AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk
Page 1 sur 1
L'Officine
Ashton Parker
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage
Occlumens
Manumagie (Niveau 1)


L'Officine

Message par : Ashton Parker, Lun 9 Jan - 23:37


RP spécial Mangemorts et ex-Mangemorts*

Ashton avait quitté les Mangemorts depuis maintenant un bon bout de temps, cela restait relativement flou puisque cela variait selon la timeline des différentes personnes mais c'était tout de même assez long pour être noté. A vrai dire, presque tous ceux qu'il côtoyait à l'époque avaient quitté l'Ordre Noir, mais cela ne l'avait pas empêché de garder contact avec certains ex-Mangemorts ainsi qu'actuels. Par exemple, le sang-mêlé avait croisé plusieurs fois Finrod ces derniers temps, et croisait beaucoup trop souvent Lizzie. Mais il ne fallait pas oublier que les sorciers étaient tous liés à vie par le tatouage qu'ils avaient sur l'avant bras et qui ne s'effaçait bien évidemment pas même s'ils s'éloignaient des actions du groupe. Et ainsi, de manière historique comme cela ne s'était pas produit depuis l'époque des dinosaures, une grande réunion de Mangemort aussi bien actifs que portés disparus, allait avoir lieu.

L'endroit n'avait pas été choisi au hasard (hum hum), Barjow & Beurk était le lieu le plus logique. N'importe quel mage noir qui se respectait passait un peu de temps régulièrement dans l'Allée des Embrumes afin de faire son quota de ruelle trop dark dans laquelle on peut terroriser les petits sorciers qui se perdent. La plupart d'entre eux était d'ailleurs également déjà passé dans la boutique à l'époque pas si lointaine où elle s'appelait la BAMN. Mais maintenant que même le nom était légalisé, tout était parfait pour ne pas du tout attirer l'attention des Aurors en regroupant tous les gens qu'ils rêvaient d'arrêter dans un seul et même endroit. D'ailleurs, pour l'occasion, une nouvelle salle secrète avait été réaménagée au sous-sol de l'établissement. Celle-ci avait été laissée à l'abandon mais Parker y avait soudain découvert un certain intérêt.

On y accédait en prononçant un mot de passe et en poussant un grand miroir dans un recoin de la boutique qui se révélait en fait être une porte. Une fois dépassé, celui-ci donnait sur un petit escalier rouillé en colimaçon dans un endroit très mal éclairé où Finrod ne manquerait probablement pas de se cogner la tête. Une fois en bas, une nouvelle porte menait sur une pièce désormais très sympa. Le mobilier restait d'aspect assez ancien pour rester avec l'esprit de la boutique et était il fallait l'admettre plutôt classe étant donné que tous les meubles avaient été volés dans un magasin moldu réputé. Des fauteuils étaient disposés en grand cercle au centre de la pièce, tandis que de toutes sortes de nourriture mauvaise pour la santé, grasse et sucrée étaient disposées sur de longues tables sur les côtés de la pièce. Une armoire à disparaître était également posé dans un coin, mais ne menait plus à rien depuis que sa jumelle avait été balancée par erreur aux ordures et recyclée en un assortiment de placards. Ashton aurait bien voulu faire un jour le test avec une personne trouvée au hasard dans la rue pour voir si celle-ci réapparaissait en plusieurs parties comme dans les tours de magie des magiciens moldus, mais n'avait jamais eu l'occasion de mettre tout ça en pratique.

Toutes les personnes concernées par cette réunion avaient été prévenues grâce au bouche à oreille et avaient reçu toutes les indications nécessaires pour accéder à la pièce en question, qui était bien entendu insonorisée et inaccessible pour tous ceux qui n'avaient pas le mot de passe tandis ce que la devanture de la boutique indiquait "fermé" (traduction : les Aurors n'ont rien à faire ici). Pas masqué le moins du monde puisqu'il s'en battait complètement les cacahuètes que machin ou bidule connaisse son identité, Ashton arriva dans la salle pour l'instant vide avec son termos de café et attrapa un donut avant de s'installer bien confortablement dans l'un des fauteuils. Il ne manquait plus que les autres, qui n'allaient pas tarder à arriver !

*Et Kyara
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 08, Mar 10 Jan - 9:59


C'était officiel, ça avait fait grand bruit dans les milieux ténébreux, une grande soirée était organisée. A l'image des mafias moldus, Mangemorts et ex Mangemorts étaient amenés à venir se rencontrer pour une merguez party dans un même lieu. Imaginez un peu ! Fut un temps pas si lointain, à trois dans les cuisines d'Hollow, la température était élevée, alors là... ça promettait une effusion de chaleur humaine hors du commun, à en réchauffer les rues londoniennes prises par la froideur hivernale !

Barjow & Beurk avait été l'heureuse élue. On pouvait croire au premier abord que le lieu avait été choisi au hasard, alors qu'en fait il avait été débattu précisément entre 22h37 et 23h08 sur un mode de hibou moldu au nom de produit d'entretien... Mais, le fait était là, vieux comme nouveaux, bons comme moins bons, tous avaient été conviés à se joindre à la fête.

