AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Les Halles Magiques
Page 1 sur 2
Devant les Halles
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Devant les Halles

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 16 Oct 2016 - 22:40



Post unique

Devanture des Halles. On peut déjà y sentir toute la magie que dégage l'endroit. Lorsqu'on passe devant, impossible d'y rester insensible (ou alors, vous n'avez pas de cœur). Si vous êtes curieux, essayer de regarder par les fenêtres des deux côtés de la porte, où même à travers la vitre de celle-ci. Il est probable que votre regard soit attirer par un balai en exposition à la vitrine, ou par l'ensemble de Quidditch. Mais peut-être que ce sera la montagne de livres qui vous inciteront à pousser la porte. L'enseigne est d'un mauve un peu flashy. On peut y lire "Les Halles Magiques" avec une écriture fluide et dorées.

Crystal ne se lasse pas de regarder le devant de sa boutique. Son petit nez est relevé vers l'enseigne qu'elle a nettoyé une nouvelle fois quelques minutes auparavant. Elle n'est pas vieille, datant de la dernière rénovation de la boutique suite aux flammes, mais ça prend vite la poussière et la crasse. En bonne gérante, la sorcière veut que ça brille. Et elle ne supporte pas non plus de voir les vitres noircies par l'ambiance un peu sale de la rue. Comment attirer les clients s'ils ne peuvent pas jeter un œil à l'intérieur? Après plusieurs minutes d'analyse silencieuse de la propreté des lieux, la gérante range ses chiffons et sa baguette et pousse enfin la porte. Elle se ferait bien un petit thé avant de commencer sa journée.

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: Devant les Halles

Message par : Mangemort 67, Mar 18 Oct 2016 - 10:05


Rencontre imprévue avec Laurae Syverell


Vite, vite. Le maître attend, le Maître veut que Brutus se dépêche. Brutus doit aller chercher ce que le Seigneur a demandé. Sa colère pourrait être terrible, mais le Maître aime les créatures, il les respecte. Pas comme d'autres sor... Non, non. Brutus ne peut pas, ne doit pas dire du mal des amis du Maître. Même s'il sert à faire transplaner un ami bizarre. Brutus doit obéir et surtout ne pas dire ou penser des choses méchantes. Parce que vous êtes dans la tête du serviteur. Oui oui, dans la tête de Brutus. D'ailleurs... Vous êtes des amis du Maître ?

Les pavés sont froids, vraiment pas agréables, même pour nous, les elfes de maison. Vêtu d'un simple t-shirt rafistolé, Brutus a froid, mais il doit remplir sa mission. C'est nécessaire. Il ne faut pas qu'il soit déçu. Savez-vous qui est mon Maître, petits curieux qui entre dans la tête de Brutus ? Un puissant Mage Noir qui dirige d'autres Mages noirs, effrayant n'est-ce pas ?

Brutus passe devant les Halles... Il s'arrête, Brutus aime jeter des yeux, il est curieux... Pas vous ?

- Brutus doit se dépêcher et pas rester ici.

Hé mais qu'est-ce qu'il arrive à Brutus ?
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant les Halles

Message par : Laurae Syverell, Mer 19 Oct 2016 - 13:51


Rencontre Imprévue


La colère était un maître mot. Irritable, elle rongeait la chair tel le feu, faisait fondre les nerfs d'acier comme les allumettes. Il y avait différentes représentations de la colère par des faits naturels. Les raz de Marée, les incendies, les tremblements de terre, les tempêtes… mais que dire de celle qui ronge le cœur d'un humain ? Cliquetis de la mécanique mise en marche du système sanguin. Roulement de sang chaud qui monte à la tête, et serre les poings. Inépuisable ressource d'énergie tant que le glas ne sonne pas. Le corps se mécanise, n'ayant plus que deux seul mots : faire payer. Vengeance pour les uns, force pour les autres, ou encore un relèvement face à un obstacle trop grand… Les différentes options sont ni limités ni nombreuses. Seulement quelques choix s'offre à nous, mais les choix ont toutes des portes plus ou moins extrême. C'est ce qui fait la différence entre un acte barbare et un acte cruel, une pensée malhonnête d'une diffamation ou de la torture mentale à la déraison. La colère détraque, manipule, accapare l'être humain qui ne se voit dans l'obligation qu'un seul objectif : se calmer. Ou alors calmer voir anéantir ce qui le met dans un tel état de chaleur  colérique.  Il avait suffit que de cette chaleur et d'une bonne dose de plan mental pour assommer rapidement l'homme choisi, prendre ses vêtements et ses affaires puis filer.

En ce moment même, Lau' semblait jongler entre la raison et la déraison. Funambule sur le fil de son but premier, notre petit soldat avançait seul, déraisonnablement, vers un danger assez grand qui était de s'exposer directement vers les Ténèbres, et de l'autre tentait de prendre des décisions plus ou moins morales pour ne pas céder à l'explosion bombardesque, son plus grand cauchemar. C'est donc doucement qu'elle s'approcha de la cible, dos à elle. Calypso avait bien fait son travail, et son poste d'observation qu'était les Halles, apportait une réelle chance d'espionnage. Si le contexte avait été différent, l'Irlandaise aurait prêté main forte la la créature, mais aujourd'hui, il fallait manipuler, et trouver les informations. Si seulement elle était legilimens… Ce serait beaucoup plus simple, mais ce n'était pas encore sa vocation, elle n'avait ni travaillé dessus, ni les capacités nécessaire pour utiliser ce pouvoir. Alors il fallait seulement user de la ruse. Pour pas qu'on la reconnaisse en tant que Phénix, elle avait juste pris un peu de polynectar qu'elle avait préalablement « emprunté » au QG. Aujourd'hui, c'était donc un homme assez simple, brun, avec comme signe distinctif que des cheveux long attachés, une moustache fine et une barbichette, répondant au nom de Cardinan, simple agent du Ministère. Les menottes anti-magie à la main, L'au-mme avançait doucement vers le petit bonhomme aux oreilles disproportionné et l'interpella, lui montrant la carte du ministère dérobé peu avant au pauvre agent.  
- Hey, oui toi là, l'elfe. Agent Cardinan McToolie. J'aimerais te poser quelques questions. Juste affaire de quelques minutes à propos d'un vol. Ce ne sera pas long. Suis moi au poste, je te pris. Tu pourras répondre à la requête de votre maître dès l'interrogatoire terminé.

