AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 5 sur 10
Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Evan
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Evan, Mar 27 Déc 2016 - 9:45


LA d'Anna. Je modifie légèrement la chronologie par rapport à où j'étais initialement et vos posts.

Je restais ancré aux yeux de l'Océan, me rappelant ce souvenir commun que nous avions. Où, déjà, je m'étais hissé à la voile de son regard, me laissant transporter sur un tourbillon incertain et pourtant délicieux. J'aurais pu resté à contempler ce paysage, son paysage, indéfiniment. C'était une chaleur d'hiver qui protégeait des agressions extérieures, un foyer où il faisait bon vivre, où j'aurais pu y déposé mon cœur à l'entrée en sachant pertinemment qu'il y serait bien.

Je vois que ce que je lui ai dit l'a touchée. Sa réflexion m'avait amené à la couvrir de la vérité. Comme si je la prenais dans mes bras pour un étreinte de ténèbres, dans un halo que je voulais sécuritaire. Confiance aveugle. Sa main sur la mienne, j'esquisse un sourire à sa demande. Nul mot, je laisse mon verre libre à la caresse de sa main. Un léger signe de tête, comme pour lui dire "Ce qui est à moi est à toi". Alchimie inexplicable aux portes de ceux qui ne regardent que la Lumière...

Je finis par abandonner ce navire délectable, pour reporter mon attention sur les derniers arrivants. J'écoute Erundil, simple et posé, comme toujours. Sa réponse est limpide pour moi. Je laisse sa question en suspend, sauf si le sourire que je lui donne pouvait être perçu comme un acquiescement de ma part.

J'observais ensuite Merry qui s'était positionnée face au miroir pour réfléchir, son chocolat dans les mains. J'écoute son avis, qui rejoint beaucoup d'autres. Elle ne risquait pas d'être déçue sur la fin qu'elle pressentait. Je lui offrit un sourire en réponse. J'entends Mathilde qui me parla suite à ce que je lui avais dit plus tôt (ouais du coup bonjour la chronologie Razz ) Elle fait une brève allusion sur ce que peut cacher le miroir. J'avais hâte de leur montrer ce que c'était... ou pas.

Je portais mon attention ensuite sur Jade, qui avait pris place elle aussi avec un chocolat chaud. J'aimais la fin de son raisonnement. J'observais Nya qui était retourné avec sa bonne dose de chocolat pur, prendre place à côté du Serpy qui avait intégré mon top 10 des emmerdeurs en quelques secondes. Ils trinquent, normal, avec un chocolat chaud c'est courant. Je les observe. Enfin j'observe plus la lionne que le serpent. Ailyne va vers eux, engage la discussion. Je regarde la belle. Elle était enthousiaste à gérer ce cours improvisé à la perfection. Mais je voyais clairement qu'elle avait l'air aussi attiré que je l'étais par certaines de mes élèves...

Je l'observe prendre place près de la lionne. Après tout elle fait ce qu'elle veut. Qu'elle pourrait aller se déchirer la tête à la table du fond que ça serait pareil. Mais ça donnait une tournure amusante. Comme si j'avais une élève de plus, et pas des moindres. L'Océan était parti reprendre place également. Tout le monde était assis c'est ce que je souhaitais. Même si les boissons étaient à volonté, il me fallait un minimum d'ordre pour certaines parties de mon cours.

- Bien, un peu de silence s'il vous plait ! Tout d'abord, je tiens à remercier Ailyne d'avoir répondu favorablement à ma demande en acceptant que mon cours puisse se dérouler ici ! Moi qui aime varier les plaisirs, - regard vers la lionne -,  je me suis dit que ça vous ferait du bien de sortir un peu des murs du château que vous voyez beaucoup trop souvent !

Je fis une brève pause, aller retour éclair jusqu'au comptoir, où je laissais mort de soif, mon verre. Retour près du miroir.

-  Concernant cette sortie peu commune. Sachez que j'ai eu du mal à l'obtenir de la part de notre cher directeur Sergeï Kholov. Je pense qu'il ne sourit pas beaucoup dans la vie, peut-être a-t-il des problèmes de constipation... Soit, je suis donc responsable de vous, sachez que je ne tolérerais pas qu'un énergumène choisisse de foutre le bordel ce soir ! Si l'envie vous venait de me pourrir mon cours, sachez que vous prendriez une punition exemplaire, et que je m'assurerais à ce que vous le regrettiez amèrement ! Hormis cela, le directeur m'a explicitement demandé de vous raccompagner jusqu'au château à la fin de ce cours. Aussi nous ne ferons pas une immense fiesta avec strip poker à la fin...

Un peu d'humour décalé. Je leur exposais le jour et la nuit. Nouvelle pause. Regard vers mon verre qui ne s'était évidemment pas rempli tout seul.

- Le déroulement de ce cours va se dérouler en plusieurs étapes et va différer de tous mes précédents, pour celles et ceux ayant déjà participé à certains. Vous n'aurez à aucun moment le loisir d'exécuter des sortilèges avec votre baguette, aussi je vous intime implicitement de les garder rangées. Si l'un ou l'une d'entre vous venait à viser un ou une de ses camarades pour n'importe quelle raison que ce soit, gagnera un aller simple dans le froid dehors avec l'obligation d'attendre jusqu'à la fin de ce cours !

Je balayais l'ensemble des élèves du regard. Je ne pouvais risquer que le cours dérape, pas avec ce qui était prévu. Même si je ne me voyais clairement pas mettre la plupart de mes élèves dehors, certains, ça ne me dérangerait pas.

-  Regardez-bien ce miroir ! dis-je à l'attention de mes élèves.

Pendant ce temps, je pris ma baguette. Je retournais vers le comptoir, passait derrière un instant. Je récupère la bouteille que m'avait filé la belle, hop l Moitié. Jus d'orange, hop the same. Gorgées gorgées - Retournons à nos miroirs. Baguette sur la toile de verre, informulation, #Confringo.

*BAM*

Explosion de verre. Miroir brisé en mille morceaux. Ne restait que le cadre. Sans nul reflet.

J'imaginais que l'effet de surprise en aurait alerté plus d'un. Je vis mes loups se redresser sous le bruit. Rapide regard réconfortant vers eux. J'inforumle un #Réparo, le miroir reprend sa forme initiale.

-  Ce miroir n'a absolument rien de magique ! dit-je en l'enlevant de son piédestal avant de le replonger dans ma sacoche.  Il est ce que vous êtes comme ce que vous ignorez ! L'apparence, c'est un jeu, une illusion. Elle ne dira jamais qui vous êtes. Ce sont vos actes qui le détermineront. Mais quand vous observez votre reflet, vous, vous savez ce qui est derrière cette image éphémère que vous voyez ! Vous êtes à nu dans vos pensées ! vous connaissez vos qualités, vos défauts, vos forces et vos faiblesses ! Un miroir superpose ce que les gens pensent de vous, avec ce que vous savez, de vous ! Pour connaître quelqu'un ou se connaitre, il ne suffit pas de voir, mais d'entendre, de comprendre, de percevoir. Dans la vie, la vérité est rarement derrière une apparence. Surtout en matière de Métamorphose, c'est ce que nous allons voir ce soir !

Je retourne chercher mon jus d'orange, histoire de me rafraîchir. Il était temps de faire travailler un peu leurs méninges. Je reste accoudé au comptoir, et fait face à mon auditoire.

-  Bien, pour commencer, vous allez toutes et tous sortir un parchemin, et m'écrire dessus tout ce qui vous passe par la tête sur la métamorphose humaine ! Pas de paroles, juste des mots ! Je passerais entre vous pour voir tout ce que vous avez à me dire ! Où vous pouvez me les apporter ici en venant récupérer une nouvelle boisson ! Vous choisissez ! A vos plumes !

HRP : Vous avez jusqu'à lundi prochain compris (le 2 janvier) pour faire votre rp. Ce n'est pas une course à qui me donnera le plus de détails, personne ne gagnera plus de points pour me balancer tout le contenu du fofo ou de wikipédia. So' restez en phase avec ce que votre perso' est censé supposément savoir Smile Et si vous avez des questions (dans le cours je parle) hésitez pas à les poser. De même si vous voulez parler à Evan, je vous répondrais. Je ferais en sorte de répondre régulièrement comme pour la première partie du cours Wink

EDIT : Les gens, quand je marque "Pas de paroles, juste des mots ! ", c'est que je veux que votre personnage ne dise pas à voix haute ses pensées, mais qu'il les couche sur le papier, pas de me mettre seulement des mots Razz Mais inutile de changer pour celles/ceux l'ayant déjà fait Wink


Dernière édition par Evan le Mer 28 Déc 2016 - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Ailyne Lawson, Mar 27 Déc 2016 - 12:06


Ils se réjouissent. Du cours, dans ce bar. Ici. Alcool que je leur ai donné évidemment. Je ne suis pas dupe. Mais en fait je m'en fous. Je ne cherche ni leur sympathie, ni leur zèle, j'ai fait ce que je voulais. Encore une fois. Comme toujours. Ce cours ici, c'était inespéré. Occasion de rencontre. De sortir de ma torpeur. C'était l'occasion de voir, de comprendre, de saisir des personnalités que je connaissais pas. Qu'il me manquait à ma palette, pour comprendre. J'aimais bien, la sensation d'être ici, avec tous ses gens près de moi. C'est le sentiment d'être chez soi. Sans contraintes. Juste ses envies et les moyens de les réaliser.

Mister professeur sexy avait peut-être jeté son dévolu sur l'Enchanteresse mais ce n'était pas grave. Ce n'était pas grave car j'étais apte à faire jouer le destin en ma faveur quand je le voulais. D'un claquement de doigt. Car le hasard n'existe pas. Il s'agit uniquement de nous et de notre capacité à faire bouger les choses, à faire de nos envies des réalités, sans se restreindre. Sans peur. Parce que la peur est à l'origine de tous nos problèmes. Peur de l'abandon, peur du rejet, peur de la honte, peur de décevoir, peur de mal faire, peur de ne pas savoir. Chaînes pour l'humain. Chaînes pour les cœurs. Déchaîne toi. Sois vivant. C'est le seul moyen. De vivre.

Il parle. Evan. Il prononce des mots qui résonnent dans la salle. Prestance. C'est ce que je pense. Drôle, simple, autoritaire. Figure d'admiration, pour tous ces jeunes. Et pour moi. Moi qui ne sait pas bien faire avec les mots. Puisque c'est tout mon corps qui parle, sans jamais trahir ma pensée. Regard, sourire, déplacement, moue, mouvement, geste, tendre, dynamique, impulsif. Pourtant, quand je parle. Je sais que beaucoup sont accrochés à mes mots. À mes lèvres. Evan et moi. Une sorte de connexion, de ressemblance. On est similaire. Pas les mêmes. Je n'en suis pas persuadée. Mais. Même désir de vivre. Même mode de vie. Selon nos envies.

