AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 2 sur 2
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1, 2
Arnaud Meula
Serdaigle
Serdaigle

Re: Le comptoir

Message par : Arnaud Meula, Ven 06 Avr 2018, 17:07


La vendeuse inspecta le formulaire pour vérifier qu'il n'y avait aucune incohérence et releva vite la tête.

C'était parfait! Ma nouvelle baguette allait parfaitement m'obéir et elle serait parfaitement adaptée à mes projets futurs, je pourrai enfin lancer un sort la conscience tranquille. Elle me parla également du prix, de la durée de la fabrication et du service de livraison, 4petits jours de fabrication pour seulement 2 Gallions et 11 Mornilles. On peut dire qu'ils étaient vraiment les experts de la vente et fabrication de baguettes en Europe.

Je déposais alors 3 gallions sur le comptoir et dis:

Je suis intéressé par votre service de livraison, voici l'adresse de livraison. je tendis alors une carte de visite avec l'adresse de la maison de mes parents.

Je vous laisse 3gallions, vous pouvez garder la monnaie, c'est pour votre professionnalisme. un sourire franc apparaissait sur mon visage, ce n'était certainement pas une grande fortune, mais au-delà de l'argent, le geste devrait faire plaisir à la vendeuse et possiblement la rendre fière pendant quelques minutes.

Je rangeais donc mon porte-monnaie dans ma poche et je me préparais à aller faire un petit tour à la BAM.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Le comptoir

Message par : Elly Wildsmith, Sam 07 Avr 2018, 00:40


La vision du sortilège semblait ravir les deux jeunes femmes. Pleinement satisfaite, et ayant hâte de t’en servir en duel, tu regardais la jeune femme qui avait la mine réjouie – sans doute la satisfaction de l’artisane qui ne s’était pas trompée.

Et puis, elle te demande de lui laisser jusqu’à la fin de la semaine pour parfaire l’apparence de vos deux baguettes, et tu hoches la tête de satisfaction. C’est qu’en plus d’être douée, elle était rapide, et cela te plaisait bien entendu. Car désormais que tu avais touché à cette magie, à cette baguette si particulière, tu ne voulais plus t’en passer.

« Très bien, je repasserais à la fin de la semaine. Encore merci pour vos conseils et vos recherches ». Tu avais hâte, vraiment hâte de revenir voir et de constater le talent de la jeune femme. Tu ne doutais pas que les baguettes seraient à la hauteur de ta demande. Tu t’éloignes du comptoir et finit par quitter la boutique dans laquelle tu espérais revenir tout bientôt.



Quelques jours plus tard, tu regagnais la célèbre boutique, toute anxieuse de savoir ce qu’avait donné l’art de la femme d’Ollivanders. Tu entrais d’un pas discret, avant de lancer un « Bonjour », orné d’un sourire – le sourire prêt à recevoir un cadeau – ou en tout cas prêt à découvrir une merveille. Tu étais pressée, tu avais hâte, et désormais la magie te semblait bien muette par rapport à celle que tu avais pu tester – l’espace d’un instant seulement – dans la boutique.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Chad Taylor
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Chad Taylor, Sam 07 Avr 2018, 02:10


« Eh bien, tu n’as pas l’air aussi extatique que les autres enfants ! Tu n’es pas heureux d’aller chercher ta baguette Chad ? »

« Mhh… »

Sa grand-mère lui avait posé la question sans vraiment attendre de réponse. Elle avait pris l’habitude du caractère calme et docile de Chad, mais elle avait espéré le voir revivre un peu à l’idée de préparer sa première rentrée scolaire.

Pour l’occasion, elle l’avait vêtu d’un costume de tweed parfaitement inconfortable, et mal adapté à sa taille. Ce n’était d’ailleurs pas que son costume avait été acheté à la va-vite, mais le jeune sorcier avait connu une poussée de croissance tellement énorme pendant les vacances qu’il semblait maintenant bien trop grand pour son âge. Ses cheveux roux lui donnaient un air de leprechaun.

Lorsqu’ils arrivèrent devant le magasin, Chad entrouvrit légèrement les lèvres, ce qui en soit constituait un exploit. Il avait imaginé le magasin dérangeant par son immensité – après tout, il fournissait des centaines de sorciers et sorcières depuis des années – mais il se trouvait devant un édifice tout à fait modeste. Il aurait très bien pu s’y sentir à sa place. Il dépassa sa grand-mère pour rentrer à l’abri du tumulte de la rue et se senti apaisé par le calme ambiant. Seule une jeune fille était en plein essayage pour sa baguette et semblait aussi perdue qu’il ne l’était. Si ce n’est que lui prenait grand soin de le cacher.

Il se présenta donc au comptoir attendant son tour sagement en lorgnant les dizaines de caissettes contenant les précieuses baguettes. Il commençait finalement à se poser la question de sa composition. Et si la baguette révélait qu’il était quelqu’un de faible ? Si elle était toute petite ?

