AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 22 sur 22
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
Alohina Penbrooks
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Le comptoir

Message par : Alohina Penbrooks, Mar 26 Fév 2019, 21:25



Une femme, jeune et jolie, est venue, elle nous a expliqué comment ça marche. J'ai noté les informations demandés comme j'ai pu, je sais pas écrire à la plume. Maman veut toujours tout faire à ma place, mais là on dirait qu'elle ose rien toucher. Mon père semble un peu plus intéressé, mais un poil dégoûté quand même. Je suis pas sûre qu'ils acceptent ma différence. C'est bizarre, mais moi, tout au fond, j'ai l'impression que c'est tellement normal, comme si c'était en moi depuis toujours. J'écris du mieux que je peux, en espérant que la dame puisse me relire, j'ai une jolie écriture toute ronde d'habitude mais là c'est un peu dur.

Elle part en annonçant qu'elle va chercher nos baguettes. Ben oui, je suis pas la seule dans la boutique. D'ailleurs, quelques regards amusés se balladent sur mes parents, et moi ça m'amuse. Ma mère fait son cou de giraffe, genre elle joue la noble, j'aime pas quand elle fait ça...

La dame revient, l'air enjoué, je l'aime bien, elle a l'air douce et gentille elle. Elle nous pose des boites devant nous et là je la vois. Elle est jolie, dans un bois clair, un peu crème, légèrement dorée avec un petit descriptif:

Bois : Charme
Composant : Écaille de Sirène
Élasticité : Très souple
Taille : 22.53 cm
Prix : 10 Mornilles

Ne sachant pas quoi faire, et ne me préoccupant plus de mes parents, je tends la main. Elle est douce et tiède, on dirait qu'elle vibre mais sans vibrer vraiment. je regarde la dame avec un sourire ravi:

- Elle est trop belle, ça existe vraiment les sirènes?
Revenir en haut Aller en bas
Dexter Duponty
Dexter Duponty
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Dexter Duponty, Lun 04 Mar 2019, 15:55


C'était un début d'après-midi ensoleillé. Du haut de son mètre cinquante, Dexter déambulait au beau milieu du chemin de traverse, l'oeil vif, bien que semblant hagard face à l'environnement qui l'entourait. A vrai dire, en tant que fils de moldu, c'était la première fois que Dexter se confrontait au monde magique. Il n'était pas habitué à voir des personnes parcourir les rues habillées en robe. Cela restait encore surprenant pour lui.

Bien qu'étudiant en France à l'académie de Beauxbatons, Dexter avait fait le voyage jusqu'au chemin de traverse pour acheter sa première baguette magique. En effet, tout ceux qu'il avait pu côtoyé depuis la découverte de sa nature de magicien lui avaient conseillé - ordonné - d'acheter sa baguette chez Ollivander. Tout magicien qui se respectait n'avait d'autre choix que de faire l'acquisition de sa première baguette dans cette célèbre boutique.

Son regard s'illumina lorsqu'il tomba sur la façade de la boutique de baguette magique. Première surprise. Sans doute une farce de ceux qu'il avait croisés. Il s'attendait, tel qu'il l'avait lu dans les ouvrages qu'on lui avait donné pour se documenter sur l'histoire de la magie, à la célèbre boutique crasseuse et désordonné. C'était tout le contraire. A tel point qu'il se demanda s'il ne s'était pas trompé d'endroit. Mais la gravure "Ollivander" sur la devanture ne pouvait le tromper. Il apprendrait à être moins crédule, dorénavant.

Il poussa la porte d'entrée et fut tout d'abord surpris par la taille de la boutique. Bien que ne payant pas de mine vu de l'extérieur - comme toutes les boutiques du chemin de traverse -, la boutique lui paraissait gigantesque. Un tapis d'une longueur irréelle parcourait la boutique de l'entrée jusqu'au comptoir où un employé attendait le client. Il faisait au moins une bonne vingtaine de mètre ce tapis. En regardant autour de lui, Dexter fut également surpris par le nombre d'étagères que comptait la pièce, elles-mêmes remplies à ras-bord de paquets contenant les baguettes magiques.

Il commença à s'avancer doucement vers le comptoir, tout en parcourant du regard les étagères qui l'entouraient, lorsqu'il sentit quelque chose s'approcher de lui. Tiens donc, une espèce de réglette qui tentait de le saucissonner. Dexter commença à se débattre et à repousser la fameuse réglette, effaré par cette agression gratuite. Après une lutte acharnée d'une dizaine de seconde, Dexter abandonna le combat et découvrit qu'il s'agissait d'un ruban-magique. La seule utilité de cet objet était de mesurer certaines parties de son corps afin d'aider le vendeur à trouver la bonne baguette magique. Pardonnez Dexter. Il n'était pas encore habitué à vivre aux côtés d'objets magiques. Jetant un regard noir au ruban, il s'avança d'un pas plus pressé vers le comptoir et vit une pile de parchemin sur le côté. Un formulaire à remplir. Il se saisit de la plume posée sur le comptoir et compléta le formulaire d'une écriture soignée.


