AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 3 sur 30
Dans la rue
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 16 ... 30  Suivant
Johann
Serpentard
Serpentard

Re: Dans la rue

Message par : Johann, Jeu 8 Nov 2007 - 14:37


johann rigola sous la remarque d'anna sur les yeux violets :

-Je suis assez bizarre moi-même, avoua-t-il en rigolant.

Il se laissa aller dans le parc et observa les alentours. Durant une fraction de seconde, il crut voir Artémis en train de les espionner mais deux secondes plus tard, il n'y avait plus rien. Il vit le soleil se refléter dans les yeux d'annastasya qui était redevenue brun. Elle parraissait mieux, plus souriante, c'était agréable. Mais alors que le temps passait si vite, qu'il voulait profiter encore de la présence d'anna, il sursauta, repensant à son bar qui était à l'abandon avec des clients. Et s'il lui volait quelque chose ? Johann avai tout de même mis plusieurs sorts trés efficaces dont la moitié qu'il avait crée lui-même. Il se leva doucement et embrassa Anna au passage :

-Je suis désolé, je dois retourner au bar, plusieurs clients m'attendent dont un qui m'intrigue quelques peu...

Il la salua trés vite et se remit à courir vers son bar qui était à une centaine de metres. Tout le long de sa course, il se posait des questions. Prenait-il une bonne initiative en sortant de nouveau avec quelqu'un ? Et si Adreas venait à revenir pile au mauvais moment ? Mais ce n'était pas le plus important, ce qui le chagrinait, c'est qu'il partait bientot pour uen mission à risque, dans laquelle il y laissera peut-être sa vie...
Revenir en haut Aller en bas
Cycy**
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : Cycy**, Ven 9 Nov 2007 - 14:08


Après le séjour sous le pont à dormir (du moins pour tite^^), les deux malheureuses jeunes filles errèrent dans la rue sans but, elles avaient tout perdu : Agent, logement (en particulier son palace^^), Zoo-InterplanéMartien Cycy** adorait aller embêter des spécimens rares (qui le valaient bien, surtout la bête qui a conçu les sièges de la fusée) etc...
Soudain, tite et Cycy** furent intriguées et elles restèrent figées sur le trottoire avant de traverser la route pour rejoindre la rue voisine.


- "Nom d'une pipe !" Lança tite.

Cycy** ne comprenait rien à la situation et à la folie de tite, puis lui dit:

- "Que se passe-t-il?"

Tite n'en revenait pas, et répondit à Cycy**:

- "C'était mon idole qui venait de tourner dans cette rue!! Joshua!!"

Cycy**, comme d'habitude, était à la ramasse, et n'avait rien vu se produire. Ces deux jeunes filles décidèrent donc de pousuivre de jeune homme pour mieux le percevoir. Mais lentes, comme elles le sont, l'homme mystérieux était déjà loin devant elles à 2 km ^^
Cycy** fut étonnée par la culture people Moldu de tite et de son comportement hystérique face à lui^^ Ensuite, Cycy** s'arrêta net sur cette rue et annonça à tite:


- "Tu ne reconnais pas cette rue? Whaaaa je suis trop happy de revenir visiter cette rue, mais trop happy SmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmileSmile" Ironisa Cycy*

Tite n'en croyait pas non plus, mais la vérité était devant elles. Elles avaient tellement vécu de souffrances ici, ainsi que sur Terre avec toutes ces politiques lors de l'élection présidentielle : La Princesse Orbaura qui a fait des siennes en collectionnant divers caprices, le dictateur qui est revenu à la charge avec son nouveau Bootlicker attitré, le Bisounours Jaune boomerang, le Powerpoint infernal et pleins d'autres méfaits...

Cycy** lâcha un léger soupir avant d'écouter tite.
Revenir en haut Aller en bas
tite
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : tite, Ven 9 Nov 2007 - 21:49


Après le séjour exténuant dans la villa de nain de Cycy** sur Mars, tite était heureuse :D d’avoir pu un peu se reposer après la vie infernale que Cycy** lui avait fait mener. Cela faisait au moins 1 mois que tite et Cycy** vivaient là et après une réflexion très longue de cette dernière (le temps que ses neurones entrent en action ^^ :scratch:), elle proposa à tite de faire un week-end tourisme dans les rues du Chemin de Traverse. Cycy** commença donc à faire la guide:

- "Sur votre droite, vous pouvez observer l’habitation du Bisounours Jaune" / "On your right, you can see the Yellow Bisounours’ Home" / "Sobre su derecha, podéis observar la vivienda del Bisounours Amarillo"

- "Tu t’entraînes pour ta future carrière? On s’y croirait ^^" fit tite tout en l’applaudissant :a015:

Cycy**, flatée, continuait inlassablement la visite alors que tite sembla égarée à la vue de Joshua. Elle entraîna Cycy** derrière elle afin de le poursuivre mais celle-ci était trop lente et elles perdirent rapidement sa trace.

- "Pffffffff" 😢 soupira tite "Pourquoi t’as pas fait d’effort ?? Il me semble que toi aussi tu es bien renseignée sur la culture moldue… Si ça avait été Ron, je suis sûre que t’aurais couru plus rapidement qu’un Schtroumpf :smurf: ^^ "

Cycy** reprit sa visite comme si de rien n’était "Sur votre gauche / On your left / Sobre su izquierda" puis observa attentivement la rue dans laquelle elles venaient d’arriver. Après une explication quelque peu confuse, tite semblait enfin comprendre :a004: :

- "Ah mais oui je m’en souviens bien !!" s’écria tite. "C’est ici qu’était située la précédente boutique de baguettes magiques. C’est d’ailleurs à ce moment là qu’on a décidé de rentrer définitivement sur Mars. On aurait pu penser que la politique allait changer en mieux pendant notre absence mais en fait non. Plus le temps passe et plus les personnes en place semblent incompétentes. La dictature va être de retour si le Bootkicker et le dictateur pactisent. Et si le Powerpoint s'en mêle ça n'aidera pas... Notre seule chance pourrait venir de Bisounours mais il faut se méfier car il n’est pas fiable. Le faux retour de la Princesse Orbaura ne présage rien de bon non plus. " Tite semblait perplexe en prononçant ses paroles :?. "J’espère qu’on évitera le pire mais c’est mal parti."