Il arpentait donc la célèbre Allée, à couvert d'une bonne dose de sortilèges, portant dans les bras une petite caisse extensible. Il gardait de bons souvenirs de cette boutique, notamment un avec 00, ou il avait laissé son matricule en pisse dans un recoin, au grand dam des propriétaires masqués de l'époque, 17 & 83. Qui ne seraient certainement pas là pour le coup.

Bref, il arriva donc à la fameuse boutique, fermée. Du moins pour les noms VIP. A coup de mot de passe, d'un miroir où il put admirer sa silhouette parfaite d'homme modèle bien que masqué, de portes franchies, d'un escalier dévalé, non sans avoir manqué de peu de sa vautrer lamentablement, il arriva enfin dans LA pièce où il fallait être.

La décoration était à la fois sobre et classe, les proprio's avaient du goût y avait pas à chier. Il était dans les premiers arrivés. 'Fin il y avait juste Ashton posé dans un fauteuil entrain de boire ce qui devait être du café avec un donut. Il alla déposer sa petite caisse sur une des tables sur le côté, l'ouvrit, en sortit tout un étalage de ravitaillement. Whisky pur feu, vodka, rhum, binouses à foison, des partenaires de la bonne ambiance en somme. Puis il alla saluer comme il se devait le sorcier qu'il connaissait un peu.

- Hey salut Ash' ! Comment va ? Je vois que la retraite te fait du bien ! (s'il avait été plus vieux, il aurait balancé l'arthrite au lieu de la retraite) Content de te voir là !
Revenir en haut Aller en bas
Azphel
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Loup-Garou
Occlumens
Permis de Transplanage


Re: L'Officine

Message par : Azphel, Mer 11 Jan - 15:29


Le temps des méfaits et de la mort était loin, bien que les tombes et les échos de son passé revenaient hanter Azphel au quotidien. Il se considérait toujours comme un mage noir, mais n'était plus qu'un vestige de Mangemort. Il était d'ailleurs un peu surpris de remonter l'allée de embrumes avec un but étrange, victime du bouche à oreille, du bouche à bouche, du oreille à oreille. Invité à un titre qu'il n'avait pas, à rejoindre, pour une petite journée organisée, ses anciens collègues, des dinosaures comme lui et probablement les nouveaux ténébreux masqués qu'il ne connaissait pas pour la plupart. Enfin si, il était convaincu d'en connaître la majorité au moins de vue, mais quant à mettre leur visage en appartenance à l'obscur...

Barjow & Beurk était sa destination, nouveau nom de la BAMN, ça lui allait plutôt bien et avait l'avantage de ne pas coller d'à-priori quand on le prononçait. Azphel avait décidé d'y aller en mode décontracté, habillé normalement d'un jean et un pull noir, mode moldu, un épais blouson sur les épaules pas du tout inquiet qu'on le reconnaisse ; parce qu'il fallait bien l'admettre, qui se fichait de lui et de son appartenance lointaine aux Mangemorts, si lointaine que son matricule était oublié de tous. Et ce n'était pas les contacts espacés qu'il avait avec le groupuscule qui risquaient de lui attirer des ennuis, d'autant que ses activités pour eux étaient jusqu'ici totalement inexistantes en dépit de l'envie qu'il avait manifesté de leur apporter son l'aide.

Un mot de passe donné, décontracté, un miroir contemplé et le sorcier se voyait ouvrir la porte de ce petit temple de noirceur qui était promis à devenir amphithéâtre de ténèbres pour la journée. Il dévala une volée de marches, traîtres escaliers en colimaçon et arriva au sous-sol, ou l'indétrônable alcoolique Evan était là. Bon, il ressemblait pas à Evan, mais il en avait l'allure et il le connaissait suffisamment bien pour savoir que c'était lui, ce ne serait surement pas le cas des autres masqués qui se pointeraient à la sauterie. Assis dans un fauteuil, totalement décontracté, Ashton était là, salué par son compère mage noir. C'était curieux de voir comment ils se retrouvaient ensemble, Evan, Ashton et lui, de très longs mois après leur noire rencontre qui avait conduit Azphel et Evan à affronter deux Aurors...

- Bonjour vous deux, dit le garde chasse calmement, les mains dans les poches. Ça fait un bail, lâcha-t-il à l'attention d'Ash' alors qu'il contemplait l'étalage de bouteilles laissées là.

Azphel s'adossa à un mur, non loin du fauteuil d'Ashton, se demandant quels autres souvenirs il allait se rappeler avec les autres personnes qui viendraient. Ses souvenirs personnels de son époque mangemort étaient assez flous, à part pour sa période de Ministre. Il se rappelait avoir détruit sa première vraie relation amoureuse en trompant sa copine avec Fani, dans les chambres d'Hollow bastion... Il y avait sûrement mieux à se remémorer, en y réfléchissant.
Revenir en haut Aller en bas
Heather Wells
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Officine

Message par : Heather Wells, Jeu 12 Jan - 21:54


Quelques jours plus tôt, Heather avait reçu une missive particulière d'un corbeau particulièrement antipathique. Elle le reconnu aussitôt, nul doute sur l'expéditeur. La rousse était invitée, parmi d'autres, à une petite réunion avec les Mangemorts. Elle se sentait flattée et prévu aussitôt de venir, puis de toutes façons elle n'avait rien d'autres à faire de ses journées, ça aurait au moins le mérite de la faire sortir de chez elle. Cependant, à mesure que la date approchait, la nervosité de la jeune femme augmentait. Elle était partie du jour au lendemain sans réellement prévenir quelqu'un ni sans réelles explications. Puisqu'elle ne pouvait pas laisser son bébé seul, à l'autre bout de la Grande Bretagne, ils allaient donc pouvoir comprendre la raison de sa plus ou moins disparition.