Joli cours, joli conseil de vie. Ça me plait. J'aime les vérités énoncées, je fais avec chaque jour. J'essaye de voir sous les mensonges, sous les masques. De chaque personne. De tout ceux que je côtoie. Je suis un miroir. Constatation. Qui me plait. Je suis un miroir qui absorbe les deux facettes de chacun. J'absorbe. J'aime l'idée. Voleuse de vie.

Et soudain une idée. Avec mes compairs de soirée, j'ai envie de rajouter un peu de piment. J'ai envie de quelque chose de plus sympathique. Qui nous permettra de rire, sans trop foutre le bordel. Ça me paraît parfait. Mon esprit fourmille.

- Désignez-moi trois élèves dans la salle, et trois cocktails. Avec ou sans alcool. Vous devez choisir pour les effets c'est ça qui importe.

Je leur souris. Sourire malicieux. Je sais qu'ils ont compris, ce que j'avais en tête. J'attends leur réponse et je me déplace de leur table jusqu'au bar où je prépare des boissons pour tout le monde. Et parmi toutes mes boissons sucrées pour les élèves, qu'ils se sentent bien, à l'aise, qu'ils ne manquent, trois petites fioles, sans alcool, mais dont les effets risquent d'être amusant sur les personnes choisis.

_____________________________________________________________

HRPG : Nya, Azaël, du coup si vous pouvez me désigner trois personnes dans votre prochain RP, et trois cocktails avec des effets particuliers, ça serait vraiment cool de votre part.

Les personnes indiquées, je viendrais vous servir un verre de chocolat chaud avec des effets particuliers, mais le goût ne se sent absolument pas. Ni l'odeur d'ailleurs. Attendez mon prochain post avant de décrire les effets. Le cocktail influera sur votre humeur, sur vos sensations, en aucun cas sur votre LA. Comme je l'ai dit c'est une influence, un état d'esprit. Assez important je vous l'accorde, mais on ne vous obligera à rien !

S'il y a un problème et que vous ne voulez pas du tout jouer ça pour votre personnage, envoyez-moi un petit MP, et on changera de nom !
C'est juste une petite idée pour rendre le cours encore plus fun, je pense que ça peut vraiment être marrant.
Bon je suis une gérante un peu barge donc, n'hésitez pas à me dire si ça va pas.
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Ellana Lyan, Mar 27 Déc 2016 - 12:23


Tout s’enchaîne si vite. Les gens arrivent sans s'arrêter. Et ça parle. Ça se fait des coup bas. Ça se drague aussi. Pourtant je n'en perds pas une miette, j'analyse, je vois tout dans les moindres détails. Je vois, je pense mais je ne fais rien. Il n'y a rien à faire de toute façon. Juste à attendre. Que tous les élèves arrivent, que le professeur donne la deuxième consigne et que ce fichu cours se termine. Que je puisse rentrer dans ma maison, dans mon lit, pour dormir, pour oublier.

D'abord entre l'oisillon. Ma petite folle. Doucement mes doigts se portent à l'intérieur de ma poche et se crispent autour d'une petite feuille de parchemin. Une lettre. D'adieu. De jolis mots. Pour me dire la vérité. Et je la connais moi, je suis un monstre. Je dois changer. Seulement, c'est bien joli à dire mais encore faudrait-il trouver le courage et ça moi je ne l'ai pas, je ne suis pas un lion, ce n'est pas mon truc les belles paroles pour sauver la veuve et l'orphelin. Surtout quand c'est moi qui ai tué le mari et les parents. Enfin ce n'est qu'une image, j’espère… Je dévie le regard de Mary pour retourner à ma boisson. Dommage que le liquide ne me fait pas envie.

Puis, il y a les imbéciles de poufsouffle qui se font remarquer, évidemment. Comment aurait-il pu en être autrement ? Je dois pourtant bien avouer que ce jaune qui se lève devant Azaël ne manque pas de cran et puis bien que le geste soit très idiot je ne parviens pas à retenir un petit sourire. Évidemment l'autre serpentard se venge et je détourne le regard, leur bête querelle ne me captive pas plus que ça. Entre-temps une Gryffondor que je connais un peu trop bien fait son entrée. Elle me lance un regard noir que je lui rends sans vraiment la provoquer. Ce n'est vraiment pas le moment. Bien que le cours ait déjà pratiquement totalement dérapé ce n'est pas le moment de faire éclater une nouvelle dispute. Bien que j'aurais volontiers sorti ma baguette contre cette sale rouge et or.

Il y eut d'autre aigles, je ne les connaissais pas, je n'aurais pas voulu les connaître, une seule aigle pour m’intéresser et elle était déjà là. Du côté de notre professeur je dois dire que l'arrivée d'une autre gryffondor aux cheveux de feux ne lui avait pas réussi. Je tentais d'ignorer tout ce que je voyais depuis les petits clins d’œil de sous-entendu jusqu'aux verres d'alcools qui changeaient de mains.

Finalement deux garçons que je connaissais firent leur entrée. Le premier, un serpentard rêveur que j'avais rencontré lors d'une de mes escapades nocturnes hors de l'infirmerie alors que j'étais bercée par la fièvre. J'avais beaucoup de sentiment positif à son égard. Mais même si quelqu'un de mes souvenirs demeurait flou je me souvenais parfaitement de sa voix si harmonieuse sous le ciel étoilé ou encore de son petit patronus d’espoirs comme de tous les mots que j'avais pu libérer ce soir-là.

L'autre était un aigle, un préfet. Pas n'importe qui… Quelqu'un qui m'avait fait vomir mes tripes dans un cachot. M'avait puni, c'était mêlé de mes affaires. J'ai une telle haine envers lui que je dois me contenir pour rester assise. Malheureusement il n'y a pas que de la haine. Aussi, de l'admiration. Un préfet à l'air toujours si blasé, comme détaché de la réalité, on dirait que les émotions glissants sur lui sans l'atteindre. Et je l'envie. Moi qui malgré tous mes efforts pour rester impassible, me retrouve prisonnière de mes sentiments à chaque fois. Comme en ce moment où je sens mon cœur battre légèrement trop vite. Je cherche son regard pour y figer les miens. Je meurs d'envie de lui déverser ma colère mais sans comprendre pourquoi, je rougis. Alors que rien ne m'avait préparé à ça, je tourne la tête et respire un grand coup. Ce n'est pas possible. Je ne comprends plus. Je ne veux pas comprendre.

Je ferme les yeux, cesse de tout regarder, j’entends les voix de mes camarades, je perçois leurs rires, leurs bavardages. Je serre les dents, je ne veux plus rien comprendre. Le brouhaha s'intensifie et ma tête est prête à exploser. Soudain le calme se fait. J'ouvre les yeux. Rien d'étonnant, le professeur parle. Explosion du miroir, réparation, il a de la chance que personne ne fusses blessé. Je ne saisis pas tout ce qu'il dit mais les dernières phrases me suffisent, je me maudis intérieurement, alors voilà ? Il n'y a besoin que d'un seul aigle pour perturber ma concentration sur le cours ? Je ne pensais pas tomber si bas.

Je prends un nouveau parchemin et me mets à écrire selon la demande du professeur. Au moins ça me permet de rester concentrée.


Parchemin 1:
 

D'un geste rageur je déchire le papier et place mon front entre mes mains glacées. Que je retrouve mon calme, s'il vous plaît. Laissez-moi sortir de ce cercle infernal, je n'en peux plus. Je mets la feuille déchirée dans mon sac et en ressorts une autre. Gardons la tête froide. Je me remets à écrire. L'encre trace mots après mots sur le papier sans qu'ils n'y ayons le moindre sens. J'écris juste des mots à la volée.

Parchemin 2:
 

Je roule doucement la feuille et attends patiemment. Si le professeur veut voir il n'a qu'à se déplacer en tout cas ce n'est pas moi qui vais bouger de cette chaise. Si je dois passer devant Vacuitas ça ne va vraiment pas aller…


HRP : Petite dédicace à Mary ^^
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Mary Drake, Mar 27 Déc 2016 - 17:02


Une fois remise de mon éclat de rire, j'entends Merry parler. Elle dit ce qu'elle voit, tout en supposant une capacité magique. J'avais déjà fait équipe avec elle durant un cours. On avait loupé notre coup, mais au moins, nous ne sommes pas repartie avec de graves blessures. Ah, les cours de SACM... C'est quelque chose. Je commence à me sentir bien, dans ce bar, malgré la présence qui pèse sur mon dos à chaque instant. Ici, c'est chaleureux. Etre loin de notre classe, ça ne peut que faire du bien. Pendant que je rêvasse, Mathilde, une aigle, pose une question. Jade, une jaune qui est pratiquement dans tous les cours auquel je participe, se décrit simplement en finissant sur une note un peu plus, poétique... Je passe vite mon attention sur le groupe des quatre, des cinq même, et écoute Erundil, qui, comme nous tous, fais l'exercice. Je commence à réfléchir sur l'étendue de ce cours, vraiment. Qu'est-ce qui va se passer, après ? Et justement, notre professeur se met à parler, pour un dialogue sans fin. Bon, il y en aura sûrement une, mais disons qu'il va falloir du temps... Il est bien parti.

Il commence en remerciant la gérante d'avoir accepté de nous accueillir dans son bar. Puis enchaîne sur le fait que Sergeï n'était pas trop pour faire un cours ici, qu'il a des problèmes de constipation. Je mélange un peu tout, mais ça me fait rire. Imaginer notre directeur dans de telles positions de faiblesse. Nous ne devons pas foutre du bordel. Je pense qu'il se fout un peu de nous, étant donné qu'il trafique je ne sais quoi avec certains élèves. Je ne suis pas médium de toute façon, et même si j'écoute souvent, je ne suis pas du genre à en mettre, du bordel. Sauf quand la folie revient, mais ce n'est pas de ma faute. Je ne suis pas elle, c'est elle qui vole ma vie. Bref. Evan continue en terminant sur une note ' humoristique ', un humour bien à lui. Il poursuit sa longue tirade en expliquant que nous n'avons pas besoin de baguette, que ce n'était pas un cours comme les autres - mais bon, ça, même un aveugle l'aurait remarqué . Je reste sceptique en cherchant ce qu'il y a de magique finalement, mais je ne vois pas grand chose qui pourrait l'être.

Un bruit de verre brisé se fait entendre. Je n'ai pas été épargnée par la peur, par le cœur qui bat à cent à l'heure. Je regarde le prof, est-il fou ? Si un éclat de verre s'était figé dans la peau de l'un de nous, comment aurait-il pu remédier à la blessure infligée ? Par la magie, idiote, évidemment. Heureusement, très vite, il répare le miroir qui retrouve son élégance ? Si l'on peut appeler ce qu'il reflète d'élégant. Il poursuit par après sa longue explication en rangeant le dit objet dans sa sacoche. Ce sont ses paroles qui le font vite remonter dans mon estime. Je ne peux être plus d'accord qu'avec ses mots. Voir au-dessus de l'apparence. Ne pas se fier au reflet que nous renvois nos yeux. C'est tellement rare, aujourd'hui. Il ne faut pas juger avant de savoir. Toujours savoir avant de juger. Non, même pas. Il ne faut pas juger. Juste, accepter. J'en demande peut-être trop aux gens en fait. Bref. Il finit -enfin- par nous dire d'écrire tout ce que nous voulons sur la métamorphose humaine. Rien que des mots, pas de phrases. Je trouve ça dommage. De se limiter à l'humain, de se limiter aux mots. Je décide donc de respecter la dernière condition, mais pas la première. Il y a dans la nature des métamorphoses qui méritent d'êtres évoqué, même plus que celles des hommes. J'attrape donc un parchemin, une plume, et fais... Comment est-ce que l'on appelle ça déjà ? Mettre un mot au centre et écrire tous les autres auquel le principal nous fait penser ? Je ne sais plus, mais c'est comme ça que je décide de présenter mon parchemin.

