AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 4 sur 10
Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Nya O'Neal
Gryffondor
Gryffondor

Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Nya O'Neal, Jeu 22 Déc - 4:55


Mon camarade fut visiblement agréablement surpris par mon offrande. Ça ne m’étonnait pas de lui, à vrai dire. Il avait beau avoir quelques années de moins que moi, c’était un vrai alcoolique, le serpent. Je lui rendis son sourire, tout aussi sincère que le sien, et l’observai avaler plusieurs gorgées du breuvage sans aucune grimace. Il me rendit même le verre, histoire que je puisse profiter des dernières gouttes d’alcool. Je ne m’attendais pas à ça. Honnêtement, je m’attendais plus à ce qu’il le cale sans se préoccuper de ma sobriété à moi. Amusée, mon sourire s’étira quelque peu. Je le remerciai d’un bref hochement de tête et engloutis bien vite les restants. Échange de microbes : next level. En quelques minutes à peine, le verre était passé d’Evan à moi, puis à Azaël, pour finir dans mes mains. Si l’un de nous était malade, j’étais faite.

Je reposai le verre sur la table et observai un jeune élève que j’avais déjà croisé mais à qui je n’avais jamais parlé venir se planter juste devant le Serpentard. À priori, ils ne s’appréciaient pas des masses, ces deux-là… Aza’ n’eut toutefois pas le temps de répliquer puisqu’il fut interrompu par Evan, qui n’avait visiblement pas apprécié son comportement. Dans les faits, il n’y avait pas grande figure d’autorité capable de le supporter, pour la simple et bonne raison qu’il les traitait comme n’importe qui d’autre – et il avait bien raison, à mon humble avis. Comme à son habitude, le beau brun répondit d’un ton on ne peut plus sarcastique, ce qui me décrocha une nouvelle fois un petit rictus amusé. Le petit stratagème qui s’en suivit me fit rire de bon cœur. Ouais, bah fallait pas le chercher, hein. Si le Poufsouffle qui nous faisait face ne l’avait pas encore compris, ce n’était pas mon problème – et puis maintenant, ce serait chose faite. Voilà que le vert et argent se levait et décrivait de façon humoristique ce qu’il pouvait observer dans le miroir.

« Fais gaffe, bébé serpent. Tu t’rapproches de plus en plus de Lefebvre, justement, avec des propos narcissiques du genre. »

Je lui lançai un petit clin d’œil. C’est vrai qu’il était plutôt beau gosse m’enfin, de là à s’en vanter au beau milieu d’un cours… Je fus rapidement sortie de mes pensées lorsqu’il me demanda d’aller draguer le prof pour faire diversion pendant qu’il subtilisait des bouteilles d’alcool. Ça aurait pu marcher, mais il aurait aussi fallu s’occuper de la jeune femme qui accompagnait Evan. Il nous manquait donc un dernier protagoniste pour que notre plan fonctionne, et je doute que qui que ce soit dans la salle ait envie de nous venir en aide. Heureusement pour nous, la jeune femme en question ne tarda pas à venir se présenter comme étant la gérante de la boutique et me proposa de revenir la voir plus tard si je voulais quelque chose d’un peu plus fort. Je l’aimais déjà bien, la jolie rousse. Le cours venait de devenir beaucoup plus intéressant, maintenant que j’avais la certitude de pouvoir boire à profusion. Je me tournai donc vers Azaël, un sourire resplendissant bien ancré sur le visage.

« Une bouteille de whisky à nous deux pour bien débuter le cours, ça te va? C’est moi qui offre. »

Sans même attendre sa réponse puisque je savais très bien ce qu’il en était de toute façon, je me levai et rejoignis la gérante des Trois Balais, assise un peu plus loin. Cette dernière avait l’air d’avoir tout autant envie de boire que nous. Tant mieux. Comme elle l’avait fait un peu plus tôt, je lui susurrai donc ces quelques mots à l’oreille, comme si je voulais être discrète. Dans le fond, je n’en avais absolument rien à faire, mais peu importe. Moi non plus, je ne refusais jamais un peu de provocation malsaine.

« Merci pour la proposition. J’vais te prendre une bouteille de whisky avec deux verres s’il te plait – trois si tu en veux aussi. »

Et oui, je lui proposais aussi de boire à notre santé, puisqu’elle nous le permettait si gentiment. Elle pouvait certainement piocher dans ses réserves gratuitement, mais je m’en fichais. Pouvoir consommer de l’alcool pendant un cours méritait bien de dépenser quelques mornilles. Et puis, elle n'avait pas l'air du genre à chipoter parce que l'un d'entre nous était mineur, je lui devais bien ça.


Dernière édition par Nya O'Neal le Ven 23 Déc - 4:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Evan, Jeu 22 Déc - 11:00


Spoiler:
 


Je regardais Mary qui avait saisi un chocolat chaud. Je l'observais ensuite aller prendre place. Après qu'elle se soit regardé longuement dans le miroir, elle me fit part de sa vision pour le moins, étrange. Si la première description qu'elle fit d'elle fut teintée d'un regard sombre, la fin de sa vision partit vers un rivage plus positif. Et un sous-entendu philosophique que j'appréciais sur la vision se soi-même.

Je lui souris, reportant mon attention sur une nouvelle entrante, Merry. Je commençais à bien connaître la Gryffondor qui avait pris un passe annuel pour mes cours. Je la vis se servir d'un chocolat et je la gratifiais d'un grand sourire en répondant à son bonjour chaleureux par un qui l'était tout autant.

- Bonsoir Merry ! J'espère que ça va bien ?! Je t'invite à t'asseoir et à me dire ensuite ce que tu verras dans le miroir plus loin !

Ailyne me tend mon verre. Enfin, j'ai soif. Je trempe alors mes lèvres dans le nectar. WTF ?! Elle m'a vraiment refilé un jus d'orange ?! Ça fait combien de temps que j'ai pas bu ce truc ? Je me retournais vers la belle pour lui lancer un regard, mais elle semblait en pleine discussion avec Anna qui venait de revenir vers elle. Je posais mon verre derrière le comptoir, je n'allais pas boire ce truc pur !

Riri, comme d'autres, choisit la voie du parchemin. Je le laisse écrire, l'observe en silence. Il faisait parti de ses élèves pour qui j'avais développé de l'affection, dans le sens où, au-delà des conneries qu'il avait pu faire dans mes cours passés, il faisait preuve d'un esprit très ouvert. Quand je vis qu'il eut fini, je m'infiltrais entre les chaises pour aller voir son raisonnement. Je restais derrière lui, souriant à ses mots. Ses questions, sa dernière surtout, j'y répondrais bientôt. Je posais une main amicale sur son épaule qui pouvait signifier un "C'est bien", avant de m'éloigner.

J'observais un échange étrange entre la belle serveuse et la belle bleue. Bien que je comprenais aisément que l'une pouvait embrasser la beauté de l'autre, et inversement. Ailyne avait un côté qui me ressemblait beaucoup, celui de faire ce qu'elle voulait quand elle le voulait, et j'appréciais beaucoup cela. Je portais ensuite mon attention sur le dernier entrant, Erundil, ami de la philosophie de l'homme.

*Délire poétique ON*

L'apparence, c'est comme un fruit. Un bruit. On croit voir, entendre, mais on ne connait que l'ignorance, la futilité. La saveur, c'est l'utilité. La vérité. Le goût, l'intérieur, c'est, ce qui compte réellement. Nul être n'est le reflet de son visage, mais celui de ses pensées et de ses actes. Pièce de théâtre. La vie. Je le regarde avancer. Je sais les contours de son intelligence. C'est ce qui fait que je l'apprécie. Également sa créativité. Dans ses sortilèges toujours précis. Une diligence. L'apparence est un bagage vide, un parfum sans effluves. L'esprit lui se fait étuve, recueillant les mots pensés, la véritable beauté. D'Être.

***

Il vient me voir, lui, en partie mon miroir. Son Bonsoir, me fait sourire. Amical, il pouvait l'être, je l'étais. Pas de barrières en mes frontières. Tant que le respect fleurit des bouches ouvertes, ils étaient mon égal. Sourire je lui offre, une main tendue. Oui. En quoi lui serais-je supérieur ? Nulle croyance en ce sens ne pourrait être pertinente. L'égalité. Ce qui uni tout. Dans la beauté. Après de ma main ce signe, je lui dictais mes consignes.

***
Je regarde Ailyne et Anna.

Sous ce navire de regards échangés,
Aux perles insondables et puissantes,
Sous ces rires et sourires enjoués,
Se veut vivre des passions attirantes.


Je regarde Nya se lever.

Je suis la belle rousse des yeux,
Je les sais mouvants et envoûtants,
Attiré je suis, je me fais le vœu,
De m'y replonger plus longtemps.


Je vais vers ma sacoche. Je prends un petit morceau de parchemin. Puis je vais dans le dos d'Ailyne. Je vois alors ce qu'à écrit Anna. Du moins, je vois le morceau de parchemin près d'elle et je m'en empare un instant. Quelques mots simples, suivis d'une question qui pourrait amener à bien des réponses. Je lui souris, déposant son parchemin devant elle. J'écoutais alors la conversation entre Nya et Ailyne. Sur mon morceau de parchemin, je fais apparaître quelques mots, que je glisse sous les yeux de cette dernière (mp). Murmures à ses oreilles. C'était pas vraiment un jus d'orange, que je voulais, du moins pas seul dans mon verre.