La jeune femme avait longuement préparé son sac, il était hors de question d'oublier quelque chose. Couches, tétines, doudous, lingettes... Elle ne comptait même plus le nombre d'objet qu'elle avait placé dans son sac dont elle avait magiquement allégé le poids et agrandi la contenance. Elle plaça ensuite Neill dans son landau et elles sorti de son manoir en direction de l'entrée de la propriété. Sur le chemin, l'enfant tomba dans un profond sommeil, ce qui n'était pas pour déplaire à la rousse. Voyager avec un gosse qui ne faisait que brailler, c'est non seulement agaçant pour elle, mais elle se tapait aussi la honte auprès des autres personnes.

L'ancienne Serpentard agita sa baguette dans les airs et attendit patiemment. Quelques minutes plus tard, un énorme bus londonien à deux étages s'arrêta, tout freins crissants, juste devant elle. Le transplanage était quelque chose d'assez violent, hors de question qu'elle teste avec son gosse dans les bras, même si c'était Eabha qui s'occupait du sortilège.

- Bonjour, à Gringott's, s'il-vous-plaît, lança-t-elle au contrôleur qui lui sorti ensuite un ticket et encaissa sa monnaie.

La jeune femme alla ensuite s'installer sur un siège, se maintenant fermement pour ne pas tomber ni faire tomber son gosse. Dix minutes de trajet extrêmement chaotique suffirent pour traverser toute la Grande Bretagne. Heather n'était pas la seule à descendre sur le chemin de traverse, mais alors que les autres prirent la direction des grandes boutiques, la jeune femme préféra une ruelle bien plus sinistre. Elle savait qu'elle faisait courir un risque potentiel à son enfant, et bien que la crainte était bien présente, elle se faisait suffisamment confiance pour le trajet. Elle rabattu la capuche de sa cape de voyage afin de ne pas être reconnu et se déplaça à bonne vitesse. Rapidement, elle fut devant la bâtisse de Barjow et Burck. Pile à l'heure, voir presque en avance pour une fois...

L'ancienne garde chasse avait inscrit dans sa mémoire toutes les instructions pour entrer dans le lieu de rendez-vous avant de mettre le feu à cette première. Non sans difficultés, le landau dans les bras, elle parvint enfin aux pieds de l'escalier. La première personne sur qui elle posa les yeux fut un homme assez grand, adossé contre un mur. Un autre un peu plus loin, ils ne lui semblèrent pas familiers.

- Bonjour, enchantée, Heather Wells, ancienne Garde Chasse de Poudlard, leur lança-t-elle avec un agréable sourire.

Sourire qui mourut aussitôt que son regard se porta sur le canapé où s'était étalé Parker.

- Ah, t'es là aussi toi... fit-elle en marmonnant, soudain beaucoup moins enthousiaste.

Question débile, il était légèrement le gérant du lieu... Evidemment qu'il était là...

- Si jamais ton fils t’intéresse... continua-t-elle en posant le landau contre un mur avant de se mettre à fouiller dans son immense sac. J'ai fait un moelleux au chocolat... faut juste que je le retrouve...

Elle finit par ressortir une plaque dans laquelle se tenait le dessert, légèrement écrabouillé, qu'elle posa sur la table. Une panoplie d'alcool se tenait là, ce qui tira un sourire à la jeune fille. La soirée promettait... Elle vit par ailleurs la bouteille de whisky et elle se demanda si Teqnezer viendrait. Cet alcool, qu'elle affectionnait tant autrefois, lui manquait beaucoup depuis ce stupide pacte qu'ils ont fait...
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 28
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Occlumens
Manumage


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 28, Ven 13 Jan - 22:30




- Et cinq points de plus !

Nous balançons après avoir vérifié où était arrivée notre fléchette. Dans le centre de la cible, pour une fois. N'empêchait pas qu'ils avaient gagné. Ils gagnaient toujours, à ce petit jeu là. Au billard, par contre... Nous récupérions notre verre que nous finissions d'une gorgée. Comme d'ordinaire, nous étions au Bastion avec 91. Qui d'autre ? Ils nous imitèrent avant de soupirer et de rattacher leur masque. Nous avions déjà le notre mais nous prîmes la peine de renouer le foulard qui camouflait nos lèvres. Ce soir, regroupement de masqués de tous temps. C'était du grand n'importe quoi, l'occasion de faire éclater les enfers, de faire danser le diable sur la table du salon. Du salon de Barjow & Beurk pour l'occasion. Ils et Nous n'avions pas refusé. Comme chaque fois, nous nous étions dit que nous allions y aller ensemble. Le Binôme.

