AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir
Page 2 sur 2
Salle Privée Antioche Peverell
Aller à la page : Précédent  1, 2
Jean Parker
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard

Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Jean Parker, Mer 22 Fév 2017 - 16:52


LA. de Lisk

Le sortilège était très puissant, sans doute un peu trop. Jean avait mal calculé la puissance de ce qu'il venait de lancer, et il n'avait encore moins prévu le fait que le jeune homme en face se prendrait le rayon électrique de plein fouet. Le gosse tomba lourdement au sol, bon c'était pas vraiment prévu ça. Cela ne l'avait sans doute pas mit très bien. Jean baissa sa garde et observa le jeune homme. Aurait il la force et la capacité de se soigner seul ? Bonne question.
Un sourire apparut sur la mine grave du sorcier lorsque son élève tenta de se soigner avec le sortilège qu'il venait de lui enseigner.

Mais d'un coup, le jeune homme se mit à crier, rectification, hurler. Après un bref coup d'oeuil pour vérifier si la porte était bien fermée, que personne n'entendrait un jeune homme crier dans une salle comme celle-ci, que personne ne prendrait Jean pour un tortionnaire et déciderait d'entrer, il se dirigea vers Liskuvo.

Pointant sa baguette vers lui, il lança un #Musculus cor batit stabiinitas sur son élève, histoire que son cœur reprenne sa pulsation normale. C'était quelque chose de sans doute pas hyper agréable, mais vu l'ampleur du choc, il serait sans doute nécessaire. Il enchaina avec un #Revigor pour le remettre un peu en état, et finit avec un #Curo As Velnus bien placé pour essayer de le remettre d'aplomb.

Rangeant sa baguette, il attrapa le jeune homme, le forçant à se relever, et l'emmena s'asseoir contre le mur. C'était pas top confortable, mais bon ça suffirait pour l'instant. S'cuse moi mec, je ne pensais pas que le sort serait si puissant. Essaie de te reposer un peu, mais c'est déjà bien, tu as eu comme réflexe d'utiliser mon sortilège, je suis bien content. Comment tu te sens ?

Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Liskuvo Kalsi, Jeu 2 Mar 2017 - 19:05


Mon cri résonne continuellement dans la salle. J'ai mal et en même temps j'ai honte. Honte d'avoir crié, laissé échapper une nouvelle faiblesse devant cet homme inconnu. Déjà que me rouler en boule pris par des spasmes n'était pas très sympathique alors si en plus je laisse partir un cri très puérile...

La douleur forte me fait oublier cette honte. J'ai du mal à penser à autre chose. Je ne sais pas si je peux renvoyer un sort pour me soigner. Je pense pas. En fait c'est carrément trop dur, même lever un doigt me fait souffrir plus que de raison. Je ressens une nouvelle douleur, plus dure, plus étrange aussi. Après ça j'ai l'impression d'aller mieux. Je vais mieux même. J'ouvre finalement les yeux, pour découvrir le Sadique devant moi qui m'attrape pas le bras. Il me porte tranquillement jusqu'à un mur. J'essaye de reprendre ma respiration, de faire passer le choc.

Il me fout contre le mur. Me laissant m'asseoir, je prends une grande inspiration et laisse ma tête partir en arrière. Tranquillement tous mes sens reviennent, je reprends lentement mes esprits, tandis qu'au dessus de ma tête le prof commence à me parler. Je fais l'effort de me concentrer sur ce qu'il dit, orientant ma tête dans sa direction.

S'cuse moi mec, je ne pensais pas que le sort serait si puissant. Essaie de te reposer un peu, mais c'est déjà bien, tu as eu comme réflexe d'utiliser mon sortilège, je suis bien content. Comment tu te sens ?

Je prends mon temps pour répondre, vérifiant uns à uns tous les signes de mon corps. Le cœur ça va, les poumons aussi. Ma tête ça va un peu moins, j'ai l'impression que tout est chamboulé dedans, elle me dit de m'éloigner, m'enfuir de cet endroit où j'ai ressenti une douleur insupportable alors que c'était pas forcément grand chose. Une autre partie de moi, mes jambes, mes bras, s'attachent. Ma main tient toujours ma baguette comme si elle voulait continuer.