Lau-mme s'arrêta à un mètre de l'elfe. Celui-ci n'avait aucune raison de fuir, vu qu'il n'était aucunement coupable. De plus, c'était le rôle d'un elfe d'obéir, sans mettre au péril le moindre honneur, voir vie de son maître. Si il prenait le risque de s'échapper, il y aurait beaucoup plus de « complications » au yeux de la loi. Le brun tendit les « chaînes » de sa rédemption..

Je vais devoir aussi te menotter. Simple précaution, avec tout ce qui se passe, la sécurité est renforcé. Je n'ai pas à m'excuser. T'en fais pas pour ton maître, le Ministère écrira un mot que tu lui apportera à ta sortie.

Lau'mme attendit que l'elfe lève ses petits poings frêles, en fronçant les sourcils, l'air sévère. Très peu d'elfe connaissaient réellement les procédures judiciaires du Ministère, et Lau', grâce à quelques un de ses alliées, en connaissait certaines. De plus certaines réformes avait pu être modifié suite aux événements récent.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: Devant les Halles

Message par : Mangemort 67, Mer 19 Oct 2016 - 15:54


Mais ? Pourquoi ? Brutus n'avait rien fait ! Non, non ! Il obéit à de puissants sorciers qui, eux, font des choses mauvaises mais l'elfe de maison, il est gentil, il agit, il accomplit les tâches données par le Maître et ses alliés mais il n'avait jamais fait de mal à qui que ce soit. Brutus tremble maintenant. Il a toujours peur qu'on lui pose des questions sur son Maître, surtout quand c'est un agent du Ministère qui venait à lui parler. Oh non, je n'ai pas, Brutus veut partir.

- Qu'est-ce qui a été volé ? Répondit le serviteur du Maître.

Les poignets tendus, j'obéissais. Le Seigneur des Ténèbres devait savoir que Brutus ne voulait pas se laisser capturer par des gens du Ministère mais craignait pour d'attirer des problèmes s'il ne faisait pas ce qu'il fallait. Vous lui direz, hein ? Vous qui êtes là, à farfouiller dans ma tête. Dites au Maître que Brutus est fidèle et ce qui lui arrive, s'il vous plaît.

- Brutus peut déjà vous dire qu'il ne sait rien. Non, non, non. Il est discret et ne se mêle pas des affaires des autres.

Les sorcières et sorciers ne nous croient jamais. Mais c'était vrai ! La plupart du temps. Les elfes de maison ont surtout de grandes oreilles pour tout bien entendre ! Ce n'est pas leur faute...
Revenir en haut Aller en bas
Laurae Syverell
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant les Halles

Message par : Laurae Syverell, Ven 2 Déc 2016 - 23:59


Le regard sévère, l'air froid. Comme tout Auror en pleine urgence sous une menace terroriste. Le regard fatigué ooui, fatigué mais dur. Comme quelqu'un qui avait bu trop de café et n'avait pas dormi depuis des lustres. De l'autre côté, Brutus semblait effrayé. Il avait de quoi avoir peur. Cette perte d'innocence dans ses billes galactiques qui lui servait de yeux firent un bien fou à la Phénix camouflé en Auror. Elfe ou non, enfant ou adulte, elle était impartiale. C'était peut-être ça, sa force. Elle était capable d'être tolérante mais aussi inflexible quand au sort réservé aux serviteurs des Mages noirs... et encore pire envers ses derniers. Peut-être allait-elle sauver la vie de cet affreux personnage, peut-être allait elle s'amuser avec lui. Dans tout les cas, il était bien plus utile vivant que mort.

- Qu'est-ce qui a été volé ?

Lau-me referma les bracelet d'anti-magie sur les points de l'elfe. Pratique ces choses là. Toute magie était annulée. La question de l'elfe amusa Lau-me intérieurement... Qu'est ce qui à été volé... Ou qui a été kidnappé? La question en elle même rendait si ironique l'état des choses... C'était presque risible.. Cependant, la Phénix n'avait nullement le cœur à rire, au contraire. Elle l'avait à mourir, à tuer, a torturer. Mais ses pulsions n'étaient pas assez fortes face à la force de ses convictions et ses valeurs. Heureusement du moins, sinon elle ne vaudrait pas mieux que ce qu'elle combattait. 


- Brutus peut déjà vous dire qu'il ne sait rien. Non, non, non. Il est discret et ne se mêle pas des affaires des autres.



Combattre les Ténèbres par les ténèbres, un beau spectacle, cependant, Lau' savait qu'elle se condamnait en même temps. Qu'importe si c'est pour sauver son Chef. Sauver la tête de l'Ordre... et limiter les dégâts car oui, ils allait en avoir des conséquences... c'était certain.

- C'est tout à votre honneur. Ce ne sera qu'une affaire de minute. Vous pourriez être utile au Ministère et vous aurez notre plus grande gratitude. Je suis sûre que votre maître sera fier de vous. Aider les aurors c'est avoir une reconnaissance du Ministère vous savez. Soit, assez parlé, vous en serez plus au poste. 

L'agent amical, l'agent souriant. La carte de la confiance, l'atout des promesses. Qui pourrait soupçonner le contraire? Après tout, un sourire pouvait faire changer la donne et rassurer les civils... et dans le cas pressent les... "esclaves". Oui esclave, malheureusement. Un #numen arma informulé et la baguette se transforma en une petite matraque. Ni une ni deux, celle-ci se retrouva derrière la tête de l'elfe d'un coup rapide et précis. Sa baguette reprenant sa forme initiale, l'Agent transplana en direction de l'ancien QG avant que le Polynectar ne se dissipe. 


D o u b l e  - C r a c


Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Déplacement de post

Message par : Kohane Werner, Dim 29 Jan 2017 - 12:27





RP avec Syneia et Rozaire
Flash-back ~ Kohane a 12 ans (et toutes ses dents MDR)


Les pas s'emballent dans la rue.
Oh, c'est tellement vivant ! Tellement... plein de monde !
Ces gens qui se côtoient, se saluent, vêtus de leur robe sorcière. Ces ados qui traînent eux aussi un peu partout. Sous le soleil radieux. Ceux qui font leurs courses -déjà !- en vu de la rentrée de septembre. D'autres se gavent se confiseries ou observent avec envie diverses vitrines.
Mes yeux ne savent plus vraiment où regarder.
Droite ? Gauche ?
Oups... regarde en face avant tout ! Je viens d'éviter de justesse un vieil homme qui m'adresse un sourire chaleureux alors que je bafouille quelques maladroites excuses.