Accoudé derrière la gérante, je fais un clin d'œil à Nya. Tic, non. Volontaire. Elle me plaisait. Elle avait quelque chose en elle, une force obscure, qui m'attirait. Je lui fis un sourire charmeur, je m'évade dans son regard librement, profitant de tourner le dos aux autres élèves. Elle est belle. J'assume mon jeu. Je reste accoudé là, attendant qu'Ailyne réponde à mes quelques mots déposés.

Mystère me happant que je vois,
Danse en sourires je lui donne,
A l'Enfer ensemble, et sans lois,
Je nous imagine avec la lionne.
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Ailyne Lawson, Jeu 22 Déc - 15:58


HRPG : By the way, Ailyne est rousse Wink
____________________

L'autre belle rousse, à qui j'avais proposé de s'amuser un peu s'approche de moi. Grouuuuah. Qu'elle fasse gaffe, un pas de plus et je pourrais la bouffer. Elle répond à ma proposition. Elle invite son ami. Elle veut payer. Elle est mignonne. A croquer. Je dis pas non à un peu d'argent en plus. En ce moment on est un peu dans le rouge.

Je lance un regard à la Bleue,
Je reviens ma belle t'en fais pas.
Je reviendrais vers toi.

Ensuite, c'est à la rouge, à qui je fais un petit clin d'oeil. Ca veut dire suis-moi. Allez viens. Je parle pas beaucoup c'est con. Parce que je sais que j'ai un petit accent. Vestige d'un passé oublié. Dans des campagnes françaises. A croquer qu'ils disent. Ce qu'ils savent pas c'est que moi j'en fais qu'une bouchée. Des gens comme eux. Le comptoir. Je sors une bouteille. Il n'y a que la belle rousse qui voit. Ce que mes mains exécutent derrière le comptoir. Tour de passe-passe. Je prends des tasses et j'y verse du whisky. Du vrai, du bon. Le meilleur d'Angleterre. Peut-être même le meilleur d'Europe. On le trouve qu'ici. Je m'en suis assurée. Je me retourne. Je prends un petit flacon. Minuscule. C'est mon invention à moi. mon petit secret. Je suis douée pour ces choses-là. Je verse une seule goutte dans les breuvages. Un coup de baguette et de la fumée. L'impression d'un chocolat bien chaud. Je lui aurais donné comme ça. Si Evan m'avait pas demandé de faire attention. Je l'aime bien, c'est ses élèves. Je vais pas non plus le mettre dans la m*rde. Je lui donne ce qui ressemble à un pichet. Même ruse dedans, on dirait un bon chocolat bouillant.

- N'hésite pas à en redemander, mais apprécie d'abord cette merveille.

Je lui lance un sourire comme j'ai l'habitude. De ceux qui font fondre. Sans que j'y fasse attention. Ça vient du coeur. C'est comme ça j'y peux rien. Vraiment. Ça sort tout seul.

- Je vous rejoins plus tard.

Je détourne le regard. Et je tombe nez à nez avec un souvenir du passé. Coeur serré. Comme si c'était hier. Enfant. Adulte. Sans âge. Tendresse. Et douceur. Poésie. Harmonie. Ça tourbillonne. Plein de mots. Étoiles dans les yeux. Il parle. J'entends pas. J'entends rien. Je le regarde et je souris. Mais moi. Je suis un vent. Une tornade. Je bouscule, je retourne, je renverse. Ton monde à l'envers. Pas envie de ce qui est arrivé pas ce soir. Demain peut-être.

- Erundil. Je t'en prie. Sers toi. C'est boisson à volonté.

Je pars. Je le laisse. Je le plante. Je pense que ça lui fait mal au coeur. Je m'en formalise pas. Je m'en rends pas bien compte. Alors je le laisse là. Je prends une bouteille de whisky. Je m'approche de mister professeur sexy. Je lui donne la bouteille sans aucune vergogne. Petit Baiser sur la joue. Au moins il est rentré dans la voie de la raison. De l'acool avant tout.

Je jette un coup d'oeil à la magnifique Rousse qui me plait bien (Nya). Peur de rien. Elle s'en fout pas mal de ce qui peut se passer. Elle s'assume complètement. J'aime ces personnalités électriques. Embrasées. Je lui dirais bien de m'embrasser. En tout cas, je sais que c'est vers elle que je me tournerais pour une bonne soirée. Je sais qu'elle sait s'amuser. Sans aucune arrière pensée.

Mais celle qui m'intrigue. Celle que je regarde, que je ne lâche pas du regard. C'est la bleue (Anna). La jolie bleue aux grands yeux. Pas envie de me décoller. De ses grands yeux. Regards à faire tomber par terre.

Je reste au bar. Je regarde. J'ai complètement déstabilisé Erundil, fait deux heureux avec le whisky, peut être même trois et je regarde le joyeux petit monde s'affairer à découvrir ce qu'était ce miroir. Ça me rend heureuse. Sentiment étrange.

Je me demande. Ce que j'aurais été. Si ça avait été moi. A la place des étudiants. Si j'avais pu en être une. Ou m'en rappeler. C'est dans les moments comme ça. Que je voudrais savoir. Que je voudrais l'avoir vécu. Je ne connais ni l'enfance, ni l'adolescence. Ou peut être que du coup je connais tout à la fois. Peut être que je suis un mélange. Et c'est pour ça que je fais si bien. Tous ces mélanges. Parce que j'en suis un. Parce que je les comprends.

Je reste au bar. Seule un instant. Je contemple le joyeux bordel. Je préfère quand c'est le bordel. Et tout à l'heure. J'irais voir la bleue ou la rouge. Le feu ou la glace. Peut être que j'irais voir les deux. Peut être d'autre. Peut être que je retournerais vers Erundil. Je ferai ce qui me chantera. Ni plus ni moins. Juste vivre. Comme je le veux. Insolemment. Comme je sais le faire.

Vivre.

Pour l'instant, siroter cette boisson. Liqueur de plaisir. Et observer.


Dernière édition par Ailyne Lawson le Jeu 22 Déc - 16:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Jade Wilder, Jeu 22 Déc - 16:18


HRPG: Disoulée de faire mon premier post si tard, c'était la course ces derniers temps. J'espère qu'il n'est pas trop tard !
/me envoie des câlins pour la peine ♥



21h, un vendredi soir. Était-ce vraiment sérieux que d'oser faire un cours à cette heure là la veille du week-end, franchement ? En fait, c'était une plutôt bonne nouvelle pour Jade. Oui oui, une bonne nouvelle malgré ses habitudes. Il faut dire que généralement, la veille d'un week-end était plutôt synonyme de départ pour la demoiselle qui retournait le plus souvent possible dans les quartiers de Londres. Surtout ces derniers temps. Les fêtes approchaient et pour la première fois depuis des années, la blairelle ressentait le besoin de les passer avec sa famille, au maximum en tout cas. Ce n'était pas toujours simple avec ses révisions et son enquête, allier plaisir et obligation n'était pas son fort, néanmoins elle faisait de son mieux pour y parvenir. Mais voilà, ce vendredi soir était spécial. Au lieu de se préparer pour quitter les lieux, Jade se préparait pour aller aux Trois Balais.

Nouvelle incohérence, franchement, elle, qu'est-ce qu'elle pouvait aller faire dans un bar ? Pas qu'elle avait quoi que ce soit contre l'établissement hein, bien au contraire, mais la blondinette n'était pas franchement du genre à passer du temps dans les bars. Vous savez, le cours dont on parlait un peu plus tôt ? Bah il se déroulait là-bas. Après leur avoir fait traverser un désert, Evan avait donc décidé de donner rendez-vous à ses élèves dans le fameux bar. En lisant la lettre, Jade avait été franchement mitigée: c'était sérieux ou pas ? Franchement il y avait de quoi se le demander. Et comme à son habitude, la jeune préfète s'était posée tout un tas de questions. Y aurait-il quelque chose de spécial là-bas sur quoi travailler ? Ou était-ce un cours exceptionnel, à l'occasion des fêtes de fin d'année histoire de relâcher la pression ?

Honnêtement, elle n'en avait aucune idée. Et franchement, elle s'en fichait totalement à l'heure actuelle.

Il faut dire que Jade était d'une humeur enchanteresse. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait pas été de si bonne humeur d'ailleurs, une chanson spéciale résonnant en permanence dans sa tête. Pour beaucoup ce genre de chose devenait énervant à la longue, mais l'adolescente était capable d'écouter et réécouter une chanson à l'infini, jusqu'à ce qu'elle en soit totalement dégoûtée. Et ça prenait plusieurs jours, alors pour le moment, le rythme joyeux ne quittait plus ses pensées. Ceux qui la connaissaient depuis quelques mois seulement ne la reconnaissaient qu'à peine d'ailleurs. Elle qui était toujours des plus sérieuses se retrouvait à chantonner, si ce n'est danser, tant qu'elle pouvait encore le faire dans le dortoir. Ses longs cheveux blonds furent détachés, tombant en cascade sur ses épaules. Ce jour là, ils avaient décidé de faire tout plein de bouclettes et alors que la préfète préférait souvent les avoir lisses, cela lui plaisait ainsi. Ça allait bien avec son air joyeux !