Prénom & Nom :Dexter Duponty
Caractère : confiante, ambitieuse, fière, directive
Longueur de vos bras : 52cm
Taille : 1m50

Une fois le formulaire complété, Dexter releva la tête et regardé la personne postée derrière le comptoir. Il poussa le parchemin sur le comptoir dans sa direction et s'exprima :

- Bonjour, je m'appelle Dexter Duponty. Je viens acheter ma première baguette magique, voici le formulaire complété ...
Revenir en haut Aller en bas
Emilio Clemenza
Emilio Clemenza
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Emilio Clemenza, Mar 12 Mar 2019, 14:47



Début en Angleterre


Vu avec Respo pour baguette cassée/première baguette Olli.

Londres,

J'avance dans le calme, les mains dans les poches de mon long manteau. La température est assez différente de l'Italie et les sorciers sont très.... sorciers. Je ne m'y ferai jamais, à cet "esprit magique", le fait qu'un monde totalement différent se déroule à quelques mètres des moldus. Que les gens acceptent cette "différence" de cacher un monde à l'autre, de ne pas vouloir se mélanger.

Quoi qu'il en soit, me voici en quête d'une baguette magique, quasiment tout me renvoie vers cette boutique: "Ollivander's". Quelques vieux souvenirs d'une promesse raisonnent :"Plus jamais, ô grand jamais, je n'utiliserai à nouveau cette malédiction. suivit du bruit de ma première baguette se brisant sous mes mains. Quelques larmes et le sentiment de se libérer d'une maladie." Voilà dix ans que je n'ai plus utilisé de magie, que je ne possède plus de baguette et que je me suis parfaitement intégré au monde des humains "normaux".

Je balaye mes souvenirs d'un long battement de cils. J'arrive dans le fameux magasin d'Ollivander's, je m'approche, saisi le formulaire a remplir ainsi que le mètre-ruban magique a disposition.

Spoiler:
 

Une fois le formulaire remplis, je me contente d'un simple Bonjour en posant le formulaire, avec la plume et le mètre-ruban magique.

Revenir en haut Aller en bas
Eve G. Flynn
Eve G. Flynn
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Eve G. Flynn, Mer 13 Mar 2019, 22:05


- Eve ! Dépêche-toi ou il va y avoir trop de monde !

Une petite fille dévala alors les escaliers en courant et s’arrêta net devant sa mère. Elle n’était pas très grande et avait de jolis cheveux bruns ondulés, une belle peau basanée et de magnifiques yeux bleu-vert.

  - J’suis prête ! dit-elle, un grand sourire aux lèvres.

Sa mère la regarda avec tendresse en lui caressant les cheveux. La petite fille avait déjà onze ans. Un âge important dans une famille de sorcier, car c’est à ce moment-là que l’apprentissage de la magie débute réellement. Hellyna prit sa fille dans ses bras.

  - Maman, protesta-t-elle. Tu m’étouffes…
  - Maman a besoin d’un câlin du bonheur.

Eve sourit à nouveau. Elle avait protesté juste pour la forme car elle adorait ces marques d’affections. Elle entoura de ses bras la taille de sa mère et profita de ce moment quelques secondes encore avant de demander :

  - Papa vient avec nous ?

A cette question, elle sentit sa mère se raidir. Celle-ci se détacha légèrement de sa fille. Elle sourit tristement en lui caressant la joue et lui dit :

  - Papa est déjà parti.

La petite sorcière sentit sa joie se dissiper peu à peu. Elle aurait aimé vivre cet instant avec ses deux parents réunis, mais malheureusement, la vie en avait décidé autrement. Un pli soucieux se dessina alors entre ses sourcils.

  - Ne t’inquiète pas, la rassura sa mère. Il sera là pour ton départ.

Un petit sourire apparut alors sur ses lèvres. Elle espérait sincèrement que ce soit vrai. Elle suivit alors sa mère dans le salon, prit de la poudre de cheminette dans un petit pot qui était posée sur le manteau de cheminée et entra dans le foyer.

  - A tout de suite, lui dit Hellyna.

La petite sorcière lui sourit, puis elle annonça clairement sa destination avant de jeter sa poignée de poudre dans la cheminée.

- - - -

Mère et fille se retrouvèrent au Chemin de Traverse. A cette période de l’année, les rues étaient bondées de jeunes sorciers avec leurs parents pour faire leurs achats de fournitures scolaires. Les deux sorcières parcoururent l’allée principale et s’arrêtèrent devant la boutique de baguette magique « Ollivander », passage obligatoire pour tout jeune sorcier qui est sur le point de faire ses débuts à Poudlard. Eve regarda la vitrine un moment. On y avait mis diverses baguettes, plus belles les unes que les autres.

