AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 3 sur 4
Plus qu'une rue mal famée...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Kohane W. Underlinden
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor

Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 27 Nov - 16:11




Une aile de papillon au fond de l'estomac.
Ca s'agite, tout doucement au début. C'est discret, presque inexistant. Puis, comme l'insecte prenant soudain conscience qu'il est en cage, le battement s'intensifie et se met à frapper avec plus de force que jamais.
C'est le frémissement qui monte alors que mes yeux s'accrochent à ceux d'en face comme en ceux d'une alliée. Ou, du moins, d'une âme compréhensive. Un âme qui me reçoit sans juger, écoute, partage, dans ce calme-fleuve au milieu de la nuit.
Je soupirerais presque d'aise.
Face à face, l'une à l'autre, il n'y a pas de défi ou de posture antagoniste. Nous sommes juste là, à tirer les ficelles pour attirer l'autre, chacune de son côté, nous menant irrémédiablement à ce choc frontal qui ne saurait tarder -le choc bénéfique d'idéaux similaires qui se rencontrent.
Un peu plongée dans l'ombre qui paraît s'éclaircir, je détaille encore et encore ses traits. Cet autre part du miroir brisé. Du miroir qu'on voulait polir autrefois. Mais qu'aujourd'hui on ne veut que fissurer pour montrer enfin la dure réalité. Ce miroir qui était lisse, désormais coupant et tranchant. Elle est ce reflet de moi dans le miroir cabossé enflammé.
Peut-être es-tu au fond mon Eurydice ? Cette part sombre que j'étais venue chercher dans l'Allée des Embrumes pour enfin me sentir complète, tout en nuances et couleurs, savoir enfin rire autant que pleurer, haïr autant qu'aimer, voler autant que plonger, ne plus être cette créature mécanique que la société aimerait que je sois, corsetée dans de bonnes et vieilles valeurs, muettes, sans cesse ramenée au silence.
Chercher mon Eurydice pour qu'elle me donne la force d'être et non paraître.
Chercher mon Eurydice pour qu'elle guide enfin mes pas, jusqu'au feu purificateur, jusqu'à la Libération finale.
Et peut-être qu'elle, Ambroisie, elle est, d'une certaine façon, une sorte de représentation de mon Eurydice. Celle qui était prisonnière des Enfers, attendant. Que je vienne. La chercher. Sans me retourner.

Elle reprend la parole.
Et ses phrases volent comme tout à l'heure : coup en plein cœur, compréhension dans l'âme.
Oui j'aimerais murmurer.
Oui _ oui _ oui
Tout le temps oui
A ses propos.
Oui.
Une affirmation qui ne demande rien d'autre. Juste un hochement de tête. Et savoir qu'on marche à deux sur le même fil tendu au-dessus du vide. Il faut faire attention -à la chute. Mais il faut avancer. Pour les idées. Pour nos idées. Ne pas craindre le vide, ne pas craindre les autres et leurs réprimandes, ne rien craindre, jamais, avancer et. Voilà.

-Crier

Ma voix me paraît soudain si forte dans ce silence qui nous entoure, faisant suite à ses questions.
Alors que je parle normalement.

-C'est ça, qu'il faut. Crier. Et surtout. Se battre. Sans jamais baisser les bras. Déconstruire la Machine Sociétale est un long et fastidieux travail. Mais il ne faut pas se laisser décourager. Bien au contraire. Il faut de la patience. Du courage. Et bientôt, tu verras. Nous parviendrons à notre but.

L'ombre s'éclaircit encore un peu.
Je lève les yeux. Il y a une pointe de rose. Là-bas. Loin.
L'heure a filé. Les aiguilles ont dû faire plusieurs fois le tour du cadran -j'ai rien vu passer.
Je recule un peu alors que mes yeux redescendent sur Ambroisie.
Un pas en arrière -encore.
Un maigre sourire.

-Le soleil.

Simple constatation.
L'aube. Qui arrive.

-Faut que je rentre.

Fuir la luminosité pour un temps. Le temps de laisser de côté les ombres. Et les mots envolés d'une conversation si simple, évidente -et tellement dérangeante pour les autres.
Mon sourire. Qui semble lui dire qu'on se retrouvera. Un jour.
Deux pans d'un miroir ne peuvent jamais totalement se perdre.

Et reculer. Pour tourner les talons.
L'abandonner.
Elle ne sera jamais vraiment seule, dans le fond.


__________
Fin du Rp.
Merci pour tout !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Alice Delacour
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alice Delacour, Lun 12 Fév - 19:47


RP avec Olivia G. Reynold. Feat Mangemort 67

Alice se promenait tranquillement dans l'allée des Embrumes. Sa mère lui disait souvent de ne pas y rester très longtemps. D'après elle, cet endroit était un endroit malsain et non fréquentable. Et elle avait raison. Des Mangemorts y étaient fréquemment. Mais bon, la lionne n'y était encore jamais allée. Pour une fois, juste histoire de découvrir un peu comment c'était. Il n'y avait pas de mal à cela. C'était la première fois qu'elle s'y rendait. Pourtant, elle n'était pas en confiance. Elle avait peur. Alice gardait cette peur pour elle, elle ne la montrait pas. Mais les sombres allées l'effrayait. Elle décida qu'elle n'allait pas tarder à repartir. Si sa mère apprenait qu'elle y était allée, La gryffonne passerait un sale quart d'heure.