Un sourire confiant, dernier coup d'oeil dans le miroir et Jade s'échappa du dortoir puis de la salle commune. Qu'est-ce que ce cours allait bien pouvoir leur réserver ? Elle avait hâte de le savoir franchement. En y réfléchissant, les cours de Métamorphose étaient sans doute ceux où Jade se sentait la plus confiante désormais. Elle connaissait et appréciait le professeur, s'améliorait de cours en cours et n'était jamais blâmée pour ses erreurs de langage ou de magie. Que demander de plus ?

~~~~

Pré-au-lard. Le trajet avait été tranquille, peu trainaient encore dehors à cette heure là. Et les quelques bouilles croisées par-ci par-là avaient pu apprécier la voix de la blondinette continuant à chantonner, un peu plus fort puisque quasiment seule. Franchement, agir aussi librement n'était pas dans ses habitudes. Mais se sentir bien et légère était devenu si rare qu'elle ne pouvait qu'en profiter, espérer que cela allait durer. Alors si elle avait envie de chanter.. eh bien pourquoi pas ? Un sourire naquit sur ses lèvres rosées alors que le village était enfin en vue. Pas que le temps avait réduit sa bonne humeur, mais le froid n'était pas non plus sa tasse de thé, faut pas exagérer. Soufflant doucement, l'Italienne observa le petit nuage vaporeux s'échapper de ses lèvres et s'estomper. Ça l'amusait. Comme avant. Nouveau sourire, alors que l'enfant qu'elle était à cet instant s'avançait pour rejoindre le fameux bar.

Combien de fois était-elle allée là-bas la blonde ? Deux trois fois, peut-être. La dernière fois, c'était pour la Pyjama Party, elle avait parlé à Leo d'ailleurs. Tiens, serait-il présent ? Jade avait envie de le voir. Sa présence serait un point positif de plus dans cette soirée toute spéciale ! Enfin, peut-être ne serait-il absolument pas présent, donc pas de suppositions hâtives. Elle avait déjà hâte d'assister au cours et d'en découvrir le secret, c'est déjà pas mal nope ?

Continuant à chantonner, la préfète avançait en s'amusant de rien. Ces habituels petits nuages s'échappant de ses lèvres, mais tout le reste aussi. Profitant du peu de présences autour, elle avançait d'un bon pas, tournant légèrement lorsque les paroles se faisaient plus rythmées. Son sourire ne la quittait plus, faites que ça dure ! Voilà enfin les Trois Balais. Il était temps de se calmer un peu. Le rythme s'estompa, mais le sourire pas du tout. Il restait ancré sur son visage comme une douce esquisse, alors que la jaune et noir poussait le pas de la porte. Si l'aménagement avait été modifié, ça n'était pas le cas pour l'ambiance de cet endroit qui respirait toujours autant la chaleur humaine. D'autant plus avec toutes les têtes blondes présentes ! Oh, elle ne serait pas un peu à la bourre elle ? Possible. En tout cas il n'était pas encore tout à fait l'heure donc ça paaaaasse. Le sourire collé aux lèvres, Jade s'avança, heureuse de sentir ses mains et le bout de son nez se réchauffer. Quelle sensation détestable ! Il y avait un miroir là-bas, près de la table principale. Oh oh, ça sentait l'énigme à plein nez ! Observant les différents visage, les yeux pétillants, la blondinette finit par tomber sur celui du professeur, son sourire s'agrandissant.

- Bonjour professeur !

Il ne semblait pas tout seul. Évidemment, Jade connaissait Ailyne, la propriétaire des Trois Balais mais elle ne lui avait jamais parlé personnellement. Alors, elle se contenta d'un simple "Bonjour !", néanmoins tout aussi joyeux. Aaaah cette soirée s'annonçait bien, faites que cela dure !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Anna Schomann, Ven 23 Déc - 2:15


Iris, disque coloré de la partie antérieure de l’œil, objet d'un charme sans égal qui peut faire toute la différence. Ailyne plongeait les siens dans les miens, je me laissais capturer dans les nuances bleues et vertes avant que la belle ne disparaisse derrière le comptoir. J'avais beau avoir posé ma question depuis quelques secondes, la simple raison de ma présence était presque devenue un mystère. Je me laissais bien trop distraire par ce bijou qu'était la beauté féminine.

« Bois. C'est différent. »

J'observais le verre quelques instants, mais je ne demanderais pas sa contenance, j'aimais trop découvrir pour me gâcher ce moment. Je prenais le plaisir de humer une par une les arômes sucrées qui s'en dégageaient, j'avais reconnu le caramel presque instantanément, pour la seconde partie, il m'avait fallu porter à mes lèvres la mixture inconnue. La cannelle qui pourtant avait un arôme relativement fort avait su se glisser sans prendre le dessus, un équilibre quasi parfait. Mes paupières s'étaient refermées pour déguster les dernières gouttes du délice, un dernier aparté avant de revenir dans le contexte écolier dans lequel je me trouvais.

« C'est vraiment très doux et puissant à la fois, rien à voir avec le chocolat. Si c'est une de vos créations... » Je marquai un léger temps de pose, symbole de ma sincérité. «... je n'ai rien à redire. »

J'illustrais mon propos grâce à un sourire timide et reposait le verre sur le comptoir. La barman reprit la conversation là où je l’avais laissé à la base.

« J'aime bien quand ça bouge autour de moi. J'aime la nouveauté. J'aime bien sortir des conventions. »

Idée intéressante, il est vrai que lorsqu'on est dans ce genre d'endroit, on ne doit pas voir de têtes aussi jeunes tous les jours, un air nouveau ne pouvait pas faire de mal. Mais en terme d'animation, des adultes imbibés devaient avoir plus d’imagination qu'une bande d'enfant en cours. En parlant de cours, j'avais vu les yeux de mon interlocutrice divaguer sur mon parchemin. Son regard hypnotique n'avait pu s’échapper sur mes mains sans attirer mon attention, alors comme le laissait présager sa question, j'allais devoir expliquer mes mots.
Seulement, une demoiselle aux cheveux bien plus flamboyant (Nya) m'avait presque sauvée de cet interrogatoire. La dernière année semblait vouloir bien plus que de la tisane pour espérer vivre ce cours. Il ne fallait pas sous-estimer le parfum enivrant des douceurs de la vie.
Observant la scène, je n'avais pas senti l'ombre qui s'était approchée dans mon dos et qui m'avait arraché le contenu de mes doigts. Le parchemin devant mes yeux, Evan me regardait un sourire malicieux, quémandant sans aucun doute la même chose que l'enchanteresse. Sans réponse immédiate de ma part, il s'était laissé emporter par la conversation des rousses et avait glissé à Ailyen un secret que ma curiosité aurait bien aimé briser. L'attention de cette dernière s'était reportée sur moi, comme les yeux sur les miens, laissant les deux adultes avec une question sans réponse. Un petit chaperon rouge face à deux loups, emprisonnée dans une étreinte informulée et immatérielle. Piégée dans une cage où mon imprudence à cacher des dires avait conduit à construire mes propres barreaux.

« J'avais posé cette question en imaginant s'il était possible d'illustrer un cœur, une âme. Si je devais illustrer mon cœur, je verrais sans doute un champ verdoyant dont les souffles du vent viendraient caresser les extrémités des tiges. Un bonheur simple. »

Tandis que les mots sortaient timidement de ma bouche, mon regard s'était dirigé dans les rainures du bois, je suivais des doigts les entailles laissées par le temps et la vie elle-même. Je tournais les yeux vers mon professeur, j'observais la complexité de son regard malgré la quasi in-expressivité de son visage.

« Quelle image verriez-vous si votre cœur se reflétait dedans ? »

Je n'avais pas attendu de réponse à mes bavardages futiles, je renvoyais la question comme on se passait une balle dans une conversation à cœur ouvert chez les personnes... normales ?

* Ne m'en voulez pas trop professeur de vous avoir attrapé pour plonger avec moi. Ouvrir son cœur aux silhouettes anonymes n'est pas amusant... *
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Evan, Ven 23 Déc - 9:31


HRP : T'inquiète Jadou ! Garde tes câlins Razz J'ai un peu éludé notre rencontre, mais si tu veux me parler aucun soucis Wink

Regards entendus avec Ai'. Je l'observe faire son petit manège, de ses doigts habiles qui exposent son Art. Ici rien à de secrets pour elle. Chaque cocktail est une pièce dont elle est l'antique gardienne. Déesse des saveurs et de l'affolement des sens. Elle qui perturbe de sa beauté mon essence. Apparence de chocolat chaud, j'en souris. Je la voyais chat pour m'attraper dans une autre vie. Une autre envie.

Je la vis qui s'attardait légèrement sur Erundil, peut-être se connaissaient-ils ? Elle l'invite amicalement, et je ne perçois pas les fils de leur connaissance. Elle revient vers moi. M'offre un réceptacle de nectar divin, suivit d'un baiser qui l'est tout autant. Reine de soirée. Je lui offre un nouveau sourire, complice. Je récupère mon jus d'orange, en vide la moitié. Puis je fais un mix des deux, essayant d'être discret. Voilà qui est mieux. Je mime de lever mon verre vers la lionne, comme lui promettant un aller simple au paradis.

