AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 18 sur 19
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant
Evie Kenway
Serpentard
Serpentard

Re: Le comptoir

Message par : Evie Kenway, Lun 12 Nov - 11:38


Retour dans le passé, Evie a alors 11 ans

C’est en cette fraîche matinée d’hiver que mon père décida qu’il est temps de franchir une nouvelle étape dans ma jeune vie de sorcière.

Ma chérie, il est l’heure pour toi de découvrir ta première baguette.

Cette annonce fit apparaître un sourire en coin sur mon visage. Enfin, le moment que j’attends avec impatience. Je vais pouvoir devenir une sorcière à part entière. Cela fait plusieurs mois que j’imagine ma première baguette. Va-t-elle être raffinée et élégante comme celle de ma mère ou au contraire beaucoup plus agressive comme celle de mon père. On dit qu’une baguette représente le reflet de notre âme, de notre esprit. J’ai alors commencé un imaginé une baguette hybride qui reprend les principales caractéristiques de celles de mes parents. Mais finalement, il m’est impossible de savoir à l’avance la composition et l’apparence de ma baguette.

Je hoche à la tête à mon père et je me prépare pour sortir sur le Chemin de Traverse. Comme à mon habitude, je m’habille sobrement et avec élégance. Puis je descends rejoindre mon père devant notre cheminée. Ce dernier m’attend avec ma mère. Ils arborent un sourire fier.

Mère venez-vous avec nous ?

Son regard se fit tendre et elle me répond avec sa douceur habituelle :

Pour rien au monde, je ne raterai cette étape de ta vie. Je suis si fière de toi ma fille.

C’est ainsi que nous nous dirigeons d’un pas assuré vers la cheminée en direction du Chemin de Traverse.

Arrivés sur le Chemin, nous partons en direction du magasin d’Ollivander’s. Il y a énormément de monde, je ne suis pas à l’aise mais je ne laisse rien paraître. Je n’ai jamais aimé la foule. Je prends sur moi et j’avance d’un pas assuré. Enfin, devant le magasin, j’admire pendant quelques secondes sa devanture que je trouve un peu trop voyante à mon goût. Je me décide d’entrer à la suite de mes parents. À l’intérieur, une douce chaleur m’envahit mon regard se porte sur la cheminée où un feu danse au gré des coups de vents fait par les aller et venus des clients. J’admire quelques instants ces flammes indomptables qui me fascinent. J’ai décidé au bout de quelques minutes de faire courir mon regard sur le reste de la pièce. J’y vois les étagères chargées de petites boîtes contenant sans surprise l’objet le plus précieux d’un sorcier. C’est la voix de mon père qui me sort de ma contemplation.

Evie viens vers moi.

Je me rapproche et vois qu’il tient un morceau de parchemin dans les mains.

Remplis-le avec le plus de sincérité possible car il influencera ta future baguette.

Je prends le parchemin, c’est un petit formulaire. Je me rapproche du comptoir et commence à le remplir.

Formulaire :
 

Après plusieurs minutes, fière de mes réponses, je remets mon formulaire sur le comptoir et attends près de la cheminée qu’un vendeur prenne en charge ma demande.
Revenir en haut Aller en bas
Akira Keito
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Akira Keito, Dim 18 Nov - 14:50


Ma vie était fichue! Ma précieuse baguette et tous les souvenirs qui s'y rattachaient venait de tomber dans les égouts. Du bout des doigts, j'essayait vainement de la rattraper à travers la grille. Je me souvenais encore de notre première rencontre chez Olivander's quand j'étais entrée dans le magasin l'air triomphant. J'allais enfin entrer dans le monde tant attendu des grands sorciers, ma destinée m’attendait! Ce jour là, aucunement impressionnée par l'homme qui tenait la boutique ni par tout le schmilblick qui s'entassait autour de moi, j'avais ouvert la porte faisant claquer le battant. Le menton haut et les talons claquant, je me voyais telle une reine défilant sur le tapis rouge. Je m'imaginais ces pauvres nés moldus ou sang-mêlés m’acclamer jusqu'au comptoir:
"Ma baguette s'il vous plait!"
Un maître rubans magique vint afin de prendre mes mesures et je rempli mon formulaire.

Prénom & Nom : Akira Keito
Caractère : fière, persévérante, entêtée, délurée, rebelle
Longueur de vos bras : 40
Taille : 146
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Le comptoir

