AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir
Page 2 sur 3
Bureaux du Staff
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Jace Becker
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard

Re: Bureaux du Staff

Message par : Jace Becker, Mar 3 Juil 2018 - 23:56


J'ai reçu un peu plus tôt dans la semaine une lettre que, je dois l'avouer, espérait recevoir. Elly nouvelle responsable du Heurtoir me convoque ce samedi matin là-bas.
Une fois le jour arrivé je suis plutôt serein je ne vois pas forcément en quoi je devrais m'inquiéter si elle m'a convoqué c'est qu'il y a une bonne raison et c'est que ma demande a dû lui plaire. Lorsque j'ai transmis les documents nécessaires j'ai eu vent qu'en plus d'un poste de stagiaire elle souhaiter également un entraîneur. Benbow n'a pas fait long feu ici mais de ce que je connais d'Elly ça devrait bien se passer, pour l'occasion je me suis habillé assez banalement laissant apparaître mon collier autour de mon cou avant d'utiliser la cheminette pour me rendre jusqu'à Londres.

Une fois arrivé devant les lieux je me rends au bureau qui semblait bien silencieux, je frappe à la porte trois fois et une fois que j'ai son encore je rentre en disant un simple.

-Bonjour.

Avant de me rendre compte qu'il y avait quelqu'un d'autre dans la pièce, Peverell et pas n'importe lequel... C'est Azaël... Dans la réalité j'ai du bug pendant une seconde en voyant le petit sauveur de Pouffy, Elly ne compte sincèrement pas prendre ce type comme entraîneur j'espère Stagiaire à la limite... Bref, je ne suis pas là pour me chamailler avec lui je laisse ce plaisir à d'autres. Lui dire pourquoi il n'a pas fini Auror comme son petit ami me démange mais je préfère me taire, je veux ce poste et ce n'est pas un idiot de première qui va m'en empêcher
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Dim 8 Juil 2018 - 0:24


Le premier arrivé – à ta grande surprise – est Azaël Peverell, ex-Serpentard que tu avais croisé dans un sale état dans le parc de Poudlard et dont tu avais vues les pensées, les peurs et les angoisses – surtout celles que ton compagnon avaient créés. Il a l’air aussi perdu que les premiers soirs où il venait chez toi pour apprendre à fermer son esprit. Et tu sens, dans sa manière de s’assoir, dans la façon dont il te regarde ou qu’il te parle, que là, il est totalement perdu. Sorti de sa zone de confort en quelque sorte. Il était pour toi, surprenant. Tu lui réponds d’un signe de tête poli, néanmoins.

Une deuxième arrivée se fait savoir avec trois coups sur la porte de ton bureau. Voici le deuxième convoqué. Jace Becker, Serpentard également. T’avais un truc avec cette maison où c’était un pur hasard ? Haussement de sourcil lorsqu’il te salue, et tu réponds d’un simple « Bonjour Jace », tout aussi poli que le hochement de tête adressé quelques minutes plus tôt.

« Vous vous doutez bien que si vous êtes tous les deux ici c’est pour évoquer vos deux candidatures au Heurtoir et les éventuelles missions que vous seriez amenés à faire ». En gros, tu leur expliques qu’ils sont pris mais que t’as quelques conditions tout de même. Histoire que le Heurtoir ne parte pas en fumée dès que tu auras le dos tourné – regard appuyé sur Azaël – même si cette pensée te fait sourire car la dernière à avoir attaqué le Heurtoir …

Regard sur le petit Becker « Jace, tu es recruté en tant que stagiaire. Tes missions sont simples, accueil des clients et vente de la boutique. Tu seras un véritable renfort le week-end ou lors de nos différentes animations ». Sourire de circonstance avant de tourner tes yeux vers Azaël « Azaël, je compte t’embaucher en tant qu’entraîneur. Tu seras néanmoins mon apprenti », manière détournée de dire que t’aurais les yeux sur lui. « Je compte sur vous deux pour m’aider à faire tourner l’établissement, construire une équipe est vraiment primordiale pour moi ». Pensées pour Ambroisie que tu espérais revoir bientôt dans les locaux.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Dim 8 Juil 2018 - 14:38


Tu te demandes vaguement pourquoi Elly ne prend pas la parole immédiatement. Mais tu comprends bien vite en entendant les quelques coups tapés à la porte. Tu n'es donc pas le seul à avoir été convié ici. La pression monte d'un cran tandis que tu vois entrer... Becker. Tu lui lances directement un regard assassin avant de reporter ton attention sur Elly, sans même saluer le jeune homme. Et voilà qu'elle le salue verbalement. Toi, t'as juste eu le droit à un signe de tête. C'est quoi ce favoritisme pourri ? Tu te renfrognes sur ton siège, croisant les bras d'un air relativement boudeur. D'où ce type là mérite plus de considération que toi ?

