AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 1
[Habitation] La petite tour d'ivoire
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


[Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Ashton Parker, Mer 9 Nov 2016 - 10:38


_________________________________


Voici l'habitation (appartement) de Tangerine Tolpre et Sean Balor.

Ils peuvent poster dès à présent.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Tangerine Tolpre, Dim 13 Nov 2016 - 11:28






La Petite Tour d'ivoire





Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Tangerine Tolpre, Dim 13 Nov 2016 - 12:43





Vue depuis l'entrée






Après avoir passé un porche et traversé une petite cours intérieure (où s'effectue le transplanage pour les invités), vous trouverez sur votre droite la porte d'entré derrière laquelle un escalier mène à la Petite Tour d'Ivoire. Une fois l'escalier monté et la porte passée, vous vous trouverez face à salon et son grand hublot en forme d'horloge. En tournant la tête sur la gauche, vous apercevrez la cuisine encerclé par son plan de travail ainsi que l'escalier en colimaçon dans le fond de la pièce




Cuisine




Lorsque vous vous placez à coté de l'escalier, vue en direction de la cuisine, vous verrez son plan de travail massif et les quelques chaises qui l'accompagne. La porte d'entré est légèrement dissimulée derrière une étagère faite avec des caisses.
Autant dire que vous y verrez régulièrement Tangerine qui adore cuisiner ou perdre son temps à faire quelques cocktails en souvenir du temps passé dans le pub de son père.
La cuisine est équipée de nombreux électroménagers moldus et tout autres ustensiles permettant à Tangerine d'exprimer sa créativité culinaire. Si il est rare de voir Sean dans la cuisine, il n'y est que pour manger et non cuisiner
.



Le Salon




Le salon est pour ainsi dire, particulièrement vide de meuble.
Des fauteuils accueillants et confortables, quelques poufs histoires de pouvoir partager un temps conviviale à plusieurs et une caisse en guise de table. Coté entré, quelques tentures et voilages pour rendre un peu de chaleur à la pièce.

Le sol bétonné, resté nu, est éclairé de jour par le hublot en forme d'horloge ou de nuit par les quelques globes habités d'ampoules à filaments... peut être en nostalgie de la grande salle de Poudlard
.



Les chambres


Chambre de Tangerine




Après avoir traversé la mezzanine qui surplombe le salon, on retrouve la chambre de Tangerine.

Simple mais particulièrement cosy, un lit deux places se faufile sous la charpente. Cadres, tapis, guirlande de lumière ou autres décoration simple mais chaleureuse, tout à son image. Une deuxième porte donnant sur la bibliothèque se trouve dans le fond de la pièce.

La seule fantaisie que vous trouverez est ce hamac, profitant des poutres pour se dresser au pied du lit. C'est l'endroit favori de Tangerine pour y procrastiner autour d'un livre ou sur sa gameboy moldue.


Chambre de Sean


Alii nullo quaerente vultus severitate adsimulata patrimonia sua in inmensum extollunt, cultorum ut puta feracium multiplicantes annuos fructus, quae a primo ad ultimum solem se abunde iactitant possidere, ignorantes profecto maiores suos, per quos ita magnitudo Romana porrigitur, non divitiis eluxisse sed per bella saevissima, nec opibus nec victu nec indumentorum vilitate gregariis militibus discrepantes opposita cuncta superasse virtute.

Inter quos Paulus eminebat notarius ortus in Hispania, glabro quidam sub vultu latens, odorandi vias periculorum occultas perquam sagax. is in Brittanniam missus ut militares quosdam perduceret ausos conspirasse Magnentio, cum reniti non possent, iussa licentius supergressus fluminis modo fortunis conplurium sese repentinus infudit et ferebatur per strages multiplices ac ruinas, vinculis membra ingenuorum adfligens et quosdam obterens manicis, crimina scilicet multa consarcinando a veritate longe discreta. unde admissum est facinus impium, quod Constanti tempus nota inusserat sempiterna.




La salle de bain



Situé entre les deux chambres, on accède à la salle de bain par la porte donnant sur la mezzanine.

Pour une cohabitation saine et une intimité préservée, la salle de bain dispose d'un coin d'eau séparé de l'espace douche et bain.
Ainsi l'un peu disposer des lavabos pendant que l'autre se prélasse de l'autre coté de la pièce.





La bibliothèque



Accessible uniquement par les chambres de Sean ou Tangerine, la bibliothèque peut sembler assez étouffantes et chargée mais pour les amoureux d'histoire, de romans ou d'apprentissage.. Cet endroit se révèle être un vrai paradis sur terre.




