différentes. Premièrement, celles qui ne demandent pas de baguette magique et, deuxièmement, des sortilèges. Deux sortilèges pour être plus précis. Commençons par les méthodes ne nécessitant pas de baguette. Animagie, métamorphomage et polynectar ! Faisons vite et bien, je veux une brève, mais complète, description de ses trois formes de magie ainsi qu'une explication sur leur utilité dans le cadre de l'espionnage. Qui se lance en premier ?


Ni une ni deux, tu lèves la main afin de prendre la parole:

- On peut parler de l'animagie. C'est une forme de magie de la métamorphose qui permet à un sorcier de se transformer en un animal reflétant son caractère. C'est une formation très longue et qui peut-être dangereuse, encadrée par le Ministère de la Magie. Toute personne étant Animagus sans une formation et une déclaration auprès du Ministère est classifié comme hors-la-loi.

Tu aurais pu continuer encore longtemps sur le sujet de l'animagie et de ses utilités mais il faut quand même laisser un peu de placer aux autres élèves.

Revenir en haut Aller en bas
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Amy Jackson, Mer 23 Nov 2016 - 14:09


Les réponses se succédèrent rapidement alors que Amy prenait quelques notes, mais entre deux réponses la Poufsouffle laissait sa plume et son esprit vagabonder et son parchemin était maintenant recouvert d'écriture. La plupart n'avait aucun rapport avec le cours et représentaient juste le déroulement de ses pensées. Le professeur Benbow finit par reprendre la parole ce qui obligea la jeune fille à poser sa plume et à écouter.

Il commença par leur rappeler que pénétrer dans une propriété privée était tout à fait illégal et que par conséquent ils seraient priés de ne pas le faire puis il annonça les trois techniques dont ils allaient parler. D'abord la filature que presque tous les élèves avaient évoqué, puis "l'enquête de voisinage ", c'est à dire  l'interrogation des proches de la cible et enfin "l'enquête sous couverture". Lors de cette dernière partie il évoqua la réponse d'Amy surprenant la Poufsouffle et la faisant légèrement rougir. Après ces explications il fit une petite pause que la jeune fille mit à profit pour compléter ses notes et donna les nouvelles consignes:

- Passons maintenant aux méthodes magiques. On va en distinguer deux catégories différentes. Premièrement, celles qui ne demandent pas de baguette magique et, deuxièmement, des sortilèges. Deux sortilèges pour être plus précis. Commençons par les méthodes ne nécessitant pas de baguette. Animagie, métamorphomage et polynectar ! Faisons vite et bien, je veux une brève, mais complète, description de ses trois formes de magie ainsi qu'une explication sur leur utilité dans le cadre de l'espionnage. Qui se lance en premier ?

Amy nota les trois mots apparus au tableau sur son parchemin puis commença à réfléchir. Ces trois formes de magie étaient de grands atouts pour l'espionnage et n'en connaissant aucune mieux que l'autre elle ne savait pas sur quoi concentrer sa réponse. Alors qu'elle était en pleine réflexion un autre Poufsouffle prit la parole:

-On peut parler de l'animagie. C'est une forme de magie de la métamorphose qui permet à un sorcier de se transformer en un animal reflétant son caractère. C'est une formation très longue et qui peut-être dangereuse, encadrée par le Ministère de la Magie. Toute personne étant Animagus sans une formation et une déclaration auprès du Ministère est classifié comme hors-la-loi.

La jeune fille saisit cette occasion et rebondit sur les paroles de son camarade:

- En espionnage l'animagie peut-être un atout de taille, commença-t-elle, comme Alexandre vient de le dire c'est une forme de magie qui permet à un sorcier de se transformer en animal ce qui peut-être très utile pendant une filature. En effet une personne fera moins attention à un chien ou à un oiseau qu'à une autre personne, il sera moins suspicieux.De plus la forme animale peut permettre d'accéder à des endroits auxquels on ne peut pas accéder en temps normal, comme par exemple, si on se transforme en insecte, le sac de notre cible, où même des lieux en hauteurs. L'utilisation de l'animagie permet de gagner en discrétion et de récolter plus d'informations ce qui est un avantage non négligeable en espionnage.  

Bon Amy n'avait ni trop parler ni pas assez et elle était plutôt satisfaite de sa réponse. La Poufsouffle reprit sa plume, et recommença à écrire en attendant que les autres ne prennent la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Peter McKinnon
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Peter McKinnon, Mer 23 Nov 2016 - 14:55


C'était incroyable comme un cours sans pratique pouvait s'avérer aussi vite soporifique ! Peter, appuyé sur son coude, faisait tout son possible pour garder les yeux grands ouverts pendant que ses camarades de classes, tous nés dans des familles de sorciers moyenne, balançaient des clichés à la pelle sur les moldus et les satellites ... Heureusement, le Professeur Benbow avait reprit la parole et continué son cours. De toutes façons, il n'avait pas prêté attention à la réponse fournie par Peter, ce cours était d'un désagrément ...

*Tu es d'une mauvaise foi crasse lorsqu'il s'agit de tes réponses !*

Peter était à deux doigts de finir par ronfler sur son poing lorsque le professeur de Défense contre les forces du mal finit par s'exclamer :

- Qui se lance en premier ?

Le jeune préfet des verts et argent plissa légèrement les yeux vers l'enseignant comme pour essayer de se remémorer la question qu'il aurait éventuellement formulé. Il devait se rendre à l'évidence, il était complètement largué, autant abandonner toute de suite et finir le cours à faire des dessins sur un parchemin vierge ... Mais la voix d'un élève de poufsouffle à coté de lui le fit sursauter ...

- On peut parler de l'animagie. C'est une forme de magie de la métamorphose qui permet à un sorcier de se transformer en un animal reflétant son caractère. C'est une formation très longue et qui peut-être dangereuse, encadrée par le Ministère de la Magie. Toute personne étant Animagus sans une formation et une déclaration auprès du Ministère est classifié comme hors-la-loi.

Ce fut alors qu'une autre élève, derrière lui cette fois, prit la parole pour donner la suite des explications sur l'animagie ... Les poufsouffles étaient dans la place ce jour-là ...

*Réveille toi ! Tu ne vas quand même pas les laisser gérer tout le cours à eux tout seul ?!*

Peter redirigea son attention sur le tableau, en dessous des termes "animagie", il était indiqué "métamorphomage". Il essaya alors de mobiliser toutes ses forces pour expliquer ce qu'était un métamorphomage et leva sa main :

- Un métamorphomage est un sorcier qui a la capacité de changer son corps, de se métamorphoser sans avoir recours à sa baguette magique ou à une potion, Monsieur. Leur spécificité est qu'il ne choisit pas de devenir métamorphomage, il nait comme cela ! L'avantage des métamorphomages est qu'ils peuvent prendre l'apparence de n'importe qui !
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°2 : L'espionnage

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 6

 Cours N°2 : L'espionnage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.