Pourtant, quelque chose l'intriguait. Mais ce n'était surement pas sans danger. Il fallait se méfier. Si un Mangemort venait à attaquer? Non, bien sur que non, il ne se passera rien. Elle se faisait juste des films.
Revenir en haut Aller en bas
Olivia G. Reynolds
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Olivia G. Reynolds, Mer 14 Fév - 19:08




Traumatisme
Avec Alice Delacour et Mangemort 67
Probablement pas la meilleure décision que vous avez prise d'être ici. Votre quête d'adrénaline peut vous mener dans tout et n'importe quoi, mais vous vous êtes jamais aventurée dans cet endroit. L'allée des Embrumes. Vous avez entendu ce nom bien des nombreuses fois, mais vous ne vous y êtes peu intéressée. Le ciel était gris, le vent faisait valser votre écharpe dans toutes les directions, votre peau était en quête de chaleur. Vous devriez sûrement retourner à Poudlard. Vous ne souhaitez pas à ce que les autres s'inquiètent de vous pour cette raison dont les adultes n'apprécieront pas à entendre. Ah, qu'est-ce que vous pouvez vous haïr, parfois.

Pas à pas, une silhouette féminine semble se rapprocher de votre champ de vision. Heh, sûrement une jeune femme perdue comme vous. Néanmoins, vous vous empêchez de presser le pas. Vous savez qu'elle prendra peur, comme vous l'auriez sûrement vécu. Vous avez juste besoin de quelqu'un avec qui vous vous sentirez moins vulnérable aux yeux des personnes qui vous entourent. Sa tignasse brunâtre danse au rythme de ses mouvements. Vous pouvez reconnaître un corps plutôt fin. Elle est de votre âge. Cela se voit. Vous tentez d'engager la conversation quand vous arrivez à sa hauteur, changeant vos habitudes de sourire de poupée.

- Mmh, excusez-moi. Je suis Olivia. Ma curiosité m'a menée jusqu'ici, et je vous avoue ne pas être rassurée. Cela ne vous gêne pas un peu de compagnie ?
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Mangemort 67, Lun 19 Fév - 22:50


Venez petites enfants perdues, venez à moi. Ce territoire est le mien. Un terrain de chasse dont je connais chaque recoin. Mon masque et mon ombre font trembler n'importe qui. Mes ennemis ne viennent que rarement me défier sur ces pavés sombres sur lequel leur sang et le mien ont déjà coulé. Mettant un peu de couleur dans cette lugubre Allée.

Venez, faites attention où vous mettez les pieds. Qui sait ce qu'il se cache dessous. Mais regardez aussi par dessus votre épaule... Une main meurtrière peut venir vous arracher à votre vie si paisible que vous aviez besoin de venir ici. Une réputation qui aurait dû vous faire rebrousser chemin. Mais non... Votre inconscience vous mène dans ma gueule qui n'attend que de se refermer sur vous. Vous ne satisferez pas ma faim pourtant, si vous étiez avec moi, les portes de la liberté s'ouvraient à vous.

- Êtes-vous perdues ? Un brin de folie dans la voix qui débarque derrière le duo qui venait de se former. Vous n'êtes pas prêtes... Ma question sonne comme une agression, comme un reproche mais en même temps, j'ai envie de rire. Car ce soir, je suis sorti pour chasser... Pas pour faire avancer La cause. Non... Ce soir, j'ai envie de répandre le mal dans les rues.



Revenir en haut Aller en bas
Alice Delacour
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alice Delacour, Jeu 1 Mar - 19:17


Alice errait dans ces rues sombres, sans vraiment savoir où elle était. Elle cacha sa surprise lorsqu'elle entendit une voix lui parler. C'était une jeune femme. Celle-ci lui demanda si elle pouvait rester avec la lionne. Alice était contente d'avoir de la compagnie. Le silence qui régnait dans l'allée des Embrumes était palpable. Cet endroit l'effrayait mais Alice ne l'avouerait pas. La jeune sorcière avait l'étrange impression que, cette journée là, il allait se passer quelque chose. Et cette fois, ce n'était pas son imagination. Son instinct ne l'avait jamais trahie. Jusqu'à maintenant.

Alice n'aurait jamais du se rendre à cet endroit. Il était maudit. Elle en avait parfaitement conscience. Lorsque elle se décida enfin à se rendre dans des magasins de farces, histoire de changer d'endroit, un souffle glacé prononça :


- Êtes-vous perdues ?

Alice sursauta. Un frisson de peur lui pétrifia ses membres. Cette personne qui venait de lui parler... Ce n'était pas quelqu'un de banal. La lionne avait très bien deviné qui c'était. Un Mangemort. Elle fit de pas en arrière avant de lancer à la personne qui l'avait rejointe précédemment ;: court !!!

A présent, plus rien ne comptait. Que le fait de rester en vie. Elle ne souhaitait que ça. Elle prit sa baguette en main et lança un :

-Petrificus Totalus !

Mangemort 67, tu as mon LA pour recevoir ou éviter comme tu le veux le sortilège. Je te laisses décider.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Jeu 16 Aoû - 14:36


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Rp privé avec Matricule Quatre-Vingt-Quatre.)
(J'm'incruste par ici, car plusieurs mois sans réponse, mp si besoin, merci. )
( /!\ Public avertit /!\ d'avance au cas où, on ne sait jamais. ft Enzo(Alec) - 17 Ans )
.