- Et si on faisait un blocus pour montrer notre mécontentement? T’en penses quoi ? fit-elle à l’attention de Cycy**.


Edit: voilà c'est édité et ça restera comme ça avec un smiley en plus Wink


Dernière édition par le Dim 11 Nov 2007 - 0:11, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Cycy**
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : Cycy**, Sam 10 Nov 2007 - 22:48


Tite écouta attentivement la voix mélancolique de Cycy** :cheers: qui s'était gentillement portée volontaire pour expliquer à tite les monuments sorciers et Moldus, elle vit tite satisfaite :P puis la félicita thumright, mais au fur et à mesure, étonnée :shock:, elle voyait tite qui semblait s'endormir sur place, ce qui la contraria, puisque Cycy** était tellement généreuse de partager son savoir, mais elle savait bien que tite était trop paresseuse pour être aussi attentive. Par une soirée très mouvementée qui s'était produite la veille, car tite n'arrivait pas à dormir et faisait pleins de cauchemars, elle réveilla Cycy** par le biais du téléphone portable , un moyen Moldu très pratique^^ De plus, elle lui demanda une couverture supplémentaire, en effet tite était une vraie frileuse, du coup, Cycy**, généreuse comme elle était, elle lui céda sa veste personnelle n'ayant pas autre chose de plus réconfortant. C'est pourquoi, en cet bel après-midi d'automne, Cycy** avait la mine maussade pale, elle ne se sentait pas bien, et on pouvait déduire cela par plusieurs symptômes visibles: elle avait d'abord la tête qui tournait shaking cela se voyait à sa démarche quelque peu grisée drunken, elle avait la nausée pukel, et les larmes aux yeux :a006:, à cause du rhume que tite lui avait filé il y a deux jours en lui éternuant en pleine figure (charmante situation^^). Après avoir réveillé tite, Cycy** lui répondit:

- "Non Banane :bana000:, tu sais bien que je n'ai pas de vocation, tu crois que j'ai envie de devenir une guide en supportant tous ces gens? Et surtout des gens sur Terre?^^ Je voulais juste t'entraîner un peu afin que tu ne perdes pas de vu ton anglais, en le traduisant aussi en français pour que tu puisses mieux saisir ce que je te raconte, et l'espagnol, c'est pour le plaisir Lol"

Au sujet d'une conversation qu'elles avaient abordée sur l'idolâtrie, Cycy** contesta tite:

- "Non, je ne suis pas aussi hystérique que toi, pour mon compte personnel c'est juste un effet passager, un coup de coeur quoi. Toi, si tu aurais pu rattraper Joshua tu lui aurais arraché son tee-shirt comme tu l'avais fait pour David Beckham, tarée que tu es :a003: ^^"

Cycy** continua sur sa lançée, suite à la réponse que tite lui avait fournie:

- "Oui tu as raison, les commerçants sur Terre sont très bizarres, je ne me souviens plus des têtes et de l'attitude qu'ils ont eu afin qu'on puisse prendre une telle décision"

Cycy** imita plusieurs personnages pour que tite puisse les identifier:

- "Ils étaient lunatiques? hp012, Dangeureux? hp009, Dingues? :a014:, Peu Bavards? :chut001:, Aigris? :x, Quelques peu décalés? :boulet:, Mesquins? :evil:, A toi de me le dire et de me le rappeller"

Tite proposa une idée à Cycy** qui lui a toute de suite plu et lui lança sur le champ:

- "Ah oui, pas mal, on fera un blocus, et on portera nos pencartes en inscrivant dessus [Contre la loi Bootliker, Contre la loi Dictateur], et toi tu proposes quoi? On pourrait aussi s'asseoir sur la rame 9 3/4, ça pourrait être pas mal shakng2 ^^"

EDIT: Très vivant un RP BD =)


Dernière édition par le Dim 11 Nov 2007 - 0:53, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Artemis
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus: boursouflet




Re: Dans la rue

Message par : Artemis, Sam 10 Nov 2007 - 22:56


[ Hj : Bon les filles c'est bien gentil votre provoc' mais bon...je vais pas faire comme si je n'avais rien vu donc :

Il ne faut pas abuser de smileys en zone RPG !
Merci de biens éditer vos...posts

Ceci étant dit, bonne soirée

Cordialement,
le dictateur :P

PS : Editer ET supprimer vos smileys cela va de soi même si j'apprecie l'humour ^^ ]
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 09
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : Mangemort 09, Dim 11 Nov 2007 - 19:02


La porte de la boutique derrière laquelle venait de disparaitre annastasya vola en éclat. La salle s'embrumma et un fou furieux fit viollement irruption dans le magasin ; fusant vers la jeune serpentarde, lévitant au dessus d'un sol jonché de débris.

AAAH !!! dit-elle, étonnée !
- Tu veux un kinder ?
- Mais qu'est-ce que... Quoi ?
- TU VEUX UN KINDER !!!
- Euuh... Oui ?
- TU L'AURA PAS !!!!!!!!!!
GOURDASSE !!! MOOUOahaohahAHAHahahHAHAha !!!!


Après cette vanne intergalactique, 09 se jetta au coup de sa victime. Après 2 minutes de strangulation acharnée, anna commençait à devenir bleue (pâle), relâchant son étreinte, le mangemort déclencha un ap tchâgui dans sa gue*** de elle !!! Parce qu'elle le vaut bien !

"Femmes barbara gourde, des femmes qu'on n'oublie pas !"

