AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 1 sur 1
[Habitation] The Workshop
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


[Habitation] The Workshop

Message par : Anthony Adams, Mer 11 Jan 2017 - 22:58


_________________________________


Voici l'habitation (duplex) de Jana Winslaw.

Elle peut poster dès à présent.


_________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Occlumens


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Jana Winslaw, Dim 3 Déc 2017 - 22:15


The Workshop est un grand duplex lumineux au dernier étage d'un ancien atelier textile du centre historique d'Edimbourg, construit de la célèbre brique rouge , emblématique de la ville. L'atelier, divisé en plusieurs appartement, abrite cet endroit cossu et aménagé avec goût à son dernier étage. La pièce de vie se situe au niveau inférieur. Il s'agit plutôt d'une immense pièce ouverte, meublée dans un style contemporain. Loin de vouloir se séparer de l'atmosphère des lieux, la propriétaire s'est inspirée de ce style industriel et rétro pour la décoration, mêlant le métal au verre soufflé, la brique aux vieux canapés de cuirs et le carrelage géométrique aux carreaux de ciment anciens. Tout un pan de mur est recouvert de baies vitrées, pour profiter des rares rayons de soleil inondant la ville.

D'un petit escalier, il est possible d'accéder à la chambre de Jana. Pour cette pièce, l'ambiance change radicalement. Il n'y a aucun sttyle et c'est le fouillis le plus total. Le lit est à baldaquin, le bois naturel côtoie le plastique fluo des années 1960, aucun objet ne ressemble à un autre. Les murs sont recouverts de reproductions de peintures de maîtres classiques et contemporains. Un mur de verre sépare la chambre de la salle de bain, ultra contemporaine et épurée, uniquement colorée de blanc. Une porte dérobée permet d'accéder à la pièce préférée de Jana : son dressing, qui abrite sa collection de chaussures.

Sur ce même étage, accessibles par un deuxième escalier, se trouvent deux chambres, destinées aux invités de passage.

{Description détaillée du duplex à venir}
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Anthony Adams, Lun 4 Déc 2017 - 0:20


Suite direct de ce RP

On était samedi. Et en ce samedi, Anthony ne bossait pas. Normal. Il était en week-end. Cela faisait peu de temps qu'il se permettait de prendre des week-ends de deux jours. À présent, il ne courrait plus après le chiffre. Sa réputation était à présent belle et bien faite. Les gens lui faisait confiance, et faisait confiance à l'équipe qu'il avait constitué. Plus besoin de se montrer en permanence à la boutique. Il avait une sorte de rayonnement permanent maintenant. Bref, encore une fois, il se la pétait. Mais du coup, il s'était levé assez tôt ce samedi malgré tout. Cela faisait environ 2 mois qu'il devait se lever tôt un samedi. Mais il repoussait toujours un peu. Pour ne pas paraître trop pressé. Il ne fallait pas non plus paraître attaché. Mais il ne fallait pas non plus attendre trop longtemps, sinon il allait sans doute la perdre pour de bon. Bref, deux mois, c'était bien.

Le jeune homme sortit de chez lui et entrepris un long périple. Mais ça, il ne le savait pas encore. Vous vous souvenez quand il avait fait le malin en cramant le papier sur lequel elle avait noté son adresse ? Bah il ne s'était toujours pas rappeler du numéro exact. Du coup, il transplana près de la Lauriston Street entre le 90 et le 69 à Edinbourg, dans un endroit peu voir pas fréquenté. Il était à peu près sûr que ça se trouvait entre ces chiffres. Ça faisait beaucoup d'adresse. Mais bon, trouver un nom sur boite au lettre, ça devait pas être si terrible. Le jeune homme spawna... Euh, transplana donc juste en face du numéro 90. Et donc, logiquement, aussi en face du 88. Il s'approcha du portail du 90, constata qu'il ne connaissait aucun nom et passa au 88 pour la même vérification. Cela en lui posa pas de soucis pour les 8 premières adresses. Mais c'est au 81 Lauriston Street que les choses se compliquèrent. C'était la maison d'une vieille moldue à la retraite qui passait son temps à regarder la rue. Elle avait vu Anthony débarqué d'un endroit où habituellement, personne ne débarquait. Elle l'avait vu aussi regarder les adresses des 8 précédentes baraques. Pas de doute, pour elle, c'était un cambrioleur ! Ou autre chose. Mais de toute façon, il était louche ! Du coup, elle avait appelé la police, signalant une personne mal intentionnée dans son quartier.

Bien loin de l'agitation de la vieille, Anthony continuait son inspection. Il passa devant la maison de la vieille, et passa à la suivante, sans encombre. Malheureusement, la police n'était pas loin d'ici. Et l'appel de la vieille dame avait été pris au sérieux. Donc, une patrouille arriva dans la rue, sirène hurlante. Le propriétaire d'Ollivander's ne s'en inquiéta pas plus que ça et continua sa petite inspection des boites aux lettres. Malheureusement, grâce au signalement précis de la moldue, la police n'eut aucun doute sur l'individu à interpeller. C'était bien lui. La suite fut très rapide. La voiture s'arrêta près de lui et deux types, armées, sortirent et le menacèrent avec un flingue. Ambiance.

- LEVEZ LES MAINS EN L'AIR, PLUS UN GESTE !
- Euh... Faut savoir, je lève les mains ou je bouge pas ? Antho et son flegme habituel...
- ON NE BLAGUE PAS. LEVEZ LES MAINS EN L'AIR
- Sinon, vous pouvez aussi parler normalement vous savez. Vous êtes à peu près à 2 mètres de mois, pas besoin de crier.