Informations

Protections :
• Sortilège 1
• Sortilège 2
• Sortilège 3
• Sortilège 4

Animaux :
• Elo (Chouette chevêche)

Occupants :
Sean Balor
Tangerine Tolpre


© codé par Tangerine Tolpre
Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Tangerine Tolpre, Mar 22 Nov 2016 - 13:03


Tangerine avait eu une journée relativement calme à la boutique... et pourtant elle se sentait totalement épuisée. Rester debout, sourire, ... autant dire que la douleur de ses journée d'été passé à servir dans le pub de son père n'avait pas manquée à ses pauvres jambes. Lorsqu'elle aperçue les escaliers menant à son appartement elle jura intérieurement.

5, 6.... 9, 10.. 11 ... arrivée. Enfin. Un tour de clef et elle pousse la porte pour entrer dans son chez elle. Elle avait encore un peu de mal à se dire que c'était chez elle et ceux malgré la déco qu'elle adorait... La peur de la solitude, après avoir vécue toutes ces dernières années en dortoir, l'avait poussé à vivre en colocation. Bon ils étaient deux mais tout de même... c'était toujours mieux que vivre seule dans un minuscule chez soit. Elle lança sa besace sur un des fauteuils et contourna le bar pour ouvrir le frigo. Réflex universel. Les moldus devraient presque l'incorporer dans leur dicton "métro boulot frigo dodo... "

Vide. ou presque. Son merveilleux colocataire avait acheté du lait et elle s'empressa de saisir la bouteille avant d'aller se jeter dans un des fauteuils. Tangerine laissa sortir un long soupir d'aise et s'enfonça un peu plus dans son siège, portant sa bouteille de lait à ses lèvres pour entretenir ses moustaches blanche qui s'était posées là. Tangerine repensait à son colocataire qu'elle n'avait croisé qu'une seule fois. Autant dire que s'il n'avait pas été Auror, sa mère ne l'aurait pas laissé emménager avec un inconnu, de sexe masculin qui plus est.

Elle avait hâte qu'il rentre pour pouvoir partager un peu de temps avec lui, faire connaissance un minimum histoire de savoir avec qui elle habitait.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Sean Balor, Mer 23 Nov 2016 - 2:07


Dodo.. c'est la seule chose qui résonne dans l'esprit de l'irlandais alors qu'il arrive au bout de la rue où se trouve sa nouvelle collocation. Autant il la trouvait parfaitement placée autant le permis de transplanage devenait nécessaire parce qu'il doutait de survivre si il devait faire régulièrement le voyage entre le Ministère et Pré-au-lard. Fort heureusement il était protégé du froid par son manteau, ultime rempart entre cette infamie et lui-même. Emmitouflé dans son manteau, les mains dans les poches pour essayer de les réchauffer il avançait tranquillement pour rejoindre ce qui désormais lui co-appartenait en compagnie d'une autre demoiselle qu'il n'avait vu qu'une seule fois certes mais bon il lui fallait bien un lieu de vie non ? Et puis tant que sa colocataire ne jouait pas les exhibitionnistes théoriquement pas grand chose ne le dérangeait.

Une fois en haut des marches, il ouvrit la porte laissée ouverte par sa colocataire.. bon après tout c'était pas si grave et il la referma une fois qu'il eut passé la porte avec ses clefs. Éviter de se faire cambrioler en pleine nuit ce serais plutôt cool. Il eut immédiatement le réflexe de retirer son manteau pour profiter pleinement de la chaleur qui caractérise si bien les "chez-soi". Ignorant totalement la présence d'une autre personne il alla jusqu'au canapé pour s'y affaler, tête la première contre ce dernier, lâchant un "bweuh" de désespoir après une si longue journée. Il se serait bien endormis là, maintenant.. mais son bon sens lui rappela que la colocataire était dans l’appartement et que retrouver un cadavre mort par suffocation ne l'enchanterait guère ainsi il releva la tête, observant un instant l'horloge qu'il aimait déjà tant l'effet était agréable, avant de tourner la tête sur le côté remarquant sa colocataire ayant déjà sautée sur le lait.

- B'jour.

Il la dévisagea un instant à la recherche d'une quelconque colère contre lui mais ses moustaches de lait ne lui donnerait nullement la possibilité de vouloir jouer la méchante colocataire tant son visage devenait enfantin paré de cette façon et puis de toute façon il n'avait pas, encore, fait de bêtise alors y avait pas de raison hein ? Hein ? Bon on va dire que oui.