Message par : Kohane W. Underlinden, Dim 18 Nov - 16:00



Aysha

Je fais une moue en regardant la baguette ennemie. Citrouille me rassure ; un premier échec a l'air normal. On va avancer ensemble, pas à pas.
Je hoche vigoureusement la tête : oui, oui, oui, on va avancer pas à pas et on va bien trouver ! Puis il paraît même qu'on avance, si j'en crois ses dires. Bonne nouvelle, donc.
Je la regarde repartir dans l'arrière-boutique, avec la baguette peu encline à m'avoir pour sorcière. Bientôt, elle revient. Avec une nouvelle proposition. Je regarde la baguette d'un œil un peu méfiant. Après ce qui s'est passé avec la première... Enfin, il faut tester ! Il n'y a que comme ça qu'on y arrivera, je le sais bien.
Avant que je ne puisse m'en saisir, Citrouille m'interroge, pour en savoir plus. J'hésite, je balance. Jusqu'à quel point lui dire ? Ne pas lui dire ? Je ne la connais pas tellement. Je ne sais pas où elle se place, où elle se range. Si ça avait été Lizzie à sa place, par exemple, ça aurait été plus simple. Je sais que nous avons des idées jumelles. Mais Citrouille... je ne la connais pas assez.
Je sens qu'elle-même n'est pas à l'aise avec cette questions. Mais c'est comme si elle devait la poser. D'un côté je sais bien que ça peut aider à sélectionner la bonne baguette. Mais j'ai pas tellement envie non plus d'y répondre... mentir ? Ou juste rester évasive ?

-Hm... ça a de l'importance ? Disons que... j'en sais rien. Un peu toute sorte de sortilège, sait-on jamais... enfin, c'est pas dans mes ambitions, le noir -là, je mens carrément- mais je me dis que plus ma baguette sera encline à tester un panel de sortilèges différents mieux ce sera, non ?

Geste évasif pour tenter de passer au sujet suivant. Je saisis le baguette qu'elle me propose.
La réaction est moins forte que tout à l'heure. Ca crépite doucement lorsque je la lève à hauteur d'yeux. Néanmoins, je sens comme une résistance qui me traverse les veines.
Je grimace :

-J'ai l'impression qu'elle ne m'aime pas trop non plus.

Petit rire nerveux :

-J'suis une cliente difficile

comme si je m'en excusais.
Alors que ça doit être un peu le pain quotidien ici, non ?

Revenir en haut Aller en bas
Elhëna Felagünd
avatar
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Elhëna Felagünd, Mer 21 Nov - 18:09


RP N°1 - MA PREMIÈRE BAGUETTE
FLASHBACK : 11ans.

Nous étions véritablement une flopée d'inconnus derrière ce même comptoir, cette même conviction, cette même rencontre avec le bois lisse d'un arbre sage. Il y a des petits garçons et des petites filles aussi âgées que moi et des plus grands. Je me demande combien de temps une baguette peut vivre - si on en prend soin - évidemment. Des accidents ou des maladresses peuvent très vite arriver, mais mourir de vieillesse, c'est autre chose. Je ne pense pas qu'un objet soit si différent de nous, êtres humains.

J'attendais avec Lïnwe, la peur bleue jusque dans mes yeux. Il me tenait la main, comme pour me rassurer et me proposait un bonbon à la menthe que je refusais gentiment. Je n'avais pas sa bonne humeur actuelle. Angoissée comme jamais. Le pire, dans tout ça, c'est que ce n'était que le début. Il m'attendait probablement bien pire, à en croire mon grand frère, avec la répartition et le choixpeau. Il y a toujours cette crainte de ne pas correspondre à une maison en particulier. L'aîné de la famille était parti à Serdaigle. Lïnwe à Gryffondor.

Il le savait. Il me comprenait.
Sa main se resserra délicatement contre la mienne
lorsque l'employée repartit dans les rayons.

[...]

Après avoir fixé un mètre-ruban pendant des heures illusionnées, je me vois enfin avec ma baguette entre les doigts. D'après ce qui est écrit, elle est faite en bois de charme et en plume d'occamy. C'est un animal qui me fascine réellement. Il peut être aussi délicat que terrifiant, d'après mon frère.

Quelques essais plus tard, et elle me convient, merci beaucoup. Sans plus attendre, je verse mes gallions sur le comptoir et repars avec Lïnwe d'un côté, ma baguette de l'autre. Ma première baguette.


DÉPART.
Merci à toi !

Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Sidh
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Alexandre Sidh, Jeu 22 Nov - 21:20


Alexandre venait tout juste de revenir de son voyage et après avoir déposé temporairement ses affaires chez ses parents qu’il s’est fait un plaisir de retrouver, le jeune sorcier était parti au chemin de traverse afin de se promener un peu et voir ce qu’il a manqué pendant son absence. Une boutique qui a changé de propriétaire par-ci, un restaurant qui à changer d’enseigne par-là ou encore un magasin qui subit un ravalement de façade. Tant d’évolutions qui rappelaient au né moldus que rien n’est finalement figé dans le temps, pas même une rue aussi magique et ancienne soit-elle. Toutefois certains lieux faisaient remonter une ribambelle de souvenirs. Certains plus agréable que d’autre d’ailleurs. Tenez par exemple la boutique d’Olivander’s. On n’oublie jamais l’achat de sa première baguette. Même si pour le né-moldus, c’est à l’heure actuelle le seul achat de baguette qu’il ait fait d’ailleurs …ça remonte à loin déjà.

