AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-13%
Le deal à ne pas rater :
Réduction de 13% sur la console Nintendo Switch Lite
199.99 € 229.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 23 sur 32
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 27 ... 32  Suivant
Colin Grisby
Gryffondor
Gryffondor

Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Colin Grisby, le  Mer 10 Avr 2019, 16:16

Une nouvelle baguette, ça ne réjouissait pas vraiment le jeune garçon de 16 ans mais bon c'était comme ça. La vendeuse était sympathique même si c'était pas la même qu'il y à 5 ans, mais en tout cas ça permettait d'avoir une réduction sur le prix. Cette vendeuse n'avait pas remarqué que le Gryffondor était là pour la 2ème fois et donc le prix des 10 mornilles était très attractif. Il sortit sa bourse et il paya la vendeuse. Une baguette en bois de chêne, c'était une matière très solide. La composition en pétale de marguerite inquiétait un peu le Grisby autant que le fait que la baguette était légèrement combustible. Il sortit de la boutique plutôt content de cette baguette mais il espérait surtout ne pas casser celle là au moins, ce qui est sur c'est que retourner à Poudlard enchantait le Gryffondor. Le château, les banquets, la coupe de Quidditch même si il n'était pas très doué dans ce sport. Il comptait aussi un peu s'entrainer pour réussir à entrer dans l'équipe de Gryffondor. Sa scolarité finissait très bientôt aussi et il devait déjà commencer à rechercher du boulot, les temps étaient durs et il fallait trouver du boulot pour gagner des gallions et survivre. Il comptait aussi beaucoup s'impliquer dans la lutte contre les mangemorts, ces énergumènes qui étaient de retour après des décennies d'absence. Tout ça se bousculait dans la tête du jeune Gryffondor mais pour le moment il devait surtout se concentrer sur sa scolarité et sur la préparation de ses ASPIC l'an prochain. Il marchait et marchait et marchait en direction de la gare King's cross pour pouvoir prendre le train et entamer une nouvelle année scolaire !
Temperence Black
Temperence Black
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Temperence Black, le  Lun 15 Avr 2019, 16:55




Première Baguette

Réponse n°1

Pour : Eve G. Flynn, Koen Flint & Celestia Moon



C’est un sourire tendre qui s’affiche sur son visage quand une jeune fille envoie valser tous les documents. Les feuilles valsent dans les airs, elles tournent et dansent avant de s’échouer contre le sol. C’est un ballet non contrôlé, un ballet insensé mais un ballet tout de même puis il y a le drame. Le vase contenant une fleur. Un soliflore en verre fin. La magie versatile. Le vase tombe contre le sol et se brise. C’est une pluie de verre qui s’abat sur la boutique, transformant le parquet ciré en sol de verre.

Il y en a qui regardent et d’autres que se moquent. Une intervention bien triste pour la jeune fille en détresse. Temperence s’approche et, d’un preste coup de baguette suivit d’un reparo, les morceaux se recollent, ils se rencontrent et fusionnent tous jusqu’à ne redevenir plus qu’un. Lentement, elle se baisse et attrape la rose échouée pour la remettre dans le soliflore de nouveau opérationnel.

Et voilà jeune fille, il n’y a rien de mal ! Temperence lui envoie un petit sourire avant de reprendre les baguettes des trois incompatibles. Vous savez, elles sont compliquées ces perles boisées. Elles sont indécises… J’espère que cette première expérience ne vous a pas refroidi car j’ai, dans ma boutique, un millier de baguettes. Il va donc falloir trouver les bonnes perles de bois, des perles qui, ne vous inquiétez pas, s’accorderont avec votre cœur.

Temperence offrit un sourire à ses clients avant de laisser son regard couler vers le vide et de prononcer quelques paroles à mi-voix. Celestia, Eve et Koen… Nous avons donc une étoile de la voute céleste, la pureté de la première femme et l’homme tombé du monde des rêves. Elle pense. Elle cherche dans son esprit, essayant de déduire de nouvelles choses des mots notés sur le formulaire. Lentement, son regard revient sur les trois ingénus avant de laisser poindre un sourie, petite courbe solaire, sur son visage aux traits fins.

Je pense que j’ai trouvé, laissez-moi juste un instant pour trouver les perles boisées. Pour m’attendre, n’hésitez pas à reprendre une friandise, ne les trouvez-vous pas merveilleuses à pétiller comme cela ? Petit clin d’œil avant d’en attraper une et de la glisser entre ses lèvres puis de faire un demi-tour en souplesse pour aller rejoindre l’arrière de la boutique, là où les rayons forment de grandes lignes accessibles seulement des ollivendeurs. Elle laissa courir ses doigts sur les rayons avant d’attraper les boîtiers qu’elle cherchait. L’action lui prit un certain temps, une vingtaine de minutes peut-être mais il fallait du temps pour trouver ce qu’on voulait.

Elle réapparut avec dans les bras trois boîtes, une pour chaque jeune personne qui attendait toujours son comptoir. Elle eut un sourire avant de déposer les boîtes et de les pousser vers ses clients, ressortant une nouvelle fois sa petite consigne tout en jetant sur eux un regard attendri et protecteur.






Baguettes




Pour : Celestia Moon
Bois : Amourette
Composant : Plume de chouette
Élasticité : Assez souple
Taille : 18,98 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Eve G. Flynn
Bois : Santal
Composant : Antenne de scarabée égyptien
Élasticité : Agréablement flexible
Taille : 20,56 cm
[Compte Vérifié]

Pour : Koen Flint
Bois : Chêne
Composant : Ventricule de Dragon
Élasticité : Légèrement rigide
Taille : 22,80
[Compte Vérifié]







by Lydie
Eve G. Flynn
Eve G. Flynn
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Eve G. Flynn, le  Mar 16 Avr 2019, 14:18

D’un coup de sa baguette magique, la vendeuse de la boutique Ollivander’s répara les accidents causés par les jeunes sorciers, loin d’être irritée par le désordre qu’ils avaient occasionné. Elle les rassura en leur expliquant que parfois les baguettes pouvaient être compliquées et indécises. Eve était étonnée de la façon dont la vendeuse parlait de ces objets magiques. Comme s’ils avaient une conscience propre, tel des êtres vivants. Mais avant qu’elle ne puisse lui poser la question, la commerçante retourna dans l’arrière-boutique. La jeune fille patienta donc en reprenant une friandise.

Vingt minutes plus tard, la sorcière revint avec trois nouveaux boîtiers en main, qu’elle déposa sur le comptoir face à ses clients, le sourire toujours aux lèvres. D’abord hésitante à réitérer l’expérience, Eve prit le bâton de bois et le tint fermement dans sa main. Elle inspira profondément et, en fermant les yeux, abaissa de nouveau sa baguette. Cette fois-ci, plusieurs boîtiers furent expulsés des rayons. Eve déposa précipitamment le bâton magique sur le comptoir avant de ramasser chaque petit coffret en se confondant en excuse. Elle ne savait plus où se mettre. Cela devait agacer la tenancière qu'elle mette autant le bazar dans le petit magasin. Confuse, elle tendit les petites boites à la commerçante et dit, d’une petite voix peinée :

- Je suis vraiment désolée… Je ne comprends pas pourquoi je mets aussi longtemps à trouver ma baguette… Pourquoi dès que je fais un geste avec l’une d’entre elles, ça provoque de telles catastrophes ?
Lilith A. Strix
Lilith A. Strix
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Lilith A. Strix, le  Mar 31 Déc 2019, 01:25

Le destin est en marche
Saison XXIX
Fin Août 2776



Qui aurait pu croire qu’une gamine de 11 ans, ayant vécue une enfance tout à fait normale, allait un jour découvrir qu’un autre monde existait ? Et, plus encore, un monde dont elle pouvait fouler le sol de ses petits pieds aventureux ? Depuis qu’elle était venue sur le Chemin de Traverse « Drôle de nom d’ailleurs... » le regard fluvial de Lilith n’arrêtaient pas de passer d’une chose à une autre avec toujours plus d’émerveillement. Quand un balais volant lui paraissait improbable, voilà que de mini dragons crachaient du feu sur des friandises dont elle ne connaissait ni le nom, ni l’existence. Il arrivait même que certains aliments prennent "vie".  