Parchemin de Mary:
 

Il y a plusieurs groupes qu'il tentera bien de déchiffrer lui-même. Le premier, c'est l'homme en général, le truc bien pénible que j'écoutais pas vraiment avant. Ensuite, il y a tout ce qui se situe à l'intérieur de l'être humain. Puis quelques mots sur la magie, mais j'y connais pas grand chose finalement. Nous avons aussi les 4 éléments, le papillon et pour finir, n'importe quoi. J'men fous si c'est pas génial, ce ne sont que des mots après tout. Mon chocolat chaud étant terminé, je me lève et dépose mon parchemin devant mister professeur sexy un sourire en coin. J'attrape un verre au hasard puis retourne m'asseoir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Azaël Peverell, Mar 27 Déc 2016 - 17:35


A peine le temps de répondre à la gérante que le cours semble enfin réellement commencer. Dommage, pour une fois que t'étais prêt à discuter avec quelqu'un sans être trop désagréable, c'est raté. Et le prof qui commencer à vous sortir tout un laïus comme quoi il est content que son cours se déroule ici, en passant bien évidemment par la case remerciements, et la drague à peine voilée de la lionne qui est à tes côtés. Non mais sérieusement, ça devrait être interdit ce genre de sous-entendu aussi discret qu'un dragon qui crache du feu, la classe en moins. T'espères quand même que Nya considère tout cela comme un jeu et qu'elle ne va pas se laisser avoir par un tel crétin.

Et puis après vient toute la partie concernant le fait qu'il veut pas que son cours finisse en bordel. Ouais, bah là-dessus, il peut toujours courir. Il peut même promettre toutes les punitions qu'il veut, si t'as envie d'en faire qu'à ta tête, t'as pas l'intention de te gêner pour lui. Tu trouves même que ses petites menaces sonnent un peu comme une invitation. Enfin, ça, c'est sûrement dû à ton esprit de contradiction. Tu reprends une gorgée de whisky. C'est toujours aussi bizarre de boire ça dans une tasse en y voyant un chocolat chaud. Mais tant que t'as le goût et les effets de l'alcool, ça te va. T'entends vaguement que vous n'allez pas pouvoir utiliser vos baguettes, sous peine de finir dehors. Ce qui serait assez gênant parce qu'il caille, et que dehors, y'a pas d'alcool.

Enfin bon, clairement, si l'autre te fout à la porte, tu vas pas rester à attendre devant comme un gentil garçon. Tu risques de rapidement trouver le chemin d'un autre bar, ou tout simplement celui de Poudlard. Mais le mieux reste encore de ne pas te faire prendre. Si jamais l'autre frotte-manche devant toi essaie encore de saouler, tu essaieras d'être un minimum discret sur la vengeance. Enfin, le prof entre dans le vif du sujet. Il demande à tout le monde de regarder le miroir. Une fois n'est pas coutume, tu fais ce qu'il dit. Sauf que cet imbécile trouve rien de mieux à faire que de l'exploser. Tu hausses un sourcil, et bientôt il le répare, et le range.

- L'apparence, c'est un jeu, une illusion. Elle ne dira jamais qui vous êtes. Ce sont vos actes qui le détermineront. Mais quand vous observez votre reflet, vous, vous savez ce qui est derrière cette image éphémère que vous voyez ! Vous êtes à nu dans vos pensées ! vous connaissez vos qualités, vos défauts, vos forces et vos faiblesses ! Un miroir superpose ce que les gens pensent de vous, avec ce que vous savez, de vous ! Pour connaître quelqu'un ou se connaitre, il ne suffit pas de voir, mais d'entendre, de comprendre, de percevoir. Dans la vie, la vérité est rarement derrière une apparence.

T'as l'impression d'un coup de poignard en plein coeur. C'est sûrement l'effet de la vérité que t'essaies de te cacher à toi-même. L'apparence n'est rien. Tu peux montrer ce que tu veux aux autres, ça ne change pas ce qu'il se passe à l'intérieur de toi. Tu le sais. C'est pour cela que tu t'es construit ce masque impassible, indifférent, moqueur. Pour cacher toutes ce qui te ronge, tes faiblesses, tes peurs. Et elles sont nombreuses. C'est pour ça aussi que t'évites de te retrouver face à ton reflet, face à tout ce qui pourrait te représenter. T'arrives pas à le supporter. T'arrives pas à te regarder en face.

Tu baisses les yeux sur ta tasse, observes le liquide à l'intérieur, le fais tourner. T'entends vaguement que t'es sensé écrire sur un parchemin des mots qui te font penser à la métamorphose humaine. T'as la flemme de faire ça. Tu finis ton verre d'une traite. Avec une légère grimace quand même. L'alcool te brûle la gorge, mais ne t'embrume pas assez l'esprit. T'en veux plus. Toujours plus. T'as envie d'oublier tout ça. Ce que t'es, tes prises de conscience. Tu détestes ça. Une voix te sort de tes pensées.

- Désignez-moi trois élèves dans la salle, et trois cocktails. Avec ou sans alcool. Vous devez choisir pour les effets c'est ça qui importe.

Tu relèves la tête. Elle est toujours là. Toujours prête à vous faire vous amuser. Tu esquisses un sourire. C'est une bonne idée ce qu'elle propose. C'est toujours mieux que de rester à se morfondre, autant essayer de ridiculiser trois personnes. Alors tu réfléchis à la question, savoir qui tu aimerais embêter, et la réponse te vient plutôt rapidement. T'en parles avec Nya, qu'elle puisse aussi désigner quelqu'un, puis que vous vous mettiez d'accord sur ce que vous allez leur faire prendre. Et vous donnez les noms à la gérante avec un léger sourire. Parce qu'avec son idée, elle t'as fait sortir de ta torpeur. Alors qu'elle va les préparer, tu lances un regard à Nya.

- J'pense qu'on va bien s'marrer, petite fille !

Tu sors quand même une plume et un parchemin, histoire de répondre à la consigne du prof et qu'il vienne pas t'Emmerd*r après. Métamorphose humaine... Bah t'y connais pas grand chose, ça va être vite fait. De toute façon, t'as pas envie de vraiment te pencher dessus. Tu t'en tapes un peu. Plume dans l'encrier, quelques mots griffonnés, travail bâclé. Hop, c'est terminé.

Parchemin:
 


HRP : Merci pour l'idée Ailyne, c'est juste génial ! Alors on a choisi un Lisounours pour Riri, un Jeseitou pour Alexander, et un Dark Side pour Merry !
Revenir en haut Aller en bas
Ailyne Lawson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Ailyne Lawson, Mar 27 Déc 2016 - 20:26


Malicieuse, je les regarde. De loin. J'ai les trois noms, ils m'ont désigné les personnes. J'ai hâte de voir les effets. J'ai hâte qu'on se marre un peu. Cette soirée s'annonce encore mieux que prévu. Au final, le serpent, dont je me souvenais pour l'avoir croisé aux Trois Balais, était vraiment quelqu'un de sympathique, enclin à s'amuser. Il ne m'avait fait au départ ni chaud ni froid, contrairement à la fille de feu qui avait fait grimper la température d'un cran. Je les aimais bien les deux. Surtout la fille de feu qui devait faire tourner des têtes. Elle pourrait presque faire tourner la mienne. Presque. Sauf que c'est moi qui pourrait la croquer. La belle rousse.

Trois noms. Trois cocktails. Pas vraiment des cocktails. Disons plus de subtiles liqueurs. Je fais une autre tournée de chocolats chauds. Et de l'autre côté, je prépare le condensé de sensations que je vais leur fournir. Sans qu'ils le sachent malheureusement. Ou bien heureusement. Pour le plaisir de nos yeux. Mes mains bougent habilement, je ne les vois même plus. Tout s'éxecute machinalement, j'ai l'esprit fait pour ça. Poudre, liquides divers et variés, épices, et ingrédients magiques, le tout organisé de sorte à ce que la liqueur ne laissent entrevoir aucune couleur particulière, mais également aucun goût et aucune odeur. Je vers les trois fioles dans les différentes tasses. Personne est au courant, c'est très bien comme ça. On aura tout loisir de bien rire.

Je m'approche de tous les élèves, et je sers à chacun une tasse de mon bon chocolat chaud, le meilleur d'Europe, comme tout ce qui est servi dans mon bar. Je reprends les verres et les tasses vides. Mains expertes, rien n'est renversé. Je navigue de table en table. Je ne lâche pas l'Enchanteresse des yeux quand je passe devant elle. Mais c'est surtout à mes acolytes que je lance des regards, des sourires.

Riri. Première personne à qui je sers mon chocolat chaud si précieux. Condensé de bisounourserie. Condensé d'amour et d'allégresse. L'envie de dire des mots doux. L'envie de faire des câlins. Voir le positive. Un brin de naïveté. Exacerbée. Complètement exacerbée. Extrême, dans l'envie de faire les choses bien. Pour les autres. Monde d'amour et de douceur. Guimauve. Tasse servie.

Alexander. Deuxième victime de notre sournoiserie. Pas méchant. Juste un peu d'ambiance dans ce bar, où les élèves paraissent tout à coup beaucoup trop silencieux. Ce qui ne me plait pas trop. Il faut que ça fasse du bruit, que ça bouge, dans tous les sens. Pour que nos sens s'exaltent. Jeseitou. Monsieur est pédant et ne pourra s'empêcher de vouloir partager sa science et son savoir. Incohérence dans la parole, génie de son point de vue, incompris par les autres. Il va nous créer de nouvelles couleurs à notre univers. Vous allez voir, ça va créer des réactions en chaînes que vous n'auriez pas osé imaginer même dans vos rêves.

Dernière. Belle Merry. Douce Merry. Peut-être pas vraiment douce. Côté obscure de la force (RIP Carrie). C'est ça qu'elle va nous révéler. Ce qu'il y a dans son miroir. Le côté qu'on ne voit pas. Celui qui se cache, celui qui se tapit. Dans l'ombre. Ombre. Devenir l'ombre de ce que l'on est d'habitude. Se montrer sous un jour que les autres ne connaissent pas. Colère, désespoir, rancoeur. Envie de tout foutre en l'air, moquerie. Envie de puissance, envie de pouvoir. Déjoue les illusions d'optique sans dénouer les langues.