12 ans en arrière :

Accompagné de sa vieille nourrice, Miss Rose Simbley, le petit Alexandre avait effectué les achats de toutes ses fournitures scolaires. Toutes sauf une. Et non des moindres puisqu’il lui manquait la fameuse baguette magique. En entrant dans le magasin le petit garçon fut très étonné de voir l’immense diversité de formes et de couleurs de baguettes qui étaient proposées. En effet, jusqu’alors l’enfant n’avait vu qu’une seule baguette magique, celle de ça nous, qui s’avérait d’ailleurs être on ne peut plus basique. Lorsque vint son tour il fut demandé au petit garçon de remplir un petit formulaire afin de choisir au mieux la baguette qui lui conviendrait. Lorsqu’on lui demandait de le décrire, Alexandre avait néanmoins eu besoin de l’avis de sa nounou avant d’inscrire ses caractéristiques. Pour plusieurs raisons la première est qu’il avait besoin d’un avis extérieur pour être sûr que la vision qu’il a de lui soit fidèle à la réalité. La seconde raison était son manque de vocabulaire dû à son jeune âge. Et enfin la dernière raison était se fichus mètre magique qui n’arrêtait pas de lui tourner autour et l’empêchait de se concentrer.

Prénom & Nom : Alexandre Sidh
Caractère : Solitaire, Indépendant, fidèle à lui-même en toute circonstance, rancunier, extraverti, sûr de lui, spontané, franc, Malicieux.
Longueur de vos bras : 63 cm
Taille : 180 cm
Revenir en haut Aller en bas
Teddy Pond
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Teddy Pond, Jeu 22 Nov - 22:49


Formulaire:
 

flashback : teddy a 11 ans.

La porte du magasin s’ouvre et révèle l’espace encombré aux yeux écarquillés de Teddy.
C’est comme une nouvelle page de son histoire qui s’ouvre, un nouveau chapitre dont elle seule dirige désormais l’intrigue.
Le coeur qui bat la chamade dans sa poitrine, le sang qui tempête à ses tympans, la gamine avance d’un pas qu’elle veut assuré. Elle la sent déjà, au bord de ses lèvres : l’éternelle boule d’angoisse. Elle lui donne la nausée, emplit sa bouche de bile. Mais elle se force, Teddy, elle avance : elle ne laissera personne, pas même elle-même, la priver de cet instant magique parmi tous les instants magiques. Elle parvient même à coller un sourire au milieu de son visage en franchissant le seuil de la boutique. Derrière elle, elle sent les regards lourds d’un amour encombrant de ses parents. Elle sent son cou qui coulisse déjà pour leur adresser un regard, mais elle se retient. Elle fixe le comptoir droit devant elle et ne les laisse voir que son dos.
Elle s’avance dans l’espace, laisse ses pupilles s’acclimater à l’obscurité ambiante. Autour d’elle, d’autres clients échangent avec les vendeurs. Elle se sent toute petite, Teddy, au milieu de ces sorciers qui savent tous ce qu’ils sont venu chercher. Elle aussi, elle sait. Elle en sait un paquet sur l’objet qu’elle vient chercher aujourd’hui, ne serait-ce que parce que son père travaille dans une branche de la fabrication de baguette, mais aussi parce que sa curiosité insatiable l’a poussée à lire plusieurs ouvrages sur le sujet. Pourtant, au milieu des étagères et des échanges, elle a l’impression de ne rien savoir, ne rien connaître, ne rien maitriser. Toute petite chose lancée dans le grand bain, tremblante, frissonnante.
Elle se hisse sur la pointe des pieds et lève le nez vers la personne qui se trouve derrière le comptoir. « Bonjour ? » Elle n’ose même pas l’affirmer, elle demande. « Ce serait pour une baguette s’il vous plait, » ajoute-t-elle malgré tout de sa petite voix fluette, polie et hésitante.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: Le comptoir

Message par : Anthony Adams, Mar 27 Nov - 22:40


Post court et concis pour cause de vie IRL chargée. Vous pouvez bien sûr me répondre ! Désole de l'attente. Merci de bien prendre le formulaire trouvable dans le sujet principal de la boutique.

Dernière chose : Si j'ai oublié quelqu'un (ce qui est possible) n'hésitez pas à me MP. Pas besoin d'insulter ou de s'énerver, une conversation calme permets de régler tous les soucis Wink D'avance, merci.

Ollivander's


Réponse n°1
Première baguette
Avec Jeremiah Wilson, Ariette Dupree, Amberly Ackerman, Hanabi Lenwood, Evie Kenway, Akira Keito, Alexandre Sidh & Teddy Pond


Avez-vous remarquer ? Plus on a de choses à faire, moins on a envie de les faire. Et du coup... Plus on a de choses à faire. Anthony était actuellement un peu dans cette spirale infernale de la flemme. Et du coup, il avait laissé la sonnette sonner. Après tout, une sonnette, c'était fait pour sonner. Une fois. Deux fois. Trois. Peut-être plus. Surement plus. La sonnette avait sonné trop de fois. Et du coup, il avait une flemme monumentale de bouger son c*l de sa chaise. Alors même qu'il avait fini son café depuis environ trois plombes et demi. A une vache près. C'est pas une science exacte. Surtout que la plombe n'est pas clairement définie dans les bouquins scientifiques. Certains disent qu'une plombe dure deux vaches trois quarts, alors que d'autres, prônait qu'une plombe n'était ni plus ni moins que la durée qu'il fallait pour un paresseux de pensée. On pouvait donc assez allègrement arrondir cette durée à une idée de Kim Kardashian trois quart divisé par le QI total de sa famille (5 unités bovis environ). Bref, en gros, ça faisait 2 ambulances et quelques brouettes.