Hellyna ouvrit la porte du magasin et Eve l’a suivi à l’intérieur. La jeune fille n’en croyait pas ses yeux. Il y avait un certain nombre d’étagères où devaient être entreposés des milliers d’écrins de différentes couleurs. Voyant que sa mère s’était avancée vers le comptoir, la jeune sorcière arrêta de rêvasser et l’a rejoignit. Un peu intimidée par les autres clients, Eve osa à peine prononcer un timide « Bonjour ».

Sa mère prit alors un parchemin sur l’une des piles et le lui tendit ainsi qu’une plume : un formulaire. La petite sorcière regarda sa mère, qui lui fit un signe de tête pour l’encourager. Elle s’apprêta à le remplir quand un ruban magique se mit à tourner autour d’elle et pris certaines mesures. Elle nota donc sur le formulaire :

Prénom & Nom : Eve G. Flynn
Caractère : Sensible / Curieuse / Solitaire / Déterminée / Loyale
Longueur de vos bras : 52 cm
Taille : 150 cm

Quand elle eut finit, elle posa son parchemin à côté des autres et patienta.
Revenir en haut Aller en bas
Koen Flint
Koen Flint
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Koen Flint, Jeu 14 Mar 2019, 13:03


Allongé sur un des moelleux canapés bleus de la tour de Serdaigle, je profitais du calme de la salle commune des aigles pour se remémorer certains événements passés : Mon arrivé à Poudlard, ma répartition à Serdaigle et ma première baguette …
Je sortais l’objet magique de ma poche et je l’observais avec un air songeur.

Flashback ...


-Est-ce que je pourrais avoir une baguette, moi aussi ?

-Pour la dernière fois Aurore, non !


Ces voix qui se querellaient discrètement, c’étaient mon père et ma sœur. Aurore voulait aussi avoir le même objet que j'allais avoir. Malheureusement pour elle, Aurore devait encore attendre trois ans pour en avoir une !
Nous étions dans la boutique d’Ollivenders. C’était une belle et chaleureuse boutique. Et surtout très populaire au vu affolant de personne s’y trouvant ! Surement des nouveaux élèves, bien que j’y distinguais des adultes. Moi qui n’aimais pas les bruits intempestifs, me voilà servit ! Mais je devais prendre sur moi. Après tout, cela allait être ma première rencontre avec une partie de moi, une amie fidèle : Ma baguette magique !

J’avais laissé ma famille se "disputer" gentiment pour m’occuper de mes préparatifs. Je gratifiais les vendeurs d’un « Bonjour » avec un sourire. Je remplissais tranquillement le formulaire posé sur le comptoir, tandis que je laissais le mètre-ruban magique faire son travail. C’était quand même très pratique, ces objets magiques !

   Prénom & Nom : Koen Flint
   Caractère : Protecteur – Perfectioniste – Indépendant – Rêveur – Calme – Compétiteur – Adaptable – Rancunier - Loyal
   Longueur de vos bras : 58 cm
   Taille : 148 cm

Après avoir vérifié que tout était en règle et qu’il n’y avait pas trop de faute, je déposai le formulaire sur le comptoir et attendait, patiement.
Revenir en haut Aller en bas
Aurore Deletaire
Aurore Deletaire
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Aurore Deletaire, Mar 19 Mar 2019, 12:14


Première baguettec'est la baguette qui choisit son sorcier

Il faisait froid, c'était indéniable. Du moins, pour une grande frileuse comme Aurore, la légère brise qui soufflait devant chez Ollivander était presque insoutenable. Il faut avouer que, ce matin, elle s'était sacrément levée du mauvais pied et un rien l'agaçait. Tout était signe d'une mauvaise journée. Pourtant, postée là, seule malgré la cohue environnante devant la jolie boutique du vendeur de baguette, elle oublia rapidement son réveil difficile. Elle se sentait soudain toute petite et complètement intimidée. Après ces longues années à utiliser une vieille baguette de famille qui appartenait autrefois à sa mère, elle allait enfin acheter sa propre baguette. Ce recyclage avait été, dans sa famille, un véritable sujet de discorde. Issue d'une famille de sang pur relativement aisée, Aurore s'était toujours considérée comme quelqu'un d'assez noble. Alors, comment était-il possible qu'elle fasse sa rentrée à Poudlard munie d'une vieille baguette ? Comment pourrait-elle révéler ses pleins pouvoirs avec une antiquité qui ne lui correspondait même pas ? Elle avait souvent entendu, à Poudlard, le récit de ses camarades qui racontaient comme leur baguette les avait "choisis". À vrai dire, elle n'y croyait pas vraiment. Tout cela ressemblait beaucoup à un mythe pour enfant, une légende urbaine.
Derrière ce scepticisme, se cachait peut être et certainement une crainte. Et si aucune baguette ne la choisissait ? Aucune n'était faite pour elle ? Pendant quelques secondes qui semblèrent durer une éternité, ces questions l'assaillirent avant qu'elle se reprenne. Elle était Aurore Deletaire, et il n'y avait aucune raison pour qu'une puissante baguette ne l'attende pas à l'intérieur de la boutique. Elle inspira profondément, et enfin poussa la lourde porte pour rentrer à l'intérieur.
La boutique entière était relativement silencieuse. Elle n'était pas seule, d'autres visages vaguement familiers sans trop l'être semblaient attendre également leur tour. Manifestement, il y avait de l'attente. Les lieux sentaient un peu le renfermé, même si une forte de bois ancien dominait mélangée à quelque chose qu'elle ne saurait décrire instinctivement. L'odeur avait quelque chose de rassurant, de chaleureux. Derrière le comptoir, de grandes étagères comme celles d'une bibliothèque pleines à craquer de boites renfermant toutes sortes de baguettes. Certaines appartiendraient à de bien piètres sorciers, d'autres surement à de grands mages noirs. Cette idée avait quelque chose de fascinant. C'était ici que tout se jouait.
Aurore n'ouvrit pas la bouche, ne dit rien. Elle n'avait aucune envie de se présenter à qui que ce soit et attendait un vendeur. Elle en profita pour remplir le petit formulaire obligatoire.