Nous prîmes la main de 91 pour transplaner, loin du parc du Bastion, et nous atterrissions avec eux dans une petit faille entre deux ruelles puantes et noires. Bien sur, nous ne la lâchions pas. Le tableau avait de quoi faire valser les angelots. Deux capes obscures qui se donnaient la main, deux masques : le leur au nez de Pinocchio, et le notre, vénitien, taillé dans le cuir et fendu sur le nez. Une chaîne unie de malheur. Mais le coeur était à la fête. La marqué était un laissé-passé pour le monde entier et quelques mots de passes apprit sur le tas nous fîmes nous retrouver face à un miroir. Soulevant mon foulard, nous passâmes notre langue sur notre dent blanche. Parfait.

Le passage était étroit et nous lâchâmes 91 pour les laisser passer devant. Déjà, il y avait des notres. Ashton, et Heather, anciennement 43 si nos souvenirs étaient bons, mais aussi notre ami 08, sombre et donc séduisant. Mais l'ombre qui brillait le plus était sans contexte Azphel. Il n'en savait rien et nous nous en amusions d'avance. Un bébé reposait dans un coin. Un bébé. Quelle idée. Nous avancions face à l'ancien Mangemort à la marque scarifiée, relevant à nouveau le foulard le temps de lui offrir un baiser de noirceur.

- Surprise, bébé. Heureuses de voir que tu es là aussi.

Oh sures qu'il nous reconnaitrait. Il y a des lèvres qui ne s'oublient pas. Prenant notre place sur un fauteuil qui était libre, nous croisions les jambes et regardions le vide du noir. Un sourire flottait à l'intention de 91, à travers le voile, qui savaient comme nous que le plus beau restait à venir.

- Bonne idée, Parker, cette petite sauterie.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 87, Sam 14 Jan - 2:21


Tu sentais des âmes se tordre,
Se désirer se déchirer,
Tu sentais l’avenir s’écrire,
Et rien que pour ça ton esprit chavire

Que deviennent ceux qui se détachent
Qui s’éloignent tracent leur chemin ?
Partent sans laisser d’espace-
Pour des retrouvailles et des demains ?

Quel sens dégottent-ils pour leurs vies isolées ?
A quels êtres vont-ils se lier ?
C’est aussi ce que tu voulais observer
En prenant les ex comme entrée.

Comprendre, apprendre
L’évolution de leurs idées
De leurs fréquentations de leurs confiance
De ce qui devenait leur sens

.Filtrer leur moelle
En saisir l’essence.


Heureusement que les sécurités
Etaient absolues à Barjow et Beurk
Tu connaissais bien les employés
Et te coulais dans l’ombre

L’ombre d’une salle secrète
L’ombre d’une retraite

Non
Non

Tu n’étais pas là pour observer
Pour juger et analyser
M*rde 87 si tu étais ici
C’était pour toi même renouer

La boutique revenait à ses traditions
Et toi aussi ce soir tu reliais
Avec tes ancêtres
Tes racines

Fallait pas être sur le qui-vive
A chercher des pourquoi
< diantre qu’ils étaient nombreux
dans ton esprit volatile <
Fallait se poser épouser
Les fantômes du passé

Tu entras sourire aux lèvres
Un peu trop carnassier
Mais ceux qui comptaient savaient
< et les autres...

Au sous sol des mages groupissaient
Peu de surprise dans le visage des premiers venus
08, qui ne perdait sa superbe ;
28, aux doigts magiques ;
Parker - Merlin, ça, 39 te l’avait bien fait comprendre ;
Azphel - souvenir alcoolisé au Chaudron
avec la Neige, le loup dansant et la poupée macabre ;

Et puis
Et puis y avait Elle
Elle avec qui c’était compliqué,
un coup dans la provoc
le second dans la séduction
le lendemain soeurs de ventre
Ainsi Wells, toi aussi, t’étais des vôtres ?

Trajectoires inversées
Pieds roulants jusqu’au landeau
Regard sombre de circonstance
Il lui fallait bien une marraine la fée

Tu n’étais pas mauvaise au fond
Tu avais prévu en cadeau
Un petit peu d’herbe à chat
Enfin à chathum
#teambweuh

Tu ne l’entamas pourtant pas
Restant comme une ombre penchée
Sur le berceau d’un petit Demain
D’un demain si grand qu’il avait coûté
La mère trop veilleuse

(insistons sur l’importance du trop)
(sans lequel la phrase se dépèce)
(sans quoi on pourrait imaginer)
(que ton esprit lie d’empathiques
parallèles entre vous)
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 91, Sam 14 Jan - 16:42


C'était une bonne soirée. Une bonne compagnie. Nous, un bon verre. Des fléchettes. Ils prenaient malin plaisir à les plumer. Ratant que peu de lancer. Ils ne se connaissaient pas une tel adresse, mais pour ce qui était du billard, c'était une autre affaire. Nous semblait presque imbattable, et peu importait le nombre de verres qu'elle avait pu avaler. C'en était rageant. Mais ils avaient gagné, et leur joie se limiterait à ça, le temps n'offrant plus à Vingt et Huit le luxe d'une revanche. Les invitations dépliées, les aiguilles avait tourné, et il était maintenant temps d'y aller. Une longue gorgée couleur crépusculaire et l’élixir qui dévalait les pari de l’œsophage.  Un soupir avant de se revêtir. Se retrouver. Ce sir il seraient eux même. Entourés de leurs frères, de tout temps. Le droit d'être et de se dévêtir de toute maitrise.  Tout ce qui pourrait à jamais leur suffire.

