AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal
Page 6 sur 10
Cours N°3 : Attaque/Défense
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Mathilde Yawnez
Serdaigle
Serdaigle

Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Mathilde Yawnez, Sam 11 Mar - 23:02


La jeune fille prend une teinte 
blafarde et moi impuissante je la regarde souffrir et être torturée par quoi? Un démon intérieur?
Je ne sais pas! Je ne veux pas savoir et pourtant je vais y passer. 
La petite bleue hurle et ça me brise le coeur de l'entendre mais elle a l'air de reprendre ses esprits. 
Je la sent sous le choc et je me décide à l'aider. 
Pendant une dizaine de minute j'essaye de lui dire des paroles rassurantes en espérant que ça fasse sont effet. 

Éli reprend des couleurs et nous reprenons l'exercice. J'essaye de calmer ma respiration mais mon coeur bat trop vite. De plus la première année prononce une phrase bien trop inquiétante. Elle s'excuse si elle arrive à le lancer. J'ai déjà peur mais elle le lance une première fois et se loupe. Elle le refait une deuxième fois et rebelotte et encore une fois mais là une étincelle jaillit de sa baguette et atteint la manche de ma robe. 
Un petit nuage de fumée se forme autours de ma manche et la jeune Serdys s'excuse. 
-Pas gra-

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase que le noir m'envahit. Noir sombre, noir inquiétant, noir de solitude. Solitude dont je ne voulais plus. Mes mains se crispent légèrement. Je ne sais pas sur quelle consistance je suis mais pourtant je suis sur quelque chose de dur et de noir. Mon coeur bat, il s'accélère, je l'entends. Mon visage est blanc. J'ai peur. Et puis je trébuche et je tombe, dans le vide.
Longue chute à durée infinie. 
Vide en proie à une grande solitude.
Démence dans ma tête. 
Ma respiration devient lente, on me bloque la poitrine, je ne peux plus respirer. Je ne peux plus respirer!!! Les larmes me montent aux yeux. 
Penser à quelque chose d'heureux, un beau souvenir, penser à mes amis. 
Lena, Peter, Galway, Maman, Papa, Timéo. 
La fois où j'ai rencontré Peter ou bien celle où j'ai acheté ma première baguette. Quand j'ai rejoué de la guitare en compagnie de Nya. Ou bien les matchs de Quidditchs vus depuis les gradins. Et puis tout mes cours. 
Que de moments heureux et pourtant je ne cesse de tomber dans le vide. Dans ma peur. Je m'enfonce de plus en plus dans ce noir, dans cette solitude infinie. Je ne respire plus et j'ouvre la bouche. Aucun son n'en sort. Je veux hurler. Crier à l'injustice. Mais je ne peux pas. Enfin je sens quelque chose de dur au niveau de ma chute. La lumière à nouveau. Et puis miracle, je respire.


Je suis là la tête contre le parquet, je ne me suis pas que fais mal dans ma tête mais aussi ici dans la salle de classe. Je ne comprends pas mais j'ai une bosse, sur le front. Je trouverais un moyen pour l'enlever mais pour le moment j'observe Elizabeth.
-C'est... horrible.
Je passe ma main sur mon visage baigné de larmes et de sueur. Je ne pourrais jamais recommencer ça.
Revenir en haut Aller en bas
Jade Wilder
avatar
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Jade Wilder, Sam 11 Mar - 23:21


HRPG: Étant donné qu'Elly ne peut pas continuer le cours, j'ai son LA pour ce post !


Paralysée. Jade ne pouvait plus bouger, la pensée perdue quelque part entre la salle de classe et un infini qui échappe à toute notion. Le souvenir d'une soirée cauchemardesque lui revenait comme si on l'avait marquée au fer rouge, le Terorim qu'elle avait reçu ce soir là avait réveillé des blessures que l'adolescente pensait disparues. S'en sortir n'était qu'une question de volonté parait-il, mais quel genre de volonté ? Ça devait être différent pour chaque personne puisque Jade ne s'en était pas sortie pour elle-même. Emily était en dangers, elle devait s'en sortir un point c'est tout. Son ancienne camarade avait été la clef pour se sortir d'un monde où la peur règne, mais maintenant ?

Comment était-elle s'en sortir, là, dans cette salle de classe, sans véritable enjeu à part s'en sortir elle-même ? Cela pouvait paraitre ridicule, mais Jade avait bien plus de facilités à se battre pour ceux qu'elle aimait plutôt que pour son propre bien. Alors dans la tête de l'Italienne, le schéma était plutôt simple: si elle recevait ce sort, elle ne s'en sortirait pas.

Torturant sa lèvre inférieure comme si la douleur allait la ramener et lui commander de fuir cette pièce, Jade n'arrivait pourtant pas à prendre cette décision. Pourquoi ? Elle l'ignorait. C'est ce qu'elle avait fait avec McKinley, se rebeller, dire haut et clair qu'elle n'était pas d'accord avec ce genre d'enseignement et malheureusement en ce jour, les deux professeurs se ressemblaient dangereusement. Cela ressemblait à un cauchemar, en arriver là alors qu'elle commençait tout juste à avoir confiance en ce nouveau professeur. Inspirant profondément, la blondinette tenta de reprendre ses esprits. Il fallait qu'elle bouge, les minutes passaient et elle n'arrivait à rien, pathétique. C'était décidé, l'adolescente ne lancerait pas ce fichu sort. Elle ne savait que trop bien ce qu'il pouvait provoquer aussi bien mentalement que physiquement, l'idée de le revivre lui était insupportable mais celle de l'infliger à autrui, sans doute plus encore.

C'est pourtant bien connu, les choses se passent rarement comme on l'aurait souhaité. Reprendre ses esprits avait pris trop de temps, pourtant elle le savait la blonde, que réagir à retardement pouvait causer bien du tort. Mais non, c'était trop tard. Trop tard car alors qu'elle s'apprêtait à aller voir le professeur et lui dire qu'elle ne voulait - pouvait ? - pas faire l'exercice, la voix d'Elly fut plus rapide. Ce "#Terorim" prononcé clairement, lui glaça le sang avant même de recevoir le dit-sort.

Sortilège lancé en traitre.

En soi c'était la meilleure idée possible, car autrement, Jade n'aurait eu aucun mal à réagir, à se protéger puis à riposter. Elly aurait alors passé un sale quart d'heure. Mais non. Recevant le sortilège dans le dos de plein fouet, la préfète eut l'impression que sa respiration se coupait alors qu'elle tombait à genoux, les paumes des mains percutant ensuite le sol sans délicatesse. Les ombres revinrent, brouillant sa vue et transformant le Monde réel en un Purée de vide sans vie et sans son. Plus rien autour d'elle, comme si la solitude n'était plus qu'unique maitresse dans sa vie. Une peur qu'elle craignait bien plus que la Mort. Si elle était capable de réaliser celle-ci, ce qui suivit restait au delà de toute incompréhension. Tomber dans le vide, sans accroche, avec juste un cri qui sort de vos entrailles en espérant que cela changera quelque chose, mais crier n'aide jamais à rien quand vous êtes seule. C'est comme un appel à l'aide muet, une solution qui ne donne rien de vrai. Ce cri était réel, ce que la demoiselle ne pouvait même pas deviner. Plongée dans une peur irrationnelle, il lui était impossible de se rappeler où elle était avant, ce qu'il se passait, ni même de se dire que tout cela n'était qu'une illusion, l'effet d'un sort qu'elle pouvait combattre. Déconnectée de la réalité, Jade ne cherchait même pas comment s'en sortir. Il n'y avait rien, mais il y avait tout. Sensations, émotions. La Peur à l'état pur, un coeur qui se serre, ce mal au coeur permanent et ces tremblements incontrôlés. Si Jade connaissait bien la peur sous différentes formes, elle ne pouvait toutes les affronter à la fois.

