AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 4 sur 30
Dans la rue
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 17 ... 30  Suivant
Nymphadora Lupin
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor

Re: Dans la rue

Message par : Nymphadora Lupin, Mar 29 Juil - 11:24


Et bien, Nymphadora s'était attendue à tout sauf à ça, loin d'être mécontente, elle était quelque peu confuse. Mais de toute façon, ces derniers temps, la jeune fille était quelque peu fataliste et croyait plus au destin qu'en elle-même, ce qui était rare pour quelqu'un comme elle. Au fil de son discours, elle n'avait pas vu le temps se dégrader, la pluie avait laissé place au tonnerre et ses cheveux, maintenant, collait à son visage. Et, c'est sans résister qu'elle laissa Clicli la tirer en dessous d'un abris sommaire. De toute les réactions qu'elle avait pu espérer, celle dont faisait preuve son amie était la dernière dont elle avait imaginée. Une simple bise venait de briser le mur de glace qui s'était glissée entre elle-deux.

Nymphadora souriait bêtement et à son tour, sans intervenir, écoutait ce que la banquière avait à lui dire. La préfète n'avait jamais pensé qu'un jour, elle pourrait manquer à quelqu'un, ce qui était idiot, elle le concevait. Même dans sa grotte avec d'autres personnes, Lucie pensait à elle. Même alors qu'elle l'avait laissé tombée, Clicli pensait à elle. Nymphadora avait, depuis longtemps, passé l'âge de croire que personne ne l'aimait car c'était
faux et elle le savait pertinemment. Elle ne sut pas quoi répondre aux nouvelles question que lui posait Clicli. Pourquoi n'était-elle pas venue plutôt ? Par peur d'être rejetée, d'être traité comme quelqu'un qui abandonne ses fonctions sans donner de bonnes raisons ? Mais c'est ce qu'elle était après tout et Clicli aurait eu le droit de la traiter de cette façon... Mais elle ne l'a pas fait et la jeune fille lui en était reconnaissante. Elle méritait donc quelques explications, à nouveau, aussi vagues soient-elles.

- Je ne sais même pas pourquoi je ne suis pas venue plus tôt. J'avais peut-être peur de te voir que tu ne me crache à la figure pour ce que j'avais fait. A ta place, j'aurai agi ainsi mais tu n'es pas comme moi et par chance, tu pardonnes facilement et sans ressentiment en plus. Tu m'as manquée aussi beaucoup plus que je ne le montre mais bon, tu dois savoir, que je ne montre par facilement mes sentiments. Un trait de famille dont j'ai hérité malheureusement.

En parlant ainsi, Nymphadora venait de tirer un trait sur cette histoire, ce n'était plus que du passé, une page d'un livre qu'elles venaient de tourner, ensemble. La tempête ne se calmait pas, les rues étaient trempées ainsi que les façades des maison et boutiques, l'eau dégoulinait jusqu'aux égouts qui les évacuaient Merlin, seul, savait où. La jeune fille attendait, assise sur un banc, elle regardait le des plaques d'eau entrain de se former, à ses côtés une amie...Que demander de plus ? Rien, c'était parfait, quoi qu'un petit cocktail et de beaux jeunes hommes se pavanant devant elles seraient les bienvenus. Nan, c'est pour rire ou pas.

-j'ai envie d'un peu d'action, de faire quelque chose de spéciale ce soir.

Si elle n'avait pas vu les lèvres de Clicli bouger, Nymphadora aurait cru rêver et aurait pu prétendre entendre des voix, c'est le début de la folie, il parait. C'est vrai qu'elle n'avait plus rien fait ces temps-ci, à part se planter devant la télévision et regarder des programme moldus, peu éducatif ou encore passer sa journée dans son lit à batailler avec ses draps.On s'occupe comme on peut... Clicli devait sûrement avoir une idée derrière la tête car sinon elles seraient restée ici à papoter pendant des heures. La banquière avait, peut-être, juste envie de faire un truc qui sorte de l'ordinaire, autre chose que de travailler pendant toute la journée. Et, pour la première fois, depuis qu'elles étaient assises, Dora regarda son amie. Elle souriait, un beau sourire qui faisait découvrir ses dents blanche, derrière ça, se cachait quelques problèmes apparemment, presque, tout résolus et un peu de fatigue. Dans ses yeux, on pouvait voir un peu de fatigue mais masqué, habilement, par l'envie de faire une folie. La jeune fille ne pouvait que céder et par un mouvement de la tête marqua son approbation.

- Et où voulez-vous allez madame l'aventurière ? Parce que je ne sors pas souvent de chez moi donc à part les rues de Pré-Au-Lard, je ne connais pas grand chose.

- J'ai envie d'aller dans la cabane hurlante depuis un bout de temps, ça te dit ? ... Mais heu, je ne sais pas transplanner alors je ne sais pas si c'est vraiment judicieux d'y aller à pieds.

- Encore heureux que je suis là et que j'ai passé mon permis dès que j'ai été majeur sinon on aurait été obligées de marcher sous la pluie quoi que ça ne me dérange pas trop...

Elle se levèrent presque en même temps, se recouvrirent de nouveau leur cheveux. Nymphadora ne savait pas si Clicli avait déjà transplanner ou non mais elle la rassura quand même. Ce n'était un aucun cas dangereux sauf si elle tenait vraiment trop à toutes les parties de son corps, alors, il était préférable qu'elle y ait à pattes. C'était pour rire, bien entendu, la guérisseuse savait vraiment transplanné et ce, sans perdre aucune partie en chemin. Elle lui prit la main, lui fit jurer de ne jamais la lâcher en cours de route et dans cinq minutes, maximum, elles seraient à la cabane hurlante. Un crac sonore retentit et elles disparurent.
Revenir en haut Aller en bas
Zhadrryen Black
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Loup


Re: Dans la rue

Message par : Zhadrryen Black, Mer 10 Déc - 8:36


Le temps était calme quoi qu'un peux frisqué, forcément on était en décembre, et l'hiver s'annonçait rude cette année, il fallait prévoir une chaude maison et avoir pensé rentré assez de bois pour passer l'hiver. Un soleil sans chaleur était bien présent avec quelques nuages, un temps annonciateur de neige.

L'activité de la rue était réduite, les élèves étaient surement tous à Poudlard, entrain de suivre les cours, les commerçants vaquaient à leur occupation, tout semblait calme. A part les quelques alcooliques qui n'arrivait jamais à trouver de travail et qui essayaient d'oublier leur malheur dans du whisky pur-feu.