La main de nous Glissée dans la leur et le plongeon dans les abîmes. Le monde qui tournait dans un craquement de phalanges. Avant que la rue n’apparaisse, que les pieds claquent sur le sol dans un tempo lugubre. Leur nez s'était allongé, et les rires explosaient. Main dans la main, et deux par deux, le respect qu'on leur devait encré dans la chair. Ancré dans la tête.  Deux trois mots susurrés et la porte avait tout simplement pivoté. Les laissant passer. Ils prirent la tête dans l'escalier, chantonnant doucement.

My friends don't walk, they run
Skinny dip in rabbit holes for fun
Popping, popping balloons with guns, getting high off helium
We paint white roses red,
Each shade from a different person's head
This dream, dream is a killer
Getting drunk with the blue caterpillar

Sourire électrique sous leur masque, le cœur épileptique.Ils quittèrent Vingt-et-Huit. Peu de gens connus jusqu'ici. Ils s'approchèrent d'abord de Parker, il avait donc été des leurs. On en apprenait tous les jours. C'était ainsi. Les yeux qui pétillen derrière leur masque. Sourire de marbre.

"Nous apprécions ton initiative Parker. Bonne idée.  "

Agitant un thermos plein de café irlandais ils allèrent le poser sur la table. Relevant la tête observant les arrivant, leur presque-mère féline. Penchée sur un landau, félin protecteur des enfants endormis à la posture du chat. Dans un silence, ils s'approchèrent. Dans un silence ils soupirèrent, découvrant les yeux clos de l'enfant. Souhaitaient-ils l'imiter ? Assurément. Laisser les grands à leur merdre, les monstres ne sont pas pour les enfants. Très certainement. Ils ne savaient pas quels genre de dommages ce genre de sauteries pourrait laisser sur l'enfant, mais nul doute qu'il serait plus tard comme Ils.
Assigné Suppôt de Satan.
Assigné enfant.
Assigné garçon.  
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 39, Dim 15 Jan - 20:05


Tous vos confrères et anciens confrères vaquaient probablement à leurs occupations. Vous ne le saviez pas, mais le narrateur le savaient, certains jouaient aux fléchettes. Pour votre part, vous occupiez votre main, et l’avantage d’en avoir une insensible est que vous aviez toujours l’impression qu’il s’agissait de la main d’un autre. Sensations garanties. Tout cela pour passer le temps donc, et l’envie éventuellement, même si l’envie était toujours présente.

Au moment venu, qui n’était pas tout à fait précisé mais admettons que vous le connaissiez, vous partiez de l’endroit dans lequel vous vous trouviez… euh… Le narrateur ne sait pas, disons que vous étiez dans votre chez-vous au Chemin de Traverse, voilà… Bref, et vous marchiez dans la rue pour prendre l’Allée des Embrumes. Votre apparence était pour le moins étrange. Vous n’aviez pour une fois pas modifié votre visage, mais vos courbes étaient toutes nouvelles, et très féminines. La poitrine surtout… Bref, vous aviez de quoi appâter le masqué et le non masqué, le tout sans masque aucun et un corps bien dévoilé. Tenue de cuir, à la catwoman, non que vous aimiez copier 87, simplement que vous aimiez être super sexy.

Vous aviez donc été prévenu d’une réunion de mangemorts anonymes, anciens comme nouveaux, par bouche à oreilles. D’ailleurs, vous trouviez ça dégueulasse, comme vous ne saviez pas dan quelle oreille la bouche qui vous en avait informé avait traîné. Mais passons, depuis, vous vous étiez bien nettoyé le tympan, tout devait aller mieux.

Alors vous êtes entré chez Barjow et Beurk, avez prononcé « un mot de passe » - c’était le mot de passe le plus ridicule du monde – êtes passé devant un miroir, avez ri, descendu un escalier en colimaçon particulièrement horrible et manqué de vous casser la gueule… D’ailleurs, vous êtes arrivé au bas quelque peu déséquilibré par votre poitrine, avez avancé un peu trop vite la tête en avant, de vous rattraper au berceau d’un gosse. Bordel. Qu’est-ce qu’il foutait là lui ?

T’es pas un peu jeune pour être chez nous toi ?

Manifestement pas. Vous vous redressiez, laissiez vos tétons pointer en direction de chaque personne que vous regardiez, et aviez la surprise de connaître tout le monde. Azphel, un ami d’arbre et de Whisky Pur Feu. Heather Wells, ancienne collègue à Poudlard. Ashton Parker, dont vous aviez connu le matricule, annoncé l’identité à 87, et côtoyé également dans ses plus tendres années. 08, votre ami de toujours. 28, avec qui vous aviez passé des vacances inoubliables. 87, la fameuse en tenue de cuir, avec qui les relations étaient fort complexes. 91 euh… Ah. Bah nan, celui-là c’était trop compliqué. Vous connaissiez le matricule mais n’aviez pas encore eu le loisir de lui parler plus avant.