   Prénom & Nom : Aurore Deletaire
   Caractère : solitaire curieuse ambitieuse
   Longueur de vos bras : 65cm
   Taille : 1m72

Caractère. Elle esquissa un sourire. C'était assez drôle de se décrire soi-même. Il faut avouer qu'elle avait un peu hésité avant de répondre, toujours un peu sceptique quant à l'utilité de cette question dans le choix de sa future baguette. Elle s'avança alors vers le comptoir en bois et posa son formulaire, à côté de ceux des autres. C'était bon, il n'y avait plus qu'à attendre. La jolie blonde ne put réprimer un frisson d'excitation. Son coeur bâtait plus fort que d'habitude, il était vraiment difficilement de garder son calme, de rester impassible dans un moment pareil. Ça y est, c'est maintenant

Revenir en haut Aller en bas
Celestia Moon
Celestia Moon
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Celestia Moon, Sam 23 Mar 2019, 15:30


Celestia regarda la liste de ses fournitures.

-Pourquoi ne pas commencer par m'acheter une baguette magique ?
- Oui, c'est une bonne idée, honey. Si mes souvenirs sont bons, c'est par là.

Celestia suivit sa mère et elles arrivèrent devant une grande bâtisse avec un devanture avec inscrit : "Ollivander's - Fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.-C". Celestia poussa la porte et sourit en voyant qu'il faisait plutôt frais à l'intérieur. Bien qu'ils étaient plus au nord qu'en France, où elles avaient dû raccourcir leur vacance, il faisait très chaud. Elles se dirigèrent vers le comptoir et Isabella, la mère de Celestia demanda :

-Bonjour ! Nous venons pour ma fille, Celestia. Elle entre à Poudlard en septembre, il lui faut donc une baguette.

Tout d'un coup, un ruban arriva et fonça vers Celestia. Elle prit peur et ne put pas bouger.

-Ma... maman ? C'est quoi... ça ?

Isabella se tourna vers elle.

-Oh, c'est une mètre-ruban magique ! C'est très utile pour mesurer. Laisse toi faire et remplis ce formulaire, s'il te plaît, honey.

Elle prit un papier sur le comptoir et le tendit à sa fille qui le prit. La jeune sorcière prit la plume posé sur le comptoir et remplit le papier.

 
Spoiler:
 

Celestia le rendit ensuite à la personne derrière le comptoir et attendit sagement, observant toutes ces baguettes derrière le comptoir. Elle allait enfin avoir sa baguette à elle, et elle était impatiente. Mais elle avait aussi un peu peur. On disait que c'était la baguette qui choisissait son propriétaire, et non l'inverse. Et si aucune baguette ne voulait d'elle ? Tant de questions rodait dans sa tête.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
Temperence Black
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Temperence Black, Sam 23 Mar 2019, 20:32





Première Baguette

Réponse n°1

With Natasha Fraser, Honorine Herveaux, Pour : Dexter Duponty, Emilio Clemenza, Eve G. Flynn, Koen Flint, Aurore Deletaire & Celestia Moon



Zoum zbam boum.
Les piles tombent. Elles chutent et les baguettes s’étalent sur le sol. Il y en a une dizaine. Elles roulent et glissent, elles se cognent et tintent les unes contre les autres, se cognant et s’entrechoquant avec douceur et délicatesse, laissant aux plus lourdes le choix de stopper la balade des plus légères ou bien de les laisser couler encore plus loin.