Un homme se promenait tranquillement sur le chemin de traverse, il était vêtu d'un jean avec un pull assez classe mais qui n'entravait pas ses mouvements, il avait sur ses épaules également une cape très pratique pour couper le vent froid qui sévissait dans la rue. L'homme se promenait sans destination finale particulière, en fait il faisait une ronde de surveillance. Les mangemorts étaient de plus en plus souvent actif. Zhadrryen, le chef des aurors, préférait prévoir que guérir.

En se promenant il réfléchissait à la meilleur façon de contrecarrer les plans de ses ennemis. Plusieurs idées lui traversa l'esprit mais il fallait du temps pour pouvoir les mettre en place, sachant que les mangemorts étaient des combattants hors pair, quoique dernièrement le niveau s'était nettement dégradé. Un des mangemorts avait laissé apparaître son visage pendant un combat, c'était vraiment très louche, mais peut être que les mangemorts avaient du mal aussi à recruter de bons partisans pour servir leur funeste cause.

Les animaux de Zhadrryen n'étaient jamais loin, prêt à intervenir si Zhadrryen était en mauvaise posture. Le phénix de Zhadrryen, Pyro, était perché sur un toit observant les alentours de son œil perçant. La louve quand à elle, déambulait une cinquante de mètre devant Zhadrryen. Son rôle était en quelque sorte de prévenir Zhadrryen du moindre danger qui pouvait survenir. Zhadrryen était fier de ses animaux, ils faisaient maintenant parti de la famille. Zhadrryen aurait vraiment du mal à s'en remettre si il perdait l'un de ses compagnons. Il aurait le cœur aussi brisé que si il perdait Mione son amour de jeunesse. Il n'avait connu personne d'autre que Mione. Le cœur de Zhadrryen lui appartenait à la vie à la mort.

Le visage de Mione apparût dans l'esprit de Zhadrryen, ce dernier sentit son cœur battre plus fort plus vite. Avant sa capture chez les mangemorts, Zhadrryen voulait lui demander une chose qui lui tenait à cœur, cependant, depuis son retour il n'avait jamais eu l'occasion de lui poser la fameuse question. Il ne savait pas comment faire ni quand. Pendant leur pendaison de crémaillère? Quand ils étaient seulement à deux dans leur maison?

Zhadrryen espérait en marchant dans le chemin de traverse croiser une personne de sa connaissance ou faire de nouvelle connaissance. Maintenant il était assez connu dans le monde magique pour qu'on le reconnaisse facilement, cela faisait maintenant plus d'un an qu'il avait obtenu le poste de chef des aurors. Bon il avait passer trois mois chez les mangemorts, et les résultats n'étaient toujours pas dévoilés afin de ne pas discréditer les aurors, mais quand même.
Revenir en haut Aller en bas
David Page
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Dans la rue

Message par : David Page, Mar 23 Déc - 15:35


La vie n'était pas facile ces temps-ci, les menaces mangemorts se faisaient de plus en plus pressantes, la Cérémonie des Merlins d'Or avait vu l'intrusion de Détraqueurs. Non, en effet, il ne faisait pas bon être sorcier par les temps qui couraient. Mais il fallait bien faire avec, c'est avec toutes ces pensées en tête que David Page vivait depuis son retour chez les sorciers. Et puis, il n'y avait pas que ça, sa vie à lui n'était pas faite pour avoir le sourire tous les jours et quelle que soit la situation. Son boulot, concierge de Poudlard, était intéressant, mais combien d'élèves pouvaient prendre plaisir à le faire tourner en rond et à se moquer de lui... Sentimentalement, ce n'était pas ça non plus, il ne savait plus trop où il en était et évitait franchement d'y penser.

Ce jour-là, David marchait tranquillement sur le Chemin de Traverse, il n'avait rien à faire à Poudlard et il s'était donc rendu ici, peut-être dans l'espoir de rencontrer du monde car il n'avait aucun achat particulier à faire. La foule se pressait, toujours plus grande, plus impressionnante, Noël approchait et il était venu le moment des emplètes. David, de son côté, n'avait acheté aucun cadeau, pour l'offrir à qui ? Personne n'était réellement proche de lui, il n'avait rien d'un Ours pourtant, c'était son attitude qui l'avait poussé à se mettre lui même en dehors de la société. Et pourtant, il n'en avait nullement envie. Il commençait depuis un certain temps à faire des efforts, tout le monde n'avait pas pardonné son attitude passée mais il ne pouvait pas non plus réécrire l'histoire, malheureusement.

Pris d'un frissonnement, David remonta son écharpe jusqu'au dessus de son menton, il n'avait pas vraiment envie d'attraper froid juste avant les fêtes de Noël. Etant donné qu'il n'avait rien de spécial à effectuer, il alla s'asseoir sur un banc et il ne ferait que regarder les gens passer, à moins que l'un deux daigne venir lui parler...
Revenir en haut Aller en bas
Madisson Dechamps
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : Madisson Dechamps, Mar 23 Déc - 16:09


Brooke avait décidé de faire une petite sortie avant les fêtes. Elle avait donc décidé d’aller dans les rues du chemin de Traverse pour se promener et passer le temps. Elle c’était donc bien habillée pour la journée car il faisait assez froid. Elle ne voulait surtouts pas tombé malade pour le temps des fêtes. Ça serait si dommage! Alors elle marchait dans les rues. Il y avait beaucoup de gens même à ce temps de l’année. Elle en était même assez surprise. Brooke s’arrêta de marcher et décida de mettre ses gants et sa tuque pour ne pas attraper froid. Ensuite, elle recommença à marcher lentement tout en regardant les passants pour voir si elle ne connaissait pas quelqu’un à qui elle pourrait bien parler. Ensuite, elle regarda les arbres qui étaient découvert de leurs feuilles. Au même moment la neige commença à tomber. Mais le vent se mis de la partie. Rien pour alerter une tempête. C’était une très belle image de Noel. Enfin de la neige cria Brooke dans sa tête bien sur. Mais Brooke revins à la réalité, elle ne savait toujours pas quoi faire de cette magnifique journée si s’annonça plutôt enneigé. Elle se tourna et vit donc quelqu’un qui venait peut être de Poudlard. Elle se dirigea vers lui et lui dit :


- Coucou David Page.


Brooke lui fit un superbe sourire. Elle ne le connaissait pas beaucoup, mais elle lui avait déjà parlé et elle avait une bonne impression de lui a première vu.


- J’espère que tu vas bien ?