Prisonnière de ce Monde, comment pouvait-elle s'en sortir ? Elle l'avait déjà fait pourtant, elle s'en souvenait. Première lueur de réalité. Une rue sombre un soir d'hiver, accompagnée par un être cher. Une surprise, qu'on ne pouvait pas qualifier de joyeuse, brisant le coeur en un millier de morceaux. Les sortilèges et les paroles qui fusent, couteaux aiguisés. Qu'est-ce qui fait le plus mal ? Je vous laisse deviner.
Et puis, elle avait reçu ce sort là. Jade ne pouvait que s'en souvenir. Elle l'avait évité à Emily, peut-être pas réflexe, peut-être par folie, mais sans doute par peur de l'impuissance. Elle avait fini dans ce même vide, eut cette même sensation qui retourne l'estomac et le tord dans tous les sens jusqu'à épuisement. Pour quoi se battre si ce n'était par pour autrui ? Jade n'avait plus le courage de se battre pour sa propre vie depuis plusieurs mois, elle s'accrochait aux autres, tombant un peu plus à chaque fois lorsque les autres en question disparaissaient de sa vie. A force, la jeune fille avait cru porter malheur. Il n'y avait que cette solution, pourquoi sinon la souffrance n'était que l'unique réponse dans sa vie ? Pourquoi tous ceux qu'elle s'autorisait à aimer finissaient par.. mourir, ou partir ? Se rendaient-ils compte, ceux-là et les autres autour, à quel point elle se sentait coupable ? Pourquoi aurait-elle le droit de vivre, de se battre pour vivre, si ça n'était que pour apporter le malheur ?

Et bien la réponse était là. Parce-qu'on a pas le choix. Dans la vie, on se bat un point c'est tout. On encaisse les coups, on s'efforce de les rendre plus supportables. On souffre, un temps, un jour, un mois ou des années. Mais on doit se relever. La vie est comme ça, elle se montre parfois injuste et on a envie d'en finir, de tout laisser tomber. Et puis on se relève, on a pas le choix, on reprend son chemin et on laisse les blessures derrière. On les enfouit au fond de soi en espérant ne jamais les revoir, que jamais elles ne reviennent à la charge. Et si elles annoncent leur retour, que faire ? Les combattre, encore, et encore, toujours lutter. Profiter des bons moments, car ils sont si rares. Profiter de la vie, parce-qu'on ne sait jamais quand elle s'arrêtera pour nous. La peur est ce qui nous fait avancer quoi qu'on en dise, c'est ce qui nous pousse à aller encore au delà de ce dont nous sommes capables et de la laisser en plan au bord de la route.

Se battre. C'était l'unique solution.

Le souffle court, les larmes coulant sur sa peau dorée, Jade revit peu à peu la lumière. Se battre pour soi, pour sa propre vie, n'était pas une habitude. Mais bordel, que ça faisait du bien. Plus encore, revoir autre chose qu'un vide total apaisait le coeur. Mais pas l'esprit, oh non. La Poufsouffle avait haïs la personne qui lui avait lancé le #Terorim, quelques mois auparavant. Elly n'échapperait pas au même sort. Emplie de rage, Jade reprit sa baguette non sans trembler de tout son corps, la dirigeant vers l'autre Poufsouffle sans une once d'hésitation. Si la vie n'est qu'un combat, elle était prête à se battre.

- #Terorim !

Le sort d'Elly lui importait, certes, mais plus à ce niveau. Peut-être n'avait-elle jamais subit un tel sortilège, peut-être qu'à son tour elle le craindrait autant que Jade le craignait encore à ce jour. Mais la vérité allait au delà: si tu n'apprends pas à vaincre tes démons, à être plus forte qu'eux, tu ne pourras jamais avancer. L'Italienne voulait avancer. Effaçant ses larmes d'un revers qu'elle connaissait si bien, rejoignant sa place non sans tremblements incontrôlés, la blondinette était de nouveau partie, dans sa bulle loin d'ici, là où ce qu'elle venait de voir pouvait être atténué.. au moins un peu. Parce-que même avec toute la force mentale du Monde, la blondinette ne pouvait pas oublier. Pas se remettre en un claquement de doigts. Impossible.


Dernière édition par Jade Wilder le Dim 16 Avr - 19:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ellie Wells
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Ellie Wells, Sam 11 Mar - 23:30


Le sort lancé eut un effet immédiat. 
Un cri.
Ellie baissa immédiatement sa baguette mais la terreur s'était déjà emparé de Violet. Trop tard. Pendant quelques instants sa camarade semblait en sorte de transe mais repris peu à peu pied. 
En colère. En effet l'énervement apparaît  sur le visage de Violet, Ellie ne savait pas trop quoi faire... Comment devait - elle réagir ? Cette colère était-elle dirigée vers elle ?
Indécise la Serdaigle resta immobile.

- Je refuse de faire ça. Je le ferais pas.

La voix de sa camarade surprit Ellie, tant elle semblait assurée. Celle-ci partit d'ailleurs avant qu'elle nu prononçait un mot... Ellie se gratta nerveusement la tête, elle n'avait même pas eu le temps de s'enquérir de son état, de s'excuser... La jeune fille aurait dû réagir plus rapidement et même si elle était indéniablement mauvaise en relations humaines, au moins essayer.
Elle trouverait le temps de recroiser Violet pour lui parler.
Désorientée, elle se dirigea donc vers le prof. Devrait - elle lui parlait de Violet ? Lui demandait de réagir face à cette situation? Faire comme si de rien n'était et continuer le cours ? La Serdaigle n'en savait rien et demanda donc bêtement.

-Euh il faudrait qu'on me lance le sort...

Bah voyons... Ellie utilisa la facilité, et se contenta de respecter les consignes. Le professeur répondit à sa demande et sortit sa baguette.

-Terrorim ! s'exclama-t-il.

La Serdaigle n'eût pas le temps de répliquer que le sort s'abattit sur elle.
Pétrifiée.
Les membres crispés, les poings fermés, la mâchoire serrée pendant que qu'une sorte de vague épouvantable la traversait. Ellie ne criait pas, ne réfléchissait pas, ne pensait pas... Plus rien ne semblait exister à part sa peur.
La peur.
Elle était totalement sous le contrôle, ne se débattait même pas. Puis l'effet du sort prit fin. Son corps se détendit et elle regarda, silencieuse, le prof s'éloignait. Impossible pour elle de savoir combien de temps le Terrorim avait agi sur elle. Pantoise elle regagna sa place. Le souffle court après cette frayeur s'amplifia par une tout autre chose. Elle n'avait rien pu faire, et cela la terrifiait d'autant plus.
Revenir en haut Aller en bas
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Temperence Black, Dim 12 Mar - 1:25


La brunette  s’en voulut. Elle avait mis la blonde mal à l’aise alors qu’elle pensait bien dire en la complimentant sur sa puissance magique.