On racontait qu'à force d'être dans l'absurde, on pouvait finir par être en avance en arrivant en retard à son propre enterrement. Mais jamais quelqu'un n'a réussi à prouver, ces derniers mourrant bêtement avant leur enterrement. On était tellement proche de la vie éternelle. Un grand sage a dit, sans absolument aucun lien avec la phrase précédente, que pour voler il suffisait d'oublier de toucher le sol en tombant. Mais nous sommes sur un autre débat qui nécessite des connaissances bien plus poussées en économie et en cachalot. Il ne fallait jamais s'aventurer dans l'inaventurable. Cette phrase, malgré ce néologisme aussi moche qu'improbable est peut-être la seule phrase sensée de ce laïus. Oui. Dans la même phrase, nous avons néologisme et laïus. Soit deux mots certainement inconnus pour les fanzouses. Oups, excusez-moi. Ça passait, c'était beau. Passons à ce que faisait Anthony. Et pas Antony. Ni Antoni. Ni Anthoni. C'est moche.

Anthony donc, finit enfin par se lever pour daigner s'occuper des clients qui avaient fait sonné la sonnette. Généralement, quand la sonnette sonnait, cela voulait dire qu'un client entrait dans la boutique. Et un client qui entrait dans la boutique apportait de l'argent. Et l'argent, c'était cool. Antho aimait beaucoup l'argent. D'ailleurs, c'est pour ça qu'il s'était levé. C'était toujours une bonne motivation de savoir que sa paie allait tomber à la fin du mois. C'était pas quelque chose de négligeable.

- Bonjour et bienvenue à Ollivander's ! La plus belle boutique du chemin de Traverse dit-il joyeusement. Ou pas

Et sans doute tenue par le plus gros flemmard du jour. Mais je vous assure, dès fois il est pas comme ça. Dès fois, il bosse tellement que ses stagiaires sont au chômage technique. Mais aujourd'hui. Bah non. Juste non. Voilà. Citout.

Il prit tous les formulaires d'un coup, les fit flotter grâce au pouvoir qui sortait directement de ses mains (vive la manumagie) et il se balada dans les rayonnages, avec des parchemins qui volaient devant lui comme par magie. Ah bah non en fait. C'était de la magie. Ah ah ah. Cette blague n'a jamais été faite.


Passe ici ta souris.
↓  ↓  ↓
Pour : Jeremiah Wilson
Bois : Poirier
Composant : Plume d'Hippogriffe
Élasticité : Peu souple
Taille : 19,54cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Ariette Dupree
Bois : Frêne
Composant : Poil de Niffleur
Élasticité : Assez rigide
Taille : 18,65cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Amberly Ackerman
Bois : Cyprès
Composant : Plume de Corbeau  
Élasticité : Assez rigide
Taille : 20,19cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Hanabi Lenwood
Bois : Eucalyptus
Composant : Plume de Chouette effraie
Élasticité : Relativement souple
Taille : 19,81cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Evie Kenway
Bois : Érable
Composant : Plume de Phénix
Élasticité : Légèrement flexible
Taille : 19,48cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Akira Keito
Bois : Sycomore
Composant : Écaille de Dragon
Élasticité : Très rigide
Taille : 18,62cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Alexandre Sidh
Bois : Houx
Composant : Moustache de Troll
Élasticité : Relativement souple
Taille : 18,10cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]



Pour : Teddy Pond
Bois : Pin
Composant : Écaille de Sirène
Élasticité : Légèrement flexible
Taille : 19,51cm
Prix : 10 Mornilles
[Compte Vérifié]




Revenir en haut Aller en bas
Robert Gold
avatar
Serdaigle (DC)
Serdaigle (DC)
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Robert Gold, Jeu 29 Nov - 16:22


Première Baguette
Par la suite, personnalisation


Devant la vitrine à la croisée des mondes, de ceux de biens des sorciers en âge de commencer à manier ce mot, à saisir leur forme,
Vous avancez jusqu'à la poignée.

Vous avez trente ans, jeune marié, jeune héritier,
Et il était temps de le montrer.

Mais alors que votre bourse pèse symboliquement le poids du deuil et des responsabilités,
Vous ne pouvez vous empêcher
De vous souvenir de votre première visite.

Vous étiez un enfant
Frêle, onze ans, de petitesse et de rabaissement, vous n'en avez pris conscience que récemment,
Mais vous vous revoyez encore dans le reflet du verre, endommagé - ou juste altéré - par les marchandises présentées
Bien plus petit que maintenant, si ce n'est légèrement.