Je ne connais pas beaucoup cet endroit.
Après avoir passé cette première année de sorcellerie en Allemagne, la Grande-Bretagne me parait si étrangère ! Mais c'est avec joie que je retrouve son sol, sa langue, ses rues Londoniennes et ses fish&chips.
Un peu de pluie même en ce milieu juillet.
Du vent parfois trop froid pour un été.
Mais aujourd'hui, le soleil s'est enfin décidé !
Oui, rayons, venez donc envahir notre contrée !
Comme on dit toujours : après la pluie, le beau temps. La lumière vient assécher les dernières flaques, preuves d'une averse récente. Leurs fils d'or se glissent entre les nuages tandis que le vent éloigne ces couvertures grises et menaçantes.
Toute la matinée, j'ai regardé le ciel changer, son état avancer inexorablement vers le beau temps.
J'ai regardé, sourire aux lèvres, confortablement installée dans le canapé du living-room.
Joie d'être en vacances.
Joie d'être rentrée chez moi.
Avoir retrouvé la maison. Papa. Maman.
Vouloir attraper de ses doigts ces fils de lumière partis du ciel... hum... tellement tentant !
Et Maman m'a proposé qu'on aille faire un tour sur le Chemin de Traverse. Pour profiter du beau temps. Faire un peu de shopping, flâner, découvrir ce monde sorcier britannique.
Un ouiiiiiii des plus enthousiastes est sortir de ma gorge sans que je ne puisse le contrôler.
Alors nous voilà toutes les deux parmi tout ce beau monde.



Je ne sais pas pourquoi mais ce lieu complètement sorcier me ravit.
Je sens mon coeur tressauter de joie à chaque pas.
Je connais quelques boutiques ici. Mais finalement, j'ai quand même passé le plus clair de mon année en Allemagne. Alors autant profiter de ces belles et longues vacances pour voir le côté anglais des sorciers.
J'ai, certes, grandi ici, en banlieue de Londres. Mais durant mon enfance j'ai côtoyé plus de Moldus que de sorciers -un choix de mes parents qui voulaient absolument m'ouvrir aux deux mondes. Et lorsque j'ai eu l'occasion rêvée de côtoyer des sorciers, j'ai pris la décision de retourner en Allemagne, retrouver mes racines germaniques et nouer des liens avec mes grand-parents parternels.
Choix difficile à prendre et à accepter, en particulier pour ma mère.
Mais c'est ainsi.
Je suis partie.
Et maintenant, je suis de retour. Pour deux mois.

Alors que je marche et observe avec attention et sourire les gens, je me dis, parfois, en croisant quelqu'un d'à peu près mon âge qu'on aurait pu être ensemble, étudier ensemble, si j'étais allée à Poudlard.
Maman m'a expliqué le système des maisons britanniques.
Alors je tente de me demander quelles couleurs a pu revêtir tel ou tel étudiant.
Je m'amuse à imaginer leur année dans un château que je ne connais que par descriptions faites par ma mère.
Je vois les tours, les couloirs de pierre. Je vois les uniformes aux couleurs de chaque maison.
Et j'imagine telle personne parcourant ces mêmes couloirs, vêtue de... disons... vert-et-argent, comme ma mère !



Mon esprit galope entre mille et mille images.
Entre sorciers croisés, articles alléchants des vitrines, étrange structure de certains bâtiments...
Mon esprit galope entre mille et mille images.
Si bien que je finis par me faire distancer par ma mère. Laquelle me rappelle bien vite à l'ordre.
-Kohane ! Qu'est-ce que tu fais ? Tu viens ?
Et la petite sauterelle que je suis comble les mètres qui nous séparent.
-C'est trop bien ici ! Il y a vraiment du monde ! Et plein de choses intéressantes !
Ma mère fait un sourire attendri. Son petit bout d'fille parait découvrir le monde. D'un côté, ce n'est pas faux. Durant l'année scolaire, je suis coincée dans ma petite école perdue dans la campagne. Durant les vacances intermédiaires, je suis chez mes grand-parents dans leur manoir entouré de verdure et de lacs -le cadre idyllique et reposant mais tellement loin de tout.
Il faut bien que je découvre les lieux surpeuplés où pleins de chapeaux pointus et de robes de sorciers se confondent les uns avec les autres !

-Ecoute, reprend ma mère, je dois aller chez Fleury et Botts et faire quelques autres courses. Je te laisse te balader comme tu veux et on se retrouve dans une heure près de chez Ollivander, d'accord ?
Oh oui ! Pouvoir flâner à mon rythme ! Laisser mes pensées tourbillonner dans ce fertile imaginaire sans avoir personne pour me rappeler que je vais n'importe où !
Un hochement frénétique de tête.
Maman, dans sa grande gentillesse, me confie quelques gallions. Si jamais j'ai envie...
C'est le jour de toutes les possibilités !
Elle me fait un signe de main en s'éloignant.
-Ah, et n'oublie pas ! ajoute-t-elle de loin. Ne t'approche pas de l'Allée des Embrumes, hein ?
Je la rassure.

Oui, oui. Je sais.
En plus, avec un tel nom, ça ne me donne pas envie d'y aller. Moi qui veux juste courir entre les rayons de soleil et sauter au-dessus des flaques.



Ainsi le temps s'écoule.
Gambadant de vitrine en vitrine.
M'extasiant sur tout. Toutes ces choses qui donnent envie. Qui font rêver. Ces balais, par exemple. On se voit déjà, champion de Quidditch avec sa superbe monture.
Je me faufile parmi les gens.
Certains me lancent un regard amusé. Amusé de voir cette petite fille courir, follement heureuse de ce mois de juillet.
Les rues m'accueillent avec joie.
Les petits chemins tortueux entre deux maisons.
Ces lieux où on pourrait s'amuser à se faire peur. Un peu sombre, un peu isolé...
Et boooouuuuh ! Haha, j't'ai eu !
Ces lieux où toute l'imagination d'une petite fille peut se déployer à son grès.