Il attendit donc son tour patiemment et dans le silence.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lyra Alson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Lyra Alson, Sam 07 Avr 2018, 18:26


La jeune sorcière avançait en tirant de la main ses parents. Elle était tellement impatiente d'avoir sa première baguette qu'elle ne tenait plus en place. En effet, elle avait embêté ses parents toute la semaine pour faire ses achats de Poudlard deux semaines avant. Lyra n'avait jamais eut de baguette à elle. Elle avait souvent emprunté celle de sa mère mais elle en avait jamais eut une pour elle toute seule. Rien que pour elle ! Vous vous rendez compte ! Lyra avait déjà acheté son uniforme et ses livres. En ce qui concernait son animal de compagnie, elle avait hérité de la chouette de sa maman se nommant Artentia. C'était la fillette elle même qui avait tenu à choisir son prénom lorsqu'elle avait 9 ans. Au fur et à mesure qu'ils approchaient de la boutique, Lyra sentait la pression monter en elle. Une vague de terreur la submergea sans qu'elle ne put rien faire. Et si elle ne trouvait aucune baguette qui lui convenait?

En compagnie de ses parents, elle poussa la porte de la boutique d'Ollivanders. Des étuis à baguette étaient entreposés, de ça de là. Mais il n'y avait visiblement personne.

-Ouhou il y a quelqu'un ?

Prénom & Nom : (votre pseudo)Lyra Alson
Caractère : (en trois adjectifs minimum, neuf au maximum)Douce, sensible, déterminée, très studieuse, intelligente.
Longueur de vos bras : (en cm)40cm
Taille : (en cm)145


Dernière édition par Lyra Alson le Mer 18 Avr 2018, 13:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Damian Walker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Première Baguette

Message par : Damian Walker, Dim 08 Avr 2018, 03:48


Baguette:
 


J'étais vraiment impatient. Enfin, j'allais recevoir ma première baguette magique, à tel point que je m'étais levé de très bonne humeur, ce matin, à la grande surprise de mes parents qui m'ont toujours vu grognon au réveil. Afin d'obtenir ma précieuse baguette, je devais me rendre sur le Chemin de Traverse et faire un rapide tour chez Gringott's avant de me rendre chez Ollivander's. Mes parents décidèrent de ne pas m'accompagner car ils étaient très occupés par le travail, ce jour-là. Après un passage chez nos amis les Gobelins, je me dirigeai rapidement vers la boutique de baguettes magiques, poussé par l'excitation et l'impatience. Je poussai la porte de la boutique. Il y avait quelques clients devant moi. Je devais donc patienter avant d'avoir ma première baguette en main. Je scrutai les environs et constatai que la boutique n'était pas si grande. En fait, la boutique ne se composait que du comptoir derrière lequel il y avait 7 étagères où étaient entreposées toutes les baguettes destinées à la vente. D'ailleurs, ces baguettes étaient un peu placées n'importe comment sur les étagères. Au lieu d'avoir des piles bien propres, l'on pouvait voir des boîtes de travers ou qui était sur le point de tomber.

J'avais entendu que le choix de la baguette n'était pas une chose aisée. En effet, d'après mes parents, la baguette choisit son sorcier et il faut faire plusieurs essais avant de trouver la bonne. Ma hantise aurait été de prendre des heures à trouver la bonne baguette, alors qu'une file interminable de nouveaux élèves, tout aussi impatients, soit derrière moi. Heureusement, il n'y avait pas foule, pour le moment. J'avais aussi entendu que d'autres critères étaient pris en compte, comme le caractère ou la longueur du bras. Je comprenais un petit peu tous ces critères précis. Il est quand même question de trouver la baguette parfaite pour soi, celle que, normalement, je garderais toute ma vie.

Quand ce serait mon tour, je m'approcherais du vendeur, le saluerais poliment et attendrais la suite des événements...
Revenir en haut Aller en bas
Flora Blackrose
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Flora Blackrose, Dim 08 Avr 2018, 14:12


La jeune fille sentit une certaine animosité provenant du vendeur qui semblait vouloir être n'importe où plutôt qu'ici. Malgré cela, il la prit en charge en plus de trois autres personnes qui venaient aussi ici pour acheter leur première baguette. Probablement des nouveaux sorciers eux aussi.
Les joues rouges elle baissa la tête en redisant encore une fois un « bonjour » timide. Le vendeur en question, après avoir fait ce qu'il fallait, alla chercher des baguettes de chacune des personnes. La jeune fille en profita pour attarder son regard sur les étagères contenant une multitude de boites. Certaines étaient semblaient récentes, d'autres beaucoup plus vieille.
- Wow ! C'est vraiment impressionnant, murmura-t-elle en s'approchant de l'une des boites pour passer doucement l'index dessus.
Le sourire aux lèvres, elle fit le tour de la salle, où du moins ce qui était accessible aux clients puis retourna au niveau du comptoir, où notre cher vendeur était en train de revenir, en faisant léviter quelques baguettes. Il lui en tendit une, que la jeune fille saisit avec une crainte certaine. Elle avait vraiment peur de mal faire les choses. Mais, prenant son courage à deux mains, elle testa la baguette d'un geste souple du poignet. Elle était légère et très agréable à manier.