Je devrais m'en aller, pas rester par ici avec le monstre en smoking. Mais quand même, j'ai payé quoi. Pas pour repartir avec une haine de l'électricité et un sort partiellement utilisé. Je reprends une inspiration.

- Je pense que ça va, merci de m'avoir soigné j'y arrivais pas, j'ai essayé le sort mais ça a aidé qu'à demi. Je pense qu'on peut reprendre, je serais plus attentif la prochaine fois pour pas le prendre de plein fouet, on peut y aller du coup si t'es d'accord.

Je me lève alors, prenant appuie sur mes jambes. Debout, un peu chancelant, je reprends une nouvelle grande inspiration et fixe mes jambes sur le sol, puis je me mets en position de duel. Cette fois pas de pause, je me défends c'est tout. C'est le plus facile je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Jean Parker, Dim 5 Mar 2017 - 17:14


LA accordés

Le gosse semblait aller un peu mieux, ce qui rassura Jean dans un sens. C'était le premier cours, un peu une sorte de "crash-test". Le rayon électrique ne fait pas partie des sortilèges les plus violents, mais il est quand même difficile à supporter. Le prendre de plein fouet de la sorte en maxima, cela ne devait pas être facile à encaisser.

Je pense que ça va, merci de m'avoir soigné j'y arrivais pas, j'ai essayé le sort mais ça a aidé qu'à demi. Je pense qu'on peut reprendre, je serais plus attentif la prochaine fois pour pas le prendre de plein fouet, on peut y aller du coup si t'es d'accord.

Il voulait remettre ça ? Grand bien lui fasse, il n'allait sans doute pas bien apprécier cela par la suite. Il allait falloir y aller moins fort. Soit. Le médicomage recula et se ralluma une cigarette en allant se placer à quelques mètres de son élève. La trame allait changer, c'est lui qui attaquerait et Jean qui se défendrait.

Bon la on va faire un truc simple, c'est toi qui va m'attaquer et moi je vais me défendre. J'attendrai le bon moment pour contre attaquer, il faut que si je te touches tu arrives à te soigner le plus rapidement possible. C'est difficile et un peu brutal comme méthode, mais en situation réelle, tu saura exactement quoi faire sur quelqu’un ou sur toi même.

Ouais enfin bon sa c'était dans la théorie. Dans la vraie vie on fait ce que l'on peut, on se barre en courant, on transplanne loin, on se cache sous une cape d'invisibilité. Bon nombre de techniques permettant d'éviter le combat, ou si on doit lancer le combat on le fait de manière sournoise et vile, après tout, tous les moyens sont bon pour survivre.

Le sorcier continuait à fixer son élève toujours au sol. Tant mieux, Jean avait le temps de savourer sa cigarette. Je te laisse prendre ton temps pour récupérer, je te laisse m'attaquer quand tu t'en sentira capable.
Le sang-pur fixait sa baguette, prêt à se défendre en cas de soucis. Il y a quelques minutes le gosse avait étonné le Gérant lorsqu'il renvoya les flèches sur lui, alors autant être sur ses gardes. Après tout peut être qu'à Poudlard on est pas si mauvais que ça après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Liskuvo Kalsi, Sam 11 Mar 2017 - 14:01


Debout, tant bien que mal, je vois pas pourquoi je continuerais pas après tout. Je veux continuer. Si j'ai du soin sur demande autant en profiter pour encaisser quelques coups. Après l'électricité je pense que ça pourrait aller de prendre un autre sort, peut-être moins violent en fait, mais un autre sort, je laisserai pas ma baguette aller plus bas que ma ceinture cette fois, ça va à un moment j'ai pas forcément envie de me prendre blessures sur blessures. Une ou deux mais pas tous les jours.

Je vois le gars rallumer une cigarette et aller plus loin, un peu d'espace entre nous deux. Encore une fois, même configuration finalement. Je le regarde nerveusement, j'ai bien envie de juste Ragnarok et de pas trop me laisser avoir. Mais il a l'air d'avoir une autre idée en tête.

- Bon la on va faire un truc simple, c'est toi qui va m'attaquer et moi je vais me défendre. J'attendrai le bon moment pour contre attaquer, il faut que si je te touches tu arrives à te soigner le plus rapidement possible. C'est difficile et un peu brutal comme méthode, mais en situation réelle, tu saura exactement quoi faire sur quelqu’un ou sur toi même.