Le coup du policier de droite partit et toucha Anthony en plein torse. Ce dernier s'effondra, prit de spasme violent et incontrôlable. Oui, les flingues, c'était des sortes de taser du 22ème siècle. Pas létale, mais fortement déplaisant. Du coup, sans qu'il comprenne trop comment ni pourquoi, Anthony se retrouva, mains dans le dos, menotté.

- Alors comme ça on prépare un braquage ?
- Hein ? Quoi ? Euh... Pas à ma connaissance ! Mais si vous voulez, je peux essayer, je suis toujours en galère de thunes.
- C'est un aveu !
- ... Mais noooon b*rdel c'est de l'humour les gars !

Tout l'art de s'enfoncer un peu plus à chaque phrase. Le jeune homme soupira et se lança dans des explications. En gros, il expliqua qu'il cherchait simplement l'adresse d'une amie. Les policiers s'étonnèrent qu'il ne connaissait pas l'adresse de cette amie. Il répondit qu'elle avait déménagé il n'y a pas longtemps. Ce à quoi, ils rétorquèrent qu'il avait bien un papier avec l'adresse. Et il essaya d'expliquer qu'il l'avait perdu. Bref, ils l'avaient embarqués et il s'était retrouvé au poste... Génial. Il répéta son récit à un mec qui avait sans doute un peu plus de bouteille, mais pour qui un potentiel cambrioleur était l'affaire du siècle pour lui. Bref, il finit en cellule. Heureusement, la surveillance n'était pas parfaite parfaite. Ainsi, quand tous les surveillants furent loin, il transplana à nouveau où il avait transplané précédemment. Et reprit sa recherche. Cette fois, avant de s'y mettre, il fit attention et se transforma en chien. En husky plus précisément. Comme ça, un chien qui erre ça n'allait pas trop attiré l'attention. Eh bien détrompez-vous. La vieille appela cette fois-ci la fourrière !

Cependant, Anthony avait anticipé et quand il avait vu le camion, il s'était caché dans un buisson pour se re-transformer en humain. Bref, ce fut une partie de cache-cache entre les policiers et la fourrière. Jusqu'au moment où, lassés, aucun des deux ne se déplacèrent après les coups de fil de la vieille moldue, cataloguée paranoïaque. Finalement, miracle ! Alors qu'il était à présent 15h (il avait perdu énormément de temps), là devant lui, il avait le bon nom. "The Worshop - Jana Winslaw" au 72. Il était encore sous sa forme animale mais n'avait aucun coin où se transformer. Du coup, c'est sous cette forme qui allait toquer à la porte. 'fin, pour un chien, le "toquage" se transforma en grattage et en aboiement. Espérant faire assez chier la Serpy pour qu'elle aille voir ce qu'il se passait. Et la technique fonctionna. Elle ouvrit. Aussitôt, le husky se faufila dans l'ouverture, se cacha derrière la porte pour se transformer en humain à l’abri des regards indiscret.

- Fiuw quelle histoire... Salut Jana !

Sans doute l'une des pires entrées de l'univers.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Occlumens


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Jana Winslaw, Lun 4 Déc 2017 - 19:43


On était samedi. Et en ce samedi, Jana, tu bosses. D'ailleurs, ton salon ressemble plus à une salle d'étude qu'à une pièce de vie. Affalée sur ton canapé de cuir, tu es entourée d'une bonne vingtaine de livres, traitant tous du même sujet. C'est que...T'as réussi ton examen d'Occlumancie. Maintenant, il te faut celui de Légilimancie. Et ça, c'est pas une mince affaire. En vrai, tu sais pas trop ce que tu vas faire de toutes ces nouvelles capacités. Peut-être essayer d'aller travailler au Ministère. Bref, tu sais pas trop quoi faire de ta vie ? Haha, très étonnant. En tout cas, t'es contente. Toutes ces années de formations avec ton travail au Chaudron Baveur en parallèle...Cela valait le coup. Et rien que pour avoir fait enragé tes grands-parents, c'était super.

Et tu étais donc là, t'escrimant à traduire les runes de ce vieux bouquin, en espérant comprendre un traître mot de ce qu'il disait sur les sciences de l'esprit. En vrai, vu ton niveau de runes, cela pourrait très bien être un bouquin de cuisine, tu t'en rendrais même pas compte. Désespérée, tu finis par te lever de ton canapé. Il est l'heure du thé ! Tu saisis ta baguette, posée sur la table et donne un petit coup en direction de la théière. Et tu t'égares dans tes pensées, en sortant machinalement un sachet de thé et un mug.

Hmm...Deux mois. Deux mois que t'as changé de baguette et t'es toujours pas très habituée à la nouvelle. C'est très étrange, cette sensation. T'habituer à être une nouvelle Jana. SFFFFFFFF. Ah, l'eau est prête. Ah bah, tiens, c'est bien pratique. Parce que t'as plus trop envie de penser aux baguettes et à leur chef. Ouais là, ce gars, le Pouffy. ET M*RDE? T'avais dit que tu y pensais pas ! Oui, parce que voyez-vous...Il ne t'as jamais recontacté. Ce crétin. Pourtant, tu lui as laissé ton adresse. Tu ne laisses jamais ton adresse. JAMAIS. Et lui, il se permet de te laisser dans un coin comme ça. Tu croyais pourtant qu'il était prêt à jouer avec toi. Parce que, c'est pas comme si tu y accordais plus d'importance que ça en avait. C'est juste qu'on oublie pas Jana Winslaw comme ça. Pfff.