Votre Père, homme imposant,
Se tenait à vos côtés quand vous êtes entré. Vous avez observé, silencieux
Mais curieux comme dans un magasin de jouet
Les étagères et autres lieux cachés, les recoins, le son des essais
Des jeunes gens qui comme vous se préparaient à la rentrée.
Vous aviez même oublié la présence de votre tuteur, l'espace d'un instant,
Passé à sourire dans le regard, en contemplant
Les boiseries et sentir l'odeur de magie qui émanait de la pièce - si tant est qu'il y en ait, et que votre imagination fertile ne vous aie pas joué des tours.
Vous vous demandez ce qui est arrivé à ce petit garçon

Qui avait approché du comptoir et saisi la plume.
Le regard lourd comme la monnaie que vous portez à présent
Qui vous transperçait le dos.
''Que va-t-il écrire,'' pouviez-vous presque l'entendre souffler
Quand vos aînés déjà entrés, déjà serpents lovés dans le creux de la fierté
Familiale
Ont probablement apposé leur orgueil en termes
Vif, rusé,
Choixpeau avant l'heure et enfantillages qui n'auront pas bougé dans quelques années.

Vous prenez la plume, et vous pensez
Essayer de savoir ce qui vous
Fait
Ce qui peut bien définir un garçon de onze ans qui ne sait encore rien ou presque
De soi, de celui qu'il deviendra
Des qualités qui peuvent changer, se mouvoir, évoluer
Ou juste se dissiper.
Combien de pensées vous ont-elles traversé en ces quelques secondes
Combien de temps allait-il falloir pour que ces questions qui continuent de tourbillonner
Ne fasse de vous cet adolescent, puis homme, tourmenté par des agitations qu'il ne sait expliquer.

Vous avez prit la plume oui, sans savoir quoi transmettre, quelle directive donner
Mais c'était le premier pas, vous supposez
Qui vous a marqué.

Prénom & Nom : Robert Gold
Caractère : Réservé, calme, ordonné, attentif, intelligent, curieux, patient.
Longueur de vos bras : 55 centimètres
Taille : 130 centimètres

Vous sentiez la stature bien plus imposante de celui qui espérait être l'incarnation du futur vous
Lire chacune des lignes, mais n'avoir rien à redire
Si ce n'est pour une certaine qualité, mais il ne pourra pas arguer
Vous n'êtes ni modeste ni vaniteux
Cela vous ait resté
Vous n'avez peut-être pas tellement changé.
Revenir en haut Aller en bas
Alexandre Sidh
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Alexandre Sidh, Jeu 29 Nov - 18:04


Après avoir récupéré les formulaires le vendeur me confia une en me citant ses propriétés. Je ne comprenais pas réellement tout et à vrai dire je n’y prêtais que bien peu d’attention tellement j’étais absorbé par ce nouvel objet qui m’était présenté dans son écrin.

Après l’avoir admiré quelque instants je me décidais enfin à la prendre en main afin de tester la compatibilité. Au moment même où ma peau entra en contact avec le bois de l’objet une agréable chaleur accompagnée d’un frisson remonta mon bras pour parcourir tout mon corps. C’est très étrange comme sentiments et assez dure à décrire. C’est comme si on m’avait rendu quelque chose qui me manquait et que jusqu’à présent j’étais incomplet sans m’en rendre compte. En plus sa petite taille la rendait tout à fait adapter à ma carrure d’enfant de l’époque.

Mais à présent, plus d’une décennie plus tard je commence à la trouver un peu courte et plus vraiment adapter à ma taille. Mais ce n’est pas bien grave. Le feeling est toujours présent et elle ne m’a jamais lâché. Pour l’instant je n’ai pas l’intention de la changer. C’est étrange à dire puisque je parle d’un objet mais j’ai l’impression que si je la changeais pour une autre ce serait comme si je trahissais ma plus vieille amie.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: Le comptoir

Message par : Arty Wildsmith, Sam 1 Déc - 10:58


Je suis disponible en PV pour discuter de la naissance d’Odette II 😊
Suite d’
ici


Tout prêt à cracher sa peine sur le Chemin de Traverse. Les jambes endeuillés s’évertuent à faire tenir le gamin debout, éviter les vacillements. De façon étrange, le tube magiquement caoutchouteux que représentait le transplanage ne l’avait pas mené sous la couette, à La Cabane, où caché il aurait pu pleurer la mort d’Odette. Non, c’était bien devant la célèbre boutique de baguettes qu’il avait orienté sa bouille ravagée. La vitrine lui renvoie brutalement la poussière accumulée sur sa gueule de Louveteau tristounet, les marques du mur qu’il avait percuté de son front aussi - tant pis - tant qu’il ne laisserait pas de sang sur le tapis. C’est ainsi qu’il pousse la porte d’Ollivander’s.
Nourrisson qui respire pour la première fois, le contact avec la boutique l’oblige à respirer, comme soudainement tout à fait pressé. Il branquibole et se rue vers le comptoir, sans attendre. Il pousse ça et là des sorciers et sorcières qui râlent et accusent son impolitesse, il s’en fiche, hurle à qui veut l’entendre Odette est morte ! Odette est morte ! Les baskets tremblantes, il s’échoue sur le haut comptoir, pantelant d’émotions contradictoires toutes guidées par cette unique nécessité : il me faut une nouvelle Odette ! Tandis qu’il répand les brisures de la première devant lui. Pas si stupide de penser qu’elle était réparable, non, il le voyait bien, même son bois avait terminé de scintiller, plus de vibrations non plus, de magie. Son cœur se serre, essoré, vidé. Elle était partie. Il pense alors par hasard comme ça en passant, il y a des cercueils pour baguettes ici ? Avant de deglutir douloureusement, pas forcément certain que la seconde serait à la hauteur de la première.
Revenir en haut Aller en bas
Effy Stein
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Effy Stein, Lun 3 Déc - 14:46