Maybe we need to talk..
Cette injustice, ça bouille en moi depuis quelque temps déjà. Quelques mois à me demander si ce mec avait le droit de faire ça. Plusieurs semaines que je me retiens de commettre l’impensable. J’en ai pleurer, j’en ai baver et ce soir, j’en ai juste simplement marre. Ce soir, j’suis sortit hors de l’enceinte de Poudlard. Dans un Crac, j’atterris dans cette sombre allée avec une certaine habilité, même si j’en ai le souffle coupé et la tête qui tourne encore un peu. Depuis que j’ai ce permis, je m’exerce de plus en plus à mettre mes acquis à l’épreuve. L’estomac en pagaille, je dois me tenir au lampadaire pour ne pas perdre l’équilibre et puis, quand tout va mieux. Je m’avance dans la ruelle peu fréquentable, parce que j’ai besoin de me couper du monde.  

- « … Enfin tranquille...   »

Plus de préfets – camarades de chambre pour me surveiller, plus de profs à l’horizon pour m’interdire de sortir hors du dortoir en pleine nuit. Cette cape d’invisibilité que je viens de ranger dans mon sac, qu’est-ce qu’elle peut m’être utile, finalement. Puis, je me colle à l’un des murs qui se trouvent à côté de moi, je soupire un peu tout en sortant une barrette mentholée de son paquet pour regarder autour de moi. Personne, c’est encore mieux pour moi, je peux m’en griller une, l’esprit tranquille. Planqué dans mon coin sombre et même aux yeux de la Lune, je reste discret dans l’ombre. Même aux niveaux de mes songes, je ne fais que me demander quoi faire de ma vie, que faire par rapport à lui. Cette ridicule parodie n’a qu’assez durée.

- « … Raah … Mais pourquoi il a fait ça aussi. C’est pas comme si Azkaban me f’sait flipper… Pff…   »

C’est vrai qu’en me remémorant la scène à voix haute, j’trouvais le « souvenir » franchement ridicule. Et ma réaction encore plus. Pourquoi j’flipperais d’aller en taule, surtout pour un p’tit sort de rien du tout, alors que ce dernier, lui. Il a complètement abusé de sa fonction, c’était un acte déloyal. Sur le coup, je n’ai pas vraiment compris. Trop confus, peut – être pour grogner. Mais la colère gronde, la méfiance et le questionnement ronge chaque partie de mon corps. Cousin par alliance ou non, il mérite un séjour en prison tout comme moi et encore, son acte était pire que le mien. Alors, je passe une main sur mon visage, je soupire tout en reprenant une bouffée sur ma barrette nocive pour la santé et je me laisse tomber assis par terre.

- « … P…’t..in …fais ch..ier.   »

Et je grogne encore, cette histoire de secret magique, quelle connerie aussi. Ça n’a rien de légale, ce n’est pas comme si … j’avais porter atteinte à la vie d’une personne. Ce n’est pas comme si j’avais utilisé un sortilège impardonnable aussi. Bref, je suis stressé, je ne comprends toujours pas pourquoi cet Auror à fait ça, enfin, même si j’me souviens peut – être vaguement l’avoir entendu. Mais pourquoi avoir fait ça, il me l’aurait demandé, je lui aurais répondu. Après tout, je suis plutôt du genre à gérer les choses avec parcimonie en temps normal.


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Mangemort 84, Sam 18 Aoû - 1:22


L’allée des Embrumes et ses ruelles sombres, une nuit comme les autres à errer, à chercher, à traquer. Des proies autant que des cibles. Devenir une Ombre parmi les Ombres n’avait pas été un chemin facile, mais qu’importe, désormais, tu étais l’un des leurs. Alors les pavés de la ruelle recevaient tes pas. Et dans le chemin de la nuit, dans le berceau des Ténèbres, il y avait des âmes à trouver, des discours à surprendre.

Comme le discours de cet homme, qu’importe son nom, qu’importe son âge, mais lui, il parlait de la célèbre prison des sorciers. Prison que certains aimeraient vous voir habiter, les Tiens et toi. Prison sombre, plus encore que la nuit. Car la nuit, possédait quelques étoiles, des pointes lumineuses auxquels pouvaient se raccrocher les sorciers. Alors dans un murmure, dans une latence certaine, dans un flottement de la parole, entrecoupé des Silence de l’incertitude. « Si Azkaban ne vous fait pas peur, nous pouvons arranger cela ».

La peur noue les tripes,  elle engrange la crainte, les angoisses, le doute, il y a du bon dans la peur, dans ce qu’elle peut faire ressentir, alors la voix glisse, lentement, longuement, la langue roule sous le palais, et les mots fondent. « Que savez-vous de la peur très cher ? ». Sous le masque de métal jonché de cicatrices, la voix est rauque. Les yeux sont noirs sous le masque, le sourire indécent. Tu interroges plus que tu ne juges, car il n’y a rien de bon à être dans le Jugement.

Pour unir à la Cause, il fallait comprendre les freins des sorciers, comprendre ce qu’ils avaient à l’intérieur d’eux, au plus profond de leurs êtres. Alors la baguette s’extirpe, sans mal, de la longue robe noire. Silhouette sombre au cœur de la nuit, qui interroge par les mots, par la menace, tu n’étais que le bras armé d’une Justice à venir, d’une Cause pour unir.

Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Sam 18 Aoû - 22:36


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Rp privé avec Matricule Quatre-Vingt-Quatre.)
(J'm'incruste par ici, car plusieurs mois sans réponse, mp si besoin, merci. )
( /!\ Public avertit /!\ d'avance au cas où, on ne sait jamais. ft Enzo(Alec) - 17 Ans )
.