C’était… magnifique mais également un peu trop d’un coup. Elle n’aimait pas vraiment se perdre dans un élément qu’elle ne connaissait pas. Il lui fallait tout connaître de ce monde. Il y avait tant de choses à découvrir. S’en était presque effrayant… et... fascinant. Et puis, il n’y avait pas qu’elle dans cet état. Sa mère, qui avait voulu l’accompagner parce qu’on " ne laisse pas une fille de 11 ans dans les rues… surtout dans un monde dont on ne connaît rien… c’est inconcevable", avait le même regard fasciné et inquiet. Malgré son jeune âge, Lilith comprenait qu’elle ne pourrait pas partager ces choses là avec sa famille. C’était la première fois qu’elle allait avoir l’expérience de quelque chose de grand et qu’elle ne pouvait pas explicitement partager avec ses parents adoptifs. Après avoir changé l’argent moldu par de l’argent sorcier, la jeune fille avait vu passer quelques uns de ces petits hommes aux oreilles longues et aux dents pointues. On aurait dit des elfes, mais en moins charismatique que ce qu’on pouvait lire dans les romans fantastiques qu’elle affectionnait tant.

- M’man…

Ses doigts cherchèrent la main douce et réconfortante de sa mère. Celle-ci s’empressa de les couvrir de sa paume dans une douce étreinte.

- Ça ira. Tu verras. Il faut juste suivre la liste qu’on t’a donné. Où l’as-tu mise ?

De sa seconde main, Lilith rechercha le petit morceau de parchemin de la poche de son blouson. Elle l’avait précieusement gardé. C’était comme un porte bonheur qui la protégeait. Comme un pont entre les deux mondes connus ou... reconnus. Elle le donna à sa mère puis recommença à se concentrer sur ce qui les entourait. Et bien, à vrai dire, il y avait foule. Des capes, des vêtements plus merveilleux les uns que les autres, des chapeaux un peu farfelus, des visages rayonnants… Et énormément de bruit. Trop de bruit.

- Nous allons commencer par t’acheter… euh… une baguette ? Bon. Une baguette. Parfait.

Lilith souriait. A chaque fois que sa mère regardait la liste, elle perdait un peu ses moyens. C’était innocent, et mignon. Une fois la boutique repérée, les deux Strix entrèrent. La jeune mère resta près de la sortie, laissant sa fille aller au comptoir. Les yeux de Lilith s’ouvrirent comme des soucoupes. Il y avait tant de boîtes ! Et si aucune d’entre elle ne marchait avec elle ? Et si on lui avait envoyé la lettre par erreur ?

- Bonjour !  AAAH… ah ?

Lilith sentit une chose froide se poser contre sa nuque. Elle ne bougea pas. Ne parlait plus. La future magicienne lança un léger regard en arrière. La source de sa surprise ? Un ruban volant. Parce que oui, ça existait. Aucune des deux Strix n’étaient très à l’aise. Il a fallu quelques minutes pour que Lilith ce refasse l’idée qu’elle marchait dans un autre monde. Après qu’elles aient pu noter les mensurations de la jeune sorcière, sa mère lui tendit gentiment le formulaire. Pourquoi demander le caractère ? C’était bizarre non ? Après tout c’était une baguette magique ? Peut-être que ça aidait les vendeurs à trouver une baguette pour elle… Ou alors c'était une question de compatibilité. A vrai dire, sa curiosité était piquée au vif. La Strix ne savait pas quoi écrire sur le formulaire. C'est avec beaucoup d'hésitations qu'elle pensa à ce qu'elle était ou à ce qu'elle dégageait. Il y avait tant à dire et si peu de mots… et inversement. C’était très dur. Lith’ se pinça les lèvres et se concentra. Une fois le formulaire rempli, elle se dirigea vers le comptoir.

- Excusez moi ? Bonjour... Lilith retourna au comptoir, se mettant sur la pointe des pieds. J’ai terminé de répondre au formulaire… je crois ?

Elle avait écrit un peu plus de trois mots définissant son caractère. Mais c'était si difficile d'y répondre sans y avoir pensé au préalable.

Formulaire:
 

HRPG 1: Lith' ressemble fortement à Lau' physiquement (pour ceux l'ayant connu). Seul son âge, et la couleur de ses yeux changent.

HRPG 2: Fêtez bien la fin de l'année 2019 avec champa... champomy et bonne nourriture, éclats de rire et de joie.
Nyryn Senittines
Nyryn Senittines
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Nyryn Senittines, le  Mar 31 Déc 2019, 15:41

~ Agité ou l'achat d'une nouvelle baguette magique.
Saison 29
Eté 2179

Seul, il aurait pu y aller seul. Vraiment, c'est maintenant qu'il peut prouver à ses parents qu'il est autonome depuis le temps. Capable de gérer sa propre vie. Mais ses parents étaient bien là. Présent avec lui. Avoir fait le voyage avec sa soeur en plus dans un état pas toujours excellent.

- Ça va aller.

Sa mère essaye de la réconforter tant bien que mal. Nyryn devait bientôt partir de nouveau. Et elle sera encore seule sans lui. Sans frères, trop loin. L'un partit pour toujours. Et Nyryn repart pour une nouvelle année à Poudlard. Exeter est loin derrière lui maintenant. La vue de Londres par contre lui tournait encore la tête. Trop de choses à voir. Toujours bombé de touristes. Profitant de ce voyage pour racheter une nouvelle baguette. La précédente détruite.. Il n'a d'ailleurs jamais vu celle de son père. Il l'utilisait apparemment quasiment jamais. Faut dire que son métier ne l'oblige pas du tout à l'utiliser. Seulement dans de rares cas, mais Nyryn n'était jamais présent à ces moments.

- C'est magnifique Londres, j'aimerais y passer un peu plus de temps qu'aujourd'hui !

Nyryn était beaucoup trop enthousiaste. En effet, il n'allait être à Londres que ce jour d'été. La rentrée n'est plus très loin, mais encore assez pour rassembler toutes ces affaires chez lui. Il aurait aimé que ses parents restent ici une journée de plus. Juste pour visiter la capitale. Il ne l'avait encore jamais visiter, rentrant chez lui pendant les vacances. Mais il savait qu'ils devaient rentrer ce soir. Ses parents travaillaient le lendemain et impossible pour eux de ne pas y échapper. De toute façon, ils aiment trop leur travail pour l'éviter.

Après de longues minutes de marche et un Nyryn qui sautille de partout. Ils arrivèrent enfin au chemin de traverse. Une vie si monotone comparer à toute cette fourmilière. Cette sensation de marcher ici, encore une fois. Il savait qu'il aimait cette endroit pour le peu de fois où il est venu. Nyryn était trop habitué à vivre avec les moldus. Dans une ville où il connaissait peu de sorciers. Des amis à son père. Et ils n'avaient rien à voir avec ceux-là. Et même à Poudlard c'est toujours délicat. Mais l'année suivante allait peut-être changé.