Cet après-midi là, après manger, Effy jouait avec sa ratte Switie. Celle-ci grimpait sur elle dans tous les sens chatouillant la jeune fille au passage qui l'attrapa de temps en temps pour la câliner.
Alors que celle-ci est en plein jeu, elle entend quelqu'un monter les escaliers et frapper à sa porte ; Elle prend alors Switie entre ses mains et observe son père entrer :

- Effy, met tes chaussures et ton manteau, nous avons une surprise pour toi !

Commet toute jeune fille de son âge, elle remet alors la petite moustachue dans sa cage après l'avoir embrassé et s'empresse d'enfiler ses chaussures et dévaler les escaliers pour mettre ton manteau, tout sourire. Elle sort alors de la maison, voyant sa mère préparer la voiture. Effy s'installe alors au siège arrière rapidement suivie de son père, en hâte qu'elle découvre sa surprise.

Après avoir roulé un petit moment, la voiture se garent et s'en suit une petite marche à pieds, sa mère était tout aussi excitée que son père. C'est alors qu'Effy reconnut parfaitement qu'ils retrouvaient rapidement au Chemin de Traverse. Effy sautillait dans tous les sens, observant toute les vitrines, ne sachant pas encore où ses parents l'emmenaient. C'est alors que ses parents s'arrêtèrent devant une boutique. Effy leva la tête et pouvait donc lire "Ollivander's". Elle regarde alors ses parents, tour à tour quand sa mère prend la parole :

- Allez va s'y ma chérie, nous t'attendons pas loin dit-elle en souriant

Effy ne se fit pas prier, elle entra en trombes dans la boutique où se trouvait déjà plusieurs autres personnes, plus grandes, ou de son âge, première baguette pour certains, secondes pour d'autres, voire plus. Elle était émerveillée de tout ce qui l'entourait, observant tout en détails.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Minerva Granger
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Minerva Granger, Lun 3 Déc - 17:07


M'y voici. Je suis sur le Chemin de Traverse et plus précisément devant chez Ollivander's, un magasin de baguette prestigieux. Il est situé dans Diagon Alley. J'en ai beaucoup entendu parlé, énormément même, compte tenu de ma soif de connaissance insatiable. Avant même de mettre un orteil sur le Chemin de Traverse, j'ai lu des tonnes de bouquins à son sujet. Le monde de la magie n'a plus aucun secret pour moi, ou presque. Tout ce que je sais à son sujet, je l'ai potassé. La théorie, c'est beau mais la pratique, c'est encore mieux. Je n'ai plus qu'une hâte, en achetant mes fournitures, c'est d'acquérir ma première baguette magique et de découvrir mes nouveaux livres mais surtout, je dis bien surtout, de participer à mon premier cours. Je l'attends avec impatience. Poudlard est désormais ma deuxième maison. Il ne me reste plus qu'à la découvrir en long, en large et en travers.

Prénom & Nom : Minerva Granger.
Caractère : Bagarreuse. Déterminée. Généreuse. Gentille. Impulsive. Intelligente. Joueuse. Maniaque. Protectrice. Respectueuse. Soignée. Souriante. Têtue.
Longueur de vos bras : 63 centimètres.
Taille : 178 centimètres.
Revenir en haut Aller en bas
Oman Muanko
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Oman Muanko, Mer 5 Déc - 21:33


Spoiler:
 


J’étais planté en plein milieu du chemin de traverse. Atone. La bouche pleine à craquer de Ballongommes du Bullard que je mastiquais sans réel engouement. Leur merveilleux goût qui habituellement me faisait bondir au plafond n’avait plus aucun effet sur moi. Je cillais d’un œil, mollement. J’en fis de même pour l’autre. À ce moment de la journée, le chemin était bondé de sorciers en quête de potentielles fournitures à chiner pour eux ou leur progéniture et je n’aidais personne en demeurant ainsi prostré. J’avais tout d’un gros rocher que tout le monde essayait de contourner. D’abord un coup d’épaule puis une pression de la main dans mon dos, d’autres bousculades suivirent. Je ne bougeais pas d’un iota. Bientôt un gamin bien trop absorbé par le paquet qu’il tenait précieusement dans les mains ne tarda pas à se cogner de plein fouet contre moi. Je le dardais et le surplombais aisément de mon mètre quatre-vingt-huit. Il ne lui fallut d’ailleurs que peu de temps pour que le machin à boutons réalise sa bêtise pour que sitôt les larmes lui montent aux yeux. La femme qui l’accompagnait, sans doute sa mère, n’en avait pas manqué une miette. C’était de ma faute, elle m’incendiait en proliférant des jurons que moi-même je n’aurais jamais osé prononcer même dans la plus monstrueuse des mes colères.