Ainsi le temps avance, inexorablement.
Et tout à coup, je me rend compte que je ne sais plus vraiment où je suis.
Où est Ollivander, déjà ?
Il y a du monde. Tout un tas de monde. Qui discute, se rencontre, échange les derniers potins, font leurs courses, flânent. Des couples qui s'embrassent sur un banc. Il y a de tout.
Mais plus aucun repère pour moi qui, de base, n'ai pas un super sens de l'orientation. Et surtout, surtout, j'ai le hic pour ne pas regarder où je vais. Ne pas retenir mon itinéraire. Ce défaut me vaudra quelques ennuis plus tard... mais je ne le sais pas encore.
Pour l'heure, je sens juste que je suis perdue.
En soi, ce n'est pas la fin du monde.
Il me suffit de demander à quelqu'un. Mais qui ?
A douze ans, un timide et réservée encore (trait de caractère qui sera amené à être changé !), on n'ose pas. On n'ose pas aborder une grande personne, si grande. Je sais pas pourquoi... ça fait un peu peur.
Alors je cherche des yeux quelqu'un qui pourrait avoir sensiblement mon âge.
Je serais plus rassurée.

Immobile parmi la foule, je scrute.
Et soudain, je la vois.
Je ne réfléchis plus et vole vers elle. Comment l'aborder ? J'sais pas trop...
Je déboule sur sa route. Elle doit avoir à peu près mon âge. Et si ça se trouve, elle est sympa. On pourra discuter. Je pourrai dire que j'ai une amie sorcière anglaise !
-Euh... bonjour, excuse-moi... euh... je suis un peu perdue... tu crois que tu pourrais m'aider ?
Une voix hésitante de petite fille.
J'espère vraiment qu'elle saura m'aider. Parce que j'ai pas envie d'aller demander à une grande personne.

Revenir en haut Aller en bas
Syneia Hawthorn
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant les Halles

Message par : Syneia Hawthorn, Lun 30 Jan 2017 - 23:23


Avec Kohane et Rozaire


Déjà deux ans que je suis à Poudlard dans la maison des verts et argents, ma mère et mon père m'ont félicités d'être une serpentarde. Bien évidemment, il n'y avait pas eu de fête, ni d'accolade. Les démonstrations affectives ça ne se fait pas chez nous. Aujourd'hui ils ont un repas important entre gens de la haute, les enfants ne sont pas conviés. Les adultes veulent être tranquille entre-eux. C'est ainsi que cette journée je la passe avec ma gouvernante. Ce matin, il y a eut de la pluie et au fur et à mesure des heures qui avançaient, les éclaircies arrivaient. Je m'ennuie entre ces quatre murs, ma gouvernante à beau essayé de me changer les idées, ses tentatives finissent en échecs. Je n'ai jamais vraiment apprécié les vacances scolaire.

Je regarde la fenêtre, les nuages se dégagent de plus en plus. Je me plait à imaginer leur forme. Mes pensées défilent dans ma tête si bien que j'en arrive à penser aux élèves de Poudlard et à leur familier. Je n'ai jamais eu le droit d'en avoir un, soit disant ils risquerait de tout salir avec leur sales pattes. Secrètement je rêve d'avoir un petit compagnon à mes côtés. Je ne fais pas attention et ma parole dépasse alors mes penser, je me mets à rêver tout haut. Ma gouvernante me regarde alors, un sourire en coin.

- On va aller t'acheter un familier

Je lui répond qu'on ne peut pas, si elle fait ça elle sera congédiée. J'ai beau être froide avec elle, je ne veux pas la perdre. Elle me réplique alors d'une manière déterminée que quoi qu'il en soit, ils ne pourront rien dire. Après tout elle fait le ménage dans toute notre demeure, ce n'est pas quelques crottes qui vont lui faire peur.

Elle arrive alors à me convaincre et nous voilà donc partie en direction de la boutique d'animaux magique. Je ne sais pas si c'est tous les jours comme ça mais cette fois ci, on dirait bien que tous les sorciers de la planète se sont donné rendez-vous au même moment pour venir à la boutique. Il y a du monde à s'en donner le vertige, beaucoup trop de personnes. Je me sens oppressée par tout ces gens qui vont et qui viennent, tout ces bruits me transpercent les tympans. Comment vais-je donc pouvoir choisir mon compagnon idéal dans ces conditions ?

Une seule solution était possible, on devait remettre ça à plus tard. Ma gouvernante décide alors de m'amener faire un tour aux halles, sait-on jamais on pourrait y trouver des choses intéressantes. Je regarde les vitrines, rien ne me donne envie, du moins pour le moment. Mais bon rien ne m'empêche de regarder. Je marche dans les allées, sans trop faire attention. Ma gouvernante est derrière moi, un vieux sorcier tout ridé et bien laid à mon avis semble lui faire du charme. Pourvu qu'elle ne se laisse pas avoir. Elle en met du temps pour revenir. Je les observes avec attention, sait on jamais, je n'ai aucune confiance en cet hurluberlu.

Une voix me fait alors sortir de mon espionnage aussi discret qu'un hyppogriffe qui attendrait le bus chez les moldus. Je regarde en direction de la voix qui me parle et je remarque qu'elle appartient à une fille qui à vu d’œil doit avoir à peu près le même âge que moi. Je ne l'ai jamais vu à Poudlard. Bon d'accord, je ne parle quasiment à personne là bas, les élèves que je côtoie sont rares, mais je m'en serais rappelée quand même. Elle est perdue et me demande si je peux l'aider. Ce n'est pas souvent que cela arrive, mais elle en a de la chance, je vais l'aider.

- Tu veux aller où ?

La phrase semble être brute de pomme, quoi de mieux que de lui demander où elle veut aller pour pouvoir l'aider ? Il faut se rappeler aussi que moi et les interactions sociales, cela fait deux, alors je me débrouille comme je peux.
Revenir en haut Aller en bas
Rozaire Dumaray
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant les Halles

Message par : Rozaire Dumaray, Sam 4 Fév 2017 - 22:53


Avec Kohane et Syneia

Déjà un an qu'elle était élève à Poudlard, et avait été répartit chez les Poufsouffles.. Oh elle adorait cette maison ! La jeune fille ne s'attendait juste pas à ça et c'était loin de plaire à ses parents.. Tout deux Serpentard. Rozaire avant attendu un bon moment avant de leurs envoyer un hibou les prévenir de la nouvelle, mais aucune réponse n'était revenue à elle. Rien d'étonnant à cela enfaite.. Et c'était mieux ainsi enfaite.

De retour au domaine familial, l'ambiance qui n'était déjà pas au rendez-vous habituellement fut encore plus pesante. Presque aucunes paroles ne lui été adressé, même le strict minimum semblait leurs écorcher les lèvres. "Poufsouffle... Mais quelle honte.." avait-elle entendu de la bouche de la femme qui malheureusement était sa mère. Moins affecté que par le passé par ce genre de réflexion, la jeune fille réussi sans mal à supporter les grandes vacances en comptant les jours restant avant son retour à Poudlard !