Gorgée de jus d'orange, nature d'infini.

Je vis Miss Poufsouffle 2016, Jade, arriver. On ne s'était pas vus en dehors des cours depuis un moment, mais je gardais beaucoup d'affection pour elle, et j'imaginais que cela était réciproque. Elle connaissait une partie de ma vie, et m'avait montré une page de la sienne. Sous son Bonjour enjoué, j'allais à sa rencontre après avoir déposé mon verre près de l'Océan (Anna).

- Hey Jade ! Je lui fais la bise, comme si c'était normal, telle la main amicale, au bleu plus tôt. Le respect n'avait pas de code précis. Sauf celui des gestes sincères. Comment vas-tu ? Question rhétorique, non pas que sa réponse ne m'intéressait pas, seulement je ne pouvais me permettre de discuter avec tout le monde. Je lui montre les plateaux aux boissons exquises, je lui dis qu'elle peut se servir librement. Je lui présente mon miroir comme mon énigme habituelle, puis l'invite à me décrire ce qu'elle y verrait une fois assise.

Regard sur mon nectar, gorgées salutaires.

Regard tourné vers l'Océan.


J'écoute ses mots. Voyage vers son cœur, m'enfermant dans le navire de ses yeux pour m'y laissé transporter. Son regard s'enfuit, certainement sous une vague de réflexion. Il revient, nous nous mêlons un instant, me ramenant à une nuit quelques jours plus tôt.

L'Océan face à la Nature.
Parfum d'embruns et de sève.


« Quelle image verriez-vous si votre cœur se reflétait dedans ? »

Je luis souris, sans quitter l'amarrage que j'ai fait dans son regard. Je nous imagine ailleurs, loin des ignorants. La vérité ne pouvait être dite, mais je pouvais lui ouvrir une porte. Ma porte. Ne plus faire qu'elle soit une illusion de ténèbres pour elle. Je m'approche d'elle autant que je peux, que tous les élèves n'entendent pas ses mots dont ils ne comprendraient pas le sens.

- J'y verrais bien des horizons. L'un d'entre eux, doucereux, où je m'aventure sur une mer azurée, énigmatique, attirante, qui se veut changeante de part sa nature inexplicable. Comme, un soir d'automne, dans une forêt alors que la nuit couvait Poudlard, une rencontre, entre la Forêt et l'Océan. Mystères de la vie. Derniers mots en murmures. A qui aime. M à découvrir A. Le bonheur, c'est ce que l'on fait de l'avenir...

Les chaines tombent à terre.
Prison n'est plus, mais Horizon,
Voile désormais l'Océan.


Je reporte mes lèvres à mon jus, mes yeux ancrés profondément dans la mer, mon cœur entrouvert au sien.
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Ailyne Lawson, Ven 23 Déc - 14:35


Temps suspendu. Je sais que c'est impossible. Temps qui s'écoule. Toujours. Indéfiniment. Éternellement. Temps qui s'étend. Qui me laisse l'occasion. De détailler ses yeux, ses pommettes, ses lèvres, son cou. Je le fais à chaque fois. Mais cette fois. Il y a ses yeux. Doux mirage. Hypnose. Elle m'hypnotise. Mots envolés. Ses yeux dans les miens. Grands yeux. Doux yeux. Je pourrais y rester. Comme un cocon. Émotion. Douceur. Doux yeux. Regards rougissants. Regards qui s'enfuient, qui s'éparpillent, qui se rejoignent. Incapable de détourner le regard. L'intention de le faire. L'incapacité de le réaliser. Temps qui s'étend, qui se module, mon envie.

- J'avais posé cette question en imaginant s'il était possible d'illustrer un cœur, une âme. Si je devais illustrer mon cœur, je verrais sans doute un champ verdoyant dont les souffles du vent viendraient caresser les extrémités des tiges. Un bonheur simple.

Divines sensations. Plaisir des yeux. Plaisir des oreilles. Ses mots. Simples. Vrais. Intelligents. Elle l'est. Et ses yeux, et son visage. Tous ses traits, disent la même chose d'elle. De son authenticité. De sa sincérité. Et pendant que je cligne des yeux, j'entre dans son univers. J'y suis. J'arrive à voir, son champs. Et ce vent. Doux. Peut être puissant, qui balaye tout, qui apporte et qui retire, à son gré. Sans se soucier. Juste le temps qui balaye.

Je ne dis rien, il n'y a rien à dire. Une fois n'est pas coutume, j'aimerais parler. Dire quelque chose. Avoir quelque chose à dire. Mais je n'ai rien, rien que des pensées qui tourbillonnent sans s'isoler. Incapable de les discerner. De les formuler. Envoûtée. C'est ce que je ressens. Envoutante. C'est comme ça qu'elle est.

Je regarde mister professeur sexy parler. Je sens qu'il se passe quelque chose que j'aimerais capter. Mais je comprends pas encore tous les rouages, toute la mécanique humaine. Celle des coeurs. Je fais de mon mieux. Je continue de la regarder. Grands yeux bleus. Je ne peux pas la quitter du regard. Je ne peux pas m'empêcher, de vouloir voir, ce qu'il y a, au profond d'elle.

Evan. Je n'entend pas vraiment ses mots. Je suis près d'eux, tout près. Peut être pas suffisamment pour entendre. Et je m'en fous. Ce n'est pas un problème. Son coeur, je n'ai aucun doute sur le fait qu'il est comme le mien. Changeant, passionné, amoureux de tout, plein de couleurs, qui se mélangent. Arc-en-ciel. Et pourtant un peu de noir, qui grignote, on sait pas d'où il vient. On sait pas où il va. C'est comme ça que je le vois.

Je pense. Je pense qu'il faudrait que je parte, parce que peut être. Peut être que ce qu'ils veulent. C'est parler. Et avouer. Ce qu'ils ont dans le coeur. Mais moi. Je sais pas faire ça. Partir sans mots. Partir. Parce que je n'ai pas envie. Je suis derrière le bar. Et j'ai envie de regarder Big Eyes et mister professeur sexy. Surtout l'Enchanteresse. Parce qu'elle a un truc. L'Enchanteresse. Un truc que j'aimerais définir. Ça m'embête. Je me sens rarement comme ça. Si déstabilisée.

Je prends un verre. Un énorme verre. Je le bois d'une traite. Je sais pas pourquoi. Quelque chose a bougé. Dans mon corps. Je connais pas cette émotion. Pas encore. Peut être avant. Je sais pas la distinguer et je suis énervée. De ne pas voir. Ce qu'il se passe. Quel mécanisme a pété.

- C'est dans la confrontation avec les autres que les coeurs se révèlent.

On se révèle à nous mêmes seulement grâce aux autres. Nos idées se construisent, se forment et s'affirment seulement grâce à l'autre. L'autre renvoie une image de nous. Détient un aspect de nous que nous ne pouvons voir, parfois même admettre. L'autre est vecteur de vérité.

Je regarde un instant l'Enchanteresse. Je n'aime pas cette sensation. Je ne la comprends pas, elle ne me plait pas. Je la regarde. Et je pourrais m'y perdre. Presque. Si ce n'était pas moi qui tenait les fils. Si ce n'était pas moi. Qui désarçonnait. Et pourtant, je pourrais m'y perdre.

- Tu es magnifique.

Simple constatation. Ses grands yeux m'ont envoûté. Envoûtante. Alors je me dois bien de lui faire remarquer.

Je pars du comptoir. Je les laisse là. Tous les deux. Je pars du comptoir avec ma bouteille et mes regards. Je laisse mes mots créés l'écho. Je le laisse faire leur chemin. Voir jusqu'où ça mènera. Mais je les laisse là.

Je vais vers le feu. La fille de feu (Nya). J'ai besoin de réchauffer. Mon coeur paralysé, déstabilisé. J'ai pas besoin de ça. C'est pas moi. C'est pas normal. C'est moi qui déstabilise, qui désarçonne, qui fascine, qui intrigue. C'est pas ce que je veux. C'est ce que je suis. Je le sais, je suis au courant. Ils s'accrochent tous à mes regards, ils s'attachent. Ils sont pris dans mes griffes. Je n'y fais même pas attention, je ne le fais pas exprès. Je m'infiltre dans les têtes et les coeurs. Et c'est fini, comme un virus, comme un poison. Pauvre Erundil. C'est comme ça qu'il est. Parce que je vis comme ça. Je fais ce que je veux quand je veux. Je dis ce que je pense, je fais ce que je pense. Ça passe par aucune réflexion. Je fais, sans me soucier. Je vis. Parce que c'est comme qu'on devrait vivre. Et je comprends pas que ça soit pas le cas de tout le monde. Vie de convention. Ridicule.

La fille de feu. Elle, elle sait. Elle sait comment vivre. Elle sait. Elle s'en fout. Elle fait et peu importe les conséquences. Elle sait rire, elle sait profiter elle ne se refuse rien. Elle a la flamme et la passion et elle fait tout. Personnalité électrique.

Les deux, terriblement attirantes. Même attirance, aussi intense. Mais différentes. Je n'ai pas envie de choisir. Je n'ai peur ni du feu, ni de la glace. Je sais les apprivoiser. Je vais là où le vent me mène et je m'en fous. Différentes raisons. De vouloir les avoir. Le mystère et l'électricité. Elles me plaisent, je les veux. Et je ne veux pas choisir. Pas maintenant. Pas tout de suite. Peut-être jamais. Profiter de leur compagnie. Irrésistible.

Pour l'instant, c'est la fille de feu. Parce que l'Enchanteresse, je sais que j'y ai laissé ma marque. Et j'ai envie de rire et de boire. J'ai envie d'un moment simple. M'amuser. Fille de feu. Et son acolyte.

- Il fait toujours des cours comme ça mister professeur sexy ?
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Mary Drake, Ven 23 Déc - 16:16


HRPG: Ce post ne sert à rien, c'est juste pour ne pas perdre le fil. Il se passe beaucoup trop de choses