Tandis qu’elle caquetait dur à mon encontre, j’étouffais au même instant un bâillement dans le creux de ma main et mes jambes commencèrent à se profiler entre celles des autres sorciers à travers cette route intemporelle. Mon regard s’accrocha sur l’enseigne d’Ollivander dont la réputation n’était plus à faire. Quelques jours plus tôt j’avais brisé ma baguette. À trop faire le zouave on finit par en payer les conséquences et la mienne – de connerie – s’était résultée en un fracas de bois. Tant-pis, je poussais la porte de mon coude. À mon plus grand dam la boutique était loin d’être absente de vie. Tant-pis aussi. J’allais devoir attendre mon tour. Un énième tintement de clochette me fit tressauter. Le mieux étant de m’emparer d’un formulaire posé non loin.
Prénom & Nom : Oman Muanko
Caractère : Boute-en-train, tyrannique, rêveur
Longueur de vos bras : 68cm
Taille : 188cm
Revenir en haut Aller en bas
Wibbly Oswick
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Wibbly Oswick, Jeu 6 Déc - 0:46


Sortant tout juste de la boutique de l'apothicaire, Wibbly regarda le papier donner par sa mère :



Liste de courses sur le chemin de traverse :

Fleury et Botts:
-Potions à l’usage des pragmatiques et fantaisistes – Lizzie Bennet

Apothicaire:
-3 sachets  "Orties séchées"
-5 sachets  "Racine d'asphodèle"
-2 bocaux   "Yeux de scarabée"

Olivander's:
-1 baguette pour toi


Ses premières courses étaient faites. Le livre et les ingrédients dans son sac, il ne lui restait plus qu'à aller chez « Olivander's » - la célèbre boutique de baguettes.
Elle se trouvait non loin de lui, avec sa grande devanture légèrement intimidante, en bois de rose.
Cela fait déjà quelques mois que Wibbly passe devant cette boutique, et il s’était surpris plusieurs fois à l'admirer, s’imaginant le jour où il viendrait chercher sa propre baguette magique. Et ce jour-là était arrivé.
Il poussa la porte doucement, et eut un petit soupir de soulagement. La boutique, étrangement sombre, était loin d'être vide. Plusieurs personnes se trouvaient là, attendant au comptoir, un parchemin dans la main. Il pourrait donc discrètement faire tout ce que sa mère lui avait expliqué.
Il se glissa proche des piles de parchemins, prit un formulaire ainsi qu'un mètre-ruban, et allait s’asseoir sur la chaise libre, la plus éloigner des autres personnes présente.
Il commença donc à remplir les premières parties du papier, et pendant ce cours laps de temps, le mètre-ruban s'agiter en l'air à ses côtés, essayant en vain de prendre la mesure de son bras.
Pris de pitié pour le pauvre ruban qui se tortiller, il se leva, s'immobilisa, et observa les mesures afin de les noter sur le formulaire.

Formulaire:
 

Une fois le parchemin rempli, le mètre-ruban repartit seul au comptoir, et Wibbly se releva. Il se mit à la suite de la file d'attente, prêt à tendre le formulaire au vendeur qui lui demandera.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Célia Evans
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Célia Evans, Ven 7 Déc - 22:06


Et voilà, j'étais enfin sur le chemin de traverse avec mes parents. Je regardai autour de moi avec émerveillement. Papa et maman étaient tout aussi subjugués que moi par ce que ce que l'on était en train de découvrir. Tout semblait magique et merveilleux. On fit d'abord un passage à Gringotts, la banque des sorciers afin de changer l'argent moldu en mornilles et galions.

Je découvris donc cette monnaie qui me faisait penser aux trésors des pirates. On commença alors les achats et je pus même prendre quelques livres supplémentaires qui ne se trouvaient pas sur la liste de fournitures. En parlant de cette dernière, elle était vraiment très étrange. Il y avait un chaudron en étain, une balance en cuivre, des fioles vides etc.

On passa de boutique en boutique et ma liste diminuait de plus en plus. On passa devant une boutique assez étrange...enfin tout était étrange pour moi ici et un balai se trouvait en vitrine. On se dirigea vers la boutique pour les vêtements. Une fois mes trois uniformes dans un sac, je regardai de nouveau ma liste. Il me manquait la baguette magique. On arriva devant une boutique du nom d'Olivender's.  Mes parents me glissèrent quelques mornilles dans la main et me laissèrent en prétextant une course à faire.