« Je… Merci. Donc c'est terminé ? Fini pour ce sort ? »


Sa voix était cassée, brisée. La même voix qu’un être dégouté. Temperence avait l’impression qu’elle s’en voulait plus que de raison. Elle ne devait pas, Ellana n’avait fait que suivre les ordres qu’on lui avait donné et elle avait fourni un travail extraordinaire. Temperence laissa un sourire rassurant se dessiner sur son visage, un sourire tendre.

« C’est terminé. Recevoir deux fois consécutives un tel sortilège serait du suicide. » La voix de la brunette était douce. Aussi douce qu’un fin tissu de soie. Elle se retourna, la peau toujours aussi pâle que si on lui avait maquillé le visage avec de la poussière de craie albâtre, afin de retrouver sa place. Elle eut cependant un geste en arrière, un regard vers la blonde et elle lui assura qu’elle allait bien, qu’elle survivrait aisément au sort de la blonde .

La brune alla retrouver sa place calmement et elle se laissa tomber sur sa chaise. Ses yeux se tournèrent vers la place voisine. Vide. Il n’était plus là. Elle avait mal au cœur pour lui, il n’avait pas réellement fait d’ânerie, il avait juste subi mais elle ne pouvait pas aller à l’encontre des choix de son professeur. Que l’homme soit stupide ou non, vieux ou non, doué ou non, la voix d’une élève de 17 ans n’avait aucun pouvoir sur celle de son professeur alors âgé d’un peu plus d’une vingtaine d’année.

Assise, elle observait. Elle vit que le serpentard était toujours à terre, il ne semblait plus se battre. Ce fut Galway qui vint à son secours. Le jeune vert avait eu la brillante idée d’envoyer des craies lui piquer le visage pour le réveiller et il fut récompensé d’un succès. En voyant cela, la brune sourit et détourna le regard vers les autres binômes. Elle ne connaissais presque personne mais elle s’en fichait. Elle trouvait impressionnant d’observer la puissance mentale de certains et l’humanité dont faisait preuve d’autres.

La brune remit son parchemin au propre, elle souligna les titres, la date. Elle n’hésita par à rajouter quelques précisions sur certains sortilèges. Une fois le travail terminé, elle reposa sa plume et fixa l’extérieur. Elle réfléchissait à ce qu’elle avait vécu. A cette peur incontrôlable. Elle se posait toute une série de questions. Elle voulait lever la main pour demander mais elle n’osait pas. Elle désirait en apprendre plus mais sa timidité ajoutée à son comportement de début de cours l’empêchait de lever le bras et de poser ses questions qui apparaîtraient sûrement stupides aux yeux de son professeur.  

Ne pas savoir l’énervait et ne pas avoir de courage l’embêtait. Surtout dans cette situation. Alors la brunette finit par le lever la main. Elle poserait ses questions et tant pis si le professeur les trouvait inutiles. Après tout, il servait à cela. Répondre aux questions et apprendre des choses à d’autres personnes souvent plus jeune que lui. Elle attendit un signe du professeur pour parler et le signe ne fut pas horriblement long à attendre.

« Monsieur, est-ce qu’il est possible qu’une personne reste coincée dans un Terorim ? » Elle doutait. Elle ne savait pas si elle avait été claire alors elle préféra expliquer sa question. « Ce que je veux dire c’est qu’on a vu qu’il fallait une grande force mentale pour réussir à s’échapper du sort ou alors, il fallait un appui extérieur capable de nous faire retrouver la raison. Est-il concevable qu’une personne ayant subie un Terorim reste coincée dans le sortilège durant une longue durée. Imaginons qu’un mangemort attaque une personne avec ce sortilège au plein milieu d’un désert. Il n’y aurait donc personne pour sauver la victime du sortilège mis à part le mangemort qui ne le fera pas. Est-ce que la victime restera coincée dans sa terreur jusqu’à ce qu’elle meurt ? »

La question de la brune pouvait paraître étrange mais elle était experte en matière de questions étranges et tordues. Elle voulait toujours savoir les limites, le pourquoi du comment, les statistiques,... d’une chose l’intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Arya Chamelet
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Arya Chamelet, Lun 13 Mar - 18:53


LA de Merry

Ma camarade a du s'absenter. Mais je fais comment sans elle moi ? Je suis encore seule. Encore et encore. Le monde tourne sans moi et je reste immobile au milieu de la salle. Seule et encore seule. Toujours. Je ne tiens plus debout et dois m'appuyer sur une table pour ne pas tomber. Mais que m'arrive-t-il ? Que se passe-t-il ? J'attends, qu'il se passe quelque chose, j'essaye d'agir, mais je n'ai pas la force. Cette nuit, je dormirai, c'est promis. Mais comment faire pour s'endormir lorsqu'on n'y arrive pas ? Bonne question. Et je n'y ai pas encore répondu. J'essaierai et on verra bien. Mais je ne veux pas faire perdre de points à ma maison, alors il faut que j'agisse. Coûte que coûte, je 'approche. Une voix faible sort de ma bouche, un murmure, un chuchotement, tellement fragile.

- Merry, tu peux me lancer le sortilège s'il te plait ?

Elle se tourne vers moi, me regarde, me fixe, ne prononce rien mais à l'air de comprendre, alors avant que je ne puisse ajouter quelque chose, sa baguette se lève, me pointe, comme un doigt crochu, une menace, et un éclair jailli. Le sortilège est lancé et je suis sa proie.

Le sort arrive jusqu'à moi. Et je le sens, courir sur ma peau, s'infiltrer, couler dans mes veines, s'enrouler autour de mes os. Contaminer mes os, flouter mes yeux, fermer ma bouche. Mon cœur s'arrête. Dans un boum dernier, je crois, il ne vit plus. Pourtant je suis encore sur la surface de la terre, debout sur mes pieds. Mon ventre me tiraille, des crampes dans tous les muscles, tout se contracte. Qui suis-je ? Que fais-je encore en vie ? Je devrais mourir, laisser notre planète en vie. Mes poings se serrent, je sens le sang s'arrêter de couler, couper sa course folle dans mon cœur. Et c'est le noir qui prend place, comme un puissant filet incassable, qui obscurcit tout, tout, tout. Je ne respire plus. Je ne pense plus. Et je regarde ce trou s'ouvrir sous moi tel la bouche d'un géant affamé. Ce trou gigantesque qui arrive à grande vitesse, qui ne se referme pas, pourtant je l'avais espérer. Et moi je tombe. Je tombe encore et encore. Ma chute ne finit jamais. Je ne ressens sur ma peau, je suis paralysée. Je vois cette fosse où s'entassent des cadavres à peine mort. Ils m'appellent, crient mon nom. Et je les rejoins. Leurs mains m'attrapent, me tirent vers le bas, un bas que je ne pensais pas exister, un bas plus que tous les bas que j'ai pu connaître. Et plus je me rapproche de ce bas, plus il s'écarte. Les morts tombent avec moi, compagnon de voyage. Mon sang s'est glacé. Ma voix s'est tu. Je ne crie pas. A quoi cela servirait-il ? Rien. Ma peau tombe, en petits morceaux, elle s'arrache de mes os et retombent sur le sol comme une petite pluie. Mon sang goutte, comme le flot d'une rivière qui ne sera jamais desséchée. Je me laisse glisser sur cette peur incontrôlable. Je n'ai pas la force. mes muscles ne trouvent plus l'énergie nécessaire pour se battre. Je ne sais même plus où je suis. La salle de classe ? Un couloir vide et abandonné ? Une forêt peuplée d'animaux ? Une terre désolée et déserte ? C'est le noir qui m'entoure, et le vide, et le froid. La peur m'a entourée de ces bras glaçants, m'a enveloppée de sa couverture gelée et je m'y suis laissé prendre. Je suis sa proie désormais. Elle peut faire ce qu'elle veut de moi.

