AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais
Page 8 sur 8
Au bar
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Lorelaï Peony
Serdaigle
Serdaigle

Re: Au bar

Message par : Lorelaï Peony, Sam 5 Aoû - 0:02


[Autorisation de LA obtenue auprès de Hezreval Nos]


Les deux tourtereaux discutèrent longuement cet après-midi là. Ils abordèrent le sujet de leurs familles et Hez se dévoila un peu plus auprès de la jeune sorcière. Il parla de son frère, d'un an plus jeune, qu'il décrivit comme une personne cruelle et sans cœur. Il put également exprimer ses craintes quant à une possible ressemblance avec ce dernier.


Lorelaï avait du mal à imaginer l'homme qu'elle voyait en face d'elle comme quelqu'un de cruel. Il la rassura à plusieurs reprises, expliquant qu'il ne lui ferait jamais de mal...

Entre deux éclats de rire et quelques baisers, la jeune femme osa aborder un sujet qui l'effrayait. Elle se doutait que ce qu'elle dirait pourrait attrister son ami. Elle lui exprima son désir de rester libre et sa peur de le décevoir en ne s'attachant pas trop à lui.

Le jeune homme entendit sa peur et respecta son désir de ne pas plus s'avancer dans la relation.

Ils retournèrent à Poudlard et rentrèrent chacun dans leur dortoir. Lorelaï avait le cœur léger, mais elle craignait d'avoir simplement poser le poids qui lui pesait sur les épaules de Hezreval...

[Fin du RP de Lorelaï et Hezreval]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au bar

Message par : Azaël Peverell, Lun 7 Aoû - 17:56


Ambroisie

Une simple question. Tu lui as posé une simple question. Tu voulais juste savoir ce qu'elle prenait, histoire de la servir, et de passer à autre chose. Pour faire ton boulot quoi, ni plus ni moins. Sauf que répondre simplement, ça l'aurait étouffée visiblement. Pas moyen de dire quelle boisson l'intéresse sans envelopper tout ça d'un discours aussi simpliste qu'inutile. T'as pas franchement envie de te justifier. Tu souris à ton boulot, parce que ça fait parti des codes. C'est un bon moyen pour récupérer des pourboires. C'est pas ton délire, mais tu fais un effort. Tu n'es pas le même face au client que face à quiconque que tu connais réellement et dont tu n'attends pas d'argent. Un bar où le personnel ne sourit pas, ne paraît pas sympathique, est un bar qui coule. Pas besoin d'avoir Optimal à ses ASPIC pour savoir ça.  Alors pendant qu'elle te sert son petit monologue, tu ne la quittes pas du regard. Et ton sourire ne disparaît pas. C'est plus de la provocation que du professionnalisme à ce niveau-là. Mais le sourire est le même. Seule l'idée derrière est différente, et nul autre que toi ne peut le savoir. Quelle douce défense qu'un simple sourire.

Enfin, les mots que tu attendais depuis le début sortent. Un verre d'eau de vie et un thé à la menthe. Etrange mélange que voilà, mais tu ne vas pas juger. T'as bien déjà essayé de couper de la vodka avec du thé, on fait tous des erreurs, pas vrai ? Sauf qu'elle ne s'arrête pas là. T'as le droit à tout un nouveau monologue, comme si elle avait passé ses dernières heures à t'observer dans les moindres détails pour étudier tes réactions et pouvoir te ressortir exactement ce que tu ressens à cet instant présent. C'est même limite flippant vu comme ça. Si ça se trouve, elle attend là, tapie dans l'ombre depuis des heures, et note le moindre de tes faits et gestes. Enfin t'oses espérer que tu l'aurais remarquée quand même, sinon ce serait grave. Bref, tu ne prends même pas la peine de lui répondre. Le silence, c'est bien aussi. Le sourire n'a pas bougé, le masque reste en place, elle peut bien penser ce qu'elle veut. Que t'es crétin, moqueur, provocateur, ou juste blasé et totalement indifférent. Peut être un mélange de tout ça, qui sait ?

Tu disparais pour préparer son thé. Tu fais chauffer l'eau dans la tasse d'un simple coup de baguette, et laisse infuser. Et tu en profites pour servir un verre d'eau de vie, comme demandé. Et t'annonces le prix, lèvres toujours étirées.

- 9 mornilles, s'il te plaît.

T'as un peu insister sur les derniers mots. Pour qu'elle puisse noter une fois de plus l'absence de vouvoiement tandis que tu continues ton sourire qu'elle a qualifié d'hypocrite. Mais tu te sens tout de même obligé de lui répondre. Histoire qu'elle n'ait pas gâché sa salive pour rien.