Et puis Elly qui enchaîne l'air de rien, comme si c'était tout à fait normal de le prendre LUI en tant que stagiaire. Bon, elle semble vouloir te prendre également, comme entraîneur, ce qui te place tout de même au dessus de Becker. N'empêche, le mot "apprenti" sonne réellement comme une mise en garde de sa part quant à ton futur comportement dans l'établissement. A croire qu'elle ne te pense bon qu'à faire des vagues. Te voilà qui te renfrogne plus encore si c'est possible. Et puis elle en rajoute une couche l'air de rien en parlant de l'équipe que vous serez amenés à former. Là, c'en est clairement trop pour toi.

- Une équipe, avec lui ? Non mais pis quoi encore ? T'pouvais pas prendre quelqu'un d'autre non ?

Si Becker ne t'a jamais rien fait personnellement, tu n'oublies pas les sortilèges qu'il a lancé à Arty. Et ça, ça ne passera jamais. Alors tu ajoutes encore quelques mots, histoire d'appuyer tes propos. Ton argumentaire est sûrement empli de mauvaise foi, mais tu t'en fous royalement. Et puis, franchement, qu'est ce qu'elle peut bien lui trouver à ce Becker ? Ce type ne sert à rien. Rien du tout.

- N'importe qui ferait mieux l'affaire que ça...

Voilà, c'est une chose. Même pas quelqu'un. Juste un truc désagréable dont il vaut mieux se débarrasser parce qu'il suinte l'inutilité à des kilomètres à la ronde. Et puis tu te rappelles de la retenue avec de Lanxorre, et un sourire moqueur se dessine sur tes lèvres.

- A la limite on peut lui filer le rôle de cible vivante. là il serait dans son élément.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jace Becker
avatar
Préfet(e)/Serpentard
Préfet(e)/Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Bureaux du Staff

Message par : Jace Becker, Dim 8 Juil 2018 - 16:12


Elly me dit donc bonjour cependant je reste debout voyant Azaël faire la gueule et commencer à râler, je ricane après sa première phrase et je ne me gêne pas pour lui dire.

-Toujours aussi une grande gu*ule Peverell, tu n'as pas un petit Artemis à sauver aujourd'hui ?

Il va probablement s'énerver, se relever... Blabla râlé aussi tellement prévisible. Aucune surprise ce garçon, j'aimerais actuellement devenir sourd pour ne plus entendre sa voix désagréable de gamin qui n'est jamais contente.
Il dit au passage que je ferais une bonne cible mouvante, je ricane encore en faisant un petit sourire narquois.

-Effectivement ça t'apprendrait peut-être à lancer un sortilège correctement, après tout te faut bien ça hein l'Apprenti.

je ne vais pas m'écraser face à lui, enfin bref je le laisse râler autant qu'il veut avant de reprendre ma concentration sur Elly ignorant volontairement Peverell.

-Vous pouvez compter sur moi pour les week-ends et en renfort, je ferais de mon mieux avec...

Regardant un instant Azaël.

-Ce que j'ai sous la main...

Haussant un sourcil et reprenant un visage neutre, j'attends la suite de cet « entretien » qui semble bien parti. Je dois avouer que ça va me faire tout drôle d'avoir Elly comme chef, disons que notre dernière rencontre ne s'est pas forcément passé de façon agréable mais... Ça pourrait m'aider à apprendre beaucoup de choses, disons que j'ai hâte de commencer tout ça malgré que j'ai... Lui comme collègue... Si on peut appeler ça un collègue.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Dim 8 Juil 2018 - 19:00


Becker ne se la ferme pas. Il aurait dû. Il aurait vraiment dû. Parce qu'il ne fait que t'énerver davantage avec ses piques à la con. Si la première sur Arty ne t'atteint pas outre mesure, la seconde te fait crisper la main sur ton siège. Et la dernière est tout simplement de trop. Ce type fait carrément de la lèche à Elly en se foutant de ta gueule. Tu te retrouves debout, baguette pointée sur Becker, le regard glacial, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire. Ta voix gronde dans la pièce.

- Tu veux vraiment que je te montre comment je lance les sortilèges ? Je me ferais un plaisir de t'en montrer quelques uns qui font partie des plus douloureux, Becker.

Tu as visiblement totalement oublié la présence d'Elly dans le bureau. Voire même la raison première de vos présences respectives ici. T'as juste envie de lui refaire le portrait, et une seule provocation supplémentaire de sa part et tu te feras une joie de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Lun 9 Juil 2018 - 23:31


LA Aza

T’as à peine fini de parler qu’Azaël commence déjà à s’offusquer : pourquoi faut-il toujours qu’il trouve le moyen de répondre alors que ce que tu disais était excessivement simple ? Tu soupires, tu l’écoutes, d’une oreille seulement, tes prunelles ne le lâchant pas une seule seconde, comme pour lui faire comprendre que là, t’étais pas décidée à faire la police.

Mais non, il continue. Il semble s’être lancé dans un discours visant à discréditer le nouveau stagiaire. Et là, cette fois-ci, tu lèves les yeux au ciel et tu te mords la lèvre. T’as envie de lui voler dans les plumes, t’as envie de lui hurler qu’ici, il n’est maitre de rien et que tu n’es ni sa mère, ni sa pote. Mais tu te contiens, te contente d’un dernier soupir. Voilà qui entamait déjà les bonnes relations que tu voulais mettre en place au sein du Heurtoir.