- On peut dire que c'est une bonne façon de commencer les choses.

Ses paroles étouffées sortaient naturellement, c'était un peu stupide c'est vrai de commencer comme cela alors dans un sursaut de bonne foi, il se releva prenant garde de ne pas abimer le canapé, se faire tuer par se colocataire ça fait un titre de journal vendeur mais ce n'est pas très amusant de tenter l'expérience, il se mit face à elle. Observant avec des yeux ronds la jeune femme avec laquelle il partagerait sa maison désormais et il nota déjà une chose : Demoiselle aime le lait.
Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Tangerine Tolpre, Mer 30 Nov 2016 - 11:43


- On peut dire que c'est une bonne façon de commencer les choses.


Tangerine n'avait juste par comprit ce que l'aurore lui avait dit. Non pas qu'il avait marmonné, non mais juste que cette phrase ne trouvait pas particulièrement de logique dans son esprit. Passons à autre chose. La jeune fille porta la manche de son avant bras sur ses lèvres pour essuyer les moustaches de lait qui commençaient à la gratter.

"Tu as passé une bonne journée ?"

Tangerine essayait d'être agréable et ne souhaitait pas passer par la case connaissance. Elle trouvait ça barbant et presque froid, autant faire comme s'ils se connaissaient depuis toujours. En tout cas, ça lui semblait plus amical et plus chaleureux qu'un interrogatoire. Tandis qu'elle entendait la réponse de son colocataire, la jeune fille s'était levé remettre la bouteille de lait au frigo non sans en proposer à Sean avant de la glisser dans la portière.
Elle se dirigea ensuite vers son sac pour en sortir les quelques emplettes qu'elle avait réalisé dans sa boutique avant de partir en fin de journée.

"Tiens - dit elle à Sean en sortant un sachet de friandise de son sac et en fouinant dedans à la recherche de l'insigne d'aurore goût myrtille - J'ai pensé à toi, j't'ai pris une insigne, mais j'ai cru voir qu'il était trop tard et que tu avais enfin reçu la tienne ! Dommage ! j'espère que t'aimes la myrtille en tout cas.

Elle sorti le reste de ses emplettes et, impatiente, enfila les chaussettes anti gravité. Amusé, elle s'envola vers le plafond dans un geste qu'elle voulu gracieux et s'empressa d'aller voir les quelques ampoules à filament qui pendouillaient au plafond

"J'ai acheté ça pour la bibliothèque, j'suis pas bien grande j'ai parfois du mal à attraper les ouvrages en haut des éta.... Hé mais elles sont dégueulasse ces ampoules.. tu pourrai me lancer un torchon s'te plait ?"

Elle baissa les yeux vers son colocataire, s'attendant à lui trouver une mine dépité...
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Sean Balor, Lun 2 Jan 2017 - 5:12


Désolé pour le retard : les fêtes, le manque de motivation tout cela..

Les premières banalités, la vie à deux en quelque sorte. C'était étrange de se dire que désormais il ne vivait plus dans un hôtel miteux où les chambres étaient glaciales. Non, maintenant il avait un chez lui, un vrai chez lui et il vivait avec quelqu'un pour lui tenir compagnie. Il n'aurait plus jamais à subir la solitude, le renfermement. Définitivement non, maintenant il vivait vraiment. Il aimait cette idée, nouvelle vie, nouvel environnement, nouvelles connaissances et Tangerine représentait parfaitement cette nouvelle vie dans l'immédiat. Il ne la connaissait pas comme il ne connaissait rien de ce que cela faisait d'avoir un chez soi, comme il ne connaissait rien de vivre confortablement, comme il ne connaissait rien d'avoir de la stabilité dans sa vie. Il ne s’était jamais autorisé quoique ce soit lorsqu'il vivait dans ces.. choses ? Il se contentait d'errer comme une âme en peine à la recherche d'un quelconque bonheur, une lumière dans ses ténèbres et puis...