Temperence les regarde et rit. Elle semble un peu stupide, un peu perchée mais il en faut peu pour amuser son enfant intérieur. C’est ce qui arrive quand le stress atteint son paroxysme chez elle. Elle ressent tout avec intensité et elle peut se mettre à pleurer juste parce qu’elle ne réussit pas à ouvrir un sachet. Un peu comme une femme enceinte en somme mais sans le ventre rond, les nausées matinales et l’enfant en son sein, elle ressent juste les choses avec plus d’intensité. Elle danse sur la corde raide de la stabilité mais cela ne dure jamais. Ce symptôme la frappe une semaine ou deux puis il chute, il s’évanouit aussi subitement qu’il est apparu dans sa vie. C’est un boomerang, comme l’amour qui s’envole et lui revient des jours passés.

Le rire nerveux passé, elle se penche et attrape les baguettes. Une. Deux. Trois. Bois de houx. Hêtre. Nerf de sombral. Elle le ressent en les ramassant, elle sent qu’elles vibrent de colère. Elles n’aiment pas être maltraiter. C’est étrange dit comme cela mais elles sont vivantes elles-aussi. Elles peuvent ressentir des choses sinon comment fonctionneraient-elles ? On dit que la baguette choisit son sorcier et ce n’est pas faux. Le lien qui unit la baguette à son propriétaire est puissant et se tisse avec le temps, c’est pour cela que, lorsqu’arrive un certain âge, la baguette ne convient plus vraiment à son sorcier. En grandissant, un fossé est apparu entre les deux et si certaines baguettes on besoin de ce fossé pour pouvoir développer leur toute puissance et le paroxysme de l’intimité avec leur propriétaire, d’autres on besoin de se ressembler. Vraiment. De voir le monde sous le même angle, de ressentir les choses de la même manière.

Temperence avait senti, un soir d’été, que ce qui la liait à sa baguette de deux ans s’effritait alors elle allait la changer, venir ici en tant que cliente et non comme vendeuse et, ce jour-là, elle laisserait à une de ses collègues la joie de la servir elle, Temperence Black, avocate en apprentissage et vendeuse de baguettes. Mais, pour l’instant, elle ramasse et range les perles boisées sur l’étagère, les nettoyant un peu au passage.

Elle baille. Elle s’étire et frotte ses yeux avec le dos de ses mains égratignées. Elle est une catastrophe en ce moment. Ils sont rares les jours où rien ne tombe au sol et, si rien ne tombe, c’est elle qui se blesse et toujours de manières idiotes à bien y regarder. Une fois elle tombe de son lit, le coup d’après elle se brûle en faisant du thé et le coup d’encore après, elle s’ouvre la main en faisant sa vaisselle à la moldu, avec de l’eau claire et ses deux mains et non à l’aide de sa baguette.

Elle soupire et se redresse avec, entre ses doigts, une baguette ébréchée. Elle sent le bois pleurer et elle s’excuse auprès de lui. La blessure est partielle, un coup de rabot, un ajout de bois et elle sera comme neuve. Elle sourit et la dépose délicatement sur du velours et la dépose dans un coin en évidence. Elle la déposera dans l’atelier mais, pour l’instant, la sonnette tinte. La note distincte emplit la boutique et respire la venue de nouvelles âmes au sein de la boutique.

Sans attendre, elle se presse pour réapparaître dans la partie visible aux clients. Pour une fois, elle n’était pas visible par les nouveaux arrivants mais bon, juste un détail et puis certains peuvent l’avoir vu enfin, avoir vu sa forme se mouvoir entre deux étagères.

Un entrechat et elle est là, elle sourit et passe sa main sur sa jupe pour retirer une trace de poussière y reposant. Le velours noir roule sous ses doigts puis elle remonte sa main pour coincer une mèche de son chignon fou derrière son oreille avant d’envoyer dans les airs son entrée habituelle. Bonjour et bienvenue à tous ! Vous êtes ici chez Ollivander’s, vendeurs de baguettes depuis bien longtemps avant notre naissance. Je suis Temperence et je suis, en cette douce journée, votre vendeuse et conseillère. Les formulaires donnés, j’irai chercher vos effets et vous attribuerai une baguette chacun. Si jamais vous avez des questions, n’hésitez en rien à me les poser, je suis là pour y répondre. Joli sourire et petit clin d’œil pour les clients avant de les laisser écrire.

Ils sont nombreux, presque une dizaine. Elle sera un peu longue, une petite heure à se perdre dans les étales pour trouver baguette à chaque sorcier. Elle sourit alors que les formulaires reviennent vers elle et étouffe quelque rire amusé alors que le mettre ruban se la joue taquin. Lentement, tous les formulaires lui reviennent, elle sourit et s’adresse une nouvelle fois avec douceur à ses acheteurs du jour. Eh bien, maintenant que j’ai tous vos formulaires, il est temps pour moi d’aller chercher ce qu’il vous faut. Pour patienter, n’hésitez pas à goûter à quelques friandises, elles sont agréables sous les dents et contre la langue. Je vais faire vite, promis.