Je continue ma tournée, je distribue des saveurs chaudes et gourmandes. La liqueur mettra exactement trois minutes et dix-huit secondes avant de faire effet, concentré comme il l'était. Puis je pose le plateau sur le bar et je retourne vers mes compairs de soirée. Sourire, réchauffée. Je me sens réchauffée. Fini la glace. C'est la fille de feu et son acolyte.

- Ça devrait pas mettre longtemps.

Je souris aux deux, sentiment de pouvoir. Sentiment d'être une enfant. Du moins. Ce que je pense que ça fait d'être une enfant. Enfance. Peut-être que j'y suis toujours. À cause de l'accident. Je me souviens de rien. Ni l'enfance, ni rien de plus que ce que je vis actuellement. Depuis quelques mois. Début de vie en étant adulte. Aucun souvenir. Juste ce présent. Omniprésent. Machinalement, je prends une mèche de cheveux de la fille de feu. Je joue avec. Je le vois pas. Douceur. Douce. Je fais attention à rien. Mes envies comme toujours, prennent le pas sur ma pensée. Pensée déchaînée; illogique. Rien ne se suit. Décousu.

Autre idée. Lumineuse. Qui pourrait éveiller. Réveiller. Mettre en évidence et en lumière. Leur nouvelle humeur. Je prends un bout de leur parchemin, je le déchire en trois. Élément perturbateur. J'écris un mot d'amour. Sur chacun des bouts. Je leur montre. Enflammée, mot d'amour anonyme. Je me lève. Je passe. Entre les chaises. Récupère certaines tasses encore laisser. Je demande si tout va bien. Si tout se passe bien. Près de Riri, Alexander et Merry, je laisse les mots différents mots. Pas les mêmes expressions employées, mais la même intention. Amour. Passion. Je leur dis. Qu'un anonyme me l'a laissé pour leur donner. Et je repars en m'arrêtant à peine sur eux. Peu de personnes ont vu ce que je faisais. Discrète, je sais l'être, quand je le veux. Mais ça y est. Ils l'ont en main.

- Voilà, c'est le moment où on sort le pop corn et qu'on regarde le spectacle.

Je m'arrête à un moment.

- Si ça vous dit, après le cours, vous pouvez rester. Je me chargerais de vous "raccompagner" si master professeur sexy l'exige.

______________________________________________

Riri, Alexander et Merry vous êtes donc les heureux élus.
N'hésitez pas à m'envoyer un petit MP.

Des bisous,
Pirouette,
Lyne

Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Nya O'Neal, Mar 27 Déc 2016 - 23:25


Je souris légèrement en voyant la réaction du vert et argent. Il devait s’être laissé berner, comme les autres, et penser que ce n’était que du chocolat chaud. Au moins, ça prouvait l’efficacité du subterfuge. Je lui tendis tout de même son verre et trinquai, comme si de rien n’était. Comme si j’allais lui ramener du chocolat chaud… Je n’aimais même pas ça. Moi et les boissons chaudes, ça n’avait jamais fait bon ménage. Rassuré après avoir goûté au nectar, le jeune homme me gratifia d’un large sourire. Je lui répondis avec un petit clin d’œil. Je me fichais pas mal de ce qu’il pouvait penser, au moins j’avais réussi à nous dégoter de l’alcool.

« T’inquiète, qui pourrait me résister? »

On avait à peine eu le temps de répondre à la question de la gérante qu’Evan reprenait la parole pour annoncer le début du cours. Ah oui, c’est vrai. Fallait pas oublier pourquoi on était là non plus. Ailyne. Je connaissais maintenant le prénom de ma bienfaitrice. Il ressemblait étrangement beaucoup trop à celui de ma meilleure amie d’enfance, d’ailleurs. J’adressai un sourire de défi au professeur, n’ayant rien perdu de son regard qui voulait tout dire. Il avait de la concurrence, là. S’il voulait que je finisse la soirée avec lui, il allait devoir faire ses preuves. Mais c’est vrai que l’idée était tout simplement géniale. Faire son cours dans un bar, avec une rouquine complètement barge qui offrait de l’alcool aux étudiants (y compris aux mineurs, soit dit en passant), c’était parfait. Un bon point pour mister sexy, comme l’appelait si bien la demoiselle.

Le prof de métamorphose continua ses explications non sans lancer une petite pique à l’adresse de Kholov. Les absents ont toujours tort, comme on dit. C’est vrai que je ne l’avais vu qu’une fois, mais il n’avait pas l’air des plus souriants, le bonhomme. Il semblait plutôt avoir un bon gros balai dans le cul et détester sa job. Enfin en tout cas, les fauteurs de trouble, ça allait probablement être nous. Je l’attendais de pied ferme, sa punition exemplaire, moi. À en juger par ses jeux de regard depuis le début de la soirée, je ne devais pas risquer bien gros, quoi qu’il arrive. Le cours allait donc se dérouler sans baguette. Pas de problème. Je souris légèrement en le voyant sortir la sienne quelques secondes à peine après avoir explicitement dit que le premier qui sortirait la sienne passerait le reste du cours dehors… Allez, on sort se les geler, professeur, là. Faut suivre ses propres règles, hein.

Voilà qu’il faisait littéralement exploser le miroir. Le bruit me fit légèrement sursauter et me détourna de lui. Je m’attendais pas mal à tout, sauf à ça. Après avoir réassemblé les morceaux de verre à l’aide d’un sortilège informulé (il allait d’ailleurs falloir que j’aille lui demander de m’apprendre à faire ça), Evan nous expliqua que le miroir n’avait absolument rien de magique. Nan, sérieux? Je retins un petit rire narquois visant la moitié des étudiants qui avaient supposé des affaires toutes aussi fausses les unes que les autres. Je repris toutefois bien vite mon sérieux en constatant que mon camarade serpent n’avait pas l’air dans son assiette. Ce dernier venait de caler son verre, comme pour oublier les paroles de son aîné. J’avalai donc nonchalamment quelques gorgées de whisky et lui tendis ma propre tasse, encore à moitié remplie. Ce n’était pas vraiment mon genre de m’inquiéter pour les autres, mais avec lui, c’était différent. Je n’aimais pas le voir dans cet état-là, je voulais qu’il se sente bien à mes côtés.

« Tiens, t’as l’air d’en avoir plus besoin que moi. »

Ailyne ne tarda pas à venir à mon aide et à proposer un scénario qui allait pimenter un peu la soirée. Je l’observai un instant, un bon gros sourire étirant petit à petit mes lèvres. Elle était complètement folle, cette fille-là, et j’aimais ça. Elle faisait ce qu’elle avait envie de faire quand elle en avait envie, ça me plaisait. D’autant plus que ses idées étaient vraiment bonnes. Je savais exactement sur qui j’allais m’acharner. Bah quoi? C’était l’occasion parfaite de se venger. Merry, cette fameuse rouquine qui n’avait rien à faire avec Azaël mais qui passait pourtant le plus clair de son temps avec lui… Sérieusement, elle était beaucoup trop sage pour lui. Leur seul point en commun était qu’ils voulaient tous les deux énerver Trystan. Ouais, la jalousie est un vilain défaut, mais j’avais pas mal réussi à la cacher jusqu’à maintenant, et personne n’allait me soupçonner si la gérante se chargeait de lui apporter son cocktail. Amusée, je me tournai donc vers le serpent et lui fis part de mon intention. À ma plus grande surprise, il ne sourcilla même pas et accepta sans poser de question. Je me tournai donc à nouveau vers la jolie rousse qui nous avait offert tout ça.

« Je donnerais bien un Dark Side à Merry moi, tiens. »

On allait peut-être finalement voir un côté un peu plus sombre de la demoiselle… Avec un peu de chance, cela ferait fuir le beau brun. Il ne nous fallut pas grand temps pour se mettre d’accord sur le sort réservé à Riri non plus. Le transformer en bisounours le temps d’une soirée, ça ne pouvait qu’être amusant. Comme je m’en doutais, mon camarade choisit de s’en prendre à Alexander avec le dernier breuvage. Ça risquait effectivement d’être plutôt amusant. Je souris à Azaël, avant d’à mon tour m’emparer d’un parchemin et d’y graver quelques mots… Ou pas. Pas très inspirée, je jetai un bref coup d’œil à la table voisine - ouais ouais, je triche. Oh et puis Mer**. Je ne savais pas trop si l’alcool commençait déjà à monter, ou si Ailyne m’avait trop sortie du mindset du cours (qui, pourtant, m’intéressait beaucoup à la base), mais j’étais parfaitement incapable de penser.

« Dis, ça te tente qu’on fasse l’exercice à deux? J’ai vraiment pas d’idée… »

La jolie rousse ne tarda pas à revenir vers nous, après avoir fait sa tournée des tables. J’avais bien hâte de voir ce que ça allait donner. Sourire aux lèvres, je plongeai mon regard dans le sien. Je l’aimais bien, la demoiselle… Vraiment bien. Elle était spontanée et regorgeait d’idées toutes plus saugrenues les unes que les autres. J’espérais sincèrement pouvoir la revoir en dehors du cadre du cours, histoire d’apprendre à la connaître un peu mieux. Elle s’empara alors d’une de mes mèches, visiblement sans trop s’en rendre compte. Mon sourire s’étira. J’avais envie de me rapprocher d’elle, de jouer un peu, moi aussi. Mais je manquais encore un peu d’alcool pour me laisser aller. On était quand même supposés être en cours… Ou peut-être que c’était le fait qu’Azaël soit là, qui me bloquait? Quoi qu’il en soit, elle ne me laissa pas vraiment le temps de réagir et s’empara d’un bout de parchemin, qu’elle déchira en trois. Je souris de plus belle en voyant ce qui était marqué dessus et les personnes à qui elle comptait clairement les distribuer. La soirée s’annonçait de mieux en mieux. Ouais, du pop-corn n’aurait pas été de trop. Je repris machinalement la tasse que j’avais tendue à mon camarade et en avalai les rares gouttes qui restaient dans le fond. J’affichai une petite moue attristée, mais fus rapidement sortie de mes pensées par la proposition de la gérante.

« Avec plaisir! »


Oh que oui, j’étais totalement pour. Passer un peu plus de temps avec la belle jeune femme et le vert et argent, je ne pouvais pas refuser.
Revenir en haut Aller en bas
Galway Lynch
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Galway Lynch, Mer 28 Déc 2016 - 11:28


Mathilde lui sourit et lui répondit:

-Ce n'est pas mon premier cours mais mon deuxième. Et aux trois balais disons que c'est mon premier.


D'accord, elle avait donc déjà des connaissances en métamorphose, sans être une experte. Galway en déduit aussi que les cours en dehors du château n'étaient pas courant, la réaction des autres élèves lui avait donné cette intuition également.

-Tu penses quoi de cette question du prof? C'est étrange comme question nan?

Étrange??? Galway perçu ce terme avec une grande ironie. Il avait découvert il y a quelques semaines que la magie et les créatures magiques existaient, et depuis il avait été envahi par un torrent d'anormalité. A coté, la question du prof était aussi banale que s'il avait demandé de réciter une table de multiplication. Malgré tout, il voyait où elle voulait en venir.