Le ministère était apparu, l'annonce de recherche de collocation.. sa sœur. Sa vie était devenue intéressante, stable, comme il l'avait toujours voulu. Alors maintenant, son seul but serais de maintenir sa stabilité. Qu'importe la vie des autres quand la sienne était parfaite ? C'était une vision égoïste des choses, certes, mais il avait trop longtemps souffert de ne pas avoir ce bonheur qu'il pensait mériter tant désormais il se fichait d'être égoïste ou d'être le dernier des connards tant qu'il était heureux plus rien de tout cela l'importait. Malgré tout, il devait l'avouer, le Ministère lui donnait bonne conscience à ce niveau-là. Il était égoïste mais il défendait la veuve et l'orphelin ! Lui ! L'irlandais qui était un vagabond, parti conquérir la Grande-Bretagne en prétextant qu'il avait besoin de voyager, était désormais un fervent défenseur de la loi. Une loi qu'il répugnait tant durant ces trois années maintenant qu'il avait le bonheur il la défendait.

Pire encore, lui qui enviait tant ces grands gens dans leur grande maison parce qu'il avait le confort alors que lui trainait seul dans la rue, de temps en temps en compagnie d'une bouteille, maintenant il leur ressemblait. Il était tranquillement assis sur un canapé confortable en face d'une jeune femme charmante dans sa propre maison. Alors oui, il était égoïste mais il se le cachait à lui-même et il le cacherait au monde parce qu'au fond il méritait ce qui lui arrivait et il dirait Mer** à quiconque lui dirait qu'il ne pensait qu'à lui.

Sorti de cette réflexion sur son bonheur il écouta la jeune femme, il la contemplait de ses yeux bleus. Il ne la désirait pas non, simplement il la prenait comme un symbole de ce qu'il avait réussi à construire en à peine quelques mois. Elle était exactement ce qu'il pensait avoir réussi. Ses cheveux de feu symbolisait la force qu'il lui avait fallu pour se sortir de sa situation, ses yeux étaient ses deux fierté : le ministère et cette maison et ses lignes simples étaient la vie qu'il comptait mener à partir de maintenant, une vie simple, sans détour, comme tous les gens normaux.

- J'ai passé une très agréable journée merci.

Il l'a lâcha du regard après qu'il est poliment décliné son offre concernant le lait. Il aimait cela mais après le travail ce n'était pas la première chose qu'il aimait boire. Enfin, qu'il avait aimé boire. Désormais, l'alcool c'était finis ! Parole de Balor ! Il ne consommerait plus une goutte de ce vicieux nectar qui vous prenait aux tripes, c'était un homme responsable, et puis sérieusement qui prendrait au sérieux un Auror qui était plus alcoolisé qu'une adolescente un soir de fête ? Il préféra reporter son regard sur l'horloge ronde qui se tenait à sa droite, ce bijou de décoration le fascinait. Il était vraiment fan de cet objet, il ne comprenait pas comment des gens avaient pu l'installer ici et pensaient à partir de cet appartement. Il fut sorti de cette pensée plus qu'énervante, parce qu'après tout on ne quitte pas un appartement possédant une telle décoration, par Tangerine qui lui avait offert gentiment une sucrerie. Alors elle, elle savait déjà comment lui parler. Il accourut prendre timidement le bonbon, hochant la tête en guise de remerciement, avant de la suivre du regard dans ses déplacements.

Alors qu'il goutait cet étrange bonbon dont il ignorait l'existence avant aujourd'hui la petite miss enfilaient des chaussettes. Il osa les épaules simplement, ça devait bien être un truc de fille d'essayer les chaussettes devait-il supposer. Il se concentra sur les petits bonbons à la myrtille dont il adorait déjà le gout laissant sa colocataire s'amusait avec sa paire de chaussettes. Cependant, lorsqu'il eut fini le massacre, qu'on appellera plus tard "Le Massacre de la Saint Myrtille", il fut interpellé par sa colocataire la cherchant rapidement il la trouva sur le plafond. A la fois surpris et impressionné il fit des gros yeux ronds. Cette fille était soit complètement folle soit très riche mais dans les deux choix elle lui plaisait bien. Lorsqu'elle lui demande un torchon il s’exécuta rapidement de peur de se manger une rousse sur tronche depuis la lune. Il prit le premier torchon qu'il avait sous la main l'envoyant directement direction l'espace pour Tangerine.

- Tu sais si tu veux un livre tu peux directement me le demander, t'as pas besoin de grimper au mur comme une araignée. Si je te trouve un matin au plafond y a de fortes chances que je panique.

Bon, il devait avouer que de base elle devait être largement plus petit que son mètre quatre vingt cinq mais bon, c'était pas vraiment sa faute hein, et puis il serait ravi d'aider sa colocataire à s'abreuver de lecture. Ceci dit il trouvait ces deux petites chaussettes forts amusantes et assez pratique si jamais il devait y avoir quelque chose en hauteur à s'occuper et puis bon, il n'allait pas la disputer parce qu'elle risquait de tomber c'était la première fois qu'ils allaient réellement passer une journée ensemble c'était pas pour qu'ils s'entretuent directement.. non cela ça viendrait probablement après.