Rapidement, elle file. Elle virevolte et s’enfonce dans les étagères pour observer, sentir sous la pulpe de ses doigts, savourer du regard, caresser de la paume de la main plusieurs baguettes, en quête des perles boisées parfaites. Le temps court et passe. Les aiguilles sautillent et il est temps pour elle de reparaître devant ses clients. Trente-deux minutes. Un temps presque record.

Me voici de retour ! J’ai donc avec moi une baguette pour chacun d’entre vous. Avant de vous donner vos perles boisées, voici quelques consignes. On essaie sa baguette, on me demande si une chose ne convient pas, on me questionne si les interrogations naissent et, seulement si tout convient, on me donne dix gallions avant de partir avec sa perle boisée. Maintenant, c’est à vous de jouer.

Tendrement, elle tend les bras et donne à chaque client sa baguette avant de s’installer derrière son comptoir et elle observe, attendant les réactions de ses acheteurs journaliers.






Baguettes



Pour : Natasha Fraser
Bois : Houx
Composant : Cheveu de Farfadet
Élasticité : Elastique
Taille : 29.30 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Honorine Herveaux
Bois : Frêne
Composant : Moustache de Fléreur
Élasticité : Peu souple
Taille : 23.99 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Dexter Duponty
Bois : Santal
Composant : Ventricule de Dragon
Élasticité : Plutôt rigide
Taille : 28.10cm
[Compte Vérifié]

Pour : Emilio Clemenza
Bois : Amourette
Composant : Plume d'Occamy
Élasticité : agréablement flexible
Taille : 35.75 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Eve G. Flynn
Bois : Mandarinier
Composant : Aile de fée
Élasticité : Elastique
Taille : 25.52 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Koen Flint
Bois : Cornouiller
Composant : Moustache de chat noir
Élasticité : Agréablement rigide
Taille : 24.58 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Aurore Deletaire
Bois : Aubépine
Composant : Corne de Serpent cornu
Élasticité : Relativement rigide
Taille : 26.72 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Celestia Moon
Bois : Framboisier
Composant : Feuille d'argent
Élasticité : Légèrement cassante
Taille : 24.52 cm
[Compte Vérifié]













by Lydie
Revenir en haut Aller en bas
Celestia Moon
Celestia Moon
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Celestia Moon, Dim 24 Mar 2019, 11:31


Celestia pris une des friandises pour passer le temps et la mit dans sa bouche, intriguée. Elle pétilla dans sa bouche et la jeune sorcière ferma les yeux pour savourer pleinement cette délicieuse friandise. Sa mère lui dit quelque chose mais Celestia ne l'entendit pas.

- Tu peux répéter, maman ?
- Je disais, pas trop stressé ? Moi, à ton âge, j'étais tellement excitée, honey.
- Eh bien, j'ai un peu peur de ne pas trouver de baguette.
- Ne t'inquiètes pas, il y aura forcément une baguette qui te choisira.

La jeune femme revint avec des baguettes. Celestia prit sa boîte. Il y avait inscrit dessus :
Bois : Framboisier
Composant : Feuille d'argent
Élasticité : Légèrement cassante
Taille : 24.52 cm

La sorcière ouvrit la boîte et sortit sa baguette. Elle était plutôt grande et Celestia eut peur de la casser. Elle était fascinée, et ne pensa pas à l'essayer, retournant la baguette entre ses mains.

- Agite là, honey. On verra bien si elle te va ou pas.

Celestia agita donc la baguette. Malheureusement, il ne se passa rien.

- Ce n'est pas grave, honey. Rends la baguette à la vendeuse.

Elle la remit donc dans sa boîte et la rendit à la jeune femme derrière le comptoir, déçue.
Revenir en haut Aller en bas
Eve G. Flynn
Eve G. Flynn
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Re: Le comptoir

Message par : Eve G. Flynn, Dim 24 Mar 2019, 12:55


Une fois que tous les clients présents eurent fini de compléter leur formulaire, la vendeuse se rendit dans l’arrière boutique en leur précisant que des friandises étaient à leur disposition pour patienter. Eve ne se fit pas prier et pris un des bonbons. Dans un premier temps, la jeune sorcière distingua un goût de fraise, puis au fur et à mesure que la friandise fondait sur sa langue, elle sentit des petits pétillements contre son palet, comme si elle buvait une boisson gazeuse. Se fut plus fort qu’elle, à cette sensation, la petite sorcière ne put s’empêcher de sourire et de fermer les yeux de contentement. Quand elle les rouvrit, elle vit que sa mère était allée se perdre dans les rayons de la boutique. Eve la rejoignit et lui demanda :

- C’est vrai que la baguette choisit son sorcier ?
- Oui, c’est vrai, lui répondit-elle. Je ne m’y connais pas très bien dans ce domaine, mais c’est pour cela qu’on en essaye plusieurs. Je crois même que pour certains sorciers, leur première baguette finisse par s’épuiser et de ce fait, ils sont obligés d’en trouver une nouvelle. Mais tu pourras poser cette question à la vendeuse quand elle reviendra.