Anna se retrouva alors allongée de tout son long entre une poubelle détruite et un morceau de viande avarié, le nez en sang et totalement décoiffée. N'étant cependant pas satisfait, il alla redresser sa victime par les cheveux et lui enfonça son index et son majeur, respectivement dans les yeux droit et gauche.

Une tête apparut soudain à l'angle de la porte et la dénommée Cycy interpella le mangemort.


T'as perdu ta baguette mon cagoulé ?
- NAN !!! MAIS C'EST PLUS DRÔLE !!!


09 se retourna une dernière fois vers ce qui resté d'anna et dans un élan de mépris, lui expédia de la poussière au visage. Entreprenant de quitter les lieux, 09 se rendit alors compte qu'un bout de viande avarié recouvrait ses convers dernier cri.

OOOHH PUT** LA SAL*** !!! T'AS POURRIS MES POMPES !!!

Il s'essuya alors sans retenue sur la robe d'anna avant de la laisser seule avec son mal de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Héllyo Hyde
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : Héllyo Hyde, Lun 12 Mai 2008 - 19:42


Aaron marchait aux côtés de Léa Ivanova, sa petite amie. Il l'a tenait par la main, comme à son habitude, il aimait tellement sentir leurs paumes l'une contre l'autre qu'a chaque fois qu'il la touchait il éprouvait des frissons. Cela faisait à présent un mois, jour pour jour qu'ils étaient ensemble et le jeune garçon voulait à tout pris lui faire un cadeau. Le serpentard vit un banc inoccupé et il proposa à Léa de venir s'asseoir. Il restèrent là, pendant un moment à discuté de tout et de rien comme ils en avaient l'habitude. Jamais il n'y avait de blanc dans leur conversation ainsi que dans leur relation. Il n'avait qu'un seul mot en tête, c'était son prénom, il l'aimait un point c'est tout. En ce lundi matin, il y avait beaucoup moins de monde que d'habitude sur le chemin de traverse : pas d'enfant de l'école car ils étudiaient, et la plus part des personnes travaillaient, cependant il y avait toujours les sorciers accro au bar dès le matin qui trainait dans la rue. Aaron prit la main de Léa pour qu'ils continuent de marchait et pour trouvé le cadeau de bien aimée, seulement sa petite amie s'arrêta net, ne sachant pas vraiment pourquoi le préfet vue qu'elle avait froncé les sourcils. Il regarda dans la direction opposé et constata que Nina était présente de l'autre côté de la route. Léa lui avait parlé plusieurs fois de ce qui c'était passé entre elles. Aaron n'osa pas parlé mais il savait juste une chose, l'actuel relation entre sa petite amie et son ancienne meilleure amie ne faisait que souffrir Léa, et il fallait faire quelque chose. Seulement, Léa qui avait un caractère de buté risquait de ne pas se laissé faire. Mais, ce n'est pas pour autant que le garçon ce découragea :

-Salut Nina, ça va ?
Revenir en haut Aller en bas
Nina
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Occlumens





Re: Dans la rue

Message par : Nina, Mar 13 Mai 2008 - 18:10


Nina se trouvait sur le chemin de Traverse. Elle venait de sortir de son appartement, celui-la même ou elle s'était disputée avec Léa, un peu plus d'un mois auparavant. Cela faisait toujours souffrir la jeune femme, même si elle s'était forcée à oublier Léa, se disant que leur amitié ne s'en remettrait jamais... La jeune femme se trouvait donc sur le chemin de Traverse, juste devant son appartement. Elle n'avait pas cours aujourd'hui et avait décidé de s'en aller dans le parc de Poudlard, avec Léa, sa louve. Elles firent juste 2 pas, lorsqu'en face d'elles, de l'autre côté de la rue, se trouvait Léa et Aaron. Nina avait appris qu'ils sortaient ensemble, cela faisait déjà un petit bou de temps... *Tant pis pour le détour!* La jeune femme fit demi-tour. Trop tard! Aaron l'avait appercue et il l'appellait:

-Salut Nina, ça va?

D'un petit air pincé et en ignorant complètement Léa, Nina répondit:

-Aaron, quel plaisir de te voir. Je vais bien, merci. Et toi?
Revenir en haut Aller en bas
Léa
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-Garou




Re: Dans la rue

Message par : Léa, Mar 13 Mai 2008 - 18:48


Alors que Léa & Aaron marchaient sur le Chemin de Traverse, Nina, la meilleure amie de Léa, eh oui, Léa considérée toujours Nina comme sa meilleure amie malgré leur violente dispute, arriva en face du jeune couple. Elle ouvrit grand les yeux et voulut partir, éviter Léa & Aaron, quitte à faire un méga détour. Léa aussi voulut tirer Aaron vers une sombre ruelle qui ne menait Merlin-ne-sait-où, tout ça pour ne pas avoir à regarder Nina dans les yeux. Mais trop tard, Aaron avait commençait à parler à Nina, de plus, il tenait fermement la main de Léa pour que cette dernière ne " s'échappe " pas vers un endroit plus sombre où elle serait tranquille. Fusillant Aaron du regard elle s'approcha donc à regrets de Nina.

-Aaron, quel plaisir de te voir. Je vais bien, merci. Et toi?

* Oh non ! Pitié pas ça ! * Le simple fait que Nina dise qu'elle va bien faisait mal à Léa. Elle, même si elle ne le montrait pas, souffrait énormément de leur dispute. Aaron répondit immédiatement à Nina, il lui fit le baratin habituel, il allait bien et il trouvait qu'il faisait beau en ce lundi matin. Puis, on ne sait pas pourquoi, il lâcha la main de Léa et se dirigea vers une vitrine, faisant mine de s'y interresser, laissant les deux jeunes femmes face à face. * Oh le salaud ! *

-Bon euuuuh, commença elle doucement, salut Nina.

Silence.

-Voilà en fait, je pense qu'on devrait se parler, continua elle, je veux dire de la dispute, de mon départ et tout ça tu voit ...

Nina la regarda longuement, elle allait la repousser c'était certain...