J'ai prononcé mes derniers mots avec une pointe de nostalgie. Il y a un manque. Bien présent. J'en souffre. Je ne sais pas si je suis capable de m'en délaisser. Cette drogue si douce. Compliquée à arrêter. Je fixe mon reflet dans le miroir une dernière fois avant de rompre le contacte. Comme avec cette inconnue, sur ce banc. Difficile de détacher ses yeux des siens, ils me manquent tellement. J'ai voulu, juste une seconde, revoir leur iris dans cette glace qui me reflète, mais c'est impossible. Nous sommes tous uniques, nos yeux aussi. Il serait hypocrite de croire que je vaux mieux que l'originale. Je n'ai de toute façon pas envie de la remplacer. Il y a des gens, comme ça, qu'on n'a pas envie d'imiter. Ils sont si gentils, si étranges aussi. Oui, j'aimerais la revoir, cette jeune femme aux problèmes énormes, portés dans son cœur. Le silence en dit parfois bien plus que les mots.

Evan me gratifie d'un sourire puis retourne dans sa tournée. Je décide de suivre ses faits et gestes pour ne pas me perdre. Il y a beaucoup trop d'action. Ce n'est pas un cours des plus banals. Nous ne faisons pas que nous asseoir et écouter. Nous bougeons, parlons. Nous sommes acteurs, pas spectateurs. Tels les personnages qui posaient pour le tableau de tout à l'heure... J'ai raté une partie de notre cher prof, mais je ne fais pas attention aux détails oubliés. Si ils sont importants, ils reviendront à la surface quand leur heure sera venue. Un regard furtif vers Anna et la gérante du bar, en pleine discussion passionnante, puis une lecture de la réponse de notre préfet. Quelle idée saugrenue. Je ne l'imaginais pas du genre à écrire. Avant, c'est toi qui écrivais.

Puis, Erundil arrive. Et là. Un murmure lointain me susurre à l'oreille. Me rappelle à l'ordre. Me crie la vérité à plein nez. Cette stupide, stupide Mary. Sous l'emprise de la voix, des bêtises, de la drogue immatérielle. Un goût de nouveau, un brin de sauvagerie, quelque chose loin d'être important pour l'autre mais qui l'était aujourd'hui. Une première fois dont je n'ai pas pu profiter, espérons que les différentes autres premières fois seront réussies ( référence à un livre ^^ ). Il se dirige vers la gérante qui, bien que déjà, se retrouve avec un garçon sur le dos, une fille avec qui discuter et, dans les secondes qui suivent, une autre qui demande je ne sais quoi que je ne veux pas savoir.

Revenons à notre professeur. Il s'incruste dans ce groupe étrange et mélangé. Un goût de mixité. Je ne comprends plus rien, observateur qui ne sait plus observer. On retourne sur la gérante qui donne une nouvelle tournée de chocolat chaud à la rousse, ami du vert. Puis elle laisse tomber le bleu après avoir échangé quelques mots. Lui qui semblait déjà retourné dans sa tête. Comme si cette femme était un élément important dans sa vie. Mais après, il y a cet échange perpétuel entre les quatre protagonistes. Les deux rousses, la danseuse brune et le professeur. Et quand la gérante retourne parler à la rousse toujours au comptoir, que j'entends quelques mots, l'ancienne enfant se sent révoltée, l'autre, quant à elle - la partie droguée - ricane face au surnom donné.
Mister professeur sexy.

Et j'éclate de rire.
Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Merry K. Harper, Sam 24 Déc - 15:33


Merry était tout juste arrivée à l'heure aux trois balais, lieu du cours de métamorphose de ce jour. Étonnement, leur professeur, Evan, avait envoyé une lettre à chacun de ses élèves pour leur annoncer que la classe toute entière devait le rejoindre dans le bar à 21H00 précise. Quelle surprise de devoir se rendre en plein centre du petit village de Pré-au-lard en pleine soirée, seulement pour assister à un cours. La rouquine tentait de se rassurer, en se disant que chacun devait se demander ce que leur professeur avait prévu pour eux. Mais elle devait avouer qu'elle était tout aussi intriguée qu'inquiète. Ce n'était pas la première fois que mister Evan leur faisait un coup pareil. Et la dernière fois, ils s'étaient retrouvés à l'autre bout du monde à marcher dans un désert, alors...

Néanmoins, Merry était arrivée sans chipoter, saluant son professeur en souriant. La plupart des élèves étaient déjà arrivés lorsqu'on lui donna son énigme, si bien qu'elle devait être l'une des dernières à réfléchir. L'adulte lui demandait de lui dire ce qu'elle voyait dans le miroir, très bonne question. La rouquine s'approcha de ce dernier, se plaçant bien devant. Et ce qu'elle vit, c'était elle, son chocolat chaud dans les mains, les cheveux attachés en une belle tresse. D'autres détails s'affichaient, et la jolie rousse prit le temps de s'observer durant une poignée de seconde, avant de se tourner vers son professeur et de finalement lui répondre.

- Hé bien, je me vois moi, en tout logique. Les cheveux tressés, quelques tâches de rousseur, mes paupières qui se ferment régulièrement, ma tasse entre les mains. Je peux observer les autres élèves derrière moi, ainsi que la salle dans laquelle nous nous trouvons. Mais si ce miroir est là, c'est sans doute pour un tout autre usage et je suppose que nous le découvrirons dans la suite du cours. Peut être une fois de plus, quelque chose de dissimulé à l'intérieur ? Une capacité donnée par la magie sans doute.

Ne sachant que dire de plus, et se trouvant très peu inspirée par ce miroir dans laquelle elle se regardait, Merry alla s'installer à une place libre, observant de loin Arya qui viendrait peut être la rejoindre, elle n'en savait rien. Elle n'osait pas aller la voir d'elle-même, ayant l'impression que la jeune Gryffondor avait besoin d'être seule. Elle se contenta donc de boire son chocolat en silence, attendant patiemment le début du cours.
Revenir en haut Aller en bas
Mathilde Yawnez
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Mathilde Yawnez, Dim 25 Déc - 18:26


Le professeur me répond à ma question. Cela me rassure, ça veut dire qu'il ne la trouvait pas trop nulle et inutile. Mais j'avais besoin de savoir. Et puis ma soif de connaissance ne sera jamais rassasiée. 
Alors d'après Evan les métamorphomages s'habituent à se voir changer de forme.
Etonnant mais surement vrai. Je ne pourrais peut-être pas être une métamorphomage.
Je hoche la tête, est-ce que je dis quelque chose? Parce que je suis pas sûre de dire quelque chose de juste. 
-Professeur en fait ce miroir ne révèle ce que l'on veut être et cache peut-être ce qui est inutilisé en nous. Peut-être la meilleure partie.

C'était encore une idée en l'aire mais j'avais besoin de temps en temps de me dire ce qui me passait par la tête. 
 
Une adulte vient me donner une claque magistrale dans le dos. Je sursaute et du chocolat chaud tombe un peu de mon verre. J'dois me détendre oui. Sortir de la monotonie de ma vie et faire quelque chose d'originale. 

-Z'avez des boissons qui explosent ou qui font des trucs déplacés? J'veux bien tenter.  

Ensuite le garçon à côté de moi se présenta. Galway, un petit nouveau. 
-Ce n'est pas mon premier cours mais mon deuxième. Et aux trois balais disons que c'est mon premier. 
Je lui souris. C'est logique que ce soit mon premier. 
-Tu penses quoi de cette question du prof? C'est étrange comme question nan?
Petit sourire espiègle en coin, je prends déjà quelques notes. Sur ce que je pense, sur ce que j'ai dis et sur mes sentiments.   
Ecrire est une façon pour moi de me libérer. 

[Pour Galway: Mais si je connais Rasta Rocket, c'est génial comme film. Et je vois très bien quelle scène c'est.]
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Jade Wilder, Dim 25 Déc - 23:51


HRPG: Disoulée, mes câlins ne sont ni repris ni échangés  Ange
Les fautes de Jade prennent un moment à faire, du coup j'édite juste après.



En regardant l'endroit, Jade ne pouvait que se demander ce qu'il allait s'y tramer. On était loin du cours classique pour le coup, en tout cas en terme de lieu. Mais et le sujet en lui-même alors ? Cet inconnu la rendait toujours plus impatiente. En général, ça ressemblait plutôt à de la crainte mais pour le coup c'était totalement différent. A cause de la matière, du prof lui-même, du lieu ou des gens présents ? Peut-être un peu de tout ça, mélangé savamment. Parlons-en d'ailleurs, du professeur, qui vint l'accueillir. Toujours aussi enjoué avec cette présence particulière que Jade avait très vite décelée. Son accueil faisait toujours autant plaisir, l'adolescente conservant ce sourire aux lèvres bien particulier.

- Hey Jade !