Et puis là, c’est Becker qui prend la parole. Tu déglutis. T’avais pas vraiment prévue une divergence au sein de ta propre équipe – ce ne serait pas la première pour autant – même si ça avait l’air assez virulent entre les deux jeunes hommes. Puis un prénom qui sort, te ramenant à ce frère adopté, mais tu te contentes de ne rien dire, prisonnière de ce dialogue qui se jouait face à toi, et dans lequel tu avais du mal à intervenir.

Finalement, l’attention de Becker se reconcentre sur toi, et tu le remercie silencieusement de recentrer la conversation sur ce qui était important : après tout, il s’agissait d’un entretien d’embauche et pas d’une querelle d’adolescent, n’est-ce pas ? Enfin, c’est ce que tu croyais jusqu’à ce que tu entendes la fin de la phrase de Jace : il ferait avec ce qu’il avait sous la main, et le regard qu’il lança vers Azaël était sans équivoque.

Tu maugréais intérieurement, ce n’était pas gagné avec ces deux-là. T’avais une sensation de malaise qui te prenait, qui t’empêchait même de respirer. Il fallait te reprendre, maintenant. Remettre les choses au clair avec les deux jeunes hommes face à toi. Vous n’étiez pas prêts de former une équipe efficace si vous commenciez de la sorte.

Mais, à nouveau, t’as l’impression d’être totalement invisible. Peverell se lève, baguette pointée vers Becker, et là ton sang ne fait qu’un tour « CA SUFFIT ». C’est limite si les murs ne tremblent pas sous ta voix qui s’extirpe de ta gorge. « STOP, c’est compris ça ? VOUS DEUX ! ». Visiblement, t’entendre hurler ne rassure pas le Peverell, puisqu’il s’assoit derechef, et ne te quitte pas des yeux. « Soit je vous prends tous les deux, soit je n’en prend aucun. Alors est-ce que vous êtes prêts à faire un minimum d’effort ou est-ce que vous partez immédiatement ? » Tu souffles un coup, la colère c’pas bon pour le corps, tu sens d’ailleurs ton cœur qui s’emballe, l’adrénaline qui prend le dessus.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Ven 24 Aoû 2018 - 18:49


T'étais prêt à lui faire ravaler ses propos. Réellement. A le faire souffrir, à le faire hurler, histoire qu'il comprenne bien ce que tu es capable de faire. Mais Elly intervient. Sa voix te vrille les tympans tandis qu'elle hurle dans le bureau. Tu l'as déjà vue en colère. Et t'as aucune envie de recommencer. Après un dernier regard assassin envers Becker, tu te laisses tomber sur la chaise en regardant Elly. T'es toujours en colère. T'as toujours un mal fou à te contenir. Mais tu prends sur toi parce que tu n'as pas d'autre choix. T'as pas envie de ne pas être pris uniquement à cause de Becker. T'as des objectifs à atteindre, et ce n'est pas lui qui va t'en empêcher.

- C'est bon, pas la peine de hurler...

T'aimes pas quand on te crie dessus. Parce que souvent, ça précède une quelconque violence physique. Disons que ton père avait tendance à te hurler dessus avant de passer en revue quelques sorts bien douloureux sur toi. Il avait l'air d'un fou furieux dans ces situations. Les yeux exorbités, la mousse au coin des lèvres. Tu savais qu'il ne servait à rien de discuter, qu'il n'entendait rien, qu'il était totalement en transe. Mais tu préférais quand même ça à ses périodes de calme. Parce que là, rien ne pouvait t'indiquer quand les choses allaient te tomber dessus.

Tu pousses un léger soupir. T'essaies de faire abstraction de la présence de Becker juste à côté. T'es là pour le job, pour Elly et pour toi. Lui, il peut toujours aller se faire voir chez les grecs. Et encore, c'est pas cool pour les Grecs. Alors tu lâches quelques mots, résigné.

- C'bon, j'veux l'poste.

Le regard plongé dans celui d'Elly, t'espères qu'elle ne t'en veux pas trop. Mais d'un autre côté, t'es un peu en train de bouder, bras croisés sur ta chaise. T'as l'impression d'être puni alors que t'as rien fait.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Lun 27 Aoû 2018 - 16:08


LA du staff

La voix s’est cassée à leur hurler dessus, mais l’avantage, c’est que les deux se sont calmés. Azaël s’est même rassis et semble reprendre le contrôle de lui-même, ce qui soulage forcément la brune qui n’avait pas envie d’une guerre au sein de son établissement, encore moins entre les deux personnes qu’elle avait choisi pour rejoindre son équipe. Alors quand le Peverell se pourfend d’un « C’est bon, pas la peine de hurler », la jeune femme se retient de tout commentaire. Fallait pas mettre de l’huile sur le feu non plus, même si elle se sentait bien l’envie de le remettre à sa place.