- Je crois que je vais m'évanouir.

Nyryn détourna les yeux vers sa sœur. Elle est toute blanche, dans un sale état. Elle se sent partir complètement. Elle n'a pas l'habitude d'avoir autant de monde autour d'elle. Et sa dépression n'arrange rien à la situation. Sans hésiter, ils allèrent dans un endroit à l'écart de cette fourmilière. Sa mère décida après de longues secondes de faire demi-tour.

- Il est préférable que je l'emmène loin de toute cette agitation, chéri. Emmène Nyryn acheter sa baguette, on se rejoint au point de rendez-vous.

Toujours cette façon de parler. Ses parents avaient des expressions que Nyryn ne comprenait pas. Un point de rendez-vous ? Vraiment ? Il en avait jamais entendu parler. Nyryn commence à s’inquiéter vraiment pour sa sœur. En espérant que ça ne soit qu'un malaise.

- D'accord, je t'envois un message une fois qu'on sera sortit du chemin de traverse.

A peine son père a fini cette phrase qu'Eve et sa mère quitta rapidement l'endroit. S'en suit une légère gêne entre lui et son père.

- Hmmm, bon on y va ?

- Ouiiiiiiii !

Sans hésitation, Nyryn avait répondu à sa question. Et ils se dirigèrent vers Ollivander, la boutique tant attendu depuis la dernière fois où il est venu. Ils entrèrent à l'intérieur et son regard se posa partout. Il vit un formulaire à remplir qu'il s'empressa de prendre. Un formulaire qu'il connait déjà.

Formulaire:
 

En tout cas, en attendant un vendeur, Nyryn n'allait quand même pas s'ennuyer.


Dernière édition par Nyryn Senittines le Mer 22 Jan 2020, 09:56, édité 1 fois
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Hugh Dey, le  Mar 31 Déc 2019, 16:21

Saison XXIX
Fin Août 2176
Réponse à Lilith et Nyryn

Cette boutique. Honnêtement, je m’étais pas encore tout à fait fait à l’atmosphère. Je crois que le pire, c’était le tapis posé au sol. Lui, je ne l’aimais vraiment pas. Je continuais à essayer d’apprendre les listes de composants et leurs vertus, sans jamais tout à fait y parvenir, mais au moins je commençais à me repérer dans les étagères de baguettes. Oui. Je commençais tout juste. Mais on était loin d’arriver à la perfection, très loin même. Enfin, devant les clients, j’essayais de garder la face. J’aurais franchement pas été contre avoir un petit drapeau « en formation » sur mon gilet, histoire que tout le monde sache que si je faisais des gaffes, c’était principalement dû au fait qu’en vrai j’y connaissais rien encore, mais bon. Tant pis. Je me contentais d’avoir l’air correct, et de sourire. Souvent ça passait mieux.

D’ailleurs, je prenais grand soin de m’habiller convenablement pour aller bosser, et de bien me raser, histoire d’avoir l’air propre. Vêtu sobrement, pas de robe aux couleurs excentriques, et le plus difficile c’était de réussir à dompter mes cheveux. En ce moment, avec le stress, il n’était pas rare qu’ils prennent une lueur verte assez repoussante. Mais je me calmais un peu, je soufflais, et tout repartait. Aujourd’hui jusqu’à présent, je n’avais rien eu à déplorer.

- Bonjour !  AAAH… ah ?

Oulah qu’est-ce que c’est ? J’ouvrais de grands yeux, et je tombais sur une mignonne petite fille se faisant agresser par nos mètres rubans. Je riais discrètement. Si, quand même, c’était drôle. Elle était accompagnée de sa mère et venait bientôt jusqu’au comptoir, pour déposer le formulaire. Ok, celle-là, elle était trop mignonne. Sur la pointe des pieds histoire que son visage dépasse bien du comptoir. Je lui offrais à elle, et à sa mère, un large sourire avant de répondre un « Bonjour mesdames » amusé et enjoué. Eh bah. Ca faisait bien longtemps qu’on n’avait pas vu Hughie comme ça. Je crois que c’était l’attaque des rubans qui m’avait décoincé. Je prenais délicatement le formulaire et le lisait attentivement. Ok. Bon…

C’était parti pour la sélection de boîtes. Mais je ne pouvais pas faire comme j’en avais envie, en en prenant quinze et en me disant « bon y en a bien une qui va convenir ». Là, y avait du monde en face qui voulait être bien guidé. On allait y aller doucement, une par une.

Aaaaah voilà. Je venais de trouver celle qui, au premier abord, me semblait convenir au caractère réfléchi de la petite demoiselle. Du bout des doigts je prenais la boîte et revenais vers la mère et sa fille. J’ouvris la boîte, tendais délicatement la baguette à la mini demoiselle et lançais avec un sourire :

Lilith, donc) - Essayons celle-ci. Bois de Hêtre, Tige de Dictame, assez souple, 24,33cm. En même temps, le hêtre, ça ne pouvait que me faire sourire. J’avais une histoire particulière avec, puisqu’en France, quelques mois plus tôt, mon hêtre était mon bébé à moi. Alors je voyais bien ce bois pour cette petite.

Et puis, brusquement, mon attention fut détournée par un jeune homme à l’air surexcité, accompagné d’un homme, probablement son père. Ah ces clichés. La mère pour la fille, le père pour le fils quoi. Tout au moins, je me permis de faire signe à la mignonette petite, indiquant que je revenais, pour m’occuper de l’impatient blondinet. Je lui prenais des mains le formulaire avec un sourire, un clin d’œil et un « Bonjour » avant de me diriger une nouvelle fois vers les étagères. Ok alors… Qu’est-ce qu’on allait lui prendre à lui… ? Hum. Ca. Pour voir.
Une boîte dans la main, je revenais vers le comptoir et lui tendais, tout aussi délicatement qu’avec la demoiselle d’avant, une baguette.

Nyryn) « Essayons celle-ci, Bois d’Erable, Plume de Jobarbille, rigide, 26,67cm. Faites le geste. »
Lilith A. Strix
Lilith A. Strix
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Lilith A. Strix, le  Mar 31 Déc 2019, 17:18

Le stress ? Envolée. La peur ? Envolée. Étrangement, le fait de voir l'homme qui était au comptoir et dont le sourire était des plus tendres avait suffi à rendre la petiote beaucoup plus soulagée. La jeune fille souriait chaleureusement aux mimiques étirant les lèvres du vendeur. Il avait l'air gentil, enjoué. Et ses cheveux... Lith' les adorait. Sa bonne humeur avait été contagieuse pour elle. Se prendre rapidement au jeu des sourires était facile. Non seulement le monde de la magie était fantastique, mais en plus, le vendeur était là pour la rassurer. Cela était étrange dit comme cela, un inconnu qui rassure... Oui mais un inconnu qui était un poisson dans l'océan. Océan qu'il connaissait surement par cœur. Invitait-il la petite magicienne à découvrir l'eau salée, elle qui n'était jusqu'alors resté que dans le monde des rivières ? L'homme reparti, toujours ce beau sourire aux lèvres, pour aller chercher deux petites boîtes rectangulaires parmi les autres. Une pour elle, et l'autre pour un jeune garçon que la fillette salua d'un sourire. "Alors comme ça... ma baguette m'attend parmi toutes celle-là ?" pensa admirative la future étudiante.