Ah, je change ma posture. Je me sens un peu plus à l'aise dans l'autre sens. Lancer le premier coup je le fais pas trop. La défense c'est beaucoup mieux, ça surprend et souvent on se laisse avoir quand on lance le premier coup. Enfin ça s'est peu vu y'a 5 minutes mais bon. J'ai raison et les autres ont torts, c'est tout.

- Je te laisse prendre ton temps pour récupérer, je te laisse m'attaquer quand tu t'en sentira capable.

J'ai le temps de réfléchir du coup. Je sais pas si le mieux pour un premier sort c'est de lancer tout d'un coup ou seulement un pour palper l'histoire. On va dire que un d'un coup ça ira pour un premier. Ou peut-être que non ? Aaaah je sais pas. Je pointe ma baguette lentement. Je le vois en position. Alors je commence. Un petit Stupéfix qui part dans sa direction.

Je le laisse partir tranquillement, je me presse pas vraiment, je sais qu'il y a toutes les raisons du monde pour que le sort ne touche pas. Mais j'espère au moins que ça l'occupera, histoire de pouvoir suivre ça avec un autre sort, un Bombarda dans sa direction.

J'ai juste envie d'envoyer des sorts à la chaîne, sans réfléchir. Donc je continue, totalement aveuglé par ce qu'il se passe. Le bombarda est suivi d'un Aguamenti qui ressemble à peu près à un gros jet, y'a de quoi lui faire boire la tasse avec ça, rien d’extrêmement dangereux. Je me rends compte que j'ai laissé beaucoup de temps entre les sorts, y'avait de quoi se défendre à chaque fois. Bah. Tant pis après tout, je suis pas là pour gagner un duel.


Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Jean Parker, Sam 18 Mar 2017 - 22:13


L'élève semblait plus solide que ce qu'il en avait l'air, et un peu plus courageux aussi. Bon après il ne faut pas non plus trop exagérer. C'est un morveux comme un autre quoi. Il s'était mit en position, il semblait concentré, prêt à se battre plus sérieusement, prêt à ne pas sous estimer la violence de Jean, prêt à ne plus se faire avoir de plein fouet comme un malpropre.

Alors qu'il fut prêt, Liskuvo lança les hostilités avec un stupéfix tout ce qu'il y a de plus classique, que Jean para avec un #Protego assez bien placé. Cependant il avait fallu à la fois le temps de réaction, de placer le sortilège pour aprer, laissant l'avantage à l'adversaire. On dit que la vitesse ne doit pas être confondue avec la précipitation, cependant commencer le duel, lancer le premier sortilège donne forcément un avantage de vitesse, avantage qu'il allait falloir retourner, et prendre très rapidement le dessus.

Le temps de l'entendre prononcer un Bombarda, un énorme bruit se fit entendre pas hyper loin, ce qui fit résonner le crâne de Jean. Il fallait se concentrer et vite, sinon le gérant ne prendrait pas l'avantage. Le temps de voir le jet d'eau venir vers lui, de se décaler au possible bien que se faisant un peu arroser, le sorcier prépara la contre attaque. Encaisser les deux attaques permettraient de lancer d'enchainer sur une offensive, faisant perdre l'avantage à son adversaire. Ou du moins sur le papier c'était ça.

Il lança donc un #Everte Statum dans le but de faire chuter son adversaire au sol, et d'enchaîner avec un #Diffindo pour gagner du temps et prendre l'avantage.

Jean avait du combattre quelques fois au court de sa vie, et il avait toujours eu la chance de s'en sortir, cependant il faudrait apprendre à devenir prudent, car bon accepter d'encaisser quelques attaques sans importances pour avoir le temps de répliquer c'est une chose, mais cela aurait été des sortilèges bien plus puissants, ce serait la même chose.
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Liskuvo Kalsi, Lun 20 Mar 2017 - 1:05


J'te réponds comme cadeau d'anniv, je suis cool hein ?

Le premier sort part. Rapidement Protego par le médicofumeur qui n'a pas eu grand chose à faire pour s'en réchapper. Une pointe de déception monte en moi. Malgré le fait que je m'attendais pas à le blesser ou quoi que ce soit cette nonchalance au moment de parer le coup est assez vexante. M'enfin pas grave. Les autres ont pas beaucoup d'effet non plus à vrai dire. Seulement lui faire se protéger et courir pour éviter ce que j'ai balancé. Il a presque rien et il commence à répliquer.