- C'est tout aussi fatiguant de devoir s'occuper des gens qui sont persuadés de savoir ce que je pense alors même qu'ils ne me connaissent pas. Et je ne me fais pas passer pour un employé modèle. J'en suis un, non pas parce que je fais mon boulot comme n'importe qui d'autre ici, mais parce que j'aime ce bar.

Tu attrapes rapidement un torchon pour essuyer quelques verres, profitant d'une accalmie dans les commandes pour rester non loin de la cliente qui a décidément le teint maladif. Tu t'es déjà retrouvé dans des états largement pires que cela. En réalité, tu t'es déjà retrouvé dans des états bien pires que ceux de tous les ivrognes que contiennent les Trois Balais. C'était tellement plus simple ainsi. Plutôt que de résister à la tentation que chaque verre d'alcool que tu sers fait ressortir. Cette envie de fuir une fois de plus la réalité. Solution de simplicité. Mais après tout, ça fonctionne plutôt bien. Sur le court terme. Tu retiens un léger soupir et ajoute en reposant un verre sec, sourire moqueur accroché aux lèvres :

- Quant à la sortie, on verra bien si tu tiens encore sur tes jambes à la fin de mon service.

Commande:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Chloé Greenwood
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Au bar

Message par : Chloé Greenwood, Ven 11 Aoû - 4:36


Réponse pour Kohane (encore désolée pour le retard <3)

Le passé est une créature qui revient sans cesse à la vie. Le genre de bestiole que tu écraseras dix fois, et qui, pourtant, continuera à bouger dans tous les sens malgré tout les coups qu'elle aura reçu.

Le problème, avec le passé, ce n'est pas quand tu le vois. C'est quand tu ne le vois plus. Parce qu'à la manière d'un insecte, tu sais qu'il peut surgir dans ta vie à n'importe quel moment. De préférence au moment où tu t'y attends le moins.

Dans ce bar, Chloé n'aurait pas pensé à un seul moment se retrouver si subitement confrontée à ce qu'elle avait vécu. Elle n'aurait pas pensé que cette mémoire s'imposerait à elle de cette manière. Violemment. Brusquement. Irrévocablement.

Elle aurait pu partir. Prendre ses affaires et déguerpir. Après tout, elle n'avait aucune envie de se souvenir. À chaque fois, c'était la même chose. Ça se terminait par des interrogations. Toujours les mêmes questions.

C'est quoi, le bien?
C'est quoi, le mal?
Pourquoi devrait-on choisir l'un où l'autre?
N'y a t'il pas une autre manière de changer le monde? Doit-on obligatoirement se ranger dans une case, un compartiment préétabli?


•••

Kohane. Cette jeune fille s'appelait donc Kohane. Il y a quelques mois de cela, la Greenwood aurait opté pour la facilité. Elle aurait fuit, pas parce qu'elle n'assumait pas ce qu'elle avait fait, mais bien parce qu'elle n'aimait pas le monde qui l'entourait. Parce qu'elle n'y trouvait pas sa place. Parce qu'elle ne se retrouvait pas parmi les autres. Mais cette fois-ci, c'était différent. Il y avait quelque chose dans le regard de cette gamine qui donnait envie de lui dire: Non, surtout, ne fais pas ça. C'est une erreur. Tu t'en mordras les doigts.

Sauf que Chloé n'était pas de cet avis. Alors pourquoi lui mentir?

— Qui je suis, hein?, prononça-t-elle dans un souffle. Dis-moi, pourquoi on devrait sans arrêt se définir?

Elle laissa cette question en suspens. Il n'y avait aucune réponse à apporter. Juste des pensées à laisser vagabonder.

— J'ai fait des choix que je pensais être bons. Je pensais être sur le droit chemin parce qu'une personne que j'aimais plus que tout au monde avait fait les mêmes choix avant moi. Mais au final, je ne crois pas qu'il y ait... Kohane, c'est ça? Oui, Kohane. Et ben, je ne crois pas qu'il y ait de droit chemin. J'ai fini sur ces affiches parce que je cherchais ma route et à ce moment là, je pensais l'avoir trouvée.

La vélane avait la mine sombre, désormais. Car il y avait ces éternelles questions qui rebondissaient partout dans sa tête, et qui avaient réveillé une migraine. La douleur n'était pas forte, mais assez pour qu'elle sache que la soirée serait mauvaise.