Le sol glacial m’accueille comme si il m'avait attendu pendant de longues années et qu'enfin j'arrivais. Il parait content de me voir et je le touche de mes petits mains cassées. Et il me brise, encore plus que je ne l'étais. Il m'attrape et s'abat sur moi. Et je le sens me broyer, me déchiqueter. Je n'arrive pas, je ne veux pas sortir de son étreinte. Et il continue de me fracasser. Mon cœur tombe en petits morceaux et je n'arrive même pas à bouger pour les ramasser. Ils décorent le sol et brillent sous une lumière qu'invente mon esprit. On dirait des bouts de verres d'un miroir détruit. 7 ans de malheur. Sûrement plus pour moi. Le froid se divague dans mon corps, comme une vague sur la plage. Il m’anéantit. Me paralyse. Je le laisse faire. Je ne me défends pas. Je suis trop épuisée pour ça. Alors pourquoi se battre ? Je ne peux pas, la fatigue et l'impuissance sont trop présentes. Donc je me laisse sombrer dans ce noir si profond, les yeux fermés, la tête pendante et les poings serrés.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Goodlynch
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Elizabeth Goodlynch, Mar 14 Mar - 16:35


À peine Elizabeth eut le temps d'appeler le professeur, qu'il jeta le terorim sur son adversaire. Mathilde plongea rapidement dans la peur. Elizabeth la regarda avec un air très mal à l'aise.
Soudain, dans un groupe plus loin elle entendit une voix qui lui était familière. Violet n'avait apparemment pas supporté et était sortie de la classe en furie. La blondinette était tiraillée, elle n'avait encore jamais vu son amie dans un tel état. Elle hésita à lui courir après pour la rattraper mais son regard replongea sur Mathilde, toujours en transe. Les idées d'Elizabeth se bousculèrent dans sa tête mais elle finit par choisir de rester afin de rassurer Mathilde une fois qu'elle sortirait de la peur; si elle y arrivait. Elle pourrait aller voir Violet plus tard, pour lui demander comment elle allait.
La blondinette se sentait impuissante face à Mathilde. Puis elle jeta un regard dans toute la classe. Partout autour d'elle, cela ressemblait au chaos. Elle n'avait jamais vu un cours aussi brutal. Pour certaines élèves, ça n'avait pas l'air si terrible. Pour d'autres par contre...
Elizabeth vit des bouts de craie voler du tableau vers un élève, qui sortit de sa peur après avoir reçu les morceaux sur la tête.
Elle se tourna de nouveau vers Mathilde, qui arrivait à resurgir doucement de ce moment de terreur.
Elizabeth s'approcha d'elle doucement, pour la rassurer après ce qu'elle venait de vivre.

Une question traversa la classe, passant par les oreilles d'Elizabeth. Elle était intriguée, elle trouva la question très intéressante et attendit la réponse du professeur.
D'autres élèves n'avait pas encore fini l'exercice. Pourquoi se pliaient-ils tous à ce carnage? Elizabeth se posa la question, tout en posant doucement sa main sur l'épaule de Mathilde.

-Est-ce que ça va? Demanda-t-elle mal assurée. Si tu veux quelque chose, n'hésite pas!
Je trouve ce cours pas du tout adapté à des élèves de notre âge!
ajouta-t-elle plus discrètement. Il n'est pas question de subir à nouveau ça un jour! Au lieu de nous apprendre à contrer le sort! C'est n'importe quoi! finit-elle toujours aussi à voix basse.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Ian Benbow, Mar 4 Avr - 9:10


Une fois le rouge et or dehors, Ian se sentit beaucoup mieux. Ce petit échange lui avait permis d'évacuer la colère qu'il avait engrangé face aux actions de Liderick. Ce merdeux, encore et toujours, décidait de faire ce qu'il lui plaisait. La vie ce n'était pas ça. Dehors, tu ne choisissais pas. Dehors, si ton adversaire te lançait un sortilège de la peur, tu n'allais pas lui répondre que c'était horrible, pas bien, et contre la nature humaine de faire subir ce genre de chose à autrui. Non, tu la fermais et tu encaissais. Voir ces petits inconscients appréhendés ce sortilège de la sorte, alors qu'il se touchait en sécurité à Poudlard, ne présageait rien de bon pour leur avenir.

Comme cette Serdaigle qui avait décidé de quitter le cours de son propre chef, parce qu'elle ne voulait pas faire subir le sort à son camarade. Ian l'avait observé sortir sans lui adresser le moindre mot, les faibles il n'en voulait pas dans sa classe. Il allait lui laisser le temps de réfléchir, de comprendre ce qu'il essayait de faire aujourd'hui, peut-être sera t-elle assez maligne pour le comprendre d'elle même une fois calmée.

Assis à son bureau, Ian essayait de retrouver Liderick dans la foule d'élève debout et s'exerçant. Il n'était nul part. Il lui fallait quelques secondes pour le repéré, rouler en boule contre un mur dans le fond de la classe. Pathétique. Quoique, Ian y avait été fort quand même. Il apprendra. Cela faisait plusieurs Minutes que le jeune homme était enfermés dans sa peur, sans réussir à reprendre le contrôle. Pas étonnant, Liderick n'était pas doué pour ce genre de chose. Du coup, il lui fallait l'aide du petit Lynch pour reprendre conscience. Ian observait la scène en silence, puis décidait d'en terminer avec son cours. Miss Black, par contre, ne semblait pas être de cette avis. Elle levait le bras, une dernière question au coin des lèvres.

- Monsieur, est-ce qu’il est possible qu’une personne reste coincée dans un Terorim ? Ce que je veux dire c’est qu’on a vu qu’il fallait une grande force mentale pour réussir à s’échapper du sort ou alors, il fallait un appui extérieur capable de nous faire retrouver la raison. Est-il concevable qu’une personne ayant subie un Terorim reste coincée dans le sortilège durant une longue durée. Imaginons qu’un mangemort attaque une personne avec ce sortilège au plein milieu d’un désert. Il n’y aurait donc personne pour sauver la victime du sortilège mis à part le mangemort qui ne le fera pas. Est-ce que la victime restera coincée dans sa terreur jusqu’à ce qu’elle meurt ? »

Ian prit quelques secondes pour réfléchir.