Au premier sort je tombe à terre. La chute n'est pas trop douloureuse, mais quand même. Je suis passablement étourdit par le choc. Pas assez cependant pour ne pas tenter de répliquer au Diffindo qui m'arrive en plein dans le visage, je le vois arriver lentement vers moi, comme dans un rêve. Mon esprit fait instantanément un parallèle et tente de m'imagine avec un visage découpé. Ce qui s'affiche à l'intérieur de mon être est si peu ragoutant que je lève instinctivement ma baguette ainsi que la tête, pour éviter de tout me prendre. Un Deflectere part et le sort ricoche pour venir se figer dans mon pied, j'étouffe un cri de douleur. Y'a rien de grave. Je peux me soigner. En haletant sous la douleur je prononce un Episkey.

Je regarde mon pied qui semble ne pas avoir trop souffert quelques instants puis me reconcentre sur mon adversaire. Son sort est assez embêtant. Je vais pas pouvoir bouger comme je le veux, c'est soigné mais la douleur est encore présente, et j'aimerais pouvoir riposter un coup avant de me soigner totalement, je sais pas pourquoi ça me paraît être l'idée du siècle alors que je suis sûr qu'en y repensant ce sera pas du tout le cas. Tant pis tant pis.

Je relève ma baguette dans sa direction, il me faut un truc qui fasse mouche, qui me permette de me soigner sans qu'il me voie, lui laisser penser qu'il a l'avantage alors que ça va mieux. Je boite un coup, histoire qu'il intègre bien mon problème. Il m'a vu me soigner mais il doit penser que ça fait encore atrocement mal, alors qu'en vrai ça va à peu près. J'ai enlevé le plus douloureux si je puis dire.

En le regardant je me dis qu'une seule chose pourrait me faire plaisir, ce serait qu'il se torde de douleur comme je l'ai fait précédemment. Mais j'en ai pas la force, je ne suis pas lui. Je vais devoir ranger ça au plus profond de mon esprit, perdre la haine, garder l'envie d'apprendre. Encaisser. Un Fitilla sort de ma baguette, dans sa direction. *Brûle bien, co**ard.*

Faut que ça fasse mouche, ce serait trop beau, le voir souffrir un coup, ça ferait du bien de se dire que je suis pas le seul à pouvoir prendre des coups ici. Je me sentirais mieux. Je le regarde avec insistance, les yeux pétillants d'envie. Brûle. Vas y. Brûle.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Jean Parker, Dim 26 Mar 2017 - 17:18


Le combat était lançé, bien que ce ne soit qu'un gosse il fallait faire attention. Le premier sortilège avait marché plutôt pas mal, il était tombé au sol, se prenant le diffindo. Jean fut heureux de voir que le sorcier en face prit le réflexe de se soigner tout de suite, bien ! Il avait comprit le but de pouvoir se soigner en plein combat, après c'était quand même plus risqué que de le faire à la fin du combat, car bon tu te laisses à découvert le temps de subvenir à tes besoins et c'est problématique quoi.

Dans un élan de gentillesse, le sorcier décida de le laisser ré attaquer juste après s'être soigné, histoire de ne pas prendre l'avantage sur lui, cela n'avait aucun intérêt. Cependant le temps de réagir à un Fitilla, et sorcier sentit une intense douleur sur son épaule. Cela brulait, laissant échapper à Jean un ri de rage. Il fallut lancer un #episkey bien placé pour calmer la douleur avant de contre attaquer avec un #Metalo scencio pour essayer de bloquer cet adversaire, et enchainant avec un #Electrocorpus certes moins puissant que le premier, mais bon allier le métal et l'électricité, cela peut être intéressant sur un adversaire.

Le sorcier adorait jouer avec l'électricité et cela n'allait pas s'arrêter comme ça.
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Liskuvo Kalsi, Ven 31 Mar 2017 - 17:39


Le cri de rage que mon prof d'infortune lance me satisfait plus que ce que j'aurais pu penser de prime abord. C'est plutôt sadique comme réaction d'être heureux d'avoir pu faire du mal aux autres de la sorte, aucune compassion pour lui, juste de la douleur haineuse à son égard. J'essaye de me calme, de reprendre un esprit plus normal. Je secoue la tête, laissant partir des gouttes de sueur sur le sol, je les regard interloqué, j'avais pas remarqué qu'il faisait plutôt chaud et que ça faisait un moment qu'on envoyait des sorts maintenant.