Un tintement se fit entendre ainsi qu'une voix assez grave :
- Flora ? Ah tu es là. Enfin je t'ai retrouvé !
Il s'agissait de son oncle, John. Il la rejoint rapidement et jeta un coup d'oeil à la baguette avant de demander à la jeune fille, d'une voix assez froide :
- Qui t'a donné cette baguette ?
La jeune fille désigna d'un geste de la main, le vendeur avant de sourire. Son oncle, quant à lui, fronça les sourcils, visiblement très mécontent.
- Ce bois est mauvais… Ne prends pas cette baguette.
Sa nièce le regarda d'un air surpris et répondit d'une voix légère :
- Pourtant j'ai vérifié, il n'y a pas un seul défaut sur cette baguette. Pas de nœud ou de torsion étrange. La seule chose à la fois étrange et marrante c'est que le bois est bien moins souple que je ne l'aurais imaginé pour de l'If. Mais si il a été prélevé après une canicule, c'est normal que le bois manque de souplesse, continua la jeune fille, alors que son oncle se renfrognait de plus en plus.
- Ce bois est dangereux ! Beaucoup de sorciers ayant mal tournés possédaient des baguettes en If. Et je refuse que cela t'arrive, tu m'entends ?!
Flora soupira avant de répondre d'une petite voix :
- Oncle John… S'il te plait… Fais-leur confiance.
Le sorcier la regarda longuement avant de poser, rageur, la monnaie sur le comptoir, attraper la boite, le poignet de sa nièce et sortir, d'un pas énervé, sans dire au revoir, ni demander son reste. La jeune fille n'eut quant à elle que le temps de souhaiter une bonne journée aux personnes présentes.
Revenir en haut Aller en bas
Wyatt Langton
avatar
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Wyatt Langton, Mer 11 Avr 2018, 00:24



____________________


w/ Anthony

Le grand moment. Souffle, mon gros. T'es plus un gamin. Trente-et-un balais et j'ai encore des bouffées d'adrénaline tandis que ce vendeur au ralentis distribue les baguettes. C'est comme quand t'es en retard et qu'il y a des bouchons sur la quatre-voies. J'ai l'impression que ce type maudit prends tout son temps histoire de nous faire languir. Mais ça, mister Langton, ça ne se dit pas. Je garde mon sourire parfait en façade et j'attends bien sagement mon tour, malgré l'envie de foutre un méchant coup de coude dans les côtes du môme à côté de moi. Enfin ! Le Grâal ! J'ai la boite entre les mains. Y a pas de description mais faut dire : je n'en ai pas grand chose à faire.

Y a plus rien qui compte : rien d'autre que ce picotement aigu dans la paume de ma main et l'impression que le monde tourne fort. D'accord. La baguette choisit son sorcier comme disait... saperlipopette, qui disait ça ? J'ai l'impression que toute mon éducation magique est à refaire. En attendant ; pas de doute. Cette baguette est celle qu'il me faut. Je sors les dix mornilles - depuis quand une baguette coute dix mornilles ? Je n'ai aucune envie de faire la queue. Les mômes de Poudlard sont hystériques et ils me gonflent. Sourit, Wyatt, sourit.

- Tenez, Sir.

D'la monnaie sonnante et trébuchante, capitaine. Bon allez, fripouille, récupère mes pièces que je puisse tailler ma route. J'ai envie d'un bon repas italien et c'est pas sur le chemin de traverse que je vais trouver ça. Me réinsérer dans le monde sorcier, ok, mais petite à petit.


Revenir en haut Aller en bas
Nora Malone
avatar
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Nora Malone, Ven 13 Avr 2018, 19:49


Zaza

C'était une dame brune qui s'occupait de moi. Elle avait dit qu'elle me trouverait une baguette à ma mesure alors j'lui avais fait le grand sourire jusqu'aux oreilles. A ma mesure, ça devait forcément être génial ! Elle avait l'air un peu agacée mais comme j'y voyais pas de raison particulière, je me suis dite que je devais me faire des idées. J'avais hâte ! Hâte ! Hâte ! J'en sautillai d'impatience. J'allais avoir ma baguetteuuuuh !
La vendeuse de baguette revint avec une baguette à essayer alors j'arrêtai ma danse de la joie pour pas me faire virer parce que je troublais la paix du bois de baguettes, d'étagères et de comptoir. C'était rouge, wooooaw !

Ça me faisait un peu peur quand même. Je tremblotais presque en saisissant la baguette, j'savais pas trop quoi faire alors je lançais un regard interrogatif à la dame. J'aurai du dire à Allistair de rester avec moi. La sorcière avait dit que le séquoia, il s'appelait le roi Arthur. Je savais pas qu'on donnait des noms aux séquoias, il devait être un séquoia spécial. Puis, il y avait une plume de Focifère dedans. Dans mon abécédaire de quand j'étais petite, c'était le nom du F. Un oiseau avec un plumage qui pétait la classe.
Bon. Fallait agir. J'avais la main autour de la baguette alors j'l'agitai un poil et là, j'eus une sensation bizarre mais pas désagréable. Alors je sus que c'était la bonne. Du premier coup !