Lorsque le vendeur revint, il lui tendit doucement la baguette de bois tant attendu.

- Essayons celle-ci. Bois de Hêtre, Tige de Dictame, assez souple, 24,33cm.


Le garçon, avait quant à lui, reçut une baguette en érable et en plume de... Jobarbille. Elle ne connaissait pas le nom de cet oiseau. Enfin, c'était surement un oiseau puisqu'il avait des plumes... a moins que c'était un autre de ces petits dragons à plume que l'on comptait dans les histoires? La jeune fille prit la baguette présentée, comme si c'était un trésor, entre ses petits doigts et la caressa de toute sa longueur. Dès que son regard se posa sur le bâton magique, elle l'avait trouvé splendide. Cependant, elle ne comprit pas trop ce que le monsieur lui disait par "essayer" mais dès qu'elle posa les doigts sur le bois de... hêtre, une douce chaleur réconfortante vint cajoler son cœur, telle une étreinte fraternelle. Au même instant, un petit feu d'artifice et des pétales de fleurs sortirent du bout de la baguette. Si Lilith pouvait entendre les oiseaux chanter, sûre qu'elle les entendrait autant qu'elle entendait le petit cri de surprise que ne put contenir sa mère.

- Monsieur... vous croyez qu'elle est contente ?
demandait la petiote avec grand espoir, les yeux brillants d'émerveillement.

Elle se surprit elle même à se poser la question. Une baguette n'était que du bois non ? Pas sûr. D'autant plus qu'au vu de toutes les merveilles qu'avaient vues ses iris bleutés aujourd'hui, cela aurait été incohérent de savoir qu'une simple baguette de bois n'était... finalement qu'une simple baguette de bois. Dans ce monde, tout lui semblait possible. Une infinité de possibilités s'étaient offerte a elle. C'était un cadeau des plus précieux qu'il fallait chérir, et l'objet qu'elle tenait entre ses mains n'était pas qu'une pépite magique, mais également la clé qui lui permettrait de découvrir ces multiples possibilités. En repensant à sa baguette, la jeune femme murmura.

- Qu'est ce que le dictame monsieur ?


La jeune Lilith ne voulait pas embêter le gentil-monsieur-aux-cheveux-verts-bataille avec toutes ses questions. Et puis, elle connaissait sa mère. Celle-ci ne voulait certainement pas que sa fille empêche le vendeur de travailler. Il devait s'occuper d'autres clients après tout. Mais, les boîtes, les baguettes... tout, dans la boutique, et en dehors, la fascinaient. Et l'homme en face d'elle devait connaître son métier. Voulait-il bien devenir le guide d'une petite petiote qui ne connaissait encore rien de ce monde ?  


Dernière édition par Lilith A. Strix le Mar 31 Déc 2019, 17:51, édité 1 fois
Nyryn Senittines
Nyryn Senittines
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Nyryn Senittines, le  Mar 31 Déc 2019, 17:28

Réponse à Hugh Dey

L'hiver était glaciale, perturbante, pendant ces vacances. Presque à se demander si c'est possible. Trop frileux pour un garçon qui déteste ce genre de temps. Pourtant il ne faisait pas si froid que ça, juste qu'il déteste l'hiver. Se réchauffant chez lui, ses parents partis travailler, comme à leurs habitudes. Nyryn s'ennuyait. Sa sœur quand à elle était toute discrète, dans sa chambre. Il préférait ne pas l'embêter et regardait par la fenêtre. La ville d'Exeter préparait les fêtes de Noël, bien que ça ne voulait plus rien dire pour certains. Pourtant cette fête est si magique. Dommage qu'elle soit si froide. Nyryn aimait quand même Noël malgré tout. C'était un moment de détente, revoir sa famille. Être heureux de partager un repas tous ensemble. Mais rien n'était partit pour être comme d'habitude. Déjà, le temps lui paraissait beaucoup trop long. Cette habitude d'avoir toujours quelque chose à faire. Mais, là, il avait juste une envie. Que ses parents rentrent rapidement et que la fête commence. L'envie de sortir était de plus en plus grande au fil des heures qui passaient. Nyryn s'ennuyaient toujours de pied ferme. Baguette en main, prêt à franchir la porte. De toute manière, que peut-il lui arriver ?

La nuit était déjà là. Journée trop courte pour en profiter. Nyryn finit par perdre patience et sortit de son chez lui. La chaleur disparut aussitôt, le froid l'agressant de toute part. Pourquoi maintenant ? Pourquoi faire ça ? Obstiné, il continuait à vagabonder dans les rues d'Exeter. Et si ses parents rentraient là, maintenant, à cet instant précis ? Non, ils sont sûrement sur une affaire qui sera trop longue pour rentrer si tôt. Il arrivait près d'un parc proche de la rivière d'Exe. En contrebas de la ville. Il y avait quelques personnes qui traînait, passant devant Nyryn comme si de rien n'était. Puis un bruit. Et un crac. Nyryn n'avait pas remarquer le vélo fonçant sur lui. Il le pris de pleine face ne pouvant l'éviter. Il était sur le sol, grelottant et une douleur dans le bras. Il se releva et cherchait l'auteur de cet incident. Mais il ne le voyait pas. Tout comme le vélo, disparut dans le noir. Nyryn rentrait sonné. Ses parents n'étaient même pas encore arrivé. Regardant son bras de plus prêt et voyant aucune blessure apparente. Nyryn comprit qu'autre chose s'est brisé. Il ne s'est pas vraiment rendu compte auparavant. Mais sa baguette.. N'était plus. Plusieurs morceaux, détruite par le choc. Surement Nyryn qui avait atterrit dessus.. [...] Nyryn raconta l'histoire à ses parents une fois rentré. Il profitait tout de même du Noël en famille mais devra acheter une nouvelle baguette d'ici là. En attendant, il prit la baguette de son père pendant le reste de son année scolaire.


- Bonjour

Nyryn sursauta. Il n'avait pas vu le vendeur, ni même fais gaffe à la gamine et sa mère un peu plus loin. Trop distrait le gamin. "Bonjour" répondit-il avec le sourire, avec un regard vers son père comme s'il le gênait dans sa démarche. Pourquoi il n'attends pas dehors d'ailleurs ? Il le gêne plus qu'autre chose là..

- Essayons celle-ci, Bois d’Erable, Plume de Jobarbille, rigide, 26,67cm. Faites le geste.

Une baguette dans sa main. Depuis le temps, ça fait depuis plusieurs mois qu'il utilisait une baguette qui n'était pas la sienne. Embêtant et rageant dans certains moments. Il avait d'ailleurs passer de sales moments avec celle-ci. Bien, le bois, sympa, Nyryn aime bien. Plutôt belle baguette en effet. Après, il ne connaissait absolument pas la Jobarbille, il aimerait même en savoir plus. C'est peut-être sa nouvelle baguette après tout.