Maybe we need to talk..
Mon regard se disperse parmi les étoiles, vagabonde de nuage en nuage avant d’atterrir sur la fumée noirâtre qui laisse place, bientôt, à une forme humaine. Tout de noire vêtue, l’être Obscure s’approche de moi avec cette tirade étrange à mon égard. Cette envie de me foutre la trouille, n’a que le don de me décrocher un sourire potentiellement puéril sur mes lèvres. L’Obscurité est du genre blagueuse, bien qu’elle use de paroles douteuses. Ainsi, je m’égare dans mes propres réflexions, le temps de chercher une réponse adéquate et une formulation qui reflète avec exactitude, le fond de mes pensées.

- « Est-ce bien utile de faire naître la peur de cette « prison » dans mon esprit, autant pour vous que pour moi – même ? En toute sincérité, j’ai de sérieux doutes, là – dessus. »  

Le ton de ma voix ne sonne pas comme un reproche, ni comme une remarque désappointante. Je suis juste en plein questionnement interne. Qui suis – je pour juger l’Inconnu.e qui cherche autant de réponses que moi, sur ce qui se passe autour de nous. De ce que j’en conclue par supposition, iel se demande la raison de ma présence dans cette ruelle sombre. Tout comme je me demande la raison de sa présence en cette nuit étoilée. Comme deux personnalités jumelles, je me dis que l’un ne va pas sans l’autre et que ce n’est pas le fruit du hasard, si ce soir, je me retrouves à discuter de tout et de rien avec cette Ténébreuse personne masquée. Pourtant, même si sa seconde question devrait me mettre la puce à l’oreille, je me contente de continuer de confier mes pensées d’une voix douce et calme.  

- « La peur m’évoque plusieurs choses. Elle peut nous faire perdre la tête, la raison, nos moyens ou tout contrôle de soi - même. Elle peut, aussi, nous mettre à la merci de nos adversaires ou nous faire commettre des actes irréfléchis, voir insensés. Cependant, j’associe la « peur » à l’espoir, car vivre dans un monde où l’on a plus aucun espoir, c’est que l’on a plus peur de quoi que ce soit, voir même de mourir. »  
Même si je suis conscient que l’Obscurité peut s’en prendre à moi, à chaque instant, je ne me méfie nullement à l’issue de cette conversation. Tout mes gestes et mes paroles ne sont d’aucunes hostilités, même si je pense savoir me défendre un minimum, en cas contraire de mes actuelles pensées.  À l'instar de ce que je me dis d'’Artemis, qui n’avait aucun droit d’user de ses talents de Legilimens pour me fouiller la cervelle. Tout ça pour savoir que je ne voulais aucun mal à sa femme qui n’est qu’autre que ma cousine. Ce qui m’amène exactement, dans cette ruelle avec cette Mystérieuse Identité dont les questions fusent dans ma tête par millions.

- « Sachant qu’il ne reste, alors, que le sacrifice. Pour moi, on est tous libre de se sacrifier, peu importe la Cause ou le But qui nous anime, qui nous unies pourvu que ce soit un acte purement suicidaire ou légendaire. Et dans mon cas, je n’ai peur que d’une chose à contrario d’Azkaban. »  

Que puis – je faire de plus que de parler, puisque je ne suis pas là pour lui provoquer une quelconque misère. Pour être sincère, une fois de plus, sa compagnie me distrait et me réconforte aussi dans l’idée de foutre les nerfs d’Artemis à vif. Parce qu’il est clair, que l’Auror se méprend sur moi, s’il s’attend à ce que je me plies à ses quatre volontés, il se trompe. J’ai toujours délibérément choisis ce que je voulais faire par moi – même. Et même ce soir, encore, je choisis, par moi – même, ce que je compte faire de ma vie, dans un proche ou lointain avenir. Et ce n’est pas un « Chef des Aurors » ou un « simple sorcier » qui va me dire quoi faire. Lui, déjà, qu’il enfreint les Lois, au risque de mettre, lui – même, le secret magique en périls. Et même ce secret, je le trouve particulièrement absurde, en y pensant aussi. Pourquoi on devrait se restreindre à nous plier aux « volontés » d’un peuple qui nous ignorent, et nous cacher des moldus, aussi. C’est d’un ridicule.  

- « Je ne prétends pas avoir la science infuse, ni être un savant inné quelconque. Je ne suis qu’un ado banal qui se demande ce qu'on ferait d’un gamin comme moi, qui ne se souvient de pratiquement rien. Et puis, je suis en colère contre un Auror …Et dieu, seul, sait que pour pourtant, j’aimerais abolir cette saloperie de satané secret magique, simplement pour lui remettre les idées en place. Ainsi, comme ça, il aura une bonne raison de m’envoyer en prison plutôt que pour une simple histoire de tâche de café sur une chemise, cette fois ... »    

Et plus le temps passe, plus je me dis que je dois prendre une décision, faire un choix comme à chaque fois, en chaque instants. Et ce qui m’empêche de dormir, tout comme les autres fois, c’est que cette fois – ci, j’ai encore la sensation de devoir prendre une décision cornélienne. Suivre le chemin de l’Auror-Adulte, qui n’espère qu’une chose, c’est que je m’assagisse et que je me range dans la case des « parfaits petits moutons ». J’ose espérer qu’il espère que je me plies conformément aux règles de cette Société maladive. Ou bien, j’ai le choix d’hurler à pleins poumons jusqu’à que quelqu’un ou quelque chose me remarque, même si c’est un risque à prendre de devoir faire ma propre « vendetta » tout seul. Prendre une décision d’une telle envergure est loin d’être un choix facile, ni une mince chose à faire.