La brune en était persuadé, c'était à contre cœur que ses "géniteurs" l'accompagnait au chemin de traverse. Après tout elle n'avait pas d'argent pour faire le plein de l'année toute seule, bien qu'elle aurait fait n'importe quoi pour. Sa mère les lèvres pincés et les yeux dur de son père dirigé vers elle n'était pas sans lui faire un peu de peine. Comment pouvaient ils autant la haïr ? Tout ce qu'on pouvait lui reprocher c'était sa répartition, et encore elle n'y était pas vraiment pour quelque chose. Reprochaient-ils à leurs fille sa faiblesse d'esprit ?

Ils ne prirent pas la peine de perdre leurs temps, un petit coup de poudre de cheminette. Tout ceci allé être rapide, reprendre de l'encre, des parchemins. Un kit d'ingrédients pour le cour de potion. Et enfin les livres. En même pas une heure tout était acheté, c'était comme ci un bonne épine venait d'être retiré de leurs pieds.

- Merci à vous d'avoir sacrifié de votre temps pour moi.

- Hum.. Soit, nous avons à faire plus loin. répondit sèchement le paternel avant de reprendre du même ton, Toi tu reste ici, et que nous n'ayons pas à chercher après toi à notre retour, me suis je bien fait comprendre ? dit-il très persuasif.

- N'ayez crainte, je vous attend sur le chemin.

Pas un mot de plus, comme s'ils étaient limité. Tout deux sortirent du chemin principal pour s'engouffrer dans une petite ruelle sur la droite. Rozaire se sentit enfin plus libre, hors de la porter de leurs regards, et tout ce qu'elle trouva de mieux à faire, c'était de sortir du sac qui étonnamment contenait toutes les fournitures, un de ses nouveaux bouquins. Elle ne voulait pas être tenté par les vitrines, sans argent dans les poches ça ne servait à rien.

Fatiguant.. la rue était bondé de monde, difficile pour elle de ce concentrer un minimum sur son livre d'histoire de la magie. Pas besoin de voir devant elle pour savoir qu'elle était bloquée dans un bouchon de gens. Elle avait bien lu au moins deux pages et demis avant d'être débloqué et reprendre son chemin au gré de la foule jusqu'à devoir s'arrêter de nouveau en bousculant quelqu'un ?

- Oh ! veuillez m'excuser, avait-elle dit précipitamment en levant le nez du bouquin, J'étais absorbé par l'histoire sur ces soit disant sorcières brûlés au moyen âge. Je suis profondément navré.. murmura t-elle en époussetant la cape de la pauvre fille qui venait d'être bousculé. Oh, vous êtes aussi de Poudlard, Serpentard.. soupira enfin la brune, repensant à ses parents avant de se remémorer le visage de la verte et argent. Il me semble vous avoir croisé au détour d'un couloir, j'espère que vous ne tiendrez pas rigueur de mon comportement. Puis-je vous être d'une quelconque aide pour m'excuser ? demanda enfin la brune en balayant sont regard sur les deux filles face à elle.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant les Halles

Message par : Kohane Werner, Dim 19 Fév 2017 - 15:40





Impression de rougir.
Timidité qui s'impose.
Alors que la fille me regarde. Ni gentille, ni méchante. Simplement le regard. Qui détaille.
Elle doit se demander d'où je sors, qui je suis.
Sur le coup, j'ai envie d'aller m'enfouir six pieds sous terre. Si elle s'était tournée vers moi, visage rayonnant, large sourire aux lèvres et yeux brillants d'un éclat accueillant, je me serais sentie bien plus rassurée.
Mais là...
Son air presque neutre, son oeil inquisiteur me font me sentir toute petite. Petite et perdue.
Je veux disparaître.
Non, je ne suis jamais venue te voir ! Non, je ne t'ai jamais demandé mon chemin ! Non, je ne t'ai jamais adressé la parole !

La petite fille timide que je suis tente, tant bien que mal, d'esquisser un sourire qui se veut sympathique.
Montrer à l'autre qu'on n'a pas de mauvaises intentions.
Montrer qu'on est quelqu'un avec qui on peut s'entendre.
Détendre un peu l'atmosphère.

- Tu veux aller où ?

Sa voix, sa question, brusques, ne font que renforcer mon envie de m'envoler.
C'est un peu brut, sa façon de s'adresser aux gens. Cependant, je ne suis pas là pour lui faire la morale à ce propos. Qui plus est sa question semble clairement annoncer qu'elle se tient prête à m'aider.
Au moins, je pourrai retrouver mon chemin.
Même si nous ne sympathisons pas plus que ça.



Je tire un peu sur le bas de ma veste et bafouille un truc comme :
-Euhm... enfin...
Pas le temps d'achever. Voilà qu'un truc s'immisce entre nous, bouscule les corps.
Une jeune fille vient de nous rentrer dedans. Enfin, de rentrer dans l'autre fille qui doit m'aider à m'y retrouver sur ce vaste chemin sorcier.
Un rapide coup d'oeil, analyse vite fait. Et je repère le livre que tient la nouvelle venue dans ses mains. Elément de toutes les distractions !
D'ailleurs, elle relève bien vite la tête, s'empresse de s'excuser, invoquant le bouquin et sa passionnante histoire de sorciers brûlés.
Tandis qu'elle époussète la cape de la jeune fille bousculée, j'arque mes sourcils un peu surprise. Les histoires de sorciers brûlés me font plus froid dans le dos qu'autre chose.

-Oh, vous êtes aussi de Poudlard, Serpentard..
Mon regard passe de la nouvelle venue à la vert-et-argent. Ainsi donc, c'est une sinople ?
Un imperceptible sourire se dessine sur mes lèvres.
Ma mère aussi, était une Serpent. Sept années d'étude dans cette maison. Sept années qu'elle a savourées avec bonheur, selon ses propres dires.
Remarquer que la jeune fille est une Serpentard ne paraît pas emballer la nouvelle venue. A-t-elle donc quelque chose contre les sinoples ?
L'idée me traverse rapidement l'esprit avant d'être chassée par la voix qui continue de déverser des mots.

- Puis-je vous être d'une quelconque aide pour m'excuser ?



Je constate que son regard passe de l'une à l'autre.
Je suis donc concernée par la question.
A nouveau, je m'emmêle les pinceaux, bafouille, me force à me calmer.
Ca va, elles vont pas te manger !
Une inspiration, une expiration.
Pfiou...
Allez, reprends. Calmement.