La prise en main était plutôt agréable. La rigidité de la baguette allait également bien. Nyryn aimait bien la tenir sans l'agiter réellement, elle lui plaisait cette baguette. Puis, un geste simple, rien de bien compliqué. Une lumière scintillante se posa sur le bout de la baguette. Une sensation de satisfaction et de bonheur réjouit Nyryn de toute son entièreté. Pourtant ce n'est pas un sort bien compliqué. Non ? En fait, il ne pensait même pas à un sort. Juste à faire ce geste. Rien à voir avec son ancienne baguette d'ailleurs. Mais celle-ci, il sait que c'est la bonne ! Un regard rapide vers son père et il regarda le vendeur de nouveau. Avant que la jeune fille ne prenne la parole avant. Lui aussi en avait des questions. Attendant qu'elle finit de discuter avec le vendeur. Nyryn finit par lâcher :

- Bien, c'est super mais juste. Vous pensez qu'elle m'irait très bien ? Elle est cool, surprenante comme la plume d'un animal que je ne connais pas. Dites m'en plus sur la Jobarbille s'il vous plaît !

Politesse oblige, son père était proche de lui. Si seulement, il était bien serin maintenant ! Mais évidement cette excitation toujours présente. Le pauvre vendeur. Il doit pas toujours s'ennuyer dans des moments pareil. Nyryn attendait sa réponse avec impatience.
Alice N. Marshall
Alice N. Marshall
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Alice N. Marshall, le  Mer 01 Jan 2020, 14:44

Saison 29 (ou 1 je sais pas trop)
Été 2176


Le grand jour est enfin arrivé, ce jour que j’attendais avec tant d’impatience : je vais acheter ma toute première baguette magique. Bon, tu t’en doutes, je n’ai pas passé deux ans à Poudlard sans avoir de baguette. Celle qui me sert habituellement en cours n’est pas vraiment à moi : c’est l’une de celles qui appartiennent à ma grand-mère paternelle. C’est mon père qui a insisté pour que je la prenne. Et ma grand-mère aussi, sans doute. J’ai accepté parce que je ne voulais pas qu’ils soient tristes, mais elle ne me convient pas du tout. Moi, je veux une baguette qui me choisisse par elle-même, qui me comprenne et avec laquelle je me sentirai en confiance. Avec l’autre… disons qu’on se supporte mutuellement, mais sans le moindre atome crochu.

Hier, j’ai osé dire ce que je pensais à mon père et il n’a pas eu l’air triste du tout. Il a répondu qu’il comprenait que j’aie besoin d’avoir ma propre baguette, et il a même insisté pour qu’on aille en acheter une ensemble le lendemain. C’est pour ça qu’aujourd’hui on se retrouve sur le chemin de Traverse, marchant en direction de la boutique Ollivander’s. Je sais que la baguette de ma mère vient de cet endroit parce qu’elle m’a souvent répété qu’elle avait voulu acheter sa partenaire chez les meilleurs fabricants du monde, et les rumeurs disaient alors qu’il s’agissait de ceux qui tenaient cette boutique. Après, j’ignore si les on-dit sont vraiment fondés. Ayden et mon père ont acheté les leurs aux États-Unis et elles n’ont jamais eu le moindre problème.

- Tu as déjà une idée de ce que tu veux comme baguette ? demande mon père en ouvrant la porte de l’échoppe.

Honnêtement, je n’en ai pas la moindre idée. Je ne connais pas vraiment les particularités liées au bois ou au cœur des baguettes. J’ai lu un livre sur le sujet il y a quelques années mais j’ai oublié l’essentiel de ce qui était dit. Je réponds donc à mon père avec un léger sourire :

- Pas vraiment. De toute façon, c’est la baguette qui choisit son sorcier donc je n’ai qu’à me laisser guider.

En entrant dans la boutique, je laisse échapper un petit cri d’enthousiasme. J’observe toutes les boîtes posées les unes sur les autres et me demande laquelle de ces baguettes me conviendra. À ton avis, comment sera-t-elle ? J’aurais pu parier avec toi si je n’étais pas aussi inquiète.

Tandis que je me fais surprendre par un mètre ruban enchanté, mon père part en direction du comptoir pour récupérer un formulaire. Il note rapidement les mensurations que lui donne le mètre et fronce les sourcils.

- Ils demandent ton caractère… Je vais essayer de remplir objectivement mais tu pourras corriger si tu veux.

Et il ne met pas longtemps à trouver ce qu’il faut pour me décrire apparemment. Il finit donc par me tendre le formulaire et me laisse lire ce qu’il a mis. Je rougis en voyant le mot « altruiste » et laisse échapper un petit rire en lisant « pyromane involontaire ». En même temps ce n’est pas faux : j’adore aider les autres et je mets le feu à n’importe quoi. Je me mords cependant la lèvre en voyant qu’il n’a pas mis des choses qui me semblent importantes. Mais, en même temps, est-ce que j’oserai rajouter moi-même ce qui manque ? Et est-ce que j’oserai parler de… toi ? Je ne sais même pas si tu existes, l’ami. Dois-je mettre que je suis peut-être folle ? Non, je n’aurai pas le courage d’écrire ça. Quitte à rajouter un trait de caractère, autant que ce soit quelque chose qui agit sur mon comportement au quotidien. Voyons voir…

Un mot en particulier vient à mon esprit naturellement. Oui, voilà le dernier mot que je dois mettre pour me décrire complètement. Je griffonne rapidement mon idée en veillant à ce que mon père ne voie rien, puis je vais au niveau du comptoir en tendant le formulaire au vendeur avec un immense sourire sur les lèvres.

- Bonjour ! Vous allez bien ? Je viens acheter une baguette, voici mon formulaire.

Formulaire:
 
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Hugh Dey, le  Jeu 02 Jan 2020, 00:42





Première Baguette


Pour : Lilith A. Strix, Nyryn Senittines & Alice N. Marshall


S’occuper de deux clients en même temps, c’était pas forcément facile, mais la petite fille, qui devait tout juste avoir l’âge d’entrer à Poudlard, était tellement mignonne que j’en avais rien à faire. Ils auraient pu être cinq, était juste en train d’illuminer ma journée. A peine eut-elle pris sa baguette en main qu’un petit feu d’artifice et des pétales de fleurs sortirent de la baguette. Elle avait les yeux brillants, agrandis par l’émerveillement et c’était beau à voir. C’était de la belle magie, juste la magie de l’innocence. Celle du cœur. Et ça ne pouvait que me réjouir. Je n’avais pas pris le poste depuis bien longtemps mais je me rendais compte que des révélations comme celles-ci, j’en voulais tous les jours si je pouvais.

- Monsieur... vous croyez qu'elle est contente ?

- Autant que toi tu l’es de ce que je vois. Vous semblez vous être bien trouvées toutes les deux, lui répondis-je avec un sourire. C’était drôle comme elle semblait déjà sensible à l’identité propre que pouvaient avoir chaque baguette.

De l’autre côté, l’autre jeune homme que je prenais en charge semblait lui aussi satisfait de sa baguette. Il était plus grand et donc forcément à un stade plus avancé dans l’apprentissage de la magie, l’émerveillement de la petite fille ne pouvait être aussi spontané chez lui. Néanmoins une lumière fit rapidement son apparition au bout de la baguette et je souriais fièrement. Franchement, deux clients, et bim direct le coup d’œil, j’avais géré. Fallait croire que les longues heures à essayer d’apprendre des listes commençaient à payer.

Je tournais la tête. Oh. Ca venait de la petite choupette. Non mais alors elle, j’avais juste envie de lui planter un bisou sur les deux joues. Mais je me retenais, parce que devant sa mère ça risquait de pas faire trop professionnel. A la place, je me contentais de lever les yeux tout en haut, juste pour me permettre de bien me rappeler. Le dictame ça allait, c’était assez facile, parce que c’était l’un des rares composants internes issus d’une plante. Et les plantes et moi, ça allait plutôt bien. La Botanique j’aimais bien. C’était les animaux qui me posaient plus de problème.