- « M'enfin, j'veux tout simplement dire que je suis un amnésique qui ne se rappelle pas sa « précédente vie», donc, vivre avec la « peur » de ne pas me souvenir de qui je suis, au quotidien, je sais exactement ce que c’est que d'avoir peur. Cette peur me ronge de l'intérieur, tout comme cette colère qui ne s'exprime qu'envers lui, qu'importe les moyens que j'utilise pour arriver à mes fins. ... Et j'ai du mal à trouver le sommeil à cause de toutes ces réflexions dans ma tête, depuis quelques semaines, déjà. »  

D’un geste un peu nerveux, je me remasse la nuque avant de soupirer légèrement. Car cette histoire avec Artemis me fait prendre conscience de certaines choses et de déductions en déductions, de fils en aiguilles, je me rends compte que beaucoup de choses ne me conviennent pas auprès de lui. J’imagine aussi que la raison de cette présence qu’à cette Ombre. Cette prestance qui se tient droite et raide comme la « Justice » qu’elle mène avec ses confrères. C’est de rallier les Âmes qui s’éveillent, prêtes à tendre la main vers eux, à leurs Causes. Du moins, ce n’est qu’une supposition parmi tant d’autres. Sinon, qu’est-ce qu’elle ficherait ici, là, avec moi qui suit qu’un gosse paumé dans ses réflexions hasardeuse et vraisemblablement bordelique aussi. Et de ce que j’en conclue, seul, il ne tient qu’à moi de vouloir tendre la main à mon tour ou de rebrousser chemin, dans le risque que l’offre ne se représentera plus un autre jour.  
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Mangemort 84, Dim 19 Aoû - 14:58


L’Ombre que tu es, écoute. 84 toujours dans la mesure, dans l’espérance d’entendre les paroles qui te permettrait de comprendre les ressentis et les sentiments de l’adolescent face à toi. Car maintenant que tu t’es approché, que les halos de la lune éclaire son visage, tu surprends la jeunesse de ses traits. L’inexpérience de son visage. L’insouciance de l’enfance, qui est là, quelque part. Malgré la fumée tueuse qui se dissipe autour de lui. La langue se délie mais pas dans le sens que tu veux, tu tiques à plusieurs mots. Tu ne comptes pas faire naitre la peur de la prison sorcière dans son esprit, non. Seulement, tu savais que ceux qui n’avaient pas de peur finissaient bien souvent par être déçus d’eux même : l’appréhension les rattrapant bien rapidement.

84 tu te perds, quand des paroles se déversent encore, longues, semblant provenir du fin fond de l’âme enfantine et perdue. Ta langue claque sur ton palais « La peur et l’espoir sont deux choses différentes très cher ». Toi, par exemple, tu avais l’espoir d’annihiler ce secret magique qui retenait les sorciers, qui les empêchait d’agir. Tu n’avais pas peur de voir s’effondrer tout ce sur quoi se reposait la communauté sorcière. Ta langue se retient pourtant de défiler tout un discours philosophique sur le sens des sacrifices. Si certains Mangemorts étaient connus pour leurs verves, tu étais bien plus terre-à-terre.

A nouveau, l’adolescent se déverse dans de multiples paroles, et toi, 84, tu restes latent face à tout ceci, non car cela t’importe peu, juste que tu ne comprends pas l’utilité de se déverser pareillement à un inconnu. Davantage encore lorsque l’inconnu est un être fait d’Ombre et qu’il porte un masque. Comme toi. L’adolescent te dévoile sa vie, sa colère, et même si tu ne la comprends pas tu écoutes, sereinement. La nuit permet ceci, de prendre son temps, lentement. D’écouter. De raisonner. Peut-être. « Être en colère n’est pas une excuse pour ne plus avoir peur. L’un et l’autre se dissocie ». Le masque de métal qui retient ton souffle, qui retient tes mots, avant de libérer « Qui donc vous met autant en colère ? Quel est donc ce mal qui vous ravage ? Profitez, je vous écoute » et cela ne sera peut-être pas toujours le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Mer 5 Sep - 18:00


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Rp privé avec Matricule Quatre-Vingt-Quatre.)
(J'm'incruste par ici, car plusieurs mois sans réponse, mp si besoin, merci. )
( /!\ Public avertit /!\ d'avance au cas où, on ne sait jamais. ft Enzo(Alec) - 17 Ans )
.

Maybe we need to talk..
Sans vraiment le vouloir, je réalise que j’ai littéralement piqué ma crise devant un être qui devrait m’inspirer « la peur ». Cette « peur » qui devrait me mettre en effroi, me provoquer des frissons jusque dans ma nuque à en hérisser chacun de mes poils de mon épiderme. Et puis, mon regard se trouble un peu, je ne sais plus quoi penser, ni quoi dire. S’en suit d’un sursaut lorsque je me rends compte que l’Obscure être s’est faufilé dans la plus grande des discrétions et presque, sans bruit, jusqu’à moi. Où, quand, comment… Trop de questions qui me laisse sur ma faim, trop de choses dont je n’en connais pas le résultat aussi. Et puis, vient le moment de la résignation et de l’acceptation. Je dois m’avouer que lorsque je suis trop perturbé par des pensées cancérigènes, j’en oublie même la raison de sa présence, le pourquoi de cette rencontre. Alors, je soupire un peu, me masse les paupières dans « l’espoir » de me remettre de l’ordre dans mes idées, peu souvent claires, trop souvent flous depuis mon « réveil » de ce long moment… d’absences de souvenirs. Enfin, les dernières paroles de l’Ombre percutent mes oreilles et là, je redresse mon regard avant de choisir mes moments, peut – être même, dans l’espoir de prendre la bonne décision.

