AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -60%
Samsung Disque Dur Portable SSD Portable T5 (1 TB)
Voir le deal
167.10 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's
Page 30 sur 32
Le comptoir
Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32  Suivant
Jennifer Wilson
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne

Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Jennifer Wilson, le  Lun 27 Avr - 16:43




Baguette


Pour : Merenseth Neferet, Lullaby Queen,
Morgan Lendley et Hugues Martin


A peine le temps de donner les premières baguettes, que déjà les premières questions arrivent. Notamment celle du jeune garçon (Merenseth), son prénom est beaucoup trop compliqué pour que je le retienne qui me demande de quelle manière exécuter le geste. Une envie irrésistible de lui sourire tendrement me vient presque immédiatement mais je me retiens. En tant que vendeuse, il est vrai que j'avais tendance à trouver cela "normal" mais pour la plupart, c'était du tout nouveau. Des nouveaux nés dans le monde de la magie. Pourtant, il a l'air d'avoir trouvé la réponse par lui-même sans doute auprès de sa voisine car il me rappelle et sa réponse me dit que je vais en devoir chercher une autre. Je ne perds pas de temps, enfin, juste un peu, le temps de chercher et de revenir avec une nouvelle baguette.

« Tenez. J'espère qu'elle aura un peu plus de succès. Pour le geste, comme tout à l'heure.  »  

Cela me faisait toujours drôle de vouvoyer un enfant mais bon il fallait s'y accommoder. Je me tourne de nouveau vers Lullaby, sa voisine à la jolie chevelure de feu. Son essai par rapport à sa première baguette se révèle être un total échec. J'ai une légère moue face à la réaction de la baguette mais un sourire face à la réaction de la demoiselle. Bon. Fallait croire qu'elles étaient capricieuses aujourd'hui. Déjà deux d'entre elles qui ne voulaient pas de mes propositions, ok très bien, j'avais compris.

« On dirait que la miss n'est pas d'accord. Dommage, je te voyais bien avec celle-ci. Je vais t'en chercher une autre. Tu m'excuses un instant ? »  

Rangeant l'insatisfaite dans son boitier, je disparais à nouveau pour rejoindre une seconde fois les rayons. Je m'étais permise de la tutoyer, son visage m'étant enfin familier mais aussi car j'aimais son naturel. Lentement, je parcours les rayons de la boutique à la recherche de celle qui voudra bien de ma cliente. Je relis à nouveau son formulaire... Mhh Capricieuse, colérique.. me font immédiatement tourner mon choix vers un cœur qui serait parfait pour elle. Cheveux de vélane, oui. Très bien. Quand au bois... Le Saule lui ira très bien pour sa sensibilité. Rapidement, ma main vient toucher le boitier pour le sortir des étagères. Je reviens ensuite vers la jolie rousse, sourire aux lèvres.

« Cheveux de vélane et Saule. Essaye-là moi s'il te plait. Je pense qu'elle devrait t'aller parfaitement. Je répondrais à tes questions même si, bien sûr,  elle te va. Je reviens tout de suite. »

Courir, courir, on ne pourra pas dire que je n'ai pas bougé today. Je viens m'occuper enfin de Morgan qui avait fait son entrée en même temps que Lullaby. Rien qu'à son regard, je vois que la baguette apparemment l'a choisie. Super ! Ça m'évite de faire d'autres recherches supplémentaires d'autant que la boutique commence à être légèrement envahie à la vue d'un nouveau client. Au secours !! Je fais bonne figure, cependant, devant elle et lui souris l'écoutant d'une oreille distraite alors qu'elle me demande aussi les propriétés de sa baguette. Cette question était devenue habituelle à Ollivander mais on devait s'y faire. Puis, bon ce n'était pas de sa faute si je commençais légèrement à fatiguer. Je l'avais moi-même faite pour la mienne. Je me concentre alors sur la sienne, l'examinant à nouveau.

« Alors vous miss votre baguette comporte un bois d'olivier. Très bien pour les gens qui un sens de la justice assez prononcé. Quand au crin de licorne, il est très bien pour son côté pur et loyal. J'espère avoir répondu à vos questions. »

Je lui souris sortant enfin de mes pensées quand mon regard se pose sur (Hugues Martin) qui s'était assis dans l'un des fauteuils en attendant ma venue. Décidément, c'était le rush.

« Bonjour et bienvenue à Ollivander. Je vais m'occuper de prendre ton formulaire et d'aller chercher ta baguette. J'en ai pour quelques minutes, je reviens. »

Formulaire, en main, je pars à nouveau dans les rayons ayant l'impression de n'avoir fait que cela. Lisant ce dernier, son caractère m'emmène vers une baguette qui je pense lui ira comme il se devait. J'espère. De retour, je reviens vers lui pour lui tendre le manche d'une nouvelle baguette.

« En voici une pour vous. Je vous la laisse essayer. Seulement le geste. Un simple mouvement de main. Je suis là si vous avez des questions. »

Il y aura du rangement à faire dans la boutique, une fois tous ses clients partis.




Baguettes



Nom : Merenseth Neferet
Bois : Érable
Composant : Feuille d'argent
Élasticité : Assez Rigide
Taille : 29,51 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié

Nom : Morgan Lendley
Bois : Olivier
Composant : Crin de Licorne
Élasticité : Assez élastique
Taille : 28,58 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié

Nom : Lullaby Queen
Bois : Saule
Composant : Cheveux de Vélane
Élasticité : Plutôt rigide
Taille : 27,41 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié

Nom : Hugues Martin
Bois : Poirier
Composant : Poil de Boursouflet
Élasticité : Très souple
Taille : 25,40 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié






by Lydie
Merenseth Neferet
Merenseth Neferet
Serdaigle
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Première année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Merenseth Neferet, le  Lun 27 Avr - 19:28

Il y avait beaucoup de monde dans la boutique maintenant. De quoi se sentir un peu mal à l'aise. D'après se que sa mère lui avait dit, l'achat de la première baguette était quelque chose d'important, de symbolique, un moment qu'il fallait savourer. Avec tout ce monde qui se pressait autours de lui, il n'avait qu'une seule envie, en finir au plus vite. Il avait la sensation d'être observé dans un moment intime, et ça ne lui plaisait pas du tout. D'un coup d’œil, il regarda la jeune fille a la crinière flamboyante qui lui avait montré discrètement "le geste", et la remercia d'un petit hochement de tête.

La jeune vendeuse, qui semblait d'ailleurs vraiment jeune, revint avec une autre boite, et la lui tendit.

- Tenez. J'espère qu'elle aura un peu plus de succès. Pour le geste, comme tout à l'heure.

Très bien. Il ouvrit l'écrin délicatement et commença par lire la description de la baguette.

Citation :
Bois : Érable
Composant : Feuille d'argent
Élasticité : Assez Rigide
Taille : 29,51 cm

Feuille d'argent? Voila qui était inhabituel. Il n'en avait jamais entendu parler. Il pensait que seuls des composants d'origines animales pouvaient servir de cœur a une baguette mais après tout pourquoi pas? L'argent n'était il par l'un des métaux servant à créer de l’électrum, la chaire des Dieux? En fin de compte c'était un bon présage. Quand au bois, de l’Érable. Il connaissait de nom mais ne savait pas grand chose sur cet arbre. Il aurait préféré du Tamaris, un arbre originaire d’Égypte, mais il ne savait même pas si l'on pouvait y sculpter des baguettes. Avec un peu d'appréhension, il pris la baguette en main. Une agréable sensation de chaleur se fit ressentir au contact du bois, remonta le long de son bras et envahit tout son corps. C'était comme recevoir une douce étreinte euphorisante. C'était plutôt bon signe. Par prudence, il dirigea sa baguette vers un endroit ou personne ne se trouvait et fit un petit geste vif du poignet.

