AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 2 sur 2
Les Toits de Londres
Aller à la page : Précédent  1, 2
Lizzie Bennet
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005

Re: Les Toits de Londres

Message par : Lizzie Bennet, Mar 30 Mai 2017 - 11:15


Pv Eurydice

Je m’baladais, épaules nues, rictus fermé aux inconnus ; j’avais envie d’briser l’amour de niais chéris. Niais chéris mode chevaux d’bois, j’préférerais qu’ils soient de Troie, qu’y ait une once de noirceur au fond de leurs coeurs.
Big Ben mon amour. Big Ben tous les jours. Sous la pluie, le brouillard, la rousse lune comme à la brune, ton décompte est le fin linceul les guidant au cercueil.

Aujourd’hui, pas d’garderie, d’entre les Pouff’ hypocrisie : j’marchais dans le petit matin, baguette en main. Pis un touriste demande « a pic » -pas sûre d’comprendre c’qu’il y a d’épique quand en la Tamise moins d’eau coule que d’cadavres roulent.
Big Ben mon amour. Big Ben tous les jours. « Vienne la nuit, sonne l'heure, les jours s'en vont, » tu demeures. J’te sais fiable, inébranlable -après mon dernier râle.

La magie de ce moldu, m’interroge (c’est farfelu) : quel sort permet de mettre fin à du temps l’refrain ? Car sur l’appareil que j'ai en main y’s’tient plus immobile qu’un dessin  -hypnotisée je vole l’objet sans me retourner.

Big Ben traître ami. Big Ben toi soumis ? Que n’m’as-tu dit qu’les non-magiques pouvaient tous briser ta musique ? J’dois disséquer l’engin d’airain jusqu’à la fournée des pains. Big Ben traître ami. Big Ben toi soumis ? Sourde au scandale que je déchaine, aussi discrète qu’une baleine, je file et danse sur les toits au chant des accordéons.

— Juché sur les tuiles de Londres, le chat crible l'appareil photo de griffes et sorts, moins agressifs que curieux.
— Regard distrait vers la rue.

Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Toits de Londres

Message par : Eurydice Wildsmith, Jeu 1 Juin 2017 - 22:51


PV avec Lizzie Bennet

L'insomnie, cette terrible compagne se tint en embuscade comme chaque nuit. Eurydice se leva avec des lunes sous les yeux à force de les avoir comptées. La chasse à l'homme avait commencé. Elle se vêtit d'une combinaison noire où l'on pouvait voir la naissance de ses seins tandis que le démon s'enroulait tout autour de la cage.
Une obsession l'habitait ; elle le traquait depuis des années. Elle noircissait des carnets entiers de son écriture chahutant les pages. Sans pitié.

Dans les rues, tout se bouscule, les gens, le temps, la vie. Elle se délectait du silence et des quelques oiseaux qui traînaient sur les toits, tout en ressassant sans cesse, les détails de la vie de celui qu'elle avait juré de détruire comme il avait brisé tous ses enfants. L'Anglaise croyait entendre le bruit d'un cœur que l'on presse et dont le sang se répand. Partout. C'était de pouvoir sauter de la peur à la haine, cette infime distance qui la maintenait en alerte prête à déverser sa fureur.

De grandes enjambées, une carte de Londres et un carnet en cuir à la main, elle recherchait avec ardeur, ce petit appartement, qu'elle imaginait souillé et sombre. Sa chevelure remuait au rythme de sa marche. Tout s'étendait et se ressemblait fondant ensemble, convergeant vers l'objet du désir. Écrasant.

Une jeune femme s'avançait droit sur la petite brune. La surprise, l'angoisse se lut dans ses yeux et des questions se disputèrent en elle. Son carnet s'échoua entre les tuiles, prisonnier. Peu de gens s'aventuraient sur les hauteurs de la capitale préférant croiser un regard familier, peut être un sourire ou encore des frôlements preuve qu'ils ne sont pas seuls.

« Qu'est-ce-que vous faites ici ? Vous vous êtes perdue ? »
demanda-t-elle sur la défensive. Ses lèvres se crispèrent en une drôle de moue. La sauvagerie de ses mots essayèrent de s'accrocher au corps de l'autre. Désespérée. Un bout de son âme était resté sur ces toits qu'elle avait arpentés.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les Toits de Londres

Message par : Lizzie Bennet, Dim 2 Juil 2017 - 13:51


Sur les toits de Londres s’élève le toi de l’ombre
Il quitte le moi normal pour imposer des souvenirs
Des souvenirs qui ne sont les miens
Des souvenirs calqués dans le corps d’une autre
— de l’autre — de toi


C’est une mère, menton tremblant, tenant entre ses petits bras
Des vêtements sales. Lessive quelconque un week-end
Temps magnifique, mais tout sonne à contre-temps.
Le chemisier blanc est abîmé. 
Deux boutons sont tombés. Pas juste de lassitude,
De l’usure du vêtement non ; les bouts de tissus qui entourent
Les ficelles sont arrachés. Le pantalon n’est pas en meilleur état
Il est criblé de griffures, comme si un chien avait trop joué avec ;
Et la lanière noire qui permet de l’accrocher aux hanches
A été victime des mites. 