- « Peu importe, ça n’a plus vraiment d’importance. Au point où j’en suis, je n’ai plus rien à perdre. »

Aussi simple qu’une lettre glissée dans une boite aux lettres. Je ne cherchais pas à semer la confusion, à me montrer indécis. Je me rends juste compte que j’ai littéralement fait ce que je n’aurais pas dû faire. Et cette fois – ci, je prends les choses différemment. Je laisse ma pression retomber d’elle – même, simplement parce que je ne veux plus vraiment me prendre la tête pour une histoire pareille. Ce soir, peu importe ce qui arrivera, je me dis que j’en ai juste profiter pour prendre un peu l’air. 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Mangemort 84, Lun 10 Sep - 23:23


84 tu n’es qu’une Ombre parmi d’autre, un masque qui peut disparaitre, qui peut venir hanter les âmes faibles, celles qui se tordent au moindre mouvement de poignet. Tu te demandes, t’interroges. L’âme face à toi est-elle de ce gout-là ? De celles qui se terrent dans l’ombre de la nuit, dès que l’angoisse surgit ? Il y a cette envie qui guette, dans le sang, aux tempes qui battent la mesure d’une sourde colère, enfouie. Et la langue qui claque entre les lèvres à la suite de sa réponse.  Ta réponse, d’ailleurs, ne tarde pas « Vous n’avez donc même plus votre vie à perdre ? ». Un sourire carnassier qui vient s’ouvrir sous le masque, alors que la baguette se lève, glisse, doucement.

Menaçante ? Peut-être un peu, juste de quoi voir de quoi sont faites les tripes au menu de ce soir. Appétissant. La peur peut s’infiltrer partout, partout où le doute règne en maitre, l’angoisse peut prendre petit à petit sa place, insidieuse et terrifiante. Alors à nouveau tu t’exprimes, voix blanche qui s’extirpe du masque. « Vous savez, la vie est quelque chose de si … » silence qui passe entre vos deux silhouettes réunies au creux de la nuit « … précieux. On peut faire ce que l’on veut de sa vie, l’anéantir, bien entendu ». Un Impardonnable et tout va vite, il fallait l’admettre. « Ou vous pouvez vous en servir, pour anéantir les chaines qui briment encore les sorciers ».

Distiller le doute au sein de son esprit, lui faire comprendre qu’au-delà de ses propres angoisses, de ses propres peurs et de sa propre haine, il y avait des choses à faire. Libérer la communauté sorcière du joug du secret magique était un exemple parmi d’autres … à lui, forcément, de trouver la voie qui lui correspondait davantage. Même si ici, ce soir, sous la lune étincelante, il avait tout intérêt à montrer patte blanche à la Cause.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Sam 22 Sep - 16:35


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Rp privé avec Matricule Quatre-Vingt-Quatre.)
(J'm'incruste par ici, car plusieurs mois sans réponse, mp si besoin, merci. )
( /!\ Public avertit /!\ d'avance au cas où, on ne sait jamais. ft Enzo(Alec) - 17 Ans )
.

Maybe we need to talk..
Et si toute vie n’est que précieuse si on lui accorde un peu de sens, je me pose la question du « pourquoi est-ce si facile d’influencer le destin de chacun, alors que nous – même, nous sommes incapables de prédire le nôtre, ni même de savoir de quoi sera fait demain. » Alors, vient le moment de réflexion où je me demande aussi si ma vie est si importante que ça, si je compte si peu pour moi – même. Mériterais – je ce peu d’importance que je m’accorde un temps soit peu, en cet instant - même ? Fais – je le bon choix sur ce que je m’apprête à dire ? Peut – être bien, peut – être pas et je ne le saurais probablement jamais.

- Qu’importe, si je dois choisir entre être un mouton ou être l’un des Grands Méchants Loup, je pense que j’ai déjà ma réponse à la question. »

Et ce besoin de sortir du moule, de m’émanciper d’un problème qui ne me concerne plus vraiment, je ne fais que de réfléchir d’une toute autre façon. Je regarde ce qui se dresse devant moi, d’une toute autre manière. Qu’importe si je mets ma vie en danger ce soir, qu’importe ce qu’il peut bien m’arriver. Je ne ferais plus marche arrière et je ne me laisserais encore moins dicter des ordres contre mon gré. Le chemin sera long, rude et sans aucun doute, douloureux, mais qu’importe encore, puisque je ne fuirais pas.

- « Mais cependant, dois – je comprendre qu’il ne revient qu’à moi de faire le premier pas vers ce qu’il me semble être « Juste » ? »

Cet écho, cette détermination qui rugit en moi comme une alarme puissante, le long de mes veines. Elle fait vibrée mes sens, fait battre mon cœur et provoque dans mon corps, d’agréable frissons. Pour une fois que j’ai l’impression d’y voir plus claire, que ma colère s’est apaisée et qu’il ne reste que là, l’essence même du pourquoi je suis en vie, aujourd’hui. Je n’ai rien à prouver à personne, je ne dois rien à personne. Et il y a bien une chose dont je suis sûr, c’est qu’on me rangera plus jamais dans une case et tant que je vivrais, si j’ai des choses à dire, qu’importe le contexte, je ne me laisserais plus jamais faire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Mangemort 84, Mar 25 Sep - 12:00


Le doute est comme un poison, insidieux, virulent. Il bouscule tout sur son passage et tu ne connais que trop bien les effets de ce dernier. Le doute poste des questions auxquelles la majorité des sorciers n’avaient pas pensés, bien trop occupés à se concentrer sur leur petit nombril plutôt que de voir le bien être de la communauté toute entière. La première réponse du jeune sorcier face à toi ne te convainc pas. C’est un rictus malsain qui prend place sur ton visage, sous le masque de fer. Le monde n’est pas aussi binaire à tes yeux, il y a une multitude d’animaux entre le mouton et le loup, chacun se faisait manger par un autre. Ricanement malsain qui s’extirpe du fer balafré.