Aussitôt, une myriade d'étincelles dorées et argentées jaillirent de l'extrémité et prirent furtivement la forme d'un œil oudjat. Par Osiris, si ça ce n'était pas un signe que c'était la bonne baguette, il ne méritait plus de s'appeler Neferet. Avec un sourire satisfait, il reposa délicatement la baguette dans son écrin et referma le couvercle. Il ne voulait surtout pas l'abimer avant d'arriver à l'école. D'autant qu'il n'avait pas le droit de s'en servir encore alors a quoi bon la garder sur lui? Il s'approcha du comptoir et de Jennifer.

- Je crois que celle ci convient. Combien vous vois je?
Lullaby Queen
Lullaby Queen
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Lullaby Queen, le  Lun 27 Avr - 21:49

Jennifer répond rapidement à mon regard interrogateur et vient récupérer la baguette récalcitrante. Je la remercie d'un hochement de tête et attends qu'elle revienne avec une autre. Il semblerait que le jeune garçon ait lui aussi eu maille à partir avec celle qu'elle lui a proposé, parce que Wilson revient avec deux boîtes. Elle lui en donne une et revient vers moi. "Cheveux de vélane et Saule. Essaye-là moi s'il te plait. Je pense qu'elle devrait t'aller parfaitement. Je répondrais à tes questions même si, bien sûr,  elle te va. Je reviens tout de suite." me dit-elle avant de se diriger vers une autre cliente.

Je reporte mon attention sur l'écrin vert sombre que Jennifer m'a collé dans les mains, et pense à ce qu'elle vient de me dire : bois de saule... À quoi ça ressemble ? Je soulève timidement le couvercle pour jeter un œil à l'intérieur puis, intriguée, le retire complètement. La baguette est à peine plus épaisse que la précédente, mais elle est magnifique. Des teintes de bois clair se fondent dans des taches plus sombres, de manière parfaitement aléatoire, si bien qu'on dirait que la baguette est vivante. Un jeu d'ombres créé par la nature. Fascinée, je tire la baguette hors de son étui et la fais tourner entre mes doigts. Elle est maniable, ferme, solide. Infaillible. Je sens une puissante vibration me parcourir l'échine, tandis que j'esquisse à peine le geste. Cette baguette a du caractère, une assurance rare et l'envie manifeste de faire ses preuves... probablement telle la Vélane dont est issu le cheveu qui en compose le cœur. De délicates étincelles d'or jaillissent du manche, crépitant discrètement. Elle est faite pour moi.

M'approchant du comptoir, j'y dépose la boîte désormais vide et attends que Wilson vienne m'encaisser. Lorsqu'elle arrive, j'adopte une moue admirative et hoche la tête d'un air satisfait en disant "T'es douée dis donc..." puis j'en profite pour lui poser quelques questions : "Tu sais quelque chose sur la Vélane dont provient le cheveu à l'intérieur ? Quand est-ce que cette baguette a été fabriquée ? Tu l'avais déjà faite essayer à quelqu'un avant ?" J'espère ne pas lui faire perdre son temps - y a plein de gens qui viennent d'arriver, c'est la foire au slip - et surtout qu'elle connaîtra quelques unes des réponses à mes questions...
Antonius R. De Lanxorre
Antonius R. De Lanxorre
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Antonius R. De Lanxorre, le  Lun 27 Avr - 22:54


Mon petit exposé semblait convenir en tout point au vendeur m’ayant pris en charge. Il me demandait, en retour, du temps. C’était bien la seule chose dont je ne disposais, hélas, plus à ma guise. Mais je devais me rendre à l’évidence. Un artisanat de qualité demeurait quoi qu’il arrive pétri de caprices et de sacrifices nécessaires. J’ajustais mon costume quand sa dernière question percuta mes vénérables esgourdes. Mon nom ? Voilà bien une habitude que j’avais perdue depuis ma promotion. Mon nom était devenu « Monsieur le Directeur » ; « Votre Honneur » ; « Excellence » ; « Maître » ou encore « My Lord ». Ce n’est qu’au bout d’une seconde de réflexion que je finis par dire, d’une voix ne trahissant pas la moindre émotion :

- Oui, bien sûr. Mettez cette commande au nom de Ravental de Lanxorre.

Tout en massant longuement ma barbe, je formule une requête au gérant de la boutique :

- Pourriez-vous me livrer l’ouvrage accompli au Ministère, à ce propos ? Je doute pouvoir me libérer durant vos heures d’ouverture avant un certain temps. Si vous le voulez bien, je vais régler dès à présent et signer votre bon de commande. Cela vaudra bien un laisser-passer. Vous n’aurez qu’à demander à un gardien de vous conduire à moi. Ils me connaissent … relativement bien.

Je me tenais prêt à dégainer un stylo pour ratifier un quelconque document qui me serait tendu. Bon de commande, devis … j’avais l’habitude de cela. De la paperasse. J’avais surtout extrêmement hâte de voir le résultat de mes efforts traduit en une seule et même création.


Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Jackson Emerenziana, le  Mar 28 Avr - 1:05

Une nouvelle baguetteSaison 31 - Printemps - Vendeur.seLe temps qu'un vendeur s'occupe de lui, Jackson regarde les encadrements autour de lui. C'est une voix familière qui le fait retourné. Antonius Ravental à Ollivander's. La tête se baisse de quelques millimètres et la main s'approche du cœur. Le sorcier la descend rapidement. Habitude qu'il a eu venant de l'ORC. Mais l'Organisation n'est plus sur son chemin. Il l'a aidé à renaître. Maintenant c'est à son tour.

Monsieur le Directeur.

3 mots simples dit avec respect. Les yeux se détournent du vieil homme et observe le vendeur qui s'intéresse désormais à lui. Il mentionne du bois en fer puis lâche un petit rire. L'Italien n'y connais pas grand chose en matériaux pour baguettes. Mais cela doit-être du bois très difficile à personnalisé. Un sourire en coin puis un hochement de tête. Le vendeur s'enfuis dans le labyrinthe des baguettes. Les doigts pianotent le comptoir en bois. Les yeux se tournent vers le Commandeur.

Avez-vous comme ambition de devenir Ministre ? En tant que Directeur de la Justice Magique, vous avez conclus de nombreuses affaires. Je suis certains que de nombreux sorciers vous suivrons Lord.

Un sourire confiant sur le visage. La politique n'est pas le chemin de l'Italien. Mais en tant que citoyen sorcier, il a le droit de voté. Certes il est Magenmage, mais ceci c'est dans le but de travailler au côté de Finrod Elensar. L'aider à protéger les animaux, créatures et êtres magiques. Le vendeur revint vers les clients, une boîte sous la main. Les doigts découvrent la baguette. Rigide comme l'indique le papier dans l'étrier. Jackson aime bien. Concernant le bois... De l'aulne hein ? Il n'a aucune connaissance dans les arbres, passons au composant. Une écaille de Kappa ?