La petite sorcière opina de la tête. Il y avait tant de chose à découvrir sur la magie. Une trentaine de minutes plus tard, la vendeuse revint chargée d’écrin et donna quelques consignes aux clients avant de leur tendre à chacun leur baguette. Eve prit la sienne et sentit le bois froid sous sa petite main. Ne sachant trop que faire, elle regarda sa mère.

- Fais le geste, l’encouragea Hellyna.

Le geste. Quel geste ? On lui disait d’essayer la baguette et de faire « le » geste comme si ça coulait de source, mais la petite sorcière était complètement perdue. Toutefois, elle essaya un geste, ne sachant pas vraiment si c’était le bon, en levant, puis abaissant sa baguette. Aussitôt, une énorme bourrasque de vent souffla et éparpilla tout ce qui se trouvait sur le comptoir. Eve écarquilla ses yeux avant de poser sa baguette sur le meuble.

- Je suis désolée, dit-elle précipitamment à la vendeuse, toute penaude.

Apparemment, ce n’était pas la bonne.
Revenir en haut Aller en bas
Koen Flint
Koen Flint
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Koen Flint, Hier à 12:21


Houlà ! De plus en plus de monde arrivait dans la boutique ! Tout ce bruit allait me donner mal au crâne.  Merlin, que je détestais le bruit !

Lorsque la vendeuse arriva, ce fût un soulagement ! Bientôt je pourrais rencontrer mon « âme sœur » de magie et pouvoir pratiquer des sorts à Poudlard ! En parlant de la vendeuse, elle me semblait très gentille et souriante. Elle nous donna délicatement les écrins, contenant le fameux Graal que tous les élèves désiraient !

Je la remerciais, souriant et lisais ce qui était écrit sur l’écrin. C’était les composants de ma future baguette.

Bois : Cornouiller
Composant : Moustache de chat noir
Élasticité : Agréablement rigide
Taille : 24.58 cm

J’avais souris lorsque j’avais vu le cœur de la baguette : Des moustaches de chat ! J’adorais les chats. Peut-être était-ce le destin ? Qui sait ? Malgré tout, je me demandais comment un animal non-magique pouvait produire des cœurs de baguette.  Il fallait que je demande à la vendeuse.
Je pris délicatement la baguette dans ma main et … Rien. Je ne ressentais aucune magie. Aucun « contact », aucune magie ! Je fis quand même un petit geste du poignet et … Toujours rien ! Il semblait que la baguette refusait de fonctionner, comme si elle me boudait.

« Quelque chose ne va pas ? »


C’était la voix de ma sœur, Aurora. Elle était venue me rejoindre, observant ce qu’il se passait.

«Disons que l’on va devoir rester encore un bout de temps dans la boutique. »
, Disais-je à la petite teigne qu’était Aurore, lui ébouriffant les cheveux pour l’embêter. Cela la fît grimacer et moi glousser.

Je déposai l’artéfact magique dans son écrin. Bon, cela n’était pas grave. Mes parents m’avaient prévenu qu’il fallait du temps pour trouver la bonne compagne de magie. Il fallait mieux prendre son temps que de partir en précipitation avec une baguette qui ne conviendrait pas. J’avais lu ce qu’il pouvait se passer si un sorcier et une baguette incompatible essayaient de faire de la magie. Je m’adressais à la vendeuse d’Ollivenders.

« Désolé madame. Mais je crois que cette baguette ne m’aime pas. »

Malgré moi, je ne pouvais cacher ma déception.
Revenir en haut Aller en bas
Ulfric Rosberger
Ulfric Rosberger
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Ulfric Rosberger, Hier à 14:14


En me levant ce matin après avoir reçu ma lettre d'admission pour Poudlard, je me doutais que ma mère et mon père m'attendraient. Ils étaient tout les deux près et moi je sentais l’excitation monté car je savais qu'aujourd'hui je partais pour le chemin de Traverse pour acheter ma baguette. Une fois prêt mon père,ma mère et moi avons utilisé la poudre de cheminette. Je monta dans la cheminé pris une poignée de poudre, la jeta à mes pieds en criant avec conviction :"Chemin de Traverse!". Un fort  éclair vert jaillit de la poudre. Je ferma les yeux car la lumière était trop forte.

 En les ouvrant les yeux je vis que je n'étais plus chez moi mais je reconnaissait bien l’intérieur du Chaudron Baveur.Mon père et ma mère me prirent par la main et on parti  dans le chemin de Traverse et ils me guidèrent vers une boutique avec une devanture en bois de rose assez vieux et sur la façade  on pouvais lire:"Ollivander's - Fabricants de baguettes magiques depuis 382 avant J.-C". En poussant la porte le tintement de la clochette annonçant mon entrée fis monté l'excitement de l’acquisition de ma première baguette. Un tapis beige recouvrais quasiment la totalité du sol atténuant le bruit des talon de ma mère.