-Oui, dans le miroir on voit notre reflet mais il est évident que ce n'est pas la bonne réponse, il faut creuser plus loin que ça. J'ai exposé le fait que les êtres humains ont la capacité de se reconnaître dans le miroir, mais que cette faculté pouvait être modifié en cas de métamor…

Il fut interrompu par le prof. Apparemment tous le monde était arrivé. Certains discutaient près des boissons, d'autres flirtaient avec le prof (???), d'autres enfin s’asseyaient en saluant les autres. Galway termina son chocolat en écoutant Evan donner les consignes à respecter. Il éprouva un immense soulagement en entendant qu'ils n'auraient pas à utiliser leurs baguettes pour ce cours. Il n'allait pas se ridiculiser devant tout le monde, ni faire appel à ce pouvoir qui le terrifiait.

Le prof donna également la réponse à l'énigme, appuyant ses dires en faisant exploser le miroir d'une manière plutôt impressionnante du point de vue de Galway. On peut voir notre reflet mais cette vision est tronquée car nous avons des informations que les autres n'ont pas sur nous même, notre état d'esprit, et cela peut influencer notre manière de voir notre reflet. Cela avait du sens. Il avait presque le cœur léger en y réfléchissant, la menace de la baguette étant éloignée.

-... ce qui vous passe par la tête sur la métamorphose humaine !


Les deux derniers mots résonnèrent dans sa tête pendant de longues secondes. Ce type est fou!!! Il allait leur apprendre à métamorphoser des êtres humains! Est-ce qu'il allait se servir d'élèves comme cobaye? Et si leurs facultés psychiques étaient altérées lorsqu'ils retrouveraient forme humaine? Et s'ils ne retrouvaient jamais forme humaine?

Observer, écouter, analyser. Ne pas attirer l'attention. Fuir, par tout les moyens, si jamais cela devait mal tourner.

Il eut du mal à retrouver ses esprits et il lui fallut de longues minutes pour rassembler ses idées. Il avait répondu à la première question avec son point de vue de né-moldu et décida de continuer, que pouvait-il faire d'autre?


Parchemin de Galway:
 

Lorsqu'il fut satisfait de sa copie, il alla la porter au prof, prenant bien soin d’éviter tout contact visuel avec lui, puis il se rassit, se tourna vers Mathilde et lui demanda d'un ton aussi détaché que possible:

-Sur quoi tu t'es exercée lors de ton précédent cours, est-ce que tu as déjà fait ça sur des humains?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alexander Hurtson
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Alexander Hurtson, Mer 28 Déc 2016 - 21:39


HRP: Bon c'est décidé Lyne, Aza et Nya je vous adore. Evan ne juge pas Alex sur ce qu'il va faire ou dire, il n'est pas dans son état normal xD

Ton petit speech devant le miroir à peine terminé, un bras te tire vers le bas afin de te rasseoir. C'est Amy. Elle est énervant, tu étais bien parti et tu sens que tu aurais pu continuer encore longtemps. Mais en même temps, elle a raison, il ne faudrait pas trop t'étaler sur la question. Tu te rassois donc, résigné à attendre la fin du cours. Sauf qu'au moment où tes fesses auraient du toucher la chaise, elles ne rencontrent que de l'air et tu t'étales sur ton fessier, au sol, devant tout le monde. Une seule personne peut avoir fait se coup. Et celle-ci ne se trouve pas à côté de toi mais derrière. Tu te relèves en jetant un regard assassin à Liderick qui te tends ta chaise en te souriant niaisement. C'est quand même dingue à quel point l'envie de commettre un meurtre s'empare de toi à ce moment là. Mais tu es assez intelligent pour garder ton calme et te venger plus tard. Quand il ne s'y attendra pas.

Tu attends donc patiemment sur ta chaise que tout le monde finisse d'arriver, se serve en chocolat chaud et décrive ce qu'il voit dans le miroir. D'ailleurs la remarque d'Azael te fais bien rien. Pauvre garçon, obligé de se prouver à lui-même qu'il est le meilleur. Pas la peine de s'embêter, c'est toi le meilleur. En tous cas, tu es meilleur que lui, ça c'est sur. Les réponses continuent de défiler quand tu entends derrière toi la conversation entre le morveux (Aza) et sa collègue rousse (Nya). Ils parlent de boire un peu de whisky tous les deux. Les pauvres... s'ils savaient que tu avais entendu, tout cela leur semblerait beaucoup moins marrant. Plus qu'à attendre un petit peu qu'ils soient entrain de le faire avant d'aller les balancer au prof. Et là... BINGO! C'est dommage pour la Gryffondor mais comme elle traîne avec le vert et argent, c'est bien fait pour elle.

Ça y'est, tout le monde a enfin fini de déblatérer sur leur vision dans le miroir. D'ailleurs, certains sont complètement perchés. Encore plus que toi. Mais tu n'as pas le temps d'en faire la remarque à ta voisine que le prof reprend son cours. En fait, il s'agit juste d'un blabla dans lequel il vous dit que Sergy a été gentil, mais qu'il faut rester raisonnable toussa toussa. Tu n'écoutes pas vraiment car tu t'en tapes complètement. La seule chose que tu as en tête en ce moment, c'est de trouver comment tu allais te venger de Liderick. Puis viens la consigne. Vous devez coucher sur le papier tout ce qui concerne la métamorphose humaine. Tout le monde se penche sur sa plume et commence à gratter. Nya étant revenu, cela te semble le moment opportun pour aller vers le professeur afin de les dénoncer.

Le truc est que quand tu te lèves, la patronne du bar (Lyne) viens vers toi et te tends une tasse de chocolat. La garce, elle vient de te couper dans ton élan et voilà le prof qui commence à faire le tour des tables. Trop tard, tu ne pourras pas les dénoncer sans être entendu par d'autres élèves. Un peu plus tard peut-être. Il est temps pour toi d'écrire ce qu'il t'a demander. Mais avant, chocolat chaud! Car il fait froid et que ça stimule les neurones. Première gorgée avalée. Puis c'est bientôt tout le contenu de la tasse qui disparaît dans ton estomac. Tu ne sais pas ce qu'elle a mis dedans mais il est sacrément bon.

Il est temps désormais d'écrire ce que l'autre vous a demandé. Même si tu sais très bien que tu n'as rien à faire ici. D'ailleurs, que peux-tu donc faire dans ce lieu miteux entouré d'ignares sauvages? Et puis, pourquoi tu répondrais au prof? Après tout, tu n'as pas à lui apporter ton savoir. Et puis il est tout de même prof. Tu attrapes donc ta plume et notes sur le papier:

Parchemin:
 

Simple, bref et en même temps tellement vrai. Tu te dis quand même que c'est vachement égoïste et qu'ils ont sûrement besoin de toi pour les aider à accéder à la Connaissance. Commences par Liderick, sûrement le plus atteint de la classe. Tu te retournes et le regardes. Il a l'air tellement perdu. Comment fais-t-il pour survivre? Tu lis son parchemin et te rends compte que ce qu'il a écrit est plus que léger. Tu attrapes son bout de papier, ta plume et gribouilles tout ce qu'il a marqué. Tu vas lui expliquer comment la métamorphose humaine fonctionne.

"- Laisse moi faire, tu vas avoir l'air ridicule. Enfin, encore plus que tu ne l'es déjà. Alors déjà c'est pas compliqué. Même s'il y a quelques bases dans ce que tu as mis, ça parait très léger tout ça. Un jour, un grand homme a dit à propos de la métamorphose humaine: "Mundi placet et spiritus minima". Tu vois, ça veut dire que le monde et l'esprit sont liés étroitement. Et que donc, pour agir sur ton monde, il te faut déjà agir sur ton esprit. C'est vraiment la base de la métamorphose humaine. Ce même homme a même dit: "Tempora mori, tempora mundis recorda." Là, il explique qu'il ne faut pas se précipiter et prendre son temps pour changer le monde, toujours grâce à son esprit. Sache que si tu n'as pas compris, c'est absolument pas grave, peu de gens en sont capables. En tous cas, bon courage pour la suite de ta vie. Avec ton niveau intellectuel, ça risque d'être dur."

Une fois la pauvre âme en peine du Serpentard un peu rafistolée, tu pars vers les autres personnes présentes dans le bar. Tu as vraiment envie de partager ton savoir. Tu sens que tu es envoyé ici par quelqu’un afin de répandre la sagesse et le savoir. Tu vas donc voir Amy, ta voisine de cours. Elle aussi a bien besoin d'être aidée même si son état est moins critique que celui d'Azael. Tu t'approches d'elle et lui glisses:

"- Savais-tu que le mot palindrome était lui-même un palindrome?"

Avant même qu'elle ne puisse te répondre, tu repars. En passant devant ta table, tu remarques un petit bout de papier qui n'y était pas. Un mot d'amour d'une admiratrice secrète. Malheureusement pour elle, tu es beaucoup trop élevé pour pouvoir la comprendre et cela ne serait que déchirure pour elle de voir à quel point tu en savais plus qu'elle. Tu décides donc de ne pas prêter attention à ce qu'elle te dit et montes sur ta chaise afin de t'adresser à l'assemblée.

"- Puisque vous me semblez tous bêtes à manger du foin, laissez-moi partager avec vous un peu de mon IMMENSE culture. Je ne m'attend pas à ce que vous compreniez tout ce que je vais dire, mais prenez tout pour vrai. Je vous assure que ça l'est. Premièrement, sachez bande d'ignares que la largeur de vos yeux correspond à la longueur de votre index et de votre auriculaire. Mon deuxième apprentissage de la soirée est que deux dès à 6 faces offrent 24 combinaisons possibles. C'est pour cette raison qu'il faut au moins 3 lancés de dès pour faire un tour complet d'un plateau de Monopoly. Le Monopoly étant un jeu de société moldu inventé par Guillaume le Conquérant durant l'Antiquité Moderne à Carthage, noble cité du nord de la France. Maintenant, si vous ne m'en voulez pas, je vais m'arrêter ici. Il ne faudrait pas que vos cerveaux n'explosent sous le flux d'information. Je ne réponds pas aux questions, posez-vous les vous mêmes si vous n'êtes pas trop stupides. Sinon, tant pis pour vous. "

Tout ceci déclamé, tu descends de ton piédestal et te diriges vers le professeur. Pauvre homme, il est tellement perdu. Tu peux l'aider. Non! Tu dois.

"- Saviez-vous que personne ne vous en voudrait si vous abandonniez votre cours pour me laisser le faire à votre place? Il se trouve que je suis tout à fait plus apte que vous à la faire. Après, c'est vous qui voyez, ce n'est qu'un conseil pour que je ne vous ridiculise pas."

Une fois ce judicieux conseil délivré, tu t'accoudes au bar et observes l'assemblée avec attention. Tu as du boulot ce soir.