Le soucis avec ce genre de constatations c'est que tout d'un coup tout notre corps prends conscience de la fatigue qu'il accumule et l'adrénaline arrive plus à prendre le dessus. Alors je sens mes jambes s'affaisser et je dois lutter pour pas tomber, lutter pour rester dans une position de défense plutôt tranquille qui me permette de réellement pouvoir continuer le combat. J'essaye mais c'est dur. Puis la prochaine salve de sort arrive aussi, il s'est soigné de son côté avant d'enchaîner sur un combo plutôt violent, c'est ce qu'aurait dit un spectateur normal. Moi mon cerveau a pas trop le temps d'analyser, il sait juste que je me retrouve pris dans un filet de métal et que bouger les jambes pour m'en sortir m'a juste valu de me faire charcuter encore plus. Je suis bien avec ça.

Puis je me reprends un sort de foudre de l'autre là. Je serre les dents cette fois, hors de question de crier. Je peux le faire. Ça fait mal oui, mais je peux y arriver. Alors je sers, fort. Je sors ma baguette pour Episkey sur mes jambes, au moins j'ai plus les problèmes mineurs, maintenant la foudre, m'fatigue ce sort. Bon, pour l'instant j'ai pas mieux. Je me concentre sur ma respiration en espérant que le pouls que je sens battre partout dans mon corps va finir par se calmer. Je formule un Curo As Velnus pour calmer le tout. Pratique ce qu'on apprend quand même.

Maintenant je me retourne vers Jean, faut bien riposter un peu. Marre que y'ai que moi qui me prenne ce genre d'attaque éclair très énervante. Je lève ma baguette vers lui et prononce un Electrocorpus dans sa direction. Faut bien qu'il vibre un peu sous le coup de l'électricité lui aussi. Je suis pas conducteur moi, je veux pas le devenir non plus. Alors qu'il se calme un peu avec moi.

J'ai quand même l'impression de pouvoir mieux gérer la cadence de soin que je peux m'accorder. J'ai réussi à me soigner et à rétorquer directement, et de mon point de vue ça a pas vraiment duré longtemps, ça fait du bien de se dire qu'on progresse, même si c'est avec des gens comme...lui.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Jean Parker, Lun 3 Avr 2017 - 16:15


LA de Lisk accordé

Le sortilège a fait effet, mais le gosse semble avoir bien compris le truc à propos du soin. Bon tant mieux, c'était le but du cours. Mais bon après le fait d'enchainer les sortilèges blessant, cela semblait énerver le jeune homme, qui allait sûrement gagner en fougue et en intensité. Le sorcier se mit à sourire. Les choses allaient devenir intéressantes à présent. IL allait pouvoir y aller un peu plus fort, car l'adrénaline allait faire en sorte que ses réflexes et sa rage augmente.

Quoi qu'il en soit, il fallut parer rapidement le rayon électrique en lançant un #protego à la dernière minute, avant de répliquer avec #Locomotor Mortis dans le but de bloquer son adversaire, puis enchainés avec un #Exteo Stattiga en direction de sa jambe droite. Les trois flèches vinrent se planter dans son genou, avec une puissance un peu trop conséquente. Le jeune homme hurla, ce n'était pas bien étonnant vu la douleur que devait générer trois flèches dans la jambe.

Zut c'était la boulette. Cela devait faire une douleur abominable, la situation risquait de dégénérer assez vite. Pour un premier cours donné au heurtoir, c'était un peu la m*rde. Il allait falloir s'occuper de lui rapidement, peut être le faire taire à jamais ? Cela pouvait être une solution, mais sans doute un peu extrême. Il ne devait pas être bien méchant, donc autant essayer de trouver une autre solution.

Excuse moi j'y suis allé un peu fort, je me doute que cela doit faire bien bien mal. Essaie de te soigner, essaie de rester calme, dans tous les cas je suis la derrière pour rattraper le coup.