 Ma mère me conseilla de prendre un parchemin. Dès le contact de ma main avec le papier un mètre magique se mis a tournais autour de moi pour prendre mes mesure. Sur le parchemin je remplis ce formulaire:

Prénom & Nom :Ulfric Rosberger
Caractère :Asocial, froid, discret
Longueur de vos bras :125
Taille :150

Je posa le formulaire sur le comptoir. Je je m'assis sur un chaise adjacente au comptoir en attendant avec impatience l'arrivé de ma baguette.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Kirmas Sendrick
Kirmas Sendrick
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Le comptoir

Message par : Kirmas Sendrick, Hier à 17:56


Je venais d’entrer dans l’illustre boutique Olivander’s. Des étincelles jaillissaient de mes yeux et je rêvais déjà de les projeter du bout de ma future baguette. Malgré ma joie, je ne pouvais m’empêcher de me ronger les ongles de la main gauche, l’autre étant tenue fermement par celle de mon père. Du haut de son mètre nonante-cinq, il me jetait des regards pétillants de fierté et de souvenirs.

Il avait réussi à obtenir un congé exceptionnel et avait jailli dans ma chambre aux premières lueurs de l’aube, claironnant d’une voix encore plus jovial qu’à l’accoutumée :
- Debout fiston, aujourd’hui est un grand jour ! Prépares-toi à rencontrer les vendeurs d’Olivander’s ainsi que ta première baguette !

Sur le moment, encore ensommeillé, je ne m’étais pas rendu compte que cela représentait un grand pas dans le monde sorcier, un pas que j’avais si longtemps attendu. Mais maintenant que je mesure l’ampleur de l’événement, une grande angoisse m’étreignait. Et si je ne trouvais pas de baguette qui m’accepterait ? Et si en les testant je mettais le feu à la boutique ? Et si je n’étais tout simplement pas un sorcier ? Je ne me souvenais d’événement vraiment étrange, à part cette fois ma trousse s’était élevée en plein cours d’arts plastiques, ou ces fois où les balançoires sur lesquelles j’étais assis bougeaient toutes seules… Mais ça ne veut rien dire. Ce pouvait tout à fait être un autre élève qui faisait voler ma trousse et des vents violents, il y en a tous les jours…

Soudain, je suis tiré de mes pensées par mon père qui sert un peu plus fort ma main.

- Arrête de te ronger les ongles, Kirmas. L’obtention de sa première baguette est toujours un événement stressant, mais ça ne sert à rien de dévorer tes pauvres doigts. Tu ne les entends pas ? Ils sont pourtant tout près de ton oreille : Ahh, ne nous mange pas. On est gentil ! dit-il d’une voix aiguë.
- Papa, les doigts ne peuvent pas parler, répondis-je d’une voix sceptique, ils n’ont même pas de larynx. Maman, elle m’a dit que pour parler il faut en avoir un...
- Tu as raison. Si c’est maman qui l’a dit, ça doit être vrai, acquiesça-t-il d’une voix exaspérée.

J’aperçus, posé sur le coin du comptoir, une pile de papiers. Quelques clients en tenaient un exemplaire dans une main, une plume dans l’autre. J’hésitais à aller prendre une feuille. Sentant mon doute, mon père me guida près du comptoir et me tendit un formulaire. Aussitôt un mètre ruban magique virevolta autour de moi. Comme il avait l’air embêté par les mouvements frénétiques qui agitaient mon bras à chaque coup de dent, je fus contraint de laisser mes doigts tranquilles. J’attendis qu’il finît de prendre mes mesures, puis je commençai à remplir le formulaire, sous le regard brillant de mon père.

Nom et prénom : Kirmas Sendrick
Caractère : réservé, timide, travailleur, rêveur, perfectionniste, sérieux, anxieux, franc
Longueur de vos bras : 55,5 centimètres
Taille : 136 centimètres

Je raturais plusieurs fois ce que j’écris d’une écriture rendue illisible par les légers tremblements de ma main. Au final, le parchemin était noirci et il fallait faire de gros efforts pour me relire. N’osant pas demander un autre formulaire, je reposai celui-ci sur le comptoir, en appréhendant la venue d’un vendeur.

Mon père vérifia, non sans mal, que j’avais répondu correctement à toutes les questions et le reposa sur le comptoir.
- Ne t’inquiète pas, Kirmas, je suis sûr que les vendeurs ont de bons yeux, et si ce n’est pas le cas, tu regretteras d’avoir écrit aussi mal, dit mon père en m’attaquant sournoisement à coup de chatouilles.

Je me défendis tant bien que mal de la fourberie de mon père en attendant qu’un vendeur s’occupe de moi.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Le comptoir

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 22 sur 22

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.