Brooke s’assis sur le banc ou logeai David. Elle se tourna vers lui en attendant sa réponse. Elle avait peut être donc trouvé la personne avec qui elle pourrait surement passer la journée! La neige tombait toujours et le vent s’est calmé et le temps était aussi merveilleux.
Revenir en haut Aller en bas
David Page
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Dans la rue

Message par : David Page, Ven 26 Déc - 9:06


Les gens défilaient dans la rue, tous plus pressés les uns que les autres, parfois ne regardant pas où il marchaient, ce qui créaient des bousculades. David Page, quant à lui, était toujours assis sur son banc, se sentant si loin de toute cette cohue, tout en y étant en même temps si proche. Il pensait à tout et à rien lorsque que quelqu'un s'approcha de lui, il s'agissait de Brooke Davis, une jeune élève qui avait fait son entrée très récemment à Poudlard. Elle salua le concierge avant de s'asseoir à ses côtés, puis elle lui demanda comment il allait.

- Eh ben écoute, on fait aller comme on peut. Et toi, ton entrée à Poudlard s'est bien déroulée ? Et au fait, qu'est-ce que tu viens faire ici, au Chemin de Traverse ?

Il demandait généralement aux élèves comment s'était passé leur entrée au collège des sorciers. Il se remémora sa propre entrée à Poudlard, elle s'était passée plutôt tranquillement, sans soucis particuliers. Il était vrai que cet endroit était vraiment magnifique, magique pour ainsi dire, on ne s'y enuyait jamais. Et son poste de concierge n'était pas étranger au fait qu'il aimait ce lieu. Malgré ça, il y avait vécu des moments difficiles, mais c'était oublié, le positif prenait le pas sur le négatif...
Revenir en haut Aller en bas
Nathaniel
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans la rue

Message par : Nathaniel, Ven 13 Fév - 13:10


Nathaniel sortait juste de la boutique d'Ollivander, la boite de sa baguette sous le bras .

Il était content de sa nouvelle acquisition, bien qu'il fut de mauvaise humeur . Il lui restait de nombreuse choses à faire, et la liste des achats qu'il lui restait a effectuer était encore dans sa poche .


Il contempla un instant le rue, son regard voyageant de droite à gauche . Il réajusta le col de sa cape pour se protéger du froid qui commençait a se faire sentir, cala sa boite sous son bras droit, afin de fourrer ses mains dans ses poches, puis se mit enfin en route .

La rue était redevenue déserte, étrangement calme .

Et dire que la journée n'est pas finie, songea Nathaniel .

Il repassa mentalement la liste des tâches qu'il lui rester : acheter des vêtements pour Poudlard, les fournitures diverses -plume encre parchemin, etc.
Ainsi qu'un chaudron .

Il se dit qu'après cela il irait certainement déguster une bonne tasse chocolat chaud pour se réchauffer . Avec de la cannelle, precisa -t-il intérieurment .

Sentant le courage l'abandonner, il reprit, lentement, sa marche .
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans la rue

Message par : Invité, Dim 1 Mar - 16:04


Une nuit calme et reposante s’était installée à Londres. Le ciel était éclairé d’étoiles peu visibles à cause des lumières de la ville. C’était une claire nuit d’hiver qui s’assombrit encore plus d’un seul coup.

L’air ambiant passa d’une température hivernale à un degré polaire et le panneau de bois annonçant l’entrée du magasin d’accessoire de Quidditch arrêta de se balancer sous le vent. Si un sorcier avait été éveillé à cette heure-là, nul doute qu’il se serait enfuit ou aurait tenté de se protéger un désespoir intense. Mais le monde environnant dormait... Et les doux rêves se transformèrent graduellement en cauchemars sans toutefois réveiller leurs propriétaires.

Une ombre venait de se glisser dans le chemin de traverse. Sa tête encagoulée semblait tourner d’un côté à l’autre de la rue et une sorte d’aspiration faisait penser que la chose inspirait sans discontinuer.

Le détraqueur garda finalement la tête tournée au-dessus de l’entrée d’une maison sur sa droite. Une boutique quelconque d’objets qui ne lui servirait jamais et qui n’avaient aucune importance. Quelqu’un avait ici une grand espérance ...


Chez Monsieur Oakby

Monsieur Oakby, vendeur de chaudrons, dormait à points fermés. Il avait aujourd’hui fait de belles ventes. Les nouveaux chaudrons Chanjelavie leur avait dernièrement livré un lot de chaudrons anti-brule-contenu qui faisait le bonheur des ménagères. De plus, leur prochaine gamme de chaudron de grande capacité ferait fureur à la prochaine rentrée.

Mais Monsieur Oakby était loin de ses chaudrons pour le moment. Son rêve le menait dans les bras de la charmante voisine, marchande, elle aussi de son état. Il lui vouait depuis toujours une admiration sans borne et l’invitait presque toutes les nuits dans ses songes. Mais celui-ci commençait à tourner mal. Marbella (le nom de la charmante marchande) commença par prendre feu. Elle ouvrait grand la bouche dans un cri silencieux et tendant des bras déjà carbonisés à son amoureux. L’image suivante était celle de la même femme fixant des yeux morts depuis le fond d’un lac. D’autres images se succédaient toutes aussi terribles et traumatisantes pour leur propriétaire.

Un frisson redressa Monsieur Oakby sur son lit. La sueur dans son dos et sur son front était glacée et il tremblait de tous ses membres. Le froid et la peur n’y était pas étrangers mais la vision qui l’attendait n’allait pas l’aider.

Un détraqueur, immense et noir répandait son aura autour de la chambre. L’homme n’avait que la sensation de l’espoir perdu. Un désespoir tel qu’il n’avait même pas la volonté de tendre la main pour attraper sa baguette. Et il ne comprenait pas. La chose se pencha alors sur l’être humain. Deux, puis trois images de sorciers se succédèrent alors dans son esprit.


- Comp... comprend p’pas... pleurnicha-t-il en enfouissant la tête dans ses mains.

Une nouvelle image de Marbella torturée s’imposa alors à l’esprit du vendeur.


- STOOOP ! S’IL VOUS PLAIT, ARRÊTEZ ! ...

Son esprit avait autant crié que sa gorge. Et le détraqueur aurait sourit si cela avait été dans sa nature ou même s’il en avait été capable. Les trois portraits de sorciers se succédèrent alors à nouveau sous les paupières closes de Monsieur Oakby. D’autre défilèrent encore. Et toutes, il les mémorisa.

- D’accord ... d’accord, j’ai compris... T’tout ce que vous voudrez... oui ...

Il avait compris. Au grand désespoir du détraqueur qui devait alors arrêter sa séance de torture.

Quelques minutes plus tard...

Il leur fallait encore un point stratégique. A l’autre bout de la rue, l’immondice trouva une autre source intarissable d’espoir. Merveilleux comme l’esprit humain peut espérer ...