- C'est une très bonne question, à laquelle je ne peux apporter de réponses exact. Selon moi, une personne bloquée, seule, dans ce sortilège finira par reprendre ses esprits à un moment ou à un autre. Vous savez comme moi que l'être humain est doté d'un instinct de survie très développé, ce qui du coup nous empêcherait de sombrer dans la peur jusqu'à mourir de soif par exemple. Je pense qu'à partir d'un moment, notre cerveau reprendrait le contrôle, parce qu'il sait que si on y reste trop longtemps, on finira par mourir. Maintenant, après combien de temps ? Je n'en sais rien, mais il est sur que si la personne est toujours en vie, elle en ressortira avec de graves séquelles. Vous l'avez vu de vos yeux, quelques secondes dans ce monde de.. peur.. sont déjà dur à supporter, alors imaginez plusieurs heures.. jours ?

Espérant avoir été assez claire dans sa réponse, Ian décidait de passer à la phase suivante : la libération des élèves.

- Vous pouvez y aller. Je pense que l'on se retrouve ce vendredi à 14h. Nous passerons aux exercices pratiques. On se donne rendez-vous dans le parc. S'il vous plaît, cher Serdaigle, faites savoir à Miss O'Toole qu'elle reste la bienvenue au prochain cours, et dites lui bien que je ne pardonnerai pas un comportement comme celui-ci une deuxième fois.

D'un geste de la main droite en direction de la porte, Ian invitait ses élèves à dégager.

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Azaël Peverell, Mar 4 Avr - 13:22


Tu te contentes d'attendre que la fin du cours arrive à présent. Tu te sens épuisé. Pas la peine de compter sur toi pour assister aux prochains cours de la journée, tu vas mystérieusement disparaître, que ce soit dans ton dortoir, dans un couloir ou dans le parc. Peu importe. T'as juste aucune envie qu'on continue à te prendre la tête le reste de la journée, parce que t'estimes que t'as déjà assez donné. Alors tu restes assis à ta place, sans un regard pour personne, comme perdu dans tes pensées. Alors que t'essaies simplement d'oublier tout ce qu'il vient de se passer.

Des questions se posent autour de toi, mais tu ne les écoutes pas. Tu n'adresses même pas un regard à Benbow. T'écoutes pas non plus ses explications, ni ses réponses. Tu te contentes de sortir de ta bulle en le voyant désigner la porte. La liberté t'attend. Tu jettes toutes tes affaires dans ton sac, le fermes, te lèves, et le balances sur ton épaules avant de traverser la classe afin d'en sortir. Pas de salutations, rien. Simplement ton corps qui sort de lui-même de cette salle sans aucun regard pour ceux qui s'y trouvent encore. Tu disparais au bout du couloir, et personne ne te reverras pour la journée. Parce que t'as besoin d'être seul.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elizabeth Goodlynch
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Elizabeth Goodlynch, Sam 15 Avr - 15:26


Le professeur annonça la fin de la première partie du cours après avoir répondu à la question posée précédemment par une élève.
Dans quel état une personne restée coincé un long moment sous l'emprise de ce sort pouvait ressortir de cette situation? Surement pas avec toute sa tête pensa Elizabeth.
Elle prit son sac qui trainait par terre, regarda tour à tour tous les élèves et lança un sourire à sa coéquipière du jour.
Il n'y avait plus rien à faire maintenant que de partir et d'attendre la suite de ce cours, qu'importe ce que ce dernier réservait aux étudiants.
Elle pensa qu'elle allait aller voir comment allait Violet, et surtout la prévenir que si elle le souhaitait, elle pourrait assister à la suite du cours.
Elle tourna enfin les talons et sortit de la salle de classe, toujours avec un teint pâle et la boule au ventre quant à la suite des événements.
Revenir en haut Aller en bas
Ian Benbow
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Ian Benbow, Jeu 20 Avr - 10:50


Remarques:
 

Vendredi, 14 heure.

Ian se tient debout en plein milieu du parc de Poudlard. La capuche de son coupe-vent remontée sur ses cheveux, afin de se protéger de la pluie. Les gouttes d'eau ne s'arrêtent plus de tomber, depuis ce matin déjà. Un vrai déluge s'abattait sur Poudlard. La pluie, les anglais en ont l'habitude. Faut dire qu'elle leur tombe dessus à longueur d'année, mais là on assiste à quelque chose d'inhabituel. À même pas 2 heure de l'après-midi, le soleil ne perce plus les nuages. Il fait sombre sur Poudlard, ce qui d'ailleurs va rendre les conditions d'entraînement des élèves beaucoup plus compliquées. La visibilité est réduite dans ce genre de condition climatique. Alors oui, Ian aurait pu changer ses plans et finalement donner cours dans sa salle de classe. Mais non. Ça serait mal le connaître. Justement, il veut mettre ses élèves en condition réelle d'entraînement ? Hé bien, profitons de la pluie pour simuler un combat en visibilité réduite. Les Mangemorts, l'Ordre du Phénix, ils ne prennent pas congé quand il pleut. S'ils veulent vous attaquer, ils le feront, peu importe la météo. Alors oui, les élèves vont, peut-être, détester cet entraînement en plein air. Peut-être vont-ils tomber malade à force de subir cette météo compliqué. Mais c'est la vie. On ne choisit pas quand ou contre qui on se bat, on subit les choix du destin et on agit en conséquence. Et c'est ce que Ian attend d'eux aujourd'hui. Si certains élèves préfère se blottir près d'un feu plutôt que de s'entraîner, ils peuvent s'en aller, Ian n'a pas besoin d'eux. Il veut des élèves près à se mettre à mal pour s'améliorer, et non des paresseux qui ont peur de quelques gouttes d'eau.

Contrairement à d'habitude, Ian n'a préparé aucun atelier. Il a divisé l'espace à sa disposition en 8 zones de combat. L'objectif serait plus que simple, l'un attaque avec les sorts appris au cours précédent tandis que le deuxième se défend avec les protections vues en classe également. Plutôt simple, comme exercice. Bon, certain risquent de finir stupéfixer ou désarmer, mais c'est par l'échec qu'on apprend. Fais toi stupéfixer une fois, la deuxième fois tu seras beaucoup plus prudent. Les seuls éléments que Ian a disposé sont des cibles. Leur usages sera expliqué à la classe plus tard.

En parlant de classe, les élèves commencent à arriver par petit groupe. Un peu moins de cinq minutes après le premier groupe, les derniers prennent place dans le demi-cercle créé face à Ian. Le Professeur s'éclaircit la voix et se met à parler, d'une voix qu'il veut forte et puissante, afin de traverser les sons parasites provenant de la pluie s'abattant sur le parc.

- Bien. On va commencer. J'espère que vous avez été de bons élèves, et que certains des sorts vus en classe ont été travaillé durant la semaine.. Ouai, à ça il n'y croit pas trop. Avant de vous donnez plus d'information sur ce que nous allons faire aujourd'hui, je vais vous demander de vous diviser en groupe de deux, puis de prendre place sur une des zones que j'ai délimité. Prenez pas 3 heures, on a pas que ça à faire.

Il tape dans ses mains plusieurs fois afin de motiver les troupes à se dépêcher.