- Vous êtes trop forte ! Comment vous avez fait ? Elle est bien pour les duels ? Puis pour lancer les sorts pour faire tomber la pluie ?
Revenir en haut Aller en bas
Marie Nkomo
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Marie Nkomo, Dim 15 Avr 2018, 14:09


Marie Nkomo

Devoir d’Histoire de la Magie

Le commerce de Baguette à travers les âges.


J’avais beau me creuser la tête, la page restait décidemment blanche. Après avoir passé plusieurs heures à serrer les dents, les sourcils froncés et l’âme lourde de remord car je n’avais rien à écrire ; Je pris la décision de lâcher ma feuille des yeux et d’observer mes contemporains en sueur. Ils s’échinaient à gratter leur papier à l’aide d’une plume. Ah foutue répartition de maison, s’il y’a bien un mauvais point chez Serdaigle c’est celle de ne jamais trouver de regard en détresse durant les devoirs sur table. Pourtant je suis aussi fatiguée que les autres. Qu’ont-ils de plus que moi pour savoir quoi écrire ? Je laissais retomber ma tête contre ma copie. Le bruit du choque contre le bois retentit dans la salle de classe. Les becs arrêtèrent leur course. Certains en profitèrent pour reprendre de l’encre, d’autres relevèrent la tête en cherchant du regard la source de leur perturbation. Ce cirque ne dura que quelques secondes puisque la symphonie des écoliers reprit aussitôt.
A ce moment-là je me dis que j’en aurai au moins fait sourire d’orgueil quelques-uns. Je ne pouvais pas les blâmer c’est exactement la même chose auquel j’aurai pensé s’il ne s’agissait pas de moi qui restait durant trois heures sans écrire un seul mot. Mais le destin est ainsi et au lieu de réviser l’histoire des baguettes, j’avais préféré passer la nuit à lire des tribunes défendant les droits Moldus. Dans un bâillement bruyant je me relevais en m’étirant. Bon quitte à me foirer autant le faire avec « Panache ». En murmurant ce mot à voix haute sans trop y faire attention j’eu pour toute réponse un « Silence » féroce mais grandiose qui résonna dans la salle. Prise d’un sursaut de frayeur comme un cognard qu’on n’a pas vu venir j’offris un sourire désolé au professeur puis me remise sur ma tâche.


Le devoir démarrait donc par une glose de l’élève :

Je reconnais ne pas avoir les connaissances nécessaires à la réussite de ce devoir. J’ai donc pris la liberté de faire un sujet d’invention sur l’action commerciale d’une baguette par une jeune sorcière entrant en première année à Poudlard. J’attends de vous une certaine clémence envers l’écrit qui suit cette note. Peut-être le plaisir de la lecture me procurera quelques points bonus.

La boutique d’Ollivander's « Les Fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.-C » était mythique. Tous les grands sorciers qui ont forgés notre temps étaient passés par là. Une fillette de onze ans se tenait derrière la porte, la main posée timidement sur la poignée. Elle en tremblait d’excitation et de peur. Elle, une petite moldue qui n’avait jamais rien su de la magie. Elle allait enfin réaliser son rêve qui était de deven- la petite fût coupée dans ses pensées par une voix qui surgit dans son dos « Bon tu la pousses ou pas cette porte ? J’aimerai rentrer et prendre ma baguette moi. ». La voix c’était Marie qui regardait la fillette du même âge qu’elle. A cette époque, ses cheveux étaient en broussaille sur sa tête et elle avait des lunettes de vue. Elle s’avança avec détermination jusqu’au-devant de l’autre gamine et dit en haussant les sourcils « Tu te pousses ? Si je ne fais pas ça en vitesse, j’aurai jamais le temps de choisir moi-même mon animal pour Poudlard ». La petite comme dans un état second (probablement sous le choc de cette rencontre brutale) se mise sur le côté. Elle laissa passer Marie.  Cette dernière rentra comme une fusée dans la boutique ne prêtant pas plus attention à l’odeur du parquet, qu’aux commandes qui s’entassaient dans des coins. Elle alla directement au comptoir regarda droit dans les yeux un vendeur puis dit avec conviction une phrase qu’elle avait répété des milliers de fois avec sa mère :  Bonjour, vous pouvez m’aider ? Je viens pour ma première baguette magique. A la fin de sa phrase son regard s’égara sur le plan de travail et vit une pile de formulaire. Elle en prit un, le rempli sans un mot et le déposa devant la vendeuse.

Prénom & Nom : Marie Nkomo
Caractère : Curieuse , caractériel , Extravertie , Franche , Naturelle
Longueur de vos bras : 53 cm
Taille : 1m46
Revenir en haut Aller en bas
Lynn Taylor
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Lynn Taylor, Lun 16 Avr 2018, 16:45


Allongée sur son lit, Lynn faisait tournoyer sa baguette entre ses doigts. Son contact l’avait toujours rassurée ; après tout, un sorcier n’était rien sans sa fidèle baguette. C’était étrange, comme un si petit bout de bois pouvait être si puissant. Un sourire sur les lèvres, Lynn se remémora ses premiers pas dans la boutique d’Ollivander.