Bref, du coup, vous tapiez la bise à tout le monde, parfois gêné par votre poitrine car vous n’y étiez toujours pas accoutumé, et vous finissiez par 91. Après avoir glissé un « Bonne idée mec » à Parker, vous saluiez 91 d’un coup de poing sur l’épaule et d’un « Wesh wesh poto » absolument pas mérité.
Revenir en haut Aller en bas
Charli Proulx
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: L'Officine

Message par : Charli Proulx, Lun 30 Jan - 0:11


Il ne savait pas trop ce qu'il venait faire là mais maintenant qu'il y était, il n'allait pas faire demi tour. Après tout, une petite soirée n'avait jamais fait de mal à personne. Il y avait de ça quelques jours, Charli avait croisé au coin d'une rue un type qu'il ne connaissait de nul part, ou du moins qu'il avait du connaitre un jour, lui faisant part d'une soirée chez Barjow et Beurk. Il lui avait donné les instructions pour se rendre dans la salle secrète de l'établissement et s'était évaporé. Proulx n'avait même pas eu le temps d'en placer une, pas même l'occasion de savoir qui était son interlocuteur.

Bien qu'il aurait pu rester chez lui, pénard dans sa porcherie, son instinct lui dicta d'aller à cette soirée. Entre boire un verre à la maison et boire accompagnée, il n'y avait pas photo. Surtout que ça l'avait intrigué. Si il était invité à une soirée privée, il devait très certainement y connaître du monde. Peut-être aurait-il quelques souvenirs en s'y rendant, qu'il risquait sûrement d'oublier aussitôt mais au moins son inconscient aurait attrapé quelques brides d'informations. Au point où il en était, il n'avait plus vraiment le choix.

Charli mit quelques temps à trouver l'enseigne, ne sachant pas ou la trouver. Mais après avoir demandé quelques informations à quelques gens douteux, il finit par se retrouver face à la porte de la boutique ou une petite pancarte l'indiquait comme étant fermée. Ne s'en faisait pas plus que ça, il poussa la porte et s'enfonça dans la boutique jusqu'à trouver le fameux miroir. Il galéra un peu mais après quelques minutes il trouva cette fameuse porte qu'il poussa après avoir dit le mot de passe.

Depuis qu'il était sorti de son lit d'hopital, Charli s'étonnait toujours du monde dans lequel il vivait. Ce monde plein de magie absolument fantastique. Il n'avait pas compris au début lorsqu'on lui avait rendu sa baguette, se demandant qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir foutre d'un bout de bois, jusqu'à ce qu'il parvienne sans trop comprendre comment qu'il pouvait s'en servir pour faire des choses extraordinaires. On lui avait réexpliquer les sorts basiques si bien qu'il passait désormais sa vie à s'en servir. Mais il sentait bien qu'il passait à côté de quelque chose de bien plus puissant, qu'il n'était pas au bout de ses capacités et qu'il avait encore énormément à réapprendre.

Quelques gens qu'il ne connaissait ni des lèvres ni des dents, bien qu'il n'en soit pas réellement certains étaient présents dans la pièce ou une tonne de nourriture et de boissons attendaient gentiment de se faire consommer. Ne voulant pas s'attarder sur chaque personne qu'il ne connaissait, il lança un "Salut les mec" général.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 82
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 82, Mar 14 Fév - 0:25


Le cafard n’avait pas essayé de se planquer pendant qu’on pissait. Quand on est revenu, il a essayé, le petit malin, de se faufiler entre deux carreaux, trainant son Purée de corps noir de cafard dans une fente. Un petit rire. Un rictus. Un truc coincé dans la gorge. On ne le laissait pas s’échapper le petit salopiot, on l’attrapait entre deux doigts et

(1ère connerie)
on le croqua. Crunch. Crunch. Un peu gluant mais… DÉGUEULASSE ! Ça avait un vieux gout de merdre ce truc. Pouah, pouah, pouah ! On fermait les yeux tellement c’était horrible sous nos dents, alors on attrapa la bouteille de bière sur la table basse,

(2ème connerie)
et on but une grosse gorgée.

***

*Tousse*. On venait de transplaner tout près de Barjow et Beurk comme ce goût de cafard encore sur la langue. L’enseigne était à quelques mètres seulement. On avança… et 10 minutes plus tard, on était à peine arrivé devant la porte d’entrée. Nos os nous faisaient un mal de chien de l’enfer, nos articulations grinçaient comme une porte, ou une vielle de 150 ans qui couine quand on l’égorge.

Un pas après l’autre *Tousse*. Le temps semblait tellement long. Comme un tapis rouge sans fin. (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).  On arrivait enfin devant la porte, et, d’une main tremblante, tandis qu’on s’appuyait avec l’autre, tremblante aussi, sur le mur, *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse*et on l’ouvrit. (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).