Serrant ton mug, tu retournes t'asseoir sur le canapé. Bon bah...Même avec un Earl Grey infusé à point, tu n'y comprends rien. Tu bois le liquide chaud en t'escrimant encore quelques minutes. Rien à en tirer. Soupirant, tu te dis qu'une bonne douche te remettrait les idées en place. Et peut-être qu'après, tu iras draguer dans un bar. Trouver un moldu débile que tu charmeras d'un regard enjôleur. Il te fera boire du whisky et peut-être qu'il te ramènera chez lui. Mouais, ça pouvait être un bon programme...Il aurait le mérite de te sortir la tête des révisions.

Tu montes donc l'escalier jusqu'à ta chambre. Délaissant tes vêtements sur le tapis, tu files te glisser sous le jet d'eau brûlante. L'eau détend chacun de tes muscles et tu t'étires comme un chat. Tes cheveux se collent à ta peau et tu apprécies la sensation de mobilité. Cela fait un petit mois que tout est rentré dans l'ordre avec ton corps : côtes ressoudées, hématomes disparus. Tu ne peux toujours pas courir un marathon mais tu t'en sors honorablement. T'es presque comme neuve.

Alors que tu souris de béatitude sous la vapeur, tu entends un bruit bizarre. Oh, sûrement un craquement de l'appartement. Oui, c'est ça. Ah non, ça recommence. Tu fronces les sourcils. Un hibou qui n'arriverait pas à se glisser dans la boite à hibou pour te déposer du courrier ? Non, cela ressemble plus à des...grattements. Cela provient du rez-de-chaussée. Hmm. Etrange. Tu décides de laisser filer et de te consacrer entièrement à la détente. MAIS ENCORE CE FICHU GRATTEMENT. Coupant l'eau, un peu énervée, faut l'avouer, tu sors de la douche. Te séchant rapidement, tu enfiles les premières fringues qui te passent sous le nez : un pantalon de jogging moulant et un pull de grosses mailles tressées. Tu ne prends même pas le temps de sécher tes cheveux et tu descend. Évidemment, les grattements n'ont toujours pas cessé. Tu descend rapidement et ouvre la porte.

Et là, un chien. Un foutu Husky. Ok, mignon, le petit nounours des neiges là. Mais un foutu chien qui a interrompu ta douche.

- Mais qu'est-ce que tu...

T'as pas le temps de finir ta phrase que le chien se faufile par la porte ouverte. Bah vas-y, fais comme chez toi, hein. Tu diras rien. Alors que tu t'apprêtes à virer le sac à puces de chez toi, parce que c'est bien connu que tu préfères les chats, ce dernier commence à changer de forme. Oui oui. Et b*rdel, t'as évidemment pas ta baguette sur toi. Alors que tu réfléchis à la façon correcte de t'en sortir, tu constates que le chien, en fait, c'est Adams. Par Merlin. Manquait plus que ça. Baguette-en-chef est un Animagus. Husky. Tu grimaces.

- Fiuw quelle histoire... Salut Jana !

QUELLE HISTOIRE ? SALUT JANA ? Mais il se fiche de toi. Il est même pas arrivé depuis deux minutes que t'as envie de lui ôter toute envie de parler. Tu le regardes avant de lui répondre d'un ton acerbe :

- Un sac à puces. J'aurai dû m'en douter. Une petite pause avant de reprendre sur un ton plus agréable. Salut, Adams.

D'un signe, tu l'invites à te suivre dans le salon. Tu vires deux-trois livres du canapé, histoire de lui faire une place. Et là, tu te rends compte de ton accoutrement. Pas de talons, les cheveux dans tous les sens. Rien à voir avec la Jana du dehors, toujours irréprochable. Rah, mais qu'est-ce qu'il est énervant à venir sans s'être annoncé. Pourtant tu lui as filé ton adresse. Tu t'assieds sur ton confortable fauteuil suspendu et le regarde, un sourire en coin et prête à ouvrir les hostilités. Qu'il se rappelle qu'il est en terrain inconnu et qu'ici, c'est toi qui a le contrôle.

- Qu'est-ce que tu fiches ici ?

Oh oui. Tu veux l'entendre dire ce qu'il fait ici. Parce que tu sais exactement ce qu'il est venu demander. La question, ce sera plutôt de savoir si tu le lui accorde ou pas. Alors, jouez. La partie est ouverte.

Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Anthony Adams, Sam 9 Déc 2017 - 18:48


L'attente avait été longue. Mais finalement, elle lui avait ouvert. Apparemment, elle sortait de sa douche, puisque ses cheveux étaient encore trempés et tombaient en cascade sur ses épaules. Quand il fut à nouveau humain, Anthony put détailler la femme qui se trouvait devant lui. Elle était apparemment en journée glande. Ou du moins, en journée "Laissez-moi, j'ai pas envie de sortir". Ça tombe bien, il avait pas prévu de la faire sortir. Hum. Elle était donc en jogging-gros pull, pas très glamour, ça cassait un peu le mythe fallait avouer. Manifestement, son entrée avait quelque peu étonnée Jana. En même temps, on pouvait la comprendre.

- Un sac à puces. J'aurai dû m'en douter. dit-elle apparemment dégoutée. Salut, Adams.