C'est beau de se persuader que dire cela aurait une utilité, mais bon quand même, le peu de conscience que le gérant av ait le poussait à aider ce jeune homme, lui aurait peut être la chance de vivre une belle vie, donc il n'était pas question de le laisser dans cet état, Jean allait le sauver. C'était légitimé, après tout c'est lui qui l'avait mit dans cet état là. Il faudrait juste pouvoir faire en sorte qu'il n'aille pas raconter partout que son entrainement avait été hmmm disons trop violent.
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Liskuvo Kalsi, Dim 9 Avr 2017 - 12:50


Encore un protego, c'est vraiment pratique ce sort contre les élèves, on est pas très fort donc j'imagine que n'importe lequel de nos sorts peut être paré grâce à un simple petit bouclier. Je rage un peu quand je vois ça, pourquoi moi quand je prend son fatal foudre horrible je suis à l'article de la mort, mais dès que je veux me venger il fait un simple bouclier et l'histoire est terminée. Bon tant pis, je me concentre pour essuyer la prochaine salve de coups de sa part.

Salve qui ne se fait pas attendre, en moins de temps qu'il ne faut pour dire "Oh mince il m’envoie un sort il faut que je réagisse mais comment éviter ce truc, non je ne sais pas, aïe." et bien je me retrouve bloqué. Empêtré dans une sale histoire comme d'habitude, incapable de parer quoi que ce soit, juste capable de regarder l'autre, avec ses yeux brillants de...quelque chose de malsain. Il veut faire mal, il va faire mal, il a fait mal. Cri de douleur quand les trois pointes se plantent dans ma chair. Désespoir quand je me rend compte que ça va encore être un moment difficile. Pour la deuxième fois de la séance je me tords de douleur. Je sais que, de nouveau, je serais pas capable de me soigner efficacement parce que le sort est trop fort, je peux pas mourir intérieurement, être blessé à l'extérieur et quand même être capable de bouger ma baguette et de prononcer tous les sorts qu'il faut, je dois me rendre à l'évidence là dessus.

J'entends sa voix qui transparaît à travers la douleur. Il s'excuse, d'accord. C'est bien beau de s'excuser mais là c'est pas lui qui a peur de plus pouvoir utiliser sa jambe tellement ça fait mal. J'ai l'impression que les flèches vrillent les os pour se frayer un passage et ressortir de l'autre côté. Y'a un sort pour réparer tout ça ? Pas que je sache, y'en a qui volent devant mes yeux mais je sais même plus à quoi ils servent, les papillons dansent avec les mots pour brouiller ma vue, tout est là pour me mettre mal. C'est...pas...cool...

J'en prends un au hasard. Le seul que je me sens capable d'utiliser. Un facile du coup, pas trop de syllabes. Ouai il est pas mal lui. Revi...Revi...gor. Voilà, on va faire ça. Je sors ma baguette en tremblotant puis prononce un Revigor droit vers moi. Je sais plus du tout à quoi il sert, mais il a le mérite de me permettre de visualiser le monde sans les papillons. La douleur est toujours présente, vrillant partout. Mais je vois quelque chose, j'ai repris des couleurs, un tout petit peu. Je dois toujours être vachement pale. Je sens des larmes couler, je pleurs de douleur. Il me faut de l'aide pour me soigner, j'y arrive pas.

J'y arrive plus.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Jean Parker, Ven 21 Avr 2017 - 11:44


LA de Lisk accordé pour l'intégralité de ce qui se passe.

Problème.
Impondérable.

La situation avait échappé au sorcier. Le but était à la base de l'entrainer à se soigner et à acquérir des capacités de soin, et il semblerait que avoir le nez plongé dans les bouquins était quelque chose de plus utile et moins dangereux qu'une pratique hasardeuse. Il fallait trouver une solution et vite. Enfin la solution Jean l'avait déjà trouvée en soit, seulement elle n'était pas vraiment très humainement correcte. Mais malheureusement il n'avait pas tellement le choix.

Première étape, il fallait que le gosse se détende. S'approchant de lui, le sorcier mit sa main sur sa poitrine et se mit à vérifier son pouls. Je vais te soigner en un rien de temps, essaie de te détendre. Essayant d'appuyer sur son thorax au rythme des battements de son coeur pour le détendre, le sorcier commença à réfléchir à comment faire cela rapidement. Liskuvo semblait épuisé, il n'avait plus vraiment la force de faire quoi que ce soit. Au bout de quelques instants, il avait fermé les yeux, le gérant avait réussi à le calmer malgré la douleur. Jean lança alors dans la direction de son élève #Anesthesia.