L'esprit se remémore un livre parlant des créatures. Le Kappa est un démon japonais. Rien que le mot démon donne des frissons à l'ancien serdaigle. Ce n'est pas lui, ce n'est point un démon. Son oncle oui. Cette baguette ne le correspondra sûrement pas. Incertains, il fait le geste. Rien. Définitivement pas lui. Pourtant il se passe quelque chose... Comme une sorte d'odeur... Une forêt ? Le bois lui correspondrait alors ? Déposant délicatement la baguette, le Baron sourit au sorcier.

En faisant le geste, j'ai senti une odeur d'arbre. C'est comme si j'étais dans une forêt. Peut-être que cela veut dire que l'Aulne me correspond ? De toute façon, c'est vous l'expert. Je vous fait confiance Monsieur.

Refermant le boîter, Jackson lâche un petit sourire. Passons à la suivante.
:copyright:️ 2981 12289 0
Hugues Martin
Hugues Martin
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Hugues Martin, le  Mar 28 Avr - 1:11

Après quelques minutes d’attente, à voir défiler les clients et les vendeurs derrière le comptoir, une charmante demoiselle m’interpelle. C’est mon tour d’approcher près d’elle.

« Bonjour et bienvenue à Ollivander. Je vais m’occuper de prendre ton formulaire et d’aller chercher ta baguette. J’en ai pour quelques minutes, je reviens. » Me lance-t-elle en prenant le petit bout de papier que je lui tends. Je n’ai pas le temps de lui dire bonjour, tellement ce fût rapide (et je peux la comprendre, vu l’affluence et les nombreux allers-retours qu’elle fait entre les rayons et le comptoir). Elle arrive, après quelques minutes de recherches, avec une baguette.

« En voici une pour vous. Je vous la laisse essayer. Seulement le geste. Un simple mouvement de main. Je suis là si vous avez des questions. »

Elle me la tend pour que je réalise le geste d’adoption comme je l’appelle. Celui de savoir si la baguette choisie par cette jeune et pétillante fille est donc la baguette qui m’accompagnera désormais et pour un petit temps.

« Bonjour et merci » lui dis-je en prenant dans ma main la baguette, m’écarte un peu du comptoir et je réalise le geste demandé par la vendeuse. La baguette émet un faisceau de lumières, elle ne me pique pas à la main et ne se montre pas trop capricieuse.
Je lançai un sourire à la vendeuse tout en ouvrant l’écrin pour y lire la description de ma baguette.

Citation :
Bois : Poirier
Composant : Poil de Boursouflet
Élasticité : Très souple
Taille : 25,40 cm

Après avoir lu le descriptif, je me tourne à nouveau auprès de la vendeuse.
« Merci mademoiselle, la baguette m’a adoptée. Cependant, j’aimerai savoir son prix et un petit résumé du bois et du composant, si vous avez le temps. »
Morgan Lendley
Morgan Lendley
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Quatrième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Morgan Lendley, le  Mar 28 Avr - 19:00

Suite à la nouvelle association avec ma baguette, Jennifer m'expliqua les propriétés de ma baguette : l'olivier pour le sens de la justice ainsi que le crin de licorne pour la loyauté et la pureté. Elle avait visé juste, c'était exactement ce qui me décrivait. Après tout, le formulaire avait été rempli, mais en temps que stagiaire, c'était déjà un sacré travail, même pour une Serdaigle. Elle commençait d'ailleurs par être assez fatiguée, bien qu'elle essaie de le cacher. Ollivander's est une boutique assez répendue pour les baguettes, il ne fallait donc pas se douter que les allers venues à travers le magasin. Cela dit, je ne disais rien, cela risquait de la déconcentrer.

Après avoir adopté ma baguette, j'observais les autres : alors que ma baguette fut la première, il en fallut une deuxième pour la rouquine et pour le première année. Alors qu'ils étaient en train de tester celles-ci, j'en profitai pour regarder les composants de ces nouvelles baguettes. De l'érable et du saule, une feuille d'argent et un cheveu de Vélane... C'était en soit un indice pour déceler les mystères de leur caractère, mais je préférais ne pas trop m'attarder dessus. C'est une partie privée chez une personne, qui était à découvrir avec le temps. Je profitai alors des quelques temps qu'il me restait pour regarder les tableaux, tout ce qui m'entourait. C'était joli vraiment, la façon dont tout avait été peint. Cela procurait une atmosphère plutôt tranquille et paisible.

Une fois le test de chaque baguette fait, il était désormais temps de payer nos baguettes. C'était triste, de se dire que désormais, le prochain lieu où l'on se verrait serait probablement Poudlard, au détour d'un couloir, en sortant d'un cours... Il en était ainsi, pour une bonne ou mauvaise raison de toute façon. Après m'être approché.e du comptoir, je fis comme la plupart des autres, demandant le prix de cette baguette. En soi, ces deux petits gallions n'étaient pas grand chose, mais ils faisait quand même partie de mes maigres économies. Je patientais alors, scrutant le sol, comme à mon habitude.
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Hugh Dey, le  Mer 29 Avr - 13:41




Baguettes


Pour : Antonius R. De Lanxorre & Jackson Emeranziana

- Oui, bien sûr. Mettez cette commande au nom de Ravental de Lanxorre.

Ravental… … de… … Lanxorre… Ok. C’est bon j’avais bien pris note de tout ce qu’il voulait. Son nom était franchement moche, et trop long, moi je préférais les noms courts comme le mien, mais bon je pouvais pas lui en vouloir. Il avait pas choisi son prénom. En revanche, il avait choisi de caresser sa barbe et ça m’avait fasciné pendant quelques secondes. Elle avait l’air toute douce. J’aurais bien aimé, moi aussi, passer mes mains dans sa barbe pour voir quelle texture elle avait. Pour toucher de mes doigts le blanc soyeux qui parsemait le noir. J’aurais même presque pu toucher les rides qui naissaient au coin de sa bouche.

J’avais lâché mon stylo et eu un geste dans cette direction. La sienne. Comme pour toucher sa barbe. Je m’étais arrêté à mi-chemin, me rendant bien compte que ce n’était pas tout à fait l’attitude à adopter. Bouche ouverte, je le dévisageai, et je me rendais bientôt compte que j’en avais la gorge sèche. C’était vraiment difficile d’avoir un vieux comme ça si près de moi et de n’avoir aucun droit de le toucher. Mais je me résignai. Je reportai mon attention sur la feuille de papier, m’efforçant d’indiquer tout ce qu’il m’avait demandé pour ne pas me tromper.