Même s'il n'en montrait rien, Anthony était réellement heureux de voir Jana. Tous les stigmates avaient apparemment disparu. Elle ne boitait plus, n'avait plus de cernes et ne semblait plus shooté aux médocs. Bref, c'était une Jana qu'il avait connu auparavant. Sans doute, malgré tout, un peu différente... Elle l'invita à rentrer malgré cette entrée fracassante. Il entra donc dans le salon de Jana. Il y a des livres partout sur le canapé et sur la table. Elle était apparemment en bachotage. Elle s'assoit sur un fauteuil œuf en suspension au plafond. Anthony lui, s'installa dans un canapé qui paraissait plutôt confortable. Et il était plutôt confortable. Comme prévu. Elle avait un sourire en coin. Un vrai sourire. Pas un sourire tordu qu'il avait pu voir il y a deux mois. Apparemment, il avait attendu suffisamment longtemps pour voir une Jana en pleine forme.


- Qu'est-ce que tu fiches ici ?

Elle le savait. Sans doute. Mais Anthony répondit en lui souriant à son tour. En vrai, il ne venait pas seulement pour ce qu'elle semblait penser. Il n'avait pas galéré autant pour passer une heure à s'amuser après tout. Il ne savait pas vraiment pourquoi il venait en réalité. Il s'était dit que c'était le bon moment pour la revoir. Simplement. Même si bon, il n'était pas contre récidiver, il était obligé d'admettre que ce n'était pas sa première intention.

- Je me suis dit que si tu m'avais donné ton adresse c'était pour qu'on se revoie. Alors me voilà.

Il s'assit au fond du canapé et contempla le salon. C'était pas mal. Assez moderne. Un peu dans le style loft assez stylé. Nan, y'a pas à dire, elle avait du gout ! Il allait faire une remarque puis il se rappelait qu'il avait un truc dans sa poche. Poche qui, on le sait tous, était équipé d'un sort lui permettant de mettre tout et n'importe quoi. Il glissa donc la main dans la poche de son manteau, avant d'enlever ce dit manteau qui le dérangeait plus qu'autre chose, assis sur ce canapé. De sa poche, il avait sorti un bon whisky. Un Glenfidditch vieillie à 15 ans d'âge. Un très bon whisky a dégusté pur évidemment.

- Tiens, tu m'avais dit de ramener un bon whisky, j'en ai trouvé un qui me parait pas trop mal. il marqua une pause en jetant un coup d’œil autour de lui. Pas mal ta déco. T'es proprio ?

Il la laissa répondre, si elle en avait envie. Ça c'était pas dit. Puis il se décida à poser la question qui fâche. Du moins, qui fâchait il y a 2 mois... Après tout, c'était grâce à cette question qu'il se retrouvait là aujourd'hui.

- Tu t'en sors avec ta baguette ?

Il posa la bouteille sur la table et la fit glisser vers elle. Le lancer fut parfait et la bouteille s'arrêta pile au bord de la table. La partie était peut-être ouverte. Néanmoins, les règles n'étaient pas fixées. Il se remit donc bien au fond du canapé et la regarda. Malgré un accoutrement pas très hm... Classe, elle était belle. Et plutôt désirable de l'humble avis d'Antho. Il avait déjà craqué il y a deux mois alors qu'elle était dans un sale état. Il fallait avouer que cette fois, elle avait des arguments encore plus solides. Mais bon, à ce petit jeu-là il avait pas envie de perdre...

- Et sinon, pourquoi tu m'as donné ton adresse si c'était pas pour se revoit ?

Comme d'hab. Une attaque. Une contre-attaque. En deux mois, rien avait changé. C'était toujours le même jeu. Seulement là, les dés étaient sans doute pipés. L'issue était plus ou moins téléphonée.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Occlumens


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Jana Winslaw, Jeu 14 Déc 2017 - 23:28


Trois. Deux. Un. Tu attends la réplique. C'est ce que tu apprécies chez Adams. Ce n'est pas un adversaire facile, loin de là. Il te l'a déjà prouvé. Tu te cales un peu plus confortablement dans ton fauteuil, profitant de ta mobilité retrouvée. Et finalement, t'es surprise. Une réponse, toute simple, calme. Tu le regardes détailler ton appart. Ton souffle se coupe un instant. Tu te souviens de ses cheveux entre tes doigts et de ses lèvres sur ton cou. Chassant ces pensées inopinées, tu te rends compte qu'il a tiré un objet de son manteau. Une bouteille. Tes yeux s'illuminent. Tu es loin d'être contre un peu d'alcool, là, maintenant.

- Tiens, tu m'avais dit de ramener un bon whisky. Pas mal, ta déco. T'es proprio ?

Tu hausses les sourcils alors que tu te lèves de ton fauteuil. Ce gars est désespérant. Il vient plus ou moins de te donner ton vice, va sûrement t'en proposer un autre et il fait la conversation, comme ça. Comme si de rien n'était. Tout en te dirigeant vers la cuisine ouverte, dos à lui, tu lui envoies :

- Tu m'apportes une bouteille de whisky écossais et tout ce que tu trouves, c'est de parler déco ? Je t'ai connu plus créatif...

Sans t'arrêter pour autant, tu tires deux verres à whisky de ton vaisselier. De même, tu récupères quelques glaçons que tu jettes dans un bol d'inox. Pendant que tu t'affaires à préparer le plateau, habitudes de barmaid oblige, il enchaîne sur un autre sujet. Ta répartie ne semble pas l'avoir troublé le moins du monde. Exaspérant et fortement difficile à déstabiliser. Le challenge qu'il te pose est constant et ça te plaît, au fond.

- Tu t'en sors avec ta baguette ?