La mère aimerait que ce ne soit que des mites.
Pourtant, une part d’elle frémit. Elle sait.

Elle sait le vêtement neuf et son usure improbable
Elle a le menton qui tremble car pour un instant, elle comprend.
Elle a serré la tenue contre elle, longtemps. 
Puis elle a fait la lessive, l’air de rien.

A table, tu n’as pas mangé le samedi.

Le dimanche, tu t’es goinfrée pour 5.

Mais il était trop tard ; la fenêtre de lucidité pour vous,
De dialogue, d’entraide, s’était déjà refermée.
Ton Sunil à toi verrouillait tout.

J’ai jeté Tu du toit ; ce n’était pas ta place.

J’étais ici chez moi ; la rue était mon empire.

Elle portait dans son sang les couleurs de mon anarchie.

Et Tu, à terre, crevais.

Une autre est venue, plus tard, par l’autre versant du toit
Du côté d’une ruelle plus sombre encore, avec un projet en tête
Je n’y prêtais pas plus d’attention, elle était comme une fourmi, vue d’ici
— Seule sa voix lui rendit sa nature humaine.

— Je joue à chat perché. Et non, en revanche, ton carnet l’est.
Sourire.
Lizzie, Lizzie. Qu’est-ce qu’on a dit ? On arrête de manger les gens.
On s’adoucit. Pour eux, pour eux. On essaie de recommencer à zéro.

D’un mouvement glacial des doigts, j’ai fait léviter son petit carnet.
Manumagie, jamais je ne me lasserais de toi.
— Hop ! Il est re-là. Un truc d’utile, dedans ? 



Regard malicieux, comme si j’allais l’ouvrir.

Je ne le ferai, bien sûr, l’autre allait courir m’en empêcher
Et se casserait la figure comme une truie. Ce serait petit,
Petit et méchant. Non, je ne l’ouvrirai pas.

Mais je pouvais jouer avec elle, un peu. Non ?
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Toits de Londres

Message par : Eurydice Wildsmith, Jeu 6 Juil 2017 - 16:52


*Non il n'est pas perdu* C'est impossible. La belle connaissait déjà tout par cœur mais elle ne voulait en aucun cas oublier. Enfermée dans un délire malsain. La nuit avait ce pouvoir de tout emporter, de tout faire disparaître, et surtout, de renforcer l'Ombre. Elle se sentait partir de plus en plus, cela ne servait à rien de lutter contre « ça ». Cela se transformait en jeu pour son interlocutrice.

« Ne laissez pas de griffures sur mon carnet alors. Ce serait fâcheux. Rendez-le-moi. » Ton revêche qui n'accepte pas le refus.

Elle tenta de lui arracher des mains mais en vain. C'était la petite proie entre les pattes du chat qui espère que le plaisir durera le plus longtemps possible, jusqu'à la mort.
Petite pointe d'admiration qui perça tout autour d'elle. Qu'est-ce-que c'était beau. Mais qui était-elle?

« A moins que vous soyez doté d'une géo-localisation hors-pair en temps et en heure cela ne vous regarde absolument pas. »

Une adresse toujours flottante. Voilà l’obstacle qu'elle avait rencontré pendant des années et cela ne l'avait pas du tout aidée à l'espionner aisément, à connaître ses habitudes, la couleur de son ombre.

«  Daignerez-vous bien me le donner ? » dit-elle tremblante de rage.* oh l'insolente* L'impatience la tenait depuis longtemps. Elle ne résistait pas pour le moment.
Cet objet était trop précieux, divulguant trop de choses pour être en la possession de n'importe qui.
La brune essaya de l'attraper au vol, le manqua de peu et trébucha entre les tuiles tombant sur l'autre. Elle se serait passer de devoir l'enlacer dès le premier regard ou de croquer des tuiles mais sa maladresse en avait décidé autrement. Il ne fallait pas mourir bêtement maintenant. Pas maintenant.