***

Accompagnée de sa mère, Lynn ouvrit la porte de la boutique, tremblante d’excitation. Elle n’était pas anxieuse comme le sont souvent les jeunes sorciers, mais se réjouissait à l’idée de découvrir sa baguette. Sa première baguette ! Elle en avait rêvé depuis qu’elle était en âge de marcher. Les yeux pétillants, elle avait observé ses parents manier les leurs à la perfection avec grâce et élégance. C’était à son tour, désormais ! Une fois le seuil de la boutique passé, elle fut surprise de découvrir des étagères poussiéreuses et désordonnées, remplies de boîtes allongées. Elle grimaça devant le manque flagrant d’organisation des lieux, mais s’abstint de tout commentaire.

Les yeux brillants, elle s’avança vers le comptoir, sa mère sur les talons. Une pile de formulaires gisait là, accompagnée d’une plume et d’un encrier. Lynn s’en empara et répondit aux questions rapidement.

Prénom & Nom : Lynn Taylor
Caractère : sociable, égoïste, curieuse, ambitieuse, grande gueule, bienveillante
Longueur de vos bras : (en cm) 45
Taille : (en cm) à cette époque-là, 140, maintenant 163

- Et voilà ! fit-elle au vendeur en lui tendant le formulaire rempli.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Temperence Black, Ven 20 Avr 2018, 13:33


Ollivander's



Attention, Il y a TOUJOURS un vendeur ou une vendeuse derrière le comptoir comme précisé par Anthony dans le premier post de ce sujet

Des bizouilles,


Réponse n°1
Première baguette
With Lynn Taylor, Marie Nkomo, Damian Walker, Lyra Alson, Chad Taylor


C’est la fatigue qui marque ses traits. Elle les tire vers le bas et cerne ses yeux de noir. C’est ainsi que fonctionne le processus d’oubli. D’abord, ça vous marque. C’est encré en vous comme l’encre d’un tatouage, comme l’odeur de votre sueur, comme votre ombre. C’est puissant et c’est là, c’est bien présent. Ça vous dévore de l’intérieur, ça vous ronge peu à peu puis, plus le temps, vous acceptez. Vous vous rendez compte que ce qui est fait est fait et que vous n’avez rien pour lutter contre alors vous faites la seule chose possible à faire, vos acceptez car vous ne pouvez vivre sans maintenant que c’est encré en vous. C’est triste mais c’est ainsi que vont les choses, que vous découvrez la vie sous un nouvel angle sous un nouveau jour.

C’est ce qui arrive à Temperence et on voit le processus qui l’atteint. Elle ne le dit pas et elle sourit mais elle n’en pense pas moins. Elle est fatiguée, elle a envie de dormir mais un jour le sommeil reviendra et le jour où il reviendra, il tapera fort sur sa tête, cognera son esprit avec fougue pour lui dire que ce n’est rien, que quoi qu’il puisse arriver c’est toujours le besoin vital qui l’emporte sur la peur.

Elle est encore assise à se place, derrière le comptoir. Toujours la même place et cette place, elle l’aime. Elle aimerait lui dire, lui montrer mais c’est impossible, ce n’est qu’une place de vendeuse stagiaire. Un jour elle sera vendeuse à temps plein, elle le jure, le promet. Son rêve n’était pas là, il était dans les livres, dans la médecine mais c’était chez Ollivander’s qu’elle se sentait bien. Elle voyait passer les gens et les sourires. C’était peu mais suffisant pour lui rappeler ce dont elle avait besoin et peut-être visait-elle trop haut en espérant devenir créatrice de baguette… Le temps lui dirait, il le dirait quand ce serait le moment, à un instant opportun.

Le bruit de la sonnette résonne, il emplit la boutique avec sa note qui donne le mal de crâne à la longue. Le sommeil lui manque, elle devient irritable quoiqu’elle se force à rester douce et souriante. C’est beau de mentir même si c’est incorrect. Parfois le mensonge passe beaucoup mieux que la vérité et, même si c’est mal, il peut s’avérer bénéfique de mentir pour maintenir l’ordre des choses.

Elle offre un sourire aux personnes qui passent le pas de la porte, elle les salue gaiement avec une voix enjôleuse avant de sortir le blabla habituel qui devient de plus en plus lassant mais c’est étrange. Combien cela peut être lassant, c’est toujours un peu de bonheur, un peu de baume chaleureux qui s’immisce dans le cœur pour le faire fondre.

Bonjour et bienvenue à tous chez Ollivander’s, boutique de baguette depuis bien longtemps avant notre naissance ! Je suis donc la vendeuse qui va s’occuper de vous jeunes gens. Je vais donc vous demander de remplir les formulaires et de me les rendre. Si une question brûle vos lèvres ou taquine votre esprit, n’hésitez pas à me la poser, je suis là pour y répondre.

Joie. C’est fascinant de voir comment sa voix douce reste enjouée pour les gens qu’elle sert à la boutique. C’est pas beau de mentir, de feindre la joie et la bonne humeur alors que l’envie de dormir est présente. C’est pas beau le mensonge mais peut être que demain… dans deux jours… dans une semaine… dans un mois ? Peut être que tout cela ne sera plus mensonge et que le sommeil sera de retour car il reviendra, elle en est certaine.