J'adresse à la nouvelle venue un sourire avant de ramener mes cheveux en arrière, tic de nervosité.
-Je... je suis juste un peu perdue, commencé-je, hésitante. Je cherche la boutique Ollidander's où j'ai rendez-vous avec ma mère.
C'est quand même la honte, de réussir à se perdre ainsi.
Mais bon... j'ai l'excuse d'avoir passé un an entier en Allemagne et donc de ne pas être habituée au Chemin de Traverse.
Certes, je suis Britannique mais, finalement, j'ai peu d'attaches avec le monde sorcier britannique.
-D'ailleurs, je reprends d'un ton un peu plus assuré, je m'appelle Kohane.
Voilà.
On commence comme ça.
C'est de suite plus sympa, plus amical de pouvoir poser un nom sur la personne d'en face.
Le regard que je leur lance semble poser la question muette : et vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Syneia Hawthorn
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant les Halles

Message par : Syneia Hawthorn, Dim 19 Fév 2017 - 16:45


La jeune fille qui m'avait adressée la parole semble gênée, elle me répond avec hésitation. Il faut dire que je n'avais pas vraiment prit de gants pour lui répondre à sa question, il va falloir que je songe à faire des efforts là dessus, les interactions humaines ne sont pas ma spécialité et ça doit bien se voir. Le silence à prit toute la place et grandit encore et encore, à cette allure là nous n'irons pas loin. Soudain, je sens un corps me bousculer, puis je sens les mains de la personne en question dépoussiérer ma cape tout en s'excusant. La fille me dit quelque chose, je me souvient vaguement de la voir vu dans les couloirs de Poudlard. Il y a tellement d'élèves dans cette école, mettre un prénom sur un visage n'est pas une mince affaire.

La fille qui m'a bousculé avait remarqué que j'étais une serpentarde, fait qui ne la mettait pas en joie, du moins ce fut l'impression que j'avais eu. Nous étions pas les plus populaires au sein de Poudlard, c'était un fait, rien de bien étonnant donc.

- Oh ce n'est rien, ça arrive à tout le monde. Surtout quand il s'agit d'un livre passionnant.

Quand un livre nous emporte, il est bien difficile de faire attention autour de soi, peu importe qui que l'on soit, c'était partout pareil. La jeune fille qui m'avait demandé son chemin, semblait être plus à l'aise, elle voulait aller à Ollivander's. Je me fis la réflexion qu'elle ne devait pas être du coin, tout sorciers de Poudlard connait la boutique de baguette magique, elle avait sensiblement le même age que moi, sans doute avait-elle fait ses études à l'étranger. Tout cela n'était que suppositions.

- Ollivander's n'est pas très loin, nous pouvons t'y amener si tu veux.

Mon regard se retourne vers la lectrice qui m'avait bousculé, et je m'adressais à nouveau à elle.

- Tu peux nous accompagner aussi si tu le veux.

Je tentais d'être sociable, est-ce que cela avait marché, je manquais encore d'expériences dans le domaine. La sorcière égarée nous dit alors son prénom. Il n'y avait rien de mieux pour faire connaissance, à mon tour je me lançais :

- En fait, je m'appelle Syneia.

Mon regard se posa à nouveau sur la sorcière que j'avais parfois croisé à Poudlard sans en connaitre son prénom, ce qui était bien difficile, ne pas pouvoir nommer la personne à qui l'on s'adresse est assez perturbant.

- Et toi ?
Revenir en haut Aller en bas
Rozaire Dumaray
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant les Halles

Message par : Rozaire Dumaray, Dim 19 Fév 2017 - 20:44


- Oh ce n'est rien, ça arrive à tout le monde. Surtout quand il s'agit d'un livre passionnant.

- Oh oui oui.. Vous êtes bien compréhensive, je vous en remercie, dit-elle en hochant la tête, accrochant un petit sourire qui se voulait sympathique.

La jaune et noir fut rassuré de voir que la jeune fille avait plutôt bien pris ses excuses, finalement il n'y avait pas que des mauvais Serpentard. Rozaire c'était presque convaincu du contraire, que ce soit ses parents où d'autres Serpentard rencontré à Poudlard elle n'en avait pas de bon souvenir, peut-être est ce l'exception qui confirme la règle ?

L'une des deux filles répondirent ensuite à sa question, elle ne savait à qui s'adresser au début mais lorsque l'autre jeune fille pris la parole Rozaire compris alors.

-Je... je suis juste un peu perdue, balbutiait timidement la brune Je cherche la boutique Ollidander's où j'ai rendez-vous avec ma mère.

- Tu peux nous accompagner aussi si tu le veux. Enchaina la Serpentard.

- Oh ou..oui bien sur que je le peux, la boutique d'Ollivander ce trouve sur le chemin alors... Je suppose que ça me va.. Dit-elle en repensant aux ordres de ses parents, mais tant qu'elle restait dans la rue principal il n'y avait pas de soucis. Elle l'espérait en tout cas. Mais je ne serais pas d'une grande aide ensuite.

La jaune et noir n'aimait pas tant que ça prendre la parole, surtout avec des inconnus.. Mais à choisir autant rester digne de sa famille, si jamais ses parents ont vent d'une mauvaise conduite de celle ci.. Non enfaite elle ne préférait pas y penser. Et puis si jamais ses parents la retrouve en compagnie de ses filles, sans doute seront-ils plus clément en voyant le blason de la verte et argent. Rien que pour ça elle était prête à faire un effort de sociabilisation, ça n'était pas si compliqué au fond, un petit sourire et un vocabulaire respectueux était suffisant.

-D'ailleurs, je m'appelle Kohane.

- En fait, je m'appelle Syneia.

Oh c'était déjà le moment des présentation ? Et la jeune fille n'avait pas souvenir de l'avoir fait justement.. Quel manque d'éducation penseraient ses parents, Rozaire en eu des sueurs froides.

- J'aurais du me présenter dès le début, pardonnez moi. Je m'appelle Rozaire, Rozaire Dumaray. Enchanté de faire votre connaissance en tout cas.