HRPG:
 


Dernière édition par Ian Benbow le Lun 24 Avr - 20:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Azaël Peverell, Jeu 20 Avr - 11:10


Le dernier cours théorique de Benbow ne t'a pas laissé un super bon souvenir. Et voilà qu'il va maintenant falloir passer à la pratique. Si tu te retrouves encore à te prendre un Terrorim cette fois-ci, tu te réserves le droit de péter totalement les plombs sur Benbow. Parce qu'il a vraiment des idées à la c*n des fois. La partie pratique se déroule dans le parc, comme la dernière fois. Sauf que cette fois-ci, quelques éléments naturels ont l'air d'être légèrement en colère étant donné qu'il pleut des cordes sans arrêt. Tu tapes un temps d'arrêt avant de sortir du château, les yeux rivés vers le ciel empli de nuages gris et lourds qui ne laissent présumer aucune éclaircie, et tu pousses un profond soupir. L'après-midi risque d'être longue.

Tu rabats la capuche de ta cape sur ta tête, avant de lancer un #Impervius dessus. Histoire d'éviter d'être totalement trempé dès les premières secondes que tu passeras sous ce déluge. Et tu finis par gagner l'endroit du cours. Benbow est déjà là, tu te contentes d'un léger signe de tête pour le saluer. Parce que tu lui en veux toujours pour la dernière fois, mais que t'es pas franchement prêt à aller lui gueuler dessus en direct. Parce que t'es persuadé que ça ne le dérangerait pas de recommencer. Et tu préfères largement éviter. Alors tu te contentes d'attendre, sous la pluie, mais au sec, que les autres arrivent, en observant les lieux.

Tu pensais que vous alliez vous entraîner sur des mannequins, comme la dernière fois. Mais visiblement, ce n'est pas le cas. Il n'y a rien d'autres que quelques zones délimitées et des cibles. A croire que vous allez encore vous prendre plusieurs sortilèges dans la tronche. T'as pas envie, surtout de ce temps là. Tu préférerais carrément aller taper une sieste dans n'importe quel coin du château, avec une bonne bouteille pour te réchauffer. Enfin, c'est pas comme si t'étais venu totalement sobre non plus, t'as bien descendu un tiers d'une bouteille de rhum avant de te décider à venir. Mais t'es loin d'être bourré. Histoire de conserver quelques réflexes et quelques capacités.

T'écoutes vite fait le petit discours du prof avant de te diriger vers l'une des zones de combat directement. Les autres élèves ne t'intéressent pas. T'as pas envie de choisir qui que ce soit pour être ton partenaire, tu verras bien qui se pointera vers toi. Le dernier qui restera, sans doute. Mais peut t'importe. Tu restes debout, dans ta zone de combat, bras croisés, mais baguette déjà en main. Et t'attends que tout commence vraiment, histoire d'en finir rapidement et de pouvoir rentrer. Parce que même si tu te fais pas trempé, les conditions sont loin d'être agréables.

HRP : J'pars du principe qu'Aza squatte la zone 1. Si quelqu'un veut le rejoindre, pas de soucis pour moi.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Temperence Black, Jeu 20 Avr - 20:08


Ce matin là, la brunette serait bien restée en bas de jogging et haut aux couleurs de sa maison recouvert par sa veste de sport verte sombre mais la vie en avait décidé autrement et ce malgré le mauvais temps qui laissait le château dans une nuit partielle. Ce fut donc avec le courage au placard que Temperence enfila son uniforme scolaire avant d’opter pour un slim au lieu de sa jupe. Elle n’avait pas l’attention de tomber malade maintenant, elle avait d’autre chat à fouetter que de devoir rester alitée durant un lapse de temps indéterminé. Tout comme son courage, sa brosse à cheveux resta elle aussi au placard, elle coiffa ses longs cheveux d’un coup de main avant de les attacher en chignon flou dont quelques mèches s’amusaient à retomber de part et d’autre de son visage fin et pâle. Un coup d’œil au miroir de la salle de bain féminine et elle jurait presque qu’elle avait perdu un peu de poids comme le montrait ses joues un peu plus creuses. de plus, le manque de sommeil se lisait sur ses cernes, elle ne dormait pas, elle allait d’insomnie en insomnie. Cela lui donnait un certain style, un style légèrement bad-girl alors que cette personnalité là était morte et enterrée depuis maintenant plus de six mois. Temperence ne picolait plus, elle avait juste gardé sa sale manie de consommer de la nicotine dans ses moments de stresse, d’ennui, de colère,... En faite, elle n’avait jamais arrêté de fumer, juste réduit ses consommations que le tabac soit légal ou non.

Temperence restant Temperence, elle suivit tout ses cours de la mâtinée avec attention. Prenant des notes, posant des questions, répondant à d’autres. La journée suivait son cours, les cours défilaient, les heures passaient,... L’heure de la DCFM sonna bien vite pour la brunette. Elle pesta contre le professeur qui semblait s’amuser à l’idée de les faire sortir prendre l’eau mais d’un autre côté, cela pourrait être drôle de voir comment la pluie pouvait réagir au contact de certains sorts.

Ce fut la capuche de sa cape rabattue sur son crâne que l’élève se dirigeât vers le lieu du cours. Il y en avait qui était déjà là et d’autres qui arrivèrent un instant après elle. Elle se cala dans son coin. Maintenant que John n’était plus là, le cours serait sûrement moins attrayant. Même si durant la partie théorique ils étaient sous potion, Temperence l’aimait bien quand même le gryffondor extraverti.

« Bien. On va commencer. J'espère que vous avez été de bons élèves, et que certains des sorts vus en classe ont été travaillé durant la semaine... Avant de vous donnez plus d'information sur ce que nous allons faire aujourd'hui, je vais vous demander de vous diviser en groupe de deux, puis de prendre place sur une des zones... » Et bla bla bla, le professeur parlait et la jeune femme écoutait. Pour répondre à la première partie, elle n’avait pas été une bonne élève. Elle avait relu le cours trois ou quatre fois durant le laps de temps s’étant écoulé entre les deux cours mais elle n’avait pas bûché dessus à fond comme l’aurait fait un véritable élève sérieux. La fin des consignes donnée, elle en vit un qui se dirigeât vers la première. Elle le reconnut sans trop de difficulté, c’était celui à qui Benbow avait envoyé un joli sortilège qui avait du être aussi doux qu’un dragon enragé. La brune se moquait un peu avec qui elle allait être alors, elle choisit une zone au pif. La zone 7 semblait correcte alors c’est là qu’elle travaillerait avec un camarde ou non. Pour être honnête, elle se moquait bien que personne ne veuille d’elle, plaire n’étant pas sa priorité.