Ils sont rapides aujourd’hui et silencieux. C’est toujours surprenant de voir combien certaines personnes arrivent à rester calme alors qu’elles pourraient sautiller aux quatre coins de la boutique face à l’attente de recevoir une baguette magique, une perle capable de s’accorder avec un cœur humain.

Merci pour vos formulaires jeunes gens. Je reviens rapidement, dans vingt-cinq minutes tout au plus !

Elle disparaît après un dernier sourire pour eux. Cinq minutes par baguette, c’est le temps qu’elle prend en moyenne pour choisir la belle boisée qui s’accordera avec le cœur de son client. Mais ce n’est ici qu’une moyenne, il y a des gens qui demande plus de temps, plus d’attention et il y en a d’autres qui ne demande pas grande réflexion. C’est là la joie d’un genre humain non binaire dans sa manière de vivre, d’avancer, de penser, d’être…

Elle cherche, elle fouille, elle regarde. Elle attrape des étuis qu’elle dépoussière, qu’elle repose quelques secondes après. Elle attrape des baguettes qu’elle caresse du bout des doigts, qu’elle soupèse et dont elle regarde la flexibilité. Elle cherche ce qu’il y a de mieux pour les clients-rois de la petite boutique dont la réputation n’est, depuis longtemps, plus à faire. Le temps passe, l’aiguille des secondes entraîne celle des minutes qui tire lentement celle des heures, un mécanisme fascinant et joliment bâti.

Me voici de retour avec vos baguettes. Une chacun. Avant de vous les donner, voici quelques consignes que je vous conseille de suivre afin que tout se passe correctement. Un sourire tendre et un regard doux. Je vous conseille d’essayer vos baguettes quand je vous les aurais données, ensuite, si elle vous convient, vous pourrez me la payer les 10 mornilles qu’elle coûte mais, si elle ne vous convient pas, n’hésitez pas à m’appeler, me faire signe, me faire des signaux de fumé ou autres choses mais vraiment, interpelez-moi pour que je vous en fasse essayer une autre. C’est donc tout ce que j’avais à dire, voici vos belles de bois.

Elle sourit et donne les baguettes. Cinq baguettes, cinq clients, cinq cœurs qu’il faut comprendre pour trouver les cinq perles boisées parfaites.



Passe ici ta souris.
↓  ↓  ↓


Pour : Lynn Taylor
Bois : Houx
Composant : Crin d'Hippogriffe
Élasticité : Plutôt souple
Taille : 24,40 cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]


Pour : Chad Taylor
Bois : Noisetier
Composant : Plume de corbeau
Élasticité : Plutôt rigide
Taille : 27,73 cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]


Pour : Lyra Alson
Bois : Charme
Composant : Ecaille d'Occamy
Élasticité : Relativement fléxible
Taille : 24,45 cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]


Pour : Damian Walker
Bois : Sycomore
Composant : Griffe d'Hippogriffe
Élasticité : Assez élastique
Taille : 26,75 cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]


Pour : Marie Nkomo
Bois : Frêne
Composant : Ailes de fée
Élasticité : Agréablement fléxible
Taille : 25,46 cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]






Revenir en haut Aller en bas
Marie Nkomo
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Marie Nkomo, Sam 21 Avr 2018, 12:20


La vendeuse prit le formulaire. Elle alla dans la réserve afin de répondre au mieux à la commande.

Notre môme était donc là à attendre sa fameuse baguette. Quelques fois elle se retournait vainement vers les vitres dans l’espoir d’apercevoir la boutique d’animaux magique. Evidemment ses attentes n’étaient pas comblées car celle-ci ne se trouvait pas du tout en face de la boutique. Ses yeux se posaient alors directement sur la foule de passant. Avec une pointe de déception elle s’affala sur le comptoir sans trop se préoccuper d’une quelconque étiquette. Le temps passe très lentement quand on est jeune. Il n’y’a pas d’expérience pour nous aider à relativiser au grand damne des adultes. Quand elle était plus jeune, sa mère qui venait parfois la chercher à l’école adorait passer des heures à discuter avec les moldus qu’elle rencontrait. Non mais quelle plaie. Déjà qu’elle vient de se farcir une journée à étudier et maintenant il faut en plus que qu’elle attende « maman » qui discute avec la dame.