Chez Mme Vablatsky

Un bruit de verre brisés avait fait sursauter Augusta Vablatsky. Grande sorcière de la lignée de la très célèbre Cassandra Vablatsky qui avait écrit un livre encore plus célèbre qu’elle. Bien que voyante elle-même, Augusta Vablatsky ne vendait pas ses prédictions. Elle préférait faire profiter ses visions à ses amis seulement. En effet, son mari ayant une très bonne situation au ministère, pourquoi s’évertuerait-elle à convaincre les gens que ses prédictions étaient réelles alors qu’elle pouvait consacrer son temps au bien être de sa famille.

Elle était pourtant honorée de ce don transmis. Sa fille elle-même l’avait développé beaucoup plus qu’elle et elle en tirait un fierté immense. Daisy avait d’ailleurs les plus grandes qualités qu’une sorcière pouvait présenter (selon son regard impartial de mère, évidemment). Elle venait tout juste d’entrer à l’académie de magie de Beaubâtons. En effet, Augusta Vablatsky avait fait ses études à Poudlard mais pensait que le don de voyance était quelque peu prit de haut dans cet institut. Elle avait alors appris le français à sa fille et l’avait présentée à l’Académie où elle avait été acceptée.

Mais cette nuit, Daisy était en France. Et son mari avait dû partir au séminaire « Sachez mieux faire oublier le monde de la Sorcellerie à nos amis Moldus » qui le retenait la semaine complète et qui devait lui apporter une promotion dans quelques mois. Elle s’interrogea donc quelques secondes sur le bruit qu’elle avait entendu et en conclu qu’il ne devait s’agir que de son imagination.

Le froid la fit frissonner et elle se pelotonna un peu plus au fond de la couette. Un souffle d’air glacé lui rabattit alors quelques mèches sur le visage. Elle était pourtant sûre d’avoir tout fermé : le froid avait été si prenant dans la journée... Augusta Vablatsky se redressa sur son séant. Quelque chose n’allait pas. Un silence plein de souffrance l’entourait brusquement. Elle avait déjà compris et tendit la main sur la table de chevet où trônait sa baguette ...

Tout devint alors flou. Sa fille se matérialisa alors sous ses yeux. Elle criait, pleurait, suppliait aux travers d’un mur de désespoir qui la retenait à Azkaban. L’image se dissout pour qu’elle vit apparaitre son mari, au milieu d’une forêt, entouré d’araignées gigantesques. Il se battait du mieux qu’il pouvait mais les géantes se rapprochaient un peu plus à chaque secondes. Une autre image figurant sa fille à demi-morte au fond d’un lit de Ste Mangouste lui sauta à la figure. Les médecins la regardaient d’un air de pitié et secouaient négativement la tête.

... elle criait sans s’en rendre compte. Non, ce n’étaient pas ses souvenirs. Tout cela ne pouvait pas être arrivé. Mme Vablatsky était retombée à demi-évanouie dans son lit et vit alors ce qu’elle savait être présent. L’immondice toucha sa joue et traça un trait imaginaire jusque dans le cou de la femme. Elle était pétrifiée. De froid et de peur. Elle aurait fait n’importe quoi pour que cela s’arrête.

Le visage de plusieurs dizaines de sorciers s’imprima dans son esprit. Elle avait très vite compris. Contrairement à l’homme. Et elle détestait déjà ces images qui venaient de faire de sa vie un enfer.


- Allez-vous-en, maintenant... partez... Je vous en supplie, je vous obéirais.

Ayant encore une fois trop rapidement obtenu satisfaction, l’ombre disparut dans la nuit et la température celle d’une nuit glaciale d’hiver.




Le lendemain matin, lorsque Monsieur Oakby et Mme Vablatsky tentaient encore de se convaincre que leur nuit n’avait été qu’un horrible cauchemar, leurs portes fracturées battant contre les chambranles leur prouvèrent le contraire... ils savaient qu’ils suivraient les instructions des détraqueurs et que jamais ils n’en parleraient à personne. Le moindre vestige de pensée rationnelle avait été balayé par le traumatisme subit, toute tentative de les raisonner à ce sujet ne ferait que les plonger dans un mutisme autiste ou dans une panique folle. Extérieurement, leur vie continuerait, mais une chose noire et immonde leur rongeait désormais l’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Louisanne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage




Re: Dans la rue

Message par : Louisanne, Mer 1 Avr - 7:08


Louisanne flânait tranquillement en cet après-midi du 1er avril. Il faisait plutôt beau, doux, avec un joli soleil et quelques nuages blancs. La jeune fille était de bonne humeur, elle venait de terminer une série de livres intitulés Les Malheurs De Sophie, Les Petites Filles Modèles, et Les Vacances. Louisanne avait eu envie de les lire, car cette histoire se passait au 18e siècle, et que la jeune fille adorait cette période là. et puis, la petite héroïne, Sophie été orpheline, comme elle même.
La jeune sorcière regardait les vitrines des nombreux petites boutiques qui ornaient le Chemin De Traverse. La grande et belle vitrine du magasin de Quidditch attira l'attention de la Serdaigle ; qui regarda les balais tous plus beaux les uns que les autres. Louisanne avait toujours aimer le Quidditch et les balais, mais elle n'avait qu'une Comète 260.

" Peut être qu'Isabella acceptera de me prêter un petit peu d'argent pour m'acheter un Nimbus ... "
pensa la jeune fille.

Mais Louisanne ne se laissa pas attendrir à la pensée de sa tante. Elle continua sa route sous le soleil assez doux d'avril. La jeune sorcière marcha encore une bonne demi-heure dans les rues qui à présent, se remplissait de sorciers et de sorcières en tout genre. Louisanne se dépêcha de rentrer ensuite à Poudlard, car elle voulait voir Eladora, et lui dire quelque chose ...
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Dans la rue

Message par : Peyton, Dim 5 Avr - 8:33


La proposition de la jeune fille semblait convenir à Mike, qui décida de fermer son noberges et de foutre tout le monde dehors... belle autorité!

- Bon les jeunes, c’est pas que je ne vous aime pas mais dans dix minutes je ferme. J’aimerais bien me coucher tôt.

Que de mensonges pour satisfaire une femme... roh les mecs, vous êtes incroyables! Après que Mike eut fermé son noberge, Peyton et lui se retrouvèrent seul un instant. Les lumières éteintes, il faisait super sombre, heureusement que la pleine lune se reflétait sur les bouteilles fin de mettre un peu de clarté...