-Je suis vraiment désolé, finit-elle par lâcher, elle s'en voulut aussitôt mais elle poursuivit, j'm'en veut, j'voudrais qu'on se reparle. Je ne te demande pas de redevenir ma meilleure amie mais vraiment, j'aimerais qu'on redevienne au moins amies...

Sur ce, elle se retourna, persuadée que Nina ne répondrait jamais à sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Nina
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Occlumens





Re: Dans la rue

Message par : Nina, Mar 13 Mai 2008 - 21:20


Nina parlait avec Aaron. Ce dernier disparut quelques minutes plus tard, en allant devant une vitrine, laissant Nina et Léa seule. La jeune préfète commenca alors à parler, laissant des gros "blancs" entre chaque phrase.

-Bon euuuuh, commença Léa, salut Nina.

-Ouais, salut.

Nina ne comprenait toujours pas pourquoi Léa n'acceptait pas le fait que la jeune prof' sorte, ou sortait, avec Téméraire. Et oui, la jeune femme avait largué son petit ami, ou plutot, il avait décidé de repartir, laissant Nina seule avec ses pensées... C'était surtout à cause de la dispute avec Léa, que le jeune homme avait prit ses distances, il ne voulait pas être la cause majeure de la dispute entre les deux jeunes femmes. Repensant à tout ca, Nina fut nostalgique, * Téméraire, le mal était déjà fait.... *. Léa parla une nouvelle fois:

-Voilà en fait, je pense qu'on devrait se parler, continua Léa, je veux dire de la dispute, de mon départ et tout ça tu voit ...

Cette fois, Nina ne dit rien, attendant la suite.

-Je suis vraiment désolé, finit-elle par lâcher, j'm'en veut, j'voudrais qu'on se reparle. Je ne te demande pas de redevenir ma meilleure amie mais vraiment, j'aimerais qu'on redevienne au moins amies...

-Léa....... Nina ne put se retenir et serra sa meilleure amie dans ses bras. Son affection et son amour pour elle n'avait jamais changé, même si elle se persuadait du contraire. Mais bien sur que je VEUX qu'on redevienne meilleure amie. Excuse-moi, je n'aurais pas du ramener Téméraire à l'appart, mais toi, tu n'aurais pas du le prendre comme ca! Je voulait te faire plaisir, et tout ce que j'ai réussi à faire, c'est qu'on se dispute. Si tu savais comme je m'en veut!!
Revenir en haut Aller en bas
Léa
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-Garou




Re: Dans la rue

Message par : Léa, Mer 14 Mai 2008 - 13:51


!-Mais bien sur que je VEUX qu'on redevienne meilleure amie. Excuse-moi, je n'aurais pas du ramener Téméraire à l'appart, mais toi, tu n'aurais pas du le prendre comme ça ! Je voulais te faire plaisir, et tout ce que j'ai réussi à faire, c'est qu'on se dispute. Si tu savais comme je m'en veux !!

Alors là, Léa ne pouvait pas être plus heureuse. Elles s’enlacèrent longuement, comme si une éponge sur le tableau où était inscrit l'histoire des deux jeunes femmes. Ca y est, tout était oublié et pour longtemps. Quelques séquelles resteraient à jamais mais Léa s'en contrefichait, Nina et elle allait se redécouvrir.


-Tu n'as pas à t'en vouloir Nina, dit Léa, c'est aussi de ma faute... J'ai très mal réagie, je le sais ne t'inquiète pas. J'était à bout à cause du boulot, j'en avait par dessus la tête, maintenant ça va mieux j'ai pris le temps de réfléchir et de me reposer. Et puis je suis très jalouse et possessive donc je ne veux en aucuns cas que tu souffres à cause d'un mec comme Téméraire.

Sous le regard appuyé de Nina, Léa ajouta.

-Oui, je ne supportez pas Téméraire, désolé mais je crois que c'était physique entre nous. Dès que je l'ais vu je ne l'ais pas aimé. Sa tête de gamin, sa mentalité... Tout. De plus, je n'ais vraiment pas aimé le ton sur lequel il m'a répondu le jour de la dispute ! Enfin maintenant c'est oublié donc on en reparle plus.

Rougissante, Léa se dirigea vers la vitrine où Aaron faisait semblant de ne pas écouter. Il semblait très intéressé par la nouvelle collection pour femme de chez GaiChiffon. Léa pouffa de rire tout en lui prenant la main et ils retournèrent vers Nina.

-Voilà, je te présente Aaron, dit elle, un grand sourire s'esquissa sur son visage pâle, cela fait peu de temps que nous sommes ensemble... C'est l'autre préfét de Serpentard, les grands esprits se rencontrent. Maintenant que je l'ais rencontré j'ai compris ce que c'était...l'amour. Je m'excuse une fois de plus de la réaction que j'ai eu, je ne comprenais pas, je n'avais jamais vraiment était amoureuse jusque là. Même si tu était encore avec Téméraire je comprendrais, si tu l'aimais vraiment s'était compréhensible que tu veuille rester avec lui, je crois que j'aurais la même réaction.

Rougissements pénible et inutiles.

-Bon et si on allait fêter notre " réconciliation " dans un bar, on se boira une petite Vodka Nina ! Elle lui fit un clin d'oeil, Allons-y ! Dans la joie et la bonne humeur, bien évidemment !