L’employée du magasin revint avec une boite en main. Elle semblait extrêmement fatiguée mais ça seul le narrateur le remarquait. Sans attendre la fillette prit l’écrin. Elle l’ouvrit délicatement afin de prendre la baguette en main. Sa taille était de moitié celle du bras de Marie. Elle la trouvait agréable à porter et pas trop lourde. C’était comme si son flux magique rentrait totalement en harmonie avec le bois. On aurait dit une extension d'elle-même. Elle l’agita et celle répondit avec succès à sa nouvelle propriétaire. Elle mourrait d’envie l’instant précédent de courir à l’animalerie ; à présent elle ne pouvait plus décrocher son regard de cette nouvelle acquisition. Elle éclata dans un grand rire très franc ; puis elle déposa son argent sur le comptoir. A présent c’était certain avec son entrée en école de magie tout allait changer. L’indépendance était à portée de baguette. Mais avant d’autres emplettes l’attendaient.
Revenir en haut Aller en bas
Ruth Yathowm
avatar
Poufsouffle (DC)
Poufsouffle (DC)
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Ruth Yathowm, Sam 21 Avr 2018, 15:00


On sortait pas souvent en ville mais, depuis que j’avais reçu ma lettre pour Pot-de-Lard, chaque sortie était un émerveillement ! Judith m’avait déjà emmenée sur le Chemin de Traverse (apparemment, on s’y perdait) mais on y était pas restées longtemps. Principalement le temps de faire un crochet à Fleury&Bott avant de prendre un sorbet chez Fortarôme ! Très, très bon d’ailleurs, je crois que je n’en ai jamais mangé d’aussi bon ! J’sais pas, y devait y avoir un truc dans les composants. Peut-être de la poudre de fée, comme dans les contes ? J’aurais dû demander la recette, mais je pense que c’est un secret : et je ne suis pas du genre à aller soulever les mystères, je sais que ce n’est pas fait pour ça. Question de colonne en plein milieu, d’Incarnation et tout ça. Un peu compliqué. Faudrait que j’écrive à Jacob, tiens. Surtout pour lui donner des nouvelles. Mais après. Pour le moment…

Pour le moment, on était de retour sur le Chemin ! Les pavés ne sont toujours pas familier alors je m’amuse à les sauter de bout en bout. Il fait beau aujourd’hui, enfin, le ciel est dégagé. Parfois, on voit même un coin de bleu ! C’est pas tant qu’il pleut tout le temps dans le coin, c’est plutôt qu’il y a toujours de la brume. La faute à la Tamise je pense. Dans la Communauté, y a pas trop ce genre de climat : mais on vit principalement dans la forêt. La brume, c’est plus la nuit, près de la rivière puis du lac et l’océan… ça me manque. J’y repense souvent.
Mais beaucoup moins en ce moment : mon cœur bat si vite, au rythme des pas pressés des cols blancs londoniens je pense. Je sens l’imminence arrivée et suis déjà impatiente d’y être ; moi, Ruth, sorcière ! Dit comme ça, ça paraît pas si inconcevable. On se fait rapidement à l’inattendue.

Je marchais, parfois entre les pavés, parfois dessus. Il faisait plutôt beau aujourd’hui, finalement, le ciel bleu m’encourageant à continuer de porter mes robes fleuries plutôt que quelque chose de plus couvert. Le déni, on appelle ça. Pour moi, c’est encore l’Eté, mais c’est aussi déjà la rentrée.
Judith suivait, dans ses robes noires habituelles. Je ne savais pas trop si elle était en deuil, ou pas. Peut-être quelque chose de plus métaphorique.

On ne prenait pas la direction de la librairie ou du salon de thé. Plutôt d’une boutique devant laquelle j’étais passée, mais sans m’arrêter. Etape très importante, apparemment. Probablement autant que le cupcake du Chaudron Baveur qui suivrait cette étape fondamentale.

Une baguette !

Pour faire de la magie !

J’essayais de rester patiente, mais là, j’étais pas à la pêche. J’étais dans le monde sorcier, avec la possibilité de faire de la magie ! Je n’ai aucune idée de la façon dont les gens du Chemin ou Judith y arrive mais peut-être arriverais-je à en faire autant ! Mais pour ça, baguette, baguette !

Rapidement, je devançais Judith pour entrer dans la boutique, faisant tinter le carillon et atterrissant à pieds joints sur le tapis ! Aspiration des sons, inspiration de mon côté tandis que l’écho de la sonnette retentissait encore dans ma tête et là je vis le comptoir pour m’y précipiter mais il y avait aussi les boîtes en vitrine ! Alors j’allais plutôt là en lançant des « - Bonjour ! » à saisir pour qui voulait tandis que Judith elle persévérait sur le comptoir. Je gesticulais au rythme du ruban magique qui faisait ses mesures dans l’atmosphère de la boutique et j’avais l’impression de danser avec lui.

C’est Judith, qui interrompit notre danse, me tendant un formulaire qu’elle avait déjà plus ou moins remplie. Ne restait plus que les mesures que j’inscrivais avec un crayon qu’elle me tendit. Les plumes, c’était pas encore ça… J’espère qu’ils seront indulgents à Pot-de-Lard !

Enfin, je pris le formulaire et, me hissant sur la pointe de mes chaussures, j’allais le déposer sur le comptoir avec un grand sourire tout excitée. Je ne tenais vraiment pas en place, et c’était amusant de faire semblant de rebondir sur ce tapis molletonné. Moi, je n’avais qu’une hâte, c’était d’ouvrir une boîte et de commencer à faire de la magie !