- Je ne sais pas à quel heure tu embauches le matin mais personnellement j'embauche très tôt donc si je te réveille en me préparant je m'en excuse.

Oui, travailler ministère y avait plein d'avantages mais par contre niveau sommeil c'était 22h tapant au lit et debout à 4h le lendemain. Pas trop le choix ceci dit, soit on bossait vraiment soit on bossait pas avec Sean et lui il était bien déterminé à bosser comme un dingue après tout il voulait les distinctions les plus prisées même s'il n'était encore qu'un nouveau et peut-être même, il l'espérait, qu'un jour il aurait les félicitations de monsieur le ministre en personne pour avoir rendu un fier service au monde magique et au ministère et de cette façon il deviendrait une bonne fois pour toute la fierté de la famille, plus de grande sœur qui lui gâche la vie de par sa réussite ! Désormais ce serais lui l'exemple de réussite, ce serais lui qui aurait réussi sa vie, sa carrière et serait l'exemple pour son frère et sa sœur ! Et peut-être même pour sa demi-sœur même si il doutait que sa mère est des informations sur lui tant il n'imaginait pas de base que sa mère accepte un nouvel affront de son père et il devait avouer que devoir arrêter sa mère pour meurtre ce n'était pas vraiment à ce genre de choses qu'il voulait se confronter.

Il eut une pensée dans l'immédiat, Arcturus. Son formateur l'avait formé à des situations de combats et autres choses plus ou moins intéressantes auxquels sont confrontés les Aurors lorsqu'ils doivent affronter de monstrueux méchants pas beaux nommés Mangemorts mais on ne l'avait pas formé à la vie, la vraie. Il se demandait comment son formateur lui la vivait sa vie. Il était persuadé que c'était un grand Auror, de toute façon vous le savez bien seul le plus grand des Aurors auraient pu vaincre monsieur Sean Balor en duel, un péon n'aurait pu le vaincre. Il était trop magiquement puissant voyons et en plus il était persuadé d'avoir donné du mal à son formateur durant son duel. C'était obligatoirement que le Serpentard avait été impressionné par les nombreux pièges ingénieux que lui avait tendu son élève.

Oui bon, il était peut-être un peu prétentieux mais la question l'intéressait vraiment. Comment allait-il coordonné sa vie et son travail ? Après tout désormais qu'il était agent du ministère il avait forcement des ennemis ce n'était pas possible autrement et cela faisait parti du métier malheureusement, bon il avait de la chance lui il se tapait pas des barbus avec des turbans mais il avait le droit au carnaval de Rio. Comment allait-il préparer cette nouvelle vie ? Il allait déjà falloir qu'il sécurise de la meilleure des façons la maison ! Il était hors de question que Tangerine risque la moindre chose à cause de lui. Il ne supporterait pas qu'une personne souffre de ses choix de vie ou de sa carrière et d'ailleurs il devrait en toucher deux mots à Aileen un jour. Lui annoncer la très grande nouvelle. Son grand frère était un Auror ! Ouais ! Par contre tu risques de te faire casser la gueule par trois connards habillés en travestie désolé pour toi p'tite soeur. Bon, il réfléchirait à cela. Il devait poser la question à Arcturus la prochaine fois qu'il le verrait, il fallait qu'il trouve un moyen de coordonner son travail et sa vie personnelle, c'était urgent et surtout il devait désormais être le moins visiblement possible lorsqu'il rentrerait chez lui. Peut-être était-ce de la paranoïa d'ailleurs ? Peut-être avait-il peur sans raison ? Peut-être qu'il paniquait pour des choses qui n'arriveraient jamais mais comme il aimait le dire : On n'est jamais trop prévoyant.