Dans le mille. Tu grimaces et décide de ne pas répondre à celle-là. En vrai, t'as du mal à t'en servir. Comme si ce n'était pas naturel. Tu sais bien que c'est cette baguette qui fonctionne mais tu n'arrives pas à délaisser l'ancienne. Ta main se tourne toujours vers ta baguette historique, comme si la nouvelle était celle d'un camarade de Poudlard laissée sur une table commune. C'est assez déconcertant. Tu sais que tu t'y feras. Mais t'es clairement pas prête à l'instant. Chargée de ton plateau, tu vires les derniers bouquins de la table d'une main et dépose le chargement délicat. Aucun tremblement. Ton corps est décidément de retour. Tu reprends ta place initiale, dans ton fauteuil préféré.

Tu vois la bouteille glisser vers toi, te laissant l'honneur de l'ouverture. Tu te penches vers la table pour t'en emparer Tu le vois te regarder. Tu lis quelque chose comme l'envie ? Le désir ? T'es pas très sure. Il est vraiment très doué pour ce petit jeu. D'un geste coutumier, tu débouches le Whisky. Les effluves te montent au nez et comme toujours, tu savoures cet instant. Tu disperses quelques glaçons dans les verres et verse le liquide ambré d'un geste habile. Parfait. Tu n'as pas été responsable du Chaudron Baveur pour rien. D'un geste souple, tu fais glisser le verre dans la direction d'Anthony, avec un sourire. Lui rendre la pareille.

Tu portes le verre à ta bouche et savoures ce bonheur ultime. Un Whisky, un mec sexy et une infinité de possibles. Que demander de mieux ? Décidant de ne pas attaquer tout de suite, tu sirotes en observant Baguette-en-chef. Bien, bien, bien. Qu'est-il venu faire ici ? Après tout, il peut très bien venir juste pour trouver une compagne d'alcool. Non, pas vraiment son genre. Enfin, tu supposes.

- Et sinon, pourquoi tu m'as donné ton adresse si c'était pas pour se revoit ?
- J'suis un peu maso. J'adore me mettre des mecs canons sous les yeux pour ne pas y toucher.

La réponse a cinglé. Sans même y réfléchir. Il veut jouer à ce petit jeu. Tu le lis dans ses yeux, dans sa façon d'être. Et bien, tu vas lui en donner pour son argent. Fin, son Whisky, du coup. Bref. Après tout, il est volontaire. Plus que volontaire, puisqu'il est là. Oubliée ta colère suite à l'absence totale de nouvelles. Happée par l'instant, ça ne t'effleure même plus l'esprit. Il est là, c'est ce qui compte. Gorgée. Liquide. Détente. Tu te fais un peu plus aventureuse, comme toujours avec l'alcool. Décidant qu'il mérite mieux qu'un froid tête à tête, tu te lèves pour aller squatter la place à côté de lui sur le canapé. Tu te penches lentement pour virer les derniers livres qui traînent et prends bien garde à ce que vos jambes se frôlent lorsque tu t'installes.

- Mais je suis sure d'un truc : t'as une très bonne raison d'être ici. Je finirai bien par te faire cracher le morceau.

Ta voix est bien plus innocente que les paroles que tu prononces. Tu reprends une gorgée. Et tu décides de faire comme lui. Souffler le chaud et le froid. Pour ça, t'es la meilleure et tu le sais. D'un battement de cil, tu reprends la conversation. Ton sourire n'est pas enjôleur ni moqueur. Il est mutin. Tous les coups sont permis.

- Alors comme ça, t'es Animagus. Husky. Étonnant pour un Poufsouffle. Tu insuffles toute l'ironie dont tu es capable dans ces derniers mots. Dommage, je préfère les chats.

Tu t'enfonces dans le fauteuil et te tournes dans sa direction. Au passage, tu remontes tes jambes sur le canapé, tes pieds nus ne supportant plus le froid du sol. Tu les croises en tailleur, ce qui a pour effet de réduire la distance entre vous. Drastiquement : ton genou touche sa cuisse. Donner mais pas trop, comme toujours. Règle numéro 1. Tu frissonnes. A cause de tes cheveux mouillés, évidemment. Tu ne sais pas s'il le remarque mais toi, en tout cas, tu décides de ne pas l'observer. Fuir un peu son regard. Règle numéro 2. Le chat et la souris. Ou le husky et le serpent. Rasade de whisky. Oui, vraiment, finalement. Il n'y a pas de meilleur plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Anthony Adams, Jeu 21 Déc 2017 - 1:09


Un jeu. Un drôle de jeu. Des non-dits. Dit à mi-mot. Un jeu. Un jeu étrange. À l'image de leur relation. Un entre deux. Suis-moi je te fuis. Fuis-moi je te suis. Mais il y avait aussi du suis-moi je te rentre dedans. Fuis-moi, je te défonce. En gros. C'était étrange. Un jeu subtil. Et peu subtil. Anthony et Jana c'était... Deux Yin et deux Yang à la fois. Parfois ils se compensaient, parfois ils se repoussaient. Un jeu étrange donc.

- Tu m'apportes une bouteille de whisky écossais et tout ce que tu trouves, c'est de parler déco ? Je t'ai connu plus créatif...