D’après les renseignements qu’on nous avait don… qu’est-ce qu’on foutait là ? Ah oui. D’après les renseignements qu’on nous avait don… mais, mémoire qui flanche… qu’est-ce qu’on… (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).  il fallait entrer par le biais d’un miroir. On osa à peine nous regarder dans le miroir.

Notre masque cachait l’horreur. Mais on savait ce qu’il y avait dessous : Une peau décrépie, ridée comme un cul, pliée comme des bourrelets, (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).  pendante comme la peau du cou, comme de *Tousse* la Mer** qui coule. (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).

Quelle connerie d’avoir ingurgité une potion de vieillissement plutôt que de la bière. *Tousse*

(Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).*Tousse*.  À petits pas, on entra enfin dans la salle. Quelques mangemorts étaient déjà là, (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge). et malgré notre vue imparfaite, on reconnut parmi eux, 91, 39, 28, notre hallucination préférée. D’autres nous étaient inconnus. (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).

*Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* *Tousse* on dirait qu’on était entrain de chier de la bouche.

Puis on vit un bébé, un tout petit bébé. On s’approcha de lui, lui ce petit être, et On, du haut de ses 82 ans. "C’est à (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge). qui ce (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge). bébé ? (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge). Qu’est-ce qu’il (Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge). fout… oh… pardon."

On venait de baver dessus.
(Respiration sifflante, souffle de locomotive, grincement dans la gorge stridente ou une alarme étouffée dans la gorge).
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 87, Lun 20 Mar - 19:51


tu comprends pas tout ce qu’il se passe
y a trop de mouvements trop de visages
trop de masques qui te dépassent
était-ce vraiment proulx au milieu ?
ça n’avait de sens proulx
proulx c’était l’énergumène toujours défoncé
parfois licorne rapiécée parfois contrefait par mckinley

il y avait trop que tu ignorais sur les tiens tu es le témoin de la nouvelle génération
tu avais beau être de la troupe depuis maintenant plusieurs années
t’étais encore étrangère
t’étais l’animal
le chat sauvage

peut-être était-il temps de fuir
de les laisser entre gens
qui se connaissent
qui se côtoient
de repartir dans les fougères l'ombre la semi-vivante
de courir jusqu’à crever
c’était tellement plus simple
plus ressemblant à ton portrait

tu pivotes
comme un souffle
sans faire craquer le parquet
t’es chez toi ici
tu connais tous les recoins de cette boutique quelque chose ce soir
pourtant en leur compagnie
tu t’aperçois que tu n’es encore que poussière
et tu attends que le vent t’emporte t'envole
loin

problème de courant pourtant
il ne te dépose à destination
vous amarrez vers l’enfant
tu le connais
et t’y rattaches
finalement il est un peu comme toi
tout perdu dans cet univers
la différence étant que ce monde est censé tornade
être le tien errance
tu es usuellement l’artisane de la mort
et ce soir tu es

fragile
une frêle feuille
que la locomotive
de ton novice suffit à faire
frémir___froisser
— s'effriter

tremble

tu te penches vers 82
une lueur de mort sur les lèvres
une envie d'ailleurs à l'oreille
murmure doucereuse
— il vit. c'est pas la plus étrange des choses ?
il existait pas. maintenant il vit.
de 0 à 1.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 39
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 39, Ven 31 Mar - 20:38


Vous attendîtes un moment l’arrivée des nouveaux venus. Il y en eut trois, après vous. Un Charli Proulx quelque peu déboussolé, dont vous aviez oublié l’existence depuis un certain temps. D’ailleurs, vous ne vous souveniez de lui que comme l’ancien gardien, mais vous n’étiez pas certain d’avoir réellement connu son appartenance à l’ordre Noir. Enfin… Cela semblait être une maladie à Poudlard. Décidément, les différents directeurs successifs feraient bien de revoir à la hausse leurs exigences au recrutement. Enfin…

Après cela, deux de vos actuels compères firent leur apparition. 82 tout d’abord, papi gaga et baveux devant la relève ici présente. Vous l’observâtes un moment se rendre auprès de cette petite chose rose et mouvant qui n’allait pas tarder à vous casser les oreilles. Il semblait presque vouloir manger ce petit amas de chair tant il bavait sur le morveux. C’en était drôle. Vous pouffâtes un instant de rire.

Puis 87 fit son apparition et vous la suivîtes également du regard. Vous étiez un peu triste de voir que l’ambiance que vous aviez escomptée n’était pas au rendez-vous. Elle aussi apparemment. Car bientôt, elle s’arrêta elle aussi près de la petite chose rose et commença à prendre une moue boudeuse. Super. Une chieuse qui boude. Vous aviez réellement besoin de cela…

Vous soupirâtes et eûtes quelque peu pitié de la jeune demoiselle privée d’amusement. Alors, puisqu’elle ne semblait pas apprécier la soirée, et que vous aussi vous aviez du mal à y prendre votre pied, vous avançâtes en sa direction. A deux pieds. Ceci expliquait ce pourquoi vous aviez tant de mal à prendre votre pied. Si vous ne le leviez pas en direction de votre main, c’était forcément foutu.