- Allez chevalier, prend ton képi! et dehors, allons affronter les démons de la nuit... chemin de Traverse ça te va? (yavé pas d'autres rues de libres à Londres :sad: )

Peyton, accompagnée de sa fidèle gratte et de son sac, sortit la première du bâtiment pour débuter les balade nocturne. Le chemin de Traverse était vide à cette heure-ci... en passant devant sa boutique, Peyton sourit et la montra à Mike. Elle ne voulait pas y aller ce soir, n'aimant pas les heures sup' et n'étant jamais rassurées quand elle voyait les nanimaux la nuit... Arrivée sur d'une petite place, elle se cala sur un banc et attendit que Mike vienne la rejoindre avant de sortir une bouteille de Rhum Charrette, une de sirop de canne et une de jus de goyave afin de préparer son nectar favori... Après avoir mit les bonnes doses dans une autre bouteille, elle rangea ce qui restait dans son sac et tendit le mélange à son ex-directeur.


- Tiens! Aux serdaigles! dit-elle en riant sachant pertinemment qu'ils ne le méritaient pas.

La jeune fille sortit ensuite sa gratte de sa housse et commença son accordement avant de piquer une gorgé de punch à Mike.

- J'en ai fait des meilleurs... mais y'a pire! Titre de chanson, stp? Passe commande, c'est gratuit...

Cela faisait pas mal de temps que Peyton n'avait pas gratté... Elle kiffait cette guitare, d'une qualité impressionnante, que Cronos lui avait offerte comme cadeau d'adieu. En attendant que Mike se décide, elle gratta quelques accords et riff, histoire de voir si l'accordement était parfait mais aussi de se mettre dans le bain.

- T'es trop sex quand tu réfléchis...
dit-elle sans vraiment savoir pourquoi. Ce n'était pas encore l'alcool, elle n'avait pas encore beaucoup bu, mais parfois, elle avait des coups de speed.

Faisant comme si de rien n'était, elle continua de gratter doucement à gestes contrôlés, n'émettant pas énormément de son, attendant la réponse du jeune homme. Elle n'était pas timide mais plutôt solitaire... sauf que parfois, il fallait s'ouvrir aux gens. Surtout quand ça fait longtemps qu'on est seul. Point barre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans la rue

Message par : Invité, Dim 5 Avr - 13:26


Mike éteignit les lumières pour se retrouver dans une semi-obscurité qui n'était pas pour lui déplaire. Il aimait la nuit qui bien souvent, était plus calme que le jour. Elle permettait parfois de penser à bien des choses utiles et trouver des solutions ou faire le bon choix, tout simplement

- Allez chevalier, prend ton képi! et dehors, allons affronter les démons de la nuit... chemin de Traverse ça te va?
Mike hocha de la tête. Ce soit, il aurait été prêt à faire des kilomètres pour une fois qu'il n'était pas seul. Peyton lui montra sa boutique d'animaux magiques mais apparemment, elle ne souhaitait pas lui montrer les spécimens intéressants qu'elle avait. D'ailleurs, le directeur des serdaigles se sentit honteux d'avoir laissé enfermer ses animaux au lieu de sortir avec mais la jeune femme n'aurait peut-être pas appréciée la compagnie de ces bêtes de compagnie.

Ils arrivèrent à une petite place tranquille où il n'y avait pas âme qui vive. Ça tombait bien, Mike n'aimait pas le monde et surtout pas lorsqu'il était en si charmante compagnie. Malgré tout, il se dit qu'il faudrait qu'il arrête de se comporter comme un être solitaire et se laisser aller un peu. Wait and see mais surtout pas faire le coup du "je m'en fous de tout et puis je suis comme ça". Son tempérament autodestructeur avait tendance à prendre le dessus ces dernières années mais pour une fois, il le mit de côté.
Peyton sortit quelques bouteilles pour faire un cocktail, ce qui n'était pas pour lui déplaire. Et d'ailleurs, pour une fois, ce n'était pas lui le serveur.

- Tiens! Aux serdaigles! dit-elle en riant sachant pertinemment qu'ils ne le méritaient pas.

- Aux serdys ! Mais ce soir, laissons-les de côté.

Il eut un petit rire mais il n'avait pas très envie de parler de ces phénomènes des temps modernes. Il voulait passer une agréable soirée alors valait mieux oublier tout ça. Il but un coup et le breuvage lui plut quand même. Il avait déjà goûté pire ^^. La jeune femme semblait dans les mêmes dispositions. Elle sortit sa guitare. Mike remarqua qu'elle ne devait pas l'avoir depuis très longtemps. Sa première pensée fut "surtout qu'elle ne me joue pas du Carla Bruni".

- J'en ai fait des meilleurs... mais y'a pire! Titre de chanson, stp? Passe commande, c'est gratuit...

Il réfléchit un instant. Il ne s'attendait pas à cette question. Faut dire, pendant les sept années à Poudlard, on ne t'apprend pas à répondre à ce genre de questions. D'ailleurs, on ne t'apprend rien d'utile comme aborder une fille. Savoir utiliser son humour dans les circonstances les plus intéressantes etc ...

- T'es trop sex quand tu réfléchis...
dit-elle sans vraiment savoir pourquoi. Ce n'était pas encore l'alcool, elle n'avait pas encore beaucoup bu, mais parfois, elle avait des coups de speed.

Mike regarda attentivement sa jeune amie (si on peut l'appeler ainsi). Cette fois-ci, c'était de la pure provocation, elle voulait réveiller le romantique qui sommeillait en lui. Il sortit sa baguette.

- Tu connais Damien Rice ? J'aimerais bien que tu joues The Blower's Daughter stp.

C'était un chanteur moldu irlandais que Mike appréciait beaucoup. Machinalement, il fit deux trois mouvement avec sa baguette et il fit apparaître ... (tadam) une boite de chocolat. Il la tendit à Peyton.

- Je t'aurais bien offert des fleurs mais ça me servait à rien. Au moins le chocolat c'est pratique : c'est bon et ça se partage.

Il sourit et semblait content de lui. Il avait dû mal à montrer son coté bien veillant alors fallait toujours qu'il l'accompagne d'humour ou de gestes décalés. Mais quand même, offrir des chocolats, ça le fait. Surtout quand on vient de les piquer à un grand chocolatier d'une rue de Londres qu'il y a tout près (mais chut, faut pas le dire). D'ailleurs, les gestes étaient pour le folklore, depuis qu'il avait sorti ça baguette, il avait lancé le sortilège informulé d'attraction.
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Dans la rue

Message par : Peyton, Lun 6 Avr - 9:18


Mike ne mit pas longtemps à choisir une chanson, et Peyton fut ravie d'entendre le titre... rien que le nom de l'artiste lui suffisait ! Damien Rice, par excellence... The Blower's Daughter. Cela faisait pas mal de temps que la jeune fille n'avait pas gratter un peu de Damien Rice. Elle allait pouvoir s'amuser un ti peu.