Lilith) - Tu vois, c’est assez drôle, d’habitude à l’intérieur des baguettes on a plutôt des éléments qui viennent des animaux. Mais pour toi, ça vient d’une plante. Le dictame, c’est une plante très utile avec laquelle on peut soigner plein de trucs. Par exemple, l’essence de dictame, ça cicatrise les plaies. Et tu peux manger aussi du dictame quand t’as des petites plaies pas très profondes. Peut-être que cette baguette là elle t’a choisie parce que… parce que toi tu guéris les gens avec ton sourire ?

J’offrais un large sourire à la petite demoiselle mais également à sa mère. Non, décidément, celle-là, elle était vraiment trop mignonne. Bon, fallait pas qu’elle me pose trop de questions compliquées parce que je risquais de pas toujours être capable de répondre et j’allais perdre de ma superbe, mais pour le moment j’avais rien à craindre. Enfin j’avais peut-être parlé trop vite, parce que le jeune homme, qui semblait s’en sortir plutôt bien avec sa baguette, me posait aussi une question. Et cette fois c’était sur la Jobarbille. Oulah. Oui alors bon euh…

Nyryn) - Ma foi monsieur cette baguette semble vous convenir, je ne vois pas de dissonances entre vous… voilà, je commençais à essayer de placer des mots techniques qu’avaient pas forcément leur place ici, histoire de me donner l’air d’un expert. Mais en vrai je l’étais pas du tout. Je me raclais la gorge et je reprenais. Quant à la Jobarbille eh bien c’est euh… Assez simple…, j’en avais aucun idée. Alors je sortais mon anti-sèche, celle dans laquelle j’essayais d’apprendre des trucs, le fameux livre Les Animaux Fantastiques de Newt Scamander et en tournais frénétiquement les pages jusqu’à en arriver à la Jobarbille. C’est eh bien un oiseau. Un oiseau oui, avec des plumes donc. C’est pour ça qu’à l’intérieur de la baguette on trouve une plume, logique. Nouveau raclement de gorge permettant de lire quelques lignes de plus. Ah oui voilà. Il n’émet aucun son tout au long de sa vie. Et quand il meurt en revanche, il pousse un très long cri, qui regroupe tous les sons qu’il a entendus dans sa vie. C’est hum un peu triste en fait…, oui clairement, pis je savais surtout pas comment me dépatouiller du m*rdier dans lequel j’étais en train de m’enfoncer. Un oiseau qu’a de la mémoire donc ! Ahah ! Petite blague pour détendre l’atmosphère. Pour me détendre moi. Oui. Non. Ca ne marchait pas du tout. J’arrêtais de rire bien vite parce que c’était pas drôle. Mais j’espérais que ça allait satisfaire le jeune homme.

- Bonjour ! Vous allez bien ? Je viens acheter une baguette, voici mon formulaire.

Sauvé par le gong ! Je tournais brusquement la tête vers une demoiselle et son père, qui étaient rentrés plus tôt mais auxquels je n’avais pas prêté attention. « Bonjour messieurs-dames » lançais-je, soulagé d’être enfin sorti de cette histoire de Jobarbille. Je tendais la main pour récupérer le formulaire et le lisais attentivement. Hum hum, très bien, excellent et… Quoi ? Qu’est-ce que c’est que ce mot ? Altha… Athala… Azatha… Non. Roh bordel. Trop long. Pis je savais même pas ce que ça voulait dire. Bon c’était pas grave. J’avais marché dans les allées pour essayer de trouver ce qui conviendrait. La pyromanie involontaire irait très bien avec le sycomore, même si cela risquait d’aggraver son cas… maintenant qu’avions-nous réellement qui puisse lui convenir, lié à ce bois… ? Hum. Peut-être celle-ci.

Une boîte en main je revenais de nouveau vers le comptoir et m’occupais de la demoiselle, tout en surveillant du coin de l’œil mes deux précédents clients. Surtout la petite fille. Rohlala ce sourire était beaucoup trop communicatif. Attendri, je tendais à cette Alice une baguette de bois de Sycomore.

Alice) - Bois de Sycomore, Dard de Billywig, très souple. 22,7 centimètres., voici pour les informations pratiques. J’ajoutais juste après, comme précautionneux, Prenez-là bien en main. Oui en même temps elle avait l’air de savoir tenir une baguette. J’espérais que celle-ci lui conviendrait…




Baguettes




Nom : Lilith A. Strix
Bois : Hêtre
Composant : Tige de Dictame
Élasticité : Assez souple
Taille : 24,33 cm
Prix : 2 Gallions
[Compte vérifié]

Nom : Nyryn Senittines
Bois : Erable
Composant : Plume de Jobarbille
Élasticité : Rigide
Taille : 26,76 cm
Prix : 2 Gallions
[Compte vérifié]







by Lydie

Luna Silver
Luna Silver
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Première année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Luna Silver, le  Jeu 02 Jan 2020, 01:39

Tu regardais ta petite chouette, endormie dans ta capuche. Ton père dû te rappeler plusieur fois de regarder devant toi et de faire attention aux passants.


"Tu auras tout le temps de regarder ta chouette à la maison", disait'il.


"Papa, est-ce que je vais avoir une baguette comme la tienne ?", demandais-tu. Elle était faite d'accacia et contenait une plume d'oiseau-tonnerre. Tu voulais aussi possédé une telle baguette.


"Non.", répondit nettement ton père, ne te laissant pas pas trop d'espoir.


"Enfin. Peut-être que tu auras du composant d'oiseau-tonnerre ou du bois d'accacia. Mais sache qu'aucunes baguettes ne se ressemblent. De plus, c'est la baguette qui choisit son sorcier, pas l'inverse."


Tu te tus. Tu pensas à la maison de Poudlard dans laquelle tu allais finir. Tu te demandais si tu n'allais pas finir à Serdaigle, comme ton père et ta feue mère. Après tout, beaucoup de membres de famille sorcière étaient tous répartis dans la même maison pendant des générations. Ce que tu ignorais, c'était qu'à la rentrée, tu allais être réparti dans la maison des lions !


Mais revenons à nos moutons !


Ton père et toi arriviez devant la boutique d'Ollivander's. En y rentrant, vous furent acceuillis par une ambiance très chalereuse. La boutique était bondée de monde. Des petits comme toi qui attendaient leur première baguette ! Quoinque tu distingais quelques adultes dans la boutique. Tu approchais du comptoir, où se tenais les vendeurs.


"Bonjour. J'aimerais acheter une baguette magique s'il vous plait."


Alors que tu laissais le mètre-ruban mesurer tes bras, habituée aux objets magiques, tu t'attelais à compléter le formulaire. Tu te demaindais pourquoi les vendeurs voulaient savoir autan de chose. Enfin, pour la taille, tu pouvais comprendre. Mais ton caractère ? Les baguettes étaient-elles aussi pointilleuses pour trouver leur partenaire sorcier ?