Pour autant, la propriétaire ne dit rien, mais écoute, et le fait qu’Azaël indique qu’il veuille le poste scelle la discussion. « Très bien », qui tombe des lèvres de la brune en un soupir exaspéré. Elle avait la sensation que quelque chose n’allait pas tourné comme il le fallait, mais qu’importe, maintenant la décision était actée, pas de retour en arrière possible. Le regard de la brune fixe celui du jeune Peverell, mais aucune remarque ne sort ni d’un côté, ni de l’autre. Alors Elly se décide à mettre fin à l’entretien « Bien Messieurs, vous êtes tous les deux retenus, j’espère que notre équipe fonctionnera bien de la sorte ».

Et sans un mot de plus, la jeune femme commença à faire les présentations des différentes salles et différents équipements avant de congédier les deux énergumènes. Voilà qui s’annonçait sans doute plus compliqué que prévu pour la jeune femme, qui n’avait pas prévu que ses deux salariés ne puissent pas se sentir. Alors elle espérait, un peu bêtement, que le travail au Heurtoir les rapprocherait sans doute.

- Fin du RP -

Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Mer 12 Sep 2018 - 0:51


PV Elly


Tu es là comme un con à attendre Elly et tu sais même pas vraiment pourquoi. En vrai tu ne sais même pas ce que tu vas pouvoir lui dire, tu n'as pas franchement envie d'être méchant avec elle surtout après ce qu'elle vient de faire, mais faut bien que quelqu'un lui dise qu'elle peut pas faire ça. Elle a pas le droit, il y a des gens qui comptent sur elle genre toi, ou Arty.

Affalé dans un des fauteuils, tu attends plus ou moins tranquillement qu'elle daigne se pointer. Ça ne devrait pas trop tarder vu l'heure avancée de la matinée. T'es en train de stresser comme c'est pas permis, à croire que t'as un truc à te reprocher alors que tu veux juste comprendre. Comprendre pourquoi elle a fait ça, à quel moment elle s'est dit que c'était une bonne idée, et qu'elle pouvait partir comme ça sans rien devoir à personne.

C'est que tu lui en veux. T'as l'habitude qu'elle soit là, qu'elle te surveille, qu'elle t'empêche de faire des conneries tout en te faisant davantage confiance que n'importe qui d'autre. T'as pas envie que tout ça s'arrête, qu'elle disparaisse totalement, que ce soit de ta vie ou tout simplement du monde. Tu tiens à elle, probablement plus que tu ne voudras bien l'admettre, et c'est comme si soudainement, t'avais pris conscience que l'inverse n'est pas vrai.

Après tout, elle ne t'aurais pas abandonné comme ça si ça l'était. Tu t'es peut être trop attaché. Mais d'un autre côté, ce n'est pas comme si elle était juste la soeur de ton meilleur pote, ou ta patronne. Non, elle est bien plus importante que ça. Elle est celle grâce à qui ta vie a pu prendre un meilleur tournant en te prenant sous son aile alors même que t'étais qu'un abruti fini.

Le pire dans cette histoire, c'est sans doute cette faiblesse intense qu'elle a ainsi laissé transparaître. Cette détresse que tu n'avais jamais vu en elle, que tu as été incapable de voir. Parce que tu t'en veux de ne pas avoir compris qu'elle allait si mal. De ne même jamais lui avoir demandé comment elle allait. Comme si elle était trop forte pour se laisser abattre par la vie. Pourtant, elle est humaine elle aussi. Elle n'est pas sans faille. Elle n'est pas juste quelqu'un sur qui tu peux te reposer sans arrêt, mais bien quelqu'un qui a aussi besoin d'être soulagé.

T'as été aveugle, trop aveuglé par ton propre égoïsme pour voir tout ça. Et si Arty n'avait pas été là pour la trouver, il serait sans doute trop tard pour te reprendre et espérer changer les choses. Faire en sorte que tout se passe bien. Ou que tout se passe mieux.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Mer 12 Sep 2018 - 9:44


Après une tentative de suicide, on a tendance à dire que la vie ne reprend pas ses droits naturellement. Qu’il y a une sorte de latence, un vide incertain qu’on ne sait pas comment combler. Une sorte de besoin qu’on refuse de voir, une sorte de vide qu’on n’arrive pas à comprendre non plus. C’est exactement la sensation qui assaille Elly, matinées après matinées. Lorsqu’elle vient travailler au Heurtoir, lorsqu’elle rentre chez elle, lorsqu’elle fait la moindre action d’une vie supposée normale. Le tic-tac dans son crâne a cessé, un peu. Ne reste que les interrogations et les angoisses, les doutes et l’appréhension.