- Ok mon pote! tu n'écoutes pas n'importe quoi apparemment... ça fait du bien de rencontrer de bons musicaux! Il n'y en a plus beaucoup... aujourd'hui tu comprends, la bonne musique, on la laisse de côté. On écoute des cleanex qui ne passeront pas la dizaine d'année. C'est pitoyable!

Alors qu'elle se remettait les accords et les paroles en tête, Mike lui tendit une boite de chocolat. Heureusement que c'est Pâques... tu peux faire des folies ma vieille! Mwahaha toute façon, si tu bois tu manges! tu es piégé.


- Je t'aurais bien offert des fleurs mais ça me servait à rien. Au moins le chocolat c'est pratique : c'est bon et ça se partage.

- Tu gères! en plus c'est la mode en ce moment. Je t'en pique un après je joue. Tu vas nous faire pleurer avec tes titres, heureusement que le chocolat rend de bonne humeur!

Peyton ouvrit alors la boîte et pris un blanc. Ces préféréééééééés. Elle kiff ça le chocolat blanc, cherchez pas à savoir pourquoi. Peut-être parce qu'il s'agit du plus sucré... et de celui qui ressemble le moins à du chocolat.


- Allez, let's go... Je n'ai pas encore bu tu as de la chance. L'avantage de savoir gratter, c'est que quand tu n'arrives plus à bien placer tes doigts, c'est que tu dois arrêter de boire... pas mal non?

Elle commença alors à jouer la chanson que Mike lui avait demander... Elle prit cet air tout tristounet qui l'avait pourtant quitté. Quand on jouait une chanson, il fallait faire comme si on jouait dans une pièce de théâtre. Point barre. (là Dim, t'es censé écouter la chanson en même temps :P)Damien Rice avait l'étrange façon de savoir parler d'amour... ra le C**, toujours dans le triste! c'est dommage, il fallait vivre avec ses histoires déchues afin d'en vivre des encore plus belles! Sa préféré, c'était Volcano... Elle lui rappelait pas mal de chose! c'était bon de l'écouter!! Une fois qu'elle eut fini la chanson, elle regarda Mike et lui demanda :

- Allez, je te fais 9 crimes maintenant qu'on y est...

Peyton prit son médiator entre ses doigts et respira un bon coup. Tu peux le faire ma belle. Alllezzzzzz t'as juste à descendre ta main... "it's the wrong king of place to be thinking of you..." ben voilà, t'as gagné plancton (xD faut que je m'y fasse) tu vas pleurer... Héééé non ça va pas? C'est toi qui mène la danse alors tu n'as pas intérêt....


~ La vie c'est comme une boite de chocolat... tu ne sais jamais sur quoi tu peux tomber... ~


Trop d'émotion d'un coup, resurgissant d'un passé lointain, lu rappelant trop de souvenirs qu'elle pensait avoir laissés de côté.. bien que jamais oubliés. "It's a small crime and I've got no escuse..." que veux-tu? Tu n'avais qu'à pas commencer sur ton Ré mineur suivit de ton Si Bémol... fermant les yeux, Peyton se laissa imprégner par la musique, laissant les émotions sortir, sans pour autant le montrer extérieurement. Les larmes se transformaient en notes de musique, ne perlant point son visage...



~ Dans la vie, il y a deux types de gens... Les baiseurs et les baisers... ~


Peyton avait été trop de fois baisée pour continuer sur cette voix. Il fallait qu'elle change. Qu'elle ne se laisse pas faire, qu'elle baise un peu à son tour. Les mecs, les potes, la famille... Allez vous faire messieurs, P. Sawyer est devenue grande. Ce n'est plus une petite Ingénue. Et que celui qui n'est pas d'accord agite un petit drapeau pour montrer son mécontentement. Fin...Petit Ré mineur version arpégique....


- Alala... c'est bon, tu les as eu tes Damien Rice. Passe moi la bouteille et du chocolat s'il te plait.

Ne lui laissant pas le choix, Peyton lui chipa la bouteille et la boite. Après avoir bu de longues gorgées, tout en laissant quand même du liquide (c'est pas une radine!!) elle prit cinq chocolats et les engloutis. Voilà. Un zouli mélange de blanc, noir et lait. Vive les fritures en chocolat de Pâques c'est chouette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans la rue

Message par : Invité, Mer 8 Avr - 5:50


Mike écouta la jeune femme jouant les morceaux qu'il aimait. Il s'aperçut que ces chansons étaient tristes et qu'elles n'étaient pas très appropriées dans cette circonstance. Normalement, on devrait choisir des musiques gaies et entrainantes pour s'amuser et passer un bon moment mais ses chansons reflétaient en parti l'état de l'âme du jeune homme. Peyton semblait aussi sous l'émotion. Ces derniers temps avaient du être dur pour elle aussi.

- Allez, je te fais 9 crimes maintenant qu'on y est...

Il sourit en entendant le titre de la chanson, l'une de ses préférés. Il la trouvait sensuelle et pas si triste que ça. Il ne cherchait pas à écouter les paroles, il se laissait bercer par la mélodie qui lui donnait des envie de redevenir amoureux. Il s'imaginait avec une jeune femme passait un agréable moment (censuré) tout en délicatesse parce qu'il fallait quand même l'avouer, Mike était parfois brute mais il était une douceur au fond de lui. Des frissons lui parcouraient le corps et il se mit à penser à l'idée que la jeune femme pourrait prendre l'aspect de Peyton. Après tout, même s'il la connaissait peu, sa compagnie était agréable et elle avait un côté artiste qui lui plaisait. Cette jeune femme méritait son attention mais il avait peur. Il n'aimait pas le changement et surtout, s'ouvrir à quelqu'un d'autre pour se retrouver ensuite seul. Oui Mike est un optimiste.

- Alala... c'est bon, tu les as eu tes Damien Rice. Passe moi la bouteille et du chocolat s'il te plait.

Elle lui piqa des chocolats ce qui ne contraria pas du tout le jeune homme. C'était pas comme s'il les avait payé. Enfin plus sérieusement, Mike n'était du genre pingre. Il aimait offrir et faire plaisir. Un sourire était pour lui plus riche que quelques pièces et c'est en parti aussi pour ça qu'il avait son auberge. Il amait voir les gens heureux quand ils repartaient de son établissement. S'ils revenaient, c'est qu'ils avaient appréciés.

Il tendit la bouteille à la jeune femme.

- Merci jolie demoiselle, dit-il avec un sourire. Moi je suis plus à l'aise avec un piano qu'avec une gratte entre les mains mais si tu veux, je peux toujours tenter. Ce sera comique au moins. Et je te montrerais comment passer des larmes au rire.