- Pourriez-vous me livrer l’ouvrage accompli au Ministère, à ce propos ? Au ministère ? Gloups. Je doute pouvoir me libérer durant vos heures d’ouverture avant un certain temps. Oh bordel, mais j’avais qui en face de moi ? Est-ce que c’était lui le Ministre ? Si vous le voulez bien, je vais régler dès à présent et signer votre bon de commande. Cela vaudra bien un laisser-passer. Vous n’aurez qu’à demander à un gardien de vous conduire à moi. Ils me connaissent … relativement bien. Mes yeux étaient revenus sur mon interlocuteur et cette fois, si ma bouche était de nouveau sèche, c’était surtout parce que toute l’humidité qu’elle contenait avait été rappelée pour rouler en gouttes de sueur sur mon visage. Enfin ce n’était pas aussi flagrant, mais presque. Aussi me forçai-je à sourire avant de répondre.
- Mais certainement. Je fermai la bouche, tentant désespérément de trouver de la salive à avaler. Je jetai alors un œil au papier, fit un compte rapide avant d’annoncer Ca fera 91 Gallions s’il vous plaît. Vous pouvez signer ici. Je lui tendai alors le petit bout de papier, me demandant vaguement si j’allais avoir le droit de le garder et de le revendre. Après tout, si c’était le Ministre, pourquoi pas. En plus il était vieux. Donc fascinant. Et aussi plus proche de la tombe que moi. Ca voulait dire que c’était précieux. Oui. Sans aucun doute.

J’étais donc complètement parti dans mes pensées avec mon autre client. Je me demandais si c’était pas possible de mandater Jennifer pour aller déposer la commande mais franchement, ça le ferait pas d’envoyer une stagiaire au Ministère. Elle était déjà pas là tout le temps, pour sa scolarité, j’allais pas en plus la faire naviguer dans les quatre coins de Londres. Non et puis, s’il était satisfait ce serait bien à moi de récolter les lauriers. Parce que certes, Izsa allait devoir m’aider, mais le reste, c’était bien moi qui allais le faire. Gloups. Bon.

J’avais fourré dans les mains de mon client une baguette assez atypique qui, je l’espérais, allais lui convenir. Il avait fait le geste, et m’avait dit un truc au sujet d’une forêt. Oui. Bon, d’accord.

- Ou alors c’est mon odeur corporelle. J’aime bien les désodorisants pour voiture senteur pin des montagnes, parfois j’en porte autour du cou. Bon en vrai j’avais pas voulu lui répondre à voix haute.C’était ce que j’avais pensé mais je me rendais compte que c’était sorti tout seul. Du coup je rougissais. Pis je le regardais. Et j’essayais de sauver la mise. Non mais vous avez raison. Le bois doit bien vous aller. Disons que nous avons un composant sur deux, c’est pas mal ! Je vais essayer de trouver le deuxième.

Et je m’en allais pour essayer de reprendre contenance. Cette idée de Ministère tournait en boucle dans ma tête. Je fermais les yeux un instant dans les allées de baguettes, avant de les rouvrir et de tourner résolument la tête vers mon client pour analyser un peu. Bon, l’aulne, très bien, ça marchait bien pour le côté attentionné. Mais Kappa non. Parce que Kappa trop agressif probablement. Hum. Je lui avait probablement prêté des compétences qu’il ne possédait pas. Je pinçais les lèvres un moment et tentais de découvrir comme il était. Je l’avais aperçu sans réellement écouter, parler à mon client précédent. Ses gestes avaient été mesurés. Très mesurés. Il était en mesure de s’effacer devant plus important que lui. Surtout s’il s’agissait du ministre, c’était bien normal, mais tout le monde n’en était pas capable. Non. D’ailleurs moi j’étais pas capable de ça. Donc peut-être quelque chose de moins… brut. Plus… Discret.

Mes yeux glissèrent sur le Demiguise. Était-ce possible ? Lui aussi ? Comme Noah ? Avec un bois aussi différent ? Ma foi… Pourquoi pas. La baguette Test, je l’avais déjà proposée à Noah. Evidemment, elle ne lui avait pas convenu, ce n’était pas l’objectif, l’objectif était de lui trouver l’ingrédient parfait. Pour lui aussi… Je sortais donc de nouveau cette baguette. Pommier et poil de Demiguise. La pommier était un ingrédient simple, correspondant aux personnes baignées d’amour. Une baguette un peu niaise pour moi mais qui laissait bien le potentiel du Demiguise s’exprimer. Alors je revins vers mon client pour lui proposer la baguette suivante.

- Pouvez-vous essayer celle-ci ? Elle n’est pas en aulne et je ne pense pas qu’elle vous corresponde parfaitement. Mais si elle ne vous repousse pas totalement, je dois pouvoir vous fabriquer une baguette avec cet ingrédient et le bois précédent. Un sourire. J’aimais bien devoir fabriquer des baguettes. Surtout que celle-ci devrait être totalement sculptée. Entre ça et le client au nom compliqué juste avant, j’avais une véritable excuse pour rester dans l’arrière-boutique pendant quelques jours. Ce serait parfait.


Baguettes



Nom :Antonius R. De Lanxorre
Bois : Ebène (d’Afrique)
Composant : Poil de Cerbère (RP obtention.)
Élasticité : Inflexible
Taille : 28,58 cm
Personnalisation : Manche sculpté végétation grimpante + incrustation ivoire.
Incrusté dans une canne à pommeau en ébène
Pommeau : Argent sculpté, reliefs végétaux
Prix : 91 Gallions (Détail : Ebène (30G), extraction Poils de Cerbère (35G), Pommeau en argent sculpté (10G), Manche sculpté + incrustation ivoire (16G))
Compte Vérifié

Nom : Jackson Emeranziana
Bois : Pommier
Composant : Poil de Demiguise
Élasticité : Assez souple
Taille : 28 cm
Prix : 10 Gallions & 10 Mornilles
Compte Vérifié
Baguette Test





by Lydie
Kochi Hakano
Kochi Hakano
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Kochi Hakano, le  Ven 1 Mai - 0:13


こち
はかの
Les mains dans les poches, j'avançais d'un pas ferme et décidé. Je m'écartais au gré des quelques passants, prenant soin de les éviter dans la mesure du possible. L'ambiance ici était différente de chez moi. Les gens d'ici ne s'écartaient pas. Pire encore ils ne faisaient que rarement preuve de civisme et de politesse. Je marchais depuis quinze bonnes minutes et c'est la deuxième fois que je m'excusais auprès d'une personne différente en moins de trois minutes. Alors que c'est elle qui m'était rentrée dedans.

Autant la première avait classé l'affaire. Autant la seconde : aucune excuse de sa part voire même un « Fait gaffe où tu marches le Djap. » Mon sang n'avait fait qu'un tour et pourtant je n'avais rien répondu. Rien. Je m'étais contenté de m'excuser poliment. Encore une fois. Car sinon je savais que j'allais l'emplâtrer. Sourire de circonstance. « Je te retrouverai et te brûlerai. Toi et toute ta famille. Dès que j'aurai ma... » Baguette ! Là était la mission. Je poursuivis mon chemin « de Traverse » qu'ils appelaient ça par ici. En prenant soin de prendre congés de ce sombre cxn.

Finalement mes pieds me conduisirent devant l'enseigne ciblée. Fière allure. Rénovée de nombreuses fois probablement. L'endroit semblait avoir fait peau neuve malgré les ancestrales traditions régissant autour de ce nom légendaire Ollivander. Pire encore. La boutique semblait dans l'ère du Temps. L'une des boutiques les plus modernes de la rue. Mes yeux balayèrent l'artère de manière circulaire pour confirmer qu'Ollivanders était l'endroit le plus stylé de la rue.
La renommée du propriétaire avait dépassé les frontières anglaises. Des gens du Monde entier s'arrachaient ses baguettes. Parait-il. Mitsu, un ancien pote de Mahoutokoro en avait eu une grâce à son père diplomate en voyage à Londres une fois. Alors, maintenant que j'étais là, et pour un bon bout de temps probablement ; c'était pour moi l'occasion rêvée de venir voir vraiment ce que leur bois valait. Et pourquoi pas me laisser tenter ? Avec un peu de chance, ils auraient même ce que je cherchais.