Et c'est ainsi que Léa, Aaron & Nina se dirigèrent vers le pub le plus proche. Ce lundi matin commençait si bien...
Revenir en haut Aller en bas
Eurora
avatar
LégendePoufsouffle
Légende
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Louve Grise
Occlumens
Chercheuse (Spec. Animagus)


Re: Dans la rue

Message par : Eurora, Ven 6 Juin 2008 - 23:59


La jeune fille qui avançait d'une démarche lente dans la rue principale du Chemin de Traverse avait un regard triste à faire pleurer les pierres. Elle ne savait pas quelle en était la raison, pas réellement du moins, mais elle ressentait comme un vide intérieur. Elle avait cette même impression qu'on pouvait ressentir lorsqu'on se sentait inutile pour tout et en tout... Enfin, inutile pour tout. Pas en tout, il y avait des des domaines dans lesquelles elle excellait particulièrement... Mais, elle avait cette impression que sa vie était un vide existentiel, qu'il ne lui arrivait rien... En même temps qu'elle avait envie de changer de vie, elle ressentait une impression de désespoir au fond d'elle-même. Elle avait voulu ce jour-là de weekend s'éloigner de Poudlard, elle voulait voir d'autres choses, elle voulait réfléchir. Ainsi, elle se trouvait à marche dans cette rue, la toute première rue qu'elle avait découverte lorsqu'elle était entrée dans le Monde des Sorciers. En Angleterre en tous cas. Cela lui rappelait quantités de souvenirs... La Eurora d'aujourd'hui était beaucoup plus triste que celle qui avait alors 12 ans...
Mais son absence ne durerait pas, elle allait retourner à Poudlard et finir son année. Tout d'abord, elle allait terminer sa formation d'Animagi. Elle avait commencé la formation, elle espérait qu'elle aurait obtiendrait son examen lorsqu'elle le passerait. Bien qu'elle ne se reconnaissait plus sur certains points, elle se sentait capable d'y arriver. Cette ambition ne lui avait jamais manqué. C'était juste dans sa vie qu'ellle ressentait ce vide.
Elle tendit son esprit vers son chien qui marchait à ses côtés. Il semblait la comprendre et vouloir la réconforter. Elle le rassura que tout allait bien.
Elle continua son déambulement dans la grande rue principale du Chemin de Traverse...
Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Lupin
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage




Re: Dans la rue

Message par : Nymphadora Lupin, Mar 29 Juil 2008 - 13:55


Nymhadora attendait, adossée contre un mur, ses yeux étaient posés sur la vitrine de la boutique d'animaux magiques. Cette-même boutique était tenue par son ex-collègue Clicli. « Ex-collègue » ça lui faisait bizarre d'emprunter ce terme pour désigner la banquière parce que pour elle, elle représentait plus que cela... Fin soit, leur dernière rencontre remontait à plus d'un mois et depuis elles ne s'étaient plus reparlées. Nymphadora savait que c'était de sa faute et qu'elle ne pouvait rien reprocher à Clicli. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle était là, la préfète avait décidé de donner quelques explications à l'ancienne gryffondor... Si cette dernière voulait bien l'écouter.

Mais pour mieux comprendre, il fallait se replonger dans le passé, un passé pas trop lointain. Cela faisait un petit moment, déjà, que Nymphadora travaillait à la banque et, du jour au lendemain, elle avait décidé de démissionner sans prévenir Clici, au préalable. Celle-ci avait appris la nouvelle sur le coup et avait dû s'occuper seule de la banque. Jusqu'à ce que, par chance ou pas, elle retrouve quelqu'un d'assez compétent pour l'aider. Nymphadora avait suivi de loin ce qu'il s'était passé depuis, elle avait appris de bouche à oreille que Mila avait pris sa place. Elle connaissait peu cette jeune femme, à plusieurs reprises, elle avait croisée à Poudlard et savait qu'elle était fort proche de Lucie... Si ça trouve plus proche qu'elle-même en ce moment. La préfète n'avait, jamais, essayé de se mettre à la place de Clicli, de savoir ce qu'elle avait ressenti sur le moment : de l'abandon, de la colère ... Mais, qu'importe ?

De l'eau avait coulé sous les ponts depuis, Nymphadora était en proie à quelques remords et ressentait; de plus en plus, l'envie de se justifier. Pour bien faire comprendre à son ancienne coéquipière que son départ un peu précipité, certes, n'était pas juste un coup de tête mais une décision bien réfléchie. La jeune fille avait pesé les pour et les contre et, pour une fois, les pour avait plus de poids dans la balance, elle était donc partie. La guérisseuse voulait aussi que Clicli ne se sente pas responsable de son départ car quoi qu'elle ait dit ou fait, ce n'était pas à cause d'elle que Nymphadora avait donnée sa démission. Mais avait-elle le droit de blâmer Clicli si elle pensait ainsi et si elle avait une mauvaise opinion d'elle ?

Pour revenir à nos moutons, Nymphadora patientait, l'heure de la fermeture approchait à grand pas. Dans sa tête, elle s'imaginait, déjà, la situation : soit Clicli refuserait de l'écouter et continuerait son chemin, ce qui serait puéril mais compréhensible. Soit elle l'écouterait sans prêter vraiment attention à ses qu'elle disait. Mais bon qui ne tente rien n'a rien. Il fallait peut-être qu'elle arrête de penser négativement et si ça trouve Clicli serait contente de la revoir.

Les rues du Chemin de Traverse se vidaient peu à peu et, déjà, quelques commerçants fermaient leur boutique. Le temps n'était pas vraiment propice pour une discussion au grand air, il faudra qu'elle se dépêche car le ciel, par sa couleur, annonçait ses futurs projets : Pluie et tonnerre. Perdue dans sa contemplation du ciel, strié de gris et de blanc, Nymphadora ne vit pas Clicli sortir de son magasin, par chance, cette-dernière n'avait pas encore le permis de transplannage, elle ne devait donc pas être loin. Au détour d'une ruelle, la jeune femme reconnu sa silhouette, elle pressa le pas, silencieuse comme une fourmi. (La comparaison XD) La préfète espérait que les quelques pas qu'avait fait Clicli lui avait permis de se libérer de la pression accumulée tout au long de la journée et qu'elle était apte à l'écouter. Bien qu'impatiente, elle ne lui sauta pas dessus et attendit encore un peu, avant de l'accoster.