Lorsque l'on faisait quelque peu la comédie pour bien se tenir il était plus simple de ne pas bégayer, c'était comme se cacher sous une étiquette de fille de bonne famille.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant les Halles

Message par : Kohane Werner, Lun 20 Fév 2017 - 15:51





L'élément inattendu, l'arrivée subite de cette jeune fille, rentrée sans le vouloir dans la fragile bulle récemment construite a, finalement, du bon.
Car l'atmosphère se détend un peu.
Le corps se relâche.
Mon sourire se fait plus sincère, moins crispé.
La jeune Serpentard, tout à l'heure brute de décoffrage et peu accueillante m'apparaît, d'un coup, plus sympathique lorsqu'elle me dit qu'Ollivander's n'est pas loin. Cela me rassure : je ne me suis pas tant éloignée que ça.
Elle propose même de m'y emmener !
Quelle gentillesse !
Bien évidemment, je ne dis pas non. Faire un bout de chemin ensemble est l'occasion rêvée pour faire de nouvelles rencontres, créer des liens. Et comme j'aime faire connaissance avec les gens, me lier à eux... eh bien, je suis contente !

La sinople reporte son regard sur la nouvelle venue et lui propose de venir avec nous.
Je lui adresse un hochement de tête pour lui signifier que j'en serais très heureuse.
Comme quoi, se perdre sur un chemin britannique qu'on connaît à peine a du bon.
C'est toujours dans ce genre de situation, totalement par hasard qu'on parvient à faire des rencontres -qui, parfois, se trouvent être de belles rencontres. J'espère que ce sera le cas cette fois-ci.

L'une est l'autre se présente après que j'ai donné mon nom.
Ainsi donc Syneia et Rozaire.
Mentalement, j'inscris bien le nom de l'une et de l'autre sur leur visage, histoire que je puisse me rappeler d'elles si un jour je les recroise. Je peux être parfois un peu tête en l'air et reconnaître les gens sans parvenir à poser sur eux un nom précis.
Mais avec elles, c'est décidé, cela n'arrivera pas.
Je retiens.
Syneia. Rozaire.



Et c'est parti !
Je me ferai guider par les deux demoiselles qui, elles, savent où se trouve la boutique recherchée.
-Contente de vous rencontrer également, je prononce avec un sourire.
Cette fois, c'est la bonne.
Je vais vraiment nouer le contact.
Finis, les airs timides et apeurés ! Elles n'ont pas l'air méchantes alors, profites-en. Une rencontre peut-être inoubliable.

Je fais quelques pas ; il ne me faut pas trop traîner si je ne veux pas arriver en retard à mon rendez-vous avec ma mère. Elle risque de s'inquiéter. Elle s'inquiète toujours. Même si c'est parce qu'elle m'aime, ça peut être un peu lourd parfois.
Je fais donc quelques pas en espérant juste que je vais dans la bonne direction.
Les gens défilent, se bousculent. Allers et retours. Des capes, des chapeaux, des rires d'enfants, discussions d'adultes.
Et au milieu de ce tumulte, nous trois.
Trois ados. Encore bien jeunes.
Tout juste rencontrées.

Je tourne vers les deux filles un regard brillant, prêt à nouer un vrai contact cette fois-ci.
-Vous êtes donc de Poudlard toutes les deux ? j'interroge, avide d'en savoir plus sur l'une et l'autre.
Avide de pouvoir les sonder.
Essayer de voir si ça pourrait coller entre nous.
Si elles ne sont pas trop prises de tête.
Si elles savent sourire, elles aussi.
Si cette rencontre sera bel et bien une jolie et inoubliable rencontre.

Revenir en haut Aller en bas
Syneia Hawthorn
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant les Halles

Message par : Syneia Hawthorn, Lun 20 Fév 2017 - 16:36


Il est bien plus facile de s'adresser aux personnes quand on connaît leur prénom, du moins c'était mon avis. Comme si une barrière invisible s'était cassé à la prononciation de ces mots magiques. J'avais remarqué au langage de Rozaire qu'elle devait s'en doute faire partie d'une famille de la noblesse, sa façon d'être m'avait d'autant plus mis la puce à l'oreille. Peut être que les discussions de cette balade improvisée le confirmeront.

Nous passons entre la foule, les gens ne font pas attention à nous, ou si ils le font, ils passent vite à autres chose. La conversation va bon train, Kohane lance alors le fameux sujet de l'école en nous demandant si nous sommes de Poudlard. Je lui répond un sourire au lèvre:

- Oui je suis à Poudlard, je suis une serpentarde pour ma part, comme Rozaire l'a fait remarqué avec ma cape. Et toi tu fais tes études dans quel établissement ?

Je décide alors de m'allumer en cachette une petite cigarette, au vu de mes douze années, ma gouvernante n'apprécie pas du tout de me voir une clope au bec, d'ailleurs quand elle me voit le faire, celle-ci finit en miette (la clope pas la gouvernante). Je profite donc des moments où elle n'est pas là pour faire mes petites cachotteries. Comme beaucoup d'adolescent en fait, sorciers ou non.

- Aaaaaaah depuis le temps que je l'attendais celle-là...J'espère quand même que l'odeur ne vous dérange pas ?


Je m'adresse alors à nouveau aux filles en reprenant le sujet de conversation que l'on avait:

- Cela se passe bien l'école pour vous ?

Revenir en haut Aller en bas
Rozaire Dumaray
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Devant les Halles

Message par : Rozaire Dumaray, Lun 20 Fév 2017 - 18:47


-Contente de vous rencontrer également,répondit-elle avec un sourire.

Cette jeune fille lui semblait gentille, en tout cas elle savait se tenir et cela était plaisant, cette attitude la rassurait. Le petit groupe pris alors la route vers la fameuse boutique d'Ollivander, c'était l'an dernier qu'elle avait reçut sa baguette et elle s'en souvenait comme ci c'était hier, ce sentiment de réconfort en l'empoignant.

-Vous êtes donc de Poudlard toutes les deux ?demanda la brune.

- Ou..oui tout à fait.. Oh heu pardon.. Rozaire se tut pour laisser la Serpentard parler.

- Oui je suis à Poudlard, je suis une serpentarde pour ma part, comme Rozaire l'a fait remarqué avec ma cape. Et toi tu fais tes études dans quel établissement ?

La brune c'était mise à rougir en hochant la tête lorsqu'elle entendit la serpy mentionner son prénom, puis repris:

- Oui est moi aussi je suis à Poudlard, je fais partit d'une autre des quatre maisons. Je suis à Poufsouffle. Il y a deux autres maisons sinon, Gryffondor et Serdaigle. Vous y serez repartit selon votre caractère.