HRP2:
 
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Evan, Jeu 29 Déc 2016 - 16:13


HRP No soucis Alex, je vais rester cohérent avec mon personnage. Je ne sais pas ce qu'il y a eu dans vos tasses.  Enjoy, ou pas  Ange

J'attendais tranquillement dans mon coin, regardant mes élèves comment ils voyaient tout ce que je leur avais dit. Je vois Ailyne qui semble bien s'entendre avec la lionne et le fou. Ça me fait marrer plus qu'autre chose. Je vois qu'elle leur parle, mais je n'entends pas ce qu'ils se disent. Puis je la vois se lever quelques temps plus tard. Elle s'en va faire son manège derrière le comptoir. Je la regarde intrigué mais ne dit point de mot. Elle s'en va distribuer trois cocktails et petits mots.

Je vois Mary qui vient vers moi, me déposant son parchemin, qui se trouve être un mélange étonnant me rappelant une série moldu irl (quoi comment ça ça a rien à foutre là ? Razz #LegénériquedeBreakingBad) Le tout parlant d'une métamorphose générale de la vie et non seulement de l'humain. Galway vint derrière, me donnant son parchemin qui reflétait son point de vue par rapport à ce qu'il savait des moldus. Je me contentais de lui sourire.

J'avais observé certains élèves qui remplissaient leurs parchemins. J'abandonne quelques instants mon verre. Et je m'en vais faire un tour. J'observe celui d'Ellana. J'aime les quelques associations de mots qu'elle a faite. Simple mais propre. Je vis Alex qui s'était emparé du parchemin d'Azaël pour se venger de lui. Super ça allait vite m'énerver.

Je pris le fameux morceau de parchemin, tout gribouillé. Action très mature de la part du Poufsouffle. En même temps c'était un Blaireau, fallait pas lui demander d'aligner plus que deux neurones... Azaël lui, de ce que je pus déchiffrer, délivra quelque chose de minimaliste, ce qui ne m'étonnait pas. Il avait pas l'air réfléchi pour deux sous, fallait pas que je m'attende à des miracles de sa part. C'est alors qu'un spitch de la part du Poufsouffle éveilla mon attention.

Il commence par remettre Azaël à sa place, ce qui n'était pas plus mal. Puis il se balade entre les élèves, normal. Il balance une absurdité monumentale à Amy, je le regarde, les bras croisés, attendant que la machine s'arrête. Voilà qu'il monte sur sa chaise. Je laisse un long soupir s'échapper. Il venait de gagner la place d'indésirable N°1 dans mon esprit. Puis vint l'affront :

"- Saviez-vous que personne ne vous en voudrait si vous abandonniez votre cours pour me laisser le faire à votre place? Il se trouve que je suis tout à fait plus apte que vous à la faire. Après, c'est vous qui voyez, ce n'est qu'un conseil pour que je ne vous ridiculise pas."

L'apothéose.

J'avais envie de lui exploser la tronche à cet avorton de fouille merd* qui se prétendait supérieur. Je ne souriais pas. J'avais envie de le martyriser à la magie noire pour n'entendre plus que des cris à la place de sa voix qui me donnait envie de gerber. Je l'observe aller s'accouder au comptoir. Je vais vers lui, finish my whisky. Le verre claque sur le bar. Yeux dans les yeux. Face à face. En murmures pour que les autres élèves n'entendent pas.

- Espèce de sac à merd*. Je ne sais pas ce qu'il te prend de te croire soudainement plus fort ou plus intelligent que qui que ce soit ici. J'ai prévenu que je ne tolérerais aucunement un dérapage quelconque dans ce cours ! Si nous n'étions que tous les deux, que je te ferais regretter amèrement cet affront. Mais je te donne une chance. Une chance seulement ! Et fais bien attention à réfléchir au choix que tu vas faire ! Où tu retournes sur ta chaise après au préalable t'être excusé publiquement devant tous tes camarades et moi-même de ce que tu as pu dire, en t'engageant à suivre le cours normalement ! Ou on va aller faire un tour tous les deux dehors, et je peux t'assurer que non seulement tu ne verras pas la fin de ce cours, mais je te ferais regretter chacun de tes mots, c'est bien clair ?!
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Amy Jackson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Amy Jackson, Jeu 29 Déc 2016 - 19:56


Une fois que tout le monde eu donné son avis, le professeur reprit la parole. Il commença tout d'abord par remercier leur hôte puis plaisanta sur le fait qu'il avait eu du mal à arracher la'autorisation au directeur. La partie d'après fut beaucoup moins gaie puisqu'il leur exposa les punitions assez sévère qu'il leur réservait si jamais ils osaient déranger son cours puis il les informa qu'ils avaient interdiction de sortir leur baguette.

- Regardez-bien ce miroir ! déclara-t-il soudain.

Les élèves obéirent et tout à coup, sous leurs yeux ébahies, le miroir explosa en milles morceaux laissant le cadre vide. Le professeur qui était à l'origine de cette explosion répara le miroir d'un coup de baguette avant de le ranger dans son sac.

- Ce miroir n'a absolument rien de magique ! Il est ce que vous êtes comme ce que vous ignorez ! L'apparence, c'est un jeu, une illusion. Elle ne dira jamais qui vous êtes. Ce sont vos actes qui le détermineront. Mais quand vous observez votre reflet, vous, vous savez ce qui est derrière cette image éphémère que vous voyez ! Vous êtes à nu dans vos pensées ! vous connaissez vos qualités, vos défauts, vos forces et vos faiblesses ! Un miroir superpose ce que les gens pensent de vous, avec ce que vous savez, de vous ! Pour connaître quelqu'un ou se connaitre, il ne suffit pas de voir, mais d'entendre, de comprendre, de percevoir. Dans la vie, la vérité est rarement derrière une apparence. Surtout en matière de Métamorphose, c'est ce que nous allons voir ce soir ! leur appris -t-il avant de retourner derrière le comptoir et de reprendre la parole. Bien, pour commencer, vous allez toutes et tous sortir un parchemin, et m'écrire dessus tout ce qui vous passe par la tête sur la métamorphose humaine ! Pas de paroles, juste des mots ! Je passerais entre vous pour voir tout ce que vous avez à me dire ! Où vous pouvez me les apporter ici en venant récupérer une nouvelle boisson ! Vous choisissez ! A vos plumes !

Pas très inspirée, Amy s'exécuta quand même et sortit de son sac sa plume et un morceau de parchemin. Elle commença à mordiller sa plume en espérant que l'inspiration vienne alors que à côté d'elle Alex se faisait resservir en chocolat chaud par la gérante. A défaut d'avoir une idée exceptionnelle, elle finit par écrire sur le parchemin ce qu'elle savait de la métamorphose humaine.

Parchemin:
 

Amy venait de finir d'écrire quand elle vit Alex griffonner sur le papier d'Azaël et lui tenir un discours étrange agrémenté de citations latines sans queue ni tête. La jeune fille étonnée par ce comportement haussa un sourcil alors que le Poufsouffle revenait vers elle.

- Savais-tu que le mot palindrome était lui-même un palindrome? lui annonça-t-il.

Et avant qu'elle ait pu lui demander ce qui lui prenait il fit le tour de sa table et ,sous les yeux effarés de son amie, monta sur sa chaise.

- Puisque vous me semblez tous bêtes à manger du foin, laissez-moi partager avec vous un peu de mon IMMENSE culture. Je ne m'attend pas à ce que vous compreniez tout ce que je vais dire, mais prenez tout pour vrai. Je vous assure que ça l'est. Premièrement, sachez bande d'ignares que la largeur de vos yeux correspond à la longueur de votre index et de votre auriculaire. Mon deuxième apprentissage de la soirée est que deux dès à 6 faces offrent 24 combinaisons possibles. C'est pour cette raison qu'il faut au moins 3 lancés de dès pour faire un tour complet d'un plateau de Monopoly. Le Monopoly étant un jeu de société moldu inventé par Guillaume le Conquérant durant l'Antiquité Moderne à Carthage, noble cité du nord de la France. Maintenant, si vous ne m'en voulez pas, je vais m'arrêter ici. Il ne faudrait pas que vos cerveaux n'explosent sous le flux d'information. Je ne réponds pas aux questions, posez-vous les vous mêmes si vous n'êtes pas trop stupides. Sinon, tant pis pour vous. déclara-t-il d'un ton magistral avant de se diriger vers le professeur qui n'avait pas l'air franchement ravi de cette intervention.

La jeune fille ne comprenait pas ce qui pouvait bien se passer dans la tête d'Alex pour le pousser à agir de la sorte, une chose était sûre: il n'était pas dans son état normal. C'était comme si tout à coup il se prenait pour un génie et qu'il jugeait tous les autres incultes et inférieur à lui. Cette attitude inquiétait un peu Amy qui décida d'aller rejoindre son ami afin d'avoir des explications et d'éviter les débordements. Elle les avaient presque rejoins quand elle entendit , estomaquée, ce qu'il disait au professeur, elle était par contre trop loin pour entendre la réponse de ce dernier mais il était clairement furieux.

* Non mais il est fou de lui dire ça ! Il est définitivement pas dans son état normal, pensa-t-elle, bon je ferais mieux d'intervenir avant que ça ne dégénère encore plus et qu'il s'attire des ennuis. Si j'arrive à le faire revenir à sa place peut-être que le professeur voudra bien passer l'éponge mais pour ça il faut que je rentre dans son jeu.*

- Hey! commença-t-elle en se plaçant à côté de son ami, Alex on sait tous que tu es le plus intelligent ici et que  tu es supérieur à nous, mais le prof n'est pas près à l'admettre tu comprends il est trop borné pour prendre conscience de ta grandeur. Si tu veux nous transmettre ton savoir tu ferais mieux de venir te rasseoir et de nous dire pourquoi nous avons tort individuellement. Tu seras ainsi plus apte à expliquer au professeur pourquoi il est incompétent et à nous expliquer à nous pourquoi nous sommes plus ignorants. Si tu as l’extrême bonté de bien vouloir nous éclairer cela nous montrera à tous à quel point tu es brillant et altruiste et ça renforcera l'admiration que tu nous inspire. lui déclara-t-elle en souriant. Oh regarde les tables ne sont pas alignés !!! ajouta-t-elle pour détourner son attention avant de s'adresser au professeur en chuchotant.

Monsieur je suis désolée, je ne sais pas ce qui lui arrive il n'est pas comme ça d'habitude, d'ailleurs il était normal au début du cours, il a commencé à agir bizarrement après que vous nous ayez donné l'exercice et qu'il ait bu son deuxième chocolat chaud. S'il vous plaît soyez indulgent pour cette fois, il n'est pas dans son état normal mais je vous promets  que je vais faire ce que je peux pour l'empêcher de déranger votre cours.
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Liskuvo Kalsi, Ven 30 Déc 2016 - 12:26


Désolé j'ai rien suivi ! >.<

La salle était maintenant remplie, le petit groupe qui cherchait à se réchauffer avait laissé place à une classe entière. La salle était chaude, réchauffée par les corps des petits élèves que nous étions. Tout le monde avait voulu donner son petit avis sur le miroir, certains avaient eu le cran de le dire à haute voix. D'autres devaient être persuadés que leur réponse de base était fausse et avaient écrits sur un parchemin. Ma réponse avait du amuser le professeur parce que d'après lui le miroir était complètement normal, il le détruit et le répara en quelques secondes.