Levant les yeux, je finis par me projeter pour finir devant le perron de la boutique. Mes mains poussèrent la porte pour entrer dans l'antre de la légende au son d'une cloche tintant mon arrivée. « Bonjour. » Politesse obligée. Légère inclinaison pour renforcer ma salutation. Je me redressa pour mieux inspecter l'intérieur. Personne. Zéro client. Une chance ! L'attente ne devrait pas être trop longue. Un grand meuble servant de comptoir. Et derrière lequel des rangées d'étagères disposées à la manière d'une bibliothèque. Impressionné par les lieux je me dodelinais de la tête d'un air conquis. L'endroit était génial ! A voir si leurs baguettes étaient également à hauteur de réputation.

Mes yeux glissèrent sur des papiers posés sur le comptoir. Mes prunelles insolentes tentèrent alors de déchiffrer cet anglais que je ne maîtrisais que depuis peu. Un formulaire ?! Ils demandaient prénom et nom. Facile. Mes doigts prenaient machinalement un stylo posé non loin et s'attelèrent à compléter les infos demandées. Je déchantai devant les deux champs suivants. Caractère et longueur des bras ? Vraiment ? Je n'en savais trop rien alors je remplis les champs un peu rapidement. La dernière question était plus simple et cela me réconforta quelque peu. La taille de la baguette que je souhaitais. Ultra-fastoche !


Je reposai le stylo à son emplacement d'origine. M'éloignant du comptoir, les mains dans le dos, je sifflotai en observant les différents cadres accrochés de part et d'autres de l'intérieur de la boutique. Voyant les différents composants proposés, cela me fit penser à un détail que j'avais oublié de noter. Retournant rapidement vers mon formulaire, je griffonnai une note supplémentaire en dessous. J’espérais au moins qu'ils en avaient. Le cas contraire, je pensais même ne pas acheter de baguette.


Prénom & Nom : こち はかの
Caractère : sportif, dynamique, compétiteur, déterminé.
Longueur de vos bras : 70cm
Taille : 23.5cm (si elle est un plus grande, ce n'est pas grave).
(HRP) Lien de votre répartition : ici
Note supplémentaire : j'aimerai un bois de cerisier.



- HRP : formulaire volontairement rempli de manière incorrecte -
Jackson Emerenziana
Jackson Emerenziana
Ministère de la Magie
Ministère de la Magie
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Jackson Emerenziana, le  Ven 1 Mai - 2:39

Une nouvelle baguetteSaison 31 - Printemps - Hugh DeyLe vendeur semblait être perdu dans ces pensées. Pourtant il lâche une phrase qui fait pouffé de rire l'Italien. Se penchant en avant, les mains sur le comptoir. Il lâcha un sourire en coin. Les yeux fixant celui de l'expert puis observant son visage devenir rouge. Le sourire s'aggrandis quand l'homme s'enfuya vers les rayons. Jackson se redressa en jetant un coup d'oeil à Ravental. Il détourna rapidement le regard pour se concentré sur autre chose. Suite à sa destitution de Sénéchal, il voulait tout détruire, se vengé du Directeur. S'ensuit des jours, des semaines, des mois de réflexion. Aujourd'hui, la rage et la haine a disparu. Laissant place à du respect et de la compréhension.

Le Baron ne devait plus se compliqué la vie. Il ne devait plus s'attaquer à plus fort que lui. Il ne devait plus s'intéréssé aux Mangemorts ni à l'Ordre du Phénix. Ces voies n'étaient pas pour lui. Trop dangereuse. Surtout tant que Jorgio était en vie. Il devait le retrouvé. Mais seul. Ne pas prendre en danger qui que ce soit par sa faute. S'il devait mourir, il devait le faire sans amener qui que ce soit dans sa tombe. C'est sa famille. Son tortionnaire. Son oncle. Son problème. Les yeux se relèvent pour observer le vendeur qui s'approche. Une boîte dans les mains.

Jackson écoute attentivement le vendeur. S'il comprends bien, sa future baguette sera donc un mélange de deux ingrédients ? Intéressant ! Hochant la tête, il ouvrit délicatement la boite et pris la baguette. Pointant un siège, il fit le geste que tout sorcier a du faire au moins une fois dans sa vie. Comme il s'y attendant, rien ne se passa. Aucune odeur de forêt. Seulement... La sensation d'avoir un animal à ces pieds. Souriant, l'homme reposa la baguette.

Je pense que le poil de Demeguise me correspond. J'ai eu la sensation d'avoir un animal à mes pieds. Si j'ai bien compris, vous allez créer ma baguette à partir d'un poil de demiguise et du bois d'aulne ? Concernant son élasticité et sa taille, vous allez vous basez sur qu'elle baguette ?

Fermant l'étui, l'Italien se pencha en avant. Les mains sur le comptoir, les yeux plongeant dans celui du vendeur. Tout ceci pourrait très bien le déstabilisé. Par rapport à ce que le Baron a vu, cela ne doit pas être très difficile à réaliser. Faisant un sourire en coin, le sorcier passa la pointe de sa langue sur les lèvres avant de se redresser.

Combien de temps vous faudra-t-il environ pour créer la baguette ? Je reviendrais à ce moment là.
:copyright:️ 2981 12289 0
Jennifer Wilson
Jennifer Wilson
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Jennifer Wilson, le  Sam 2 Mai - 0:16




Baguettes


Pour : Merenseth Neferet, Lullaby Queen,
Morgan Lendley et Hugues Martin


Non non, je ne suis pas du tout en retard...

Observatrice, je tente de porter mon attention à tous ceux qui sont présents. Ce qui, en réalité, n'est pas vraiment facile quand des rush comme celui-ci se présentait. Heureusement, Hugh était toujours prêt à me donner un coup de main dans ces moments là. Cette dernière se porte au final vers le petit garçon qui me demande combien coûte sa baguette. Avec un sourire, je lui réponds, heureuse qu'il ait trouvé la perle rare.

« La baguette est à 2 Gallion. Je suis ravie que cette baguette vous a choisie. »  

Je lui laisse le temps de me donner les gallions avant de le saluer et de le voir partir tout en prenant ceux de Morgan, pour ne pas la faire attendre plus. Je me retourne ensuite vers la jeune fille à la chevelure de feu, Lullaby déjà croisée plusieurs fois en cours de médicomagie. Je ne peux que lui rendre son sourire, un sourire que j'ai presque jusqu'aux oreilles quand elle me complimenter. En réalité, tout le monde pouvait devenir vendeur, il suffisait juste d'aimer donner la magie aux gens et bon, peut-être avoir une certaine intuition. J'hausse néanmoins un sourcil quand elle me pose toutes ses questions à la suite. Oh là, doucement ma belle.