Formulaire a écrit:
Prénom & Nom : Ruth Yathowm
Caractère : Hyperactive, curieuse, empathique, déterminée, éloignée, excitée
Longueur de vos bras : 22 cm
Taille : 130 cm
Revenir en haut Aller en bas
Will Bimborough
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Will Bimborough, Dim 22 Avr 2018, 13:57


J'étais émerveillé.

Après avoir arpenté les marbres de Gringotts et demandé l'ouverture de mon compte de sorcier en compagnie de mon père, nous avions poursuivi le chemin de traverse jusqu'à une magnifique bâtisse. Je ne savais pas ou donner des yeux tant cette rue était extraordinaire et contrastait tant avec l'asphalte stérile et puant des rues du Londres contemporain. La surprise avait commencé avec l'entrée dans l'allée des embrumes par un troquet en apparence déserté qui s'était révélé plein d'activité, de chaleur et de mystère. La découverte de Gringott's avait été un autre moment fabuleux malgré ces petits êtres hideux, les Gobelins. C'était la première fois que j'en voyais, des vrais. Je ne suis dit qu'ils ne connaissaient pas les after-shave. Maintenant, "Chez Ollivander's", la plus célèbre boutique de baguettes de Londres d'après mon père, nous attendait.

En poussant la lourde porte, nous entendîmes un petit carillon annonçant notre venue.

- "Bonjour!" lança assez distraitement mon paternel

- "Bonjour!" dis-je également mais tout doucement car  intimidé par l'endroit

Des clients attendaient déjà dans la grande boutique de bois à l'atmosphère chaleureuse. Guidé par mon père, nous allâmes au comptoir chercher un parchemin à remplir et une plume d'écriture manuelle. Mon père m'entraina jusqu'à un des tabourets à notre disposition. Immédiatement, un maître ruban, lui aussi magique, s'affaira autour de moi en m'empêchant un temps d'écrire quoi que ce soit sur ce parchemin. Aidé un peu par mon père, je pus tant bien que mal le renseigner avec les valeurs du ruban. Je n'étais pas habitué à écrire à la main. Je trouvais ça tellement préhistorique

Prénom et Nom : Will Bimborough
Caractère : Courageux, fiable, rêveur, solitaire, facétieux
Bras : 60 cm
Taille : 142 cm

Allez-y vous, décrire votre caractère en étant objectif... Nous allâmes ensuite remettre le parchemin au comptoir et nous attendîmes notre tour. j'étais tellement excité. Tout ceci était tellement nouveau et extraordinaire. Mon père avait toujours été discret sur sa qualité de sorcier et avait souhaité nous faire grandir loin de ce monde autant que faire se peut. Avec l’événement de l'été, il savait que le moment était venu et que c'était inéluctable...

Mon père profita du temps d'attente dans cette institution, justifié par son prestige et donc sa grande clientèle, pour m'expliquer un peu plus le monde des sorciers et l'utilité d'avoir une baguette magique.

- " Comme je te l'ai expliqué Will, ici c'est le chemin de traverse. Pour nous, sorciers, c'est le principal point de rassemblement dans notre capitale. A l'exception bien sûr du ministère de la magie. C'est ici, dans le chemin de traverse, que nous sorciers faisons nos courses. Courses non-moldues si tu veux" dit-il en souriant

- "Le monde des sorciers est un mythe pour les moldus et beaucoup d'aspects des légendes et fables moldues viennent de notre monde. Et elles sont bien réelles. Les gobelins comme tu l'as vu à la banque Gringotts. Mais aussi les dragons...!"

Je le regardai avec les yeux écarquillés... Je n'en revenais pas. J'étais à la fois émerveillé et incrédule (mon sentiment dominant depuis cet été)

- "Être sorcier mon petit Will, c'est rentrer dans un monde magique. Mais aussi dangereux. Tous les sorciers ne sont pas bons et leurs pouvoirs les rendent dangereux. Mal utiliser ses pouvoirs c'est dangereux. C'est pour ça que nous, sorciers, nous devons aller dans une école pour sorciers. Tu y apprendras à utiliser la magie avec ta baguette. Et à bon escient. C'est à dire bien. Pour faire le bien Will..."

Je le regardai de nouveau et vis de l'inquiétude dans son regard en plus de sa bienveillance habituelle

- "Mais tu verras. Notre monde est aussi bien moins ennuyeux que le monde moldu" dit-il avec un sourire et en serrant affectueusement mon épaule


Edit Artemis Lhow : Bonjour Will Bimborough. Les double-posts étant interdits sur le forum, veuillez privilégier la fonction éditer la prochaine fois et faire plus attention à l'avenir. Cordialement.

Edit Artemis Lhow : Bonjour Will Bimborough. Conformément au Règlement RPG il est interdit d'utiliser le libre-arbitre d'un membre sans lui avoir au préalable demandé l'autorisation. Merci de corriger votre RP et de faire plus attention à l'avenir. Cordialement.

Edit Artemis Lhow : Bonjour Will Bimborough. Conformément à la Charte du forum, je vous rappelle qu'il est interdit d’effacer un édit de modération. Merci de faire plus attention à l'avenir. Cordialement.


Dernière édition par Will Bimborough le Lun 23 Avr 2018, 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.