"Répartit selon votre caractère"... Oui elle l'avait dit.. surtout que les Poufsouffle était connu pour être des personnes chaleureuses, pas très intelligentes, bon vivants. ça n'était pas totalement vrai, mais dans l’esprit de la plupart c'était le cas, tout comme l'idée reçut des Serpentard voulait qu'ils soient mauvais, ambitieux et méprisant. Après tout ça n'était que des préjugés, puisque Syneia n'était pas ainsi aux premiers abords.

Cette dernière sortit une cigarette qu'elle alluma discrètement mais non sans élégance, Rozaire là regarda un moment avec des yeux rond, loin de s'attendre à de tel manière de sa par, la jeune fille c'était imaginer une autre image de cette demoiselle. Rozaire se ravisa pour ne pas trop choquer et se racla la gorge en secouant la tête de gauche à droite.

- Aaaaaaah depuis le temps que je l'attendais celle-là...J'espère quand même que l'odeur ne vous dérange pas ? soupira la verte et argent.

- Non ce n'est pas grave, faite comme bon vous semble. Cependant j'apprécierais que vous ne le fassiez pas devant mes parents, je vous en remercie d'avance.

Après coup elle trouva ses paroles quelque peu dure, observant ses camarades pour s'assurer que ses mots n'avaient pas été mal interprété. C'est bien la dernière chose que la jaune voulait.

- Cela se passe bien l'école pour vous ?

- Je vais entamer ma deuxième année, et ça peut aller pour le moment. Je ne ne connais pas encore grand monde mais.. Les études avant tout me direz vous. répondit elle dans un ton qui se voulait amical.

Mais non en réalité elle ne connaissait personne, et c'est à peine si habituellement elle adressait la parole à quelqu'un. Rozaire s'étonnait encore d'avoir autant parler.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane Werner
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Devant les Halles

Message par : Kohane Werner, Sam 25 Mar 2017 - 12:07


Mille excuses pour ce retard ! supplier




La conversation s'amorce bien, on dirait.
La jeune fille nommé Syneia répond sans tarder à ma question. Oui, elle est bien de Poudlard et répartie à Serpentard. Polie, elle me demande dans quel établissement je suis. Déjà, l'autre -Rozaire, si j'ai bien retenu son nom- enchaîne. Elle dit être à Poufsouffle et évoque les deux autres maisons existantes : Gryffondor et Serdaigle.
Un petit hochement de tête de ma part.
J'en ai entendu parler aussi.
Bien moins que Serpentard, évidemment, puisque c'est là que ma mère a fait ses sept années d'étude. Cependant, elle a aussi, à l'occasion, évoqué le nom des trois autres maisons.

-Vous y serez repartit selon votre caractère, ajoute la jeune Pouffy.
Selon notre caractère ? C'est vrai, ma mère m'a déjà parlé de ça aussi.
J'ai toujours trouvé cela étrange. Bien sûr, cela permet de créer des liens avec des gens qui nous ressembleront plus ou moins. Une communauté basée sur le critère du caractère a du bon, sans aucun doute.
Cependant, je me demande quand même s'il est vraiment possible de mettre ainsi des gens dans des cases.
Peut-être est-ce là qu'une formalité... Un truc administratif pour dire que les élèves appartiennent bel et bien à un groupe. Mais sans plus.
Néanmoins, pas mal de questions commencent à me tarauder l'esprit à ce sujet.
Des questions que j'aimerais bien leur poser, puisque me voilà en compagnie de deux jeunes élèves de Poudlard !



Mais quelque chose retient les nombreuses interrogations qui me démangent.
Ce quelque chose c'est
la flamme subite
qui embrase la cigarette
portée aux lèvres d'une jeune fille qui ne doit pas être beaucoup plus âgée que moi.
Rozaire ouvre de grands yeux et je fais de même.
C'est la première fois que je vois une aussi jeune fille fumer. Ca ne plairait pas beaucoup à mes parents, tiens.

- Aaaaaaah depuis le temps que je l'attendais celle-là...J'espère quand même que l'odeur ne vous dérange pas ?

Soupir d'extase alors que la fumée s'envole en volutes.
La Pouffy répond que ça ne la dérange pas mais qu'il vaudrait mieux qu'elle évite devant ses parents. J'ai un hochement de tête à la suite de ses paroles pour signifier que je pense la même chose.
Ma mère ne serait pas des plus enchantées de me voir en compagnie d'une toute jeune ado fumeuse.

- Cela se passe bien l'école pour vous ? interroge alors Syneia.
Rozaire dit entrer en deuxième année et ne pas encore connaître grand monde mais bon...
Un petit pincement au coeur de l'entendre.
C'est jamais très cool, d'être seule. Je dois avouer que moi-même je n'ai pas non plus de supers grands amis mais je ne me sens pas non plus totalement seule.
J'adresse à la jeune fille un sourire qui se veut amical et compatissant. J'espère vraiment qu'elle trouvera quelqu'un sur qui compter, sur qui s'appuyer.

-Pour ma part, je suis scolarisée en Allemagne, dans une toute petite école. On peut dire que ça se passe bien. C'est assez tranquille, jamais rien à signaler. Mais là-bas il y a une bibliothèque superbe !
Un sourire de contentement se dessine sur mon visage à cette évocation.
C'est sans doute la première chose que j'ai repérée et aimée dans cette école.
La bibliothèque. Remplie d'ouvrages en tout genre.
Le lieu où j'aime me réfugier jusqu'à tard le soir. Trainer au milieu des rayons. Prendre un livre, le feuilleter, lire une ou deux pages puis le reposer avant d'en saisir un deuxième.
J'aime l'ambiance calme de cette partie de l'école.
C'est peut-être même ça qui me fait le plus aimer les études.

-Et toi, Syneia ? Poudlard est sympa ?
Un court temps avant que je ne me décide à aborder de nouveau la question des maisons.
-Dites, à propos des maisons que vous avez là-bas, moi ça m'intrigue vachement ! C'est comment, les relations entre maison ? Vous restez souvent qu'entre vous ? Et y'a aussi un truc que je ne saisis vraiment pas. C'est pourquoi certains semblent mettre un point d'honneur à aller dans telle maison et considère que c'est une honte d'aller dans une autre ? Ne se valent-elles pas toutes ?

Je me tais subitement, consciente que ça fait beaucoup de questions.
Léger rougissement -j'espère ne pas les embêter avec mes interrogations en masse.
Sourire timide et regard qui signifie si vous voulez pas répondre, c'est pas grave, hein !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Devant les Halles

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2

 Devant les Halles

Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Les Halles Magiques-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.