C’est le pas traînant que la jeune femme se rend sur le lieu de son travail, soupirant d’exaspération devant la façade toute à fait normale de l’établissement, elle ne se hâte pas à gager la porte d’entrée. Non, elle reste là, pensive, un instant à observer les gens alentours. Quelques minutes passent, elle souffle un instant. Et sa vie la rattrape : elle doit retourner travailler. Elle doit se relever, encore, de cette difficile existence dont elle ne veut plus. Le pas traînant reprend, les jambes vacillent un peu. Les médicomages ont dit qu’il était trop tôt encore, qu’elle n’était pas prête, mais pensez-vous qu’elle les écouterait ? Non, elle n’a que faire des avis médicaux. Alors elle avance, doucement.

Et quand enfin elle arrive à la porte d’entrée du Heurtoir, elle accuse une nouvelle fois une latence, une attente, la main sur la poignée de la porte, elle fait basculer cette dernière, l’ouvre. Elle entre, non sans lorgner les lieux. Rien n’a changé. Combien de temps s’est écoulé entre l’hotel et aujourd’hui ? Elle n’en sait rien, le décompte s’est perdu dans le sang sur la baignoire. Rien qui ne vaille d’intérêt. Aujourd’hui, elle pense être seule, avec elle-même et ses tourments. Mais quelque chose alpague son regard.

Dans l’un des fauteuils, se dessine la silhouette de l’un de ses entraîneurs. Le souffle coupé, la voix traînante, elle murmure « Bonjour Azaël ». Parole qui s’extirpe puis s’éteint aussi vite qu’elle est née, le regard d’Azaël est lourd de sens, elle le connait pour le maitriser depuis quelques années, alors elle s’assoit dans un canapé elle aussi, et elle attend. Elle attend qu’il déverse sans doute un trop plein de parole qu’elle n’était sans doute pas prête à entendre, mais qu’importe. Son regard fuyant cherche du réconfort dans les lieux, dans les meubles, dans les objets alentours.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Dim 23 Sep 2018 - 15:17


Elly finit effectivement par arriver. Elle semble pâle, fatiguée. Rien de bien étonnant après ce qu'il s'est passé. Elle te salue d'une voix à peine audible, et ça te donne l'impression de ne pas avoir à être là. Après tout, tu n'as aucun droit de lui demander la moindre explication. T'es rien, ni personne pour ça. Juste son employé. Tu te forces à esquisser un sourire. T'es content de la voir, de voir que les choses vont se remettre peu à peu en place, mais maintenant qu'elle est là, tu ne sais absolument pas par où commencer. Ni même si t'as réellement quelque chose à dire.

C'est sans doute l'un de tes plus gros problèmes. Tu sais sortir des conneries, tu sais t'énerver, tu sais provoquer, mais dès qu'il faut parler de quelque chose de sérieux... Il n'y a plus personne. Et là, t'as comme l'impression que ce n'est ni le moment de faire une blague, ni de lui hurler dessus. Un simple "Salut." passe tes lèvres en réponse. Et te voilà à garder le silence de longues secondes. T'oses pas la regarder. T'oses pas commencer à parler. Juste... T'attends. Sans même savoir quoi. Tu finis cependant par te racler la gorge pour te lancer. C'est qu'il va bien falloir s'y mettre à un moment donné.

- J'suis content que tu sois là.

C'est la pure vérité. Tu la préfères amplement ici que morte. Ok, vive les grandes conversations. Pour celle-ci, tu repasseras. Tu passes ta main dans ta nuque, clairement gêné, à la recherche de ce que tu pourrais bien lui dire. Faut bien que ça sorte. T'es juste pas sûr d'être prêt. Pourtant, tu te lances tout de même.

- Pourquoi t'as fait ça ? Enfin j'veux dire... Pourquoi tu m'en as pas parlé ? Ou à Arty... Ou à je sais pas qui... Tu sais... C'était flippant de te voir comme ça à l'hôpital. J'pensais pas que... Enfin, tu vois.. Que t'allais si mal quoi. J'veux pas te revoir comme ça. Je... Veux pas te perdre.

Sourire gêné. Tu ne pensais pas franchement lui faire une telle déclaration. C'était pas prévu. Mais tu ne sais plus trop ce qui était prévu. Ni même si t'avais réellement prévu quelque chose. Et soudain, t'as peur. Et si jamais tu ne fais rien de plus que la faire culpabiliser ? C'est sûrement la dernière chose dont elle a besoin en ce moment. Et t'as pas envie d'en être à l'origine. Tentative de changement de sujet.

- Tu reviens bosser pour de bon ? Enfin.. J'veux dire, si t'es là, c'est que ça va mieux ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 27 Sep 2018 - 22:50


Il esquisse un sourire qu’elle présume faux, il y a quelque chose de forcé dans son expression, un quelque chose qu’elle n’arrive pas à saisir mais qu’elle ressent, au plus profond d’elle-même. Elle ne dit rien pourtant, elle laisse monter à ses joues le rouge de ce qu’il s’apprête à lui dire, car elle le sait, elle le voit au fond de ses yeux, il y aura des questions, de l’appréhension. La phase des non-dits, des évitements de regards, des propos qu’on pense mais qu’on ne dit pas, par peur de faire du mal. Mais le mal, désormais, il était fait, elle en portait les stigmates sur les poignets, alors il fallait affronter.