Mauvaise réponse donc.

Je suis déçu, à quoi ça sert de nous faire perdre du temps si c'est pour qu'il soit juste un simple miroir ? Evan partit sur une petite réflexion philosophique avant de nous donner le prochain exercice, il fallait donc revoir les bases de la métamorphose, lui donner notre niveau de réflexion à ce sujet.

Alors que la consigne venait d'être donnée certains élèves se jetèrent sur leurs parchemins pour y écrire leurs petits mots. Je préférais attendre, voir ce qu'il se passait.

Je tournais mon regard un peu partout dans la salle, certains groupes étaient formés, Nya était en grande discussion avec un serpent que j'avais déjà vu en cours et la belle patronne. Un groupe très charmant qui avait l'air de se délecter de la situation. Situation qui mettait en oeuvre Alex, avec qui j'étais venu en cours, et qui se donnait maintenant en spectacle devant tout le monde, donnant des informations qui ne servaient à rien et qui étaient totalement fausses de toute évidence.

Tout le monde sait que la longueur d'un index et d'un auriculaire ne fait pas la largeur des yeux. Je préférais quand même ne pas essayer, histoire de pas me taper la honte. Il monta sur la chaise, puis s'adressa directement au prof.


"- Saviez-vous que personne ne vous en voudrait si vous abandonniez votre cours pour me laisser le faire à votre place? Il se trouve que je suis tout à fait plus apte que vous à la faire. Après, c'est vous qui voyez, ce n'est qu'un conseil pour que je ne vous ridiculise pas."


Je le regardais maintenant avec des yeux ronds, Alexander Hurtson, intello de première classe, avait décidé de jouer au plus malin ? Il était pas normal aujourd'hui. Je marmonnais un "Débile" dans ma barbe, de sorte que personne ne puisse m'entendre de loin. Heureusement je m'étais placé un peu plus loin, de sorte que je ne puisse pas être atteint par les débilités qu'il sortait. Je préférais ne pas intervenir, il se débrouillerait tout seul.

Amy lui vint cependant en aide, essayant de le calmer et de l'excuser auprès du prof. Bonne idée, Evan n'avait pas l'air de très bonne humeur après avoir entendu les idioties d'Alex. Un peu plus et il serait viré du cours, et il ne fallait pas que ça arrive. Je jetais un regard en biais vers la boisson du déluré, un simple chocolat chaud ? A priori c'était le cas, il était donc devenu idiot en quelques secondes sans raison, ça lui passera.

Retour vers mon parchemin, il faut bien faire l'exercice. J'aime pas ça, l'impression de refaire le même cours que la première fois, quand le prof est tout fier de nous dire que se matière est la meilleure et qu'il nous donne les points importants. Je vais faire comme à ce premier cours, simplement écrire des mots au pif et puis voir pour faire autre chose. Etre spectateur de l'animation d'Alex était beaucoup plus intéressant que le cours finalement.

Parchemin:
 

Cela suffirait, j'en avais mis assez à mon goût. Je pris mon parchemin et m'approcha du professeur qui était au comptoir, je lui remit lentement et me tourna vers les boissons. je murmura à moi-même, assez fort pour qu'il puisse distinguer une parole. Toujours pas d'alcool par ici, dommage. Puis prit dans mes mains un nouveau chocolat chaud.
Revenir en haut Aller en bas
Mathilde Yawnez
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Mathilde Yawnez, Ven 30 Déc 2016 - 16:22


Le professeur sexy me sourit, c'est tout, mais que cache vraiment ce miroir si mystérieux. Qu'est-ce que le professeur veut nous montrer ou nous prouver? Je veux tellement savoir, ma soif de savoir n'a toujours pas été rassasiée durant ce cours.
Le petit Galway répond à ma question. Il me dit qu'il a expliqué que pour lui c'est une forme d'acceptation de se voir dans un miroir.
Finalement, le prof prend la parole devant tout le monde en coupant la parole à Galway et nous demande le silence. Ah ça y'est les choses sérieuses vont commencer. Il remercie d'abord la serveuse qui m'avait donné une claque dans le dos et souligne le fait que ça nous fait que du bien d'être en dehors du château.
Il nous explique qu'il a eu du mal à obtenir le droit de nous faire sortir et il lance une blague sur le directeur. Je souris discrètement mais ne rigole quand même pas.
Pas de bêtises et ni de strip poker. Pfff c'est pas un vrai cours non plus. Bon je suis du genre exemplaire mais j'aime bien jouer au poker même si je ne connais pas la différence avec le strip poker.

Il fait exploser le miroir et le répare d'un coup habile de baguette, pff ces grands, ils font ça pour nous impressionner. Ah non, le miroir n'est pas magique je m'en doutais.
Il nous explique que nous nous voyons dans le miroir c'est ce que nous sommes comme ce que nous ignorons. Il nous définit par nos actes nos paroles et nos pensées.
La vérité est rarement derrière une apparence, j'essaye de comprendre le sens de cette phrase mais le professeur continue son débit de phrases.
Sortir un parchemin et marquer des mots je sais faire ça non? Et sur quel thème? La métamorphose humaine! Moi qui passe des heures devant des livres le soir pour me documenter sur ce sujet je vais pouvoir épater le professeur.
Je prends un beau parchemin et sors ma plume. Et là je commence à noter mes idées.

Mon parchemin:
 

Je relis le parchemin avant d'aller le donner au prof. Il devrait être satisfait. Je regagne ma place dans le calme. Là le jeune serpentard qui est à côté de moi me pose une question. Ai-je déjà travailler la métamorphose humaine? Et qu'ai-je fais lors du dernier cours?
-Et bien la métamorphose humaine nous ne l'avons pas vu la dernière fois, effectivement nous avons vu des sortilèges permettant de faire grandir des objets grâce à Amplificatum. Mais la métamorphose humaine est un sujet que j'aime bien et j'ai lu beaucoup de livre sur ce sujet à la bibliothèque.

Je lui souris, je me sens dans mon domaine un peu.
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Arya Chamelet, Ven 30 Déc 2016 - 19:14


Le professeur m'adressa un sourire. Qui parraissait sincère, du fond du coeur. Du moins c'est ce que j'espérais. Les deux mains sur le bar je l'observe. Il a changé depuis la dernière fois. Une lueur dans ses yeux disparut ? Je n'en sais rien. Ses cheveux bruns couronnent son visage de marbre. Qui es-tu toi ? Qu'as tu fais dans ta vie ? Je l'observe toujours, les mains tremblantes que je m'empresse de dissimuler sous ma robe de sorcier qui me gratte. Je ne suis pas confortable dedans. Et je ne le serais jamais. Mes yeux se troublent encore. Respirer. Le chocolat chaud brûlant et coulant dans ma gorge ne m'a pas réchauffé. Il m'enflamme le gosier, déchire ma oesophage. Qu'ai-je fais pour que tout me fasse  si mal ? J'attends la paix avec impatience pour sortir de cette couverture qui m'entoure et me protège. Si on peut appeler ça protéger. "Bonsoir à toi !". Il me fixe, comme si il voulait me scruter et découvrir ma vie. Pour me comprendre. A-t-il vu mon mal ? Non c'est impossible. Je ne peux pas. Il ne faut pas qu'il sache. Jamais. Personne ne doit savoir. Je suis seule dans ce malheur et je resterai seule. Il faut bouger maintenant. Il me lit comme dans un livre. Avec ses yeux perçants. Déstabilisant. Il faut que je m'en aille. Bouge. Loin. Très loin.

Elle en face de moi, la chaise. Juste à quelques mètres. Pourtant, j'ai l'impression qu'il me faudra traverser mer et tempête pour y accéder. Les jambes flageolantes, se découpant dans la pénombre de la pièce, elles avancent à taton, évitant les obstacles. Pourtant j'en ai bousculer des élèves. Je vacille, me rattrape à quelqu'un que je repousse. Je ne sais pas qui était-ce. Je m'en fiche. J'avance, je brave le froid et l'obscurité. Où vais-je ? Je suis perdue. La chaise a disparut sous un postérieur. Une autre chaise vite. Je trébuche, le sol m'attire vers lui, je vole. Quelques secondes mon esprit part loin. Et le flou revient. Se frotter les yeux. Oublier. Prendre le train de la paix. Suivre cette petite colombe blanche qui me transporte je ne sais où. Les arcs-en-ciel fleurissent autour de moi. Les pâquerettes aussi. Les vagues frappent les rochers où des oiseaux multicolores font leur toilettes. Les poissons rouges et jaunes nagent à la surface de l'eau, me font signe de les rejoindre. J'y suis presque. Je peux pratiquement les toucher. Non ! Réveilles toi ! La voix me rappelle où je suis et qui je suis. Mon cauchemar reviens. Je me remet à avancer entre la foule. Tout le monde parle autour de moi, j'ai mal aux yeux, mes oreilles saignent. Je larbins à m'asseoir. Avec difficulté. Je manque presque la chaise. Mais l'aventure ne fais que commencer.

Lève les yeux. Que vois-tu dans ce miroir ? La paix, la lumière, la joie et le bonheur ou l'obscurité, l'enfer, la tristesse et la solitude ?  Qui est-cette jeune fille si jolie aux longues boucles couleur ébène ? C'est toi n'est ce pas. Oui c'est bien toi. Celle qui ne voulait pas s'habiller les jours d'écoles, celle qui jouait avec la baguette de son père, celle qui faisait des gâteaux au chocolat en regardant le soleil se lever sur la mer de Suède, celle qui admirait les voiliers dans le port main dans la main avec son père. Mais c'est aussi celle qui a vu son père chéri se marier avec la pire des femmes, celle qui a râler, grogner, taper contre cette femme, celle qui a vu son père devenur fou, celle qui a senti la tristesse dans les yeux de la seule personne qu'elle aimait, celle qui n'a rien pu faire quand son père saignait dans la neige blanche. Tu es celle là dans le miroir. Tu n'es qu'une seule et même fille. Tu n'as pas changé. Mais les démons ont pris ton contrôle et ont changé ton apparence et ton caractère.
Tu es la fille dans le miroir. Il n'y a que toi. Et personne d'autre. C'est toi qui décide.


Je refoule un cri. Ce miroir est truqué ou dirigé nos pensées, ce n'est pas possible. Je laisse une larme couler sur ma joue. Persone ne me regarde de toute façon. Je fourre mes mains dans mes poches. Elles ne s'arreteront donc jamais de trembler ? Mon apparence est fausse, est laide. Je ne supporte pas me voir. J'essaye de sourire, mais cela ne donne rien. Alors je ferme les yeux. Et respire. Je vide mon esprit, et pour un fois, ça marche. Il ne me reste plus beaucoup de batterie. 10% ? 15 au maximum. Il faut que je mette en mode économie d'énergie. Où je m'eteindrai jusqu'à ce que quelqu'un me réveille. Une personne gentille et généreuse qui me fera sourire. Mais je n'ai pas rencontré cette personne encore. Malheureusement. J'attends avec impatience, pour qu'elle vienne me sauver.