D'ailleurs il se devait d'en parler à Tangerine de cela parce que la pauvre cocotte elle avait probablement acceptée sa candidature parce qu'il était Auror mais il n'y avait pas que des bons côtés à vivre avec un Auror loin de là. Déjà elle devrait le supporter se plaindre lorsqu'un interrogatoire sera infructueux, elle devra supporter sa souffrance lorsqu'il se sera battu avec un quelconque sorcier random un peu pénible sur les bords qui aura décidé de faire le rebelle de la société parce que le ministère c'est trop nul tu vois dans la vie faut être contre les lois parce qu'après tout les lois c'est juste ce qui te sécurise et qui t'empêche de te faire tabasser par le premier venu et laisser dans une mare de sang mais ! Oui bon, là, il était en train de s'énerver pour rien il devait l'avouer mais la pensée que ces gens existent l’agaçait au plus au point. Comment des personnes aussi stupides pouvaient prétendre à être des êtres humains, enfaite la plupart d'entre eux devaient être des sangs de bourbes, c'était même certains après il devait avouer qu'il faisait la différence entre eux et les autres, ceux que le bureau appeler les MMs mais bref, passons.

- Dis moi, tu sais quels sont les sortilèges de sécurités de l'appartement ? J'ai peur qu'ils ne soient pas extrêmement poussés.

Dis comme cela ça pouvait paraitre inquiétant effectivement mais c'était une véritable question importante et il espérait que la rousse soit aussi préoccupée, si ce n'est plus, par leur sécurité à tous les deux que par laver les ampoules au plafond. Il attendit sa réponse avant de commencer à bouger du salon, il observa rapidement la cuisine. Bon, c'était pas l'endroit qu'il préférerait dans la maison, il était nul en cuisine et jamais de la vie, ô grand jamais, il ne fallait qu'il fasse la moindre chose à manger à Tangerine sous peine qu'elle finisse probablement plus malade qu'une personne enceinte bien que l'effet risquerait effectivement d'être le même tant ses talents cuisiniers étaient proches du néant absolu. Du coup, il espérait sincèrement que mademoiselle soit meilleure que lui pour ce genre de choses sinon il allait manger régulièrement des choses au bureau histoire d'éviter d'être malade les trois quarts du temps, c'était clairement pas le but de son installation ici et cela ne le serait jamais.

Histoire de ne pas laisser seule la miss, il monta au deuxième se mettant contre la rambarde pour l'observer, elle était rigolote c'était définitif et il devait avouer qu'il pensait déjà avoir bien choisi sa colocataire. Il aurait pu tomber sur une vieille femme affreuse vivant avec des chats mais il était tombé sur une charmante demoiselle, sympathique et souriante. Au moins se disait-il, il avait esquivé beaucoup de personnes qu'il n'aurait pas supporté et cela voulait dire qu'il pourrait sortir de sa chambre sans craindre de craquer ou de paniquer au moindre geste de sa part. Du moins, mise à part un soucis avec les ampoules elle ne semblait pas être atteinte de maniaquitude comme il l'aimait l'appeler, parce que c'est bien connu les poufsouffles mettent tous les mots en "itude" à la fin, et il ne pouvait que remercier le bon dieu pour cela.

D'en haut il baissa les yeux vers le sol bétonné, il n'était pas extrêmement fan de ce style mais il trouvait cela plutôt agréable avec le soleil qui faisait ressortir le blanc à certains endroits marquant une certaine délimitation agréable à l’œil entre la partie sombre et la partie claire du béton. Malgré tout il se demanda si changer cela ne serait pas plus chaleureux pour les inviter, ou du moins mettre un simple tapis pour que les invités trouvent le sol plus agréable. Il pensait à du tapis en jonc qui serait parfait pour contraster le bois sombre de la maison et, si sa colocataire le souhaiter un jour, parfait pour que les chats s'amusent dessus sans faire chier les patrons à coup de griffes sur le canapé parce qu'il devait bien l'avouer si y avait quelque chose d'insupportable avec les chats c'était les griffes sur le canapé surtout que celui-là était beaucoup trop agréable pour son joli fessier pour qu'on le gâche à coup de griffes. Il abandonna cette idée pour regarder rapidement derrière lui prit d'une soudaine envie.

- Je vais jeter un coup d’œil à ma chambre.

Il n'avait pas encore eu vraiment la chance de profiter de cette dernière jusque là et il voulait en profiter réellement dans l'immédiat, sentir le bonheur parcourir son corps lorsqu'il serait dans son coin à lui, en toute tranquillité. Il voulait simplement le confort d'une chambre où l'air ne serais pas glaciale et où le lit serais moelleux et confortable et les couvertures douces comme de la soie. Il quitta sa rambarde et sa colocataire pour rejoindre la porte, fermant les yeux, même s'il avait déjà vu la chambre il avait envie de la redécouvrir une nouvelle fois.. enfaite il voulait la redécouvrir à chaque fois qu'il ouvrirait la porte pour le simple plaisir de redécouvrir à chaque fois son lit fait par ses soins, son bureau, ses plantes et son nounours. Juste pour le plaisir, juste par envie. Il devait l'avouer ce n'était pas forcement la meilleure idée que de fermer les yeux en rentrant dans sa chambre il n'avait pas intérêt de laisser quoique ce soit devant la porte sous risque de se manger sévèrement la tronche sur le sol.