Le silence qui s’installe à la suite de leurs salutations est pesant, tant pour l’esprit de la jeune femme que pour ses entrailles, qui se tournent et se retournent, provoquant au passage quelques sombres nausées. Elle ne sait pas quoi dire alors elle se contente de jouer avec ses doigts, les entremêlant parfois. Enfin, il rompt le silence d’une phrase qui soulage l’ancienne auror, qui fait retomber – pour un instant seulement – la tension accumulée depuis qu’elle était entrée dans l’établissement. Elle avait l’impression d’être un élastique, tendue, arquée à l’extrême, et prête à céder sous la moindre pression, qu’elle soit physique ou morale. Elle avait clairement connu mieux comme terrain de discussion.

Mais le mieux ressenti n’est que de courte durée, car bien vite les paroles de Peverell s’enchainent et lacèrent les chaires de la propriétaire des lieux. Ce n’est pas tant les questions qu’il pose, mais plutôt la réalité de ce qu’il énonce. Les réponses douloureuses à lui apporter, tant pour elle que pour lui. Car après tout, s’il pose ce genre d’interrogation, c’est parce que l’idée qu’elle puisse partir de la sorte ne lui convienne pas ? Un étrange sourire s’étire sur le visage de la brune, un peu déformé par l’émotion. Elle sait le prix qu’il lui en coute de lui dire tout ceci, elle ne le connait que trop bien. Elle sait qu’il ne s’étouffe jamais dans les sentiments, dans les discours empli d’émotion que certains sorciers se vouent à dire et à hurler.

Azaël était plus mesuré, plus renfermé. Elle le savait, et trouvait d’autant plus touchant le fait qu’il s’exprime ainsi, aussi librement et naturellement que possible. Le sourire gêné qu’il arbore parle d’ailleurs pour lui, la jeune femme sent bien qu’il ne vit pas le meilleur moment de sa vie. Alors elle aussi, elle répond, avec ce sourire gêné. Sans qu’aucun mot ne s’extirpe. D’ailleurs, c’est le jeune homme qui reprend la parole, qui pose une dernière question, comme soumis à une inquiétude que de la revoir repartir sans rien dire.

Alors elle s’exprime, elle balbutie au début, cherche ses mots, peine à assembler ses pensées. Finalement, elle inspire et expire, doucement, et reprend, les yeux rivés dans le regard de son entraîneur « Je ne savais pas à qui en parler …. Et pour dire quoi surtout ? ». Car la situation était complexe, difficile à expliquer. Souffrir d’une rupture dont elle était à l’origine lui semblait peu naturelle, après tout, elle ne devait en vouloir qu’à elle-même. Alors elle continue, sereine « Toi comme Arty vous avez vos propres vies a géré, vos propres emmerdes, chacun les siennes après tout ? ». Question en suspens mais elle connait la réponse. N’importe lequel des deux aurait des soucis, il était certain qu’elle serait intervenue pour eux. Comme l’inverse était sans doute vrai. Et pourtant, elle les avait laissés en dehors de ce mal-être qui la rongeait intérieurement. Elle évite quelques-uns de ses sentiments, essuie ses yeux humides d’un revers de main, et poursuit « Je reviens pour de bon, hors de question que je vous abandonne ici n’est-ce pas ? ». Petit rire qui s’ensuit, même si au fond, elle n’est pas certaine de la promesse qu’elle vient de lui faire. Elle se risque même à une pointe d’ironie qui sonne pourtant cruellement faux « Vous ne pourriez pas vous en sortir sans moi, hein ? » et le ricanement qui s’ensuit sonne tout aussi faux que la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Mar 2 Oct 2018 - 20:18


C'est bizarre pour toi, d'être celui qui mène la conversation. Celui qui doit choisir ses mots, celui qui doit se montrer sérieux, mature. D'habitude, t'es davantage dans le rôle du gamin très ch*ant qui a besoin d'attention et qui provoque tout le monde. Là, t'as juste envie qu'elle te voit comme un ami. Comme quelqu'un qui peut être là pour elle quand elle en a besoin, tout comme elle peut se montrer là pour toi chaque fois qu'il le faut. T'as besoin de lui faire comprendre que tu ne peux pas la laisser se détruire comme ça sans rien dire. T'es pas franchement d'accord pour la laisser partir. Et t'es pas franchement d'accord pour qu'elle soit malheureuse.

Le sourire qu'elle arbore en dit long, plus que n'importe quel mot. Heureusement d'ailleurs, parce qu'elle semble avoir du mal à choisir les siens. Décidément, cette conversation n'est naturelle ni pour elle ni pour toi. Mais vous devez passer par là, vous n'avez pas le choix. Pour que les choses s'arrangent, il faut oublier les non-dits. Il faut oublier les blocages primaires. Il faut que vous puissiez communiquer pour de vrai. Parce qu'il est hors de question qu'elle refasse une chose pareille, que ce soit dans une semaine ou dans dix ans. Tu veux qu'elle comprenne que t'es là. Que tu seras toujours là. Parce qu'on ne se débarrasse pas de toi si facilement, et encore moins en fuyant et en s'entaillant les poignets.