Il lui montra son plus beau sourire. Pas celui de l'aubergiste poli pour la forme mais un sourire franc qui montrait qu'il aimait être à cet endroit en ce moment précis.

- Au fait, je te préviens, j'ai un répertoire musical très varié et je chante comme une casserole. Et encore la casserole siffle mieux que moi.

Il se mit à rire de sa petite blague. C'était une private joke. Qui n'a jamais fait bouillir de l'eau dans une casserolle avec un couvercle qui n'a qu'un point d'air, ne peut pas comprendre ce sifflement (/me sort).
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Dans la rue

Message par : Peyton, Jeu 9 Avr - 7:29


Après s'être remonté le moral avec un ti peu de boisson et beaucoup de chocolat, Peyton posa sa gratte entre eux deux sur le banc et se passa une main dans les cheveux afin de les remettre à peu près normalement. Mike lui dit qu'il faisait du piano mais qu'il aimerait bien essayer la guitare. Peyton adorait voir les gens essayer et gratter n'importe comment si bien qu'elle ne pu refuser.

- Tiens... éclate toi bien ! et pas de bêtises, lui répondit-elle en lui souriant d'un sourire franc à son tour. T'as fais du piano? La chance... j'aurai adoré mais je n'ai jamais pu, ma mère disait qu'il n'y avait pas assez de place à la maison et que ça coûtait trop cher... Foutaise! Allez go, montre moi ce que tu sais faire!


Mike commença à gratter les cordes à la walou si bien que Pey' se dit qu'elle avait eu raison de ne pas les changer la veille... Il chanta Au près de mon arbre ce qui fit bien rire Peyton.

- Tu chantes mieux qu'un cheval mais tu cours moins vite.... nan ça va, j'ai connu pire!

La jeune fille repensa alors à ses soirées passées entre moldus dans des camps d'été, alors qu'elle grattait et que les autres chantaient, en étant lamentablement torchés.... ou même les chants en famille, sa mère qui avait été une passionnée de musique mais qui chantait incroyablement faux...

- hééé Man!! dans deux jours y'a le bal de Pâques... faudra qu'on s'y voit! en tant que dirlo t'as pas le choix toute façon! lui dit Peyton subitement en souriant, après lui avoir piqué une nouvelle gorgée (tu vois son état, il chute de minute en minute xD)

Peyton n'adorait pas les bals mais c'était l'occasion de faire la fête alors elle ne manquait jamais une occasion! surtout avec un barman... ça peut être sympa! surtout qu'elle n'était pas allée à Poudlard depuis un petit moment, après quelques petits soucis et que ça lui aurait fait plaisir d'y aller... la jeune fille se leva de son banc - elle n'aimait rester assise trop longtemps au même endroit - et se cala par terre, jambe en tailleur, en face de Mike. Reprenant sa gratte, elle joua quelques accords.

- Tu vois, c'est pas compliqué... j'ai jamais pris de cours... Il suffit jsute des les apprendre par cœur et de t'entrainer au niveau du rythme, ça va tout seul après! Tu cherches pas des musiciens pour alimenter ton bar de temps en temps? J'ai toujours rêver faire un mini concert dans un bar... ça doit être tripant!

Mainte et mainte fois Peyton avait assisté à des concerts mais jamais elle n'avait eu l'occasion d'en produire un... une soirée entre potes serait tellement géniale... même si pour le moment, elle avait beaucoup à faire à cause de l'Ordre, elle adorerait le faire...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans la rue

Message par : Invité, Ven 10 Avr - 6:04


- Tiens... éclate toi bien ! et pas de bêtises, lui répondit-elle en lui souriant d'un sourire franc à son tour. T'as fais du piano? La chance... j'aurai adoré mais je n'ai jamais pu, ma mère disait qu'il n'y avait pas assez de place à la maison et que ça coûtait trop cher... Foutaise! Allez go, montre moi ce que tu sais faire!

Mike
prit la guitare de son amie entre les mains. Oui amie, car pour l'instant, ça n'allait pas plus loin, même si pourquoi pas on pourrait envisager que ça dérape un peu et tomber dans des moments bien baveux. Sauf que pour l'instant, le Serdaigle se contentait de s'amuser et de voir comment Peyton réagissait à ses délires. Il étudiait d'abord la jeune femme avant de tenter quoique ce soit. Il n'avait pas envie de se rendre compte qu'il avait fait un mauvais choix.

Il se mit à jouer du Brassens et vas-y que la première critique fuse. Bon d'accord faut reconnaître que Mike n'était pas un très bon chanteur surtout après avoir un peu bu mais quand même. Bon faut aussi reconnaître qu'au niveau de la guitare, il y avait du boulot ...

- hééé Man!! dans deux jours y'a le bal de Pâques... faudra qu'on s'y voit! en tant que dirlo t'as pas le choix toute façon! lui dit Peyton subitement en souriant, après lui avoir piqué une nouvelle gorgée (tu vois son état, il chute de minute en minute xD)

Il leva la tête vers la jeune femme. ****** le bal ! il l'avait carrément zappé. D'habitude il n'y allait pas mais là, ça ressemblait à une invitation. Que faire ? S'il refusait, elle risquait de mal le prendre. S'il acceptait, il risquait de s'y ennuyer ferme. Au moins, il aurait la compagnie de Peyton et elle avait peut-être envie de revenir à Poudlard. Après tout, c'était un lieu important dans la vie de chaque sorcier. C'était une seconde maison. Pour Mike c'était sa maison. Il y dormait tous les soirs et ne l'avait quitté que lorsqu'il était reparti dans le monde des moldus pendant une période trouble de sa vie.

- Si ça te dit d'y aller avec moi, pourquoi pas. Ça nous permettra de faire plus ample connaissance. Mais par contre, je ne pourrais pas tellement boire. J'ai quand même un standing à respecter là-bas, alors fais péter la bouteille !

La jeune femme lui reprit la gratte des mains et elle s'assit par terre. Mike profita de ce moment pour récupérer la bouteille et s'en jeter un petit. Il avait le gosier à sec. La chanson ça donne soif. Enfin en même temps, pour le jeune homme, ce genre de situation lui donnait envie de boire. Il arrivait à faire croire qu'il était à l'aise mais ce n'était pas le cas. Il suffisait de voir comment il buvait pour le comprendre si bien sûr, on connaissait bien le Mike. Ce qui n'était pas le cas de Peyton.

- Tu vois, c'est pas compliqué... j'ai jamais pris de cours... Il suffit jsute des les apprendre par cœur et de t'entrainer au niveau du rythme, ça va tout seul après! Tu cherches pas des musiciens pour alimenter ton bar de temps en temps? J'ai toujours rêver faire un mini concert dans un bar... ça doit être tripant!