Prénom & Nom : Luna Silver
Caractère : Déterminée – Aventureuse – Ambitieuse – Calme – Indépendante - Désobéissante – Perfectionniste – Solitaire – Rancunière – Secrète
Longueur de vos bras : 53 cm
Taille : 1m50
[font=Georgia](HRP) Lien de votre répartition : https://www.harrypotter2005.net/t87540-repartition-de-luna-silver?nid=1#1238752
Lilith A. Strix
Lilith A. Strix
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Deuxième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Lilith A. Strix, le  Jeu 02 Jan 2020, 11:49

LA cheveux accordé


C'était l'un des plus beaux jours de Lilith. C'était comme un bouquet immense, chaque fleur représentait un sentiment différent, une émotion différente. S'en était même un peu trop pour notre petite Strix qui peinait à contenir des petites billes translucide au coin des yeux. Son sourire pouvait rivaliser avec celui du chat du Cheshire. Sauf que le chat lui, jouait avec la vie et les interrogations d'une petite Alice perdue. Lilith préférait chérir la vie de ton son petit être. Ses doigts caressèrent une nouvelle fois le bois de sa nouvelle amie. Le gentil vendeur l'avait confirmé, elle était contente. Et ça rendait la jeune mage heureuse. Encore plus heureuse qu'elle ne l'était déjà. Ses yeux rencontrèrent les iris de l'homme. Ils brillaient de toute la reconnaissance qu'une enfant pouvait avoir. Elle l'orpheline, elle avait non seulement été adopté par des parents du monde non magique, mais elle était également adoptée par une clé du monde magique. Jamais, de toute sa vie, elle n'avait ressenti ce bien-être. Lors de sa première adoption, elle n'avait que 3 ans. C'était trop jeune pour se rendre vraiment compte de la chance qu'elle avait. Alors qu'à 11 ans maintenant... C'était merveilleux.

La jeune fille se concentra sur ce que le gentil-vendeur-aux-cheveux-adorables lui répondait à propos du dictame et des fabuleuses facultés curatives cette plante médicinale. Alors comme ça, la majorité des baguettes du magasin avaient une particularité plus "animal" que les autres ? La petite fille croyait entendre par là qu'elles étaient peut-être plus instinctives. "Ne vous inquiétez pas" pensa la petite fille qui jeta un regard vers les rangées de boîtes derrière le comptoir. "Vous trouverez vous aussi vos partenaires, j'en suis sûre!". Ses iris bleutés se posèrent ensuite sur les doux et merveilleux cheveux de l'homme. C'était étrange, ils semblaient plus bruns qu'à son arrivée et moins hirsutes. Plus bruns, plus soyeux... mais reprirent vite leurs teints d'antan à l'arrivée de la question du jeune garçon accompagné de son père. C'était... instinctif. "Comme les baguettes". Devant ses yeux, la Strix cru que l'homme était finalement comme un... caméléon. Un petit caméléon gentil mais rapidement apeuré. Un caméléon qu'elle aurait aimé rassurer. Mais un caméléon qui pouvait la guider avec des énigmes, des mots magiques, derrière des mots simples. Ah-lala. Si seulement elle pouvait passer sa main entre les mèches fascinantes du gentil monsieur. Un gentil monsieur qui lui avait fait un si joli compliment. Il fallait lui rendre la pareille !

- Monsieur, je suis sûre que votre baguette est instinctive ! Elle doit contenir quelque chose d'un animal, non? En tout cas, si j'étais une baguette avec quelque chose d'un animal, bah je vous choisirais !

La petite Strix se gratta le bout du nez avec son index. C'était une phrase comme ça, sortit de nulle part. Enfin si, des fins-fonds de ses innombrables pensées. Elle espérait revoir le sourire de l'homme. Revoir le soyeux de ses cheveux. Parce qu'elle était sûre que ce n'était pas pour rien qu'ils avaient changé de couleur.

- Lith', il faut laisser le gentil monsieur s'occuper des autres clients. Tu veux bien payer la baguette s'il te plaît?

D'un signe de tête joyeux, la petiote demanda au gentil vendeur combien de nouvelles pièces il voulait ? Elle en avait des brunes, des argentées et des dorées. Il fallait faire un échange. C'était s'occuper de la jolie baguette du monsieur contre un revenu lui permettant de créer d'autres baguettes. C'est ce que sa maman lui disait toujours. Un bien pour un bien.

- J'ai été contente de vous rencontrer monsieur. Merci beaucoup ! Et...,

- elle lui fait signe de se baisser un peu pour lui murmurer à l'oreille -

... vous avez de très jolis cheveux !

Toute guillerette, elle s'avança vers sa mère qui remercia et salua chaleureusement le vendeur avant de sortir. Le vendeur ne le savait s'en doute pas, mais, à partir de ce jour, la petiote rangeait sa baguette en bois de hêtre dans son écrin tous les soirs, avant de s'endormir, en prenant soin de la garder tout près de son lit.
Jennifer Wilson
Jennifer Wilson
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Jennifer Wilson, le  Jeu 02 Jan 2020, 11:58




Première Baguette


Pour : Luna Silver  



Nouvellement embauchée dans la célèbre boutique, la réputation de cette dernière n'était pas à plaindre. Et, cela avait été pour moi un honneur d'ailleurs d'avoir décroché un contrat même en tant que stagiaire. Puis, qui sait ce que me réservera le futur. Pour une Serdaigle, j'avais pas mal d'ambitions et de projets, ce qui était une bonne chose de mon point de vue. Me dirigeant vers la boutique, ma prise de fonctions allait commencé dès ce matin et j'en étais plus que ravie ! Le sourire aux lèvres, marchant d'un pas presque guilleret, j'arrive enfin à la boutique avant l'arrivée des clients. Un coup d’œil vite fait à l'heure m'indique qu'il me reste plus que quelques minutes pour me mettre en place, ce que je fais sans plus tarder en enlevant mon manteau et mon écharpe ainsi que mes gants. L'hiver pouvait parfois être rude à Poudlard...

Marchant entre les couloirs pour me familiariser avec mon nouveau environnement de travail, je n'ai guère le temps de prêter plus attention à toutes les baguettes qui sont entassée au point de penser que l'étagère pourrait s'écrouler, ce qui m'impressionnera toujours autant d'ailleurs. Une sonnerie retenti soudain qui me fait sortir de mes pensées. Je peux aperçevoir alors deux clients : une jeune fille et sans doute un proche à elle qui l'accompagne. Bon allez Jennifer, il est temps de se mettre au travail. Immense sourire sur le visage, je m'avance vers eux.

« Bonjour Miss. Bien entendu. Je vais prendre ton formulaire s'il-te plait. Je te demanderai d'attendre un p'tit instant le temps que j'aille chercher ce qu'il te faut. »

Avec un clin d’œil rassurant, je pars donc chercher l'objet magique tant demandé. Ne faisant pas attention au léger stress qui m'habite du moins du mieux que je le peux, je jette d'abord un regard vers les étagères jusqu'à ce que ce dernier se dirige vers une pile de baguettes en particulier. après avoir relu le formulaire de la jeune fille. Une aventureuse elle aussi, tiens donc avec une légère désobéissance avec un esprit calme. Je souris à cette pensée. Dans un sens elle me ressemble un peu. Finalement, je finis par sortir un paquet de la pile espérant que mon premier choix sera le bon et reviens vers elle. Ouvrant la boite, je lui tends alors la baguette toujours avec le sourire.