Alors, elle se déplaçât et à peine entrée dans l’espèce de zone, elle poussa un juron français. Elle venait de marcher dans une belle flaque d’eau alors elle choisit un nouvel endroit où le sol serait un peu moins détrempé. Un rapide regard dans chaque box et le seul potable était celui où le dénommé Azaël avait élu domicile. Tant pis pour lui, tant pis pour elle, ils devraient se supporter le temps d’un cours. Hors de question pour la brune de mouiller encore plus le bas de son slim clair.
Revenir en haut Aller en bas
Violet O'Toole
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Violet O'Toole, Ven 21 Avr - 12:41


         L'humidité se ressentait presque jusqu'à l'intérieur du château. Et le temps qui s'écoulait littéralement dehors s'accordait parfaitement avec l'humeur de Violet ; sombre et maussade. Elle n'avait pas encore eut à sortir du château aujourd'hui, elle s'était donc changée après avoir déjeuné autant que son estomac noué le lui avait permis, enfilant des collants noirs opaques et des bottes en caoutchouc violet pétant, ornées de pompons multicolores au bout du lacet de serrage, qui dénotaient totalement avec ses états d'âme du jour et son uniforme d'Aigle.

Elle avait été informée par Éli qu'elle pourrait, malgré sa désertion du cours théorique, assister au cours pratique de Benbow. D'après sa copine, il n'avait pas dit grand choses de plus et n'avait pas semblé en colère - du moins, pas plus que d'habitude - avait songé la petite rousse, non sans sarcasme. Elle avait tourné et retourné la chose dans sa tête toute la semaine durant, et avait finalement décidé de s'y rendre. D'une, pour montrer qu'elle ne se fichait pas de sa scolarité, et de deux, pour prouver à son prof qu'elle ne faisait pas preuve de mauvaise volonté... Néanmoins, elle n'était pas enchantée pour autant à la perspective de ce cours. Elle avait très mal dormi la nuit précédente, s'était réveillée anxieuse et avait trainé cette appréhension jusqu'à maintenant, où elle se rendait, capuche sur la tête et bottes aux pieds, au lieu de rendez-vous, dans le parc du château.

Sa gorge se serra à la vue de Mr Benbow, elle appréhendait une éventuelle remarque ou remontrance. Elle n'avait même pas envie de le regarder ou de lui adresser la parole. La colère qu'elle avait ressentie face au Terorim commençait à émerger de nouveau, et l'adrénaline prenait doucement le dessus sur la peur. Elle se dirigea, raide, le regard rivé sur ses pieds et le feu aux joues, vers le terrain aménagé pour l'occasion. les consignes données étaient claires et concises.

Elle aurait voulu un binôme pour lequel il aurait été facile de ne pas avoir de compassion. Ce Serpy antipathique, Azaël Li...merick... quelque chose comme ça, aurait pu faire l'affaire, malheureusement, une autre Serpentard s'était déjà joint à lui... Elle décida de se mettre à côté d'eux [zone 2], et advienne que pourra. Si Éli voulait se joindre à elle, elle n'aurait pas de mal à l'en dissuader, elle ne voulait pas se battre, même pour s'entrainer, avec elle. Pour les autres, on verrait.

Sous la pluie battante, sans un rayon de soleil, Violet était déterminée. Elle avait le sentiment qu'elle n'avait rien à perdre, pour une fois, sa dignité lui importait peu. Elle ferait les choses, et cette colère latente qu'elle avait encore du mal à identifier et à maitriser était peut-être l'émotion la plus propice à ce moment précis pour arriver à faire sortir quoi que ce soit de sa baguette.          
Revenir en haut Aller en bas
Liskuvo Kalsi
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Liskuvo Kalsi, Ven 21 Avr - 17:18


Ce qui est étrange dans ce cours de Défense c'est que pour une fois il est passé rapidement, il manquait un truc même. Du coup heureusement qu'on doit revenir sinon ça aurait pas été très drôle. Enfin bon, vendredi du coup, pas longtemps après. Par contre c'est en début d'après-midi. Normalement ça devrait pas vraiment poser problème. Le principal but c'est de se rendre à l'endroit où il faut qu'on se rende, c'est à dire en cours, et tout ça avant le début du cours pour donner l'impression que tout va bien. Eh ouai. Tout un programme mental à préparer.

Enfin pas vraiment, après avoir mangé j'ai fait une petite pause où il ne s'est absolument rien passé du tout et puis je suis allé en traînant les pieds au lieu du cours. C'est à dire dans le parc de Poudlard. Je sais pas ce qu'ils ont les profs avec leur haine de la salle de cours en ce moment, mais si en plus il faisait beau ce serait sympa, on aurait pas à se battre avec notre esprit pour aller dehors profiter du temps. Mais non, il faut qu'il pleuve.

Super. Vraiment bien. Je me bats quelque secondes contre l'envie de retourner dans la salle commune et d'envoyer un petit dire au prof que je suis malade et que donc par conséquent je veux pas venir parce que j'ai pas envie mais au final je finis par y aller. J'arrive puis j'attends les consignes. Elles mettent pas longtemps à arriver d'ailleurs. Faut se mettre par groupes de deux et aller dans une zone. Je hausse les épaules, y'a l'autre idiot des cours habituels qui part dans une zone sans attendre personne. Il est suivi par une fille de sa maison, Temperence, j'ai eu des cours avec elle. Je sais pas si ils se connaissent mais j'ai pas l'impression que le groupe était fait pour être un binôme à la base. Je vois une petite fille à qui j'ai donné un cours pour le moins pas très probant se mettre dans une autre zone. Bon bah on va faire pareil. Au final les gens auront pas trop le choix de se mettre dans ma zone.

Je préfère m'éloigner de tout le monde, la zone opposée à l'autre vert me paraît pas mal. Du coup j'y vais, toujours en combattant mon envie de partir en courant pour rentrer à l'intérieur. Va bien falloir se mouiller un petit peu (veuillez rire à ce jeu de mot, s'il vous plaît :( ) et pour une fois accepter ce petit imprévu appelé eau tombant du ciel.

Je me demande ce qu'il va nous faire faire d'ailleurs, en groupe de deux. Attaquer un arbre peut-être, un petit bombarda dans la face ça peut pas faire de mal. Surtout à un arbre, tant pis pour lui il avait qu'à se planter ailleurs. Je suis dans ma zone du coup, j'aimerais bien m’asseoir mais évidemment c'est mouillé. Va falloir trouver une autre solution. Comme...euh...rester debout, et attendre.


Zone 8
Revenir en haut Aller en bas
Ellana Lyan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Ellana Lyan, Sam 22 Avr - 10:54


Il pleut, chez moi aussi il pleuvait beaucoup,
les moldus auraient pu dire qu'il « drache »
ils disent beaucoup de chose stupide
le ciels est gris, lourd, sombre
obscurcit par les nuages qui plane statiquement
je n'aimais pas beaucoup les jour de pluies
lorsque que j'entendais les coups de tonnerres
les cris apeurant de mon père
que je me cachait sou les draps avec cette peur
qu'il monte me chercher pour me faire mal
qu'il me lance à nouveau ce sortilège
comme lorsque j'étais plus petite
qu'il me fasse à nouveau subir
cette torture sans nom, et j'avais peur.

Pourtant aujourd'hui je pourrais presque trouver cela beau, la colère du ciel qui se charge pour impressionner les simples mortels, comme moi, comme nous tous. Alors que je sors à l'endroit où doit se passer le cours et par conséquent dehors, je me met à penser que j'aurais peut-être du mieux m'habiller. Un simple haussement d'épaule, je ne dois plus être à cela près pour que même l'eau qui tombe en trombe du ciel ne me fasse pas changer d'avis. J'avance, un pas, un autre, garder la tête basse sans trop savoir pourquoi. Peut-être par honte, oui, culpabilité devant les cernes qui soulignent mes yeux, le teint cadavérique qui marque mon visage, pourtant je fais semblant, esquissant un sourire, juste un essai, avant que les coins de ma bouche ne retombent, dommage. J'offre mon visage vide à la pluie, laissant cette dernière tremper mes cheveux sans le moindre état d'âme pour eux.