Bah quoi ? Faut bien commencer par un truc. Il allait pas arriver et dire "Eh, salut, on b****" ? Non c'était pas classe. Puis, est-ce que c'est ce qu'il voulait vraiment ? Peut-être. Avouons-le. Pourquoi il était venu finalement ? Bonne question. On verra ça plus tard. Ou pas. Peut-être. Il ne répondit pas, pas tout de suite. Il savait se faire désirer. Même dans le clash. Préférant poser cette fameuse question. Une grimace. Ce fut la seule réponse qu'il obtint. Une grimace. En disant long sur la relation qu'elle entretenait avec elle. Décidément, elle aimait les relations compliquées. Ou étrange. Peut-être les deux. Si elle était toujours dans la même optique qu'il y a deux mois. La jeune femme utilisait sa nouvelle baguette par obligation, puisque c'était la seule qui lui répondait. Mais pour elle, ce n'était pas normal et pas naturel d'utiliser cette baguette. Sans doute même qu'elle essayait de temps de temps d'utiliser son ancienne baguette. Peut-être même qu'elle émettait deux-trois étincelles et que Jana espérait un jour un retour à la normale. M'enfin, Antho avait suffisamment cassé toutes ses illusions pour que ses espoirs soient maigres.

- J'suis un peu maso. J'adore me mettre des mecs canons sous les yeux pour ne pas y toucher.

Anthony sourit à cette phrase et il but sa première gorgée de whisky. Le liquide lui brula légèrement la gorge et il sentit la chaleur l'envahir. Pas mauvais ce truc. Il avait pris ça un peu au hasard et parce que la bouteille avec le cerf lui avait plu, mais il semblait que c'était finalement pas un mauvais choix. Du moins, c'est ce qu'il pensait. Il était après tout, pas un expert en Whisky. Jana s'y connaissait certainement mieux que lui. Finalement, Jana se lève et s'installe à côté de lui. Elle se penche sur la table pour... Non, rien n'impliquant une fée. Hum. Elle enlevait simplement les livres qu'il y avait sur la table. Premier contact, doux et léger. Mais il était là.


- Mais je suis sûre d'un truc : t'as une très bonne raison d'être ici. Je finirai bien par te faire cracher le morceau. elle enchaine, elle change de ton. Alors comme ça, t'es Animagus. Husky. Étonnant pour un Poufsouffle. Dommage, je préfère les chats.

Un chat, c'était Pouffy. Le truc mignon, demandant des câlins tout le temps et ronronnant en permanence. Sérieux, y'avait pas plus Poufsouffle que ça. Par inadvertance, Jana avait donc dévoilé un truc mignon chez elle. Elle aimait les chats. Le jeune homme qui était bien au fond du canapé passa négligemment le bras sur l'assise. Un geste vers elle. Il ne la touche pas, mais son bras passe derrière elle. Discrètement. Elle semble attaquer lui préfère tendre un piège. Subtile. Un jeu. Encore un. Jeu subtile où les dés sont pipés. L'issue était connue des deux joueurs. Les deux allaient gagner. Sans aucun doute. Mais... C'était bien de jouer. Elle détourne son regard, semble le fuir. Anthony en profite. Pour mater. Un peu. Pour l'observer. Surtout. Elle avait les cheveux encore trempés. Rajoutant un peu de sex-appeal à tout ça. Y'a pas à dire, cette fille était... Au gout d'Anthony.

- Je peux pas venir juste pour prendre de tes nouvelles ? Ça me fait plaisir de te voir en forme. le pire, c'est qu'il était sincère. Le Husky est l'un des chiens le plus proche du loup tu sais. Pas si mignon qu'il y parait...

Il reprit une gorgée de whisky en regardant à nouveau Jana. Ses yeux bleus-gris étaient toujours aussi beaux du point de vue d'Anthony. Il adorait ses yeux. Bien évidemment, il ne se gênait pas pour regarder autre chose. Après tout, il avait finalement pas trop eu l'occasion la dernière fois. Il l'avait certes vu nue. Mais finalement, elle était pas mal amochée... Et sur le moment, il avait eu autre chose à penser. 'fin bon, je vais pas vous faire un dessin. Au pire tout se passe dans l'arrière-boutique d'Olly...

- Je peux me charger de te faire aimer les chiens... C'est bien plus affectueux. finit-il par lâcher en souriant puis se tourna vers elle. Donc, pourquoi tu m'as donné ton adresse ?

Il aurait sa réponse. Tôt ou tard, il l'aurait. Bien avant qu'il la donne. À ce jeu, il allait être le seul gagnant. Il s'en faisait une promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Jana Winslaw
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Occlumens


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Jana Winslaw, Ven 1 Juin 2018 - 0:00


Dans la vie, il y a deux genres de personnes. Les personnes subtiles et les personnes qui  ne le sont pas. Ton problème, c'est que tu ne sais pas dans quelle catégorie ranger Adams. Quand il te dit que ça lui fait plaisir de te voir en forme et qu'il te parle de fichus clébards juste après, tu te demandes à quel point il essaie de se mesurer à toi. Au jeu des petites piques et autres gentillesses, il aura bien du mal à rivaliser. Pour te donner contenance, tu reprends un peu de whisky, profitant de la chaleur alcoolisée. Ta jambe se relâche, elle s'appuie de plus en plus contre celle d'Adams. Toujours en tailleur, tu l'écoutes te parler à nouveau.

- Je peux me charger de te faire aimer les chiens... C'est bien plus affectueux.

Il se tourne vers toi pendant qu'il parle. Le sous-entendu est à peine voilé et tu y réponds en levant les yeux au ciel. Finalement, Anthony est dans la deuxième catégorie de personnes. Et puis, personne ne te détournera des compagnons félins. Eux, au moins, ils ont la classe. L'autre, transformé en husky, il a juste l'air d'un machin bon à tirer un traineau.