« Je te remercie mais c'est surtout la baguette qui fait son choix. Je suis heureuse qu'elle s'est tournée en tout cas vers toi. Pour tes questions, malheureusement, tu risques d’être un peu plus déçue. Je viens d'intégrer la boutique il y a peu de temps et je ne suis pas encore assez caler pour tout avouer. En revanche, je peux te dire que je n'avais jamais faite essayer cette baguette. Le cœur de ta baguette est connu pour convenir à des tempéraments un peu explosifs mais le bois à contrario calmera cette énergie. C'est une baguette dotée aussi de pouvoirs curatifs. Ai-je répondu à peu près à tes questions ? On pourra en discuter si tu veux à l'occasion au château. Oh et elle ne te coûtera que 2 Gallions s'il te plait. »

J'espérais avoir compensé avec certaines de ses questions n'ayant pu trouver de réponses.  Il faudra que je lui propose un jour de venir discuter, si elle le souhaitait. Je pense que nos échanges pourront être relativement intéressants. Déjà qu'elle avait choisi la même option que moi, ça nous faisait déjà un point en commun et notamment des cours à partager ensemble.

Un dernier sourire, je rejoins le jeune homme, Hugues qui avait posé la question tant entendue mais quoi de plus normal. Relisant les composants de sa baguette, car oui. Quatre baguettes avaient été vendues quand même aujourd'hui bien que je me souvenais qu'un des deux éléments. Je lui rends son sourire tout en lui répondant, je le souhaite, le plus juste possible.

« Votre baguette avec ce bois qu'est le poirier donnera le meilleur d'elle même. Et votre baguette est dotée de bienveillance et de générosité. Elles sont aussi parmi les plus résistantes. C'est une très belle baguette qui vous a choisie. Vous pouvez déposer les 2 Gallions sur le comptoir. Je suis sûre que vous avez là trouvez une amie fidèle. »  

Comme tous les autres, je le laisse rendre ses 2 Gaillons avant de le voir s'en aller, lui aussi, de la boutique.




Baguettes



Nom : Merenseth Neferet
Bois : Érable
Composant : Feuille d'argent
Élasticité : Assez Rigide
Taille : 29,51 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié

Nom : Morgan Lendley
Bois : Olivier
Composant : Crin de Licorne
Élasticité : Assez élastique
Taille : 28,58 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié

Nom : Lullaby Queen
Bois : Saule
Composant : Cheveux de Vélane
Élasticité : Plutôt rigide
Taille : 27,41 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié

Nom : Hugues Martin
Bois : Poirier
Composant : Poil de Boursouflet
Élasticité : Très souple
Taille : 25,40 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié






by Lydie





Baguette


Pour : Kochi Hakano


Ouf. Enfin seule. Je me dirige vers l'arrière boutique me servant une boisson et m’asseoir quelques instants en la sirotant. Ça faisait du bien, un peu de repos. Arrêter de courir partout. De sourire. Même si le sourire me vient assez facilement mais une pause en cet instant est très appréciée. Arrêter de discuter aussi. Je crois que c'était mon premier moment de répit car les heures creuses avaient été rares aujourd'hui. Souffler. Pourtant, la sonnette ne tarde pas à retentir. La tasse toujours en main, je la repose finalement et réapparaît au comptoir. Sourire automatique quand mon regard se pose sur un jeune homme brun qui vient de faire son apparition. Tout de suite, je remarque son origine japonaise ? Je n'en fais toutefois aucun commentaire.

« Bonjour, bienvenue à Ollivander. Je vais prendre le formulaire, merci. Je reviens dans quelques instants.  »  

Le formulaire en main, je commence à le parcourir et son nom m'est heu incompréhensible.... Bon. De toute façon, tant que j'arrivais au moins à déchiffrer le caractère du jeune brun, c'était le plus important. Froncement de sourcil, cependant, léger alors que j'arpente les rayons de la boutique, mon regard vient et va sur les différents boîtiers des baguettes. Laquelle pourrais-je lui choisir ? Plusieurs fois de suite mon regard tombe sur le même cœur mais pourtant j'hésite avec un autre... Izsa m'a bien dit de suivre son intuition, non ? Mon regard toujours sur le boitier qui me dit silencieusement "aie confiance, choisi moi". Claquement de langue agacée, je lui adresse un regard qui veut dire "ok t'a gagné". Revenant enfin au comptoir, mon sourire devient plus naturel. Posant le boitier sur le comptoir, je l'ouvre et lui tends la baguette tout en espérant que ce choix sera le bon du premier coup.

« Voilà. Désolée pour la p'tite attente. Je vous propose d'essayer celle-ci avant de l'acheter. Chaque baguette coûte 2 Gallions. Vous trouverez les composants à l'intérieur du boitier. Pas de sorts formulés s'il vous plait. »  




Baguette




Nom : Kochi Hakano
Bois : Bois de Cerisier
Composant : Plume d'Hippogriffe
Élasticité : Relativement souple
Taille : 24,36 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié







by Lydie
Merenseth Neferet
Merenseth Neferet
Serdaigle
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Première année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Merenseth Neferet, le  Sam 2 Mai - 12:57

D'autres personnes entrèrent dans la boutique. Encore? Par Osiris mais est ce que tout le monde avait décidé de venir acheter une baguette maintenant? Il lui semblait que la moitié du chemin de traverse se trouvait actuellement dans la boutique. Bien qu'il y avait encore pas mal de place, Merenseth ne s'en sentait pas moins mal à l'aise. Enfin, il supposait qu'il faudrait s'y faire. Il y aurait sans doutes bien plus de monde à l'école, et, de ce que sa mère lui avait dit, il serait dans un dortoir commun avec plusieurs autres garçons. Lorsque Jennifer lui annonça le prix, il prit la bourse de cuir qui se trouvait dans son sac, et attrapa deux grosses pièces dorées qu'il déposa sur le comptoir.

- Et voila, deux Gallions. Merci beaucoup Mademoiselle.

Il rangea sa bourse et fourra l’étui de sa baguette dans son sac.

- Je vous souhaite une bonne journée.

En essayant de ne pas bousculer qui que ce soit, il se fraya un chemin vers la sortie de la boutique. Même si le soleil Anglais n'était qu'un ersatz de la toute puissance de Ra, au moins dehors il ferait plus chaud que dans cette satanée boutique. Il comprenait les raisons, bien sur, mais il ne pouvait pas rester une minute de plus. Il sorti de sa poche la liste des fournitures nécessaires à la rentrée. Bien, une chose de moins, il faudrait maintenant se rendre à la librairie, puis aller déposer les livres à sa chambre au Chaudron Baveur avant de terminer. La journée serait encore longue...
Hugh Dey
Hugh Dey
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Pas de matière optionnelle

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Hugh Dey, le  Sam 2 Mai - 16:22




Baguettes


Pour : Jackson Emeranziana


Il prit la baguette et fit un geste. Je croisais les doigts. Rien ne se passa… Bon. Pas mal. Ca voulait dire que c’était pas catastrophique, mais en effet c’était quand même pas merveilleux.