Cependant lorsqu'il ouvrit les yeux après cette pensée il découvrit devant ses yeux d'enfants, une chambre grise clair devenu presque blanche de par le soleil tamisé par ses rideaux. Elle était pareille que lorsqu'il l'avait laissé mais il l'aimait déjà, son petit coin de paradis, son refuse à lui que personne ne pourrait plus jamais lui prendre, ce lieu où il vivrait ses idylles, ses joies, ses malheurs, ses engueulades. Oui, cette chambre était parfaite pour accueil l'homme qu'il était même si ici il se promettait déjà quelque chose : aucun homme ne passerait cette porte, ici c'était son territoire, celui d'un enfant, d'un adolescent, coincé dans le corps d'un adulte qui quitterait toutes civilisations pour se réfugier dans ces draps comme si il se réfugiait dans les jupes de sa mère, pour échapper à tout ce qui pourrait ou qui va le rattraper, simplement pour vivre librement, sans contraintes ni soucis. Non, ici il vivrait simplement comme il l'avait toujours voulu, comme une personne libre dans un environnement stable et parfait.

Il ferma la porte derrière lui, un sourire gigantesque sur ses lèvres, un sourire heureux, celui que seul l'amour est capable de vous arracher, le plus profond des sourires. Ses yeux parcouraient encore et encore cette chambre, à la recherche de la moindre imperfection mais même celles-ci ne lui sautaient pas aux yeux tant il appréciait déjà l'endroit. Quelques pas, ceux d'un enfant qui découvre les joies d'un parc d'attraction où ses rêves prennent vie, et il se jetait déjà sur son lit comme une lionne se jette sur sa proie et désormais il était seul en tête à tête avec ce dernier, il jetait un regard au plafond observant ce dernier, blanc pour marquer la différence avec les murs et symbole du paradis qu'il vivait dans le moment présent. Ce plafond il ne pouvait pas le toucher de par sa hauteur mais il pouvait le sentir proche de lui, il lui manquait encore une chose et même s'il savait quoi ce n'était pas dans ses priorités dans l’immédiat mais bientôt il serait réellement au paradis, il aurait tout ce qu'il aurait toujours voulu.

Se relevant, parce qu'il n'avait pas oublié sa colocataire tout de même, il eut un moment d'hésitation avant d'aller vers la bibliothèque d'abord, pour regarder une nouvelle fois cet autre endroit qu'il appréciait tout autant dans la maison et qui était la deuxième chose qui l'avait motivé à faire une demande colocation. Passant la porte en prenant soin de la refermé, il s'émerveilla de nouveau en face de quelque chose qui était mille fois plus précieux que n'importe quoi, les livres, ils étaient partout comme dans un rêve fou. Lui qui aimait tant la lecture, ici il serait le plus ravi des hommes. Et de ses yeux il parcourait déjà les premiers livres : Chateaubriand, O'Needy, Borel, de Nerval, Ponsard. Chacun de ses noms lui donnait plus envie de se plonger ici pendant des heures à lire ses ouvrages, pour certains ceux de toute une vie, à retenir chaque détail de chacun d'entre eux pour satisfaire ce besoin fou qui le possédait d'apprendre la littérature, de la vivre et de l'écrire. Il eut une dernière pensée pour Tangerine qui devait s’inquiéter la pauvre de ne point voir revenir son colocataire.

Un jour on m'a dit que les choses étaient insurmontables et que je pouvais pas faire 15000 mots alors ben du coup je les ai fais.
Et je m'excuse je me suis réveillé plein d'inspiration en pleine nuit et j'ai un peu déconné quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Tangerine Tolpre
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Tangerine Tolpre, Mer 25 Jan 2017 - 13:00


Désolé pour ce délai, c'est le temps que j'ai mi à lire ton RP  YOLO :P ! Bravo Par ailleurs pour ce bel écrit

- Tu sais si tu veux un livre tu peux directement me le demander, t'as pas besoin de grimper au mur comme une araignée. Si je te trouve un matin au plafond y a de fortes chances que je panique.