Enfin, elle parle. Ses mots te percutent violemment. Dire quoi ? Chacun ses emmerdes ? Elle pouvait dire n'importe quoi. Juste expliquer la situation. Dire qu'elle en avait marre, qu'elle était prête à tout pour partir. Et surtout...

- Chacun ses emmerdes ? Dans tes rêves, si t'as des problèmes tu peux me le dire, j'ai beau avoir les miens, j'pourrais toujours t'aider. Ou au moins être là. J'en sais rien moi, te soutenir, un truc du genre. T'es pas toute seule, Elly. T'as pas le droit de penser que tu l'es.

Parce que tu risquerais fort de le prendre très mal. Déjà là, t'es carrément vexé qu'elle ait sorti ça comme ça. Genre vous avez vos problèmes alors vous vous en foutez des siens. Comme si les choses fonctionnaient comme ça quand on tient aux gens. N'importe quoi. Tu esquisses un sourire à la suite de ses propos, même si t'as bien compris qu'elle se forçait, pour donner le change. Peut être pour te rassurer. Mais c'est pas en jouant un rôle qu'elle te rassurera. Toi, t'as besoin qu'elle soit vraie. Qu'elle soit sincère. Sinon... Tu sers juste à rien. Et tu risques de passer à côté des choses les plus importantes encore une fois.

- Nan, clairement pas. M'enfin déjà tu remarqueras que l'établissement a pas pris feu, c'est déjà pas mal.

Petit sourire. T'essaies de la faire rire pour de vrai. Même si tu doutes un peu que ça fonctionne. De toute façon, t'en as marre déviter le sujet. Y'a bien un moment donné où faut foncer dans le tas pour en savoir plus et pouvoir espérer l'aider.

- Alors, tu comptes me parler de ce qu'il s'est passé ?

T'as pas l'intention de la juger, loin de là. Tu veux juste lui montrer qu'elle peut compter sur toi, peu importe pour quoi. T'es pas juste son employé, ou le gamin ch*ant qu'elle a décidé d'aider. Des fois, t'as des éclairs de maturité. Quand y'a besoin. Et y'a besoin.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Mer 3 Oct 2018 - 12:15


Visiblement, l’entraîneur n’est pas d’accord avec sa patronne. Pourtant, c’est elle qui paye les salaires, ne devrait-il pas hocher bêtement la tête et se contenter des réponses qu’elle lui apporte ? Qu’elles sonnent fausses ou non ? Pourquoi se sent-il ainsi concerné par sa santé ? Par son bien-être moral ? Elle lève les yeux au ciel alors que son « Dans tes rêves » résonne sur les murs du bureau. « T’es pas toute seule Elly ». Et les yeux de l’ancienne auror se figent sur celui qui a été un gamin impertinent. Comment le temps avait-il pu filer à cette vitesse ? Comment était-ce possible que l’enfant insolent soit devenu l’homme qui se tenait face à elle ?

Et puis il se tente à un trait d’humour, pour répondre au sien. L’établissement n’avait pas pris feu, elle pouffe dans ses mains, c’est vrai qu’avec lui il fallait s’attendre à ce genre de chose. A ce genre de difficulté. Mais il s’en était sorti. D’ailleurs, elle en profita pour souligner le progrès « Tu vois que tu en es tout à fait capable ». Et le silence qui s’ensuit est plein de réflexion, de questions qui tournent et retournent dans son esprit sans trouver de réponse.

Finalement, la teneur de sa présence ici revient sur le devant de la scène, se posant en une interrogation des plus simples « Tu comptes me parler de ce qu’il s’est passé ? ». Elle détourne le regard, cherche un appui parmi les murs, entre les différents objets ainsi exposés. Le bureau où s’entasse la paperasse depuis son départ. Non, elle n’est pas prête à répondre à cette question, mais pourtant, les mots s’extirpent difficilement de ses lèvres « J’ai quitté Lival ». Et le pavé dans la mare est lancé. Même si elle n’est pas certaine de détailler davantage les choses, de fluidifier les contours de cette rupture, d’exprimer les non-dits sur cette dernière. Après tout, Azaël n’avait peut-être à être au courant de tous les détails ?

« J’sais plus où j’en suis ». Les yeux se ferment, et repensent aux nuits d’ivresse, à la présence de l’auror, rassurante, enivrante. Qu’elle avait provoqué, poussé à bout. Puis l’image de Lival, à Ste Mangouste. Tout était flou dans cette vie qu’elle ne semblait plus contrôler mais subir. Une seule chose désormais la raccrochait au mince filament de vie mais ça, elle n’en ferait pas état à son entraîneur, préférant, pour un temps seulement, le maintenir loin de cette décision.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Bureaux du Staff

Message par : Azaël Peverell, Jeu 4 Oct 2018 - 23:32


T'en es capable. Ouais, t'as bien remarqué. De toute façon, t'as pas eu trop le choix. Et t'aurais préféré ne jamais savoir que t'es assez responsable pour tenir un établissement sans risquer la pire catastrophe qui soit pendant quelques jours si ça voulait dire qu'Elly n'avait pas fait ça. La prochaine fois, elle pourrait simplement prendre quelques vacances, comme n'importe qui. C'est ce qu'il faut faire quand on est à deux doigts de craquer. Plutôt que d'en arriver là. Toi, t'as jamais eu le courage de mettre fin à tes jours. C'est pas faute d'avoir provoquer les mauvaises personnes pourtant. Mais tu t'en es toujours tiré. T'as fini par te dire que t'avais peut être un rôle à tenir dans ce monde pour qu'il veuille à ce point te garder sur Terre.