Le sortilège fit parfaitement effet, puisque le gosse sembla perdre conscience assez rapidement, permettant au médicomage de retirer les flèches de son genou, chose qui aurait fait démesurément mal si il n'était pas endormi. Afin 'y voir plus clair sur le travail à faire, le sorcier lança #Per Ut-Visio. Grâce à ce sortilège, on distinguait bien les os cassés, qu'un #Brackium Emendo bien placé répara en un peu de temps. Il enchaina avec un #Ferula histoire de créer un bandage après avoir manuellement désinfecté les plaies, plus de peur que de mal, il serait rapidement sur pieds à nouveau.

Laissant un soupir de soulagement s'échapper, il y avait encore une chose à faire pour être sûr d'être tranquille. Pointant à nouveau vers le jeune homme endormi, Jean articula ce mot: #Oubliettes.

Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Liskuvo Kalsi, Sam 22 Avr 2017 - 23:21


LA de Jean.


Trempé de sueur, impression du visage qui brûle et gonfle depuis l'intérieur. C'est horrible, totalement insoutenable. Y'a pas moyen de se sortir de cette douleur qui monte partout, partant depuis ma jambe et montant et descendant selon sa volonté, incontrôlable. Il faut une fin à cette horreur. C'est impossible de continuer à faire souffrir autant et j'ai l'impression que mon sort n'a servi à rien. Simplement me dire que je suis nul et inutile dans ce genre de cas. Réduit à demander une nouvelle fois une aide extérieure. Partagé entre la haine envers ce monstre qui se dresse en face de moi et la douleur qui surpasse le reste du monde. Même toi Monstre, tu es inférieur à la douleur. Je veux moins te tuer que je veux mourir moi-même, c'est dingue n'est-ce pas ?

Je sens sa main qui tripote mon torse, il cherche quelque chose. Il veut me voler c'est ça ? Me détruire suffisamment ne suffit pas, il faut m'humilier en plus de ça en me prenant tout sous mon nez. C'est vraiment la pire des ordures, quand je serais capable de sortir d'ici je dirais à Londres ce que je pense de cet établissement qui ne marche qu'en terrorisant les clients et essaye de tuer les clients. Ils vont m'entendre. C'est la seule pensée qui arrive à passer outre le : "Aïe, ouille, douleur, mal" qu'envoient tous les signaux nerveux de ma tête. Ils veulent en finir avec tout ça. Mais moi, je sais pas comment faire, alors j'assiste à sa fouille en règle. Il me parle mais ça me passe au dessus, incapable de comprendre la moindre chose je suis obligé de le laisser faire. Je ferme les yeux en désespoir de cause. Commence à me calmer, m'abandonner.

Mais au lieu de sentir mes poches se vider je me sens m'endormir. Tranquillement, je suis si fatigué. Et ensuite le trou noir.

[Sortilège d'Amnésie lancé]

J'ouvre lentement les yeux pour me découvrir allongé par terre avec un bandage. Je regarde l'homme au dessus de moi sans comprendre.

- Que s'est-il passé ?

Il m'explique qu'en fait je me suis écroulé au cours d'un combat de longue haleine durant lequel je me suis vraiment bien débrouillé, il a l'air étonné que je m'en sois aussi bien sorti d'ailleurs, il dit que j'ai été très bon. C'est bête je ne m'en souviens pas, je sais que je suis venu ici mais ensuite tout est flou. Je me lève ensuite, je crois qu'il vaudrait mieux ne pas traîner par ici, je suis vraiment hs là, totalement vidé.

- Et bien...merci pour cette leçon, je crois que je vais y aller maintenant !

Je me dirige alors vers la sortie, lentement. Pas besoin de me presser, je suis content de moi. Le prof a dit que j'avais été bon, c'est que j'ai été bon. Y'a pas à dire, pour une fois je me suis pas fait avoir, c'est un bon établissement, sûrement que je suis un des premiers clients et qu'il a pas trop su comment réagir donc il y est allé un peu fort, mais ce qui est sûr c'est que je reviendrais. Rien que pour revivre l'expérience. Mais pas maintenant. Repos du guerrier maintenant.


Fin du RP. Merci Monstre ! Ange
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Salle Privée Antioche Peverell

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2

 Salle Privée Antioche Peverell

Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Le Heurtoir-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.