— Tu sais, j'ai testé les deux côtés. Le bon, et le mauvais. Et bien la vérité, c'est qu'aucun ne m'a apporté les réponses que je cherchais. Mais il y en a un qui m'a fait sentir plus vivante que l'autre.

Quelque chose dans sa voix laissait penser que ce n'était pas forcément celui auquel on s'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Ambroisie Palel
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Au bar

Message par : Ambroisie Palel, Ven 11 Aoû - 14:15


Azaël


Presque joviale.
Ça la rendrait presque joviale la manière dont il la fixait quand elle parlait. Il doit être drôlement sûr de lui, et c'est assez grisant la manière dont ça a réussi à changer l'humeur de la brunette, c'était amusant, c'était un jeu pour elle. Elle abordait désormais un sourire un peu plus large, ça illuminait son regard et son visage d'après le peu de personnes qu'elle côtoyait.
Il fallait bien le reconnaître, elle avait quelques amis, ou plutôt connaissances.
Les vrais amis, ça se faisait rare, et quand on pensait en avoir, ils nous faisaient faux bon dès qu'ils le pouvaient, dès qu'ils en avaient assez et c'étaient lassés.
Trahison, déception, colère, rage... Vengeance ?

Quand le serveur lui avait apportait sa commande, Ambroisie n'avait pas détaché son regard de lui, elle observait, sans analyser pour une fois. Pour le plaisir des yeux c'est ça ? Réveille toi ma vieille, ça doit être un môme comparé à toi, il est majeur puisqu'il travaille ici mais de là à lui donner la vingtaine...
Encore un tutoiement, pas dérangeant mais prononcé avec un peu trop d'insistance pour que le beau brun ne l'ait pas fait exprès.
La suite de la réponse ne fit que te rendre encore plus joviale, arrogant, avec ça, c'était encore plus drôle. La fin de sa réponse fit sourire sincèrement Ambroisie cette fois, elle aurait aimé avoir un endroit où elle se sentait aussi bien que ce serveur ici, dans ce bar rempli d'ivrognes, mais rempli de vie surtout.

Elle en manquait de vie en ce moment Ambroisie, c'était fade, sans goût, et en sortant de sa poche les 9 mornilles qu'on lui avait demandé, elle se décida à remédier à cette situation, elle était jeune, belle d'après beaucoup, il fallait en profiter, la vie était trop courte pour se préoccuper de pauvres gens qui refusent de l'accepter comme elle était. Elle, toute entière, dans une nuance de gris étincelant.


Pendant ce temps il nettoyait des verres en restant près d'Ambroisie le beau brun qui avait réussi à tirer la jeune femme de son monde de désespoir.  Tu viens vraiment de penser qu'il était beau ? T'as vraiment trop bu non?
Oui, il fallait l'avouer il avait un certain charme, c'était une des premières fois qu'Ambroisie s'avouait qu'elle appréciait le physique d'un homme. En fait, elle regardait rarement le physique, c'était surfait, une façade cachant souvent quelque chose de bien moins beau et de plus sombre. Et c'était ça qui l'intéressait, ce qu'il y avait derrière la façade, derrière ce visage si parfait au trait fin.

Une gorgée ne faisait pas de mal, elle but d'abord un peu de son thé, tant qu'il était chaud. Puis quand il avait sous entendu qu'Ambroisie ne serait plus apte à avancer par elle-même à la fin du service pour faire une petite sortie, elle avait pris ça comme un défi. C'était trop pour qu'elle ne réponde pas à tout ça, un sourire plus que provocateur aux lèvres.

-D'ordinaire on vouvoie les gens plus âgés que soit, mais bon, on va dire que tu es arrogant et ça me fait rire. Il est vrai je ne te connais pas, un point pour toi comme on dit. Je pourrai essayer de te connaître si tu veux bien me dire ton prénom pour commencer, ça serait un bon début...

Un défi était un défi. Même sous entendu. Ambroisie se tenait droite, son teint si pâle était redevenu un peu plus vif, moins verdâtre on va dire, comme quand on est malade.
Elle avait alors levé son verre d'eau de vie en affichant un sourire éclatant et provocateur au serveur.

- Je suis très loin d'être assez alcoolisé pour avoir besoin de quelqu'un pour tenir debout. Et je te proposerai bien de m'accompagner pour ce verre, mais comme tu l'as très justement dit, tu es encore en service, santé beau brun.


Sur ces mots elle avait avalé son verre d'eau de vie d'une traite, ça réchauffe la gorge, l'estomac, le corps et le cœur.  C'était le début de la joie.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Au bar

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 8

 Au bar

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Les Trois Balais-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.