Enfin, Elly se décide à te dire ce qu'il s'est passé. Le pourquoi du comment. Elle a quitté Lival. Tu bug quelques secondes à sa révélation. Tu croyais que tout était rose entre eux, qu'ils ne se cachaient rien, qu'ils se disaient tout. Faut croire que les choses sont rarement ce qu'elles paraissent être. Tu ne doutes pas une seule seconde qu'elle doit avoir ses raisons. Mais quand même, si c'est elle qui l'a quitté, pourquoi ça la fout dans un état pareil ? T'y connais pas grand chose aux sentiments humains. Mais clairement, pour en arriver là, même si elle l'a quitté, elle doit avoir du mal à tirer un trait sur leur histoire.

Elle ajoute qu'elle ne sait pas où elle en est. Tu veux bien la croire, parce que toi, tu comprends que dalle. Il te manque clairement quelques bouts de l'histoire pour te faire une idée de ce qui a pu se passer. Mais d'un autre côté, t'es pas sûr que ça te regarde. Et si elle ne veut pas en parler avec toi, tu ne vas pas insister pendant trois heures.

- T'l'as quitté quand ? Qu'est-ce qu'il a fait ?

Parce que c'est évident. Il a fait quelque chose pour la blesser, sinon, elle n'en serait pas là alors qu'elle est à l'origine de la rupture. Sauf que tu te rends compte que t'es justement en train de faire ce que tu ne voulais pas faire : poser des questions. Mais d'un autre côté, si tu veux espérer l'aider, ou au moins la soutenir, faut bien que tu saches un minimum ce qu'il s'est passé. Sinon autant laisser une plante verte la gérer, ce sera la même chose. Mais c'est quand même le genre de conversation intime que t'es pas sûr qu'elle veuille avoir avec toi.

- Enfin... Si tu veux pas m'en parler j'comprends hein. J'veux juste... Enfin... C'toi qui voit quoi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: Bureaux du Staff

Message par : Elly Wildsmith, Ven 5 Oct 2018 - 14:13


L’incrédulité se lit sur le visage de son entraîneur, elle comprend qu’elle va devoir aller plus loin, expliquer. L’incompatibilité d’humeur, le manque de confiance grandissant. Pourtant, elle refuse de s’étaler davantage sur cette relation qui la dévore de l’intérieur. Qui la fait souffrir le martyr. Elle refuse de se laisser abattre par la douleur, par ce poison insidieux qui ruine chacune de ses cellules. Elle balaye la question d’un revers de main « Il n’est plus le temps pour ce genre de question ». Parce qu’il fallait chasser les réponses qui faisaient mal au corps, au cœur, à l’âme. Chasser ce mal-être qui gagnait trop facilement chaque parcelle de sa peau, qui gangrenait son corps à l’excès.

Elle se repose dans le fond du fauteuil, passe ses mains sur son visage, yeux clos. Elle est fatiguée par cette vie d’angoisse, de doute et d’incertitude. Elle veut résolument aller de l’avant, maintenant. Elle rouvre ses paupières et ses pupilles peinent à s’acclimater à la lumière. Elles se figent sur la silhouette d’Azaël « Ca va aller mieux ». Etait-ce une promesse ? Ou une manière de se convaincre elle-même des mots qu’elle laissait à l’attention de son entraîneur ?

Elle peine à réfléchir, à assimiler correctement les pensées que son esprit veut bien lui offrir. La narratrice ferait bien un parallèle avec le fait qu’elle a la tête retournée, mais ceci n’a pas sa place ici. L’ancienne auror a du mal à voir l’avenir d’un œil nouveau, sous un nouveau jour. Pourtant, elle a promis qu’elle s’en sortirait. Pour elle ou pour les autres, elle l’ignore, mais elle sait qu’elle doit essayer, de toutes ses forces, de se raccrocher à ceux qui comptent, qui sont importants, qui ont, au fil des mois, des années passées ensemble, creuser leurs places à ses côtés.

Et comme pour rejoindre ce mouvement de pensée, elle demande, à demi voix « Il s’est passé des trucs pendant que je n’étais pas là ? ». La question était vague, car elle englobait l’établissement, bien entendu, mais aussi la vie d’Azaël, de son petit frère Arty … et de tout ce qui gravitaient habituellement autour d’eux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Bureaux du Staff

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 3

 Bureaux du Staff

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.