Sortir un parchemin
Écrire
Dévoiler nos connaissances
Montrer ce que l'on sait
Notre puissance de comprendre
La multitude de nos savoirs
Toujours être intelligent
Être érudit
Souffler
Et écrire

Parchemin:
 

C'était ce qu'on appelait se libérer totalement. Lâcher tout les mots, les lettres qui passait dans mon esprit. On ne pouvait pas sur que cela était constructif mais tant pis. Mon coeur n'était pas très clair à ce moment là, il ne fallait pas me donner ce genre de chose à rédiger. Je me rends compte que j'ai soif. Très soif. J'ai besoin de boire. Écrire m'a fait du bien, m'a un peu libérer mais je vois mes mains encore tremblantes et mon écriture toute chancelante. Je n'ai pas rédiger très droit, mais tant pis. Il n'a pas demandé une copie parfaite non ? Je me lève. Trop vite, trop brusquement. Ma tête tourne. Je respire doucement, en me remémorant cette forêt qui m'avait accueilli des ses bras si doux. Non, il ne faut pas que j'y pense. Avancer toujours. Je dépose mon papier devant le professeur et repart directement avant qu'il n'ai ou dire grand chose. La rousse m'appelle, m'attire. Elle ne sert pas à grand chose pour l'instant, à part servir des boissons, mais ses boissons sont bonnes. Du moins j'imagine. J'arrive devant elle. Pas un sourire. Je n'y arrive plus. Mes yeux sont dans les vappes et divaguent. J'en reconnais des gens. Je les connais tous. Du moins. La serveuse. Lumineuse. Resplendissante. Comme une magnifique plante. Plante merveilleuse des rêves. Je me lève. Elle me lève. Me rassure. Avec sa si jolie allure. Il faut que je parte. Avant de me prendre une tarte. Avant qu'elle ne me parle. Je ne peux pas lui parler. Un pied, deux pieds. Ils sont prêts à marcher. Prêts à marchander avec le sol de me laisser passer.

En équilibre dans les airs
ou les deux pieds plantés sur la terre
on est comme sur un fil de fer
on avance à petit pas
La tête en haut, la tête en bas
ca dépend de quel côté on va
on a beau choisir sa formule
on avance et on recule
toujours on funambule
des fois j’ai peur que tout bascule
il suffirait qu’on te bouscule
et toi mon coeur
tu gesticules
et sur ta sphère
tu déambules
j’suis locataire
sur une grande bulle
Funambule
c’est minuscule
En équilibre et solitaire
coeur fermé pour cause d’inventaire
je me demande à quoi ça sert
d’avancer à petit pas
sans personne avec moi
on s’ballade dans une fourmilière
on lance une bouteilles à la mer
un jour quelqu’un la reçoit
la nuit je rêve de ça
Funambule
des fois j’ai peur que tout bascule
il suffirait qu’on te bouscule
et toi mon coeur
tu somnambules
passent les heures
dans les pendules
Funambule
une boule de feu, des billes de verre
moi j’ m’ennuie dans l’système solaire
Funambule
Sur mon fil de mystère

Il est déjà trop tard avant la chute. Mon fil a trembler et me voilà suspendue en l'air. Le temps s'arrête. Quelques secondes. Je vois le verre voler. Quelques gouttes s'échappent. Et avant que de pouvoir dire quelque chose, la verte (Ellana) se retrouve couverte d'une substance d'origine inconnue. Oups. Au fond cela ne me dérange pas trop. Elle l'a bien cherché, vengeance de la dernière fois. Je lui jette un regard noir et me détourne. Elle l'avait bien cherché.

Revenir en haut Aller en bas
Merry K. Harper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Merry K. Harper, Sam 31 Déc 2016 - 17:55


Merry devait quand même avouer qu'elle était bien perdue. Elle ne cessait d'entendre le brouhaha incessant autour d'elle, que les élèves faisaient en usant simplement de leur voix. Et puis, s'il n'y avait que cela. D'autres élèves, retardataires sans doute, terminaient tout juste de donner leur réponse à la première petite question de leur professeur. Et il y avait elle là. La Gryffondor, Nya. Qui n'arrêtait pas se pavaner auprès d'Azaël. La jeune femme l'avait mauvaise. Qu'est ce qu'il lui trouvait sérieusement ? A vouloir draguer tout le monde, elle allait finir par se retrouver avec tous les jeunes célibataires - ou non - de Poudlard à ses pieds. Peut être même les professeurs qui sait !

Enfin, la jolie rouquine tenta tant bien que mal d'oublier leur présence, écoutant la suite du cours que le professeur venait d'entamer. Une diversion parfait ! Merry allait pouvoir se concentrer sur le nouvel exercice qui leur était demandé, ce n'était pas plus mal. En effet, le professeur, après quelques paroles fort intéressantes avait fait exploser le miroir, ne tardant pas à le reconstruire à l'aide d'un sortilège quelques minutes plus tard. C'était chouette. La jolie rousse adorait regarder ce genre de choses. Mais aujourd'hui, ils ne feraient malheureusement pas cela. Non, eux, les élèves, devaient simplement écrire sur un bout de parchemin ce que leur évoquait la métamorphose humaine. Bon et bien c'était parti !

Parchemin:
 

La jeune Gryffondor termina bien vite d'écrire ce qui lui passait par la tête. Il y en avait assez pour être satisfaite d'elle. Ne pas jouer la fayote en écrivant trop de choses, mais ne pas passer pour la nulle de la classe en écrivant trop peu de choses. Oh tiens, la fille du bar ! Qui lui apportait gentiment une tasse. La remerciant d'un sourire, la jolie rousse posa sa plume et poussa son parchemin sur le bout de sa table, en souriant pour remercier la jeune femme. Elle but quelques gorgées, profitant de cette pause pour à nouveau regarder autour d'elle. Evidemment son regard se porta sur les deux tourtereaux un peu plus loin.

Tiens, la voilà qui flirtait encore avec ! Merry se serait bien imaginé lui éclater la tête contre le mur, sa touffe de cheveux dans les mains. Ouais ça serait bien ça. Lui exploser le crâne, comme ça, plus de problème ! Et lui là, le vert et argent. Il s'était bien foutu d'elle. Elle aurait dû croire son frère bien avant cela, il l'avait déjà démasqué dans les premiers pas de son plan abominable. Jouer avec les sentiments d'une personne. Il ne fallait vraiment pas avoir de c*uilles pour pouvoir faire ça. Il devait juste s'en servir pour assouvir ses besoins avec des pouffes comme celle avec qui elle devait partager sa maison. Quelle horreur. Même pas digne d'être une Gryffondor celle-là.

La rouquine sentait ses yeux lancer des éclairs vers l'autre rouge et or qu'elle ne pouvait pas voir, même en peinture. Son attention était tant portée sur cette pouffe qu'elle ne se rendit même pas compte que sa main serrait de plus en plus fort sa tasse, s’imaginant sans doute que c'était le petit corps tout démembré de l'autre en face d'elle. Si bien que ce qui devait arriva. La tasse blanche se cassa dans sa paume et des gouttes de sang se mirent à perler un peu partout sur son poignet et sur le sol du bar. Mais elle s'en fichait pas mal et continuait de serrer. Jusqu'à ce que Merry décide de desserrer ses doigts, gardant deux bouts bien pointus. Le premier partit bien vite en direction de la pauvre tête de la folle là. Malheureusement, la rouquine, sans sa fureur, visa mal, et son projectile termina à quelques centimètres du cuir chevelu de la lionne, bien planté dans le comptoir. Dommage, ce n'était pas sa peau ! Le suivant allait suivre, ce n'était pas bien grave. Serrant les dents, elle se prépara à nouveau à lancer, laissant toutefois échapper quelques mots de sa bouche.

- Le prochain il termine dans ta sale tête.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Anna Schomann, Dim 1 Jan 2017 - 19:56


Mon cœur balançait encore lorsque mes lèvres rencontrèrent la boisson, j'avais espoir que cela puisse ralentir mes battements incessant, reflétant mon excitation. Tu m'avais regardé et m'avait offert la formule parfaite, une main, une lueur, un souvenir. Je buvais la gorgée avant de rendre son verre à son propriétaire, ce dernier m'abandonna pour prendre place au centre de l'attention. Le cours allait enfin commencer. Pour ma part, bien que mes vêtements avaient réservé ma place, je découvrais avec amusement que mon préfet se trouvait à quelques centimètres de mon emplacement. Je prenais place sur la chaise en bois avant d'écouter ce joli monologue que notre professeur avait préparé.
Il enchaînait entre remerciements, clins d'oeil discrets, provocations contre la direction et interdictions. Un discours mêlant ombre et lumière, sourires et craintes. J'écoutais tranquillement, nullement inquiète, ma baguette scellée sous mon uniforme. Seulement, dans ce monologue qui restait néanmoins calme et linéaire, un coup de baguette avait provoqué un sursaut chez certains, n'échappant pas à la règle, j'adressais un sourire amusée à Mary. Le miroir brisé se régénérait, un tour plutôt simpliste, mais mal maîtrisé il aurait pu faire des dégâts. Evan nous donnait sa réponse, sa vision des choses, de ce monde, de son monde. Nous devions alors écrire ce que nous savions de la métamorphose humaine. Une discipline bien compliquée et très complexe. Nombres de sorciers en subisse les conséquences quand elle est mal maîtrisée et certaines rendent la vie quotidienne bien difficile... Je ne pense pas que nous en ferons l'expérience nous-même, vu les dangers en découlant. Qu'avait-il préparé si nous n'avions pas le droit aux baguettes ?
Bref, je sortais ma plume une nouvelle fois et écrivais mes connaissances à ce sujet.

Le parchemin:
 

J'avais plié le parchemin en deux. Le temps que tout le monde finisse, j'observais d'un œil vagabond la belle rousse (Ailyeen) derrière son bar. Je remarquai qu'elle s'était activée depuis plusieurs minutes à mettre en pratique un de ses tours, l'inspiration sans-doute. Elle passait entre les rangs distribuant son chocolat chaud, encore une fois délicieux, m'adressant au passage un regard semblant me transpercer de part en part. Je rougissais, encore une fois... Étais-je incapable de résister à un regard ?
Je regarde autour de moi, un jaune qui fait son intéressant (Alexander), une rousse qui explose sa tasse et qui commence à jouer aux fléchettes (Merry), Evan qui reprenait le jaune, un flirt d'or et d'argent (Nya et Azaël)... Que d'animations. Je me tourne vers Riri qui n'a pas encore goutté au délice du chocolat.

« On ne risque pas de s'ennuyer dans ce cours. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 10

 Cours N°6 - Il ne faut pas se fier aux apparences !

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.