Ennuyé par le peu de réactions que suscitaient vos venues à tous – enfin, vous étiez la relève tout de même ! – vous fîtes simplement pression sur l’épaule de 87. Un index qui tapote, encore, et encore, et encore, et encore, juste pour l’embêter. Parce que c’était dix fois plus divertissant que de regarder 82 baver.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 91
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: L'Officine

Message par : Mangemort 91, Mer 26 Avr - 23:17


Étrange chose qu'un enfant en un lieu qui serait communément qualifié de perversion suprême par les esprits étriqués qui les entouraient au quotidien. Leur regard ne tournait pas, se demandant affreusement ce qui avait bien pu déposer cette idiotie ici, car ils se doutaient fortement que ce n'était point le leur. Ils n'étaient pas du genre à semer de la marmaille partout, et ils s'en gardaient bien. Qui sait ce qu'une de ces choses pourrait bien infliger à leurs nerfs.

Tous n'étaient pas encore là, mais les salutations s'enchaînaient comme des machines bien rodées par le temps, les liens, et l'acier. Et alors u'ils observaient, le poing d'une femme dont l'extravagance leur était familière, appuyé sur l'épaule et ponctué d'un langage qu'il serait peu poli de retranscrire ici. Sourire certain, regard flatteur aux courbes fortes imposante que nul ne pourrait louper. Mais l'enthousiasme fut une nouvelle fois coupée par l'arrivée non désirée du rejeton. matricule Huit-Deux avec lequel ils avaient tous les maux du monde à s'entendre. Rival de mentor, et copain de cannibalisme passager, l'oreille avait fait exploser tout ce qui aurait pu se faire.
Et le souffle d'agonie de la locomotive qui déraillait dans sa gorge n'était pas pour arranger leurs nerfs. Ils s'écartaient donc, tandis que l'imbécile mélangeait ses bactéries à celles de la demie-vie qui reposait dans le berceau.

Ils manquaient des visages, des regards qu'ils ne retrouvaient pas, mais peu importait, c'était très certainement parti pour être des plus tranquille. alors jaloux de leur collègue, ils allèrent se placer non loin de leur presque-mère. Admirant ce que manifestait cette dernière à l'égard de l'enfant.
Une lueur étrange dans les yeux
Jalousie ?
Sûrement.
À moins que l'idée de la paternité ne commencent à les effleurer.
Ils restèrent en retrait à méditer.Bougonner.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: L'Officine

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 3 Aoû - 17:38


(Sans réponse depuis perpet, je me permets de m’autoriser un post unique)

Je comprends pas, Jane, quand tout a basculé. J’ai toujours retracé ça à la mort de Kitty ; mais je ne sais pas si c’est le commencement, ou un moment isolé. Peut-être en ai-je fais le début, par les choix dont j’ai été coupable ? Peut-être que c’est ça, la définition d’une mauvaise période, d’une pente émotionnelle. C’est avoir mal commencé, et après, avoir creusé tout seul son trou en bas de la piste, avoir ajouté du savon pour glisser encore plus vite, et s’étonner de glisser dans le creux.

Parfois, j’aimerais que ça se calme, tu sais. Avoir une vie un peu normale, un peu douce, pas un long fleuve tranquille mais juste une existence réaliste. Des temps de pause. Alors si je ne peux en avoir dans mon propre corps, j’enfile des identités. Masque après masque, potion après potion. Il y a un mois encore, j’ai fait des chaudrons entiers de Polynectar ; si la part principale était destinée à la boutique, j’ai du en mettre de côté. Pour moi. 12 fioles.

Est-ce mal, de voler l’identité de ces gens ? Je sais qu’on devrait pas usurper des visages. Mais sous leurs pores à eux, j’ai parfois l’illusion d’être heureuse. Avec les jumeaux, avec Jean, avec Emily… La simplicité revient. Au galop. Pour une heure ou deux, mais c’est tellement précieux. Dis moi, Jane, tu crois qu’un jour je saurais ressentir ça sans me cacher dans le regard d’un.e autre ?

J’ai mis 12 fioles de côté. Pour moi. Je n’aime pas trop le chiffre 12, mais cela me fixe un objectif. Cette année, je ne dépasserais pas les proportions. Un par mois, rien de plus. Il ne sera pas compliqué de traquer ma consommation… Oh, si je m’y tiens, quelle avancée majeure ! Je croise les doigts et range les fioles dans une étagère séparée.

Je n’ai pas pu quitter la boutique qu’avec ça. Pas ce jour-là. J’ai été prise d’un moment de faiblesse et ai également volé une boule de cristal. Je voulais voir vers où ma vie allait. Quels seraient les prochains rivages, les prochains visages, à quel point ça valait encore la peine de se battre. J’ai pas eu la force de l’utiliser. Pas tout de suite. Mais je l’ai mise de côté. Pour plus tard. Pour plus grand.

J'ai un an pour tout réformer.
Pour changer les couleurs de ma nature morte.

Achats a écrit:
12 Polynectars : 12*7=84 gallions
1 Boule de cristal : 3 gallions
Total : 87 gallions

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: L'Officine

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 L'Officine


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes :: Barjow & Beurk-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.