Ses relations avec le professeur de Métamorphose s'étaient tout de suite montrées positives, allez savoir pourquoi. En Italie, Jade s'entendait avec tous ses professeurs en tant que bonne élève, néanmoins il avait été le premier avec Winderfelt à se montrer aussi compréhensif à l'arrivée de l'étrangère dans l'école. Et puis, il y avait eu la Divination, un véritable champs de bataille ; sans l'intervention d'Evan, Jade avait conscience qu'elle ne serait probablement plus de ce monde. En bref, elle lui devait beaucoup plus qu'elle ne saurait le dire. Même ce geste familier de la part d'Evan ne la fit pas reculer, c'est dire. Peut-être qu'un jour elle comprendrait sa propre logique, mais en attendant elle ne voulait pas comprendre. Ça pourrait lui saper le moral et il en était hors de question. La petite chanson résonnait encore et toujours dans son esprit, lui mettant du baume au coeur pendant cette période si particulière. Les questions mentales seraient pour plus tard.

- Comment vas-tu ?
- Très bien merci, j'espère che.. quevous aussi !

Depuis combien de temps n'avait-elle pas répondu "Très bien" à cette question ? Et de façon aussi sincère d'ailleurs. A vrai dire, la préfète des jaunes et noirs ne s'en souvenait même pas. Sans ajouter grand chose de plus - Evan avait l'air plutôt occupé - Jade hocha la tête et décida de rejoindre les autres élèves. Pas mal de têtes connues, voilà qui était plutôt rassurant pour elle, mais contrairement aux autres fois, la demoiselle n'aurait pas été contre discuter un peu, plutôt que rester dans son coin. Néanmoins, il y avait plus important pour l'heure ! Chocolaaaat !

Légèrement méfiante quant aux boissons qu'elle ingérait depuis l'épisode de la Pyjama Party, Jade décida d'occulter ce détail, doutant qu'on ait pu y glisser quoi que ce soit pour l'heure. La boisson chaude à la main, la jeune fille rejoignit la petite troupe, observant le miroir. Il semblait plutôt classique, tout simple. Que pouvait-elle y voir à part elle-même ? Cette énigme était-elle une introspection personnelle destinée à les faire réfléchir sur leur propre existence ? En tout cas, Jade n'était pas très douée pour ça bien au contraire. Tout le monde le lui disait, elle était extrêmement dure avec elle-même au quotidien, jugeant ses actions comme si elle était en face d'un jury exigeant. Rien ne semblait assez parfait à ses yeux, en tout cas dans ce qu'elle faisait. Le psychologue qu'elle avait vu il y a bien des années soupçonnait le développement d'un perfectionnisme maladif. Pour le coup, il ne s'était pas trompé, néanmoins elle ne retournerait jamais le voir pour confirmer ses "prédictions". Mais que dire alors, là, devant son reflet ? Ce soir, elle se sentait bien. Comme si les choses pouvaient bien se passer pour une fois et qu'elle oublie tout ce qui la hantait depuis trop longtemps. Il fallait mettre ça de côté alors, pourtant ça faisait partie d'elle-même. Devait-elle se juger dans l'immédiat, ou dans l'ensemble ? Mordillant sa lèvre comme pour prendre sa décision de cette façon, l'Italienne releva les yeux vers le miroir. Il fallait qu'elle s'imagine être quelqu'un d'autre, ne jugeant qu'un reflet immédiat, apparu d'on ne sait-où. Voilà qui s'avérait plus difficile qu'on ne pourrait le croire. Avalant lentement sa salive, Jade débuta ensuite.

- Je vois une adolescente. Blonde, aux yeux d'une couleur.. incertaine. Ce soir, ses cheveux sont bouclés, ils ont décidé de se ribella.. rebeller. En général on la voit plutôt différente. Elle n'est pas d'ici, certains détails le montrent, surtout.. quand elle parle. Les sourires peuvent faire croire bien des choses, mais le sien semble.. vrai, ce soir. Elle a l'air.. fatiguée, malgré ce sourire, le temps ne doit pas bien arranger les choses.

Un léger rire, plus pour elle-même et ses pensées qui avaient décidé de s'incruster dans le récit. Du sérieux ma grande, du sérieux.

- Elle porte les couleurs de sa maison et un badge de préfète, je crois qu'il s'agit de deux choses dont elle est fière. Et à la voir.. je crois qu'elle ne sait pas trop quoi dire face au renvoi de sa propre image. Et dans toute image qu'on renvoie, si l'obiettivo.. enfin le but, c'est qu'on se voit par un regard.. extérieur, je pense que de toute façon on ne verra jamais la totalité des choses. Ni d'où viennent.. ces cernes, ou ce sourire.. et encore moins ce qui se cache dans sa tête.. et dans son coeur. Moi je le vois.. pas le monde autour.

Ça suffira. Les dernières phrases rentraient déjà un peu trop dans le domaine du personnel et ça n'était pas le but de l'exercice. Enfin, comme elle l'imaginait néanmoins car elle pouvait très bien se tromper. Les énigmes du professeur remettaient toujours beaucoup en question, ça n'était pas nouveau. A voir pour la suite.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Nya O'Neal, Lun 26 Déc - 2:03


HRP:
 

Evan avait visiblement lui aussi envie d’un bon verre d’alcool puisqu’il tendit un bout de parchemin à Ailyne, probablement avec sa commande. Il m’adressa par la même occasion un léger clin d’œil, auquel je répondis par un sourire des plus sincères. Je l’aimais bien, ce prof. Il avait quelque chose de différent des autres. Plus ouvert, plus humain, plus… Attirant? En tout cas, on était bien long du compte d’Esteban, qui m’horripilait au plus haut point à contempler son reflet comme un demeuré toutes les cinq secodes. Contrairement au professeur de métamorphose qui faisait dos aux autres élèves, je leur faisais face. Les plus dégourdis d’entre eux devaient clairement avoir compris notre petit jeu, mais je m’en fichais éperdument. Qu’ils s’imaginent ce qu’ils veulent, de toute façon ma réputation n’était plus à faire. Je n’allais pas m’empêcher de m’amuser un peu.

Je reportai ensuite mon attention sur la gérante qui, après un regard prononcé vers Anna, m’adressa un léger clin d’œil. Décidément, c’est moi ou je me faisais draguer de tous les côtés, dans ce cours? Je n’allais pas m’en plaindre, hein. Elle est plutôt cute, la demoiselle… Je la suivis donc jusqu’au comptoir, duquel elle sortit une bouteille. Après un petit tour de passe-passe parfaitement exécuté (c’est qu’elle devait avoir l’habitude), la rouquine me tendit deux tasses qui avaient l’air de contenir du chocolat chaud. Hehe, bien joué la grande! Le sourire aux lèvres, j’attrapai les tasses et remerciai ma sauveuse d’un signe de la tête.

« Merci! Nous connaissant, j’vais probablement venir me réapprovisionner un peu plus tard. »

Le sourire que la jeune femme m’adressa me réchauffa le cœur. Elle aimait sa job et ça se voyait. Je retournai donc auprès d’Azaël et lui tendit l’une des tasses. Ailyne nous rejoindrait plus tard. Ça nous laissait le temps de nous réchauffer un peu avant, parfait. Je brandis mon verre dans les airs, trinquant joyeusement avec le serpent avant d’avaler une bonne grosse gorgée d’alcool. Ouain, ça avait peut-être l’allure d’un chocolat chaud, mais ça n’en avait certainement pas le goût, hein. Presque trompée par la fumée qui se dégageait de la boisson alors que je savais pertinemment ce qui se trouvait à l’intérieur, j’affichai une petite grimace. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu'on la sentait passer, cette affaire-là. La gérante revint alors vers nous et nous demanda si Evan faisait toujours des cours un peu… Particuliers, comme celui-ci.

« J’sais pas trop, c’est la première fois que je me retrouve dans un de ses cours, mais j’avoue que ça m’va très bien, moi, d’faire ça dans un bar. »


Je lui souris et l’invitai à prendre place à nos côtés, tirant une chaise que je plaçai à ma droite.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Azaël Peverell, Lun 26 Déc - 2:28


Tu te contentes d'un sourire ironique à la remarque de Nya sur la ressemblance avec Lefebvre. Tu sais que t'es pas encore au même point que lui niveau narcissisme, donc tu te fous royalement de ce qu'elle peut te dire. D'autant plus que toi, tu l'aimes bien le prof d'EDM, il n'est pas du genre à se prendre la tête pour rien, et t'aimes bien l'idée d'avoir un prof complètement perché prêt à couper ses cheveux pour avoir uns statue de lui en bouteilles en plastique. Alors que tu proposais à Nya d'aller draguer Monsieur le prof pour te permettre de voler une bouteille, la gérante vient vers Nya en lui proposant quelque chose que tu n'entends pas.

Mais le résultat est là, la lionne se lève en disant qu'elle va vous dégoter une bouteille de whisky. Parfait, t'as même pas besoin de te bouger et de te mouiller, elle gère tout. Tu vas pas te plaindre. Alors tu restes bien sagement à ta place, sans écouter le moins du monde les réponses de tes camarades vis à vis de ce qu'ils voyaient dans le miroir. T'es bien plus occupé à observer les agissements de la rouquine qui semblait se faire draguer de tous les côtés. C'est sûr qu'en se mettant le prof et la gérante dans la poche, trouver du whisky est tout de suite bien plus simple.

Et elle ne tarde pas à revenir avec... Deux tasses de chocolat chaud. Non mais c'est une blague, qu'est ce qu'il lui prend à la Griffonne ? Elle a cru que t'avais cinq ans pour te refiler un truc pareil ? Parce que ça réchauffe pas vraiment de la même manière. Et voilà qu'elle se met à trinquer avec toi. Tu fronces légèrement les sourcils. Sa joie vis à vis d'un chocolat chaud n'est franchement pas normale. Alors tu finis par goûter le breuvage. Et, surprise, c'est bien du whisky. Alors t'essaies même pas de comprendre quel tour de passe passe a été utilisé. Ce que tu vois, c'est que vous allez pouvoir vous bourrer la gueule en plein cours sans risquer de vous faire choper. Et ça, c'est beau. T'adresses un large sourire à Nya.