Pourtant, aucun autre mot ne sort, tu ne te laisse aller à aucun commentaire, préférant attendre la suite du discours du jeune sorcier. Pour voir et savoir si la jeunesse est capable de réfléchir par elle-même, ou si elle a besoin de toi pour ouvrir les yeux. Faute de quoi, tu te ferais un malin plaisir à lui maintenir ouvertes les paupières. Fort heureusement, pour lui, la suite de la discussion s’annonce plus intéressante, plus passionnante, plus enflammée.

« Tout dépend ce que vous entendez par être Juste, mais en effet, il ne tient qu’à vous de faire le premier pas qui peut vous mener vers votre propre libération ». La baguette glisse sur son visage, avant de redescendre vers le sol. Un geste simple, qui marque pourtant ton envie de l’écouter, de l’aider peut-être à voir plus claire dans l’obscurité qui est la sienne. « Nous vivons dans un monde où il fait bon savoir qui nous sommes, pour permettre aux autres de se libérer à leur tour. Alors dites-moi, que vallez-vous ? Qu’est-ce qui vous compose ? »

Tu laisses les questions en suspens, et tu attends les réponses, espérant pour lui qu’elles soient au plus Juste, au plus près de ce que tu attends. Sinon, tu te ferais un malin plaisir à lui rappeler de quel côté tu te trouverais et surtout, qu’il avait tout intérêt à être avec toi plutôt que contre toi.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Lun 22 Oct - 0:09


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Rp privé avec Matricule Quatre-Vingt-Quatre.)
(J'm'incruste par ici, car plusieurs mois sans réponse, mp si besoin, merci. )
( /!\ Public avertit /!\ d'avance au cas où, on ne sait jamais. ft Enzo(Alec) - 17 Ans )
.

Maybe we need to talk..
C’est, ainsi, qu’en toute humilité que le temps d’une sombre soirée, qu’une Obscurité Inconnu.e au masque de fer, jure de sa voix voluptueuse et tantôt, éphémère, quelques notations diverses et variées. De mon côté, je récupère lentement de ma stature, de mon self-control et de ma confiance en moi. Et même si sur mes fines lèvres, se dessine un sourire taquin au couleur de ma maison vipérine. Je laisse mon flot de parole sincère débitée chacune de mes « idées », nullement sélectionnée à la légère.

- « Et bien… Pour ce qui me compose, je dirais que « c’est ce sentiment de légèreté », cette soif de « Liberté en pleine croissance » depuis plus d’un ans. Je dirais presque je suis comme un ouragan qui briserait tout sur son passage. Je n’hésiterais même pas à m’en prendre à ma meilleure amie pour prouver « mon allégeance » à une Cause qui me semble être Juste.  »

Qu’on me montre du doigts ou qu’on me critique, je n’en ai que faire de l’avis des autres, pour autant que toutes critiques se montrent « constructives » et non, « évasifs ou puérils ». Et puis, j’me suis toujours dis que j’laisserais jamais personnes me contredire, pour autant que cette der-nière pense ou agisse comme moi. Alors que ce soit ma « famille », des « amis » ou même ma cousine tout comme son mari, je ne les laisserais jamais faire, quoi qu’il manque coûte aussi.

- « Et par être Juste, je pense que cela vaut comme une « Idéologie » qu'est la mienne qui n’est pas si différente de la vôtre. Du moins, c'est ce dont je me souviens et de ce qu'on m'a souvent dit aussi. Je me prêterais facilement à un groupe qui chercherait à abolir le Secret Magique et pour diverses raisons, certaines plus personnelles que d'autres. »

C’est un peu prêt ça, ce que j’appelle être « Juste ». C’est ce groupe de personnes que ces Ombres, ces personnes parmi « peut – être » « tant d’autres » qui, lorsqu’on les connait… vous donnent l’envie de se battre contre vents & marrés. Même si elles sont triées sur le volet, choisit pour incarner la perfection, il y a cette part d’inconnu qui vous titille…

- « Une telle cohésion de groupe, c’est toujours mieux que le groupe de personnes que j’inclus comme mes « adversaires » depuis quelques temps. Et pour ce qui est du reste, me-pardonnerez-vous mon amnésie partielle? Je ne me souviens que de vagues choses malheureusement… »

Alors, finalement, si on ne fait pas preuve de courage comme de curiosité pour vouloir pousser la « porte », on ne saura, alors, jamais ce qui nous anime vraiment et si on a les « tripes » pour supporter ce genre de vie, ce genre de philosophie également.