Évitant les flaques qui se forment, c'est pourtant bien contradictoire que d'éviter l'eau du sol sans me soucier de celle du ciel. Je n'ai pas vraiment d'explication… L'eau gelée s'infiltre entre mes vêtements sans pourtant que je ne prenne froid, cette température je la connais, habituée, il faut croire, à me retrouver prise dans de l'eau glacée, heureusement qu'il ne neige plus, j'ai toujours eu une fâcheuse tendance à aimer sortir en robe alors que les températures étaient beaucoup trop basses. Mais non aujourd'hui nous approchons à grand pas des belles saisons et c'est à te l'averse que nous avons droit bien que cela ne m'enchante pas. Le résulta à beau être dans les deux cas de finir trempé, c'est tout de même bien moins magique quand il n'y a pas de jolis flocons.

Finalement et je ne sais trop comment, nous finissons tous par nous retrouver en demis cercle face à notre professeur, celui-ci ne traîne pas à nous donner les consignes nous demandant de faire des groupes de deux avant de prendre place sur les zones délimitées, malheureusement pour lui les élèves semble avoir compris les indications à l'envers et s'appliquent pratiquement tous à se placer d'abord dans une zone avant d'attendre que quelqu'un ne vienne les rejoindre. Dans un sens c'est en effet pratique lorsque l'ont ne connaît ou ne compte pas d'ami dans le groupe, enfin dans ce cas si un ennemi ou une simple connaissance ferais l'affaire car je doute que si on nous place par deux dans ce cours c'est simplement pour discuter.

Je regarde autour de moi balançant entre la proposition d'aller vers quelqu'un ou celle de choisir comme les précédents une zone et d'attendre qu'un binôme me tombe du ciel. Mes yeux tombe presque immédiatement sur Kalsi que je vois s'éloigner plus loin lui aussi seul, mon envie première est de le rejoindre, la seconde plus raisonnée me fait comprendre que si je dois m'entraîner avec lui je vais sûrement passé une sale heure de cours, non pas que ça compagnie me soit désagréable, loin de là mais je doute que me prendre un de ces sortilèges en pleine tête pour aller ensuite mordre la poussière soit une super idée et puis j'ai déjà pu remarquer qu'il n'était pas vraiment du genre à se laisser distraire en cours alors je ne vais pas venir l'ennuyer, ce serait vraiment fâcheux de ma part.

J'opte finalement pour aller me placer dans une zone pas trop éloignée (zone 7) je ne sais pas pourquoi je fais ça en fait, je pourras très bien me mettre à l'autre bout, ce n'est pas comme si nous allions discuter où quelque chose du genre même si ça ne me ferait pas de mal, mais soit. Peut-être que j'aime simplement le voir, pas trop loin, pas trop proche, là sans l'être vraiment. Je me sens un peu stupide d'avoir ce genre de pensée, je pensais que j'avais finalement réussit à diminuer un peu se comportement niais, il faut croire que je suis trop faible émotionnellement pour arriver à quoi que ce soit… Tempi j'ai d'autre problèmes en tête.

J'arrive dans ma partie,
me rejoindra qui veut
pas d'envie, de préférence
je repasse mentalement les sorts
même si je ne me suis pas entraînée
tout juste ais-je relu mes notes
il faut dire que je n'ai pas vraiment
là tête à ça pour le moment
entre les insomnies et les balades nocturnes
les journées interminables et cette peur
qui constamment règne en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Loredana Sparks
avatar
Modération GGryffondor
Modération G
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage



Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Loredana Sparks, Lun 24 Avr - 18:51


Poudlard était sous les nuages et la pluie ce jour-là, le genre de météo qu'elle n'appréciait guère. Surtout lorsque les beaux jours avaient fait leurs apparitions quelques temps auparavant. De quoi la mettre de mauvaise humeur pour la journée, une bonne nouvelle... La pluie avait tendance à agir sur son humeur et ce depuis son plus jeune âge. Certaines personnes adorait la pluie, l'odeur, le bruit, l'eau, ils lui donnaient un sens très poétique que Loredana n'avait jamais compris. Pour elle, la pluie était un synonyme de tristesse et de dépression. Un peu comme dans ces films où un scène triste sera toujours précédée par un temps pluvieux, c'était un fait, bien qu'elle manquait fortement de culture de ce côté-là. Un beau temps était plus agréable, surtout lorsqu'il fallait faire cours dehors.

Malgré tout, elle ne pouvait pas rester dans le dortoir des Gryffondors comme elle aurait aimé le faire ce jour-là. Il fallait qu'elle se rende à son cours de défense contre les forces du mal. Ayant assisté à un cours théorique intéressant quelques jours auparavant, elle ne voulait pas rater la partie pratique qui avait lieu aujourd'hui. Malgré tout, sortir sous cette pluie ne lui disait rien, elle aurait préféré rester tranquille à ne rien faire de la journée et pourtant, elle n'était pas le genre de personne à rester enfermer. Le cours avait lieu en extérieur pour cette partie pratique du cours. Elle passa par la grande porte du château et fut contrainte d'observer la pluie, le vent et les flaques qui se formaient à une vitesse incroyable.

C'est pas vrai...

Elle enfila sa cap qu'elle tenait dans sa main, mit sa capuche et avança en direction du lieu du cours.
Lorsqu'elle arriva sur les lieux, quelques élèves étaient déjà présent, trois élèves de Serpentard, une de Serdaigle ainsi qu'un élève de Poufsouffle, des élèves qu'elle connaissait uniquement pour les avoir croisés à diverses reprises dans les couloirs du château entre les cours.
Benbow ne mit pas longtemps à expliquer le déroulement de ce cours. Il fallait qu'ils se place par deux dans l'une des zones. Deux élèves de Serpentard se placèrent dans la zone un, les autres se séparèrent, se plaçant ainsi seuls dans une zone différentes.
Loredana réfléchit quelques secondes avant de se décider à faire pareil que ses camarades et à se placer seule dans une zone, attendant les autres élèves qui eux aussi devront se trouver une place dans l'une des zones. Elle ne voulait pas faire de choix, le hasard décidera pour elle, peu importe si elle tomber sur une personne plus forte qu'elle ou non. Elle s'installa alors dans une zone (Zone 4) et attendit, capuche sur la tête, que les autres arrivent et qu'ils puissent enfin attaquer.
Rester debout à rien faire sous cette pluie n'était pas des plus agréable, mais il fallait bien le faire puisqu'il n'y avait aucuns endroit pour s'abriter le temps que les autres arrivent. Il fallait prendre son mal en patience et Loredana ne voulait pas se plaindre, ce n'était pas vraiment son genre.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Cours N°3 : Attaque/Défense

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 10

 Cours N°3 : Attaque/Défense

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Défense contre les Forces du Mal-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.