Le Serdaigle observait la jeune femme. Il commençait à se dire qu'elle avait du charme quand même, assise comme ça en face de lui même s'il aurait aimé en voir plus. Il tendit la bouteille à la jeune femme. Il fallait qu'il voit comme elle tenait l'alcool.

- Bois un petit coup, tu risque de t'assécher. Et puis, si on finit la bouteille, au pire, on va chez toi !

Il fit un grand sourire rempli d'ironie. Il aurait bien proposé l'auberge mais les beuveries commençaient à lui coûter cher. Bien sûr, il aurait pu proposer d'utiliser la magie et que les bouteilles viennent à lui mais c'était moins drôle. Et puis surtout, il voulait voir comment son ancienne préfète réagirait.
Revenir en haut Aller en bas
Peyton
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplannage
Animagus : Licorne


Re: Dans la rue

Message par : Peyton, Mar 14 Avr - 4:34


[post court, mais j'ai fait le bal juste avant et j'avais qu'une heure...]

Mike
était Ok pour aller faire un tour au bal de Poudlard. Il ajouta que cela leur permettrait de se connaitre un peu mieux, et Peyton était d'accord si ce point. Par contre, point faible, il n'aurait pas le droit de trop boire... Pour un barman, ça pouvait paraitre bizarre, pour un dirlo, un peut moins. T'en pis, ils se rattraperaient après la soirée ou un autre jour. Mais il ne fallait pas que cela devienne une habitude. Déjà qu'elle buvait pas mal... heureusement, au Red House, il n'y avait pas beaucoup d'alcool, juste le nécessaire. Mais à Atali's.. c'était déjà pas pareil. Quand quatre phénix vivent ensembles pas mal de temps, ça peut faire carambolage, surtout avec une Nordiste.


- Bois un petit coup, tu risque de t'assécher. Et puis, si on finit la bouteille, au pire, on va chez toi !

- Tu prends des risques mon ami! Me faire boire puis allez chez moi, c'est s'enfoncer dans la gueule du loup... Enfin, j'dis ça, j'dis rien!


Le Red House servait de pied à terre en ce moment, il était bien rangé mais un peu poussiéreux... la dernière fois qu'elle y avait été, c'était avec Gyal, l'un de ses meilleurs amis, il avait du partir avant leur combat acharné... cette pensée donna une idée à Peyton :


- T'as déjà fait un duel amical?


La jeune fille adorait se battre entre ami, pour s'entrainer et se lancer des sors rigolos à la gueule... prendre un crache limace n'était pas marrant pour l'adversaire mais qu'est ce que c'était drôle...


- Rassure moi, tu sais te battre? On t'a appris des ti sortilèges à Poudlard?

Peyton se voyait déjà en train d'apprendre à Mike comment tenir une baguette et ria en sachant pertinemment qu'il devait être un bon combattant non révélé... ou pas... Buvant un ti coup avant de reposer la bouteille par terre, Peyton rangea sa gratte. Elle avait mal aux doigts et ne voyait plus clair. Assise en tailleur, elle joua avec les quelques brins d'herbe qui étaient à ses pieds. Après en avoir fait un petit tas, elle les lança en direction de Mike.

- Faut manger quand on boit...


Elle ria avant de se relever et de secouer son pantalon plein d'herbe. Elle se rassit sur le banc aux côtés de Mike avant de lui enlever les ti truc verts sur sa tenue. C'était plus fort qu'elle... elle adorait embetter les gens! Bataille de coussins, d'eau, d'herbe, elle était au top dans ces moments là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Dans la rue

Message par : Invité, Mar 14 Avr - 10:43


Mike était affalé sur le banc. Il commençait doucement à ressentir les effets de l'alcool. Bien sûr, il n'était pas du genre à être bourré si tôt. C'étai quand même un barman. Et avec son ami Fofi, ils avaient l'habitude de se faire une vraie beuverie. Là, c'était juste l'introduction.

- Tu prends des risques mon ami! Me faire boire puis allez chez moi, c'est s'enfoncer dans la gueule du loup... Enfin, j'dis ça, j'dis rien!

- J'aime vivre dangereusement, fit-il avec un grand sourire.

Il avait l'habitude de prendre des risques. Notamment quand il allait boire chez un confrère ou y manger un morceau. Avec les femmes, c'étaient différent. Fut une époque où ils recevaient casseroles et poêles dans la tête. Heureusement, c'était une époque révolue. Depuis, le goût du risque lui manquait. Alors pourquoi pas allez chez Peyton, ça pouvait se révéler très intéressant.

- T'as déjà fait un duel amical?

- Non, je n'ai pas ce genre de loisirs. Je tiens une auberge, j'ai pas envie de perdre mes clients.

Il se mit à rire et il s'aperçut que l'alcool le rendait moins drôle. Il essaya de comprendre ce qui pouvait être drôle dans ce qu'il avait dit et il ne dénota rien d'intéressant. En fait, ce n'était pas drôle mais d'un autre côté, il ne voulait pas faire de duel avec celle dont il espérait faire une autre partie de duels mais sans baguettes.

- Rassure moi, tu sais te battre? On t'a appris des ti sortilèges à Poudlard?

Il fit un sourire énigmatique sans répondre. Il préférait laisser planer le mystère surtout qu'il n'avait pas du tout l'intention de se battre contre elle. Il tendit de nouveau la bouteille à Peyton en espérant que la boisson lui donnerait une autre idée. Il n'avait pas envie de se retrouver à Sainte Mangouste parce qu'il s'était pris un sortilège débile et que ses réflexes amoindris n'auraient pas pu éviter. Et puis, il suffisait que n'importe quel Auror passe dans le coin et ils se retrouvaient tous les deux dans une cellule de dégrisement et ça, il en était aps question, demain il avait boulot.
- Faut manger quand on boit...


Décidément, cette jeune femme est surprenante. Complètement folle mais sympathique. Il l'appréciait de plus en plus. Il la laissa venir à côté de lui et elle enlevait les brins d'herbe. Machinalement, il passa son bras autour des épaules de la jeune femme. Lorsqu'il se rendit compte de son geste, il était trop tard. Peyton l'avait remarqué aussi. Il regarda derrière elle en prenant un air surpris.

- Oh regarde ! un phénix !

La jeune femme se retourna sans hésiter et Mike remit la main sur la bouteille tout en enlevant son bras. il but une gorgée en s'étouffant à moitié de rire lorsqu'il vit la tête de son amie (et plus si affinités).

- Rho fais pas cette tête, dès que j'aurais un vrai petit chez moi, on ira se saouler là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans la rue

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 30

 Dans la rue

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 17 ... 30  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.