Quelques gouttes vinrent s'écraser sur son visage et coulaient, telles des larmes qui accompagnaient, généralement, un triste moment, le long de ses joues, Nymphadorat rabattit le capuchon de sa cape sur ses cheveux d'un noir corbeau. Elle appréhendait cette rencontre et pourtant plus le temps passait, plus elle devenait inévitable. La préfète poussa un soupir de résignation et alla à la rencontre de Clicli. Elle lui attrapa le bras et la força à se retourner vers elle, comme début, elle avait connu mieux...

- Clicli...Je...Il y a deux ou trois choses dont j'ai envie de parler avec toi. Je...je...Désolée, de t'aborder comme ça en pleine rue alors que tu as sûrement des choses à faire mais il faut que tu m'écoutes.

Plus un ordre qu'une demande de faveur, elle s'en voulait déjà de parler ainsi. Elle avait dû mal à choisir ses mots et avait peur d'empirer la situation au lieu de l'améliorer... Comme avec Lucie ! Non, une fois mais pas deux, de chaque erreur, on tire une leçon et c'était le moment de montrer qu'elle avait compris celle-là. Nymphadora ne la regardait pas dans les yeux, elle ne regardait jamais personne en face et préférait, donc, contempler ses chaussures. D'autant plus qu'entre ses bégaiements, elle se demandait si la banquière avait compris quelque chose. Elle ne reprit pas la parole tout de suite et réfléchissait.
-
Tu te doutes que je ne suis pas ici pour discuter de la pluie et du beau temps. Je ne t'ai plus revue depuis que je suis partie de la banque, j'en ai déduis que tu as mal pris mon départ mais je ne t'en tiens pas rancune, il ne manquerait plus que ça. Sur le moment, je n'en ai pas parlé avec toi , je ne t'ai même pas laissé de mot pour m'expliquer et sache que je m'en veux. Si je suis là, aujourd'hui, c'est pour répondre te donner la réponses à tes question.


Nymphadora jeta un bref coup d'oeil à clicli, elle reprit la parole sans lui laisser le temps d'en placer une.

-
D'abbord, je ne suis pas partie à cause de toi, que du contraire, tu es quelqu'un avec qui, c'est un plaisir de travailler. Ce n'est pas non plus à cause d'un choix que tu voulais faire et qui m'aurait déçue mais je serais tout de même rester à la banque. Après tout c'est ta vie pas la mienne. Si je suis partie... C'est parce que je n'avais plus autant de plaisir à travailler à Gringotts, à verser les salaires, ect. Je me suis alors dit que ce serait mieux ou, du moins, plus juste, vis à vis de toi, de démissionner et que tu trouverais facilement quelqu'un d' plus motivé que moi. Je m'excuse, bien entendu, d'être partie sans te prévenir au préalable et je suis désolée de t'avoir laisser croire que c'était de ta faute... Car ce n'est absolument pas vrai. Voilà, c'est tout.

C'était une première, pour elle, de s'excuser mais elle espérait, ainsi, avoir mis fin aux ambiguités qui planaient entre elle-deux. Une bourrasque de vent avait fait tomber son capuchon, ses cheveux dégoulinaient le long de son dos mais la jeune fille ne fit rien pour le remettre en place. Nymphadora attendait la réaction de son interlocutrice, elle attendait une réponse ou même un simple mouvement de tête qui signalerait qu'elle avait compris ou du moins entendu.

Revenir en haut Aller en bas
Claire Wilson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans la rue

Message par : Claire Wilson, Mar 29 Juil 2008 - 15:17


Clicli était dans sa boutique, le temps venait de s’assombrir et le ciel était devenu gris, un orage s’apprêtait à tomber dans les rues magiques du Chemin de Traverse. Il n’y avait pas eu grand monde dans le magasin ce jour là, peut-être à cause du temps qui avait commencé à se gâter au milieu de l’après-midi ou tout simplement parce que les périodes de fêtes et les rentrées dans les académies magiques n’avaient pas lieu en ce moment. Une journée tranquille à s’occuper des bêtes, à les nourrir et à les choyer ce qu’elle aimait par-dessus tout. Mais l’heure de fermer n’était pas encore arrivée, la gérante regarda la pendule qui affichait 17 et 40 minutes, elle partit donc dans l’arrière boutique pour effectuer les comptes du jour, un travail pas très conséquent vu le peu de personne qui était passé aujourd’hui, elle avait même laissé Eurora rentrer tellement la boutique était déserte. Quelques minutes plus tard, la pendule se mit à sonner, l’un des chiots aboya ce qui remua quelque peu la boutique, tous les animaux changeaient de position pour dormir, c’était le rituel quotidien à chaque fois que la cloche annonçait l’heure, mais la jeune fille ne s’en lassait pas. Il était l’heure à présent de sortir sous la pluie battante, le tonnerre et les éclairs. Clicli mit sa cape sur les épaules et de manière à protéger ses longs cheveux noirs, elle mit sur son crâne le capuchon rouge accroché à sa grande cape. D’un sortilège efficace elle ferma la boutique et remit en place la pancarte avec marqué « Close » dessus. Maudissant le fait qu’elle n’ait pas son permis de transplanage, elle partit dans les rues sombres du Chemin de Traverse pensant aux récents événements.