- Donc, pourquoi tu m'as donné ton adresse ?

C'est à toi de sourire. Il croit vraiment que c'est aussi simple ? Tu retires ta jambe d'un coup et abandonne ton verre à moitié plein sur la table basse. Tu te lèves et te diriges vers la fenêtre située juste en face. Tu l'ouvres et laisses la froideur écossaise s'écraser sur ton visage, faisant légèrement rougir ta peau. Tu sais que tu es dos à lui et que ton pantalon laisse peu de place à l'imagination alors tu te penches un peu pour t'accouder au rebord. Tu attrapes le paquet de clopes et le briquet qui traînent là. Première bouffée. Tu te retournes, laissant la fumée s'échapper derrière toi. Tu le regardes.

- Je te l'ai donné parce que j'adore la déco de mon appart et que j'adore le faire visiter à des vendeurs de baguettes magiques. ça te convient comme réponse ?

Oui, tu prévois une petite visite après cette ravissante discussion. Visite qui pourrait se conclure à l'étage. Ou pas. S'il continue de jouer avec toi comme ça, elle pourrait s'achever plus tôt. De trente-six manières différentes. C'est ça qui est bien avec vous deux. On a aucune idée de comment les choses peuvent se finir. Ta clope se consume, tu tires dessus. Tu l'écrases dans le cendrier et tu repars dans sa direction. Fini de jouer, il est temps de le déstabiliser un peu. T'en as marre des conversation qui mènent à rien, en fait. Sans aucune délicatesse, tu viens te planter devant lui. Debout à quelques centimètres de la silhouette qui se dessine sur ton canapé, tu lui fais bien comprendre que tu ne céderas pas comme ça.

- Et toi, pourquoi t'es là en vrai ? Tu prends ta voix la plus détachée, la plus neutre, espérant cacher toute émotion. Si c'est vraiment pour me demander comment je me remets... T'as qu'à vérifier par toi-même.

Tu relèves légèrement ton pull. Juste assez pour dévoiler tes côtes, t'arrêtant juste avant l'arrondi de tes seins. La peau est immaculée, parfaite. Comme si tous les traumatismes n'avaient jamais existé. Ta blancheur est là. Tu te retournes encore une fois, pour lui montrer que même dans le dos, là où le bloc de glace t'avait frappée, il n'y avait plus rien.

-T'as vu, ils ont fait du bon boulot. Ils m'ont même dit que je pouvais reprendre une activité physique normale...

Tu laisses ta phrase en suspend, avec un ton rêveur soigneusement étudié. Qu'il se fasse des idées, tiens. Tu adores voir un mec chercher à interpréter tes paroles. Les voir se demander si tu as vraiment lancé un sous-entendu salace ou si c'est juste une phrase anodine. Tu laisses retomber ton pull et te réinstalle dans ta position initiale. En tailleur, ton genou posé mine de rien sur sa cuisse. Récupérant ton whisky au passage, tu continues à le siffler en attendant sa réponse. C'est qu'elle risque d'être intéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Anthony Adams
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Husky
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Anthony Adams, Lun 4 Juin 2018 - 2:42


Jana et Anthony c'était... C'était ces deux personnes qui semblaient ne pas pouvoir s'entendre mais qui trainaient toujours l'une avec l'autre. C'était ces deux personnes qui préféraient voir leurs différences plutôt que leurs points communs. Pourtant, leurs points communs transparaissaient, c'était évident. Ils jouaient au même jeu et s'y plaisaient tous les deux autant. Un jeu. Pour eux c'était un jeu. Jusqu'au moment où ils se brulaient les ailes. Mais à la manière des phénix, c'était comme si rien ne s'était passé. La cendre reprenait et... Les voilà à nouveau prêts à voler trop haut tel Icare approchant du soleil avant de chuter...

Jana ne répondit une nouvelle fois pas sérieusement. Apparemment, elle ne voulait pas avouer pourquoi elle lui avait donné son adresse. C'est quand elle bougea qu'Anthony réalisa qu'elle avait doucement appuyé sa jambe sur lui. Mine de rien, la voilà tentant des rapprochements subtils. Étonnant venant de sa part. Elle était à présent debout, face à la fenêtre. A quoi pouvait-elle penser ? Le jeune homme remarqua qu'elle semblait fumer encore plus qu'avant. Elle semblait enchainer les clopes sans s'arrêter. La voilà qui se tournait à nouveau vers Anthony. Le jeune homme but une nouvelle gorgée de whisky, mais ce dernier, tout à la contemplation du corps qui s'offrait à sa vue, il avala une plus grande gorgée que prévu. Le liquide le brula pour de bon la gorge, bien plus que ce qu'une gorgée raisonnable pouvait faire. Il regarda le verre et s'aperçut qu'il venait de siffler la moitié du verre d'un coup. Il essaya donc de ne rien montrer en la regardant se diriger vers lui. Ce léger cul-sec risquait de faire effet un peu trop vite. Avec tous ces déboires avec la police, il n'avait pas mangé ce midi... La voilà tout proche de lui. Devant lui. A quelques centimètres. Elle est debout. Debout comme il ne l'avait jamais vu finalement. Plantée là, droite et sûre d'elle. C'était donc elle, Jana.


- "Si c'est vraiment pour me demander comment je me remets... T'as qu'à vérifier par toi-même." elle se découvrit et... "T'as vu, ils ont fait du bon boulot. Ils m'ont même dit que je pouvais reprendre une activité physique normale..."