- « Enfin, tout ça pour dire que j’suis conscient que je ne suis qu’un ado, mais ça ne m’empêche pas d’avoir déjà des idées préconçues sur ce que je compte faire du reste de ma vie et d’essayer de me procurer tout les moyens pour être sûr d’y arriver aussi. »

Tout comme les Larmes diluviennes d’Innocence d’un soir, faisant preuve d’insolence comme une pluie de tâches blafardes sur un tableau noir. Je dessine à l'encre de Chine, mon noir dessin qu'est, ce dernier : Je me jure solennellement, dés lors, que mes intentions seront mauvaises envers toutes personnes qui tenteront de protéger la société moldue comme magique jusqu'à preuve du contraire. Et ce, pour une durée indéterminée aussi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Mangemort 84, Mer 24 Oct - 14:59


Tu attends une réponse qui tarde un peu à venir, comme si l’individu face à toi avait besoin d’y réfléchir plus en détail Donner corps à une réponse permettait de ne pas lancer un quelconque propos dénué de sens ou d’intérêt. Alors tu l’écoutes, quand il commence à parler d’une soif de liberté que tu connais pour l’avoir ressenti à de nombreuses reprises. Mais tu te perds au sein de son discours : nul n’est un ouragan capable de tout annihiler, il lui fallait un peu d’humilité à cet adolescent. Et qu’il apprenne aussi ce qu’était la loyauté : quiconque serait capable de trahir son ami pouvait être capable de trahir l’Ordre, et il en était hors de question. Où tu t’assurerais de le faire brûler dans le plus ardent des brasiers, qu’il n’en reste plus que des cendres.

Cependant, tu te contentes d’hocher la tête, le masque de Fer recouvrant ton visage comme une seconde, il est impossible que le protagoniste face à toi comprenne ou lise sur tes traits que son discours ne t’étais attrayant que sur certains volets, et que sur d’autres, il se trompait lourdement. Mais comment lui en vouloir ? Quand on vit dans le déni perpétuel, quand on vit avec les images dont nous matraques les entités supposés représentaient le peuple, il était évident que la communauté sorcière se targue d’erreurs toutes plus grossières les unes que les autres.

Le garçon évoque ensuite des termes bien trop répétés : comme une discours lassant que l’on tient devant son miroir pour se donner au choix, soit bonne conscience, soit consistance. Mais tu n’as pas besoin de ça, et ce n’est clairement pas ce que tu as envie d’entendre. Il te faut autre chose que des mots maintes fois entendus, car les mots n’ont plus de valeurs, n’ont plus de sens. N’importe qui sait les manier peut retourner une foule et en faire des moutons. Tu ne veux pas de ça.  Alors tu décroches de son discours, t’agace un peu, et cela se ressent dans la posture que tu arbores.

Pied qui tapote le pied, doigts qui jouent sur la baguette baissée au sol. Et l’attente qui s’éternise avant que tes mots ne brisent le silence « Vous savez, il ne s’agit pas de se prêter à une Cause, mais davantage d’être prêt à mourir pour elle, et peu de sorcier sont enclins à suivre leurs idées jusqu’au bout, surtout si la Mort les attend ». Une pause alors que quelques pas t’éloignent de la silhouette. « Vous l’avez dit, ce ne sont que des idées préconçues. Vous parlez d’une Cause et d’un groupe, tout en assurant pouvoir trahir vos amis. Saviez-vous que la loyauté est une qualité que nous apprécions ? Quiconque se voue à aider la Cause se doit d’être loyal envers elle et ses représentants. Qui me dit qu’une fois ma confiance accordée, vous n’allez pas trahir ? ». Ricanement malsain qui s’extirpe du masque de Fer, attendant la répartie de l’adolescent.
Revenir en haut Aller en bas
Alec Z. Dmitriev
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Alec Z. Dmitriev, Mer 24 Oct - 21:00


FICHE PAR SWAN & Azryel ( Rp privé avec Matricule Quatre-Vingt-Quatre.)
( /!\ Public avertit /!\ d'avance au cas où, on ne sait jamais. ft Enzo(Alec) - 17 Ans )
.

If one day, you and me...
Même si derrière ce Masque de Fer, l’Être s’amuse à titiller mes nerfs tout en testant les limites de ces derniers. Je n’en reste pas moins fasciné par son discours et son comportement à mon égard. J’imagine qu’il me teste et cherche à voir si je peux lui faire confiance. Et franchement, je ne peux que le comprendre, après tout, à sa place, j’aurais réagis de la même manière aussi.

- « Honnêtement, j’suis prêt à tout pour vous prouver ma « Loyauté », vous savez. Votre « Confiance » m’est plus cruciale que le peu d’importance que j’accorde à l’amitié de mes amis et à mes liens familiaux. »

Tout ça, parce que je sais ce que je vaux et que je n’ai plus peur d’assumer ce que je suis et qui je suis. Il m’a fallut le temps d’une année pour me reconstruire et désormais, je n’hésite pas à prendre les devants et à prendre des décisions aussi.

- « De plus, pour être franc, je n’accorderais aucun traitement de faveurs envers ce groupe d’individus. Par exemple, il ne suffit qu’un ordre de votre part et je l’exécuterais sans éprouver aucune difficulté. Comme je vous l'ai déjà dit, après tout, je n’ai plus rien à perdre. »

Donc, outre le charisme qui émane de l’Obscurité face à moi, j’essaye de faire au mieux pour que notre échange reste cordial et enrichissant, parce que c’est vrai que ça m’ferait pas mal ch*er, si j’venais à me mettre à dos, l’Ombre Éffroyable, n’est-ce pas ?
...We need to talk.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Plus qu'une rue mal famée...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Plus qu'une rue mal famée...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.