Beaucoup de choses lui était arrivés dernièrement, pour commencer, Nymphadora Lupin qui avait été sa partenaire de banque durant plusieurs mois lui avait déposé sa démission, sans dire un mot et sans arguments, sur son bureau à la banque. Aucune raison ne lui avait été donnée et depuis ce jour, elle n’avait plus vue son ancienne coéquipière qui n’était pas seulement banquière à ses yeux, mais aussi amie, ayant le même âge, elles pouvaient facilement se comprendre. Ne comprenant pas vraiment ce qui avais pu se passer pour ce départ si précipité, la jeune Clicli se demandait réellement si ce n’était pas de sa faute, si elle avait fait un pas de travers ou si elle n’était pas assez indulgente. Cela faisait plus d’un mois qu’elles n’avaient échangée aucune nouvelle ce qui avait fragilisé la demoiselle. Bataillant pendant une semaine étant seul au commandement de la banque la plus populaire du pays, la banquière avait réussi à trouver une nouvelle recrue du nom de Mila qui avait fait ses preuves et qui semblait très contente de son nouveau travail. Cette dernière ressemblait beaucoup à Nymphadora qui avait eu le même dynamisme à son entré. C’est pourquoi la jeune Clicli avait éprouvé une certaine réticence à l’idée d’avoir une nouvelle coéquipière de peur de la perdre à nouveau. Mila avait du subir une formation intensive de manière à faire le travail le plus vite possible et visiblement elle était douée pour ça et elle y mettait du cœur. Et pour couronner le tout, Arwen, la co-gérante de sa boutique avait, elle aussi ,déposée sa démission, ce qui n’avait pas facilité la tache à la demoiselle. Clicli devait assurer la formation de Mila mais en même temps s’occuper à plein temps de la boutique et essayer de trouver une nouvelle vendeuse. Heureusement, en ayant posé quelques affiches pour montrer qu’elle cherchait quelqu’un, Eurora s’était proposée et elle correspondait parfaitement à ce que recherchait la jeune fille, et, elle aussi, avait dû commencer son travail sans être bien formée.

Jonglant entre la boutique et la banque, Clicli n’était pas retournée à Poudlard depuis plusieurs semaines, ce qui lui manquait énormément même si elle n’avait pas vraiment d’amis présents là bas. Sandra étant partie et blanche et visha ne donnant plus signe de vie, la jeune fille ne trouvait ni le temps, ni l’envie d’y retourner. Seul son lit douillet lui donnait envie d’y aller. Ce lit dans lequel elle ne c’était pas plongé depuis de longs jours préférant dormir dans le canapé de la boutique ou le grand fauteuil de la banque par manque de temps.

Elle marchait toujours, tranquillement, les pieds dans l’eau à cause de l’orage et la cape trempée par les grosses goûtes crées par celui-ci. L’orage grondait et la jeune gérante n’entendait même plus ses propres pas et les battements de son cœur qui accéléraient de plus en plus, tout d’abord à cause du froid et ensuite par cette ambiance lugubre qui régnait dans les rues.

Manquant de faire une crise cardiaque, Clicli sentit une main qui se posa sur son épaule et qui la retourna brusquement. Elle échappa un petit bruit sonore voyant son interlocuteur qui ne lui laissa même pas le temps d’ouvrir la bouche. C’était Nymphadora. N’étant pas du tout rancunière, la jeune fille s’apprêtait à lui faire la bise mais son amie pris d’abord la parole.


"Clicli...Je...Il y a deux ou trois choses dont j'ai envie de parler avec toi. Je...je...Désolée, de t'aborder comme ça en pleine rue alors que tu as sûrement des choses à faire mais il faut que tu m'écoutes. "


Elle bégaya et Clicli ne comprenait pas vraiment pourquoi. Il n’y en avait aucune raison. Même si un mois s’était écoulé depuis leur dernière rencontre et que la seule chose qu’elle avait eu de sa part était une lettre de démission, la jeune fille ne lui en voulait pas du tout. Clicli allait parler mais Nymphadora continua :


"Tu te doutes que je ne suis pas ici pour discuter de la pluie et du beau temps. Je ne t'ai plus revue depuis que je suis partie de la banque, j'en ai déduis que tu as mal pris mon départ mais je ne t'en tiens pas rancune, il ne manquerait plus que ça. Sur le moment, je n'en ai pas parlé avec toi , je ne t'ai même pas laissé de mot pour m'expliquer et sache que je m'en veux. Si je suis là, aujourd'hui, c'est pour répondre te donner la réponses à tes question…
D'abbord, je ne suis pas partie à cause de toi, que du contraire, tu es quelqu'un avec qui, c'est un plaisir de travailler. Ce n'est pas non plus à cause d'un choix que tu voulais faire et qui m'aurait déçue mais je serais tout de même rester à la banque. Après tout c'est ta vie pas la mienne. Si je suis partie... C'est parce que je n'avais plus autant de plaisir à travailler à Gringotts, à verser les salaires, ect. Je me suis alors dit que ce serait mieux ou, du moins, plus juste, vis à vis de toi, de démissionner et que tu trouverais facilement quelqu'un d' plus motivé que moi. Je m'excuse, bien entendu, d'être partie sans te prévenir au préalable et je suis désolée de t'avoir laisser croire que c'était de ta faute... Car ce n'est absolument pas vrai. Voilà, c'est tout."

Un énorme coup de tonnerre retendit, ce qui fit légèrement sursauter la jeune fille.. Clicli pris son amie par la main et s’abrita sous une sorte de petite cabane avec quelques bouts de bois qui permettait de protéger les deux demoiselles de l’eau qui coulait à flot. Un banc était présent, elles étaient à l’abri et pouvaient parler tranquillement, juste quelque fois interpellées par le tonnerre qui grondait particulièrement fort. La Gryffondor mis la main sur l’épaule de son ancienne partenaire banquière et lui fit simplement la bise. Et, finalement, lui dit :


« Tu sais, je ne t’en veux pas du tout, c’est vrai que je pensais que tout était de ma faute et que ton départ avait pour cause une erreur quelconque de ma part, mais ce que tu m’as dit me prouve le contraire et ça me rassure, tu n’avais pas besoin de t’excuser, des simples explications m’aurait suffises, tu sais. En tout cas, tout ce que je sais, c’est que je suis très contente de te revoir. Tu m’as beaucoup manqué et je n’ai pas vraiment compris pourquoi tu n’es pas venue me voir avant. »


Clicli s’arrêta là. Nymphadora était une très bonne amie à ses yeux, et malgré le fait qu’elle ne c’était pas vue depuis des jours et des jours, elle était heureuse de ses excuses, même si elle n’avait pas besoin de le faire. Elle regarda Nymphadora dont le capuchon était tombé lorsqu’elle était sous l’eau. Ses cheveux trempés faisaient ressortir ses yeux. Clicli à son tour retira son propre capuchon pour rester dans une position confortable, et pour fini la gérante regarda son amie dans les yeux et trouva pour seul geste : un sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Nymphadora Lupin
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Métamorphomage