Elle était devant lui. Son t-shirt levé jusqu'à la naissance de ses seins. Elle se retourne pour lui montrer ses fesses. Ah non, son dos. Pardon. Il n'y avait plus rien. Rien qu'un corps parfait. Sans blessure, sans rien. C'était peut-être inconsciemment pour ça qu'il avait attendu 2 mois aussi. Pour la retrouver "en bon état". Et effectivement, il retrouvait une Jana qu'il n'avait finalement jamais vraiment connu. Retrouver quelqu'un qu'on avait pas connu. Particulier comme truc. Mais bref, il redécouvrait ce corps sous son meilleur jour. Effectivement, tout était parfait. La voilà comme il en avait l'habitude. Avec la subtilité d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Mais il ne voulait pas entrer dans son jeu. (Juste dans son jeu hein) C'était trop simple. Et il aimait pas les trucs simples. Puis, elle n'aimait pas qu'on lui résiste. Du coup, forcément, Anthony adorait lui résister.

- "Cool, ça te dirait de faire une petite partie de Quidditch ? J'ai envie de te voir sur un balai !" son ton était des plus sérieux et esquivait volontairement le sous-entendu.

Le jeune homme posa le verre de whisky en sentant la chaleur se dissiper. Mais l'alcool lui, montait doucement. Doucement mais surement. Si la brûlure à la gorge se dissipait, elle était remplacée par une petite sensation de chaleur qui prenait tout son corps doucement. Cela faisait un moment qu'il n'avait pas mangé et du coup, il sentait ses barrières tombées. Sa retenue qui se faisait doucement la malle. Vous connaissez cette sensation ? La fatigue de ses péripéties, ses différentes transformations, son séjour en cellule et ses courses poursuites, l'alcool montait vite. Trop vite. Du coup, il préféra arrêter de boire pour l'instant. Son but n'était pas de tomber pendant le jeu. Il le savait, si l'alcool prenait le dessus, tout ce qu'il allait réussir à faire c'était dormir. Et en présence d'une femme aussi hm... Désirable, il valait mieux rester éveillé. La voilà qui se réinstalle près de lui. Ses jambes se reposèrent négligemment sur celles d'Anthony. Tout aussi négligemment, le bras d'Anthony vint se poser autour de Jana. Doucement, tout doucement, il vint à la toucher. D'abord du bout des doigts, puis, petit à petit, sa main entoura doucement l'épaule de la jeune femme, dans un geste relevant plus de la tendresse qu'autre chose. La voilà à présent dans les bras du propriétaire d'Ollivander's.  Jana Winslaw. Celle qui se voulait la plus froide possible était dans les bras d'Anthony. Bon, ce n'était pas flagrant. Elle n'était pas non plus blottie contre lui bien sûr. Mais, il l'entourait clairement. Rien ne disait qu'elle allait rester comme ça cependant. Avec Jana, rien n'était sûr. Le fait qu'elle se dégage était même un des scénarios les plus probables. Mais, selon un théorème Janaesque, ce qui était le plus probable n'allait pas forcément arriver.

- "Je suis vraiment venu ici m'assurer que tout allait bien. Ne t'en déplaises." dit-il non sans rire.

Il laisse un instant en suspend sa phrase. Il ne savait pas trop ce qu'il faisait-la. Il n'était pas venu ici pour subvenir à ses besoins primordiaux. Ou tomber dans les griffes de la belle. Après tout, pour ça, il n'aurait pas attendu deux mois. Deux mois, c'était long. Le plus probable était donc qu'il était là... Vraiment pour prendre des nouvelles. Et la revoir. Il tourna la tête vers Jana et pendant un instant, il ne dit rien. Il la regarda, simplement. Il regarda son visage, ses yeux. Ses lèvres aussi. Mais son regard ne put s'empêcher de descendre légèrement. Avant de remonter. Ce n'était vraiment pas la Jana qu'il avait vu il y a deux mois. Il sourit. C'était un sourire... Indéfinissable. Il était simplement... Bien là. Finalement. N'était-ce pas juste ça qu'il était venu chercher. Revoir cette fille qui lui faisait on ne sait trop quoi. Revoir cette fille qui le parasitait presque chaque jour depuis deux mois. Pour une raison qu'il ne s'expliquait pas même. Après tout, la raison à tout ça ? Ils avaient craqué un jour, à l'arrière d'une boutique. Rien d'autre qu'un craquage. Non ?

- "Je suppose que tu espères toujours pouvoir utiliser ton ancienne baguette... Mais t'as essayé de... T'en passer ? Totalement je veux dire. De baguette"

Après tout, si vraiment le problème était sa baguette, pourquoi ne pas simplement s'en passer. Anthony était en train d'étudier sérieusement le sujet de la manumagie. Et son entrainement commençait à être payant. Il arrivait à déplacer des trucs sans baguette. Il connaissait suffisamment Jana pour savoir que la magie n'était pas non plus sa grande passion. Elle l'utilisait car ça facilitait sa vie. Mais elle pouvait s'en passer. Cela impliquait d'utiliser en grande majorité des sorts très basiques qui très facilement être utilisé sans baguette... Malgré tout, il n'explicita pas plus sa pensée. Attendit la réaction de la belle jeune femme. Il était aussi peut-être venu voir comment sa baguette se comportait. Même s'il était persuadé du choix qu'il avait fait, voir Jana se débattre autant avec l'avait fait un peu douté...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] The Workshop

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

 [Habitation] The Workshop


Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.