- Je pense que le poil de Demeguise me correspond. Super. J’aurais adoré qu’il arrête sa phrase là, mais ce ne fut pas le cas. A l’évocation de l’animal à ses pieds je haussai les sourcils et me retins de lever les yeux au ciel. Il n’y pouvait rien s’il n’y connaissait rien, après tout. D’ailleurs il enchaîna encore avec des questions. A la première je hochais la tête. A la deuxième je bloquais. Concernant son élasticité et sa taille, vous allez vous basez sur qu'elle baguette ?
- Me baser ? Je fronçais les sourcils, tentant de comprendre ce qu’il voulait dire. Ah. Ok. Il croyait que c’était moi qui déterminais si elle était élastique ou pas la baguette. Il était drôle. Je me fendis d’un sourire et répondis, du mieux que je le pus. Ce n’est pas moi qui détermine la taille et l’élasticité. La baguette nait d’un morceau de bois, mais la sculpter c’est la trouver. Pas la faire naître. Et c’est son caractère qui détermine sa souplesse. Or, son caractère nait de l’association avec le cœur qu’elle contient. Evidemment, du bois de fer ne sera jamais d’une souplesse extrême, et l’aulne a plutôt tendance à être un bois dur, mais on ne peut jamais gager à l’avance de ce que ce sera exactement. En revanche, si vous avez une préférence, au moins pour la taille, je peux tenter de la respecter. Tenter oui. Difficile de m’avancer davantage là-dessus, mais après tout, l’aulne n’étant pas un bois rare, il était plus aisé de tomber une dimension de baguette particulière.

En tout cas j’aimais pas trop beaucoup son attitude. Parce qu’il était trop proche. On ne lui avait jamais parlé de la distanciation sociale à celui-là. Les mains posées sur le comptoir, il se penchait en avant pour me regarder et planter ses yeux dans les miens. Moi, honnêtement, la seule chose que je pouvais faire, c’était reculer. Pas d’un pas, comme tout un chacun le fait, non. Reculer de malaise, en cambrant le dos et en repoussant mon visage d’autant qu’il s’approchait de moi.

Combien de temps vous faudra-t-il environ pour créer la baguette ? Je reviendrais à ce moment là.
- Trois jours devraient suffire. Le temps que les poils nous parviennent et que je la personnalise. J’étais resté dans cette étrange position, ne sachant si je devais esquisser un geste quelconque. Finalement je lançai Vous pouvez revenir dans trois jours, vous règlerez si la baguette vous convient. D’ici là je m’occupe de tout, monsieur… ? J’attendais à peine sa réponse que déjà je souriais, me retournais, ouvrais grand les yeux parce qu’il me paraissait fou, et me retirait. Une autre commande. Deux dans la même journée. C’était parfait. J’allais pouvoir passer du temps à l’atelier et m’amuser à créer. Les beaux jours arrivaient devant moi.

[Jackson, pour le prochain RP, tu peux clore celui-ci et revenir au moins trois jours plus tard. Tu as mon LA pour dire que je te reconnais et viens directement vers toi si tu le souhaites.]
by Lydie
Kochi Hakano
Kochi Hakano
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Kochi Hakano, le  Sam 2 Mai - 17:39


こち
はかの
Du mouvement. Je tournai alors la tête en direction du comptoir. Une femme était désormais postée derrière m'offrant un large sourire. Mes yeux furent dans un premier temps stupéfaits de voir une aussi belle mais jeune demoiselle au service. Néanmoins ils finirent par retrouver le sol dans un second temps : je m'inclinais poliment pour la saluer. Je répondis alors à son « Bonjour. » Etait-ce elle qui faisait tourner la boutique ? Je m'attendais clairement à quelqu'un de plus... Âgé. Mature. Expérimenté.

Et tandis que je relevai à peine la tête elle avait déjà disparu avec mon formulaire à la main. Quelle efficacité. Ayant très certainement lu mes notes, elle n'avait visiblement rien trouvé à redire dessus avant de disparaître. C'est donc que pour elle j'avais correctement rempli tous les champs. Un sourire satisfait se dessina alors sur mon visage rassuré. Quelques minutes plus tard elle revint avec un petit boitier devant sûrement renfermer la précieuse. La demoiselle répondit à ma question inavouée en l'ouvrant dévoilant ainsi une douce baguette. Mes yeux firent la navette entre cette intrigante demoiselle et le bois qu'elle me proposait.

La jeune fille s'excusa pour l'attente dérisoire de mon point de vue. Chez nous - au Japon - le choix d'une baguette pouvait parfois durer une journée entière. Alors les cinq minutes entre le moment où cette demoiselle avait disparu et celui où elle était revenue avec une baguette me semblait entièrement acceptable. Je m'inclinai à nouveau poliment. « Vous m'honorez. » Me relevant je la voyais me tendre la baguette. Elle m'incitait à venir la prendre, l'essayer, l'adopter. Ma main droite partit logiquement à la rencontre du bois proposé pour mieux le laisser m'envahir et me contrôler. Je ressentis alors une sensation étrange que je n'avais jamais ressenti auparavant ; une sensation qui m'envahissait pleinement répandant son amour et son évidence à chaque fibre de mon tissu cellulaire. Des frissons jusque dans les moindres recoins de mon âme.

Un léger mouvement de la baguette. Aucune formule comme intimement demandé. Et par mon geste c'est tout le comptoir qui se retrouvait proprement discipliné : les formulaires vierges se ré-empilèrent correctement les uns sur les autres (de telle sorte à ce qu'on ne pense, vue de dessus, qu'il n'y en ait qu'un seul exemplaire), les stylos à bille soigneusement alignés parallèlement les uns aux autres. En la levant à hauteur de mes yeux j'examinai méthodiquement de mes prunelles avisées la baguette. Souplesse parfaite. Une taille correspondant à mon standard souhaité. Mes yeux conquis se posèrent une nouvelle fois sur la personne en face de moi toujours aussi souriante avant d'aller se focaliser sur le contenu du boitier. La liste des composants : plume d'hippogriffe et bois de cerisier.

Je n'avais jamais vu d'hippogriffe de toute ma vie. Mais je savais plein de choses à leur égard. Cheval ailé attaché à ses principes. Susceptibilité. Respect de la politesse. Détermination sans faille. Allégeance. Regard franc, direct et percutant tel un Cognard lancé à toute vitesse sur un vent Neuf latéral S/SE. La demoiselle avait décelé tout cela en moi et avait donc trouvé logique de m'associer à cet animal dans lequel pleinement je me retrouvais. Et puis le cerisier... Bois de qualité. Je l'appréciais. Et je le désirais. Cela me convenait entièrement. Rien à redire. La demoiselle avait misé juste. De toute évidence. Sûrement une descendante de son aïeul Ollivander, sa place ici était désormais logique à mon sens. Je mordais ma lèvre comme pour mieux me punir d'avoir osé douté de son talent.

« Votre réputation est à hauteur de vos engagements, Madame. » Nouvelle inclinaison pour la remercier. « A l'image de votre sourire et de votre service, cette baguette est parfaite. Du bois de cerisier comme je l'espérais. Je la prends. » La reposant dans le boitier prévu à son effet, je reportai mon attention sur mon hôte.