Tangerine avait finit d'essuyer ses ampoules qui devraient surement éclairer bien mieux après ce coup de torchon. satisfaite elle se tourna vers son colocataire monté par une voie plus courante pour s'élever à sa hauteur. Elle tendit une main vers le mur pour se donner un point d'appuis. Elle hésita à rejoindre la mezzanine mais elle n'avait pas encore assez profité de ses nouvelles chaussettes bien trop amusante !

Je ne sais pas à quel heure tu embauches le matin mais personnellement j'embauche très tôt donc si je te réveille en me préparant je m'en excuse.

Elle s’élançât au milieu de la pièce avec espoir de ne pas rester coincé en plein milieu sans quoi son colocataire devrait surement lui lancer une bouée de sauvetage.

"Je commence à l'heure que je veux héhé ! j'suis la patronne ! J'déconne, enfin non mais du coup j'vais à la boutique pour 9h histoire d'aider les filles à reformer notre bazars organisé en place.. Après je dors d'un sommeil de plomb.. et on peu toujours lancer un sortilège d'isolation phonique plus-plus sur les chambres.. mais vis ta vie, c'est ça aussi la colocation, savoir partager un espace courtoisement ! à moins que tu exploses des verres contre ma porte tous les matins ... là ça deviendra problématique.. !"

Tangerine avait eu quelques bugs en parlant puisqu'elle s'amusait à courir dans le vide et tourner sur elle même, ses cheveux eux toujours attiré par la gravité s'amusant à se décoller de son crane au fur et à mesure qu'elle tournait dans la vide... elle ria bêtement quelques secondes et s'arrêta, enfin soucieuse après de trop longues minutes de passer pour une filles complètement folle. Elle s’élança du mieux qu'elle pouvait vers la rembarre de la mezzanine pour rejoindre son colocataire

Dis moi, tu sais quels sont les sortilèges de sécurités de l'appartement ? J'ai peur qu'ils ne soient pas extrêmement poussés. Je vais jeter un coup d’œil à ma chambre.

Tangerine enjamba le garde fou et répondit en retirant ses chaussettes

"Il me semble pas qu'il y ai grand chose pour le moment. Je suis pas une fille très paraneau mais maintenant que tu le dis, en vivant avec un Aurore je me suis peut être mise en danger - elle lève plusieurs fois les sourcis en regardant le jeune homme pour dédramatiser malgré la cuisante vérité de ces propos - Nous n'avons pas fais connaissance avant d'emménager.. je sais que certain sorciers ont des idées particulièrement arrêté au sujet des moldus notamment... j'ai pas envie de te cacher que ma mère est une moldue... et si il est peu probable qu'elle vienne me rendre visite ici, bien que j'aurai aimé qu'elle voit comme je suis installée, je n'suis pas trop pour un sortilège anti moldu.. en revanche anti transpla', anti-tout-ce-que-tu-veux d'autre, pour le coup je pense que ta formation d'Aurore te rendra plus efficace pour lancer ces sortilèges, je n'ai jamais trop pratiqué la magie plus que ça.. Du coup"

En disant ça, Tangerine eu peur de choquer son colocataire.. mais après tout, ils vivaient ensemble désormais et s'il n'est pas content, il devra bien faire avec ou alors il déménagera.

"Je suis pas une fille pénible je pense... j'espère que si nos opinions diverge sur des sujets sensibles comme ceux ci, nous arriverons à rester courtois et à nous entendre"
Sur ces mots, histoire de ne pas trop dramatiser la situation, Tangerine, qui avait un mal de chien à garder sa dernier jambe au sol, retira la deuxième chaussette et sourit à son colocataire.

- Je vais jeter un coup d’œil à ma chambre.


Pas envie d'interpréter, inutile, sujet au quiproco, Tangerine esquisse et lance à Sean un "Je t'en pris ! fais comme chez toi" tout sourire accompagné d'un clin d'oeil avant de laisser le jeune homme retrouver la solitude qui semblait escompter. Tangerine redescendit dans la cuisine et ouvrit le frigo... habité par cette seule bouteille de lait qui hurlait à la compagnie... Il était bien temps de faire des courses... Choses que Tangerine n'avais jamais trop aimé.. pourtant l'idée d'être dans une petit ville comme Pré-Au-Lard devait rendre les emplettes plus agréable... à voir.

Elle attrape un bout de papier qu'elle griffonne d'un "parti faire les courses ! j'reviens vite, ce soir c'est moi qui cuisine", saisit sa besace et claque délicatement la porte derrière elle
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] La petite tour d'ivoire

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 [Habitation] La petite tour d'ivoire


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.