- Bien joué, petite fille ! On peut dire que tu sais t'faire bien voir !

Tu lui lances un regard un peu moqueur, pour qu'elle comprenne que t'as rien loupé de son petit jeu avec les adultes précédemment. Tu trouves ça plutôt amusant. Elle peut bien faire ce qu'elle veut, elle vient de te ramener du whisky gratuit, alors tu vas pas commencer à te plaindre. La gérante finit d'ailleurs par vous rejoindre, visiblement toujours aussi intéressée par la rouquine à tes côtés.

- Il fait toujours des cours comme ça mister professeur sexy ?

Un sourire s'esquisse sur tes lèvres. A croire que t'es entouré de gens qui ont envie de se sauter les uns sur les autres. Tu lances un regard à Evan. Sexy, sérieux ? Il fait juste carrément vieux. Mais bon, de toute façon, c'est pas franchement à toi de juger, quel que soit son âge, c'est pas franchement ton genre. Pas assez féminin à ton goût. La réponse de ta camarade te tire un nouveau sourire, et tu bois une nouvelle gorgée de whisky avant d'acquiescer.

- J'sais pas trop non plus, mais j'suis assez d'accord, j'vais pas m'plaindre d'avoir cours ici. D'ailleurs, merci pour la boisson, c'est vraiment sympa.

T'es pas du genre à remercier les autres habituellement. Mais elle vous a gracieusement offert de l'alcool. Du whisky même, et pas du dégueulasse. Alors tu peux bien faire un effort. Et puis, c'est carrément sincère, alors autant le dire. D'autant plus que c'est pas la première fois qu'elle t'offre un truc. Elle s'en souvient probablement pas, mais toi si. T'as pas trop l'habitude qu'on t'offre des trucs, alors ça t'a marqué, même si c'était juste un peu de gâteau. Tu te demandes vaguement si des fois, ça vaut pas le coup d'être un peu sympa. Et puis tu te rappelles que c'est pas vraiment fait pour toi, et que ça te retombe sur le coin de la tronche à chaque fois. Alors t'oublies vite l'idée.
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Erundil Trismegiste, Lun 26 Déc - 21:22


La salutation chaleureuse de Sir Evan fut des plus plaisante. Un sourire sincère prolongeait le moment. Puis la serveuse. Un rêve ancien. Ou peut-être était-ce une autre vie. Amicale également, du début à la fin, sourire sur le visage ou à l'intérieur, je ne sais pas vraiment. Des boissons seraient donc mises à la disposition de tous. Fort aimable de la part de l'hôtesse et jolie délicatesse du Professeur.

Puis les élèves. Beaucoup d'élèves. Trop comme toujours. Et comme toujours des places qu'ili faut choisir. Plusieurs visages connus qui sont assis. La gérante est déjà partie allumer une chaleureuse flamme dans l'intérieur de quelqu'un ou de quelqu'une. Je la remercie, même si ell ene l'entendra pas. Merci pour qui ? Merci pour quoi ? Pour cette fille, ce vrai rêve, cette fausse réalité. Pour tout ce qu'elle a bien pu apporter, un jour, aujourd'hui. Peut-être jamais. J'aimais l'idée de la voir réalité. Mais le cours. Bien sûr, le cours, je suis tardif pour cette fois. Un des derniers cours de Métamorphose, car la sixième année va bientôt s'achever pour laisser place à l'ultime frontière entre la prison scolaire et les murs d'une froide société. Et donc le cours, cours qui se ralllonge sous les yeux. Etrangement long. C'est qu'au travers d'un miroir, c'est un autre monde qui inonde le regard. Avant de m'asseoir, je le dévisage. J'admire ces formes délicates. Son superbe habit doré fait briller son Tout entier. Elle semble froide, cette amie miroitante, et pourtant dégage tant de vie par sa simple présence. Autant que tout autour de nous.

- C'est nous-même, et l'autre à la fois. Ce n'est pas nous autant que nous sommes nous, et les autres. Et pourtant, ce miroir reflète simplement le vrai, sauf que c'est faux.

Je me tourne en souriant, regardant le Professeur.

- N'est-ce pas vrai ?

Ni vrai ni faux, justement.

Après cette petite phrase amusante, je retourne une nouvelle fois près des boissons. Je me hâte à prendre une tasse de chocolat chaud. Tasse en main droite, main gauche caché sous le manteau. La tasse est tiède, autant que le breuvage. J'approche alors main gauche, à deux doigts du récipient. Puis je susurre à l'oreille de celui-ci, un sort réchauffant. Les autres peuvent avoir l'impression qu'il n'y avait pas de baguettes. Elle pourtant bien là. Je range dans mon fourre-tout et apprécie olfactivement la bonne odeur d'un chocolat bien chaud.

J'observe à nouveau la pièce remplit des faux élèves. Tout semble différent. Je remarque l'autre Riri à qui je souris. Je remarque les autres autres Serdaigle (non, la répétition n'est pas une erreur, pour une fois). Ravi de revoir certains visages connus. Puis je fais face aux vrais. Ils tout aussi beaux. Comme est beau le tableau de la vie peignant l'instant délicat et éphémère d'une beauté oubliée. Ou qui n'a peut-être jamais existé. Dernier regard vers la gérante. Puis je m'assois.

Il y a Riri pas loin. Ce cher Asclepius, que je n'ai pas vu depus longtemps. Se souvient-il de moi ?

- Bonjour Asclépius. Je te souhaite un agréable cours. Même si les cours de Métamorphose sont toujours gage de qualité.

Pourquoi j'avais dit ça ? Pourquoi lancer une conversation. Il n'est pas juste à côté en plus, d'autres peuvent m'entendre. Je m'étonne et me déçois moi-même. C'est n'est pas tous les jours ça.

Je regarde les autres Serdaigle. Certains que j'ai rencontré un peu par hasard, dans un rêve éveillé. Je leur souris. Les salue bien poli. Puis salue également les quelques personnes autour de la table.

Je me ressaisis enfin. Baguette ressortie, sur la table posée, et puis du papier pour écrire la vie, faussement ou en vérité.

Les pages de notre vie… Souvenir d'une phrase épistolaire qui me fait sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Anna Schomann, Mar 27 Déc - 1:00


*Un champ verdoyant dont les souffles du vent viendraient caresser les extrémités des tiges. Un bonheur simple.*

Si ma vérité pouvait être aussi simple... un champ lisse sans collines, sans montagnes. Un vent doux, ni trop chaud, ni trop froid, qui ne ferait jamais s'envoler d'épis. Une terre où nul caillou viendrait tordre ta cheville ou simplement entrer dans ta chaussure. Un paysage trop parfait qui s'étendrait à l'infini.
Le professeur répondait simplement à mon regard tandis que je lui posais ma question. Une question simple, qu'est-ce qu'un professeur pourrait avoir d'intéressant à raconter, une banalité, une vérité exemplaire ou un mensonge s'adressant à une enfant. Une réponse qui serait digne d'une relation telle que celle que nous avions, un professeur et une élève.

*Alors pourquoi étiez-vous si proche de moi.*

« J'y verrais bien des horizons. L'un d'entre eux, doucereux, où je m'aventure sur une mer azurée, énigmatique, attirante, qui se veut changeante de part sa nature inexplicable.Comme, un soir d'automne, dans une forêt alors que la nuit couvait Poudlard, une rencontre, entre la Forêt et l'Océan. Mystères de la vie. »

Un coeur qui sombre, une âme perdue dans une lumière qui n'est pas la sienne et toi qui venais à elle pour détruire ce petit bonheur trop parfait. Un nuage qui viendrait couvrir un ciel d'automne dont la lune dévoilerait bien trop. Une image que je voyais, que je comprenais trop bien. Une respiration et son souffle qui caressait à nouveau mon être. Je fermais les yeux.

« A qui aime. M à découvrir A. Le bonheur, c'est ce que l'on fait de l'avenir... »

Une respiration et un cœur qui s’arrête. L'être reprenait les rênes d'une danse oubliée et moi j'avais juré de ne lâcher sa main si elle venait à m'être tendue. Je savoure cette excitation et ce sentiment de joie de voir ainsi cette main venir m'enlacer d'elle même.

*Boom*

J'ouvrais les yeux, je regardais les traits présents devant moi comme un tableau, comme une œuvre éphémère dont il fallait que je m’imprègne. Sa silhouette, son corps, ses joues, ses lèvres, ses yeux. Ses yeux qui sont plongés dans les miens, semblables à un rayon de soleil transperçant une feuille dorée d'automne. J'étais entrée dans son monde pendant quelques secondes, je ne voyais plus, je n'entendais plus, un monde intérieur isolé.

« C'est dans la confrontation avec les autres que les cœurs se révèlent. »

Mon cœur rebondi à l’intérieur de ma poitrine, je voyais cette chevelure de feu qui reposait son verre vide. L’inquiétude me gagnait rapidement, qu'avait-elle bien pu entendre ? Qui avait pu entendre ? Mon regard avait quitté mon professeur et se noyait dans la masse de la pièce tentant de retrouver un autre œil qui se serait abandonné en notre direction. Ailyne me fixait toujours avec son verre à la main, ses yeux reflétait un mélange d’incompréhension et d'une autre émotion que je ne cernais pas totalement mais s’apparentant à une forme de jalousie. La belle ne me lâchait des yeux, quelques mots s'échappaient de ses lèvres avant de rejoindre l'autre Nya.