« Le boitier est-il compris dans le prix ? Cela ne me dérange pas de payer le supplément. » Je sortis une petite bourse de ma poche. Heureusement que Oncle Kito m'avait laissé de l'argent pour me dépanner ; je lui rembourserai en temps et en heure. « Et en terme d'entretien de la baguette, que me préconisez-vous ? » Quitte à être là, autant demander le maximum d'informations à cette demoiselle qui me semblait après réflexion fort sympathique. Et puis j'ignorai les habitudes des sorciers ici en Europe. Peut-être avaient-ils des techniques d'entretien plus sophistiquées que les nôtres ? Déposant la somme indiquée sur le comptoir, j'attendais poliment les mains derrière mon dos.
Jennifer Wilson
Jennifer Wilson
ModérationSerdaigle
Modération
Serdaigle
En ligne
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Jennifer Wilson, le  Dim 3 Mai - 11:32




Baguette


Pour : Kochi Hakano


Son attitude respectueuse et calme lui donne un air distingué des plus appréciables. Lorsqu'il s'incline, je crois même rougir un peu alors que mon regard surpris l'examine. Je n'avais franchement pas l'habitude de recevoir ce genre d'individus mais c'était très agréable. Je devais l'avouer. Cela changeait de quelques uns qui se croyaient au dessus des vendeurs les prenants que pour des pantins destinés à servir dans la minute. Je ne cache pas ma surprise à ses mots. Je sais que Hugh aurait lui aussi aimé recevoir pareil individu. Un petit sourire vient s'ajouter à mon intérêt pour lui.  

« C'est votre présence qui honore Ollivander...  »  

Une chose était sûre. Les japonais avaient l'art d'aborder les gens. Restant attentive pour savoir si mon choix se révélait juste, la main du jeune japonais ne tarde pas à exécuter le mouvement attendu. Je me redresse dans un léger sursaut en voyant tout le comptoir remis dans un ordre des plus impeccables. Choix confirmé quand le jeune homme me complimente heureux d'avoir pu trouver la favorite. Moi aussi, je suis contente pour les deux. Je me mets à sourire bêtement sentant mes joues s'empourprer de nouveau mais cette fois avec un peu plus d'insistance.

« Je vous remercie pour vos compliments mais je ne fais pas grand chose. Jolie démonstration. Vous avez l'art du rangement à ce que je vois. Je crois qu'elle vous a adopté. »  lui dis-je en lorgnant sa baguette. Non, c'est clair, je n'avais rien fait à part porter mon attention sur les composants de cette dernière. Seule la baguette choisissait, c'était connu. Izsa ne pourrait pas être en tout cas plus ravie de voir son comptoir rangé à ce point au millimètre près. Pas comme une qui avait voulue brûler une partie des rideaux de la boutique. Ressortant de mes pensées, j'écoute ses questions suivantes avec bienveillance. Boitier, entretien de baguette ? Hum le boitier, la réponse était simple mais pour l'entretien de la baguette... Petit moment où je farfouille dans mes souvenirs pour voir si Izsa m'avait dit quelque chose là dessus lors de notre entretien notamment. Mes pupilles reviennent à lui pour lui répondre d'une voix que je souhaite assurée. « Ne vous inquiétez pas. Le boitier est bien compris dans le prix. Vous n'avez qu'à débourser que 2 Gallions. Rien de plus. Pour l'entretien de votre baguette, je vous conseille de la polir. Après, nos baguettes restent bien entendu résistantes. » Il était rare que les clients posent ce genre de question, la plupart se contentaient seulement de remercier et de payer sans faire plus attention ni lieu ni aux vendeurs, simplement satisfaits de posséder leur première baguette. Attitude que je pouvais parfaitement comprendre. « Je crois que vous êtes le premier à poser cette question. » Au moins, elle changeait de celles que j'avais l'habitude d'entendre à longueur de journée. D'ailleurs cette pensée m'amène à une confidence qui ne se faisait peut-être pas en tant que vendeur mais comme il semblait ouvert à la discussion et que personne d'autre que lui n'était encore rentré, autant profiter un peu puis cette opportunité qui était la bienvenue. « En réalité, j'ai hésité entre deux cœurs pour tout vous avouer. »




Baguette




Nom : Kochi Hakano
Bois : Bois de Cerisier
Composant : Plume d'Hippogriffe
Élasticité : Relativement souple
Taille : 24,36 cm
Prix : 2 Gallions
Compte vérifié







by Lydie
Kochi Hakano
Kochi Hakano
Gryffondor (DC)
Gryffondor (DC)
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Kochi Hakano, le  Dim 3 Mai - 21:29

こち
はかの

#Réponse Jennifer Wilson


J'observai la demoiselle avec attention. Ses réactions. Ses réponses. L'embrasement léger de ses joues. Ses sourires. Elle répondait à mes compliments tout en sous-estimant l'importance du rôle qu'elle avait joué dans cette sélection. « Je crois qu'elle vous a adopté. » De toute évidence. J'acquiesçais cette affirmation considérant déjà le bois de cerisier comme acquis à ma cause.

Les mains toujours dans le dos, je l'écoutais impassible. La jeune fille m'indiquait que le boitier était bien compris dans le prix énoncé. Mieux encore, elle vantait la résistance de leurs baguettes. J'avais envie de lui faire confiance malgré le discours vendeur qui ressortait fatalement derrière ces mots. « Je crois que vous êtes le premier à poser cette question. » Mes yeux s'ouvrirent légèrement sous l'effet de surprise.
Oh vraiment ? Ainsi donc étais-je le seul à m'intéresser réellement à ce que j'achetais ? Les gens d'ici n'avaient vraisemblablement aucun intérêt quant à la réelle valeur des choses ? Ou alors ils n'en prenaient guère soin ; à l'image de ces baguettes pour lesquelles ils se fichaient de savoir si l'étui était fourni avec ou non ? De savoir comment les entretenir sur le long terme ? Apparemment non. Les sorciers d'ici se contentaient d'acheter une baguette sans se préoccuper de comment s'en occuper ensuite ? Cette négligence démontrait un comportement fort regrettable. Je déclinais toute implication dans de tels agissements.

La polir. Ainsi je la polirai régulièrement. Et je n'hésiterai pas à revenir ici si besoin. J'allai lui demander son nom pour avoir un contact précis au cas où mes pas devraient me conduire dans cette boutique à nouveau. Finalement je me retins. Nul doute qu'il ne devait pas y en avoir deux comme elle. J'espérai ironiquement ne pas avoir à revenir un jour. Dans le même temps je me disais que j'aimerais retomber sur elle si mon espoir précédent venait à échouer.
La demoiselle encaissa la vente. Je n'étais point pressé. Et puis il n'y avait personne. Alors je décidai de prendre mon temps. Visiblement désireuse de ne point en rester là également, elle me relança. « En réalité, j'ai hésité entre deux cœurs pour tout vous avouer. » Aîe. Quelle charmante attention. Elle venait de piquer instinctivement ma curiosité dans sa forme la plus prononcée. Mes prunelles se reposèrent sur elle avec un profond respect. « Quel était l'autre ? »  Un sourire amusé. Je me découvrai pour le coup une impatience que je ne me connaissais pas. Une impatience justifiée. Une avidité d'apprendre la réponse. « Et pourquoi avoir tranché en faveur de l'hippogriffe ? » Immobile dans ma posture, je la suivais des yeux.
Contenu sponsorisé

Le comptoir - Page 30 Empty
Re: Le comptoir
Contenu sponsorisé, le  

Page 30 sur 32

 Le comptoir

Aller à la page : Précédent  1 ... 16 ... 29, 30, 31, 32  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Ollivander's-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.