« Tiens. Essaye celle-ci. Place la bien dans ta main. »




Baguette




Nom : Luna Silver
Bois : Erable
Composant : Poil de Niffleur
Élasticité : Légèrement souple
Taille : 24,56 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vériié







by Lydie
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Kohane W. Underlinden, le  Jeu 02 Jan 2020, 17:38


    RP avec Izsa
LA accordé


Une fois encore, je fais le chemin vers Ollivander's. Hier, j'ai dû demander à Citrouille (alias Aysha, il me semble, un nom comme ça) de mettre l'achat en stand-by. Urgence de dernière minute à régler. J'ai promis de revenir. Après tout, je n'ai pas vraiment le choix, revenir. C'est que je n'ai plus de baguette, moi. Et ça, c'est un peu idiot. Une sorcière sans baguette c'est un peu comme... comme... une licorne sans corne, tiens ! C'est pas top.
Puis de toutes façons, la baguette que j'ai perdue -qu'on m'a volée, plutôt- commençait à être clairement de plus en plus réticente à ce que je m'en serve. Je crois que depuis toutes ces années, je finis par ne plus être en accord avec elle. Alors autant sauter sur l'occasion pour obtenir une nouvelle baguette, plus proche de celle que je suis devenue.

D'un pas rapide, je passe le seuil d'Ollivander's.
Mes yeux parcourent la boutique.
Je ne vois pas Citrouille. Dommage. Il y a une vendeuse derrière le comptoir. Son visage ne m'est pas tout à fait inconnu. Sans doute que j'ai déjà dû la croiser ici. Ou ailleurs. C'est un peu flou, tout ça.

-Bonjour ! Je... je suis venue hier. Je cherche une nouvelle baguette. J'ai pas pu... enfin j'ai dû partir en vitesse avant d'avoir pu vraiment trouver la bonne. On en a essayé plein, ça marchait pas. Mais j'ai vraiment besoin d'une nouvelle baguette. Citrouille... enfin je veux dire celle que j'ai vue, m'en a tendue une, y'avait du crin de sombral dedans, je crois, et de l'ébène. J'aimerais bien réessayer avec elle, si vous l'avez toujours.

Luna Silver
Luna Silver
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Première année

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Luna Silver, le  Jeu 02 Jan 2020, 19:56

RP with Jennifer Wilson

La jeune vendeuse te semblait chalereuse et assez jeune, limite une élève de Poudlard. Peut-être une élève en stage de formation ?

Tu n'eus pas trop le temps d'y réfléchir que la vendeuse revenait avec une belle baguette de couleur marron-rouge. Tu regardais la composition :

Bois : Erable
Composant : Poil de Niffleur
Élasticité : Légèrement souple
Taille : 24,56 cm

Un Niffleur ! Tu aimais bien ses petites créatures ! Tu en voulais un, mais ton père avait clairement refusé. Remerciant la vendeuse, tu saisisais délicatement la baguette. Ton père t'avais expliquer que tu sentirais une sensation agréable te parcourir le corps avec la bonne baguette.

Et bien là, tu ne ressentais rien du tout !

Pas une seule sensation ! Même pas une négative ! Rien ! Que dale ! Nada ! Tu restais assez perplexe. La baguette te paraissait morte.

Pour être sûr, tu fis un petit geste de la main. Aucune réaction. Tu ré-essayais une seconde fois ...

Et là, c'était le drame !

La baguette, surement mécontente, projetta en l'air quelques boîtes de baguette magique sur le sol ! Il n'y avait aucun doute : cette baguette ne voulait pas de toi !

Tu rendis la baguette à la jeune vendeuse, voulant éviter toutes autres catastrophes !

"Désolé ... Mais je crois que cette baguette ne m'aime pas ..."

Tu étais assez déçue, car tu aimais bien la composition faite d'érable et de poil de Niffleur. Tu aurais voulu posséder cette baguette
Alice N. Marshall
Alice N. Marshall
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Troisième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Alice N. Marshall, le  Jeu 02 Jan 2020, 22:07

Réponse à Hugh Dey


Tu te rends compte ? Je vais avoir ma propre baguette magique ! Enfin, il faut bien évidemment que l’une de celles du magasin me choisisse. Et si aucune ne veut de moi ? Tu penses que c’est possible ? Ils ont quand même un nombre incalculable de baguettes dans cet endroit, ce serait véritablement scandaleux qu’aucune d’entre elles ne me convienne. Je crois que je commence légèrement à paniquer, l’ami. Après tout, les baguettes britanniques refusent peut-être les étrangers. Est-ce qu’une baguette peut être raciste ? Je secoue la tête. C’est une question un peu bête puisque ma mère a pris la sienne ici. Il ne faut pas que je m’inquiète. En plus, le vendeur doit savoir ce qu’il fait ; il va bien me trouver quelque chose. Je le vois qui s’éloigne vers les nombreuses rangées où s’entassent les boîtes contenant les baguettes magiques. Il va me trouver quelque chose, j’en suis persuadée. Et il a l’air gentil, de surcroît.

Après quelques instants, le monsieur revient avec une boîte entre les mains. Il en sort un petit bout de bois qu’il me tend en disant :

 - Bois de Sycomore, Dard de Billywig, très souple. 22,7 centimètres. Prenez-la bien en main.

Alors je récupère la baguette et la tiens fermement. Une douce chaleur se répand aussitôt dans mon corps. Je me sens étrangement bien, comme s’il m’avait manqué quelque chose toute ma vie et que ce vide venait enfin d’être comblé. Est-ce cela que l’on doit ressentir lorsque l’on est choisi ? D’instinct, j’abaisse vivement la baguette. De multiples papillons incandescents s’échappent alors de son extrémité en volant paisiblement, puis ils finissent par s’évaporer aussi vite qu’ils sont apparus. Émerveillée, je regarde alternativement mon père et le vendeur.

 - C’est bon ? Je veux dire… elle m’a choisie, ça y est ?

 - Il semblerait, répond mon père avec un grand sourire.

Il tourne rapidement la tête vers le vendeur de baguettes et se racle la gorge avant de demander d’un ton poli :

 - Pourrai-je vous demander pourquoi elle est aussi petite ? J’avoue ne pas bien m’y connaître en fabrication de baguettes, mais il me semble qu’elles sont généralement un peu plus grandes que ça.

Je n’écoute même pas la réponse. Je suis obnubilée par ma nouvelle amie. Ma nouvelle partenaire. Ça me fait un peu bizarre, il faudra que je m’habitue. Sa longueur : 22,7 centimètres. Je me fiche bien de savoir pourquoi elle est de cette taille. Son cœur : dard de billywig. Tu sais ce qu’est un billywig, l’ami ? Moi, oui. C’est un tout petit insecte de couleur bleue, et j’aimerais bien me faire piquer pour voir ce que ça fait. Il paraît qu’on se met à léviter ! Sa flexibilité : très souple. Je ne sais pas à quoi ça correspond mais c’est génial. Je crois qu’Ayden a aussi une baguette très souple. Ça nous fait un point commun supplémentaire, j’aime bien. Son bois : du Sycomore. Je… Je ne sais pas du tout ce que c’est. T’as une idée ? À mon avis c’est un arbre, mais je ne saurais rien dire de plus. Je fronce les sourcils et me tourne vers le vendeur.

 - Excusez-moi monsieur, je peux vous poser une question ? Le Sycomore… c’est quoi comme plante exactement ? Et ça se trouve où ?

Je plonge mes yeux dans ceux du vendeur, prête à boire chacune de ses paroles. J'ai hâte d'en apprendre davantage sur la baguette qui, je l'espère, m'accompagnera le plus longtemps possible.
Contenu sponsorisé

Le comptoir - Page 23 Empty
Re: Le comptoir
Contenu sponsorisé, le  

Page 23 sur 32

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 13 ... 22, 23, 24 ... 27 ... 32  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.