« Tu es magnifique.  »

Je restais seule avec Evan. Les joues rosées par une réflexion inattendu d'une beauté nocturne. Je ne voulais pas laisser un blanc s'installer ou le laisser s'échapper, alors la main qui tenait son verre se vit superposée de la mienne. Je plongeai mon regard une dernière fois dans le sien avant de redevenir une élève.

« Me laisserai-tu y tremper mes lèvres avant de débuter ton cours ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Evan, Mar 27 Déc - 9:45


LA d'Anna. Je modifie légèrement la chronologie par rapport à où j'étais initialement et vos posts.

Je restais ancré aux yeux de l'Océan, me rappelant ce souvenir commun que nous avions. Où, déjà, je m'étais hissé à la voile de son regard, me laissant transporter sur un tourbillon incertain et pourtant délicieux. J'aurais pu resté à contempler ce paysage, son paysage, indéfiniment. C'était une chaleur d'hiver qui protégeait des agressions extérieures, un foyer où il faisait bon vivre, où j'aurais pu y déposé mon cœur à l'entrée en sachant pertinemment qu'il y serait bien.

Je vois que ce que je lui ai dit l'a touchée. Sa réflexion m'avait amené à la couvrir de la vérité. Comme si je la prenais dans mes bras pour un étreinte de ténèbres, dans un halo que je voulais sécuritaire. Confiance aveugle. Sa main sur la mienne, j'esquisse un sourire à sa demande. Nul mot, je laisse mon verre libre à la caresse de sa main. Un léger signe de tête, comme pour lui dire "Ce qui est à moi est à toi". Alchimie inexplicable aux portes de ceux qui ne regardent que la Lumière...

Je finis par abandonner ce navire délectable, pour reporter mon attention sur les derniers arrivants. J'écoute Erundil, simple et posé, comme toujours. Sa réponse est limpide pour moi. Je laisse sa question en suspend, sauf si le sourire que je lui donne pouvait être perçu comme un acquiescement de ma part.

J'observais ensuite Merry qui s'était positionnée face au miroir pour réfléchir, son chocolat dans les mains. J'écoute son avis, qui rejoint beaucoup d'autres. Elle ne risquait pas d'être déçue sur la fin qu'elle pressentait. Je lui offrit un sourire en réponse. J'entends Mathilde qui me parla suite à ce que je lui avais dit plus tôt (ouais du coup bonjour la chronologie Razz ) Elle fait une brève allusion sur ce que peut cacher le miroir. J'avais hâte de leur montrer ce que c'était... ou pas.

Je portais mon attention ensuite sur Jade, qui avait pris place elle aussi avec un chocolat chaud. J'aimais la fin de son raisonnement. J'observais Nya qui était retourné avec sa bonne dose de chocolat pur, prendre place à côté du Serpy qui avait intégré mon top 10 des emmerdeurs en quelques secondes. Ils trinquent, normal, avec un chocolat chaud c'est courant. Je les observe. Enfin j'observe plus la lionne que le serpent. Ailyne va vers eux, engage la discussion. Je regarde la belle. Elle était enthousiaste à gérer ce cours improvisé à la perfection. Mais je voyais clairement qu'elle avait l'air aussi attiré que je l'étais par certaines de mes élèves...

Je l'observe prendre place près de la lionne. Après tout elle fait ce qu'elle veut. Qu'elle pourrait aller se déchirer la tête à la table du fond que ça serait pareil. Mais ça donnait une tournure amusante. Comme si j'avais une élève de plus, et pas des moindres. L'Océan était parti reprendre place également. Tout le monde était assis c'est ce que je souhaitais. Même si les boissons étaient à volonté, il me fallait un minimum d'ordre pour certaines parties de mon cours.

- Bien, un peu de silence s'il vous plait ! Tout d'abord, je tiens à remercier Ailyne d'avoir répondu favorablement à ma demande en acceptant que mon cours puisse se dérouler ici ! Moi qui aime varier les plaisirs, - regard vers la lionne -,  je me suis dit que ça vous ferait du bien de sortir un peu des murs du château que vous voyez beaucoup trop souvent !

Je fis une brève pause, aller retour éclair jusqu'au comptoir, où je laissais mort de soif, mon verre. Retour près du miroir.

-  Concernant cette sortie peu commune. Sachez que j'ai eu du mal à l'obtenir de la part de notre cher directeur Sergeï Kholov. Je pense qu'il ne sourit pas beaucoup dans la vie, peut-être a-t-il des problèmes de constipation... Soit, je suis donc responsable de vous, sachez que je ne tolérerais pas qu'un énergumène choisisse de foutre le bordel ce soir ! Si l'envie vous venait de me pourrir mon cours, sachez que vous prendriez une punition exemplaire, et que je m'assurerais à ce que vous le regrettiez amèrement ! Hormis cela, le directeur m'a explicitement demandé de vous raccompagner jusqu'au château à la fin de ce cours. Aussi nous ne ferons pas une immense fiesta avec strip poker à la fin...

Un peu d'humour décalé. Je leur exposais le jour et la nuit. Nouvelle pause. Regard vers mon verre qui ne s'était évidemment pas rempli tout seul.

- Le déroulement de ce cours va se dérouler en plusieurs étapes et va différer de tous mes précédents, pour celles et ceux ayant déjà participé à certains. Vous n'aurez à aucun moment le loisir d'exécuter des sortilèges avec votre baguette, aussi je vous intime implicitement de les garder rangées. Si l'un ou l'une d'entre vous venait à viser un ou une de ses camarades pour n'importe quelle raison que ce soit, gagnera un aller simple dans le froid dehors avec l'obligation d'attendre jusqu'à la fin de ce cours !

Je balayais l'ensemble des élèves du regard. Je ne pouvais risquer que le cours dérape, pas avec ce qui était prévu. Même si je ne me voyais clairement pas mettre la plupart de mes élèves dehors, certains, ça ne me dérangerait pas.

-  Regardez-bien ce miroir ! dis-je à l'attention de mes élèves.

Pendant ce temps, je pris ma baguette. Je retournais vers le comptoir, passait derrière un instant. Je récupère la bouteille que m'avait filé la belle, hop l Moitié. Jus d'orange, hop the same. Gorgées gorgées - Retournons à nos miroirs. Baguette sur la toile de verre, informulation, #Confringo.

*BAM*

Explosion de verre. Miroir brisé en mille morceaux. Ne restait que le cadre. Sans nul reflet.

J'imaginais que l'effet de surprise en aurait alerté plus d'un. Je vis mes loups se redresser sous le bruit. Rapide regard réconfortant vers eux. J'inforumle un #Réparo, le miroir reprend sa forme initiale.

-  Ce miroir n'a absolument rien de magique ! dit-je en l'enlevant de son piédestal avant de le replonger dans ma sacoche.  Il est ce que vous êtes comme ce que vous ignorez ! L'apparence, c'est un jeu, une illusion. Elle ne dira jamais qui vous êtes. Ce sont vos actes qui le détermineront. Mais quand vous observez votre reflet, vous, vous savez ce qui est derrière cette image éphémère que vous voyez ! Vous êtes à nu dans vos pensées ! vous connaissez vos qualités, vos défauts, vos forces et vos faiblesses ! Un miroir superpose ce que les gens pensent de vous, avec ce que vous savez, de vous ! Pour connaître quelqu'un ou se connaitre, il ne suffit pas de voir, mais d'entendre, de comprendre, de percevoir. Dans la vie, la vérité est rarement derrière une apparence. Surtout en matière de Métamorphose, c'est ce que nous allons voir ce soir !

Je retourne chercher mon jus d'orange, histoire de me rafraîchir. Il était temps de faire travailler un peu leurs méninges. Je reste accoudé au comptoir, et fait face à mon auditoire.

-  Bien, pour commencer, vous allez toutes et tous sortir un parchemin, et m'écrire dessus tout ce qui vous passe par la tête sur la métamorphose humaine ! Pas de paroles, juste des mots ! Je passerais entre vous pour voir tout ce que vous avez à me dire ! Où vous pouvez me les apporter ici en venant récupérer une nouvelle boisson ! Vous choisissez ! A vos plumes !

HRP : Vous avez jusqu'à lundi prochain compris (le 2 janvier) pour faire votre rp. Ce n'est pas une course à qui me donnera le plus de détails, personne ne gagnera plus de points pour me balancer tout le contenu du fofo ou de wikipédia. So' restez en phase avec ce que votre perso' est censé supposément savoir Smile Et si vous avez des questions (dans le cours je parle) hésitez pas à les poser. De même si vous voulez parler à Evan, je vous répondrais. Je ferais en sorte de répondre régulièrement comme pour la première partie du cours Wink

EDIT : Les gens, quand je marque "Pas de paroles, juste des mots ! ", c'est que je veux que votre personnage ne dise pas à voix haute ses pensées, mais qu'il les couche sur le papier, pas de me mettre seulement des mots Razz Mais inutile de changer pour celles/ceux l'ayant déjà fait Wink


Dernière édition par Evan le Mer 28 Déc - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 10

 Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.