Je poussai la porte du magasin et entrai timidement. Il y avait un peu de monde et je repérai un jeune garçon qui devait avoir mon âge. Bien sûr, je ne savais pas quoi faire maintenant. Je relus la lettre qui accompagnait la liste de fournitures, mais je n'y trouvai pas d'aide. J'observais alors les autres jeunes sorciers présents pendant quelques minutes et compris assez vite ce que j'avais à faire. Je m'avançai vers le comptoir anxieusement, ne sachant pas vraiment ce que j'avais à faire.


"Bonjour, je viens pour m'acheter une baguette."


Pendant que j'attendais, un mètre ruban magique, se mouvant seul prit mes mesures. Cela ne fut pas facile pour lui car on peut dire que je fus complètement surprise par cela. Puis une fois son travail terminé, le mètre ruban repartit se mettre sur le comptoir. J'attendis donc patiemment qu'un vendeur vienne me servir tout en observant avec attention le lieu dans lequel je me trouvais.


Prénom & Nom : Célia Evans
Caractère : (en trois adjectifs minimum, neuf au maximum) Surdouée, curieuse, solitaire, calme, réfléchie, têtue, réveuse, loyale, courageuse.
Longueur de vos bras : (en cm) 53 cm
Taille : (en cm) 1m45
Revenir en haut Aller en bas
Teddy Pond
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Teddy Pond, Sam 8 Déc - 15:33


Pas de réponse. Teddy tente de se soulever davantage, elle peste mentalement contre sa petite taille. Mais il n’y a personne derrière le comptoir, rien qu’une vue floue de l’arrière-boutique et d’une silhouette qui tarde à se mouvoir. Pourtant, les gens autour d’elle continuent leurs achats et leurs discussions. C’est au détour d’une oreille laissée trainante qu’elle comprend qu’il lui faudra remplir l’un des formulaires vierges empilés sur le bord du comptoir, alors elle fait demi-tour et se précipite vers sa mère pour réclamer une plume à encre rechargeable. Madame Pond lui sourit de son sourire trop chaud, trop maternel, trop confortable. Teddy lui arrache l’objet des mains et s’arrache à sa contemplation, pour retourner dans le monde des grands. Celui dont elle fait partie elle aussi, désormais. Elle l’a décidé.
Elle griffonne ses réponses hâtivement, ne prend même pas le temps de s’étonner de l’incongruité de certaines demandes. Elle se contente de fixer son bras tendu, mâchonne le bout de la plume tandis qu’elle fait des estimations mentales, et finit de répondre au formulaire. Au moment où elle le dépose sur le comptoir, un vendeur arrive qui l’accueille d’une voix chantante. L’excitation, l’angoisse, l’envie, l’impatience, la peur : tout se mêle et Teddy est focalisée sur l’objectif, aussi ne se formalise-t-elle pas le moins du monde de la légère attente. Après tout, vu le monde qui entre et sort de la boutique, c’est normal que les vendeurs soient occupés. Elle fixe l’homme qui disparaît de nouveau dans les rayonnages, tente de discerner : lequel est le sien parmi les parchemins qui flottent devant lui ?
Le voila de retour. Le moment de vérité est arrivé. Son cœur qui bat la chamade assourdit l’enfant pendant qu’elle attend qu’il parvienne jusqu’à elle. Poliment, elle attrape la boîte qu’il lui tend. Elle n’attend que deux battements de cœur avant d’en extraire l’objet magnifique. Souffle court, souffle coupé. Elle referme ses cinq doigts sur l’extrémité la plus épaisse de la baguette et elle attend. Elle attend rien qu’un tout petit instant ; mais il lui paraît durée une éternité d’anxiété. Autour d’elle, les réactions s’enchaînent, des gerbes d’étincelles brillent, des courants d’air secouent l’espace. Rien de tout ça pour la petite souris. Rien qu’une chaleur au creux de son estomac, juste en dessous de la boule d’angoisse. Un câlin réconfortant qui vient de l’intérieur. Et puis ça explose, d’un coup, après cette attente interminable : boum ! Chacun des membres de son corps vibrent à la même fréquence que la baguette, et elle sent le flux de magie, et elle sourit. La boule chaude, jaune, magique, a englouti l’anxiété, l’a dévorée toute entière.
Teddy raffermit sa prise, jusque là hésitante car tremblante, sur sa baguette, et elle se dirige vers le marchand. Elle brille de joie, Teddy jolie. « Dites, monsieur, vous pouvez me dire quoi sur elle ? Comment il faut que j’en prenne soin ? Et quels sont ses attributs ? » Elle brandit la baguette en l’air, mais sans la lâcher, sans laisser l’occasion à quiconque de l’en séparer. Sa curiosité a pris le pas sur tout, et son envie de savoir s’est révélée. Elle a oublié ses parents qui l’attendent toujours à l’entrée de la boutique, les autres clients qui ont également des réclamations, l’air étourdi du vendeur qui préfèrerait probablement qu’on le laisse tranquille… Non, Teddy veut savoir, connaître, parce que c’est sa manière à elle d’aimer, et qu’elle aime sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 18 sur 19

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 17, 18, 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.