Re: Dans la rue

Message par : Nymphadora Lupin, Mar 29 Juil 2008 - 17:24


Et bien, Nymphadora s'était attendue à tout sauf à ça, loin d'être mécontente, elle était quelque peu confuse. Mais de toute façon, ces derniers temps, la jeune fille était quelque peu fataliste et croyait plus au destin qu'en elle-même, ce qui était rare pour quelqu'un comme elle. Au fil de son discours, elle n'avait pas vu le temps se dégrader, la pluie avait laissé place au tonnerre et ses cheveux, maintenant, collait à son visage. Et, c'est sans résister qu'elle laissa Clicli la tirer en dessous d'un abris sommaire. De toute les réactions qu'elle avait pu espérer, celle dont faisait preuve son amie était la dernière dont elle avait imaginée. Une simple bise venait de briser le mur de glace qui s'était glissée entre elle-deux.

Nymphadora souriait bêtement et à son tour, sans intervenir, écoutait ce que la banquière avait à lui dire. La préfète n'avait jamais pensé qu'un jour, elle pourrait manquer à quelqu'un, ce qui était idiot, elle le concevait. Même dans sa grotte avec d'autres personnes, Lucie pensait à elle. Même alors qu'elle l'avait laissé tombée, Clicli pensait à elle. Nymphadora avait, depuis longtemps, passé l'âge de croire que personne ne l'aimait car c'était
faux et elle le savait pertinemment. Elle ne sut pas quoi répondre aux nouvelles question que lui posait Clicli. Pourquoi n'était-elle pas venue plutôt ? Par peur d'être rejetée, d'être traité comme quelqu'un qui abandonne ses fonctions sans donner de bonnes raisons ? Mais c'est ce qu'elle était après tout et Clicli aurait eu le droit de la traiter de cette façon... Mais elle ne l'a pas fait et la jeune fille lui en était reconnaissante. Elle méritait donc quelques explications, à nouveau, aussi vagues soient-elles.

- Je ne sais même pas pourquoi je ne suis pas venue plus tôt. J'avais peut-être peur de te voir que tu ne me crache à la figure pour ce que j'avais fait. A ta place, j'aurai agi ainsi mais tu n'es pas comme moi et par chance, tu pardonnes facilement et sans ressentiment en plus. Tu m'as manquée aussi beaucoup plus que je ne le montre mais bon, tu dois savoir, que je ne montre par facilement mes sentiments. Un trait de famille dont j'ai hérité malheureusement.

En parlant ainsi, Nymphadora venait de tirer un trait sur cette histoire, ce n'était plus que du passé, une page d'un livre qu'elles venaient de tourner, ensemble. La tempête ne se calmait pas, les rues étaient trempées ainsi que les façades des maison et boutiques, l'eau dégoulinait jusqu'aux égouts qui les évacuaient Merlin, seul, savait où. La jeune fille attendait, assise sur un banc, elle regardait le des plaques d'eau entrain de se former, à ses côtés une amie...Que demander de plus ? Rien, c'était parfait, quoi qu'un petit cocktail et de beaux jeunes hommes se pavanant devant elles seraient les bienvenus. Nan, c'est pour rire ou pas.

-j'ai envie d'un peu d'action, de faire quelque chose de spéciale ce soir.

Si elle n'avait pas vu les lèvres de Clicli bouger, Nymphadora aurait cru rêver et aurait pu prétendre entendre des voix, c'est le début de la folie, il parait. C'est vrai qu'elle n'avait plus rien fait ces temps-ci, à part se planter devant la télévision et regarder des programme moldus, peu éducatif ou encore passer sa journée dans son lit à batailler avec ses draps.On s'occupe comme on peut... Clicli devait sûrement avoir une idée derrière la tête car sinon elles seraient restée ici à papoter pendant des heures. La banquière avait, peut-être, juste envie de faire un truc qui sorte de l'ordinaire, autre chose que de travailler pendant toute la journée. Et, pour la première fois, depuis qu'elles étaient assises, Dora regarda son amie. Elle souriait, un beau sourire qui faisait découvrir ses dents blanche, derrière ça, se cachait quelques problèmes apparemment, presque, tout résolus et un peu de fatigue. Dans ses yeux, on pouvait voir un peu de fatigue mais masqué, habilement, par l'envie de faire une folie. La jeune fille ne pouvait que céder et par un mouvement de la tête marqua son approbation.

- Et où voulez-vous allez madame l'aventurière ? Parce que je ne sors pas souvent de chez moi donc à part les rues de Pré-Au-Lard, je ne connais pas grand chose.

- J'ai envie d'aller dans la cabane hurlante depuis un bout de temps, ça te dit ? ... Mais heu, je ne sais pas transplanner alors je ne sais pas si c'est vraiment judicieux d'y aller à pieds.

- Encore heureux que je suis là et que j'ai passé mon permis dès que j'ai été majeur sinon on aurait été obligées de marcher sous la pluie quoi que ça ne me dérange pas trop...

Elle se levèrent presque en même temps, se recouvrirent de nouveau leur cheveux. Nymphadora ne savait pas si Clicli avait déjà transplanner ou non mais elle la rassura quand même. Ce n'était un aucun cas dangereux sauf si elle tenait vraiment trop à toutes les parties de son corps, alors, il était préférable qu'elle y ait à pattes. C'était pour rire, bien entendu, la guérisseuse savait vraiment transplanné et ce, sans perdre aucune partie en chemin. Elle lui prit la main, lui fit jurer de ne jamais la lâcher en cours de route et dans cinq minutes, maximum, elles seraient à la cabane hurlante. Un crac sonore retentit et elles disparurent.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans la rue

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 30

 Dans la rue

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 16 ... 30  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.