Ce n'était vraiment pas le moment mais dans sa tête, il y avait une drôle de faille qui n'arrêtait pas de crier et de se déchaîner. Vous savez l'interrupteur sur lequel on appuie si facilement, tous les jours. La fascination lui caressait l'esprit, la folle envie de posséder aussi.L'Anglaise imaginait des fils invisibles que le marionnettiste guidait.
Dans un souffle, tout en relevant doucement la tête elle lui demanda les lèvres légèrement entrouvertes :

« ça fait longtemps ? Pour la manumagie. »
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Les Toits de Londres

Message par : Lizzie Bennet, Ven 28 Juil 2017 - 21:32


Elle m’intrigue, cette petite. Elle a ma rage et la frustration d’Alhena ; elle a un je-ne-sais-quoi tel qu’elle pourrait être notre fille. Enfin, non, on a déjà trop d’enfants, bientôt ça fera des portées plus que des grossesses, mais dans l’idée, quoi. Elle semblait issue du même moule, des mêmes idées. J’aimais bien ça. C’est pour ça que je me risquais à jouer avec elle.

« A moins que vous soyez doté d'une géo-localisation hors-pair en temps et en heure cela ne vous regarde absolument pas. »

J'ai tout de suite eu une idée en tête. Je savais que je la tenais, là. Je pouvais avoir quelque chose pour elle. Quelque chose d’utile et d’unique. Quelque chose que pourtant, bien des sorciers ignoraient. Ô Méconnaissance ! Quand il s’agit des potions, tu les manges, tu les manges à toutes les sauces !

Elle a continué à s’affoler pour des frivolités, ne ralentissant que quand elle m’a vu opérer. Plus que le regard encore, c’est le toucher qui ensorcelle. Qui fait basculer les priorités. Un geste et l’autre se fige ; pantoise. Comme moi face à la musique de Max. C’était loin d’être le même don, mais on retrouvait chez les deux la même fascination.

Je ne lui ai pas rendu son manuscrit. Pas tout de suite.
— Trois ans. Non moins. Deux. Un. Je ne sais plus trop compter. Et quand peut-on juger qu’on a commencé à maitriser un art aussi complexe ?

Plus douce.

Il faut être patiente, ma belle. L’impatience est une amie trop cruelle, ne te fie pas à elle.
Par contre, si tu voulais m'accorder quelques minutes, je pourrais t’aider, avec ton histoire de géolocalisation.


Auras-tu la patience de mes jeux ? La patience de l’attente, de tous les apprentissages ? Aucune traque n’est immédiate. Avec Riu, on était allés trop vite. Il s’était brûlé en vol. Ne fais pas les mêmes erreurs que lui, s’il te plait. Sois prête face à ton ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Eurydice Wildsmith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Les Toits de Londres

Message par : Eurydice Wildsmith, Lun 7 Aoû 2017 - 14:53


Elle devina si facilement un de ses points faibles. L'anglaise se sentit déstabilisée, comme sonnée. Elle perdait son masque sans arriver à continuer de mentir, tout le temps, à n'importe qui. La lumière de la lune pouvait toucher sa joue diaphane.

« J'ai l'impression de perdre mon temps quand je le vois filer. Puis, je préfère choisir cette amie cruelle mais passionnée. Pas beaucoup d'amis dans le coin. *Pas beaucoup de monde qui se bouscule au portique.*
Et comment comptes-tu t'y prendre ? »


La brune sans même s'en apercevoir plongea dans la flaque de curiosité. Elle voulait être éclaboussée par son savoir. Ses yeux s'agrandirent d'intérêt. Elle était prête à tout, prête à écouter cette inconnue, comme sortie des méandres de la nuit. Elle abandonna même son manuscrit. Quelques instants.

Ce n'était pas un ennemi, ce n'était qu'un vulgaire moldu qu'elle voulait déchiqueter, écraser comme de la viande que l'on donne à un carnivore. Elle était toujours affamée sans jamais pouvoir se rassasier. C 'est pour cela qu'elle déambulait sur les sentiers ardus pour essayer de se débarrasser de toute sa rage qui la brûlait si fort. Elle n'avait pas encore réalisé que le sacrifice serait grand, n'étant encore qu'une enfant que l'on avait forcé à vieillir, fripée de l'intérieur.

« Pourquoi m'aiderais-tu? »

Elle ne reculerait pas même si elle devait l'entraîner dans sa noyade. Il subsistait cette éternelle méfiance qu'elle éprouvait dans cet instant de lucidité. Comme il était facile de l'éblouir... Elle savait qu'elle ne serait pas de taille à lutter contre ses désirs, contre la beauté qu'elle lui proposait. Une dernière question frôla ses lèvres sèches :

« Qui êtes-vous ? »

Chaque personne rencontrée la nuit traînait derrière eux leur passé. La femme ne semblait pas vouloir la faire souffrir. Pas ce genre de plaisir. Un poids qui n'avait pas de gloire, pas une once de réel bonheur, pas de demain. Quel serait le sien à la croisée des chemins ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Les Toits de Londres

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Les Toits de Londres

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.